RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Boston] Attaque des griffons noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 31 Juil - 12:43

==> Stockholm

Les paysages défilaient sans que le divin messager n'y prête attention. Il connaissait si bien cette terre qu'il n'avait de cesse de parcourir. Aussi bien pour servir ses intérêts que ceux de son père.

Dans son sillage suivait le filet avec son minotaure ronflant. Il y avait mis la dose, le Voleur. Il mettait toujours un point d'honneur à ne jamais abîmer ses prises. Dieu de l'Eloquence, Hermès réprouvait la violence, il existait tant d'autres moyens que la simple brutalité voire la pire sauvagerie. Cela n'arrangeait jamais rien, il suffisait de voir le nombre de fois où ses oncles et sa grande soeur se rentraient dans le lard par armées interposées...

Enfin, il aurait bien l'occasion d'en entendre de nouveau parler. Enfin lorsqu'il serait de retour en Olympe. Chose qui une nouvelle fois serait retardée.

Les explosions de cosmos se faisaient bien nombreuses d'un seul coup et pourtant, c'était pas la saison des combats. Elle venait juste de s'arrêter suite au coup de tonnerre de papa Zeus et cela ne pouvait être que lié à ce que l'Eternel Voyageur avait déjà surpris à Stockholm...

D'un seul coup de talon, Hermès franchit les dernières centaines de lieues le séparant d'une nouvelle scène de combat qui avait cette fois pour théatre la ville de Boston. Un nuage noir semblait planer sur elle...

Ce qui n'empêcha point le nouvel arrivant de distinguer la cause de ces nouveaux malheurs.

Après les vachettes, on a donc droit à la basse-cour. Mais sans berger ou plutôt jeté hors de leurs paturages par un très mauvais guide...

Le blond messager se posa à nouveau sur l'un des toits avant de sonder les lieux. Cette fois, ce sont des chevaliers de l'espoir qui combattent pour défendre les hommes...

Tout comme les Ases combattaient à Stockholm. Et comme pour eux, Hermès ne pourrait se permettre d'interférer même si l'envie soudaine lui en prenait. La mission de son père passerait avant...

Enfin, cela ne signifiait pas non plus qu'il resterait inactif et avisant la parfaite cachette, il y entreposa son minotaure endormi avant de reprendre son envol. Cette fois, cela serait un affrontement en plein ciel. Les griffons tournoyaient variant leurs directions effectuant des cercles d'amplitude changeante...

Ils étaient nombreux à fendre les airs et au milieu d'eux, Hermès repéra celui qu'il souhaitait ramener au conseil et cette fois, ce ne fut plus le son de la flûte qui allait se faire entendre mais bien le sifflement accompagnant un piqué.

Plus que rapide le dieu détacha son manteau en passant devant sa proie. Aussitôt, celui-ci recouvrit la tête du volatile qui décontenancé rejoignit avec une souplesse toute relative le plancher des vaches.

Un immense nuage de poussières envahit aussitôt les lieux tandis que l'un des toits se défonça sous la violence de l'atterrissage. Pourtant le Griffon n'était que sonné lorsque le dieu se posa juste à ses côtés avant de s'en saisir le déposant en pleine rue.

Toi, tu vas m'accompagner au conseil...

D'un seule geste, il ôta son manteau avant de poser des entraves de cosmos, aussi bien autour du bec que des pattes et des ailes. Immobilisant l'animal sans lui infliger d'inutiles blessures. Et ce fut à ce moment-là que ses petits copains semblèrent réagir.

Trop lents, les volatiles...

Un simple souffle dans l'un de ses autres instruments et un son épouvantable fit s'éloigner les Griffons avant que le regard du dieu ne se repose sur sa prise, ses propres ailes s'étaient largement déployées en un mouvement défensif.

Tiens, toi non plus tu n'aimes pas le bruit du sifflet ?

L'animal finit pourtant par se calmer. Enfin, Hermès ne lui avait pas laisser non plus le choix.

Le dieu profita de cette accalmie pour contempler les alentours, les défunts qui l'entouraient bien plus que les dégâts dans la ville elle-même. Puis, il y avait ces cosmos dont certains très atteints...

Et comme il l'avait fait à Stockholm, il décida de se manifester devant l'un des saints momentanément libres...

" Chevalier Kappa du Verseau, je ne peux intervenir mais mon père sera mis au courant. Garde confiance en ta déesse, elle va bien et lutte pour vous... "

Il reprit ensuite son envol déployant son cosmos divin, histoire de dissuader toute attaque aérienne. Avec un tel halo divin et son apparence d'éternel jeune homme blond, il ne laissait aucun doute sur sa véritable nature. Il était le fils du roi des dieux...

" J'oubliais, je suis Hermès le messager des dieux. Je ne peux intervenir mais déplacer un être humain m'est toujours possible. A toi de me le demander, chevalier avant que je ne retourne en Olympe avec cette preuve... "

Son regard glissa sur le Griffon captif qui d'ici quelques secondes rejoindrait le minotaure de Stockholm.

[HRP : voilà, comme pour Stockholm, j'enlève une bestiole du terrain sans intervenir dans les combats.]
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 31 Juil - 14:11



La course effrênée à travers les rues enflammées et maculées de sang de Boston se poursuivait toujours, et mon compagnon improvisé de voyage commençait à donner des signes évidents de fatigue. Les lieux étaient jonchés de cadavres, tous plus mutilés les uns que les autres. Certains griffons étaient trop occupés à se sustenter pour nous voir passer juste derrière eux, tandis que d'autres se disputaient des corps encore frais qui finissaient démembrés pour qu'il n'y ait pas de jaloux. Les rares survivants se trouvant encore dans la cité devaient être cachés, terrés quelque part dans l'attente d'un miracle, ou du moins de l'aube, afin de profiter du jour pour fuir ces lieux désormais maudits. En une nuit, Boston s'était transformée en un enfer sur terre, une nuit en enfer... Peter s'arrêta soudain pour mettre sa tête entre ses genoux afin de reprendre son souffle.
- Entendu, conclus-je, va pour une minute de pause. Mais pas plus, nous sommes trop exposés dans cette rue.

Je profitai de cette minute de répit pour observer les cieux : la nuée de créatures noires semblait ne jamais vouloir se dissiper. Les odeurs de sang et de fumée étaient omniprésentes, donnant la nausée au pauvre docteur qui était déjà épuisé par sa course pour me suivre. Mais soudain, un cosmos puissant et divin fit son apparition non loin dans Boston. Je ne parvins ni à poser un nom sur ce cosmos, ni à voir son propriétaire.
- On repart, repris-je brusquement à l'intention de McMahan.
Celui ci acquiesça, même s'il n'aurait pas dit non à une pause un peu plus longue. La chaleur dégagée par les incendies qui dévoraient toujours la cité nous collait au corps, mais il fallait rejoindre Kenshiro au plus vite. Plus le temps passait, et plus je m'inquiétais pour lui. J'étais venu avec lui après tout, et s'il lui arrivait quelque chose, j'en serais le responsable. Cette pensée me fit serrer les poings, et je voulus accélérer le pas, mais il me fallait attendre Peter.

C'est à cet instant que le propriétaire de ce cosmos divin se manifesta. Sous le coup de la surprise, je m'immobilisai brusquement : un jeune homme blond, dont une aura divine émanait se tenait devant nous. Il m'adressa directement la parole, alors que je posai un regard empli de respect vers cet inconnu. Je connaissais cet individu. Pas personnellement, bien entendu. Mais il correspondait à la description que l'on faisait du dieu messager.
Garder confiance ? Enfin des nouvelles de notre déesse ? A ces mots, toute une série de questions se bousculèrent dans ma tête, mais déjà, mon mystérieux interlocuteur faisait mine de repartir aussi vite qu'il était venu. Je voulais au moins m'assurer de son identité. Mais comme s'il lisait dans mes pensées, il me confirma aussitôt qui il était : Hermès, le dieu messager. Transporter quelqu'un ? Oui !! Mon regard se tourna vers Peter, puis, je pensai soudain à Kenshiro.

M'avançant d'un pas lent et mesuré, je pris immédiatement la parole :
- Je te salue, Hermès, Dieu messager ! C'est un honneur pour moi ! Kenshiro, le chevalier de bronze du Dragon, est blessé et en danger. Te serait il possible de le transporter au sanctuaire pour qu'il y soit en sécurité ? Et puis....
Me tournant vers le docteur McMahan, je repris :
- Il serait bon que tu transportes cet homme également. Il est en danger ici, et au vu de la situation, je ne pourrai le protéger éternellement. Je sais que je te demande beaucoup, mais j'aurais l'esprit bien plus serein si je les sais tous deux loin d'ici.
- Hé ! protesta immédiatement Peter, ce n'est pas un gamin qui va me dire quoi faire et où aller ! Tu ne savais pas encore marcher que je sauvais déjà des vies ! ajouta t'il en haussant le ton.
Je fis volte face pour lancer un regard foudroyant au docteur qui se calma aussitôt :
- Tu ne sais pas de quoi tu parles, et ne connais pas les forces qui sont à l'œuvre ici. Si Kenshiro est transporté hors d'ici, tu n'as pas de raisons de continuer à prendre des risques. Que ça te plaise ou non, tu feras ce que je te dis, ajoutai-je d'un ton sans réplique.

Je me tournai à nouveau vers le dieu messager, en attente d'une réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mer 3 Aoû - 1:01

D'autres ombres reparurent juste au-dessus de sa tête. Et malgré cela, le messager demeurait impassible, cachant aux yeux des mortels ses véritables pensées. Ces Griffons n'oseraient sans doute plus l'attaquer. Du moins pas de suite mais tôt ou tard, ils s'enhardiraient et finiraient par fondre en masse sur celui qui avait pris l'un des leurs.

Une divinité... Une prise qui pouvait qu'attiser leur convoitise. Mais cela n'était pas encore pour maintenant et Hermès se retourna vers le chevalier qui avait enfin osé lui adresser la parole. A ces mots, une certaine joie avait même envahi l'Eternel Voyageur alors que ses traits demeuraient impassibles. Un calme, un calme immense émanait de lui alors que tout autour, ce n'était que mort, râles et lamentations. L'odeur du sang, des feux et de la cendre allourdissaient encore le tout, menaçant d'étouffer les âmes vaillantes sous une lourde chape de souffrance et de désarroi.

Pourtant, ils essayaient encore de repousser les vagues de Griffons de toutes leurs forces. Les humains gardaient l'espoir comme ces deux hommes qui se tenaient devant lui.

Et enfin, le divin Hermès reprit la parole, intensifiant son aura lumineuse, véritable hâlo ajoutant encore plus de force à sa lumineuse présence. De quoi frapper tous ceux qui auraient la chance de le contempler. Jeune homme blond aux immenses ailes d'énergie pure...

" Bien, il en sera fait comme tu le souhaites Kappa du Verseau, tu aurais pu choisir de sauver ta propre existence mais tu as avant tout songé à tes frères... "

Sur ces queques mots, le ton du dieu avait changé. Il s'était fait bien plus grave alors que son regard plongeait dans celui du mortel, sondant son âme. Puis il s'intéressa à l'autre qui parvint, chose devenue plutôt exceptionnelle à l'amuser. Enfin dans une certaine mesure.

Décidément, l'arrogance de ces hommes qui se croient sages et savants m'étonnera toujours. Un dieu leur tend une main et ils arrivent encore à pinailler sur quelques détails. Et bien dans ce cas, un léger rappel s'impose.

Une lueur dangereuse s'alluma alors dans l'oeil du messager qui pour la peine haussa quelque peu la voix.

" Silence, humain, plus tu me retardes et plus mon père restera dans l'ignorance de ce qu'il se passe céans. Mesure plutôt ta bêtise, toi qui te sens si adulte alors que j'ai des centaines et des centaines d'années de vie humaines derrière moi...

Et n'oublie jamais cela ! Repousser l'aide d'un dieu signifie l'offenser, est-ce ainsi que tu comptes aider les tiens !? En repoussant une aide inespérée "


Tétanisé par les douces paroles d'Hermès, le docteur n'osa plus rien dire, se contentant d'accepter la proposition de Kappa d'un seul geste.

" Bien, voilà qui est mieux. Suis-moi, mortel, et lorsque je te le dirais, tu fermeras les yeux.

A bientôt, Kappa du Verseau et garde toujours espoir... "


~~~~~~~~~~

Quelques secondes lui avaient suffi pour retrouver le chevalier du Dragon. Comme pour le Minotaure, il avait entreposé le Griffon hors d'atteinte de tous et de toutes, sous une subtile enveloppe de cosmos, créant une cachette digne du roi des Voleurs. Le docteur Mac Mahan suivait, enfin, suivre était un grand mot vu que Hermès l'avait littéralement pris en remorque dès qu'il avait accepté de fermer les yeux. Ainsi, pouvait-il le garder à l'oeil sans devoir l'entraver ou le contraindre d'aucune façon...

Il devait le ramener et non l'entreposer avec ses deux prises qui roupillaient.

Enfin, passons, il avait un Dragon à sauver.

La voix de Hermès s'éleva alors.

" Tu peux ouvrir les yeux, docteur Mac Mahan, et regarde dans quel état est ce combattant. Sans soins, il risque de voir ses blessures s'infecter voire de trépasser sur l'heure. Son cosmos file vers la mort... "

L'homme allait s'avancer vers le blessé lorsqu'il fut comme paralysé par une force.

" Ne m'interromps pas. Maintenant que sa route a croisé la mienne, il n'a plus rien à craindre. Je suis le fils du roi des dieux et n'ai qu'une parole... Regarde et témoigne de ce que tu auras vu lorsque ses frères viendront t'interroger. "

Un signe de tête empli d'une soudaine gravité et le docteur le laissa faire.

L'obscurité semblait avoir repris ou bien était-ce du à l'endroit où ils se trouvaient, entre les murs d'une maison ? Mais pour Hermès, cela n'avait rien de gênant et le cosmos du dieu eut tôt fait de refermer les pires plaies tout en purfiant les chairs meutries. Plus aucun risque d'infection.

" Bien, il est hors de danger et maintenant, il est temps pour nous de quitter enfin ces lieux. Que cette demeure reste ce qu'elle a été, un abri contre lequel aucun de ses griffons ne pourra faire de mal... "

Sur ce, le cosmos du divin Hermès s'embrasa avant d'envelopper avec une incroyable délicatesse le corps des deux hommes qu'il souleva sans la plus petite difficulté. Il tendit pourtant un sorte de cape au docteur avant de dire.

" Protégez-vous, cela va secouer. On nous attend... Avec impatience. "

La même précaution pour le Dragon et d'un geste trop rapide pour que ses passagers ne puissent le suivre, Hermès décolla. En deux coups de sandale, il récupéra ses deux prises qu'il enveloppa cette fois dans les mailles du filet de bronze.

" N'ayez crainte, docteur, personne ne peut se dégager de cette petite merveille, pas même les dieux."

Pas vrai mon cher grand frère. Aphrodite et toi étiez au première loge pour le tester.

De la ville où plutôt du champ de ruines, qu'il en restait monta soudain une nouvelle série de cris d'effroi auxquels répondirent les hurlements de la volaille. Et tandis que les Griffons se rassemblaient pour une nouvelle salve. Hermès avertit simplement l'un de ses "passagers".

Enveloppez-vous et n'essayez pas de voir ce qu'il va se passer, ce serait peine perdue...

Et maintenant à nous...

Hurlèrent ses pensées avant que son cosmos n'explose littéralement, illuminant tel un soleil les ténèbres ambiantes et que dans la foulée, il ne fonce dans le tas, bousculant et fauchant tout ce qu'il pouvait tel une boule lancée dans le plus incroyable des jeux de quilles. Les quilles en question n'ayant d'autres choix que de s'abattre sur le sol avec une violence inouïe...

Ainsi, Hermès brisa-t-il la vague qui se rassemblait pour lui, forçant le passage tout en veillant à ce que sa précieuse cargaison n'en souffre nullement.

Quelle manque de finesse pour le dieu des Voleurs, maître de l'Eloquence mais ce que cela pouvait aussi lui faire comme bien...

== > Sanctuaire puis Mont Olympe

[Kenshiro du Dragon est évacué de Boston]
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mer 3 Aoû - 1:52



Une seule phrase de la part du messager des dieux suffit à rendre le docteur McMahan docile. D'un simple regard, il avait plié Peter à sa volonté et ne semblait pas enclin à perdre inutilement du temps en compagnie de deux mortels. Le docteur comprit fort heureusement instantanément le message, et il accepta de coopérer, alors que je l'encourageais à faire un pas puis un autre en direction du jeune homme blond dont émanait soudain une sévérité impressionnante. Puis, lorsqu'il fut sur le point de partir, le dieu Hermès me salua une dernière fois. En signe de respect, je posai mon poing gauche sur ma poitrine et inclinai doucement le menton, avant de lui répondre tout bas :
- Je te suis très reconnaissant, je n'oublierai pas ton aide, Hermès. Merci...

Finalement, celui ci décolla à une vitesse impossible à suivre pour des mortels et disparut dans la nuit en emportant Peter. Quelques secondes plus tard, le cosmos de Kenshiro gagna à nouveau en intensité, même s'il était toujours faible. Ils étaient tous deux sauvés à présent, je pouvais me concentrer sur un moyen efficace de juguler cette invasion. D'un bond, je me propulsai sur une des plus hautes toitures pour m'orienter et obtenir une vue d'ensemble. Résumons : les griffons avaient attaqué de nuit et de manière ordonnée, ils s'étaient attaqué en priorité aux défenses de la ville. Nous ne savions pas pourquoi, mais il y avait fort à parier que les ficelles étaient tirées en coulisses par quelqu'un qui savait parfaitement ce qu'il faisait. J'avais du mal à croire que ces créatures s'étaient décidé d'elles mêmes à envahir Boston. Non... On les y avait poussés. Mais qui ? C'était là toute la question, car éliminer le ou la responsable de cette invasion pourrait forcer les créatures à battre en retraite. Ca valait le coup d'essayer...

Mais pour le moment, je n'avais aucun moyen de savoir concrètement qui se cachait derrière cet acte abominable. Le plus sage consistait à rejoindre le Taureau et les deux autres cosmos qui venaient d'arriver. Soudain, un agresseur me tira de mes rêveries, et je n'eus que le temps d'esquiver sa griffe qui me frôla. Partagé entre l'agacement d'avoir été interrompu et la volonté d'en finir rapidement, ma réaction fut immédiate : une lame de glace fendit l'air l'instant d'après et le griffon chuta depuis le toit sur le pavé de la ruelle dans un bruit mat, avant que je ne fasse disparaître mon épée aussi vite que je l'avais faite apparaître.
- Tous ces sous fifres commencent à me fatiguer, pensai-je de plus en plus agacé en chassant une mèche de cheveux d'un mouvement de tête impatient.

Me concentrant à nouveau sur les cosmos de mes amis, je remarquai qu'ils semblaient affronter des cosmos bien plus puissants que ces satanés griffons. Peut être auraient ils besoin d'aide... Je repris alors ma course à travers les toits en direction du cosmos de l'Aldébaran, quand soudain, cinq nouveaux griffons atterrirent sur les toits me faisant face, une nouvelle fois pour me barrer la route. Serrant les dents et les poings, je forçai l'allure plutôt que de freiner pour m'arrêter. Je fis rapidement apparaître Fraternité, et ma voix s'éleva soudain, froide et dangereuse comme celle d'un prédateur, mais forte et colérique :
- Quand est ce que vous comprendrez à la fin ?! Je n'ai pas de temps à perdre avec des sous-fifres de votre espèce ! Vous ne méritez même pas que je m'attarde sur vos cas ! Mourreeeeez !

Et tandis que je sautais de toit en toit, ma lame transperça mes adversaires avec une adresse et une rapidité impressionnante, les terrassant tous les uns après les autres. Sans même prendre le temps de m'arrêter ni même de me retourner, je rangeai à nouveau mon épée, et forçai l'allure en direction du Taureau. Toute cette histoire commençait sérieusement à m'agacer, il allait falloir stopper tout cela très rapidement, et le mieux pour commencer à monter un plan solide, était encore de nous rassembler pour en planifier un...



Dernière édition par Kappa le Mer 31 Aoû - 12:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 6 Aoû - 22:13

    Alors que les dernières lueurs du Cosmos divin du Messager des Dieux disparaissaient, le désordre que son apparition inopinée sur le champ de bataille avait provoqué commençait seulement à disparaitre. Les nombreux Griffons encore en vol au-dessus de la cité reprenaient leurs formations pour donner la chasse aux survivants encore nombreux aux quatre coins de la ville côtière. A l'origine de ce regroupement rapide et efficace, au sommet du fort britannique à présent en ruine qui surplombait la cité, la Matriarche, ce Griffon aussi vieux que les Dieux eux-même, qui donnait ses ordres par cris brefs et rageurs.

    Cette attaque aurait dû être rapide et simple. Voir tant des siens tomber les uns après les autres et ces Chevaliers arriver toujours plus nombreux mettaient la meneuse du Vol hors d'elle. Deux membres de sa garde personnelle avaient déjà été envoyés plus tôt pour abattre l'homme aux explosions qui, en un instant, avait fait disparaitre deux de ses portées d'un seul geste et avec une arrogance sans borne, provoquant l'ire de l'Ancienne. Le Cosmos obscur qui se dégageait de son corps semblait se nourrir de cette colère pour la muer en haine et décupler sa puissance alors que ses ailes aussi tranchantes que des rasoirs s'agitaient. Sentant que l'un des Golds Saints qu'elle pensait avoir éliminé était réapparut dans Boston, la Matriarche poussa un cri puissant et impérieux à l'adresse d'un des deux Griffon Majeur qui étaient demeurés pour la protéger. L'un d'eux s'envola immédiatement vers la cible qui lui avait été désignée, sans une ombre d'hésitation, laissant sa Mère enrager dans son repaire. Le dernier garde, quant à lui, poussa un faible cri plaintif et recula face à la fureur inhabituelle de leur meneuse, effrayé par celle qu'il vénérait tant.

    ~¤°---------------------------------------------------------------------------------------------°¤~

    Le Chevalier des Glaces avançait, petit à petit, grâce à ses bonds rapides et précis, vers la direction du combat de titan opposant Marcus du Taureau à l'un des plus important Griffon du Vol. Les petits groupes de créatures encore immatures qui lui barraient la route ne suffisaient pas à le ralentir, tant il avait pris le coup de main pour les abattre rapidement ou pour les éviter sans trop de casse. Pourtant, alors qu'au loin, sur le port, commençait à se dessiner la silhouette dorée du Chevalier à la peau d'ébène, la vision du Verseau fut brusquement obscurcie par une immense ombre qui tomba en fracassant le toit sur lequel il s'apprêtait à sauter. Immobilisé, le Gold Saint put contempler avec effroi l'immense paire d'ailes noires qui se détacha de la fumée soulevée par le choc pour le balayer d'un violent mouvement, dévoilant l'adversaire auquel il devait faire face.

    Quasiment aussi grand que la maison sur laquelle il venait d'atterrir, le Griffon Majeur qui bloquait la route du Verseau était l'un des plus imposants jamais aperçu par l’œil humain. Entre ses plumes d'une noirceur absolue, on pouvait deviner des cicatrices anciennes et depuis longtemps refermées, vestiges de combats menés à des époques que les sages avaient depuis longtemps oublié. Allongeant son cou pour hurler d'un cri surpuissant au visage du Chevalier, il n'amorça cependant aucun mouvement agressif, se contentant de le dévisager de ses yeux rougeoyants de soif de sang et de rage tout juste contenues par un froid instinct de prédateur. Grattant le toit de toiles défoncées, le Griffon défiait du regard Kappa, lui signifiant sans mot dire qu'il ne passerait pas ce point sans que l'un deux ne rende l'âme.

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 7 Aoû - 0:10



La course à travers les toits de la cité éclairés par la Lune se poursuivait toujours lorsqu'enfin, au loin, je crus voir mon compagnon d'armes. Mais alors que j'allais amorcer un nouveau saut, une immense fumée noire vint me barrer la route, très exactement sur le toit sur lequel je m'apprêtais à sauter. En quelques secondes, l'épais brouillard ténébreux se dissipa, révélant un griffon d'une taille gigantesque, qui n'avait rien de comparable avec tous ceux que j'avais affrontés jusqu'à présent. Inutile d'être un génie pour comprendre pourquoi il était là, ni pour connaitre ses intentions. Celui ou celle qui dirigeait toute cette folie l'avait envoyé pour me stopper définitivement cette fois. Il était évident que je ne m'étais pas fait que des amis en éliminant tous ces petits griffons. Son corps musculeux et visiblement extrêmement robuste était couvert de nombreuses cicatrices, seuls témoins de la violence des nombreuses batailles que la bête avait connu. D'un simple coup d'oeil, je pris conscience que le combat à venir allait s'avérer être beaucoup plus difficile que ne l'avaient été les autres. Un tout autre adversaire, pour un tout autre niveau...

L'impatience et l'envie d'en découdre irradiaient littéralement de la créature. Visiblement, sa soif de sang n'avait d'égale que son envie de me mettre en pièces, et de se sustenter avec mes restes. Malheureusement pour elle, il allait falloir qu'elle mérite son repas si elle y tenait tant que ça, car je n'allais pas me laisser attaquer sans riposter. Petit à petit, je regroupai mes forces et ma concentration en prévision du combat qui s'annonçait à présent comme inévitable.

Le regard ambré et injecté de sang de l'animal me fixait avec insistance, comme pour me défier du regard, sans mot dire, laissant s'installer un silence pesant entre nous. Au moins, nous nous comprenions : le silence était encore pour moi aussi la meilleure des réponses que j'avais à offrir à mon adversaire. Le regard froid, déterminé et perçant que j'affichais, et avec lequel je défiais à mon tour le griffon parlait suffisamment de lui même sans que j'aie besoin d'ajouter quoi que ce soit. Mes traits s'étaient à nouveau durcis, et ma concentration était totale. Je m'étais redressé de toute ma hauteur, les bras le long du corps, mes longs cheveux bougeant légèrement sous le souffle du vent. Cette position laissant peut être paraître que ma garde était baissée, mais il n'en était rien, bien au contraire. Telle était la position défensive de Kappa, chevalier d'Or du Verseau. J'étais à présent tout à fait prêt au combat. Et je n'aurais aucune pitié pour mon adversaire...

Arrow [PV Combat Boston] Kappa/Griffon noir



Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 28 Aoû - 2:04

Arrow Le Sanctuaire d'Athéna

Une lumière verte se profilait à l'horizon de la ville a feu et à sang à grande vitesse. Celle-ci semblait augmenter en intensité et en fureur à chaque seconde qu'elle s'approchait de la ville plongé dans les ténèbres avant de prendre la forme d'un gigantesque dragon de jade illuminant la nuit de sa colère tandis que chacun de ses pas ouvraient le sol; laissant les empreintes de celui qui se cachait sous la colère du dragon de lumière. Le Dragon accéléra sa course jusqu'à bondir du sol tel une créature mythique prenant son majestueux envol afin de passer les portes de la ville; elles étaient recouvertes de flamme et de corps déchiqueté...
Le dragon se posa impérialement entre deux maisons à moitiés détruites avant de disparaitre dans un grognement sourd, laissant apparaitre une forme aux cheveux longs derrière les résidu de cosmos vert qui avait donné corps au dragon. C'était le chevalier du Dragon et maintenant le voila revenu aidé les siens; avec la fureur du juste comme allié...

*Me revoilà dans cet endroit...*

Le jeune chevalier avança lentement avant de tituber et de tomber un genoux au sol en déglutissant. Son corps ne s'était pas encore remit de son coma et l'odeur de mort mêlé au charniers étaient quelque chose d'horrible. Titubant légèrement en se relevant. L'attention de Kenshiro fut pris par plusieurs déferlantes de cosmos et autre explosions plus loin dans la ville.

"Les chevaliers d'ors..."

Sans qu'il ne s'en rende compte lui même. Ses jambes s'étaient déjà mis en route en direction des combats. Pouvait-il aider ? Ca il ne le savait pas mais il ne pourra plus jamais se regarder en face s'il n'aller pas s'assurer qu'il pouvait leurs venir en aide de quelconque façon. Courant à en perdre haleine le jeune dragon s'approchait de plus en plus de l'endroit où se tenait les combats jusqu’à ce que que...

"A l'aide..."

Kenshiro se stoppa net tandis que son regard se posa sur une maison en ruine avant que ses yeux ne s’écarquille: une femme était coincé sous les débris de la porte de sa maison. Tenant un bébé enveloppé dans un linge contre elle, elle semblait à bout de force.

"Tenez bon !!!"

Cria le chevalier avant de partir dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 28 Aoû - 2:56

Arrow Le sanctuaire d'Athéna

Oui, c’est bien décidé à éliminer le dragon qu’il percevait comme un traître à sa noble cause qu’il avait quitté le confort de son cocon ; le sanctuaire. Il avait un train de retard, mais rien d’insurmontable. Emporté par le vent qu’il générait à sa guise, il ne se fatiguait même pas. A l’allure mystique, la silhouette de Damon se confondait dans une tempête de vent et de sable, se transformant lentement en une magnifique tornade qui suivait tranquillement son chemin. Une fois sur les lieux il stoppa son petit manège.

Plissant les yeux, il regarda en direction d’une traînée verdâtre qu’il identifia comme un signe de son ridicule camarade de bronze. Il n’accorda pas le moindre intérêt aux cadavres qui jonchaient le sol, le sang séché sur les murs, qui inondait le sol. Oui, c’était là un cadre apocalyptique qui n’ébranla pas le moins du monde Damon. Conditionné à vivre reclus des sentiments superflus par son maître Albafika, tout ce qu’il pouvait se dire c’est que leur mort était destinée. Tant pis pour les morts, il y a encore des survivants ; c’est tout.
Il poussa même le vice jusqu’à donner un coup de pied dans un cadavre de jeune femme qui se trouvait au milieu de sa route, simplement pour déblayer le terrain. A quoi bon avoir du respect ou une morale envers un mort ? C’était simplement des morceaux de viande encombrants maintenant. Ils n’avaient de toute manière, à la base, que peu de valeur.

Réajustant sa cape, il se dépêcha de rejoindre le bronze qu’il avait repéré au préalable ; les combats faisaient rages un peu partout en ville, et il identifiait clairement qu’il s’agissait de ses confrères. Pourquoi tant de saints d’or ? C’est un gaspillage d’effectif, sachant que le vénérable Albafika aurait pu purifier Boston à lui seul. Décidément, les saints manquaient d’un commandement à la hauteur. Il devrait s’en charger.
Arrivant enfin là où se trouvait cet abruti à l’esthétique horrible, il visualisa la scène rapidement ; le bronze se précipitait tel un héros vers une femme et son bébé, coincé dans l’encadrement de porte effondré. Avec toute la bâtisse qui menaçait de suivre. Vraiment, comment ces civils s’étaient foutus dans un tel pétrin ? Ils ne méritaient pas qu’on perde du temps à les aider. Un temps que l’on pourrait concentrer vers d’autres personnes plus méritantes.

Cependant, hors de question de laisser la moindre once de gloire à cette ordure présomptueuse dont la vue lui donnait des nausées. Oui, hors de question, les mérites, la gloire, tout ça, c’est pour lui et lui seul ! Pas ce minable bronze ! C’est pourquoi le saint d’argent amorça une descente en flèche vers le lieu du drame, soulevant le vent pour déstabiliser le bronze. Déjà sensé être plus lent qu’un saint d’argent, ceci devait probablement suffire pour que Damon prenne l’ascendant sur celui-ci.

Arrivant finalement vers la femme et son bébé, il retira le débris qu’il lança au loin, alors que la maison enflammée grondait, signifiant que les fondations ne tiendraient plus longtemps. Conscient de cela, le saint d’argent eu pour seul reflexe d’attraper la femme par le bras, la tirant d’un coup sec vers l’extérieur. Peu importe la douleur qu’il lui causait, au moins il la sauvait, elle n’allait pas se plaindre. Surtout que l’action venait juste à temps avec la destruction totale de la maison qui aurait très bien emporté Damon aux portes de la mort si celui-ci n’avait pas appliqué sa barrière atmosphérique. Et ce n’est pas quelques débris à la con qui la perceraient. Sortant indemne de ce bourbier, il ne décrocha pas le moindre regard vers les deux vies qu’il venait de sauvé ; il en avait clairement rien à foutre. Au contraire du bronze qui avait piqué au vif sa dignité.

« - On en a pas fini, le bronze. »

C’est un sourire victorieux qui s’affichait sur le visage malin de Damon, content de sa petite entrée surprise, une vraie mise en scène héroïque et théâtrale. Cela éblouirait peut-être le pathétique bronze, avant que l’élève d’Albafika ne décide de l’emporter dans la mort. Pas maintenant, cependant. Il avait une priorité à respecter.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 28 Aoû - 20:11

    Alors que deux flèches, l'une argentée, l'autre émeraude, frappaient la terre du nouveau continent, une bande de griffons les observait en train de se battre comme des chiffonniers pour de vulgaires humains. Deux griffons décrochèrent alors de la bande, et dansèrent dans le ciel en se cachant derrière les colonnes de fumée, ils s'approchaient furtivement de l'homme à l'habit argenté ! Refermant brusquement leurs ailes, ils piquèrent sur l'homme en train d'invectiver un autre homme habillé de vert émeraude. Celui-ci tenait dans sa main droite une jeune mère, affolée par ce qu'elle était en train de voir arriver dans le dos du Chevalier d'argent. Comme des rapaces sur des souris, le premier prit les épaules de l'argenté pour le faire voler de quelques mètres en direction d'un mur bien épais. Puis, atterrissant devant lui, il le frappa de violents coups de griffes qui firent voler son casque dans les décombres ! L'autre griffon venait de poser les griffes sur la mère que tenait à l'instant l'argenté, il faisait face au chevalier vert, ils se connaissaient tous les deux et le second griffon était heureux de retrouver son ancienne proie.

    Sifflant en rabrouant ses ailes, il amena un enfant devant lui. Affûté, il balaya celui-ci dans la direction du Dragon avec un feulement carnassier, ainsi, le Dragon n'eut pas le temps de voir la queue du Griffon qui accompagnait l'enfant en plein vol. Tranchant le corps de l'enfant en deux, il frappa la poitrine du Saint avec une grande force. Dérapant dans les gravas, le chevalier devait voir voler au-dessus de lui des centaines de pierres éparses. Son dos pouvait le faire souffrir encore, et ca, le griffon n'avait pas oublier le sang qui s'était séché sur sa lame à l'extrême de sa queue. Il rugissait alors de rage et il fonça sur le jeune homme pour le frapper de quelques coups dans les cuisses, il prit son bras avec son bec et le balança en direction d'une maison en flammes. Après tout, la viande est plus appétissante, si elle est légèrement chauffée !
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mar 30 Aoû - 21:53

Kenshiro du Dragon n'en croyait pas ses yeux quand il voyait le chevalier d'argent qui l'avait molesté au sanctuaire, s'avancer vers lui avec un air triomphant doublé de méprit pour les vies qu'il venait de sauver. Dans le seul but de se moquer de lui... Le dragon se revoyait la scène au ralentit dans sa tête tandis que la colère bouillonnait en lui: Alors que le jeune chevalier de bronze au cheveux d’ébène se précipitait en direction d'une femme prise dans les débris de l'encadrement de sa porte, protégeant un bébé dans ses bras. Un vent puissant souleva le garçon à l'armure émeraude du sol comme un simple fétu de paille sous les caprices des vents. Sans appuies sur le sol, le jeune bronze paniqua un instant pour redescendre de sa première expérience de vol. Ne pas avoir les deux pieds sur le sol pouvait être une chose des plus effrayantes pour un jeune guerrier. Seulement il existait une émotion plus forte que la peur... La colère et l'homme qui venait d’apparaître dés lors la raviva dans son coeur.

"VOUS ?"

S'écria le chevalier de Bronze tandis que l'homme qu'il exécrait le plus au monde apparut: le chevalier d'argent qu'il avait rencontré au sanctuaire d'Athéna. Le même qui avait essayé de le tuer en l'étranglant lors de son réveil à l'entrée du lieu de rassemblement de la déesse de la sagesse. Et voila qu'il venait le suivre jusqu'ici. Kenshiro aurait espéré qu'il vienne l'aider dans sa tache, mais il n'en était rien à voir son visage quand il sortie la mère et son bébé des décombres qui menaçait de s'écrouler. Ce sourire moqueur... Le sang de Kenshiro bouillonna alors qu'il redescendait lentement au sol: il se moquait de lui ! Il ne prenais pas soin de ceux qu'il avait sauvé ! Et si sa petite mise en scène avait coûté la vie des ses personnes ? Kenshiro serra le poing tandis qu'il s'approchait de lui. Sentant les véritables intentions du chevalier d'argent... S'il voulais le violenter une fois de plus. Supérieur ou pas il se défendrait de toute la colère du dragon.

"Vous êtes venue finir ce que vous aviez commencé au sanctuaire ?"


Kenshiro était si concentré sur le chevalier d'argent qu'il ne vit pas deux ombres gigantesques fondre sur eux. Envoyant le chevalier d'argent dans les airs en faisant tomber au passage le dragon avant que l'un des deux griffons ne se pose devant lui: emprisonnant le corps de la femme sous ses griffes.
Le sang du chevalier de Bronze se glaça quand il vit le bec brisé de la créature: c'était elle qui l'avait attaqué il y'a maintenant quelque heurs. Mais que lui voulait ce monstre ? La réponse prit la forme d'un enfant que la créture lança sur le jeune homme. D'un bond il se redressa afin d'attraper le garçon. Il avait l'air vivant... Il pouvait l'attraper, le sauver il le pouvait.

D'un coup de queue; le monstre coupa l'enfant en deux avant que sa queue n'éjecte le dragon complètement choqué par la scène de l'enfant coupé en deux à quelque centimètre de ses bras, dans les flammes d'une maison.
Kenshiro se retrouva dans les flammes. Complètement anéanti par la vision qu'il avait eu de l'enfant qui pensait sauver... S'il avait été plus rapide... Il ne serait pas mort... Il a échoué... De fine larme s’évaporèrent de ses yeux alors que les flammes commençaient à entamer la protection de son armure. Kenshiro lui ne bougea pas. Laissant le feu s'attaquer à son corps sans réagir. Il n'avait pas pu sauver cet enfant... Il était si désolé de son impuissance... Il voulait juste mourir... Fermant les yeux le chevalier de Bronze s’abandonna à son triste sort. Le chevalier d'Argent avait raison; il n'aurait jamais du revenir... Ni même faire partie de la chevalerie... Il n'aurait pas du.

" -Par la Charge du Taureau !"

Un cri fit ouvrir les yeux au saint d'émeraude. Cette voix... C'était celle du chevalier du Taureau... Les mains de Kenshiro se refermèrent tandis qu'une pensée lui vint à l'esprit: qu'aurait fait le chevalier du Taureau à ma place ? La réponse s'imposa d'elle même. Son cosmos vert se déploya alors avec fureur.

*L'Aldébaran lutterait jusqu'à la mort ! Il m'a déjà sauvé la vie une fois ! Je ne dois pas mourir !!! Pour tous les personnes dans cette ville je ne dois pas me laisser mourir !!!*

Son cosmos se déploya dans une tornade de fureur: créant un gigantesque dragon vert détruisant la maison avant de l'éparpiller aux quatre vent. Le chevalier du Dragon irradiait d'une puissance incroyable tandis que sa résolution s'était endurcie. Cette résolution lui ouvrait les portes du septième Sens.

"Je... N'ai pas put sauver cette enfant monstre... Mais je ne te laisserais plus jamais faire de victime !"

Son cosmos se concentrait de plus en plus autour de lui: créant une myriade de dragon furieux alors qu'il leva sa main gauche en l'air prés de sa tempe et sa main droite. Sa puissance et sa fureur se concentrèrent alors dans son poing tandis qu'une vision l’interrompit: un flocon de neige dans cette ville en flamme.

*Sir Kappa... Vous aussi... Oh grand Aldébaran... Puissiez vous m'entendre ! Et toi petit... Pardonne moi de ne pas avoir pu te sauver... Mais laisse moi te venger.*

Son cosmos explosa dans une déflagration de puissance alors qu'il fondit sur le griffon, créant un cratére là où il se tenait par la puissance qu'il dévellopait alors que son poing droit se transforma littéralement en un dragon titanesque, puisse ce cri résonnait dans la ville des habitants qu'il devait sauver.

"DISPARAIS DE LA SURFACE DE CE MONDE MONSTRE !!! ROZAN SHÔ RYU HAAAAAAAAAAAA!"


Un dragon titanesque sorti de la ville, emportant le griffon dans le cri de sa colére.
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mer 31 Aoû - 10:43

Et merde. Alors qu’il ouvrait la bouche, tout fier, pour répondre au bronze, les ennuis le rattrapèrent. Il aurait dut le voir venir. Il aurait dut le savoir. Il en attribuait la faute au bronze qui avait dérangé son attention et son sens de l’anticipation légendaire. De ce fait, Damon n’avait pas vu le griffon qui se jeta sur lui, l’agrippant par les épaules. Totalement déboussolé, il s’écrasa sur un mur, tandis que son magnifique casque quitta son crâne, rejoignant les décombres. Des coups de griffes étaient distribués sans retenue par l’horrible bestiole ; totalement surpassé Damon plaça dans un premier temps ses avants bras au niveau de la tête.

S’il pouvait éviter d’avoir une cicatrice qui nuirait à son charisme, ce serait bien. Cependant face au danger il savait qu’il devait réagir au plus vite. Comment ? Heureusement que le saint d’argent possédait un cerveau des plus développés. Toute en finesse, il intensifia son cosmos et plaça ses mains devant lui, dressant un mur de vent entre lui et le griffon. Cette défense parfaite dont il était si fier le fit sourire. Un sourire hautain, à la Albafika.

Il jeta un coup d’œil vers le second griffon et son « pote » le bronze. Celui-ci qui semblait en mauvaise posture eu, ce qu’on pouvait appeler un regain de vitalité. Il n’attribuait pas cela à un pouvoir particulier, simplement à sa détermination. L’inexpérimenté était encore plein d’espoir. Sans ça, il serait probablement déjà mort, même la première fois. Il assista à son coup sur le griffon en silence, se contentant de le regarder. Mais lui aussi avait quelques soucis, et il était juste en face de lui.

Cependant Damon n’était pas du genre à préciser les choses, tout en douceur, pas de précipitation, garder son calme, être concentrer … Telles étaient les valeurs inculqués par le brillantissime Albafika. Et il se devait d’appliquer ceci à la lettre, sous peine d’être un incapable. C’est alors que, concentrant son cosmos, il fixa la bête de ses yeux océans, l’air grave. Il cherchait à lui faire comprendre que lui aussi, ce n’était pas un rigolo. Il était le meilleur saint du sanctuaire, après Albafika, et ce n’est pas un putain de griffon qui lui ferrait peur ! Bien que, lui aussi, semblait bien menaçant.

« - Sale bête, dégage ! Dégage ou je te bute ! »

Cracha-t-il, dans la veine tentative de le faire fuir. Il savait que ça ne marcherait pas, mais s’il pouvait éviter de se salir les mains dans un combat, il en saisirait l’occasion. Le bronze était là pour ça de toute façon, non ?
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mer 31 Aoû - 17:26

    Les flammes crépitaient à l'intérieur de la maison, plus de bruit à part quelques frondaisons un peu rebelles, tout à coup, une pierre roula jusqu'aux griffes du Griffon qui s'apprêtait à repartir. Ensuite, des craquements se firent entendre, curieux de cet étrange phénomène, l'animal s'approcha des bruits qui augmentaient en intensité. Soudainement, des morceaux volèrent dans tous les sens, des poutres enflammées faillirent même abîmées son beau plumage noir, il recula par instinct quand il vit devant lui une puissante colonne cosmique émeraude qui grandissait sans cesse. Contractant ses ailes, le griffon s'envola pour avoir un point de vue aérien, mais la seule chose qu'il pouvait discerner était un gigantesque dragon cosmique fonçant droit sur lui. Atterré, il vola sur le côté, mais trop tard, il prit alors de plein fouet l'onde de choc et il disparut dans le ciel nuageux.

    Dans un autre pan de la rue, le lézard argenté faisait face à une nouvelle furie, gardant un étrange sourire, il créa un mur de vent qui avait la force de repousser toute volonté offensive. Dans un dédale de vent, le griffon s'envola pour ne pas continuer à combattre un adversaire qu'il ne pouvait plus combattre. Cependant, les griffons devenaient de plus en plus hargneux dans le ciel, il semblait encore plus excités désormais.

    Un cercle de plusieurs meutes de griffons se forma rapidement dans le ciel, ce signe était bien souvent annonciateur d'un départ, il était possible qu'ils avaient finis ici et la ville la plus proche, New York, n'était qu'a quelques encablures de la ville du Massachussets. Des cris effroyables se multipliaient dans le ciel noir, en signe d'adieu à cette ville maudite.

Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 4 Sep - 22:47

Le cosmos du dragon de bronze était plus furieux que jamais: Sa colère semblait accroître sa puissance alors qu'elle l'avait éveillé au septième sens; l'ultime cosmos. Pourtant pour le jeune guerrier, son comportement était tous l'inverse de son aura: il restait sans bouger à regarder le dragon de cosmos s’envoler vers les étoiles alors que son cosmos se gorgeait de violence. Comme si Kenshiro était complètement déconnecté de la réalité; abasourdi par sa propre puissance. Le chevalier du dragon perdait son regard dans l'infini, recherchant quelque chose au milieu des étoiles, quelqu'un... Puis ses yeux s’écarquillèrent avant de se focaliser sur une ombre dans la nuit. Puis une autre, encore un autre et encore une nouvelle avant que son esprit ne comprenne se qui se passait en ce moment: Les griffons étaient en train de se réunir dans les cieux. Ne laissant rien présager de bon pour le chevalier de Bronze qui se retourna alors pour voir ce que faisait le chevalier d'argent.

*Mais qu'est ce qu'il fait ? Pourquoi ne se débarrasse t-il pas de ce Griffon ? Il attend quand même pas que le Griffon fuit ? Cet homme est vraiment un chevalier ?...*

Kenshiro ne savait pas quoi faire avec les créatures volantes pouvant menacer de s'envoler pour les villes voisines. Il se devait de trouver une solution et très vite. S'il pouvait au moins attirer leurs attentions... Une lumière s'était allumé dans l'esprit du chevalier toujours baigné dans le septième sens. Attrapant un semblant de lance; Kenshiro recula avant de la lancer de toute ses forces sur un des Griffons afin que tous le remarque.

"HÉ SALE BÊTE JE SUIS LA ! VENEZ M'ATTRAPER SI VOUS POUVEZ !"


Prenant cette fois-ci une pierre: il la lanca sous la forme d'un météor vert qui abbatit l'un des Griffon en vol. Maintenant qu'il avait leurs attention: Kenshiro tourna les talons en direction du chevalier d'argent et son Griffon.
Sautant dans les airs avant d'abattre son bouclier à deux mains sur le crane de la bête, créant une explosion de cosmos et de poussière avant qu'il ne roule au sol. Se relevant à coté du Saint d'argent avant de faire grand mouvement avec les bras pour capter l'attention des monstres et montrer qu'il restait encore deux proies à chasser.

" ON EST LAAAAAAA! VENEZ NOUS DEVORER SALE EMPLUME !"

Ceci dit Kenshiro savait que même le saint d'argent ne pouvait vaincre une tel nuée de créature alors ils devaient adopter la meilleur solution possible: Soit fuir soit se battre ensemble contre les Griffons. Vue le cosmos que dégagé Kenshiro: la fuite n'était pas une option.
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Dim 4 Sep - 23:34

Waouh, ça c’est trop fort. Voir un griffon ; un animal légendaire à la puissance dévastatrice, prendre une reddition aussi futile et ce, simplement devant la barrière du saint d’argent ? Nul ne doute que celui-ci devait être idiot ou faible, et c’est là toute la différence avec les hommes, car ceci ne pouvait pas être mesuré. C’est tout en douceur qu’il sortait un pion de l’échiquier. Une victoire parfaite, on ne peut que difficilement faire mieux.

Reprenant son inspiration et tout juste remit de ses émotions provoquées involontairement à cause de sa fallacieuse poursuite avec le bronze, ce dernier venait glisser juste à côté de lui. Décidément ce petit était plein de fougue et de ressources, étonnant. Quand bien même était-ce cela qui qualifiait les bronzes, aussi répugnants soit ils à sa vue, une telle détermination forçait le respect. Mais Damon n’avait pas besoin de ces artifices là pour vaincre, car il est et sera toujours le plus fort. Ce qui se passait ici, quoi qu’il advienne, ne dérogerait pas à la règle ; Damon restera debout, sur ses deux jambes. Peu importe à quoi il devait faire face.

Cela dit, alors que les griffons semblaient sur le départ, il ne pensait pas que le bronze, aussi débile soit-il, fasse ce qu’il faisait. En effet, il usa de tous les stratagèmes vu et revus pour attirer l’attention sur lui. Non, sur eux. Pouvait-il vraiment l’en blâmer ? Après tous cette action visait juste à faire en sorte que seule la ville de Boston soit théâtre d’un tel massacre. Et personne ne savait où les griffons auraient pu se rendre. Enfin, pas Damon en tout cas. Ils s’en seraient peut-être même pris à Rodorio, ou pire, le sanctuaire ! Albafika ! Et il ne pouvait laisser aucun danger planer auprès de son vénérable maître, quoi qu’il en coûte.

C’est pour cela qu’il préféra ne pas revenir sur l’action du bronze. Tous cela parce qu’il savait qu’il aurait besoin du bronze, au moins comme chair à canon. Enfin, même si c’est salement pensé, l’essentiel était là ; devoir travailler en équipe avec le bronze pour venir à bout de la menace que même 3 saints d’ors avaient du mal à contenir. Là était toute la difficulté de leur tâche. Qui sait, peut-être que ce bronze à l’esprit fougueux et énergétique serait l’exception qui confirme la règle, celui qui s’accorderait le respect d’un être aussi vénérable que le saint d’argent du lézard. Peut-être même que dans l’avenir, ces deux-là formeraient une équipe mémorable, les saints d’élites, égaux aux chevaliers d’or, ceux qui auront détruit la menace de Boston. C'était peu probable vu le ridicule saint de bronze abruti qui l'accompagnait, mais il ferrait son possible pour le tirer vers le haut. Il n'avait pas le choix de toute façon ; l'instinct de préservation prend toujours le dessus sur les rancœurs.

« - Je crois qu’il n’y a pas d’autres options que les battre. Au fait, moi c’est Damon. »

Oui, il donnait bien son nom. Lui-même avait du mal à s’en rendre compte, mais c’est le genre de chose qu’il ne pensait jamais offrir à un bronze. Elle est là, l’exception. Peut-être que le lézard pensait que le dragon et son esprit plein de fougue, de vigueur et d’inexpérience pourraient un jour, mûrir tel un vin. Et il en serait le vigneron, pour cette fois tout du moins. Il n’abandonnait pas pour autant une certaine rancœur envers le bronze, qu’il saurait lui faire regretter un jour ou l’autre.


Mais Damon quoi qu’on en dise, quelle que soit ses convictions, quel que soit ses idées saugrenues, il ne restait pas moins un saint. L’un des meilleurs. Et il obéirait au devoir qu’Athéna a confié à chacun d’entre eux ; protéger la terre, et l’humanité.

En garde, il faisait face à la nuée de griffon. Il n’en ressortirait pas indemne. Le bronze pourrait probablement en mourir. Mais ce sera une mort avec toute les convictions qu’un saint peut avoir et ce, malgré ce qui les sépares. Si ils devaient mourir tous les deux ensemble, ce sera en frère d’armes.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Lun 5 Sep - 19:55


Arrow [PV Combat Boston] Kappa/Griffon noir


Une nouvelle pointe du cosmos de Kenshiro me tira de mes songes. Le temps de repos était terminé, il me fallait repartir. Je ne doutais pas que le Taureau, dont le cosmos s'était lui aussi calmé, ferait de même, et se dirigerait vers le Dragon. Nous nous retrouverions alors tous là bas pour élaborer une stratégie pour la suite. Après m'être relevé lentement, je fis demi tour pour regarder une dernière fois la pauvre créature. Celle ci ne respirait plus depuis plusieurs minutes déjà. Elle était morte, cette fois...

Après un rapide au revoir, je pris la direction de Kenshiro. Lentement ensuite, puis de plus en plus rapidement lorsque je retrouvai l'usage normal de mes jambes après être resté assis de longues minutes. Les rues se succédèrent, toutes offrant un spectacle plus terrifiant et horrifiant les unes que les autres. Le sang se répandant dans les rues, sillonnant entre les cadavres, et la fumée brûlant tout sur son passage, rendant l'air difficilement respirable. Finalement, en approchant du Cosmos du Dragon, je me rendis compte qu'une meute de griffons tournait en cercle autour de lui, et d'un second cosmos que je ne connaissais pas. Sautant sur un toit pour me déplacer plus discrètement et éviter les griffons qui se repaissaient de chair humaine dans les rues, j'approchai furtivement, et me rendis compte qu'un important groupe de griffons était sur le point de s'attaquer à deux saints, dont Kenshiro.

Mon sang ne fit qu'un tour : courant à perdre haleine de toit, je finis par sauter dans les airs, et en plein vol, me préparai à l'assaut : joignant les bras en l'air et développant mon cosmos avec rapidité, un puissant jet de glace fut projeté sur les ennemis, qui, emportés par l'élan de leur charge ne pouvaient que recevoir l'attaque de plein fouet :
- AURORA THUNDER ATTACK !

L'attaque de glace foudroya une partie du groupe d'assaillants qui stoppèrent net leur attaque, totalement pris par surprise. Alors que je me réceptionnais tranquillement à terre, l'instant d'après, ce furent plusieurs cadavres de griffons gelés qui s'effondrèrent lourdement au sol. La violence de l'attaque avait freiné le reste des assaillants qui attendaient sans doute tous sens aux aguets que la brume provoquée par l'attaque ne se dissipe. Après m'être relevé, je m'avançai lentement vers les deux saints, que je ne voyais pas encore à cause du brouillard. Lorsque finalement je sortis de l'épaisse brume de givre, je souris à Kenshiro avant de lui dire :

- Eh bien, Dragon, il semblerait que je tombe à pic. Je croyais t'avoir renvoyé inconscient au sanctuaire ? Tu sais que tu ne devrais pas être là, poursuivis-je sur un ton un peu plus autoritaire mais néanmoins toujours amical.



Dernière édition par Kappa le Sam 24 Sep - 5:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Lun 5 Sep - 22:24

Arrow Post de Récupération.

Tandis que Marcus courait et sautait de toit en toit, visant à chaque fois les chaumière dont les toitures lui paraissait le plus robuste, il ne cessait de regarder ses mains et ses bras et ne revenait toujours pas du pouvoir guérisseur que possédait une simple plume de Griffon.

La seule chose qui réussit à le tirer de son analyse sur ses facultés motrices fut l'explosion du cosmos de Kenshiro. Ce jeune chevalier avait une capacité prodigieuse pour se mettre dans le pétrin et cela fit sourire l'Aldébaran, mais ne l’empêcha pas pour autant de presser le pas. Bien plus à l'aise sur le plancher des vaches qu'en sautillant comme un cabri sur les maisons, le Saint trouva rapidement la rue qui l’emmènerai d'une traite jusqu'à son apprenti.

Ce qu'il trouva sur place ne l'étonna pas plus que ça et puisque la situation n'avait rien d'urgente il prit une petite seconde pour regarder Kenshiro rameuter une énorme troupe de Griffon en se prenant lui même comme appât. Evidemment la situation ne tarda pas à dégénérer et même si les deux Chevaliers faisaient preuve d'un beau courage en faisant ainsi face à la meute enragé, Marcus jugea qu'un petit coup de main ne serait pas de trop. Apparemment il n'était pas le seul à être arrivé à cette conclusion puisque le souffle son attaque rencontra la glace de celle de Kappa, le magicien de l'eau et de la glace. Leur puissance cumulé n'eut aucun mal à anéantir la nuée.

L'Aldébaran nota la remarque que Kappa avait adressé à Kenshiro, mais il n'intervint pas car le jeune chevalier devait apprendre à respecter ses supérieurs même s'ils n'étaient pas son Maître. En attendant il se tourna vers le second chevalier présent qui, à en juger par son armure devait être le Saint du Lézard. Il lui parla de sa voix profonde et sincère en le regardant droit dans les yeux.

-Je suis Aldébaran, Chevalier d'or du Taureau et Général des Armées d'Athéna. Chevalier je compte sur toi pour veiller sur mon jeune apprenti tandis que Kappa et moi en terminerons avec cette affaire. Secourez les blessés et sécurisez les civils encore présent, mais surtout ne vous mettez pas inutilement en danger.

Le Général avait donné ses consignes au Lézard puisque en tant que Chevalier d'Argent il était plus gradé que Kenshiro et prendrai ainsi les rênes de leur binôme. Puis il se retourna vers Kappa en lui tendant le bras afin de la saluer comme il se devait.

-Mon frère, mon combat contre l'un des commandants griffons a soulevé des questions qui trouverons certainement leurs réponses sur cette colline. Je vais avoir besoin de ta puissance pour en finir avec cette tragédie.

En attendant la réponse des deux Chevaliers, Marcus posa un regard lourd de sous entendu sur Kenshiro, il espérait que ses deux tirades faites à ses frères d'armes ferait comprendre au Dragon l'urgence de la situation et la nécessité d'être prudent, car occupé ailleurs il ne pourrait pas sans cesse lui sauvé la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 10 Sep - 1:35

L'espace d'un instant le jeune saint se sentit... Bête. Oui c'est le mot. L'homme qu'il n'arriverais surement jamais a encadrer ou supporter en ce monde; celui qui avait essayé de le tuer plus tôt et était venu jusqu'ici pour se moquer de lui: venait de changer de comportement tous à coup. Il était en position pour l'épauler sans menaces ni trace de rancune ou autre sentiments mauvais sur le visage. Le saint d'argent lui avait même donné son nom... Sur le coup Kenshiro du Dragon se sentait vraiment bête. Heureusement ce fut temporaire: son esprit jeune et fougueux lui rappela qu'une véritable armée de Griffon volaient au dessus d'eux. Pas le temps pour se poser des questions se dit-il en serrant les poings. En cette heure ils seraient alliés.

" Moi c'est Kenshiro ! Montrons leurs de quel bois se chauffent les chevaliers d'Athéna! YAAAAAAAAA !!!"

Hurla le dragon avant de bondir en direction de l'une des créatures fonçant sur le tout nouveau groupe du Dragon et du Lézard. Un hurlement sauvage retentit quand le jeune homme au cosmos furieux frappa à la base de la nuque du Griffon qui avait un instant avant testé la solidité du bouclier du dragon avec son bec. Le dragon en avait profité pour s’installer derrière la tête de la créature pour lui porter un coup qui devrait le paralyser le temps qu'il s'écrase au sol et servir d'amortisseur pour le chevalier. S'il devait tous les neutraliser comme ça: il le ferait.

* Et d'un ! J’espère que Damon s'en sort de son coté...*


Bizarrement le dragon était plutôt content de voir que l'homme qui voulait sa tête il y'a peu: cachait en faite un chevalier digne de ce nom; peut être devrait-il lui présenter des excuses pour ce qu'il lui avait dit au sanctuaire...
Cependant le jeune chevalier fut tiré de ses questions quand un éclaire lumineux changea le monde en blanc et en glace: tel un ange tombant du ciel, Kappa du Verseau était apparu en abattant les Griffons avec une facilité incroyable. Cependant la joie sur le visage du Saint grandissante fut stoppé par les paroles du chevalier d'or. Encore une fois Kenshiro se sentit bête... Mais cela ne lui retira pas pour la parole pour autant. C'est avec franchise et une envie d'aider presque palpable qu'il répondit au chevalier d'or.

" Je... Je le sais... Seulement je ne pouvais pas rester au sanctuaire en sachant qu'il y'avait encore des gens en dangers ! Cela m'est impossible ! Il reste peut être encore des blessés ? Peut être que l'enfant que je protégeait est encore là en train de sa cacher ? Je ne pouvais pas rester sourd à mon devoir ! Si je ne peux me battre contre les Griffons alors je me battrait pour les gens de cette ville: j'ai été formé à la médecine par point de pression. Je veux les sauver."

Le jeune homme regardait Kappa droit dans les yeux pour qu'il puisse sentir sa détermination; seulement ce fut un autre évènement qui décida de la suite des opérations: le chevalier Aldébaran du Taureau venait d'arriver et donna la marche à suivre.
Kenshiro ne put cacher son sourire plein d'admiration entouré de marque de brûlure sur l'ensemble de son corps. Pourtant il fit disparaître sa joie au regard lourd de sens du chevalier d'or quand il se souvint de ses paroles: Il ne sera pas toujours là pour le protéger... Maintenant il ne lui restait plus qu'a obéir. La parole d'Aldébaran était toujours pleine de sagesse d’après sa mère. Donc il s'en remettait à son jugement.

" Je vous souhaite bon courage Seigneur Aldébaran et Kappa. Je vais allez m'occuper des blessés."

Ni honte ni orgueil sur son visage: il semblait tel un enfant écoutant la parole d'évangile de son héros d'Enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 10 Sep - 11:47

Aussitôt le bronze présenté à son tour, ils pouvaient passer aux choses sérieuses. Ce Kenshiro ralluma immédiatement sa flamme combattive, se jetant corps et âme dans le combat. Sacré bronze, un jour il va en mourir, c’est un fait. Cependant, malgré toute ses tentatives d’esquive pour ne pas avoir à faire un combat inutile, pour ne pas avoir à se salir, le voilà bien obligé de s’accorder sur le fait qu’il allait devoir, à son tour, mettre la main à la pâte. Rien de plus difficile pour l’illustre saint du lézard.

Alors que le Bronze se la jouait physique éprouvant, Damon lui resta simplement immobile. A la merci des Griffons ? Absolument pas. Il se concentrait : plutôt que de les éliminer un par un, pourquoi ne pas grouper les victimes ? Le vent c’était son élément à lui, et les griffons en seraient vulnérable, tant ils en ont besoin. Ecartant lentement ses bras, il cogna ses mains l’une contre l’autre. Et ceci fut suffisant.

A l’aide de son cosmos, ce petit impact créa une onde de choc sans précédent ; se matérialisant en forme de vague, elles foncèrent sur un petit groupe de griffon plutôt faiblard qui semblait vouloir un bout de lézard. Lacérant leur peau, perçant leur tympan, atteignant leur cerveau, l’attaque dévastatrice du lézard ne leur laissait que peu de chance de survie ; ils avaient été frappé par l’ultime onde de choc du saint d’argent et les voilà qu’ils tombaient inerte dans un fracas assourdissant sur le sol. Quelle malchance pour les griffons d’être tombé sur lui. Il allait accomplir l’exploit de détruire cette menace, et une fois ceci fait sa notoriété sera au sommet ! Le plus fort !

Seulement, quelqu’un en avait décidé autrement. Damon pesta, et son rêve se brisa. En un instant. L’air s’était refroidit, et les griffons chutaient un en un, touché par une terrible attaque de glace. C’est le visage décomposé et abasourdi que Damon tomba nez à nez avec un saint d’or, portant la légendaire armure d’or du verseau. Il ne pourrait rien face à son maître mais tout de même, sa puissance n’est pas à négliger. Enfin, ce n’était pas un ennemi. Pas encore. Cependant il avait rapidement réussi à irriter Damon en deux points ; prendre sa gloire en éliminant les griffons, et en l’ignorant au profit du bronze ridicule qu’il sermonna. La réponse de ce Kenshiro, plutôt désemparé ne se fit pas attendre, et Damon, colérique, tempêta.

« - Ouais, j’suis là aussi. Verseau, quelle est donc cette étrange tirade ? Ne dit-on pas qu’un chevalier de l’espoir doit toujours se relever pour faire face à l’adversité ? Et vous lui demandez le contraire ? Je doute que vos conseils ou ordres aient une réelle portée éducative ici. Même si c’est la mort qui l’attend en se relevant. Je dirai simplement ; préférez-vous mourir en défendant ce pourquoi vous êtes né, ou fuir comme un lâche et vivre dans la honte ? Verseau, vous êtes un saint d’or. N’est-ce pas ce que vous devriez enseigner ? Loin de moi l’envie de vous donner une leçon, bien que vous en ayez besoin, comme quoi l’habit ne fait pas le moine. Je vous fait simplement comprendre qu’il a eu entièrement raison de revenir et ce malgré vos, et mes, interdictions. Est-ce une raison suffisante pour le pénaliser ? Non, il a agi en héros. C’est la fougue de la jeunesse, mais très peu l’auraient fait. »

C’était parfait, intérieurement, il avait envie d’exploser de rire. Jouer double jeu de la sorte, être bien vu de par ses paroles sages et réfléchie, tout en descendant verbalement un saint d’or en face à face ; voilà ce qui faisait toute la magie du saint d’argent du lézard qui se sentait plus majestueux que jamais, ravi de chacun de ses mots tel un parfait orateur.

Mais ne c’était pas terminé. En voilà un second qui arriva presque immédiatement. Ce qui faisait … 4 saints ? Au même endroit, dont deux d’or ? C’est quoi cette réunion ? Cette attaque avait une dimension plus importante que ce qu’il pensait. Mais cela ne faisait rien, Damon gardait un visage neutre, essayant de ne trahir aucune expression. Ni sa colère face aux paroles de celui qui se présentait comme Aldébaran, qui disait explicitement vouloir écarter Damon et Kenshiro pour avoir toute la gloire de ce qui se passait ici. Au diable les civils ! Ils étaient déjà mort ou mourant. Damon avait de toute manière des pouvoirs de soin extraordinaire, il s’occuperait d’eux plus tard. Pour l’instant il devait briller, à la gloire du seigneur Albafika.

« - Sir Aldébaran, vous rendez vous compte de ce que vous nous demandez ? Si Kenshiro accepte sans sourciller, c’est simplement dut à votre charisme, votre statut ou que sais-je. Mais ce n’est pas si facile. Croyez-vous que je vais abandonner la joute face à nos sombres ennemis ? Bien évidemment, puisque vous me le demandez, je protégerai Kenshiro au péril de ma propre vie. Cependant je ne peux me résoudre à ne pas participer, quand on voit le massacre que ces griffons ont fait. Je suis le mieux placé pour sauver les civils. Et je me tiendrai à ce rôle. Le carnage a cependant pris trop d’ampleur pour que je tolère le fait d’être écarté. Partez devant si vous le souhaitez, que je m’occupe des quelques civils aux alentours. Mais sachez que j’aurais tôt fait de vous rejoindre sur cette colline, avec un Kenshiro en vie. »

Parfait, il exprimait son point de vue avec toutefois une pointe de retenue pour ne pas paraître trop belliqueux. Il espérait trouver le juste milieux, jouant son jeu à fond, si il n’était pas convainquant, il trouverait toujours un chemin détourné pour atteindre son but, et peu importe ses obstacles. L’individualisme, il n’y a que ça de vrai. Tout comme remettre ces saints d'or trop confiant, alors qu'ils n'ont pas le quart des capacités extraordinaire du superbe Albafika.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 10 Sep - 17:03



La réponse de Kenshiro ne m'étonna pas vraiment, et mes paroles bien que paraissant autoritaires, n'étaient pas faites pour le réprimander, mais simplement pour lui faire remarquer qu'il n'avait pas été très prudent en revenant ici dans cet état. Toutefois, je décidai qu'il valait mieux l'encourager dans la voie courageuse qu'il avait pris. Refermant en quelques pas lents et mesurés la distance qui me séparait du Dragon, je posai une main réconfortante sur une de ses épaules, avant de lui dire :
- Je vois, je comprends... Dans ce cas, je ne m'opposerai aucunement à ce que tu recherches à nouveau des survivants, lui dis-je avec un sourire réconfortant.

Soudain, le second chevalier qui était à quelques pas de nous, et vers qui je m'apprêtais à me tourner, déversa un flot de paroles empoisonnées. Immédiatement, mon insticint me dicta de surveiller ce saint de très très près lorsque je sentis comme une pointe de faux, d'artificiel, dans son cosmos. Irrité qu'un argent ose me parler comme ça, je répondis d'un ton froid et détaché sans même lever les yeux vers cet impudent :

- Il ne me semble pas avoir le souvenir de t'avoir demandé ton avis, chevalier... J'ai renvoyé Kenshiro au Sanctuaire parce que j'avais de bonnes raisons de le faire, et ce n'est certainement pas à un chevalier tel que toi que j'aurai la moindre explication à fournir. D'abord parce que tu es un chevalier de rang inférieur, poursuivis-je en mettant l'accent sur ce dernier mot, mais aussi et surtout parce que je ne me justifie qu'aux gens qui ont gagné cette marque de respect, ce qui n'est absolument pas ton cas...

Tournant volontairement le dos au saint d'argent, je repris en lui faisant signe de partir avec la main, avec dédain :
- Retournes donc au Santuaire. Tu as beau avoir une armure d'Argent supérieure à celle de Kenshiro, tu es loin de posséder son esprit et sa combattivité. Et je ne te parle même pas de maturité. Comme quoi, nous sommes d'accord sur un point : l'habit ne fait pas le moine. Tu en es la preuve. Nous avons besoin de saints qui sont inquiets pour les habitants, ici. Pas d'un saint vengeur ayant soif de sang....

A ces mots, je me dirigeai vers Aldébaran qui était arrivé entre temps, et qui s'était présenté. Je compris aussitôt pourquoi c'était entre ses mains que les troupes du Sanctuaire avaient été confiées. Un charisme impressionnant se dégageait de ce chevalier d'Or : Sa stature de Colosse, mais pas seulement, tout le reste aussi, faisaient de lui un grand chef militaire à n'en pas douter. Son oeil vif et intelligent me rassura sur la nature de notre général à tous. Lui offrant un sourire chaleureux, j'acceptai son accolade avec fierté :
- Bonjour, Aldébaran, c'est un honneur de te rencontrer enfin. Le grand Pope m'a parlé en grande estime de toi lorsqu'il m'a confié l'armure du Verseau.

Les paroles du Taureau semblaient refléter une expérience similaire à la mienne étrangement. Un flashback des plumes d'ébène du griffon se métamorphosant en plumes dorées, puis un autre du griffon devenu doré sauvant un civil blessé par ma faute, me revinrent en tête. C'est pourquoi, je repris aussitôt :

- Oui, je vois ce que tu veux dire. Mon combat avec l'un de leurs mâles Alpha a démontré de manière évidente que ces griffons ne sont que des marionnettes contrôlées par quelque puissance supérieure et a donc soulevé toute une série de questions qu'il nous faut encore élucider. Si comme tu le penses, l'origine de la menace se situe sur cette colline, nous devrions partir immédiatement. Le temps presse...
Me tournant une dernière fois vers Kenshiro, tout en évitant soigneusement de ne serait ce que remarquer la présence du lézard pour l'irriter encore davantage, je repris une dernière fois :

- Fais attention, Kenshiro. Tu es seul, et tu es blessé à présent. Veilles à ce que l'intervention du Dieu Hermès en personne n'ait pas servi à rien. Je t'interdis de mourir, ajoutai-je avec un clin d'oeil avant de me tourner vers le Taureau pour attendre le signal du départ.

Arrow Le fort sur la colline.



Dernière édition par Kappa le Lun 12 Sep - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Lun 12 Sep - 13:40

Même si l'unité qui semblait lié tout les griffons diminuait de plus en plus et ce surement grâce à l'action conjointe des deux Chevaliers d'Or, les créatures mythologiques continuaient à semer la destruction pressant encore un peu plus le besoin de mettre un terme définitif. Pourtant et même si Marcus n'avait en aucun cas de temps à perdre, une légère rébellion semblait poindre de la part du jeune Saint d'Argent et l'Aldébaran ne comprenait pas pourquoi. Il avait traité cet homme comme son égal et son frère d'arme en lui confiant une mission capitale pour les Chevaliers de l'espoir qu'ils étaient et ce tout simplement parce qu'il le considérait comme son égal.

Fronçant les sourcils, durcissant alors considérable son regard, le Général du Sanctuaire tenait à mettre les choses au clair avec le Chevalier du Lézard.

-Celui qui ne se rend pas compte de la situation c'est toi Damon, crois tu que le moment soit bien choisi pour faire un caprice ?! C'est en ma qualité de Général des Armées que je t'ai confié cette mission tout simplement car Kenshiro et toi pouvez encore sauver les civils de cette ville. Fait honneur à ton rang et à ta Déesse Chevalier du Lézard, je compte sur toi.

En cette fin de phrase le ton du Taureau c'était légèrement radouci, il comprenait l'envie d'en découdre, mais il y avait un temps pour punir et un temps pour protéger et il n'y avait aucune gloire personnelle à tirer de l'un ou de l'autre. Ce qu'il ne comprenait pas par contre c'était la rébellion irraisonné. En temps de guerre il fallait appliquer scrupuleusement les ordres et avec la plus grande réactivité et l'Aldébaran décida de rendre une petite visite au maître du lézard à son retour au Sanctuaire.

Revenant à des objectifs beaucoup plus important, Marcus se retourna vers le Chevalier du Verseau. Ce dernier semblait avoir reçu les même indices de la part de son adversaire et cela conforta le Saint dans sa conclusion que ces bêtes n'étaient que des pantins dont le marionnettiste devait se trouvé dans le fort en ruine qui surplombait la colline.

-Nous n'avons pas de temps à perdre mon ami, hâtons nous.

L'aldébaran tourna alors les talons en espérant que tout se passe pour le mieux avec les deux jeunes à qui il avait confié la mission de sécuriser la ville. Le résultat pourtant ne lui appartenait plus et il devait se concentrer sur son propre objectif.

Arrow Le fort sur la colline.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mer 14 Sep - 22:31

    Des gouttes commencèrent à tomber du ciel, aussi pourpres et visqueuses que de l'huile légèrement chauffée. Dans les temps anciens, la Bible racontait que la pluie de sang était le fruit des malheurs, une des "sept plaies" de la Vanité des Hommes, les nuages avaient donc décidé de faire tomber ce qu'ils avaient accumulés depuis des dizaines d'heures. Une pluie, non, une bruine de sang commença à s'abattre comme un poison mortel sur la ville de Boston, les cris des Griffons étaient moins violents, ils semblaient lentement se taire et nul ne savait la raison de ce silence de mort.

    La destinée de l'aurore mélangeait ses fils à ceux des Saints, des hommes combattant pour restaurer la lumière et l'espoir pour les hommes, mais n'était-ce pas trop tard ? Peut-être ! Les sabots d'un vieil ongre se faisaient entendre dans la ruelle à proximité, il en sortit pour s'approcher des Saints. Son corps était lacéré d'échardes et de coups de griffes, il avait survécu avec la chance que l'on donnait aux vieux animaux proches de la mort. Tentant de brouter le sol ensanglanté, il s'écroula brusquement sur les pavés dans un fracas morbide, ses os explosant à l'intérieur de son corps sous ce choc inattendu. Puis, lentement, la bruine recouvrit de sa teinte rouge le cuir accidenté de l'animal, un dernier râle le fit hennir avant qu'il ne s'étouffa rapidement.

    Les deux Saints étaient seuls désormais.

    Leurs supérieurs étaient parti et les cris humains avaient cessé en grande partie, l'insigne de la mort était encore plus présente. Dans la pénombre, des flammes crépitaient encore, seuls moments de vie pour les personnes qui pouvaient encore voir le désastre. La mort ! Elle avait fait son oeuvre et attendait maintenant de récupérer des lauriers à sa propre gloire, le destin de quelques personnes étaient encore entre les mains des Saints, mais seront-ils les retrouver ?

    Dans l'obscurité, une personne observait les saints, elle n'osait se rapprocher. Il est vrai que leur drôle de tenue n'incitait guère à se dévoiler, elle se terrait donc là en attendant qu'ils abandonnassent les lieux. Mais elle avait de plus en plus de mal à respirer, suffocant presque, elle toussa en raclant lourdement sa gorge. Puis, avec ce bruit imprévu, elle sortit de sa cachette. Il était devenu inutile de se cacher, ils avaient dû entendre le forfait de sa gorge, elle apparut donc sous les traits d'une petite fille de cinq ans tout au plus, les traits tiraillés par la fatigue et sa petite robe rose était déchirée de partout, des poussières de cendre maculait son petit visage et seules des rigoles formées par ses larmes donnait un peu de traits à son visage poupin. Elle était désormais devant eux.... elle ne savait que dire.... mais elle se mit à pleurer en posant ses genoux sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Jeu 15 Sep - 15:50

[HRP : Je post avant Kenshiro d’un commun accord. Ainsi que l’intervention de celui-ci que je me permets dans l’écrit. ]

« - La situation est comique. En effet, voir un saint d’or, sensé répandre l’exemple se conduire tel un ingrat ; voilà bien un exemple de la décadence de l’humanité qui gangrène le sanctuaire jusqu’à ce que cela touche des saints d’ors. Voilà une bien belle sous-race. »

Il appuya sur ses derniers mots, il visait particulièrement l’incohérence flagrante du verseau. Un léger sourire amusé sur les lèvres, il lui soulignait bien le fait qu’il n’en avait rien à foutre de son avis d’être inférieur. Les seuls critiques qui pouvaient toucher son égo étaient celles d’Athéna et d’Albafika. Personne d’autre ne pouvait percer la carapace violente et solide du lézard, renfermé sur l’idéologie qu’on lui avait inculqué, même si celle-ci se contredisait souvent à travers les propos même de Damon, celui-ci continuait de défendre sa propre cause, en plus de celle d’Athéna. Et il en était fier. L’individualité qui le caractérisait ferait de lui un chef génial, un dirigeant incomparable. Une légende.

Puis ce fut au tour du Taureau de répondre à la réaction de Damon, au tac-o-tac. C’était déjà un homme bien plus posé. Au fur et à mesure de ses paroles, le lézard savait qu’il pouvait accepter le fait que cet homme soit le Général des Armées, même si cette place revient de droit à Albafika, à défaut de la place de Grand Pope. Après tout, ici Damon n’avait qu’exprimer un avis, et il en était de même pour le taureau qui exprimait le sien vis-à-vis du saint d’argent. Rien de violent, rien de malsain. Juste une discussion divergente. Et de toute manière, c’est le saint d’or qui donnait l’ordre final, et il le savait.

Il se contenta d’acquiescer. Une réaction qui semblait suffire au Général qui passa rapidement à autre chose, entonnant l’autre débile de venir avec lui. Ce à quoi l’idiot obéit, brave mouton. Alors qu’ils s’éloignaient, Damon avait toujours se léger sourire empli de son sarcasme sournois sur le visage. Il se moquait ouvertement du Verseau, ça un saint d’or ? Une blague oui, mais pas plus.

Alors qu’ils n’étaient plus là et que Damon était redevenu le leader de la troupe, il se retourna vers Kenshiro, le bronze qui s’était trouvé être un allié éphémère face à la horde de griffons. Il comptait bien entretenir cette relation le temps où elle continuait à lui servir. Son intérêt avant tout, peu importe ce qu’il pensait du bronze, qui ne valait en l’occurrence pas plus que de la bouse, pour le moment.

« - Bon, je t’ai soigné. Tu sais donc quelles sont mes qualités, si tu trouves des survivants avec lesquelles tu as du mal, fait moi signe je … »

Damon se tût. Ce qui lui tombait dessus, ce n’était pas ordinaire. Cette pluie … ce sang. C’était comme si les âmes qui avaient rejoints les cieux pleuraient pour leur sort, leur famille, leur peur … Et ils pleuraient ce sang. Cette liqueur rouge qui se répandait sur le visage du saint d’argent et son armure flamboyante … Métaphore absurde du poids qu’ils avaient sur les épaules à présent, sauvé ce qui pouvait encore l’être. Le lézard comprenait la gravité de la chose, et l’importance de sa mission, face aux évènements tragique.

La main tendue vers l’avant, paume ouverte vers le ciel, il regardait ce sang qui coulait lentement entre ses doigts, non sans retenir ses émotions. Son envie de vengeance, et sa grandeur d’âme aidant il voulait faire son possible en tant que chevalier de l’espoir. Rangeant ses idéaux au placard l’espace d’un instant. Il serra fermement le poing, se mordant les lèvres d’amertume. Un bruit sourd attira son attention ; un animal grièvement blesser venait de perdre la vie, juste là, à côté de lui. Dans une agonie terrible, qui plus est.

Dans le silence de mort religieuse qui s’était installé dans cette ambiance lourde, un toussotement raviva toute l’attention du majestueux saint d’Argent. Une petite à l’air perdu se présenta devant eux et pleura. Comme il s’y attendait le Dragon un peu en retrait par rapport à Damon se précipita vers elle, enflammé par sa fougue. Le saint d’argent plaça autoritairement son bras droit comme un écran, sans accorder le moindre regard au bronze. Il prit un ton froid, distant.

« - Attend. S’il te plaît. »

Cette simple scène faisait saigner son cœur. Cette petite, la voilà orpheline, perdue dans un désastre. Tout comme il l’avait été par le passé. Tout ce qu’il lui souhaitait c’est qu’elle ne connaisse pas la même suite de tragédie ridicule que lui-même. Il devait lui tendre la main, comme son seigneur Albafika l’avait fait pour lui. La guidée bien loin de ce cauchemar de cette violence, la protégée.

Quitte à paraître froid envers Kenshiro, il se devait d’être celui qui ferrait les premiers pas vers elle. Il marcha lentement et retira la cape de son dos, recouvrant la petite fille jusqu’à la tête, laissant juste son visage enfantin libre de ce voile qui la couperait de ce massacre. Il la regarda, la transperçant de ses yeux bleus océan. Ce n’était pas un de ses regards mesquin et méchant dont il avait le secret, non. C’était un visage compatissant face à cet enfant qu’il considérait comme son propre reflet.

« - Ne t’en fais pas. Nous sommes là. »
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 17 Sep - 14:42

Beaucoup de chose avait été dites depuis que le Chevalier d'or du Taureau intima l'ordre à Kenshiro de rester ici: Le chevalier de Bronze ne dit aucun mot alors que son comparse d'argent lui ne manqua pas une occasion de dire ce qu'il penser aux deux chevaliers d'or du Verseau et du Taureau. Kenshiro lui resta silencieux malgré les mots de son compagnon: Seul les phrases des deux chevaliers d'or résonnaient dans sa tête malgré l'élévation du ton des trois Saints d'Athéna. Il n'aurait jamais du se mettre en danger comme cela... Il avait eu de la chance jusque là. Toujours quelqu'un avait veillé sur lui: Que ce soit le seigneur Aldébaran, le Seigneur Kappa, celui qui l'avait ramené au Sanctuaire ou même Damon... En fin de compte il ne pouvait rien faire tout seul s'il n'avait pas eu un chaperon avec lui. Si ce n'est se mettre en danger lui même et ceux qui sont avec lui.

Le visage bas. Le chevalier du Dragon ne vit pas les deux héros dorés partirent en direction d'un fort; il n'écouta pas non plus le chevalier d'argent lui vanter ses mérites de guérisseur. Kenshiro était... Ailleurs bien que présent physiquement. Dans un endroit où il se trouvait seul: sans armure. Sans bouclier. Sans rien ni personne. Seul comme un petit garçon perdu sans ses parents. Seul dans le noir... Le pauvre apprenti chevalier avait le moral complètement fracassé. Le visage souriant qu'il portait lors du départ des chevaliers d'or venait d'être rattrapé par les pensées de celui-ci. Le balafrant, le saignant, le renvoyant à sa propre impuissance, comme lorsqu'il était dans le coma au sanctuaire... Ces paroles rugissaient en lui. Il n'avait rien à faire ici. Ce n'est pas en se prenant pour un héros qu'il pourra sauver quelqu'un s'il est trop faible.

Soudain; quelque chose tombant du ciel toucha son coude. Ramenant le chevalier à la réalité tandis qu'une odeur s'éleva dans les airs: Celui du sang. Les yeux de Kenshiro s’écarquillèrent comme jamais alors que son armure coulert émeraude vira lentement au rouge sang.

"Que... Que-que-que se passe t-il ???"

Le chevalier du Dragon était complètement effrayé. Son moral mit en piece par la paroles des chevaliers d'Or ne put lui permettre de tenir sous la vision d'horreur que cette pluie de sang. Voir des morts était en sois quelque chose d'atroce. Mais voir autant de sang tomber du ciel... Son esprit imaginait des idées qui aurait pu détruire sa santé mental si une autre vision ne l'avait pas sauvé. Une enfant en pleur et en haillon venait de se découvrir à leurs yeux.
Kenshiro s'approcha d'elle comme un homme se noyant dans un océan de ténèbres alors qu'une bouée de sauvetage vint lui apparaître. Cependant ce fut un tout autre point d'accroche que Kenshiro attrapa. Le chevalier d'Argent du Lézard lui barra la route avant de recouvrir l'enfant de sa cape.
Dans l'esprit de Kenshiro; la vision de Damon aidant cette enfant brisa lentement le mur de tourmente qu'il s'était lui même imposé en pensant à sa faiblesse. Des vies étaient en danger à chaque instant ici. Même le chevalier d'Argent ravala sa fierté à la vision de l'enfant... Le chevalier du Dragon resserra les poings en se remémorant alors les paroles de Kappa, D'aldébaran et de Damon.

Il n'était plus le temps de se poser des questions: ils avaient une mission!

"Je vais chercher un abri! Suivez moi !!!"

Le dragon d'émeraude se mit a courir a travers la ville en recherchant un abri avec un toit capable d'arrêter la pluie de sang et assez grand pour pouvoir y mettre tous les survivants qu'ils trouveraient. Son choix se porta sur une sorte de grand bâtiment ressemblant a une taverne.

"Damon il faut que vous rentriez dans ce bâtiment! Allumez un feu et restez prés d'elle. Parlez lui et gardez la éveillé; elle est en état de choc alors il faut la rassurer ! Je vais chercher des survivants de ce coté !"

Rugit-il avant de faire volte-face dans une autre direction. Disparaissant alors de leur champs de vision sous la forme d'un dragon de cosmos vert.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Mar 20 Sep - 23:11

    La brume rouge sang se répandait dans les ruelles comme l'une des sept catastrophes de l'Egypte. L'enfant pleurait des larmes d'innocence sous la cape du chevalier d'argent, l'Humanité s'exprimait à travers des larmes de joie et de douleurs. L'amitié des deux hommes, bien qu'apparente, avait rasséréné le coeur de l'enfant. Elle regardait autour d'elle et entendit le Dragon proposer d'aller se réfugier dans un vieil hangar en ruines...

    Deux griffons se faufilèrent entre les ombres et frappèrent le dos du chevalier ophidien. Celui-ci vola dans les airs et ressentit de lourdes griffes qui tombèrent sur ses avant bras pour le propulser dans les airs... la petite fille pleura encore de plus belle, horrifiée de voir alors son protecteur disparaître ainsi dans les airs, ses prunelles se retournèrent alors vers le Dragon, un sourire à ses lipes, elle leva son index dans sa direction et quatre beaux griffons tombèrent sur le pauvre chevalier de Bronze. Les yeux de l'enfant étaient la peur même, l'esprit de Phobos était en elle et personne ne pouvait l'arrêter...

    Des cris se firent brusquement entendre dans toutes les ruelles, des murs s'écroulaient sous des impacts sourds et synonymes d'une menace qui s'approchait. Un Griffon plus lourd que les autres venait de rentrer en scène et la petite fille s'en approcha pour le caresser tendrement, son visage irradiait d'une tranquillité malsaine. Puis, comme une âme égarée, elle s'envola dans les cieux pour devenir une boule d'énergie pure, d'un rouge rubis comme le sang... Elle restait ainsi, sans bouger, comme si elle observait les Saints, puis elle se transforma alors en magnifique papillon de couleur sang, des petites étincelles pourpres et féériques s'échappant de ses ailes diaphanes.

    Virevoltant comme une boule de billard, le chevalier d'argent pouvait ressentir la joie du vol aéroporté, mais cela se termina de façon tragique quand l'un des griffons le balaya dans les décombres. Au même moment, un Saint de bronze avait face à lui quatre griffons qui lui sautèrent dessus sans autre forme de procès....
Revenir en haut Aller en bas
Damon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 342

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   Sam 24 Sep - 12:23

Voilà une bien belle gloire ; sauveur de la fille apeurée ! Alors qu’il la gardait agrippée à son bras, il se tournait vers Kenshiro un sourire bienveillant sur son visage. Il fallait cependant garder cet aspect de sa personnalité en demi-teinte ; la petite avait simplement eu le bienfait de faire ressortir l’ancien Damon, celui d’avant son grand choc émotionnel, celui d’avant la rencontre d’Albafika. Etait-ce la de la schizophrénie ? L’impact d’Albafika sur la vie du jeune homme fut bien plus lourd que ce à quoi on aurait pu prétendre. Mais malgré ses vices, il était reconnu comme un saint d’argent exceptionnel.

Tenant fermement la fille comme la chose la plus précieuse au monde, il s’enquit en suivre le Dragon sans même émettre une plainte sur les rôles hiérarchiques du suiveur et du suivi. Comme quoi quelque chose clochait bien chez le lézard. Arrivant à l’endroit que le bronze avait désigné et toujours accroché à la gamine, il approchait de l’entrée du bâtiment, futur lieu de repos et de répit pour les survivants de la ville maudite.

Cependant, ça ne se passa pas totalement comme le saint d’argent l’aurait voulu lorsqu’il fut soulevé de la terre par des griffes puissante. Il avait baissé sa garde. Ce n’était pas non plus entièrement sa faute, aucun saint n’avait été formé pour battre des adversaires de la sorte. Même si les capacités cosmique du lézard et son élément de prédilection lui permettaient un certain avantage sur ces adversaires redoutable, ils n’en restaient pas moins des adversaires effroyablement puissant et sans crainte. C’est là le fort de ces animaux légendaires et majestueux. Volant dans les airs par les coups surprenant des griffons, il avait du mal à voir quoi que ce soit, jusqu’à ce qu’il atterrisse dans des décombres qui s’effondrèrent sur lui. Sale atterrissage.

Il se releva lentement, les membres encore empli de spasmes suite aux coups qu’il avait reçus. C’était un vrai châtiment par la douleur, un châtiment pour sa crédulité peut-être ? Le regard à peine brouillé il voyait très clairement l’enfant. Enfin du moins, ce qu’est devenue l’enfant. Une vision surréaliste, au-delà même de l’imaginaire. Mais après tout n’était-il pas lui-même le fruit d’une chose irréelle, insaisissable pour les humains ? Alors où étaient les limites du réel et de la fiction maintenant ? Ses yeux formaient cette barrière, et ce qu’il voyait n’était rien d’autre qu’une réalité crue : il avait été dupé. Albafika avait raison, comme toujours. Les sentiments ça nous nuit, Damon a ouvert son cœur à cette enfant touchante qui lui rappelait sa propre déchéance, et voilà sa punition.

Les touts nouveaux fait le ramenaient à la dure réalité que lui avait montrée Albafika, ainsi que sa propre dualité. On pouvait même revoir cette schizophrénie latente, luttant entre le bien et le mal. Mais loin de cette fragilité psychique, c’est un Damon revanchard et haineux qui se dégageait des décombres, entouré de son aura d’un blanc pur, malgré la noirceur de son esprit. Tendant ses bras à chaque extrémité de son corps, il frappa violemment ses mains l’une contre l’autre.

« - Choc d’Ondes. »

L’attaque dévastatrice et mystique se répandit à travers l’air, touchant irrémédiablement les deux griffons assaillant qui l’avait ramené à la réalité, peut-être que ce coup là suffirait à mettre à terre les deux griffons, si ceux-ci ont une certaine faiblesse. Ce que Damon pense. Ce ne sont que des pions sur l’échiquier, tandis que lui n’est autre que le fou, emportant de façon imprévisible l’adversaire sous son inattention.

Le vrai problème résidait maintenant sur ce griffon qui s’était approché de l’enfant devenue monstre. Il se plaça face à eux de façon imposante, il n’avait en apparence que peu pris de coup. Il fixait alors les deux d’un air de défi, sans se préoccuper du sort de son camarade de bronze.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Boston] Attaque des griffons noirs   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Boston] Attaque des griffons noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Amérique-