RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Sam 5 Mar - 1:56

Hop petit jet de dé ...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Sam 5 Mar - 1:56

Le membre 'Kyro' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Ven 18 Mar - 23:05

Il ne m'avait fallu que peu de temps pour cerner complètement le caractère de mon adversaire et ainsi pouvoir orienter le combat dans le sens qui me plaisait, mais surtout lui imposer mon propre rythme en cassant volontairement le sien, il me dépassait de loin en résistance et en puissance pure même si cette dernière était grandement due à son arme mortelle, mais il y avait une chose qui manquait encore à ce combattant pourtant exceptionnel, de la finesse. Cela pourrait surement faire sourire certain me connaissant ou m'ayant combattu, pourtant le constat était là, la moindre attaque légèrement handicapante faisait de ce tigre un simple bébé chat rien de plus. J'attendais donc patiemment qu'il se rende compte de son impuissance et enrage pour mettre un point final à mon plan mit en place depuis les premiers échanges de ce combat dont l'issue était courue d'avance.

Lorsque les barreaux cosmiques qui le retenaient disparurent, il ne se fit pas prier pour se jeter sur moi avec toute la bestialité imbécile qui le caractérisait si bien, avait il seulement compris que je l'avais délibérément relâché ? J'en doutais. Galvanisé par une fausse impression de fatigue de ma part le tigre venait de plonger en eaux troubles et la mâchoire du requin ne tarderai pas à se refermer sur lui. Tentant désespérément de me frapper avec un coup de tête ou encore de lacérer mes membres, les esquives n'en étaient que plus facile, n'avait il donc rien apprit de nos précédents échanges ? J'en doutais.
Lorsqu'il bondit dans le ciel pour me lancer son hachoir nimbé de cosmos il était déjà trop tard car son corps était déjà bridé par mes crocs cosmiques qui étaient revenus envelopper ses membres. Un léger retard dans ma protection dut à l'accomplissement de ma technique me provoqua une légère blessure, simple goutte dans un océan de sang.

A présent qu'il était revenu en mon pouvoir, je pris tout mon temps pour sortir du nuage de débris et de poussière créer par le choc de son arme, simple pantin dansant au rythme de mains, sac de frappe attendant mes coups. Ceux ci ne tardèrent pas, je martelais son corps pour mon simple plaisir histoire de marquer à jamais ses chairs de mon empreinte afin qu'on reconnaisse son meurtrier lorsqu'il passerait les portes de l'enfer.

-Tu n'es qu'un animal à qui les Dieux ont offert un peu de pouvoirs, tu n'es encore ni assez expérimenté ni même assez fort pour me vaincre, tu mourras donc comme tu as vécu, comme un animal qu'on abat ... Fermeture !

Lorsqu'il eut prononcé ce mot tous les crocs qui composaient la cage se refermèrent à la vitesse de la lumière sur Skoll, lui infligeant très certainement une douleur rarement ressenti en plus de paralyser le moindre de ses mouvements.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Sam 19 Mar - 2:59

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. » — René Char
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Sam 19 Mar - 2:59

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 30 Mar - 8:21

Pour la deuxième fois, la cage se refermait. Ce qui dérangeait dans cette technique n’était pas la violence qui irradiait de chaque parcelle de l’énergie qui la construisait. C’était la sensation d’être une bête de foire dès qu’on était pris dans son champ d’action. Et si sa force contribua à affaiblir le Guerrier Divin plus qu’il ne l’était, la hargne que procurait cette frustration soulevait son agressivité vers de plus hautes strates et l’enjoignait à ne faire montre d’aucune pitié une fois remis en liberté. L’envie de hurler sa rage au monde entier était vive et formait une boule de haine féroce dans son estomac, mais ce ressentiment fut comprimé et scellé dans ses entrailles. Patience. C’était le mot d’ordre de ce combat, maintenant. Ce n’était plus une lutte sans merci pour le sommet du règne animal mais un duel d’endurance sur le point de toucher à sa fin. Le plus tenace serait seul à voir l’aube se lever le lendemain et Sköll comptait bien être celui-là, et toutes les fibres de son être vibraient ardemment de la volonté d’être exaucé.

La force de caractère pour continuer, il l’avait. La force de même. Aussi dantesque qu’ait été ce face à face depuis son commencement, ses poings n’avaient pas perdu en brutalité et ses griffes étaient encore aiguisées, bien que mises à mal à force de retenir les crocs du requin de se refermer sur ses muscles noueux. Les nombreuses cicatrices qu’ajouterait cet épisode à sa collection déjà vaste serait la preuve que cette rencontre avait bien eu lieu et qu’il en prendrait de la graine. Car même si tout n’était que violence, qu’elle soit verbale ou physique, il devait reconnaître que ce Kyro était un adversaire de valeur comme on en voit rarement et qu’il prenait un plaisir inouï à tout faire pour causer sa perte. Un feu sacré comme peu l’avaient animé par le passé bouillonnait sous sa chair et embrasait le sang dans ses veines pour en faire une énergie nouvelle, celle d’aller de l’avant et de réduire à néant chaque obstacle, chaque barrage qui se dresserait sur sa route.

Le général était de ceux-là.

« C’est si dur à comprendre… »

Ses mains, ayant relâché les poignées de son sabre, lui préférèrent les barreaux robustes de sa geôle. Un crépitement soudain fit savoir que le pouvoir employé pour la monter était toujours à son paroxysme et que ses gants ne seraient pas assez pour l’y immuniser, comme le confirmaient les fines volutes de fumée filtrant entre ses doigts serrés. Néanmoins, il ne relâcha pas sa prise et, au contraire, la rendit plus étroite et plus convaincue, dardant d’un regard noir sur le héraut de Poséidon qui n’avait eu de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. Oui… Définitivement, il reconnaissait en son âme et conscience que cet homme compensait à lui seul la profonde déception éprouvée en voyant la Wyverne anéantie d’un coup, d’un seul. Et c’était ce qui nourrissait son besoin d’en découdre et de montrer qu’il pouvait vaincre ici aussi, même si tout était contre lui.

À commencer par ces putains de barreaux…

« …Que ta cage de merde… »

Son corps tout entier s’agita de quelques spasmes, non pas générés par une faiblesse naissante mais par la colère qui s’injectait dans chaque centimètre carré de son épiderme en guise de drogue de combat. Le brasier qui fulminait au plus profond de son être était venu envelopper de son doux linceul ses pupilles, qui, un court instant, parurent se fendre à l’instar de celles du félin que représentait son armure une fois rappelée à sa forme d’origine. Les rubis sertis dans son casque partageaient ce sentiment et se mirent à luire d’une couleur surnaturelle afin d’y faire écho, l’atmosphère toute entière étant parcourue d’un interminable frisson alors qu’il relâchait pression et cosmos alentours sans distinction. Pas question de ne pas donner tout ce qu’il avait, même si ce devait être pour mourir à son tour une fois l’atlante à terre. Le surhomme ne connaissait pas la peur et les Enfers n’étaient qu’une partie de rigolade après avoir tant enduré. Il ne reculerait devant rien pour donner raison à ses pulsions réfrénées. Absolument rien. Le meurtre devenait ici et maintenant sa raison de vivre jusqu’à avoir du sang sur les mains au sens premier du terme.

« …COMMENCE À ME LES BRISER ? »

Une brusque traction de chaque main plia les barreaux une première fois alors que la brûlure de ses paumes prenait de l’envergure et s’étendait comme les flammes lorsqu’on met le feu à un bout de papier. Son instinct avait fini de prendre le pas sur toute forme de raison et la douleur n’était plus qu’une très lointaine turbulence dans cet océan de rage de vaincre qu’était son esprit après avoir tant subi. La consistance de la technique qui le retenait prisonnier devint instable avant de s’effriter, ce qui eut pour effet d’offrir un avantage certain à sa force. Un craquement sinistre s’éleva tandis que sa peine touchait à sa fin, purgée prématurément par la force. Cette fois bel et bien à bout de souffle, Zeta eut du mal à ne pas tituber en sortant du nuage de poussière qu’avait généré cet exploit.

« Bon ! Maintenant que j’ai cassé ton jouet, on va peut-être pouvoir y aller sérieusement ? »

Avoir rompu cette entrave était libérateur mais c’était aussi abuser que de se payer le luxe de l’ouvrir de ses mains. Ces dernières en avaient pris un sacré coup et en tremblaient, meurtries jusqu’à l’os par cette inconscience totale. Pourtant, n’écoutant que son insatiable soif d’hémoglobine, il n’eut aucun mal à faire craquer ses phalanges après avoir heurté ses poings l’un contre l’autre, exhalant toujours une présence écrasante en dépit de sa santé sur le déclin. Une manche déjà en lambeaux vint essuyer sa lèvre fendue et la rougeur qui en découlait pour mieux le laisser se concentrer. Il ne fallait pas se laisser distraire, ce n’était plus permis.

« Nous ne sommes tout deux que des bêtes qui amusons les Dieux comme nos prédécesseurs avant nous depuis la nuit des temps. C’est comme ça, on y peut rien. Chez moi, les légendes racontent que c'est une bête qui causera la fin du monde, alors si c'est comme ça que tu veux me voir je l'accepte volontiers... Maintenant... Le mieux qu’on puisse faire, c’est encore de s’éclater joyeusement la gueule et de se faire un festin de chair et de sang à en dégoûter même eux dans notre ivresse. Je me fous de savoir ce que tu penses faire, tout ce que je sais c’est qu’on a pas fini de déterminer qui est la proie et qui est le chasseur… Amène-toi ! »

Qui aurait le dernier mot ? Cela restait à voir…

Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mar 26 Avr - 17:32

Une fois de plus j'avais museler ce chien sauvage mal éduqué qui ne comprenait que le bâton, tant pis pour lui, il prendrait le bâton. Encore fallait il avoir encore un tant soit peu de force pour le punir, ce dont je manquais cruellement en cet instant. Il était impossible de déterminer depuis combien de temps durait cet affrontement titanesque qui avait non seulement modifié le décors, mais également la topographie, pourtant une chose était sûre, aucun de nous deux ne s'était relaché une seconde et si la cadence avait ralenti c'était seulement parce que mon adversaire n'avait pas le niveau d'habileté nécessaire pour péter une simple cage cosmique.

Ce léger temps mort m'avait pourtant été salvateur et j'en profitais pour puiser dans mes réserves afin de produire le plus de puissance cosmique possible et le résultat n'était pas des plus glorieux, il ne me restait guère plus qu'un seul véritable assaut et j'en avais parfaitement conscience. Je manquais d'endurance, je le savais depuis un certain temps déjà, mais je masquais cela facilement derrière une puissance cosmique meurtrière, mais voilà que ma puissance avait rencontré une défense à sa mesure, enfin presque. Mon adversaire n'était pas beau à voir et vu son état j'imaginais facilement le mien et cela fit naitre un sourire pervers depuis le coin de mes lèvres.

Même si mes réserves cosmiques étaient dans le rouge, mon corps lui avait encore la force d'aller lui en mettre une, ou deux et puisque cette brute épaisse avait comblé sa bêtise par sa force physique en éclatant les restes de ma cage, cela signifiait qu'il était l'heure de retourner au boulot.

-Je me moque de ton Dieu, de tes croyances ou de ce que tu fais tout seul le soir dans ta chambre. cette puissance qui irradie notre corps, à chaque instant où nous ne nous battons pas, nous la gâchons. Je ne vis que pour me battre, c'est tout ce qui compte.

Il ne me restait plus qu'à jeter mes dernières forces dans la bataille, frapper tant que je sentais encore mon poing, bouger tant que mes jambes me répondaient encore et ce jusqu'à ce que l'un de nous tombe ...

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Lun 2 Mai - 9:16

Les grands discours ne changeaient rien au fait qu'il était immobile. Sa langue était bien pendue mais ce n'était pas ce qui annihilerait la pesante fatigue qui alourdissait tous ses membres d'une périlleuse chape de plomb. Car si Sköll n'était pas moins usé par les affres de cette bataille qui n'en finissait plus, sa mobilité n'était pas affectée et ses pulsions vengeresses culminaient depuis de longues minutes déjà à un létal paroxysme. Le Requin avait été un adversaire de valeur, c'était irréfutable, mais toutes les bonnes choses ont une fin et celle-ci y touchait. L'amusement était passé, ne restait plus maintenant que la corvée d'en finir et de porter un coup de grâce tant attendu afin de mettre le point final au récit épique de ce duel sortant des sentiers battus. Les sanctions ne tarderaient pas à tomber pour avoir défié l'autorité divine et bravé l'interdit en transgressant les règles mises en place par le Dieu des Dieux en personne. Pourtant, aucun regret n'habitait les combattants, qui se satisfaisaient pleinement de cette infraction qui s'était dispensée de toute concertation. Le Briseur de Soleil ne recevait d'ordre de personne, pas même des Dieux, fussent-ils les siens...

Autant dire que ceux de l'Olympe, vautrés dans l'ivresse de leur écoeurant despotisme, n'avaient d'emprise sur lui que celle déjà acquise sur son dégoût. Tout en eux semblait fait pour n'être que source de mépris à son encontre et à ce titre, pas un ne méritait sa considération, et encore moins après avoir vainement essayé de l'asservir. Toutes les prohibitions ne seraient point des barrières mais de fragile plaques de verres qu'il aurait tôt fait de briser pour continuer sa route sans sourciller, et si punition il devait y avoir, il n'avait pas l'intention de la laisser lui être infligée sans montrer les crocs. Aussi usé soit-il par ce duel au sommet, ses griffes n'en conservaient pas moins l'excellence de leur tranchant et pénétreraient tout aussi bien les chairs d'une entité céleste qu'elles l'avaient fait avec celles de ce Général. Ce dernier méritait bien sa place à contrario du Juge de pacotille qu'avait défait Zeta avant de croiser sa route et c'était une agréable compensation que de pouvoir croiser le fer avec cet homme au tempérament si proche du sien.

Malheureusement, cela ne pouvait plus durer et le face à face était à son avantage : une occasion que rien ne le contraindrait à laisser filer entre ses doigts, tout comme ceux-ci continueraient de serrer jusqu'au bout les poignées de son gigantesque tranchoir, affublé ridiculement du nom d'épée alors qu'il en différait en tous points. Mais ce n'est pas l'arme ou sa forme qui importe mais le savoir-faire mis dans son maniement, et pour ainsi tenir l'ascendant et s'y cramponner de toutes ses forces, force était d'avouer que le Guerrier Divin n'avait rien à envier aux plus grands bretteurs qu'ait pu connaître l'Histoire. Ruisselant tant de son propre sang que de celui arraché au héraut de Poséidon, le Tigre Noir était pourtant loin de défaillir car pas un de ses battements de cœur ne s'éloignait du rythme discordant de ses pulsations, semblant se heurter à chaque seconde à sa cage thoracique tailladée de toutes parts.

La cage était brisée. La bête était en liberté.

« Cause toujours tu m'intéresses... En général on évite de la ramener quand on est plus foutu de se bouger le cul pour appuyer ses dires. Contrairement à toi j'ai encore toute la latitude nécessaire pour te botter le cul, avec ou sans cosmos, alors si t'as encore assez d'énergie pour l'ouvrir boucle-la plutôt et bouge-toi le cul pour sauver ta peau... »

Ce n'était pas tout à fait vrai. Sans l'énergie cosmique qui parcourait son corps et coulait dans ses veines autant que le sang qui en jaillissait par gerbes entières, rien ne disait qu'il aurait encore la force de passer à l'attaque ou même de se déplacer. Mais qu'importe le pourquoi et le comment : le plus important était de pouvoir continuer alors que son ennemi n'avait plus la possibilité de continuer à tenir la route. C'était tant mieux. Bien que ludique et instructif ce duel ne pouvait pas s'étendre vers les confins de l'éternité. La cloche allait très bientôt signifier la fin de la récréation et les titulaires auraient tôt fait de les gronder pour leurs chamailleries, aussi fallait-il profiter de cette querelle et y donner un final grandiose tant qu'ils ne pouvaient encore... La température environnante chuta abruptement pour devenir glaciale et un panache blanc masqua le visage de Sköll alors que ce dernier s'efforçait de calmer une respiration haletante plus que justifiée.

« Meurs et reviens à la vie meilleur que tu ne l'es pour que nous puissions combattre côte à côte la prochaine fois... Prête-moi ta force. Joins ta dévotion à la mienne. Toi qui vénère le chaos, marche avec moi. Donne-moi ton âme ! »

Déjà, Fenrir se mettait à luire d'un éclat aussi glacial que pouvait l'être cette variation thermique lourde de sens : le pouvoir d'incanter le froid ne l'avait pas quitté, aussi exsangue soit-il d'un point de vue énergétique. Et cette révélation était un détail suffisant pour faire comprendre à son adversaire que sa dernière heure allait sonner, de gré ou de force. Son aura monta en flèche au point de former un halo compact autour de sa silhouette, un peu plus voûtée qu'à l'origine en raison de l'épuisement de ses ressources, poids lourd sur les épaules, mais néanmoins toujours empreinte d'une prestance guerrière rarement égalée. Le froid polaire du Grand Nord fit son nid et sa propagation n'était que l'oraison funèbre de celui qui très bientôt reposerait en ces terres nouvellement gelées... Pas un tombeau n'aurait été mieux préparé que ce qui avait maintenant tout l'air d'un palais de cristal où sa dépouille serait conservée en l'attente d'une prompte renaissance. Un tourbillon de givre émana alors de l'enveloppe charnelle de l'Ase pour brouiller la vue à celui qu'il croyait être sa seule compagnie en ce lieu. Des pulsations agitèrent brusquement le sol avant que de cette soudaine toundra ne jaillisse le colosse, plus hardi que jamais.

La pluie de coups s'abattit, ses cliquetis métalliques prenant la sonorité grave et lugubre d'un requiem. Celui dédié à un monstre de violence et de sauvagerie comme Zeta n'en avait que trop peu vu, à son grand regret. C'était assez rare que pour être souligné et il ne manquerait pas de prendre plaisir à le faire en se remémorant cette joute tant physique que verbale qui l'avait comblé sur tous les plans aussi longtemps qu'elle avait pu durer sans que cela ne risque de causer des lésions irréversibles même à celui qui en sortirait vainqueur, et donc vivant. Car depuis le début, le résultat final ne faisait pas un pli, qui que soit le grand gagnant de ce pugilat en marge de toute restriction. Le châtiment pouvait bien venir : rien ne serait aussi éprouvant qu'avait pu l'être cet affrontement, qui du début à la fin avait été un régal pour le champion des terres gelées, avide de victoires et en quête perpétuelle d'un adversaire à sa mesure. Mais maintenant qu'il en avait trouvé un, il allait falloir l'abattre froidement : c'était triste à dire mais s'y résigner était impératif, sans quoi son triomphe n'en serait pas un. Creusant la chair de Kyro à chaque coup, sectionnant les ligaments et brisant les os pour n'en faire qu'un cadavre animé, Sköll luttait tant contre le Requin que contre ses limites...

« Repose en paix, chevalier ! Rendez-vous ici, dans une autre vie ! »

Sitôt que la lourde plaque de métal entra en contact avec son Écaille, ce fut la fin. Tranquille et sans heurt, le gel envahit les parages pour en faire un cercueil, un caveau hivernal consacré à un seul homme. Mais pour ne pas avoir courbé l'échine tout comme lui, et avoir relevé le défi jusqu'au bout, ce sacrifice à la gloire d'Odin ne méritait que par trop de causes ce dernier hommage. Un torrent de givre dévora les ruines pour en faire son territoire, laissant son empreinte au cœur de cette Grèce antique où il n'avait pas sa place. Sa cosmo-énergie s'évacua jusqu'à la dernière goutte, le laissant vidé de ses forces. Hors d'état, bien que la régénération ne tarderait point à se faire sentir et à le restaurer dans une moindre mesure. Mais ces quelques instants ne seraient consacrés qu'à savourer sa félicité. Le géant se redressa de toute sa hauteur, prenant appui sur son arme de prédilection ancrée dans ce sol pour y nouer tant son corps de son âme qui aurait menacé de s'envoler si quelques blessures étaient venues alourdir sa collection déjà vaste. Aussi posa-t-il genou à terre, n'aspirant qu'à un repos bien mérité...

Mais les Dés du Destin s'étaient déjà mis à rouler...
Dans l'ombre, le Jugement prenait forme...

Revenir en haut Aller en bas
Kyro


Ombre du Requin
avatar

Messages : 3187

Feuille de Personnage :
HP:
100/150  (100/150)
CS:
134/190  (134/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 25 Mai - 14:13

J'avais une parfaite connaissance de mon état physique et cosmique et ceux-ci n'avaient rien de reluisant, au contraire. Ce qui avait été jadis une garde proche de la perfection c'était transformé en bras ballant le long de mon corps et la magnifique aura de sang qui m'entourait s'était tout simplement évaporé. Même mon plus fidèle atout, ma vitesse d'exécution exceptionnelle n'était plus que l'ombre d'elle même, pire encore j'étais presque aussi lent que mon adversaire.

Lui qui affichait une endurance hors du commun, n'en était pas moins usé par mes assauts sanglants et répétés. Il ne l'avouerai pas, tant pis, je lui ferai comprendre... Pourtant il avait clairement l'avantage, il venait de briser une fois de plus ma prison de croc laissant entrevoir une contre attaque imminente et pourtant il n'en finissait plus de jacter au lieu de passer à l'action.

-Ecoute ! Tranchais-je en lui laissant quelques seconde dans un silence absolu. Tu entend comme c'est bien que tu ferme ta gueule ! Alors sort toi les doigts et passe à l'action.

Soudain un froid polaire s'étendit sur l'aire de combat et le géant se jeta sur moi, son arme gigantesque tournoyait dans les airs avant de s'abattre sur mon écaille qui cédait en de nombreux points laissant Fenrir mordre mes chairs en profondeur. Les effusions de sang se succédaient allégrement sans que je puisse esquivé le moindre coup de ce véritable hachoir qui laissait à chacune de ses morsures une fine couche de glace. C'était bien con comme technique, car à part éviter de me faire perdre un peu plus de sang, je voyais pas trop l'intérêt. C'était pas comme si me geler une côte était douloureux. Mais enfin le dernier coup venait d'être porté, la lourde pointe de fer pénétra mon torse en son centre parfait. Ce qui restait de mon écaille n'avait visiblement pas suffit à stopper l'arme démoniaque de mon adversaire et je sentais à présent la froideur de la lame figée à l'intérieur de mon corps et cette sensation commençait à s'entendre, mais ce n'était pas la lame en elle même, mais plutôt un froid glacial qui m'encerclait avant de se transformer en véritable cercueil de glace.

-Argh, ça sent le sapin !

Complètement prisonnier de cette couche de glace, mon esprit commençait à sombrer dans les méandres de la mort, mais je ne pouvais pas rester là, non ! Je devais concentrer mes dernières forces pour attaquer, attaquer encore une fois. Ma vision se brouillait, mes muscles ne répondaient plus, c'était une chose de vouloir, mais s'en était une autre de pouvoir et mon esprit s'éteignait sans que je ne puisse rien y faire, je mourrais...

--------------------------------------

Quand ses yeux se furent fermé, ce qui était à présent le cadavre du Général de l'Ombre du Requin commença à réagir. Il était mort et pourtant il bougeait encore, son instinct de prédateur avait été plus important que la grande faucheuse elle même. Les muscles de tous son corps se contractèrent faisant exploser la glace qui l'emprisonnait jusqu'alors et son cosmos se réveilla à son tour faisant alors réapparaître cette aura de sang qui dansait à présent comme au premier jour.

Son pied décolla du sol et fouetta l'air des milliers de fois en une seconde faisant alors jaillir autant de crocs cosmique qui fondirent sur son adversaire qui était encore debout. Pourtant Kyro ne put pas voir si sa dernière attaque avait touché son but, depuis le début il avait été inconscient et à l'issu de ses coups de pieds cosmiques il s'était enfin écroulé au sol, s'en était cette fois réellement fini pour lui. Il laissait cette victoire à son opposant du jour et même si on pouvait aisément estimer l'amertume que devait éprouver son âme, elle était en fait compensé par le sentiment d'amitié qu'éprouvait le général pour le tigre d'Asgard. Lui qui avait était seul depuis si longtemps, il avait enfin trouvé une personne qui était son égal à tous les niveaux. Sauvage et solitaire, assassin implacable qui n'agissait que par les impulsions que lui dictait son corps... au final il ne pouvait mourir que comme il avait vécu et c'était bien mieux ainsi.



Hrp : Et voila c'est fini pour moi, bien joué Skoll tu met fin à ma série d'invincibilité Wink
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 25 Mai - 16:19

Ce fut un plaisir !

Ah et un dernier pour la route.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 25 Mai - 16:19

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 25 Mai - 16:31

Au bout du rouleau. Il n’y avait pas meilleur terme pour décrire leur état. Au final, toutes ces passes d’armes, tous ces effets de style étaient tout juste bons à être oubliés maintenant qu’ils étaient usés jusqu’à la moelle. Cette corrosion était inéluctable et tout deux y avaient trouvé leur compte, en se mesurant à quelqu’un qui partageait leurs ambitions et leurs principes. Chacun était le reflet de l’autre et pas une fois ces similitudes n’avaient été démenties. Ce n’étaient que des assassins, pour qui un meurtre n’est rien d’autre qu’un meurtre. Ils ne cherchaient pas à lui donner un sens, sinon en se démenant pour répandre toujours plus de contes macabres dans leur sillage vermeil. C’étaient des bêtes sauvages affamées de chair fraiche et assoiffée de sang chaud bu à même les veines d’une victime écorchée vive. Et enfin, après tout ce temps, ces animaux avaient fini par se départager. Aucun avantage ne venait ternir une victoire amplement méritée, mais durement gagnée. Ce terrain aurait été neutre du début à la fin, même si ce n’était maintenant plus qu’un vaste cimetière de glace où reposaient les vestiges d’une civilisation disparue en plus du corps d’un homme qui avait su être à la hauteur de ce dernier hommage.

Mais… En était-ce vraiment terminé ?

Non. Pas déjà.

L’étreinte frigide de la Grande Faucheuse avait déjà enlacé le Général de ses bras noueux. Tant sur que sous ses chairs s’étendait son souffle glacé, gelant progressivement le mouvement du sang qui n’en avait fini de couler que grâce à la cristallisation dont lui avait fait don Zeta en guise de cadeau posthume. Et pourtant, ce n’était pas assez pour l’envoyer dans une tombe. Le repos éternel ne semblait point être à son goût puisque, dans un sursaut d’énergie du désespoir, sa dépouille se mit en route. Sans doute Sköll aurait-il pu être pris par surprise si ce duel n’avait pas tant aiguisé ses sens depuis son commencement. Ses sensations étaient à fleur de peau et nul ne saurait le prendre à revers avant que la tension qui l’habitait n’ait à son tour exhalé son dernier souffle. Ce n’était certes pas ce qui l’aiderait à sortir indemne de cette vitalité cadavérique mais au moins pourrait-il limiter la casse pour ne pas en être trop meurtri. Il avait assez donné. Aussi y opposa-t-il le plat de Fenrir, dressé en bouclier.

Il aurait aimé pouvoir dire que ce ne serait pas suffisant pour le faire ciller mais c’aurait été mentir puisque ses jambes ne comportaient plus assez de forces pour être aussi fermement campées dans le sol que cela avait pu être le cas au départ. Néanmoins, le Tigre Noir tint bon de son mieux et ne fut que passablement repoussé, sans perdre cet équilibre pourtant précaire après avoir mené bataille avec tant de fougue et de passion. Mais il était plus qu’honorable pour cette dépouille animée d’arriver à un résultat aussi satisfaisant alors que son esprit combatif était la dernière trace à avoir survécu. Ce n’était plus qu’un corps dont l’âme désincarnée devait déjà cheminer vers les Enfers. À bout de souffle, le Guerrier Divin eut bien du mal à finir ce qu’il avait commencé. Mais par chance, sa grande taille lui conférait une allonge de loin supérieure à celle du Requin et il n’eut aucun mal à le repousser d’un coup de pied en pleine tête.

En revanche, la douleur de ses plaies ouvertes se rappela immédiatement après à son bon souvenir après cet ultime effort alors que le macchabée achevait sa course dans les copeaux de glace qu’il avait lui-même répandu, siégeant pour finir sur un trône de glace et non plus dans le tombeau qui lui avait été construit. Sans doute un dernier caprice de la part de ce vaillant adversaire qui n’aurait eu de cesse de tenir bon, mais c’était maintenant trop tard pour ne plus tarir d’éloges. Même s’il était ignorant des subtilités du cosmos et de ce qui pouvait en découler, Sköll avait eu vent des possibilités de revenir à la vie par son biais pour peu que les divinités s’y accordent. Et même si la marche à suivre était une énigme, et qu’il ne sache pas plus si cela n’altérerait en rien l’identité du concerné, il formula le vœu de voir le Marina reprendre possession de ce corps qu’il avait abandonné au profit d’une enveloppe spectrale pour pouvoir à nouveau croiser le fer… Peut-être côte à côte, cette fois. Qui peut savoir ?

« Il m’aura fait chier jusqu’au bout, ce con. » jura-t-il avant d’expectorer un crachat sanglant.



Citation :
→ Après l'orage.
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3944
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   Mer 25 Mai - 20:08

Sköll est déclaré Vainqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Kyro VS Sköll] Les Dents de la Mer ; Les Crocs de la Terre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-