RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Jeu 13 Oct - 15:34

L'Orient, région des Milles et une Nuits... Qu'il était facile de se laisser aller à apprécier, la chaleur, les paysages et la mer. Mais l'Asgardienne n'était nullement présente en ces lieux colorés pour se prélasser. D'ailleurs, en y regardant de plus près, les contes enchanteurs se muaient en de véritables cauchemars, car derrière les palais dorés se cachaient une véritable fange, et la Dragonne était davantage touchée par cette partie ci de la population que par les grands de ce monde.

Si Ceridwen se trouvait aussi loin de ses blanches contrées, c'était pour la simple et bonne raison qu'elle avait été envoyé ici pour accomplir une mission. Juchée sur un des toits des demeures qui encadraient le souk, la jeune femme leva la tête en direction du ciel, son regard ambré se posant immédiatement sur la Stella Polaris: l'étoile polaire. Cette dernière brillait d'une lueur plus ardente que d'accoutumée, signe qu'un nouveau guerrier faisait son apparition. Et c'est dans ces contrées, chose inattendue, qu'elle avait atterri, prête à poursuivre ses pérégrinations dans le dédale des rues pour garder un oeil sur son protégé.

Ce nouveau guerrier, elle l'avait trouvé. Lorsqu'elle l'avait repéré, elle avait été stupéfaite. Elle qui s'attendait à rencontré une personne de son âge ou plus, était tombée sur un jeune garçon, voleur qui plus est. Intriguée, la belle avait suivi, sans se faire repérer, celui qui deviendrait son protégé. Il faut dire qu'en plus d'être chapardeur, le bambin ne passait pas inaperçu.

Dans ces contrées où tous possédaient une chevelure et des yeux sombres, ainsi qu'une peau mate, celui-ci avait pour caractéristique d'être blond comme les blés, pourvu d'iris saphirs pleine d'intelligence et de malice, et d'une peau d'albâtre. La Dragonne s'amusait de la hardiesse avec laquelle il effectuait ses menus larcins, ne dérobant rien d'autres que de la nourriture, ce qui amena la demoiselle à la conclusion suivante: le blondinet ne possédait pas le moindre sou et ne volait que pour survivre. Pour celle qui était née avec une cuillère en argent en bouche, elle ne put réprimer son pincement au cœur: demain, elle l'attraperait et lui révélerait tout.

Mais le Destin avait décidé de s'en mêler. Elle avait beau attendre, juchée sur son toit, d'entrapercevoir son petit voleur, rien n'y fit, il ne vint pas, ce qui ne pouvait signifier qu'une chose à ses yeux: il s'était fait prendre la main dans le sac. Elle savait pertinemment quel sort était réservé aux voleurs dans lointaines contrées: ont leur tranchait la main, ni plus, ni moins. A cette idée, le sang de l'Asgardienne ne fit qu'un tour dans ses veines. Cela, elle ne le permettrait jamais!

Un peu d'or et elle n'eut aucun mal à obtenir la sauvegarde de la main, mais c'était, hélas, tout ce qu'elle pouvait faire. Les coups de fouet, eux, eurent bel et bien lieu, et à chacun d'eux, la jeune femme serrait les poings et dents. La vue de l'orphelin sombrant dans les méandres de l'inconscience, eut pour conséquence que l'un des dit poing s'abattit sur le toit d'un des bâtiments de la place, transperçant celui-ci avec rage, formant un trou béant tandis que de la fumée s'échappait des lieux.

De quoi attirer les soldats qui se ruèrent vers l'habitation, oubliant les huit coups restants, tandis que d'autres emportaient le jeune supplicié. Bien, puisqu'il en était ainsi, c'était à elle de jouer à présent et de tirer le bambin de cette affaire. Etendant ses ailes, Ceridwen prit son envol, passant devant le cortège des gardes jusqu'à atterrir à quelques pas d'eux dans un nuage de fumée, son poing vengeur brisant à nouveau le sol, tandis qu'elle se redressait lentement, ses iris ambrées devenant incandescentes.

N'oublions pas que la demoiselle est une érudit, aussi prit elle la parole dans la langue du pays où elle se trouvait.

"- Messieurs, je vous conseille fortement de poser gentiment cet enfant à terre et de partir. Je vous préviens, je ne me répéterai pas une deuxième fois."

Elle sourit en entendant certains des hommes en appeler au Diable.

"- Chaytan." Disaient-ils.

Bien, s'ils la prenaient pour Satan, tant mieux, et elle fut ravie de constater que des gardes partaient en courant, quant aux autres, elle n'en fit qu'une bouchée, se contentant d'assommer et de blesser uniquement. Sa tâche accomplie, Ceridwen se pencha sur le corps inerte de celui-ci qu'elle venait de protéger.

Toujours inconscient, la Belle recueillit dans ses bras le petit blondinet, le serrant contre elle avec délicatesse, avant de repartir en direction des cieux, jusqu'à regagner la maison qu'elle avait loué pour son séjour. Là, elle déposa l'enfant sur sa couche, avant de prendre grand soin de ses blessures, nettoyant délicatement les plaies. Toute absorbée dans sa tâche, elle ne remarqua pas tout de suite la paire d'yeux bleus qui la fixaient. Lorsqu'elle s'en rendit compte, la blanche dragonne adressa un sourire bienveillant au bambin, une main tendre caressant le visage encore poupon de l'enfant.

"- Chut, ne parle pas, repose toi. Tout va bien, tu es en sécurité avec moi. Je suis Ceridwen."


Assise au bord du lit, elle regarda son protégé avec attention, se jurant qu'à l'avenir, celui-ci ne manquerait de rien.


Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Sam 15 Oct - 20:09

    " Quel doux parfum ! " Chuchotant dans le sein de sa protectrice, le jeune garçon avait chaud pour la première fois de son existence. Pour la première fois, il se sentait en sécurité, et son esprit éreinté par des heures de torture le fit sombrer dans un profond sommeil. La brise matinale de l'Orient était une belle façon de dormir dans ce genre de moments. Le monde des Rêves s'ouvrit alors à lui, le ramenant des années en arrière, l'enfant avait un drôle de sentiment, il marchait seul dans la pénombre, entouré d'arbres et de muguets blancs, il avait peur, une peur qu'il ne pouvait contrôlé, il voyait des flammes au loin et un homme l'emporta tout à coup sur son cheval en direction d'une terre inconnue.

    Sortant de son cauchemar par un râle venu d'outre tombe, Eldir avait l'impression qu'une fumée noire et violacée le faisait suffoquée, mais il n'y avait rien. Apeuré, le jeune fils du souk regarda devant lui cette couverture qui l'avait protégé du froid, les yeux rougis par la peur. Il mit quelques secondes pour se rendre compte que ses bras avaient été bandés avec soin, en effet, quelques coups de fouet mal ajustés avaient fait pas mal de dégâts, mais au final, il n'en sentait plus la trace. Touchant les bandages, ses prunelles bleutées sourirent devant ce jeu du destin, il releva ainsi la tête pour regarder autour de lui, il vit une jeune femme aussi pâle que lui, avec une belle chevelure de feu en cascade en train de dormir tranquillement près d'un bon foyer crépitant. Elle s'était endormie et une partie de sa belle cape lui faisait office de couverture. Posant un à un les pieds à terre, Eldir s'approcha alors de la belle fille d'Egypte, c'était ainsi que les citadins de l'antique cité appelaient les dames aux chevelures de feu.

    Lentement et discrètement, le jeune turc remit la cape pour la protéger d'un coup de froid. Il ne savait pas quoi penser, qui était cette femme ? Dans ses souvenirs, il se rappelait l'avoir entraperçu dans son dos au moment de la punition de ses juges, mais l'étoile polaire avait été son seul refuge à ce moment là. Mais, au plus profond de lui même, il savait. Il ne pouvait rester auprès d'elle pourtant, si les habitants apprenaient qu'une "gitane" avait sauvé un fellah de sa condition, elle allait finir dans les basses geôles d'une prison.

    Il ne savait pas quoi faire, la réveiller ou plutôt partir en lui laissant le repos qu'elle semblait méritée. Perdu dans ses pensées, il observait les traits fins et doux de la jeune femme, son visage angélique endormi sur cette grande chaise à bascule qu'affectionnait les turcs émouvait le jeune garçon. Il se contenta alors de retourner vers son lit et de s'assoir, il ne pouvait pas partir sans au moins la remercier, cependant, il se refusait à la réveiller. Son père lui avait appris que les femmes devaient être respectées pendant leur sommeil, car c'était le seul moment où leurs rêves étaient merveilleux et sans la monstruosité du "Réel".

    Il se releva quand il entendit des bruits dans la rue, choses communes au début de l'aube dans cette grande ville, mais un bruit avait éveillé l'attention du garçon. Il se rapprocha de l'une des lucarnes pour voir à l'extérieur et vit des soldats en arme en train de vider les maisons de leurs habitants, au moment où ils interrogeaient un boutiquier, ils se retournèrent dans la direction de la maison. Il était désormais clair que cette soldatesque recherchait le Démon qui était intervenu il y a quelques heures.... Eldir se retourna, l'esprit apeuré, habituellement, il aurait fui sans demander son reste mais là, c'était une femme sans moyen de se défendre contre les armes des soldats, il fallait faire vite et posant ses mains sur l'épaule de la belle endormie, il lui susurra :

    " Reveillez vous madame, on est en danger ! "

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Mer 19 Oct - 13:46

La jeune femme s'était assoupie, assise dans une chaise à bascule près de l'âtre. Elle avait veillé toute la nuit sur l'enfant, surveillant son état, jusqu'à ce qu'elle ne tombe de fatigue dans un sommeil sans rêves. Son réveil fut quelque peu "brutal". En sentant son protégé la secouer, la Dragonne ne tarda guère à ouvrir ses yeux ambrés qu'elle darda sur lui. Il semblait aller bien mieux que la veille, ce qui la rassura. Comme pour la tirer complétement de son inspection, il lui répéta:

" Réveillez vous madame, on est en danger ! "

En danger? Instantanément, elle se redressa et se précipita en direction de la fenêtre, regardant discrètement ce qui se passait au dehors, et ce qu'elle y voyait ne lui disait rien qui vaille. Des gardes arpentaient les rues, visiblement à leur recherche, questionnant sans ménagement les habitants du quartier.

"- Mince!"

Dit-elle en serrant les dents, avant de revenir s'accroupir face au bambin, le prenant par les bras pour qu'il la regarde.

"- Je te remercie de m'avoir réveillé mon garçon. Comme tu l'as très certainement compris, ils sont à notre recherche. A partir de maintenant je veux que tu fasses exactement tout ce que je te dis si tu veux t'en sortir. Nous sommes d'accord?"

Elle attendit que le gamin acquiesce avant de lui adresser un sourire et de lui ébouriffer gentiment les cheveux dans un geste tout affectif.

"- Tu es un brave petit, à présent reste derrière moi, ne t'en fais pas tout ira bien. Fais moi confiance."

Ajouta-t-elle en constatant qu'il la regardait quelques peu dubitatif. Oui tout irait bien, elle sortirait cet enfant de sa misère et lui offrirait toute l'affection dont il manquait, mais avant toute chose, elle devrait se débarrasser des soldats. Elle jeta un coup d’œil en direction de son armure qui reposait dans un coin de la pièce, et elle fit alors appel au cosmos.

Une aura à la teinte des glaces enveloppait le corps fin de la belle, à laquelle semblait faire écho l'armure, dont les pièces se disloquèrent pour venir recouvrir le corps de la guerrière, sous le regard ébahi de l'enfant. Un nouveau sourire afin de calmer les doutes et craintes du garçon avant qu'elle ne désigne une trappe qui donnait accès au toit.

"- Il nous faut grimper."

Elle emmitoufla l'enfant dans une couverture avant de le soulever dans ses bras sans attendre son accord, lui demandant de bien s'agripper à elle, et de grimper à la petite échelle conduisant au toit. Juste à temps car les gardes venaient de pénétrer dans la maison après avoir enfoncé la porte.

Ceridwen, l'enfant lové contre elle, sautait à présent de toit en toit agile et vive afin d'échapper aux gardes de la ville.


Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Ven 28 Oct - 15:39

    Alors que les cheveux du jeune garçon reprenaient naturellement leur place sur sa tête, ses yeux s'écarquillèrent en voyant cette statue se disloquer pour se transformer un armure. Ange ou démon ? Il n'avait pas le temps de se poser réellement la question, les cris des gardes à proximité de la maison n'en laissaient pas le loisir. S'agrippant fermement à la couverture, il se sentait inutile et se demandait qui était cette femme arrivée de nulle part. Arrivé sur le toit, le garçon sortit de la couverture pour prendre un peu d'air... et ce qu'il vit le fit frémir de peur.

    Le maître des geôles était là avec des gardes, il abaissait son lourd cimeterre pour ordonner à ces derniers de libérer les cordes tendues de leurs arcs. Dans un sifflement, des flèches enflammées volèrent dans la nuit étoilée pour tomber au-dessus des deux fuyards. Il ne pouvait rien faire et il cria dans la vide, sans que cela ne soit compréhensif, un simple cri qui fendait le sifflement des flèches dans le ciel. Les prunelles saphir du jeune garçon regardèrent un petit moment le maître des geôles, il portait aussi une drôle d'armure et cela l'inquiétait au plus haut point.

      " Là ! Le maître des Geôles, le nubien, le cimeterre... "

    Les mots étaient hachés, pas clairs du tout, mais la belle pouvait les entendre à ses oreilles. En effet, le chef de leurs poursuivants, un nubien à la musculature ciselée, portant une armure d'une teinte noire recouverte d'une cape de lion, avait une aura aussi rouge et sombre que les vents du désert du sud. Il se dégageait de lui une aura aussi malveillante et totalement opposée à l'aura chaude et protectrice de la dame à l'allure draconique.

    Il ne savait pas quoi faire, mais il vit devant lui un de ces étranges danseurs qu'il avait déjà vu autrefois, il usa de sa seule main de libre pour le faire danser sur son avant bras, à la fois émerveillé et surpris par le beauté de la créature... Quelques étincelles créèrent alors une brume étrange qui se répandait dans les alentours. Cependant, il se sentit tout à coup très fatigué, comme si le Danseur avait puisé en lui des forces inconnues.

    Levant les yeux, il vit des milliers d'étoiles enflammées dans le ciel désormais brumeux. Elles tombaient tout autour d'eux comme des rivières de flammes et Eldir priait pour son salut, la fin était proche... La fin ? Il ne le savait plus depuis un moment, la dame qui l'accompagnait était capable de prodiges qui dépassaient l'imagination, alors la question lui revint comme un appel silencieux : Ange ou démon ? la réponse n'allait pas tarder, une petite voix intérieure lui disait d'ouvrir les yeux en grand.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Jeu 24 Nov - 15:21

Comme elle s'y était attendue, les poursuivants n'étaient pas prêts à lâcher l'affaire. Ils tenaient visiblement à la récupérer, ainsi que l'enfant qu'elle gardait lové contre elle, comme son bien le plus précieux, telle une mère qui protégerait son fils. Non loin d'elle, elle perçut le sifflement caractéristique des flèches, et dans un pur réflexe de l'instinct de conservation, resserra un peu plus encore son étreinte sur le petit.

Les paroles que ce dernier prononça lui furent portées par le vent. Aussi, tourna-t-elle la tête en direction du Nubien, juste le temps nécessaire pour constater cette aura rouge autour de lui.

"- Hum serait-il possible que?"


Un léger cosmos se fit à nouveau ressentir. Et cette fois-ci, il émanait de l'enfant qu'elle tenait. En effet, à nouveau, le bambin fit apparaître l'un de ses danseurs, qui après avoir effectué quelques pas, guidés par son Maître, fit apparaître une masse de brouillard. Elle esquissa un tendre sourire à l'encontre du petit.

"- Merci, nous resterons masqués à leur vue pendant un petit moment grâce à toi."

Cet effort l'avait épuisé, d'autant plus que ses blessures étaient encore trop récentes pour qu'il puisse se permettre de pousser davantage ce petit exploit.

"- A présent reste tranquille, tu en as assez fait, or aller au delà de tes limites serait très dangereux pour toi."

Un nouveau sifflement à ses côtés retint toute l'attention de la Dragonne. A ses côtés, venait en effet de tomber une flèche enflammée. Et au son qu'elle entendit, il était fort à parier que d'autres suivaient. Alors, avec une grande adresse, la guerrière vira de bord, tandis qu'au creux de sa main libre, une orbe à la teinte de glace vint à se nicher, prenant une taille de plus en plus imposante, et c'est avec force qu'elle fut jetée en direction des flèches, brisant celles-ci en de menus morceaux qui retombèrent éparses sur le sol.

Les iris ambrées de la Dragonne se firent plus incisives, plus combattantes. Tandis qu'elle prenait la direction du Nubien, une aura à la teinte glacée vint à envelopper son corps de façon plus forte et plus intense que la misérable forme de puissance qui émanait du geôlier. Elle voulait lui faire payer pour ce qu'il avait fait subir à l'enfant, et elle y parviendrait.

Un index pointé vers lui, et des lames de glace apparurent fendant l'air telles des milliers de lames pour venir lacérer le corps de l'ennemi. les simples soldats quand eux crièrent de terreur à la vue du courroux divin de la Demoiselle, détalant tels des lapins, plantant là leur chef.

"- Bien à présent, dis moi qui tu es. je vais te donner le mien, que tu saches qui t'auras fais passer l'âme à gauche. Je suis Ceridwen, guerrière sacrée du Dragon blanc, de l'étoile d'Omega, au service du Seigneur Odin."


Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Dim 11 Déc - 19:30


      " Qui je suis ? Tu as tué mes hommes, chienne, pourquoi je te répondrai ? Oh et puis merde, ca va pas changer quelque chose à ce qui va t'arriver. Je suis Al-Ashrad, le lion du désert noir, serviteur d'Arès. "

    Le ton du Nubien était clair. Sa cuirasse noire était en fait maculée de sang séchée, ce qui lui donnait cette couleur si sombre. Sa fourrure ocre cachait des griffes acérées à sa main droite. En un instant, il se jeta sur la guerrière du nord et fit voler d'un coup d'estoc son protégé sur l'un des toits à proximité. Il concentra alors son cosmos courroucé de haine pour projeter une orbe de flammes noires sur sa nouvelle victime.

      " Chains of dark flames "

    Cette orbe n'avait servi qu'à la déconcentrer un moment, juste le temps ensuite de porter sa réelle attaque. Des centaines de chaînes enflammées, à l'état de métal fondu, sortaient de la terre pour foncer sur la jeune dragonne. Dans un déchirement strident, elles l'enveloppèrent pour la plaquer sur le sol, cisaillant ses ailes brutalement dans un fracas métallique. Désormais, s'envoler risquait de devenir compliqué. Aux abords de la rue, les citadins de l'antique Constantinople fuyaient sans demander leur reste. La survie des Humains pouvaient être un sentiment redoutable dans ce genre de moment, une petite partie du quartier s'était donc vidé pour laisser les "Titans" se battre entre eux.

    Sur un toit, le jeune garçon reprenait ses esprits. Sa tête lui hurlait entre les tympans et alors qu'il se relevait, il vit sa protectrice tomber lourdement sur le sol en fumant d'une odeur de chaire qu'il ne connaissait que trop bien. Mais il était si faible, il voyait le Nubien devant elle, massif et imperturbable. Le même qui l'avait jugé coupable du plus petit des crimes à une peine bien lourde, il était là et une chaleur intense se dégageait de son corps dans une aura pourpre et violacée. Eldir ne savait pas quoi faire, il était paralysé par une peur primale qu'il ne contrôlait plus, ses jambes étaient si lourdes qu'il pleurait à chaudes larmes. Il ne voulait pas qu'elle meurt ainsi, non !, pas sans pouvoir se défendre.

    Une aura explosa alors tout autour de lui. Elle était aussi diaphane et argentée, sans commune mesure avec l'énergie de son tortionnaire d'un jour. Un, deux, trois, quatre danseurs apparurent dans l'espace pour contourner les murs, profitant de chaque interstice pour faire une pointe ou une anicroche balancée. Levant la main vers lui, une pluie de feuilles automnales plongea sur son ennemi pour l'affaiblir. Malheureusement, cela fit sourire le Berserker d'Arès. D'un geste ample de la main, il balaya la pluie de feuilles pour l'envoyer contre un mur à proximité. C'était un échec complet, le jeune garçon s'effondrait sur son toit avec un sentiment d'impuissance.

    Al-Ashrad regarda l'enfant s'effondrer et tourna de nouveau la tête vers sa proie. Elle était là, devant lui et toujours aussi fière dans le regard. Cela l'amusait visiblement, un rictus au coin des lèvres, il fit un pas sur le sol encore glacé et il sortit son cimeterre de son fourreau. Le duel ne faisait que commencer entre les deux guerriers et il y avait longtemps qu'il n'avait pas eut d'adversaire venant des lointaines contrées germaniques, de la terre que l'on nommait Asgard. Assuré de sa position, il pivota ses hanches avec puissance pour frapper dans l'air avec son arme, un trait rougeoyant s'en libéra pour foncer vers la dragonne encore à terre. La messe était dite.

    Sauf que le mur de flammes s'était arrêté devant elle. Stoppé net par le jeune garçon qui avait surgi de son toit et qui avait créé un bouclier de lumière pendant un bref instant. Son corps était carbonisé par endroit, ses beaux cheveux blonds étaient devenus turquoises et il se retourna vers elle avec un sourire hagard.

      " Je vous devais bien ça Madame... "

    Son corps perdit brusquement toutes ses forces, il s'effondra sur le sol encore rougi dans une léger râle de contentement. Il sentait encore son coeur battre, mais il se sentait vidé de tout, une lumière le tenait encore en vie mais il ne savait pas pourquoi il continuait de se raccrocher à elle. Mais elle était là, comme cette étoile de Polaris le jour de son jugement. Il ne pouvait rien, juste entendre le Nubien en train de maugréer contre lui, c'était déjà ça de gagner pensait amusé le jeune garçon dans un dernier sourire avant de tomber dans une semi inconscience. La flamme de la bougie se consumait mais elle était encore là à brûler, il était simplement fatigué et il avait confiance en elle... Ce combat ne faisait que commencer, il avait juste besoin de repos.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Lun 12 Déc - 22:10

♪ Immediate - The Reluctant Warrior ♪

Un serviteur d'Arès! Voila donc ce qu'il était? Un cri de rage échappa de la gorge de la jeune femme lorsqu'elle vit le Nubien lui porter un coup qui fit voler son jeune protégé sur l'un des toits les plus proches, tandis qu'elle esquivait de justesse l'orbe qu'il venait de lui lancer. Mais mal lui en coûta. Tout ceci n'était qu'un leurre, dont le terrible piège vint se refermer sur la Dragonne, sous forme de chaînes enflammées, qui se vit plaquée à terre, tandis que l'étreinte se resserrait, et qu'elle entendait le son si caractéristique du métal qui se broyait, détruisant ses magnifiques ailes blanches. Les flammes noires marquaient sa peau de nacre, tandis qu'elle serrait les dents pour ne pas laisser échapper la moindre plainte.

Tout autour des deux guerriers, la rue n'était plus que cris de terreur, les gens désertaient les lieux en murmurant des prières et imprécations, à elle ne savait quel Dieu, afin qu'il les protège. Ligotée à terre, le réflexe de la jeune femme fut de tourner la tête en direction du toit sur lequel avait échoué le garçon, espérant qu'il allait bien, n'ayant que faire de l'Homme qui lui faisait face. Lorsqu'elle vit la charmante tête blonde, elle ne put qu'esquisser un sourire. Qu'Odin soit loué. Aux épaules qui se secouaient, elle comprenait qu'il pleurait. Il s'inquiétait donc pour elle?!

Elle s'apprêtait à lui dire que tout allait bien lorsqu'elle vit le cosmos du garçon l'envelopper. Des feuilles aux couleurs d'Automne volèrent dans leur direction...rapidement balayées d'un revers de la main par leur ennemi. Les doigts de la jeune femme se refermèrent sur le sable tandis qu'elle dardait sur Al-Ashrad ses magnifiques iris mordorées. L'enfant était tombé, épuisé par l'effort qu'il venait de faire.

A cet instant, alors que la lame du guerrier s'apprêtait à la pourfendre, c'était à lui qu'elle pensait. Les flammes de l'épée fonçaient droit sur elle, elle allait subir l'attaque, mais rien ne vint. Elle avait juste perçu une intense lumière puis plus rien. Ceridwen vit alors le garçon se tenir debout face à elle, le corps marqué par les brûlures, avant qu'il ne s'effondre à terre, épuisé et inconscient. Il avait voulu faire rempart de son petit corps pour la protéger elle, une Guerrière Sacrée d'Odin.

Une autre scène du passé lui revint en mémoire, celle de son père, étendu sur la neige, blessé, tandis qu'elle cueillait ses derniers mots. Elle était née pour protéger, lui avait-il dit. Non elle ne faillirait pas à la mémoire de celui-ci, elle se battrait pour sauver l'enfant.

"- Je vais te tuer. Plus jamais tu ne lèveras la main sur lui, ni sur aucun autre, bâtard que tu es!"

L'aura blanche de la Belle explosait, enveloppant son corps tandis que les
flammes des chaines qui la maintenaient immobile à terre s'éteignaient sous l'effet du froid glacial qui environnait la demoiselle. Froid qui brisait les maillons des chaines dans un sinistre craquement, la libérant de ses entraves. Alors, lentement elle se redressait, le ciel au dessus d'eux prenait des allures apocalyptique, les éclairs perçaient les nuages tandis que le vent se levait, implacable.

"- La Ruée de la Walkyrie!"

Vive et rapide, même sans ses ailes, elle percuta l'ennemi de plein fouet, enfonçant ses griffes acérées dans le plastron rouge sang du nubien, sentant la protection se rompre sous la force de l'impact, et que ces armes labouraient la chair de l'Homme, le liquide vermeil s'écoulant sous les doigts de la Belle, avant qu'elle ne retire vivement ceux ci, et qu'elle ne recule, portant ses doigts à ses lèvres, pour lécher lentement le sang, alors que ses iris se faisaient plus dorées encore.

"- Tu ne m'échapperas pas. Le Lion est devenue la proie du Dragon Blanc."
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Dim 8 Jan - 22:35

    ~ °° LE REVEIL DU LION DE SANG °° ~

    La griffe effilée pénétrait sa chaire sombre et la dragonne recula pour humecter sa langue de ce sang chaud et épicé. Cette femme avait voler de sa force pour s'en nourrir sans une once de respect le ragaillardit de plus belle, elle était tel du cristal et il allait se faire un plaisir de la briser sans aucune retenue. Bâtard ? Oui, il l'était et ne s'en était jamais caché, fils d'une Ottomane et d'un Libyen il n'était que le chef d'une prison d'où personne ne devait sortir. Il ne connaissait pas le style d'armure que portait cette femme mais il s'en foutait totalement. Il leva alors le poing vers le ciel et son cosmos prit une ampleur nouvelle, son armure semblait se renforcer avec le sang qui coulait de ses entrailles.

    Ses yeux dardant cette femme, il trouvait un nouvel intérêt dans ce combat. Le fait de voir cette femme brisées et sans ailes, de la voir se gargariser par des insultes qui n'avaient d'importance que si on gagnait le combat, car autrement, ce n'était rien que des fanfaronnades sans importance. Il fit voler son cimeterre par quelques coups circulaires et fonça sur la Dragonne dans un rugissement qui fit explosé la pierre se trouvant devant lui, cette vague de son percuta de plein fouet son ennemi avant qu'il ne porte une série de coups brutaux dans les muscles de cette guerrière impolie. Il la prit alors à la gorge pour lui jurer quelques mots, et la jeta contre un mur qu'elle transperça de plein fouet.

      " Impudente ! Me traiter de bâtard, soit, tu as raison et je suis d'accord avec toi.... Alors, bats toi avec dignité au lieu de jacasser comme une poule de luxe, sinon, cela ne sera pas très drôle et je te laisserai un gosse eunuque dans la minute qui suivra ! Chains of dark flames !!! "

    Le ton n'était plus à la plaisanterie. Au moment où la jeune femme percutait le mur, le serviteur d'Arès frappait le sol de son cimeterre pour créer des chaînes de magma qui explosèrent du sol pour enchaîner à nouveau sa proie. L'armure sacrée d'Odin exhalait de fumerolles qui n'étaient pas forcément le meilleur signe pour un guerrier en général, mais le Libyen savait qu'elle se relèverait à nouveau. Il profita alors de la situation pour prendre le jeune garçon à la gorge et il avait désormais un bouclier humaine de choix en tenant par le col le jeune garçon qui avait succombé dans l'inconscience.

    Il détenait l'objet de toute l'attention de l'étrangère sous son coude. Que ferait-elle contre lui au risque de lui porter un coup fatal sans s'en rendre compte ? Son cimeterre prenait une nouvelle teinte magmatique. En coupant dans l'air, il créa alors une mur de flammes noires qui entourait les deux combattants. La zone de combat était mis en place, la tragédie grecque allait pouvoir commencer et le clou du spectacle allait être les larmes de cette Dace ou je ne sais quoi, enfin cette guerrière du nord quoi !

      " Tu voulais me bouffer je crois. Mais boufferas-tu en même temps ton protégé ? Une seule attaque de foudre le tuera sur le coup à la vue de son état. Mes flammes noires vont dévorer lentement sa petite peau si tu ne fais rien, cruel dilemme non ! Laisses moi te faire goûter à une autre de mes techniques : Heartless Insanity !!! "

    Les prunelles du Lion noir devinrent ambrées et noires en même temps. Le coeur de la dragonne palpitait de plus en plus dans une litanie cacophonique qui lui sciait la tête, la folie guettait la Dragonne dans un délire sans fin. Toutes ses peines et ses douleurs se mélangeaient dans une élégie morbide qui lui faisait couler des larmes d'une tristesse horrible, l'ennemi était désormais tapi dans son esprit et on rongeait en elle sa Foi envers Odin, allait-elle tenir face aux violons de la violence de ses envies ? Le serviteur d'Arès regardait sa proie crier de colère et de tristesse dans une rage qui la déstabilisait complètement.

    Il serrait de plus belle le col de l'enfant sous son avant bras gauche. Son sourire sardonique indiquait le plaisir qu'il avait de voir la Dragonne être déchiré aussi bien physiquement que spirituellement. Le Lion était la Roi des pensées de ses sujets et ses griffes lacéraient les traîtres et les hérétiques du genre de cette femme. Il attendait de la voir renaître dans un nouveau blasphème envers son Dieu, il en avait l'habitude mais il connaissait déjà le prochain déplacement de ce jeu devenant intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Lun 9 Jan - 18:50

♫ Audiomachine - Nordica ♫

Quelle merveille que cette teinte pourpre qui ornait le bout de ses griffes acérées telles des rasoirs. Un léger goût métallique emplit la bouche de la jeune femme après qu'elle ait léché un de ses doigts, se repaissant du fluide vermeil qui ne manquerait pas de lui révéler les moindres souvenirs de son adversaire. C'est ainsi qu'elle découvrit tout de lui. L'appellation de bâtard ne pouvait être on ne peut mieux appropriée puisque telle était la condition du Libyen.

Né aux abords du Nil, ce dernier avait été victime d'une tentative d'assassinat ce qui lui faisait détester la glace, car il avait échappé de justesse à la noyade. Voila quelque chose que la jeune femme trouva fort intéressant, car de cet élément, elle en avait à revendre. L'homme avait passé sa vie à combattre dans la garde du Sultan, jusqu'à sa rencontre avec le Prêtre d'Arès, qui lui confia la charge de rassembler ses frères d'armes, tout en se faisant discret dans la mesure où le Sanctuaire et Athéna ne se tenait pas loin.

Rouvrant les yeux, sortant de sa méditation, la demoiselle se vit alors projetée contre le mur, embrassant celui-ci, la puissance de l'impact faisant voler ce dernier en éclat. Le berserker avait profité de son moment d' "absence" pour l'attaquer, mais cela la fit à peine sourciller. Ô bien sûr, elle avait ressenti le moindre de ses os craquer, mais la Walkyrie faisait fit de la fouleur, elle avait appris à vivre avec, et contre toute attente, la commissure de ses lèvres s'étirait en un sourire.

Et soudain, cette attaque, Chains of Dark flames, vint à nouveau la percuter. Mais cette fois-ci la Guerrière s'y était préparée. Aussi juste pour l'effet, pour le laisser croire que son attaque portait, la demoiselle feint-elle la douleur. Mais ce que le colosse ne vit pas, trop absorbé à se croire tout puissant, se fut la pellicule de glace qui recouvrait la blanche armure de la Dragonne, qui au fur et à mesure gagna les chaines au souffle démoniaque, pour en étouffer leur pouvoir, le rendant caduque. Ce qui n'empêcha pas les sombres flammes de décrire un cercle autour des adversaires pour délimiter l'aire de combat.

Mais le pauvre fou venait de commettre là un un acte que la jeune femme n'était pas prête d'oublier. En le voyant soulever l'enfant inconscient et le placer face à lui, la Guerrière Sacrée comprit la sombre intention de l'énergumène: se servir de celui qui était à l'origine de sa venue en ces terres comme bouclier, ne se gênant en rien pour la narguer.

Lèvres et poings serrés, Ceridwen ne souriait plus. Elle n'eut pas le temps de réfléchir. En sa poitrine, elle sentait son coeur se serrer, son rythme cardiaque s'accélérer, tandis qu'une sombre douleur lui vrillait la tête qu'elle empoigna à pleine main en hurlant, son corps choyait à terre, semblant se convulser, se cabrer et se cambrer sous cette attaque, qui lui donnait tout simplement envie de mourir.

Par Odin! Qu'il sorte de sa tête! Qu'il s'en aille et la laisse mourir en paix! Les griffes de la guerrière labouraient le sable, tandis que sa respiration se faisant de plus en plus saccadée.

*Vas-tu abandonner ma Guerrière? Vas-tu laisser cette folie qui assaille ton esprit te consumer? Que penses-tu qu'il arrivera à l'enfant si tu cèdes au désespoir et aux Ténèbres de ton esprit?*

"- Eldir."

Se contenta-t-elle de murmurer tandis que la douleur l'accablait et la menait inexorablement vers les chemins de la folie.

*Oui Eldir. Vas-tu le laisser finir ses jours sous le joug de ce barbare? Ne lui as-tu pas promis une vie meilleure?*

Ces mots, les mots de son Dieu, Odin, s'ancraient au plus profond de l'esprit de la jeune femme. Elle ne pouvait abdiquer, ne pouvait abandonner, elle devait se battre pour le futur de son protégé. Et au fur et à mesure que ses mots prenaient tout leur sens dans le coeur de la Rousse, le cosmos de cette dernière se déployait tout autour d'elle. Mais en lieu et place de la teinte bleutée, se trouvait une aura rouge et sanguinaire. Lentement, reprenant son souffle, la Guerrière Sacrée se redressait, ses paupières jusque là fermées révélèrent alors ses yeux ambrés, qui étaient à présent semblables à deux fentes reptiliennes.

Avec une vitesse décuplée, elle plongea sur le Lion en grondant, tandis que sa main aux griffes effilées vint se refermer sur le visage du Libyen. La violence du choc fit que celui-ci libéra sa prise sur le bambin. La dragonne, furieuse amenait le visage de l'ennemi face aux noires flammes qui vinrent lécher la chair de ce dernier, lui arrachant un hurlement de douleur.

"- S'en prendre à l'enfant fut une très mauvaise idée, tu n'es rien d'autre qu'un lâche, et tu mourras comme tel."

Les paroles proférées avaient tout l'air du Jugement Dernier. Alors, sur l'aire de combat, le souffle du vent se fit glacial, polaire. Manipulant l'élément à sa guise, le blizzard qui s'abbatit souffla le feu démoniaque, tandis qu'une lance de glace prenait naissance dans la paume libre de Ceridwen qui vint planter avec férocité cette dernière dans le corps de son adversaire, dont le corps chut à terre.

Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Sam 11 Fév - 23:16

    Avec une vélocité sans retenue, la lance percutait de plein fouet le poitrail du serviteur d'Arès. Une gerbe de sang sortit alors des lèvres de l'Egyptien et il se concentra pour ne pas défaillir sous l'impact. Posant un genou à terre, ses iris noires se levèrent sur le dragonne. Les palpitations de son coeur lui indiquaient que la fin était proche et il ne voulait pas en perdre une miette, le jeune garçon ne gisait plus à ses pieds.

      " Femme, tu m'as vaincu et cette lance a achevé ce qui me reste de vie. mais je vais t'apprendre une chose, cet enfant cache en lui quelque chose de différent, il est lié à la nature et aux minéraux, Arès a demandé à ce que j'enlève ce dernier pour le remettre à Ploutos, Sombre Monarque des terres inférieures. Oui, tu as bien entendu ! Mais j'ai échoué et je sens que ma vie ne va pas être terrible dans les mois à venir au sein de son royaume... Prends ceci, c'est ce qu'il avait autour de son cou quand il était enfermé dans nos geôles. "

    Levant la paume de sa main, il laissait apparaître une belle pierre cristalline et violacée. Les doigts tremblants, il la laissait choir sur le sol verglacé et purpurin. Ses lèvres balbutièrent quelques mots entre deux gargouillis de sang, seul lui connaissait son sinistre secret, cette raison qui l'avait poussé à agir ainsi à visage découvert en face de l'une des représentantes d'Odin. Son corps tomba alors lourdement dans les craquements de la glace. Les copeaux de la lance s'évaporèrent dans un sifflement de chaleur de cocotte minute. Ses yeux se refermèrent pour un sommeil réparateur, ces derniers en avaient profité pour regarder dans les abords de la ruelle le jeune garçon qui se relevait péniblement.

    00°°~~ Le réveil ~~°°00

    Toussant et la douleur des brûlures encore vives, le jeune garçon s'approchait du corps de l'africain et tourna la tête pour voir sa protectrice dans un sale état, son étrange armure fumait encore de traits magmatiques qui l'affleuraient. Ses lèvres exprimèrent un léger sourire de remerciement, mais son regard était attiré sur la chose que son tortionnaire avait fait tombé dans la glace. Chaque dernier mot de ce dernier s'était imprimé dans son esprit au fer rouge. Qui était-il ? Pourquoi lui ? Qui était ce Ploutos, ce sombre seigneur des bas fonds ? Il ne pouvait le dire et la douleur emportait lentement son jugement.

    Il s'abaissa alors pour prendre la pierre entre ses doigts et la leva devant son nez pour mieux l'observer. Elle était d'une beauté particulière, comme familière. Une main s'agrippa soudainement à sa jambe, le serviteur d'Arès avait encore une once de vie et son regard était sans équivoque, il allait emporter dans les flammes le jeune garçon. Alors que la jeune femme criait pour lui dire de fuir, il lui fit signe de ne pas s'approcher. Quelque chose scintillait dans son regard à l'envolée d'une aura argentée et bleutée. Ses prunelles opalines laissèrent des teintes violacées se refléter par intermittence, les danseurs autour de lui battaient le sol pour extraire une roche de la même teinte que l'améthyste qu'il tenait entre ses doigts.

      " Tu as fait du mal à cette Dame ! Tu lui as fait du mal tu entends, alors.... alors pourquoi ? "

    Mais l'homme ne répondit rien, il s'éteignait brutalement quand une flèche le transperçait de part en part. Une ombre dans une des ruelles adjacentes, au regard d'un vert émeraude, se faufila ainsi dans les autres ruelles après son crime. Un nouveau mystère venait de naître. Pourtant, Eldir n'avait plus la force de suivre cet ennemi plus fourbe que le précédent.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Dim 4 Mar - 15:41




La Dragonne avait remporté la victoire haut la main. La furie qui l'avait consommé avait fait ressortir la bête qui sommeillait en elle. Déjà ses prunelles quittaient leur allure reptilienne. Elle écouta avec ses soins les derniers mots de son adversaire, mettant un genou à terre pour porter son oreille près de ses lèvres et entendre ce qu'il avait à dire, tandis qu'un bras inerte retombait sur le sol, révélant une pierre de couleur améthyste. Arès...Ploutos...Que venaient donc faire les Olympiens dans toute cette histoire.

Elle laissa à Eldir le soin de se rapprocher du cadavre, car la vie du berserker venait de le quitter. Lentement, elle vit l'enfant venir à ses côtés. La jeune femme était rassurée sur son sort, il allait bien, malgré les quelques ecchymoses qui le recouvraient. Protectrice, elle vint placer un bras autour des épaules de l'enfant pour le serrer contre elle.

"- Je pense que ceci t'appartient. Tu devrais le prendre, ce n'est pas à moi de le garder."

Lui dit-elle en lui désignant la pierre logée au creux de la paume du macchabée. Ce qu'il fit bien sûr, mais lorsqu'elle vit une main se saisir de la jambe de l'enfant, elle cria à se dernier de se mettre hors de portée. Pourtant il ne l'écouta pas, faisant la moral au serviteur d'Arès parce qu'il avait osé s'en prendre à elle, et qu'il cherchait à comprendre pourquoi l'individu les avait attaqué.

Un lugubre sifflement se fit entendre, et Ceridwen vit une flèche venir percuter le corps dont toute vie s'échappait bel et bien à présent. Relevant la tête vers les toits d'Istanbul, elle vit une ombre disparaître. Pour quelles obscures raisons ce dernier avait-il empêché le sombre lion de parler? Cela, elle tenait à le savoir. Attrapant l'enfant par la main, les voilà qui disparaissaient tous deux pour réapparaître sur le toit. La dragonne scrutait les alentours jusqu'à percevoir l'ombre, tandis qu'elle regagnait les airs avec le bambin lové contre elle.

"- Arrêtez-vous!"

Peine perdue. L'homme ne l'écouta guère, poursuivant sa route. Seul recours, le cosmos. Pointant son index en direction de ce nouvel ennemi, des lames de glaces filèrent en direction de leur victime pour la clouer sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Sam 14 Avr - 23:16

    ¤¤ Pour une poignée d'améthystes ¤¤



    Filant dans les travées de l'ancienne cité, une ombre s'éloignait du lieu de son crime. Le Berserker était mort désormais mais il devait ne pas se faire prendre par les ennemis de son Maître, bondissant de toit en toit, il sentait le cosmos de son ennemi qui le poursuivait. Diminuant son cosmos à l'extrême, il pénétrait secrètement dans un lieu connu de lui seul. Il avait fait son devoir et en était assez fier, manipuler l'escogriffe n'avait pas été une sinécure et il avait failli échouer de peu à plusieurs reprises. Enfin bon, l'enfant était dans un tel état qu'il ne se relèverait pas facilement. Un autre problème le tracassait au plus haut point, comment se débarrasser de cette guerrière aussi vindicative que les guerriers de sa race ?

    Pensif, il n'entendit pas une autre personne arrivée dans son dos. Surpris, une giclée de sang éclata de sa poitrine et la vue d'une lame de cristal se retirant rapidement le fit bondir en avant. Il pensait à cette femme mais vit une autre personne, ses yeux s'écarquillèrent devant l'impensable. Lui ? Pourquoi ? Bien des questions se multipliaient dans un coin de sa pensée balbutiante. Concentrant son cosmos à pleine puissance, il se promettait de ne pas mourir comme un vulgaire serf du peuple du Nord.

      " Idiot, tu as échoué et l'enfant vit toujours ! Les Nibelungs ne doivent reconnaître que ma famille et non pas le descendant des Alfes... Tu aurais dû aider le berserker des que tu en avais l'occasion, stupide animal incapable ! "

    La suffisance et la cupidité de ce Maître se combinaient à un cosmos empli d'avidité. Le silence avait laissé la place à on invective sournoise pour regarder avec hargne son serviteur. Il lui avait donné tous les moyens de réussir et voilà que l'une des guerrières du Nord remontait sur ses traces. Il devait cesser toute cette agitation le temps qu'il trouve une solution à son problème. Rengainant sa lame, il prit entre ses mains un peu de poussière pour lui insuffler de son cosmos malsain. Un sourire sardonique aux lèvres, il souffla alors sur cette poussière pour la faire devenir une lance qui percutait de plain fouet la poitrine béante de son serviteur. Puis, sentant ses ennemis approchés, il sortit par un des passages secrets de cette petite demeure du vieux quartier grec.

    Il prit alors une petite cage accrochée à un reste de lustre. A l'intérieur, une petite créature ne cessait de danser dans le vide, elle semblait perdue mais l'Homme savait ce qu'il devait en faire. Il le décrocha et l'enveloppa d'un carré de soie bleue. Ses prunelles émeraudes dardèrent le corps en train de mourir et il s'en alla dans un ricanement désagréable

      " Tu m'as blessé mortellement, mon sang coule mais laisse moi te dire une chose Seigneur de Megrez, il n'est pas dit que ta famille régnera à cause de ton manque d'honneur.... "

    D'une main faible, il prit de son sang avec son index pour marquer quelques lettres en runiques. Il était indispensable que les quelques traces de vie qui lui restait servent à se venger de son ancien Maître. Péniblement, crachant du sang, il prit un vieux parchemin dans une des corbeilles à proximité et rédigea son ultime testament.




    Dame du Nord.... Par ce sang ingrat je vous livre le nom de mon assassin... cherchez Alberich XIII de Me... parti terre de Cathay pour voler le secret du Dragon et des esprits. Protégez jeune Alfeson...





    Une flaque de sang gisait désormais sur le sol de la demeure. L'homme s'effondra tenant entre ses doigts l'instrument de sa vengeance, oui, il n'échapperait pas à l'appel du sang et il était sûr que la jeune femme veillerait à chasser le traître aux confins du Monde si'l en avait besoin. C'était ironique, ceux qu'il avait voulu tuer quelques minutes auparavant étaient maintenant son espoir d'un juste retour des choses....

    Citation :
    HRP : Après ton post, nous partons dans une autre chronique avec Dokho ^^.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    Dim 15 Avr - 12:54




La Dragonne allait à vive allure, mais pas assez cependant pour rattraper l'assassin. Si elle n'avait pas porté Eldir, peut-être aurait-elle put y parvenir, mais l'homme semblait être des plus malins. En effet, la belle ne ressentait quasiment plus le cosmos de celui-ci, ce qui ne pouvait qu'indiquer que deux choses: soit il avait lui-même été tué, soit il masquait tout simplement sa présence pour qu'elle ne parvienne pas à le repérer.

"- Il est malin, mais je parviendrai à remettre la main sur lui, je te le promets."

C'est alors qu'un autre cosmos se fit ressentir. Il se dégager de lui quelque chose de malsain et de supérieur, aussi, l'asine, après avoir prit soin de masquer son aura à son tour, prit-elle le chemin qui lui était tout désigné et parvint alors sur les lieux, qui lorsqu'elle porta son regard alentour, lui apprit qu'elle se trouvait dans le quartier grec de la cité. Toutefois, il était trop tard. Déjà, elle ne ressentait plus la présence.

Lentement, dans la plus grande discrétion, elle gagna le sol, laissant l'enfant poser pieds à terre avant de le fixer de ses iris ambrées, portant un index sur ses lèvres pour lui intimer l'ordre de se taire, avant de s'accroupir face à lui et de murmurer.

"- Eldir, je veux que tu restes ici d'accord? Je ne sais ce qu'il peut y avoir à l'intérieur. Je reviens ne t'en fais pas."

Ebouriffant dans un geste tendre la chevelure du gamin, la demoiselle pénétra alors prudemment dans la demeure, ses yeux errant sur la pièce, tandis qu'elle restait sur ses gardes. C'est alors qu'elle aperçut le corps étendu à terre, enveloppé d'une marre de sang. Elle s'approcha alors avant de se baisser, portant ses doigts sur le cou de l'homme dans l'espoir d'y trouver une pulsation. En vain.

Forte de ce constat, elle prit alors la peine d'examiner le cadavre. Une plaie béante le traversait de part en part. Une mort violente, barbare. Poursuivant son étude, elle constata alors que le poing de l'homme était refermé sur un morceau de parchemin. Aussi après avoir desserré celui-ci, prit-elle connaissance du message qui y était transcrit.

Ainsi, elle connaissait le prénom et le début du nom du meurtrier, qui aux vues de de ces derniers, semblait probablement venir des terres d'Asgard. Il ressemblait à s'y méprendre à celui de l'une de ses familles nobles. Quant à Cathay, elle savait donc qu'elle destination elle devait prendre: la route de la Soie. Mais la dernière partie du message restait un mystère. Mais une chose était sûre, c'est qu'elle ferait tout pour empêcher l'ennemi d'atteindre son but.

"- Je veillerai sur lui n'ayez crainte, et le protégerai de cet homme."

Se redressant, elle sortit de la demeure, rejoignant son jeune compagnon de route.

"- Je sais où nous devons nous rendre Eldir. J'espère que tu aimes voyager, car c'est une longue route qui nous attend. Cela ne sera pas de tout repos, mais tu peux compter sur moi pour te protéger, et t'instruire. A présent viens."

Reprenant l'enfant dans ses bras, la Dragonne s'envola, désireuse de le porter loin de cette ville qui ne lui avait apporté que malheur et de cette vie de vol et de tristesse. Oui, en cet instant, Ceridwen se promit de lui offrir un avenir meilleur et de veiller sur lui comme s'il était un fils.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient    

Revenir en haut Aller en bas
 

[BG Eldir et Ceridwen] Une rencontre aux parfums d'Orient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-