RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Un lieu hors du temps...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Un lieu hors du temps...   Mer 7 Sep - 17:40

==> Conseil des dieux

Le souffle du vent, la froideur de l'air si vif du grand nord autour d'elle alors que ses serres emprisonnaient quelque chose qui la brûlait. C'était douloureux, extrêmement douloureux mais la déesse refusait de se servir de son cosmos pour apaiser ses souffrances. En tant que simple faucon, il lui était plus facile de filer et de se fondre dans ces vents de tempêtes qui effaçaient tout, dispersaient tout dans une atmosphère glacée étouffant toute trace de chaleur.

Le regard perçant de la déesse aux yeux de jade ne faillissait pourtant pas, la guidant au travers de cet univers blanc et si mouvant, bousculant et entraînant tout. Il fallait cette essence divine qui était la sienne pour traverser une telle épreuve sans s'égarer dans un horizon de blanc.

Ses pensées retournaient dans sa tête alors qu'elle approchait enfin du but.

L'Olympe où les choses avaient si vite dégénéré. Quelques secondes pour que le destin de l'univers bascule. Les trois frères scellés et le Foudre étroitement maintenu entre ses serres.

La Tourmente qui risque de s'emparer du monde est à l'image de cette tempête dissimulant tout du regard des hommes. Là où je vais nul ne peut entrer ou seulement découvrir l'entrée sans mon accord.

Les serres du magnifique rapace se resserèrent encore davantage sur sa proie et le vent tomba soudain. Tout autout d'elle, il y avait désormais une plaine riche et magnifique avant que n'apparaisse une tour dans laquelle le faucon n'eut aucune peine à s'engouffrer.

Ce lieu avait un nom. Un nom connu mais qu'aucunement elle ne prononcerait. Des ombres le peuplaient, puissantes et vaillantes. L'abondance et la douceur y régnaient en un été permanent.

Une bien agréable chaleur ne tarda pas à l'enveloppe avant que l'issue ne se referme. D'un simple geste empli de grâce, elle reprit son apparence avant de tomber à genoux suite aux effroyables brûlures qui marquaient la plante de ses pieds.

Juste à côté d'elle reposait le Foudre sur le sol de pierre brute de cette pièce singulièrement dépouillée. En y regardant de plus près, elle semblait même étrangement austère sans aucune décoration ni le moindre semblant de chaleur.

Un sourire apparut sur le visage pâle de la déesse. Elle s'avança au mieux pour ne pas se blesser davantage les pieds avant de tendre les deux mains vers l'attribut et l'arme de Zeus. Puis, enfin, elle s'en saisit. Cette fois plus douleur, le cosmos bienveillant de la souveraine d'Asgard la protégeait de la puissance émanant continuellement du Foudre.

- N'ayez crainte, seigneur Zeus. Je vous fais la promesse que jamais personne ne se servira de votre Foudre à mauvais escient. En ces lieux, nul autre que moi ne pourra le dégager.

Un sourire triste se dessina un instant sur les lèvres de la sublime déesse vane. Ce spectacle l'avait peinée. La famille olympienne ne faisait que se déchirer, entraînant leurs armées dans des luttes incessantes. Et nul doute qu'un homme de la trempe de Arès ne ferait rien pour ramener la paix.

Elle se retourna alors vers l'énorme mur percé d'une niche dans laquelle elle déposa le Foudre avant de fermer les yeux et se concentrer.

Le cosmos de la déesse de l'Amour se mit alors à vibrer d'une manière tout à fait différente et plusieurs barrières cosmiques apparurent les unes après les autres avant que le Foudre ne disparaisse littéralement sans qu'elle ne mette un terme à ses incantations.

Un long moment s'écoula encore tandis que la déesse puisait dans son énergie divine de quoi mettre en sûreté le Foudre de Zeus, ne le laissant à portée que des êtres qu'elle jugerait digne de le récupérer.

Et lorsque tout stoppa la pièce avait radicalement changé d'apparence devenant un magnifique mélange d'ambre et de glace.

Pouvant enfin souffler la déesse s'accorda quelques instants de repos avant de soigner ses terribles blessures.

- Bien d'ici quelques heures, il n'y paraîtra plus. Espérons juste que je ne doive pas trop me déplacer durant ce moment.

La déesse se dirigea ensuite vers l'issue par laquelle elle était entrée avant de la rouvrir. Il lui suffirait juste de se laisser tomber et de reprendre une dernière fois sa forme de faucon pour enfin rejoindre Asgard.

== > Asgard
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Ven 23 Mar - 19:47

==> entrée d'Asgard

Un sourire apparut sur le visage de la déesse même si nul ne pouvait le voir sous sa magnifique forme de faucon. Les manteaux de plumes seraient un cadeau merveilleux pour ceux qui avait répondu à son appel au risque de se perdre eux-mêmes dans les méandres d'un autre monde. Elle avait toutes les raisons d'être fière de ses Ases. Il en fallait du courage pour oser affronter un inconnu tel que celui où Freyja les entraînait. Les Enfers étaient bien plus connus que le monde d'où venait la belle dame.

Les vents se firent plus rapides et puissants. Asgard était loin derrière eux maintenant et la blonde déesse ignorait si les deux guerriers reviendraient. Ou plutôt s’ils reviendraient tels qu’ils étaient partis.

Et alors que tous trois filaient vers leur destin et la récupération de l’arme de Zeus, Vanadis Freyja laissait son âme errer sur la terre que d’ici peu elle quitterait. Son cosmos s’étalait des centaines et des centaines de lieues à la ronde. Elle pouvait voyager sous bien des formes, cherchant surtout à accrocher les cosmos des Ases les plus réceptifs à ses appels.

Nombreux étaient ceux à seulement quitter Asgard pour rejoindre les terres des sombres monarques. Tous sur la route tous prêts à combattre, certains étant déjà sur place.

Perséphone…

Elle n’avait pas oublié Callan, l’ancienne prêtresse qui les avait quittés pour rejoindre les forces de Hadès, offrant son propre corps à la déesse des Enfers. Seulement, les choses n’étaient plus pareilles, la déesse de l'Amour n’était plus celle qu’avait affronté la divine Coré sur les pentes de l’Etna.

Elle n’était plus une déesse à peine éveillée pour combattre aux côtés d’Arianna Athéna mais bien la puissante déesse du Grand Nord, Vanadis Freyja, hantant les champs de bataille pour soutenir les guerriers et emmener les braves en son domaine.

Depuis sa guérison, ses pouvoirs n’avaient fait que croître. Elle était de plus en plus puissante et de taille à lutter contre n’importe quel dieu grec.

Mais auparavant…

Il lui restait une chose à accomplir. Aller dans son monde, en ses terres interdites aux humains où seuls les braves tombés aux combats pouvaient normalement entrer.

Soudain, elle accrocha les cosmos qui s’étaient aventurés le plus loin dans les Enfers, Samiel et Ysselda, les tous premiers à avoir franchi les portes du monde souterrain. Chose qui n’étonna guère la déesse, connaissant le courage et la fougue du loup d’Asgard ainsi que de la puissante guerrière.

Une dernière fois son cosmos brilla dans ce monde avant d’envoyer un message vers ceux qui déjà combattaient.

- Courage, vaillants guerriers. D'ici peu, vos frères vous rejoindront. Tous sont en route. Seuls Eldir et Ceridwen qui m'escortent en ce moment arriveront plus tard. Tous deux ont vaillamment combattu à Stochkolm avant de nous revenir. Là où nous allons, les attendent de nouvelles épreuves tout comme vous mais ne perdez pas espoir où que vous soyez, votre déesse veille sur vous.

Si vous avez besoin de ma protection, citez simplement mon nom...


Ainsi s'acheva son dernier message sans vraiment savoir si les Ases y tendraient l'oreille mais elle où qu'elle soit pourrait les entendre s'ils l'appelaient à l'aide.

Les vents se firent soudain plus violents alors qu'elle atteignait le lieu qu'elle recherchait. Aussitôt son cosmos s'embrasa et un éclair doré submergea l'ensemble des terres que tous trois survolaient. Un flash tel que les hommes se signèrent sur son passage...

C'était comme si une véritable tempête d'or et de lumière s'était levée autour des trois rapaces. Les maîtres des airs ne purent lui échapper quoique l'aura de Freyja les protégeait. Un tourbillon d'or, de flammes puis la succession des sept couleurs en de magnifiques dégradés.

Tout au long de cette tourmente, les oiseaux furent balottés avant de se retrouver plongés dans un océan d'azur.

Puis ce fut la chute, vertigineuse... Un plongeon vers le sol jusqu'à ce que le cosmos de Freyja n'agisse de nouveau, amortissant leur chute.

Tous trois atterrirent ainsi. Quelques plumes volèrent et ils reprirent forme humaine, conservant juste le manteau sur une épaule. Pour cette fois, Freyja les avaient aidés mais avec le temps, elle savait qu'ils parviendraient à les maîtriser.

La déesse attendit pour voir leur réaction, autour d'eux, tout n'était que beauté et magnificence. Des Valkyries traversaient le ciel et de tout côtés la faune se manifestait, courant au travers d'immense champ de blé. Au loin une forêt immense s'étalait laissant juste apparaître le toit d'une tour, immense...

Mais guère éloignée pour des guerriers divins. Restait à voir comment tous deux allaient encaisser le premier des effets du Royaume de Freyja, l'attirance qu'il exerçait sur tous ceux qui le contemplaient et l'écoulement du temps différent.

La douce d'Amour prit juste la parole, leur laissant le temps de se familiariser avec certaines choses.

- Soyez les bienvenus en ce monde qui a vu naître les Vanes... Vous êtes les premiers guerriers à le fouler depuis des siècles...

Puis elle tourna le regard vers la tour tandis que Tendresse et Amour se prélassaient chacun contre leur porteur respectif.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Sam 24 Mar - 20:23

    ¤¤ La Première Pierre ¤¤

    Arrow Entrée d'Asgard
    Volant dans les cieux, un mur de lumière chatoyant percuta chaque sens du jeune Eldir. La vue tout d'abord. Ses prunelles s'irisèrent d'une aura opaline encore plus marquée, il voyait le monde selon un autre façon de voir le Monde. Il pouvait remonter d'un regard les tourments de sa Déesse et de son Mentor, leurs forces dans ce regard était l'essentiel de son existence. Il était en train de naître parmi les hommes. Ensuite, vint le toucher. Chaque plume le frôlant était comme des mots dans des silences qui lui offraient la sensation de ne plus être seul dans ce Monde, oui il était sur le chemin tracé pour lui par les Dieux et il s'en accommodait non sans mal. Puis, ce fût au goût. Il salivait de cette envie de ne plus être en dessous de ses ennemis, il frappa les ailes dans les airs pour ouvrir son bec sur les fragrances de l'ancien Monde. Ses autres sens changèrent peu à peu aussi pour faire ressentir un cosmos de plus en plus ardent. Quelques plumes de son plumage doré prirent une teinte légèrement azuréenne avec ce vol entre l'espace et le temps... Le mur de lumière frappa alors de plein fouet le jeune garçon. Il virevolta dans les airs avant de retomber lourdement aux abords d'un gigantesque cham de blé. Un cosmos bienveillant semblait protéger ce lieu avec une certaine attention. Il se sentait observé mais il devait se faire des idées, les Walkyries étaient trop loin dans le ciel et personne ne semblait les observer à travers la faune et la flore. Décidément, ses sens lui jouaient des biens mauvais tours.

    Sa main caressait les épis comme un fantôme. Il aimait la quiétude de ce Monde avec les chants des oiseaux dans les alentours. Le soleil semblait dans un zénith éternel et lui venu des terres chaudes de l'Asie Mineure, il savait que cette douce température était l'oeuvre bienfaisant des Vanes. Souriant, il sentir quelque chose le frôler à la joue. Quelques cheveux blonds turquoises dansèrent sur son visage à la grande stupéfaction. Les yeux grands ouverts, il pouvait voir quelques cheveux turquoise au milieu de centaines de fils argentées qui dansaient devant lui. Il avait l'impression de ressembler à son frère à ce moment là. Drôle de sensation. A cela se rajoutait le sentiment que ses habits étaient un peu trop engoncés sur ses épaules. Son armure se détacha alors soudainement dans une nuée d'étincelles. Il ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait, surtout que son mentor conservait son armure sans trop de soucis. Hagard, un sentiment de culpabilité l'étreignit à ce moment là sous le flot de questions qui se répandaient dans son esprit.

      " Majesté, pourquoi ? Pourquoi Eingana retourne-t-elle dans les terres de la forêt des Nibelungs ? ... "

    Il ne comprenait pas. Enfin si, en son fort intérieur, il savait la raison de tout ceci. La danse suivait ses pas malgré ce que l'on dirait de lui. C'était son destin et Eingana le remerciait en se retirant, telle était la volonté des Dieux. Il la salua par une nuée d'étincelles venant des danseurs qui étaient restés à ses côtés. Mais ces derniers avaient changé étonnamment, il se dégageait d'eux une puissance inconnue. La nature avait repris ici ses droits et les esprits de la forêt en profitaient pour s'amuser dans le jour de ce Monde. Tournant le dos, il les laissait pour suivre sa Dame, ses vêtements déchirés par bien des endroits il avait gagné déjà quelques mois en quelques minutes. Il ne comprenait pas pourquoi son Mentor ne semblait pas atteint par cela mais le métabolisme d'un enfant devait être plus réactif à tout ceci qu'une belle jeune femme expérimentée. Il se sentait étranger à ce Monde mais il l'avait accueilli de la plus belle des manières.

    Sur cette pensée, il se mit à rêvasser en dansant tranquillement par quelques pas appris par son Mentor. Il priait sa Déesse de lui témoigner sa confiance et son amitié, il ne négligerait jamais son devoir malgré ses absences et ses insouciances. Le temps allait dire que demain, il serait tout entier à Asgard. Il en avait fait le serment mais le poids de ce parcours était nécessaire pour être à la hauteur de son ambition. Il ne devait plus resté à l'étroit et vivre pour cette fierté, surmontant sa peur au-dessus du commun des mortels...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Dim 25 Mar - 20:58

~> Entrée du Royaume d'Asgard


Le trio de faucons de surplombait les cieux. L'expérience qe vivait Ceridwen avait quelque chose d'unique. Etre ainsi métamorphosée, voilà qui n'était pas quelque chose qui pouvait arriver tous les jours. Un sentiment intense de liberté possédait la jeune femme qui ressentait les vent glisser sur chacune de ses plumes, tandis que son regard lui permettait de percevoir la moindre petite chose, le moindre mouvement à terre.

Mais soudainement, le vent se fit plus violent, alors que les couleurs devenaient plus chatoyantes, plus ardentes; lui faisant fermer les yeux. Fort heureusement, le cosmos de sa déesse était là pour les soutenir et lorsqu'elle regagna le sol pour reprendre forme humaine, la Dragonne put alors portait son regard ambré tout autour d'elle pour constater la beauté des lieux qui était sans pareil. Jamais elle n'avais vu autant de verdure, de fleurs. Ici tout n'était que couleur, et chaleur, bien loin des terres glacées et pures d'Asgard.

Lentement, caressante, elle fit courir ses paumes sur les épis de blé dorés par le soleil, un geste identique à Eldir. Elle prêta alors un plus attention à son élève. Il avait changé oui. Elle ne rêvait pas, il avait bel et bien grandi. Avec stupeur, elle vit l'armure qui le recouvrait se détacher de son corps et disparaître. Seuls restaient les danseurs, fidèles à leur maître, mais quelque chose était changé en eux aussi, ils lui semblaient plus puissants.

A la question de son protégé, la jeune femme sentit son coeur se serré et, tout en portant un regard sur Freyja pour guetter la réponse de cette dernière, elle approcha de lui en esquissant un sourire, venant ébouriffer dans un geste tendre et affectueux la chevelure dont les nuances elles aussi changeaient.

"- Elle ne t'a pas quitté parce que tu n'en es plus digne Eldir, simplement, parce que tu es promis à accomplir de grandes choses. Je pense que tu comprendras plus vite que tu le penses."

Dit-elle en le serrant contre elle et en venant déposer un baiser sur son front.

"- Tu vas finir par me dépasser si ça continue."

Le ton se voulait taquin et elle ne put s'empêcher de sourire en constatant les trous qui ornaient les vêtements de l'adolescent au niveau des coutures qui avaient craquées. Un ronronnement et un frottement contre sa jambe la fit baisser la tête vers Tendresse qui ne cessait de la fixer, avant de reporter son attention sur Freyja, la guerrière sacrée faisant de même.

"- C'est immense honneur que vous nous faites Ma Dame, et nous vous en remercions. Nous espérons que nous saurons nous montrer dignes de la tâche que vous nous avez confié."






Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Ven 30 Mar - 21:54

Les blés se courbaient sous le souffle d'une brise d'été tandis que les chants des Valkyries se faisaient entendre portés par les vents de ce monde aussi chaleureux que le Royaume d'Asgard était glacial. En ces terres inaccessibles au commun des mortels, les divinités primordiales faisaient rayonner leur bienveillance à pleine puissance. Et le résultat était cette vision que s'étalait devant les deux guerriers d'Asgard. La vision d'un monde baigné par la grâce des Vanes.

Et Vanadis Freyja était l'une de ces divinités tout aussi capables de combattre que d'offrir sa bénédiction.

La belle nordique ferma les yeux laissant son cosmos entrer en résonnance avec l'ensemble de ce monde hors du temps. Un lieu qui recelait bien des surprises voire des pièges pour tout visiteur s'y égarant, fussent-ils parmi les plus puissants guerriers du seigneur Odin.

Elle sentait la caresse du soleil sur sa peau ainsi que des présences plus que familères, proches et mêmes intimes. Les rayons du soleil sublimait sa beauté tout en révélant bien des changements...

Tel celui commencé en Eldir. Un changement qui s'était mis en route bien avant mais que ce monde mettait en lumière. Même lui ne s'en était pas rendu compte jusqu'à ce que son corps ne le lui fasse remarquer ainsi qu'Eingana...

L'habit sacré se détacha de lui, le laissant face à son destin mais sans l'abandonner réellement. Freyja le contempla de ses longs yeux de jade. Il ne semblait pas s'en rendre compte. Son regard avait été si rêveur jusqu'à ce que la réalité ne se révèle si subitement à lui avec le départ d'Eingana. Trouble et sans douleur, la délicatesse...

L'âme et le corps du jeune garçon avaient été plus que réceptifs aux pouvoirs de ce monde si différent et cela s'était fait sans qu'il ne souffre, juste dans un rêve aux senteurs d'été, une partie de lui demeurerait ici, celle d'un enfant courant dans les bois, dansant au milieu des blés...

Ici, cette partie de lui serait préservée et Freyja ressentait aussi cela avant que les voix d'Eldir et de Ceridwen ne se fassent entendre. Les paroles de la blanche dragonne apportait déjà une réponse aux craintes et à la tristesse d'Eldir. Elle les regarda danser un moment avant de prendre à son tour la parole d'une voix douce et mélodieuse..

- Oui, écoute la parole de ton mentor, Eldir Alfeson...

Le destin passe par des étapes et l'une d'elle vient de s'accomplir sous le regard des valkyries. Eingana ne t'a pas abandonné...

Non, elle t'a juste souhaité de devenir celui qui sommeille encore en toi. De par son départ, elle t'ouvre une nouvelle voie. Ne perd pas espoir, Eldir Alfeson, le destin se revèle de bien des façons et parfois les armures y sont encore plus sensibles que leur propres porteurs. A travers elles, c'est aussi l'esprit d'Odin qui te parle et te demande de poursuivre ta route.


Elle intensifia son cosmos, faiant apparaitre deux formes près d'elle, deux armures...

- Ouvre les yeux, Eldir, et regarde-les...

Quel est leur liens avec moi ? Et bien, autrefois, j'étais le tigre blanc avant de devenir celui de l'Ombre et d'enfin m'éveiller...

Deux fauves ont guidé mes pas et sont toujours là près de moi. Il subsistera toujours un peu d'Eingana en toi même si l'armure s'éveille de nouveau... Le lien lui subsiste.

Ne l'oublie pas comme elle n'oubliera pas et va. Suis cette nouvelle voie, cette nouvelle, vie, cher Eldir...

Ce monde est aussi celui où brille le soleil de l'été sous la lumière duquel se revèle la pierre précieuse sommeillant en chacun de nous...

Que celle qui dort encore en toi s'éveille et te renforce. Tu as reçu un cadeau et une révélation même si cela s'accompagne d'un sacrifice. Le destin est ainsi Eldir...


Et à son tour, Freyja déposa un baiser sur le front du jouvenceau. Plus un enfant mais pas encore un homme. Un délicat mouvement de la déesse de l'Amour et ses vêtements se rajustèrent avant qu'elle ne se tourne vers Ceridwen.

- La sagesse du dragon est en toi et en tes paroles, Ceridwen, mon amie, et il te protège des effets du temps mais même toi, finira par te révéler sous les effets des terres sacrées des divnitès Vanes...

Puis souriant à la jeune femme, elle ajouta.

- Ne doute pas, Ceridwen de Scatha. Ce que tu vas affronter ici n'a rien de comparable avec les tourments agitant Midgard. Les dangers de ce monde sont très différents mais j'ai une totale confiance en vous. Je sais que vous surmonterez toutes les épreuves pour en ressortir grandis.

Elle augmenta encore son cosmos, traçant au travers du merveilleux paysage, un chemin qui se glissait entre les blés avant de se prolonger dans la forêt. Puis, ce fut vers le ciel qu'elle projeta son cosmos faisant apparaître les valkyries le parcourant sans cesse.

- Voici celles chargées d'amener les braves tombés au combat en ce monde en plus d'en assurer la défense. Regardez-les, elles sont de très redoutables guerrières elles aussi. Tant que je suis avec vous vous ne risquez rien. Maintenant regardez bien ceci...

Elle fit cette fois apparaître une tour, immense blanche, éclatante sous l'ardent soleil, aux murs presque totalement lisses saufs sur deux de ces murs. Deux faces portant chacune un sceau d'énergie placé en hauteur...

Et la voix de la divinité reprit.

- Ceci est la Tour renfermant la Foudre du divin Zeus. Elle comporte trois sceaux protecteurs. Trois sceaux qui doivent être levés. Les deux premiers se trouvent à l'extérieur et chacun de vous devra en lever un.

A ces mots, les deux chats se manifestèrent, ronronnant de plus belle. Et la voix de Freyja reprit.

- Amour et Tendresse portent chacun une clé et dès que le moment sera venu, ils la libèreront tous les deux. Ce sera alors à vous de veiller à la placer sur le sceau et à ce qu'ensuite rien ne vienne entraver le processus. Car la troisième clé n'est autre que moi-même.

Le ton de Freyja était devenu plus grave.

- La foudre n'est pas n'importe quelle arme mais celle du grand Zeus en personne. Aussi la tour blanche est conditionnée pour détruire tout ce qui entre dans la salle du Foudre sans que les sceaux n'aient été levés mais il y a aussi autre chose.

Elle leur indiqua de nouveau le ciel.

- Si vous n'encourez pas la colère des habitants de ce monde, c'est de part ma seule présence, dès que je serai dans la Tour, le danger pourra surgir à n'importe quel moment. Il vous faudra tenir avec vos seules forces et me donner le temps nécessaire.

Si vous échouez, je n'en mourrai pas mais il me faudrait aussi briser seule les trois sceaux et dans ce cas, ce sera le temps aura le dernier mot. Si l'une des clés se sépare du sceau...

Au final, nous aurions bien la Foudre mais des années se seront écoulées sur Midgard avec toutes les conséquences que cela implique...


Puis, indiquant le chemin.

- Maintenant, il est temps d'y aller... A moins que vous n'ayez d'autres questions avant que nouss ne soyons séparés. La tour n'est pas aussi éloignée qu'elle ne le paraît. Dès que nous seront engagés sur le chemin, nous ne devrons plus le quitter...

Prenez bien soin de vos manteaux de plumes...

Et de mes petits compagnons. Ils pourraient bien vous suprendre eux aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Sam 31 Mar - 3:52

    ¤¤ Chorégraphie ¤¤


      " Tu vas finir par me dépasser si ça continue."

    La chaleur du baiser marquait encore son front, en écoutant cette phrase si étrange pour lui. Il caressait la tête d'Amour sans vraiment se rendre compte, tant de questions se multipliaient dans ses pensées mais il n'avait aucune réponse. Un destin ? Oui, quelque chose de la sorte si il réfléchissait mais, cela serait la cause de ses actes et pas du feu étrange d'une bougie décidant sans son accord. Puis, se retournant devant lui, il vit un astre solaire lui réchauffer le coeur avec des paroles réconfortantes et il se rendit compte alors que ses doutes étaient bien futiles en y réfléchissant. Il écarquilla les yeux en se rendant compte que sa Déesse avait connu bien des évolutions avant de se réveiller dans les terres gelées d'Asgard. Le tendre baiser sur son front lui insuffla une fierté derechef, il se sentait si aimé par les deux personnes de son âme. Il savait que ses choix étaient bons et que ce chemin, si âpre, était nécessaire pour préserver ce monde si froid et si chaleureux qu'était Asgard. Il ne comprenait que trop bien la volonté des Etoiles protégeant Polaris et il se contenta de sourire comme un petit garçon, encore si intimidé par tant de marques d'affection.

    Cette tour immaculée enfermait donc le fermant de cette Guerre, la clé de tout. Inquiet tout de même par cette tâche si lourde, il respirait lentement pour se calmer un peu et récupérer un peu de courage. Il trembla un peu sans s'en rendre compte et une langue douce et baveuse d'Amour lui redonna un peu de courage. Il le caressa de nouveau et lui chatouilla derrière l'oreille pour l'entendre ronronner de contentement. C'est à ce moment là qu'une vérité se faisait jour, en effet, dans un coin de sa tête une des paroles de l'Alfe noire revint à la surface de l'eau comme les ténèbres repoussées par une lanterne. Elle avait précisé bien des évènements sur la volonté des peuples des mondes souterrains de vivre à la surface, hors il devenait clair que les Dieux grecs s'étaient joués d'eux de façon lamentable. Soudain, ses pensées se focalisèrent sur son frère et il devait bien admettre que si les choses étaient rendus à ce point, cela voulait dire qu'il devait combattre quelque part au nom de sa Déesse si tendre et si douce selon les légendes.

    Un vent frais se levait subitement. Des fourmillements tanguèrent dans sa tête et il n'entendit plus que les derniers mots de sa Déesse. Non, pas lui, c'était impossible ! Son colère explosa alors comme un tocsin, sans aucun discours, il laissait sa colère épouser son âme pour appeler à la vengeance. Sentiment éphémère mais d'une rare puissance, un voile de nuit enveloppa son esprit pour regarder vers le ciel bleuté. Serrant les dents, il marmonna entre ses lèvres quelques mots pour se promettre de se dépêcher. Il devait aller aux enfers pour aider son Frère, il sentait un vent sournois et destructeur danser autour de son cosmos. Rêverie passagère de ce qui se passait là-bas, sa haine monta d'un cran. Dans un regard assassin, il hocha de la tête pour accorder tout son accord à sa Déesse.

      " Majesté, avez-vous senti ce vent frais ? Mon frère... Par Odin et tous les dieux Vanes, il nous faut nous presser. Je sens que les choses se compliquent pour les chevaliers d'Athéna plus que je ne l'avais prévu... Mon frère vient de disparaître de mes perceptions cosmiques. Nous devons nous hâter car quelque chose.. un sentiment... oui, il sera fait selon votre volonté avec célérité et obligeance. Oh Dame Freyja ! Que cela fait mal et excusez ma colère mais ces pulsions me font glisser vers le fond... "

    Poignardé par ce sentiment, il s'enivrait de ce poison avec une délectation appréciable. Ce fléau l'envoûtait et son désir d'en découdre l'emportait sur certains paramètres. En effet, il en oubliait même sa présence dans ce Monde et serrant les poings, il s'avançait avec un regard de défi. Amour le suivit avec attention pour laisser son cosmos apaiser cette douce folie de peines insatisfaites. Le félin ne pouvait que le protéger de lui même et dans cette Terre, ce genre de colère était un signe de tension que les Walkyries n'admettraient pas.

    O°°O

    Marchant dans le chemin, le regard du jeune garçon rencontra deux opales luminescentes dans les bois aux alentours. Une bonté étrange s'en dégageait et Eldir se rendit compte que l'aura cosmique de Freyja était comme affaibli dans cette zone par un autre cosmos. Il était clair que quelque chose ou quelqu'un les observait avec attention dans l'obscurité. Il détournait alors les yeux sans faire de commentaires, il devenait évident que les trois personnes sur ce chemin étaient observées par une puissance vivant dans ce monde. Sa déesse ne semblait pas s'en inquiéter et il se terra dans le silence en se tenant sur ses gardes.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Sam 31 Mar - 18:12

Elle avait trouvé les mots justes pour apaiser les craintes de son élève et les dires de Freyja ne firent que conforter ceux-ci. Lorsque sa Déité s'adressa à elle, Ceridwen écouta avec la plus grande attention. Il est vrai que pour le moment elle n'avait remarqué aucun changement, mais cela finirait par arriver à un moment ou un autre, qu'elle le veuille ou non.

Au dessus d'eux, les Valkyries s'agitaient. Protectrices de ce Royaume et des morts qu'elles y conduisaient et qui attendaient Ragnarök pour les conduire sur le champ de bataille aux côtés d'Odin, la Dragonne comprit rapidement qu'Eldir et elle-même n'étaient pas les bienvenus ici bas. Les vivants n'avaient rien à faire ici, quand bien même ils appartenaient à la garde du Père de toutes choses.

C'est avec méfiance que la jeune femme les observait, et les dires de la magnifique Vane ne fit que confirmer ce qu'elle pensait. Le cosmos de cette dernière s'étendit sur l'ensemble du territoire. Une tour blanche apparue alors au milieu de ce cadre enchanteur, écrin renfermant le Foudre du Père des Olympiens, les informa leur déesse, après quoi elle leur expliqua le but de leur mission ici.

Toutefois, lorsqu'elle eut fini de leur faire part de ce qui n'allait pas, Scatha se tourna en direction d'Eldir. Ce dernier semblait absent, puis une lueur d'inquiétude, suivie de celle du désespoir se mit à briller dans les magnifiques iris azurées de l’adolescent. Elle le connaissait mieux que personne, et lorsqu'il avait ce regard là, c'est quelque chose n'allait pas. Une intuition fort judicieuse. Et la nouvelle qu'il annonça lui fendit le coeur. Ainsi donc le frère ainé du guerrier runique n'était plus. La jeune femme était certainement une des mieux placées pour comprendre la douleur qu'il ressentait et la détermination qui en coulait. Après tout, n'avait-elle vu son père se faire tuer sous ses yeux?

La main de Ceridwen vint se porter sur l'épaule son élève pour lui montrer qu'une fois de plus elle était là, et qu'il pouvait compter sur elle.

"- Ma Dame, Eldir, a raison, nous devons nous hâter. Allons récupérer ce que nous sommes venus chercher, et croyez bien que l'on ne vous fera pas défaut. Et une fois que vous serez en possession du Foudre, nous nous rendrons dans l'antre infernale pour honorer l'alliance qui nous lie aux Saints et prêter main forte à nos frères et soeurs d'arme."


Un miaulement à ses côtés lui fit comprendre que Tendresse était d'accord. Aussi la Dragonne se mit elle en marche, suivant ses deux compagnons de route. La blanche armure était étincelante sous la caresses des rayons du soleil, et elle prenait le chemin de cette tour d'un air des plus déterminés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Dim 1 Avr - 15:29

Un déchirement dans la tête du jeune guerrier et cette douleur que la douce d'Amour sentait éclater en lui. Aussitôt, la déesse comprit. Quelque chose très grave venait de se produire sur Midgard ou pire encore dans le monde souterrain. Et cela touchait le coeur du jeune Eldir...

Une lueur traversa le magnifique regard de jade et elle se pencha vers Eldir. Enfin, se pencher, il avait si vite grandi, le jeune nordique. Ses cheveux changeaient eux aussi, se parsemant de fils bleutés et argentés. Elle s'approcha avant de passer ses bras autour de ses épaules en un geste de réconfort. Nul besoin de paroles pour transmettre cela. Elle était là pour eux et le resterait aussi longtemps que la vie coulerait danss ses veines.

Elle contempla le monde qui l'avait vu grandir et dans lequel se fondaient les pouvoirs des Vanes. Et c'était aussi grâce à la particularité de ce Royaume des Vanes en si étroite relation avec la mort qu'Eldir pouvait ressentir les choses même venant d'aussi loin que de Hellheim ou même des Enfers grecs...

Tout était lié d'une certaine façon.

Puis, elle ressentit une agitation soudaine autour d'elle. Le cosmos du jeune guerrier. Des ondes cosmiques venant du dehors...

Freyja ferma les yeux avant de concentrer son propre cosmos, érigeant une barrière protectrice, soustrayant les deux défenseurs d'Asgard de la vue des Valkyries. Pour cette fois, cela irait mais le pire était à craindre si cela se reproduisait quand elle serait dans l'enceinte de la tour blanche.

Et caressant les cheveux du jeune homme, elle lui dit d'une voix douce et apaisante.

- Nous irons Eldir, je te le promets. Nous irons le plus vite possible mais il faut que nous avancions et que tu apprennes surtout à te contrôler et juguler ton cosmos. Les Valkyries sont là et elles ressentent ta colère. Plus tu laisseras la colère t'envahir et moins, tu pourras venir en aide à ton frère. Sois fort pour lui et pour pouvoir le rejoindre au plus vite. Sache que je t'aiderai aussi longtemps que la vie coulera en moi...

Jamais, je ne t'abandonnerai, jeune Guerrier, aide-le en lui faisant sentir ta présence et ta force. Laisse mon cosmos te donner la force nécesaire pour crier vers lui. Cette seule fois, prends la force nécessaire...

Je te l'offre, jeune guerrier... Eldir Alfeson...

Dis-lui que tu es là que tu vas le rejoindre

Bientôt...


Un doux cosmos chaleureux et unique. Elle enveloppa Eldir de sa force, lui offrant ce cadeau unique...

Puis se tournant vers Ceridwen.

- Oui, tu as raison mon amie, allons-y. Le temps presse et ici plus qu'ailleurs, il peut se jouer de nous.

~~~~~~~~~~~

Quelques instants, quelques minutes en ce lieu enchanteur. Tous les trois suivaient le chemin sans s'en écarter. Autour d'eux, une autre présence divine se faisait ressentir sous le couvert des bois, elle sourit en le reconnaissant, mais, pour son escorte, cela prendrait toute sa signification en son temps. Il y avait plus que la Foudre à ramener en ces lieux.

Freyja aiderait le peuple et les guerriers de son mieux même si elle était loin et ne pourrait qu'offrir que sa protection, c'était déjà cela.

Les deux chats ronronnaient près des combattants et la somptueuse vane s'arrêta. Face à elle s'élevait la Tour Blanche. Freyja leva les yeux contemplant la masse reflétant le soleil, lisse et parfaite, aveugle sans la moindre fenêtre comme si elle avait été taillée d'un bloc dans un roc aux tons clairs.

Si haute qu'elle semblait toucher les nuages.

Encore blancs si blancs dans un ciel d'azur...

Mais les choses allaient changer. D'un geste empli de douceur et de grâce, Freyja se retourna vers les deux Ases et leur indiqua à chacun une direction. Le chemin s'était divisé en deux de sorte à encercler la tour.

Et déjà Amour et Tendresse incitait leur guerrier et guerrière attitrés à les suivres. Les miaulements et les coups de langues baveuses s'enchaînaient avant que Freyja ne reprennent la parole.

- Bien, le moment est venu de nous séparer. Que chacun de vous prenne une direction et lorsque vous verrez apparaître une sorte de renfoncement surmonté d'une représentation d'épis mais aussi de plumes de faucons, vous saurez que vous êtes au bon endroit. Il vous suffira de caresser l'un de mes petits compagnons pour qui'l vous donne la clé. A vous, ensuite de la placer sur le sceau de rocher et d'énergie tout en veillant à ce que rien ne l'en fasse partir.

Lorsque j'aurais la Foudre en main, vous le saurez immédiatement et il vous faudra vous tenir prêt à partir sur les chevaux du vent...

Droit vers l'Enfer des dieux grecs...

Droit vers le lieu où se trouve, ton grand frère Eldir, son heure n'a pas encore sonnée et le moment viendra où tu le rejoindras.

Je compte aussi sur toi, noble Ceridwen de Scatha. Ma confiance en toi est acquise depuis que l'armure t'a recouverte. Puisses-tu de par ta seule présence éclairer et guider Eldir. Les voix du coeur portent parfois si loin...

Courage, guerriers d'Odin, en ces lieux où se rendent les Braves, montrez que rien ne viendra à bout de votre volonté.


Sur ses mots, Freyja effleura le mur. Un éblouissement de lumière et elle disparut, laissant les deux guerriers seuls à l'extérieur, privés de sa protection en un lieu redoutable pour tout mortel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Odr [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Mar 3 Avr - 20:02

    Alors que trois silhouettes fendaient le champ de blé, une ombre apparut au pied de la Tour blanche. Il ne disait rien, laissant flotter au vent des cheveux d'une blondeur de toute beauté. ses iris opalins les observaient avec intérêt et d'un sourire amusé, il se décida à s'approcher d'eux en quelques pas. Son cosmos fendit alors l'espace et le temps, une aura chaude et douce s'emparaient des trois personnes qui lui faisaient face. Il portait à la main une petite serpe dorée et gravée de runes anciennes qui brillaient avec l'éclat du soleil. Quand ils furent assez proches, il ouvrit enfin la bouche dans un grand sourire.

      " Bienvenue ! Ma très chère, tu es donc de retour, le temps est donc venu et je vois que les prunelles de tes yeux se montrent telles que je les aime : force et amour. Quand à vous, jeunes Ases, laissez moi me présenter à vous, je me nomme Odr, maître de ce royaume et de la Saison éternelle. J'espère que vous ne vous laisserez pas embrumer par le temps."

    S'approchant de la Dragonne blanche.

      " Voilà, une belle pousse qui se pose bien des questions sur elle même, sur ce qu'elle peut et doit devenir. Ne cherches plus mon enfant, embrases simplement tes pensées vers là où ils doivent te mener. Ne te mens pas, reste aussi douce que les blés mais que ce chardon brise les reins de tes ennemis. Tu es toi aussi destinée à quelque chose de très particulier, le Dragon que tu es n'est encore qu'un enfant qui découvre le Monde. Alors, ce n'est pas ton futur qui va décider pour toi, car la réponse que tu cherches est dans le passé d'un autre ! Quand tu sortiras d'ici et que tu auras mené ton devoir, recherches Phoebus ! "

    Bien obscure révélation. Le cosmos du Dieu était d'une puissance incommensurable au fait de chaque mot, il ne cachait plus ce dernier et il se contenta de sourire au plus jeune des trois. Après tout, son épouse lui avait déjà tout dit et il était inutile d'en rajouter. D'un geste, il s'approcha de son épouse pour poser tendrement sa main sur sa joue, il ne disait rien et laissait ses sentiments s'évaporer dans un doux parfum jusqu'à ses narines. Chaque humeur lui donnerait une force nouvelle pour les heures qui allaient venir. Il fit alors un baiser chaste sur son front et lui témoignait ainsi son amour avant de partir au combat. Puis, enfin, il repratit en direction du grand palais des Vanes. Il savait qu'il avait dit ce qu'il avait à dire et il salua les trois ombres d'un simple geste de la main. Ce n'était pas le type de Dieu à se montrer expressif devant des Ases et restait secret et discret dans son Monde, il n'était qu'un simple gardien des cultures du printemps éternel.

Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Mar 3 Avr - 21:06

    ¤¤ Chorégraphie ¤¤


    Etrange sensation. Un cosmos écrasant et égal à sa Déesse se fit jour en sortant du bosquet à sa droite, il se déplaça très vite et apparut devant le jeune homme abasourdi par une telle puissance. Il ne savait plus où se mettre mais quand il se présenta, il comprit qui était cet Homme... ce Dieu et le maître de ce royaume en quelque sorte. Tremblant un peu, il écouta l'étrange prophétie concernant son mentor et cela devenait évident qu'il était peut-être venu aici pour parler à sa tendre Epouse, mais, aussi à sa Dragonne préférée. Tendant l'oreille, il écouta puis il repartit pour laisser sa Déesse et son mentor. Il avait sa mission et aussi une petite chose un peu spéciale à faire dans les secondes qui allaient venir. Dans un sens, il allait pouvoir parler à son frère et lui redonner courage dans les heures inquiétantes qu'il devait subir.

      " Grand Frère, grâce à ma Déesse, je t'envoie ce message pour te dire que j'arrive bientôt. Tiens courage et ne perds pas espoir ! Ta déesse ne peut t'abandonner si ta Foi est intacte. Tiens bon Celsius. "

    Sa pensée sembla défaillir de chagrin à sa dernière phrase. Il sentait que son message était porté par sa Déesse mais bon, il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter et de se demander ce qu'il se tramait là-bas. Enfin... Il marcha jusqu'aux quelques pierres albâtres qui semblaient dormir à côté d'un immense tronc d'arbre, une tour immaculée. Un léger ronronnement signifiait qu'Amour s'était silencieusement glisser après ses pas. Caressant sa tête, Eldir chercha le sceau et vit une sorte de renfoncement surmonté d'une représentation d'épis mais aussi de plumes de faucons. Il était haut. Bigre ! Comment monter à plus de quatre mètres, il n'était pas un géant comme Héphaïstos. Il se gratta alors la tête et se rappela subitement de la cape de plumes qui voletait sur ses épaules. En concentrant son cosmos, des plumes de sa cape se mirent à danser autour de lui, pendant que le Félin lui laissait une plume ambrée entre ses doigts.

    S'envolant dans les cieux, avec cette plume dans ses serres, il s'approcha du sceau mais il se rendit compte que ce dernier était plus complexe que prévu. Un entrelacs de plumes entourait un bel épi mais comment faire pour poser cette ambre en forme de plume ? Et surtout ou ? il n'y avait pas de trou ou je ne sas quoi. C'est alors que l'améthyste qui marquait son plumage brilla d'une couleur étrange et douce et ses danseurs semblaient y danser à l'intérieur pour porter une violente décharge d'étincelles dans le sceau. Dans un craquement, l'épi s'ouvrit comme à la belle saison pour laisser une fente étrange. Frappant ses ailes dans le vent, il prit de la hauteur pour tournoyer quelques temps autour de la tour. Puis, il fit une oblique pour piquer vers l'étrange symbole. D'un geste lourd, il frappa de la plume la fente et la plume explosa dans une violente source d'énergie sans pareil. Dans un étourdissement, le jeune Faucon fut balayé dans le vent pour atterrir difficilement dans les branches d'un arbre.

    Il avait repris forme humaine. Le manteau s'était consumé totalement et Amour avait pris la forme d'un petit chaton qui lui léchait le visage en miaulant. Souriant, Eldir le caressa et un bruit sourd suivi d'un ensemble de branchage surmontant le mur occidental. le sceau était donc brisé et il avait fait son devoir, il restait à espérer que sa Déesse et son mentor y arrive. Il était fatigué, d'épuisement, il tomba de fatigue sur sa branche d'arbre. Un léger ronronnement l'accompagnait et l'animal se lova entre ses bras pour le protéger de son cosmos. Tendre moment de douceur avant de dures batailles.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Mer 4 Avr - 22:09

Tandis qu'ils avançaient en direction de la tour de nacre sous la protection de la divine Freyja, une présence que la jeune femme n'avait nullement remarqué jusque là vint alors à leur rencontre. L'homme se présenta à eux comme étant le maître des lieux. Aussi, la rousse inclina-t-elle en guise de salut, tout en se fustigeant intérieurement de ne pas avoir ressenti la présence du divin Odr, car il était évident pour la douce qu'il ne pouvait s'agir que de lui, comme il le confirma quelques instants plus tard.

Après avoir échangé quelques mots avec la Vane, le Dieu se tourna vers elle, la scrutant avec une certaine intensité avant de lui tenir un discours des plus énigmatiques. Rechercher Phoebus? Que venait donc faire ici le Dieu du Soleil? A moins qu'il ne s'agisse d'un homme, car Ceridwen savait qu'il constituait également un prénom. Mais pour l'heure, une autre affaire l'attendait et requérait toute son attention. Après un dernier geste tendre à l'encontre de son épouse, le Dieu s'en fut, les laissant reprendre leur progression.

Parvenus au pied de la Tour, la Déité réitéra ses instructions et lorsqu'elle eut disparue, le Mentor qu'elle était se tourna en direction de son protégé.

"- Sois prudent Eldir, n'oublies pas les paroles de notre déesse. Maintenant qu'elle est entrée dans le tour, nous sommes privés de sa protection et les Valkyries ne tarderont pas à venir à nous. Restes sur tes gardes car nous sommes livrés à nous-même. Je compte sur toi."

Tendrement, la jeune femme vint embrasser le front de l'adolescent avant de se pencher sur Amour qu'elle gratifia d'une caresse en lui lançant, amusée:

"- Veille sur lui à ma place s'il te plait."

Puis, l'asine se détourna pour suivre sa propre voie, bien déterminée à mener à bon terme sa mission, Tendresse sur les talons. Faisant le tour de la bâtisse d'albâtre, la jeune femme recherchait le symbole décrit plus tôt par Freyja: l'épi de blé surmonté de plumes. Sa quêtre dura l'espace de quelques minutes, si ce n'était plus dans ce lieu hors du temps. C'est alors qu'elle l'aperçut à plusieurs mètres du sol.

Approchant de la paroie rocheuse, la Dragonne laissa sa main griffue parcourir celle-ci. Pour parvenir à atteindre le sceau, il lui faudrait escalader le bâtiment.

"- Aller Tendresse, il est temps pour nous de jouer les acrobates."

Un sourire amusé, et la Demoiselle se pencha sur le félin pour le porter à ses épaules, celui-ci s'étalant de tout son long sur elles, après s'être glissé derrière la chevelure de feu, laissant celle-ci le cacher. Le chat se mit alors à ronronner de contentement, tandis que la guerrière venait lui caresser délicatement le cou.

"- Allons-y."

Se disant, les griffes puissantes de la blanche dragonne vinrent se poser sur les anfractuosités causées par le fil des âges dans la pierre. Habilement, Cerdiwen parvint à gagner ce qu'elle recherchait après quelques minutes d'escalade. En un lent effleurement, les doigts de la guerrière sacrée vinrent dessiner les pourtours du motif. Rien ici de lui permettait de placer une clé, mais chaque chose en son temps. Une de ses mains se tendit en direction du fauve perché sur elle.

"- Il me semble que tu as quelque chose à me confier."

Un miaulement en guise de réponse, et une plume à la teinte ambrée vint reposer dans la paume offerte.

"- Merci Tendresse."

L'animal d'essence divine vint frotter sa joue contre celle de sa compagne d'aventure en ronronnant de plus belle, alors que la jeune femme réfléchissait au moyen de faire sauter ce maudit sceau. Freyja comptait sur eux. Il devait bien y avoir une solution! Faire appel au cosmos? Aussi cette pensée effleura-t-elle son esprit qu'elle la chassa. Hors de question, car cela attirerait sans nul doute les Valkyries. Que ferait son père s'il avait été à sa place?

A cette simple pensée, le collier en argent, au bout duquel se trouvait un pendentif orné d'une pierre de lune, et qui ne la quittait jamais, se mit à léviter face à elle. La pierre se mit à luire d'une lueur bleutée qui vint percuter l'épi, révélant alors ce qu'elle cherchait. La plume d'ambre vint alors s’enchâsser dans cette écrin de nacre, libérant alors toute sa puissance.

Satisfaite, Ceridwen regagna le sol, et une fois celui-ci atteint, Tendresse garda la place qui était sienne sur les épaules de la demoiselle, qui le caressait tout en restant sur ses gardes, bien que fatiguée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   Ven 6 Avr - 20:10

Immense et aveugle, baigné d'une lueur bleutée presque irréelle et si traîtreuse, tel était l'intérieur de cette tour. Il y avait dans ce bleu un peu du ciel de l'été, la douceur de l'air et ces sons si subtils qu'on les entendait à peine. Nul escalier, rien, juste de la pureté. Où que se portait le regard de Freyja, n'apparaissait que de la pierre au grain parfait. Un mur unique derrière une bien douce illusion, la terrible réalité de ce qu'était cette tour, un endroit vide et lisse sans aucune trace ni le moindre indice.

Rien qui ne permette de déceler un début de piste. Le piège était parfait. Retrouver le Foudre ne se faisait que d'une seule façon et Freyja n'avait plus qu'à attendre les deux signes.

Instants longs, instants court. Rien ne pouvait le dire...

La vie y était bien présente mais suspendue. La terre des Vanes recélait bien des secrets et celui qui se terrait en cet endroit était sans doute l'un des pires. Seule une divinité pouvait survivre assez longtemps pour se permettre d'attendre que chacun des sceaux ne soit levé.

Ici le temps était autant un piège qu'à l'extérieur.

Elle sentait les parfums du printemps et son explosion de couleurs, la beauté des blés se courbant sous son passage. Et avec lui Odr, elle avait été héureuse de le retrouver une nouvelle fois. Les regards s'étaient noués, accrochés sans que rien ne puisse séparer les deux époux.

Freyja avait écouté les paroles que le dieu avait prononcées. Le moindre mot qui s'était envolée, précieux et unique. Le moindre murmure, les essences et le cosmos. Freyja avait écouté chaucune des paroles que le dieu avait données aux deux Ases. Chacun d'eux aurait son destin et son lot d'épreuves. Freyja elle-même était une déesse combattante soutenue par la volonté du Grand Odin.

Elle pouvait presque entendre le chant des Bardes lors les choses commencèrent à bouger.

Une lueur immense tandis qu'un son terrfiant se faisait entendre.

- Au soleil de l'Eternel printemps, les épis se sont enfin épanouis
Sous la caresse du duvet des faucons et la douceur mes larmes, ils ont embelli
Jusqu'à offrir à nouveau à ce monde la Bénédiction des divinités primordiales
A laquelle s'ajoute désormais une force digne de celle du Grand Thor

Toi Ysselda, la Vaillante entre les Vaillantes, fais-leur sentir ce qui ne restera jamais qu'un aperçu de la colère des dieux du Grand Nord.

Avant qu'enfin mes pas ne portent leurs paroles...


A peine, ces mots eurent-ils échappé à ses lèvres si belles que la tour s'anima et que Freyja ferma les yeux alors que le ciel du printemps avait laissé la place à la fureur du plus terrfiant des orages...

~~~~~~~~~~~

Terre éternelle s'étalant hors de l'enceinte, entends-tu les premiers échos de la fureur des Valkyries.

Présences plus que proches se révélant dans leur puissance aux Ases venus envahir le Royaume d'Odr et Freyja.

Premiers éclats, premières lances à filer droit vers les deux guerriers d'Odin. Les clés vibraient de plus belle sur la surface de la tour blanche tandis que la douce présence de Freyja avait comme disparu. Disparition de la douce aura de leur souveraine et apparition de celles de ces deux intrus. Quelle ne pouvaient être leurs réactions à ces vierges chargées de veiller sur la terre recueillant les Braves tombés au combat que de passer à l'acte ?

Les premiers assauts commencèrent le tumulte attirant les Braves. Lequels se rapprochaient sans franchir les limites des champs.

Amour et Tendresse se redressèrent aussitôt, les deux félins avaient un dernier rôle à jouer. Celui de protéger l'escorte de Freyja et montrer qu'ils étaient bien plus que de simples chats. Chacun d'entre eux sauta sur l'épaule de son compagnon, se montrant de leur mieux. De quoi suspendre l'assaut des guerrières le temps que la déesse n'achève ce qu'elle avait commencé.

Et la lumière commença à perdre de son intensité tandis que les cieux gagnaient en ombre et en lourdeur. D'énormes nuages s'amoncelaient faisant se rapprocher les femmes des terres.

Jusqu'à ce que l'orage n'éclate et que ne s'abattent éclair sur éclair. La lumière devint si vive qu'il était impossible de se rendre compte de ce qu'il se passait à un mètre de soi. Si ce n'était qu'à un moment précis une masse imposante fit tomber les deux guerriers au sol avant de se dresser face à une avalanche de pierres venues d'on ne savait où. Ainsi Amour et Tendresse s'étaient tous deux mués en tigres géants se plaçant, se dressant de toute leur force contre le déchaînement.

Et plus que Tendresse, c'était Amour qui opposait le plus de résistance. Sans son armure Eldir était en effet bien plus vulnérable que la blanche dragonne aux roches que la puissance de Freyja projetait en tout sens.

Puis enfin tout s'apaisa, l'orage disparaissant aussi vite qu'il était apparu. Mais plus aucune trace de la tour, juste une silhouette face aux deux guerriers et aux Valkyries.


Une silhouette qui se redressa avant d'envoyer un message aux Valkyries. Ni les Ases ni personne ne surent ce que Freyja avaient pu leur dire mais toutes saluèrent Eldir et Ceridwen avant de reprendre leur envol ou leur chevauchée. Nul hormis Odr, le seigneur du printemps.

Et la voix de la déesse se leva.

- Eldir et Ceridwen, il est temps pour nous de prendre la route des Enfers.

Une lumière apparut entre les mains de la déesse avant qu'elle ne forme deux fibules mêlant les symboles du blé, des larmes d'ambre et des plumes de faucons...

- Ces fibules vous préserveront aussi longtemps que vous serez dans le monde souterrain. Prenez-en grand soin. Leur pouvoir vivra aussi longtemps que moi...

Son regard de jade glissa sur l'anneau que le jeune homme portait au doigt. Un autre des présents de Odr : trois améthystes serties sur un anneau d'argent.

Ton destin est en marche, Eldir. Tu reviendras bien plus grand et plus fort que tu n'es parti. Jamais Asgard ne t'oubliera et que mon amour te protège et te réchauffe chaque fois que tu te sentiras seul ou désespéré. Ne m'oublie pas et jamais nous ne nous perdrons.

Et toi ma magnifique dragonne, ce que Odr t'a offert ne prendra son sens que dans l'avenir, garde confiance en nous et en toi.


Puis enflammant son cosmos Freyja leur offrit une ultime fois le privilège de revêtir le manteau de plumes. D'un mouvement, elle reprit son envol avant de cercler plusieurs fois au-dessus des terres.

Et ce ne fut qu'entre les nuages que tous trois purent enfin contempler ce qu'il restait de la tour blanche...

Une terre foudroyée...

==> Enfers, j'emmène Ceridwen et Eldir avec moi

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un lieu hors du temps...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un lieu hors du temps...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-