RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Lun 7 Fév - 22:02

Privé de son armure, privé de son honneur, Signun marchait dans les décombres du village de Rodorio et observa. Tout ce qu'il voyait était l'œuvre ou en partie de Rochel. Pourquoi un tel massacre ? Pourquoi s'acharner ainsi sur des civils alors que c'était le Sanctuaire leur cible ? En fait, les spectres n'avaient aucune logique, leur désir n'était que mort ou destruction aveugle.

- Regarde maman, un chevalier d'or.

Signun regarda derrière lui, sur les côtés, mais pas une armure d'or. Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'il se rendit compte que l'armure il la portait. Pour quelle raison était-elle revenue à lui ? Et surtout, comment avait-elle put se revêtir à lui sans qu'il ne s'en aperçoive ? Peut importe, le chevalier avait récupérer son armure.

D'un rire mi-amusé, mi-sinique, il dit pour lui même, à mi voie pour que personne ne l'entende autre que l'habit doré.


" - Décidément, tu veux vraiment me faire tourner en bourrique ?"

Puis le nouvellement vêtu de son armure regarda l'enfant avant d'observer la femme avec qui il parlait. Sa mère semblait endormie, mais Signun se rendit bien compte qu'elle n'était pas assoupie, mais bien qu'elle était morte, et ce depuis plusieurs heures. Intérieurement, il bouillit de rage et s'excusa de n'avoir strictement rien put faire, de n'avoir rien fait. S'il n'avait pas été en Asgard, il aurait affronté la première vague de spectre et aurait fait tout ce qu'il aurait put pour en emporter le plus possible.

Le saint doré laissa l'enfant, après tout, il y avait tant à faire. Bientôt, le reste de la chevalerie d'Athéna allait bientôt venir aussi pour faire le constat des dégâts.

Signun marcha de longe minute avant d'arriver devant un cratère plus que certainement causé par une puissante attaque cosmique. En son centre se trouvait le corps d'un jeune homme, une armure à l'éclat blanc à ses côtés, une armure d'argent. Il s'abaissa et examina de près le corps, le chevalier d'or put constater que quelqu'un avait placé une pièce sur chaque œil.


" - Pauvre de toi, tu devait être parmi les premiers, et certainement l'un des premiers à tomber. J'ignore ce que tu as fais, mais tu as gagné le respect de ton adversaire."

Puis le chevalier du sagittaire se releva et reprit sa route. Il tourna, à gauche, puis à droit, enfin il arriva dans une partie du village moins ravagée. Il y avait une vingtaine de personne ressemblées dans ce lieu un peu plus épargné que les autres quartiers. Des hommes et des femmes au visage grave, certains portaient des traces de larmes d'avoir trop pleuré. Tout le monde avait perdu quelqu'un de cher aujourd'hui. Mais tous étaient surpris et heureux de voir l'éclat doré de l'armure ailé.

Ils vinrent vers lui comme se dirigeant vers un messie. Puis ils furent étonné de voir de qui il s'agissait. La plupart connaissaient Signun, étaient des voisins de sa famille. Puis une voie enfantine, une voie que le chevalier d'or connaissait bien.


" - Papa, Papa ! T'es venu comme Maman l'a dit. Et t'as une super armure aussi."

" - Oui, je suis revenu. Et ta mère, ou est elle ? "

Personne ne dit quoi que se soit, Albreth était trop heureux de retrouver son père pour vraiment comprendre le sens de la question. L'un des villageois montra une tente improvisée en infirmerie. En entrant dans cette amas de toile, Signun vit sa femme allongée sur des draps alors que qu'un soigneur s'occupait de brûlures sur les bras d'Éléonore.

" - Tu es revenus, Signun."

" - Éléonore, tes bras !"

Rochel... Peut être n'était-ce pas lui, mais ce spectre était l'un des seuls qui avaient attaqués Rodorio à posséder des attaques flamboyantes. De rage, le saint quitta la tente avant de marcher dans les ruelles pavées. Il ne hurla intérieurement sa rage, mais il n'extériorisa rien et montra un sourire à son fils.


[HRP : Si quelqu'un veut faire du rp avec moi, il est le bienvenu.]
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Mar 8 Fév - 23:51

Comme un air de déjà vu, voilà ce que pensait Serafim en pénétrant dans le village et la scène avait vraiment un air familier pour lui. Du sang, des larmes, des morts, voilà ce qui prédominait dans ce qui fut, il y a quelques jours un village paisible et joyeux. Jour faste pour les corbeaux, le chevalier d'argent avait du mal à contenir la frénésie de ses compagnons obscurs qui le suivaient, telle l'écume argentée qui traçait le sillage d'un Jaggernaut, l'odeur du sang avait toujours eu pour effet d'accentuer leur faim et aujourd'hui chaque pierre, chaque grain de poussière en était imprégné, cette douce et suave effluve de mort flottait au-dessus des ruines comme un vautour autour d'un cerf agonisant.

Serafim continuait sa progression à l'intérieur du village, enjambant avec indifférence les dépouilles qu'il croisait. Une voix attira son attention.La voix d'un gamin.

« Maman, maman, il y a aussi un chevalier d'argent »

C'est vrai qu'il avait endossé son armure, il savait qu'une féroce bataille avait eu lieu ici, mais le temps qu'il arrive sur place, les ennemis avaient déjà été repoussés. Le chevalier fit face à l'enfant et constata que la personne à qui il parlait était morte. Cela faisait longtemps que la dernière flammèche de vie de la pauvre femme s'était éteinte et il continuait à lui parler. Encore un air de déjà vu, mais cette vision de l'enfant chétif et crédule était insupportable pour le jeune chevalier, peut-être était-ce parce qu'il avait eu le même comportement face au décès de sa famille.

Aucune compassion n'était visible sur son visage, ni dans ses gestes, le maitre des corbeaux s'accroupit pour que son visage soit face à celui du jeune garçon et lui asséna une violente gifle.

« Arrête de faire semblant, ta mère est morte et tu le sais, l'ignorer ne la fera pas revivre, alors enterre la avant qu'elle ne commence à empester, c'est le meilleur hommage que tu peux lui rendre pour le moment. »

Des paroles crues et sévères, un peu trop peut-être, il lui avait dit cela en le poignardant de son regard sombre. Le gamin ne supporta pas ces remontrances et fondit en larmes. Serafim ne resta pas sur place pour entendre les jérémiades de l'orphelin, en son for intérieur il espérait que cette claque, lui donnerait l'envie de se battre, tout comme lui à son âge. Il n'y avait plus d'ennemis, mais le combattant ressentait les signes d'une présence non hostile, un cosmos puissant et bienveillant n'était pas très loin de lui. Cela ne pouvait provenir que d'un chevalier d'or, suite à cette découverte, le chevalier du corbeau décida de masquer sa présence, il ne voulait pas rencontrer un autre saint et surtout pas un plus puissant que lui, pour le moment il contemplait le triste spectacle tout en explorant les ruines.

Soudain Corvi le corbeau, qui n'avait pas arrêté de planer au-dessus de lui, se posa sur son épaule et croassa en pointant de son bec un amas de pierre.

« Tu es sûr de toi ? »

Questionna Serafim, en regardant lui aussi le tas de roche. Le corvidé répondit par un second croassement, tout en battant ses ailes sombres. C'était le reliquat de ce qui fut une maison et Corvi venait de lui rapporter que quelqu'un vivait, ou plutôt survivait sous ses débris. Quelle ironie du sort la capacité des charognards à déceler les âmes agonisantes allait peut-être aider à sauver une vie. Serafim entreprit donc d'extirper la victime de sa prison rocailleuse. Un après l'autre il commença à déblayer les rocher sous le regard attentif de la nuée de corbeau qui s'était posée autour de lui. L'opération devait se faire minutieusement de crainte que tout ne s'écroule comme un château de carte.

Soudain les corbeaux s'envolèrent, ils avaient détecté une forte présence, il s'agissait du chevalier d'or. Serafim se retourna et vit le saint à l'armure doré sortir d'une tente. Le chevalier semblait préoccupé par quelque chose, Serafim le savait par l'intermédiaire de ses corbeaux qui pouvaient ressentir certaine émotion, colere, tristesse. Le porteur de l'armure argentée le salua en hochant humblement la tête, puis reprit son ouvrage sans dire un mot. Il aurait bien besoin d'aide, mais comment querir assistance auprès de quelqu'un de plus haut gradé que lui, non mieux valait qu'il se débrouille tout seul, comme à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Mer 9 Fév - 12:55

Alors qu'il marchait, le chevalier d'or se rendit compte du nuage de corbeau qui volait au dessus des ruines du village. "Les charognards" se dit il en pestant le nombre de mort. Cependant, il se rendit compte qu'il y avait quelque chose de différent avec ces volatiles. Ce n'est qu'en baissant les yeux qu'il remarqua le chevalier d'argent.

Bien qu'il ne connaissait pas toute les armures existante, mais celle là, plus la présence des corbeaux, il ne pouvait pas l'oublier : c'était le nouveau chevalier d'argent du corbeau. Signun avait connu son prédécesseur avant de lui même devenir chevalier de la flèche et il avait longtemps conversé au sujet des corvidés. Il savait qu'il pouvait communiquer avec son animal totem et connaissait leur particularité de trouver les morts et les agonisants.

Alors voir un chevalier ici en train de déblayer des ruines, cela ne voulait dire qu'une chose : il était à la recherche d'un survivant. L'homme vit le saint du sagittaire et le salua succinctement, mais malgré son état psychologique, Signun se rendit compte que le chevalier d'argent aurait plus que certainement besoin d'aide.

L'homme en habit doré se retourna vers la tente et souleva le voile qui servait de porte.


" - Nous allons avoir besoin d'un médecin."

Il se tourna vers sa femme qu'il embrassa tendrement comme pour réparer un impaire puis il fit mine de partir.

" - Le devoir m'appelle."

Il fit quelque pas hors de la tente et se baissa près de son fils qui n'en revenait toujours pas que son père soit un chevalier d'or.

" - Albreth, je veux que tu reste avec ta maman, ok."

" - Bien papa."

Puis le petit garçon rentra dans la petite tente tendis que le médecin préparait un semblant de matériel médical en urgence.

Puis Signun se décida de se joindre au chevalier d'argent dans ses efforts pour sauver une personne coincée sous les décombres de son ancienne demeure. Consciencieusement, le saint du sagittaire déblaya chaque débris en retirant les morceaux les plus menaçant de s'effondrer ou d'affaisser l'amas poussiéreux.


" - Je vois que vous devez tout juste arriver. Tant mieux, nous aurons besoin de nouvelle tête pour les évènements à venir."

Lui dit il en continuant son office de déblayeur improvisé alors que le médecin se dirigeait vers leur position.

" - Je suis Signun, chevalier du sagittaire. Et toi, quel est ton nom, chevalier du corbeau ?"
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Mer 9 Fév - 17:47

Le chevalier d’or s’était joint à lui, pour cette mission de sauvetage et s’était présenté : Signun du Sagittaire. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait l’armure du corbeau et la présence de ses compagnons aux ailes noires ne semblait pas le repousser, ce chevalier faisait une bonne impression au combattant vêtu d’argent.

« Je suis Serafim. Nouveau possesseur de l’armure d’argent du corbeau »

Répondit-il froidement, mais sans animosité, sans même lui jeter un regard, son attention étant monopolisée par son travail délicat. Serafim avait toujours eu du mal à communiquer avec ses semblables, il semblerait que les seuls avec qui il s’exprimait sans gêne étaient sa volée de corbeaux et la jeune Thalia qui devait l’attendre dans sa vieille maison.

« Qu’entendez-vous par « événements à venir » ? Ce n’est donc pas fini ? »

La première phrase de Signun avait soulevé beaucoup d’interrogations dans l’esprit du jeune chevalier d’argent. Le pire était-il derrière eux ? Ou tout cela n’était-il qu’une accalmie entre deux ouragans meurtriers ? Serafim n’eut pas le temps de tergiverser d’avantage, car le cri strident de Corvi se fit entendre, un cri que seul le maitre des corbeaux pouvait décrypter.

Serafim posa sa main sur l’avant-bras du chevalier d’or, pour le faire stopper son action. Il ressentit une étrange impression, c’était la première fois qu’il posait les mains sur une armure d’or et la sensation qu’il éprouvait était étrange, comme une fusion d’émerveillement et de crainte. Aussi rapidement qu’il lui avait saisi l’avant bras, il relâcha son étreinte, comme si l’armure du sagittaire n'était qu'un charbon ardent extrait des entrailles de l’Etna.

« Un instant s’il vous plait la victime se trouve sous cette roche. »

C’était cela que venait de signaler Corvi, l’odorat très fin du volatil avait décelé l’odeur du sang, elle devenait de plus en plus persistante, signe que la victime était de plus en plus proche. Le débris en question était de taille imposante et semblait lourd, cependant n’importe quel apprenti aurait pu s’en débarrasser. La difficulté de la manœuvre était que cette pierre semblait supporter l’enchevêtrement de poutre et de roche et que l’ôter entrainerait l’écroulement de la structure anarchique. D’un autre côté prendre le temps de tout déblayer sera la meilleure option, mais voila d’ici là, la victime captive serait morte.

« Si nous ôtons ce rocher tout s’écroulera et nous n’avons plus le temps de tenter de créer un chemin en enlevant les pierres une par une. »

Après avoir fait ce constat Serafim se tourna vers le chevalier du sagittaire, espérant que ce dernier ait une solution .Il y avait bien une autre option, mais le chevalier du corbeau ne voulait pas l’exposer, il la trouvait trop risqué et puis il n’avait pas à prendre de décision puisqu’il était en présence d’un chevalier d’or.
Revenir en haut Aller en bas
Apollon0123


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 68

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Jeu 10 Fév - 16:11

Arrow Olympe


    Rodorio... Première cité aux abords du Sanctuaire... Premier bastion de défense d'une armée de Chevaliers aux simples pouvoirs de mortels... Première victime également et tristement lors d'une invasion... Aujourd'hui n'était pas jour de fête pour ce village... Détruit, calciné et remplis d'une putréfaction en décadence... Tel était le visage que pouvait apporter la cité après une bataille...Décidément les opposants du Sanctuaire avaient le chic pour réduire tout en cendres lorsqu'ils s'affrontaient...

    Caché depuis maintenant quelques minutes dans le corps d'un corbeau... Le Dieu Soleil n'avait rien perdu de la scène qui se déroulait... Deux Chevaliers d'Athéna s'affairaient aux premiers soins à apporter aux victimes... Il remarqua l'air préoccupé du Chevalier d'Or après avoir franchi le parvis d'une tente de fortune... Il vit le Saint d'Argent se gratter la tête en se demandant vainement de quelle manière il pourrait sauver l'agonisant présent sous les pierres...

    Qelle faiblesse finalement ! Quelle fragilité que cette espèce ! Sa propre soeur les défendaient pourtant... N'hésitant pas à mettre sa vie en péril lorsque le besoin s'en faisait ressentir... Le problème de l'incarnation sûrement... Lui ne connaissait pas cela, ce n'était pas une enveloppe qui le constituait mais bien son corps composé d'ichôr... Le sang des Dieux...

    Intrigué par cet aspect conservateur des mortels et également -sans qu'il ne se l'avoue lui même- par le fait que sa propre sœur leurs voue un culte proche de la Divinité, Apollon s'éloigna du vol de corbeau et pénétra dans la tente à l'abri du regard des deux Chevaliers... A peine avait-il pénétré ce lieu que la vision d'une jeune femme se plongea dans ses yeux Divins... Le temps s'était arrêté pour les personnes autour alors que l'enveloppe animal laissait place au corps se rapprochant le plus d'un humain...

    La lumière Divine fit son effet à cet instant... Alors que la jeune femme, seule spectatrice de la scène, apercevait le Dieu se mouvoir auprès d'elle, celui-ci s'approcha doucement de la jeune femme et lui glissa à l'oreille...

    ~~"Sais-tu qui je suis, jeune mortelle..? Peut-être ne le sais-tu pas actuellement mais ce qu'il reste de tes deux bras ne guérira pas... Ils seront à jamais hors d'usage... Tu ne pourras plus serrer ton fils, ni enlacer la taille de ton mortel de mari... Un bien vaillant Chevalier je dois dire... Impressionnant de maitrise d'émotions... Mais... Juste un simple humain... Dénué de force et d'intérêt pour le Dieu que je suis..."~~

    Le visage d'Apollon se releva et ses yeux s'engouffrèrent dans l'âme de la jeune femme... Une pureté sans absolue, un amour inconditionnel pour son fils et son mari... S'enfoncer plus profondément ne ferait que laisser des traces indélébiles sur l'esprit... Même pas une once de haine... Même pas une once de regret... L'humanité était amusante... Distrayante même...

    Soit... Devant cet absence de rage le Dieu Soleil approcha sa main du corps de la jeune femme... Effleurant la poitrine de ses doigts gracieux il posa sa main à plat et une lueur dorée clairsemée de rouge vif rentra dans le corps... A vitesse exponentielle le corps de la jeune femme prit une teinte rougeâtre, ses deux bras calcinés reprenaient de la vigueur à mesure que les secondes passaient jusqu'à reprendre leurs formes initiales...

    Le temps reprit sa rotation et le Dieu se dirigea vers la sortie de la tente... Derrière lui la jeune femme qui venait d'être guérie le suivait pas à pas, sans le rattraper ni le dépasser... Sa stature imposante se refléta aux yeux des Chevaliers alors qu'une aura se propageait autour de son corps... Invitant les deux guerriers à reconnaître la Divinité qu'il était...

    Tout en avançant tranquillement vers la zone où s'affairaient les deux Saints, le Dieu Soleil les dépassa et posa une main sur la roche... En un instant les rochers ainsi que le décor situé aux alentours s'embrasa, faisant fondre la roche comme du métal, carboniser les poutres... En moins de temps qu'il ne fallut pour respirer la zone était dégagée de tout obstacle... Seul gisait sur le sol le corps de l'agonisant... De multiples filets de sang lui parcouraient le visage alors que plusieurs de ses membres étaient fracturés...

    Apollon prit quelques secondes à sonder l'âme de l'humain... Mépris, rage, haine, trahison... A croire que ce mortel n'avait vécu que dans le chaos... Sans aucune émotion particulière Apollon reporta son regard vers le blessé et les flammes qui consumaient les extérieurs se rabattirent sur lui... Pas un son... Pas un cri de douleur ne sortit de la bouche du condamné... Le Dieu n'était pas cruel... Il était juste et équitable....

    Alors que le corps de l'agonisant n'était plus que masse noire Apollon se retourna vers les Chevaliers... Tout geste de leurs parts aurait été inutile avant... Et d'ailleurs encore maintenant... Le Dieu Soleil s'adressa alors aux deux Saints...


    ~~"Mortels... Que l'un d'entre vous me conduise immédiatement auprès de votre Déesse... Vous avez ressenti la foudre du Dieu créateur... Les Dieux vont se réunir et je suis celui qui amènera Athéna devant le conseil afin qu'elle y reçoive la sanction qu'elle se doit d'avoir... Inutile de résister vous avez du deviner quel Divinité je suis..."~~

    La guérison... Le don de prescience... Le feu et la lumière... Oui, autant d'éléments qui faisaient de lui un Dieu connu et respecté...
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Jeu 10 Fév - 17:07

L'homme se nommait Serafim et il se présenta bien comme étant le chevalier du corbeau. Le saint d'argent semblait froid, distant, mais peut être est-ce le fruit de l'imagination de Signun, ou alors c'était parce qu'il était totalement concentré sur son travail. Il trouva ça admirable qu'une personne se dévoue totalement à sa tâche, mais il avait l'impression que cela devait le gêner dans ses relations sociales. Et si Serafim n'avait pour amis que ses corbeaux ? Cela expliquerait son comportement.

Puis le chevalier d'argent lui posa la question sur le fait que Signun aie fait allusion à une suitedes évènements. Cette question déstabilisa un peu le chevalier du sagittaire, mais à peine. Il faut dire qu'il avait parler sans vraiment y réfléchir, juste que c'était dans son optique d'être près à tout. Et puis, le ciel grondait toujours de ses éclaires, tout cela pour rappeler aux mortels que Hadès et Athéna sont convoqué auprès du Dieu des dieux : Zeus.


" - Je n'espère pas qu'il y aie une suite, on a bien trop perdu avec cette guerre. Mais il me doit d'être prêt à toutes éventualité. D'autant plus que l'avenir semble incertain. "

Il se rendit compte qu'il n'était ni enthousiaste, ni optimiste dans sa dernière phrase. Son but était nullement de démoraliser les troupes et encore moins de faire fuir les nouveaux, alors Signun tenta de se rattraper en disant avec un sourire pas trop forcé.

" - Mais tant que nous combattrons pour la justice, personne ne peut nous arrêter."

Puis il continua à déblayer les ruines. Plusieurs minutes ne s'écoulèrent avant que les deux hommes ne reprirent la parole, et ce fut le saint d'argent qui brisa ce "silence" en faisant remarquer que l'infortunée victime se trouvait plus à quelques cailloux des des chevaliers d'Athéna. Ce qui était râlant, c'était qu'une erreur de leur part pouvait très bien le condamner d'avantage que de le sauver.

Signun examina bien l'enchevêtrement de débris, puis il posa sa main sur ce qui semblait être le plus lourd, genre une poutre.


" - Tu vas continuer de déblayer, moi je vais soutenir tout ça pour ne pas que ça tom..."

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un puissant cosmos se fit ressentir, bien plus grand que le sien. Un homme auréolé de lumière marchait dans la ruelle en ruine sous le regard ébahi des villageois. Signun savait bien de quoi il s'agissait, d'une aura dépassant tout les humains, d'un cosmos divin.

Ainsi donc un dieu se dirigeait vers leur position, mais était-il là en ennemi, ou en ami ? Le chevalier du sagittaire n'eut le temps de tenter de trouver une réponse qu'il vit Éléonore marcher derrière la déité illuminée. Sa surprise n'en fut que plus renforcée quand il se rendit compte que sa femme ne portait plus la moindre trace de brûlure. Seul un miracle pouvait accomplir cela, seul un dieu en avait les moyens de la soigner.

Puis vient la scène ou le dieu dégagea sans le moindre mal les débris restant, libérant ainsi le pauvre malheureux de sa prison de pierre. Signun voulut appeler le médecin pour s'occuper de ce pauvre bougre, mais il n'eut pas le temps que l'être maitrisant le feu exécuta l'homme sous le regard médusé du saint en armure doré. Pourquoi un tel acte ? Pourquoi avoir sauver cet homme pour le tuer juste après ? Était-ce juste pour prouver son ascendant divin et dire qu'il avait le droit de vie et de mort sur les mortels ?

Avant même que l'un des deux saints puisse réagir, le dieu prit la parole et s'adressa à eux deux. Il voulait voir la déesse Athéna pour l'emmener auprès du conseil des dieux. Ainsi donc, elle était vraiment convoquée par Zeus et lui, il était venu pour s'assurer qu'elle ne dérogerait pas à son rendez vous.


" - Athéna est dans un village voisin, Ahires. Elle devait rencontrer une déesse Asgardienne pour faire la paix avec nos alliés du nord."

Il avait parlé d'un ton sec et pas vraiment courtois. Il faut dire que l'histoire du pauvre homme sauvé et incinéré par la même personne, tout dieux qu'il soit, Signun ne pouvait pas se permettre d'être doux avec un tel individu. Cependant, il ne pouvait pas se permettre d'être impoli voir agressif envers la divinité, de plus, il ne put s'empêcher d'avoir de la reconnaissance d'avoir soigner sa femme. Tant de sentiment contraire pour une seul personne.

" - Serafim, je vais rejoindre le sanctuaire pour envoyer des secours auprès des villageois. Si cela ne te dérange pas, j'aimerai que tu escorte le Dieu Apollon auprès d'Athéna. Tu la trouvera facilement, et elle ne me semble pas seul."

Il fit une une légère révérence pour laisser passer le dieu du soleil tout en lui montrant le chemin à suivre. Puis il regarda la divinité droit dans les yeux afin de lui poser la question :


" - Étiez vous vraiment obliger de le tuer ? Ne trouvez vous pas que les habitants de ce village n'ont pas assez souffert ?"

Il le fixait, attendant une réponse d'Apollon, même si se dernier devait avoir nullement l'impression de devoir justifier quoi que se soit.


Dernière édition par Signun le Jeu 10 Fév - 20:15, édité 1 fois (Raison : Modification de l'ordre donné.)
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Ven 11 Fév - 3:12

Les paroles du chevalier du sagittaire n'étaient pas convaincantes pour Serafim, elle sonnait comme une litanie répétée mille et une fois par les défenseurs d'Athéna. La justice était une notion bien relative, avec le temps il s'était rendu compte que seul les forts avaient le pouvoir de définir ce qui est juste ou pas. Les faibles comme celui qui étaient sous le gravas ne pouvaient que supporter le jugement des forts.

Une vision un peu négative de la justice, mais cela ne faisait pas de lui un monstre, il était juste cynique et la survie de la victime sous les décombres était vraiment son seul objectif. A ce propos, Signun avait mis en point un plan qui semblait pouvoir marcher. Il en avait deviné l'objectif bien qu'il n'eut pas le temps de finir sa phrase.

L'air était devenu irrespirable pour Serafim, il avait l'impression qu'on l'avait enterré vif dans une fosse et que l'oxygène ne trouvait plus le chemin pour atteindre ses poumons, même la chaleur de son corps s'était évaporée comme une flaque d'éther laissée en plein air. Mais d'où pouvait venir ces ondes qui le paralysaient d'effroi, jamais de sa courte vie, il avait eu à faire à un tel phénomène. Le chevalier d'or semblait lui aussi surprit, mais il semblait avoir repéré la source de ce cosmos. Serafim scruta en direction du regard, il y vit un homme, du moins ce qui avait l'apparence d'un homme.

« Mais qui diable est-ce ? »

Chuchota-t-il, alors qu'il arborait une position défensive. Sa surprise l'avait empêché de remarquer le silence qui s'était installé à l'arriver de l'étranger. Ses corbeaux jusque la bruyant, s'étaient tus, se contentant de suivre la progression majestueuse de l'homme. L'être magnifique arriva a leur hauteur, Serafim était paralysé, ses bras qui pouvaient fendre la roche avaient autant de puissance que les bras d'un nouveau né. C'est avec un regard émerveillé qu'il observa l'homme d'un simple geste désintégrer les gravats, mais son regard s'emplit d'interrogations et de craintes quand avec la même facilité il vit la victime devenir qu'un tas de cendre par sa simple volonté. Cette action aussi cruelle qu'elle pouvait paraitre a eu pour effet de faire sortir le maitre des corbeaux de sa torpeur.

L'inconnu avait pris la parole et exposé la raison de sa venue, par la même occasion il avait décliné sa qualité de divinité. Un dieu était donc descendu sur terre et Serafim aurait eu du mal à le croire si Signun ne l'avait pas confirmé, il l'avait même nommé il s'agissait d'Apollon, le dieu soleil. A ces mots, Serafim s'inclina en guise de salutation.

Les ordres étaient donnés: escorter Apollon auprès d'Athéna. Un rôle qui ne lui plaisait pas puisque d'après les dires du dieu solaire, il était ici pour conduire la déesse devant un conseil afin qu'elle soit punie. En endossant pour la première fois sont armure, il avait juré de défendre la déesse porte égide et voilà que maintenant on lui demande de participer à un acte qui pourrait lui être préjudiciable.

« Etes-vous sûr de vous ? »

Avait-il lancé d'un ton interrogateur au chevalier du sagittaire. Sa voix était teintée de crainte, l'être qui avait cette injonction était un dieu et il venait de réduire en cendre d'un seul geste un homme.

« De toutes les manières ce sont des affaires des dieux, alors laissons-les régler leurs histoires entre eux. »

Sur cette phrase le chevalier d'argent fit quelques pas, avant d'enlever son heaume et de se retourner vers la divinité.

« Serafim du corbeau, veuillez me suivre seigneur Apollon. »

Ironie du sort, son père lui avait raconté une histoire sur les corbeaux. Un conte qui racontait qu'apollon avait chargé un corbeau de surveiller une femme qu'il convoitait, mais ce dernier manqua de vigilance et fut séduite par un autre homme, comme punition le dieu soleil échangea la robe blanche que portait tous les corbeaux en ces temps reculés contre une tunique sombre comme la nuit.

Alors que Serafim empruntait le chemin qui menait a Ahires, il se retourna pour s'adressa a Signun, qui semblait se rebeller contre le geste du dieu.

« Il l'a fait, parce qu'il en avait le pouvoir, tout comme celui qui a détruit ce village,"

A voix basse à peine audible.

« « Tout comme ceux qui ont tué ma famille » »

Il conclut ensuite.

« Au moins cet homme a eu une mort sans douleurs, d'autres dans le village ne mourront qu'après une longue nuit d'agonie, si j'en avais le pouvoir je les achèverais aussi, mais je ne suis pas un dieu, je suis juste un homme. Je n'ai pas cette force... »

Il continua sa phrase mentalement en ajoutant *pour le moment* et resta figé, pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Apollon0123


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 68

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Ven 11 Fév - 11:46

    Sans s'adresser à une des deux personnes en particulier, Apollon avait eut ce qu'il souhaitait... Les deux Chevaliers d'Athéna n'avait pas failli à leurs devoirs et semblait, en toute sincérité, craintif vis à vis de la réaction du Dieu...

    Celui à l'armure dorée semblait plus méfiant et s'était mis sur la défensive quand à la démonstration de force de la Déité Solaire... Mais ses sentiments contraires vis à vis de la personne qui venait de sauver son épouse allait de pair avec le désarroi et l'affliction de la personne agonisante...

    Alors que le Chevalier donnait ses instructions à son inférieur, Apollon se rapprocha de lui doucement et posa la main sur son armure... Un son se propagea dans l'atmosphère pendant que l'armure entrait en résonance avec le cosmos du Dieu... De la même manière que la musique originelle lorsque toutes les armures d'or sont réunis, le son entendu était lui plus profond... Empreint de tristesse et de mélancolie

    ~~"Cela fait maintenant bien longtemps que je n'avais pas revu cette oeuvre d'art... Vraiment Héphaïstos fait du bon travail quand il s'y met... Dis-moi Chevaliers sais-tu que les armures des Chevaliers d'Athéna ont été créées sur l'Olympe..?"~~

    Un silence profond suivit les paroles... La négation visuelle des deux visages se reflétait dans les yeux de la Divinité... Évidemment cela remontait à plusieurs millénaires depuis cette époque... Lors de la première grande bataille contre les forces du Dieu Poséidon...

    ~~"Ma soeur, Athéna, avait fait quémandé auprès du Dieu de la Forge des armures d'un éclat irréel et d'une puissance avoisinant celles des Dieux, Ô combien la tâche fut accrue pour le forgeron de l'Olympe mais après des mois de travaux incessants le résultat était présent... Douze armures d'Or furent présentées au panthéon Olympien... Chaque armure protégeait par la juridiction d'un Dieu qui lui a accordé son pouvoir..." ~~

    L'incrédulité pouvait se lire sur les lèvres des deux Chevaliers... Les armures d'Or les plus puissantes du Sanctuaire... Créées et bénies par les Dieux eux-mêmes...

    ~~"Comme tu as du le deviner jeune humain, l'armure d'Or que tu portes aujourd'hui est celle qui m'a été désignée... C'est moi Apollon Dieu de la Lumière qui ait ajouté mon essence à cette œuvre... Un Dieu n'a pas de preuves à apporter sur la véracité de ses dires mais si cela peut te convaincre... Observe tes armes et ton art de combat... Tu possèdes un arc et tes coups sont basés sur l'élément de Lumière..." ~~ *

    Apollon écarta les bras et dans un flots de lumières vives, une flèche dorée avec des reliures rouges vives apparut sous les yeux des deux Chevaliers...


    ~~"Voici une flèche provenant de mon arc... Elle possède sa volonté propre et ne pourra être tirée qu'au seul moment où ton cosmos en symbiose avec ton armure seront sur le point d'approcher celui des Dieux... Si ce jour viendra, nous nous reverrons bien assez tôt..." ~~

    Leune homme avait néanmoins posait une question qui, sur le coup, parut déplacé pour la Divinité... Il allait prendre la parole lorsque l'autre Chevalier qui était resté muet depuis le début sortit de sa léthargie... Sa réponse fut claire et nette... Et point important pour la suite des événements il avait répondu juste... Pourtant le Dieu prit la suite des paroles du Chevalier d'Argent...

    ~~"Il est de l'apanage des Dieux de se poser les questions de vies et de morts sur les mortels que vous êtes... Votre espèce est jeune et primitive et ne tant qu'à se développer... Bien que je ne me mêle guère aux affaires humaines, il arrive parfois que la nostalgie des premiers hommes me remontent en mémoire... Ton épouse, vivante, en est la preuve... La mort de cet homme me rappelle qui je suis... Comme vous semblez le croire il n'existe pas d'équité entre les mortels, vous naissez avec des droits et des devoirs différents mais insignifiantes sont vos vies comparées aux Dieux... N'oublie jamais cela Chevalier et prie pour que je n'ai pas à le répéter..." ~~

    Apollon se détourna alors du Chevalier d'Or... Athéna était à Ahires... D'autres cosmos puissants se trouvaient sur les lieux... Avec un peu de chance il n'aurait pas à aller très loin pour ramener les responsables de la guerre en Olympe...


* Faits portants sur la fanfic de Bardamu:La genèse des Chevaliers d'Or

Apollon offre une flèche de lumière à Signun.
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Ven 11 Fév - 21:31

Le chevalier du sagittaire fut étonné quand le dieu de la lumière s'approcha de lui et posa sa main divine sur son armure dorée. l'habit doré se mit à résonner avec le cosmos d'Apollon, comme si elle "chantait". L'étrange musique qui émanait de l'amure ressemblait étrangement à celle que produisaient les douze armures sacrée une fois toute réunie. Signun ressenti une forte émotion, un peu comme de la joie, mais de la mélancolie aussi, c'était juste indéfinissable.

Alors la divinité expliqua qu'il avait déjà vu cette armure à des temps immémoriaux. Cette nouvelle ne surprit qu'à moitié le chevalier, après tout, vu sa longue existence, il devait certainement avoir vu tout les habits dorés. Il expliqua brièvement l'histoire de la création des douze armures d'or, notamment que se fut une commande faite par Athéna auprès du dieu du feu : Héphaïstos.

Mais la suite étonna d'avantage Signun : les armures avaient été bénie par des dieux, et la sienne avait reçue la bénédiction du dieu du soleil qui se tenait en face de lui. Cette nouvelle bouleversa le saint aux ailes d'or : après tout, il se trouvait en présence de son "parrain divin". Mais voilà, est ce que Apollon lui disait vraiment la vérité sur ce sujet, ou bien était-ce une manœuvre du dieu pour semer la confusion dans l'esprit du chevalier du sagittaire ?

Comme si Apollon était omniscient, et peut être l'est il vraiment, ce dernier répondit immédiatement aux question intérieur de Signun. Il lui fit part des similitude dans leur style de combat et le fait qu'il portait un arc. Juste après, le dieu de la lumière fit apparaitre dans une lumière vive une flèche magnifiquement ouvragée, un travail "d'orfèvre". Elle était dorée avec des reliures rouge, comme si elle avait été faite à partir du soleil lui même. D'ailleurs, c'était peut être le cas.

Le dieu tendit son bras pour donner la flèche à Signun, et ce dernier mit un genou au sol et tendis ses deux bras afin d'accepter ce présent divin. Après tout, on ne recevait pas tout les jours un cadeau d'une divinité, alors autant le recevoir dans les règles de l'art. Quand le chevalier du sagittaire reçu la flèche, il se releva afin de l'observer un moment. Elle semblait parfaite, si elle ne l'était pas. Il finit par dire :


" - C'est un honneur pour moi de recevoir ce présent de votre part, seigneur Apollon, dieu de la lumière. "

De l'autre côté, Serafim semblait inquiet par les ordres donné par le chevalier d'or. Après tout, Signun pouvait le comprendre : le dieu était venu pour emmener Athéna afin qu'elle soit juger par Zeus. Nul ne savait ce que le Dieu des dieux comptait faire, et cela pouvait éventuellement inquiéter n'importe quel fidèle d'Athéna.

De plus, le chevalier du corbeau semblait avoir une aversion pour ce dieu, mais la raison semblait plus profonde que le fait qu'il aie tuer un homme qu'il avait tenter de sauver. Le moment n'était pas venu pour juger le jeune saint sur ses parole, de plus, Signun avait confiance en son jugement : tout se passera bien.

Bien qu'il remarqua que sa question posée à Apollon et la réponse de Serafim semblaient avoir agacée la divinité, mais le dieu du soleil se montra magnanime dans sa réponse. Bien que Signun trouvait ça injuste que les humains ne soient pas indiquée comme égaux à la naissance, il ne pouvait totalement contredire Apollon : tout le monde n'avait pas le même destin.


" - Serafim, je comprends ton inquiétude, moi même j'en ressens pour notre déesse. Mais que nous escortions le dieu du soleil ou non, il aurait finit par la retrouver de toute manière. Alors autant faire que ce peut pour faciliter les choses."

Puis le chevalier se retourna vers Apollon, son visage tentait de rester neutre, même si lui aussi ressentait de l'inquiétude pour Athéna et de la reconnaissance pour le dieu du soleil.

" - Pouvez vous nous dire ce qui attend Athéna, nous dire si elle risque quelque chose de fâcheux ?"

Lui dit il les yeux dans les yeux. Pas qu'il cherche à le défier, mais de cette manière, il exposait ses sentiment à la prescience de la divinité en ouvrant le porte de son âme. Ainsi, il montra que son inquiétude était sincère.


Signun reçois et accepte la flèche de lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Sam 12 Fév - 16:23

La démonstration du dieu Apollon avait fait son effet sur le jeune chevalier d'argent, il n'avait jamais entendu parler des conditions de la création des armures d'or et était loin de se douter, qu'elles contenaient l'essence divine des Olympiens. Pourtant, à en juger par la force des chevaliers d'or il aurait dû se douter que quelque chose de divin réside dans leur protection. Cet interlude lui permit de constater que bien qu'il fasse partie des défenseurs d'Athéna, il y avait beaucoup de mystère dont il ignorait même l'existence.

Le chevalier d'argent se sentait un peu exclu, mais comparé aux deux autres participants, il était comme un simple rocher face à l'Everest. Il lui semblait même que son cosmos était étouffé par la simple présence de Signun et du dieu solaire. Une sensation d'infériorité qui ne le mettait pas vraiment à l'aise, aussi se mit-il un peu à l'écart pendant que la divinité répondait au chevalier du sagittaire.

Profitant de cela, Serafim se repassa les paroles qu'ils avaient énoncées suite à l'interrogation de Signun, il ne voulait que les penser, jamais il n'avait voulu qu'elles ne dépassent la frontière hermétique qu'étaient ses lèvres. Cela n'avait jamais été de ses habitudes de prendre la parole. Il attribuait ce comportement inhabituel au trouble provoqué par l'Olympien, en tout il préférait le croire.

C'est donc en simple auditeur, qu'il écouta les paroles divines, un discours auquel adhérait le chevalier d'argent, mais il se cacha bien de le faire savoir. Il en était de même pour les paroles du chevalier d'or avec ou sans leur aide, Apollon réussirait à trouver la déesse Athena et si on se referait au tas de cendre noirâtre qui était il y a quelque seconde un humain, mieux vaut ne pas provoquer le courroux du dieu.

Corvi se posa brusquement sur son épaule il semblait affolé, la seconde d'après Serafim ressentit les effets d'un puissant d'un cosmos, ce fut comme un immense raz de marée qui l'immergea. D'instinct il se tourna en direction de la source de cette puissance, cela venait du sanctuaire. Il n'était pas le seul à ressentir cette énergie, les corbeaux qui avaient gardé le silence depuis l'arrivée du Dieu s'envolèrent comme une nuée de passereaux ayant repéré l'approche d'un prédateur, provocant ainsi une averse de plumes noires sur les ruines du village.

« Mais qu'est-ce donc ? »

L'étonnement pouvait se lire sur le visage habituellement non expressif du chevalier du corbeau. Il était surpris, il pensait que la guerre sainte était finie alors pourquoi un tel déferlement de puissance soudain. Le regard fixé sur Apollon et Signun, il attendait un ordre de ceux-ci est-ce que sa mission d'escorte était toujours d'actualité ou alors devrait-il faire route vers le lieu d'émission de ce cosmos.
Revenir en haut Aller en bas
Apollon0123


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 68

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Lun 14 Fév - 11:01

    Le jeune Chevalier d'Or avait accepté le présent du Dieu du Soleil... D'ailleurs en aurait-il pu être autrement...? Les cadeaux des Dieux sont rares et recevoir de la main de ceux-ci était une distinction de haute valeur... D'ailleurs le Sagittaire l'avait bien compris et à la manière dont il accepta cette offrande confirma la pensée du Dieu Soleil...

    Ainsi donc il restait parmi les mortels des personnes croyant en leurs pouvoirs infinis... Ne pas l'avoir défié à son arrivée... Faire acte de soumission envers lui alors qu'il n'était pas son Dieu protecteur par allégeance... Autant de petits riens qui faisait des Chevaliers d'Athéna empreints de respects et de dévouement...

    Approfondir cette hypothèse serait bénéfique pour plus tard mais Apollon saisissait un peu plus ce que la Déesse de la Guerre avait trouvé dans la race humaine... Alors qu'il allait répondre à la demande du Chevalier, une montée de cosmos s'échappa du Sanctuaire... Une puissance équivalente à un Chevalier d'Or et sans que le Dieu du Soleil ne fasse rien, l'armure d'Or entra une nouvelle fois en résonance...

    ~~"Il semblerait que tes compagnons t'attendent jeune guerrier... Je peux t'apporter une réponse à ta question mais je doute que celle-ci convienne ou quand bien même tu sois apte à écouter mes paroles...
    Comme tu le sais Zeus a convoqué les auteurs de cette Guerre... Athéna, ainsi que Poséidon et Hadès recevront le châtiment que nous, Olympiens, allons juger...
    Maintenant si c'est mon jugement que tu souhaites, je peux déjà te répondre que pour ma part, aucun des Dieux n'est apte à recevoir un jugement... Ils n'ont fait que jouer leurs pièces sur notre échiquier que l'on appelle la Terre...
    En d'autres termes, mortels, vous n'êtes que des pions que l'on déplace à notre gré et suivant notre bon vouloir, aucune faute n'a été commise de parts et d'autres... Les Dieux aiment à s'amuser des guerres humaines et malheureusement pour vous, vous en êtes les protagonistes... Quoique Athéna vous estime tant... Peut-être a-t-elle basculé de votre côté..?"~~



    Il avait laissé cette dernière phrase en suspens, s'amusant de la réaction qu'elle pouvait apporter, un léger sourire en coin... Puis il se tourna vers le Chevalier d'Argent qui semble t-il avait préféré s'effacer devant le Dieu et le Chevalier d'Or...

    ~~"Je te suis, mortel..."~~

    Pas de haussement de ton, rien de différent... Juste d'une voix claire et précise qui annonçait que la conversation était belle et bien terminée et que les Dieux, ainsi que les mortels, avaient d'autres chats à fouetter...


Arrow Paix à Ahires


@Seraphim : Libre à toi de répondre ici ou bien de faire ton post à Ahires.
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   Lun 14 Fév - 18:00

Alors que la discutions semblait arriver à son terme, un puissant cosmos dont l'empreinte était celle d'un chevalier d'or se fit ressentir tout en haut du sanctuaire. Pas un cosmos intensifié pour le combat, non personne n'était assez fou pour défier l'interdiction de Zeus, mais il sonnait plus comme un appel. En effet : l'armure d'or rentra en résonance avec l'aura lointaine et cette musique caractéristique se fit une fois de plus entendre. Mais le chevalier se rendit bien compte que Apollon n'y était pour rien cette fois.

Serafim semblait inquiet, voir effrayer par ce qu'il ressentait. Le saint du sagittaire constata que ce fut la première fois qu'il vit une expression aussi marquée sur le visage du chevalier d'argent. Signun regarda le sanctuaire de sa position, puis il se tourna vers la nouvelle recrue à l'armure du corbeau.


" - Serafim, je suis appelé au temple du Grand Pope. Je veux que tu accompagne le Dieu Apollon auprès de notre déesse et de rentrer au sanctuaire quand il n'aura plus besoin de toi."

Puis le chevalier d'or se retourna vers le dieu en posant un genoux à terre en guise de respect ultime envers la divinité grecque.

" - J'aurai été honoré de discuter plus longtemps avec vous, mais mon devoir m'appelle."

Puis il se releva, le jeune homme salua une dernière fois poliment ceux qui furent tout deux ses interlocuteurs puis il s'en alla. Signun observa longuement la flèche de lumière, puis il la rangea avec les autres qui paraissaient bien pâle par rapport au présent du dieu de la lumière.

Éléonore se mit à courir vers le chevalier d'or et tenta de lui retenir la main. Le saint se retourna vers sa femme et il lui sourit. Il était heureux qu'elle soit vivante, mais surtout serait à tout jamais reconnaissant envers Apollon de lui avoir soigner les bras alors qu'aucune médecine humaine y serait arriver. Les deux époux s'embrassèrent longuement avant que l'homme brisa leur étreinte.

Signun déploya ses deux longues et grandes ailes dorées qui se situaient dans le dos de son armure, puis il s'envola. Bien que cela ne faisait pas une journée qu'il portait cette armure, le saint avait finalement choppé le coup pour les envols. C'est par la voie des airs que la chevalier du sagittaire reparti vers le sanctuaire sacré, et plus précisément vers le palais du Grand Pope.


Arrow Palais du Grand Pope.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après la bataille, la reconstruction [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-