RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 24 Juin - 13:26

Quelques flocons printaniers tombaient encore sur l'ancienne ville suédoise. On venait de fêter l'été et bien des hommes chahutaient dans les auberges avant de repartir vers la mer du nord. Un homme sortait justement de l'une de ces auberges, titubant et chantant comme un soudard, il avançait péniblement dans les rues sinueuses de la ville, les belles maisons en bois se succédaient les unes après les autres. Brusquement, il eut une envie pressante et il posa la main sur le mur pour s'appuyer, mais quelque chose ne collait pas avec ce mur, il était chaud et poilu. Les yeux de l'ivrogne se levèrent alors lentement pour voir devant lui une grande créature avec une tête de vache ou de taureau, ses pupilles s'écarquillèrent mais il ne vit pas une masse sombre s'abattre sur sa tête et celle-ci s'écrasa contre le mur. Le corps sans tête de l'homme s'effondrait désormais devant la créature, elle continua ainsi son chemin tranquillement dans une respiration bestiale. Le pauvre ivrogne était le premier d'une longue liste qui allait s'inscrire dans les tablettes du royaume des morts.

Dans la forêt jouxtant Stockholm, un groupe d'hommes se faufilait à travers les buissons encore glacés, ils regardaient avec anxiété les torchères des murailles qui permettaient de voir un ennemi à quelques lieux. Ils prirent alors leur temps, au bout d'un moment, ils arrivèrent au niveau des douves et sortirent des grappins de sacs en bandoulière. Ils les lancèrent après la ronde de la garde, et montèrent rapidement trois grandes cordes, le chemin de garde des murailles semblait peu protégé et cela fit sourire les malandrins, ils en profitèrent pour se positionner à des endroits assez discrets et attendirent les gardes. Quelques minutes plus tard, quatre soldats passèrent par là, ils n'eurent pas le temps de réagir que des garrots enserraient leur cou pour étouffer le moindre cri, ils tentèrent alors de prendre leurs armes mais des dagues fondaient déjà sur leurs estomacs, et, arrêtaient ainsi toute tentative de rébellion. La muraille appartenait maintenant aux malandrins, ils sifflèrent alors à une autre équipe de lancer la seconde phase de l'opération.

Le pont-levis de la muraille se détacha dans un fracas de glace et de brumes glacées, les chaînes dansaient dans une litanie morbide pour s'arrêter sur un coin de terre au-delà de la douve. Désormais, la porte de la cité était ouverte, dans la forêt, des cris ou des beuglements se répandaient partout et des masses sombres fonçaient vers l'entrée. Ces créatures portaient des armures matelassées et des casques de belles factures ne laissant entrevoir que des cornes et des yeux sanguinaires, ils frappaient leurs marteaux sur le sol, la danse de la mort venait de commencer et on pouvait déjà sentir le fumet des cendres qui se répandait dans la ville, les cris des hommes et des femmes s'entendaient de plus en plus comme une poussée de fièvre d'une rare violence. Un homme, assis entre deux créneaux de la muraille, vit tout cela, il partit alors en courant dans le sens inverse, il fallait prévenir Asgard que leur territoire était menacé.

Dorénavant, le sang et l'effroi allaient devenir le futur de cette ville, première marche de la colère des créatures les plus anciennes de ce monde, l'humiliation de cette ville venait de commencer dans une élégie perverse...




Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Lun 18 Juil - 20:22

~> Asgard

La jeune avait fait le trajet d'Asgard à Stockholm à tire d'ailes. Elle n'avait qu'une hâte, de juger par elle-même des dégâts causés par ces créatures mythiques venues des temps anciens et appartenant au bestiaire Olympien. Que faisaient-ils donc ici, dans ces lointaines contrées de glace? Dans le plus parfait des silences, la Dragonne survolait la ville, en proie aux flammes, ressentant jusqu'au plus profond de son être la mort, la peur et la terreur, causées par ces immondes bestioles.

L'avantage qu'elle possédait sur ses adversaires était sa capacité à voler, nul doute que ces Cornus ne s'attendraient pas à une attaque venue des cieux. Aussi était-ce avec douceur et légèreté qu'elle se posa sur la flèche d'une cathédrale, tel un ange s'apprêtant à croiser le fer avec l'ennemi pour le renvoyer tout droit dans les bouches de l'Enfer. immobile, la jeune femme aux iris ambrées guettait. Le Dragon savait être patient pour attendre sa proie.

Et elle n'eut guère longtemps à attendre pour dire vrai. Un cri de terreur, les pleurs d'un enfant attirèrent son attention, et elle n'eut guère de mal à localiser l'origine de celui-ci. Quelque part en contrebas, un bambin était terrorisé par l'approche de minotaures, s'accrochant aux jupes d'une femme, qui courait, cherchant à distancer les créatures, mais sans succès, car ces dernières gagnaient du terrain.

Le sang de Ceridwen ne fit qu'un tour. Elle abandonna son point d'observation pour s'élancer en direction des cieux, avant de plonger en exécutant des vrilles vers l'ennemi. Ses pieds percutèrent la nuque de l'un des poursuivants, faisant entendre un craquement sinistre, tandis que la masse velue s'étalait à terre, morte, et que la demoiselle exécutait un salto pour venir se placer entre la petite famille, qui disparaissait à présent à l'angle d'une rue, et les immenses bestioles.

La tête à la chevelure auburn se redressa, les iris dorées flamboyèrent de plus belle, tandis qu'autour d'elle le cosmos de la blanche Dragonne s'étendait.

"- Tiens donc, qu'avons nous là? Un troupeau de vaches qui se serraient égarées semble-t-il. Et si vous vous en preniez à des gens capables de vous résister bande de lâches? Par Odin, croyez le bien, moi Ceridwen, Guerrière Sacrée du Dragon Blanc, vais vous renvoyer brouter vers vos verts pâturages, mais avant vous m'aurez donné le nom de celui ou celle qui vous a envoyé ici!"
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Lun 18 Juil - 22:52

La meute beuglait en pensant aux plaisirs de la tuerie qui se préparait. La famille de leurs désirs s'engouffrait dans une ruelle étroite, quand soudainement, une femme en armure atterrissait dans un fracas de pierres et de cosmos intense. Les Minotaures se regardèrent un instant et rigolèrent en voyant la femme qui parlait devant eux. Mais comme ils ne comprenaient rien, ils s'en moquaient. Ils firent alors signe à des humains postés sur les toits de se débarrasser de cette femme... A ce geste, une volée de carreaux d'arbalètes partit de certaines lucarnes en direction de la jeune Asgardienne !

Sortant d'une autre ruelle, un groupe d'enfants sortit intempestivement. Ils étaient effrayés, l'un d'entre eux avaient un carreau d'arbalète dans le dos, au niveau de son omoplate. Il pleurait à chaudes larmes. Rien n'avait changé, les enfants avaient toujours peur le soir, ils voyaient leur rêve disparaître dans le chaos de la guerre. Ils fuyèrent alors à la vue de la volée de flèches, les mercenaires qui accompagnaient les Minotaures les poursuivirent avec en main des épées recouvertes de sang... Des fenêtres aux étages explosèrent avec l'envol de tables, chaises et meubles de toute sorte, les mercenaires transformaient cette ville en enfer. La haine et la destruction étaient le seul moteur de leurs actions, mais leur coordination ne pouvait échapper à un oeil aguerri !

Puis, dans un élan circulaire, le premier minotaure frappa la guerrière avec sa hâche. Les autres meuglèrent en lançant quelques énormes pavés sous leur main. Une pluie de pierres s'abattait sur la Dragonne. Un Minotaure plus imposant que les autres, entouré de huit autres minotaures s'approchaient de la première cohorte ! Une aura rouge sang se dégageait de lui, son armure luisant du sang de ses victimes. Regardant vaguement la guerrière, il ordonna à l'un de ses seconds de prendre le commandement de cette cohorte en beuglant dans une langue ancienne.


Apeuré par son supérieur, le lieutenant prit le commandement des minotaures en train d'attaquer Ceridwenn. Il faisait râcler un lourd marteau, couvert de cheveux mélangé à du sang encore frais ! Il restait pour l'instant en arrière, pendant ce temps là, son capitaine disparaissait dans une ruelle en compagnie des autres lieutenants. Des cris se répandirent alors derrière la jeune femme, les corps inertes et sanguinolents s'écrasèrent sur le sol, deux autres minotaures entraient en scène....

Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 19 Juil - 20:35

Bien, visiblement autant parler dans le vide, les bestiaux ne semblaient guère comprendre ce que leur voulait la guerrière, et autant dire que ceux-ci possédaient un regard aussi vide que celui de la vache Milka. Mais elle n'eut guère le temps de se concentrer sur ce détail. Suite à un signe des minotaures, un sifflement on ne peut plus caractéristique l'avertit d'un danger imminent.

Ceridwen déploya ses immenses ailes, les flèches venant s'écraser contre l'armure sans même la percer, lorsqu'elle entendit les cris de terreur d'enfants qui sortirent d'une ruelle. La vue de l'un d'eux, blessé par le carreau d'une flèche, figée entre ses omoplates, la mit dans une rage folle et lui brisa le coeur. Les enfants ne devraient pas avoir à connaître ce genre d'horreur, on devait protéger leur innocence aussi longtemps que possible.

Les mercenaires à la solde des bêtes poursuivaient le petit groupe enfantin. Elle ne pouvait rester là et les regarder mourir sous les coups de leurs bourreaux, sans quoi elle ne se jugerait plus digne de porter son armure. Aussi la Dragonne tourna-t-elle le dos aux Minotaures. Erreur fatale!

Un coup de hâche porté en son dos, suivi de près par un lynchage en règle, empêchèrent la jeune femme d'aller à la suite des mercenaires. Ceridwen avait déployé ses ailes pour tenter de se protéger, mais elle ne put esquiver tous les coups, ne laissant échapper la moindre plainte. Lorsque l'attaque prit fin, un petit rire sardonique s'échappa des lèvres de la jeune femme, tandis qu'elle se redressait, l'aura blanche de son cosmos s'étendant autour d'elle.

"- Bien si vous avez fini, assez joué."


Lança la Belle guerrière, tandis que le regard ambré se faisait plus flamboyant encore, comparable à la teinte de l'or en fusion. Vivement, elle s'élança en direction de la première bête, celle qui lui avait porté le coup de hâche pour être exacte, et plongea ses griffes avec force dans le torse velu de celui-ci. L'ennemi beugla de douleur, s'effondrant à terre, tandis qu'elle s'élançait dans les airs, prenant la rue empruntées par les enfants et les mercenaires.

Elle n'eut guère de mal à les trouver, les cris des jeunes victimes se faisant de plus en proches. Déjà des cadavres jonchaient le sol, et le sang de la guerrière ne fit qu'un tour. Au dessus d'elle, le ciel s'obscurcissait, au loin, le tonnerre grondait et bientôt les premiers éclairs vinrent à frapper les mercenaires, transformant certains en véritable torche humaine, tandis que les griffes de la belle lacéraient les chairs des un ou des autres.

Les enfants survivants se tenaient serrés contre un mur. Celui qui avait été blessé par une flèche était toujours vivant. Ceridwen s'adressa à eux tout en combattant.

"- Rentrez dans cette maison et n'en sortez pas jusqu'à ce que je vous le dise!"


Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 20 Juil - 15:27


La foudre illuminait les nuages de leur colère. Des hommes hurlaient de douleur quand des étincelles destructrices vinrent frapper leurs têtes jusqu'au sol, leurs mâchoires claquèrent un instant et leurs yeux se révulsèrent avant de s'effondrer dans un amas de poussière brûlé. Coincés contre un mur, les enfants ne disaient plus rien, la peur les privait en toute envie de bouger, attendant une mort salvatrice peut-être. Mais elle ne vint pas ! Au contraire, un mouvement du destin venait de les sauver, ils entendirent brusquement une voix les commander d'aller dans une maison attenante à leur mur. Il virent un ange roux se poser devant eux et affronter les mercenaires, faisant un signe de croix devant un tel miracle, les enfants ne demandèrent pas d'explications et s'engouffrèrent par la porte de la maison ! A l'intérieur, une famille gisait dans son sang, ils en avaient vu d'autres en quelques nuits, ils trouvèrent rapidement une cachette et remontèrent le moral de leur compagnon blessé...

Les mercenaires observaient la Dragonne en se faisant un signe de croix aussi ! C'était pas dans le contrat, on leur avait promis des plaisirs et la fortune, pas la mort ! Désormais, ils devaient faire face à un mystère à la chevelure automnale, une déesse des temps anciens peut-être, à l'instar de leurs alliés de la nuit. Estomaqués, ils restèrent quelques secondes à contempler leurs confrères grillés sur le sol, un d'entre eux vomissait d'ailleurs contre le mur en tournant de l'oeil, les autres encerclèrent lentement la guerrière du nord mais n'osaient pas l'attaquer. Au moment où l'un d'entre eux s'apprêtait à attaquer, un caillou siffla dans l'air et le frappa dans la tête, une dizaine d'habitants s'étaient réunis à la vue du miracle et voulaient aussi protéger les enfants, leurs enfants. L'arrivée de Ceridwenn avait insufflé temporairement un peu de courage aux quelques survivants du quartier pour reprendre la lutte, armés de fourches et de couteaux artisanaux, ils n'en menaient pas large mais le courage brillait dans leurs prunelles...

Un murmure, un songe peut-être, les fit fuir rapidement. Dans un autre quartier, les minotaures recherchaient la donzelle, leur lieutenant à leur tête, ils brisaient chaque maison et tuaient tout ce qui avait eut le malheur de les rencontrer. Un groupe de soldats étrangers arrivèrent devant eux, ils étaient français et, à la base, avaient la charge de protéger l'ambassadeur de France, mais les rumeurs sur une nouvelle "Jeanne" protégeant les opprimés les incitaient à défendre à leur tour cette ville de la proie des Démons. Les vociférations des minotaures ne leur faisaient plus peur, une forme d'espoir les portaient pour le meilleur ou pour le pire, parfois, on regardait les choses en se demandant pourquoi, on pouvait alors les regarder tel que cela pouvait être, en se disant pourquoi pas, c'était ainsi que les hommes pouvaient dépasser leurs propres turpitudes ! Luttant contre le vent de la mort, ils foncèrent sur la cohorte de Minotaures, la première ligne de ces derniers fut brisée par cet élan soudain des soldats, quelques minotaures tombaient sous le choc des lames, au bout d'un moment, le lieutenant des minotaures beugla pour resserrer les lignes et ils repoussèrent l'attaque vivement... Les deux groupes s'observaient, mais déjà, les Français avaient perdu la moitié de leur force dans cette charge, se regardant les uns les autres, ils se sourirent d'un air entendu, un simple au revoir empli de courage, leur capitaine ordonna alors de charger à nouveau ! La lutte fut redoutable, un minotaure tombait à nouveau mais un râle humain signifia la fin de la lutte des Français ! Un soupir d'espoir que le mouvement de l'histoire ne pouvait arrêter. Parfois, on regardait les choses en se disant pourquoi pas...

Le coeur serré, le lieutenant regardait sa cohorte quasiment réduite à néant, ils n'étaient plus que quatre. Rageant intérieurement, le lieutenant prit un chiffon sur le corps d'un cadavre pour se couvrir une plaie, quand il vit le groupe de mercenaires sortir de la ruelle en fuyant. Cette fois-ci, la Bête sentit le sang lui monter au nez, passait encore la mort de ses congénères, mais si son supérieur apprenait cela, il risquait d'y passer à son tour et il n'y tenait pas trop. Il ordonna alors d'arrêter cette femme, si les humains n'avaient plus peur, cela risquait de devenir plus risqué dans le quartier.... Le lieutenant fonça dans la ruelle pour retrouver la rousse électrique...

Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 20 Juil - 21:05

Elle était ravie, les enfants l'avait écoutée. En même temps qu'auraient-ils pu faire d'autre? Elle voyait dans leur regard l'admiration sans borne qu'elle semblait leur inspirer. La Dragonne espérait pouvoir tenir le coup jusqu'à l'arrivée des renforts. Mais pour le moment, elle était en pleine possession de ses pouvoirs, et elle le démontrait parfaitement bien en continuant à lutter.

Elle guetta jusqu'à ce que la porte se referme pour être certaine que les charmantes têtes blondes soient en sécurité. Les mercenaires autour d'elle semblaient à présent apeurés. L'odeur de chair brûlée se répandait dans l'air, retournant l'estomac de plus d'un homme, même du plus aguerri, mais pas le sien. Ces lâches faisaient à présent le signe de croix, comme s'ils prenaient Ceridwen pour un démon. Ce geste fit sourire la Demoiselle.

"- Voyez vous ça, vous êtes chrétiens? Ca alors qu'elle surprise! Je n'aurais jamais cru cela possible!"


Elle se déplaça vivement, ceinturant un homme et se plaçant derrière lui, faisant courir ses griffes le long de la joue de ce dernier tandis qu'il psalmodiait une quelconque prière.

"- Pensez-vous que Dieu vous viendra en aide, alors que vous n'êtes qu'une bande de lâches? La Bible parle d'aider son prochain, pas de le tuer et de profiter de sa faiblesse. Vous pensez que c'est la Paradis qui vous attend? Sâchez que non, vous allez finir dans les limbes des Enfers."


Sans rien ajouter de plus, les mains agrippèrent le visage de l'homme, qu'elle tourna vivement, faisant entendre ce lugubre craquement, avant qu'elle ne relâche son étreinte pour laisser le cadavre tomber à ses pieds, telle une pierre. Les mercenaires apeurés se détournèrent et détalèrent tels des lapins face au terrible courroux de la guerrière sacrée.

Mais ils furent cueillis par les habitants, que l'arrivée de la Dragonne semblait avoir galvanisés. Elle profita de ce moment de répit pour se rendre dans la maison, s'approchant des enfants, elle s'accroupit face à eux, posant une main sur la chevelure de l'un d'eux pour l'apaiser.

"- Tout va bien se passer je suis là à présent, vous n'avez plus rien à craindre, et d'autres ne tarderont pas à venir pour me prêter main forte."


Les enfants qui pleuraient se calmèrent en présence de la demoiselle; elle aperçut celui qui était blessé et lui fit signe de s'approcher, ce qu'il fit sans se faire prier. C'est tendrement que la guerrière passa sa main sur la joue du petit blessé.

"- Tu vas devoir rester encore un peu avec ça, quand tout sera fini je m'occuperai moi-même de cette vilaine blessure d'accord? Restez là, il faut que j'y retourne. Surtout ne criez sous aucun prétexte et ne sortez pas."


Elle se redressa et sortit de la maison. Les habitants s'étaient occupés des mercenaires, à présent c'était à son tour de s'occuper des Minotaures, car ceux-là, les hommes ne pourraient les retenir. A nouveau elle s'envola pour revenir vers la cathédrale. Des bruits de combats parvinrent à ses oreilles, les bêtes beuglaient et tombaient mortes sous les coups des humains.

Il avait fallu qu'elle arrive pour insuffler ce désir de combattre. A nouveau, elle plongea dans le vide avant d'atterrir face au chef et au reste de sa troupe qui visiblement, la cherchait.

"- Je suis là."
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 20 Juil - 21:33

Arrow Idavoll (Asgard).

Bien. Finalement, Samiel ne faisait pas le poids face à l' envol du dragon blanc d' Asgard. La distance mise entre ses deux guerriers devenait de plus en plus grande, presque impossible à rattrapée. Mais le loup des steppes ne baissa pas pour autant sa vitesse, et même alla cherché un peu plus de vitalité au fond de ses tripes pour limité le délai afin de pouvoir rattraper cette jeune insouciante.

Il couru sans cesse, jour et nuit, sans jamais s' arrêtait. Il brava des dizaines de dangers,rien de bien méchant en soi, pour pouvoir ralliait la citée de Stockholm rapidement et voir ce qu' il en était. Enfin, il arriva sur place et put apercevoir ce qu' il en était réellement. La jeune guerrière était déjà rentrait dans le vif du sujet montrant sa colère inouïe face aux ignominies qui lui faisaient face. Samiel aperçu également qu' elle tenta de mettre à l' abris de jeunes enfants.

là, ça sent pas bon du tout.....

Assez surprenant qu' il puisse y paraître, d' autre personnes, des adultes firent front,armés de lances, de fourches afin de sauver ces petits. Voilà de la bravoure, de l' honneur que le guerrier d' espilon appréciait chez ceux que l' on sous entendez peureux et indigne de vivre sur cette terre. Le courage qu' émanait ce petit groupe lui fit faire battre son coeur rapidement. il était prêt à intervenir quand tout à coup une petite armée vint sur les lieux. C' était des soldats équipaient d' armures, d' épées, de lances et, eux aussi, firent face en rentrant dans les lignes ennemies des minotaures. Malheureusement, ils ne firent pas le poids et se firent décimés.

ça suffit !!

Samiel fit croître son cosmos et sauta d' un bond prodigieux, survolant Ceridwen, puis les quatre derniers minotaures afin de les avoir dans sa ligne de mire. il abaissa sa visière de combat, dégaina les griffes de métal divin et hurla.

Ceridwen ! Je suis là, alors ne les laissons plus vivre un seul instant de plus. Compris jeune dragon ?

ils étaient prit au piège et dorénavant devrait faire face à la fureur d' Asgard. Deux des leurs étaient là et les enverraient six pied sous terre illico presto. Dans un second cri de colère, Samiel envoya une puissante salve de griffes cosmique sur le minotaure qui était restait en retrait des trois autres.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 20 Juil - 23:45


Alors qu'un éclair bleu bondissait au-dessus de la Dragonne, elle sentit un danger immédiat. En effet, le mur adjacent explosait dans un grand fracas, un autre minotaure aussi subtil qu'un rhinocéros venait de rentrer en scène ! Une singularité particulière avait été apporté par la créature, il avait des épaulettes recouvertes de quatre énormes pics effilés. Sur chacun d'entre eux, des têtes d'hommes, de femmes et d'enfants. Il hurla en direction de ses autres compères, mais, il fût désappointé de voir que ceux-ci étaient occupés par un humain tout bleu. Il tenait à la main un baril de bière et s'humecta les lèvres, quand il vit Ceridwenn, un étrange sourire fendit alors son visage. Il lâcha son tonnelet pour prendre la hache à deux mains qui était dans son dos.

Chargeant alors la femme, il beugla et faisait fuir les rares habitants, qui n'avaient plus le courage de rester. Du plat de son arme, il frappa les côtes de son adversaire à une vitesse incroyable pour la propulser contre le mur. Plus fort que la moyenne, il sauta sur la femme avec des prunelles bovines toute excitée. Puis, prenant le manche de son arme à pleines mains, il frappa lourdement en direction de la jeune femme. Enfin, il cracha une étrange substance collante sur les ailes pour la paralyser quelques instants, le minotaure avait compris que cette guerrière volait un peu trop à son goût ! Comment profiter d'elle en l'air ? Pour lui, il fallait en profiter en bon terrien, sur le sol et allongé... L'état d'ébriété de la Bête se sentait dans son haleine putride ! D'autre part, un autre minotaure, portant une armure de couleur métallique et un anneau d'or dans le museau, apparut en vociférant. Il attendit alors quelques instants pour voir comment son congénère ivre allait s'en sortir contre ce type de guerrière ! Ce minotaure avait un charisme plus palpable et le sang suintant encore de son armure était le signe qu'il était d'une autre trempe !

A l'autre bout de la ruelle, les trois minotaures couvrirent leur lieutenant en se mettant devant lui. Ils frappèrent le loup d'Asgard avec de lourds marteaux sertis de clous noirs. Derrière, le lieutenant sortit d'une poche sur son pantalon de cuir une grosse boule de suif avec une étrange cordelette qui en dépassait, il utilisa un brasier sur le côté pour créer une flammèche. Reculant de quelques pas, il lança la boule sur les quatre combattants devant lui, dont trois de ses soldats. Une explosion retentit alors dans toute la ruelle, elle souffla les rares humains encore vivants, des milliers de clous incandescents foncèrent en direction des murs en traversant les corps sur leur passage. Une troupe de mercenaires avaient le tort de passer par là, le lieutenant leur beugla alors de retrouver les restes de l'homme en bleu ; en effet, ce lieutenant savait à qui il avait à faire et voyant un autre lieutenant au bout de la ruelle, il comprit qu'il y avait une possibilité d'étouffer les résistants dans l'oeuf, de détruire toute forme d'espoir chez les Hommes...

Le capitaine entendait le rapport de ses espions humains. Deux Ases étaient venus et cela l'embêtait, le mot était faible ! Il ordonna à ses lieutenants de se diviser dans chaque quartier et de réunir les minotaures encore présents pour renforcer les défenses, il en profita pour ordonner à son lieutenant humain de protéger les murailles ! Cet homme avait toujours attiré la haine des autres officiers, mais après la mort de quelques autres lieutenants, personne n'osait plus s'opposer à sa présence au côté du chef. Le lieutenant fit alors signe à une dizaine de ses hommes de le suivre, celui-ci dégageait une impression étrange de sang et de mort ! Les autres lieutenants l'observèrent en train de partir, puis, ils disparurent à leur tour vers leurs quartiers !




Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Sam 23 Juil - 18:49

L'intensification d'un cosmos familier fit redresser la tête de la jeune guerrière en direction des toits de la ville de Stockholm, pour aussitôt la retourner. Ceridwen avait bel et bien deviné. Celui qui venait d'entrer en scène, se collant dos à elle, n'était autre que Samiel en personne. La Guerrière Sacrée esquissa un sourire ravit à la vue du loup solitaire.

"- Je suis contente que tu sois là, Samiel, à défaut d'un entraînement ensemble, nous allons combattre côte à côte. J'en suis ravie. Mais assez parlé, nous avons des minotaures à mater."


En effet, ses sens la trompaient rarement, et ceux-ci l'avertissaient d'un danger imminent. Un mur non loin delà venait d'exploser littéralement sous la poussée de l'une des bêtes, et lorsque la poussière disparut,, la jeune femme eut tout le loisir d'observer le nouvel arrivant, qui ne tarda pas à lui donner la nausée.

Ce n'était nullement son faciès en lui même qui lui retournait les boyaux, mais plutôt la vue des têtes de ses victimes de tout âge, qu'il avait empalé sur les pics de ses épaulières. Mais lorsque le bestiau posa son regard torve sur l'asgardienne, un frisson parcourut l'échine de cette dernière, car ce regard ci ne disait rien qui vaille. Pour preuve, il lâcha le fut qu'il tenait en main pour charger la guerrière, l'envoyant à la rencontre d'un mur à l'aide du plat de son arme.

La violence du choc coupa le souffle à la belle, mais elle n'eut guère le temps de se redresser que déjà l'animal se jetait sur elle avec dans les yeux une bien étrange excitation. Elle vit la hache s'abattre sur elle et leva les mains pour stopper l'arme, ou tout au moins résister, les griffes de la Dragonne crissant sur l'acier de la lame. Ceridwen voulut se dégager, pour échapper et à la bête et à son haleine fétide, pleine de relent d'alcool, mais ne le put. En effet, le minotaure n'avait rien trouvé de mieux à faire que de cracher une substance qui collait les ailes de l'armure la magnifique rousse. Cette posture de faiblesse semblait énormément plaire à son adversaire.

Un nouveau cornu venait de faire son entrée dans la rue. Son charisme était beaucoup plus puissant, et il ne s'attarda nullement sur la guerrière, mais plutôt sur son compagnon. Elle vit chacun de ses gestes, et comprit rapidement l'attention de celui-ci. mettre en miettes, au sens propre du terme Epsilon.

"- Samiel! Attention!!"

Hurla-t-elle à l'attention de son ami lorsque la bombe partie en direction de celui-ci, avant d'exploser. Elle sentit la morsure de pointes sur sa peau, d'autres ricochant sur son armure. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, tout autour d'elle n'était plus que carnage. Des corps, ou tout au moins ce qui en restait, jonchaient le sol, sans vie, les cris et les plaintes des survivants parvinrent aux oreilles de l'immaculée Dragonne. Elle espérait que Samiel serait toujours en vie.

Ce qu'elle avait sous les yeux était un véritable carnage, et plus elle observait, plus son souffle s'accélérait sous la rage qui la gagnait petit à petit. Un coup bien placé dans les parties du Minotaure firent beugler ce dernier et lâcher sa hache. Profitant de cet instant les griffes de la Belle vinrent la libérer de ses entraves avant qu'elle ne se jette sur son ennemi, après avoir saisi l'armure de ce dernier, pour l'abattre de toute ses forces sur le cou puissant de ce dernier. L'air autour d'elle devenait de plus en plus froid, transformant le sol en une véritable patinoire sur laquelle les sabots des bêtes les firent déraper puis tomber en terre, Et s'il n'y avait eu tout ces morts, la scène aurait put être drôle.


[ HRP: Je me suis permise de poster car je serai absente de demain jusqu'à jeudi soir, ce qui évitera que je ne bloque le jeu.]
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 27 Juil - 0:08

La jeune dragonne avait répondit à l' ami venu l' aidait, mais une autre créature arriva en explosant un des murs de la citée. Il avait la particularité d' être vêtu d' une armure bien solide et à ses épaulettes étaient empalées des têtes humaines franchement recueillies. A la vue de cela, Samiel comprit rapidement que tout cela n' était pas normal. Depuis quand des créatures comme des minotaures osaient s' en prendre aux humains ? Eux qui d' habitude sont plutôt par petits groupes et agissaient dans des contrées reculées. Quelqu' un devait être derrière tout cela ? Mais qui ? Pour le savoir, ils n' avaient pas le choix. En tuait un maximum et obtenir des informations.

Le dernier minotaure arrivait prit la hache située dans son dos à deux mains, puis il chargea en direction de la belle nordique en beuglant à tue tête. Ceridwen se fit prendre de vitesse sous les yeux inquiet du guerrier d' Epsilon et se retrouva coincée contre un mur. Malheureusement, Samiel dû la quittait du regard car à son tour il allait se faire attaquait. Les trois minotaures qui lui faisaient face allaient charger sous l' ordre d' un nouveau venu. Probablement un chef ! L' ordre donnait, Samiel se prépara en rentrant et sortant ses griffes rétractiles. Il allait les éventrés un par un et sans aucune pitié. Cela était sûr et certain connaissant ce caractère un peu soupe au lait et rustre. Ne faisant aucun état d' âme, il déchiquetai le corps de deux minotaures en les coupant en deux, puis étant trop occupé par ce petit met fut prit dans une explosion de clous incandescent. Il n' avait pas fait attention à celui qui s' était caché derrière ses sous-fifres. heureusement pour lui, la dernière créature encore en vie lui servi de bouclier et elle absorba toute l' attaque en hurlant à la mort.


Couvert du sang de la bête, Epsilon regarda en direction de la jeune Asgardienne. Elle était encore en vie, heureusement, et reporta son regard sur le monstre qui avait lancé la bombe. Il n' avait pas bouger de place.

Toi, tu va me le payé.....Mais avant ça, dit moi qui vous envois ? Réfléchit pas trop longtemps si tu veux resté en vie un peu plus longtemps et gouté à la fureur de mes coups.

Il devenait agressif le loup protecteur d' Asgard et ça s' était bon pour cette bête sans cervelle.
Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 29 Juil - 21:18

==> Londres

Suite à son bref passage à Londres ainsi qu'à l'échec de cette incapable d'Aphrodite, Hermès s'était dirigé vers le nord et les froides contrées d'Asgard. Après tout, lui, le roi des voleurs resterait toujours le mieux indiqué pour ce genre de mission. Il avait même pour l'occasion "emprunté" un filet à l'un de ses innombrables demi-frères. Un beau filet aux mailles de bronze indestructibles, il avait juste laissé un mot au propriétaire au cas où ce dernier s'en rendrait compte avant que le jeune fils de Zeus n'ait achevé cette nouvelle mission.

De toute façon, il serait mal placé pour venir râler sachant qui était responsable de cet état de chose...

Enfin, au moins, cela serait réglé en à peine deux coups de sandales ailées. Hermès l'immortel ne faisait pas d'emprunt aux mortels, lui se contentait de changer son apparence ou de se rendre invisible à leurs yeux et c'était tout. C'était aussi l'un plus grand mystère du dieu, ne pas s'emparer du corps d'humains comme se plaisaient tant à le faire les autres...

Il approchait de la Scandinavie lorsque le ciel s'obscurcit. Si peu mais bien assez pour avertir l'Eternel voyageur du mécontentement des autres divinités.

Le conseil doit avoir commencé sans le second protagoniste de ce lamentable pugilat et sachant que père a conviée une de ces fameuses divinités du grand nord à ce même conseil, mon cher oncle doit pester contre elle...

Aucune retenue, aucune réflexion dans ses actes. Enfin, dès que la colère prend le dessus et que cet abruti rue dans les brancards... Quoique cette chère Eris doit aussi y être pour quelque chose...


D'autres manifestations captèrent son attention. Une énergie tout aussi divine que la sienne et le dieu se posa quelques instants sur le toit le plus proche. Ce spectacle-là valait la peine d'interrompre son vol. Qualité devenue si rare que cela méritait d'être souligné.

Un véritable châtiment divin ? De la main même de notre invitée ? Bravo, père... Pensa-t-il avec une admiration non feinte. Vous venez de montrer que vous avez parfaitement choisi votre nouvelle alliée et qu'elle peut faire preuve de sagesse, elle aussi. A votre place, ma chère marâtre, je me méfierais de cette petite déesse. Elle doit savoir mordre comme personne et mon cher père adore les femmes de caractère...

Sinon pourquoi vous supporterait-il...


Une lueur de cruauté dans le regard le plus souvent indéchiffrable du dieu du Commerce. Qui pouvait savoir ce que le divin messager pensait vraiment lorsqu'il commençait à vous prendre dans l'une de ces discussions interminables dont il avait le secret...

Beau parleur sans le moindre doute mais n'ayant pas l'ambition de diriger comme certains de ses nombreux parents. Ce qui au fond était une très bonne chose pour le roi des dieux. Hermès respectait son père et lui chérissait l'un de ses plus jeunes fils.

Un dernier regard vers la direction qu'avait prise cette attaque pour s'assurer que le sacrilège l'avait bien reçue. Quand à la nature des plaie et autres, autant dire qu'il n'en avait cure. Le geste seul comptait et puisque la déesse Vane l'avait fait de son propre chef, l'affront était lavé et le sujet clos.

Tu t'en tires très bien l'ami. Oui, très bien, la douce Freyja t'a sans doute fait souffrir pour la forme mais es-tu réellement si meurtri que cela ? Cela aurait pu être pire bien pire entre les griffes de tonton l'Ebranleur ou tonton le Fossoyeur...

Un rire soudain et le dieu reprit son envol. L'Olympe n'attendait plus que lui pourtant, il ne put se résoudre à y rentrer de suite...

Non !!! Encore ?

Une nouvelle file d'âmes s'étirait droit vers les Enfers alors que leur heure n'avait pas sonné. Le Conducteur des Ames le sentait au fond de lui. Cela lui faisait le même genre d'effet qu'à Londres. Aussi le dieu décida-t-il de remonter la file pour en avoir le coeur net.

Ainsi se retrouva-t-il quelques secondes plus tard au-dessus de la ville de Stockholm. Presque aussitôt, une odeur plus qu'inattendue en ces lieux alerta le messager...

Non, cela ne peut être un hasard ou accident... Ce genre d'êtres ne peut se trouver ici que sur demande.

Le regard d'Hermès se fit soudain plus dur alors que des dizaines de nouveaux défunts se dirigeaient vers le Royaume souterrain.

Je ne peux m'occuper de vous. Votre destin est désormais entre les mains de ma sombre grande soeur... Mais cela ne restera pas impuni...

Reprenant de la hauteur, le dieu dégagea le filet qu'il avait "emprunté" avant de sortir sa flûte. Il n'allait pas intervenir dans le combat qui se jouait entre les minotaures et les Ases mais peut-être que les soulager d'un minotaure serait déjà un petit plus non négligeable. Puis, ce fut le bruit et la déflagration.

Une explosion... Une de trop, ragea le dieu avant de se mettre à jouer...

Son de la flûte du divin messager et comme Argus, plusieurs monstres cornus s'affaissèrent avant de tomber en sommeil. Leur faire subir le même sort qu'au surveillant aux cent yeux était plus que tentant mais il ne pouvait davantage intervenir sinon qu'en se servant dans le troupeau.

Ce que le voleur fit sans hésiter. A défaut de cinquante vaches, il ramènerait un seul minotaure alors autant en choisir un gros et plutôt doué dans l'art de la conversation. Sinon et bien, il lui délierait la langue...

Son regard balaya l'ensemble assoupi avant de s'en choisir enfin un, lui entravant bras et jambes avant de l'emprisonner dans le filet.

Normalement, cette fois, plus rien ne devait retenir le divin voyageur en ces lieux et, pourtant, il s'accorda encore une courte pose avant d'approcher d'une somptueuse ase aux longs cheveux cuivrés. Belle et vaillante, elle semblait aussi avoir du caractère.

Le dieu ne faisait que passer mais autant se présenter...

" Excusez mon intervention, belle dame, et acceptez ceci de la part du dieu Hermès. "

Et sans lui laisser le temps de répondre, il lui fit un baise-main avant de se relever et d'enchaîner aussi vite.

" Avant que vous ne me posiez la question, votre déesse protectrice est au conseil des deux et sous la protection de mon père, n'ayez donc aucune crainte pour elle, dame Ceridwen... "

Puis son regard glissa sur le Guerrier divin tout proche.

" A vous de profiter au mieux de mon intervention, guerrier divin Samiel d'Epsilon. Je ne peux rien faire de plus que porter cette preuve au grand Zeus. "

Et s'inclinant avec tout son art devant la dragonne, il prit enfin congé sur ces quelques mots.

" Au revoir, dame Ceridwen mais si vous avez besoin de mon aide, n'hésitez pas "

==> vers l'Olympe avec peut-être un dernier détour

[HRP, je n'ai enlevé qu'un seul minotaure du terrain]
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 29 Juil - 23:55

Citation :
→ Village d'Idavoll.
Le voyage avait été bref, bien plus que Sköll ne l'aurait pensé. Mais peut-être n'était-ce dû qu'à son empressement à l'idée d'en découdre. En effet, même si cela avait été formatif pour la nouvelle recrue passer Heimdall à tabac n'avait fait que réveiller ses instincts sanguinaires. Se retenir de le battre à mort avait été plus d'une fois un véritable calvaire et la perspective de pouvoir faire converger ce besoin insatiable de violence allait le soulager d'un fardeau de taille. Quelles que soient les créatures qui avaient investi Stockholm, il avait tout fait pour être dépêché sur place avant même que le briefing n'ait pris fin. Les détails n'étaient que bagatelle à ses yeux et tout cela était de moindre importance, il n'y avait pas une minute à perdre et ce n'était pas d'en savoir plus ou moins sur eux qui changerait quelque chose à leur sort. Tous autant qu'ils sont, ils finiraient déchiquetés par ses crocs qui plus que jamais voulaient ciseler dans la chair son chemin des bêtes, celui qu'il s'était construit à la force de ses poings. Même si cela ne faisait que très peu de temps qu'il était en convalescence à Asgard, le fauve avait assez hiberné. L'heure était venue de prendre du poil de la bête et si cela pouvait se faire au détriment d'un quelconque fléau, le bénéfice n'en serait que plus grand.

Il n'y était pas très regardant et se contenterait de tailler en pièces tout ce qui se dresserait en travers de son chemin et aurait l'air à peu près hostile, il n'en demandait pas plus et c'était la meilleure des excuses pour opérer un retour en force digne de ce nom. Ainsi était-il parti sans même prendre la peine d'écouter tout ce qu'il y avait à savoir sur le sujet, et il n'en eut aucun regret. Tout ce qu'on pourrait lui dire ne le ferait ni changer d'avis, ni revoir sa tactique d'approche sur un autre angle. Non, il se contenterait de frapper vite et bien et de clairsemer leurs rangs, car - et c'était bien tout ce qu'il en avait retenu - ces entités oeuvraient en meute à la destruction d'une ville qu'il ne connaissait que de nom. Peu porté sur les voyages car convaincu qu'ils n'avaient rien à lui apporter, sinon peut-être de terrasser des antagonistes plus exotiques que la normale, il n'était sorti de ses terres gelées que de trop rares fois et bien souvent pour se perdre peu après. Son sens de l'orientation n'était en effet pas d'une grande aide, et sans doute aurait-il eu du mal à arriver sain et sauf à destination s'il n'avait pas été accompagné. Car même s'il y rechignait, conscient qu'il ne trouverait pas son chemin seul ou en tout cas pas sans accuser un énorme retard, il était parti avec son disciple sous le bras.

S'il n'était pas tout à fait au point pour ce qui est du combat, il devrait au moins pouvoir tenir et lire une carte, ce que son maître n'était pas en mesure de faire. Tant qu'il pouvait lui ouvrir la voie et le mener à bon port, il n'avait rien à y redire même s'il avait tenu à rappeler à son compagnon de route qu'il ne lui viendrait pas une seule fois en aide au cours du trajet. Car évidemment, qu'il reste sur le côté et prenne soin de ne pas se mettre inutilement en danger était trop lui demander et que maintenant qu'il avait appris à se battre - encore que ce soit un grand mot - il tenait à vérifier ses performances contre un adversaire à sa taille. Le problème étant que rien ne garantissait qu'ils y soient et qu'il pouvait tout aussi bien y passer à la première occasion, mais Zeta s'en lavait les mains, n'attendant que sa propre entrée en scène et ayant insisté sur le fait qu'il n'était pas là pour le chaperonner. Dès qu'ils seraient dans la place, ce serait chacun pour soi ; ils se sépareraient et Heimdall serait livré à lui-même. Mais avoir été aussi rude dans ses précisions sur la marche à suivre ne l'empêcha pas de répéter une parole rituelle tout au long de leur acheminement jusqu'à la proche banlieue de la zone mise en quarantaine.

« Quand est-ce qu'on arrive ? J'en ai plein le cul de marcher... C'est pas bientôt fini ? J'ai la dalle. J'ai soif. J'ai envie de pisser. J'en ai marre ! »

Mais ces plaintes infantiles prirent fin dès que le panache de fumée noire, mauvais augure, se dessina dans le lointain. Les cieux grisonnaient sous l'influence de ces volutes, faisant tourner le temps à l'orage. Même d'aussi loin, l'odeur de mort n'était pas négligeable et le flair du Tigre Noir ne manqua pas de lui faire savoir qu'ils étaient sur la bonne voie. Dès lors, il n'eut plus besoin d'aucune aide et se détacha de son guide pour prendre les devants. Il n'avait plus qu'à foncer, et s'il y avait bien quelque chose qu'il savait faire mieux que personne, c'était cela. Détruire tout ce qui lui barre la route pour atteindre son objectif, véritable rouleau compresseur. Pas ou peu de figures de style et une débauche de cosmos toujours plus ahurissante, c'était tout ce qui définissait le Guerrier Divin et en faisait un monstre à l'épreuve de tous les dangers. Mais alors que l'enceinte de la ville s'ébauchait au loin, il fut stoppé net dans sa course par un trait tombé du ciel. Bien qu'il ignorât tout du projectile, la vive douleur qui courut dans ses veines au même titre qu'un sang déjà bouillonnant fut assimilée à celle obtenue en étant pourfendu par une lance, qui l'aurait alors percé de toutes parts. S'arracher la peau à la main n'aurait pas été moins douloureux.

Pas une fois il ne fit part au monde de cette douleur ni ne brisa le silence pesant qui régnait dans les alentours, habitué à souffrir bien plus que ce que les pires tortures au monde avaient à offrir. Aussi intense que soit cette sentence, il l'encaissa de plein fouet sans broncher, se contentant de se figer le temps que cette décharge d'affliction se dissipe et s'évade par tous les pores de sa peau pour le laisser sceptique. Toutefois, une fois le choc passé, un examen minutieux lui fit comprendre qu'il n'en gardait aucune séquelle hormis le souvenir de cette déflagration intérieure. Étrange... Mais puisque à première vue il n'en tirait pas une blessure et que même son aura était intacte, il n'y avait pas de raison de s'en faire. Il serait toujours temps de reprendre la réflexion là où il l'avait laissée si un effet secondaire faisait son apparition par après. Haussant les épaules, il s'épousseta pour jeter au sol les derniers vestiges de ce qui était, bien qu'il ne le sache, sa punition pour avoir enfreint les ordres divins et fila comme le vent en direction du point de chute prévu, sans plus y repenser par la suite. Il avait mieux à faire que de conjecturer sur une hypothétique pluie de lances surgies de nulle part. Entrer dans la danse serait bien plus productif !
Citation :
Je ne suis donc pas encore rentré à la fin de mon post mais le MJ peut bien sûr considérer que je le fais dans le sien si cela lui est plus commode puisque je le ferai sans tarder à mon prochain tour. Si j'ai bien compris nous ne nous battons pas tout de suite donc j'ai préféré faire une introduction qui laisse la place au développement RP.
Revenir en haut Aller en bas
Heimdall


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 645
Armure : pratique du rugby

Feuille de Personnage :
HP:
155/155  (155/155)
CS:
155/155  (155/155)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 3 Aoû - 15:45

Nous étions sur la route depuis un petit moment déjà. Marcher, marcher et encore marcher, si seulement j'avais su, sachant que je rentrais tout juste de ma quête pour mon armure et que là aussi pendant des mois, j'avais marché, marché et encore marché. Ensuite j'avais eu le droit à une bonne raclée de mon maître afin de me faire intégrer au mieux les préceptes du combat. Chose qui au final avait plutôt fait son effet. Après cela nous avions croisé un garde qui m'avait indiqué ce qu'il se passait à Stockholm, Sköll qui écoutait non loin prit aussi la route pour, surement, colorer son épée. D'un signe de la main il me demanda de l'accompagner. Je n'étais guère du genre à fuir les problèmes de ce fait sans hésitation j’emboîtais le pas de ce dernier, avant de prendre même la tête de notre expédition.
Apparemment l'orientation n'était pas le fort du colosse aux cheveux d'argent, par chance, ayant énormément voyagé dans un passé proche, pour ma part c'était un partie de plaisir. J'avais une solution rapide pour nous rendre là bas mais j'étais pas sur de pouvoir faire passer quelqu'un avec moi. J'avais pour idée d'utiliser le bifrôst et ainsi ouvrir un porte dimensionnelle direction la suède, plus précisément Stockholm, mais n'étant pas certain du résultat je préfèrais assurer en nous y rendant de manière plus... Comment dire... Euh... Physique.

Rien ne pouvait ébranler mon calme, mon sang froid était des plus extrême mais pourtant pour la première j'arrivais à sortir de mes gonds. Le chef un vrai gosse, je vous racontes pas. "Et quand est ce que l'on arrive? J'ai faim!!! J'en ai marre!!! Tu es sur que c'est la bonne direction?". Et cela pendant tout le trajet, alors au début je répondais aux questions qui me paraissaient les plus essentielles gardant mon pragmatisme assuré mais plus le voyage duré plus je devais me mordre les lèvres que si bien à un moment, chef ou pas chef, il fallait que tout cela sorte. Je me retournais sur sköll puis je me m'y à lui pourrir la gueule en sachant très bien que la contre attaque de ce dernier pourrait faire bien plus mal.




- C'est pas bientôt fini votre cirque!!!! On est plus très loin, si vous êtes pas content prenez là cette putain de carte!!! Vous avez faim??? Et bien mangez vous un bras vu leurs tailles vous serez rassasié!!!

Je regardais mon maitre, son visage ne changea guère d'attitude puis, un rictus, fit son apparition peu avant qu'il se mette à courir vers moi. Bien décidé à ne pas me laisser faire je me préparais à stopper sa charge mais à ma grande surprise, ce dernier passa à coté de moi. Sans attendre je fis volte face. Je remarquais aussitôt de nombreuses colonnes de fumées au loin, nous étions arrivés...Je me décidais à suivre le guerrier divin qui avait déjà une bonne longueur d'avance, soudain juste à quelques mètres, une sorte d'éclair frappa de plein fouet quelque chose au sol.
A proximité de la position présumée du lieu d'impact de cette attaque je constatais, immobile, mon mentor. A en croire son attitude ce devait être lui le réceptionniste de cette offensive mais le voyant repartir gaiement vers la zone de combat j'en concluais facilement que tout allait pour le mieux. Sans me poser plus de questions je reprenais à mon tour immédiatement mon chemin derrière lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Dim 7 Aoû - 23:55

    Le moment était désormais venu. Même si les combats faisaient encore rage en vile et que de nombreuses poches de résistance subsistaient, la majeure partie de la capitale du Royaume de Suède était désormais sous le contrôle des Minotaures, et c'était tout ce qui comptaient. Levant les yeux vers l'énorme porte qui barrait le chemin de ses troupes, le capitaine s'apprêtait à lancer la troisième phase de leur opération, et sans doutes la plus délicates de toutes. Derrière lui, dans la ville en contre-bas, les Guerriers du Royaume d'Asgard commençaient seulement à arriver en renfort pour venir en aide aux habitants de la ville. C'était là une arrivée tardive, mais le danger qu'ils représentaient n'en demeuraient pas moins réel, et il était bien placé pour le savoir. Il n'avait plus désormais qu'à compter sur ses alliés humains qui s'étaient proposés pour ralentir leur avancée. La seule chose dont il devait, lui, se préoccuper, c'était le bastion devant lui.

    A son signal, la porte et une partie de l'immense muraille qui l'encadrait et qui abritait de nombreux gardes royaux vola en éclats dans un fracas apocalyptique. Les explosifs employés illuminèrent un bref instant le sombre ciel nocturne, laissant ensuite place à un nuage de poussière digne d'une éruption volcanique de grande envergure. Désormais, l’accès au Palais du Roi de Suède était libre aux troupes des Minotaures, et un nouveau massacre s'apprêtait à être commis...

    ~¤°---------------------------------------------------------------------------------------------°¤~
    [Partie destinée à Samiel et Ceridwen]
    Plus bas, dans le quartier marchand de la ville, l'un des Lieutenants du meneur des Minotaures observait avec un calme inattendu l'issue d'un combat opposant l'un de ses hommes les plus brutaux à une étrange guerrière en armure. Son supérieur leur avait expressément demandé d'éliminer en priorité ce genre de combattant sans leur donner plus de détail, ce qui avait éveillé la curiosité autant que la méfiance du Lieutenant. Voyant que son sous-fifre s'était fait avoir en beauté par la jeune femme qui, malgré sa musculature typiquement humaine, l'avait retourné avec force et habileté pour le projeter à terre et l’assommer, il émit un grognement inquisiteur et observa un peu plus loin le compagnon de la jeune femme qui venait de survivre à une explosion provoquée par l'un de ses collègue, un Lieutenant expert en explosifs. Visiblement excédé de voir cette situation trainer, le Minotaure tapa de son sabot sur le sol et ouvrit sa gueule... Pour parler d'une voix grave et puissante.

      « Inutile de lui poser la question, Basra. Ce Sten comprend votre langue, mais ne la parle pas. Et quand bien même il pourrait vous répondre, vous ne seriez pas dignes des explications. Vous ne comprendriez pas. Vous n'êtes que Vashedan... »

    L'impression de puissance et de noblesse qui se dégageait du Minotaure lors de son discours ne laissait planer aucun doute : il n'était pas de ceux qui se complaisaient dans le massacre et la barbarie. Il était un guerrier d'honneur et de gloire, de ceux nés pour diriger. Pourtant, alors que ses derniers mots dis dans une langue méconnue planaient encore dans l'air, le corps de la puissante créature se pencha, dodelina, et finalement tomba à genoux en se tenant la tête, comme pour résister à une force inconnue et invisible aux yeux des deux mortels. Il en fut de même pour le Minotaure Artificier qui faisait face à Samiel, sauf que celui-ci ne résista guère et s'écrasa comme une masse sur le sol de la rue.

    L'apparition divine qui suivie, les mots qui furent échangés et le départ précipité du Dieu Messager demeurèrent entre quatre yeux, uniquement connus de Ceridwen et Samiel devant qui la divinité avait décidé d'apparaitre, ou du moins semblait-il... Car le Minotaure qui avait un peu plus tôt parlé, écroulé à quatre pattes comme un vulgaire animal, était parvenu à maintenir sa conscience à flot quelques instants, suffisamment pour admirer le visage d'Hermès et le voir emporter son sous-fifre un peu plus tôt mis au sol par la jeune femme. Après le départ de l'Olympien, et un effort surhumain de sa part, la créature se leva en grommelant alors qu'il tentant de faire disparaitre le voile qu'il avait devant les yeux.

      « Ebra! Que venait faire un Hissra ici? »

    S’ébrouant pour chasser ce qu'il restait de torpeur dans son corps, le Minotaure lança un regard interloqué aux deux Guerriers d'Asgard, semblant hésiter sur la marche qu'il lui fallait à présent suivre, puis se décida à avancer d'un pas lourd vers l'autre Lieutenant qui s'était mis à ronfler. Passant à deux mètres de Samiel sans le moindre mouvement agressif, ou plutôt en l'ignorant complètement, il le dépassa pour s'approcher du dormeur et le réveiller d'un violent coup de sabot dans le ventre. Se réveillant en beuglant, le Minotaure se redressa en enrageant face à son compagnon, qui pour toute réponse lui abattit son immense main sur le visage pour le calmer. Lui désignant ensuite du doigt Samiel, il ne prononça que deux mots.

      « Vinek kathas! »

    Le regard de l'artificier passa successivement de son comparse à Samiel, plusieurs fois, puis dans un grognement étira ses épaules et s'avança vers le Loup d'Asgard, prêt à en découdre. Sans y accorder plus d'attention, le Minotaure à l'anneau d'or dans les naseaux se dirigea droit sur Ceridwen pour s'immobiliser à une distance réduite d'un minuscule mètre et la jauger de toute sa hauteur, comme s'il cherchait une réponse à toutes ses interrogations en elle. Détournant le regard après un un bref moment, il lui fit signe de le suivre dans une rue adjacente en lui parlant par-dessus l'épaule.

      « Vous n'êtes encore qu'une Imekari, une enfant, et pourtant un Hissra s'est adressé à vous avec déférence. Vous méritez mon attention, humaine. Suivez-moi. Inutile de plonger cet endroit plus dans le chaos qu'il ne l'est déjà. »

    L'invitant à lui emboiter le pas, le Minotaure s'avança pour se diriger vers une rue adjacente et ainsi se réserver la gloire de combattre cette femme aimée des Dieux. Le sort de Samiel, qui ne l'intéressait guère, avait été laissé à ce Lientenant avec qui il semblait avoir un compte à régler. Les jeux pouvaient à présent commencer...

    ~¤°---------------------------------------------------------------------------------------------°¤~
    [Partie destinée à Sköll et Heimdall]
    Bien loins de toutes ces considérations, les deux Guerriers d'Asgard qui arrivaient seulement en vue de la ville n'étaient pas pour autant à l'abri du danger. Leur périble s'était déroulé sans encombre jusqu'ici, mais ce n'était que maintenant que les choses sérieuses commençaient. Mais peut-être pas de la manière dont ils s'attendaient...

    Alors que les murailles de Stockholm commençaient seulement à se dessiner devant eux, le Maitre et l’Élève commencèrent à sentir les lourdes fumées qui provenaient des incendies déclenchés de part et d'autres dans la cité. Avant qu'ils ne puissent en distinguer les lueurs cependant, ils furent stoppés nets en arrivant aux portes de la cité, se retrouvant face à face à un spectacle des plus incongrus.

    Un homme, un seul, sans armure ni arme, se tenait debout sur le pont qui reliait la terre ferme à la cité. Partout sur le passage de pierre, des cadavres de Minotaures réduits en menus morceaux étaient étalés comme un avertissement dirigé à leur encontre... Mais le plus improbable était l'homme lui-même. Sa carrure était semblable à celle du GodWarrior de Zeta, voire plus imposante encore. Légèrement plus grand que lui, le colosse était bien plus large d'épaule et sa tunique peinait à retenir les muscles monstrueux qui se détachaient sur sa peau tannée par le soleil. Son visage aux traits masculin prononcés laissaient penser qu'il n'était plus tout jeune, plus de la quarantaine, mais impossible de lui donner un âge précis. Sa longue chevelure blonde qui lui tombait jusqu'au milieu du dos était retenue au niveau du front par un bandeau rouge vif, sous lequel deux yeux argentés au regard perçant surveillaient l'approche des deux Ases. Ses larges mains ensanglantées posées sur ses hanches, il arborait un large sourire à l'approche des deux combattants, comme un pote au comptoir d'un bar qui aperçoit des amis de loin. Lorsqu'ils s'immobilisèrent au bout du pont, le géant éclata d'un rire tonitruant.

      « Hahahaha! Enfin un GodWarrior! C'pas trop tôt, j'commençais à me dire que vous deviez sacrément manquer d'effectif pour n'avoir envoyé que les deux zigs qui sont déjà à l'intérieur! »

    Tapant dans ses mains pour en enlever le sang qui les entachait, il se mit à marcher tranquillement vers les deux hommes avec un sourire tout à fait amical. S'arrêtant à une dizaine ne mètres d'eux, il les jaugea rapidement du regard en se grattant le menton, à la manière d'un inspecteur curieux, puis afficha de nouveau un large sourire de sa mâchoire carrée.

      « Okay! Toi, le Nain, tu peux passer. C'pas la peine qu'on perde tous les deux notre temps. Toi par contre, le Moche, tu restes ici. Faut qu'on cause. »

    Faisant signe à Heimdall de passer, le géant gardait les yeux rivés dans ceux de Sköll avec un regard enjoué... Un peu trop même. Il était difficile de le sentir, encore plus de le voir, mais une aura meurtrière d'une rare intensité entourait l'inconnu dont les yeux couleur métal ne reflétaient qu'une émotion dévorante et carnassière. Faire dégager le gamin était une priorité, parce que ce qui allait se dérouler ici ne risquait pas d'être joli à voir...

    Citation :
    HRP :

    Ceridwen -> [PV Combat Stockholm] Ceridwen/Minotaure

    Samiel -> [PV Combat Stockholm] Samiel/Minotaure

    Vous pouvez tous deux poster ici pour quitter le topic ou passer directement au combat, à votre convenance.

    Sköll et Heimdall -> Encore un peu de RP et ça sera votre tour.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Dim 21 Aoû - 6:36

Autant il était difficile de faire bouger Sköll d’un pouce une fois que prendre racine lui était passé par la tête, autant on ne pouvait l’arrêter quand il se mettait en marche de ce pas implacable que n’importe lequel de ses alliés devait lui connaître. Pourvu qu’il ne veuille pas finir en-dessous, du moins. N’en ayant pas connaissance, l’illustre inconnu n’avait pu que négliger ce détail et ce serait tout à son désavantage. N’écoutant pas un traître mot de ses beaux discours, Zeta se contenta de suivre à la lettre son mode de procédure habituel, à savoir : foncer sans jamais s’arrêter. Primaire, évidemment. Primitif, sans aucun doute. Mais diablement efficace, et rares étaient les obstacles à pouvoir le freiner – ralentir était une fin en soi, l’arrêter était impensable. Peut-être cet homme croyait-il pouvoir le stopper avec toute sa nonchalance mais c’était peine perdue ; on n’arrête pas une force de la nature quand elle n’en a pas envie. Et force était d’avouer qu’au vu de son excitation, il était fort peu probable que le Tigre Noir consente à faire une halte pour les beaux yeux de ce rempart de viande humaine qui très bientôt serait répandu en petits tas de chair s’il ne se poussait pas hors de son chemin avant que la collision n’ait lieu. Ce qui, à en croire ses propos et son attitude, n’était hélas pas dans ses projets actuels.

Tant pis. Pour lui, cela va de soi. Ignorant tout le baratin qu’avait pu sortir cet ersatz de colosse, qui ne faisait en somme que le plagier, reflet sans substance d’un grand homme dont il ne serait jamais que l’ombre, il continua de tracer sa propre voie sans plus s’en soucier. Suivre ses indications, même s’il l’avait voulu, aurait été difficile sachant qu’il n’en avait pas capté ne serait-ce qu’une syllabe. La globalité de son esprit s’axait déjà autour du combat qui l’attendait derrière ces murs et ce n’était pas ce pâle imitateur qui se dresserait entre cette alléchante perspective et sa masse aussi effarante que véloce. Le sol se fendillait déjà sous chacun de ses pas, son poids déjà énorme étant subjugué par le cosmos aberrant qui s’échappait de tous côtés sous son égide. Mais le pire dans tout ça n’était pas de le voir laisser une succession sans fin de cratères dans son sillage, mais plutôt le rire à gorge déployée qu’il émettait, à glacer le sang. Ses pulsions sadiques étaient au beau fixe et brûlaient tout comme lui d’impatience de pouvoir mettre leur grain de sable (ou leur bloc de glace, patriotisme oblige) dans cette sordide histoire dont il n’avait obtenu que les échos.

Connaître le pourquoi du comment ne l’intéressait pas, enquêter ne faisait pas partie de ses fonctions et ce ne serait certainement pas à lui de revendiquer le mérite d’avoir découvert qui était derrière tout ça. Les lauriers n’étaient au fond qu’une façon de se rendre intéressant pour qui ne l’est pas avant d’en recevoir. Lui n’en avait cure, se couvrir de gloire était sans importance. Il laissait ces banalités à qui en avait besoin de bon cœur car n’en ayant personnellement pas plus besoin que d’un bouclier. Et vu le mal de chien qu’aurait n’importe qui à percer sa peau on pouvait dire que c’était là un gage de son aplomb. Non, pour sa part, ce n’étaient pas les honneurs qu’il venait chercher sur ce champ de bataille. Il était uniquement à la recherche d’un défi à relever, un de ceux qui le ferait se dresser sur une montagne de corps sans vie au lever du prochain soleil dans un bain de sang inénarrable. C’était idiot à dire mais toute sa vie ne tournait qu’autour du meurtre, tout avait été fait pour le changer en arme de destruction massive et si on en croyait ses bilans c’était un pari réussi.

Peut-être cet homme exhalait-il une aura à l’essence similaire à la sienne mais il ne s’y attarderait pas, ce n’était pas parce qu’ils avaient des passions communes qu’ils pouvaient nécessairement s’entendre. S’il voulait lier connaissance, il n’aurait qu’à le faire dans le feu de l’action à la manière du Requin que le GodWarrior avait envoyé par le fond sans préavis. Etait-ce d’ailleurs vraiment ce qui avait motivé la chute de cette lance de glace ? Bah, il verrait cela en temps voulu. Il regretta d’ailleurs l’espace d’une seconde de n’avoir pu la garder en état, s’en servir aurait été une bénédiction pour varier de son manque de subtilité habituel. Dommage, mais il allait devoir se contenter de son fidèle fendoir dont le tranchant n’était pas plus émoussé qu’au premier jour, toujours prêt à fendre des têtes et à déverser des entrailles. Ce fut d’ailleurs très bientôt le moment pour Fenrir de refaire surface, tendue devant le Guerrier Divin comme une carte de visite à la taille disproportionnée – et surtout pour qui « affûtée comme une lame de rasoir » n’est rien de plus qu’un doux euphémisme rendu pathétique tellement c’est en-dessous de la réalité.

« Toi, je t’ai pas causé. Ce que tu fous là, j'en ai rien à foutre et je m'en balancerai encore plus quand je t'aurai éclaté. Hors de mon chemin ! »

Et de faire tournoyer sa lame démesurée, la muant pour l’occasion en une large foreuse prête à entamer toute matière qu’on lui opposerait pour en éprouver la qualité. Nul doute qu’un homme, aussi solide soit-il, tout chevalier soit-il, ne pourrait l’encaisser de front sans y laisser des plumes. Or, en plus d’être d’une grande arrogance, ce gêneur avait l’insolence de ne pas mettre d’armure si tant était qu’il en ait porté une un jour. Autrement dit, lui rentrer dans le lard pour s’en payer une tranche au sens premier du terme ne devrait pas demander trop d’efforts. Mais Zeta était déjà en effervescence et ne démordrait pas de passer en force avant de l’avoir fait, même si cela devait vouloir dire faire exploser cette importun sous forme de gerbe sanguinolente dont les lambeaux de chairs retomberaient sur des dizaines de mètres à la ronde. Le mouvement rotatif parut alors être gorgé du cosmos qui enflait autour de sa silhouette pour le rendre plus habile et surtout plus vif, la force brute qui habitait chacun des cercles décrits prenant de l’ampleur à chaque seconde. Le massacre allait à présent pouvoir commencer, qu’il soit ou non immédiat, et Sköll commençait en frappant fort à l’aide de son trancheur de têtes prêt à l’emploi et plus encore.

Et si cette hélice artificielle devait ne pas suffire…

Sa jambe remonta à vive allure pour planter dans l’estomac du fauteur de troubles un genou soutenu par la dureté de la cuirasse venue le recouvrir. L’éclatement des organes internes avait toujours été une grande passion et s’y remettre ne serait pas un mal, pas plus que de lui faire suite. Il retenait ses coups, bien sûr – même si tout portait à croire que ce n’était pas un humain ordinaire, il n’en était pas moins dépourvu de toute cuirasse et donc aussi vulnérable qu’un insecte pourvu qu’il reçoive le moindre coup. Maîtriser la puissance cosmique à différents niveaux n’est pas donné à tout le monde mais l’encaisser sans broncher sans même être vêtu du matériel adéquat n’était réservé qu’à une poignée d’élus dont le Fauve d’Ebène faisait indubitablement partie. Ainsi donc, ce genou demeura suspendu entre ciel et terre avant qu’une poigne de fer ne cherche à s’emparer du crâne de cette montagne de muscles bâtie à son image. Si tout se déroulait selon le plan prévu il n’aurait alors plus qu’à lui fracasser le nez sur sa rotule pour n’avoir plus à se préoccuper de lui brouiller les sens, ce qui était ô combien inévitable dans une guerre de cet acabit. Oui, si tout allait pour le mieux, il aurait dès à présent le nez brisé et les entrailles en pagailles, si toutefois l’épée ne l’avait pas étalé de tous côtés sans épargner la propreté des lieux déjà fortement ébranlée par une invasion mythologique, cela allait sans dire. Une lueur folle dans le regard, le porteur de saphir n’avait plus qu’à maintenir la cadence et en toute logique ce casse-pieds serait de l’histoire ancienne en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mais peut-on encore parler de logique quand il est question de minotaures géants assiégeants une capitale ? Rien n’est moins sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Lun 22 Aoû - 14:29

Un son atypique se fit entendre alors que le chaos continuait de régner sur la Suède, dans sa capitale Stockolm. Ce son était étrange et émanait de quelque chose de divin. Un dieu Olympien peut-être ? Puis alors que cette mélodie continuait de se faire entendre dans les oreilles de notre valeureux ases, là devant lui se produisit une chose étrange. Des minotaures tombèrent sur le champ sans avoir étaient touchés par des coups mortels. Quel était ce prodige ? Le son de cet instrument avait-il eu raison de ses monstres ?

Samiel se concentra, recherchant dans les alentours ce cosmos suffisament hors norme pour pouvoir savoir qui venait de faire ça. Tout d' un coup, alors que le silence régniait suite à ce qu' il venait de se passait, un minotaure fut prit comme une marionnette. Il était entravé par un cosmos divin et fut enfermé dans un sac. Ce dieu s' approcha alors du jeune dragon blanc et semblait lui parlait à l' oreille avant de lui faire un baise main. Il portait un casque d' or et de chaussures ailées.

Hermès...le dieu des voleurs. Que fait-il ici ? Pensa Samiel.

Autre chose aussi étonnante ! Hermès détourna son regard dans la direction du loup solitaire et lui parla également. Un peu étonné sur le coup le loup d' Asgard lui fit un signe de la tête sans dire un seul mot et regarda Hermès s' envolait vers les cieux Olympiens. L' action put reprendre son rôle et un lieutenant des minotaures mit des coups de sabots à un autre afin de le réveiller et de lui désigné Samiel comme adversaire.

Enfin...

[i]A son départ, le loup des steppes ressentit deux autres cosmos non loin d' eux. A leurs essences, il en reconnu des asgardiens, mais ne les connaissaient pas. Samiel craqua ses dix doigts, lâcha un sourire qui voulait tout dire et prit la direction donnait pour le combat. Le massacre allait débuté et tant pis pour celui qui avait été désigné en tant qu' adversaire de ce valeureux combattant nordique.



Arrow combat Minotaure/Samiel

Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 30 Aoû - 14:54



    Arrow Village d'Ivadoll

    Son pied craquait sur les planches éparpillées dans les alentours, une fumée âcre lui narguait les narines et les flammes crépitaient dans une tonalité pernicieuse. Eldir n'était pas fier, c'est le moins que l'on puisse dire, il libéra ses danseurs et se tenait sur ses gardes. Au moins, il n'était pas seul. Veillant d'un coin de de l'oeil sur son camarade, il fit un autre pas en faisant attention cette fois-ci où il posait son pied. Il sentait des cosmos en pleine activité dans la ville, mais c'était dur de savoir qui était qui, les esprits des flammes et de la destruction étaient à l'oeuvre ici et le jeune garçon, serviteur d'Odin, se promettait de combattre les ennemis séculaires des esprits. Brûlant de plus en plus son cosmos, le guerrier entrait alors dans la ville par une grande trouée dans la muraille.

    Les gravats étaient partout, enfin hissé à leur sommet, Eldir écarquilla les yeux devant le spectacle qui apparaissait devant lui. Les minotaures avaient transformé cette ville en gigantesque banquet en l'honneur de Loki, le dieu d'Asgard de la destruction et des flammes. Des maisons brûlaient, des hommes et des femmes gisaient dans ce qui étaient encore des rues. Le sang des victimes continuait de couler dans les rigoles des pavés encore sertis dans le sol, des marres de boues et de sang s'étaient formées dans des trous béants. Vivre ! Les habitants s'étaient battus pour vivre tout simplement. Le jeune garçon dévalait les restes de la muraille pour se rapprocher des cadavres, quand il ressentit un esprit faible mais vivant. Dans un coin abandonné, un petit arbuste n'avait pas brûlé et résistait aux flammes avec courage. Eldir marcha dans sa direction et lui insuffla la vie par quelques étincelles de l'un ses danseurs... Par une étrange discussion, dont seul le guerrier d'Eingana avait le secret, il venait d'apprendre que les hommes avaient souffert de la destruction.

    Eldir se releva lentement dans un état second, son cosmos en pleine ébullition, il faisait rapidement des gestes de ses doigts et des mains, ses danseurs exécutèrent alors une grande danse d'où des étincelles se propulsaient comme des étoiles filantes au-dessus des pavés . Un champ de muguets blancs sortit de terre et fleurissait dans la rue détruite. Des petits billes de rosée du matin sortirent alors des fleurs pour atténuer la violence des flammes. Tout cela se parfumait d'une étrange quiétude qui redonnait courage et volonté dans l'adversité. Tout à coup, un râle se fit entendre dans sous les débris. Une main était en train d'en sortir, un vieil homme avait apparemment survécu à ce cauchemar...

    Le jeune garçon se retourna vivement quand il entendit au loin des éclairs dans le ciel, il connaissait ce cosmos plus que n'importe qui, son maître se battait pour sauver les beautés de ce monde. Mais, il n'avait pas le temps de venir à ses côtés. Il tendit la main vers la main demandant secours, par un geste assez simple, un vieil homme à moitié brûlé ressortait à la surface, mais Eldir se demandait s'il ne le ramenait pas aux enfers...

    Levant les yeux vers les bris de la muraille, il ne ressentait plus le cosmos de son partenaire, celui-ci avait réussi à se perdre. Un peu embêté, le jeune garçon se grattait la tête et il gravissait à toute allure les gravas pour rejoindre le saint disparu mais rien. Appelant avec rage Pégase, il ressentit le même cosmos sombre qu'il avait distingué à Ivadoll. Que faisait-il là ? Encore ? Cela devenait louche et il partit dans la direction du Cosmos en question...

    Arrow Stockholm, dans les rues des Cornus...



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Jeu 22 Sep - 23:24

    Arrow Stockholm, dans les rues des cornus

    Marchant dans la pénombre, Eldir était une âme en peine. Ses danseurs s'étaient cachés dans les plis de sa lourde cape, il ne voulait pas leur montrer les malheurs de ce monde. Autour de lui, des corps et des gravas entremêlés étaient son lot depuis quelques temps déjà, que dire, la mort rôdait comme une haleine putride sortant de la gueule d'un géant des glaces. Enfin, le jeune garçon ne savait pas quelle était l'haleine des géants, mais cela lui donnait une vague idée de l'horreur de la situation.

    Les murs des maisons étaient en piteux état, le feu avait ravagé bien des échoppes et des tanneries proches. La rumeur du retour de Loki s'était répandue à Asgard et elle trouvait peut-être ici son explication. Inopinément, le guerrier du nord tomba sur une bande de vilains en train de détrousser une pauvre femme et ses deux enfants. Le regard ardent, le cosmos du jeune Ase se répandit dans la rue, ses danseurs se réveillèrent pour danser sur les poutres, pierres et chaque ligne de construction pour former un ballet d'étincelles. Des filaments de lierre poussèrent et longèrent les murs encore debout, tels des serpents arpentant les crevasses, ils bourgeonnaient des feuilles aussi brunes que le milieu de l'automne, tel le crépuscule de la saison sombre des fées qui peuplaient ce monde. Chaque étincelle donnait vie à un monde oublié par les Hommes. Les feuilles se détachèrent alors, pour devenir des robes apprêtant des fées qui naissaient de la terre, aussi blafardes et froides que l'hiver, les danseurs dansèrent de plus belle pour irradier les créatures de leurs artifices. Brusquement, les Bansidhs se mirent à crier un silence qui frappa de plein fouet les pillards, c'est ainsi que les anciens Dieux des forêts punissaient les voleurs et les brigands.

    Les trois vilains s'effondrèrent. La femme et ses deux enfants regardaient les restes des Bansidhs en train de s'évaporer dans les feuilles de lierre. Faisant un signe de croix, la petite famille se rapprocha tout de même du jeune guerrier. Eldir ne savait pas trop quoi faire, il avait pas l'habitude de voir des citadins s'approcher de lui pour autre chose que le réprimander. Instinctivement, il recula d'un pas. Mais la main de la femme se posa sur sa tête, elle était chaleureuse et cela redonna un peu de courage au jeune garçon. Il la salua en même temps que les deux petits qui l'accompagnaient, ils avaient que deux ou trois ans de moins que lui mais Eldir était fier de pouvoir jouer au grand pour une fois.

    Brusquement, une détonation se fit entendre tout près. Alerte, le guerrier invita la petite famille à venir avec lui dans une vieille maison qu'il avait repérer quelques temps auparavant. Le quatuor s'enfonçait alors dans une des ruelles proches pour éviter de se rapprocher des combats, Dame Ceridwenn le lui avait toujours dit : " Sauves une vie et tu gagneras déjà un combat ! "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 27 Sep - 0:55

    ~ Fin des Mensonges ~
    ~ Début de la Vérité ~


    [Partie destinée à Sköll et Heimdall]
    De toute évidence, le Fauve d'Asgard avait décidé d'ignorer l'apparente camaraderie mise en avant par celui qui lui barrait la route. Ce choix lui correspondait sans doute mieux : vu son tempérament, il aurait été surprenant de voir le GodWarrior de Zeta pleurer des larmes viriles et tomber dans les bras de son vis-à-vis pour une embrassade fraternelle. Non, cette approche tout en ravage et en destruction lui allait mieux. Mais restait à déterminer si c'était là la bonne alternative...

    Alors que le typhon qu'était devenu Sköll avançait en réduisant en morceau tout ce qui se trouvait sur son passage, corps comme dalles de pierre, l'inconnu resta interdit avec une étrange grimace figée sur le visage. L'air mi-ahuri, mi-angoissé, il resta cloué sur place et ne bougea pas un seul muscle jusqu'à l'inévitable choc. Dans une explosion de roche et de poussières, les deux géants disparurent. La charge de Zeta, parfaitement simple à suivre avec la nuée de gravats qui s'élevaient dans les airs au fur et à mesure qu'il progressait sur le pont, continua en direction des portes de la ville, et ce sans même ralentir. Puis, imperceptiblement, l'allure diminua, encore et encore, jusqu'à finalement complètement s'arrêter à la moitié du trajet. Le temps que les résidus en suspension dans l'air se dissipent, on pu observer un spectacle pour le moins inattendu...

    Ni sang ni douleur pour l'un comme pour l'autre des adversaires. Juste une surprise immense de voir la course de Sköll stoppée dans son élan par une résistance insoupçonnée. Alors qu'il avait pensé avoir abattu son épée sur la masse imposante de sa cible, le GodWarrior avait pu sentir un pression sur sa lame qui en avait arrêté la rotation. Cette pression s'était accentuée, encore et encore, formant un barrage dépassant de loin tout ce qu'il avait connu jusqu'à finalement l'immobiliser. Devant lui, le mastodonte avait tout simplement coincée le tranchant de Fenrir entre ses deux paumes avant même que l'arme ne l'atteigne. Par la seule force de ses bras, il avait stoppé net un mouvement déclenché avec une force colossale, et ce sans le moindre effort apparent. Les deux énormes bras de inconnu étaient simplement venus encadrer l'arme destructrice de Zeta, le plus simplement du monde. Le jeune Heimdall qui accompagnait son mentor avait au moins pu en profiter pour se faire la malle, vers Asgard ou vers la ville, l'inconnu n'avait pu le voir, et à vrai dire s'en fichait. Ayant retrouvé son grand sourire et sans relâcher sa pression un instant, le géant s'esclaffa.

      « Eh bah! Ta mère t'as dit jamais qu'à défaut d'êt' joli, fallait qu'tu sois poli? C'pas des manières, gamin! ... Uh? »

    Se penchant légèrement pour regarder vers le bas, de nouveau avec ses yeux ahuris, le colosse débonnaire regarda sans visiblement comprendre le genoux du Guerrier s'élever pour venir se planter sans son ventre. En crachant tout l'air qu'il avait dans les poumons, l'inconnue émit un râle assez bruyant tout en se pliant légèrement en deux. Dans le même mouvent, Sköll saisit la tête de l'importun pour lui fracasser le visage sur son genoux sans plus de cérémonie. Projeté un mètre en arrière, l'homme étrange s'étala de tout son long sur le dos et ne bougea plus. Quoi de plus normal? On venait de lui éclater les organes et lui écraser le cerveau... Semblait-il. Car quelque chose clochait.

    Tout surpuissant qu'il soit, Sköll avait senti quelque chose en frappant cette homme. Alors qu'à lui, qui utilisait une force surhumaine allié au Cosmos, quasiment aucune matière n'était capable de résister, il avait sentit un dureté incroyable en provenance du corps qu'il avait tenté de broyer. Ça avait été comme si il avait frappé dans du granit brut, sans Cosmos ni force bestiale... Un bloc inébranlable sur lequel son genoux s'était écrasé avec douleur... Et qui au final n'avait pas subi trop de dégâts.

    Ou l'homme sur qui Sköll s'acharnait était immortel, ou le Fauve s'était sacrément ramolli. Que ce soit l'un ou l'autre, le géant venait de se relever d'un bond, souplement et prestement. En tout signe des coups qu'il venait de subir: un fin filet de sang qui s'échappait de ses narines. Rien de plus. L'essuyant d'un rapide revers du poignet, il adressa un sourire en coin à son adversaire, tout en le dévisageant de ses perçants yeux argentés. Ce sourire, bien que toujours amical, était bien différent du précédent. Cette fois-ci, une inquiétante aura s'en dégageait, comme s'il s'agissait d'un calme avant la tempête.

      « Héhé... Pas mal. J'admets que tu sais cogner. Tu m'aurais presque assommé pendant deux secondes avec ça, si t'avais été sérieux. Mais si c'est à ce jeu-là que tu veux jouer... »

    Ne laissant rien présager de bon, le sourire de l'homme inconnu disparut brusquement, alors même qu'explosait autour de lui un Cosmos incommensurable qui emplit tous les environs de sa présence, faisant trembler le sol et s'élever les plus légers gravats dans les airs. L'aura destructrice qu'il dégageait ne semblait avoir aucune limite, prête à faire voler en éclat le pont sur lequel ils se trouvaient tout comme la muraille derrière le colosse. Mais tout cela, Sköll n'eut que peu de temps pour s'en rendre compte.

    Ce qu'il eut le temps de voir, ce fut cette énorme paume qui se referma sur son visage sans qu'il puisse même battre d'un cil. La poigne gargantuesque se saisit fermement de son crâne pour l'emporter en arrière avec une force sans commune mesure et l'encastrer avec violence dans le pont sur lequel ils se tenaient tous deux, le fissurant en de nombreux endroits. Loin dans avoir fini, l'inconnu leva son poing libre pour l'abattre immédiatement sur le torse de Sköll. Ce fut comme si une montagne s'écrasait sur lui, réunissant tout son incalculable poids en un seul point réduit pour lui perforer la cage thoracique. Dans un craquement cataclysmique, le pont vola en éclat, ses imposants débris allant s'écraser dans le fossé ou dans la muraille qui l'encadrait. Seul au bord du précipice, l'inconnu se gratta la tête en observant le fond du fossé où il venait d'envoyer l'infortuné GodWarrior. La pression autour de lui était retombée, et avec elle la masse de Sköll.

      « Euuuuuh... J'y suis peut-être allé un peu fort. Il est plutôt fragile, ce pont, en même temps. »

    Un caillou tomba au fond des douves alors qu'il se penchait vers les douves asséchées pour tenter de distinguer où était passé Zeta, le colosse entendit des bruits de pas derrière lui. De nombreux bruits de pas. Se retournant, il pu voir passer de l'autre côté de la porte une petit troupe de Minotaures et d'hommes en armure, tous menés par un humain aux cheveux vifs et aux vêtements amples, portant une rapière à la ceinture. L'inconnu eu tout juste le temps de noter que le meneur, qu'il connaissait bien, tenait dans ses bras un grand parchemin à l'air assez ancien, que l'homme en question le remarqua et se tourna vers lui pour l'interpeller.

      « Jack? Qu'es-tu encore en train de faire? Nous n'avons pas le temps pour tes pitreries... »

      « Ah! C'est vous Boss? Vous tombez bien. J'étais en train de faire connaissance avec l'un des Guerriers d'Odin. Vous voulez lui dire bonjour vous aussi? »

      « Les Guerriers d'Odin? Ils en ont envoyé d'autres? ... Laisse donc nos "alliés" se charger de ça. Nous avons ce que nous étions venus chercher. Il est temps de passer à la suite. De plus, nos "amis" ont déjà pris le contrôle de presque toute la ville. Il ne faut pas trainer. Nous devons être loin lorsqu'ils commenceront les "conversions". »

      « Vous êtes pas marrant... Bon, on dirait qu'on doit en rester là pour cette fois. A la prochaine, GodWarrior. »

    L'imposant inconnu qui répondait au non de Jack rentra ses mains dans les poches de son pantalon et jeta un regard quelque peu triste de quitter son petit jeu, mais avec un sourire encourageant: il savait que tôt ou tard, il affronterait de nouveau ce Guerrier, ainsi que beaucoup d'autres. Il avait été choisis pour ça après tout... S'éloignant ainsi en suivant les pas de son chef, il laissa la place au petit bataillon de Minotaure et d'hommes en armure, qui s'approchèrent avec prudence du bord du pont brisé pour en inspecter les profondeurs du regard.

    ~¤°---------------------------------------------------------------------------------------------°¤~
    [Partie destinée à Eldir]
    A l'intérieur des murs de la ville, un étrange calme avait commencé à s'installer après la tempête. Les cris, les incendies, les bruits de lutte et de fuite... Tous ces sons chaotiques s'étaient peu à peu abaissés alors que les heures et les minutes défilaient, et ce sans aucune raison apparente. Les Minotaures et leurs hommes de mains, ainsi que des pillards de tous horizons, étaient toujours en ville à commettre leurs sévices... Et pourtant, ceux-ci semblaient avoir pris une toute autre direction que celle du carnage, comme cela avait été le cas depuis le début. Que se passait-il?

    Loin encore de pouvoir trouver la réponse, le petit groupe familial mené par Eldir avançait discrètement, de ruelle en ruelle, vers la destination que celui-ci s'était fixé. Alors qu'ils approchaient du but, ils débouchèrent sur une artère principale de la ville où un grand brasier brulait, les aveuglant un bref instant. Durant ce court intervalle de temps, une grande ombre cornue apparue devant eux en pointant sa lance vers eux, l'air menaçant et aux aguets. Dés qu'il vit des visages humains à la lueur du feu cependant, la grande silhouette abaissa son arme avec une longue expiration soulagée. Se tournant derrière lui, un voix bien humaine sortie de sa gorge pour s'adresser à quelqu'un dans son dos.

      « Il y a encore une famille ici! On doit aussi l'emmener? »

      « Itwasit. Les Kashaaris on décidé d'arrêter la pagaille en ville. On doit rassembler toute la population dans le Quartier du Temple. Même si on va manquer d'hommes pour surveiller tout ce monde, ça devrait aller dés qu'on rejoindra les autres. Fait-les joindre le cortège. »

      « Asit tal-eb. Je m'en occupe. »

    Toujours lance baissé vers le sol, l'homme se retourna de nouveau vers la petite famille, dans laquelle Eldir se fondait parfaitement ainsi recouvert de sa cape pour voiler son armure. Levant la main, l'homme retira son casque ornées de cornes pour dévoiler ses traits au petit groupe. Étonnamment, il s'agissait d'un homme assez jeune, vers le milieu de la vingtaine, qui aurait surement pu se révéler assez beau et séduisant si toute la partie gauche de son visage n'avait été déchiquetée par les griffes de quelque créature dangereuse. Sans le moindre signe agressif il s'écarta et indiqua d'un signe de la main à la petite famille de gagner le centre de l'artère principale avec lui.

      « Suivez-nous. Nous allons vous conduire en lieu sur. »

    Les invitant à le suivre, le soldat s'avança pour regagner son poste. Au centre de la rue, un défilé d'habitants de Stockoholm, de tout age et de tout milieux, avançaient en étant encadrés par un fin filet de soldats aux armures plutôt primitives, mais qui semblaient diablement résistantes. De-ci de-là, ces soldats semblaient être dirigés par des meneurs Minotaure qui indiquaient par où passer dans cette cité dangereuse. Les otages, prisonniers, rescapés, ou quelque soit l’appellation qu'on souhaite leur donner, étaient de tout évidence apeurés et tout sauf rassurés. Si on leur avait laissé le choix, nul doute qu'ils auraient pris leurs jambes à leurs cous pour s'éloigner au plus vite de ces monstres et de leurs sous-fifres. Mais d'une certaine manière, il n'avaient pas l'air de se sentir en danger immédiat. Certains soldats au service des Minotaures portaient sur leur dos des enfants, vieillards ou blessés, prenant un soin particulier à ne pas en abandonner un seul. Sans doute voir ces visages humains leur venir en aide au milieu de ce chaos rassurait-il un tout petit peu ces pauvres habitants, même si ces visages étaient du côté des Minotaures qui les assaillaient...

    Ce qu'il convenait de faire? Nul n'aurait su le dire. Tout comme nul ne savait ce que les Minotaures prévoyaient de faire à tous ses gens. Une grande part de mystère entourait à la fois les origines et la forme de cette attaque soudaine des créatures mythologiques... Mais les choix que devait faire le jeune Eldir, pour lui comme pour tous ces habitants, risquaient d'avoir de lourdes répercussions.

    Citation :
    HRP :

    Sköll -> [PV Combat Stockholm] Sköll/Minotaure
    Poste encore une fois ici, et le combat sera directement lancé dans un autre topic.

    Heimdall -> Libre à toi de retourner en Asgard ou d'entrer dans la ville pour rejoindre la partie d'Eldir, exclusivement RP. Si tu as le temps, il y a toujours possibilité de rejoindre les combats.

    Eldir -> Libre à toi de gérer la situation. Attention, le chemin le plus court n'est pas forcément le meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 27 Sep - 23:02

    Cette fois-ci, ils étaient mal. En effet, le soldat au visage scarifié leur faisait signe d'avancer dans l'artère principal de la ville, une foule de pauvres hères était en train d'avancer sous le commandement des ennemis de la ville. Regardant ses protégés, Eldir leur fit signe discrètement de rester derrière lui. Puis ils avancèrent lentement. Ils constatèrent rapidement que les gens étaient fatigués, le regard terne, satisfaits de ce répit étonnant, ils ne savaient pas où ils allaient, mais avaient-ils le choix ? Le jeune guerrier d'Odin observait les passants qui avançaient comme des cadavres vivants, les habits déchirés, des plaies encore visibles sur leurs corps...

    Quelques minutes passèrent, les habitants se posaient les mêmes questions que le chorégraphe. Ce dernier se demandait comment agir sans sacrifier des dizaines de personnes. Les fracas des combats de ses pairs se faisaient entendre par moment, en fait, le silence était tel que cela pouvait s'entendre. Eldir pouvait comprendre le silence des habitants, mais, il estimait que celui-ci était à la fois une fuite en avant pour une paix éphémère et un prix trop lourd pour l'honneur du combat. Les gens de ce peuple avaient oublié leurs anciennes croyances et ils le payaient aujourd'hui en ayant perdu leur fierté et leur sens de l'honneur.

    Les mains en train de refermer la cape sur sa poitrine, Eldir regarda un instant la petite famille dont il avait la garde. Il devait agir. Il priait au plus profond de lui même la déesse Freyja de lui donner la force d'aller au-delà de ses peurs, il ne savait pas quoi faire quand il sentit quelque chose glisser sur le dessus de sa main. Un flocon venait de tomber du ciel, était-ce un signe ? Levant les yeux vers le ciel, le jeune Ase vit un faisceau de lumière transpercer les nuages. Ses iris bleutées gagnèrent alors une nouvelle persévérance, oui, les anciens Dieux étaient de son côté. Il avait l'assentiment des Dieux, de sa Déesse peut-être, mais comment bien lire les signes divins ? Il se morfondait quand une main se posa sur la sienne. Une main chaleureuse.

    La mère de sa petite famille avait senti son trouble et le réconfortait comme l'un des siens. Touchante attention, elle inversait les rôles sans s'en apercevoir, Eldir la remercia d'un signe de la tête et se concentra sur les alentours. Une ruelle dans un coin était gardée par trois hommes en armures sales et malodorantes. Ils regardaient les passants en souriant, comme si la victoire était acquise. Cependant, le nombre de blessés, de vieillards et d'enfants dans la rue était un frein à des coups d'éclat, le jeune garçon devait agir avec attention. Il chuchota à ses protégés de faire semblant de marcher, mais de rester sur place. Se faufilant alors entre les gens, comme il en avait autrefois l'habitude dans la cité du Levant, il s'approchait des soldats discrètement.

    Par un regard à droite et à gauche pour s'assurer qu'il n'y avait pas de gardes, il lança la bourse d'or aux pieds des soldats. Ceux-ci inspectèrent la bourse et y virent trois belles pièces d'or mélangées avec des clochettes de muguets. Le parfum les enivra soudainement, passant d'une forte fièvre à un état de béatitude, ils chutèrent en arrière quand Eldir les poussa à l'intérieur de la ruelle. Il les traîna dans un coin en usant de sa cape pour faciliter sa petite entreprise, puis, il attendit quelques instants pour vérifier qu'aucun soldat ne l'avait vu. Rassuré, il fit signe à ses protégés de venir, mais son audace avait attiré l'attention des autres habitants, ils profitèrent de cette liberté éphémère pour suivre le jeune guerrier d'Odin. De trois protégés, Eldir en avait maintenant une quarantaine... Il se rappela à ce moment là le fameux conte avec ce joueur de flûte. Quelle joie.

    A la tête de cette aéropage de plus en plus nombreux, Eldir se dirigea vers l'une des sorties de la ville. Il avait pris sa décision et devait maintenant agir vite, il vit un prêtre parmi les survivants, il lui demanda de donner à la foule les mots qui allait redonner courage. Le Pasteur parla alors à ses ouailles dans une langue inconnue pour le jeune garçon, mais le regard lumineux des habitants le calma sur une possible traîtrise.

    " (en suédois) Fils du Nord, nous devons suivre l'ange aux cheveux d'or et turquoises, venu du ciel pour nous libérer des démons sortis de la Terre ! "

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Heimdall


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 645
Armure : pratique du rugby

Feuille de Personnage :
HP:
155/155  (155/155)
CS:
155/155  (155/155)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 28 Sep - 9:29

Alors que j'avançais d'un pas rapide mais pour autant sans excès je pus entendre le vacarme de la bataille qui venait de démarrer derrière moi, mon mentor avait grand faim de combat et il devait donc être ravie d'avoir rencontré aussi rapidement un adversaire. Pour autant ils m'avaient l'un et l'autre complètement ignoré, l'homme qui nous barrait le passage m'avait même proposé de continuer ma route. Sköll lui n'avait même pas esquissé un geste ou même une parole vers moi, de toute façon je pense que je l'aurais gêné plus qu'autre chose. En effet ce dernier aurait plus préféré me tuer en premier afin que je ne l'aide pas dans son combat.

Je venais de fanchir les portes de la ville, la fumée provenant des différents feu allumés par ici par là me montait au nez, celle - ci se mélangeait également à une odeur de sang peu agréable et d'autres dont je ne connaissais pas la provenance mais qui ne m'inspirait rien. Plus j'avançais dans les rues, découvrant par la même occasion des cadavres à tout bout de champ, plus l'odeur non identifiée au départ prenait du sens. Et alors que enfin je parvenais à lui mettre un nom je remarquais à l'embouchure de plusieurs rues des cadavres de bêtes cramoisis. Voilà ce qui puait tant... Les minotaures!

D'après le nombre au sol, les guerriers d'Asgard s'étaient bien amusé apparemment. Il fallait absolument que je les retrouve, parce que comme tout le monde notre énergie n'était pas inépuisable, de ce fait s'il y avait encore beaucoup de monstres dans ce genre les guerriers divins finiraient par avoir des faibles dont leurs adversaires n'hésiteraient pas à profiter pour les terrasser.
Pour continuer il fallait d'abord que je m'ouvre un chemin, les nombreux cadavres de minotaures obstruaient le passage et puis je préférais les réduire en cendre afin d'expulser de la terre ces abominables créatures ayant causées autant de désolation.

Je prenais alors mon épée que je plantais dans le sol, fermant les yeux, j’insufflais mon cosmos dans mon arme puis ouvrant soudainement les yeux je faisais éclater mon pouvoir. Une flamme, puis deux, trois et un milliers qui formèrent un pont de feu anéantissant, réduisant tout à l'état de cendres sur son passage pour ne laisser un fois ce dernier dissipé que poussière.
Satisfait de mon travail je reprenais rapidement ma route pour me mêler au combat.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Sam 8 Oct - 23:01

    [Quartier du Temple : Eldir et Heimdall]
    Dans le sang qui tâchait le sol et les cendres qui flottaient dans l'air, la longue file de citadins continuait à avancer à un pas lent et douloureux le long des grandes rues de Stockholm. Celle dans laquelle se trouvait Eldir et la famille qu'il protégeait n'était pas la seule en son genre, loin de là. De nombreuses files de civils encadrées par les Minotaures et leurs hommes de mains se formaient pour se diriger vers l'ouest de la ville, en direction de l'église Saint-Nicolas, à l'ouest de la cité. A l'est, les bruits de combats et de carnage se poursuivaient, tout comme au sud, vers le Palais Royal. Entré par la porte Nord, ou ce qu'il en restait, Heimdall était actuellement à la limite du Quartier du Temple à l'ouest et la Quartier Marchand à l'est. Il allait devoir choisir l'une des deux directions, si néanmoins on lui en laissait le choix.

    Alors que le Guerrier du Bifröst pénétrait seulement dans la ville, la situation se compliquait. Le stratagème élaboré par Eldir pour s'échapper n'était pas passer inaperçus, loin de là. Si encore seule la famille dont il s'était fait le protecteur l'avait accompagné, ils auraient pu le faire à l'insu de tous. Mais une ruée de quarante personne dans une petite ruelle avait inévitablement attiré l'attention des gardes à corne qui sans attendre s'était élancés à la poursuite des fuyards à grand renfort de cris d'alerte.

      « Les Prisonniers s'échappent! Rattrapez-les! Maraas toh ebra-shok! »

      « TETH A! »

    Néanmoins, de ce cri bref et puissant, un Minotaure projeta une immense lance dans un des murs à l'entrée de la ruelle, bloquant le passage de ses propres troupes et stoppant net le flux de fuyards. Arrivant en rugissant et tapant des sabots, les civils apeurés reculèrent et rentrèrent dans les rangs. Se calmant immédiatement, le Minotaure qui de toute évidence était le meneur huma l'air et se pencha pour ramasser les clochettes de muguet. Après avoir grogné et jeter les fleurs, il donna un violent coup de pied aux trois dormeurs pour les forcer à se réveiller et leur ordonna de reprendre leurs postes, cette fois en y prêtant plus attention s'ils ne voulaient pas finir la tête embrochée au bout de son arme. Plutôt que de jeter inutilement ses soldats à la poursuite des fuyards, la créature avait préféré les ignorer et renforcer sa garde. Si ses hommes s'éparpillaient, les autres prisonniers dont il avaient la garde en profiteraient. Il ne fallait pas se laisser avoir.

    Gêné à peine par cette brusque interruption, la marche des habitants reprenait son cours, l'officier Minotaure garda les yeux fixés au loin, dans la direction où s'était échappé son groupe de fuyards. Il ne pouvait laisser impunément ces humains s'enfuir et le couvrir de déshonneur, surtout qu'un parmi eux avait provoqué cette situation et visiblement pris la tête des fuyards. S'il laissait un tel personnage réunir les survivants, cela pourrait poser problème pour la suite de leur plan. Il fallait régler ce détail au plus vite... Saisissant un cor à sa ceinture, le Minotaure souffla dedans et le sont résonna dans le ciel de la cité comme un coup de tonnerre prolongé. Quelques instants plus tard, deux ombres semblèrent tomber du ciel pour s'approche de la créature cornue avec un silence presque effrayant. Nullement surpris, l'officier donna quelques instructions rapides aux deux silhouette encapuchonnées et recouvertes d'une cape qui, d'un acquiescement, s'éclipsèrent après un bond prodigieux vers le toit de la maison adjacente. Après avoir levé les yeux pour suivre leur déplacement, le Minotaure fit demi-tour et retourna à son poste. A présent, on pouvait considérer le problème comme réglé.

    En un lieu guère éloigné, ne se doutant guère de la menace qui planaient sur eux, les habitants sauvés par Eldir avaient continué leur fuite, encore et encore, croyant que leurs geôliers s'étaient lancés à leur poursuite. Ils ne s'accordèrent de pause que pour écouter les encouragements du pasteur, qui redonna pendant un instant l'espoir à ses fidèles... Instant qui fut bref, puisque dans un claquement sinistre, un carreau d'arbalète jaillit de l'obscurité pour perforer le crâne du prêtre. Les yeux des croyants se remplirent de terreur, et plusieurs s'enfuirent en courant, alors que d'autres se recroquevillèrent sur eux-même. Pourtant, aucune attaque ne suivit cet assaut furtif. Le tir était partit de la fenêtre d'une maison en ruine, qui achevait de se consumer dans les flammes. Aucune présence ne pouvait y être décelé et nul occupant n'était visible à l'intérieur. Alors que l'on pensait que c'était arrivé, un second carreau, provenant d'une direction complètement différente au premier tir, alla transpercer le cœur d'un homme grand et fort, qui tentait de rassurer ceux qui se tenaient à côté de lui. Dans un cri, le groupe se remit soudainement en mouvement vers les portes de la ville, espérant échapper à ce lieu mortel.

    Redevenus des proies, les habitants entrainèrent Eldir dans leur fuite, l'enjoignant de se dépêcher et de prendre leur tête. Cependant, alors qu'ils couraient aussi vite qu'ils le pouvaient, des carreaux d'arbalète continuaient à s'abattre de temps à autre, abattant ce qui semblait être les meneurs des groupes et familles qui constituaient l'assemblée des fuyards. Certaines familles restèrent en arrière, aux côtés de leurs proches morts sur le coup. D'autres tentaient de s'éloigner pour faire chemin à part. Ceux-là étaient immanquablement abattus d'un tir dans le dos, ou dans la jambe selon les moments. Rien ne permettait d’identifier les agresseurs, qui demeuraient parfaitement invisibles, se fondant avec l'ombre. Les seuls signes de leur présences étaient un lambeau de cape rouge sang qui disparaissait à un angle de mur, ou un bras ganté de noir qui dépassait d'une fenêtre en tenant une arbalète à l'aspect meurtrier, cerné de lames, droit vers les points vitaux de leurs cibles.

    Sans crier gare, la fuite des d'Eldir et de son groupe prit fin brutalement. Les hommes en tête se stoppèrent alors qu'ils arrivaient à une intersection de plusieurs rues. Devant eux, un immense pont de feu s'était élevé en incinérant de manière brutale les cadavres qui bloquaient leur avancé. Les flammes se dissipèrent assez vite pour laisser place à un guerrier en armure que les brasiers qui achevaient de se consumer semblaient laisser indifférent. Devant cette vision intimidante, les habitants reculèrent en ne laissant que les forts et les courageux former un barrage entre eux les flammes. Eldir était de ceux-là, placés dés le début aux premiers rangs... Même si le jeune homme pouvait deviner à l'allure de la protection que cet inconnu n'était pas forcément un ennemi. Loin de là.

    Au-dessus des toits des maisons, on pouvait distinguer les tours des portes du nord de la ville, qui ne devaient plus être bien loins. S'ils empruntaient la rue dont arrivait tout juste le jeune Guerrier du Bifröst (car c'était bien de lui qu'il s'agissait), le groupe de fuyards parviendrait à s'échapper de la ville en quelque minutes à peine. Cependant, sur les toits des maisons qui encadraient la rue devant les mener à leur liberté, deux ombres voilées de rouges les guettaient, chacune portant une arbalète à la main. Cette fois-ci, elles avaient visiblement repéré leur véritable cible.

    Citation :
    HRP:

    Eldir et Heimdall -> Vous allez pouvoir vous amuser un peu en attendant que la situation des combats de vus compagnons se stabilise. Considérez qu'il s'agit d'un combat RP.
    Si jamais vous souhaitez l'un ou l'autre vous lancer dans un véritable combat, faite-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 11 Oct - 21:43

    Le carreau d'arbalète fendit le ciel et frappa de plein fouet le pasteur. Hébétés et effrayés, les hommes pouvaient manquer de sang-froid dans les occasions les plus incompréhensibles pour eux, balayés par ce vent mauvais, ils amenèrent le guerrier runique dans leur course folle. Les carreaux tombaient sur la foule avec une précision mortelle, mais à cette vue, le jeune garçon cambra ses jambes et sauta en l'air pour atterrir sur l'un des toits. Un carreau avait bien tenté de l'abattre lui aussi, mais la lourde cape de son maître avait stoppé cette flèche des assassins. Posant les pieds sur les tuiles orangées, les prunelles d'un bleu saphir du garçon brillaient d'une colère contenue.

    Serrant son petit poing, il frappa le toit pour voir la cause de ces assassinats. Les tuiles volant sous l'impact, en une seconde, les planches éclatèrent et se craquelèrent dans un bruit infernal pour former un trou béant entre les quelques tuiles éparses ; sautant alors dans le trou, le jeune guerrier vit une seule pièce, le dos tourné, une créature protégée d’une capeline carmine observait encore la rue à travers une lucarne entrouverte.

    Eldir réagissait le premier. Ses Danseurs s’étaient hissés sur les plis de sa cape cramoisie, ils se projetèrent soudainement sur l’assassin comme une volée de sauterelles, figure aérienne et surnaturelle, se mélangeant avec les corolles cosmiques dont le brasier se trouvait être le jeune garçon. Des milliers d’étincelles s’abattirent sur les planches et la poutre apparente. En un instant, des tiges sortirent du bois, un tapis vert prenait rapidement place et ils laissèrent éclore des milliers de clochettes de Muguets blancs. Dans une musique étrange, elles libérèrent des gouttes de rosée qui s’évaporèrent dans l’atmosphère, le parfum de la danse d’Eingana commençait son étrange requiem, le chorégraphe pouvait commencer sa représentation.

    Ressentant au loin un cosmos étrange, il entendit une déflagration qui fit hurler les habitants. Mais le jeune guerrier n’avait pas le temps de laisser ces créatures continuer leurs forfaitures. Il projeta alors une tige de muguet dans la gâchette de l’arbalète, mariée à quelques étincelles, elle explosa en billes d’eau qui lacérèrent l’arme dans un craquement métallique. Par des gestes dansés, le chorégraphe commençait lui aussi à se déplacer dans la petite pièce, posant les mains sur le sol, il contracta ses muscles pour se propulser en avant sur son ennemi, il fit alors danser ses petits amis pour éblouir son ennemi, juste un instant, et celui-ci traversait le mur adjacent sous l’impact des deux pieds du Guerrier Runique.

    " Assassin ! "

    Se pliant alors, il frappa de ses poings le visage de la créature en donnant des décharges de son cosmos pour accroître la douleur. Par un retourné acrobatique, Eldir sauta dans les airs pour laisser son ennemi plonger sur le sol, ses danseurs créèrent alors une orbe d’eau qui fonça vers le mur du second assassin. Cette eau brillait étrangement d'une aura blafarde et elle s’écrasa, puis, des gerbes d’eau quittèrent le mur pour donner naissance à des branches d’aubépine. Désormais, il allait devenir compliqué d’attaquer les habitants de leur position en hauteur. Le jeune Eldir laissait donc tomber le corps de l’assassin pour laisser la pointe de son pieds se poser sur l’une des immenses branches, que ses danseurs arpentaient dans des nuées d’étincelles… le jeune garçon détestait les traîtres, encore plus les assassins, ils allaient démontrer que l’on ne viole pas la vie sans en subir le contrecoup ! Voyant au loin le guerrier Runique de Bifrost, Eldir lui fit l'honneur d'une salutation. Cependant, son cosmos brillait avec une intensité nouvelle et il n'en avait pas fini avec les deux autres...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Heimdall


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 645
Armure : pratique du rugby

Feuille de Personnage :
HP:
155/155  (155/155)
CS:
155/155  (155/155)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 12 Oct - 9:05

J'observais d'un air détaché le résultat de mon attaque, certes quelques flammes continuaient de danser de chaque côté de la rue, mais on pouvait quand même constater que la voie était maintenant dégagée, purifiée. Les corps des pauvres malheureux pourraient également reposer en paix et ceux de leurs bourreaux brûler en enfer. Tandis que je commençais à avancer, mon attention fut attirée par des cris, à s'y attarder on remarquait qu'il s'agissait d'une version audible de la terreur, de la peur, de effroi ainsi que du désespoir. Malgré tout ça je ne ressentis aucune émotion vive, par contre ma tête fonctionnait bien, il fallait que je trouve les auteurs de ces cris afin de les faire sortir de cette terre de désolation.

Alors que je continuais mon avancée, serpentant entre les flammes, je vis soudain face à moi un groupe de personnes. J'avais ressenti un instant auparavant une cosmo énergie, était elle parmi eux? J'eus vite la réponse lorsque à proximité j'entendis le fracas causé par un combat. Je ne cherchais pas longtemps avant de trouver que cette escarmouche provenait d'un maison, située à quelques mètres de la position, sur le côté droit de la route.
Rapidement les protagonistes avaient fait leur apparition. Aisément j'identifiais une armure du Seigneur Odin. Ce dernier me salua avant de repartir à l'assaut de ses adversaires. Je comptais bien me mêler au combat pour autant la priorité était d'abord de faire évacuer les civils cibles des deux ombres rougeâtres que j'avais pu apercevoir.

Une fois que je fus assez prêt pour que le groupe de personnes puisse m'entendre je pris la parole afin d'essayer de les rassurer, chose pas facile à faire puisque personnellement je n'étais guère inquiet, puis j’enchaînais.


- Je vais ouvrir une porte qui une fois que vous l'aurez franchi vous conduira immédiatement à plusieurs kilomètres de la ville. Dès que vous verrez ma silhouette devenir flou courrez vers moi.

Voilà ces mots prononcés je tendais mes bras, droit devant moi, je continuais en concentrant au mieux mon cosmos puis j'invoquais une porte dimensionnelle. Tel était mon pouvoir puisque je détenais la clé du Bifröst, le pont reliant les mondes. Les victimes du carnage de la ville prirent un instant, elles se regardèrent brièvement puis une femme s'élança rapidement suivit par le reste du groupe. Au fur et à mesure que chacun arrivait à mon contact il disparaissait sans laisser de trace, dès que le dernier du groupe se volatilisa je fermais immédiatement la porte.
Ma concentration fut stabilisée par le sifflement d'un carreaux à proximité de ma tête, cela étant le boulot était fait les gens que je venais d'évacuer ne risquaient plus rien. Je balançais mon regard de droite à gauche pour retrouver le guerrier d'Asgard.

- Guerrier tu peux te battre sereinement tous les personnes que tu escortais son maintenant en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 18 Oct - 21:21

    [Quartier du Temple : Eldir et Heimdall]
    La première ombre qu'Eldir avait délogé fit une chute d'une bonne dizaine de mètres avant de s'écraser dans le sol de la rue. Pendant qu'elle se relevait douloureusement, elle leva les yeux et vit les habitants disparaitre dans une lumière qui disparut après les avoir tous engloutis, ne laissant qu'un guerrier en armure semblable à celui qui l'avait attaqué. Quelle genre de diablerie était-ce?

    Levant les yeux vers les toits, l'assassin à cape écarlate constata que son agresseur avait délogé son comparse qui avait été obligé de quitter le couvert de la maison où il se trouvait pour trouver refuge sur un toi voisin. En un contre un ou deux contre deux, les envoyés des Minotaures auraient de toute évidence été désavantagés, mais à ce qu'il voyait deux de leurs compagnons les avaient rejoint en répondant à leur appel. A deux contre un, ils ne doutaient pas pouvoir venir à bout des deux étranges combattants.

      « Sale gamin... »

    Se massant le visage là où le poing du jeune Eldir l'avait touché, l'assassine (car c'était bien une voix féminine qui était sortie du capuchon), arracha d'un geste sec sa cape et la jeter derrière elle pour être plus libre de ses mouvements. Comme la voix suave mais emplie de colère qu'elle avait laissé filtrer pouvaient le laisser deviner, il s'agissait d'une femme, mais pas seulement. Avant d'être femme, il fallait préciser qu'elle n'était pas humaine. Outre son armure de cuir qui recouvrait son corps et les armes légères attachées dans son dos qui n'étaient clairement pas de facture humaine, les oreilles pointues ajoutées aux cheveux argentés et à la peau sombre de l'assassine ne laissait planer aucun doute quant à sa nature... Une Alfe Sombre, une Drow. Depuis longtemps, ce peuple avait des affinités avec les Minotaures. Il ne fallait donc pas s'étonner d'en trouver à leurs côtés lorsqu'on savait que ces Elfes souterrains s'étaient volontairement intégrés à la société tributaire des mythologiques bovins.

    Allant chercher d'un geste agile deux lames courbes dans son dos, l'Alfe se précipita avec une vitesse ahurissante vers le toit qu'elle gravit en bondissant comme un chamois jusqu'à remonter jusqu'au toit où se trouvait Eldir et lui envoyer d'une rotation aérienne sa jambe dans le buste avec une violence insoupçonnée. Les Draws étaient aussi rapides que leurs maitres Minotaures étaient puissants, il fallait au moins leur concéder cela. Avec une agilité et un équilibre presque surnaturel, l'Alfe Noire se jeta à la suite de l'Ase pour chercher à le trancher avec ses armes, mais son armure dont la résistance dépassait de loin ce qu'avait envisagé son adversaire dévia la majorité des coups, qui pourtant visaient tous des points vitaux avec une précision quasi chirurgicale tout en conservant une grâce proche de celle d'une danseuse.

      « Nous nous chargeons de celui-ci. Occupez-vous de l'homme aux flammes! C'est une priorité absolue des Kashaaris! Et méfiez-vous, ils sont plus dangereux qu'ils en ont l'air. »

    Pendant qu'Eldir faisait l'expérience de la furie d'une femme en colère, la seconde ombre qu'il avait délogé avec ses branches faisait passé un message à ses comparses qui les avait rejoint. De toute évidence, elle aussi était une femme, bien que sa petite taille et sa voix laissaient deviner une jeunesse inattendue. Abaissant son capuchon, elle révéla un visage aussi jeune que celui des deux Guerriers Runiques, voir légèrement plus. Cependant, pour une Alfe, l'apparence physique ne voulait pas dire grand chose... Elle portait les cheveux plus courts que son ainée, et au vue de la longue arbalète qu'elle tenait sa spécialité était de toute évidence le combat à distance. Ne perdant d'ailleurs pas un instant de plus, elle se tourna vers le combat qui opposait sa sœur du jeune chorégraphe, ajusta soigneusement sa cible pendant que l'épéiste l'occupait, et tira lorsqu'elle fut certaine que sa flèche atteindrait sa cible.

    Plus bas, pendant le le combat s'engageait sur les toits pour Eldir, Heimdall avait du soucis à se faire. En effet, des deux ombres rouges qui l'avaient suivit sans qu'il le remarque depuis son entrée en ville, l'une venait de tomber du toit où elle se trouvait pour lui faire face dans la rue, à une vingtaine de mètres de distance. Ses adversaires ne dévoilèrent pas leurs visages comme les autres, mais n'en semblaient pas moins déterminés à remplir leur tâche. L'assassin qui était tombé devant Heimdall sortit une arme de sa cape : il s'agissait d'un long sabre à l'allure orientale, déjà taché du sang des victimes qu'il avait fait dans cette ville. Cependant, le Guerrier du Bifröst n'eut pas vraiment le temps de s'inquiéter de ce sabre : l'archer qui était resté sur les toits et qui avait manqué de lui planté une flèche dans le crâne alors qu'il faisait fuir les habitants venait de déverser une rafale de flèches sur lui à l'aide des deux arbalètes qu'il tenait dans chacune de ses mains. Profitant de cette pluie mortelle, l'épéiste se précipita à toute vitesse et franchit en un instant la distance qui le séparait de l'Ase pour tenter de le trancher en deux avec son sabre, purement et simplement.

    De toute évidence, ces Alfes Noirs connaissaient leur travail d'assassin sur le bout des doigts et leur travail d'équipe était redoutable. Les deux Guerriers allaient avoir du mal à se débarrasser d'eux de manière conventionnelle, d'autant plus qu'ils se trouvaient en territoire ennemi. A tout moment, d'autres adversaires risquaient de venir se mêler à la danse... Ils allaient devoir trouver une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-