RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Paix à Ahirès.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Tsing


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 135

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Jeu 2 Juin - 11:25

Les messagers au chant rauque semblaient avoir répondu à l'appel de la jeune musicienne. Leur vol avait changé d'orientation. Elle avait reçu un bouton d'or d'une chaude couleur jaune soleil, ce qui était un signe plutôt encourageant. Soudain, l'un d'entre eux descendit du ciel chargé de nuages empoisonné et fondit sur la jeune aïnoue. Celle-ci n'eut aucun mouvement de recul, elle tendit simplement la main. Aux crôassements qui portaient la voix qu'un interlocuteur inconnu, Tsing avait compris que l'animal devait lui remettre quelque chose ...

Les serres du corbeau se refermèrent sur le gantelet de la marina, et celle-ci recueillit entre le pouce et l'index une plume chargée du cosmos de son correspondant. Elle en apprécia la qualité, puis rangea la plume dans un interstice de son écaille. Peu à peu la nuée de corbeaux se dissipa.

C'est alors qu'elle perçut le message télépathique du général du Kraken. Il avait un vocabulaire très choisi, peu naturel, mais cela n'était pas désagréable à écouter. En tout cas, elle fut prise de cours par son astuce : il enroula un filament d'ombre autour du bras de la jeune femme et cacha l'épée dans un cocon de ténèbres qu'il déposa au fond du tunnel par lequel Raïmi et elle étaient arrivés. Puis il disparut, tout en ayant pris soin de lui interdire de prendre part au duel.

Tsing alla se poster devant le trou pour le surveiller et haussa les épaules. Elle n'avait de comptes à rendre qu'au général de l'Atlantique Sud, au Grand prêtre de Poseidon et aux dieux. S'il n'était plus là pour la menacer de sa puissance, le général de l'Arctique n'avait aucune autorité sur elle. Le système hiérarchique des marinas n'était pas fait pour les marsouins, elle n'était pas non plus simple lieutenant.

Légèrement blasée de devoir poireauter près du trou où avait été plongée l'épée, la musicienne observa le spectacle du combat entre le Ver et l'oiseau, duel qui continuait d'aller bon train. Le Seigneur Raïmi était en train de prendre le dessus. Tsing n'était pas tellement étonnée : on sentait à la qualité de son cosmos que le chevalier d'Athena n'avait pas de raison réellement solide pour se battre. Il le faisait sûrement par avidité. Aussi, il fut facilement maîtrisé.

L'aïnoue fut tirée de sa contemplation par une étrange activité cosmique qui fut suivie par l'apparition d'une étoile filante qui fusa de la forêt jusqu'à ce qu'elle avait identifié comme étant le Sanctuaire. Bientôt, toute une agitation s'empara des environs. L'aïnoue se saisit de sa lyre pour presser son compère d'en finir avec le saint.

~Seigneur Raïmi, les choses prennent une mauvaise tournure, Il faut vite disparaître, et votre différent conclure. ~

Malgré la victoire imminente du Ver, la situation commençait à se compliquer sérieusement. Bientôt, deux puissants guerriers déboulèrent sur le champ de bataille. Le plus rapide d'entre eux les présenta : il s'agissait du général de Chrysaor et d'un chevalier d'Athena, le Verseau. Les yeux noirs de Tsing s'agrandirent de surprise. Un marina et un saint ? Après que leur armée ait aidée celle des Enfers à dévaster les premières maisons du Sanctuaire ?

Hé oui, après avoir vu deux généraux lui faire la morale, Tsing n'était toujours pas au courant des tractations que leur prêtre avait engagées auprès des Saints. Prendre la Tortue Lyre pour une subordonnée sans cervelle allait coûter aux deux hommes sa coopération. Celle-ci remplit néanmoins sa tâche de dame du service des renseignements en jouant de sa lyre ...

~ Tsing de la Tortue Lyre
Je fais la route avec Raïmi de la Soumission jusqu'aux Enfers
Car sur le Royaume Sous-Marin plane un étrange mystère,
Et les spectres sauraient, me dit le Seigneur du Ver,
Résoudre l'énigme avant qu'elle ne se révèle délétère.
Aussi sur la trace de son dieu l'ai-je escorté
Jusqu'à ce que sans raisons, nous soyons attaqués.
C'est l'épée du Sombre Monarque d'où émane cette aura.
Il faut la lui rendre, elle lui appartient de droit. ~


A peine l'aede des flots eut-elle terminé son morceau de soliste que Raïmi se mit en tête de l'enguirlander à son tour. Jamais deux sans trois. Les sourcils de la jeune fille se froncèrent d'irritation. Cela commençait à bien faire. Où était l'épée ? Dans le tunnel, là où le général du Kraken l'avait cachée : elle n'avait plus le curieux filament d'obscurité autour du poignet depuis l'incident de la comète. Cette désagrégation cosmique était étrange, et pouvait signifier que le général avait décidé de rompre le sort ou alors qu'il était mort ou inconscient ...

Le spectre n'eut aucun mal à mettre la main sur l'épée maudite. La grimace de l'aïnoue qui n'aimait décidément pas cette arme s'aggrava lorsque l'étoile terrestre s'en servit pour bousculer les nouveaux témoins de la scène dans une affreuse déflagration cosmique. Et ce fut reparti pour une séance de travaux sous-terrains dans le sous-sol grec, non sans que la jeune femme ait eu le temps de faire un petit signe d'adieu aux deux guerriers qu'ils plantaient là.

Arrow Les Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Jeu 2 Juin - 13:55



De petites bourasques de vent faisaient légèrement bruisser ma cape blanche et mes cheveux tandis que j'observai le déroulement de la situation avec le plus grand intérêt. Un détail m'extirpa quelques instants de la scène se déroulant quelques dizaines de mètres plus bas : dans les profondeurs de la forêt, le mystérieux cosmos accompagnant le Phénix avait très nettement vacillé : se pourrait il qu'il se batte avec le chevalier de bronze en ce moment même ? Après tout, peut être n'avais-je pas choisi le bon endroit pour surveiller la suite des opérations. La situation semblait se détériorer bien plus vite au cœur de la forêt. Finalement, la volonté de savoir si ce drôle de bonhomme était ou non un spectre l'emporta, et je décidai de demeurer sur place. Je sentis soudain derrière moi un cosmos se dévoiler, un cosmos que je reconnus immédiatement :

- Finalement, ces adieux n’auront pas été si longs, me dit Arjuna en s'avançant à mes côtés.

Je lui répondis d'un simple sourire, avant de reporter mon sérieux et mon attention sur la situation épineuse qui se poursuivait en contrebas. Décidément, le comportement de cette jeune marina transportant une lyre était des plus étranges, mais je n'étais pas vraiment bien placé pour savoir à quoi correspondaient les morceaux qu'elle jouait. La musique n'était vraiment pas mon fort. Le général de Chrysaor balaya à son tour la scène du regard, avant de reprendre :

- J’ai bien l’impression que des gens ont fait une découverte Intéressante. Mais cette découverte est probablement un danger pour la paix que mon Prêtre tente de mettre en place. Inspirant profondément, je demandais à Kappa, Me fais-tu confiance mon ami ? Je l’espère.

Puis, sur ces mots, il s'avança lentement en direction du petit groupe. Une forte hésitation m'envahit. Devais-je suivre mon vieil ami ? J'avais prévu de ne surtout pas intervenir à moins que la situation n'empire. Mais d'un autre côté, Arjuna m'avait en quelque sorte demandé de le suivre. La décision s'imposa finalement d'elle même et mes jambes suivirent le général de Poséidon avant même que je ne m'en rende compte.

En quelques minutes, nous rejoignîmes le groupe. Je ne pus m'empêcher de penser que la vue d'un chevalier d'Or et d'un général de Poséidon marchant côte à côte devait être insolite. Mes doutes concernant l'identité des différents chevaliers s'effacèrent en approchant des mystérieux individus : la jeune fille était bel et bien une marina, et la créature bossue portait en effet un surplis. Quant au dernier, son armure semblait être une armure de bronze d'Athéna, que je ne connaissais pas. Immédiatement, Arjuna se présenta et leur intima l'ordre de stopper tout combat. Après quoi, il se tourna vers la marina et lui demanda de s'expliquer.

Mais le mystérieux individu bossu ne lui en laissa jamais l'occasion. Tout se passa très vite : se sentant coincé, il fit une série de gestes rapides et une puissante attaque jaillit avec une vitesse fulgurante, dégageant une puissance phénoménale, et un souffle destructeur nous fit voler en tous sens, me faisant décoller de plusieurs mètres pour aller percuter un rocher. Usant de la panique ambiante, le spectre disparut en quelques secondes, neutralisant toute possibilité de le suivre.

La poussière dégagée par l'onde de choc mit quelques secondes à se dissiper. Sonné par l'attaque, je mis un moment à me relever, tout en toussant à cause des particules soulevées qui avaient envahi mes poumons. Heureusement, l'armure avait bien encaissé l'attaque du mystérieux spectre. Je pris quelques secondes pour observer cette dernière, et un sentiment de fierté m'envahit soudain : ces armures étaient vraiment d'une résistance exceptionnelle, et possédaient un grand pouvoir. Et c'est à ce moment précis que la réalité me rattrapa : j'étais l'un des douze élus qui portaient ces armures. Un sentiment de devoir se répandit dans mon être. Nous étions les aînés, et nous devions montrer l'exemple à nos cadets. Je me surpris à repenser à la façon dont le spectre s'était enfui :

- Cette fois-ci, il nous a bien eus, pensai-je, un sourire en coin. L'idée que deux chevalier de notre rang se soient faits berner par un tel individu m'arracha à nouveau un sourire.

Alors que j'allais me mettre en quête des autres, un nouveau cosmos d'une grande puissance attira mon attention :

- Encore un ! pestai-je immédiatement.

Une nouvelle fois, les quatre ans que j'avais passé hors du sanctuaire me faisaient défaut : ce cosmos m'était encore inconnu. Cependant, étant donné sa puissance, il me semblait évident qu'il s'agissait d'un gold saint. Celui ci semblait se diriger vers le cœur de la forêt d'Ahirès, précisément là où le phénix ainsi que le second cosmos s'étaient dirigés. En balayant la zone du regard, je ne vis aucune trace des autres, ils avaient dû être emportés un peu plus loin par l'explosion. J'hésitai entre rester ici pour aider Arjuna et me précipiter au cœur de la forêt, qui semblait à présent être le centre de toutes les attentions.

- Il se débrouillera très bien sans moi, pensai-je en référence à ce dernier.

Après avoir épousseté mon armure qui avait été couverte de poussière suite à l'attaque de l'ennemi, j'entrepris de rejoindre les autres qui s'étaient enfoncés loin à l'intérieur de la forêt...

Cœur de la forêt d'Ahirès Arrow

Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Sam 4 Juin - 0:28

Et bien, j’étais à présent seul entre la ville d’ Ahirès et la forêt qui l’avoisinait. J’époussetais ma cap pleine de poussière et de terre, pensant à l’attaque nous avions subit plus tôt.
Mais avant cela les notes de la jeune Marina avaient déclamé des paroles. Quelle étrange sensation que celle-ci. C’était une douce mélodie dont on aurait dit que les notes chantaient un rapport, rapport qui m’était destiné et que je dus écouter, oubliant de profiter de la nocturne. Je dis nocturne parce que les nouvelles qu’elle m’apporta étaient sombres. Le cosmos que nous ressentions émanait donc de l’arme du dieu des Enfers. La curiosité s’empara de moi, se pourrait-il que le mystère dont elle parlait eut un lien avec l’affaire dont m’avait parlé Storm quand à l’apparition d’une terrible créature. Je l’ignorais, mais lorsque je voulus poser cette question, tout en félicitant la Marina pour avoir agit pour la paix et le respect des Dieux, mais je n’en eus pas l’occasion puisque son acolyte qui s’avérait être un Spectre fut soudain prit de panique et gronda des menaces avant de lancer son attaque. Le Cosmos de cet homme ne m’impressionnait pas, et lorsque j’observais son attaque pour en trouver la faille, je réalisais trop tard qu’il tenait la dite épée, et que son grand pouvoir fonçait droit sur nous. Je fus alors forcé de me protéger tant bien que mal, espérant que Kappa ai pu en réchappé indemne.

Quelques instants plus tard, soufflé à quelques mètres de là, je me relevais, honteux de n’avoir pas prévu cette surpuissante attaque. Il semblait d’autant plus que les deux alliés avaient tout deux fuit dans le Tunnel. Je me tournais à droite à gauche, pas de trace de Kappa non plus, mais je ressentais toujours son cosmos dans les alentours. Il allait bien je n’en doutais pas, et tandis que je pensais à mon ami, je m’approchais du trou par lequel ils s’étaient enfui. Devais-je les poursuivre ? Après tout si l’épée d’ Hadès s’était retrouvé dans les mains d’ Athéna, cela n’aurait pu être qu’une source de conflit. Il avait agit directement pour préserver cette paix, bien que j’ignorais ce qu’ils avaient en tête alors, cette idée me suffit et je décidais de rester sur place.

Sondant les environs, je savais maintenant que Kappa avait rejoins tout ces nombreux cosmos, dont l’un que j’avais cru ressentir lorsque j’avais approché le temple du Bélier. Mais ce qui me figea, ce fut cet énorme cosmos qui déboulait à toute vitesse. Il était en approche, et je n’aurais pas aimé me trouver sur sa route alors. Une colère dévastatrice me paralysait des pieds à la tête, et tandis qu’une goute de sueur perla sur mon front, je réalisais que jamais, ôh grand jamais, je ne devrais à l’avenir contrarier Astre, le grand prêtre de Poséidon.

Mais s’il se rendait au milieu de ces cosmos, ma mission était de me rendre à ses côtés pour assurer sa protection en cas de soucis. Mais ma seule présence aurai pu être perçu comme un manque de politesse et de confiance, ce qui pouvait menacer nos futures négociations. Je décidais donc de me rapprocher, mais en gardant mes distances, en signalant ma présence par mon cosmos. Si Kappa était avec eux sans développer son énergie combative, je pouvais probablement avoir confiance. Surtout en ce cosmos serein que je ressentais. Un Cosmos qui semblait dépasser de loin le pouvoir de Kappa. Et le mien…

L'envie de me rendre sur place me gagna de nouveau, mais je devais attendre. Je ne devais pas commettre d'erreur. Mais j'étais tout de même curieux quant au dernier cosmos que je ressentais. Oscillant, en proie au doute et à la colère. Instable et sur le point d'exploser, j’espérais que rien de grave n'était arrivé. bah, mon prêtre serait bientôt là et avec son arrivé je serais probablement fixé sur l'attitude à avoir.

Et pour dire la vérité, je n'étais pas réjouis à l'idée de rencontrer tant de monde d'un coup. Il faut dire que j'ai toujours été plutôt solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Paix à Ahirès.   Mer 8 Juin - 21:01

Arrow Coeur de la Forêt d'Ahirès