RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 18 Oct - 23:14


    Une Alfe des Profondeurs. Lui, l'héritier des Alfes sous la protection du regretté Baldr, le bien nommé Alfeson, souriait à cette vue surprenante. Ses prunelles bleues ne pouvaient s'empêcher d'admirer la beauté de cette jeune créature aux teints hâlés. Ses cheveux immaculés dansant dans le vent donnaient un éclat à cette combattante d'une agilité et d'un force impressionnante, pris dans sa rêverie passagère, il fût néanmoins réveillé par une série d'estoc qui le firent bondir en arrière, sa main se referma alors fermement sur le poignet du Drow au moment du dernier coup. Le cosmos de l'Ase luisait désormais d'une quiétude étrange, douce de prime abord, mais semblable au début d'une gigue de plus en plus entraînante. Les deux iris bleutées se plantèrent dans ceux de la fille des ténèbres, leurs regards se croisant intensément un bref instant. Haine, passion et respect s'échangèrent en une poussière de secondes.

    Soudain, une violente brûlure se fit sentir dans son épaule. Serrant les dents, Eldir ne lâchait pas du regard les prunelles noires de son adversaire. Toute personne ayant une telle beauté ne pouvait pas avoir oublié la lumière. Alors que le jeune garçon était en train de la regarder, ses cheveux passèrent à une teinte dorée comme les blés, comme le lever d'un soleil hivernal, les lueurs turquoise des épis par ci par là agrémentaient l'ensemble avec une certaine harmonie. Depuis des années, le cosmos du guerrier runique n'avait pas été aussi intense, il devait aider cette jeune créature à retrouver le chemin des Vanes. Ses danseurs dansèrent brusquement autour des deux personnes, la jeune Drow portant son arbalète pouvait voir une vague d'étincelles qui bloquait sa visibilité, chaque étincelle créait en cette seconde des pétales de rose blanche qui formèrent un mur blanc entre elle et sa comparse.

    " Je ne te veux pas de mal Alfe noire... Nous avons les mêmes origines ! Comment t'appelles-tu ? "

    Surpris lui même de cette confidence si intime, Eldir regardait la jeune femme et lâcha son poignet. Sur le toit, des milliers de feuilles vertes mélangées à des tiges printanières donnaient naissance à un champ de muguets immaculés. Le jeune garçon se doutait qu'elle n'allait pas abandonner ses frères et soeurs pour sa bonne bouille, mais il n'y pouvait rien, elle avait quelque chose qui l'attirait. Il était ainsi, il aimait franchir les portes des interdits pour découvrir l'envers du Monde, il se préparait donc encore une fois à franchir la porte pour aller dans le Monde de cette Alfe noire. Arrachant brusquement le carreau planté dans son épaule, il se fit une estafilade sur la paume. Puis, il montra sa paume à l'Alfe, la magie des lieux commençait déjà à cicatriser la plaie et celle de l'assassin. Sa douleur à la mâchoire disparut en même temps que la plaie d'Eldir.

    " Les esprits de la Forêt te protègent encore, dis moi pourquoi vous faîtes ça ? Pourquoi autant de victimes inutiles ? Les esprits ne t'auraient pas soignés si ton esprit était mauvais, vous ne suivez pas l'infâme Métamorphe... Alors, qui êtes vous ? "

    Le regard du jeune garçon brillait comme jamais, il ne s'était jamais senti aussi émerveillé par cette créature, étant à la fois subjugué et curieux. Son cosmos palpitait au rythme du ballet des danseurs, cette fois-ci, il avait en tête la partition qu'il voulait jouer et il savait que ce n'était pas gagné, que son Mentor allait peut-être lui en vouloir, que ses Frères d'armes lui en feraient voir des vertes et des pas mûres, mais il s'en moquait totalement. Comme il l'avait toujours été, il s'abandonnait à ses envies, à l'instar des créatures de la Forêt.

    " Nous avons deux choix, soit on arrête là de couler du sang inutilement, soit on discute... Mais je te préviens, je ne suis pas un Chrétien, je ne présenterai pas deux fois mon autre joue... Et puis, tu es charmante en plus en me regardant comme ça ! "

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 19 Oct - 13:13

« Il en faut plus que ça pour m'abattre ! Descends si tu l'oses, je te jure que t'en ressortiras pas vivant, tête de cul ! »

En l'absence d'une réponse autre que celle de son écho, il allait lui falloir remettre cela à plus tard.

Les lésions étaient minimes, pour ne pas dire infimes. D'accord, cet étranger cognait fort. Mais ce n'en était pas assez pour dompter le fauve d'Asgard, imperméable à une violence à laquelle la sienne n'avait rien à envier. Combattre le feu par le feu était une phrase toute faite que beaucoup trouvaient pleine de sens mais le fait était que cela n'avait pas grand effet sur lui... En revanche, s'extraire des décombres se révéla plus ardu que d'encaisser ces coups et il lui fallut de longues secondes avant qu'il ne réussisse à revoir la lumière du jour. D'un revers de la main, il essuya sa lèvre fendue du sang qui la maculait et se fendit d'un sourire narquois. La prochaine fois qu'ils se reverraient, il ne serait pas question de temps mort et il ferait la peau à cette enflure même si le monde devait prendre fin autour d'eux. Il en avait décidé ainsi, et n'importe qui ayant eu vent de sa réputation devait savoir que c'était à présent inutile d'essayer de lui faire entendre raison. Mais pour l'heure, cette cible avait quitté la scène pour ne plus laisser en place que le stupide bétail s'escrimant à défendre une place-forte sur laquelle ils n'avaient aucun droit. Et même s'il aurait de loin préféré dire deux mots à l'inconnu, il lui fallut les garder de côté pour se concentrer sur ces animaux.

Qu'ils soient bipèdes ne le dissuaderait pas de s'y tailler un steak et à défaut de pouvoir croiser le fer avec l'autre colosse, il allait s'improviser garçon boucher pour la journée. Par chance, Fenrir était tombée non loin et il n'eut besoin que d'en saisir la poignée. Celle-ci dépassait ostensiblement de toute la caillasse sous laquelle il avait été enseveli et sa force brute ne réclama aucune aide pour l'en tirer sans plus de fioritures. Hormis de la poussière à ne plus savoir qu'en faire et une poignée d'égratignures, il s'en sortait à bon compte – le contraire aurait été étonnant, après tout. Plus de peur que de mal aurait-on pu dire, mais il était avéré que le Tigre Noir ne ressentait pas la peur. Tout ce qui l'avait saisi était une excitation fébrile, soutenue de ses pulsions sanguinaires les plus véloces. Au moins était-il parfaitement dans l'ambiance désormais, comme en attestait l'aura meurtrière qu'il dégageait sans grande finesse. Même ses alliés avaient intérêt à s'en méfier à présent car une fois dans la bataille, il n'était plus question de retenue pour Sköll... S'ils étaient sur son chemin, ils seraient impitoyablement écrasés. Comme n'importe lequel de ces minotaures qui n'avaient que trop attendu pour recevoir une bonne leçon.

S'ils refusaient de quitter les lieux comme on le leur avait demandé, il n'allait pas se priver de leur expliquer sa façon de pensée comme à son habitude. C'est à dire en tranchant dans le vif du sujet au sens premier du terme, à grand renfort de démembrements en tous genres. Le hachoir qu'il tenait à la main était un outil de travail de circonstance pour foncer dans le tas et nul doute que si les Ases se donnaient la peine de ramasser ce qu'il ferait tomber dans son sillage, ils auraient de quoi se nourrir pendant des mois. Lui-même ne voyait en cette armée velue qu'un rayon charcuterie qu'il allait se faire un plaisir de dévaster, en les coupant en parts égales à défaut de croquer dedans. Faute d'épilation, il ne pouvait se le permettre : même au comble de son exaltation, il restait assez sain d'esprit que pour savoir que la fourrure de ces créatures hybrides ne devait pas être très digeste. Mais ce n'en était pas moins du petit gibier pour lequel son manque de considération était flagrant. Il n'y avait qu'à voir de quelle manière il les regardait de haut, prenant le temps de réfléchir à où commencer sans même songer ne serait-ce qu'une seconde qu'il pourrait rencontrer une résistance quelle qu'elle soit.

Présomptueux, sans doute, mais il avait ses raisons de l'être – et le nombre de cadavres de ces créatures jalonnant déjà le sol ne faisait que confirmer sa pensée. Si d'autres avaient pu en avoir raison, il n'y avait pas de raison que lui, champion des terres gelées, ne soit pas en mesure de faire un carnage dans leur rang. Son altercation l'avait retardé, sans doute plus qu'il ne l'aurait cru, mais il n'avait qu'à terminer le travail à lui seul pour compenser cette arrivée tardive. À peine secoué par sa chute, Zeta ne se douta même pas de l'altitude dont il venait de tomber. À vrai dire, il n'en avait que faire : les conditions extrêmes étaient son pain quotidien et tout ce dont il se préoccupait était de sortir de là pour qu'enfin la raison de sa présence ici apparaisse clairement. Finir au fond d'un ravin n'était nullement son objectif, et devoir en remonter ne saurait calmer ses ardeurs. Le sang allait couler et ce ne serait pas le sien...

Citation :
→ [PV Combat Stockholm] Sköll | Minotaure
Note MJ : Combat annulé suite à un accord entre les participants. Le RP va suivre son cours.
Revenir en haut Aller en bas
[MJ] Créatures


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 87

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Jeu 27 Oct - 20:49

[Porte Nord : Sköll]
    Les combats avaient repris non loin, le quelques sons que le Fauve de Zeta pouvait distinguer à l'intérieur de la ville en témoignaient. Cependant, il ne s'agissait pas du vacarme assourdissant des armes se fracassant les unes sur les autres. Non. C'est un son plus subtil, plus mesure, plus profond. Des souffles de vents, d'explosions... Des flammes, des projectiles. C'était un affrontement à distance, rapide, presque discret. Pour peut que le Guerrier Divin prenne la peine d'étendre ses sens grâce à son Cosmos, il aurait sans nul doute reconnu l'aura de son disciple ainsi que celle d'un de ses congénère, un peu plus en avant de sa position, en train de faire fac à un bien dangereux ennemi. Ce n'étaient pas des adversaires aussi problématique que le géant qui l'avait envoyé paitre au fond de ces douves puantes, mais de redoutables opposants tout de même... Faire le déplacement pour leur filer un coup de main était une possibilité évidente qui s'offrait à Sköll, mais il pouvait tout aussi bien passer son chemin et au contraire profiter de la diversion offerte par les deux Guerriers Runiques pour les contourner et s'avancer plus profondément dans le chaos qu'était devenu Stockholm... Cependant, dans l'instant immédiat, le Fauve avec d'autres soucis plus prioritaire.

    Opportunistes, les Minotaures l'étaient. Il n'était donc pas surprenant qu'un petit nombre d'entre eux soit resté à l'arrière lorsque les mystérieux hommes et leur escorte s'étaient éloignés. Ils avaient senti l'odeur du sang et la possible présence d'une proie facile, déjà mise à mal par le Colosse à la peau mate, les alléchait. Alors qu'ils observaient les décombres du pont, l'un d'entre eux se pencha sur le rebord pour observer et aperçu le Guerrier Divin alors que celui-ci peinait à se dégager des gravats sous lesquels il avait été ensevelis. Soudain grisé par sa supériorité et les efforts de cet insecte à ses pieds pour se sortir de sa position inconfortable, le Minotaure se gaussa, bientôt rejoint par ses congénères qui firent de même. Alors que certains d'entre eux semblaient s'éloigner vers la muraille, ils rirent à gorge déployer en se moquant de l'Ase dans leur langue étrangère et impropre. En gros, oui, ils se foutaient se sa gueule. Certains lui faisaient des signes grossiers, d'autres lui lancèrent quelques cailloux à la figure... L'un d'entre eux poussa la chose jusqu'à lui montrer son postérieur. Risible.

    Les monstres mythologiques, dans leur stupidité, avaient en effet trouvé un moyen de tuer le temps dans leur conquête trop facile de la cité. Ceux qui étaient partis en direction des muraille revinrent, avec un flèche. Une très grosse flèche. Du genre de celles qu'on met dans les balistes. D'ailleurs, elle était sur une baliste. Un sacrée grosse baliste d'ailleurs... Ce qui ne présageait rien de bon pour la suite, surtout pour Zeta.

    Zieutant le Guerrier Divin comme une bande de gosses sur le point d'arracher les ailes d'un insecte, les Minotaures armèrent leur arme de siège et ajustèrent la visée de l'engin pour diriger la pointe du gigantesque épieu chargé droit sur Sköll. Dans un dernier rire retentissant, celui qui semblait mener la petite troupe et qui tenait l'avant de la baliste tira le levier de l'arme qui projeta son énorme projectile à une vitesse phénoménale... Droit sur le torse de l'Ase.

    Citation :
    HRP :

    Pour plus de fluidité, le RP va désormais fonctionner par zone. Lorsque tous les joueurs dans une même zone auront posté, le MJ leur répondra indépendamment de la situation des autres "groupes" du sujet.

    Heimdall, j'attends donc ton post pour passer à toi et Eldir.
Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 4 Nov - 15:50

~> Stockholm: Combat Ceridwen vs Minotaure

POST DE RECUPERATION

La Dragonne du Royaume d'Asgard, se tenait aux côtés de celui qui avait été son adversaire et qui s'était battu avec force et bravoure, donnant tout ce qu'il avait dans ce combat, mais il n'avait pu venir à bout de des techniques de l'Asgardienne, qui avait adopté pour l'occasion une attitude qui avait fortement déplu au minotaure prénommé Arvaarad.

Mais cette technique avait était mise au point dans le seul et unique but de mettre hors de lui son adversaire. Le courroux de son ennemi, face à ses paroles blasphématoires, avait délié la langue de celui-ci, pour lui apprendre les investigateurs de ce massacre n'étaient autre que les Dieux Grecs en personne, tout au moins quelques uns d'entre eux.

Portant son regard ambré sur le blessé qui était étendu à terre, au milieu de cette immense place de marché, la jeune femme maintenait son cosmos en éveil afin que les particules de glace stoppent l'hémorragie du minotaure. Elle s'était juste absentée quelques instants pour aller chercher un coussin ou une couverture pour le placer sous la tête d'Arvaarad.

Elle quitta ses pensées pour sonder l'ensemble de la ville. Quatre de ses frères d'armes étaient là. Deux cosmos lui étaient familiers: celui de Samiel, guerrier divin d'Epsilon, et celui de son jeune protégé, Eldir Alfeson. La dernière fois qu'elle avait vu Samiel, c'était juste avant que tous deux n'engagent le combat contre leurs adversaires réciproques, et elle ne doutait pas qu'il finirait gagnant, il lui fallait rester patiente.

Mais quand bien même elle venait de remporter une victoire, elle se doutait que la guerre était loin d'être terminée. Tout autour d'elle, dans cette zone tout au moins lui paraissait trop calme. Elle se devait de rester sur ses gardes.
Après tout, d'après ce que ses sens lui dictaient, l'ensemble des asgardiens ici présents, n'étaient nullement entrain de se tourner les pouces, tous semblaient être en plein combat, y comprit Eldir. Elle aurait aimé aller à sa rencontre l'aider, mais le connaissant, il aurait très certainement mal pris la chose et lui dirait qu'il pourrait très bien s'en sortir sans elle. Elle lui faisait confiance, elle l'avait formé après tout, et pour le moment, elle devait songer à récupérer ses forces pour ce qui allait suivre.


Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Jeu 17 Nov - 23:09

[Quartier Commerçant : Ceridwen et Samiel]
    Dire que le Minotaure ne comprenait pas les paroles de Ceridwen aurait été un euphémisme. Plus encore que de l'incompréhension, c'était presque une révolte que les paroles de la Walkyrie éveillaient chez Arvaarad. Continuer à vivre après une défaite? Survivre, même après avoir découvert que tout ce en quoi il avait cru n'était qu'un mensonge, une farce de fourberie et de déshonneur? Il deviendrait alors pire qu'un traitre... Il serait un blasphémateur ayant renié les rites et usages de son peuple et entretenant un esprit rebelle envers sa communauté... Quelle genre de vie était-ce là?

    Et pourtant... Il était en vie, et son adversaire avec gelé ses blessures pour éviter qu'il ne perde pas plus de sang. Déjà, la régénération innée à son espèce commençait à faire son œuvre. On leur disait dans leur culture que les Dieux avaient toujours un but pour eux, et que rien n'arrivait sans raison. Y avait-il aussi un objet à sa survie? Est-ce que le fait de survivre dans la défaite pourrait apporter quelque chose au peuple qu'il avait juré de protéger, même si cela signifiait en être rejeté? ... Arvaarad n'avait pas les réponses à ces questions. Ceridwen non plus, il s'en doutait. Pour trouver la réponse, il fallait vivre et voir.

    La créature mythique ouvrit les yeux, sans même s'être rendue compte qu'elle les avait fermé. Etait-il tombé inconscient? Quand? Combien de temps? Difficile à dire, mais à la douleur qu'il sentait partout dans son corps, il s'était absenté suffisamment longtemps pour que toute l'adrénaline du combat se dissipe. Se redressant dans un grognement, il se rendit compte que Ceridwen était juste là, à côté de lui, qu'elle l'avait veillé et était même allée jusqu'à trouver une couverture pour lui caler la tête. Arvaarad resta silencieux, ne sachant honnêtement que dire pour exprimer ce qu'il ressentait. Il se contenta d'observer la jeune guerrière avec ses grands yeux bovins, avant de baisser le visage avec un mélange de gratitude et de gêne sur ses traits. Prenant sa large épée d'une main, il la planta avec violence dans le sol, assez profondément pour qu'elle tienne toute seule. Tentant de se redresser, le Minotaure sentit immédiatement à la souffrance qui parcourait ses membres que son corps n'était pas encore prêt à se tenir debout. Se rabaissant, il s'adossa à la lame de son arme pour se tenir face à celle qui l'avait vaincue, plantant avec une certaine amertume son regard dans celui de Ceridwen.

      « Je ne vous remercierai pas, Ceridwen. Pour mon peuple, survivre dans la défaite est un sort pire que la mort. Vous ne me rendez pas service en décidant de m'épargner... Mais si vous voulez vraiment venir en aide à vos semblables et aux miens, alors vous devriez vous rendre au Palais Royal. C'est là que ce trouve le Shok, notre commandant et seigneur. Si vous parvenez à lui faire entendre raison ou à le vaincre, alors nos troupes devraient se retirer de la cité... Mais il faut vous hâter. Si nos renforts arrivent et que la cité tombe entièrement sous notre contrôle, alors même lui ne pourra rien y faire. »

    Révéler ces informations à une ennemie était bien entendu une nouvelle forme de trahison envers son peuple... Mais au stade où il en était, Arvaarad n'en était plus à ça prêt. Quitte à survivre dans l’opprobre, autant jouer ses dernières cartes pour assurer la sauvegarde des siens, même si cela devait l'enfoncer encore plus. Chaque instant de plus que les siens passaient dans cette ville à commettre des atrocités était une insulte envers les Dieux qu'ils croyaient servir. Il fallait stopper cela au plus vite, et n'étant même plus capable de se lever, Arvaarad ne pouvait que s'en remettre à la Walkyrie.

    Après ces quelques mots, le Minotaure resta silencieux, comme si il s'était refermé juste après s'être ouvert à la jeune femme. Il avait besoin de temps pour se remettre de ses blessures, et réfléchir à ce qu'il allait faire. A présent, le sort de Stockholm et de ses habitants, ainsi que des Minotaures qui l'envahissaient, était entre les mains de Ceridwen et ses semblables. Justement, quelques dizaines de mètres derrière la jeune femme qui lui faisait face, l'autre Guerrier du Nord venait d'entrer dans la place du marché ravagée par les combats qui s'y étaient déroulés. Il portait sur ses épaules la carcasse fumante d'Armaas, le Lieutenant Minotaure qu'il avait envoyé combattre face à, de toute évidence, une proie trop dangereuse pour lui. L'ingénieur cornu était-il mort? Peu probable si l'Ase avait la même mentalité que sa comparse, d'autant plus que se balader avec un cadavre calciné sur le dos n'était pas très productif.

    Quelque peu vexé de voir que deux des officiers les plus redoutés de leurs armées n'avaient pas suffit à ne serait-ce qu'inquiéter les Guerriers Nordiques, Arvaarad se renfrogna et resta silencieux, laissant ses anciens ennemis à leurs retrouvailles. ils avaient surement beaucoup de choses à se dire. Le Minotaure resta donc immobile, adossé à son épée, à figer le corps d'Armaas pour y distinguer une respiration. Quelques instants s'écoulèrent ainsi sans que la créature ne bouge, jusqu'à ce qu'un étrange éclat dans le ciel attire son intention. Contrairement aux couleurs chaudes des flammes qui se reflétaient dans ce nuageux ciel nocturne, cet lumière était plus froide, presque bleue, et le petit point qui l'émettait se déplaçait... Droit sur leur position.

    Le point lumineux se rapprocha très vite en piquant vers les deux combattants du Nord. Dans les derniers instants de sa descente, on put distinguer la forme d'une hirondelle lumineuse, visiblement constituée de la même énergie qu'utilisaient les Guerriers d'Asgard, qui voleta juste à côté des deux nordiques avant d'éclater dans un éparpillement sonore et visuel assez intriguant. Les étincelles cosmiques qui constituaient la projection se tortillèrent comme des serpents avant de s'immobiliser pour former dans les airs un message inscrit dans la langue d'Asgard. Le Minotaure ne pouvait pas en saisir le sens, mais pour Ceridwen et Samiel la lecture se fit naturellement.

      ~ La situation en Asgard s'est compliquée. Rapatriez quelques uns de nos hommes pour nous faire part de l'évolution de votre situation. Si jamais les combats évoluent en notre défaveur, repliez-vous. ~

    Le message était court et clair, sans doute limité qu'il était pas son moyen de transmission et la distance qu'il avait eu à parcourir. En dessous de la dernière ligne, posée comme une signature, une lettre de l'alphabet grec avait été ajoutée : alpha. Avec cela, les Guerriers d'Asgard avaient donc à choix à faire. Ils pouvaient suivre les instruction qui provenaient directement de leur contrée, ou bien écouter les paroles du Minotaure et se diriger vers le Palais pour mettre fin à ce massacre. Comme ils pouvaient aussi l'entendre, ils se trouvaient dans un quartier encore au cœur des affrontements. Les humains résistaient toujours, et la possibilité d'aller voler à leur secours face aux Minotaures subsistait. C'était à eux de prendre la bonne décision.

    ~¤°---------------------------------------------------------------------------------------------°¤~


    [Quartier du Temple : Eldir]

    Bien loin de ces problèmes stratégiques, plus à l'ouest, dans un quartier déjà intégralement tombé sous la coupe des Minotaures et où les combats ne se comptaient plus que sur les doigts d'une main, Eldir faisait face à une situation inattendue qu'il cherchait pourtant à retourner à son avantage, d'une manière où d'une autre. Le destin avait voulu réunir dans cette bataille des enfants au sang elfique, mais appartenant à des bords opposés. Le Guerrier Runique en avait bien conscience, mais cela ne l'affectait guère. Il avait déjà choisis sa voie.

    La Drow avait de toute évidence été prise de court par ce brusque revirement dans l'attitude de son adversaire. Plus encore que son absence de contre-attaque, le fait qu'il stoppe son coup la fixe avec un regard si intense en allant jusqu'à ignorer le projectile fiché dans son épaule l'avait profondément troublé. Ouvrant grand les yeux et entrouvrant les lèvres de surprise, l'Alfe Noire fut complètement incapable de répondre à la question pourtant simple du jeune homme qui lui faisait face. Lorsqu'il la relâcha, elle fit un preste bond en arrière pour se retrouver bloquer par le mur de pétale qui les entourait à présent. Faute de savoir quoi faire, elle leva ses armes, se positionnant pour prendre une posture défensive. Ses yeux ambrés se déposèrent sur ce gamin étrange qui se comportait de manière de plus en plus décalée. Voilà qu'il était en train de la soigner? Hein? Victimes inutiles? Esprit Mauvais? Qui ils étaient? ... Pour le coup, le garçon du Nord appliquait à la lettre le concept de "frapper d'abord, poser les questions ensuite". Se remettant petit à petit de ses émotions, la jeune femme se raffermit et fronça les sourcils. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler en plein combat, étant plutôt du genre à éliminer ses cibles rapidement et silencieusement, mais face à ces étranges pouvoirs qui tenaient plus de la magie que de l'art du combat, mieux valait gagner du temps le temps de comprendre de quoi il en retournait.

      « Je n'ai pas à répondre à tes questions. Tu as un sacré culot de te montrer si amical au beau milieu d'une guerre. Ce n'est pas parce que tu m'as soigné que je vais oublier ton attaque. Je suis ton ennemie et je cherche à te tuer. Tu n'as rien besoin de savoir d'autre. »

    Le jeune Alfe faisait la fière, mais au fond d'elle elle était loin d'être aussi incisive. Le regard du garçon continuait de la troubler. Elle n'arrivait pas à le définir. Clair? Naïf? Curieux? Fou? Alors que la situation inconfortable se prolongeait, l'indécision de la meurtrière ne cessait de croitre. Visiblement, il souhaitait faire cesser le combat, mais elles ne parvenait pas à saisir les raisons de ce brusque revirement. Que voulait-il dire pas "origines"? Sans qu'elle puisse trouver de réponse à ses question, l'Alfe écouta la proposition du jeune homme... Avant de furieusement rougir face à ce compliment inattendu et déplacé en une telle situation. Ses lèvres ses déformant dans une grimaces paniquée, la combattante eu soudain l'envie de disparaitre dans l'ombre, dans un trou, de se cacher, mais ses yeux ne trouvèrent aucune issue au mur de vent et de pétales qui les entourait. Ce furent des cris provenant de l'extérieur du tourbillon qui lui permirent de se reprendre en main.

      « Grande-sœur! Grande-sœur tu m'entends?! Il t'a fait quelque chose? Grande-sœur!! »

    Alors que ses mots les atteignaient, le mur de pétales immaculés fut déformé par le choc d'un carreau d'arbalète qui le heurta avec violence, se faisant immédiatement emporter par le tourbillon sans l'affecter plus. Ce carreau fuit suivit d'un second, puis d'un troisième, et au final ce fut l'arbalète elle-même qui heurta le mur de vent à répétition, montrant que la plus jeune Alfe était bien plus paniquée que son ainée par le silence qui se dégageait de leur prison et qu'elle se trouvait à présent juste à côté d'eux. L'Alfe qui faisait face à Eldir serra les dents et raffermit sa prise sur ses lames. Elle cria un mot bref et puissant dans la langue des Minotaures, et qu'elle l'ai ou non entendu les assauts de sa compagne cessèrent, laissant tout le loisir à la duelliste de se concentrer se nouveau sur ce garçon déstabilisant.

      « Je ne sais pas qui tu es ni ce que tu cherches à faire, mais tu te trompes si tu espères que je vais d'avantage baisser ma garde avec tes belles paroles. On nous a envoyé ici pour éliminer un élément perturbateur qui menace le nouvel ordre que nous cherchons à établir. Cet élément, c'est toi manifestement. Je vais donc te tuer pour permettre à notre rêve de voir le jour, et il n'y a rien de plus à y ajouter! »

    S'élançant de nouveau, l'Alfe sombre se jeta sur Eldir en lançant devant elle ses deux lames destinées à le tuer. Bien entendu, elle ne s'attendait pas à ce qu'une attaque aussi simple marche sur ce combattant aux étranges pouvoirs. Il ne s'agissait que d'une diversion pour contourner sa garde... Et frapper! Dès que les deux lames atteignirent leur cible, que cela soit ou non une réussite, elle fit jaillir de sa protection d'avant-bras une petite mais affutée lame secrète d'un simple mouvement du poignet et chercha à la planter directement dans la gorge de sa cible. Il fallait qu'elle en finisse vite, sinon elle ignorait ce qui pourrait leur arriver... A elle comme à lui.

    Citation :
    HRP :

    Samiel et Ceridwen -> Possibilité vous est offerte de retourner en Asgard. Vos gains de l'Event resteront comptabilisés et vous les recevrez en même temps que les autres. Autrement, vous avez le choix entre rester dans le Quartier Commerçant pour vous joindre aux combats qui s'y déroulent ou vous diriger vers le château.

    Considérez Heimdall comme disparu. Ses adversaires l'auront grièvement blessé, assez pour le retirer des combats et de sa fonction définitivement. Ce point ne sera développé que si Sköll ou Eldir souhaitent découvrir ce qu'il est advenu de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 18 Nov - 0:09

      " Je ne tends jamais l'autre joue... "

    Ces paroles résonnèrent au moment où les deux lames fendirent le petit espace entre les deux guerriers. D'un geste de la main, l'un des danseurs fit une pirouette en dansant sur le fil de l'une des lames, elle s'immobilisa dans les airs pendant qu'Eldir attrapait l'autre à la garde pour parer un vicieux coup d'estoc. Le regard du jeune garçon n'avait jamais été aussi adulte, il avait de la compassion pour cette jeune Alfe, de l'intérêt peut-être, mais il était encore trop jeune pour savoir tout ce que cela voulait dire, il était simplement un guerrier runique en train de combattre une personne. Le creux de son autre main se referma alors avec fermeté sur le poignet de son assassin, le regard toujours empli de sérénité, ses lèvres se libérèrent de leurs entraves pour s'exprimer à nouveau. Cela n'était qu'un simple chuchotement dans les nuées de pétales et de vent qui les protégeaient des oreilles indiscrètes.

      " Entends ta soeur ! Elle s'inquiète pour toi... Le nouvel ordre dis tu ? Quel nouvel ordre ? Chaque nouvelle saison ne peut empêcher une suivante d'arriver, et que feras tu pour ta soeur si vous échouez ? vous allez perdre la vie inutilement.... Ecoutes ton sang, écoutes le vent dans les arbres ! Tu parles de Rêve ! A quoi bon rêver quand on ne respecte pas la vie qui nous entoure. Tu as tué pendant des mois et des mois pour cet idéal, je ferai de même peut-être si j'étais à ta place, mais ton idéal est-il juste ? Je suis un Alfe tout autant que toi, mais je n'ai pas embrassé la même lumière. "

    Relâchant son emprise, il la laissa bondir en arrière. Les danseurs du guerrier des esprits formèrent rapidement un grand cercle autour des deux combattants, le vent fleuri devenait de plus en plus violent et on pouvait entendre au loin le tonnerre. Il l'avait prévenu, après tout, si elle souhaitait se battre, la conséquence serait terrible pour elle et sa soeur. Une brume carmine s'éleva brusquement du sol pour entourer les deux combattants, dans un bruit de tonnerre, la brume au doux parfum du printemps prit la forme d'une gueule de dragon ; dans le tourbillon de pétales, ces dernières se concentrèrent pour former des écailles luisantes et diaphanes. Désormais, la créature mythique était là, réveillée de son sommeil éternel dans le monde des Rêves...

    Les iris bleutées du jeune garçon étaient emprunts de mélancolie, mais aussi d'une résolution sans commune mesure avec sa bonté naturelle. Un des danseurs se posa sur le versant de la main et il ne dansait plus au contraire de ses huit autres camarades. Il fixa un long moment la guerrière qui lui faisait face, le temps semblait s'être arrêter et les cris de l'autre assassin avait disparu dans les oraisons du tonnerre. Seul le guerrier runique connaissait les conséquences du souffle du dragon qui gardait le monde des esprits, le gardien des Rêves créé par la divine Morrigan, la Déesse de l'aurore, l'annonciatrice des destins allait encore une fois protéger le porteur de l'armure runique d'Eingana. L'aura d'Eldir vibrait dorénavant d'une puissance peu souvent utilisée, il allait lui donner un choix assez simple, le choix que toute créature se devait de prendre dans les moments importants de la vie...

      " Le dragon de la Déesse Morrigan est désormais libéré. Si jamais tu continues à vouloir te battre sans expliquer ton rêve, le dernier danseur exécutera sa geste, pour libérer la dernière entrave qui empêche le dragon de punir ceux qui ont osé le réveiller.... Et malgré tes rêves, tu perdras ta vie, mais tu ne seras malheureusement pas la seule, est-ce cela ton idéal ? Perdre la vie pour quelque chose que l'on refuse d'expliquer que par le sang ? Parles ! Car si j'ai retenu mes coups jusqu'ici, c'est fini, je vais te démontrer la vision de mon Rêve... Essaies au moins de l'écouter ! Parlons nous un peu, c'est tout ce que je demande... "

    L'autre main du garçon immobilisa totalement le dernier danseur, mais un cosmos d'une puissance étrange se concentrait sur lui. Si jamais la prison de chaire était brisée, le dragon ouvrirait ses crocs pour dévorer les ennemis des esprits de la nature. Dans le ciel, la foudre frappait par moment le tourbillon de pétales en se mélangeant à des des éclats de glace. Les éléments se déchaînaient, les esprits sentaient que l'un de ses plus puissants représentants étaient désormais sur Terre. Ils fêtaient son arrivée comme il se devait, mais fallait-il que cela se fasse au prix de la vie de ces deux êtres ? Eldir espérait que la jeune Alfe noire s'ouvrirait à la discussion. Il en allait de sa vie, mais aussi de ses idéaux en quelque sorte. En effet, il était inutile de se battre pour des idéaux quand on ne prenait même pas la peine de les expliquer, même à son pire ennemi... Par cette méthode brutale et peu coutumière dans son caractère, Eldir signifiait qu'il était temps qu'elle présentasse son Rêve à la Terre entière par des mots, et non pas par des dagues. Il lui donnait un choix, à elle de choisir !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 18 Nov - 14:53



[Quartier du Temple : Eldir]

    Encore une fois, même en y mettant tout son savoir-faire, la tentative de la Drow s'était avérée dérisoire face aux pouvoirs du mystérieux garçon. Ses esprits qui le protégeaient avait stoppé ses lames, lui laissant alors toute la liberté de mouvement nécessaire à stopper son geste en lui saisissant le poignet. Grinçant des dents pour évacuer sa frustration, l'Alfe sombre fit jaillir une seconde lame de son autre poignet et chercha de nouveau à égorger le jeune homme, sans plus de succès. Ses deux bras se retrouvèrent bloqués, et elle fut forcée d'écouter les mots insensés de ce gamin idéaliste. Lorsqu'il relâcha sa prise, la Drow fit de nouveau un bond en arrière pour retourner à la place qu'elle avait quitté quelques secondes plus tôt. Ses options s'amenuisaient... Mais au moins elle avait compris certaines choses sur le jeune garçon et les esprits sylvestres qui le protégeaient. Avec un petit rire nerveux, la jeune femme ne tarda guère à répondre.

      « Je vois. Tu es un Alfe Blanc. Je reconnais bien là ton espèce. Vous ne faites que brasser de l'air... Tu te trompes lourdement si tu penses que nous sommes semblables, toi et moi. Ton peuple et le mien n'ont strictement rien en commun. Vous avez choisi rester passif devant la croissance des hommes et de vous éteindre à petit feu, alors que nous avons décidé de reprendre ce qui nous revenait de droit, ce qui nous a valu d'être bannis dans les profondeurs... Mais cette fois, notre temps et venu. C'est pour retrouver la lumière que nous nous levons aujourd'hui! Et pour cela, nous sommes prêts à tous les sacrifices qu'il faudra faire. »

    L'atmosphère autour d'eux était en train de changer, elle le sentait bien. Cependant la Drow n'avait pas l'intention de se laisser mener en bateau par ce garçon sortis de nulle part. Elle avait encore quelques cartes dans sa manches, et espérait bien les abattre au bon moment. Cependant, alors que la danse des esprits s'accélérait et qu'une étrange brume écarlate s'élevait du sol, l'Alfe sentit une énergie se dégager du garçon qui éveilla chez elle une crainte irrépressible. Lorsque la forme du dragon commença à se distinguer, l'Assassine fut forcer de reculer d'un pas devant l'appréhension d'une bête si impressionnante. Pourtant, malgré cela, les paroles du garçon firent apparaitre un sourire sur le visage de la Drow. Alors qu'un voile de tristesse camouflée se glissait derrière son regard, sa voix s'éleva, comme brisée.

      « Arrogant et égoïste... Au final, tu n'es qu'un gamin. Tu t'énerves lorsque tu n'arrives pas à avoir ce que tu veux. Mais c'est mieux ainsi... Oui. C'est comme ça que cela doit être. Nous sommes sur un champ de bataille. La voix des armes est la seule qui peut s'exprimer ici. VIDDATHLOK! »

    Après cette ultime boutade, la Drow avait crié de sorte à se faire entendre par sa sœur à l'extérieur du mur de pétale. A son signal, quelque chose heurta le mur de vent et explosa, créant brièvement une ouverture dans sa prison par laquelle la Drow s'engouffra d'un gracieux salto arrière. Avant que l'ouverture ne se résorbe, une demi-douzaine de flèche fusèrent dans la direction d'Eldir, le laissant seul sans réponses avec ses questions.

    De l'autre côté du mur, l'Alfe retomba aux côtés de sa soeur, et toutes deux sautèrent prestement sur un toit voisin pour rejoindre leurs deux camarades qui s'étaient chargé de l'autre intrus. De toute évidences, elles avaient eu plus de succès qu'elle, leur cible n'ayant pas tenu aussi longtemps que le jeune garçon. Ils se retrouvaient donc à quatre contre un... Mais le malaise de la Drow n'avait pas encore complètement disparu. Elle sentait quelque chose avec son cœur que sa raison ne pouvait appréhender. Aussi détestable que ce gamin ai pu lui paraitre, une petite voix au fond d'elle lui disait de ne pas l'affronter. Discuter n'en était pas pour autant une option, et cette créature qu'il avait à ses côtés risquait de poser problème. Restait donc une seul et unique solution...

      « On se replie. »

      « Mais... Grande-sœur? A nous quatre nous pourrions... »

      « Parshaara! J'ai parlé! »

    L'Alfe n'avait pas d'explication à donner. Elle-même ne savait pas pourquoi elle battait en retraite, mais ce sentiment au fond de sa poitrine ne voulait as s'éteindre. Dès qu'elle sauta en arrière sur le toit et qu'elle se mit à bondir de tuile en tuile dans la direction opposée au jeune garçon, elle sentit à chaque nouvelle foulée une bouffée de soulagement l'envahir. Jamais elle n'aurait cru trouver un tel bonheur dans le fait de prendre la fuite et de s'éloigner d'un combat pourtant inévitable. Sentant derrière elle la présence de ses sœurs qui lui avaient emboité le pas, elle augmenta l'allure, se dirigeant directement vers la colline où se trouvait le Palais Royal, leur nouveau QG, pour informer ses supérieurs de la situation et recevoir de nouveaux ordres.

    Avec un regard en arrière, elle vit au loin le mur de pétale se dissiper et le garçon réapparaitre avec sa créature luisante et inquiétante. Ravalant sa salive, elle se força à détourner le regard de cette fine silhouette pour reprendre sa course.
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Dim 20 Nov - 1:50

Arrow combat Samiel/minotaure

Samiel marchait pas à pas avec son prisonnier, sa victime sur ses épaules. Sa marche était lente, vigilante sur ces terres assiégées par cette espèce d' habitude si peu présente. Qui pouvait bien être derrière tout cela, et pourquoi ? Dans quel intérêt ?

Epsilon n' eut pas à marcher bien longtemps et ressentit le cosmos du jeune dragon blanc non loin de lui. Alors, il se mit en route pour allait à sa rencontre et voir ce qu'elle était advenu suite à leur séparation. Son cosmos n' était plus en marche, et donc par conséquent laissait sous-entendre que son combat avait été terminé il y a peu.

Son nez reniflé fortement...une odeur le laissait sur la défensive absolu. Il accéléra la pas avec le minotaure sur ses épaules, puis au bout de quelques minutes il arriva dans un quartier de la citée de Stockholm bien calme comme si celui-ci n' avait pas eu à vivre ces instants de douleurs infernaux. Son cosmos au plus bas, il avança en ayant dans sa pensée que Ceridwen aille bien.

Enfin, elle était proche...très proche. mais quel ne fut pas sa surprise quand il vit que sa jeune alliée était encore avec son adversaire. pensant, peut-être, à tord qu' elle était en danger il lança son prisonnier sur l'adversaire de Ceridwen. Ce dernier fut balancé furieusement et beugla très fort. Le loup des steppes sauta juste en face du petit dragon blanc et lui demanda si tout allait bien

Ceridwen. ça va ? qu' est ce qu' il se passe là ?....tu as perdu ton combat, enfin quoi ....

Pour lui ce n' était pas possible. Elle ne pouvait pas avoir perdu son combat tant pour la gloire d' Asgard que pour lui car elle possédait son ancienne armure. Elle devait lui rendre honneur. Là, un éclat dans le ciel vint le perturbé. Il était d' une couleur bleu incroyable, froid au premier abord et se dirigé vers leur direction. Cet éclat se matérialisa en une hirondelle de cosmos sur les derniers mètres et fini par explosait dans un dessein perplexe.

Quoi ? Asgard pourrait être en danger ?...... pensa Samiel.



Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Lun 21 Nov - 20:02

    Gamin ? Oui, il en était un. Arrogant et Egoiste ? Non, certainement pas, il abaissa lentement sa garde pour laisser la jeune Alfe s'évanouir dans la nature, il sentait que cela ne servait à rien de la suivre. Dans son âme, il l'avait sauvé de la mort et c'était tout ce qui comptait, il s'était montré méprisant et dur, il en convenait. Mais ce choix était le seul qu'il avait, le combat n'était pas la seule solution et elle le savait désormais. Quand à son idéal ? Il n'était pas mort avec son départ, même s'il se demandait en quoi il en retournait réellement.

      " Vous avez droit à la lumière. Tu as raison et je veillerai à ce que cela soit, mais pas dans le sang et les larmes... Ce chemin ne règle pas tout ! "

    Chuchotant entre ses lèvres, son murmure partir avec le vent pour n'être entendu que de la fuyarde. Il bondissait ensuite pour atterrir sur le sol. La rue était vide et les habitants avaient déjà fuis, par le couloir que le Bifrost leur avait offert. En pensant à cela, Eldir recherchait le corps de son frère d'arme, mais il fut surpris de ne voir qu'une épée plantée dans le sol, elle illuminait les alentours avec des coloris changeant en permanence. Etrange sensation, le guerrier runique qui portait cette épée ne donnait plus de signe de vie en tout cas, il posa ses mains sur sa garde et releva la lame. Tout à coup, il sentit plusieurs cosmos dans les environs, la lame semblait lui montrer certains évènements. Cette arme était vraiment fascinante, mais il n'aimait pas trop l'utilisation des armes, si contraire à ses principes d'une certaine façon... Il vit alors dans un coin deux guerriers en train de discuter et se reposer, avec deux minotaures encore en sale état.

    Il posa la lame sur ses épaules et se mit à courir entre les ruines encore chaudes, des cadavres apparaissaient trop souvent, il était temps d'arrêter ce jeu morbide. Le temps des regrets était terminé, son esprit pensait à cette jeune Alfe et il se rendait compte qu'il ne connaissait même pas son nom, cruelle ironie ! Il s'approcha des deux cosmos qu'il connaissait bien, enfin l'un d'entre eux au moins. Dodelinant de la tête en voyant l'un des minotaures contre son épée, il héla les deux guerriers avec respect.

      " Heureux de vous voir en vie, permettez moi de me joindre à vous. Pour ma part, j'ai vaincu des Alfes, enfin presque... Je vous conterai cela plus tard ! Voyant vos plaies, je vais vous soigner un peu... "

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mer 23 Nov - 21:55

Elle comprenait parfaitement ce que ressentait son ancien adversaire. Vivre alors qu'il était perdu, cela était certainement l'un des plus grands déshonneur que pouvait connaître un Minotaure, créature si forte et si fière. Elle le vit se redresser et s’apprêtait à lui recommander de rester étendu, mais Arvaraad comprit rapidement qu'il aurait mieux fait de rester étendu. Après avoir planté son épée dans le sol, le géant à tête bovine se remit assis, adossé à la large lame de larme.

Alors, il se mit à parler et contre toute attente à lui révéler où trouver le commandant en chef. Le Palais Royal, c'est donc jusque là qu'ils devraient se rendre.

"- Je sais que vous m'en voulez plus que sérieusement de vous avoir laissé la vie sauve, mais nous sommes ici pour arrêter le massacre, et non le perpétuer. Je vous remercie en tout cas pour les informations que vous venez de me transmettre et je sais me doute combien il vous en coûte de me les avoir dite. Mais je promets que je vais faire en sorte, avec l'aide des miens, de mettre un terme à tout cela et de découvrir qui a osé ainsi se jouer des vôtres et..."

Son attention fut alors attirée vers l'entrée de la place. En effet Samiel venait de faire son apparition, traînant avec lui son adversaire. A sa plus grande stupéfaction, elle vit le Guerrier divin jeter le malheureux Minotaure, qui beugla sa stupeur, en sa direction. La Dragonne laissa échapper un cri rageur en direction du Loup, qui pourtant était son supérieur hiérarchique, et créa à l'aide de ses ailes un courant d'air qui vint amortir la chute du blessé, et l'étendre aux côtés d'Arvaarad.

Déjà Epsilon se trouvait face à elle, et la Demoiselle le fixait avec colère, poings sur les hanches.

"- C'est très gentil de t'inquiéter pour moi Samiel, mais je me porte comme un charme! Je suis à peine blessée! Heureusement que je suis intervenue, sans quoi ce pauvre Arvaarad serait en ce moment enseveli sous le corps de son comparse! Tu peux me dire ce que tu lui trouvais de dangereux? Il est à terre et blessé, regarde!"

Dit-elle en désignant son propre adversaire. mais son regard fut rapidement attiré par une toute autre chose qui n'avait absolument rien de naturel, arborant une teinte bleutée, qui en approchant des deux guerriers d'Asgard, s'avéra être une hirondelle, qui éclata lorsqu'elle fut face à eux pour délivrer son message dont le contenu alarma la Demoiselle, nul doute qu'il en allait de même pour le Loup des steppes. Le message était signé Alpha. Bien elle savait ce qu'il convenait de faire à présent.

Mais Eldir choisit cet instant pour apparaître à son tour. Le voir sain et sauf lui arracha un soupir de soulagement tandis qu'elle observait le plus jeune des guerriers d'Odin approcher, les lèvres de la guerrière sacrée s'étirant en un sourire tendre. Comme il fallait s'y attendre du Danseur, celui-ci désirait les soigner.

"- Commence par t'occuper de Samiel car il va devoir rentrer en Asgard, la situation est on ne peut plus urgente."

Elle porta son regard sur le guerrier divin d'Odin, tandis que le Guerrier Runique s’affairait à sa précieuse tâche.

"- Ne proteste pas, nous n'avons pas de temps pour cela. A part Alpha, il n' y pas d'autres Guerriers Divins en Asgard, or vous ne serez pas trop de deux pour stopper la course de l'ennemi. Eldir, et moi, allons rester ici pour mettre un terme à tout cela. Un autre guerrier divin est présent ici. Préviens qui de droit que se sont des Dieux Grecs qui sont derrière toutes ces attaques et que nous nous rendons au Palais Royal pour rencontrer le commandant en chef des Minotaures, le Shok comme ils le nomment. Si nous ne parvenons pas à le convaincre, il nous faudra le combattre."
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Dim 27 Nov - 17:26

Le dragon blanc intervint avec une colère assez étonnante de sa part. y avait-il quelque chose que le loup d' Asgard avait louper ? Probablement...donc, avec vigueur et puissance, elle créa, de ses longues ailes, un vent qui vint posé délicatement l' ennemi du royaume d' Asgard au côté de l' autre minotaure. Puis, avec la fin de cet acte là, Ceridwen se mit dans une position qui laissait aisément deviné ses traits de caractère.

Un peu confus, et souriant peu, le guerrier divin d' Epsilon se mit à se gratter la tête. Un peu ébétté et ne sachant trop quoi répondre face à cette insouciance jeunesse.

Euh, désolé, je pensais, peut-être à tord que tu étais en danger en voyant ce minotaure adossait contre sa lame...mais bon excuse moi si je j' intervins dans tes affaires, petit dragon..

Un cosmos se fit ressentir maintenant. A son aura on pouvait deviné qu' il était du bon côté mais Samiel ne connaissait pas encore cette personne. Il arriva enfin et au premier abord Ceridwen le connaissait. Il expliqua qu' il eut à faire à des alfes noirs et qu' il pouvait soigner les blessures de " ses amis". De là, la dragonne demanda au petit dernier de commencer par Samiel.

Un peu comme à son habitude le loup resta sur la défensives et refusa l' aide formulée. Il recula d' un pas ou deux et écouta le restant que Ceri avait à lui dire. Il ne dit pas un seul mot de plus, s' avançant juste pour reprendre son prisonnier. En repartant, il regarda les deux jeunes asgardiens et les observa un petit peu avant de reprendre la route de son royaume sans dire un seul mot.

Portant sa victime sur ses épaules, le loup solitaire parti de cet endroit, de cette citée mise à feu et à sang et disparu de la surface en quelques secondes...




Arrow Asgard
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 2 Déc - 14:34

Attaque des Minotaures Noirs
Stockholm - Suède

L'épieu s'arrêta à moins d'un centimètre de son oeil droit, pris au piège d'une poigne de fer. Aussi escarpée soit la paroi, Sköll n'avait besoin que d'une seule main pour s'y tenir et avait donc pu parfaitement assurer sa protection. En revanche, il doutait fort que ces fauteurs de troubles aient la même chance et fit serment de leur rendre la monnaie de leur pièce pour cette perfidie. Si peu ? Si inhumains qu'ils soient, ils n'auraient pas raison de lui avec un cure-dent en métal, aussi gigantesque soit-il. Une grande déception pour le colosse qui s'attendait à avoir toutes les peines du monde à remonter à son gré. Ce n'était en définitive pas aussi compliqué qu'il aurait pu le croire. Tout retard était principalement dû au manque d'expérience et donc de stabilité dans ses mouvements. Retomber ne lui faisait pas peur, il y survivrait : en revanche, son humeur prendrait très mal le fait de devoir reprendre depuis le début. Même la force de propulsion, pourtant titanesque, ne lui fit pas perdre le moindre mètre de son ascension. Échec sur toute la ligne, et l'incompétence n'était que peu tolérée par le Tigre Noir. La coupe était pleine, et le faire savoir aiderait sans doute à ce qu'ils corrigent leurs erreurs pour la prochaine fois. Même si la motivation n'y était pas, il estimait avoir perdu assez de temps en digression et devoir rattraper ce retard à la force du poing.

Les expulser n'était pas un problème mais serait long et fastidieux. Les éradiquer sur place s'avérerait certainement plus rentable et surtout plus productif. Car à les chasser, rien ne disait qu'ils ne leur feraient pas l'honneur de revenir les voir. Le champion des terres gelées aurait pu les épargner pour la seule joie de s'en prendre à nouveau à eux en cas d'ennui profond, mais cette irresponsabilité fut balayée par son sens du devoir. Ou plutôt par l'absence totale d'envie de franchir à nouveau une telle distance pour venir régler le problème. S'armant d'une longue inspiration, Sköll se félicita d'avoir pensé à accrocher Fenrir sur son dos grâce aux lanières prévues à cet effet. Qu'une matière ordinaire puisse faire tenir en place une masse aussi considérable tenait du miracle. Au moyen des phalanges toujours cramponnées à la paroi, il prit tout à coup son élan et usa de toute sa force musculaire pour se catapulter comme l'avait été le projectile un instant plus tôt. S'élevant à toute allure vers les hauteurs avec la grâce et la délicatesse qu'on prête aux boulets de canon, le chevalier des glaces n'attendit pas de s'être posé. L'énorme trait qu'on lui avait décoché fut restitué à ses propriétaires légitimes d'une manière très personnelles.

C'est à dire en traversant le corps de tous ceux qui avaient eu le malheur de se tenir au travers de sa trajectoire avant que la pointe affûtée ne finisse par s'encastrer dans le mur de briques d'une maison voisine. La surprise générale figeant sur place une bonne partie des effectifs, Sköll profita de cette diversion pour se poser en douceur – enfin, avec autant qu'on peut en avoir quand on possède une stature pareille. La secousse produite en déstabilisa plus d'un, qu'il en profita pour étaler d'un large mouvement du bras, écrasant les têtes et déboîtant les membres sans distinction. Après avoir rampé le long de la paroi aussi longtemps, son corps endolori avait besoin de tout l'espace disponible et ce n'étaient pas ces bestioles puantes qui allaient l'empêcher de s'en emparer à sa guise. Voyant que nul ne se donnait la peine de prendre le cadeau qu'il venait de leur faire, il traversa la place d'un bon pas sous leurs regards médusés. Une fois à la hauteur des dépouilles empalées, il n'eut plus qu'à extraire l'énorme flèche d'un coup sec. Certains tentèrent en vain de s'expliquer avec force gesticulations mais n'eurent pour toute réponse que le droit de connaître le même sort, venant s'ajouter à une brochette macabre couvrant déjà plus de la moitié de son arme improvisée.

- J'ai cru entendre une connerie du genre vous avez gagné, j'arrête, mais... Pas important.

Et soudain, ce fut la débandade. Son brusque déchaînement n'avait pas été prévu par les minotaures qui s'éparpillèrent en tous sans dans l'espoir d'y échapper. Manque de chance, la pitié était une denrée rare chez Sköll et il n'en avait pas à leur vendre même à prix d'or. Les moqueries étaient sans importance. Le reproche qu'il avait à leur faire était d'avoir été à ce point incapable de lui nuire alors qu'il était en position défavorable. Une chance qu'ils n'auraient pas deux fois, les hybrides semblaient l'avoir compris. Preuve en était de leur tentative de fuite, qui pour la plupart se solda par un échec cuisant. Ceux qui n'avaient pas été perforés de part en part furent broyés par les corps inanimés de leurs propres camarades. Zeta avait opté pour un habile maniement de la pique et le poids des cadavres était d'une aide substantielle. Ainsi, il conciliait les avantages des armes perçantes et contondantes et pouvait s'en donner à coeur joie. Le nordique fit des ravages dans les rangs des survivants, qui bientôt mériteraient plus que jamais ce titre s'ils réussissaient à s'en sortir. Ce qui était peu probable puisque le Guerrier Divin était déterminé à les tuer tous jusqu'au dernier. Et en le voyant, n'importe qui aurait pu comprendre que pareille décision n'était pas à prendre à la légère – à moins de ne pas tenir à la vie, cela va de soi.

Des stalagmites sortirent du sol sous son ordre pour arrêter dans leur fuite tous ceux qui n'auraient pas le courage d'assumer leurs actes. Du moins quand il ne fauchait pas ces récalcitrants à la force du poignet, maniant l'arme artisanale qu'était Fenrir avec une dextérité inoubliable. Un souvenir qu'ils emporteraient dans la mort tous autant qu'ils étaient, Zeta s'improvisant moissonneur d'âmes. Il était la Faucheuse Noire, le Maître de la Mort. Le Briseur de Soleil. C'était écrit. Personne ne pourrait contredire les fables et légendes d'autrefois ni la légitimité du prénom dont on l'avait affublé. Tous les attributs du loup mythique dont il était fait mention dans les livres lui appartenaient. De même que ce serait très bientôt le cas de cette ville. Les envahisseurs avaient voulu en faire leur place forte, mais cette volonté en faisait leur tombeau en lieu et place. Bon nombre d'entre eux avaient déjà dû le réaliser juste avant de rendre leur dernier souffle, pour ceux qui avaient à loisir de songer avant que ça n'arrive. Quelques-uns réussirent bien à venir jusqu'à lui mais ne firent qu'érafler sa peau basanée avant d'être repoussés et tués sans aucune forme de pitié. Constatant la hausse impromptue de son nombre de victimes en jaugeant du regard le nombre de cadavres étendus au sol, Sköll marmonna entre ses lèvres.

- Vous êtes tellement morts... Vous êtes tellement des imbéciles... Enfin bref.

Son entrée en scène avait causé chez lui l'ombre d'un sourire mais il n'y en avait maintenant plus trace. La stupidité sans bornes de ces animaux disgracieux le navrait. Même lui qui était le premier à se revendiquer comme n'étant qu'une machine à tuer avait plus de suite dans les idées que ces métisses n'en avaient jamais eu. Son affection pour eux était déjà réduite dès le départ et allait en s'empirant, une profonde antipathie naissant au fur et à mesure de leurs tentatives désespérées. Non seulement pénibles, mais en plus si peu débrouillards qu'on ne pouvait qu'en conclure que quelqu'un d'autre était derrière eux, à les manipuler... Celui qui avait commandité cette mission et se riait de ce sacrifice à l'abri des regards. À cette pensée, le géant se souvint des paroles échangées par l'autre poids lourd avec un parfait inconnu au moment de partir. Oui, il était plus que probable qu'ils ne soient pas étrangers à ce soulèvement. Mais sans eux, leur chair à canon manquait cruellement de bon sens et courait à sa perte en continuant à jouer comme ils le font actuellement. Leur organisation militaire était inexistante et leur formation tenait d'une partie de dominos que Sköll prenait un malin plaisir à se faire s'effondrer.

Le flot carmin ne tarda pas à ruisseler entre les pavés de l'esplanade, une horrible et persistante odeur de viande morte prenant place dans une douce ambiance de folie. Personne ne pourrait plus l'arrêter avant que tous ces bovidés n'aient été tués jusqu'au dernier, et il se portait garant de l'extinction de leur espèce s'ils continuaient à faire montre d'aussi peu de jugeote. Le fauve d'ébène s'était mis à les traquer alors que tous essayaient sans grand succès de quitter les lieux en empruntant des rues parallèles, et ce n'est qu'ainsi qu'il se mit enfin en mouvement. Il ignorait encore qu'il n'était sorti du gouffre au sens premier du terme que pour aller au devant d'ennuis bien plus grands que ceux vécus jusqu'à maintenant. Et à vrai dire, ce n'était pas plus mal : le savoir n'aurait fait que lui donner plus de coeur à l'ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Lun 5 Déc - 4:01

[Quartier Commerçant : Ceridwen et Eldir]
    Le Minotaure adossé à son épée grogna légèrement devant les mauvais traitements infligés par le compagnon de Ceridwen à son camarade, et ce fut avec un regard mauvais qu'il l'observa quitter la ville avec son "trophée" sur le dos. Cependant, malgré son opposition à peine voilée envers la conduite du Guerrier du Nord, Arvaarad garda le silence. Après tout, ils avaient perdus, et sur un champ de bataille, les perdants n'avaient pas leur mot à dire. C'était déjà suffisamment rare qu'ils conservent leurs langues pour parler...

    Dans la série des étrangetés qu'il avait croisé au cours de la journée, cet étrange enfant-guerrier s'ajouta à la liste. Le fait de voir Ceridwen, déjà très jeune, combattre au cœur de la bataille, l'avait interloqué. Mais celui-ci? ... Ce n'était même plus un enfant, mais un poupon! Et pourtant il possédait des pouvoirs semblables à ceux de ses deux ainés? Eh bien... Avec tout cela, il y avait de quoi blaser un Minotaure.

    Laissant les Ases à leurs préparatifs, Arvaarad se concentra sur la guérison de ses blessures et sembla pendant un instant avoir cessé de respirer. Il n'en était absolument rien, il ne s'agissait que du repos rituel de son peuple, visant à refermer leurs blessures lors d'une transe les laissant sans défense, mais le conférant une capacité régénératrice hors-normes. Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se rendit compte que Ceridwen et le jeune garçon étaient sur le départ. Avant qu'ils ne partent cependant, la créature mythologique se releva de toute sa hauteur, cette fois-ci avec succès, et interpella son ancienne adversaire.

      « Arishokost. Maaras shokra. Anaan esaam qun. Retenez ces mots, Ceridwen, et répétez-les aux gardes qui pourraient vous bloquer la route. Ils vous mènerons devant le Shok... Et ne baissez pas votre garde. Le Shok... N'est pas comme nous autres. Il est bien plus proche des Dieux. »

    Sans rien ajouter de plus, Arvaarad retira son épée du sol et la posa sur son épaule. Tournant les talons (ou les sabots, plutôt), il s'aloigna dans une ruelle adjacente, prenant la direction de la zone où les combats faisaient encore rage. Allait-il se replonger dans la bataille, ou avait-il un autre projet en tête? Nul ne pouvait le savoir, tant la voie dans laquelle le Minotaure s'était engagé était trouble. Il n'eut qu'un regard en arrière, lorsque la Walkyrie et son acolyte eurent repris la route, pour fixer quelques seconde le dos de Ceridwen.
    Ils se reverraient bien assez vite...

    Ailleurs dans Stockholm, les combats avaient redoublé de violence. une nouvelle vague de Minotaures s'était déversée dans les rues, cette fois-ci depuis le Palais Royal lui-même. Là bas, le silence s'était fait. Depuis que la porte principal avait éclaté sous les explosifs des cornus, la lutte s'était intensifiée, mais les hommes de la couronne de Suède n'avaient su faire long feu face à leurs adversaires disproportionnés. A présent, il était évident que le Palais était pris, et que son trône avait certainement changé d'occupants. Quel genre de spectacle les Ases allaient-ils y trouver? La suite au prochain épisode des Feux de Stockholm!

    Citation :
    HRP :

    Vous pouvez dès à présent vous diriger vers le château. Sköll, tu n'as qu'à remonter la source des Minos qui se déversent du Palais et tu pourras faire la jonction avec les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Sam 10 Déc - 13:22

Partout en ville, on pouvait encore entendre le son des combats qui faisaient rage, loin de la petite paix éphémère qui s'était instaurée sur cette place de marché. ici ou Asgard, les nouvelles n'étaient guère bonnes, mais la Dragonne ne partirait pas avant d'avoir ramené la quiétude sur la ville de Stockholm. Si toutefois elle y parvenait. Mais dans cette tâche, elle ne serait pas seule. Elle savait déjà qu'elle pourrait compter sur Eldir. Nul besoin de mots pour le savoir, car entre maître et élève, un lien indéfectible s'était établi. Tous deux savaient pouvoir compter l'un sur l'autre.

Et puis, il ne serait sûrement pas seuls à accomplir la lourde tâche qui les attendaient. Après tout, un autre des leurs n'était-il pas encore présent? S'ils pouvaient compter sur son appui et son soutien, à eux trois, ils parviendraient très certainement à faire pencher la balance de leur côté. En parlant de guerrier divin, il y en avait un qui avait refusé, sans émettre le moindre mot l'aide proposée par son petit protégé. Elle avait vu le Loup Solitaire attraper le minotaure qu'il avait combattu et repartir avec, pour regagner, elle le savait, Asgard. Elle savait qu'il mettrait tout son pouvoir au service de Freyja et protégerait celle-ci au prix de sa vie s'il le fallait, car bien que solitaire, Samiel d'Epsilon restait un homme d'honneur.
La guerrière sacrée reporta son attention sur le jeune garçon qui se trouvait à ses côtés, le gratifiant d'un sourire bienveillant.

"- Même si je me sens en forme, je préfère quand même être en pleine possession de mes moyens une fois que nous serons au Palais, nous ne savons pas ce qui va nous attendre, alors mieux vaut prévenir que guérir. Que s'est-il passé depuis ton arrivée ici Eldir?"

L'adolescent ne manqua pas de lui raconter tout ce qui lui était arrivé depuis qu'il avait rejoint Stockholm, tout en s'affairant à la tâche qu'elle venait de lui confier. Tout en l'écoutant, l'Asgardienne reporta son attention sur Arvaarad. Elle s'inquiéta d'abord de ne pas voir son torse se soulever au rythme d'une respiration régulière. Etait-ce possible?

Mais avant qu'elle ne s'affole un peu plus, elle put constater que les blessures du Minotaure se refermaient. Elle laissa échapper un soupir de soulagement au moment où celui-ci rouvrait les yeux et se relevait l'interpellant alors. Elle savait que ce qu'il avait à dire était important, et son instinct ne l'avait nullement trompé. Lorsque se fut chose faite, son adversaire quitta les lieux après avoir récupéré sa lame. Un instant le regard de la jeune femme le suivit tandis qu'elle lançait un.

"-Merci" Reportant son attention sur son protégé, elle dit alors. " Eldir nous ne savons pas ce qui nous attend là bas, je compte sur toi pour être aussi prudent que possible et ne pas commettre de folies, même si nous sommes amenés à combattre. Tu as entendu Arvaarad? Leur chef est bien plus puissant qu'eux. Si jamais cela devait mal finir, je veux que tu rentres en Asgard pour informer qui de droit de la situation, d'accord? A présent allons y. Prêt?"

Se faisant, a Dragonne serra contre elle le corps du guerrier runique avant d'étendre ses ailes et de s'élever dans le ciel de Stockholm, gagnant par la voie des airs le Palais Royal, bâtisse devant laquelle elle atterrit, observant les gardes minotaures qui se trouvaient là, tout en relâchant son étreinte sur le Danseur, se plaçant devant lui. Alors, elle répéta les mots d'Arvaarad.

"- Arishokost. Maaras shokra. Anaan esaam qun."


Ne restait plus qu'à attendre la suite des événements.

Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Dim 11 Déc - 17:41

    La question de son mentor le laissait songeur. Pour sûr il était venu pour aider les siens, mais il ne savait pas qu'il perdrait en même temps le chevalier d'Athéna qui l'accompagnait et le guerrier du Bifrost au cours d'une même bataille, bien des questions pouvaient encore se poser sur les " maîtres " de ce massacre. Mais du haut de ses quelques années, il n'avait aucune réponse à apporter qui pouvait résoudre ces mystères. Il tenta toutefois de répondre comme il pouvait, une lassitude dans la voix.

      " Je suis venu ici avec l'un des chevaliers d'Athéna mais celui-ci n'est plus, je ne ressens plus son cosmos, le pire est à craindre. Ensuite, après bien des batailles, j'ai pu sauver quelques habitants avec l'aide de l'un des nôtres, le guerrier Heimdall. Mais lui aussi a disparu, je pense que la malédiction de ma famille me suit, tous ceux que je croise meurent dans l'indifférence générale. Je ne sais plus que penser, il aurait mieux valu que je reste dans les rues d'Istanbul... "

    Désabusé par la situation, il fût surpris d'entendre le prisonnier parler. Levant un sourcil, il écoutait ces mots avec attention et un malaise naissait en lui lentement. Combien de personnes allaient encore mourir pour des idéaux de la sorte ? Une rage bouillonnait en lui, mêlant la chaleur de l'Orient et le froid d'Asgard. Il en avait assez de tout cela, de ces bruits de bottes, des cris des hommes qui mourraient dans la nuit. Ce malaise était à peine perceptible, mais ses danseurs réagirent par empathie à son état d'esprit. En un instant, les esprits danseurs qui l'accompagnaient où qu'il aille prirent une teinte pourpre et enflammée. Calme en apparence, Eldir était un volcan au bord de l'éruption. Sentant peut-être cela, Ceridwenn le prit alors entre ses bras et cela le calma un peu, lui redonnant un peu de courage face à ce drame humain qui se nouait et se dénouait dans une litanie macabre.

    Le minotaure avait donc donné la clé pour aller voir leur chef. Quelque chose inquiétait le jeune garçon tout de même, en effet, cette créature avait laissé entendre que leur chef était un être proche des Dieux. Mais de quel Dieu ? Il n'en disait rien. En outre, Eldir avait entendu parler d'un chevalier d'Athéna qui se prévalait du même titre et que ce dernier était sûrement l'un des hommes les plus puissants des serviteurs d'Athéna. Si leur ennemi pouvait se targuer d'être son égal, l'arrivée du guerrier qui se rapprochait ne serait pas de trop pour le combattre. Le volcan venait de se calmer, un court instant.

      " Dame Ceridwenn, quoiqu'il arrive, j'aurai été heureux de vous rencontrer. Et même si le destin nous sépare, notre lien ne dépends pas de la volonté des Dieux mais de la force de nos sentiments. N'est ce pas la volonté de notre Déesse après tout... "

    Un petit sourire en coin, le jeune guerrier tentait de rassurer son mentor sur la suite des évènements. Pour la première fois, ce n'était pas un garçon qui parlait mais le guerrier qui sommeillait en lui. Son cosmos s'enflammait pour demander aux esprits de le rejoindre, mais il ne savait pas pourquoi, le danseur du Cerf avait repris une teinte enflammée et destructrice. Pourquoi était-il revenu à son état normal ? Le lien avec ce danseur s'affaiblissait-il ? Se concentrant sur lui, Eldir se rendit compte que c'était justement le contraire qui se produisait, alors pourquoi maintenant ? Sa mâchoire se serra dans le plus grand silence et il tendit ses bras pour l'amener avec ses compères.

    Le vol de la dragonne blanche fût de courte durée, juste le bond d'une sauterelle traversant les piliers de fumée qui montaient vers le ciel. Eldir regardait au sol les maisons éventrées par les flammes avec une certaine attention, ses prunelles saphir étaient devenues pourpres par le reflet des scintillements de ces brasiers vivants. Il se demandait si contrôler le feu n'était pas le clé pour éviter ce genre de drame, question fugace pour un être naïf mais la question avait tout son sens pour le guerrier des esprits. Au fur et à mesure que les deux guerriers se rapprochaient du palais, le jeune homme fût étonné de voir que les flammes avaient été éteintes ici avec une grande attention. Il était clair que l'on tenait à sécuriser ce quartier de la proie des flammes. Il se contenta de sourire à cette pensée.

    Derrière eux, un cosmos aussi cinglant qu'une lame se rapprochait très vite. Il était froid et calme malgré le sang qu'il faisait couler. Qui était ce guerrier que Dame Ceridwenn avait mentionné ? Encore une énigme. Il commençait à en avoir marre de ne pas suivre les évènements et une forme de dégoût s'emparait de lui. Ou était Odin dans ces heures sombres ? Pourquoi ne protégeait-il pas le royaume d'Asgard qui était la proie des flammes des Marinas ? Encore des questions sans réponse. Il en avait marre mais ce n'était pas le moment de jouer au pleurnichard, ce n'était vraiment pas le moment mais le doute était là, tapis dans un coin de son esprit comme une lame rougit par le forgeron. Ceridwenn mentionnait enfin le mot de passe. Le moment fatidique approchait pour les trois guerriers au service d'Odin.








Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Jeu 15 Déc - 11:08

Attaque des Minotaures Noirs
Stockholm - Suède

- Mais vous êtes quoi vous ? Barrez-vous de là !

Un large coup circulaire fit tomber quelques têtes, quand ce n'étaient pas les membres qui échouaient lourdement sur le sol, séparés de leur propriétaire. Sköll n'était déjà pas connu pour se montrer tendre avec ses adversaires, mais alors quand en plus ceux-ci étaient légions et prenaient un malin plaisir à s'acharner sur lui... Sa furie était à son comble, comme le prouvait le flot intarissable d'hémoglobine grâce auquel on pouvait le suivre à la trace. Lui-même en était maculé de pied en cap à force de sabrer dans le tas sans technicité aucune, se contentant de moissonner ce curieux bétail pour se frayer un passage. Il ne les concevait même pas comme des cibles, tout au plus comme un troupeau gênant. Tous les coups qu'ils pouvaient lui porter n'étaient que piqûre de moustique et il n'en retirait pas le moindre dommage, sa résistance naturelle étant encore accrue par le port de son armure. Toute éraflée qu'elle soit, cette dernière tenait bon, encaissant sans broncher chaque coup de masse, de hache ou de toute autre arme contondante qui pourrait leur tomber sous la main.

Du point de vue des hybrides, le Guerrier Divin était une machine à tuer, un fléau s'abattant sur leurs rangs pour leur mener la vie dure jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un. Et le plus beau dans tout ça était que ce ne soit même pas son intention initiale. Il s'était contenté de mater ceux qui l'avaient provoqué alors qu'il était en position inconfortable. Mais sitôt changés en brochette, leurs petits camarades avaient cru bon de se joindre à la fête dans le fol espoir de les venger. Autant dire qu'ils avaient été déçus de subir le même sort avant de pouvoir y arriver, comme tous ceux qui avaient suivi. Depuis lors, son entourage ne désemplissait plus, un afflux constant de minotaures lui bouchant la vue et l'empêchant de voir où il allait. Ce qui à vrai dire n'avait pas grand impact dans la mesure où son sens de l'orientation était aussi trompeur qu'à l'accoutumée.

Pourtant, sans même le savoir, il était en train de remonter à travers ce courant de bestioles odorantes et couvertes de poils pour se rapprocher de leur point de provenance. Car ils devaient bien venir de quelque part, et il ne serait plus très long à y mettre les pieds si on en croyait le rythme auquel il fendait cette foule au sens premier du terme. Ce n'était pas encore aujourd'hui que des aberrations de leur acabit se montreraient assez fortes pour qu'il ne les considère pas juste bons à faire un tour à l'abattoir. Sur l'instant, il regretta d'ailleurs de n'avoir pas de quoi collecter toute cette viande, convaincue que leur chair serait succulente une fois cuisinée avec méthode. Une fois qu'ils auraient cessé de se cloîtrer chez eux, les habitants de Stockholm pourraient ramasser à loisir toutes ces tranches de charcuterie encore chaude et s'en faire un festin de rois, et il osait croire qu'ils ne laisseraient pas ce présent de sa part se perdre. Il était déjà assez rare qu'il fasse un cadeau, encore moins à contrecoeur : s'ils avaient le malheur de le gâcher, il leur en cuirait, au moins autant qu'à ces stupides animaux.

Soudain, une sourde déflagration se propagea dans les rangs adverses et envoya voler dans les airs tous ceux qui se tenaient à moins de vingt mètres de lui, occasionnant la formation d'un profond cratère. Terre, pavés et tout ce qui pouvait y être mêlé n'était plus que masse sombre et indistincte, comme si le sol s'était vitrifié sous la puissance déployée. Intimidés par ce tour de force quand ils n'étaient pas repoussés par l'onde de choc qu'avait généré cette exhalaison de cosmos, ils lui laissèrent toute la place dont il avait besoin pour reprendre sa respiration. Ils purent alors constater combien leur persévérance allait droit dans le mur en remarquant qu'il était bien loin d'être exténué. Et les apparences n'étaient pas trompeuses : Sköll se sentait capable de faire ça toute la journée, du moins si ça n'avait pas été synonyme d'ennui mortel. C'était un géant des glaces, un génie du combat, pas un garçon boucher. Et même si l'expérience n'était pas si déplaisante, il était plus que temps d'y mettre un point final.

- Cassez-vous les minables ! Sinon j'en prends un pour frapper sur l'autre. J'ai dézingué la moitié de vos potes, ça vous a pas suffi ? Faut que je vous empile les uns sur les autres pour que vous me foutiez la paix ? Dégagez ou je vous transforme en saucisson, c'est pas négociable. J'ai même pas besoin de vous découper, touchez-moi et je vous bouffe. Je plaisante pas, y'en a un qui veut essayer pour vérifier ?

Un silence pesant s'installa, tandis que les différents spécimens échangeaient des regards angoissés. Le doute planait sur la scène, mais plusieurs d'entre eux se rappelaient l'avoir vu mordre à sang plusieurs de leurs congénères avant de les achever dans une effusion de sang. Ce sang dont il était toujours recouvert, les couleurs de sa peau et de son armure ayant presque disparu sous la pluie carmine ruisselant le long de son corps. Sortant d'un bond de la sombre parabole qu'il venait de creuser dans le sol au moyen d'une explosion de cosmos, il s'avança parmi eux. Mus par la crainte, beaucoup le laissèrent passer, tandis que sous l'effet de cette même peur d'aucuns restèrent sur place sans pouvoir bouger. À ceux-là, il distribua coups de poing et de pied, quand il ne frappait pas du lat de sa lame, les renvoyant dans la foule avec une violence semblable à celle dont il avait fait preuve jusque là. Égal à lui-même.

Sitôt qu'ils comprirent que leur intérêt n'était pas de s'y opposer, à moins s'ils voulaient finir répartis en une multitude de petits morceaux, tous s'écartèrent de son passage afin qu'il puisse se diriger vers le repaire de leur seigneur et maître. Curieusement, plus personne n'osa lever la main sur lui, ceux qui étaient tentés de le faire renonçant dès qu'il posait sur eux un regard glacial qui aurait suffi à les tuer sur place s'il avait forcé un peu. Du moins quand il ne piétinait pas les corps inertes de ceux qu'il avait mis à terre, les catapultant sur plusieurs mètres au moment où son aura avait détoné sur place. Constatant la présence d'un château dont il n'avait pas même deviné la forme jusque là, il continua d'avancer avec la ferme intention de lui foutre son pied au cul pour le convaincre de vider les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 23 Déc - 22:39

    Lancé de dé. [Handicap Mauvais Dosage]
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 23 Déc - 22:39

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Sam 24 Déc - 0:05



    Devant les portes du Palais, une vingtaine de Minotaures en armes montaient la garde. L'approche par les airs de la Dragonne et de son protéger ne passa pas inaperçue, pas plus que les cris de leurs congénères qui montaient depuis un moment des quartiers en dessous de la citadelle. Faisant partie de la garde d'Elite de leur Royaume, ils prirent plus de temps que le commun de leurs camarades pour évaluer la situation, et prirent leurs armes avec une lenteur presque digne d'un rituel. Cependant, lorsqu'ils entendirent les mots de la jeune Walkyrie, les gardes se regardèrent, interloqués, ne sachant trop comment réagir. De toute évidence, il s'étaient attendu à tout sauf à ce que l'intrus s'exprime dans leur langue, surtout pour émettre une telle demande. L'un d'entre eux décida de passer à l'action et dégaina son arme pour se diriger d'un pas lourd vers les deux Ases, dans l'intention évidente de les abattre sans autre forme de procès, mais une ombre semble tomber du ciel devant lui pour l'arrêter. La fine silhouette encapuchonnée fit signe au Minotaure de rentrer dans les rangs, puis se tourna vers Eldir et Ceridwen pour dévoiler un visage féminin et une longue mèche de cheveux translucide. La voix qui s'éleva alors, Eldir l'avait sans doute déjà deviné.

      « J'aurais peut-être dû prévoir que vous ayez un tel culot pour venir jusqu'ici et réclamer quelque chose d'aussi insensé. Si c'est la mort que vous souhaitez, je vais vous guider jusqu'à elle, mais sachez qu'à partir de ses marches, il n'y a plus de demi-tour possible. Réfléchis bien, petit Alfe. Il y a surement d'autres lieux où tu pourrais te trouver à présent... »

    L'Alfe Noire, car c'était bien d'elle qu'il s'agissait, tourna les talons sans rien ajouter de plus. Déjà, alors qu'elle s'avançait vers l'entrée, les Minotaures s'écartaient sur son chemin, lui ouvrant les lourdes portes du Palais pour elle et ces intrigants visiteurs. Le Guerrier qui arriva alors, couvert du sang des hybrides qu'il avait abattu par dizaine, fut de toute évidence invité à les suivre, se joignant au trio pour pénétrant dans la nouvelle antre des Minotaures. Le Palais Royal de Suède recelait de statues, peintures et autres oeuvres d'arts. Cependant, la ruine qui régnait en ses lieux les faisait passé au second plan, tant la quantité de cadavres humains comme monstrueux jonchaient les allées et les couloirs de l'immense bâtiment. Passant au travers de ce massacre sans y prêter attention, leur guide les mena jusqu'à une lourde porte qui s'ouvrit devant eux sous la poussée de deux imposantes bêtes cornues en armure dorée et ouvragée.

    Un Hall de réception aussi vaste que celui du Palais d'Asgard se dévoila alors devant eux, remplis de Minotaures empilant les cadavres des soldats qui jonchaient le carrelage de marbre. Autour d'eux, plusieurs estrades étaient remplies des nobles humain qui avaient peuplé les lieux jusqu'au aujourd'hui. Encadrés par des Minotaures les dominant de plus d'une tête, ils ne faisaient pas les fiers, mais paraissaient pourtant encore heureux d'être en vie, même si ce n'était que pour jurer loyauté à ces créatures cauchemardesques. Devant eux, un large escalier montait jusqu'au trône, vide. Devant lui, une lance planté dans le sol, sur l'extrémité de laquelle une tête couronnée était fichée dans une grimace grotesque. Le funeste destin des Rois...

    Devant ce sinistre spectacle, deux créatures mythologiques entouraient et semblaient écouter une troisième légèrement plus petite qu'elles mais tout aussi imposantes de stature. Ce monstre situé entre eux était de toute évidence d'une nature différente... Sans fourrure, sa peau grise était pourtant semblable au cuir d'un bovidé, tout comme ses yeux entièrement noirs. Pourtant, les traits de son visages étaient indéniablement humains, malgré les deux immenses cornes qui partaient vers l'arrière, avec ses cheveux argentés. Son torse nu ne portait aucune protection, laissant voir ses muscles plus que saillants et ses tatouages de guerre d'un rouge aussi vif que le sang. Seuls deux épaulières de la même teinte que ces marques le protégeaient, accompagnées sur ses avant-bras d'étranges protections en métal sombre. Un hybride, créature née de l'union contre-nature d'une humaine et d'un Minotaure. Il possédait tous les atouts de chaque espèce : la force et la résistance des taurins, mais aussi l'intelligence et la créativité des hommes. Et, plus que tout, les Guerriers d'Asgard pouvaient sentir un Cosmos meurtrier et imposant se dégager de sa silhouette. Oui... Ce monstre maitrisait le Cosmos au même titre qu'eux.


    Leur faisant signe de s'immobiliser à une dizaine de mètres des marches, l'Assassine monta vivement les escaliers pour rejoindre son Commandant qui avait interrompus son dialogue avec ses lieutenants lorsqu'il avait remarqué l'étrange convoi qui venait d'entrer dans le Hall. S'inclinant, elle lui murmura quelques mots à l'oreille, qui n'arrachèrent aucune réaction à l'hybride. Ce fut tout juste si ses sourcils se froncèrent de quelques millimètres. S'avançant, il tendit ses paumes à ses deux comparses, qui chacun s'empressèrent de lui fournir ses armes. Une hache double et une épée large, toutes deux conçues pour être maniées à deux mains mais que le Général Minotaure pouvait manier avec un seul de ses bras surpuissant. Alors qu'il descendait en faisant presque trembler le sol de son aura qui allait croissante, il s'adressa à eux d'une voix grave et lourde.

      « J'ignore comment des Vashedan comme vous on appris les mots du Tal-Vashoth, notre défi rituel, mais je jure devant Zeus de vous l'arracher une fois que vous serez à terre, baignant dans votre sang infâme. Vous n'êtes pas digne de vous dresser devant moi, ni même de demeurer sur notre nouvelle terre, mais vos paroles vous octroient le droit de respirer quelques instants de plus. Ne les gâchez pas, humains, et offrez-moi un semblant de divertissement... »

    De toute évidence, Arvaarad avait omis quelques détails lorsqu'il leur avait confié son "mot de passe", mais en vérité il s'agissait là du seul moyen d'atteindre son Commandant dans son repère sans avoir à affronter tous ses gardes. A présent, le sort en était jeté. Dans un cri puissant, le Commandant déchaina son Cosmos et se volatilisa à la vue de ses adversaires. En un instant, il fut déjà sur l'homme couvert du sang de ses camarades, à lui tomber dessus en écrasant son énormes haches sur lui, entourant l'outil de mort de son Cosmos écarlate. A peine eut-il touché le sol que la créature pivota sur l'enfant qui se tenait à son côté pour abattre de concert ses deux armes sur lui, désintégrant le sol sous l'impact de ses coups. Changeant à nouveau de cible, il se concentra sur la dernière inconsciente qui était venue le défier avec un des sacrements les plus importants pour son peuple, et tenta de la faucher d'un ample mouvement de ses deux lames. Suivit alors un enchainement de coups ayant pour but de la découper en morceaux, chaque arme venant frapper dès que l'autre avait terminé son assaut. Après cela, le Shok, fit se reposer sa hache sur son épaule et reculant de quelques pas, constatant si l'un de ces cloportes respirait encore. Tout cet assaut avait eu lieu en moins d'une vingtaine de seconde, sans le moindre cri ni dépense inutile d'énergie si ce n'était cette poussée d'adrénaline au moment de s'élancer.

    Guerriers d'Odin ou non, c'était là un adversaire que seuls les inconscients pouvaient défier en combat singulier. Cependant, face à ce mur infranchissable, les Ases allaient pouvoir se dépasser, et écrire leur légende...

Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Jeu 29 Déc - 22:16

Aux propos de la Dragonne, la garde qui se tenait à l'entrée, prête à combattre ces individus qui venait empiéter sur leur territoire, resta muette de surprise. Les membres qui la constituait se regardaient les uns les autres, ne sachant visiblement que faire, jusqu'à ce qu'une ombre encapuchonnée ne tombe devant les deux Asgardiens. Visiblement, la Demoiselle connaissait déjà son petit protégé, mais une chose l'interloqua toutefois.

* La mort qui nous attend? Hum vers quoi nous as tu conduis Arvaarad? Après tout qu'importe, à présent que nous sommes là, allons voir de quoi il en retourne.*

Les Minotaures s'écartèrent pour les laisser passer. C'est alors qu'il choisit de faire son apparition. Ainsi donc c'était lui le Guerrier Divin qu'elle avait ressenti. Elle se rappelait leur brève entrevue après que ce dernier fut de retour en Asgard, blessé suite à son combat contre le Marina du Requin. Comment s'appelait-il déjà? Ah oui voila.

"- Sköll."

Elle inclina simplement la tête en guise de salut, avant de partir à la suite l'Alfe noire, prenant la tête du cortège Asgardien, veillant à ce qu'Eldir se trouve entre eux deux, car même s'il était un guerrier, il était encore un enfant. Tout en avançant le regard de la Guerrière Sacrée balayait les pièces qu'ils traversaient, les sols étant jonchés des cadavres de la Garde Royale, qui avaient protégé jusqu'à leur dernier souffle leur Roi.

Leur guide les fit pénétrer dans ce qui semblait être la Salle du Trône. des cadavres, encore et toujours des cadavres. Et plus elle voyait ceux-ci, plus la jeune femme se disait que leur venue ici ne servirait très certainement à rien. La discussion ne servait plus à rien. Les iris mordorées se portèrent sur la tête du Souverain plantée au bout d'une lance. Une terrible tragédie que voilà. Mais tout n'était pas encore perdu, car au sein même de cette salle des nobles étaient toujours en vie.

L'Alfe les avait abandonné pour gravir les marches menant au trône et s'entretenir avec ce qui semblait être un hybride. Plus petit que les Minotaures, il n'en restait pas moins fort. Elle ne doutait pas qu'elle se trouvait en présence de l'Arishok. Arvaarad avait raison, il n'avait rien il était bien différent de lui ou des autres. Après s'être emparé de ses lames, le chef des Minotaures approcha d'eux, les informant de ce qui allait suivre.

* Un combat à mort c'est ça Arvaarad?* Pensa-t-elle, ne pouvant empêcher ses lèvres de s'étirer en un sourire amusé.

Mais elle n'eut guère davantage le temps de s'attarder sur ses pensées. Le Shok venait de développer son cosmos, déployant celui-ci ainsi que sa puissance. Avec une rapidité à laquelle ne s'attendait nullement la Dragonne, elle vit l'adversaire fondre sur Zeta , puis frapper Eldir de ses lames, avant de se jeter sur elle, sans qu'elle n'ait pu faire le moindre geste pour se protéger. La violence des coups portés la fit reculer, chuter, mais son regard ne démontrait pas le moindre trace de peur, et restait ancré fièrement dans celui de l'ennemi, tandis qu'elle lançait à l'encontre de ce dernier.

"- Zeus! Vous osez profaner le nom du Père des Dieux Grecs! Pensez-vous que Zeus tolérerait votre attitude inconsciente! Sans le moindre doute, son courroux vous frapperez!"

Alors que l'Ase prononçait ces paroles, son propre cosmos s'élevait tout autour d'elle. La chaleur qui jusque là régnait dans la salle tomba rapidement sous le froid glacial qui peu à peu prenait place. Droite, les bras légèrement écartés le long du buste, paumes ouvertes sur des orbes glacées qui ne cessaient de grossir, la jeune femme faisait face à son adversaire.

"- Souffle Glacé."

Se contenta-t-elle de dire en portant ses mains à ses lèvres, soufflant sur les sphères, qui au contact de la respiration de la Belle éclatèrent en morceaux, formant des milliers de lames qui filèrent en direction de l'Arishok pour le lacérer de toutes parts.
Par télépathie elle s'adressa à ses compagnons d'aventure.

*Nous devons travailler de concert si nous voulons venir à bout de cette vermine.*








Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Ven 30 Déc - 8:29

Attaque des Minotaures Noirs
Stockholm - Suède

À vrai dire, le Tigre Viking n'aurait su dire pourquoi sa folie meurtrière s'arrêta brutalement. Il n'avait pourtant pas besoin de reprendre son souffle, ces bovins n'arrivant pas même à lui faire ressentir une once d'épuisement. L'explication la plus probante était qu'il soit resté abasourdi en découvrant une telle organisation derrière la barbarie de ces pathétiques créatures. Pourtant, aucun d'eux n'osa sauter sur l'occasion en dépit d'une stupéfaction pourtant flagrante. Pour avoir vu de leurs propres yeux les corps déchiquetés de leurs semblables sans qu'ils n'aient pu lui faire la moindre égratignure, ils commençaient à accepter leur inutilité. Et par extension la triste fatalité d'un destin acharné. Il en avait décimé tant et tant que sa couleur de peau avait disparu sous les effusions vermeilles dont il ruisselait à présent, laissant dans son sillage un macabre tapis rouge issu du sang de ses victimes. Une entrée en scène à la mesure d'une force de la nature de son calibre mais qu'allait atténuer cette perplexité contre laquelle il fut incapable de lutter. Trop sceptique pour reprendre son oeuvre de destruction là où il l'avait laissée comme si de rien n'était, il se laissa guider au sein de la place forte du camp ennemi.

Voir que ces monstres étaient capables de se comporter en être civilisés fut un véritable choc, et aurait pu le déstabiliser s'il n'était pas toujours aussi fermement décidé à les tailler en pièces jusqu'au dernier. Aux dernières nouvelles, le bétail n'était pas autorisé à stationner dans le palais. Et s'ils maintenaient cette occupation arbitraire des lieux sans s'ouvrir à la négociation, alors les emmener à l'abattoir deviendrait indispensable. Et puisque cela était impossible, l'abattoir était venu à eux en la personne du Guerrier Divin, qui semblait s'accommoder de ce nouveau rôle. Quelle raison aurait-il de répugner à les tuer ? Ce n'était que de la viande. Et de la viande, ça se mange. Une épilation aurait certes été préférable pour les rendre plus appétissant, mais sans doute fallait-il ne pas trop en attendre de leur part. Ils restaient des aberrations. À se demander ce que la nature avait en tête le jour où elle enfanta cette ignoble engeance. S'il n'avait pas été trop occupé à se soucier de la décoration, Sköll aurait toutefois été susceptible de se demander ce que cette nymphette était venue faire au milieu de ces bêtes sauvages.
Nonobstant d'hypothétiques tendances zoophiles, il ne pouvait se l'expliquer.

Toujours est-il que quand il vit le soi-disant nouveau maître des lieux, il eut droit à l'éclair de lucidité salvateur qui lui remit en mémoire les raisons de sa présence ici. N'en faire qu'une bouchée. Ce qui tombait plutôt bien puisque cette forme de vie indéfinissable le choisit pour adversaire en premier lieu. Par réflexe, le fauve d'ébène voulut brandit son énorme tranchoir. Grand bien lui fit puisque sa lame constituait un parfait obstacle à celle qu'on avait choisi de lui opposer. Maintenant qu'il pouvait le voir de plus près que quiconque, il détailla non sans un dégoût apparent les traits de cette abomination. Comme s'il ne leur suffisait pas que les minotaures soient une sorte de lie de l'humanité, il avait fallu que certains poussent le vice à développer une nouvelle espèce à partir de leur patrimoine. Une expérience qui semblait avoir porté ses fruits puisque cette Chose en était le pur produit. Qu'il offense le nom de Zeus si cela pouvait faire son bonheur. Ce n'était pas le géant des glaces qui irait le contredire. Ce n'était rien de plus qu'un vieillard acariâtre, et capricieux de surcroît.

Aujourd'hui encore, il ne regrettait pas d'avoir désobéi à ses ordres pour mener à terme son duel d'anthologie avec Kyro. Une joute splendide qui resterait dans les mémoires pour les siècles à venir. Perdu dans ses pensées, il avait bien failli ne pas le voir venir, et se félicita intérieurement d'avoir été si prompt à dégainer quand il avait croisé son regard. Le gratifiant d'un sourire féroce, le briseur de soleil le repoussa sans ménagement, ne se souciant guère de le voir attaqués ceux qui étaient pourtant ses frères d'armes. En voulant parer, Sköll avait été forcé de se rendre compte que sa guérison n'était pas parfaite et que plusieurs de ses plaies menaçaient de se rouvrir. Ainsi, bien que bloquée, l'attaque lui avait laissé quelques séquelles qui n'arrangèrent pas son humeur déjà massacrante – comme l'illustrait le nombre pharaonique de cadavres qu'il avait disséminés ça et là en arrivant. N'étalant que la plus grande négligence, il épousseta son épaulette, la pointe de sa lame raclant le sol.

- C'eeest ça. Ferme ta gueule pour voir ? Ah oui, c'est mieux. Si t'es pas content, t'as qu'à dégager, et si t'y arrives pas tout seul compte sur moi pour t'y aider. C'est du sang que tu veux ? Tu vas être servi, mais je suis pas sûr que t'apprécies de voir le tien couler à flots. Tes conneries rituelles, je m'en balance, mais si tu t'obstines à me faire chier je te jure que si quelqu'un ici doit se faire arracher quelque chose, ce sera toi.

Ignorant royalement les propos tenus par ses compagnons d'infortune, Sköll se contenta de charger flamberge au vent. Qu'elle soit humaine ou divine, la télépathie était dénuée de toute emprise sur lui. Pas un mot n'arriva à ses oreilles, ou plutôt à son esprit. Et même s'il n'y avait pas été hermétique, sa réaction aurait été la même. C'est à dire n'en faire qu'à sa tête sans même en tenir compte. Zeta n'aurait pas honte de dire qu'il pensait pouvoir vaincre la bête à cornes à lui seul. Vérité ou mensonge, il n'en démordrait pas avant d'avoir eu un aperçu de sa force brute autre que cette petite bousculade déjà oubliée. Et si Fenrir ne le quittait pas, il n'allait pourtant pas en avoir besoin cette fois. Galvanisé par le pouvoir de son aura, il rugit de toutes ses forces mieux que ne le ferait le prédateur dont il était l'effigie. Sa cosmo-énergie n'était qu'un filtre au travers duquel passa ce cri pour se matérialiser en ce monde, prenant la forme d'une véritable onde de choc pour frapper la chimère en plein torse. Sa voix n'était que puissance brute.

Ce n'était pas même un rugissement : c'était un déferlement. Lui-même ignorait comment il s'était rendu capable d'un tel exploit et ne s'y attarderait pas pour le moment. Pas avant d'avoir pris la tête de ce fauteur de troubles qui avait eu le malheur de s'attaquer à forte partie. Il s'était éveillé au cosmos, et alors ? Il n'y avait qu'à le maîtriser mieux que lui pour lui infliger la cuisante défaite dont il avait besoin pour renoncer à ses folles ambitions. Il n'aurait pas d'autre choix, une fois démembré par les bons soins du tigre noir. Et s'il était sur le principe un chevalier des glaces, c'était cette fois à la foudre que Sköll allait faire appel. Toute son énergie pulsa dans son bras gauche alors que les arcs électriques le parcouraient sur toute sa surface, mauvais présage pour celui qui aurait la déveine de le recevoir. On avait rarement connu cadeau si empoisonné.

Mettant à profit toute sa puissance musculaire, il abattit sa paume dans le plexus solaire de la pauvre bête – car il le voyait encore comme tel – afin de lui faire goûter au plaisir doucereux d'être frappé par la foudre dans un grondement de tonnerre. Les doigts encore parcourus de brève décharge, il s'enquérit à peine de l'état de santé dans lequel il l'avait laissé, se préparant à devoir se donner un peu plus de mal s'il souhaitait l'écraser d'une victoire sans appel.

Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Sam 31 Déc - 4:06

    Arrivant devant le palais royal, le jeune gamin des rues de l'ancienne Constantinople écarquillait les yeux devant l'état lamentable qui se présentait devant lui. Nonobstant le fait qu'une créature, pardon, qu'un Guerrier Divin débarque en sang. C'était pas le sien à la vue des touffes de poils qui parsemaient son armure, mais il avait l'air aussi surpris que les premiers arrivants de la situation. Les gardes minotaures étaient aux avant postes et étaient prêts à défendre âprement leur nouvelle conquête. Mais ils s'arrêtèrent en entendant les paroles de son mentor, ils ne comprenaient rien à cet évènement imprévu.

    Dansant dans les airs, une forme pourpre s'abattit devant les minotaures, médusés de cette nouvelle venue. Cette silhouette fit une énorme impression aux autres créatures qui reculèrent par instinct. Puis, une voix se leva dans le silence et les yeux turquoises du jeune garçon se froncèrent en entendant les paroles de la nouvelle venue. Nouvelle ? Pas pour lui en tout cas. Il ne connaissait que trop bien les qualités martiales de cette Alfe noire et il respectait cela plus que n'importe qui sur cette Terre devenue ensanglantée. Il l'écouta avec attention et comprit que le chemin que Ceridwenn venait d'ouvrir serait le plus dur de sa petite existence. Il souriait devant cette situation, la mort lui faisait peur et il ne l'avait jamais nié. Mais les esprits lui avaient appris à la connaître comme un élément naturel du grand cycle des Guerriers. Il allait donc combattre pour ses idéaux et aussi pour tenter de comprendre les désirs des Minotaures. Ces derniers avaient aussi un espoir en quelque chose, il voulait connaître les raisons qui les motivaient.

    La Dragonne dévoila enfin le nom du guerrier qui se trouvait à ses côtés désormais. Ce nom ne lui était pas inconnu car on lui prêtait de grands faits de guerre, ainsi les Vanes avaient envoyé l'un des meilleurs Guerriers ici. La situation paraissait donc plus complexe qu'il ne l'avait cru. Se grattant la tête, il s'avançait dans un grand silence, le passage entre les minotaures lui semblait bien longs. Ses sourcils se levèrent d'étonnement, puis d'efroi, en voyant les corps amassés les uns sur les autres. Comment pouvait-on faire cela à des Hommes qui avaient combattu honorablement pour leur idéal ? Une colère sourde montait lentement dans l'esprit du jeune guerrier runique. Il ne pouvait tolérer ce genre d'attitude et la désinvolture des minotaures le mit en rage. Mais le pire restait à venir...

    Dans la grande salle royale, la tête du Roi de Suède était plantée sur une lance. Cette fois-ci, il s'apprêtait à avancer pour demander des explications à l'Alfe noire mais un cosmos d'une rare intensité le stoppa net. En quelques secondes, il comprit. Sur un trône, un hybride se tenait là en toute quiétude et fronça les sourcils en entendant le rapport de l'Alfe. Il répondit par un ton acerbe et assez injustes envers les personnes qui se trouvaient devant lui. Une épée et une double hache à chaque main, il disparut soudainement.

      " Quoi ! "

    Un fracas de métal l'étourdissait juste à côté de lui. Sans avoir avoir vu quoique ce soit, le guerrier divin avait paré l'attaque avec une vitesse démentielle. Et ce n'était pas fini, alors que celui-ci bloquait cette attaque, la voix de son mentor se fit entendre derrière lui. Elle n'avait pas l'air de plaisanter cette fois-ci, cela lui rappelait les évènements contre le guerrier d'Arès à Istanbul. Un souffle glacé le fit frissonner quand il percuta la créature hybride. Tout cela en si peu de temps, Eldir était bluffé. Mais, il était sur les fesses, protégé par des étincelles que ses Danseurs avaient créé par intuition. Vivant, il était encore vivant. Si le combat prenait de l'ampleur avec les rugissements du Guerrier Divin de Zeta et la colère de son mentor, il n'allait pas regarder en applaudissant des mains.


    Claquant les paumes de ses mains, il sonnait le moment de son tour. Il leva alors les paumes vers le capitaine des minotaures en chantant dans une langue ancienne. Ses danseurs entendirent cette musique et sautillèrent en faisant quelques pointes et pas de danse sur les cornes des minotaures qui les entouraient. Chacun d'entre eux avait des gestes saccadés et appelaient les puissances de l'automne, symbole de décadence et de faiblesse de l'Homme face à la perte de la chaleur de l'été. Dans un chant lancinant, d'autres voix se mêlèrent soudainement à celle d'Eldir. Au paroxysme de la chorégraphie, un parfum carmin se répandait dans toute la salle et des muguets rouges naquirent pour libérer leur poison. Mais alors que certains minotaures s'écroulaient sur le sol, la brume pourpre se condensait sur un point. Au centre des neufs danseurs maintenant dansant en cercle, une femme atteint de Purpura apparaissait pour chanter son malheur au monde. Seulement, une seule personne allait entendre le chant qui allait lui vriller les tympans.

    En un instant, l'hybride entendit un cri strident dans son esprit. Il espérait que cela donnerait une opportunité à ses compagnons et que cela affaiblirait la créature. Mais, il se remit en garde, son cosmos n'avait jamais été aussi flamboyant et il se méfiait de tout désormais. Le champ de muguet qui recouvrait le sol était une des créations de son cosmos et le combat ne faisait que commencer pour le plus jeune des trois guerriers. Une pétale rouge traversait soudainement les airs comme un "au revoir", il ne comprenait pas la signification de ce message floral mais ce genre de considération était remis à plus tard ! En garde, ses Danseurs s'apprêtaient à danser une nouvelle chorégraphie.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 3 Jan - 18:09

    Lancé de dé. [Atout Mythologique]
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 3 Jan - 18:09

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   Mar 3 Jan - 18:16

    Lancé de dé. [Mauvais Dosage]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Stockholm - Suède] Attaques des minotaures noirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-