RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 31 Jan - 9:44

Citation :
→ Entrée du Sanctuaire.

Comme prévu, le général avait répondu positivement à sa requête. Une réponse différente de sa part aurait été faire affront à l'animal totémique associé à son armure. Du reste, Sköll était bien content de n'avoir pas eu à lui forcer la main, même s'il eut été étonnant que ce soit nécessaire. Si plusieurs, las et résignés, avaient accepté sans sourciller le ton impérieux de Zeus, ce ne serait pas leur cas. Et à l'évidence, tout Marina qu'il soit, celui-là ne souhaitait pas non plus que tout se finisse en queue de poisson. Pas sans un dernier combat. Pas sans ce massacre promis dès l'instant où leurs regards s'étaient croisés. C'était un duel de prédateurs qui était sur le point de s'engager. En sortir vivant ne serait pas chose facile. Tout deux étaient à l'affut et avaient toutes les raisons de se méfier. Il suffirait d'une négligence et les crocs du requin seraient ciselés dans sa chair à tout jamais. Zeta le savait. Mais l'inverse était vrai aussi. Au fond, ce n'était qu'un poisson comme il allait souvent en pêcher après avoir fracturé la banquise pour se frayer un passage dans les eaux gelées afin de varier leur alimentation. Un énorme poisson dont il ferait volontiers son casse-croûte.

La wyvern était loin de l'avoir calé tant leur face à face était été ridiculement expéditif et il osait espérer que ce second antagoniste serait un tant soit peu plus tenace. Même si rien ne lui permettait d'en douter, tout au contraire. Là ou le premier sang qu'il avait versé avait commis une erreur de débutant en étant trop exposé au coup, ce qui lui avait immanquablement été fatal contre un chasseur expérimenté tel que le colosse, cet homme se montrait amplement plus aguerri. Sa garde ne souffrait d'aucune faille et l'attaquer par un angle mort demanderait le meilleur de lui-même. Ce n'était cette fois pas à un amateur qu'il avait à faire, cela, il l'avait compris au premier coup d'œil. Un frisson le parcourut d'avance, non pas de crainte mais d'excitation à l'idée de pouvoir peut-être saigner cette proie de premier choix. Ce n'était pas tous les jours qu'un gibier de si bonne qualité venait se jeter dans la gueule du tigre et il escomptait bien tirer parti de cette exception. Les frontières du Sanctuaire avaient été franchies sans tarder. Le contraire eut été étonnant pour deux êtres à même de bouger à la vitesse de la lumière, comme c'était le cas de tout un chacun parmi les chevaliers de ce rang.

Depuis, tout deux n'avaient eu de cesse de se regarder en chien de faïence, bien qu'ils ne se soient extraits du périmètre sacré que depuis une poignée de secondes. Rodorio n'était guère loin mais ce n'était qu'un détail insignifiant dans l'esprit du fauve, qui ne jurait déjà plus que par le mot combat. Comment pourrait-il en être autrement maintenant qu'ils avaient rallié une parcelle de terrain où il ne tenait qu'à eux de laisser libre cours à leurs pulsions assassines ? L'intensité de leurs instincts meurtriers n'était plus à prouver. Sköll fut le premier à quitter son immobilisme pour incliner sèchement la tête, entrainant un craquement sinistre de sa nuque. Il serait dommage que sa mobilité soit réduite par un manque d'échauffement – c'était le genre de subtilité qui pourrait causer sa perte contre le héraut de Poséidon. Il le savait pertinemment. Une fois fait, il retroussa les lèvres. Plus qu'un sourire, c'était un rictus carnassier, n'étant pas sans rappeler un félin découvrant ses crocs avant de bondir sur sa proie pour n'en faire qu'une bouchée. Cela tombait bien, c'était exactement l'image qu'il voulait donner.

« Content de voir que contrairement à tes petits copains, tu pisses pas dans ton froc à l'idée de te faire démolir. Amène-toi qu'on s'y mette. »

Fenrir, à la force de son poing, décrivit un dangereux arc de cercle qui entailla en profondeur le sol où elle était jusque là fichée avant d'aller atterrir sur son épaule. Malgré sa masse extraordinaire, son porteur ne bougea pas d'un pouce, habituée à la manier. Son poids n'était désormais plus un problème pour lui, même si on ne pouvait pas en dire autant des pauvres hères qui avaient la malchance de faire sa connaissance. Le général de l'ombre du requin, comme il s'était nommé lui-même, était sur le point de rejoindre leurs rangs... L'exaltation de la bataille à venir finit de ronger les dernières bribes de patience de l'Ase. Sa posture changea alors qu'il se ramassait sur lui-même pour prendre de l'élan. Une brusque poussée sur ses jambes le catapulta vers l'avant, arme au poing. Tout requin que soit cet individu, il n'en était pas moins aussi vulnérable que n'importe quel chevalier. Le tout était de trouver ses faiblesses, les défauts dans son style, et il n'y aurait alors plus qu'à l'harponner.

Mais même une fois que ce serait fait, la méfiance ne serait pas de trop : tant qu'il n'a pas été mis à mort, il peut toujours mordre... C'est avec cette circonspection en tête que Sköll entama sans coup férir sa valse mortelle à l'aide de sa lourde lame, qui malgré son poids voltigeait mieux que si c'était un humble fétu de paille entre ses mains. Pourtant, le sol se creusait sous la portée de ses coups, démontrant l'affutage hors-normes de la lame. Le but du Guerrier Divin était d'une évidence telle qu'on ne pouvait en douter. Quoi de plus normal puisqu'il était très loin de cacher le sens donné à ses coups. Leur destination était systématiquement une articulation, le résultat espéré étant de sectionner les tendons de sorte à priver son adversaire de l'usage de ses membres. Bras et jambes seraient inutilisables sous peu s'il réussissait ce coup d'éclat dès le départ, même s'il ne perdait pas de vue qu'il ne fallait pas trop y compter.

Contrairement à ce que reflétaient ses paroles, ce n'était pas à n'importe qui qu'il avait affaire et c'est avec cette conscience des réalités qu'il continuait de frapper sans relâche pour causer des blessures qui sauraient être décisives en cas de succès. Quatre tentatives furent ainsi ébauchées avant que les deux mains du géant ne se rejoignent sur la poignée centrale parmi les trois que comportait son fendoir, et il l'abattit de toutes ses forces à destination du crâne du solide défi que représentait cet antagoniste. Le trancher en deux, bien que nettement moins subtil, serait tout aussi déterminant... Même si ce serait une fois de plus trop facile d'en finir de la sorte, ce qu'il était très loin de souhaiter. Il ne demandait pas mieux que quelqu'un pouvant lui tenir tête pour compenser la fulgurante défaite de son précédent adversaire et savait celui-ci capable de faire mieux. Ce qu'il allait pouvoir voir très bientôt, pour peu qu'il soit pris au sérieux. Et il allait tout faire pour que ce soit le cas.

« Blue Impulse. »

Dans le feu de l'action, il lâcha son arme en la plantant dans le sol et brandit la paume avant de la diriger à vive allure vers l'abdomen du général après l'avoir saturée d'un cosmos qui la faisait luire d'un formidable pouvoir, illustré par une insondable couleur azur. Souvent, il avait comparé cette attaque à un coup de tonnerre, et pour cause. Quiconque en était frappé voyait ses mouvements engourdis après avoir eu la sensation que la foudre s'était abattue sur lui et l'avait électrocuté de pied en cap, et ce même si c'était très loin d'être le meilleur coup qu'il avait en réserve. En revanche, c'était probablement celui qu'il prendrait pour habitude d'utiliser en tant qu'introduction à chaque duel tant il était pratique d'en faire sa carte de visite...

Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 31 Jan - 20:34

On commence en fanfare avec un petit hasardeux et ma chance légendaire ...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 31 Jan - 20:34

Le membre 'Kyro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mar 1 Fév - 21:19

Depuis que nos regards s'étaient croisés je savais au plus profond de mon être que nous étions voué à nous battre, et je savais également que cela ne serait pas de faux semblant ni demi mesure. L'un comme l'autre nous risquerions nos vies pour un duel sans aucun enjeu, une simple rivalité masculine, un concours de celui qui a la plus grosse ou alors y'avait il quelque chose de plus profond qui nous opposait. Impossible de le savoir pour l'instant, mais peu être ce duel nous en apprendrait plus dans un sens comme dans l'autre. Cette fois encore personne n'avait eu ni le courage ni la puissance de me séparer de ma cible, pas même le Divin Zeus du haut de sa tour d'ivoire et qui ne perdait d'ailleurs rien pour attendre car son tour viendrait assurément et si ça pouvait être de mes mains alors ça serait royal. En attendant néanmoins j'avais trouvé de quoi passer le temps et accessoirement de quoi me passer les nerfs.

Le menu d'aujourd'hui avait l'air des plus appétissant, un regard de fauve, une concentration parfaite, une garde irréprochable, une stature fière, mais surtout une arme des plus mortelle. Sans même m'en rendre compte j'avais adopté une posture de combat avant même le début de l'affrontement et maintenue une distance de sécurité légèrement supérieure à la normale. Un sourire des plus sadique éclaira mon visage lorsque je fis le constat que mon corps lui même avait cet adversaire en haute estime, l'apéritif avait été à la hauteur de la lecture de la carte, mais entamer pleinement le repas devenait une envie à présent irrépressible et visiblement c'était réciproque.

-Content de voir que contrairement à tes petits copains, tu pisses pas dans ton froc à l'idée de te faire démolir. Amène-toi qu'on s'y mette.

Loin d'être agacé par les remarques acerbes de mon opposant direct, je considérais moi même que se chauffer un peu verbalement aidait grandement quand à la motivation et l'intérêt pour les combats en général, alors autant se faire un peu plaisir.

-Je prend ça comme un compliment, merci. Par contre si tu pouvais éviter de me décevoir ça me permettrais de ne pas te tuer trop vite.

Ce fut à cet instant que toute la pression accumulé se libéra, Skoll bondit arme en poing et bras armé, frappant mes deux poings serrés l'un contre l'autre, je m'apprêtais le sourire aux lèvres à supporter le premier assaut. Au vu de la taille du colosse et des tranchés laissées par l'arme dans le sol prendre ne serait-ce qu'un coup de ce hachoir géant de plein fouet siginifirais clairement mettre un pied dans la tombe. Fort heureusement même si je ne pouvais en rien tenté un blocage direct du supposé faucheur d'âme ma vitesse et mon agilité me seraient d'un précieux secours. Les coups s'accélèrèrent aussi rapidement que s'enchaîrèrent les esquives, mais rapidement je compris que l'assaut n'était pas à la hauteur de mon attente.

-Ne me sous estime pas Guerrier Divin, si tu ne frappe pas pour tuer tu le regretteras bien vite ...

Le message était visiblement passé car le dernier coup fut magnifiquement préparé avec toute la rage et la puissance à laquelle je m'attendais, un coup de taille vertical qui laisserai l'Ase sans défense et je préparai dès lors les présentations entre mon poing gauche et son visage. Après une esquive de quelques millimètres sur la droite, les conditions imaginées plus tôt étaient réunies et j'étais prêt à balancer la sauce à mon tour quand je fis face à une boule bleuté en place et lieux de sa trogne d'ahuris, l'enflure avait prévu une belle porte de sortie à son enchainement. Le poing serré, la garde ouverte je ne pouvais en aucun cas empêcher la paume chargée à bloc de me frapper plein torse.

-Predatory Instinct ...

Quand aucune solution n'est possible alors il n'y a rien à faire, par contre quand on a une chance d'amortir le choc alors il n'y a pas à tortiller du cul. A mes mots une aura rouge sombre se dégagea de mon corps pour venir l'envelopper, piquante comme une aiguille et impénétrable comme une vierge effarouché, l'activation de ma technique ne m'empêcha nullement de me prendre le coup dévastateur de mon adversaire. Un instant je me demandai même si ce n'était pas la foudre de Zeus qui m'avait frappé pour ma désobéissance, mais c'était bel et bien ce petit salopard qui venait de me propulser droit dans une maison en ruine en évitant soigneusement la moindre fenêtre. Allongé dans les débris au milieu d'un nuage de poussière mon corps entier semblait parcouru de spasme et un rire à glacer le sang sorti de ma bouche, ses attaques au hachoir avaient été carrément pourrie, mais cette attaque était à mettre dans les anales tant elle m'avait donné l'envie de lui faire bouffer ses dents une à une et de lui éclater la gueule encore, encore et encore !
Après m'être relevé vivement je fis voler la vieille bicoque d'une explosion de cosmos réapparaissant alors aux yeux de mon adversaire, mon aura sanglante tournoyant toujours autour de moi rendait l'atmosphère un peu plus lourde.

-Très bien c'est à mon tour maintenant de faire les présentations.

Concentrant une bonne dose de cosmos dans mes jambes je disparus littéralement du champ de vision du félin pour réapparaitre directement dans sa garde, annulant ainsi l'avantage d'allonge procuré par son arme démesurée. Mon genou gauche parti immédiatement avec l'intention de dire bonjour à son menton à qui le reste de la famille viendrai bientôt rendre visite, le poing gauche d'abords puis le talon droit dans un retourné des plus acrobatique et une fois des deux pieds enfin au sol, j'armais mes deux poings afin de frapper durement son torse. L'instant était parfait pour envoyer la suite de programme, une légère concentration de cosmos dans les poings et une volée de coups partie à la vitesse de la lumière. Objectif : ratatiner sa tronche.

-Crocs de Feu !

L'attaque était simple, efficace, mais pas forcément dévastatrice mieux valait il en garder un peu sous le pied pour l'instant et voir comment mon plat du jour encaisserai cet amuse bouche pour ajuster au mieux la suite du programme

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 2 Fév - 9:32

Les dés sont jetés...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 2 Fév - 9:32

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 2 Fév - 18:57

Sköll fut immensément soulagé de voir que son adversaire ne s'était, cette fois, pas effondré sous ses coups. Reproduire l'expérience aurait été démoralisant. Il se savait en possession d'une force certaine, mais de là à pouvoir terrasser d'un coup d'un seul toute menace potentielle, il ne fallait quand même pas pousser. Or donc, il allait pouvoir poursuivre et c'est ce qui généra le rictus féroce qui fendit ses lèvres aussitôt après avoir vu le Marina se sortir fringant de son attaque. Le Blue Impulse n'était pas la quintessence de son art, c'était un fait, mais en revanche il faisait partie de ses plus puissantes bottes secrètes. Que cet homme soit capable de s'en tirer en aussi bon état ne laissait présager que du bon pour la suite. Et c'était tant mieux. C'était significatif du fait qu'il allait enfin pouvoir s'en donner à cœur joie ; pas question de se priver. Comme l'avait laissé entendre l'individu en question, si ses coups n'étaient pas porté dans le but de tuer, de mauvaises surprises l'attendaient au tournant. Un sérieux de chaque instant serait sa meilleure arme pour ne pas avoir à faire les frais de sa négligence, plus encore que ne pouvait l'être Fenrir. C'était dire. Et tous les moyens à sa disposition étaient bons à prendre – comment ne pas le comprendre en voyant se dresser l'aura corrosive dont s'était paré l'occupant des fonds marins ?

En raison de son manque d'assiduité à comprendre le fonctionnement réel des différentes utilisations du cosmos, le Guerrier Divin était incapable d'en cerner l'utilité, mais son instinct l'aidait en contrepartie à se dire que ce changement ne lui disait rien qui vaille. Et pour cause : la puissance qui s'en dégageait était malsaine, et sa couleur morbide n'était pas faite pour y remédier. Au contraire, l'odeur cuivrée du sang frais que l'on verse avait presque accompagné sa mise en place tant sa teinte l'évoquait sous tous les aspects. À croire que le général suppurait l'hémoglobine par tous les pores de sa peau, non pas la sienne mais celle de ses victimes passées. L'on dit de certains qu'ils ont du sang sur les mains ; en ce cas, lui en avait sur tous le corps, et ce au propre comme au figuré. Car à l'évidence, s'il réussissait à avoir raison de l'Ase et à prendre sa vie, il n'en serait pas à son premier meurtre, loin s'en faut. Car à défaut de pouvoir comprendre ses manœuvres en lisant le flux énergétique comme beaucoup le feraient, Sköll ne pouvait compter que sur ses déductions et son intuition afin de s'en forger une idée plus ou moins pertinente.

Et tous les gestes de l'Ombre du Requin transpiraient la maîtrise et l'expérience – celle d'un homme minutieux qui sait comment s'y prendre pour faire souffrir jusqu'à la toute dernière seconde avant que la vie dans un dernier souffle ne s'achève. Un sang-froid à en donner la chair de poule et une adresse indéniable qui se devinait malgré l'absence totale de technicité des coups portés. Affairé qu'il était à tenter d'en comprendre un maximum via chacun de ses mouvements, Zeta n'avait que moindrement senti la douleur, atténuée par sa concentration mais aussi par la robustesse de son corps. À titre de comparaison, et ce même si son armure lui était soustraite, son antagoniste ne pourrait avoir d'autre impression que celle d'avoir frappé contre un pneu de camion. La force physique du colosse était inégalée en Asgard, nul ne pouvait le nier, mais il était tout aussi certain que son plus gros point fort ne résidait non pas dans sa brutalité mais plutôt dans son extrême endurance. Son corps était à l'image de ce qu'il laissait paraître : solide comme le roc, si ce n'est plus. Et il était loin d'avoir montré la portée que pouvait avoir cette résistance hors du commun.

Passablement touché par la contre-attaque subie mais néanmoins en position de force pour riposter à son tour, Sköll se campa fermement sur ses deux jambes. Le résultat obtenu fut ce à quoi il s'attendait et il ne bougea pas d'un pouce, comme enraciné dans la terre et ce quelle que soit la violence mise dans l'attaque. À vrai dire, celles portées à mains nues avaient été tout aussi dommageables... Autant dire qu'il avait raté sa vocation s'il se vouait à l'utilisation de son potentiel cosmique, même si à première vue ce devait être un combattant équilibré. Ce qui n'était pas pour déplaire au GodWarrior, qui comptait bien profiter de l'occasion qui venait de se présenter pour voir ce qu'il pouvait retirer de ses compétences en situation réelle. Le général n'avait qu'à bien se tenir. Sans plus attendre, sa lourde poigne se referma sur le poignet de la main qui venait de frapper pour ensuite y appliquer une étreinte plus prononcée, du genre de celles qui ne veulent bien céder qu'une fois qu'on a tranché le bras qui en est à l'origine.

« C'est tout ce que t'as dans le bide ? On fait exprès de m'envoyer que des lavettes aujourd'hui ou quoi ? »

Sa jambe se leva et se déploya à une vitesse que nul n'aurait cru possible sans l'avoir vu de ses propres yeux auparavant. Et pourtant. En un éclair, son genou gauche avait été dirigé vers le menton du sanguinaire amphibien. Sa garde était irréprochable sur bien des points mais Sköll avait pour avantage d'être pourvu d'un physique prêtant à confusion. Qui s'attendrait à ce qu'un grand gaillard pareil soit si souple et agile que pour contrer une attaque au corps à corps par des mouvements aussi habiles ? Qu'il puisse toucher du pied dans un espace aussi confiné tenait de l'inimaginable. Et pourtant... Même si rien ne disait que le général soit incapable de parer, car il était vrai que ce n'était pas la spécialité du chasseur. En revanche, rouer de coups quelqu'un déjà pris par surprise l'était beaucoup plus. Et le moment était venu d'en faire la démonstration. Pour peu qu'il ait réussi à toucher sa cible, les sens de celle-ci ne devaient déjà plus être ce qu'ils étaient : le visage était la meilleure cible à disposition quand il s'agissait de perturber la perception. Tout ce que le corps lui-même pouvait ressentir en était lourdement altéré et la sauvagerie qu'avait mis le Tigre Noir dans son effet de surprise ne ferait que donner une appréciable démesure à ce dérèglement si tant était qu'il avait lieu.

Loin de s'arrêter en si bon chemin, il plaqua cette fois sa paume gantée sur le dos de sa proie pour couper court à tout mouvement de recul, aussi maladroit soit-il. Il n'avait dès lors plus qu'à délivrer un second coup à l'identique, bien que provenant du côté opposé, et qui cette fois serait destiné à l'abdomen qui serait on ne peut plus vulnérable si son plan fonctionnait comme prévu. Auquel cas la suite n'en serait que plus facile... Le laissant cracher ses tripes, pourvu que tout ait fonctionné jusqu'alors, il relâcha temporairement son arme pour frapper de ses poings les tempes de son vis-à-vis pour ne faire qu'empirer ses troubles. Et, emporté par son élan, il n'eut alors plus qu'à lever les bras pour joindre les mains pour mieux l'abattre sur ce crâne qui n'aurait eu de cesse d'être martelé tant de l'intérieur que de l'extérieur si tout était à sa convenance une fois l'enchaînement terminé. Mais dans le feu de l'action, impossible de s'en assurer, à sa grande déception. Or, il était hautement préférable d'avoir la certitude de causer un minimum de dégâts, et c'est pourquoi l'instrument de boucher lâché précédemment eut tôt fait de reprendre place entre ses poings après qu'il eut reculé d'un bond brusque vers l'arrière n'ayant pour but que de s'en emparer à nouveau.

Plantée dans le sol, Fenrir s'en détacha sans mal, agrandissant dans une moindre mesure les dégâts déjà causés aux environs lors du tour de chauffe. Ce n'était qu'un modeste prix à payer pour pouvoir se battre et soulager toute la frustration ressentie à la fin de ce conflit. Ce point final n'était qu'une vaste blague et c'était ce que ces valeureux guerriers voulaient faire entendre en en faisant une virgule, même si ce n'était que pour eux. Et tant pis si les foudres divines devaient faire suite à cette désobéissance. Le sang battait les tempes du Guerrier Divin, survolté après s'être à ce point laissé emporter. La raison n'avait plus place dans son esprit qui n'était désormais plus qu'une masse indistincte de bestialité affutant ses sens et renforçant ses réflexes pour en faire une machine de guerre au sommet de son art. Et le meilleur moyen de le faire comprendre était encore d'en faire la démonstration. Son corps entier s'élança vers l'avant avec une célérité inouïe avant qu'il ne s'élance dans les airs, prenant une altitude de plusieurs mètres donnant à la scène un aspect surréaliste.

Son fendoir ne tarda pas à se draper du pouvoir qui émanait de son corps de tous côtés, échappant au peu de contrôle qu'il en avait pour venir envelopper le tranchant que faisait luire d'un air menaçant l'astre de jour, témoin silencieux de ce duel à mort. Alors que cette auréole donnait à la lame un éclat azurée, celle-ci fondit vers le sol mieux que ne l'aurait fait un oiseau de proie en quête de gibier afin de pouvoir transpercer l'impudent qui avait cru pouvoir se mettre en travers de sa route. Selon le résultat de cette offensive aérienne, le prédateur marin pouvait se trouver dans un endroit... Ou dans plusieurs. Un nuage de poussière venait d'être soulevé par la violence du choc qui, quel qu'en soit le bilan final, aurait de toute façon heurté le sol. Le halo céruléen nimbant l'acier convergea vers son propriétaire pour lui rendre le peu de vitalité perdue lors du premier contact et le rendre toujours plus tenace. Dans la confusion semée par ce rideau opaque, la suite déjà difficile à anticiper ne pouvait maintenant plus l'être du tout. Le mystère restait entier. Mais n'était-ce pas précisément ce qui les exaltait tant ?

« Allez viens ! Bats-toi ! Je sais que t'es encore là ! »



Dernière édition par Sköll le Ven 4 Fév - 12:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 3 Fév - 13:13

Chance légendaire, j'invoque ici ta protection ...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 3 Fév - 13:13

Le membre 'Kyro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Ven 4 Fév - 15:18

Le combat venait à peine de débuter que j'avais déjà commis l'erreur de sous estimer mon adversaire, campé sur les colonnes qui lui servaient de jambes il avait subi et bloqué mon attaque sans sourciller. Certes cette attaque n'était pas la plus puissante de mon répertoire, mais ce n'était pas comme si j'avais des arcanes qualifiables de faible, le constat était donc clair, l'Ase possédait une endurance hors norme et une capacité à encaisser ainsi proportionnelle. Qu'à cela ne tienne, si je n'avais pas obtenu ce que je voulais par la force et bien c'était parce que je n'avais pas frappé assez fort voilà tout.
Il faudrait donc remédier à cela au plus vite, mais le colosse d'Asgard semblait vouloir lui aussi vouloir optimiser sa technique.

Le géant ne perdit pas de temps, m'attrapant solidement le poignet, il projeta son genou gauche en vol direct sans escale vers mon menton, instinctivement mon coude libre vint se placer en protection et qui, vu le physique du gaillard m'évita un possible KO technique. Non seulement il était l'adversaire le plus solide jamais rencontré, mais en plus sa vitesse d'exécution se rapprochait dangereusement de la mienne, ces gestes étaient précis et puissants, ce mec était l'apothéose de mes combats passés et lui péter la gueule serait un plaisir absolument incommensurable, mais pour cela il fallait tout d'abord s'en sortir vivant et pour ça j'avais plus d'une corde à mon arc.

Un demi tour sur moi même me permis d'éviter le coup dans le dos et par la même occasion le contrecoup destiné à mon abdomen, complètement en transe à l'idée d'égorger le tigre des glaces je me laissais aller à une suite de blocage au corps à corps, car malgré une puissance non négligeable les coups de mon opposant portés à mains nues étaient bien moins dangereux et meurtrier, je me laissais donc une porte ouverte sur les blocages d'habitude difficile contre une arme tranchante, de surcroit celle de l'Asgardien. La suite du programme ne fut guère à la hauteur, une stupide prise en étau des deux poings visant mes tempes esquivé d'un simple mouvement du buste, avait il perdu en vitesse ou m'y étais-je adapté ?! Toujours était il que je ne ressentais plus la dangerosité dans ses coups.

-Tu veux pas reprendre ton arme ?! Parce que là tu frappe comme une gonzesse et ça commence à me gaver !

Adversaire n'acceptant pas à la remarque ou réplique placé au bon moment, Skoll récupéra son fendoir, créant au passage une tranchée supplémentaire dans le sol avant de bondir dans les airs. Vision surréaliste au possible au vu du gabarit du bonhomme, mais néanmoins réelle, lorsqu'il fut dans la phase la plus haute de son saut son arme s'enveloppa de cosmos et fusa vers moi projeté par le bras gros comme ma cuisse de son propriétaire. dans une technicité et un calcul pouvant entrainer ma mort en cas d'erreur, je pivotais légèrement sur moi même en détournant de la paume de ma main le missile meurtrier. Placer ma main sur le plat de la lame n'avait en rien était une nécessité, mais c'était en jouant avec ma propre vie que mes sens étaient les plus exacerbés et que l'adrénaline était la plus importante. Tandis que le nuage de poussière soulevée par l'impact retombait lentement, mon aura sanguinaire elle redoublait d'intensité grâce à se risque inutile, mais néanmoins calculé.

-Allez viens ! Bats-toi ! Je sais que t'es encore là !

Je répondu du fond du petit cratère crée par le tir de Zeta, donnant alors encore plus de poids à mes paroles.

-Bien sur que j'arrive, ce n'est pas une attaque de cet accabi qui me causera le moindre dommage ...

Ne perdant pas un instant de plus je me ruais sur mon adversaire avec un filet de sang s'échappant de la commissure de mes lèvres, preuve d'une morsure un peu trop prononcé. Arrivé à sa hauteur je plantais ma jambe droite dans le sol et projetais la gauche droit en direction de son genou dans un premier temps, puis de son flanc, une attaque franche et directe tout comme celles qui allaient suivre. Sans même reposé le pied au sol, je le lançais dans un arc de cercle parfait vers le puissant menton carré de Skoll, dans un enchainement parfait ne laissant aucune place à la contre attaque je pivotais sur moi même en me baissant pour aller frapper ses jambes. Plus dur encore que les glaces éternelles de son pays natal, frapper cet homme de mes poings semblait m'avoir fait aussi mal qu'à lui c'était la raison pour laquelle j'avais utilisé mes jambes, de base plus puissante afin de tenter d'ébranler le colosse. Pour finir le festival je donnai un puissant side kick qui, même s'il ne le ferait pas bouger lui, me donnerai à moi le recul nécessaire pour clôturer ce chapitre.

-Le Croc Tueur !

Retombant quelques mètres plus loin la jambe gauche gorgée de cosmos, je fouettais le vide et ce qui semblait être une véritable et gigantesque lame partie tout droit en direction de mon adversaire tranchant l'atmosphère elle même sur son passage. véritable quintessence de ses pouvoirs, cette attaque comptait parmi les plus puissantes du Général de l'Ombre du Requin.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Ven 4 Fév - 16:01

Bon, comment truquer ces foutus dés...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Ven 4 Fév - 16:01

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 7 Fév - 15:38

Sköll n'eut d'autre choix que de bander les muscles pour recevoir de face ledit Croc Tueur. Ce n'était pas son genre de fuir devant l'ennemi, définitivement pas. Et même si sa résistance avait déjà été émaciée par les coups encaissés lors des précédentes passes d'armes, ce n'était pas une raison pour arrêter. Il continuerait à les encaisser aussi longtemps que son corps aurait la solidité requise pour le faire, et ce n'était pas près de changer. Le général n'était pas au bout de ses surprises et avait tout intérêt à ne pas le sous-estimer s'il ne voulait pas que cela se retourne contre lui. Toute négligence était synonyme de causer sa perte dans ce duel sans merci que se livraient non pas deux hommes, mais deux bêtes sauvages assoiffées de sang. En outre, le smilodon d'obsidienne ne cèderait pas un pouce de terrain aussi longtemps que ses jambes le porteraient et seraient assez robustes pour l'aider à tenir en place. Reculer reviendrait à avouer une faiblesse face aux coups reçus et il n'en était pas plus question que de laisser cette guerre se finir sans que ce face à face ne soit porté à son terme.

Ce qui était certain c'est que même l'ours autrefois mis à terre de ses mains nues faisait pâle figure à côté de cet homme et qu'en faire de la charpie lui procurerait une intense satisfaction, à même de compenser à elle seule l'écœurement que lui inspirait la fin de ce conflit. Autant que lui, l'Ombre du Requin devait se réjouir de ne pas être contraint d'en rester là et de pouvoir une dernière fois s'en donner à cœur joie avant que le conflit ne s'enlise en statu quo. Sans quoi ils ne seraient pas en train de se livrer un duel à mort à cet instant précis. Et c'était cette symétrie au niveau de leur état d'esprit qui leur conférait la force de donner le meilleur d'eux-même pour en finir sur une apothéose de toute beauté. Tout deux s'étaient lancés dans une danse mortelle d'un commun accord, une macabre pièce de théâtre valorisant le bellicisme dont seul un des acteurs ressortirait vivant. La meilleure des excuses pour que deux guerriers de leur calibre aient les moyens de déployer la quintessence de leur art dans un déchaînement tout sauf humain.

Le périmètre délimitant leur zone de combat n'était pas qu'une limite de sécurité au-delà de laquelle tout intrus serait immanquablement happé et déchiqueté par un combat n'ayant de cesse de repousser le summum de la violence vers de plus hautes strates. C'était une frontière. La frontière entre les hommes et les bêtes. Celle entre les humains et les chevaliers.

« D'accord, je retire ce que j'ai dit, tu te débrouilles pas trop mal pour un amateur. »

Le corps titanesque de Sköll se redressa de toute sa hauteur au point d'éclipser l'éclairage délivré par le soleil, placé dans son dos. Ce n'était plus un corps organique mais une montagne de chair et de sang qui se dressait devant le représentant de Poséidon. Un adversaire de taille, certes, mais aussi un obstacle tout aussi conséquent à surmonter. Dépasser ce rempart doué de vie qui s'interposait entre lui et une victoire qui n'aurait de cesse d'être disputée jusqu'à ce que mort s'ensuive lui demanderait de se battre jusqu'à l'épuisement de ses forces. Tout comme pour rompre ces dents de la mer tant redoutées, Sköll n'aurait d'autre choix que de plonger en eaux troubles pour avoir raison du prédateur marin au péril de sa vie. Les enjeux étaient grands – à la hauteur de leurs idéaux. De leur volonté et de leur rage de vaincre. Rien ne pourrait l'éteindre. Le rite était déjà bien trop avancé que pour faire marche arrière et ne prendrait fin que quand le sang aurait été versé et viendrait éclabousser ces ruines de sa fascinante rougeur morbide.

Tout ne faisait que commencer, et pourtant le Guerrier Divin devait retenir sa respiration pour masquer un souffle court de plus en plus oppressant. Les pulsations cardiaques résonnaient au plus profond de son crâne et ajoutaient à une scène déjà épique une sorte de compte à rebours que décomptait progressivement chaque battement. La Mort était seule arbitre de cette lutte où tout répit était proscrit et aiguisait fébrilement sa faux en attendant de savoir qui en serait la victime. De son côté, Zeta tendait à se faire son représentant terrestre à la force de son tranchoir dont l'affutage semblait plus dangereux à chaque seconde tant les lueurs solaires elles-mêmes paraissaient se fendre à son contact pour n'être plus que poussières d'étincelles à sa surface. Pour n'avoir donné qu'un piètre résultat à chaque fois, il était aisément compréhensible qu'il doute sérieusement pouvoir influer sur le déroulement futur du combat à la force de ses poings.

Ne plus lâcher Fenrir devenait dès lors une priorité puisque seule elle était apte à inquiéter sérieusement le héraut des mers comme il l'avait lui-même fait entendre avec une surprenante franchise. Il était plus que rare de se faire conseiller par un opposant et c'était dégradant en un sens, mais l'Ase préférait le voir comme une requête de la part de cet individu de ne pas contenir ses coups. Et donc de fait de s'emparer de son arme à l'aide de laquelle ils étaient sensiblement plus menaçants. Une recommandation qu'allait suivre le gardien d'un des sept saphirs d'Odin pour ne rien laisser au hasard. Il était vrai que même si ses aptitudes au corps à corps étaient élevées, elles ne pouvaient en rien se mesurer à celles que lui conférait le maniement de son instrument de mort. La surprise que le Marina ait pu s'en rendre compte en à peine quelques coups échangés était grande mais cela ne faisait que confirmer que c'était une proie de tout premier choix. Une pièce de viande sur laquelle Sköll allait se faire les dents avec le plus grands plaisir. Ne dit-on pas que les félins sont friands de poisson ?

« Serre les dents, je m'en voudrais de te faire crier comme une pucelle. »

Un revers de la main essuya son visage, dont la lèvre avait été fendue et l'arcade sourcilière éclatée par l'enchaînement délivré au contact précédemment. Quelques détails sans grande importance d'un oeil extérieur, mais ces quelques écorchures étaient déjà à elles seules lourdes de sens pour les protagonistes. Puis, joignant le geste à la parole, il fondit à vive allure vers son antagoniste. N'était-ce pas le propre des grands fauves que de repérer leur gibier pour ensuite fondre dessus sans même laisser un quelconque temps de réaction susceptible de permettre la fuite ? Sköll doutait que son adversaire pense ne serait-ce qu'une fraction de seconde à se désister et à prendre ses jambes à son cou. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait s'abstenir de le prendre de court à l'aide d'un effet de surprise, si tant était qu'il réussisse à l'obtenir. Épaule en avant, le colosse y concentra tout son poids pour tenter de soulever de terre le fameux requin. Sa prise se raffermit alors sur les poignées de son arme et de multiples coups fusèrent avec une célérité telle qu'un regard non exercé n'y verrait que du feu. Vive comme l'éclair, Fenrir avait frappé... Mais pas de son tranchant acéré. C'était son revers qui avait été expédié vers les côtes de son destinataire dans le seul et unique but de les hacher menu en les écrasant de tout son poids. Pris de plein fouet, il n'y avait aucune chance que le général s'en sorte sans fracture, quelle que soit sa constitution. Et dans une grande inspiration, estimant qu'une brèche s'était ainsi ouverte dans la défense adverse, il libéra l'une de ses poignes pour en brandir la paume à hauteur du visage qu'il espérait déformé par la douleur sans pouvoir le vérifier.

« Blue Impulse ! »

Une fois de plus, une lueur bleue surnaturelle s'empara de son bras et déferla mieux que ne l'aurait fait un torrent foudroyant en direction du visage de son adversaire, non pas pour causer de réels dommages mais dans le seul et unique but de lui causer une cécité, qu'elle soit temporaire ou définitive. S'il y parvenait, ce serait prendre une avance considérable, et ce même si c'était aussi ouvrir une porte vers l'amélioration de tous les sens restants. Double tranchant en somme. Arrêté dans son mouvement par la méfiance dont il gratifiait une éventuelle contre-attaque imminente, un brusque recul l'éloigna un peu plus... De même que le nouveau coup de pied qu'il avait pris soin d'envoyer en direction du buste du général pour le repousser. Une fois à bonne distance, il n'eut plus qu'à soulever Fenrir à mi-hauteur pour se garantir une posture défensive stable grâce à laquelle, de son point de vue, accueillir comme il se doit le retour de manivelle ne devrait pas poser problème.

Mais peut-être était-ce parler trop vite...




Dernière édition par Sköll le Jeu 10 Fév - 4:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 7 Fév - 19:49

Roulement de tambours ...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 7 Fév - 19:49

Le membre 'Kyro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 9 Fév - 21:49

Il ne faisait à présent nul doute que ce combat était le plus dur de ma carrière, non pas que mon adversaire était plus fort, car en terme de puissance pure je lui tenais encore la dragée haute, mais sa résistance physique n'avait d'égale que son endurance. De ce point de vue là par contre il m'était largement supérieur et ce même si j'étais plus qu'habitué à encaisser. Chacunes des cicatrices qui parsemait mon corps étaient un souvenir d'un adversaire qui m'avait donné du fil à retordre, certains même avaient laissé plusieurs empreintes de leur passage, pourtant le seul point commun à l'heure actuelle était le fait qu'il soit passé de vie à trépas et le Guerrier Divin ne ferai pas exception à la règle. Malgré le surplus de puissance apporté par l'enchainement de coup de pied, ne n'avais toujours pas réussi à faire valdinguer sa grosse carcasse, mais ne désespèrais en rien. J'avais moi aussi de la réserve,ses failles ne tarderaient pas à pointer le bout de leur nez et les ouvertures dans sa garde commencerait à se présenter les unes après les autres, j'en étais certain. C'est dans cet état d'esprit que je préparais ma garde, souple et flexible prête à acceuillir la charge du tigre noir et de son arme mortelle.

Epaule en avant le colosse se ruait sur moi, mais à l'inverse de la fois d'avant sa célérité semblait moindre, posant ma main sur son épaule pour passer au dessus de lui, je le laissait mettre toute la puissance de sa charge ainsi que du coup qui s'enchainait dans le vide. Pourtant à peine avais-je attéris que je me retrouvais encore une fois nez à nez avec sa paume rayonnant de bleu, la puissance frappa avec la même intensité et le même foudroiement que la première fois. Pourtant je ne fut pas propulsé dans une des maisons en ruine cette fois-ci, la faute à mon aura sanglante qui n'avait céssé de croitre depuis le début de l'affrontement peu être, toujours était il que la lumière produite par l'attaque avait été jusqu'à brûler mes yeux, me rendant ainsi totalement sans défense face à la valse mortelle du hachoir géant. Mon adversaire n'était plus qu'un qu'un amas flou dans un décors encore plus enigmatique et sans mon aura sanglante, je n'aurais certainement pas put sentir le coup de pied qui partais en ma direction et que je bloqua instinctivement en croisant mes avant bras au niveau de mon torse. Malgré l'avantage certain que venait de prendre l'homme du nord, il avait stoppé là son assaut et je considèrais cela comme erreur, une erreur qui méritait punition adéquate.

-Si c'est tout ce que tu a dans le froc ce n'est pas aujourd'hui que tu me fera crier.

Profitant de ce léger temps mort, je pouvais faire le point sur ce qui restait de ma vue. De mon adversaire bien qu'imposant à souhait je ne distinguais que la silhouette, impossible donc de m'y fier pour anticiper ses coups. je n'avais plus vraiment le choix et puis ce n'était pas comme ci c'était la première fois que cela m'arrivais, ainsi je fermais mes paupières et me concentrais sur le cosmos, le mien, celui de mon adversaire, je pouvais distinguer son buste, ses jambes, ses bras et même son arme, parfait. Fort de cette constatation et confiant en mes capacités au corps à corps, je m'élançais droit sur mon adversaire dont le cosmos bouillait littéralement. Prenant un appuis solide au sol je m'élevais dans les airs, le pied en avant et si je n'avais pas été handicap alors pour sur j'aurais visé sa gueule de prétentieux, mais pour l'occassion je visais son buste, mieux valait il assurer et égrainer sa solide défense. Profitant du contact physique j'estimais au mieux ses déplacement en laçant mon genou droit dire bonjour à ses côtes avant de finir par ce que j'estimais être un uppercut bien placé compte tenu des circonstances.

-Crocs Sanglants !

Comme une averse dont les goutes d'eau étaient innombrable, je balancais une série de coups de pied impossible à compter, chacun d'eux étaient une version réduite du Croc Tueur et même si en général je balançais cette attaque vers le ciel afin que mon adverse se voit arrosé par cette pluie sanglante, je m'absteins pour cette fois, préférant lui envoyer la sauce en direct. L'avantage avec les mecs grands comme des montagnes restait définitivement le fait qu'on avait peu de chance de les rater.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 10 Fév - 10:44

Que la Force soit avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 10 Fév - 10:44

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 10 Fév - 12:27

Rater Sköll revenait en effet à manquer un éléphant dans un couloir. Surtout sachant qu'il s'évertuait à ne pas esquiver les coups, se contentant de les prendre de front pour travailler sa résistance. Et une fois de plus, ces efforts étaient payants car même si les coups étaient durs à encaisser, il restait inébranlable. Cependant, même le plus invincible des boucliers ne garantissait pas de n'avoir aucune faille. Pour avoir déjà maintes fois évalué ses propres limites avec la plus grande précision pour savoir à quoi s'en tenir, il n'en fut pas étonné. De nombreuses estafilades courant désormais sur son poitrail, où son armure venait de se fissurer de toutes parts. D'un coup de poing, il en élimina lui-même les débris, se découvrant torse nu à peu de choses près. Il était préférable de se débarrasser d'un poids inutile dès maintenant plutôt que d'attendre que ses bris ne se retournent contre lui. La réparer ultérieurement serait toujours possible et il n'eut pas le moindre remords à en empirer l'état à cette pensée. Mais malgré les quelques plaies qui mordaient désormais sa chair à l'instar des crocs de l'animal totémique de ce pauvre hère, Zeta ne pouvait que sourire de toutes ses dents. Et pour cause. C'était la première fois depuis le début du combat qu'il était sérieusement blessé. Bien que nombreuses, les plaies n'en demeuraient pas moins superficielle. Mais elles étaient là. L'Ombre du Requin venait de ciseler son empreinte dans son épiderme et cela ne le motivait que davantage à lui rendre la pareille au centuple.

Parler de loi du Thalion serait un euphémisme puisqu'il avait la ferme intention de surenchérir à chaque dommage que causerait le Marina, que ce soit à son corps ou à son armure qui en était le prolongement. Il creusait sa propre tombe car plus Sköll serait meurtri par ses coups et plus il serait prompt à les rendre pour remettre les pendules à l'heure. Un cercle tant vertueux que vicieux qui n'aurait de cesse de sublimer ce duel d'une rare violence pour qu'on le conte même dans les plus hautes strates de la chevalerie. Quoi qu'en dise son adversaire, l'Ase était content de lui : il avait obtenu ce qu'il voulait depuis le départ. Causer la cécité. Faire perdre un ou plusieurs sens ne faisait pas partie des propriétés de ses techniques de combat – c'était beaucoup trop subtil que pour lui correspondre – mais il y avait toujours des méthodes compensatoires. Ce que venait d'essuyer le Général en était la meilleure preuve. Fort de cet avantage indéniable, il ne tenait maintenant plus qu'à lui d'agir en stratège pour en tirer parti. Ce qu'il fit.

Pour s'être entrainé à plusieurs reprises dans des conditions extrêmes incluant également une cécité simulée, il savait pertinemment que n'importe quel possesseur de cosmo-énergie un minimum avancé dans sa maîtrise s'en ferait un don de double-vue. Et actuellement, l'homme aux cheveux longs devait être en train d'ajuster le point focal de cette vision de remplacement. Le perturber en le déconcentrant dans ce rude exercice apparaissait dès lors comme la meilleure des choses à faire. Et c'est en ce sens que le Guerrier Divin ouvrit en grand les vannes de son propre cosmos. Exsudé par tous les pores de sa peau, son aura se changeait en véritable raz-de-marée. C'était un halo d'ébène respirant la puissance et le charisme qui l'entourait désormais, se portant sur plusieurs mètres à la ronde comme des ailes que l'on déplie avant de prendre son envol. Sa couleur était d'ébène, non pas teintée de souffre comme l'est celles des Spectres nimbés de maléfices, mais d'un noir glacial là où celui des damnés rappelle la chaleur cuisante et la tension accablante des flammes de l'Enfer. Galvanisé par l'intense satisfaction que lui procurait la tournure prise par ce combat, il l'était déjà ; cette délivrance ne fit que mettre l'accent sur son engouement.

« Ça c'est ce que tu crois. M'oblige pas à te tirer les cheveux, tu le regretterais. »

Une bonne dose d'ironie n'avait jamais tué personne...
Cette force gigantesque qui émanait de lui n'était certes pas aussi piquante que ce que démontrait de son art cet auguste opposant, mais exhalait aux alentours une pression à la hauteur de celle de son propriétaire. Un panache de fumée blanche en contraste radical avec ces volutes obscures s'échappa de ses lèvres tandis qu'il laissait filtrer un soupir, massant énergiquement sa mâchoire inférieure afin d'achever de la remettre en place. Ne pas y aller avec le dos de la cuillère était le mot d'ordre de cette joute animale et cet enchaînement venait de lui apporter le témoignage qu'il n'était pas le seul à tout faire pour ne pas contredire cette consigne implicite. Son arme lui avait échappé des mains durant la phase défensive, lâchée pour mieux bander les muscles afin de ne subir qu'un minimum de dommages en encaissant de face. Cependant, contrairement aux précédents assauts, il n'avait pu parer celui-ci avec la même efficacité pour avoir réagi trop tard. Ses réflexes s'émoussaient sous le poids d'une fatigue naissante qui venait déjà le lester désagréablement. Mais se dire qu'il en allait de même pour son vis-à-vis, voir même que cela devait être pire de son côté, était plus qu'il n'en faut pour garder le moral à ce point de vue. Très loin de se laisser abattre, Sköll ne fit que donner un flux plus intense au torrent énergétique que recrachait son organisme. À croire qu'il en était saturé et ne pouvait que s'en débarrasser par gerbes entières pour ne pas outrepasser sa contenance.

C'était l'idée étant donné que la piètre gestion que le colosse avait de ce pouvoir et ne pouvait en réguler l'afflux qu'en éprouvant toutes les peines du monde à le faire. L'avantage de le laisser déferler librement pour tenter de se cacher de la perception de son interlocuteur était de n'avoir plus à le retenir comme il le faisait le plus souvent dans la plus grande précarité. À son contact, le gardien d'Asgard réalisa néanmoins un détail : que maintenant qu'il avait pris goût à ce potentiel infini, il ne pourrait plus s'en passer. Le découvrir avait été une totale renaissance et en perdre le contrôle reviendrait à régresser, ce qui n'était pas tolérable. Sans parler de dépendance, on pouvait sans mal élaborer qu'il en avait grand besoin pour se sentir libéré des entraves bridant naturellement le commun des mortels. Ses chaînes avaient été brisées et ce n'était pas pour s'en faire offrir de nouvelles. Fenrir récupérée, Sköll lui fit décrire un dangereux arc-de-cercle. Originellement plantée dans la terre meuble à quelques pas dans son dos, elle venait d'être tendue pour désigner le héraut de Poséidon de son métal acéré. Un curieux mélange de férocité et de joie extatique se matérialisa sur les traits du protégé de l'étoile de Mizar tandis qu'il se figeait dans cette posture menaçante.

« Tu me plais bien. C'est pas tous les jours qu'on réussit à me blesser et ma frangine en crèverait de jalousie si elle voyait ce que tu m'as fait. File-moi ton nom, que je sache quoi inscrire sur ta tombe une fois que je t'aurai enterré là, juste sous mes pieds. »

Il se recula d'un pas et brandit son arme vers le sol pour y tracer une vaste croix afin de se remémorer sa position exacte le moment venu. Ce n'était pas une tentative d'intimidation ni même un souhait de sa part. Il était intimement persuadé par avance qu'il n'avait qu'à continuer dans cette voie et que cette ambition se concrétiserait dans les plus brefs délais. En un sens, il n'avait pas tort puisque quoi qu'il arrive, l'un d'entre eux finirait six pieds sous terre à cet endroit. Le tout était à présent de savoir duquel il allait s'agir, même si Zeta maintenait une grande confiance en ses capacités – ce qui en soi n'était pas un mal. L'atlante était doté d'une forte expérience du combat transparaissant dans tous ses faits et gestes et cela conférait à chaque mouvement une technicité d'exception forçant le respect. Mais ce n'était pas le genre du propriétaire de saphir de se laisser impressionner car il savait qu'il avait d'autres qualités, et cette confrontation en apportait la certitude. Elle ne serait pas aussi équilibrée si cela n'avait pas été le cas. Le tigre noir prit alors son essor, tous crocs dehors, ici représentés par un tranchant loin d'être négligeable.

Fenrir avait soif de sang au même titre que son maître et tout deux allaient plonger les dents dans le corps de ce prédateur marin venu se jeter en offrande à leur insatiable appétit. Il allait très bientôt comprendre que l'appellation dents de sabre n'était pas usurpée du tout. La main serrée sur la poignée centrale de son instrument de boucher, Sköll plaqua son avant-bras contre son revers pour y apporter une pression accrue tandis qu'il fonçait sans une once de technicité vers son ennemi, qui ne devait en toute théorie n'en retenir qu'une trombe de jais aux proportions démesurée. Mais ce premier coup n'était en vérité qu'une diversion, même si le descendant de Niflheim n'en serait pas déçu s'il venait à porter ses fruits. Arrivé au corps à corps, il tenta d'abattre sa lourde poigne sur la nuque de son antagoniste dans un brusque levé de genou qui avait bon espoir de lui arriver en plein visage. Son trouble devait déjà prendre de nouvelles dimensions, et cela n'avait pas fini d'empirer. Qu'une de ses mains ait eu à se libérer pour exécuter ce mouvement ne voulait cependant pas dire qu'il ne pouvait plus manier son tranchoir et il en fit la démonstration en initiant un nouveau mouvement après s'être reculé d'un pas assez grand pour pouvoir manœuvrer sans craindre d'être coupé dans son élan par un manque d'espace.

Une fois de plus, ses mains se rejoignirent sur la poigne de cette rapière à la forme très personnelle et un élan au-delà de tout ce qu'il avait produit auparavant fut insufflé à l'immense plaque de métal pour s'efforcer de l'envoyer en direction de l'abdomen du Marina. Là encore, la finesse était absente du tout au tout puisque ce coup n'était là que pour voir si une initiation au supplice du pal séduisait davantage. À défaut et ne pouvant s'assurer de sa réussite, il tenta un geste brusque vers le haut : fendre en deux moitiés distinctes ce crâne à la moue arrogante serait une solution tout aussi efficace. Tout comme le scinder au grand complet pourrait l'être, et c'est dans ce but qu'il rabattit le fil acéré de son ustensile martial vers le bas afin de peut-être donner lieu à un résultat plus concluant. Il n'y avait guère que les attaques à base d'énergie qui avaient fait mouche depuis les prémices de ce bain de sang et il avait abandonné tout espoir de donner un coup décisif sans leur aide. Mais en venant au contact, il s'assurait au moins de pouvoir dicter en partie les mouvements de son assaillant et en deviner la suite logique pour mieux l'attendre au tournant. Ses doigts s'animèrent une fois de plus de cette auréole couleur d'océan pour mieux se diriger en un poing serré vers le plexus solaire de cette cible à abattre afin d'y déverser son effet foudroyant et les conséquences que cela implique. Cette fois, pas question de reculer ne serait-ce que d'un pas : il l'avait percuté de plein fouet et ne pouvait que continuer à se révéler sous son meilleur jour, celui d'un rouleau compresseur écrasant tout sur son passage à la gloire de sa terre natale...

Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 14 Fév - 19:44

La cécité par laquelle j'étais touché depuis que le colosse m'avait balancé son attaque en pleine gueule ne semblait pas vouloir s'estomper, cependant j'avais relativement réussi à compenser la perte de ma vue par un cosmos exacerber, mais surtout par la detection de sa propres force psychique. Le rendu final ne devait pas être si mauvais étant donné ce petit bruit si caractéristique d'une armure qui se brise. Je jubilais littéralement à l'idée d'avoir laissé une empreinte indélébile dans son corps plus que massif et pourtant la partie était loin d'être gagné étant donné l'état de ma propre armure offerte par Poseidon et donc neuve de son état. Même sans les voir je pouvais sentir et même compter le nombre de fissure dont elle souffrait et je pouvais facilement estimé le temps qui lui restait avec de devenir poussière.

Bien loin de se genre de préocupation, l'Ase vennait de retirer ce qu'il restait de la sienne alors que la vision que j'avais de lui commença à devenir floue ou alors le mec était vraiment en train de triplé de volume. Non, sa taille n'augmentait pas, ce petit fils de chien était simplement de train de faire exploser son cosmos pour me faire perdre l'ajustement que j'avais de lui dans une sorte de copie de ma propres techniques. Il fallait le reconnaitre c'était plus que bien vu et synonyme également d'une expérience de combat au moins égale à la mienne, cela faisait pourtant un bout de temps que j'éttrippais à temps complet et il ne tennait qu'à moi de lui faire comprendre qu'il n'arriverait pas à la cheville de l'oeuvre originale. J'étais néanmoins au pied du mur, impossible pour moi de le suivre des yeux et à présent de le suivre cosmiquement, je n'avais plus qu'une seule option. Mettre ma vie en jeu pour exalter mes autres sens, l'ouie, le toucher et l'odorat fonctionnaient à plein régime et tout ce qui entrait dans mon aura sanglante serai également repéré avec précision. Je décidais alors de me redresser, relachant ma garde au passage et d'un geste du bras je retirais la partie supérieure de mon écaille, me retrouvant alors torse nu à l'instar de mon opposant. Debout les yeux clos sur le champ de bataille il ne manquait plus qu'un souffle de vent pour soulver mes cheveux, mais celui ci ne vint pas. Tant mieux ce genre de plan pédérastre allait bien mieux aux Chevaliers d'Athéna et de toute évidence le Guerrier Divin devait partager ce sentiment.

-Tu me plais bien. C'est pas tous les jours qu'on réussit à me blesser et ma frangine en crèverait de jalousie si elle voyait ce que tu m'as fait. File-moi ton nom, que je sache quoi inscrire sur ta tombe une fois que je t'aurai enterré là, juste sous mes pieds.

C'était bien la première fois que l'on me demandais mon nom et ce quelqu'en soit la raison et même si celui-ci n'était pas destiné à entrer dans l'histoire, je ne voyais aucune raison de lui cacher cette information inutile. De plus cet énergumène avait une soeur et au vu de ces mots il y avait de grandes chances qu'elle soit une combattante et cela fit fleurir un sentiment de prédateur encore plus grand dans mon esprit

-Je m'appelle Kyro, mais sache que de mon coté je ne prendrais pas la peine de te creuser une sépulture. Tu moisira içi et vu ton gabarit, ta carcasse nourira les charognards pendant un bon moment, mais te fait pas je m'occuperais personnelement de ta soeur ...

Accompagné d'un petit sourire en coin à mi chemin entre le sadique, le pervert ou tout simplement le dégeulasse, il me tardait plus que jamais de défoncer cette montagne pour ensuite aller ravager la frangine. La conclusion de cette tentative de thèse allait bientot apparaitre car ce qui n'était à présent plus qu'une énorme masse de cosmos se rua sur moi. Il ne restait plus qu'à savoir si mon aura de sang ferait son office aussi bien que je me l'imaginais. Lorsque mon adversaire pénétra dans mon périmètre de combat, je le sus instinctivement, je pouvais le sentir, je sentai son genou qui montait droit sur mon visage et bien loin de vouloir l'éviter, je lui opposait mon coude pour bloquer l'assaut, tournoyant sur lui même sa lame fonçait droit sur mon abdomen et il me suffit de me pencher en arrière pour éviter de me retrouvé coupé en deux, me receptionnant sur mes mains je poursuivis le mouvement en arrière pour éviter le retour de lame qui arrivait pas le haut. En faisant abstraction de son cosmos et en me concentrant uniquement sur mes sens et mon aura je pouvais clairement sentir ce petit enfoiré et il le payerait bien cher. Je cédais alors complètement à la rage et la transe meurtrière qui avait mis à terre le chevalier du Cancer et alors que le guerrier frappa de tout son cosmos en plein poitrail, je ne fit rien pour éviter la frappe préférant de loin en profiter pour lui faire gouter mon poing qui venait heurter avec violence le bras qui me frappait. La douleur était vive, voir même paralysante si j'avais été dans mon état habituel, mais une force plus grande s'emparant de mon corps et je sentais ma propre force décupler sous le coup de croc du tigre.

J'avais pris son attaque de pelin fouet et n'avais pourtant pas bouger d'un pouce face à la puissance qui m'avait la première fois fait faire un vol plané. Bien décidé à profiter de cet effet de surprise, je concentrais un maximum de force dans mes jambes et lançais mon genou gauche à l'assaut de l'estomac adversaire tandis que mon poing irai faire connaissance avec son nez. A peine à terre je ne relachais en rien la pression et tentai d'arranger une rencontre entre mon tibia droit et ses cotes flottantes avant de sombrer dans la folie la plus pure.

-Infinity Jail !

Frappant son corps encore, encore et encore, chaque coups façonnait une des barreaux qui mettrait la bête en cage et si l'idé lui venait de bouger alors il prendrait de plein fouet la puissant de mes crocs qui l'encerclait à présent complètement.


[hrp]Encore une fois Bonpatron ne répond pas, y'a que chez moi ou pas ?[/hrp]

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 14 Fév - 23:32

Et on croise les doigts...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 14 Fév - 23:32

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 21 Fév - 8:07

Sköll aurait pu tempêter. Vociférer toutes les insanités qui lui seraient passées par l'esprit. S'acharner sur ces barreaux fictifs pour essayer de s'en défaire sans grand résultat. Ou même se laisser aller au désarroi en réalisant une captivité contre laquelle il ne pouvait lutter. Mais il ne fit rien de tout cela. Au contraire, le grand calme qui s'empara de son être était en totale contradiction avec le comportement bestial qui le régissait depuis de longues minutes. À aucun moment sa conscience n'avait été altérée et devant son impuissance, il ne pouvait qu'en reprendre pleinement possession. C'était le mieux à faire pour réfléchir posément au meilleur moyen de se tirer de ce piège. Une sacrée épine dans le pied, surtout à ce stade du combat, mais il avait plus d'une corde à son arc et devrait pouvoir s'en dépêtrer. Il le fallait. Pas question d'en rester là après ces passes d'armes dantesques qui avaient réussi à faire vibrer ses pulsions assassines. Il était rare qu'il puisse oublier toute inhibition et se laisser exalter par sa passion du combat et cette rencontre y était propice. Il ne comptait pas renoncer à cette possibilité si peu régulière qu'il avait de ne plus avoir à réprimer sa conduite.

D'ordinaire, le comportement de Zeta en société était similaire à celui d'un fauve en cage, qui essaie de faire bonne figure tout en inspirant une peur panique à quiconque s'en préoccupe trop et use ses barreaux pour les franchir quand l'on s'y attendrait le moins. Cette prison était la meilleure illustration imaginable de ce phénomène et il n'y avait donc pas de raison que l'Ase s'y sente dépaysé. Mais ce n'était pas ce qui le retiendrait de réclamer à corps et à cris qu'on l'en débarrasse. Pas pour lui faciliter la tâche, non. Uniquement parce c'était inutile que de croire qu'on pouvait l'y retenir. Tôt ou tard, la délivrance viendrait et il n'aurait alors plus qu'à prendre sa revanche. Autant raccourcir ce délai pour pouvoir se confronter à nouveau et reprendre là où ils en étaient restés. Ce n'était qu'une fourberie destinée à gagner du temps et il n'aimait guère voir un homme déjà condamné essayer de remonter son récit à contre-courant. La fin était déjà toute tracée et ses essais de modification ne faisaient que retarder la publication de cet épique récit. Il s'était bien battu mais n'avait que trop attendu pour s'incliner, et essayait tant bien que mal de repousser une fois de plus cette échéance tandis que son prisonnier prenait ses aises dans cette cellule improvisée.

C'était le répit idéal pour un récapitulatif des dommages subis. À tel point que remercier ce fameux Kyro pour cette offrande ne paraissait pas si saugrenu. Mais il n'en fit rien. Pas plus qu'il ne cilla aux insinuations de l'Ombre du Requin. Et pour cause. Zeta avait dépassé depuis très longtemps le stade de l'énervement à la première menace venue. Et ce n'était pas en prétendant s'attaquer à sa jumelle qu'on pouvait le faire régresser. Non seulement elle était plus qu'en mesure de se défendre par ses propres moyens mais en plus si ce n'était pas le cas, c'était son problème. Aucun des deux n'aurait apprécié ne réussir à survivre que grâce à l'aide de l'autre et il n'avait donc que faire de tout ce qui pourrait être raconté au sujet de sa sœur. En tout cas, l'entrave était solide : impossible de faire quoi que ce soit dans l'immédiat. Aussi, Sköll ne se fit pas prier et planta son arme dans le sol vigoureusement pour assurer qu'elle ne chuterait pas avant de s'y adosser. Il n'y avait pas mieux à faire jusqu'à ce que ces liens se dissipent et lui rendent sa liberté pour le laisser se lancer à l'assaut une fois de plus et en finir avec cette consécration de toute beauté dans un bouquet final à la hauteur de tout ce qui l'avait précédé.

La patience n'était pas son fort, mais il n'avait cette fois pas le choix et guetterait bon gré mal gré le moment propice pour passer entre les mailles de ce filet éphémère. Et le général ne pourrait alors plus que craindre pour sa vie, puisque celles des deux protagonistes ne tenait plus qu'à un fil. C'était au premier qui tomberait. Et le protégé de l'étoile de Mizar ne comptait pas être celui-là. Au moyen du pouvoir de son esprit, il fit sauter son plastron qui s'échoua lourdement au sol pour le laisser torse nu. Brisée, cette protection n'était qu'un encombrement inutile. Il se contenterait du reste. Sa peau valait bien tous les matériaux les plus solides, de toute façon, même s'il avait bien failli fléchir. Mais ce n'était pas d'actualité. Car mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux, et qu'il n'était pas envisageable qu'il en pose un seul à terre. Il tiendrait. Jusqu'au bout. Du début à la fin. Comme il l'avait toujours fait.

Son dos émit un craquement sinistre tandis que son propriétaire se cambrait de toute sa hauteur, révélant toute la disproportion de son anatomie. C'était une force de la nature, et ce n'était pas près de changer. Et en vertu de cette condition, il y avait fort à parier qu'il en ait encore dans le ventre. Plus que ce que pourrait penser son antagoniste. Et c'était avec cette idée en tête qu'il se contenta de laisser ses lèvres se fendre d'un sourire narquois alors qu'un filet de sang coulait le long de sa mâchoire, conséquence directe du poing qui avait ouvert sa lèvre plutôt que de heurter son nez. Ce n'était pas fini. Pas encore...

« Cause toujours tu m'intéresses. Désolé de te l'apprendre mais les charognards c'est pas trop mon truc, donc on va rester sur mon idée et c'est toi qui va crever. Inutile de me dire que t'es pas d'accord, c'est pas comme si je te demandais ton avis. Arrête de jouer avec tes tours de magie pour gamin de trois ans et viens par ici, on en a pas fini tous les deux. »

Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Dim 27 Fév - 18:06

Mon attaque avait fait plus que porter ses fruits, la bête à présent en cage avait bien compris que c'était là sa place car il était devenu extrêmement docile en plus de la boucler royalement. Etait ce l'imminensce de sa propre mort qu'il arrivait enfin à comprendre ou bien simplement sa véritable nature, celle du petit chien soumis aimant se faire maltraiter par son maitre ? Quelle que soit l'option je n'en avais actuellement pas grand chose à faire, savourant le fait de tenir ma proie dans la paume de main. Petit pantin soumis à mes ordres, voila à quoi était vraiment destiné ce guerrier à la force brute sans aucune finesse qui finissait par se lasser de cette cage cosmique.

...Arrête de jouer avec tes tours de magie pour gamin de trois ans et viens par ici...

Si on tenait compte de la situation sa phrase était vraiment des plus drôles et je ne me privais pas de la ponctuer d'un petit rire sadique avant d'ouvrir les yeux pour essayer de regarder mon adversaire dans les yeux et de lui répondre.

-Tu faire péter un deux par des truc de gamin de trois en dit long sur ton niveau de combat, hormis en prendre plein la gueule tu ne sais pas faire grand chose.

La bonne surprise fut que ma vue était quasiment revenue à la normale, son attaque n'était donc pas à effet définitif ce qui me rassura un peu concernant la suite de ma carrière, mais pour l'instant mieux valait garder cette information pour moi et refermer gentiment les paupières, car tant que Conan le Barbare me penserai aveugle je gardais un probable avantage.
Profitant du possible énervement puérile et inutile du fauve en cage, je me concentrais sur mon cosmos afin d'accélérer encore un peu le processus de guérison. Je ne sais si c'était par compassion pour l'enfant au coin, ou par manque dramatique d'action, toujours était il que le contact physique me manquait cruellement et il était plus que l'heure de se remettre au travail. D'un simple mouvement de la main et plus particulièrement en parfaite symétrie avec mes doigts qui se refermaient sur celle-ci, la cage de cosmos retréci instantanément, bloquant pour un petit moment les mouvements de mon opposant. Tel un prédateur je profitais du moindre relachement adverse pour frapper, pour tuer et ce même si c'était moi même qui créait ce relâchement. A peine la cage c'était elle refermé que mon poing voulut s'encastrer dans l'abdomen à nu de l'Ase avant de faire le détour désormais habituel par son menton. Ce fut ensuite au tour de mon genou droit d'aller rendre une petite visite de courtoisie à ses en allant taper à la porte, il n'y avait plus qu'à espérer que quelqu'un réponde. Rien de très extraordinaire cependant concernant mon pied gauche qui s'envola en direction de la joue adverse ou du coup de pied en plein torse dans le but de me propulser à quelque pas, mais le plaisir de renuer entre mes poings et sa pomme était présent.

-Allez petite, y'a encore du pain sur la planche, tu devais me tuer je crois ... j'attend toujours !

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Jeu 3 Mar - 21:33

Sköll émit un long bâillement, volontairement accentué pour démontrer à son interlocuteur tout l'intérêt porté à ses paroles. Ses vaines provocations n'avaient pas grand poids, car si le colosse raffolait de combat, il n'en restait pas moins nanti de raison. Or, en étant nargué alors qu'il ne pouvait rien faire en raison de l'entrave qui le maintenait en place, il ne pouvait pas agir et se contentait donc de ne pas y prêter attention. L'heure viendrait où, fort de sa liberté reconquise, sa vengeance pourrait s'abattre autant que tombe le marteau de Thor. Sa passivité apparente n'était qu'un masque, comme le soulignait à la perfection la féroce étincelle qui vibrait au fin fond de ses pupilles. Prendre son mal en patience était difficile mais la récompense serait à la hauteur de cet effort. C'est tout ce qui l'aidait à tenir, pianotant sur le manche de son arme jusqu'à ce qu'enfin la délivrance se fasse. Ces barreaux n'étaient pas éternels, il l'avait compris très vite et ne demandait qu'à les voir tomber. Ce qui finit par arriver, et ce plus vite qu'il n'aurait pu le croire. Tant mieux. Cela ne ferait qu'écourter ce combat qui commençait à traîner en longueur. Aussi passionnant soit-il, les duels sont comme les blagues : les plus courts sont les meilleurs. Et en vertu de cette conviction personnelle, il jugeait urgent d'y mettre un terme afin d'éviter que cela ne tourne en pugilat de désespoir.

Les forces de Kyro l'abandonnaient, il n'y avait pas besoin d'être un expert en perception pour le ressentir. De sa vitalité à son énergie cosmique, il ne pouvait plus rien retenir et tout deux s'évadaient de son corps par chacun des pores de sa peau pour le laisser désarmé. Ou presque. Un nouvel enchaînement physique fit entendre qu'il n'avait pas dit son dernier mot mais ses coups faisaient pâle figure en comparaison de tous ceux qu'avait pu voir le Guerrier Divin lors des précédents échanges entre eux. Zeta émit tout de même un grognement courroucé en sentant sa solidité s'effriter, lentement mais sûrement. Un peu plus de sang dans les yeux et la bouche ne l'aiderait pas à y voir clair,c'était certain. Par chance, ses sens s'étaient aiguisé à l'odeur de ce fluide vital comme cela le ferait pour n'importe quel prédateur de son acabit. C'était se confondre avec son totem de n'écouter que cet instinct primaire mais il ne demandait pas mieux. La compagnie des fauves devait être sensiblement plus agréable que celle du genre humain pour un homme de son acabit, et ce serait un ravissement que d'avoir matière à comparer.

Le haut de son buste s'inclina l'espace de quelques secondes afin de pouvoir souiller ce sol retourné par leurs attaques successives d'un crachat sanglant, afin d'atténuer le goût ferreux qui emplissait sa cavité buccale. Son avant-bras se chargea d'essuyer les ultimes séquelles écarlates du passage du Requin alors que toute sa hauteur s'organisait dans une posture agressive optimale, à la hauteur de celles arborées au commencement.

« Ferme ta gueule. »

Même avec la fatigue, Sköll n'avait pas perdu de sa superbe et il était fier de pouvoir le mettre en évidence. Ce qui fut à l'origine du sourire qui vint ourler ses lèvres abimées par les coups répétés du général, mais cela n'ôtait pas une once de la férocité qui définissait à elle seule l'ensemble de son expression. Sa confiance ne l'avait pas quitté d'une semelle tout au long du face à face mais n'était qu'un fleuve tranquille. Fleuve qui venait de se changer en torrent pour imprégner tous ses faits et gestes et définir son attitude. Une arrogance folle qui ne manquerait pas de piquer au vif le héraut de Poséidon s'il y était sensible. Si ses talents de senseurs ne valaient pas un clou, le géant se rattrapait aisément par certaines compensations plus que salvatrices. En l'occurence, les effusions cosmiques qui se dégageaient précédemment de sa silhouette et avaient fini par se calmer revinrent en force de même qu'un barrage vole en éclats et laisse déferler ce qu'il contenait de sa robustesse. Ce flot incontrôlable eut cependant tôt fait de s'atténuer à nouveau car plutôt que d'exploser et de se consumer dans l'air ambiant, il ne jaillit que pour mieux retourner vers son propriétaire. Aussitôt, les blessures de ce dernier parurent perdre en gravité, laissant même plusieurs d'entre elles parmi les plus superficielles se refermer sans laisser de trace. Ce pouvoir, non content d'être grand, offrait de nombreuses possibilités d'une subtilité toujours plus surprenante. Et ce n'était pas lui qui s'en plaindrait, de toute évidence. Cet afflux curatif était revigorant et le mieux à faire pour le prouver était de retourner au front sans traîner en route.

« Tu m'as pris pour qui, enfoiré ?! »

Saturé d'une énergie dont lui-même ne pouvait cerner la totale portée, ses coups furent bien moins dosés que l'avaient été les premiers. Sa santé était aussi resplendissante que celle de Kyro pouvait être sur le déclin ; en conséquent, il n'était guère étonnant de penser qu'il puisse avoir beaucoup de mal à recevoir cet assaut sans ciller. C'était précisément ce que voulait Sköll en agissant de la sorte et l'effet de surprise qui viendrait très probablement s'y ajouter ne serait qu'un catalyseur de ce retour en force. Le premier coup à partir fut initié par la tête du tigre noir, qui chercha celle de son opposant pour y décerner une frappe munie de tout l'élan accumulé en étant ainsi galvanisé. Les mains posées sur ses épaules n'étaient là que pour éviter un recul qui nuirait à la suite de ce pugilat, et les doigts qui tentèrent de s'insinuer dans sa chair pour améliorer la prise n'étaient qu'une fantaisie de sa part. Fenrir, lancée dans les airs, fut immédiatement rattrapée pour enchaîner les coups à ce qui devait sembler être la vitesse de l'éclair. Son temps d'exécution n'avait rien à envier à celui des Chevaliers d'Or, qu'on disait pourtant spécialistes. Une de ces rumeurs comme il en court tant. La froideur du métal ne voulut pas mordre pour tuer mais uniquement pour lacérer cette chair impie et forcer cette proie de choix à s'agenouiller avant d'obtenir un coup de grâce tant attendu.

Trancher les tendons était pour cela la meilleure option : aucune surprise donc à ce qu'ils soient pris pour cible. Ne désirant pas savoir s'il avait réussi ou non, Sköll rassembla ses forces dans ses jambes afin de prendre de l'altitude. Voir un corps d'une masse pareille s'élever à plusieurs mètres au-dessus du sol sans aide extérieure défiait les lois de la gravité, mais ce n'était pourtant qu'une banalité pour quiconque vivait dans le même monde que ces surhommes à part entière. Le même éclat azuré passa tout le long de son fendoir avant que, une fois son pic atteint, le poids de son corps reprenne ses droits et ne le fasse retomber en s'adjoignant l'aide d'une énergie cinétique qui ne ferait que décupler exponentiellement les ravages perpétrés sur le décor environnant. Ce n'était plus à cela près, et les habitants de ce paisible village qui l'avaient fui pour ne pas souffrir de la guerre n'auraient que leurs yeux pour pleurer en investissant les décombres de ce qui fut un foyer heureux. Dire que si les auteurs de ce règlement de comptes n'avaient pas bravé l'interdit, ces habitants seraient indemnes en lieu et place de n'être plus qu'un souvenir....

« ALKAID... GLAIVE ! »


Le sol se fragmenta sous l'explosion de sa puissance que plus aucun scellé n'entravait et un cratère profond de près d'une dizaine de mètres se forma au centre de cette paisible bourgade qui ne le serait plus qu'une fois que tout aurait été restauré – ce qui ne se ferait pas sans mal au vu de l'étendue des dommages. Sköll lui-même dut soulever plusieurs pans de ruines pour se tirer de ce chaos nimbé d'un nuage de poussière réduisant au strict minimum une visibilité déjà gênée par le cosmos teintant l'atmosphère de ses émanations trop virulentes. Le goût du plâtre avait remplacé celui de l'hémoglobine et Zeta ne put s'en séparer qu'au prix d'une quinte de toux. Hormis quelques sillons blanchâtres venus nuancer l'obsidienne que son armure richement ouvragée arborait fièrement, il n'avait pas souffert de ce déploiement d'énergie autrement que par la dépense qui en était la source. Au fond du trou, il n'avait maintenant plus qu'à s'assurer que c'était bien le point final de cette querelle qui n'avait d'humaine que l'apparence...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-