RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shizuo


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 1195
Armure : Sagittaire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]   Mar 21 Juin - 22:56

Il avait quitté le sanctuaire à une telle vitesse qu'on ne pouvait pas le voir survoler les villes qui se trouvaient en dessous de lui. Le corps d'Andonios agissait seul, bien que c'était contre sa volonté, l'enveloppe corporelle de l'âme du chevalier réagissait de manière très étrange. Il se dirigea alors vers une forêt isolée et y plongea comme si c'était de l'eau, disparaissant sous les arbres. Là, le corps était inerte. La respiration difficile, Andonios semblait avoir repris le contrôle de son corps mais cela avec souffrances. Il se releva à l'aide de ses mains, poussant de toutes ses forces afin de pouvoir se mettre debout.

*Que m'arrive-t-il ? Ces spectres m'ont-ils fait quelque chose ?*

Il regrettait amèrement d'avoir accepté cette mission futile. De plus, il n'avait pas été capable d'accomplir la mission seul, il avait du attendre l'arrivée d'autres chevaliers qui auraient très bien put mourir par sa faute. Ando s'en voulait énormément et ne savait plus quoi faire. Si seulement Athéna était présente en ce moment, si seulement elle pouvait le guérir de ce mal qui le rongeait corps et âme. Malgré sa fatigue, il envoya son poing contre un arbre qui se plia sous la force du coup. D'attitude calme, posé et sage, Ando venait de faire quelque chose qui ne lui était jamais arrivé auparavant, il venait de s'énerver pour quelque chose dont il avait parfaitement conscience.

Il continua de marcher aveuglément, ne sachant pas où le mènerait ses pas mais finit par se demander quelque chose. Il se proposa intérieurement d'aller voir Chronos ou encore Urio les deux seuls chevaliers avec qui il avait vraiment eut un contact vocal avec l'un et brutalement physique avec l'autre. Cependant, utilisant le reste d'énergie qui lui restait, il essaya de localiser Urio mais sans succès. Quant à Chronos, il ne semblait pas avoir bouger du continent Anglais depuis longtemps. Ando décida alors de s'arrêter à quelque pas de là sous de nombreux arbres qui ne laissaient passer aucune lumière. Il s'y installa tranquillement, entassa quelques feuilles mortes qu'il avait trouvé ici et là et s'allongea dessus. Le jeune saint avait retiré son armure et cette dernière était posée juste à côté de lui. Elle semblait être là et paraissait veiller sur son porteur.

Andonios sombra dans l'inconscience que lui procurait le sommeil. Il avait fermé les yeux, les bras le long du corps, la respiration normal, il était entré dans un monde où il en était le maître. Dans ce rêve, il se trouvait sur le Mont Etna et un chevalier lui faisait face. C'était Urio, le seul des douze chevaliers d'or avec qui il avait put s'entrainer, ce qui fut un grand honneur pour lui. Les deux protagonistes ne faisaient que se regarder mais n'agissaient pas. Puis, Urio disparut dans une fumée sombre laissant place au vide. Puis sans vraiment savoir pourquoi, le corps du musicien tomba dans un vide qui venait de s'ouvrir sous ses pieds. La chute dura une bonne dizaine de secondes et il finit par apercevoir une lumière qui l'attirait. Il se dirigea vers elle ne sachant absolument pas où cela le mènerait. Mais bon, il était dans un rêve, vêtue de son armure, rien ne pourrait lui arriver.

Ando pénétra dans la chaude lumière et se retrouva au-dessus d'une grande ville où de nombreuses personnes marchaient sans vraiment savoir où elles allaient. Le spectacle rendait presque triste Andonios qui aurait aimé aider ces personnes mais il semblait perdre de plus en plus son contrôle de son rêve. Un petit éclat de lumière attira alors son attention, cependant c'était une lumière différente de celles qu'il connaissait. Se rappelant intérieurement où il avait déjà vu cette lueur, il en détourna son regard. Oui, c'était le reflet d'une armure de spectre. Lorsqu'il avait combattu Shaun, bien qu'il faisait nuit, il avait bien vu que l'armure de la licorne avait grandement changée.

Sa curiosité était éveillée, il décida donc de se rendre vers la brillante chose qui l'intriguait au plus haut point. Une fois qu'il atteint sa destination, il put apercevoir quelqu'un mais qui disparut au moment où il allait l'atteindre. Observant tout les détails autour de lui, il vit alors plusieurs inscriptions sur les murs qui l'entouraient. Deux d'entre elles le marquèrent, la première lui ordonnait de se rendre à cet endroit le plus tôt possible et la seconde totalement le contraire. Elle disait qu'il ne fallait pas se rendre ici sous peine de trahison.

Son rêve s'acheva ici. Un vent froid parvint à son visage l'obligea à se réveiller malgré la fatigue encore active chez lui. Il se leva lentement et enfila son armure malgré tout. Le poids de cette dernière n'étant plus un soucis pour lui, il pouvait la portée même fatigué. Quittant le petit abris, il remarqua que la nuit était sur le point de tombé. Il avait dormi pendant de bonnes heures et la sensation de son mal de tête n'était plus présente pour le moment. Il marcha pendant quelques minutes et se résolut à être plus rapide. Il effectua de nombreux bonds et atteint la France en quelques heures à peine. Là, il prit de la hauteur une dernière fois afin de regarder l'emplacement des bâtiments et il fut soulager de constater que c'était bien la ville dans laquelle il devait se rendre. Il était en pleine capitale française et de nombreuses personnes à cette heure ci sillonnaient les rues de toutes part.

N'ayant pas une grande envie de montrer son armure aux autres mortels, il décida de se poster seul sur un bâtiment en construction. Seul, il regardait le ciel qui était rempli de nuage pour la soirée mais la pluie ne serait pas présente et fort heureusement. Il resta assis le dos appuyer sur une poutre qui était bien encrée dans le bâtiment et qui n'allait pas céder. Regardant ses mains, il se demandait pourquoi les dieux avaient choisi un garçon aussi innocent que lui pour porter cette armure. Pourquoi Athéna avait envoyer un chevalier pour venir l'aider à obtenir son armure ? Il était content certes de servir l'humanité mais au fond de lui, après avoir visiter les Enfers, après être revenu à la vie, il savait que s'il n'avait pas accepté ce destin, il aurait pu mener une vie tout à fait normale. Il regrettait son choix, il aurait eut un grand succès de par son talent de musicien hors pair. Andonios était rester calme à attendre que le temps passe, se remémorant son rêve avant de se déplacer et d'aller à l'endroit où il devait se rendre.

La nuit venait de tomber sur la ville, les étoiles étaient cachées par les nombreux nuages qui pouvaient donner la chair de poule rien qu'en les regardant. Se levant de son appui, il regarda un peu la ville et voyait que beaucoup moins de personne se trouvaient dans les rues. Était-il tard ? Andonios s'était-il endormi entre temps ? Là n'était pas le problème, dans son rêve, il faisait jour et l'endroit d'où provenait la lueur du surplis était net et précis. Cependant, là Andonios ne pouvait localiser une lueur sombre dans l'obscurité presque totale. Le musicien semblait revigoré, il avait retrouvé sa couleur de peau normale et n'était plus aussi pâle que lorsqu'il avait quitter le sanctuaire. Il commença alors à bondir de toits en toits essayant d'éclairer de son cosmos chaque endroit où il posait les pieds.

Pendant plusieurs heures déjà, il cherchait et cherchait encore mais sans succès. Il s'arrêta alors quelques secondes et refit passé les scènes de son rêve dans sa tête. Il ne voyait pas clairement où cela pouvait bien être mais devinait à peu près l'endroit. Ando s'y rendit rapidement mais tomba sur une personne qui ne semblait pas vraiment amicale. Faisant un pas en arrière, ils étaient tout les deux dans une petite ruelle sans issue.

-Tu portes une armure de spectre. Je pensais que vous étiez tous rentrés aux Enfers !

L'individu ne répondit pas à Andonios mais eut un rire sadique. Augmentant le son de sa voix, il se faisait entendre dans presque toute la ville de Paris qui s'était visiblement endormie.

-Je ne suis pas un spectre ! Je suis un dieu.

La révélation surpris grandement Andonios qui abandonna sa posture de combat et vint placé ses mains sur ses hanches. Ce signe provocateur n'eut cependant aucun effet sur l'autre personne.

-Un dieu ? Tu as pourtant un cosmos bien insignifiant pour être un dieu ! Ne serais-tu pas en train de mentir au chevalier de la Lyre ?

Visiblement, il n'avait pas apprécier la moquerie d'Andonios. Ouvrant les yeux, posant ses pupilles verticales sur le jeune saint, il intensifia son cosmos juste pour surprendre le chevalier qui eut un mouvement de recul.

-Alors, es-tu désormais convaincu ?
-Admettons que tu sois un dieu, que fais-tu ici ?
-Penses-tu que je sois obliger de répondre à une vermine humaine telle que toi ?
-Alors je vais devoir t'affronter si tu ne veux pas me dire qui tu es !
-Minute, vermine. Aurais-tu oublier le décret de Zeus ?

Disparaissant instantanément de la vue d'Andonios, le dieu vint se placer près de lui et lui susurra quelques mots à son oreille :

-Tu ne peux pas combattre mais tu meurs d'envie de le faire...attaque moi et Zeus en sera immédiatement informé.

Un coup partit. Un coup de pied se dirigea vers le visage du dieu qui s'éclipsa une seconde fois pour venir se placer devant Ando. Frustré d'avoir raté sa cible, il chargea le dieu encore une fois mais sans succès.

-Continues, as-tu si envie de te faire foudroyé ?
-Les spectres n'ont pas l'autorisation de se rendre sur Terre !
-Pour la seconde et la dernière fois, je ne suis pas un spectre, je suis un dieu !

Le dieu fit alors exploser son cosmos afin de repousser Andonios qui 'avait cessé de l'assaillir de coups sans effets. Le jeune saint décida donc de sortir sa Lyre. Son magnifique instrument de musique et de combat. Il voulut commencer à gratter les cordes de son objet mais le dieu, à une impressionnante vitesse, s'empara de l'objet.

-C'est ton objet de combat n'est ce pas ? Si je le détruis tu ne pourras plus rien faire.

Le visage d'Ando devint alors dur, une sensation qu'il avait eut quelques jours avant refaisait surface. Son cosmos augmentait grandement à la grande surprise du dieu qui ne bougeait plus. L'aura qui l'entourait bleue de coutume devint dès le moment sombre comme celle des spectres.

-C'est bien... énerve toi encore.

Terminant sa phrase, une cuisante douleur le saisit alors aux bras l'obligeant à lâcher la Lyre qui avait ravie au chevalier. En effet, alors qu'il parlait, Andonios avait envoyer un rayon de cosmos droit sur le dieu qui n'avait rien vu venir. L'instrument vola alors aux mains d'Andonios qui regardait le dieu un sourire ironique aux lèvres. Son cosmos avait vraiment augmentait et s'il ne faisait rien, un dieu de l'Olympe aurait aussitôt fait de venir le remettre à l'ordre. Alors que le dieu le regardait attentivement, il vit quelque chose qui l'intrigua grandement, à travers le corps du jeune saint, il vit quelqu'un qui ressemblait à un spectre mais qui semblait avoir une prestance divine.

-Cela suffit maintenant.
-Alors tu vas retourner d'où tu viens hors de cette planète ?
-Je vais y aller, mais avec ton âme !

Sa vitesse surprenant frappa une nouvelle fois. Se plaçant derrière Ando qui avait finit par baisser son cosmos et sa garde, le dieu posa sa paume dans son dos créant une explosion qui assomma le saint brisant son armure sur une petite partie de son dos. En regardant le corps inerte du saint, il baissa les yeux comme s'il regrettait son geste et s'empara de l'âme du jeune garçon. Prenant son âme aisément avec ses ongles démesurés, il ouvrit ensuite un passage dimensionnel et s'y engouffra laissant le corps seul dans la pénombre de la nuit.

Après qu'il soit entré, il se retrouva dans un endroit plutôt étrange. Une lumière rougeâtre était présente et plusieurs temples semblaient être en suspension dans les airs. De tout ces temples, on pouvait voir une lumière en sortir. Le dieu se dirigea donc vers un temple retiré. De ce temple n'émanait aucune lumière. Il y pénétra avec l'âme et se retrouva dans un autre endroit. La lumière avait changé, ce n'était plus du rouge sans qui dominait mais du bleu ciel. Là aussi, des temples étaient placés ici et là. Et comme précédemment, un temple était retiré et vide au fond de la dimension. S'y dirigeant lentement, le dieu qui portait l'âme d'Andonios hésita une fois devant ce temple.

*Dois-je vraiment le faire ?*

Il plaça alors l'âme qu'il venait de capturer à l'intérieur du temple qui s'anima de lui même. Une lumière bleuté en émanait, aveuglant presque celui qui l'avait provoqué. Des images étaient visibles, on pouvait y voir Andonios dans son corps et quelqu'un qui lui faisait face. Une personne que le saint connaissait mieux que personne. Le dieu resta là, assis devant le temple à observer le spectacle qui allait se dérouler sous ses yeux.

À l'intérieur du temple, Andonios semblait avoir repris connaissance mais à sa grande surprise, il n'était plus à Paris. Il se trouvait dans un champs de fleurs et faisait face à une personne qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. On aurait put croire que le jeune saint se regardait dans un miroir. Cependant, l'expression qu'exprimait le visage du clone d'Ando était bien différente. En fait, il n'y avait aucune expression sur son visage. Andonios lui n'était certes pas souriant mais on pouvait voir clairement qu'il se sentait bien là où il était. Soudain, le faux Ando vint saisir l'autre au cou, le faisant basculer et cogner la tête dans les fleurs. Aucune douleur mais Andonios laissa partir un petit cri de surprise face à cela.

-Qu'est ce que tu fais ? Qui es-tu ?
-Je suis toi, ou plutôt ce que tu aurais dut être depuis tout ce temps.
-Qu'aurais-je dut être ?

Relâchant la pression afin que sa proie ne succombe pas de suite, le clone se leva et posa ensuite son pied vêtu de la botte d'argent sur le torse d'Andonios, l'obligeant à rester allonger.

-Ce que tu aurais dut être ? Tu le demandes ? Tu aurais du être moi tout simplement.

Dégageant le pied de son assaillant, Andonios se releva et fit face à son adversaire.

-N'essaie pas de lever la main sur moi.
-Tu l'as pourtant fais sur moi et puis, nous ne sommes pas sur Terre à ce que je vois, rien ne nous empêche de nous battre.
-Tu ne te battras pas contre moi.

L'amure que la copie d'Ando portait sur elle changea radicalement de couleur passant des reflets d'argents aux reflets sombre. Sa peau se craquela laissant apparaître une toute autre personne. Vêtu d'un surplis à l'image des spectre, le regard indifférent envers Andonios, il avait une prestance divine qui surpris le chevalier.

-Qui...qui es-tu ?
-Je suis Oneiros ou plutôt, je suis l'âme d'Oneiros et c'est ton corps que j'ai choisi pour renaître en cette ère.
-Tu es un dieu ?
-Exactement, je suis le dieu des rêves.
-Dieu ou pas, je ne te laisserai pas prendre facilement mon corps pour assouvir tes désirs !

Son cosmos augmentait grandement mais n'égalait pas celui de l'âme du dieu qui lui faisait face. Il fonça droit sur la divinité, essayant de la toucher avec ses poings recouverts d'énergie et ses pieds. Sans succès. Il continua et continua encore jusqu'à ce qu'Oneiros attrape son pied et le colle au sol. Les magnifiques fleurs qui étaient présentes à leur arrivée n'étaient plus.

-Tu vas accepter que je prennes ton corps oui ou non ? Un seul de ces mots pourrait te coûter la vie.
-Non !

Créant une aveuglante lumière à l'aide de son cosmos, il finit par se dégager de l'étreinte du dieu. Il vint tout de même se placer devant lui et à l'aide de sa main droite, il créa une sphère de cosmos en repensant à Urio. Il laissa partir la sphère en direction de la tête du dieu. À cette distance, la tête ou plutôt l'âme du dieu exploserait.

-Tu es pathétique...

Se téléportant rapidement, il se trouva derrière le saint qui reçu en réponse à sa bêtise un coup de genoux dans le ventre.

-Tu ne souhaite pas que mon âme remplace la tienne. Tu ne veux pas que mon âme dirige ton corps à ta place...Je ne vois aucune autre solution que de prendre ta place par la force.

Une sphère rougeâtre se forma dans la paume de l'âme du dieu, devenant de plus en plus volumineuse. Il tendit alors son bras vers le l'âme d'Andonios et laissa partir la sphère qui créa un grand rayon rouge. A bout portant, personne ne pourrait survivre à cette attaque.

Hors de ce rêve, le dieu qui avait emmener Andonios ici se régalait du spectacle et de la perte de l'âme mortel contre celle de l'autre dieu qui venait de réduire à néant l'âme du saint.

Sortant du rêve, Oneiros se rendit alors aux côtés du dieu qui semblait l'attendre. Il le regarda attentivement comme s'il allait lui reprocher quelque chose mais il n'en fit rien.

-Conduis-moi au corps d'Andonios.

Ils se levèrent tout les deux et se téléportèrent en même temps et se retrouvèrent dans la ville de Paris. Bien qu'il n'avait pas encore de corps, on pouvait voir l'âme d'Oneiros sous une forme physique. Il se baissa alors vers le corps encore vêtu de l'armure de la Lyre. Intégrant le corps, une aura sombre s'installa autour du corps de l'ancien saint. L'armure qui reposait sur lui brilla intensément pendant quelques secondes avant d'exploser et délaisser le corps de son ancien porteur pour se rendre au sanctuaire et attendre qu'un nouveau porteur n'arrive.

Le corps d'Andonios était désormais sous le contrôle total du dieu des rêves désormais. Cependant, il ne pourrait pas se rendre aux Enfers dans son état, il devrait attendre que quelqu'un d'autre vienne le chercher. Pénétrer dans les Enfers avec ce corps ne serait pas très prudent, cependant, certains êtres sages pourraient aisément le reconnaître grâce à son cosmos. L'autre dieu étant déjà partit, Oneiros ne pouvait plus faire appel à lui.

-J'attendrai donc ici !
Revenir en haut Aller en bas
Regen


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 625
Armure : Dessiner, Peindre , Dormir, M'occuper de mes fleurs

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]   Ven 24 Juin - 11:11

Arrow Toloméa

Me voilà donc à Paris, ville de Lumière comme on dit. J'aurais aimé pouvoir me promener dans la ville, mais, vêtu comme je suis ce n'est sans doute pas possible. Sous une longue cape sombre se cache mon surplis, mais, seul mon visage était visible. De plus, nous sommes en pleine nuit, c'est donc raté pour les pâtisseries. Ce n'est décidément pas ma semaine. J'en pleurerais presque.

*Je vais demander à un passant si il ne l'aurait pas vu?*

Je regarde à droite et à gauche, il n'y avait pas tellement de monde dans ces petites rues. Les quelques personnes qui étaient là n'aspires pas tellement la confiance, enfin, mieux vaut tout de même demander au cas où, on ne sait jamais. Je me suis donc dirigé auprès d'un groupe de jeune homme pour quelques renseignements.

Excusez moi, auriez-vous vu cet homme?


Je leur ai montré le parchemin sur lequel était dessiné le visage d'Oneiros. Mais, pour je ne sais quel raison, aucun ne semblait bien vouloir m'aider. Ils prirent paroles, certes, par contre, ce n'était pas pour me dire des propos amicales. Non, loin de là! Ils me demandèrent de m'en aller et de retourner d'où je viens avant d'avoir des problèmes, ce qui me fit bien rire. Quel genre de problème est-ce que je peux avoir? Ce n'est pas eux qui vont m'effrayer. Cependant, je ne suis pas là pour semer la zizanie ici, j'ai autre chose à faire.

Merci quand même.
Leur dis-je avec un grand soupir avant de me retourner et de m'en aller.

J'ignore quel moche les a piqué pour qu'ils me parlent ainsi. A moins que se soit parce que je suis un étranger qu'ils me regardent ainsi? Va savoir. Enfin, ce n'est pas bien grave, je n'ai qu'à me vocaliser sur une présence de cosmos quelconque, et si je sens un cosmos sombre proche de celui d'un Gold ou d'une demi-divinité, c'est ma cible.

Je me suis donc concentré sur les cosmos environnante. Au bout de quelques secondes, j'ai pu repérer la position du dieu des Rêves, Oneiros. Il se situait à quelques ruelles de moi, et il n'avait pas encore pu récupérer toute ses forces, sans doute la raison pour laquelle m'a envoyé Rochel. Je me suis donc dirigé dans sa direction sautant de toit en toit et arrive enfin à destination.

Voilà donc notre cher Oneiros. J'espère qu'il est moins imbus de lui-même qu'auparavant. Je pris une petite pause, le regardant, accroupis, du haut du toit d'un des bâtiments. On va voir cela tout de suite.

Je suis donc descendu du toit avec souplesse et agilité pour atterrir non loin du dieu. Je retire la capuche qui masquait la moitié de mon visage et prend parole.

Hello! Ravis de revoir le fameux dieu des rêves Oneiros. Je suis ici dans l'ordre du juge Rochel du griffon. Ma mission consiste à te ramener sain et sauf aux Enfers.


Simple et directe, mais, avant de prendre la route, je vais examiner son état de santé. Du moins, si il veut bien, évidemment.

[hrp: Coucou Ando/Oneiros!^^ Bon, je viens te prendre et te ramenais à la maison avant qu'un saint vienne te tuer pour trahison. ]
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 1195
Armure : Sagittaire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]   Ven 24 Juin - 11:34

Depuis les quelques heures où il avait put prendre le total contrôle du corps de ce mortel, Oneiros n'avait pas bouger de l'endroit sombre et caché où il était. Attendant patiemment que quelqu'un vienne le retrouver, il espérait clairement que ce ne soit pas un saint d'Athéna car dans l'État actuel, ce corps ne supporterait pas le poids d'une bataille. Il décida donc de diminuer son cosmos un peu afin de n'alerter aucune autre personne capable de nuire à ce nouveau corps.

*Ce corps me semble parfait, il saura sans nul doute contenir ma puissance.*

Il ferma alors les yeux. Il semblait méditait mais ne le faisait guère, il soignait petit à petit les blessures corporelles et intérieures du corps de l'ancien saint. Continuant lentement à le faire, il finit par ressentir l'énergie de quelqu'un qui l'observait de haut. Ouvrant un œil, il le fixa froidement avant de voir cette ombre venir se placer près de lui. Avec ce cosmos si sombre mais calme, il ne pouvait être qu'un spectre. Lorsqu'il enleva sa capuche, Oneiros fut soulagé de voir quelqu'un au visage pacifique bien que la nuit pouvait grandement troubler les traits de son visage.

-Ainsi tu es ici suivant les ordres de Rochel...spectre de la noblesse. Je n'en attendais pas moins de lui.

Oneiros vit alors le spectre s'approcher de lui dans l'intention de soigner ses blessures mais c'était inutile désormais. Toutes les heures passées à guérir son corps et son esprit avaient eut leur effets. Plus aucunes blessures sur son corps mais les blessures intérieures, ça, le spectre ne pourrait pas soigner. Le dieu se leva alors et une aura sombre s'installa autour de lui faisant disparaître son corps à moitié. Il avait fortement augmenter son cosmos au risque d'alerter les saints mais ce n'était que pour quelques instants. Lorsque l'aura se dissipa, le dieu réapparut vêtu de son armure sombre, armure qui lui donnait vraiment un aspect divin et supérieur.

-Comment te nommes-tu, spectre ?

Oneiros n'attendit pas la réponse puis fit un bond pour se mettre en hauteur et admirer de ses nouveaux yeux la ville entière. Elle était calme. Il était tard et rares étaient les personnes qui sillonnaient les rues à de telles heures.

-Montre moi le chemin pour les Enfers ! Dépêchons-nous ou ces saints vont finir par nous tomber dessus.

C'était un ordre à entendre le ton que le dieu des rêves avait prit. N'était-il pas trop tôt pour donner des ordres à des spectres qu'il ne connaissait pas ou plutôt, qu'il ne connaissait plus...Il décida donc de suivre le jeune spectre qui lui était venu en aide jusqu'à atteindre le royaume des morts dans un silence des plus complets.

Arrow Le Royaume des Morts
Revenir en haut Aller en bas
Regen


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 625
Armure : Dessiner, Peindre , Dormir, M'occuper de mes fleurs

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]   Ven 24 Juin - 12:53

Il n'a pas de blessures visibles de l'extérieur, je n'ai donc rien à faire pour le soigner. Je supposes qu'il est affaiblis psychiquement, et là, je ne peux pas faire grand chose pour le soigner. Il va falloir attendre et il faut qu'il prenne du repos, c'est tout, je penses.

Il se tenait près de moi en position de méditation, du moins, c'est ce que je penses, ou alors en position de repos, je ne suis pas spécialiste dans ce domaine là. Il augmenta brusque son cosmos, ce qui me surpris, sur le coup. Il tient vraiment à alerter les Saints de notre présence en ces lieux?

Oh!? Qu'est-ce que...


L'aura de son cosmos disparut et laissa place à son surplis qui lui donnait tout une nouvelle allure. C'est vrai qu'il a un charisme proche de celle d'un dieu, même si il reste tout de même inférieur à celui d'une Demi-Divinité. Il me demanda mon nom et sans attendre la réponse bondit en haut d'un des nombreux bâtiments et me donna l'ordre de nous dépêcher de rentrer aux Enfers. Finalement, c'est bien le Oneiros d'avant, mise à part qu'il ne se souvient plus très bien des visages des spectres qu'il a déjà rencontré dans le passé. Je fis donc de même et bondis à ses côtés, j'en ai profité aussi pour me présenter.

Regen de l'Alraune, spectre de la Magie et botaniste des Enfers.


Puis, sans plus attendre, nous nous dirigeâmes dans les Enfers. Ce fut bien rapide et simple comme mission. Nous n'avons pas eu d'obstacle sur notre passage, et je le préfères. Bon, comme il l'a dit, mieux vaut ne pas trop tarder ici. C'est fort regrettable d'être venu à Paris en pleine nuit, tant pis, les pâtisseries seront pour un autre moment.

Arrow L'entrée des Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Paris : Une âme perdue, une autre d'éveillée [Évolution]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-