RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 La Force Unifiée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3944
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: La Force Unifiée   Mer 1 Aoû - 0:41

La Force Unifiée


Elle était là… A portée de main… Enveloppée du doux brouillard des rêves éphémères, mais pourtant si belle, si lumineuse, si réelle… Malgré cette beauté, je n’arrivais pas à la toucher, le contact de ma main sur cette arme légendaire paraissant comme impossible… L’épée m’attirait… Et me repoussait au même instant, laissant toujours un espace de mort entre elle et moi.
Chaque nuit… Chaque nuit depuis bientôt 19 ans… Depuis ma naissance… Je tentais désespérément de supprimer cet espace. De la prendre dans la main, de la serrer contre moi, de sentir sa puissance croître en moi, une puissance terrifiante… Mais je n’avais pas peur, loin de là. Je ne demandais qu’elle… Elle était devenue une obsession, une raison de vivre. La trouver… La regarder…
L’Epée de mes Songes.
L’Epée d’Or.

Je me réveillais en sursaut, mes yeux immédiatement envahis par le soleil naissant au creux de l’horizon. Une lumière ancestrale… Eclairant des yeux non pas apeurés sortant d’un cauchemar, mais des yeux pétillants de bonheur, de bien être et de paix. Une fois de plus j’avais rêvé d’elle… Toujours aussi insaisissable… Toujours aussi parfaite.

* 19 ans que tu me repousse chaque nuit… Epée d'Or... Pourtant je sens que mon destin est de te trouver… De ne faire qu’un avec toi. Je l’ai toujours su… Mais si je ne peux te rejoindre par mes rêves, je peux le faire dans la réalité. *

Telle avait été ma décision lorsqu’il avait terminé ma formation, il y a quelques jours… Lui… Lui qui m’avait tout appris. Durant dix ans d’entraînement au Cosmos dans les vastes territoires Français des Pyrénées… Alternant plaines et pics rocheux… Il m’avait apprit tout ce qu’il savait. Le contrôle de la puissance infinie contenue en mon corps… Le combat… La vitesse… L’entraînement physique… Tout.
Et pourtant il n’avait jamais sût expliquer pourquoi mon pouvoir, qu’il avait jugé des plus prometteurs, n’avait jamais réussit à s’épanouir. Comme si l’essence même de mon être ne pouvait s’émanciper… Il était convaincu qu’elle était bloquée par la présence d’un quelconque facteur détenu au plus profond de mon être.

Le jour où il m’avait avoué cela, j’avais tout de suite sût. Ce n’était pas la présence d'un facteur… Mais son absence. Elle qui était au centre de mes préoccupations intérieures… Elle était la clé de tout.
Je n’avais rien dit à mon formateur, dont je ne connaissais rien, pas même le nom. Il n’avait jamais voulu me le révéler, pour une obscure raison que je n’avais pas cherché à savoir… Il y avait parfois dans ses yeux cette profonde tristesse… Emprunte de souvenirs…
Il m’avait tout dit. Tout à propos des incessantes Guerres Saintes entre Athena et Hades… Ces gâchis de Chevaliers au cours des âges, tous camps confondus… Puis cet immense sacrifice des Chevaliers d'Or qui avait permis la victoire totale sur l'Empereur des Ténèbres. J’avais été séduit par ces histoires. Plus que séduit même… Je ne me l’étais jamais vraiment avoué, mais j’avais eu comme un sentiment de déjà-vu… Que j’avais bien rapidement refoulé, ne m’expliquant pas le phénomène. Je me rappelle encore du regard que le Maître avait posé sur moi. Un regard compatissant, un regard d’espoir… Lui savait… Ce que je ne pouvais comprendre en mon Moi profond. A croire qu’il me connaissait mieux que moi même…
Je me rappelle encore de ses paroles…

« Corell… Tu l’as bien ressenti… Cela fait des mois que tu es prêt. Je n’ai plus rien à t’apprendre… Tu sais tout de l’Art de la Chevalerie Sacrée. Ce que tu recherches à présent, je ne peux te le donner. Le Destin. Seul le Destin te révélera tout.
Voici mon dernier ordre, jeune Chevalier. En Grèce, il existe une île reculée de toute civilisation abritant le Sanctuaire de la Déesse Athéna. Ce lieu t’apportera les réponses à tes questions… Et à tes rêves. »


Je me rendis alors seulement compte de cette dernière phrase. Mon Maître avait percé à jour le secret de mes rêves… Je n’en avais pourtant parlé à personne. Encore un autre de ses secrets… Comme celui de disparaître avec un sourire mystérieux juste après m’avoir dicté cet ordre. Avait-il seulement existé ? Je ne l’avais jamais vu en compagnie d’autres personnes... Mon entraînement s’était réalisé sur l’un des plus haut pic de la chaîne de montagne… J’avais depuis le début été chargé de garder contact avec le reste de l’humanité. Et c’était seulement aujourd’hui que je trouvais cette façon de procéder étrange… Avait-il réussit à repousser ma curiosité durant toutes ces années ? Je n’aurais sût le dire…
Mon maître n’avait plus rien à m’apprendre… Alors je partis, avec son consentement… Droit vers cette île perdue de la mer Égée… Droit vers le Sanctuaire Sacré…

Sanctuaire qui s’étendait à présent devant moi, encore endormi par l’heure matinale. Un lieu rude et sommaire… Mais dont l’apparence était colossale et emprunte d’une force et d’une majesté représentée par les Douze Maisons du Zodiaque sui s’étendaient sur cette montagne, les unes après les autres… Toutes surplombées par la gigantesque Statue d’Athéna, que je pouvais à peine deviner à cette distance.
Un Sanctuaire si beau… Si vaste… Si vide.
Me servant de mon cosmos pour raviver mon dos endoloris d’une nuit à dormir sur la pierre froide de la Grèce Antique, je pris mon courage à deux mains et entama la marche vers le destin. La marche vers le Douze Maisons.

* Je ne sais même pas pourquoi je suis ici… Les Destin… Tel avait été le dernier conseil de mon Maître. Faire confiance au Destin. Car si c’était Athéna qui vivait en moi chaque nuit… C’était forcément en ce lieu que je trouverais des réponses. *

Plus j’avançais, plus je me rapprochais des Temples, plus le lieu me paraissait désert, mort. Le silence était de plomb… Et pourtant, je sentais que je n’étais pas seul sur les lieux… Que d’autres étaient là également… Indiscernables… Serais-ce des fantômes du passé ? Une éventualité plus que probable… Tant de gens étaient morts par delà les décennies en ce lieu pourtant dit sacré… Le Bastion de la Justice… Quelle ironie.
Malgré cela, je me sentais plus que jamais en paix… J’étais plus moi même que nulle par ailleurs… Je le ressentais au plus profond de moi, telle une évidence… Que je ne pouvais expliquer, ou plutôt..

...Que je ne voulus expliquer. J’étais à présent trop fasciné par la demeure grandissant à chacun de mes pas. La Maison du Bélier, premier Bastion des Forces Sacrées d’Athena, resplendissait de grâce et de puissance, digne de son affiliation à l’Ordre des Douze plus puissants guerriers de chaque ère. N’hésitant pas une seconde, je pénétrais dans la vaste demeure. Rien ne se passa… Personne ne s’interposa… Moi qui avait fait tout ce chemin, mon moral en prit un coup. Mais ce n’était que la première demeure… Les autres Temples devraient bien être occupés, eux, par une quelconque personne pouvant m’aider à trouver ma voie.
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3944
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: La Force Unifiée   Mer 1 Aoû - 0:41

Du moins c’est ce que je me dis au début. Mais chaque temple que je traversais était vide de tout être, vide de toute explication… Le Taureau… Les Gémeaux… Le Cancer… Le Lion… Puis la Vierge, la Balance et le Scorpion. Lorsque je sortis de la Maison du Sagittaire, mon moral était à zéro. Mon Maître m’avait pourtant dit de venir en ces lieux, qui me fourniraient la réponse… Mais rien… La mort dans l’âme, je pénétrais dans la Maison du Capricorne… Et cela se produisit. Enfin.

Mon regard auparavant si terne s’emplit d’un profond sentiment de contemplation. Mon corps fatigué du voyage se redressa, paraissant plus fort que jamais. Ma bouche s’ouvrit en un sourire de bonheur… Bonheur que me procurais la seule vision de cette magnifique sculpture, dont les sentiments me frappaient au plus profond de mon cœur… Athéna, oui ce devait être elle… Tenant une épée dans ses mains en signe de cadeau à ce preux Chevalier agenouillé, le regard emplit de bravoure et d’honneur. Des sentiments que j’avais de tout temps tellement recherché dans ma raison de vivre… L’Honneur… La Dignité… La Fierté… La Dévotion… La Bravoure… Et… La Vénération. Une vénération s’emparant de moi, pure et sincère, envers cette femme tenant l’épée…
Cette épée… Mon regard fut attiré par les quelque détails de cette épée… Mon sourire s’agrandit… Rappelant celui d’un enfant…

« C’est elle… L’Epée d’Or… Je l’ai trouvée… Athéna… Athéna soit louée… »


Mon cosmos se mit alors à brûler sans mon autorisation autour de mon corps… Prenant une teinte dorée… Une teinte si belle… Jamais je n’avais vu mon cosmos briller ainsi… Rappelant celui de mon Maître… Quelqu’un semblait se servir de ma puissance cosmique pour créer un lien direct avec moi… Quelqu’un qui semblait avoir plus de contrôle sur mon cosmos que moi même… Quelqu’un pour lequel je semblais avoir été conçu dès ma naissance pour le servir… Quelqu’un qui me comprenait, qui m’aimait, alors que je ne l’avais jamais vu. Tels étaient les sentiments que je ressentais à la fois en cette personne et au plus profond de moi.
Je la sentais approcher. Une forme humaine apparu alors au dessus de la statue… Une forme qui prit l’apparence fantomatique d’une femme… Une jeune femme… Une magnifique jeune femme… Une femme d’une beauté que je n’aurais pu décrire… Une si grande paix, une si grande sagesse émanait de son regard divin… Jamais je ne pourrais oublier ce regard. A la fois si doux… Mais également emplit d’une telle force, d’une telle détermination. Son Cosmos m’enveloppait de sa douce chaleur… Je sentais alors en moi cette sensation… Ce désir de Justice… Ce dévouement pour cette femme… Alors qu’elle me tendait enfin l’épée. Une Epée d’Or… Elle me la tendait… Mais je ne pouvais toujours pas la toucher. Au lieu de m’emplir de tristesse face à tant de beauté inatteignable, je ne sentais que plus fort ce désir de vivre pour elle… De mourir pour elle… Cette femme… Athena…

Elle sourit alors. Un sourire fin, sincère, qui me transperça de bonheur de part en part. Elle chuchota alors un mot… Un seul… Unique… Un mot qui changea ma vie…

« Excalibur… »


L’Epée Sacrée. L’Epée d’Or. C’était elle… L’Epée de la Dame du Lac… L’Epée d’Avalon. Athena me tendit l’Epée, qui se mit à flotter vers ma direction. Je tendis la main… Prêt à la toucher… Enfin… Après 19 ans d’attente… Mais l’Epée changea soudain de forme. Devenant plus brillante que le soleil levant, emplie de flammes d’or, elle se matérialisa… Prenant un aspect que j’aurais reconnu entre mille… Tel un Bouquetin des Pyrénées…

L’Armure du Capricorne, le Capricorne d’Or, brillait de mille feux au devant de la statue, illuminé par le sourire d’Athéna. Complètement captivé par ces deux apparitions, plus belles l’une que l’autre, je vis à peine le sourire d’Athena qui s’élargit à l’instant où l’Armure d’Or se scindait en une dizaine de morceaux qui s’en allèrent recouvrir mon corps de leur chaleur et de leur puissance, tonifiant mes muscles, revigorant mon âme.
Mais plus qu’une simple Armure me recouvrant… Le Capricorne m’offrit la réponse à tout. La réponse à mes rêves… La réponse à mon Destin… La réponse à mon existence même. J’avais retrouvé en cette Armure l’Epée que j’avais tant convoité. L’Armure n’était pas l’Epée… J’étais l’Epée. C’est l’Armure qui avait réalisé ce déclic en moi… Mon âme… J’étais moi même Excalibur. Depuis toutes ces années j’avais cherché à combattre cet espace entre l’Epée et moi, cet ennemi imbattable…

* Mais le plus grand des ennemis… C’est soi même. *


Mon âme était l’Epée. L’Epée était mon âme. Nous ne faisions qu’un. Telle une force unifiée qui pouvait enfin s’épanouir, mon cosmos explosa en des milliers de flammes de lumière vive, faisant trembler la terre… Tout en redonnant vie au Temple du Capricorne. La Dixième Maison d’Or du Zodiaque, qui n’était il y a quelques temps que ruines et vestiges de la dernière Guerre Sainte, était revenue à la vie. Les piliers s’étaient redressés. Les crevasses s’étaient refermées. Les douces courbes de la bâtisse s’étaient reformées, plus belles que jamais. La sculpture d’Athéna donnant Excalibur au Chevalier le plus dévoué était plus brillante, plus grandiose que jamais. Toute la puissance cosmique du Sanctuaire semblait polarisée dans le halo doré entourant le Temple renaissant, tandis qu’éclairs et rafales de vent semblaient surgir du néant.

Je regardais Athéna, souriant, tandis que ma longue cape d’ébène claquait au gré du vent dans mon dos, frottant contre mon Armure d’Or. Aucune parole n’avait été prononcée. Mais tout était dit. Nos regards ne se détachaient pas.
Elle savait.
J’étais le Chevalier le plus dévoué. Je mourrais mille fois pour un seul de ses sourires. Elle m’avait offert l’Armure d’Or, celle qui représentait toute ma vie, tout mon avenir, toute ma Foi… Je m’en étais rendu compte à présent. J’avais été égaré… Plus maintenant. Mon âme était dès lors au service de la Cause d’Athéna.
Je savais.
Je savais que ma vie ne serait plus jamais la même. Qu’il était possible que je ne la revoie plus jamais. Athéna était une Déesse… Mais elle n’était pas comme les autres. Plus que se battre pour elle, elle désirait que nous nous battions pour la Justice. L’Honneur. La Paix. Mais malgré cela, je savais que je ne me battrais que pour elle, de tout temps.

Et c’est avec un regard emplit de tristesse qu’Athéna disparu petit à petit de mon regard aimant. La reverrais-je un jour ? Seul l’avenir me le dirait. Mais quoi qu’il arrive, je m’étais enfin unifié.
Avec Excalibur.
Avec ma Destinée.
Et cette Destinée, je l’offrais bien volontiers sur l’Autel d’Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
 

La Force Unifiée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple du Capricorne-