RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Coeur de la forêt d'Ahirès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Coeur de la forêt d'Ahirès   Lun 23 Mai - 22:44

Suite du topic : http://www.saints-of-thepast.com/t3666p45-paix-a-ahires

Ishiro embraye ici (après une petite note de départ de l'autre topic ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mer 25 Mai - 10:41

Après plusieurs minutes, rien ne se passa quand Ishiro sentit des mouvements d'air, il regarda du coin de l’œil derrière lui mais trop tard, le Phœnix était pris à la gorge. Le saint n'eut même pas le temps de faire quoique ce soit qu'il fut projeter à grande vitesse vers la forêt environnante. Heurtant divers branche, le bronze s’étala à même le sol. Relevant la tête, il vit l'inconnu atterrir à son tour près de lui, il put voir que certaines plantes et fleurs gelèrent au contact de l'homme sur le sol. Mais ça n'était pas tout, la température baissa considérablement autour du saint. L'inconnu lui fit signe de la main lui rétorquant qu'il ne désirait pas combattre mais qu'il ne voulait que personne n'intervienne dans le duel du spectre et de son compagnon d'arme. il se présenta sous le nom de Caeron un serviteur du dieu Poséidon. Ishiro ne répondit pas de suite, il se releva, enleva la terre de son armure et se tapa dessus histoire d'enlever la poussière qui restait. Le visage sans expression, son cosmos augmenta à son tour, réchauffant le bronze d'un cercle d'un mètre cinquante de diamètre. Les alentours s'illuminèrent légèrement d'une couleur orangée. Ishiro se frotta la gorge puis la nuque et la fit craquer de gauche à droite puis cracha par terre.

"Pft ! Ne me fais pas rire, tu parles de paix alors que vous ne vous gênez pas à venir près du sanctuaire chercher je ne sais quoi dans un village protégé par celui-ci. Vous vous attendiez à quelle accueil?"

Le Phœnix ajusta ses brassards puis continua.

"Qui plus est, en tant de paix, tu aurais pu te présenter sans en venir aux mains, je t'aurais peut être suivi. Je ne désirais pas me mêler de ce combat de toutes manières. Mais trêve de bavardages inutiles, venons en au fait. Je suis Ishiro du Phœnix, que venez-vous faire ici et quel est ce colis dont vous tenez tant? "

Ishiro se mit droit comme un i, aux aguets au cas ou Caeron aurait la mauvaise idée de vouloir l'attaquer à nouveau. Il attendait impatiemment les réponses du serviteur de Poséidon ...


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mer 25 Mai - 18:59

    Les yeux du Marinas se relevait en direction du jeune homme, en train de se défaire des feuilles mortes et de la poussière, il maugréait contre la présence des Marinas et des Spectres dans "son" royaume, et, le Kraken souriait en comprenant son point de vue. Il ne disait rien, observant juste la beauté enflammée de ce cosmos, qui se dégageait maintenant du corps de son vis-à-vis, celui-ci exprimait une colère contenue, à l'image de ces volcans endormis dans les profondeurs. Il se présenta comme le chevalier du Phénix, l'oiseau immortel selon les souvenirs de Caeron, et demandait interloqué s'ils étaient stupides pour venir ici, sans craindre la moindre réaction. Pensant immédiatement aux évènements dans les abords d'Ahirès, le jeune Atlante s'approcha de quelques pas. Avec un sourire énigmatique, il répondit à ses questions.

    « Chevalier, je ne suis pas votre ennemi, ni une Némésis venue des fins fonds des âges, je ne suis qu'un Atlante favorable à un Espoir de paix. Si vous vous prétendez chevalier de l'espoir, et bien, je trouverai dommage que vous n'ayez point foi dans ce noble principe, où alors, vous avez renoncé à la plus belle chose que l'Homme ait réalisée. Regardant l'effet que ce propos venait d'avoir sur le jeune Saint, Caeron continua pour ne pas entendre de réponse. Pour répondre à votre question, nous n'avons agressé personne et respectons l'Edit divin de Zeus, car telle est sa volonté, mais cet autre Saint, votre égal je pense, a violé manifestement la Loi. Mes compagnons ne font que se défendre... Pour le reste, cela ne vous regarde pas. Enfin, pour finir les présentations, je suis le Marinas du Kraken, Général de l'armée de l'Océan Arctique. »

    D'un geste de la main, Caeron fit une révérence en terminant son propos. La position martiale du Phénix ne l'émouvait guère, il en avait vu d'autres. Cependant, l'incandescence du cosmos du chevalier de Bronze lui rappela qu'il devait se méfier de l'esprit rancunier et volontaire des chevaliers. Il observa avec attention les arbres environnants, les branches les plus solides pouvant servir pour certaines cabrioles nécessaires à un combat. Puis, il fit vibrer son cosmos faiblement, comme un serpent attendant le passage d'un mulot...

    « Seigneur Ishiro, je vous le rappelle, je ne souhaite pas me battre mais serait heureux d'échanger avec un jeune Saint. Profitons que la volonté de Zeus nous donne l'occasion de parlementer, et qui c'est, de devenir peut-être des compagnons si les Dieux changeaient d'avis... »

    En signe de bonne volonté, le Général croisait ses bras à sa poitrine et fit briller intensément son Ecaille, celle-ci explosa en une dizaine de morceaux, miroitant dans un cosmos polaire et d'ondes bleutées, elle reprenait en un instant sa forme originelle à côté de son maître. Sachant que c'était un pari risqué, il lui semblait indispensable qu'aucun combat n'éclata en la présence du grand Prêtre de Poséidon dans le Sanctuaire. Il réajustait le jabot de sa chemise en regardant froidement le Saint devant lui...

Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Jeu 26 Mai - 22:15

Apparemment Caeron n'était pas enclin à vouloir donner quelques explications au sujet de leur venue ici, pire même il alla jusqu'à mettre la faute sur l'autre saint qui se bagarrait avec le spectre. Ishiro restait de marbre et ne répondit pas de suite. Il savait parfaitement ce que le saint avait fait et était au courant pour en avoir été témoin de l'annonce de Zeus quant aux arrêts des combats. Le Phœnix apprit aussi qu'il était un général des armées de Poséidon, un adversaire des plus puissant au vu de son grade. Aussi puissant qu'un chevalier d'or ce qui fit sourire le saint. La pichenette de tout à l'heure donné par Caeron n'était rien alors comparé à son véritable pouvoir. Cela devenait de plus en plus intéressant et le cosmos du Phœnix augmenta après coup sous l'excitation. Le marina lui expliqua une nouvelle fois qu'il n'était pas ici pour se battre et comme preuve de bonne foi, il enleva ses écailles qui allèrent directement se former à côté de lui. Le marinas était confiant, trop peut être? Ishiro toujours aussi impassible.

"La faute faite par le saint est de son seul fait, Athéna n'est pas présente au sanctuaire et qui plus est je ne vais pas l'aider. Se jeter dans la gueule du loup comme ça c'est complétement insensé surtout pour son rang ..."

Le saint avança lentement vers le serviteur de Poséidon, il n'était plus qu'à deux mètres de lui.

"Caeron, tu es sûr de ne pas vouloir remettre ton armure? Car je suis différent des autres saints vois-tu? Je ne reçois d'ordre de personne et agis aussi à ma guise sauf que je ne fonce pas tête baissé comme l'a fait le saint plus loin. Ne veux tu vraiment pas me dire quel est l'objet que vous convoitez toi et ce ... spectre?"

Le Phœnix resta la sans bouger regardant l'écaille du marinas puis son possesseur. N'attendant aucune réponse, le saint arma son bras en avant et fonça vers le marinas. il ne le toucha pas physiquement, seul un rayon presque invisible tellement il était fin, traversa le cerveau de Caeron. C'était l'occasion rêvée du saint de faire cette attaque sachant que Caeron avait fait le choix d'enlever son armure, tout était du coup plus facile pour le saint. Le marinas ne devait sans doute pas sentir la douleur mais quelque chose changea quand il regarda vers le saint. Ce n'était plus Ishiro qu'il voyait mais Poséidon. La forêt se transforma elle aussi, le sol terreux devenait du marbre d'un jaune pale, les colonnes sur le côté apparurent ainsi les sculptures qui en garnissait le temple de son Dieu. Poséidon était du coup assis sur son trône regardant son général d'un air sévère portant son armure. Le dieu parla d'une voix forte et haute résonnant dans tout son temple.

"Général du Kraken, vous êtes partis sans m'avertir de quoi que ce soit, quelle était ta mission? Parles !"


Le cosmos du dieu s'illumina d'un bleu ciel étincelant, Caeron était victime de l'illusion du Phœnix mais il ne pouvait s'en rendre compte, tout ce qu'il y avait devant lui était bel et bien réel à ses yeux sauf que cela se passait dans sa tête.Ishiro regarda le marinas, c'était lui en réalité qui avait posé la question. Le chevalier de bronze n'avait plus qu'à attendre gentiment que le marinas lui réponde...


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Ven 27 Mai - 1:15

    Le seigneur Poséidon était désormais devant lui, son cosmos irradiant le monde sous-marin. D'un geste martial, il demandait étrangement l'objet de la mission de son serviteur dans le sanctuaire de la déesse de la sagesse. Interloqué par cette question, Caeron baissait la tête, agenouillé devant son seigneur et maître et répondit avec le plus grand respect :

    « Seigneur, si je suis au Sanctuaire, c'est pour protéger votre représentant divin sur Terre, Astre. Il est actuellement sous la protection du Seigneur Shion, chevalier d'or du Bélier et j'ai confiance en cet homme pour le protéger... Nous négocions actuellement une paix nouvelle avec les serviteurs de la déesse Athéna et leur Grand Pope, qui doivent dorénavant négocier le rapprochement entre nos peuples. Pour les évènements passés, je me devais d'arrêter une de mes subordonnées ayant créer le chaos près du sanctuaire, et cela sans autorisation de sa hiérarchie. C'est pourquoi j'ai souhaité intervenir pour cesser leurs manigances, la surprise de la voir avec un Spectre en a été encore plus grande mais il devait récupérer quelque chose... » Murmura poliment le Général au Seigneur Poséidon, sa fierté de servir son maître et son retour au sanctuaire marin était un plaisir pour le jeune Atlante.

    Il s'écartait de quelques pas en arrière, attendant les ordres de son Seigneur et Maître. Il pouvait ressentir toute sa bienveillance et sa bonté, il était enfin de retour pour présider au destin de son peuple et le seigneur d'Eleusys attendait ses ordres avec patience. Le général du Kraken restait tête baissé, le silence ne laissait plus que le bruit des flots coulés dans les fontaines entourant la ville sacrée. Se rendant compte de son erreur d'étiquette, il abaissait son cosmos au simple rang d'un marinas, comme devait le faire chacun de ses serviteurs, qui était tous égaux devant lui.

    Les secondes passèrent et Caeron attendait les recommandations du maître des Océans.



Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Sam 28 Mai - 9:40

Pour l'instant le plan de Ishiro marchait à la perfection mais ce qui étonna le plus le saint c'est ce que racontait le général. Il prétendait venir avec un prêtre de chez eux afin de discuter d'une paix avec le pope. Le général continua son discours disant voulant arrêter une des leurs qui était avec un spectre. Cette partie intéressait fortement le saint mais le général ne continua pas dans sa lancée. Le Phœnix augmenta alors le pouvoir de son illusion. Poséidon se leva et pointa son trident vers Caeron.

"Et quel est cet objet? Puisse t-il servir à notre peuple ou alors faut-il le rendre à ma nièce? Je veux tout savoir Général !!!'


Le ton de l’empereur des mers prit encore une amplitude des plus fortes. Son écho grandissant sur tous les murs du temple.

"Je n'hésiterai pas à punir les traîtres à mon pouvoir Caeron, et à tuer ta subordonnée. Tu ferais mieux de répondre, quelle est cet objet?"


Un éclair sortit du trident et alla toucher le sol non loin du marinas. Une petite brèche s'était ouverte sur le sol. L'illusion marchait parfaitement, tout paraissait si réel. Ishiro regardait le général à genoux devant lui. Le Phœnix utilisait tous les moyens pour avoir des réponses et n'hésita pas à utiliser les moyens les moins bénéfiques comparés à ceux de ses compagnons d'armes. Il fallait qu'il sache ce que renfermait le colis et les manigances des marinas et des spectres. S'il voulait la paix alors pourquoi venir avec leur pire ennemi voler un objet aux environs du sanctuaire? Ishiro attendit alors le récit du marinas de Poséidon...


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Sam 28 Mai - 14:30

    « L'épée d'Hadès »
    Murmurait le jeune Général, sous la frayeur de la colère du Seigneur Poséidon. Pour le reste, Caeron devait bien s'avouer qu'il n'en savait pas plus. Alors qu'il réfléchissait, une douleur lancinante le prenait à la tête, quelque chose clochait au plus profond de son être, se rappelant d'informations sur l'Olympe et d'un certain conseil des dieux. Désormais, il ressentait la présence d'un cosmos étranger dans les environs, aussi chaud et violent qu'un volcan en éruption ; des souvenirs émergèrent alors dans son esprit, à l'image d'un miroir fêlé sans aucune logique. Il se décidait à repousser ce cosmos agressif, pensant protéger le Dieu des Océans. Les restes de ce miroir se brisèrent alors dans une pluie d'étincelles, pour voir apparaître à nouveau le Phénix devant lui... Bondissant en arrière, il observait le Saint, l'illusion avait été parfaite, sans faille, et il venait d'avoir l'information qu'il recherchait.

    Le silence avait repris ses droits, le Général observait le Phénix souriant de satisfaction. Levant les yeux vers les branches, il sentait la douceur du vent printanier et le bruit des feuilles en train de virevolter à travers les interstices de la forêt. Le regard de Caeron exprimait une certaine fatigue, mêlée de calme et de quiétude.

    « Félicitations jeune Saint ! J'ai combattu pendant des années et c'est la première fois que je dois affronter des pouvoirs aussi lâches. Ma naïveté sur le sens de l'honneur et la fierté des Saints était bien grande, je te remercie de m'ouvrir les yeux sur ce que vous êtes au final... »

    Les pupilles du Général devinrent blanches à la fin de sa dernière phrase, il titubait comme un homme ivre, avant de s'adosser à un arbre. Ses deux mains se posèrent brusquement sur sa tête dans un râle de douleur, un filet de sang coulant au point d'impact de l'illusion du Phénix, dorénavant, son cosmos disparaissait lentement. Chancelant, il s'effondra lourdement sur l'humus de la forêt. En quelques secondes, le seul cosmos encore présent dans cette forêt était celui du chevalier d'Athéna. Au même moment, l'Ecaille du Marinas vibra intensément dans un sombre halo bleuté, avant de s'envoler en direction du prêtre de Poséidon... Suite à cet évènement singulier, le corps du jeune Atlante faisait des soubresauts et ses yeux se fermèrent.

    Le corps de Caeron cessa de bouger, ouvrant les yeux, il se relevait péniblement et regarda autour de lui comme un enfant égaré... Puis, il vit le chevalier du Phénix encore présent, il engagea alors la conversation avec une étrange voix à l'accent enfantin :

    « Bonjour monsieur, vous êtes qui ? Ou est mon papa ? On doit bientôt partir pour voir la grande Tsarine... Faut pas qu'on loupe le bateau ! » Demandait le jeune Atlante avec un grand sourire joyeux...

Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Lun 30 Mai - 16:25

« L'épée d'Hadès »

Enfin! Le saint avait fini par avoir ce qu'il voulait, les deux marinas ici présents et le spectre étaient là pour l'épée d'Hadès, son arme ! Mais que faisait l'arme de ce dieu à Rodorio? Comment était-ce possible? Ce serait-elle échouer ici au sanctuaire après une des précédentes guerres saintes? Ishiro n'en avait aucune idée mais voilà une info de première qualité que le Phœnix ne tarderait pas à aller répéter au grand pope. Préoccupé par les derniers du marinas, l'illusion s'effaça peu à peu. Ishiro n'avait mis que très peu de force dans sa technique histoire de ne pas trop amocher l'Atlante. Mais quelque chose clocha, Caeron avait l'air fatigué. Il répondit au chevalier de bronze que c'était la première fois qu'il avait reçu une attaque aussi lâche, se traitant lui même de naïf sur les saints eux-mêmes. Ishiro sourit et ne put que répondre aussi simplement que possible.

"Tu n'avais qu'à répondre de suite je n'en serais pas arrivé là. De plus je t'avais dit que je n'étais pas aussi gentil que les autres, tu ne m'as pas écouté dirait-on. Aller dénicher une arme des ténèbres est tout aussi lâche voyant que vous venez soi disant pour la paix..."

Ishiro en conclut par:

"Tous les moyens sont bons pour gagner, Corell du Lion n'a pas pu me rendre raison, personne ici sur terre ne le fera même pas Athéna."

C'est alors que le Kraken s'appuya contre un arbre, titubant, il mit ses mains au front et du sang coula. Le cosmos de Caeron diminua peu à peu. Ishiro ne comprit rien de ce qu'il se passait devant ses yeux. il sentit alors l'écaille de celui ci vibrer et décoller en direction du sanctuaire. Ishiro entendit alors Caeron parler mais d'une manière plus naïve qu'avant, il se retourna. Caeron lui demanda qui le saint était qu'il devait prendre le bateau très vite avec son père.

"Arrêtes de te moquer de moi marinas ! Je sais très bien que tu joues la comédie ! Tu t'es blessé volontairement le front j'en suis sûr ! Mon illusion du Phœnix n'était pas si mortel, sinon ut ne me parlerais pas en ce moment même. Corell a résisté à plus puissant que ça, vous seriez donc moins fort que les chevaliers d'or?"

Ishiro regarda Caeron toujours de manière impassible. Il sentit un mouvement cosmique au loin et décida de ne pas bouger attendant les nouveaux venus...


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Lun 30 Mai - 18:16

    Le jeune garçon regardait l'autre, il était pas si grand que ça mais portait une étrange tunique sur les épaules, et trois belles plumes dans le dos. Surpris par le ton de son "compagnon", il le regarda fixement, en même temps, ses pupilles allaient de droite à gauche pour se rendre compte qu'il n'était plus dans sa bonne ville d'Edimborogh... Il n'y avait que des arbres à perte de vue et il faisait froid en plus. Entendant les dernières paroles du Saint, il s'empourpra soudainement pour remettre à sa place le paltoquet, qui osait lui parler ainsi pour la première fois, il avait gagné plein de bagarres dans sa rue et contre des plus grands, celui là ne lui faisait pas peur... Cependant, pourquoi était-il ici ? Il se posait encore la question avant de rappeler à l'ordre le Phénix.

    « Atchaaaaa.... Eternuait-il. Hé ! Ho ! T'es qui toi pour me parler comme ca ! tu te crois plus fort que moi avec ton habit étrange ! Et c'est quoi cette histoire de Corell et de Chevaliers d'or... Regardant les plumes du Phénix. Euh.... et c'est des vêtements de bohémien ? t'es bohémien ? tu fais un spectacle pour les enfants ? » Ses yeux brillèrent d'excitation à cette seule pensée, sa colère disparaissant à cette simple évocation.

    Regardant intensément le Saint, il souriait à l'idée que c'était sûrement un cadeau de départ de sa tante, mais se mettant les doigts sur le menton, il se demandait pourquoi on avait choisi un tel coin, en plein coeur d'un bois. Innocemment, il joua avec le pendentif en forme de trident qui entourait son cou, et il salua le Phénix de façon maladroite.

    « Oups ! Papa me dit toujours de se présenter aux étrangers, je m'appelle Caeron de Fragrance, futur apprenti joailler. Je suis désolé si je t'ai vexé... euh.... Et toi ? tu t'appelles comment ? »

    Baissant la tête, il sentit quelque chose couler sur son front, c'était chaud et épais. Naturellement, il mit la main sur son front pour savoir ce qui se passait, et observa l'étrange substance qui l'embêtait, il fût pris de surprise en voyant du sang. Les yeux passèrent de la joie à la colère en quelques instants, il cherchait à comprendre ce que lui avait fait ce gars avec ses plumes. Sa mâchoire se crispait et ses yeux bleu ciel devinrent rouge de haine, il ne comprenait pas pourquoi l'autre lui avait lancé un caillou ou autre chose, qu'il n'avait d'ailleurs pas vu, mais c'était pas grave, il allait lui montrer à ce jeune emplumé que les Fragrance avaient de l'honneur ! Il bondissait alors de rage sur Ishiro et tentait de le mettre à terre... Ses poings frappèrent au visage du nouvel ennemi, comme il n'y avait que lui, il était responsable de sa blessure et peut-être qu'il était même pas un vrai Bohémien, ou plutôt si, il en était un pour agir avec autant de fourberie sur quelqu'un qui ne lui avait rien fait.

    Quelque part dans le monde de Psyché, des petits morceaux de miroirs reprenaient lentement leur place dans l'esprit du Général du Kraken....





Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mer 1 Juin - 0:53

Arrow Temple du Bélier

L'abandon des négociations avant même qu'elles ne commencent, la sortie de son Temple alors que d'autres Chevaliers s'y trouvaient, l'éloignement du Sanctuaire, tout s'était passé si vite. Mais après tout, la situation avait été aussi soudaine qu'inattendue, de même que l'impulsivité du Prêtre de Poséidon. Il ne restait qu'à espérer que le Chevalier du Taureau ne prendrait pas trop mal ce départ précipité. En effet, si lui connaissait bien Astre et ne s'était donc pas vexé de son départ peu protocolaire, difficile d'anticiper l'opinion d'autres Chevaliers dans un moment si important, si stratégique.

Shion arriva finalement là où l'Ecaille l'avait guidé. Car il s'agissait bien de l'Ecaille du Kraken récupérée dans son Temple et non du Prêtre de Poséidon qui n'était pas en vue. Où était il donc passé? Il avait quitté la première Maison du Sanctuaire comme une furie, et le Bélier s'attendait donc logiquement à le rejoindre dans leur destination commune. Mais il s'était visiblement trompé. Ou peut-être que... Shion soupira alors qu'une pensée venait de lui traverser l'esprit. Astre avait il pu se perdre ou se tromper de chemin dans un moment aussi critique? Etait ce seulement possible? Au souvenir de l'entrée fracassante de son ami au sein de son Temple, la négation paraissait nettement moins évidente.

Quoi qu'il en soit, Astre ne devait pas être loin. Ou même n'était pas loin, son Cosmos étant difficile à ignorer même s'il ne se trouvait pas dans une proximité directe. Et plutôt que de se demander où il pouvait bien se trouver, le Bélier ne devait pas perdre de temps et voir la situation comme une aubaine, un moyen d'éclaircir les choses avant que le Prêtre ne laisse aller ses sentiments au delà de sa raison.

Le Chevalier d'Or du Bélier tourna finalement son regard aveugle tout autour de lui afin d'analyser la situation dans laquelle ses pas l'avaient conduit. Un Chevalier se situait sur les lieux et Shion n'avait pas le souvenir d'avoir déjà ressenti son Cosmos. Il ne s'agissait pas d'une des nombreuses personnes ayant traversé son Temple récemment et pourtant son Cosmos lui rappelait celui de ses compagnons d'armes. Un Cosmos moins puissant que celui des Chevaliers d'Or, indubitablement, mais renfermant quelque chose d'étrange, de difficile à caractériser.

Shion fixa un instant ce Chevalier, comme s'il pouvait le voir, avant de se concentrer sur la seconde présence. Il se demanda d'ailleurs comment il avait pu ne pas y prêter attention plus tôt au vu de ce qu'il ressentait à présent. Le Cosmos de Caeron, le Général du Kraken, Protecteur de son ami Astre pendant son voyage au sein du Sanctuaire. Mais comment ce Cosmos, si puissant lors de son entrée dans son Temple, pouvait être si effacé en cet instant, si négligeable. Comble de l'incroyable, cette version affaiblie du Général semblait s'être jetée sur l'autre Chevalier, dans un assaut probablement vain compte tenu de la différence actuelle de puissance qui caractérisait les deux hommes.

Partagé entre incrédulité face à une scène impossible, et inquiétude devant les informations qu'il avait partagées avec l'Ecaille du Kraken, Shion décida de prendre la parole:

Que se passe t'il ici? Je suis Shion, Chevalier d'Or du Bélier, Premier Défenseur d'Athéna, et je vous somme d'éclaircir la situation. Présentez vous et expliquez moi pourquoi j'ai du quitter mon Temple et les négociations qui s'y préparaient.

Le ton était courtois mais les paroles claires, et lourdes de sens. Même si aucune accusation n'était lancée, le Bélier n'était assurément pas satisfait de sa présence en ces lieux, à cet instant. Et même si sa phrase incluait un vouvoiement, preuve qu'il ne s'adressait à personne en particulier, le doute n'était pas possible quant à l'origine de la réponse qu'il attendait, son regard aveugle posé sur le Chevalier inconnu.


Dernière édition par Shion le Mer 1 Juin - 0:54, édité 1 fois (Raison : Flèche oubliée, comme d'habitude...)
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Jeu 2 Juin - 21:25


Arrow Paix à Ahirès

Les cosmos se précisèrent tandis que je glissais à grande vitesse vers le centre de la forêt d'Ahirès. Le nouveau venu avait rejoint les deux autres, et je m'apprêtais à faire de même. Accélérant le pas, je finis par déboucher dans une petite clairière, juste derrière la personne qui venait d'arriver et dont je ne connaissais pas le cosmos. Je balayai la scène du regard : ici aussi, le spectacle était vraiment étrange. L'individu se tenant devant moi portait une armure d'or, que je reconnus aussitôt : reconnaissable à ses cornes remontant gracieusement en arrondi vers les épaules, il s'agissait sans le moindre doute possible du chevalier du Bélier, Shion. C'était le seul chevalier d'Or dont j'avais entendu parler, car c'était lui qui de manière générale s'occupait de réparer les armures. Il ne se retourna pas, mais un léger tressaillement dans sa façon de se mouvoir me fit comprendre qu'il savait que je venais d'arriver. Tout près de lui, et tournant autour du bélier telle une abeille cherchant du pollen, une drôle d'armure voletait tranquillement dans les airs. Je fus pratiquement convaincu d'après mes connaissances sur les différents types d'armures, et d'après la comparaison que je pouvais faire avec l'armure d'Arjuna, qu'il s'agissait d'une écaille de Poséidon.

Un peu plus loin, affaissé contre un arbre, se tenait un homme dont je ne connaissais pas l'identité, qui ne portait pas d'armure. Et pourtant, c'était bien son cosmos que j'avais senti quelques minutes auparavant vaciller. Il semblait en proie à un profond malaise, se tenant la tête, et se repliant doucement sur lui même, comme pour se protéger. Non loin de lui, le dominant de toute sa hauteur et d'un regard implacable, un chevalier observait avec intérêt les réactions de l'individu affaibli. Un regard haineux et renfrogné recouvrait son visage : je ne m'étais pas trompé, il s'agissait bien du chevalier à l'armure de feu, le chevalier du Phénix.

La tension était palpable, et tandis que je m'avançai vers Shion pour m'arrêter à ses côtés, je sentis toute la présence qui se dégageait de mon compagnon d'armes, qui, malgré sa cécité, semblait parfaitement distinguer tout ce qui se passait autour de lui. Dans un certain sens, peut être même encore mieux que nous autres qui possédions la vue, la privation d'un de ses sens ayant aiguisé les quatre autres. Fidèle à moi même, je ne dis pas un mot, observant avec attention la réaction des autres. Le Phénix semblait contrarié par notre arrivée subite. De son côté, Shion semblait quelque peu irrité, je pus sentir l'espace d'un instant une once d'énervement dans son cosmos. Quant au pauvre homme, eh bien... je n'étais même pas sûr qu'il se soit rendu compte de mon arrivée. Mais que lui était il arrivé en fin de compte ? Pourquoi diable se serait il battu avec le Phénix ? Et qu'est ce qui avait bien pu le mettre dans un tel état ? Finalement, je décidai de m'adresser au chevalier du Bélier dont j'avais beaucoup entendu parler, et que je respectais déjà avant même de l'avoir rencontré :

- Bonjour, Shion. Ravi de pouvoir enfin rencontrer le fameux chevalier d'Or du Bélier, lui dis-je en lui souriant doucement.

Puis, instantanément, toute trace de sourire s'évanouit de mon visage et un air froid et distant le remplaça tandis que je posai à nouveau les yeux sur le Phénix. Une chose était sûre : si cet homme était un marina, un ase ou un spectre, et qu'ils viennent à découvrir qu'un des leurs venait d'être agressé par un chevalier d'Athéna, la paix fragile existant entre les deux royaumes concernés risquerait de rapidement s'effriter, allant même jusqu'à menacer la sûreté du sanctuaire. Un sentiment d'agacement envers le jeune chevalier de bronze si impulsif m'envahit soudain. Je ne savais pas pour quelles raisons il avait bien pu faire cela, mais les risques étaient grands, et j'espérais sincèrement que cela en valait la peine. Finalement, les mots s'échappèrent de ma bouche avant même que je n'aie eu le temps de les ravaler :

- Qu'est ce qui se passe ici ?! demandai-je, toujours aussi détaché.



Dernière édition par Kappa le Dim 5 Juin - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Ven 3 Juin - 0:40

=> La Cathédrale d'Hadès


    En plein cœur de la forêt d'Ahirès, les ramures des grands arbres se balançaient au rythme d'une brise agréable.
    Le chant des oiseaux s'élevaient pour louer la splendeur du Soleil Levant.
    De l'eau s'écoulait sans dis-continuation pour aller se heurter aux rochers en contrebas. Le bruit fracassant d'une cascade se faisait entendre dans le lointain. C'était le lieu idéal pour quiconque voulait trouver du repos, une paix relative quand de pensantes pensées tiraillaient l'esprit.

    Sous le rideau de l'onde, une jeune personne méditait, prostrée dans la position du lotus tandis qu'une enfant trempait ses pieds dans l'eau claire.
    En plein recueillement, la jeune femme se sentait pourtant lasse. Elle n'arrivait pas à trouver le repos, à faire le vide bien que la fatigue guettait le moment opportun.
    Non, depuis cette impromptue entrevue avec le Spectre de la Harpie, la jeune femme n'avait pu fermer l'œil. En proie à un mal être grandissant chaque fois que ses paupières s'abaissaient, des formes cauchemardesques l'assaillaient de toute part et tendaient leurs mains griffues pour l'étreindre mortellement.

    Mashia ressassait sans cesse ces images, celles des pauvres villageois éperdus alors qu'à leur trousse, c'était la Mort elle même qui venait les faucher.
    Chaque fois elle se sentait happée par une force mystérieuse dans un monde ténébreux, celui là même qui l'avait tant effrayé dans son enfance.

    Ses cils papillonnèrent. Les rayons de l'astre du jour devenaient de plus en plus fort. Et pas même la caresse de ses rayons ou l'eau s'écoulant sur sa peau diaphane ne lui procurait un quelconque réconfort.
    La jeune Mokushi se redressa, rejetant sa chevelure trempée en arrière.

    Puis elle observa la petite Lya qui agitait une main pour la saluer. Celle-ci au moins semblait apprécier un tel moment de pur délectation.
    La jeune femme se laissa tomber pour chuter, dans un plongeon parfait, dans les eaux limpides.

    Elle resta un bon moment ainsi à regarder comment la lumière tremblait sous la surface, comme dans une danse.
    Une myriade de couleur se déploya alors qu'elle sentait sous ses mains, le sol doux et tiède.
    Sous l'eau, sa peau paraissait d'autant plus blanche et ainsi, les cheveux épars comme de multiples flammes mouvantes, elle ressemblait à l'une de ces ondines peuplant les légendes nordique.

    Une voix l'interpella, mais lui parvint déformée.C'était la petite Lya qui s'inquiétait de ne plus voir Mashia remonter.
    Presque à contre cœur, elle refit surface tout en inspirant profondément. Visiblement réellement paniquée, la jeune Lotus s'en voulut pour une telle négligence.
    En quelques brasses elle parvint à la rive là où sa protégée l'attendait.

    Ses petits poings sur les hanches, le visage figé dans une moue désapprobatrice, Mashia ne pu retenir plus longtemps ses éclats de rire.
    Offusquée par sa réaction, Lya se détourna les bras croisés.
    Dans un cri de surprise alors qu'elle sentait de l'eau mouiller son corsage, la petite enfant se vit élevée au dessus du sol et finalement observé par deux lapis-lazuli.
    Les yeux de Mashia, l'expression de tendresse qu'ils affichaient mirent fin à toute bouderie.

    "Lotus!" Les sourcils de Mashia se froncèrent avant qu'elle ne comprenne ce dont à quoi faisait allusion la petite. "Lotus!" répéta t-elle gaiement en la désignant. La jeune femme déposa un léger baiser sur son front avant de la laisser filer jouer encore avec de petits cailloux qu'elle lançait pour tenter de faire des ricochets.

    S'allongeant dans l'herbe tendre elle laissa le soleil sécher sa robe qui collait à sa peau. À cet instant Mashia se senti une nouvelle fois sombrer dans le néant.
    De puissants cosmos brillaient un peu plus loin, et la jeune femme pu percevoir leur agressivité. Alors elle s'éveilla, les yeux agrandis par la peur. La crainte de voir encore la destruction à l'œuvre et réduire sans qu'elle ne puisse rien faire, tout ce qu'elle rencontre la paniqua.
    Où était Lya?
    Désespérément, la jeune femme tentait de voir sa petite tête brune, en vain. C'est là qu'elle la vit, en pleine course entre les arbres, sa maigre silhouette disparaissant entre les troncs. Sans prendre le temps d'enfiler la boîte contenant son armure, la jeune femme fila à sa poursuite.

    La clameur de voix d'hommes s'intensifiaient plus la jeune femme s'approchait de son but.
    Sa main finit par agripper la manche de la robe de la petite qui ne réagit pas à son contact.
    La petite semblait paralysée. La jeune femme regarda alors dans sa direction pour découvrir un spectacle désolant.

    Elle reconnu le général du Kraken. Ainsi que l'armure du chevalier d'or du Bélier, qui même de dos, était reconnaissable entre toutes. Cependant, la deuxième, ne lui disait rien.
    Caeron semblait mal en point, du sang s'écoulait encore d'une plaie suintante. Une main se porta à sa bouche, signe évident de sa surprise. Pourquoi? Pourquoi son adversaire, le chevalier du Phénix s'était t-il attaqué à lui alors qu'une négociation de paix entre les deux royaumes aurait pu se conclure?
    La jeune Mashia prit Lya dans ses bras et s'avança précautionneusement. Arrivée à la hauteur de Shion et de Kappa, c'est silencieusement qu'elle leur adressa son respect en inclinant la tête. Finalement, plus proche du chevalier qu'elle voyait pour la première fois, elle chuchota :

    "Je suis Mashia Mokushi, Chevalier d'argent du Lotus, et je connais cet homme -dit-elle en désignant Caeron tristement- que s'est-il passé? Pourquoi est-il blessé et par l'un de nos semblables? Je croyais qu'un traité devait être signé..."

    Sans qu'elle s'en rende compte, elle enlaça sa protégée un peu plus fort contre son cœur tout en se mordant la lèvre inférieure.
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Sam 4 Juin - 1:41

Arrow Entrée du Sanctuaire

L
e calme avant la tempête, c’était exactement ce qu’il inspirait en ce moment précis. Après avoir courut à en perdre haleine, il les avait finalement aperçut entre deux arbres et avait observé un court moment la scène. Une colère froide et sourde était alors montée en lui, lentement mais sûrement. Il avait fait un premier pas, un vent léger se levant, faisant voler ses cheveux roux autour de lui. Un deuxième pas et l’air autour de lui changea, devenant plus lourd. Son cosmos commençait à grésiller autour de lui, semblable à une bête claquant des dents, voulant attaquer mais qui se retenait encore un peu, attendant qu’on la pousse dans ses derniers retranchements. Un troisième pas et il prit une inspiration, fermant les yeux, essayant vainement de se contrôler, mais rien n’y faisait et son instinct le poussait à protéger cet être qui était sous sa garde. Un quatrième pas et il se redressa de toute sa hauteur, son corps commençant à émettre une légère lumière bleue. Le calme avant la tempête…

Astre passa deux arbres et apparut enfin aux yeux de tous, même si on pouvait le sentir venir depuis un moment. Son cosmos dansait autour de lui, semblable à un océan qui commençait à grossir en vague. Il n’avait plus grand-chose à voir avec l’être qui était arrivé plus tôt dans la maison du bélier, ce n’était plus un jeune homme roux, mais bel et bien le Prêtre de Poséidon qui se présentait ainsi à eux. Sa main posé sur un arbre pour le contour né légèrement, il s’était arrêté et son regard engloba l’ensemble des Chevaliers présents, les détaillant un par un. Enfin, ses yeux émeraude se posèrent sur la scène insolite du jeune Général en train de taper sur un Chevalier d’Athéna à l’aide de ses poings, comme le ferait un simple humain. La colère du Représentant du Dieu des Mers monta d’un cran, non pas à cause du jeune homme, mais envers l’homme qui avait osé l’attaquer et le réduire à cet état. Il fit un pas de plus et sortit complètement d’entre les deux arbres. Sa main resta accrocha un moment avant qu’elle ne se contracte et ne réduise en cendre une partie du tronc d’arbre. Sa colère pouvait commencer à se faire sentir dans son cosmos grandissant, semblable à une bombe à retardement, on ne savait quand la tempête allait se déclarer.

Néanmoins, il s’approcha de Caeron, ses yeux poser sur lui et uniquement sur lui. C’est avec une douceur déconcertante qu’il attrapa les mains du jeune Général, afin de faire cesser la pluie de coups inoffensifs dont il gratifiait son adversaire. Il prit le visage entre ses mains et le regarda droit dans les yeux avec la douceur d’un père qui s’assurait que son enfant n’avait rien. Astre analysa son guerrier sous toutes les coutures, laissant son cosmos sonder ce corps pour voir s’il avait une autre blessure à part celle qu’il avait à la tête. Avec toujours autant de délicatesse, il essuya le sang qui coulait sur le front du jeune homme et lui fit un sourire réconfortant.


-Ne t’inquiète pas Caeron, lui dit avec une voix emprunt de bienveillance. Tout va bien aller maintenant, on va bientôt rentrer à la maison.

Puis lentement, il se tourna vers l’homme qui avait semble-t-il agressé l’enfant qu’il tenait entre ses mains. Il lâcha ce dernier et fit complètement face au Chevalier, se plaçant devant le Kraken afin de le protéger. Son regard changea instantanément et devint froid, aussi froid que l’Océan Arctique, et charger à la fois de colère et de haine faisant briller ses yeux de milles feux. Son cosmos, qui s’était un instant calmer en touchant son Général, redevint instable, roulant à la façon d’énorme vague, grandissant au fur et à mesure que les secondes s’égrenaient.

-Est-ce toi qui lui as fait subir ceci? demanda-t-il à ce qu’il identifia comme un Phoenix.

Sa voix était étrangement calme, trop calme même pour qui le connaissait. D’ailleurs il suffisait de l’écouter attentivement pour entendre la tonalité menaçante en arrière fond. Le calme avant la tempête…

Astre tendit soudainement le bras vers un arbre innocent, son cosmos gonfla à une vitesse hallucinante, avant de foncer à la vitesse de la lumière vers le pauvre végétale qui éclata d’un coup en un millions de particules. Les feuilles autour du groupe volèrent en tout sens, donnant une véritable impression de tempête, certaines vinrent même se mêler à ses cheveux roux qui s’étaient mis à voler autour de lui sous le vent que l’attaque avait soulevé. Les yeux flamboyant de colère se fixèrent dans ceux du Chevalier de Bronze. Ce misérable avait-il seulement entrevu son attaque? Et le cosmos du Représentant de Poséidon qui ne se calmait pas, mais continuait de gronder autour de lui. Cependant, ce n’était autour de lui qu’il était diriger, mais contre cet être ignoble qu’il méprisait plus que tout pour avoir oser toucher l’un de ses Généraux.


-Réponds…, ordonna-t-il d’une voix sourde.

Le rouquin tendit la même main devant lui et ouvrit un à un ses doigts, faisant apparaître une boule de cosmos pure dans sa paume, y rassemblant une grande partie de celui qui tournoyait autour de lui.

-Réponds-moi immédiatement si ne veux finir dans le même état que cet arbre…, ajouta-t-il d’une voix sourde de menace.

Et la tempête était survenu, violente et ravageant tout sur son passage…



[Petite demande de la part de moi et Caeron: si vous pouviez attendre qu'Ishiro post, ça serait génial, merci ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 5 Juin - 12:44

Apparemment Caeron n'avait pas pu résister à la technique du saint, il continua à ne rien savoir. La colère envahissait les yeux du marinas mais Ishiro redevint stoïque t souffla un coup, cette mascarade commençait royalement à le fatiguer. C'est alors que le Kraken décida d'attaquer le saint en le frappant au visage. Ishiro ne tenta même pas de se défendre, il ferma les yeux et se laissa frapper ne sentant absolument pas les coups du général qui, s'il serait en possession de ses moyens, ferait beaucoup plus de dégâts au visage du Phœnix. Ishiro pourrait le propulser aussi aisément qu'un insecte mais il n'en fit rien ... Le saint sentit alors un nouveau cosmos arriver, il était puissant, aussi puissant que celui de Corell. Il portait d'ailleurs une armure d'or tout comme le lion. Il se présenta sous le nom de Shion, chevalier d'or du Bélier. il demanda ce qu'il se passait ici mais Ishiro eut à peine le temps de vouloir lui répondre qu'un autre chevalier d'or fit son apparition. Ishiro ne l'avait jamais vu et le gold se contenta juste de demander ce qu'il se passa après avoir saluer Shion. Ouvrant la bouche il fut encore couper par une autre arrivée. Cette fois un autre saint fit son apparition, c'était une femme cette fois. Elle fut surprise voyant l'état de Caeron avec son filet de sang coulant de son front. elle se présenta sous le nom de Mashia Mokushi, Chevalier d'argent du Lotus prétextant qu'elle connaissait le marinas avec un air des plus triste. Le Phœnix voulut une dernière fois répondre à tout le monde mais une autre personne arriva. Cette fois il ne s'agissait pas d'un saint et son cosmos était incroyablement puissant. La colère habitait cette homme. Et au vu de la couleur de son cosmos, Ishiro put deviner qu'il s'agissait sûrement d'un marinas. Serait-il ici grâce à l'écaille du Kraken, l'armure avait du prévenir qu'il se passait quelque chose ici sinon il n'y aurait jamais eu telle attroupement soudain. Le cosmos de l'homme se calma au contact de Caeron le rassurant et lui disant qu'ils rentreraient bientôt chez eux. L'homme regarda alors Ishiro, sa colère revint très vite en même temps que la puissance de son cosmos. Ishiro ne bougea pas d'un cil à l'approche de celui ci. Les plumes du Phœnix commencèrent à se soulever derrière l'armure tellement le cosmos du marinas était puissant. D'une voix très calme, le représentant lui demanda si Ishiro était celui qui avait malmener son protégé. Puis le saint sentit comme une bourrasque. Ne regardant pas ce qu'il s'était passé et voyant des feuilles virevolter un peu partout, Ishiro garda le plus possible son calme. Le prêtre avait du faire une démonstration de sa puissance et même si Ishiro aurait regardé, il n'aurait pu voir la technique du marinas qui, tendait son bras en direction du saint. La paume de la main de celui ci s'ouvrit et une boule de cosmos pure apparut devant le Phœnix. Le prêtre ordonna au Phœnix de lui répondre le menaçant s'il ne le faisait pas immédiatement. Ishiro souffla et sourit.

"Pft... Je n'ai pas pour habitude de répondre sous la menace mais je vais vous faire plaisir."


Ishiro ne bougeait toujours pas, ne se mit pas en garde, rien.

"Je suis Ishiro, chevalier de bronze du Phœnix. Je suis venu à Rodorio car je sentis de nombreux cosmos s'agiter. En effet, deux marinas et un spectre s'y trouvèrent ainsi qu'un saint de bronze. Regardant ce qu'il se passait et n'aidant pas le saint dans sa folie, je fis propulsé par Caeron ici même me disant qu'il était venu ici en paix. Après ses courbettes je lui demandai alors pourquoi ils étaient ici dans un village protégé par le sanctuaire, accompagné qui plus est d'un spectre. Le général du Kraken avait choisi le silence. Il avait enlevé son armure en signe de bienfaisance. Je l'avertis alors aussitôt que je n'étais pas un saint comme les autres. Ne voulant pas répondre à ma question de ce qui se passait là bas, j'ai utilisé l'illusion du Phœnix afin de faire parler votre marinas !"


Ishiro ne fit aucun signe de mouvement, il regarda juste Caeron puis son regard dénué d'expression alla de nouveau vers le prêtre.

"Les marinas étaient à Rodorio, et l'autre marinas avec sa lyre aidait un spectre à récupérer l'épée de Hadès !"


Le visage du saint se fit plus sévère regardant toujours le prêtre qui devait être Astre dans les yeux, un brasier se formait dans les iris du saint, le feu du Phœnix !

"Oui j'ai utilisé une technique pour faire cracher le morceau à votre protecteur mais le coup n'était pas mortel. Un chevalier d'or l'avait reçue avec toute sa puissance mais lui avait résisté."


Le cosmos d'Ishiro sortit alors à son tour, il montrait toute la détermination du saint, ses yeux brulèrent tel un brasier.

"Je veux bien comprendre votre colère vis à vis de moi mais mon action n'était aucunement le fait d'un ordre d'Athéna ou d'un chevalier d'or comme ceux ici présents. J'agis toujours selon mon bon vouloir et personne ne me donne d'ordres ! Je ne regrette pas ce que j'ai fait et attends votre punition mais ! Je suis le seul fautif ! Alors si vous voulez punir quelqu'un, je suis prêt à prendre votre coup mais ne jetez pas la faute sur Athéna car celle ci souhaite sûrement la paix avec son oncle des mers et ses intentions sont plus que louables ainsi que les chevaliers ici présent. Punissez-moi mais ma seule demande serait que vous continuiez les négociations de paix, je sacrifie mon existence pour la paix, l'amour et la justice entre nos deux peuples !"


Ishiro ouvrit alors les bras tel un crucifié et ne bougea pas, son cosmos baissa d'intensité, il était prêt à prendre le coup cosmique et à se sacrifier au nom de la paix et la justice. Il regarda les saints ici présents.

"N'intervenez surtout pas! Shion, je compte sur toi pour continuer les négociations pour la paix. Que Caeron me pardonne, qu'Athéna me pardonne ! Adieu !"


Le saint regarda à nouveau Caeron puis Astre.

"J'attends ma sentence !"


Ishiro ferma les yeux, les bras levés, il n'avait plus rien à perdre et était prêt pour son sacrifice au nom de la paix...


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 5 Juin - 15:39

    Le calme, il avait envie de calme. Lentement, les souvenirs affluèrent, chacun des éclats du miroir reprenait sa place, chaque moment d'une vie de joies et de peines, de vies et de danses. La musique des violons reprit sa sarabande et la petite mécanique du cœur s'éveillait à nouveau. Les fêlures refluèrent, une ombre apparut alors dans le reflet du miroir, un homme à l'allure spectrale se présenta devant l'enfant et lui tendit la paume de sa main, celui-ci portait une redingote bleue nuit, ses cheveux blonds flottaient légèrement, il souriait en regardant le petit enfant et ses lèvres bougèrent légèrement pour laisser passer quelques mots. L’enfant se leva, il ne pleurait plus, regardant une dernière fois l’homme à la chevelure de feu et celui qu’il appelait l’étrange ménestrel, il prit la main de l’homme devant lui. Les deux derniers fragments du miroir dansèrent dans un dernier menuet, il voulait croire ce qu’il voyait, il revenait enfin à lui-même ; au milieu des regards, comme autant de miroirs qui reflétaient une image toute faite, un trouble venait de brûler ses souvenirs et il regardait enfin son propre reflet.

    Doucement, le corps de Caeron se relevait, son visage avait retrouvé quelque chose d’inexpressif. Ses prunelles se tournèrent vers l’assemblée rassemblée autour de lui, il ne savait que dire, les iris enflammés du Phénix croisèrent alors les siens et il entendit les derniers mots du chevalier. Touché au plus profond de lui-même, il fit deux pas, posant la main sur l’épaule de son prêtre pour se soutenir un bref moment. Brusquement, l’écaille du Kraken siffla une étrange mélopée, appelant son maître avec mélancolie, le prince d’Atlantis souriait à son appel et la calma d’un regard de compassion. Puis, il avança pour se retrouver entre Astre et Ishiro. Les pupilles du Kraken se posant sur les yeux fermés du Phénix, sa main se leva, tremblante, et ses doigts effleurèrent la poitrine du chevalier. Il pouvait le tuer mais cet homme lui avait rappelé quelque chose sans le vouloir, et il se devait de lui rendre sa fierté…

    « Cela suffit ! Cet homme n’a fait que son devoir ! » La voix de Caeron souffla dans un râle de fatigue, comme une brise à peine inaudible.

    Se retournant vers le Prêtre de Poséidon, le visage froid et inexpressif du Général fut brisé par un sourire qui apparaissait à ses lèvres. Comme un barrage que l’on venait de briser, un cosmos d'un sombre bleu glacial s’échappait désormais de l’Atlante, il ne le contrôlait plus, un froid se répandit alors dans toute la clairière et les ombres abyssales lui répondirent dans une danse sinistre. Sa main se détachait de la poitrine du Phénix, tandis qu'il se retournait, son autre main se posa sur la poitrine du prêtre, leurs cosmos dansant dans les vents et les embruns, ses lèvres se rapprochèrent de son visage et il lui chuchota à l’oreille quelques mots, lui rappela son devoir pour la paix.

    « Nous sommes différents des Hommes ! Mais la vie est la même pour tous ! Seigneur Astre, je veux revoir sur votre visage ce doux sourire, qui insuffle aux Atlantes ce que les Hommes appellent l'espoir... » Marmonnait Caeron.

    Il prit entre ses mains la boule de cosmos encore venteuse, la fit danser entre ses doigts en communiant son propre cosmos avec elle, et projeta celle-ci en l’air, elle prit ainsi la forme d’une colombe qui disparut dans l’azur ; à ce moment là, à l'instar d'une marée accompagnée d’embruns glacés, des lys de glace poussèrent dans toute la clairière. Il avait du mal pour se maintenir debout, regardant autour de lui, il vit le noble Shion et le remercia d’un signe de la tête, … Ses yeux se détachèrent alors pour regarder de façon circonspecte les autres convives, il ne connaissait que la jeune femme. Il lui fit un signe en voyant la petite fille à ses côtés, Caeron se tut et se concentra soudainement sur autre chose, quelque chose venait de surgir dans sa mémoire encore fragile.

    Faisant vibrer son énergie, il ferma les yeux et ne ressentit plus la présence des deux étranges acolytes qui étaient à Ahirès. Il sentait aussi que son voile d'ombre avait été brisé, le fil d'ombre arraché, un apaisement l'inondait à cette seule pensée. Enfin, il aperçut un autre cosmos, au parfum iodé et vibrant comme une lame prête à tomber sur ses ennemis, il ne s'agissait pas de la jeune Tsing et il se demandait ce qu'il se passait encore là-bas. Mais il avait besoin de calme et de tranquillité, il ne disait plus rien, son coeur était lourd, il était las de tout cela, il aspirait à la paix. Caeron regarda encore une fois le Phénix et mêlant ses ombres glacées aux flammes des volcans, il lui délivra un message avant que celui-ci ne reprenne son envol.

    « Tu n'as pas de Maître dis-tu ! Je ne sais si je dois t'envier ou te plaindre, mais tu suis ton chemin, je te souhaite bon vent ! Espérant que notre prochaine rencontre soit autour d'une chopine de bière... Au revoir Chevalier !»


Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 5 Juin - 23:45

Etait ce la Malédiction du Chevalier du Bélier que de se retrouver toujours dans des endroits surpeuplés? Il venait de quitter son Temple - lieu de passage de toute la Chevalerie mondiale - pour rejoindre la forêt d'Ahirès, et la population se mettait à nouveau à grouiller. Et il ne s'agissait pas des animaux de ladite forêt.

Il s'était attendu à voir Astre le rejoindre rapidement. Aussi, il afficha une légère surprise en ressentant le Cosmos d'un autre Saint s'approcher des lieux. Un Cosmos puissant, probablement celui d'un Chevalier d'Or. Impression confirmée quand ce dernier arriva sur les lieux et vint se placer à ses côtés. Il semblait avoir déjà entendu parler de lui puisqu'il le complimenta dans ses paroles : "Fameux Chevalier d'Or du Bélier". Shion n'avait pas l'impression d'être si fameux que ça mais bon, peut-être y avait il des éléments qui lui échappaient en cette situation plutôt tendue. Il aurait néanmoins aimé rendre son salut à son interlocuteur mais, sa vue lui faisant défaut tout comme la présentation du Chevalier d'Or, Shion se contenta de répondre à son homologue par un signe de tête.

Quelques instants plus tard, Shion concentra son attention sur un autre Cosmos en approche. Il l'avait ressenti dès son entrée dans la forêt et il le connaissait. Non plutôt reconnaissait. Car, à bien y réfléchir, les Saints semblaient oublier plutôt souvent de se présenter quand ils le croisaient puisque ce Cosmos était celui du Chevalier qui s'était permis de traverser son Temple sans même lui adresser un mot. Comme les situations pouvaient parfois être inattendues, voire inespérées. Dommage qu'une autre affaire était en premier plan, il ne pourrait donc pas en profiter pour rappeler certains dus au Chevalier inconnu. Plus inconnue très longtemps d'ailleurs puisque Shion put l'entendre murmurer une courte présentation. Mashia Mokushi, Chevalier d'Argent du Lotus. Le Bélier se contenta à nouveau de lui adresser un signe de tête, affichant un sourire amusé devant la situation.

Pourtant, ces quelques secondes, prenant pour Shion l'allure d'un interlude rafraichissant à la situation, ne pouvaient durer longtemps. Son visage reprit rapidement une mine sérieuse quand il ressentit la puissance du Cosmos qui approchait, le Cosmos du Prêtre de Poséidon. Pesant, presque écrasant, Astre ne dégageait plus la même impression que lors de son entrée dans la Première Maison mais avait reprit la rôle qui était sien. Et pendant cet instant, Shion put se rappeler que lui aussi avait un rôle à remplir, quels que puissent être ses sentiments. La colère emplissait Astre et il ne la cachait plus, pas plus que la puissance qu'il possédait. Et après une démonstration de celle-ci sur un arbre de la forêt, même un aveugle pouvait percevoir la menace qui planait maintenant sur le Chevalier d'Athéna, responsable de l'état du Général du Kraken.

Si Shion se préparait à intervenir pour éviter un débordement sans retour, la situation évolua dans une direction qu'il n'avait osé espérer. Ishiro, Chevalier de bronze du Phoenix - c'est ainsi que se présenta finalement le potentiel responsable du regroupement actuel - s'expliqua sans broncher devant les menaces du Prêtre. Les informations coïncidaient, se regroupaient avec celles que lui avait transmises l'Ecaille du Kraken et le Bélier écoutait avec attention les paroles du Chevalier.

Courageux, Honnête, et Naïf. Toutes les qualités requises pour être un Chevalier d'Athéna. Impressionnant.

Telles furent les pensées de Shion alors qu'Ishiro terminait se tirade acceptant sa punition, et sa potentielle mort. Une bonne surprise qui dissipait presque l'agacement de Shion. Enfin, il en aurait perduré quelques lambeaux si le Général du Kraken n'avait pas pris soin de les éparpiller dans les secondes suivantes. Reprenant doucement ses esprits, le Kraken dénotait de la colère du Prêtre par son calme et son absence totale de rancoeur à l'égard du Phoenix. Simple expression de son état inhabituel? Pas vraiment, puisque le Général prit même la peine de prendre la défense d'Ishiro, tout en ajoutant quelques mots appelant au calme et à la paix. Encore un feu de paille qui semblait s'éteindre. Tant mieux.

Ne pouvant voir le signe de tête de Caeron, Shion afficha un sourire alors que le Général semblait à nouveau entrer en résonance avec son écaille, et il profita des derniers mots de ce dernier pour faire quelques pas dans leur direction.

Hé bien, j'ai beau être aveugle mais je pense pouvoir voir avec la même clarté que vous que cette situation n'est qu'un malentendu. Un simple manque de communication entre des anciens ennemis au lendemain d'un conflit dont les tensions ne sont pas encore effacées. Même si nous y travaillons.

Tournant son regard aveugle vers Ishiro

Chevalier du Phoenix. Je me dois de reprendre tes propos. Tu ne reçois d'ordre de personne et souhaite subir seul les conséquences de tes actes? C'est tout à ton honneur. Mais tu en oublies certains détails, ou même ta place. En tant que défenseur d'Athéna, ou tout simplement parce que tu te trouves sur les Terres du Sanctuaire d'Athéna, tu dois obéir à notre Déesse et à ses plus hauts défenseurs. Et que l'autorité te rebute ou t'agace, ce sont les Chevaliers d'Or qui en sont les porteurs, et sauront te le rappeler au besoin. Quant à la portée de tes actes, que tu le veuilles ou non, ils nous impliquent. Car les adversaires d'Athéna se fichent généralement des motivations profondes qui guideront ton bras. Seules leur importeront ton armure, et tes croyances.

Marquant une courte pose, Shion changea le ton de ses paroles. Si son discours avait été celui d'un Protecteur des lieux, il redevenait maintenant plus amical.

Mais je ne te comprends pas. Tu sembles puissant, courageux et empli de nombreuses valeurs et motivations. Et pourtant tu es si prompt à donner ta vie vainement. Serait ce du à la rumeur qui dit que le Phoenix est un animal capable de renaitre de ses cendres? Ou aurais tu oublié qu'un Chevalier de valeur sait rendre sa vie utile, bien plus que sa mort?


Partagé entre remontrances, besoin d'imposer l'autorité et interrogations, Shion en oubliait presque ses principaux interlocuteurs. Et il se reprit alors soudain pour se tourner vers Astre et Caeron.

Astre, Prêtre de Poséidon, j'espère que ce malencontreux évènement ne nuira pas aux discussions entamées plus tôt. Je ne voudrais pas qu'une flamme perdue de Phoenix rallume le brasier de la dernière Guerre Sainte. Alors que nous sommes déjà sur un nouveau chemin, celui de la paix. Quant à toi Général du Kraken, je te remercie pour ton Ecaille. Je n'avais pas eu l'opportunité de découvrir une armure si intéressante depuis bien longtemps. Et une armure qui a tant de choses à raconter. Et bien que mes paroles sur l'autorité en ces lieux s'adressent elles-aussi à toi, j'apprécie que tu prennes cet évènement avec philosophie.

Shion termina ses discours d'une longue inspiration, attendant néanmoins la réaction d'Astre avant de pouvoir définitivement relâcher les tensions qui l'avaient assailli ces dernières minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Lun 6 Juin - 1:25



A peine avais-je prononcé ces mots que je sentis un autre cosmos se rapprocher de notre groupe, ma question restant sans réponse. C'était un cosmos doux et apaisant. Ce fut finalement une chevalière à la chevelure de feu qui déboucha dans la clairière, une petite fille dans les bras, et vint s'avancer jusqu'à moi. Le regard troublé par la situation , elle se présenta à moi en chuchotant : Chevalier du Lotus. Je voulus lui répondre, mais un cosmos d'une puissance bien supérieure attira immédiatement mon attention. Il s'agissait d'un cosmos ampli de colère, et à mesure qu'il se rapprochait, je pouvais la sentir s'intensifier rapidement. Cette puissance devint de plus en plus présente, presque étouffante.

Un jeune homme roux finit par déboucher à son tour dans la clairière. Il balaya l'étrange scène du regard, et lorsque ses yeux verts se posèrent sur le mystérieux individu affaibli qui martelait des poings l'armure du phénix, son regard changea immédiatement, et son cosmos se transforma également. On aurait dit qu'il avait quelque chose de divin, mais je n'avais jamais rencontré une cosmo énergie d'une telle puissance. Il se dirigea immédiatement vers l'homme affaibli, le réconfortant et le calmant tel un père calmant son fils. Petit à petit, les pièces du puzzle commençaient à s'imbriquer. Cet homme s'appelait donc Caeron, et de toute évidence, c'était un chevalier, très probablement un marina. Ce qui signifiait que le dernier arrivé était probablement le prêtre de Poséidon, à en juger par la puissance de son cosmos. Les questions et les réponses se bousculaient dans ma tête, tandis que je tentai de comprendre toute l'étendue de la situation actuelle.

Après avoir réconforté son protégé, le prêtre présumé de Poséidon se tourna alors vers le phénix, qui lui faisait face fièrement. Il lui ordonna de se justifier, puis après avoir fait la démonstration de son pouvoir destructif sur un arbre, menaça alors le phénix de représailles s'il ne lui répondait pas immédiatement. Je me préparai discrètement à une intervention en catastrophe. Le phénix avait beau être en tort, il ne méritait pas de mourir de la main du prêtre de Poséidon, et il y avait fort à parier que Shion pensait la même chose. S'il fallait maitriser la colère du grand prêtre des océans, nous ne serions pas trop de deux chevaliers d'Or pour y parvenir. Nous ne pouvions pas laisser mourir le chevalier de bronze mourir sans réagir : si les chevaliers d'Athéna ne se protégeaient même plus entre eux, ce serait la fin...

Comme on pouvait s'y attendre, Ishiro resta fier, maintenant malgré la situation critique un air de défi face à la toute puissance du prêtre marina. Cependant, la situation prit un tour imprévu. Il se présenta, puis entama un long discours dans le but d'écarter toute responsabilité des Chevaliers d'Athéna, assurant qu'il avait agi de son propre chef. Ainsi, Caeron était le général de Kraken, et il s'agissait bien du prêtre de Poséidon. Mon sentiment d'agacement envers le chevalier du phénix s'atténua légèrement devant ce virage imprévu, mais il fut rapidement rattrapé par une autre idée : peu importe qu'il accepte de payer pour ses actes en souhaitant protéger les autres, il n'en restait pas moins que ce qui était fait était fait, et nous étions concernés par ses actes inconsidérés, chose que ne manqua pas de faire remarquer Shion, qui s'avança pour tenter de calmer les ardeurs.

Dans le même temps, Caeron s'était interposé entre son prêtre et le chevalier de bronze qui attendait à présent son châtiment, les yeux clos. Le général de Poséidon appela au calme, allant même jusqu'à défendre Ishiro. C'était tout à son honneur, mais je ne partageais pas son avis. De mon point de vue, le phénix avait une forte tendance à ne pas savoir rester à la place qui était la sienne, et il avait risqué une nouvelle guerre par ses actes inconsidérés. Mais une nouvelle fois, avant que je n'expose mon point de vue, Shion avait pris les devants, dévoilant la même façon de penser que moi, mais de manière plus diplomatique que je n'aurais su le faire, cela va s'en dire. Puis, il s'excusa auprès du prêtre de Poséidon, toujours soucieux de calmer les ardeurs des uns et des autres.

Je tournai mon regard vers Mashia quelques secondes, puis à nouveau vers Shion. Cela me coûtait de l'admettre, mais, étant donné la situation, le fait que je ne connaissais personne et mon manque de tact pour ce qui était de communiquer avec les autres, il était bien évident que j'étais totalement inutile ici. Serrant les dents et les poings, il me fallut quelques secondes pour lutter contre ce sentiment d'impuissance que je ne supportais pas. Je décidai donc de conserver le silence, tout en observant la situation. Je pourrais toujours être utile au cas où les évènements empirent à nouveau, mais la situation semblait en bonne voie.

A nouveau, mon regard se posa sur le chevalier responsable de tout ce tapage, tandis que Shion lui parlait à nouveau, sur un ton moins autoritaire que précédemment. Je ne pus m'empêcher de vouloir clairement manifester mon mécontentement. Pour marquer le contraste avec Shion, qui avait avancé de quelques pas, je reculai à mon tour de quelques pas pour aller me positionner aux côtés du chevalier d'argent du Lotus, en croisant les bras. Mon regard se posa sur la jeune enfant que la chevalière tenait dans ses bras, et de nouvelles questions me brulèrent les lèvres. Mais je n'en fis rien. Après avoir rendu son sourire à la jeune enfant, et tout en prenant un air faussement amusé, je chuchotai à mon tour à la jeune femme, comme pour répondre à sa présentation à laquelle je n'avais pas répondu quelques minutes auparavant.

- Eh bien, bienvenue à la convention d'Ahirès, Mashia. Je suis Kappa, chevalier d'Or du Verseau.

Mon ton avait beau être ironique, mon regard, lui, était toujours aussi froid et braqué sur le chevalier de bronze. Le fait était là, il avait agressé un général marina à la suite d'une guerre sainte houleuse avec l'empire des mers, et apparemment, alors même que des négociations de paix avaient été entamées. Son revirement soudain allait peut être réparer les dommages qu'il avait causés après tout. Mais si ce n'était pas le cas ? Si une nouvelle guerre sainte éclatait entre nos deux empires ? Devrais-je alors affronter le seul ami que j'aie jamais eu jusqu'à présent ? La seule personne en dehors de Naios à qui je faisais confiance ? Arjuna devrait il alors être le premier adversaire que je rencontrerais sur ma route en tant que chevalier d'Or du Verseau ? L'agacement se transforma soudain en colère envers le phénix qui avait risqué le tout pour le tout sans penser aux conséquences de ses actes. Les prochaines minutes allaient être cruciales pour la suite des évènements, je le savais pertinemment...
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mar 7 Juin - 1:32

    Déjà lourde, l'atmosphère se fit brusquement oppressante. L'arrivée d'un homme à la chevelure flamboyante imposa à tous, par sa présence seule, sa toute puissance. Cet homme, ne l'avait t-elle pas déjà vu?
    Visiblement en colère, et encore le mot semblait bien faible en comparaison de ce qu'il dégageait, une vive aura bleue émanait de lui, menaçante tandis qu'il s'avançait vers Caeron et le chevalier de Bronze.
    Partagée, la jeune femme fronça légèrement les sourcils. Tant de violence la mettait hors d'elle, pourtant, d'un autre côté Mashia comprenait cette colère. Ses yeux turquoises observèrent Lya, oui, elle pouvait comprendre.
    La jeune femme ne bougea pas, comme paralysée. Outre le fait qu'elle se sentait elle même irritée, agacée par une nouvelle scène démontrant toute les défaillances humaines, leur goût prononcé pour des vertus non recommandables, la jeune chevalière du Lotus ne tarda pas à se dire qu'elle avait tord.

    Non, dans cet être aux yeux verts ne résidait pas qu'une extrême agressivité. Ces gestes attentionnés envers le général du Kraken le démontrèrent. Un court instant, elle réalisa que dans ce regard, il n'y avait plus aucune trace de haine, mais une infinie douceur, un amour presque paternel. Cette scène la toucha et elle se surprit même à sourire. Tant de bienveillance...
    Le remarquant, la petite dans ses bras se détendit et leva sa petite tête brune vers Mashia concentrée sur le déroulement des évènements.

    «Il a mal? » s'enquit la petite en désignant Caeron de son index. La jeune Mokushi s'apprêtait à lui répondre, mais n'en n'eut pas le temps, la colère du représentant de Poséidon atteignant son paroxysme.
    Il s'adressa au chevalier avec une telle froideur et ses paroles étaient si lourdes de menaces que, malgré elle, la jeune femme fit un pas en arrière se tenant prête à toute attaque éventuelle afin de protéger un Lya déjà tremblotante.
    C'est alors que tout alla très vite.
    Cette colère, l'individu l'avait dirigée vers un arbre innocent. La cible de sa colère, réduit en état de poussière fut dispersée aux quatre vents et de multiple feuilles virevoltèrent elles aussi emportées par la bourrasque.

    Son réflexe premier fut de se détourner afin de sauvegarder sa protégée des débris. Elle l'entendit sangloter contre elle, apeurée. Le sang du chevalier du Lotus ne fit qu'un tour. La jeune femme s'agenouilla pour déposer Lya sur la terre ferme. Prête à intervenir physiquement, elle intensifia son cosmos devenant lui-même un court instant menaçant.
    La main de la petite chercha la sienne, à son contact, elle se détendit immédiatement.

    Les paroles et l'attitude du Phénix, louables, finirent de calmer la jeune femme qui poussa un soupir de soulagement. La petite fille observait aussi avec attention ce chevalier digne et fier, conscient de ses actes et d'un courage qui rappela à Mashia les événements entre Henriques et le Chevalier d'Or des Poissons.
    Un tel désir de sacrifice impressionna la jeune femme. Bien qu'il ne voulait pas que les Saints ici présents interviennent, il pouvait pourtant être sûr du soutient de ses semblables.

    La jeune femme remarqua que Caeron retrouvait peu à peu ses esprits. Ses paroles, emplies de vérités, en plus alliées d'un sourire la rassurèrent. Tous furent alors spectateur d'une scène incroyable. Tandis que le Général maniait habilement la boule de cosmos tantôt dansante dans les mains du Prêtre, il la modela d'une telle manière que s'en était de toute beauté.
    Il projeta le tout dans les airs. Une magnifique colombe prit son envol pour le plus grand plaisir de la petite qui applaudit à tout rompre en sautillant sur place.
    La joie et la surprise que Mashia put lire dans ses yeux quand de multiple lilium s'épanouirent partout la combla de joie.
    Shion, le Chevalier du Bélier parla avec sagesse. Elle voulut appuyer ces propos en prenant elle même la parole afin de défendre à son tour le Chevalier du Phénix, cependant, la petite attira son attention en tirant légèrement sur sa robe blanche. Elle tenait dans ses petites mains, un lys de glace. Ce dernier commençait déjà à fondre à cause de la chaleur de sa peau, et sa petite mine boudeuse l'amusa. Finalement elle abandonna l'objet de son admiration pour grimper à nouveau dans des bras réconfortants.

    Le Chevalier d'Or à qui elle s'était adressée auparavant se posta à côté d'elle. Lya lui offrit l'un de ses plus beaux sourires avant que ce dernier ne se présente.
    Kappa avait t-il dit?
    Elle lui lança malgré elle un regard interrogateur. Les Kappa, dans le folklore japonais étaient de mystérieuses créatures des eaux, souvent bienveillantes et à l'aspect tout à fait particulier. En effet, ils ressemblaient quelque peu à des tortues, bipède au regard aussi profond et noir que la nuit et aux cheveux hirsutes.
    Cette description ne seyait nullement à l'homme qu'elle avait à ses côtés, bien au contraire. Il se dégageait, chez cet homme, une prestance sans équivoque, caractéristique des Chevaliers d'Or, ainsi qu'une froideur méfiante.
    Il semblait plongé dans ses pensées, et, avant qu'elle n'ait put lui répondre, Lya demanda à descendre.

    S'exécutant, Mashia la regarda détaller non sans méfiance vers Caeron. La petite Lya passa comme une flèche à côté de Shion avant de s'arrêter net devant le Général. Le sourire qu'elle affichait disparut et c'est très sérieusement qu'elle lui demanda tout en lui attrapant une main.

    «Tes fleurs sont très belles! Mais elles fondent! Pourquoi ne sont t-elles pas comme celles de Lotus? elle au moins ne fondent pas! Lya se tourna alors vers Mashia. Montre lui, tu sais comme la dernière fois!»

    Les joues de la jeune femme s'empourprèrent une fois la demande achevée. Elle voulut mettre fin à ce caprice, pourtant, ce petit visage suppliant l'en dissuada. Elle accéda à sa requête.
    Fermant les yeux, la jeune femme concentra son cosmos. Une aura dorée l'enveloppa et ses cheveux écarlates dansèrent autour d'elle. Là où les Lys de Caeron s'étaient développés, des fleurs de Lotus fleurirent, offrant leur belles corolles blanches aux rayons chaud du soleil.

    Cueillant à ses pieds les fleurs qui avaient poussé, la petite en offrit à tous et fini par se poster devant Astre.

    «Tiens, c'est pour toi!» déclara t-elle gaiement avec toute l'innocence qu'était capable un enfant. Attendrie, Mashia restait tout de même sur ses gardes. Elle perçut alors l'interrogation du Chevalier du Verseau.

    «J'ai recueillis cette fillette après l'avoir secourue. Au souvenir des multiples cadavres amoncelés à même le sable, Mashia réprima un frisson avant de reprendre. Un spectre a détruit son village, elle est l'unique survivante de ce désastre... Maintenant je veille sur elle...»

    Les poings de la jeune femme se crispèrent. Elle veillerait sur elle quoi qu'il lui en coûte, elle lui avait promit la vengeance. Et Mashia avait donné son masque en signe de déclaration de guerre au spectre responsable de tout ceci...
    Elle ne reculerait devant rien...
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mar 7 Juin - 23:04

L
a colère était toujours là, bouillante, prête à exploser et à réduire le saint face à lui à l’état de poussière galactique. Et c’est bien ce qu’il faillit se produire, alors que les paroles de cet être méprisant atteignait ses tympans, les faisant presque saigner par tant de lâcheté. Si du point de vue de certains les paroles de cet homme était empreintes de noblesse par ce sacrifice, pour le Prêtre de Poséidon, il n’y avait là que de la lâcheté, le refus de vouloir réellement assumé ses actes. Après la colère donc, ce fut le dédain qui vint, et un dégoût à toute épreuve. Ce fut les paroles et surtout les actes de son Général qui commencèrent à le calmer; la façon dont il manipula la boule de cosmos pur le fascina et il regarda la colombe de glace disparaître dans le ciel, mais ce n’est pas pour autant que le cosmos du Représentant se calma réellement.

Enfin vinrent les paroles de Shion, pleine de sagesse comme toujours, et elles atteignirent à la fois son cœur et son âme. Le cosmos du jeune Prêtre commença lentement à se calmer dans on intensité, rendant déjà l’air plus léger et faisant baisser la tension. Astre posa son regard sur Shion, gardant tout de même un œil de biais sur le Phoenix.


-Shion, Chevalier d’Or du Bélier, tes paroles sont encore une fois emplies de sagesse, dit-il. Sache que les actes de cet imbécile ne nuiront nullement à nos espoirs de paix, je considère ceci comme un acte isolé et stupide de la part d’un Chevalier dont la fierté à liquéfier le cerveau, ajouta-t-il durement. Néanmoins…

Astre ne put terminer sa phrase qu’une enfant s’approchait de Caeron, faisant arquer un sourcil au jeune rouquin, se demandant qui était assez cinglé pour laisser son môme se balader ici… La petite fille lança alors des paroles emprunt de naïveté au Général et se tourna vers ce qu’il pensa être sa mère, pour lui formuler une requête. Mais tandis que des lotus de glace poussaient autour d’eux, astre n’en oublia pas pour autant sa dernière intention. D’un mouvement vif et rapide, il fut à quelques centimètres du Chevalier de Bronze du Phoenix et l’attrapa par la gorge, serrant assez pour lui faire mal, mais pas pour le tuer.

-Néanmoins disais-je reprit-il, sache Chevalier que je ne te pardonnerai jamais. Je ne te tuerais pas, mais toute ma vie tu n’auras droit qu’à mon dédain et mon mépris, lui cracha-t-il à la figure. Je te serais gré désormais de croiser ma route aussi peu souvent que possible!!

Puis il le lâcha pour retourner vers Caeron. C’est alors que la petite fille s’arrêta pile devant lui –à deux doigts même de le faire tomber- pour lui tendre un lotus de glace. Le Prêtre sourit, un sourire emprunt de tendresse à l’égard de cette enfant. Puis il se baissa pour prendre la fleur et passa sa main dans les cheveux de la fillette.

-Merci beaucoup, lui dit-il en se relevant. Mais tu ne devrais pas rester ici, c’est dangereux, ajouta-t-il.

Il la prit gentiment par l’épaule pour l’emmener prés de son Général et se tourna une dernière fois vers le Phoenix.

-Voit donc Caeron le genre de guerrier que je méprise, dit-il à l’adresse de ce dernier. Agissant seul et se moquant royalement que ses actes puissent amener le déshonneur sur son ordre, se repentant la queue entre les jambes et se cherchant des excuses, expliqua-t-il. Si l’un de mes Marinas devait devenir ainsi, soit sûr que je le tuerais de mes propres mains…, finit-il dans un murmure et avec une voix sourde.

Enfin, il se baissa pour prendre l’enfant dans ses bras et lui fit un grand sourire, passant encore une fois sa main dans ses cheveux lissent. Il donna enfin ses ordres au Kraken.

-Caeron, rejoins le Général de Chrysaor et voit la raison de sa présence en ces lieux, lui dit-il. Après quoi j’aimerais que vous rentriez au Sanctuaire. Pour ma part j’ai encore des choses à régler ici, je vous rejoindrais après.

Tout en parlant, il s’était détourner des hommes pour se rapprocher de la seule femme présente en ces lieux, l’enfant toujours dans les bras. Son cosmos agressif avait entièrement disparut, laissant place à une force tranquille. La tempête était passée et le calme était de nouveau là, l’Océan roulant tranquillement sous un Soleil éclatant.

-Alors petit ange, comment t’appelles-tu? demanda-t-il à la petite fille tandis qu’il arrivait prés de la jeune femme.

Il lui sortit l’un de ces plus beaux sourires en la détaillant. Des cheveux aussi roux que les siens, mais des yeux bleus comme un ciel d’été au-dessus de l’océan. Plus petite que lui, il se dégageait néanmoins de se frêle stature une force tranquille. Il fut légèrement surpris de l’absence de masque sur son visage, se rappelant que la règle au Sanctuaire d’Athéna pour les femmes était d’un porter un continuellement. Il ne se rappelait plus vraiment de la signification de montrer son visage, mais sans doute devait-elle être marié pour se montrer ainsi non? Et puis la présence de l’enfant attestait sans nul doute de la situation de la magnifique créature qu’il avait face à lui. Dommage qu’elle soit déjà mariée, car sans doute lui aurait-il fait la cour!!

-Astre, Prêtre de Poséidon, se présenta-t-il avec une légère révérence. Et puis-je savoir qui est la mère de cet ange? la questionna-t-elle en lui rendant son enfant.

Son cœur battait dans sa poitrine, tandis qu’une légère chaleur montait en lui. Il ne pouvait s’empêcher de sourire doucement à la jeune femme. Il avait l’impression que des papillons dansaient dans son ventre et surtout qu’il avait sûrement l’air complètement idiot!! Faut dire en même temps qu’avoir des feuilles vertes pleins les cheveux roux ne devaient pas aider... Promis la prochaine fois il prendrait un sapin ou une fougère, c’moins dangereux la fougère oO

L’incident avec le Phoenix appartenant déjà au passé, il ne faisait même plus attention à lui, comme s’il n’existait déjà plus. Le chemin vers la paix pouvait désormais reprendre la route dans son cœur, et peut être entamé celui de l’amour?



[J'aimerais préciser qu'en tant que joueur je n'en ai pas après toi Ishiro hein, ce post résulte uniquement du caractère de mon personnage ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mer 8 Juin - 9:50

Le cosmos d'Ishiro était à son maximum, sa volonté de sauver la paix entre les saints et les marinas était grande ! Shion parla au saint avec toute la sagesse qui lui était du mais c'est alors que Caeron vint se mettre entre les deux individus. Il mit sa main contre le plastron du Phœnix. Le saint croyait que le marinas allait en finir avec lui mais non, il dit tout juste qu'Ishiro ne faisait que son devoir. Il se retourna et joua avec la sphère de cosmos la faisant s'envoler pour en faire apparaître une colombe. Des fleurs de glace apparurent de ci de là et le marinas dit à Ishiro que la prochaine fois qu'il le verrait il préférerait boire une bière. Le saint eut à peine le temps de vouloir hocher la tête que le prêtre lui, ne s'était pas calmé pour la cause ! La tension baissa d'un ton malgré tout quand il parla à Shion. Astre n'hésita pas à insulter le phœnix d'imbécile. Doucement, la colère envahit l'être entier du saint, Ishiro maintint toujours son cosmos à bonne puissance. Le prêtre fut malgré tout coupé dans son élan par une petite fille que le saint n'avait pas remarqué plus tôt, elle avait l'air d'accompagner la silver saint du Lotus. Les fleurs de glace en prirent d'ailleurs l'apparence. Le prêtre voulut alors continuer son récit au chevalier de bronze aux aguets et il avait bien fait car Astre n'hésita pas à vouloir le prendre à la gorge, il continua son récit. Qu'il ne recevait que son dédain et mépris et qu'ils ne devaient en aucun cas se croiser. Le prêtre pensait franchement étrangler le saint mais à sa grande surprise, Ishiro tint le poignet de Astre l'empêchant de l'étrangler comme il se devait. Le cosmos d'Ishiro aux aguets augmenta d'intensité, quelques fleurs à proximité ne purent que fondre. Ses pupilles passèrent de bleu à rouge. Le saint parla:

"Que vous soyez en colère je peux le comprendre mais aveugle, non ! Vous allez devoir faire la paix avec des gens qui n'hésiteront pas à se sacrifier pour autrui que ça vous plaise ou non ! J'ai dit que je reconnaissais mes fautes, mais de la à me faire torturer et humilier, vous vous mettez le doigt dans l’œil ! J'espère ne jamais vous revoir non plus et si vous devriez mettre fin à ma vie, je n'hésiterai pas à me défendre, que Caeron soit témoin de mes dires ! La paix commence par la confiance"

Un Phœnix de feu s'envola du corps de Ishiro dans les cieux. Tenant fermement le poignet du prêtre, il recula sous la puissance tandis que le saint avançait d'un pas. Ishiro dégagea la main de Astre sans le blesser. Il n'écouta point le mépris dont faisait preuve ce prêtre et marcha en direction de Caeron et lui parla, la main sur son épaule:

"Caeron, je te remercie pour ta sagesse et la sincérité dans tes paroles et m'excuse une nouvelle fois de mon acte, je n'avais pas... le choix. Tu devrais reprendre bientôt tous tes moyens et ta puissance, je n'ai pas touché de points vitaux dans ton cerveau. Nous nous reverrons peut être et combattront ensemble je l'espère. Protège bien les tiens et même ton représentant."

Dit-il avec un sourire en coin. Ishiro lui dit alors une dernière chose avant de se retourner:

"Pas de bière pour moi mais du saké."

Il sourit encore et fit un signe de tête en sa direction. Il alla vers le chevalier d'or du bélier du verseau et du lotus. Mains sur le hanches, yeux fermés au moment de croiser Shion et d'être à côté de lui, Ishiro lui adressa la parole sans le regarder, son regard droit devant se perdant dans la forêt:

"Vous dites que je n'aurai pas le choix d'obéir? Vous vous trompez tous ! Un chevalier de la trempe de Corell n'y est pas arrivé, personne ne le fera et encore moins ce fou sensé être un diplomate ! J'ai fait ce que j'avais à faire et si Athéna voulait me punir, il y aurait longtemps que mon armure serait partie. Je vous souhaite bonne chance chevalier, Je vais faire mon rapport au pope, il sera content d'apprendre que des spectres se sont emparés de l'épée de Hadès. A la prochaine !"

Ne se retournant pas, ne voulant surtout pas regarder le prêtre, Ishiro continua sa marche les mains sur ses hanches. Il disparut petit à petit au cœur de la foret qui jonchait le village de Rodorio en direction du sanctuaire ...


Arrow Sanctuaire d'Athéna, chambre du pope sans doute mrred


Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mer 8 Juin - 19:12



    Une petite fille ? Une petite fille avait apporté un semblant de paix à cette auguste assemblée. Caeron se demandait si cette dernière était une représentation de la protectrice de cette terre sacrée. La fraîcheur du soir apportait à tous un peu de réconfort, il était dans son monde, les paroles de ce ballet incessant coulèrent sur lui comme l’embrun de son pays. Soudainement, une petite main se posa sur la sienne et une voix l’interpela dans sa rêverie :

    «Tes fleurs sont très belles! Mais elles fondent! Pourquoi ne sont t-elles pas comme celles de Lotus? elles au moins ne fondent pas! Lya se tourna alors vers Mashia. Montre lui, tu sais comme la dernière fois

    La jeune femme chevalier s’empourpra un instant, avant de retrouver un sourire enfantin. Elle concentra alors son cosmos pour faire apparaître des Lotus tout autour de lui. La petite fille, du nom de Lya, prit alors une de ses fleurs et la lui tendit le regard plein de joie. Prenant entre ses doigts cette fleur purifiée de toutes les bassesses de l’Humanité, l’Atlante concentra son cosmos dans la paume de son autre main. L’humidité ambiante fut aspirée dans une orbe étincelante, celle-ci, opaque, laissait vibrer une énergie à l’intérieur… En posant sa fleur de lotus sur le sol, il déchira une partie de sa redingote et donna l'orbe emmitouflée à la petite Lya :

    « Petite ! Un jour… Tu comprendras la beauté de notre Monde… » Chuchotait-il dans le creux de son oreille.

    D’un sourire, il posa la main sur la tête de Lya et lui demanda de retourner vers la femme qui l'accompagnait, il vit alors le chevalier du Phénix s’en aller en le remerciant. Caeron ne répondit rien, parler avec ce type d’hommes ne servait à rien, il fallait juste essayer de le comprendre. Les dernières paroles du Phénix lui firent esquisser un sourire, mais la place de l'Atlante n’était plus ici, le rideau était en train de tomber et il devait laisser sa place à un nouvel acte… Son visage s’abaissa pour regarder son Prêtre complimenter la jeune mère de l'enfant, il retrouvait la solitude qui avait été toujours la sienne. Concentrant légèrement son cosmos, l’Ecaille de Caeron explosa en plusieurs morceaux, elle tournoya un instant autour du chevalier du Bélier en guise de remerciement, et chacun de ses fragments alla se poser sur différentes parties du corps de son Général.

    Le Général ne disait plus rien, la vision du chevalier du Phénix disparaissant de la clairière, lui signifia que c’était à son tour. A un moment où tout le monde était concentré sur la petite fille, l’Atlante s’éclipsa dans le plus grand silence. Traversant la forêt, les paroles d’Astre lui revinrent en mémoire et il se dirigea vers le village d’Ahirès. Au bout de quelques minutes, il arrivait à la lisière de la forêt, son esprit fût troublé par un cosmos latent et perceptible pour tous les guerriers à la ronde. Il était au repos mais la concentration de ce cosmos iodé ne couvrait pas les émanations des cosmos précédents, Caeron se concentra pour tenter d'analyser la situation, ses prunelles se posèrent ainsi sur un trou béant à même le sol. Des effluves noires et violacées s'en échappaient encore. Cependant, son regard fut attirée par le cosmos iodé qui était juste à côté, un homme portant manifestement une Ecaille dorée, se trouvait au chevet du corps du jeune chevalier qui avait attaqué l'étrange "Poulpe" noir. Sortant de son terrier, le Kraken se rapprochait lentement et fit sentir sa présence par un vent cosmique qui émanait de tout son corps.

    « Général de Chrysaor je présume… Je me présente à vous, Caeron de Fragrance, Général de l'Arctique ! On vient de me mander de vous accompagner au sanctuaire marin, mais... » La voix de Caeron s'étouffa avant de finir sa phrase, il réfléchissait à chaque mot qui allait suivre.




Arrow Paix à Ahirès


Dernière édition par Caeron le Ven 15 Juil - 21:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 12 Juin - 13:09

Comme Shion l'avait espéré, son ami écouta ses paroles et y réagit positivement. Si le Prêtre de Poséidon ne pouvait cacher sa colère quant à la situation actuelle, Astre savait que le Bélier demeurait un vieil ami et que ses paroles étaient honnêtes, et non pas une quelconque fourberie pour détourner sa colère du Phoenix. Le cosmos du Prêtre sembla se calmer tout comme les tensions que Shion éprouvait jusqu'à maintenant. Un incident diplomatique évité, tout finissait bien.

Les autres protagonistes semblaient bien plus calmes et observateurs de la situation. L'autre Chevalier d'Or aux côtés duquel il s'était retrouvé quelques instants plus tôt ne bougeait pas et restait à sa place, jugeant probablement les actes de chacun. Quant au Chevalier d'Argent du Lotus, elle avait probablement prévu de faire de même si la petite fille qui l'accompagnait n'en avait pas décidé autrement. Shion entendit la petite fille s'approcher de Caeron et entamer une discussion de fleurs avec lui, au sujet de fleurs qui fondaient et ne fondaient pas. Il ne pouvait voir de ses yeux ce qu'il se passait exactement mais put ressentir que quelque chose s'était produit, le Cosmos du Chevalier du Lotus se modifiant légèrement. Mais quoi qu'il en soit, et quelle que soit la beauté des évènements qui se produisaient apparemment, Shion ne comprenait pas comment on pouvait amener une enfant en ces lieux, au risque qu'un simple coup perdu lui ôte la vie. Décidément, Bronze ou Argent, que d'inconscience. Il ne restait qu'à espérer que Mashia n'aurait pas la mauvaise idée d'amener la fille au sein du Temple du Bélier ou il saurait lui présenter sa façon de voir...hm...percevoir les choses.

Mais l'heure n'était pas aux reproches et la petite fille semblait apporter un certain apaisement sur les lieux, chacun étant sensible à sa pureté et sa naïveté d'enfant. Même Astre, si agressif quelques instants plus tôt, ne pouvait y résister. Du moins, juste après avoir menacé une dernière fois le Chevalier du Phoenix, en allant jusqu'au contact physique, et un contact loin d'être amical. N'avait il pas entendu ses derniers propos sur l'autorité en ces lieux? Il allait régler ça... Ishiro, quant à lui, ne se laissa pas démonter et répondit au Prêtre avec virulence et coeur. Tout comme il adressa ensuite des paroles plutôt amicales à l'égard du Général du Kraken, son ennemi d'il y a quelques minutes.

Les situations sont changeantes, comme les gens.

Cette dernière pensée traversa l'esprit de Shion alors qu'il écoutait les propos d'Ishiro et l'absence de réaction de Caeron. Quand le Phoenix termina finalement son discours par quelques mots à son égard, concernant la tirade d'autorité servie quelques instants plus tôt, Shion ne put cacher un sourire avant de prononcer à voix basse, le Phoenix s'étant déjà éloigné:

Tu as de la chance que le Chevalier du Bélier ne soit pas dans sa maison à l'heure actuelle. Sinon, je doute que tu aies pu te rendre dans les différentes maisons du Sanctuaire sans t'être pris une rouste avant. Que tu apprennes que, même si ton armure te demeure, tu n'es pas le bienvenue au Sanctuaire si tu défies l'autorité.

Son sourire se tourna ensuite vers Caeron alors que celui-ci rappelait son Ecaille à lui. Il ressentit l'Ecaille tournoyer autour de lui et il fit un signe de tête dans la direction du Général - et de l'Ecaille - pour leur signaler qu'il n'avait fait que son devoir. Le Général du Kraken prit ensuite le départ sur les ordres d'Astre. Ce dernier voulait que le Général rentre au Sanctuaire Sous-marin, probablement pour éviter tout nouvel incident. Sage décision, même si Shion aurait apprécié d'échanger quelques mots avec Caeron. Une prochaine fois peut-être.

Shion observa pendant un instant, de ses yeux aveugles, le départ du Général. Il reprit finalement ses esprits pour se rendre compte qu'il n'avait plus de réelle raison d'être dans cette forêt si l'incident était clos. Autant retourner au sein de son Temple, où l'attendraient probablement d'autres ennuis. Comme d'habitude. Mais avant toute chose, il lui restait un dernier élément à ne pas oublier. Il se dirigea vers Astre qui semblait avoir entamé une discussion avec Mashia et lui asséna une bonne tape sur la tête:

Hey toi, mon vieil ami maladroit. Au lieu de faire les yeux doux à la première femme en armure que tu rencontres, tu ferais mieux d'écouter ce que je dis! N'ai je pas dit que les Chevaliers d'Or étaient l'autorité en ces lieux? Alors évite d'étrangler nos Chevaliers de Bronze!

Puis, commençant à s'éloigner

Je t'attends dans mon Temple, Astre. Dès que tu auras replanté l'arbre de notre forêt que tu as démoli, tu peux me rejoindre pour reprendre nos discussions.

Passant son regard aveugle sur les dernières personnes encore présentes, un sourire franc sur le visage:

Bonne journée à vous autres, inconnus et inconscients.

Arrow Temple du Bélier


Dernière édition par Shion le Dim 12 Juin - 17:40, édité 1 fois (Raison : Un jour je réussirai à mettre la flèche du premier coup...)
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 12 Juin - 14:59



Ce fut l'intervention imprévue et innocente de la petite fille accompagnant le chevalier d'Argent du Lotus qui calma définitivement le grand prêtre des mers. Une question tout aussi innocente sur les fleurs, que Mashia accepta de faire apparaître, apporta une paix définitive sur les lieux, après qu'Astre ait une dernière fois averti Ishiro qu'il ne le pardonnait pas pour autant. Toujours égal à lui même, ce dernier ne se laissa pas démonter, et c'est après une réponse bien sentie envers le prêtre de Poséidon qu'il s'adressa à Caeron une dernière fois de manière amicale. Après quoi, s'approcha de Shion, et nous dit que nous avions tort. Mon sang ne fit qu'un tour dans mes veines tandis qu'il nous dépassait Mashia et moi en direction du sanctuaire. Alors qu'il venait de me dépasser, je tournai légèrement la tête, et pour la première fois depuis que j'étais arrivé sur les lieux, je laissai échapper une phrase que tout le monde put entendre.

- Phénix ! C'est toi qui as tort ! Tu ne trouveras que la mort et la destruction si tu agis comme les sbires d'Hadès.

Mais celui ci ne répondit pas. Décidément, il m'agaçait de plus en plus cet Ishiro. Puis ce fut au tour de Shion de s'éclipser. Après quelques mots à Astre, qu'il semblait très bien connaître, il nous adressa un au revoir, puis disparut en direction du temple. A mon grand regret, je n'avais pas pu discuter avec lui et faire connaissance. Mais ce n'était ni le lieu ni le moment.

C'est alors que Caeron quittait à son tour les lieux sous les ordres de son grand prêtre et que je m'apprêtais à poursuivre le Phénix pour lui dire ma façon approfondie de penser, que je sentis quelqu'un tirer ma cape. Je me retournai avec surprise, mais ne vis personne. C'est en baissant la tête que je vis la responsable de cette pression sur mon vêtement : la petite fille me regardait en souriant. Je m'agenouillai devant elle et lui dis :

- Oui, ma puce ? Qu'est ce qu'il y a ?
- Tu peux faire apparaître des fleurs, toi aussi ?

Ces mots me firent sourire, et j'aurais sûrement éclaté de rire si nous avions été seuls tous les deux. Mais la voix du grand prêtre me rappela que ce n'était pas le cas.

- Non, je suis désolé. Mais attends, répondis-je en souriant.

Dans la paume de ma main gauche, je fis apparaître une poignée de flocons de cosmos minuscules de couleur neige, qui vinrent tournoyer autour de la jeune fille. Celle ci ouvrit grand les yeux et tenta sans réussir de les enfermer dans ses mains. Elle éclata de rire, et tandis que je me relevai doucement, je me surpris à poser une main sur ses cheveux alors que nous n'étions pas seuls. Immédiatement, gêné d'avoir dévoilé ce côté de moi que je conservais caché en public, je retirai ma main. Heureusement, le Lotus avait fort à faire avec Astre, et elle n'avait rien remarqué. Quant au prêtre lui même, et bien, une éclipse aurait pu se produire qu'il n'aurait probablement rien remarqué. Mashia semblait avoir un admirateur. Cela me fit sourire à nouveau, effaçant à présent tout à fait ma colère envers Ishiro.

Inspirant profondément l'air frais du crépuscule, je me perdis à nouveau dans mes pensées. Il allait être temps pour moi aussi de rejoindre mon temple, la situation étant maîtrisée ici. Je repensai soudain à Arjuna : Caeron devait l'avoir rejoint à présent, et ils devaient discuter de la situation tous les deux. J'aurais aimé les rejoindre tous les deux : discuter avec mon homologue chevalier des glaces chez les marinas et mon vieil ami eût été plaisant. Mais encore une fois, ce n'était ni l'endroit, ni le moment. Je me ravisai donc, et me tournai vers Mashia et Astre, pour leur dire au revoir. Mais je décidai finalement de ne rien en faire, pour ne pas les déranger.

Me dirigeant lentement vers la foret en direction du sanctuaire, je m'immobilisai soudain, quelques mètres plus loin. Etait ce mon imagination ou bien le cosmos d'Arjuna se rapprochait il à nouveau ? Etait ce parce que je venais à nouveau de penser à lui que j'avais l'impression qu'il s'approchait ? Je patientai quelques secondes, toujours immobile, tous sens à l'affût. Non, à présent, il n'y avait plus aucun doute. Le cosmos se faisait de plus en plus proche. Je pris donc la décision d'attendre mon vieil ami.

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Dim 12 Juin - 23:58

    Il va de soit que la colère est un sentiment destructeur, vil, dangereux. Comme un poison, il se répand dans les veines, s'insinuant dans les plus petits recoins de notre être. Les témoins de cette émotion capricieuse ne peuvent qu'en constater toute l'agressivité.
    Le prêtre de Poséidon, dont le cœur se calmait peu à peu s'était détourné de ses hommes et de l'objet de son transport pour prendre la petite Lya dans ses bras. Cette dernière visiblement heureuse de tant d'attention à son égard, répondit à la question du jeune homme à la chevelure de feu :

    «Maintenant moi je m'appelle Lya!» À ces mots, alors que sa protégée tendait ses bras vers elle, ce fut au jeune homme de se présenter.

    Lya posa sa petite tête brune au creux du cou de la jeune femme avec un sourire de contentement. Les yeux turquoises de la jeune femme, emplis de surprise, papillonnèrent avant de déposer la petite au sol. Celle-ci fonça directement vers le Chevalier d'Or du Verseau pour se cacher derrière sa cape blanche.
    Mashia entra dans une profonde révérence démontrant tout son respect envers cette haute personnalité : Ses mains attrapèrent les pans de sa robe de gaze blanche et elle s'inclina bien bas, ses longs cheveux écarlates se rependant en une cascade de boucles soyeuses. Il lui posa alors une question qui la décontenança . Non, il se méprenait, elle n'était malheureusement pas la mère de cette adorable petite.
    La jeune Mokushi se redressa pour lui adresser un petit sourire triste. Elle observa un instant la petite Lya du coin de l'œil. Cette dernière discutait allègrement avec le Chevalier d'Or.

    C'est à cet instant que Shion, le majestueux Chevalier du Bélier vint taper amicalement la tête d'Astre avant de s'exprimer. Ces paroles lui fit venir le rose aux joues alors qu'il commençait à s'éloigner avant de partir tout à fait. Ces deux là semblaient particulièrement bien se connaître pour qu'une telle familiarité existe entre eux. Elle inclina poliment la tête avant de répondre au jeune rouquin.

    «Sa mère repose quelque part en Algérie. J'ai arraché cette petite aux griffes des Trois Parques, à présent je m'occupe d'elle comme si elle était ma propre fille. Je ne suis pas très expérimentée aussi il est vrai que je me suis montrée totalement inconsciente en l'emmenant ici.»

    La jeune femme détourna les yeux un instant avant de reprendre : «Je ne pouvais me résoudre à la laisser seule. Et puis, je lui ai fais une promesse.»
    La petite fille, de son côté, s'extasiait devant le Chevalier du Verseau quand ce dernier lança autour d'elle, de multiples petits flocons, pareils à une pluie de paillettes argentées. Vainement, ses mains tentaient de les attraper, et c'est d'un air bougon qu'elle retourna vers Mashia.
    Comme le petite avait entendu les dernières paroles de sa protectrice, elle réclama ses bras doux et protecteurs.

    «Tu me protègeras du méchant monsieur à l'armure noire? Celui à qui tu as donné ton masque?» demanda t-elle tout en enfouissant son nez dans la chevelure de la jeune femme.
    Son regard se durcit. Une lueur sauvage brilla dans ses yeux clairs. Oui, bien sûr, il allait de soit qu'elle respecterait sa parole, quoi qu'il lui en coûte. Jamais elle ne faillirait.
    Tendrement elle déposa un baiser sur le front de la petite. Celle-ci désigna alors le Prêtre de Poséidon en s'exclamant :

    «Tu as pleins de feuilles dans les cheveux! Maman me disait toujours qu'il fallait pas jouer avec! Lotus? Je voudrais descendre s'il te plaît et aller jouer!» Un petit sourire étira à nouveau ses lèvres vermeilles alors qu'elle la déposait au sol.
    À nouveau la petite fila en direction de Kappa qui s'était entretemps arrêté.
    La jeune femme remarqua alors qu'elle était seule avec Astre, et qu'elle en avait jusqu'à oublié de se présenter à lui.
    Mashia s'approcha alors doucement du jeune homme avant de s'arrêter à quelques pas de lui. Il se dégageait de cette personne une telle force qu'elle se sentait bien petite ainsi à ses côtés. Pacifiste, elle aussi désirait ardemment de voir les deux royaumes s'entendre. Bien assez de sang fut inutilement versé lors de la précédente guerre sainte.

    «Si vous me permettez, je... Enfin, je peux vous aidez à retirer ces feuilles que vous avez dans les cheveux...»

    Ainsi, il ressemblait à un esprit de la forêt, un kodoma, ceux peuplant les bois nippons dont elle aimait leurs péripéties. Comment les appelaient t-on en Occident? Des lutins, oui, c'est tout à fait cela. Cette pensée lui arracha un sourire tandis qu'elle avançait une main timide vers la chevelure de feu du Prêtre de Poséidon.
    Forcée de se mettre sur la pointe des pieds pour arriver à sa hauteur, la jeune femme passait ses doigts fins et graciles dans ces mèches lisses et légèrement cuivrées sous la lumière décroissante du jour.
    La jeune Mokushi, sentait son souffle chaud sur sa nuque et ses joues s'empourprèrent à nouveau. Dans un souffle elle se présenta enfin :

    «Je... je manque à tout mes devoirs! Veuillez excusez mon impolitesse, je m'appelle Mashia, Mashia Mokushi.»

    La dernière feuille piégée fut finalement extirpée avec douceur. Celle-ci virevolta jusqu'à finir sa course dans l'herbe haute et tendre.
    Un légère brise vint faire danser ses longs cheveux rouges, la jeune femme réprima alors un frisson tout en cherchant Lya des yeux.
    Occupée à courir telle une furie après une luciole, la jeune femme lui envia presque sa naïveté d'enfant.
    Soudainement Lya s'étala de tout son long en disparaissant tout à fait dans l'herbe. Son cœur fit alors un bond dans sa poitrine. Mais un éclat de rire argentin la fit soupirer.

    «Je crois qu'elle va me rendre vieille avant l'heure...» Ne put-elle s'empêcher de dire à haute voix. Elle finit par s'en rendre compte, mais c'est trop tard qu'elle porta l'une de ses mains à sa bouche. Gênée, la jeune Mashia évita le regard émeraude d'Astre. Astre, ce nom sonnait agréablement à ses oreilles. Elle qui aimait tant les histoires autour de la Lune et du Soleil, des étoiles et des cieux en général... Mashia trouvait qu'un tel nom sied parfaitement au personnage.

    La voûte du ciel s'obscurcit progressivement. L'astre du jour disparaissait pour laisser la place à son amante. Les dernières lueurs du jour, vives, s'étalaient encore à l'horizon, et les merveilleuses teintes roses et or commençaient à se mêler au bleu de la nuit.

    «J'espère que cet événement impromptu n'aura pas trop entaché votre opinion sur les Chevaliers d'Athéna. Le Phoénix semble bien fougueux mais je le pense fidèle envers notre bien-aimée Déesse. Je souhaite de toute mon âme que la paix apportera du réconfort pour nos deux patries. Après tout, nous n'aspirons pas qu'à la violence et à la destruction.» Après une brève pause durant laquelle elle plongea ses yeux dans ceux du Prêtre du Poséidon, elle ajouta dans un nouveau sourire. «Seigneur Astre, acceptez je vous prie ce présent afin de célébrer la prochaine alliance. Ce n'est pas grand chose mais...»

    La jeune femme laissa sa phrase en suspend alors qu'elle joignit ses mains comme dans une prière. Elles les approcha de sa bouche, prit une inspiration et souffla. Quand elle ouvrit les deux mains, une fleur de lotus d'une blancheur immaculée s'épanouit lentement. Pleine de symbolisme, cette fleur évoquait sans nul doute la pureté mais aussi l'éveil au monde et le soleil. Nombre de civilisation lui attribuait des images fortes comme celle de la renaissance pour les égyptiens.
    Les mains en coupe, la jeune Mokushi la lui tendit.

    «...mais pour moi elle représente tout à fait ce en quoi je crois. Elle marque probablement un nouvel épanouissement, un nouveau souffle, un nouvel espoir après avoir traversé la noirceur de ce monde.»

Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   Mar 14 Juin - 14:33

Arrow Paix à Ahirès


J’arrivais enfin sur les lieux, mais à la traine. Suffisamment pour m’apercevoir que je décomptais une personne de moins que ce que j’avais ressentit. Et à voir l’assemblé, j’en déduisais que Shion du Bélier avait du partir. Mais je m’étonnais de ne pas l’avoir remarqué. Fermant les yeux un instant, je sondais les alentours à la recherche de son cosmos. Au bout de quelques instants je lui mettait la main dessus dans une direction plus éloignée qui m’aurait ramené sur mes pas. Comment avait-il pu partir si vite… Décidément ce chevalier d’or m’intriguait de plus de plus, mais il était largement temps de revenir dans mon propre corps et d’arrêter ces vagabondages spirituel pour me concentrer sur la scène à laquelle je faisais face. Il ne restait donc que Kappa, qui visiblement s’attendait à ma venue, une jeune enfant probablement d’un village voisin, une jeune femme aux cheveux roux, dont le cosmos ne permettait pas de douter de sa condition de guerrière, et enfin un autre petit personnage qui lui aussi portait un soleil couchant sur le haut de son crâne. Astre, le prêtre de Poséidon que je voyais enfin de près. Le voyant plongé en pleine discussion, je m’avançais vers Kappa, le saluant d’un sourire et d’un geste de la tête.

- Je crois que ce jeune chevalier est l’un des vôtres. Il était paralysé mais je pense avoir réglé le problème. Cela étant, vous devriez le soigner.

Je tournais la tête vers mon prêtre, j’étais rassuré de voir que la colère que j’avais ressentit plus tôt s’était envolée. Peut-être avait-il rencontré une personne de sa famille, après tout ils ne se ressemblaient pas particulièrement, mais il y avait quelques points communs. Je m’évadais à penser que peut-être les autres personnes étaient comme ça. Spontanée, chaleureuse et victime de leurs émotions. Mais je savais que ce n’était pas mon cas, et j’en venais à me demander quel risque l’Empire pouvait courir avec un représentant à l’ allure si versatile. Inspirant profondément, préférant me dire que cet homme possédait un cœur pur et une conviction qui avait fait de lui l’élu du Seigneur Poséidon, je me disais que mon Empereur n’avait pu commettre une telle erreur, et je taisais mon jugement prématuré jusqu’au jour ou je découvrirais le véritable visage de mon prêtre. Me tournant vers Kappa de nouveau, je lui demandais très simplement qui était la jeune femme plus loin, et si Shion du bélier était bien présent quelques minutes auparavant.


- Et d’ailleurs, tu pourrais me glisser ce qui s’est passé ici exactement ? Murmurais-je.

Oui, j’avais décidé d’attendre que mon prêtre ai finit sa conversation. Nous étions des hommes de terrain et d’action, et rares seraient nos instants de tranquillité et de bonheur futiles, autant le laisser profiter du moment. Je lui adressais un regard et un signe de tête plus solennel que chaleureux pour lui annoncer ma présence, tout en ne le dérangeant pas. Attendant qu'il m'autorise à prendre la parole.

Et en même temps, j’en profitais pour discuter avec mon ami de longue date. Le jeune Chevalier toujours dans mes bras, je les tendais pour le confier à Kappa. Attendant qu’il le prenne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Coeur de la forêt d'Ahirès   

Revenir en haut Aller en bas
 

Coeur de la forêt d'Ahirès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-