RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.   Mer 18 Jan - 19:10

La roue du destin reprenait sa course. Du sommet du Sanctuaire, Hermès avait pu suivre les actes et paroles de ses frères ainsi que les ordres qu’ils avaient donnés aux troupes d'Athéna.

Ainsi, l’assaut des Enfers pour récupérer la jarre emprisonnant son père avait débuté. Déjà des guerriers s’entretuaient. Quelle tristesse que de voir ses deux sœurs se dresser une nouvelle fois l’une contre l’autre. Le divin messager soupira devant la folie de cette peste d’Eris. De par ses méfaits, Athéna avait failli perdre la vie, son hôte était tombé dans le coma l’obligeant à changer de corps aussitôt. Quant à la petite déesse d’Asgard, il s’en était fallu de peu pour qu’elle subisse le même sort. Et le reste était encore bien sombre. Seulement, le jeune fils de Zeus était loin d’être aussi inoffensif que tous le croyaient. Du haut du Palais du Grand Pope, il avait gardé un œil sur tout. Le Foudre, la seule arme imprégnée du cosmos du Maître des Orages et des Nuées et donc la seule capable de mettre un terme à l’emprisonnement des trois frères avait disparu de la surface de la terre.

Le regard du dieu s'était fait dur si dur. Une face que bien peu avait pu contempler chez le roi des bonnimenteurs. Si ce n'était Argus après qu'il lui ai tranché la tête.

Et sa voix avait retenti dans l'ensemble du Sanctuaire. Même si rien ne permettait d'affirmer que la Discorde l'entrendrait, bien d'autres avaient du sursauter.

" Et bien Eris, es-tu satisfaite ? Tu ignores jusqu’à la véritable portée de tes actes ! La terre à feu et à sang. Zeus enfermé et le Foudre tombé en on ne sait quelles mains. Mais sache qu'une telle arme ne sera jamais efficace qu’entre les mains de son maître ou d’un guerrier digne d’elle. La déesse Freyja elle-même a du le comprendre lorsqu’elle a ressenti sa morsure en sa chair. A l’instant exact où elle a été frappée à ta place avant que le Foudre ne fracasse la terre olympienne et ne disparaisse. Elle sait que même si elle la retrouvait, elle n’aurait pas la force de la maîtriser ni même de la tenir sans se blesser ou pire. Seul le grand Odin ou Thor le pourrait. Quant à en faire une pâle copie, renonce !!! Car seule une arme magnée autrefois par père aura la puissance nécessaire pour briser les urnes scellées !

Et maintenant, écoute-moi bien, je te défie Eris, plus vite que toi je retrouverai le seul et unique Foudre et le remettrai au seul dieu suffisamment fort et digne de le tenir entre ses mains. Et à ce moment-là, crains la fureur de Némésis car la vengeance de Zeus sera à la hauteur de l’affront et du carnage dont tu es l'une des principales responsables.

Tu entends vipère, les maillons de tes futures chaînes chantent déjà. "


Le défi d’Hermès avait retenti jusqu’au mont Olympe. Il attendrait le bon moment pour agir et entrer de pleins pieds dans cette sombre histoire. Non pas comme l'avait son grand frère. Il était l'inventeur, le baratineur, le voleur mais certainement pas la brute ou le sanguinaire.

Arès qui déjà était sur ses traces. La perfide n'avait même pas le courage de ses actes, se cachant derrière la Bête de Guerre.

L'Eternel voyageur leva alors les yeux vers le ciel. D’ici peu, il devrait s’attendre à recevoir de la visite. Il ne lui restait plus qu'à attendre. Dès qu'il aurait accompli un dernier acte. Chose qui ne tarderait guère plus quand il ressentit un souvenir de cosmos. Celui soutenant l’aigle de Zeus qui apparut soudain.

" Enfin, te voici. Tu dois être bien triste sans père tout comme Cerbère doit pleurer la perte d’Hadès.

Je me demande qui peut bien regretter Poséidon ? "


Un rire cruel suivi cette remarque avant que l’éternel jeune homme ne fasse apparaître un objet accompagné d’un message. Puis il avança vers l’animal.

" Ecoute, ce sera ma seule demande mais qu’elle soit accomplie. Les urnes sont en lieu sûr loin des temples de l’Olympe. Là où personne ne pourra leur faire de mal ou les offenser. Père savait que je les traiterait dignement comme les magnifiques trésors qu’elles sont. Quant à toi, je veux que tu portes ceci à une jolie petite déesse de l’Amour. Père l’aurait souhaité et j’accomplis sa dernière volonté. "

Le vieux bouc a toujours aussi bon goût. Songea-t-il en voyant l'énorme rapace saisir l'objet entre ses serres et disparaître aussitôt.

Une de mes premières inventions. Celle qui revient au témoin que père avait désigné. Bien, tout est en marche reste juste un dernier détail avant que tout ne commence.

D’un geste il fit apparaître une outre remplie de nectar dont il avala quelques rasades avant de rabattre son manteau de voyageur sur ses épaules et son armure.

Viens grand frère, je t’attends.
Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.   Dim 11 Mar - 14:41

La chaleur du soleil de Grèce, le calme incroyable de ces lieux préservés par le doux cosmos de la déesse Athéna. Au bas du Sanctuaire, l'énergie d'Artémis rayonnait avec la douceur de la lune. Ce que cela le surprenait de la voir ainsi, elle davantage encline à la violence et la vengeance. La nature sauvage dans toute sa splendeur. Le jeune fils de Zeus soupira sous la douceur des vents. A croire que tout avait été fait pour endormir la méfiance des dieux et faire oublier cette guerre qui venait pourtant de commencer.

Enfin, c'était ainsi que l'Inventeur ressentait les choses.

Le temps filait tout en donnant l'impresssion de rester en suspend. Un sourire finit par se dessiner sur ses traits.

Et bien, deviens-tu timoré, grand frère ? Cette attitude ne te ressemble pas, toi qui ne crains rien ni personne. Toi l'invincible guerrier. Où est donc le grand Arès, rival d'Athéna ? Eris t'aurait-elle vidé de tes forces ou as-tu passé trop de temps entre les bras d'Aphrodite ?

Un rire finit par échapper au messager tandis qu'il se tournait vers le bas des marches et le champ de fleurs le recouvrait.

D'un geste, il en préleva un splendide bouquet avant de contempler ces quelques roses empoisonnées.

Magnifiques mais totalement inutiles contre un dieu. Ce ne sont jamais que des fleurs. Arès aura vite fait de les incendier. Le dieu de la Guerre n'est pas du genre à s'encombrer de détails futiles. Le temps qu'il s'accorde n'est jamais perdu. Il passe en plans de bataille et en mise en place de stratégies. Le Domaine sacré ne fera pas exception.

Hermès sous son côté espiègle et beau parleur demeurait un redouble combattant. Seule son manque d'ambition n'en faisait point un rival de Zeus ou d'Athéna. Le dieu préférait se promener sur la terre plutôt que de la conquérir. Et puis il affectionnait sa grande soeur malgré tout.

D'ailleurs, il lui suffit de songer au loup pour entendre le doux son de sa voix.

" Cher frère, me voilà bien soucieuse de ne point te voir apparaître devant moi, n'as-tu rien à me dire? Qu'attends-tu là haut, installé sur ton promontoire? J'ai un mauvais pressentiment et peut-être en connaitrait-tu l'origine? "

Une douce demoiselle m'appelle, ne la faisons point attendre. Tout est en place pour la suite. Jamais tu ne sauras Eris, jamais.

Son poing se serra avant qu'il ne s'envole vers l'arène.

==> Colisée
Revenir en haut Aller en bas
Arès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 25

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.   Lun 12 Mar - 20:07

==>Conseil des Dieux, Olympe

    Dans l'immensité azur qui s'étendait au dessus des nuages s'étirait la queue rougeoyante d'une comète qui fendait l'éther à toute vitesse. Le corps céleste traversa le toit d'un palais d'architecture grecque dans un sifflement suraigu avant de s'écraser en son sein dans un tremblement qui secoua les fondations de l'édifice.
    Un cratère fumant avait englouti une grande partie de la salle du trône dans laquelle s'affairait encore quelques servants. Une haute silhouette inquiétante se dressa au milieu des décombres de roche de fusion, toisant de son regard écarlate les survivants qui l'observaient en tremblant d'effroi.
    Le dieu du chaos et des batailles fendit l'épaisse fumée avec un rictus mauvais sur les lèvres en comptant mentalement ses victimes. Deux hommes et une femme.
    Bien, de quoi le mettre en appétit.
    Hermès pouvait attendre encore quelques instants, le nouveau Roi des Dieux avait quelques désirs à assouvir avant de se mettre au travail.
    Se dirigeant d'un pas lent vers ses proies, le dieu de la guerre fît la moue en les voyant rester à genoux au lieu de s'enfuir en hurlant de terreur. Il n'avait fait qu'en effleurer un de son ombre pour que celui ci s'évanouisse de peur. Et à en juger par la forte odeur d'urine qui parvenait à ses narines, le fléau des hommes ne pourrait pas compter sur une petit poursuite stimulante. Les pauvres servants étaient tellement effrayés qu'ils en étaient figés d'horreur. Affichant une mine dubitative, la divinité s'accorda un moment de réflexion avant de constater qu'il mesurait prêt de cinq mètres de haut. Sa taille était beaucoup trop impressionnante pour un humain lambda. Deux mètres seraient amplement suffisant.
    Parvenu à une taille plus décente pour ses proies, le dieu de la guerre tira son épée à la lame écarlate de son fourreau en la levant dessus du premier homme, pointe vers le bas, avant de la planter dans coup sec dans le crâne de sa victime qui roula misérablement sur le côté. Son sang rouge et chaud avait éclaboussé la jeune femme qui s'était mise à pleurer pour son plus grand bonheur, provoquant un regain de courage chez l'homme encore en vie qui se releva pour faire face au dieu de la guerre.

    K
    iron tremblait de la tête aux pieds lorsqu'il s'empara d'un candélabre tombé à terre pour le brandir devant lui comme une épée. L'homme qui lui faisait face était un monstre de muscles qui le toisait de ses yeux cruels sous son casque d'airain . Il savait qu'il n'en réchapperait pas vivant. Le monstre qui avait réussit à percer la barrière du Sanctuaire devait être immensément puissant mais il devait essayer de résister le plus longtemps possible pour sauver Antéra. Peut être parviendrait-elle à mettre suffisamment de distance entre le tueur et elle jusqu'à l'arrivée de chevaliers. La peur menaçait de le faire défaillir encore une fois mais Kiron tint bon, resserrant sa prise sur son arme de fortune. Il sentait ses genoux claquer l'un contre l'autre sous sa tunique trempée par son urine tandis qu'il tentait de refouler les larmes qui lui montaient aux yeux. L'ennemi avait nonchalamment reposé son armé encore rougie par le sang de son camarade sur son épaule et le regardait d'un air mi ennuyé mi amusé, la tête légèrement inclinée. Dans un hurlement désespéré, Kiron brandit son candélabre au dessus de sa tête avant de l'abattre avec toute la force dont il disposait sur le guerrier qui tiqua d’agacement en évitant le coup aisément. Kiron poursuivit son attaque en frappant anarchiquement dans l'espoir de toucher sa cible qui paraît chaque coup mollement et avec une facilité déconcertante. Le jeune servant se sentit basculer en avant lorsque son adversaire dévia une nouvelle fois sa frappe en faisant racler sa lame contre le métal pour le déséquilibrer puis tout bascula. Le haut devint et bas et le bas devint le haut alors qu'il sentait son corps faire un soleil. Lorsqu'il toucha enfin le sol il vit un corps s'affaisser à côté de lui avant de comprendre qu'il s'agissait du sien. Alors que sa vision se brouillait, et que son regard se fermait une dernière fois sur le monde, il vit le guerrier enjamber son corps décapité au ralentit pour se diriger vers la frêle silhouette d'Antéra qui était recroquevillée sur le sol.

    Le combat avait été d'un ennui profond et alors qu'il faisait voler la tête de son téméraire opposant, Arès sentit un brûlant désir l'envahir en regardant cette pauvre jeune fille en train de pleurer et de prier Athéna qu'elle la sauve. Avec toute la brusquerie qui le caractérisait, le dieu de la guerre releva la jeune femme avant de lui arracher ses vêtements sans ménagement. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas pu se délecter du corps d'une humaine. L'excitation amplifiant sa sauvagerie, Arès prit à même le sol la pauvre jeune femme, la ravageant encore et encore dans le sang de ses camarades sans qu'elle ne cherche à se débattre, totalement brisée par le dieu de la guerre. Et plus Arès voyait les larmes s'écouler de son regard révulsé, plus il s'acharnait sur sa victime. Lorsqu'enfin la divinité guerrière acheva sa besogne dans un râle bestial, il abandonna là le corps anéanti de la jeune femme au milieu des cadavres de ses amis. Il ne savait pas si l'humaine avait rendu l'âme sous les violents coups de boutoir ou si toute volonté de vivre avait abandonné son esprit mais il savait que cet ignoble spectacle ne ferait qu'enrager encore plus sa détestable sœur. Que ferait elle à la jeune femme si celle ci était encore en vie et qu'elle portait son enfant ? La bienveillante Athéna ferait elle preuve de miséricorde ou punirait elle la servante comme elle l'avait fait pour Médusa autrefois en la châtiant pour avoir profané son Sanctuaire ?
    L'esprit léger, le Roi de l'Olympe se détourna du palais en ruine pour se diriger vers ses frères et sœurs. Il n'était pas là pour affronter Athéna, non pas encore, mais il ne manquerait pas de lui raconter ses aventures dans le temple du Pope.


==> Colisée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Diriger le Sanctuaire Sacré... En buvant du vin sur la terasse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Chambre du Pope-