RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Sam 6 Mar - 16:15

L' entretien était bel et bien terminé. Haiken et la déesse des océans furent escortés jusqu' à la sortie de la chambre du grand pope, et reconduit jusqu' à l' entrée du sanctuaire sacré. Les portes étaient restés grandes ouverte, et la voix d' Ahina se fit entendre. Les deux gardes postaient en faction le regardèrent d' un air répressif et tout en rigolant le laissèrent passé pour se faire certainement réprimander de nouveau.

Ainsi, Urio, le chevalier d' or du cancer s' avança de nouveau dans la chambre sacré. Il avança la tête droite et le regard peu sûr. En arrivant devant le trône de la déesse de la sagesse, il s' agenouilla et garda la tête baissé.

- Pardonnez-moi mon intrusion de tout à l' heure ô déesse Athéna! Mon impatience et mon inquiétude pour le sanctuaire ne m' ont pas poussé à réfléchir grandement.

Urio n' en disa pas plus. Il espérait grandement qu' il n' avait pas mit en déroute cette visite diplomatique importante. Mais il savait pertinemment que si la déesse Ahina l' avait laissé re-rentrer, c' est qu' elle ne devait pas en avoir finit avec son attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Ven 12 Mar - 20:53

Athéna était assise sur le lourd fauteuil de velours rouge lorsque Urio fit son entrée.
Le visage de la déesse n'arborait pas sa douceur habituelle, mais était fermé, ses traits dévoilant toute l'inquiétude qui l'envahissait.
On ne pouvait pas dire que l'entretien avec Amphitrite se soit mal passé. Cependant on ne pouvait pas non plus affirmer qu'il s'était déroulé sous les meilleurs auspices... Le Sanctuaire n'avait pas vraiment besoin de forces armées supplémentaires actuellement. Même en cas d'attaque, ils devraient pouvoir gérer le conflit. Mais chaque alliance, chaque traité de paix conclu, stabilisait le fragile équilibre du monde. Et c'était cela qui importait.
Or la déesse avait quitté le sol sacré du Sanctuaire visiblement perplexe. Les relations se dégradaient avec Odin dont l'attitude meurtrière de son guerrier n'avait pas encore trouvé d'explication. Qu'était-il advenu de Arianna... d'Hyunkel... Le Grand Pope et son escorte étaient-ils arrivés en terre nordique...?
Et qu'en était-il des émissaires de paix qui étaient revenus de chez Hadès... Etaient-ils porteurs d'une bonne nouvelle...?


"Effectivement... Urio..." Dit-elle d'une voix douce en tournant les yeux vers son chevalier.

"Je ne cautionne pas ta maladresse, je te l'ai déjà dit.
Néanmoins... si cette toute petite chose suffit à faire douter l'épouse de Poséidon, je ne vois pas ce que nous pourrions faire contre cela."
Le regard de la déesse s'égara quelques brèves secondes vers la haute porte par laquelle était apparu Urio, mais également par laquelle avaient disparu Amphitrite et son général. "Quelque soit le statut de chacun, qu'il soit guerrier ou divin, je ne permets pas que l'on remette en cause votre bonne volonté.
Ton interruption aura suffit à provoquer le départ de nos invités. Et je te prie de croire que j'aurai préféré ne pas avoir à essuyer le discours de la déesse des océans en suivant.
Malgré tout chaque être devrait ouvrir un peu plus son esprit aux autres et essayer parfois de comprendre ce qui a motivé leurs gestes ou leurs paroles.
Un peu de clémence... de bonté... de compréhension... sont les éléments indispensables à la paix du monde."


Athéna se releva doucement, faisant quelques pas jusqu'à arriver à la hauteur de son chevalier d'or.


"Relèves toi Urio.
Tu as agis trop précipitamment, mais tes intentions n'étaient pas mauvaises. Je le sais bien et ai tenté de l'expliquer à nos invités, mais cela s'est avéré être un cuisant échec.
Il est clair que Haiken, ce général des mers, ne nous porte pas en très haute estime. Je ne sais guère pourquoi. Mais le résultat est que les mauvaises ondes qu'il nourrit à notre égard ont contaminé Amphitrite qui a préféré partir et donner suite à notre entretien plus tard."

La divinité esquissa un pâle sourire à l'adresse de son chevalier puis se détourna pour reprendre place sur l'épais siège sculpté.

"Bien... ne parlons plus de cela. Nous verrons bien comment les choses évolueront, ou n'évolueront pas.
Quel est le problème avec ce juge des enfers ? Qu'a-t-il pu faire qui eu motivé une telle réaction de ta part...?"
Demanda-t-elle en jetant un bref coup d'oeil vers le fouet posé près du trône, toujours auréolé de la protection divine qu'elle lui avait attribué quelques heures auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Ven 12 Mar - 22:47

La déesse du sanctuaire sacré n' alla pas dans le sens contraire de son chevalier d' or lors de sa première parole. Puis soudainement Ahina posa son regard juste quelques secondes sur les deux grandes portes de l' entrée de la chambre du grand pope. Ses paroles n' étaient faite que de bon sens et de respect. Urio, le chevalier d' or du cancer, ne put qu' acquiescé d' un geste de la tête en écoutant cela. Lui qui se tenait toujours en position de révérence face à celle qu' il protégerait jusqu' au péril de sa vie. Lui, qui , maintenant, s' en voulait fortement. Il ne doutait plus que son intervention inapproprié avait fait tout échoué, ou du moins son intuition le lui faisait ressentir.

- Excusez-moi encore ô déesse Athéna! Cela n' était nullement dans mon intention de faire capoté votre entretien diplomatique et l' avenir incertain qui ferait notre union. Lacha Urio, toujours la tête basse.

Athéna se releva tout doucement de son fauteuil divin et se dirigea vers le chevalier d' or. Puis elle lui demanda de se relever. Chose qu' il fit tout en relevant la tête bien droite. Bien moins fière que lors de son arrivée fracassante lors de l' entretien diplomatique, Urio écouta la suite du dialogue de sa déesse. Elle parla de ce général. Haiken, celui qui avait insulté le gardien de la quatrième maison. Là, Urio, laissa sa mâchoire se crispait. Il n' avait nullement oubliait comment celui-ci l' avait traité devant la déesse de la sagesse. Cela était resté dans sa mémoire et n' en ressortirait qu' à un moment voulu, lors d' une seconde rencontre face à cet homme.

- Déesse Athéna! Si jamais vous voulez que je rectifie mon erreur. Sur le champ je me rendrai au sanctuaire sous-marin et tenterai par tous mes moyens d' y remdier....

Ahina esquissa un léger sourire vers Urio, puis alla se r' asseoir sur son trône divin. Là, elle finissa par demandait ce qui avait bien pû lui arrivait pour avoir une telle réaction, tout en posant son regard divin sur l' arme du spectre du Balrog. Que pouvait-il bien répondre après tout ce qu' il avait bien plus lui dire quand les représentants du sanctuaire sous-marin étaient encore là?

Le chevalier d'or du cancer ne pouvait s' empêché de regarder cet arme maudite. Il était attiré par elle, par lui. Ce Philéas de May, juge du silence et ombre errante du seigneur des enfers. Il se ramena de nouveau devant le trône divn et s' agenouilla, tel un fidèle chevalier.

- ô déesse Athéna. Je ne vais pas y aller par quatre chemin et je donnerais des paroles sincère. Ce spectre, comme je vous l' ai déjà dit, a passé les trois premières défenses du sanctuaire grâce à moi. Je voulais savoir pourquoi il était venu ici la première fois. Chose auquel, encore aujourd' hui je suis incapable de répondre. Je lui ai même dit que son arme était à vos côtés, puis de colère, comme il avait fait la première fois, il s' en alla comme une furie.

Les yeux du cancer commencèrent à s' humidifié. Son esprit était embrouillé, tout ça à cause de ce maudit spectre.

- Ce spectre à laissait sous-entendre que j' avais tout pour faire parti des spectres. Que ma douleur et ma colère étaient dominante dans tout mon être! Bien sûr, vous vous en doutez. Je ne peux le croire! Moi, Urio, chevalier d' or de la constellation du cancer, ne peut être cette personne décrite.

Tentant de reprendre son calme un instant, Urio, se tu quelques minutes tout en regardant la déesse de ses yeux humide. Elle ne pouvait rien voir d' autre que de la sincérité dans ses propos et son attitude. Puis il reprenna.

- Si nous voulons savoir pourquoi Philéas De may est venu au sanctuaire. Vous devez me donner le fouet du balrog. J' irais moi même le rendre, non pas au spectre, mais à Hadès, lui même. Le dieu des enfers ne peut être derrière tout cela, au vu de ce que j' ai pu entendre. Je pense que cela pourrait joué en notre faveur, le fait de lui rendre l' arme à lui.....voilà ô déesse Athéna!

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Sam 13 Mar - 23:26

Urio était rongé par la culpabilité. Il avait désormais conscience du fait que son interruption avait provoqué un revirement de situation et que celle-ci avait occasionné le départ des deux invités venant du Royaume Sous-Marin.
Athéna ne pouvait pas le soulager de ce sentiment pesant. Malgré tout...


"Je le sais bien Urio.
Néanmoins, lorsque je donne des ordres vous vous devez de les écouter même s'ils vous paraissent invraisemblables.
Si j'avais demandé que personne n'interrompe cet entretien, c'était pour une bonne raison. N'imagines pas une seule seconde que ce soit une manque de confiance de ma part. Très loin de là..."
Dit-elle en fixant le chevalier d'or.

"S'il est vrai que ton arrivée impromptue a coupé court à toute discussion, je pense malgré tout que Haiken a prétexté cette interruption pour élever la voix devant sa divinité.
Il l'a clairement dit, il ne nous aime pas et n'a pas confiance en nous. Ainsi tu lui offrais un prétexte en or pour faire pencher la balance de son côté.
Je ne le pense pas favorable à une alliance entre nos deux royaumes. Et son ton vindicatif l'a clairement prouvé."


Le chevalier d'or se releva avec dignité. Mais le poids de son acte pesait tant sur ses épaules qu'il alla jusqu'à proposer à Athéna de rectifier son erreur en se rendant sur le champs auprès d'Amphitrite pour lui présenter ses excuses.


"Cela n'est pas nécessaire Urio.
Je te remercie néanmoins de la ferveur que tu démontres à vouloir réparer cet impair.
Cependant ce qui est fait est fait. Nous ne pouvons pas revenir en arrière.
Des excuses ont été présentées, mais cela n'aura pas suffit et Haiken n'aura même pas pris la peine d'y répondre.
Laissons les y réfléchir sans que quiconque ne perturbe leurs pensées.
J'ai déjà expliqué à Amphitrite comment je vous considérai. Si cela ne lui suffit pas ou qu'elle est incapable de comprendre mon point de vue.... et bien cela sera fort dommage, mais les relations entre nos deux mondes s'arrêteront à cet entretien."

Le sujet principal de la discussion allait enfin entrer en matière. Tandis que la déesse s'était rassise sur le trône de velours, Urio se rapprocha de quelques pas puis s'agenouilla de nouveau.
Athéna ne dit pas un mot, le laissant lui expliquer de nouveau ce qui le perturbait tant chez le juge des enfers.
Philéas était donc revenu une seconde fois au Sanctuaire des hommes et avait réclamé son arme. Quel juge extravagant et impétueux que celui-ci... Pour qu'il soit de retour aussi rapidement, soit il avait pris conscience de son erreur, soit Hadès l'avait accueilli assez froidement pour qu'il comprenne qu'il avait tout intérêt à revenir avec son fouet et on ne peut plus rapidement.
Connaissant parfaitement son oncle, Athéna n'imaginait que trop bien l'accueil qu'il avait du réserver à l'un de ses guerriers parmi les plus puissants, qui avait commis l'outrage suprême de remettre son arme du jugement dans les mains de sa pire ennemie.
Et apprenant que la divinité elle même était en possession de son arme, il avait pris la poudre d'escampette aussi vite que la fois précédente. Athéna soupira longuement en entendant le récit de son chevalier. Quel étrange être que ce spectre... Que son esprit devait être bien embrumé pour avoir un tel comportement.

"Urio" Dit-elle doucement en dévisageant son chevalier longuement avant de poursuivre. "Est-ce vraiment la raison principale qui te pousse à vouloir remettre ce fouet dans les mains d'Hadès lui même...
Si tu souhaites savoir pourquoi Philéas est venu ici, c'est à lui qu'il faut le demander, et non à son maître.
Ne serait-ce pas plutôt pour vérifier les dires et les lourds sous entendus de cet homme, que tu désires si ardemment te rendre labas...?
Ton coeur et ton esprit ont-ils été aussi perturbé parce qu'a pu te dire ce juge ?"
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Dim 14 Mar - 0:49

La déesse de la sagesse répondit à son chevalier d' or. Expliquant que lorsque des ordres sont donnés, cela est pour une très bonne raison et ils sont fait pour être respecté. Et elle avait plus que raison sur ce principe là. Lui, Urio, faisant parti de l' élite de la chevalerie, il se devait de s' y plier sans dire un seul mot. Tout comme il y a quelques temps, quand il n' était encore qu' un chevalier de bronze, quand le grand pope ou le chevalier d' or du sagittaire, Kyros, donnaient des ordres de missions. Il ne faisait que s' exécuté et partait, là, ou on lui disait de partir pour la défense des hommes et pour la protection du sanctuaire sacré. Elle expliqua, aussi, que son intervention n' avait été qu' un bon prétexte pour que ce Haiken se permette de hausser le ton devant Amphitrite.

- Oui déesse Athéna. Vous avez certainement raison au sujet de ce général, Haiken. Dans son regard et ses paroles, j' ai pu ressentir sa haine à notre égard, même si envers vous il fût des plus respectueux....Pour ce qui était de l' ordre de ne pas venir...Ce n' est pas tout ô déesse Athéna.

Ses paroles étaient confuses, ses yeux étaient remplis de tristesse. Comment pouvait-il faire pour annonçait le fait qu' il avait fait une déclaration de combat? Et tout ce qui s' était passé dans le temple du chevalier d' or des poissons, Albafika. Il est vrai qu' Albafika avait été des plus singulier à son égard. Que ses paroles furent blessante! Mais il avait reçu un ordre divin, et lui avait tenu son rang comme il le fallait.

- Dans le temple des poissons. Une certaine agitation s'y est passé. Il y avait plusieurs chevaliers. Henriques, chevalier de bronze de l' Hydre de retour des enfer. Mais aussi Chronos chevalier de bronze de l' horloge et pégase. Albafika ne voulant rien entendre au sujet de la délégation envoyé aux enfers. Il disait que le chemin resterait barré et ceux quel qu' en soit la raison. Son attitude poussa à l' extrême la situation. Des paroles dur des deux parties ( henriques, moi, pégase ) et (Alba).Je me devais de le remettre en place, lui mon égal. Je lui ai lancé une déclaration de combat qu' il a refusé.

Le regard du cancer était plongé dans le regard de sa déesse. Comment prennait-elle tout ce que venait de lui dire le chevalier d' or? Certainement pas très bien! Et quoi de plus normale. Une sorte de rébellion au sein même du sanctuaire. Puis il reprena.

- Le chevalier de l' horloge n' a pas participé au débat qui nous opposé au chevalier d' or des poissons. Henriques à tenté coûte que coute de faire comprendre l' importance de sa venue auprès de vous. Puis le chevalier pégase attaqua Albafika..Je n' eut d' autre choix que de m' interposé entre son attaque et le gardien du dernier temple....Puis,là, Shion, le chevalier d' or du bélier arriva et intervena et nous sépara des chevaliers de rang inférieur. Tout s' apaisé très vite après cela..

Urio venait d' expliquait dans les grandes lignes ce qu' il s' était passé dans le dernier temple sacré.

Suite à l' erreur que le chevalier d' or avait formulé, et que si elle, Athéna, le désirait, il se rendrait là-bas au sanctuaire sous-marin. La déité le remercia et répliqua que cela n' était pas nécessaire. Que de toute façon les relations entre le sanctuaire sacré et le sanctuaire sous-marin s' arrêtait là.

Les dernières paroles touchèrent profondément le chevalier d' or. Il se ré-agenouilla de nouveau, laissant la tête basse, comme si son statut de chevalier d' or ne valait plus grand chose. C' est ce qu' il pensait déjà au plus profond de lui même.

- Cet homme à jeter le trouble, la confusion dans mon esprit. Cela est une certitude. Comment expliqué mon attitude envers vous, et Albafika, aussi non? De plus vous devez certainement savoir que je ne fait pas l' unanimité auprès des autres chevaliers d' or. Je n' ai pas ma place au sein de l' élite et j' en suis conscient ô déesse Athéna....Oui mon coeur et mon esprit sont meurtri, mais même si je souffre ce n' est pas cela qui me fera basculé du côté du mal. Je sais que je peux me relever, pour ainsi mieux refaire surface. Prouvez ma place auprès de mes frères d' armes et prouvez que je peux vous défendre au péril de ma vie. Mais pour cela j' ai besoin de votre aide, déesse Athéna. Mon raisonnement me pouce à pensez que si vous me donnez l' arme du balrog et que vous acceptiez que je me rende aux enfer. Je verrais le seigneur Hadès en personne. Cela est quasi certain! Je ne pense pas que le retour du juge se soit fait sans accrochage auprès des siens. Comment pensez-vous qu' Hadès accepte qu' il ai donné son arme à sa pire ennemi, vous? Il aura dû être punit, tout comme moi j' aurais du l' être. Je pense aussi qu' Hadès serait prêt à un compromis. Je lui rend l' arme du balrog et en échange je demande un combat loyal envers son serviteur. Il n' y aurait que comme ça que je pourrais enlevé tout mes doutes et prouvez ma place et ma valeur..

Urio arrêta là, toujours la tête basse regardant le sol de la chambre du grand pope. Il espérait grandement qu' elle accepte. Avait-il été assez explicite?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Dim 14 Mar - 21:27

Certes Haiken avait été plus que respectueux à l'égard de la divinité des hommes. Mais Athéna pouvait difficilement envisager qu'il en soit autrement, surtout lorsqu'on se basait sur le discours éloquent qu'avait tenu la déesse des océans par la suite. Elle ne supportait aucun manquement que ce soit à la politesse ou au respect dus à un être divin. Il n'était donc pas étonnant que son général ne se soit pas hasardé à commettre un tel impair devant sa divinité protectrice. Il devait parfaitement connaître son point de vue à ce sujet.

"Ce n'est pas tout...?" Demanda-t-elle d'une voix cristalline tandis que son chevalier d'or semblait hésiter à poursuivre.
Urio se mit en devoir d'expliquer l'agitation qui avait régné dans le temple des poissons. Athéna l'écouta sans l'interrompre. Mais plus il avançait dans son récit et plus le léger sourire de la déesse se muait en amusement. Au bout du compte, lorsqu'il eut terminé, elle éclata de rire.

"Tout est dans l'ordre des choses mon cher Urio.
Albafika a eu raison d'agir ainsi. Contrairement à certains d'entre vous..."
Entama-t-elle en un sous entendu que le chevalier devait parfaitement relever. "...Albafika a suivi les ordres qui lui étaient donnés à la lettre. Il a confiance en ma parole et rien d'autre ne comptait pour lui.
Ainsi chacun a suivi la ligne directrice qui fait de lui un être unique et entier.
Albafika s'en est tenu à son sens de l'ordre et du devoir. Il n'a souffert d'aucune objection et a même refusé de te combattre alors que tu ne voulais rien entendre.
Chronos a conservé une attitude détachée, ne prenant partie pour personne.
Henriques s'est montré sage en essayant d'apaiser les querelles.
Shion a fait preuve d'autorité en vous intimant d'arrêter et a permis que cette tension se calme.
Et Pégase..."
La déesse esquissa un nouveau sourire. "...Pégase a suivi son instinct.
Voilà ce qui fait la force des chevaliers de l'espoir Urio : vos différences et votre complémentarité.
Même s'il arrivera encore que tu ne comprennes pas toujours les réactions de tes compagnons d'arme, essaies d'avoir confiance en eux."

Athéna resta de longues minutes silencieuse à la suite de la longue déclaration d'Urio.
Elle était perplexe. La certitude qu'Urio trouve ce qu'il cherche et annihile tous ses doutes en se rendant en enfer n'était pas des plus évidentes. Un combat contre Philéas était-il réellement judicieux...?
Malgré tout elle comprenait le sentiment qui enserrait le coeur de son chevalier et ne pourrait pas l'effacer même si elle tentait tout ce qui était en son pouvoir. Ainsi... lui accorder ce qu'il demandait était peut être la meilleure chose à faire, pour l'instant en tous cas.
Athéna leva sa main et la dirigea au dessus du fouet qui se trouvait négligemment posé sur le sol près du trône. Une lueur dorée s'échappa de sa paume ouverte, le globe de pouvoir divin semblant aspiré au creux de cette paume tendue. Une fois que l'auréole lumineuse eut totalement déserté le fouet du jugement, celui-ci s'éleva lentement dans les airs, comme mue par une force invisible et se dirigea vers le chevalier d'or.

"Prends ce fouet Urio et rends-toi en enfer le remettre à Hadès. Prends bien garde à ton comportement et à tes paroles lorsque tu y seras.
Je ne sais pas encore comment mon oncle a accueilli la demande d'entretien que lui ont formulé nos émissaires. Cependant il est inconcevable que tu provoques un conflit.
Si Hadès ne te donne pas la permission de combattre ce juge, rentres immédiatement au sanctuaire.
Je t'accorde là un immense gage de ma confiance et espère que tu te sentiras digne de revêtir l'armure que tu portes lorsque tu seras de retour parmi nous. Car quoi qu'en pensent certains, elle t'a choisi toi et nul autre."
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Dim 14 Mar - 22:15

Quand Urio eu finit ses explications, Athéna leva sa main au dessus du fouet, l' arme du juge du silence, qui était situé au sol près du trône divin. De la main de la déesse, une lueur dorée s' en échappa. A ce moment précis le chevalier d' or comprenna qu' elle enlevait la protection divine qui était apposé sur l' arme maudite. Une fois la protection totalement enlevé , le fouet s' éleva dans les airs et se dirigeait vers le gardien du quatrième temple sacré. Il l' attrapa de pleine main et la regarda fixement.

Athéna accédait donc à la requête de son chevalier tout en lui disant bien de faire très attention à son comportement et à ses paroles. Urio acquiesça d' un signe simple de la tête. Il ne devait surtout pas provoquait un conflit de son propre chef, et si Hadès refusait à sa requête il devait rentré immédiatement pour le sanctuaire. Le chevalier d' or du cancer se releva en tenant bien le fouet du balrog. Dans ses yeux, une lueur d' espoir se faisait ressentir.

Ne voulant pas décevoir Athéna, certainement l' une des seul de son clan à croire en lui, Urio lui donna un sourire radieux et il termina par lui dire ceci.

- Merci ô déesse Athéna. Je ne vous décevrez pas, si le seigneur des enfers refuse ma demande je rentrerai immédiatement sans faire de dommage collatéral.

Puis il se retourna et s' en alla de la chambre du grand pope. Quand il passa les deux grandes portes, il regarda les deux gardes d' un air peu commode puis disparu pour sa destination finale.

les enfers
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   Dim 14 Mar - 22:37

Urio saisit l'arme du jugement et se redressa. Dans son regard pouvait se lire toute sa détermination, mais également une sorte de... soulagement.
Il assura à sa divinité qu'il ne commettrait aucun impaire et il quitta la salle d'audience du Grand Pope prestement. Athéna le regarda disparaître par les deux épaisses portes et ce n'est qu'une fois qu'elles se furent refermées sur lui qu'elle murmura.

"J'ai confiance en toi Urio. J'espère que tu arriveras un jour à en faire de même."

La déesse de la sagesse ne ressentait plus la moindre présence dans le temple le plus proche, celui d'Albafika.
L'étrange impression qui émanait de celui-ci laissait à penser que son chevalier avait pris plus de précautions que nécessaire. Il était donc absent.
Athéna ne savait pas trop ce qui avait motivé ce départ, mais sachant que le Grand Pope avait rassemblé quelques chevaliers pour se rendre en Asgard, il était fort probable qu'Albafika eut fait partie de ceux-ci.
Elle eut une pensée émue vers cette délégation qui était partie tambours battants. Elle espérait de tout coeur que tout aille bien pour eux... Et qu'ils arrivent à temps pour porter secours à Arianna et Hyunkel le cas échéant.
La divinité n'arrivait toujours pas à imaginer qu'Odin eut pu être au courant de la démarche sanglante de son guerrier. Tant qu'on ne lui aurait pas amené la preuve du contraire, elle continuerait de croire en lui.

Mais désormais une autre tâche on ne peut plus importante, voire décisive pour l'avenir de la terre, l'attendait.
Athéna se releva et saisit la fine toge immaculée que lui tendit une servante dans un sourire. Sourire que la déesse lui rendit bien volontiers avant d'enfiler la tenue voilée.
Descendant lentement les quelques marches de l'estrade des deux trônes, Athéna se dirigea vers les lourdes portes d'entrée et quitta la salle d'audience pour se rendre directement dans le temple d'Argès.

------------------------------------------

Suite => Temple du Verseau

Topic terminé // à locker please Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Présence acceptée. [ pv Ahiana, Urio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Chambre du Pope-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.