RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Paix à Ahirès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Arianna


Nouvel Éveillé


Messages : 1582

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Paix à Ahirès.   Dim 24 Oct - 18:36

-->temple du scorpion

Marchant à pas vifs, Arianna venait de quitter l’enceinte du domaine du chevalier d’or du Scorpion et avait reprit le chemin qu’elle avait suivi à peine quelques instant plus tôt, mais en sens inverse. Redescendant les marches qu’elle avait gravit tantôt pour gagner les hauteurs du Sanctuaire, elle accéléra encore le pas, son cosmos alors à nouveau à peine perceptible afin de ne pas attirer l’attention. Evitant une nouvelle fois les maisons des chevaliers qui étaient le théâtres de très rudes combats, la jeune femme, une fois rendu sur le sentier qui menait à Rodorio, bifurqua et rejoignit un autre tracé qui lui s’enfonçait dans un bois un peu plus loin.

Rencontrer Freyja à Rodorio aurait été plus simple, le lieu étant directement rattaché au Sanctuaire, mais c’était aussi plus risqué. Lorsqu’elle était passée aux abords de l’entrée du Sanctuaire, elle avait ressenti les cosmos de guerriers divins, la déesse de l’amour et de la fertilité nordique n’avait pas perdu de temps et Athéna remercia mentalement cette efficacité dont faisait preuve la Déesse d’Asgard et les Ases qui l’avaient suivi dans sa quête de paix.
Mais si la déesse grecque était parvenue à les ressentir cela devait aussi être le cas des autres personnes présentes, donc si Freyja était arrivée ici, elles n’auraient même pas eu le temps d’échanger un mot qu’elles auraient été interrompu par un Spectre ou un Marina et cela, Athéna ne pouvait le permettre.

Suivant le sentier qui s’éloignait doucement mais surement de la colline du Sanctuaire, la jeune femme marcha un moment avant de quitter le chemin bien définit et de couper par le bois. Elle avait fait ce trajet un nombre incalculable de fois depuis qu’elle était arrivée ici et qu’elle avait débutée son entraînement avec le chevalier d’argent des chiens de chasse. Se rendre à Ahirès était quasiment instinctif chez elle et elle était certaine de pouvoir rejoindre le village les yeux fermés.
Lorsqu’elle arriva à proximité de la bourgade, elle ressentie déjà l’activité qui y régnait et quand elle fut à l’entrée, elle put constater, rassurée, que les gardes avait très bien exécutés son ordre de regrouper tous les civils qui étaient encore au Sanctuaire et à Rodorio et de les mener ici. Elle ne pouvait dire s’il y avait bien tout le monde, mais il était certain qu’il y en avait un maximum.

Les habitants du villages et ceux de Rodorio qui étaient en état de les aider, étaient trop occupés à soigner les blesser pour faire attention à elle, habillée en simple voyageuse qu’elle était. Il y avait beaucoup de blessés… Trop au goût de la déesse qui savait qu’il y avait autant voire plus de morts. La tristesse et la haine qui émanaient des victimes lui étreignirent le cœur en réponse elle enflamma légèrement son cosmos. Certes toutes les personnes présentes à Ahirès ne pouvait ressentir cette énergie telle quelle mais une douce chaleur les enveloppa tout de même et l’espoir regagna leurs cœurs, atténuant leurs peurs et tristesses.

« Ma foi… Je ne te connaissais pas ce pouvoir… »

Prise par surprise, et même si elle connaissait cette voix depuis sa plus tendre enfance, Arianna sursauta et se retourna pour faire face au médecin qui venait de s’adresser à elle. La jeune femme avait froncé les sourcils et allait lui répondre, mais il ne lui en laissa pas le temps. Les bras chargés d’un seau d’eau bouillonnante d’où s’échappaient des volutes d’alcools, et des morceaux de tissus propres, il lui fit un signe de tête pour l’inviter à le suivre, ce qu’elle fit en silence.
Une fois arrivés aux côtés de l’énième blessé qu’il soignait, Kirilos déposa le seau et s’agenouilla à côté d’un autre morceau de tissu où étaient déposés ses divers instruments de charcuterie comme Arianna avait l’habitude de les appeler.


« Nettoies lui les plaies superficielles le temps que je m’occupe de lui recoudre celle qu’il a à sa cuisse… »

Toujours silencieuse, la jeune femme s’exécuta, s’agenouillant à son tour en déposant son sceptre qui bizarrement, ne semblait pas attirer l’attention. Le médecin fit mordre un morceau de bois au blessé tandis que la jeune femme plongeait un des morceau de tissu dans le mélange antiseptique. Bien que très concentré sur sa tâche l’homme ne s’empêcha pas de poursuivre le début de conversation.

« Je vois que bien des choses ont changé depuis ton départ pour Asgard, tout comme tu as pu te rendre compte de la précipitation des évènements ici… »

« En effet… »

« Je suis heureux de te voir en un seul morceau, mais je sais que tu préfèrerais mille fois te battre aux côtés des autres chevaliers pour défendre le Sanctuaire. C’est donc une raison bien importante qui t’amènes ici je pense… »

« Au départ la guerre Sainte à été lancée entre Asgard et le Sanctuaire, mais bien des choses se sont passées entre temps comme tu l’as dis et il est apparu clairement qu’une tierce personne est derrière tout cela. Il a donc été conclu tout récemment que la déesse Freyja vienne ici pour que nous puissions discuter de tout cela et agir en conséquence. »

Pourquoi passer par quatre chemins quand on pouvait être aussi direct ? Il en avait toujours été ainsi avec Kirilos et Arianna en était bien heureuse. Le médecin n'avais pas besoin de détails dans l'immédiat et il respectait les silences et secrets de la jeune femme, bien que cette dernière en ai bien peu voire pas du tout avec lui.

« Je vois… C’est une bonne chose… Mais cela suffira-t-il à stopper ce chaos ? »

« Je m’y engage. »

« Tu sais donc qui est derrière tout cela ? »

La jeune femme ne répondit pas mais Kirilos en était convaincu.
Attendant l’arrivée de Freyja, Arianna continua d’aider le médecin dans sa tâche rendue ardue par le nombre de blessés qui donnait l’impression de ne jamais vouloir décroître…
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Lun 25 Oct - 18:40

Arrow Appel des Ases

Guidée par la chouette de la déesse de la Sagesse, Freyja avait laissé les neiges d'Asgard derrière elle. Ainsi le froid glacial avait-il fini par céder la place à l'ardant Soleil de Grèce.

Et pas un instant, la jeune femme n'avait relaché sa vigilence tout comme son cosmos qui enveloppait avec toujours autant de douceur le saint de l'Hydre Femelle encore inconscient.

De temps à autre, son regard de jade se posait sur le visage étrangement paisible du jeune homme avant de se reporter à nouveau sur les battements d'ailes de l'oiseau de nuit. Ainsi la chouette ouvrait la route et ainsi Freyja suivait avec sa bien singulière escorte.

Puis, enfin, la chouette commença à se rapprocher du sol tandis qu'un village venait d'enfin apparaître au loin. Et Freyja abaissa son cosmos alors que des convois de blessés installés au mieux dans des charettes, sur des civières ou tout simplement pour les moins atteints soutenus par leurs proches ou des gardes du Sanctuaire affluaient de tous côtés.

Les cris et les gémissements emplissaient les lieux et la belle déesse enflamma très légèrement son cosmos bienveillant. Cela était peu mais soutiendrait à défaut de soulager totalement les malheureuses victimes de ce conflit.

Puis enfin, elle finit par accrocher le cosmos d'Arianna ainsi que ceux des Ases qui venaient de faire leur apparition à l'Entrée du Sanctuaire. La guerre allait à présent prendre un nouveau tournant.

Et marquant un bref arrêt, la déesse se retourna un instant en direction du domaine sacré.

Courage à vous guerriers divins, bientôt la paix sera revenue entre Asgard et le Sanctuaire et je pourrais de nouveau me joindre à vous face à nos ennemis communs.

Puis, enfin, elle aperçut la déesse occupé à soigner les blessés. Et aussitôt, elle se dirigea vers elle, entrant à son tour dans la bâtisse transformée en centre de soins. Puis, elle s'approcha enfin de la déesse avant de laisser s'échapper ces quelques mots...

- Bonjour déesse Athéna. J'avoue que j'aurais aimé vous revoir dans de meilleures circonstances. A nous de faire en sorte que tout cela cesse et qu'enfin le coupable soit démasqué...

Un ton doux mais aussi plus que déterminé tandis que, laissant enfin son cosmos retomber, elle déposa avec d'infinies précautions le saint de l'Hydre toujours inconscient sur l'un des lits de fortune.

- Oui, il est plus que temps, Arianna.
Revenir en haut Aller en bas
Arianna


Nouvel Éveillé


Messages : 1582

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Dim 31 Oct - 22:22

Athéna était en train de bander les plaies d’un énième blessé, lorsqu’elle ressenti son propre cosmos, la chouette qu’elle avait envoyé avec son message de réponse à Asgard était de retour et elle n’était pas seule. La déesse savait que Freyja avait bien eu le message car elle avait senti les cosmos de guerriers divins à l’entrée du Sanctuaire et désormais celle qui dirigeait l’armée du royaume du nord arrivait à son tour.

Athéna su que Freyja était arrivée bien avant qu’elle ne la voit et lorsque la belle nordique fut à sa hauteur. Elle échangea un regard avec Kirilos qui hocha de la tête pour lui signifier qu’il se débrouillerait très bien tout seul désormais. En se relevant, la déesse vit alors que Freyja était accompagnée, enfin plutôt qu’elle portait un chevalier du Sanctuaire. Arianna ne le connaissait pas, du moins elle ne le reconnu pas au physique mais elle se souvint de celui qui c’était battu à Asgard, autre que le bronze de la Licorne ou de Pégase. Se dirigeant vers le lit de fortune sur lequel Freyja avait déposé le corps du chevalier, son sceptre dans la main droite, Athéna répondit à ses propos.


« J’aurais aimé moi aussi que cette rencontre se fasse dans d’autres circonstances. Mais je dois aussi dire que je suis très heureuse de te voir ici et je te remercies de la rapidité avec laquelle tu as agis. »

La jeune femme posa alors sa main sur le front du chevalier inconscient et l’enveloppa de son cosmos avant de se relever et de reporter son attention sur la déesse de l’amour et de la fertilité d’Asgard. Elle commença à marcher et fit un signe à Freyja pour qu’elle la suive. Elle se rendit dans une petite pièce de la bâtisse où elles se trouvaient toutes deux et elle ferma la porte derrière elle en invitant Freyja à s’assoir sur une des chaises qui se trouvaient en face d’elles.

« Excuse moi de ne pas t’acceuillir dans de meilleures conditions… Je t’en pries assieds toi, je sais que le voyage est long, si tu souhaites boire quelque chose, surtout n’hésites pas à le dire. »

La jeune femme parlait de manière décontractée et son timbre semblait même enjoué, mais l’expression qu’on pouvait lire sur son visage montrait clairement qu’elle était bien plus sérieuse que ne le faisait perce voir sa voix.

« Tu as raison il est plus que temps qu’on tire tout cela au clair. Ma nouvelle réincarnation ma quelque peu déboussolée, je dois l’admettre, mais maintenant que je suis tout à fait rétablie, je peux te fournir toutes les informations qui me sont connues. C’est Poséidon qui est derrière tout cela… »

La déesse laissa planer un court silence avant de reprendre.

« Si tu te souviens, lorsque j’ai quitté Asgard, j’avais parlé du fait que j’ai dû changé d’hôte. Tout cela car ma première enveloppe corporelle n’avait pas tenu le coup face à une attaque psychique de la part de Poséidon. Je ne peux malheureusement pas détaillé cela, se fut trop brutal, mais je sais que c’est un pouvoir qu’il ne devrait pas avoir, je le soupçonne donc d’avoir mit la main sur un artéfact pouvant augmenter sa puissance, mais encore là ce n’est qu’une hypothèse…
J’avoue avoir voulu le rejoindre le plus vite possible afin de tirer tout cela au clair, mais l’attaque des spectres m’en empêche. Est-ce que c’est parce qu’Hadès est au courant de tout cela, je n’en sait rien… Cela me frustre de devoir rester ici et de n’être qu’une simple spectatrice. Peut-être pourrais-je faire en sorte d’attirer Poséidon ici… Qu’en penses-tu ? »


Athéna se tut alors, laissant le temps à Freyja d’assimiler ce qu’elle venait de dire et d’agencer ses pensées pour pouvoir lui donner son avis sur ce sujet…
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Sam 6 Nov - 20:57

Athéna n'avait pas tardé à répondre à Freyja avant de se diriger vers le saint de l'Hydre Femelle. La déesse posa avec douceur sa main sur le front du jeune homme inconscient tout comme la belle nordique l'avait fait avant elle.

Ceci fait, la déesse de la Guerre et de la Sagesse lui demanda de la suivre discrètement dans une petite bâtisse tranquille, étrangement bien isolé de l'ensemble des cris et gémissements.

Freyja prit ensuite place sur le siège que Arianna lui désigna juste en face du sien. Ses deux chats s'installèrent à ses côtes, avant que l'un d'eux ne se relève et ne vienne se frotter contre les jambes de la déesse de la Sagesse avant de se placer près de la porte. Comme s'il montait la garde.

Puis, elle répondit à l'invitation d'Arianna.

- Merci beaucoup, Arianna, mais ne t'inquiète pas pour moi. Tous ces malheureux sont bien plus à plaindre que nous, sans la moindre véritable défense contre les attaques conjuguées des spectres et des marinas.

Son regard se durcit soudain avant de reprendre une expression plus douce tandis que son interlocutrice reprit la parole. Rapidement, elle ferma les yeux se plongeant dans ses souvenirs, tachant de rassembler tous les éléments qu'elle connaissait depuis son retour en tant que Walkyrie du Tigre Blanc sur les terres gelées d'Asgard. Elle se souvenait bien avoir rencontré l'empereur des Mers à deux reprises...

Aussi, elle se concentra sur ces deux évènements essayant de trouver quelque chose de concret qui puisse apporter de l'eau au moulin de la jeune femme.

Puis, enfin, une fois qu'Arianna eut achevé son discours, la déesse Vane reprit la parole.

- Poséidon... Oui, il fut et reste notre ennemi commun. Je l'ai vu tuer le Grand Pope de ses propres mains. Un acte précipité empli de colère alors que ma... la Grande Prêtresse Callan m'avait demandé de me dissimuler sur les pentes de l'Etna.

Elle laissa s'écouler un bref moment avant de continuer.

- Mais ce n'est pas non plus la première fois que je le rencontrais, Arianna. Te souviens-tu de notre toute première rencontre aux frontières d'Asgard ? Je revenais précisément d'une ambassade auprès du seigneur des Océans et des Flots. Il venait juste de revenir à la vie après une longue absence.

Cette fois, elle se leva, l'un de ses chats dans les bras.

- Et le dieu que j'ai vu même s'il se montrait arrogant voire colérique et tyrannique envers ses hommes ou les spectres n'avait pas vraiment encore cette attitude proche de la folie meurtrière. Oui, il n'avait rien de commun avec celui que j'ai revu bien plus tard. Une autre chose m'avait aussi marquée à l'époque. Poséidon souhaitait faire la paix avec Asgard et avait même convié Odin à une rencontre mais en y ajoutant une condition...

la voix de Freyja se fit soudain plus forte.

- Que ce soit moi et moi seule qui l'accompagne. Que jamais, il n'accueillerait d'autres guerriers divins que moi. Ensuite, je suis revenue, la guerre sainte a été déclarée et Odin a précipité l'épreuve de la God Robe de Zeta Prime.

Elle laisse le chat rejoindre sa compagne, marquant un courte pause.

- Autre chose, déesse, Hadès avait lui aussi envoyé ses émissaires alors que la déesse Amphitrite elle-même était étrangement détachée de tout. Comme si Asgard ou les Enfers eux-mêmes n'avaient pas la moindre importance à ses yeux. Que nous n'existions tout simplement pas pour elle. Aussi, je suis d'accord avec vous, déesse, il a du se passer quelque chose d'anormal pour que le dieu des Océans change aussi vite de caractère tout en gagnant en puissance. Pour ce qu'il est de votre idée, Poséidon devrait peut-être venir s'il vous sent sur le point de chanceler une nouvelle fois. Votre armée est en danger et déjà en partie décimée, déesse Athéna... En cet instant, Asgard vient de prendre part au combat sans que personne ne sache que la situation entre nos deux Sanctuaires est en train de se retourner en faveur de la paix...

Freyja embrasa alors légèrement son cosmos, sentant celui des Ases se déplacer sur la route des douze temples.

Nul ne sait ce qu'il peut se passer entre nous en ce village éloigné mais peut-être pourriez-vous lui donner une nouvelle fois l'illusion de chanceler sous une attaque surpuissante. Nul ne sait encore qui je suis en dehors de mes compagnons. Connaissant Poséidon, il ne supportera pas l'idée que ce soit une déesse inconnue de tous, une petite divinité obscure qui prenne le pas sur lui...

A vous de décider, déesse Athéna mais n'oubliez qu'officiellement Asgard et le sanctuaire sont encore en guerre...

La décision vous revient... Soit je feins de vous attaquer soit je me joins à vos côtés auprès de nos armées respectives mais le temps joue contre nous, déesse Athéna. Nous ne pouvons laisser mourir ceux qui croient en nous, en vain
Revenir en haut Aller en bas
Icare


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1313

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Ven 12 Nov - 14:27

Le temps de la purification était venue. Le culte d'Hadès et de Perséphone n'avait cessé de s'étendre au delà des frontière des Enfers et tâchait maintenant de s’accaparer des derniers vestiges d'une justice dépassée et trop souvent mise en avant. Dans cette démarche de reconstruction du monde des Hommes, le fils de Rhéa et son épouse avaient revêtis leurs armures vengeresse. Guidés par leurs idéaux inébranlables, les divins quittèrent Elysion pour entamer leur marche utopique.

Alors que le sombre monarque souhaitait débarquer au plus près de ces troupes, dans le petit village de Rodorio, une étrange et puissante force externe le contraint à s'éloigner du champ de bataille et à décaler son arrivée dans une autre bourgade mitoyenne du nom d'Ahirès.

Dans un silence de mort, l'espace se déchira sous l'étrange apparition d’ondulations à la couleur de charbon. Telle une bouche gargantuesque, le passage dimensionnel ouvrit ses larges mâchoires pour laisser entrevoir le néant qui constituait son intérieur. Au loin de ce vide spatiale, deux points rougeoyants illuminèrent le chemin ombragé. Se laissant découvrir à chacun de ses pas, un nouveau protagoniste venait de faire son apparition aux abords du Sanctuaire sacrée de la déesse Athéna.

Un pied puis bientôt un second sortirent de l'ombre pour se poser sur la terre ferme. Respirer l'air pur de la surface le changeait de l'oxygène confiné du monde souterrain. Inhalant à plein poumons ce que Gaïa avait offert aux mortels, un léger sourire se dessina sur ce visage d'habitude si fermé à toute émotions. Alors après quelques minutes de contemplation, la satisfaction s'évapora aussi vite qu'elle fut arrivée. Sentir la pollution et les rejets de ces misérables lui firent froncer les sourcils. Décidément, les Hommes n'étaient pas digne du cadeau divin. Assurément, lui aussi était là pour la destruction mais c'était le seul chemin qui puisse mener à la reconstruction du monde si primitif mais en même temps si jouissif.

Hadès l'idéaliste, tenant toujours sa compagne par la main s'avança quelque peu de façon à refermer le vortex. De ses yeux divins, il observa le paysage. Ne voyant rien d'attractifs, il ferma les yeux afin de palper les forces cosmiques présentes. Il put ainsi repérer que ses guerriers étaient éparpillés entre les divers temples du Sanctuaire. Les pertes étaient importantes mais réparties selon les factions. Au delà des Saints et Spectres d'autres énergies se distinguaient. Ainsi, les Ases et Marinas s'étaient joints aux festivités. Poséidon n'avait pas menti et avait envoyé ses troupes pour l'éradication finale.

Soudain, dans une direction diamétralement opposée, le Régent des Enfers fut frappé par deux fortes puissances toutes proches. Ce cosmos ne pouvait tromper: Athéna était à seulement quelques kilomètres. Cela lui simplifiait la tâche, Hadès n'aurait pas besoin d'éradiquer les larbins de sa nièce avant de s'en prendre à elle. Son visage reprit un air enjoué et son regard pivota en direction de sa reine:

- Ma chère, "le destin" comme l'aiment l’appeler les humains nous tend la main. Nous allons pouvoir en finir sous peu. Avant que le soleil ne se couche, nous connaîtrons l'issue de cette Guerre !

Hadès le Noir déploya ses ailes majestueuses et pris son envol en direction de la position d'Athéna. Entraînant dans son vol furieux Perséphone, le trajet ne dura que quelques instants. D'un pas lourd afin d'être remarqué, le bafoué de l'Olympe se posa avec fracas sur le sol. Son Cosmos encore stagnant, le Seigneur des Enfers regarda tour à tour les deux dames en pleine discussion. D'une voix enragée, le monarque s'égosilla:

- Athéna ! Il est temps pour toi de répondre de tes actes !
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 16 Nov - 14:45

Il y avait des années que la Reine des Enfers n’était pas remontée à la surface de la Terre. Lorsque le vortex s’était ouvert pour libérer les époux infernaux de son emprise, la jeune femme avait apprécié la caresse de l’Astre solaire sur sa peau, et avait profité, l’espace de quelques secondes, du souffle de l’Eole. De ses lippes s’échappe un soupir de pur contentement. En cet instant, Hadès et elle-même se trouvaient en pleine osmose avec la Nature, et la main de l’épouse serra un peu plus fermement celle de l’époux, lui faisant comprendre par ce simple geste, qu’elle comprenait à merveille ce qu’il vivait en cet instant.

Mais les secondes d’émerveillement furent vite rompues. Un froncement de nez, et voilà qu’elle sentait toute la pourriture émergeant de ce monde vandalisé par les Humains. Perséphone semblait entendre le lointain écho d’appel à l’aide de la Nature, ce qui fit naître à ses yeux des larmes de rage. Comment sa sœur pouvait-elle soutenir ces vandales ? Elle osait se faire l’icône de la Justice alors qu’elle permettait à l’Humanité de perpétrer de pareilles horreurs ? Le visage si doux de la divinité des Enfers devint plus dur, alors que dans ses prunelles se lisait l’appel à la vengeance. A ses côtés, elle ressentait la pleine colère de son royal époux, reflet de sa propre hargne.

Elle sentait les cosmos des siens qui se battaient au sein du Sanctuaire. Elle était fière de ceux qui sortaient vainqueurs, priaient pour les vaincus. Mais son attention est bien vite attirée dans une autre direction. Deux puissants cosmos émanaient d’un village en contrebas, lui faisant froncer les sourcils. Hadès les avait remarqué lui aussi à en juger par son attitude devenue glaciale, qu’il abandonna en plongeant son regard dans le sien, tandis qu’il l’entretenait d’une vois enjouée.

Elle n’eut même pas le temps de répliquer qu’elle se sentit soulevée du sol par le sombre seigneur, passant ses bras autour de son cou tandis qu’il l’entrainait dans un vol puissant et gracieux. S’ils avaient été dans une autre situation, elle aurait probablement rit, mais ce n’était ni le lieu ni l’instant pour cela.

« - Il y avait longtemps que nous attendions cet instant, nous touchons notre but du bout des doigts, ce n’est qu’une question de temps avant que nous y parvenions Hadès. »

Le dit Hadès venait de gagner le sol et c’est lentement qu’elle détache ses bras du cou de son époux pour se placer à ses côtés, jetant un regard aux deux déesses qui lui faisaient face. Elle les reconnut toutes les deux, l’une avec plus de mal que l’autre, car elle avait changé depuis leur dernière rencontre alors qu’elle sommeillait encore dans la prêtresse d’Odin. Elle s’adressa en premier lieu à sa sœur afin de la saluer avant de porter son attention sur l’Asgardienne :

« - Athéna…Brunissen…J’espère que tu es là pour honorer l’accord qui lie les Enfers et Asgard. »

Mais une sorte de pressentiment lui indiquait le contraire, ce qui la fit froncer les sourcils avant qu’elle ne hausse les épaules en signe de désinvolture :

« - Qu’importe après tout, d'ici peu, ce monde deviendra notre. »
Revenir en haut Aller en bas
Loki


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 3026
Armure : Dieu d'Asgard

Feuille de Personnage :
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mer 17 Nov - 17:47

Chapitre II (partie 4), Une arrivée inattendue !

Le réveil d'un Dieu ! L'abandon d'Ikaysaro.

Le monde était tombé bien bas depuis peu. Lors d'une précédente rencontre entre les Camps de Chevaliers, Poséidon avait assassiné brutalement l'homme le plus proche d'Athéna : le Grand Pope ! Alors que tout semblait perdu pour les Saints, Athéna changea de corps et se dressa à nouveau contre le mal qui ronge le monde. Du coté d'Asgard, Odin avait fuit et Callan semblait avoir disparu depuis qu'elle avait suivit le Dieu des Mers. Personne ne savait ce qui avait put lui arriver. De son coté, Hadès continuait de mépriser la bonté de sa chère nièce Athéna (putain tous ces Dieux qui forniquent entre eux). Le sombre monarque était prêt à tout pour lui faire payer les précédents crimes de ses Chevaliers d'Or.

C'est à cette période désastreuse que Loki décida de se réincarner. Il n'avait plus dut recourir à la réincarnation depuis plus d'un siècle ! Que pouvait-il apporter à ce conflit ? Mais rien du tout voyons. Il se sentit juste d'humeur à embêter les Olympiens tandis qu'Asgard continuait de souffrir dans son coin du monde. N'est-il pas distrayant de les regarder se disputer ? D'une certaine manière, ça l'était. Se déchirer entre-eux pour des histoires aussi futiles que la mort de pauvres humains faibles et méprisables ? Leur immortalité était-elle devenue si ennuyeuse que ça ? Il fallait croire que oui.

Ayant abandonné toute mortalité, Loki décida de quitter le château laissant Ikaysaro comme étant porté disparu depuis le mont Etna. En réalité, le Dieu Ase était parti au loin dans la Sibérie afin d'apprendre à maîtriser nouveaux pouvoirs. Il était impensable d'imaginer Loki arrivé nue comme un verre ne sachant plus se transformer en un vulgaire corbeau devant les autres. De quoi aurait-il eut l'air ? De rien. Ainsi, le Dieu malveillant s’entraîna jour et nuit à décrasser ses membres. Sa captivité l'avait affaibli mais désormais, il n'en était plus ainsi.

Lorsqu'il se sentit prêt, Loki se transforma en faucon et parti en direction de la Grèce. Sur place, il put ressentir la cosmos énergie de plusieurs affrontements. Ces explosions de cosmos allaient tous dans une direction : le Sanctuaire ! Hasard ? Absolument pas. Tout le monde s'amusait à se taper dessus et ça permettait à Loki de se divertir. Lorsqu'il fut sure de son coup, le Dieu parti en direction d'un village situé à coté de Rodorio.

Sur places, des hommes, des femmes et des enfants souffraient le martyr. Des médecins se dirigeait de tous les cotés tantôt pour un soin banal que pour une amputation. Quel horrible spectacle ... ou pas. Dans toute cette agitation, Loki sentit 4 cosmos énergies d'origines Divines. L'une était sombre et imposante ... Hadès ! Quelle surprise. Non ! Quelle joie intense ! Le Dieu Ase toujours sous sa forme de faucon arriva sur les lieux. Il se posa à Terre derrière les deux Déesses du "bien". Le faucon poussa un cri et c'est alors qu'il commença à grandir. Ses plumes rentrèrent dans sa peau, son bec se divisa pour former une bouche et un nez. Le cou s'allongea et dans un dernier craquement, une silhouette venait de se dresser devant les yeux des Dieux.




"Bonjour. Nous n'avons encore jamais été présenté. Je me prénomme Loki, Dieu de la Sournoiserie et de la Métamorphose. Ne vous fiez pas à ce titre, tout n'est que mensonge dans ce monde. A moins que ça ne soit que dans ma bouche ?"

Loki laissa échappé un rire timide avant de se reprendre. Il regarda attentivement la Déesse Asgardienne présente. Cet air lui rappelait étrangement quelqu'un. Prenant un air benêt, il la pointa du doigt.

"Brunissen ?! NON ! J'y crois pas ! Toi aussi ? Check my Sister ! Tu connais surement mon ancien visage : Ikaysaro de Zeta. Et ben oui... Il a fait une crise cardiaque donc ... vous ne le reverrez plus. J'ai fait rebattre son coeur et j'ai prit mon dut : une gueule de beau gosse."

Loki fit semblant de recommencer son rire quand il se tourna vers Hadès et ce qui semblait être sa femme. Quelle beauté ! Des meufs comme ça en Asgard, ça n'était pas si fréquent ! Etrangement, elle ressemblait à quelqu'un qu'Ikaysaro avait connu mais ce n'était pas le temps d'y repenser.

L'arrogant Dieu se mit entre Hadès et Athéna. Il le regarda attentivement. Loki éprouvait beaucoup de respect pour cet homme même si ses manières étaient un peu trop rustres à son goût. Des bains de sang par ci et des bains de sang par là. Viens que je te jette dans une prison... Quelle manque d’originalité !


"Hadès, Dieu des Enfers, je suis honoré de te voir de mes propres yeux. Tu as rencontré l'Ase qui était mon ôte plus d'une fois. Lui aussi éprouvait un grand respect envers toi. Je crois que tu lui as tapé dans l'oeil !"*clein d'oeil*

"Veux-tu vraiment arranger cela ici ? Ne serait-il pas plus adéquat d'organiser ça d'une façon un peu moins voyante ? Pour ma part, je m'en contre galoche de vos querelle de minables. Héhéhé. J'déconne ça m'éclate de voir ça !

Poursuivez je vous prie !"

Il éclata de rire une dernière fois. Ses yeux étaient d'un rouge sang inhabituelle. La personnalité de Loki pouvait s'adapter à n'importe quelle situation mais pour une raison qu'il ignorait, aujourd'hui il se sentait d'humeur joyeuse. Loki partit se mettre aux cotés d'Athéna et ce qui semblait être Brunissen. Qu'avait-il vraiment en tête en venant ici ? Quel rôle allait-il jouer ? Et diable, pourquoi était-il si sure de lui en parlant à Hadès de la sorte ?! Avait-il un plan ou était ce juste de l'arrogance ? Après tout, on pouvait s'attendre à n'importe quoi avec ce Dieu. Du meilleur, comme du pire ...

__________________________


HRP : putain ça fait du bien de RP avec Loki. J'ai un soucis avec bon patron, je corrigerai plus tard. On fait comment pour l'ordre ? Smile


Dernière édition par Loki le Mer 17 Nov - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mer 17 Nov - 21:48

[HRP, je poste avant pour défier Persé et on vous laisse tous les trois. Euh... Persé, je joue mon perso, j'ai rien contre toi Wink ]


Une immense explosion de cosmos se fit soudain entendre depuis le Sanctuaire. Un cosmos divin sans le moindre doute... Et il n'en fallu guère plus d'une seconde à Freyja pour en reconnaître le possesseur.

Oh que oui, elle le connaissait ce cosmos, elle l'avait déjà ressenti récemment, très récemment... Sur les pentes cendreuses de l'Etna.

Poséidon... Ainsi l'empereur des Mers et océans est déjà sur les lieux. Cette discussion doit prendre fin et à nous d'agir au mieux pour nos peuples

Et à la seule force de cette pensée, le cosmos le plus glacial de la déesse du Grand Nord s'enflamma brutalement, faisant se lever une vent qui balaya l'ensemble de la pièce avant d'en arracher d'un seul souffle la porte. Aux alentours les villageois et autres frissonnèrent sous la caresse du courant glaciaire tandis qu'Amour et Tendresse se rapprochèrent de leur déesse, gonflant leurs pelages déjà si épais.

Et la voix de la dame d'Asgard se leva, puissante et déterminée. Cette voix n'était plus seulement celle de la déesse de l'Amour mais aussi celle de la première des Valkyries.

- Voici qui règle le problème, déesse Athéna puisque désor....

Nul n'entendait la suite non pas que la magnifique Vane se soit tue puisqu'elle avait bien achevée son idée. Seulement, d'autres invités venaient de subitement s'annoncer à la porte, enfin ce qui tenait lieu de porte, de la déesse Athéna. Avec force et fracas, ne laissant planer aucun doute sur leurs intentions...

Hadès et Perséphone en personne à Ahirès. Et Poséidon dans l'enceinte même du Sanctuaire. Cela change tout...

Puis, son regard de jade se posa sur la déesse des Enfers tandis qu'hadès venait déjà d'invectiver Arianna.

- Callan ? Callan !!! Ainsi, tu es Perséphone !!!

Puis arriva un quatrième larron. Comme si déjà trois divinités hostiles ne suffisaient pas...

- Et toi, Loki !!!

Les paroles du dieu ne la firent même pas sourciller. Ce n'était pas l'entente cordiale encore les deux divintés nordiques. D'ailleurs, cela ne l'avaient jamais été... Et dire que Freyja s'en méfiait était encore un terme bien trop doux. Suffisait de voir la réactions de ses deux chats. L'un s'était placé face à la sombre déesse et l'autre face à Loki, dédaignant Hadès, de toute façon, était obnubilé par Athéna.

Une lueur mauvaise s'alluma alors dans le regard de la déesse de l'Amour avant qu'elle ne réponde au Maître Manipulateur.

- Et bien bon amusement, Loki. Il ne te faut pas non plus une corne d'Hydromel et de la viande séchée en plus ? Ou quelques pommes bien mûres pour accompagner le tout ?

Son regard se fit soudain plus doucereux...

- Mais ne perd quand même pas de vue que ta propre peau sera elle aussi mise sur la selette si Hadès écrase Athéna et je ne parle même pas de Poséidon qui en ce moment même se promène au beau milieu des combats.

Puis se détournant enfin de dieu malin, elle lança un dernier message à Athéna.

" L'affrontement est désormais inévitable, chère Arianna, même si ce n'est pas le dieu que nous attendions... Puisses-tu vaincre ou au moins éloigner Hadès de tes terres, je me charge de son épouse, la sombre Perséphone... Courage, ma "soeur"... Loki s'amusera sans doute de la situation mais jamais il ne perdra de vue ses intérêts... N'oublie pas, jamais, il n'oubliera ses intérêts... "

Un sourire se dessina ensuite, illuminant son magnifique visage. Puis, sur son ordre les deux chats prirent position de chacun de ses côtés. Et sa voix s'éleva froide et tranchante comme la glace d'Asgard.

- Nous revoici donc face à face Callan. Comment as-tu osé nous vendre à Hadès... ?! Comment as-tu pu ainsi détourner la parole du Grand Odin ? Moi et tous les autres guerriers divins, nous avions tous confiance en toi !!! Nous ne cessions de nous inquiéter de ta disparition sur les pentes de l'Etna !! Que Loki m'ait joué ce genre de tour ne m'aurait guère surprise mais toi !

Ainsi avança-t-elle menaçante tandis que son armure d'ambre et d'or brillait sous l'éclat du soleil, sa longue chevelure d'automne soulevée par les courants d'énergie qui enflaient tout autour d'elle.

- Enfin, je te laisserais le temps de t'expliquer avant de te renvoyer chez ton époux !! Il ne lui restera plus qu'à recoller les morceaux !

Citation :
Voilà, Freyja défie Perséphone


Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Dim 21 Nov - 7:57

Citation :
HRP: Désolé du retard et merci de m'avoir ammener jusque là. J'ais gagné un voyage

Un mal étrange avait pris le brillant chevalier de Bronze de l'Hydre Femelle. C'est inconscient donc qu'il avait été transporté depuis Asgard jusqu'aux portes du Royaume d'Athéna. Henriques avait pourtant un rôle important à jouer. La déesse Freyja, fraîchement incarnée, comptait sur celui qui était passé de prisonnier à invité des Ases.
Aussi elle avait déjà enveloppé le Saint de son doux Cosmos, quand tout deux étaient encore dans le magnifique palais d'Odin. Etait-elle parvenue à stopper ses blessures et à réparer ce corps bien plus meurtris qu'il n'y paraissait?
Le pouvoir régénérateur de l'Hydre avait déjà bien travaillé. Mais il demandait à Henriques une force considérable. Aussi le Cosmos de la belle Freyja avait permit au pouvoir du Saint de continuer son travail.

Alors pourquoi Henriques restait-il toujours inconscient?

Son esprit était lui aussi vacillant. Quelle en était la raison? Le choc émotionnel? Une attaque sournoise d'une entité inconnue? Peut-être Henriques lui-même s'était-il mit dans cet état végétatif...

(Trahison! J'ais été trahi!...Les pécheurs doivent payer!)

(Que...je ...Quel est ce tourment qui égare mon esprit?...)

(Le Pope Trahi! Athéna trahi! Asgard trahi! Tout n'a été que trahison. Qui? Qui a fait celà? Ils doivent payer, expier leurs crimes et leurs fautes!)

(Je...Que...Qui assumera ce rôle? J'ai moi aussi été joué. J'ais mis ma vie en danger et failli ôter celle d'un brave guerrier. Qui pourra assumer cette têche ingrate?)

(Personne d'autre que moi. Il n'y a que moi qui puisse le faire. Seul un juge inquisiteur peut accomplir cette tâche. Pour çà il faut une loyauté et un sens de la justice sans égal! Ce sera donc moi, Henriques!)


(Athéna!...Je ressens son Cosmos, il est là! Tout proche...)

La proximité de la déesse de son coeur venait de ramener son esprit. Il n'était désormais plus tourmenté. Cependant, Henriques restait encore inconscient.

(Quel douceur...j'ais déjà ressenti ce touché...une seule personne à cette chaleur et cet amour...une seule fais battre mon coeur et ma foi: Athéna!)

Juste avant de se retirer dans une masure pour parlementer avec la déesse des Ases, Arianna, nouvelle incarnation d'Athéna, venait de poser une main bienveillante sur le front du lusitanien.

(Il faut que je me relèves! Il est plus que temps pour moi de retourner au combat)

D'autres Cosmos se firent sentirent avant même qu'Henriques ne se relève. De puissants Cosmos, tous réunis en ce lieu. Tantôt hostiles, tantôt capricieux et mielleux. Qui étaient ces nouveaux arrivants?

(Hadès!!!! Il est là! Je reconnait ce Cosmos!)

Henriques avait déjà rencontré une fois le sombre monarque. Il avait franchi les portes des Enfers et voyagé jusqu'au Guidecca d'Hadès. Ils avaient eu un échange, et l'Hydre était revenue vivant du Royaume des Morts!

Cette fois Henriques percevait des bribes de conversations. Le ton était monté, et il semblait que le destin du monde allait se jouer en ce lieu.

- Nous revoici donc face à face Callan. Comment as-tu osé nous vendre à Hadès... ?! ......................................................................
.....................................................................................

Nous ne cessions de nous inquiéter de ta disparition sur les pentes de l'Etna !! ..................................................................... mais toi !

Au début les dialogues étaient encore flous. Puis ils devinrent parfaitement claires. Juste à temps.
- Enfin, je te laisserais le temps de t'expliquer avant de te renvoyer chez ton époux !! Il ne lui restera plus qu'à recoller les morceaux !


Des effluves Roses et mauves se mêlant les unes aux autres commencèrent à venir des quatres coins du village. Comme un fin brouillard, elles léchaient le sol et se dirigeaint vers le Saint encore allongé. Passant au milieu de la rencontre presque innoportune, elles parvinrent à atteindre le Saint de L'Hydre.
L'armure d'Henriques commença à scintiller de nouveau. Son Cosmos brûlait tout autour, et lentement l'Hydre se releva. Sa tête restait légèrement penché en avant et ses yeux restaient encore fermés.
Une fois debout, le Bronze s'avança lentement comme guidé par son instinct. Il se rappelait le voeu qu'il avait fait à Samiel et à celle qui avait été nommée jadis Brunissen. Cette guerre devait finir. Son destin allait se jouer là, ou tout du moins commencer en ce lieu.

Le Portugais éleva la voix:

"Pardon, Dame Freyja, mais ce combat n'est pas le vôtre. Moi vivant, je ne permettrait pas que l'on porte la main sur vous, et encore moins sur Athéna!"

Il continua son avancée et alla se placer devant le déesse des Ases, offrant une barrière avec son corps.
Il tendit un bras à l'horizontale comme pour protéger celle qui l'avait ammené jusqu'ici, et pointa l'index de la main de son autre bras vers la femme qui avait accompagné le Seigneur Hadès.

"Pour Asgard, et pour Athéna!...Je serais cet adversaire et vengerais le peuple qui m'a acceuilli en son sain et qui a été trompé. Tout semble clair maintenant. Depuis longtemps des pions avaient été placés dans nos deux camps respectifs pour nous monter les uns contre les autres. Mais c'était sans compter la vaillance, la bravoure et le coeur de ces guerriers. Guerrier Divins et Saint d'Athéna ont un point commun: Le sens de la justice!"

Il fit une pause, leva la tête et rouvrit les yeux. Son regard avait changé. Ses yeux étaient sombres. Henriques avaient changé. Il voulait faire expier les fautes des responsables. Il poursuivit:

"...Et moi, Henriques, chevalier de Bronze de l'Hydre Femelle, je suis devenu aujourd'hui son bras vengeur!"

Et haussant le ton irrespectueusement:
"En garde femme! Un de nous deux mourra ici-même aujourd'hui!"

Citation :
HRP: Je n'ais rien non plus contre Persy.

Henriques s'interpose et défi Perséphone en lieu et place de Freyja
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Dim 21 Nov - 16:27

La surprise qui se lisait sur le visage de Brunissen était un brin jubilatoire, fermant les yeux, Perséphone laissa ses lèvres s'étirer en un sourire amusé. Un autre cosmos vint alors interrompre la scène de ses retrouvailles si... poignantes. Les paupières se soulèvent, et bien que surprise par la nouvelle apparition, le visage de l'épouse d'Hadès resta de marbre et ne traduisit nuls sentiments. Le faucon venait de semétamorphoser sous les yeux de tous en un homme qui ressemblait à quelqu'un qu'elle connaissait: Ikaysaro. Mais son cosmos différait, il était bien plus puissant, semblable au sien. Ainsi donc, lui aussi était devenu un Dieu.

"-Tiens donc, Loki en personne. Il s'avère donc que les tigres d'Asgard sont tout deux devenus des divinités."

Les propos de Freyja à l'encontre de son confrère s'étaient fait cassants, mais Perséphone ne comprennait que trop bien la réaction de l'Asgardienne. Loki était du genre sournois et à profiter de la moindre occasion pour semer le trouble. Mais là n'était pas la question, car déjà son homologue revenait vers elle pour lui faire la morale. Ainsi donc ils s'étaient tous inquiétés pour Callan, mais les propos qui suivirent accusant cette dernière de fourberie, entraina une réaction de rage chez le Déité des Enfers. Le regard émeraude se fit plus tranchant, tandis qu'elle laissait sa vis à vis cracher son venin à son encontre, la mettant au défi. C'est avec calme qu'elle répondit.

"-Prends garde à tes paroles Freyja. Je ne peux te laisser tenir de telles propos à l'encontre de mon hôte. Sâche que jusqu'au bout, chez Izanami, Callan a cru en la parole d'Odin et à défendu vos intérêts avec ferveur. Mais tu salis sa mémoire et je vais te faire payer cher tes dires. C'est donc avec plaisir que je relève ton défi."

Sans même un regard pour son époux, Perséphone s'avance avec grâce vers l'adversaire qui serait la sienne, laissant sa propre soeur à son époux. Mais voilà qu'un cosmos venait de s'enflammer et que desmorceaux d'armures vinrent à recouvrir un corps qu'elle n'avait pas remarqué jusque là. La silhouette venait à se redresser et se plaçait à présent entre Freyja à la déesse des Enfers, qui fronça les sourcils à la vue de celui-ci. Les paroles qui sortirent de la bouche du Saint firent sourire Perséphone: ce mortel osait la défier! Soit elle serait donc son adversaire. Tendant la main en Arrière afin d'empêcher son Hadès d'intervenir elle lança à ce dernier par télépathie.

"- Mon Aimé, ta tâche est bien plus grande que de combattre un des guerriers de ta soeur. Laisse moi m'en occuper. Je te souhaite bonne chance et sois prudent je t'en prie. Je ne voudrais pas que nous soyons séparés alors que nous venons de nous retrouver."

Dardant ses iris émeraudes sur lui, son cosmos venait à s'éveiller lentement pour envelopper le corps de l'Impératrice d'une aura teintée de noir et de mauve. La Belle lance alors:

"- Quel esprit chevaleresque! Je n'en attendais pas moins d'un Saint! Je t'attends donc Henriques de l'Hydre Femelle. Viens donc valser avec la Mort!"

Se disant, la voilà qui part sur le côté, sans se défaire de son sourire, alors qu'elle se met à courir avec grâce et sélérité, afin de trouver un terrain où se battre, certaine que le guerrier la suivait.


[Hrp: Voilà Hen, j'ai répondu favorablement à ton duel, j'te laisse lancer le sujet. Merci silent]



Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Lun 22 Nov - 18:51

Arrow Rodorio: combat-gs-henriques-vs-persephone
Citation :
HRP: J'ais directement fais la transition là-bas, pour alléger ce Post
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Ven 3 Déc - 15:36

~> Combat Henriques-Perséphone


Une silhouette se découpait au loin, avançant tranquillement vers les différents protagonistes présents sur cette scène, scène qui par ailleurs semblait s'être arrêtée. Elle qui s'était attendue à retrouver son époux en plein combat contre sa nièce s'était trompée. Les deux ennemis de toujours n'étaient toujours pas entrer en action.

Perséphone viendra se poster auprès du Sombre Monarque, dardant ses prunelles sur Freyja puis sur Athéna, passant d'un geste las sa main fine dans sa merveilleuse chevelure.

"-J'ai eu raison de ton guerrier ma chère soeur, mais c'était chose aisée. Je dois toutefois admettre qu'il ne manquait pas de courage. Enfin c'est de l'histoire ancienne pour moi."

Des lippes carmines s'échappe un soupir théâtral, tandis qu'une douce brise vient à écarter des mèches du faciès divin, révélant quelques blessures d'où perlent des gouttes vermeilles, sur sa joue d'albâtre. Blessures qui ne tardent guère à disparaître. Immobile, elle restait parfaitement silencieuse, en apparence tout au moins, car c'est par télépathie qu'elle déclara à son époux.

"- Je suis désolée si je t'ai déçue, mais je n'ai pas pu achever l'Hydre. Celle qui sommeille en moi m'en a empêché. Le chevalier a entamé la prière des guerriers asgardiens et a réveillé les souvenirs que je pensais avoir scellés. Je te prie de m'en excuser Hadès, tu as ma parole que je ne faillirai pas face au prochain adversaire."

Les paupières de la Belle se ferment lentement, comme si par ce simple geste, elle cherchait à faire amende honorable. Elle ne voulait pas baisser dans l'estime du Divin. Et lorsqu'elle ouvrit à nouveau les yeux, ceux-ci étaient emprunt d'une nouvelle et profonde détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Sam 4 Déc - 23:54

Ahirès sous le soleil de Grèce...

Ahirès où le temps semblait s'être figé. Et Freyja avait laissé partir le chevalier de l'hydre Femelle. Ce jeune Henriques qu'elle avait soigné et ramené de ses propres mains avant de finalement le laisser filer à sa place vers une mort certaine. Mais comment pouvait-il en être autrement ?

En son fort intérieur, la déesse de l'Amour était peinée mais la guerrière, elle, comprenait. La Guerre, l'Amour et la Fertilite, Freyja incarnait tout cela...

Et c'est pour cela qu'elle l'avait laissé libre de choisir sa propre destinée. Ainsi, elle le regarda partir une dernière fois, filant à la suite de la sombre Perséphone. Perséphone en qui elle crut, un instant, revoir la grande prêtresse d'Odin. Callan qui s'était définitivement abandonnée aux Enfers pour renaître en tant que reine des Enfers...

Freyja ferma alors les yeux, se concentrant sur les mouvements de cosmos. Cosmos immense de celle qui, autrefois, fut la douce Coré, cosmos plus faible d'Henriques mais si déterminé qu'il flamboyait. Cosmos qui stoppèrent leurs courses aux environs de Rodorio. Rodorio... Là où, du moins pour la Grèce, tout avait commencé. Et son esprit se fixa sur eux, laissant Hadès et Athéna entamer leur propre lutte sous le regard avide et sournois de Loki. Loki l'opportuniste... Que guettait-il donc ? L'instant où l'une de divinités serait mal en point pour tenter sa chance et assouvir de secrètes ambitions ? Freyja ne le perdrait jamais de vue, ce sournois divin. Il ne lui inspirerait jamais que méfiance. Jamais, Freyja n'oublierait qu'autrefois, le malin l'avait trompée allant jusqu'à lui dérober Brisingamen.

Mais il y avait aussi le combat... Cris et fracas succédaient aux plus violentes explosions avant qu'un appel ne la touche en plein coeur et que ses larmes ne se mettent à couler. Cet appel, elle le reconnaissait... C'était une prière, celle des Guerriers Braves qui rejoindraient le Walhalla...

La prière des Guerriers résonnait toujours dans sa tête tandis que le cosmos d'Henriques déclinait jusqu'à s'éteindre avant d'avoir un brusque soubresaut et un sourire apparut sur le magnifique visage de la déesse vane alors que ses ultimes larmes d'ambres coulaient, scintillant sous l'impitoyable soleil de Grèce.

Henriques, Hydre immortelle... Ainsi, de nouveau, le mort n'a pas voulu de toi... Tu as perdu mais tu as aussi accompli ton engagement envers moi... A présent, c'est à mon tour de tenir mes promesses. Suis donc ta destinée, Henriques, comme je suivrai la mienne. Tous deux sommes déterminés, tous deux, nous lutterons jusqu'au bout...

Et elle sécha ses larmes tandis que Perséphone, de retour à Ahirès, se pavanait...

Le temps allait reprendre sa course tandis que la reine des Enfers se tournait enfin vers elle et le regard de Freyja plongea dans le sien tandis que sa voix s'élevait, froide et impassible.

- Bien, puisque tu sembles intacte, reprenons les choses où nous les avions laissées, déesse perséphone.

Cette voix était si calme et détachée. Cette voix si particulière, Callan ne pouvait que la reconnaître, c'était celle de Brunissen...

La puissante féline d'Asgard était toujours présente en Freyja et c'était bien elle qui venait de s'adresser à Perséphone tandis que les deux chats se déplaçaient, changeant eux aussi d'attitude.

- Aussi, moi Brunissen Freyja, te redéfie à moins...

Elle laissa un léger blanc s'écouler avant d'achever d'un ton cassant...

- A moins que les vautours ne préfèrent s'attaquer qu'aux blessés et aux mourrants.

Fleur des Enfers tu es, secrète et cachée... Fleur des Enfers, tu vis, t'épanouissant dans la misère et la charogne... Fleur, tu es empoisonnée et sublime...

Et fleur des Enfers, moi, Brunissen te faucherai


Citation :
Freyja redéfie Perséphone
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Lun 6 Déc - 14:25

Bien il semblerait que Freyja venait de sortir de sa léthargie. Enfin quelqu'un qui remarquait sa présence. Nulle réponse de la part d'Hadès, fort bien, la Belle haussa légèrement les épaules. Tandis que les paroles pleines delyrisme de la déesse asgardinne atteignent les oreilles de l'Olympienne. S'épanouir dans la misère et la charogne? Elle y allait peut être un peu fort, mais bon elle tâcherait de lui faire entendre son point de vue. Car à n'en pas douter le combat qui allait opposer les deux divinités serait d'une ampleur titanesque. Que les Hommes s'apprêtent à trembler face au couroux des Dieux.

Poussant un soupir, la Belle des Enfers pose son regard émeraudes tout autour d'elle, afin d'être certaine, qu'elles ne seraient pas à nouveau déranger. Hum nul corps cachés, cette fois serait la bonne, aussi esquissa-t-elle un petit sourire.

" Tu aurais tort de te prendre pour la Faucheuse Freyja. Bien, à ce que je vois, plus personne ne risque de s'interposer entre nous, tu m'en vois ravie. La Fleur des Enfers relève le défi de la Panthère des neiges."

Se disant, elle se détourne de l'Asgardienne pour venir se poster face à son époux. Devant Hadès, le visage de perséphone n'exprimait qu'un profond et immense amour, tandis que d'une main, elle vient effleurer la joue de ce dernier pour attirer son attention sur elle. Une fois qu'elle aura capté les merveilleuses iris de ce dernier, les doigts glisseront jusqu'à la nuque de l'Empereur, sur laquelle elle excerce alors une légère pression pour l'obliger à incliner la tête vers elle. Les lèvres des deux Déités viennent alors à se frôler tandis que l'Impératrice murmurait pour eux deux.

"-Un baiser mon époux, pour nous porter chance à tout deux et nous rappeler qu'au bout des combats que nous allons mener, l'un attendra l'autre avec impatience."

Se disant les lippes vermeilles viennent s'appuyer davantage contre celles d'Hadès, offrant à celui-ci un baiser à la fois tendre et impérieux, plein de promesses. Une dernière caresse sur la joue de l'Empereur et voilà la jeune femme qui se recule, reportant déjà son attention sur son adversaire.

"- Allons-y Freyja, nous nous sommes assez attardées. Quant à vous deux, faites bien attention. Qu'il arrive quoique se soit à mon Aimé, et je vous jure que je ne connaîtrais pas de repos tant que vous ne brûlerez pas au plus profond des Enfers."

Les prunelles s'étaient faites étincellantes, chargées de haine, et glissèrent tour à tour sur Athéna et Loki. Puis sans même attendre la moindre réponse de leur part, la Déité s'était vivement détournée, et tout comme avec Henriques, s'était mise à courir pour entraîner Freyja vers le champ de bataille.


[HRP; Voilà Freyja, je te laisse l'honneur de choisir le lieu du combat et d'ouvrir le topic.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 7 Déc - 0:35

Je poste également directement sur le lieu du combat

Arrow ETNA : L'Amour et la Mort, le combat des deux déesses
Revenir en haut Aller en bas
Athéna


Divinité Majeure
Divinité Majeure
avatar

Messages : 57

Feuille de Personnage :
HP:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Ven 24 Déc - 15:25

Tout avait été si vite. Il y a quelques instants à peine, il n'y avait que deux déesses présentes à Ahirè, ainsi qu'un chevalier de bronze profondément endormi. Les deux jeunes femmes appelaient de tout leurs souhaits la paix sur les deux camps. Asgard avait rompu ses alliances avec les Spectres et les Marinas, du statut d'alliés ils étaient passés ennemis et vice versa en ce qui concerne le camp Athénien.

Et puis soudain, deux puissants cosmos avaient surgis du néant. A ce ressenti, l'Olympienne avait plissé les yeux, sondant les deux énergies qui ne lui étaient pas inconnues puisqu'elle combattait celles-ci depuis des temps immémoriaux. Aussi avait-elle simplement lancé à son homologue un:

"- Ils arrivent."

Qui donc? La réponse ne tarda guère. Dans le ciel de Grèce, le Monarque démoniaque venait en direction des deux déesses, accompagné de sa divine épouse et soeur d'Athéna: Perséphone. Tiens donc, même la Reine des Enfers avait daigné s'éveiller et venir combattre aux côtés de son mari. Voilà qui avait de quoi surprendre la Belle. e qui explique sans doute la raison pour laquelle elle eut du mal à se manifester.


Elle prit à peine attention aux propos chargés de fiel de son oncle, son regard cherchant celui de sa soeur. Depuis quand était-elle réveillée? Pourquoi prennait-elle part aux combats, elle qui avait toujours été en retrait. A juger du regard que Brunissen jetait à la Ténébreuse, il semblerait qu'elle était toute aussi surprise qu'elle de la voir ici. Elle ne tarda guère à en connaître la raison, Perséphone s'était réincarnée dans le corps de la prêtresse d'Asgard. Ceci expliquait sûrement pourquoi cette dernière avait pactisé avec Hadès.

Elle n'interviendrait pas entre le combat que Brunissen et la Rose des Enfers allait se livrer, elle devait son concentrer sur Hadès. Mais voilà que son saint s'interposait entre les déesses et défiait ouvertement sa soeur. Défi relevé par cette dernière. Elle ne put pas s'interposer, et quand bien même elle ne l'aurait pas fait, elle respectait le choix de son guerrier. Le combat se ferait à Rodorio.

Et tandis que les cosmos grandissaient, que les coups portaient, un autre protagoniste venait de faire son entrée: Loki. Que venait faire le Dieu de la fourberie et de la sournoiserie en ce lieu? La réponse se fit en son esprit, Loki venait se repaitre du spectacle de ses Dieux qui s'entretuaient. elle nepouvait pas attendre autre chose de lui, et il semblerait que Freyja songeait de même.

Le combat qui faisait rage entre Perséphone et Henriques, prit fin, et contre toutes attentes, la Mort n'avait pas voulu du Saint. Pourquoi l'épouse d'Hadès n'avait-elle pas mis fin à la vie de son guerrier alors qu'elle en avait largement la capacité? décidément des tas de questions venaient à se bousculer en son esprit depuis que sa conversation avec l'Asgardienne s'était vue interrompue.

Perséphone revenait en fanfarronant, victorieuse de son combat. mais un autre bien plus grand allait s'offrir à elle. Athéna le ressentait, mais là encore elle n'interviendrait pas elle laisserait les déesses régler leurs comptes. Des choses devaient être dites, et il étaitplus que temps pour elle de prendre la parole.

"- Hadès, je n'en attendais pas moins de toi. Je ne suis guère surprise de te voir ici, quant à mes actes, tu n'es guère digne de les juger saches le. Ta soif depouvoir t'aveugle mon oncle. Quant à toi Loki, peut-on savoir ce qui t'amènes ici? "
Revenir en haut Aller en bas
Icare


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1313

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Lun 27 Déc - 15:07

Cette Guerre Sainte touchait à sa fin. Maintenant qu'Athéna et Hadès se faisaient face, l'affrontement divin paraissait inexorable. Nul doute que le fracas de cette bataille des Olympiens remonterait jusqu'à la terrasse d'observation des créateurs. Le sombre monarque espérait que ceux-ci resteraient sourds et muets comme ils l'avaient toujours été. Une pluralité d'acteurs avaient déjà fait entendre leurs discours. Quelque peu nostalgique des affrontements originels entre Saints et Spectres, Hadès ne pouvait que subir l’évolution. Sous la coupe de Cronos, le temps semblait immuable. Chaque génération avait sa particularité et au fond de lui-même, le seigneur des basses terres prévoyait que cette époque marque le début d’une nouvelle ère : son ère.

Le regard plongé dans celui de son éternel adversaire, un duel psychologique s’engagea. La tension était à son comble. Le silence avait gagné le petit village juxtaposant le Sanctuaire athénien. Littéralement enjoué et excité par cette soudaine explosion d’adrénaline, le fils de Rhéa n’attendait plus que le signal fatidique pour révéler sa fureur trop longtemps contenue. Il suffisait d’un seul bruit, d’un seul murmure.

C’est à cet instant, où le sablier du temps semblait figé, qu’un nouveau protagoniste jugea le moment propice pour entrer en scène. Se posant sous la forme d’un prédateur des airs, le volatile ne mit pas longtemps à perdre son plumage et ainsi retrouver une forme plus humaine. La transformation achevée, l’intrus se présenta arborant un sourire des plus étranges, des plus déstabilisants. A y regarder de plus près, le dénommé Loki portait bien son rang, son allure et son parlé se rapprochant plus du renard que du faucon.

De son attitude désinvolte, le nouvel arrivant dévisagea chacun des membres de l’assemblée pour enfin poser son regard sur le dieu des Enfers. Impassible, le divin de l’ombre regarda à son tour de haut en bas cette curiosité de la nature. De part des récits, il avait entendu parler de l’exclu du Valhalla et de ses multiples querelles avec Odin, le patriarche. Loki évoqua une rencontre précédente, époque à laquelle, le dieu de la fourberie n’avait pas encore pris possession de ce corps. Hadès plissa quelque peu les yeux et reconsidéra alors l’Homme.

Pour le moment, son visage ne lui revenait pas. Peut-être, si le nordique daignait effacer cet affreux sourire, sa tâche n’en serait que plus aisée. Au long de son discours, Loki prôna le respect à l’égard du divin infernal. Etait-ce donc cela le respect que de venir interrompre pareille conversation ? Décidément, ce dieu ne lui inspirait guère confiance pour le moment.

Des paroles en son dos, lui indiquèrent que Perséphone avait elle aussi commencé à user de la rhétorique. Mais contrairement à eux, le ton montait entre l’autre dame du nord et l’ancienne prêtresse d’Asgard. Le membre de la Trinité jeta un coup d’œil rapide en direction de son épouse comme lui réaffirmer sa confiance et son attention se reporta sur Loki et sa nièce.

Après tant d’emportement de l’envoyé du nord, Athéna sortit enfin de son silence et décida à prendre la parole avant que la situation ne lui échappe encore plus. Comme il s’y attendait, la tendresse et la joie des retrouvailles furent de courte durée. Comme à son habitude, l’auto-proclamé déesse de la Terre ne tarda pas à rejeter la faute sur son oncle mettant en avant son désir d’ambition.

D’un regard appuyé, Hadès fit comprendre au sournois Loki son impatience et son évident manque de tact. S’il ne voulait s’attirer les foudres du Dieu des Enfers, mieux valait pour lui qu’il ne lui barre le passage. Le monarque fit quelques pas afin de se déporter et entama à son tour son discours solennel :

- Quand cesseras-tu de te cacher derrière ce que tu appelles « justice » Athéna. Ton infamie et tes mensonges doivent cesser. Je me fiche de tes motivations, je ne suis désormais concentré que sur les conséquences de tes actes. Il est trop tard désormais. Ecoutes les cris de douleurs de tes chevaliers qui tombent un à un face à mon armée assoiffée ! Bientôt, tu iras les rejoindre et j’effacerais tout ce que tu as osée souiller en même temps que je ferais disparaître ton âme !

Le sombre cosmos d’Hadès commença à se déployer, inondant bientôt tout son être. Tremblant sous la puissance du dieu des Enfers, la terre se déchira. Des failles ainsi créées, les chevaliers morts au combat pour leur déesse firent entendre leur macabre récital. Les cieux prirent une étrange lueur pourpre prédisant un orage de sang, le sang qui allait désormais ici couler à Ahirès. Le monarque tendit la main et de l’une des fissures sortit son épée divine, son instrument de condamnation. La lame affutée par le cosmos d’ébène siffla dans les mains de son maître. Hadès adressa un regard à chaque protagoniste présent un regard enragé et lâcha ses derniers propos non moins habités :

- Si un fou s’oppose à ce jugement qu’il parle maintenant ou se taise à jamais !

[Déclaration de combat : Athéna VS Hadès]
Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 28 Déc - 8:57

Arrow Rodorio [Combat vs Persy]

Tandis que le tant attendu duel des dieux commençait enfin, au loin, revenant de son combat éclair à Rodorio, une silhouette se dessina petit à petit. C'était Henriques!
Très vite les dieux présents purent reconnaître le Saint de l'Espoir. Son armure bien que brisée par endroit, brillait toujours du même éclat rosâtre, virant parfois au mauve. Le corps encore plus meurtri que lorsqu'il fut ammené jusqu'ici, Henriques avançait néanmoins, bien décidé à accomplir son devoir.

Son regard sombre, et son visage affichait clairement sa ténacité. Pourquoi Henriques reculerait-il? De qui aurait-il peur? Perséphone, épouse d'Hadès, l'avait certes vaincu, mais l'Hydre restait toujours en vie.

Il arriva enfin à la hauteur du groupe divin. Il sentit le Cosmos de Freyja et celui de son homologue spectral s'affronter non loin. Athéna tenait tête face à son Oncle. Le dieu Asgardien de la sournoiserie restait, lui, en spectateur.Henriques put entendre la fin de la conversation glaciale entre les deux ennemis séculaires.

...Bientôt, tu iras les rejoindre et j’effacerais tout ce que tu as osée souiller en même temps que je ferais disparaître ton âme !

- Si un fou s’oppose à ce jugement qu’il parle maintenant ou se taise à jamais !

Henriques semblait arriver au bon moment. Toute sa vie il l'avait vouée à sa déesse bien-aimée. Jusque là, il l'avait toujours sacrifié. Qu'allait-il faire maintenant? Oserit-il s'interposer comme il l'avait fait auparavans contre Perséphone?

"Un Fou?! Il se pourrait bien que ce soit moi...Hadès!"
"Le contraire t'étonnerait-il?"

L'Hydre relevait le regard du sombre monarque. Il continua à avancer, juste pour montrer qu'il était exempt de peur.

"Tu le vois bien, même la mort, pourtant ta plus fidèle alliée, ne veux pas de moi!"
"Et, oui! Je suis prêt à prendre la place d'Athéna!"

C'est là qu'il y eut un silence. Henriques, bien que ferme et décidé, sembla absent l'espace d'un instant. Perdue dans ses pensées, il ne poursuivit pas de suite.

(Qu'est-ce donc? ...On dirait...oui, je ressens comme un Cosmos!)
(C'est celà! Un puissant Cosmos. Il semble pareil à celui d'Athéna, peut-être même plus puissant encore. Pourtant, je ne vois pas de qui il s'agit...)

L'Hydre Femelle délirait-elle? Y avait-il vraiment quelque chose ou quelqu'un de plus puissant, ailleurs?

(...Aucune des entités présentes. Non, c'est plus loin...très loin même. Aurais-je atteind un nouveau Sens, à force de renoncer à ma propre mort?)

Et là, une voix dans son esprit se fit entendre.

*Cesse de te poser toutes ces questions! Tu le sais, je veilles, et j'ais toujours veillé au bien être de ma fille. Mais il y a des choses que toi, simple mortel, ne peut entendre. Tu as, c'est vrai, une destinée interessante. Mais tu dois comprendre que ce combat doit avoir lieu. Athéna aussi a sa propre destinée!*
*Va, Henriques, va suivre ton chemin! Laisses Athéna suivre le sien cette fois-ci!*

Zeus? Le dieu suprême de l'Olympe serait-il réellement intervenu dans l'esprit du chevalier de Bronze? Ou bien avait-il imaginé tout celà? L'histoire le révèlerait un jour. Mais à cet instant, Henriques revint à lui. Une aura bienveillante l'enveloppa quelques instants encore, avant de disparaître.

Henriques, tourna légèrement son visage vers Athéna. Une chaude larme quitta son corps pour aller mourir sur le sol. Une fleure flêtrie qui était juste à côté repris vie et apporta sa touche de douceur dans ce triste décor de guerre.
Le Bronze semblait avoir pris sa décision, même si celle-ci lui coutait énormément. Il tourna son visage, cette fois vers Hadès et repris son dialogue avec lui:

"Je n'ose même pas pensé que je vais tenir ces propos...pourtant..."
"A moins que tu ne souhaites m'affronter personnellement, Seigneur des Enfers, je ne m'opposerais pas à ton combat contre Athéna."

Il serra fort son poing, puis ajouta:
"Mais sache que je n'ais qu'une envie, c'est te renvoyer moi-même d'oû tu viens!"

Tandis que nombreux des compagnons de l'Hydre étaient déjà tombés au combat, Henriques tenait tête fièrement à son plus redoutable adversaire, attendant une réaction.

Citation :
HRP: Mon Rp se veux particulier pour me faire revenir à Ahirès.

Voilà j'ai introduit ce qui pourrait être Zeus.
Je ne m'interpose pas au défi.
Mais si tu veux m'affronter avant Athéna, pas de problème pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Loki


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 3026
Armure : Dieu d'Asgard

Feuille de Personnage :
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 28 Déc - 15:44

Chapitre II (partie 5), La Fin est proche.


La situation se faisait de plus en plus critique au Sanctuaire d'Athéna. Sur le chemin des 12 maisons du zodiaque, la guerre faisait rage au point de voir tomber Spectres, Saints, Ases, Marinas et Astres sur le même sol. Les combats s’enchaînaient dans les 7 premières maisons tandis qu'Izanami et Thétis étaient enfin confronter l'une à l'autre. A proximité du Sanctuaire, à Ahirès, Les Dieux de tous les camps, excepté Poséidon, tentaient tant bien que mal de régler cette guerre sainte quitte même à se battre. Cependant, tous n'étaient pas logé à la même enseigne. Loki, le Dieu sournois et machiavélique Ase, avait enfin daigné montré le bout de son nez alors qu'il s'était caché depuis le début. Confronté à Athéna, Hadès, Freyja et Persephone, l'Ase guettait la moindre action afin de rebondir à sa manière. Parmi eux : un Saint. Suicidaire ou courageux ? Loki ne connaissait pas son nom mais une telle volonté était des plus respectables.

Loki appréciait son rôle de spectateur. Il n'était pas très courageux donc cette position lui allait à ravir. Mais, étrangement, il sentait en lui cette envie de mettre fin à ce conflit qui n'avait que trop duré. Une once d'humanité ? Non plutôt une exaspération. Cette guerre avait assez duré pour l'instant et le Dieu se devait d'y imposé une pause.

C'est alors qu'en une fraction de seconde, le cerveau maléfique du Dieu se mit à travailler. Malgré son air benêt, il possédait une grande intelligence qui lui avait permis plusieurs fois de se jouer d'Odin. Loki commença à rassembler tous les éléments qui faisaient de ce conflit une guerre Sainte. Il comprit alors qu'il allait devoir user de sa ruse pour éradiquer le principal problème : Poséidon.

Loki usa alors de sa télépathie pour adresser un message à trois guerriers divins qui se trouvaient au Sanctuaire.


*Sköll et Caedus, ici Loki à qui vous devez allégeance. Retrouvez-moi dés la fin de vos combats terminés. Il est temps pour les félins d'éradiquer Poséidon et les Marinas.*(Télépathie)

Le nouveau plan de Loki allait se mettre en place rapidement. Il n'était plus du tout intéressé par la situation à Ahirès. Il regarda les derniers présents une dernière fois. Athéna et Hadès se défiaient du regard tandis que le chevalier d'Athéna tentait désespérément de montrer sa présence au Dieu des Enfers. Celui-ci ne voulait qu'une chose : défier Athéna et mettre les Saints d'Athéna à genoux. Le Dieu Ase sentit alors qu'il n'était plus à sa place. Prenant un ton des plus sérieux, il regarda les deux Dieux.

"Chères Dieux Grecs, je suis ravi de vous avoir rencontré en ce jour sinistre pour l'humanité. J'ai malheureusement d'autres chats à fouettés. Je vous prierai néanmoins de limité les dégâts. Votre querelle est des plus ridicules et je pense que vous n'êtes nullement impliqués dans cette guerre d'une façon directe."

Loki dirigea alors son regard vers Athéna.

"Je suis au courant du cesser le feu que vous avez établi avec Freyja. Je compte respecter cet accord. Maintenant, mon rôle va être plus important que prévu. Je me dois de stopper Poséidon et ses sbires et je le ferai à n'importe quel prix."

Le Dieu se retourna et parti alors dans la direction du Sanctuaire. Son visage était cerné par le mensonge. Il contenait un rire machiavélique en lui alors qu'il pensait avoir réussi à berner tout le monde. Mais quel était le vrai plan de Loki ? Que cachait-il réellement derrière ce sourire en coin et ses mensonges ? Était-ce réellement le début de la fin ? avait-il vraiment l'intention d'aider les Grecs ?

_____________

Je suis désolé pour la qualité et la longueur de mon RP mais étant malade je n'ai pas trop le choix que d'abréger. :/

Arrow http://www.saints-of-thepast.com/t4004-l-arrivee-de-l-empereur-des-mers-sur-invitation


Dernière édition par Loki le Sam 8 Jan - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Athéna


Divinité Majeure
Divinité Majeure
avatar

Messages : 57

Feuille de Personnage :
HP:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 4 Jan - 14:50

Bien visiblement, à en juger par les paroles du sombre monarque, celui-ci était plus qu'impatient de se mesurer à la puissante Athéna. Fermant les yeux l'Olympienne plongea dans ses propres pensées. Il fallait bien que cette guerre sans merci se finisse, comme toutes celles qui l'avait précédé, il fallait en convenir. Elle s'apprêtait à répondre lorsqu'elle eut la surprise de constater que le chevalier de l'Hydre venait de faire son entée.

Elle eut pour celui-ci un regard emprunt de tendresse et de douceur, mais son faciès affichait un air plus soucieux lorsqu'elle vit le Saint, pour la deuxième fois de la journée, s'interposer entre deux Dieux. Biensûr, elle était touchée par le geste de son protecteur, mais elle ne pouvait lui demander de se battre à sa place, c'était maintenant à son tour d'entrer dans l'Arène pour y mener son propre combat. La voix douce de la déité viendra aux oreilles de son guerrier, tandis qu'une main douce mais ferme se posait sur son épaule.

"- Henriques, il est hors de question que se soit toi qui te battes contre mon oncle, tu as déjà plus que largement contribué à cette guerre, aussi je te demanderai de rester à l'écart de cela, et ce, quelque soit l'issue du combat. Est-ce bien compris? Je veux que tu me promettes que tu n'interviendras pas."

Les prunelles de la déesse étaient ancrées dans celle de son serviteur guettant sa réponse, qu'elle obtint lorsqu'il capitula face à Hadès. Voilà, une bonne chose de réglée, ne restait plus qu'à savoir ce que voulait Loki., et les réponses ne tardèrent guère. En effet, l'Asgardien venait de leur annoncé qu'il avait d'autres choses à faire, mais elle ne comprenait pas pourquoi celui-ci jugeait qu'ils n'étaient pas directement liés à cette guerre. Qu'importe, elle ne pouvait plus reculer à présent. Un acquiescement de tête en direction de l'Ase, tandis qu'elle le laissait aller vaquer à sa propre tâche, avant de reporter toute son attention sur le Seigneur des Enfers, vers lequel elle pointa son sceptre.

"- Fort bien mon oncle, il est plus que tant que nous mettions un terme à tout cela. Puisque c'est un combat que vous voulez, vous l'aurais, je vous laisse choisir notre lieu d'affrontement."

Ainsi parla Athéna, le regard sombre dardé sur son Oncle, tandis que son cosmos venait envelopper son corps, écho de la réponse faite au défi lancé par le Sombre.



[EDIT Loki : Choisissez le haut du Sanctuaire ou restez ici. Ce sera plus facile pour Urio et moi afin de mettre fin à la G.S. avec le plan vu en Scénario Smile Merci les amis. ]
Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Jeu 20 Jan - 6:37

Les choses allaient s'accélerer. Et celà, certainement plus vite que ne le pensait le preux chevalier de l'Hydre, l'homme qui osait défier les dieux. Par amour pour sa déesse. Tout ce qu'il avait fait depuis qu'il avait endosser son armure de bronze, c'était par amour pour sa déesse Athéna. Mais il allait bientôt aller au devant d'une terrible désilution, mais n'en savait rien encore.

Henriques était encore troublé par le message télépathique qu'il avait reçu de Zeus, semble t-il. A cet instant, il n'imaginais pas encore vraiment l'ampleur des mots qu'il avait entendu.

Alors que l'Hydre attendait une réaction du seigneur noir, Loki, qui jusque là s'était montrer spectateur afficha son mépris pour cette guerre qui semblait ne plus vouloir en finir. Le dieu nordique pris ainsi congé, laissant Hadès face à Henriques et Athéna. Le dieu fourbe annonça clairement son lieu de destination: le Sanctuaire Sous-marin! Mais dans quel but irait-il là-bas? Ces intentions étaient elles aussi louables qu'elles le paraissaient? L'avenir le dirait.

Les yeux noirs, emplis de haine envers le représentant du monde des enfers, l'Hydra reçu la réponse qu'il souhaitait. Mais cette dernière vint de celle qu'il chérissait par dessus tout: Athéna!
Sa main douce et chaleureuse posée sur son épaule fit revenir quelques instants cet Henriques, si bon et si posé.

(Qu'est-ce que?....Athéna [soupir de soulagement]...Que me veux t'elle?)

Réalisant, ou devinant sans doute ce qu'elle allait dire, le portugais fut pris d'un terrible effroi.

(Non! Ne me dit pas que...Non! Pas toi! Ne me rejettes pas s'il te plait!)

Pourtant, la décision était prise. Athéna se voulait d'affronter enfin son oncle. Elle le signifia au bronze, le seul qui était venu la protéger.

"- Henriques, il est hors de question que se soit toi qui te battes contre mon oncle, tu as déjà plus que largement contribué à cette guerre, aussi je te demanderai de rester à l'écart de cela, et ce, quelque soit l'issue du combat. Est-ce bien compris? Je veux que tu me promettes que tu n'interviendras pas."

Henriques comprenant qu'il ne pourrait rien faire pour interférer dans la destinée de son aimée, baissa la tête, attristée et peiné à la fois. Une larme tomba au sol. Comme précédemment, cette dernière, en touchant le sol fit renaitre quelques brindilles d'herbes et une jolie petite violette qui trônait au milieu. Son pouvoir guérisseur semblait encore être présent.

D'un coup sec, Henriques tira son épaule vers l'avant, se dégageant ainsi de la main d'Athéna. Puis, sans ajouter de mot, il quitta à son tour les lieux, bien décider cette-fois à mourir au combat, mais pas sans avoir accompli sa dernière tâche.

(Puisque c'est ainsi...Il ne me reste plus qu'une chose à faire: Eradiquer les responsables de la chutte du Sanctuaire! Les traîtres qui se disent être encore mes frères! Plus rien ne m'arrêtera!)

Arrow Entrée du Sanctuaire
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Dim 23 Jan - 10:52


Citation :


Voilà ce qu' il s' est passé ou ce qu' il se passe actuellement sur la terre.....

Entre alliances ouverte et guerre déclarées par petits jeux, les différents camps de cette terre allaient s' affronté comme ils ne l' avaient jamais fait par le passé. La pire des boucheries; la plus sanglante des guerres saintes qu' avait connu la planète bleu se présenterait sous peu.....

Depuis le départ pour le mont Etna du grand Pope et de deux chevaliers d' or, tout avait basculé dans le pire des cauchemars qu' avait bien pu connaître la planète terre et ses habitants. En effet, lors de cette réunion d' une importance capitale entre les diverses factions, un évènement tragique vint scellé un avenir des plus noir sur ce futur plus que proche.... Quasiment toutes les factions furent représentées. Hadès et ses sbires. Le grand Pope et deux chevaliers d' or. Loki, le dieu de la sournoiserie se présenta également.

Alors que la réunion avait débuté entre Hadès, le seigneur noir, et le représentant du sanctuaire. Un homme, ou plutôt un dieu, un imposteur complètement fou, arriva sur les lieux. Il s' incrusta dans la discussion et de par sa haine et sa colère envers Athéna et ses hommes, il commit " le " geste irréparable. Sa fureur était telle qu' il tua le représentant terrestre de la déesse Athéna sur le champ et qu' ensuite il déchaîna les éléments sur le sanctuaire signifiant, au passage, que le sanctuaire sous-marin rentrait dans la guerre sainte. Le niveau des eaux ne cessa de monter, des vagues gigantesques vinrent frappées les côtes de la Grêce Antique. De nombreuses vies humaines disparaissaient chaque jours pendant que la mer gagné du terrain sur la terre.

Quelque part, dans un lieu très éloigné et oublié de tous, un sanctuaire refit surface. La déesse oubliée, Izanami, noyée par le chagrin que la terre lui transmettait se réveilla et reprit le chemin vers le combat. Elle appela ses combattants et quelques uns d' entre eux se présentèrent de nouveau et prêtèrent allégeance envers cette divinité qui eut, par le passé, son temps de gloire. Elle savait et voyait ce qu' il se passait sur le Mont Etna. Alors, elle ouvrit un passage interdimensionnel et " invita " les divinités présentes à se rendre chez elle.....

De là, tout se mit à s' accéléré très rapidement. Sur terre, l' invasion du sanctuaire fut ordonné par la prêtresse des enfers. Tel une nuées de guêpes exterminatrices, une dizaine de spectres allèrent dans le petit village, nommé Rodorio, situé non loin du sanctuaire des hommes et un massacre innommable commença. Un par un, tous les villageois, même les enfants, y passèrent et quelques uns finirent gravement blessés. Il n' y eut que deux, trois survivants. Puis certains chevaliers saints se présentèrent enfin
et affrontèrent leurs ennemis. Les combats débutèrent et furent rapide et sans sommation pour les deux camps ennemis. Puis, la déesse Athéna surgit de nulle part et pu protéger ce qu' il restait de Rodorio en le protégeant d' une barrière infranchissable et s' en alla pour un autre lieu secret. Et pendant ce temps là la réelle invasion commença. Chaque chevalier de l' espoir présent au sanctuaire se présentèrent devant les pires chiens qu' ai put voir naître cette planète.

Des brèches eurent lieu sur différentes parties de ce sanctuaire sacrés. Les lignes s' enfoncées légèrement et déjà beaucoup de morts du côté des chevaliers de l' espoir firent baisser l' espoir des protecteurs de cette terre. Les spectres semblaient être surentraînés et rien ne semblait pouvoir les arrêtés....La victoire semblait acquise ! Fort heureusement pour l' humanité, une nouvelle vague de jeunes chevaliers sacrés, ayant eu leurs armures il y a peu, arrivèrent et reformèrent les rangs en diminuant sérieusement l' armée des 108 spectres.

Cependant, l' espoir pouvait renaître de par les contrées lointaines du royaume d' Asgard. Cette terre, ce royaume, qui pourtant par le passé fut toujours loyal et serviable envers Athéna et le sanctuaire, là il avait pactisé avec les enfers depuis le démarrage de la guerre sainte et la perte de civils tués par des chevaliers d' Athéna. Ils prirent le chemin de la bataille tels de valeureux et vaillants guerrier du dieu nordique, Odin. Avec eux se trouver un chevalier de l' espoir. Cet homme avait été battu et fait prisonnier par un brave avant de s' effondré dans un coma profond.

La déesse Freyja se réincarna en la personne nommé Brunissen, brave et redoutable guerrière du grand nord. Elle forma un petit groupe, emmena le prisonnier et prit la direction du sud, direction le sanctuaire pour ainsi, pouvoir peut-être, rétablir une paix jusque là impossible.

...... Au sanctuaire des astres tout prirent une mauvaise tournure et cela principalement dû aux actions du dieu Poséidon. Izanami eut assez de mal à contenir les accès de rage et de fureur de ce dieu, désormais devenu intenable. L' un de ses hommes, ou plutôt le seul astre présent, pourtant, eut la bravoure nécessaire pour ne pas céder face à un tel dieu. Etait-ce de la bravoure ou tout simplement de l' inconscience ? Il n' y avait plus rien à faire. Tout était finit et les astres rentreraient à leur tour dans cette guerre sainte. Hadès et son épouse, Perséphone s' en allèrent puis Poséidon suivi. L' échec de la "négociation" était clair et précis ! Suite à cela, la déesse oubliée envoya le peu de ses troupes au sanctuaire afin de pouvoir y aidé la déesse Athéna....

La déesse Freyja se rendit donc à Ahires rencontré la déesse Athéna et de par cette action annula le pact qui les unissaient aux enfers. Elle rendit le chevalier de l' espoir a Athéna et celui-ci par on ne sait quel miracle revint du pays des songes. Celui-ci par contre était probablement devenu fou...Hadès et Persephone arrivèrent du sanctuaire des astres et de là tout s' enchaîna rapidement également. Deux duel allaient avoir lieu ou disant plutôt trois. L' un, Henriques, chevalier de l' hydre face à Persephone. Le second, Hadès face à sa nièce, Athéna. Et le dernier, duel de déesses fatales. Persephone face à Freyja. Le premier à débuté rapidement fut celui des deux déesses. Elles s' en allèrent ailleurs pour pouvoir faire cela sereinement.




Depuis, le Mont Olympe.......

La situation que vivait les hommes n' était pas restait sans spectateurs...Loin de là ! Là-haut, une flopée de dieu pourtant censé prendre partie pour l' un ou l' autre camp, voire l' humanité restait à regardé et sans sourcillé cette scène peu commune. De leur propre existence rien arrivait à égalé ce qu' il se passait en ce moment. Pas même la fabuleuse bataille contre les titans !

Finalement, certains dieux prirent conscience de la fin de tout, voir même de leur propre existences.

Zeus le dieu des dieux qui était assis sur son trône divin, dans son temple, paraissait soucieux. Son visage, ses expressions pouvait le trahir. Quelque chose n' allait pas comme il se devait ?! Devait-il rétablir le conseil des dieux ? Alors que celui-ci avait été dissous après la bataille des titans...

Là, il fut sorti de ses pensées par Héphaistos, le dieu forgeron et Apollon, le dieu du Soleil qui pénétrèrent en sa demeure divine. Tous deux s' agenouillèrent devant le plus puissant de tous les dieux et sur leur visage se laisser apercevoir une certaine peur ou appréhension.

A l' unisson, les deux dieux prirent la parole.

- Zeus ! L' heure est grave. Si nous ne faisons rien tout sera finit.... Le conseil des dieux doit être reformé sur le champ.

Zeus se releva et regarda Apollon et Héphaistos.

- Oui vous avez raison. Il est grand temps de cesser de regarder la fin de tout et le conseil sera reformé. Allez le dire aux dieux de l' Olympe. Quand à moi je vais me rendre au sanctuaire de ma fille, Athéna tout de suite.


Il brandit son sceptre et la foudre, ses armes de prédilections. Puis, il s' en alla des cieux pour se rendre sans plus tardé en Grêce avec son aigle. Son aigle, vif et rapide, s' en alla volé vers le sanctuaire et ainsi annoncé le retour du dieu tout puissant. Il se mit donc à volait sur toute la longueur du sanctuaire et se mit à poussait des cris que tous le sanctuaire pouvait attendre.

En attendant de voir ce qu' il se passera pour le sort de l' humanité, retournons voir ce qu' il se passe sur le Mont Olympe....Le calme avant la tempête...


Ainsi, depuis l' annonce de la reformation du conseil des dieux et le départ du dieu des dieux chaque dieux et déesses avaient un regard bien différent sur cela. Arès, lui, le dieu du chaos et du carnage, lui ne rêvait que de destruction et de domination sur la terre. Il pensait que dorénavant son armée pourrait reprendre forme et conquérir de nouveau avec ses noirs desseins habituel. Il appréciait avec plus au moins d' amusement ce que Poséidon, puis Hadès avaient fait à sa soeur, la déesse Athéna. Lui aurait certainement fait beaucoup mieux et s' en serait probablement délecté ! De plus son attention particulière pour le dieu Loki lui fit pensé à une chose futur.

Pour Apollon, le dieu du soleil, cette situation ne pouvait guère continué ainsi. Même si il n' aimait guère les habitants de la terre dû principalement au fait de leur ignorance envers les dieux. Il vouait un certain amour pour sa soeur. Leur relation avait toujours était si je puis dire intime. Puis, dans ce cas de force majeure, lui aussi, pourrait reprendre le chemin de la terre avec ses coronas saints et y instauré de nouvelle règles.

Allons voir Eris, la déesse de la discorde un peu plus loin, et Héphaistos, le fils d' Héra, à l' écart des autres dieux.

Cette déesse d' une beauté incalculable mais froide comme de la glace et aimant semé la discorde à chaque instant. Elle paressait songeuse quand à la reformation probable de ce fameux conseil des dieux. Quelle rôle pourrait-elle bien y jouait ? Probablement comme à son habitude en vouloir y semé la discorde, ne préférant pas s' attaquait de front au dieu des dieux, mais plutôt par l' intermédiaire de certains autres dieux avec qui elle serait profité de cet avantage. Quoi qu' il en soit le sourire marqué sur les joues de la semeuse de troubles ne laisserait présagé que de futur joutes bien endiablées.

Quand à Héphaistos, lui, le dieu de la forge et du feu, inventeur de génie pour des artefacts divins qui donnait un avantage certain dans une guerre sainte dont l' issue en serait incertaine rêvait du certaine reconnaissance au sein des cieux divin. Dans ses pensées, déjà, se laissait dessiner une idée de génie. Il imaginait organisé un rendez-vous extraordinaire ou cet instant pourrait lui rendre une certaine reconnaissance parmi les siens et par la même occasion pouvoir tirait son épingle du jeu lors de réunion du conseil. Oui, lui ,le boiteux, le dieu dont certains de ses frères et soeur le méprisèrent risquerait probablement de devenir d' une importance sur et certaine dans un avenir très proche. La vengeance vient à point à qui sait attendre...Et ce moment est bientôt venu...

Et pour le moment, laissons le restant de ces dieux et allons voir les actions du père des cieux, Zeus....


Le ciel changea rapidement. La formation de nuages dans le ciel, puis un assombrissement assez soudain mit le sanctuaire et sa région dans le noir de l' obscurité.

Spoiler:
 

Les éclairs et la foudre, signe de la présence du dieux suprême, frappèrent comme les notes d' une mélodie. Par ses pouvoirs incommensurable et son cosmos gigantesque, Zeus apparut sur les hauteurs des temples zodiacal. De sa voix divine, ses mots sortirent et se firent entendre jusqu' à l' Olympe.....


Chevaliers, spectres et autres combattants de la terre. Moi, Zeus, le dieu des dieux, je vous ordonne de cesser de combattre tout de suite. Cette guerre sainte est d' or et déjà fini...Obéissez sur le champ sinon la sanction sera à la hauteur de cette guerre !...


La voix s' interrompu mais les éclairs et la foudre continuèrent de frapper sur le sanctuaire des hommes. Tel était l' inquiétude et la colère de Zeus. Maintenant, il partit en direction du combat opposant Hadès à sa fille, Athéna. Sa puissance grandissante, Zeus intervint en plein combat tout en regardant les deux dieux. D' une voix aussi impressionnante que lors de sa sommation au dessus des temples zodiacal, le tout puissant lança la foudre au milieu de sa fille et de son frère.

- Maintenant cela suffit ! Hadès, Athéna, le conseil des dieux est reformé suite aux évènements actuels. Vos actions vous mènerons devant le conseil et une sentence sera donnée !


Le combat s' interrompit sans attendre. Les regards étonnés du seigneur des enfers et de la protectrice de la terre en disaient long. Cependant, Zeus ne dit pas un mot de plus et s' en alla retrouvé le Mont Olympe. Il savait et se douter que depuis son départ des cieux divin une certaine émulation s' était emparé de cet endroit qui, dorénavant, retrouverait une activité grandissante et laisserait place à de nouvelles aventures, bonnes ou mauvaises...

Ce post Rp annonce la fin des combats en cours. Tous les combats commencés se terminent sur un statut quo.

Le staff
.

Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mer 16 Fév - 18:24

Serafim resta muet pendant le court trajet qui reliait Rodorio à Ahires, le dieu et son escorte avançaient dans un silence mortuaire. Il s’en rendait compte un peu tardivement, mais sa mission n’était pas ordinaire, côtoyer un dieu même pour un saint d’Athéna est quelque chose d’assez exceptionnel pour provoquer une certaine appréhension chez un être aussi froid que Serafim.

Corvi avait déployé ses larges ailes ténébreuses et précédait la marche de la divinité et de son escorte. Le danger était censé être écarté, puisqu’une trêve semblait avoir été conclue entre les deux parties, mais le départ anticipé du chevalier de sagittaire, suite à l’appel cosmique qu’il avait ressenti à Rodorio, l’avait effrayé. Le fait que son ami ailé planait au-dessus de lui, alerte et près à lui signaler tout danger potentiel était rassurant, c'était une précaution futile, puisqu’il progressait en Compagnie d'apollon le dieu du soleil, mais cela le rassurait d’avoir ses sombres compagnons autour de lui.

Chaque pas les rapprochait du village, et bientôt ils purent apercevoir les premières chaumières. L’odeur de la mort régnait aussi sur ce village, mais elle n’était pas aussi intense et tenace que celle qui enveloppait comme une amante jalouse Rodorio. Non, ce village avait été épargné par la guerre et pourtant de grandes forces semblaient en action. Il n’arrivait pas à le ressentir aussi clairement qu’il avait perçu l’aura flamboyante du dieu aux flèches ardentes, mais il y avait quelque chose d’obscur dans ce village.

« Seigneur Apollon, nous y voila, c’est le village dont parlait le chevalier du sagittaire : Ahires. Pour des raisons que j’ignore je n’arrive plus à percevoir la présence de la déesse peut être se cache-t-elle, mais j’ai plutôt l’impression que quelqu’un trouble mes sens. »

La crainte il la ressentait, un sentiment des plus humains face à l’inconnu et au mystère, cependant cela ne l’empêcha pas de pénétrer dans le bourg. Son arrivée fut vite remarquée et il fut tout de suite abordé par une villageoise.

« Vous êtes un chevalierd’Athena, c’est cela, vous êtes venu nous protéger de cette ange noire. »

La folie semblait avoir pris possession de l’esprit de la jeune femme, mais ses délires avaient quelque chose d’inquiétant.

*Un ange noir ? Et si… Non pas ici, si proche du sanctuaire*
Pensa le jeune chevalier.

« Dis-moi ou l’as-tu aperçu, femme ! »

Hurla-t-il en direction de la femme apeurée, cette dernière ne put que tendre un doigt tremblant comme la branche d’un peuplier sous le vent d’un blizzard en direction d’un endroit assez isolé du village. Oubliant sa mission, oubliant que si l’ange noir était réellement la divinité néfaste à laquelle il pensait, il n’aurait aucune chance de survie, le chevalier du corbeau se précipita vers le dit lieu.

Il ne fallut pas longtemps pour qu’il atteigne l’endroit. Grande fut sa surprise de constater la présence sur les lieux de la déesse porte égide.

« Maitresse Athéna, c’est un…. »

Grand fut son effroi de constater que le dieu des enfers en personne était la, son premier reflexe fut de se retourner, il espérait que le dieu du soleil l’ait suivie dans son empressement.

[hrp] j’ai opté pour cette approche, j’espère qu’elle n’est pas trop directe et que je ne divague pas, dans le pire des cas je suis prêt a reprendre le post, s’il gène pour répondre.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Arianna


Nouvel Éveillé


Messages : 1582

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mar 22 Fév - 2:52

Les ténèbres s’étaient abattues sur le petit village qu’était Ahires. Un lieu bien simple et banal aux yeux de bien des gens et pourtant ce même petit village insignifiant que devait se dérouler un instant crucial de la guerre Sainte qui se déroulait en ces instants sur la Terre. L’affrontement entre Hadès le Dieu des Enfers et Athéna, la déesse de la guerre et de la sagesse. L’homme vêtu de sa sombre armure, épée empreinte de tout autant de noirceur en main et qui avait recouvert le ciel de bien ternes nuages annonciateurs de désastres faisant face à une jeune femme habillée de simples vêtements, sceptre d’or dans sa main droite et qui irradiait d’une douce lumière. Les hostilités avaient été lancées verbalement et pourtant aucune des deux déités n’avaient bougé ne serait-ce que d’un pouce. Ils ne se quittaient pas du regard et il était facile de discerner leur détermination respectives peu importait les raisons dans lesquelles se plongeaient leurs racines. Il n’y avait aucune place à l’hésitation, et pourtant, ils ne bougeaient toujours pas…

Loki s’en était allé en prononçant de bien étranges paroles. Le fait qu’ils ne les juge ni Athéna, ni Hadès les instigateurs directs de la guerre qui se déroulait fit légèrement tiquer la déesse du Sanctuaire. Émettait-il une simple hypothèse ou bien était-il aux faits de ce qui s’était déroulé en réalité ? Athéna n’eut guère de temps à réfléchir sur ce sujet, l’Asgardien était déjà parti et il n’avait pas l’intention de rayer l’accord qu’elle avait établit avec Freyja et cela la rassura pour l’instant, mais le dieu de la sournoiserie ne portait pas cet attribut pour rien et elle allait devoir se montrer prudente, mais encore une fois, elle ne pouvait s’tendre sur ce sujet plus longuement. Cependant depuis le départ de l’homme du Nord, la situation n’avait pas évoluée, ses paroles faisaient-elles plus réfléchir les deux dieux grecs qu’ils ne voulaient le montrer ? Possible…

La déesse attendait toujours la réponse de son oncle quand au lieu de l’affrontement. Il était hors de question qu’ils se confrontent au village, l’énergie qu’ils dégagerait tous deux risquaient de causer bien des dommages, trop de dommages, et ceci, autant matériels qu’humains et il était hors de question pour Athéna de provoquer la mort de civils ainsi, d’autant qu’elles e devait de les protéger. Puis sans prévenir le ciel s’obscurcit encore, alors qu’on pouvait penser la chose impossible.

Il y eut alors une montée subite de cosmos et les éclairs fusèrent frappant le sol et y creusant de larges sillons à leur impact. Athéna reconnue de suite le cosmos de son divin père et il devait en être de même pour Hades. La jeune femme leva les yeux vers le ciel, domaine de Zeus et put alors apercevoir un éclair se diriger vers eux. Par réflexe elle fit un pas en arrière et l’éclair était empreint d’un tel cosmos et avait frapper le sol avec une telle force qu’elle du détourner son regard en tournant la tête et qu’elle du lever son bras pour ne pas être blessée au visage. La voix puissante du dieu des dieux s’éleva alors et les somma de stopper puis tout redevint calme. En un instant les nuages se dissipèrent le soleil baignant à nouveau le Sanctuaire de ses rayons chauds, laissant la déesse de la sagesse des plus surprise, mais aussi des plus rassurée. Hades pouvait certes être assoiffé de pouvoir, mais il était aussi loin d’être idiot et ne chercherait donc pas à outrepasser la volonté de Zeus, d’autant que d’après els dires de ce dernier, le Conseil des Dieux était reformé. Ce n’était pas une information à prendre à la légère, les dieux restant sur l’Olympe avaient jugé les actes qui se déroulaient sur Terre des plus graves et avaient décidé d’agir, un évènement qui était loin d’être banal.

Se redressant, Athéna reposa son regard bleu sur son oncle. Elle se retint de pousser un long soupir, les affrontements étant ainsi terminés. Il n’y aurait plus de morts, il y’en avait déjà eut de trop… La perspective de la sentence lui échappa alors un instant, la déesse se préoccupant plus sur l’accalmie à laquelle avaient le droit tous les habitants de la Terre. La jeune femme allait s’adressait au sombre seigneur mais elle se ravisa lorsqu’elle senti un nouveau puissant cosmos rejoindre le Sanctuaire. Elle su qui en était le propriétaire avant que ce dernier arrive précédé d’un chevalier de bronze. Entre temps la belle déesse put ressentir une nouvelle montée subite de cosmos provenir du Sanctuaire. Cette fois-ci elle reconnu le cosmos du chevalier d’or des poisson et un instant elle cru qu’il c’était déroulé quelque chose de grave, mais cette montée de cosmos ressemblait plus à un appel et la jeune femme put ressentir les autres Gold y répondre.

Arianna tourna alors la tête vers l’homme qui venait d’arriver. Elle ne connaissait pas le dit Saint de l’espoir qui était alors arrivé et qui l’avait héler avant de se taire tout d’un coup, surpris qu’il était de la présence d’Hades juste aux côtés de sa déesse protectrice. Tournant alors le dos à son oncle, Athéna sourit au chevalier du corbeau.

« Tu n’as rien à craindre chevalier. »

Non seulement elle lui spécifier qu’il n’y avait rien à craindre pour lui et les habitants d’Ahires mais il n’y avait rien à craindre non plus pour elle. Hades ne devait pas tenter quoique se soit à son encontre mais s’il avait l’audace de tout de même le faire, elle le contrerait bien qu’elle puisse paraître inconsciente à lui tourner le dos ainsi.
La personne qu’avait escorté le chevalier arriva alors à son tour. Droite et fière la jeune femme ne se départit pas de son fin sourire bien qu’elle connaisse les raisons de la venue de son frère ici même où elle se trouvait avec son oncle.


« Ainsi c’est toi Apollon qui a été mandé par Zeus pour nous amener devant le conseil des dieux en Olympe… J’aurais aimé t’acceuillir dans de bien d’autres circonstances… »

La déesse de la Sagesse se tu alors, laissant son frère ou son oncle prendre la parole, bien qu’il n’y ai pas grand-chose à dire, l’essentiel serait dit lors de ce fameux conseil… Athéna appréhendait ce dernier, mais elle avait aussi hâte que tout cela se finisse.

[HJ] Navrée pour ce post qui ne fait que reprendre les posts précédents en gros, le reprise est dure ><, s'il y a le moindre soucis prévenez moi ![/HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Apollon0123


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 68

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Jeu 24 Fév - 12:50

    Quelle empressement ! A peine avaient-ils fait quelques pas en direction d’Ahirès que le jeune Chevalier d’Argent (pourtant chargé d’escorter – Un bien grand mot – la Divinité Solaire) que les effluves de cosmos évaporés par le Dieu des Enfers l’avait fait complètement oublié sa tâche et laisse libre court à sa dévotion envers sa Déesse… Peut-être avait-il oublié qu’il était accompagné d’une Divinité également..? Toujours est-il que ce dévouement soudain et hâtif avait fait sourire Apollon qui continua sa marche sans trop se presser… Lorsque l’éternité est à vous à quoi sert de se hâter même pour un jugement… Dans ce monde personne n’échappe à la sanction Divine et nul acteur n’échappe à cette règle…

    C’est donc avec un moment de décalage que la Déité arriva sur les lieux et comme il s’y attendait, Athéna s’y tenait ainsi que leur oncle, Hadès… Un bien joli duo mais qui en ces circonstances faisait plus office d’un règlement de compte entre querelle de Dieux dans leurs jardins, la Terre… Qui plus est sans leurs enveloppes Divine mais bel et bien dans leurs réincarnations respectives…

    Athéna prit la parole… De sa voix douce et paisible elle harangua Apollon comme étant le “messager” de leur père… Une moue dubitative lui laissa un début de réponse avant que la Déité du Soleil prenne la parole…

    ~~« Bonjour ma soeur…Et bien alors..? Je suis un « messager »… Tss… Tss… Mais alors pas du tout… Si je suis venu ici c’est par pure nostalgie de la race humaine… J’ai d’ailleurs rencontré sur le chemin le porteur du Sagittaire et je t’avoue que cette rencontre m’a beaucoup plu… Tes Chevaliers te vouent un culte grandiose et admirable… Et pour répondre à ta question première, je vais vous ramener en Olympe auprès de Zeus… Plusieurs Divinités sont sorties de leurs torpeurs grâce à vos guerres et certaines jugent utiles de vous juger pour les fautes commises… D’un point de vue personnel vous n’avez rien fait de mal… Utiliser les mortels sur le grand échiquier qu’est la Terre n’est que la volonté des Dieux et quiconque s’y oppose doit le payer mais… »~~

    Apollon tourna autour de la Déesse, caressant ses cheveux et ne quittant pas son oncle du regard… Il écarta une mèche qui tombait sur l’épaule de la Déesse et embrassa délicatement celle-ci…

    ~~« Il est probable que tous les Dieux ne soient pas de mon avis et peut-être certains ne seront pas aussi cléments… Ils pourraient t’obliger à renoncer à la Terre… Athéna… Ou bien sombrer dans l’oubli du Tartare mon oncle… »~~

    Le Dieu de la Lumière continua son petit manège en tournant encore et encore autour des Deux Divinités, comme un orateur récitant une plaidoirie… Le jugement connu à l’avance, rien ne pouvait le surprendre… N’avait-il pas reçu à la naissance le don de connaitre l’avenir..?

    ~~« Bien ! Quoi qu’il en soit et dans ce futur proche, je vous ramène quand même en Olympe pour votre jugement donc si vous voulez bien me suivre… »~~



[HJ]Désolé pour ce post court mais manquant de temps en ce moment je fais au plus rapide. Merci de votre compréhension.[/HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Paix à Ahirès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-