RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Fuite du Colisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Jeu 15 Mar - 23:30

Elle ne s'était guère trompée. Lydia était bel et bien revenue à la Cascade, et avec un courroux des plus ardents, tel l'élément qui l'avait choisi, elle, l'Eté. Pour le moment, Perséphone préférait ne pas intervenir dans les mots que ses deux Gardes s'échangeaient avec véhémence. Il fallait que certaines choses soient dites, même si cela devait faire mal, pour permettre d'aller de l'avant.

Même si elle avait cautionné l'amour que portait Lydia à Bardamu, l'Impératrice Infernale ne doutait toutefois pas de la justesse des propos du Démon. Ce dernier pour l'heure, affichait un air qui respirait le malaise. pourtant ce comportement amena un fin sourire sur le faciès de la Déité. Lydia semblait désarmer son champion, ce qui l'amusait quelque peu. Toutefois, elle ne put s'empêcher de venir en aide à ce dernier.

"- Inferno, laisse nous seules je te prie, j'ai besoin de lui parler. De femme à femme."


Elle attendit que le Spectre s'éloigne pour s'avancer vers la Vampire encore désarçonnée. Lentement, les bras de la Déesse vinrent enlacer son amie, tandis que son cosmos s'étendait autour d'elles, les enveloppant de sa douce et tendre chaleur qu'elle cherchait à communiquer à sa fidèle.

"- Lydia, tu sais qu'il a raison. j'ai été à la rencontre de Bardamu, comme tu me l'avais demandé, et sais-tu ce qu'il m'a proposé? Que j'aille rencontrer Athéna. Mon amie, je sais combien tu souffres pour vivre la même épreuve que toi. Alors je t'en prie reviens à toi. Les Enfers et ton Seigneur ont besoin de toi. J'AI besoin de toi."

Elle savait que ces mots sauraient toucher l'esprit de la jeune femme. Et effectivement, Perséphone avait besoin d'elle, elle n'avait pas menti. Se détournant du lieu onirique qu'elle avait créé en réveillant ses gardiens, le regard de l'épouse d'Hadès se portait quelques prisons plus loin. Elle savait ce qui lui restait à faire. Sans un regard en arrière, la déité se mit alors en marche pour prendre la direction qui l'intéressait, tout en sachant que la magnifique rousse mettrait un point d'honneur à l'accompagner.


~> Le Cocyte
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Ven 16 Mar - 18:53



Finalement, ce fut Perséphone qui vint à mon secours pour nous extirper de ce silence soudain embarrassant. Elle me demanda brièvement et avec un petit sourire en coin de les laisser, elle et la jeune Vampire. Trop troublé pour poser les yeux sur Lydia, et après m'être respectueusement penché en silence, je m'éloignai rapidement d'elles en direction de la cascade. Les yeux perdus dans le vague, mes oreilles se laissèrent bercer par le bruit du fluide vital s'écoulant inlassablement. Ce bruit sonnait comme un havre de paix à mes oreilles, et me faisait du bien compte tenu de la situation.

Pourtant, ce moment de répit ne dura que très peu de temps. L'ennemi avançait à grands pas, je le sentais. Et je savais qu'ils étaient plus remontés que jamais contre moi. Il allait falloir frapper vite et fort à nouveau. Un groupe de tête avait réussi à atteindre le champ de fleurs, et il était temps de les freiner cette fois... En quelques secondes, mon regard se transforma et mes instincts de prédateur refirent surface, dissipant totalement mon embarras vis à vis de ce qui venait de se passer. Le Démon entrait en guerre une nouvelle fois.

D'un bond souple et rapide, j'atterris sur la route menant au champ de fleurs. Au moins trois cosmos en émanaient, mais l'un d'eux, plus particulièrement, attira mon attention. Il était plein de haine et crépitait comme l'âtre d'un feu. Un cosmos qui voulait se battre, c'était exactement ce qu'il me fallait, en ce moment même. J'avais trouvé ma cible, ne restait plus qu'à lui tomber dessus à présent..

Après un dernier regard vers la Cascade à présent déserte, je me mis en route à pleine vitesse en direction du champ de fleurs. Mon sang se mit à bouillir dans mes veines, sentant le combat approcher. les piqûres du Scorpion m'avaient infligé de lourds dégâts internes, mais le Démon était loin d'être à terre, il en faudrait plus que ça. Beaucoup plus...

Arrow Les Fleurs des Enfers (Champ de Fleurs )
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Ven 16 Mar - 22:01

Un silence lourd et gênant s’était comme abattu sur le sommet de la Cascade. Les flots de sang continuaient bien sûr à se faire entendre à quelques pas d’eux mais plus aucun son ni aucun cri ne s’échappait de chacun des deux gardes. Tous deux étaient immobilisés comme paralysés. Dans le regard vairon de l’étoile du Démon, Lydia pouvait lire la plus grande des surprises. Une incrédulité telle que le spectre passa ses doigts sur ses lèvres sans même s‘en rendre compte. Le sang coulait encore sur son visage, celui du premier coup que la vampire lui avait asséné avant qu’il ne la maîtrise. Pour son propre bien, elle le savait à présent. Inferno avait vraiment cru faire un mieux pour la divine Coré mais aussi pour elle, la trop tendre Etoile des Ténèbres. Cela avait été si bref qu’elle n’avait fait qu’effleurer l’âme du jeune homme mais maintenant, elle savait qu’il était sincère.

Ainsi tous deux s’étaient retrouvés immobiles, face à face, tandis que la rumeur des combats grondaient jusqu'à eux depuis les autres prisons. Cela paraissait si incroyable mais c’était bien la réalité.

Et ce fut à faveur de cet instant de quiétude, entre l'Ete et l’Hiver que la Rose des Enfers reprit les choses en mains. Et ce fut sans la moindre crainte que Lydia se laissa emprisonner par les bras parfumés de sa reine. Le cosmos de la sublime déesse ne tarda pas à l'envelopper, à la fois doux et puissant. Cela la submergeait apaisant la terrible douleur qui lui déchirait le cœur au point de la pousser à attaquer l’un de ses plus proches amis. Inferno, elle avait apprécié le jeune homme dès leur première rencontre. Au fond d’elle-même, elle avait senti qu’elle pouvait lui faire confiance.

Inferno dont la déesse prit aussitôt la défense…

Lydia se laissa bercer par les paroles de sa reine et ce cosmos qui la purifiait alors que ses dernières larmes s’écoulaient, silencieuses et brûlantes.

Perséphone, la terrible déesse des Enfers était aussi celle qui faisait refleurir la terre lorsque le printemps revenait. Perséphone lui parlait avec sincérité, lui rappelant la réalité et leurs places respectives à elle et Bardamu ainsi que sa propre douleur. Et enfin, la splendide chasseresse lui répondit par le biais de la pensée.

" Oui, ma reine, je ne le sais que trop bien…" Avait-elle commencé d'une voix douce. " Zeus vous a arraché notre cher maître et cela, tous le déplorons et n’aurons de cesse avant lutter jusqu'à ce qu'il soit de retour à vos côtés."

Elle ferma les yeux, s'abandonnant au cosmos sombre et puissant, terrible et aimant, avant de reprendre.

" Ma reine, je ne peux que reconnaître mes actes et ceux de Bardamu, nous sommes tous deux si loyaux envers ceux que nous avons juré de protéger que nous sommes prêts à tout leur sacrifier…

Entre notre amour et son devoir, il a…"


Lydia préféra ne rien dire, sa reine comprendrait, elle la laisser fouiller librement dans son esprit et son cœur. Jamais, elle ne lui dissimulerait quoique ce soit. Perséphone avait été plus que généreuse avec la rousse spectre et Lydia lui en serait toujours reconnaissante.

" Vous savez … "

Puis, retenant un soupir, elle acheva.

" Pourquoi ne me suis pas éprise d’un spectre et lui d’une sainte ?

Enfin question stupide en ce qui concerne mon doux Scorpion. Pour lui c’est très simple, il n’y a pas des femmes chez Athéna, juste des monstres de fiel et froideur. Des souvenirs de femmes dénuées de toute trace de féminité, changées en hommes féminins…

Mais moi… Je vous ai failli sans le vouloir. Minos m’a mise en jugement pour cela… Suis-je réellement si coupable à vos yeux ou sont-ce les autres divinités qui prennent un malin plaisir à nous torturer tout en nous affaiblissant. Pour vous nuire à vous, ma reine "


La voix de Lydia se fit soudain plus vibrante tandis que son cosmso commençait de nouveau à s'éveiller, se mettant presque en résonnance avec celui de sa reine.

" Pour vous nuire en nous détruisant de la pire des façons... En nous martellant l'âme et le coeur.

Mais... Si vous me jugez de nouveau digne de vous et me libérez du poids de la menace de Minos, je me relèverai pour vous, votre époux, mon seigneur Hadès. Pour maître Rochel, qui se bat seul contre des lâches qui le cerne de toute part et pour mes frères luttant ou tomber au combat.


Un sourire se fit soudain sur son visage avant, que suprême audace, elle ne pose ses mains sur celle de la reine avant de bouger doucement, se retrouvant à genoux devant Perséphone.

Merci ma reine...

Que nos amours, si forts et si purs, sources de joie et de douleurs intenses deviennent nos forces et que ces saints paient de leur sang tout le mal qu'ils nous font. Qu'Athéna soit châtiée pour l'injustice qui nous frappe, nous les spectres privés de notre maître.

Et que pour vous se lève à nouveau l'Etoile des Ténèbres... "


Et sur ses mots le cosmos de Lydia explosa.

- Pour vous ma reine...

Lune d'Ambre, je t'appelle.

Belle et triomphante, élève-toi dans le ciel des Enfers

Montre à tous que la seule lune à briller est celle qui aime voyager libre et sauvage dans les Enfers...


La voix de lydia se fit chant tandis que sa douleur se sublimait sous l'influence du cosmos de Perséphone qui ne cessait d'agir sur elle, elle commença à chanter de plus belle appelant les chauves-souris qui toutes se massèrent mais cette fois, elles étaient infiniment plus nombreuses.

Lune brille pour nous, Ô lune d'Ambre...

Que ton éclat se fasse flamme et que de la brume, tu prennes l'apparence.

Deviens sanglante !!

Signe de bourrasque et de tempêtes...

Que tous se signent à ta seule vue...


Le cosmos de lydia montait encore et encore, se parant de reflets ors et feu, à l'image de sa sublime chevelure. Le garde de l'Eté brillait comme la flamme dans la nuit, les feux follets hantant les marées.

Et puisque nous avons la bonne idée d'être sur la Cascade de sang. Appréciez mon ultime cadeau de bienvenue, chevalier d'Athéna.

Glace-les d'effroi, lune de feu...

Avant que ta face ne finisse par se parer elle-même des tons de la nuit...

Nimbe-toi de ton brouillard si puissant, noir aux reflets sanglants.

Lève-toi Ô nouvelle lune au voile ténébreux.

Que tous constatent le réveil de l'Etoile des Ténèbre et tombe dans la nuit éternelle s'abattant au sommet de cette Cascade.

Si profonde que même ce ciel sacrilège ne sera plus visible de qui que ce soit... Tant que brillera la lune des Enfers...


- Bien, allons-y ma reine. Je ferai tout pour vous défendre et un jour ceux qui nous tant fait de mal paieront.
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Sam 17 Mar - 9:42

Tranquillement adossé à un roc, à bonne distance, Bardamu avait assisté à la scène entre Lydia et Inferno : la Vampire s'était jeté sur lui, l'avait copieusement engueulé, les deux s'étaient empoignés et pour finir, Lydia avait lâché ses chauve-souris sur le Démon. D'ailleurs ce dernier n'en menait pas large et pendant un instant, le Scorpion crut qu'il allait se chier dessus tant la Vampire était hors d'elle. C'est qu'elle était redoutable la jolie rouquine ! Sous ses dehors indolents et calmes se cachait une véritable furie. Bardamu en savait quelque chose...

Puis très vite ça se calma : Perséphone intervint en personne et prit Lydia à part. Il ne put entendre ce qu'elles étaient en train de se dire mais quand elles eurent fini leur entretien, l'aura de la Vampire avait changé, redevenant une bonne petite fidèle servante du Monde des Morts...

Purée, mais elle pouvait pas rester dans son coin la mère Perséphone !! pensa-t-il, son visage (spectral) arborant une expression agacée. Tout ça pour retrouver son mari... En un sens je ne peux la blâmer, et la comprends même, mais il faut quand même avouer que pour une Déesse, ses préoccupations sont plutôt terre à terre ; la moindre fille de ferme ne se fût pas exprimé d'autre manière pour gémir sur son infortune...

Inferno quitta la Cascade, apparemment soulagé de ne plus subir les assauts furieux de Lydia. L’œil vif, le nez au vent, le poil brillant, il venait sans aucun doute de repérer une nouvelle proie. Pourvu qu'il se casse enfin les dents sur cet adversaire ! se dit-il en riant doucement. Le Démon n'était plus aussi fringant que lors de leur dernière rencontre et, si son ennemi était habile, il pourrait fort bien passer l'arme à gauche cette fois !

Perséphone s'en alla à son tour. Lydia fit brûler son Cosmos et une lune de couleur ambrée apparut dans le ciel ; puis elle devint rouge comme le sang pour finir par devenir noire comme un sac de crin. Mais qu'est ce qu'elle fout ?! fit-il à voix haute. Les ténèbres s'abattirent sur la Cascade.

Bardamu choisit de quitter son poste d'observation :

Eh bien, moi qui pensais assister à un règlement de compte, je dois t'avouer que je suis un peu déçu : cela ne m'aurait pas déplu que tu corriges cet Inferno... Enfin bon, ta patronne étant dans les parages, elle n'allait pas laisser s'empoigner deux de ses serviteurs...

D'ailleurs, en parlant de ça, je viens de penser à quelque chose : pourquoi Perséphone ne défierait-elle pas Athéna en duel ? Après tout, l'une veut ce que l'autre possède et inversement. Donc pourquoi ne pas régler tout ça par un bon combat singulier, de Déesse à Déesse ? Ça éviterait des affrontements bien inutiles, tu ne crois pas ?...


Il soupira et fit une brève pause, comme s'il hésitait sur ce qu'il allait dire ensuite :

P... parlons de nous deux maintenant... I... il faut bien qu'on se rende à l'évidence : notre amour est impossible ! Nous appartenons à deux mondes différents, bien trop différents, et nos patronnes respectives seront toujours un obstacle entre nous deux ! Ah ! Que n'ai-je été un mortel ordinaire et toi aussi : c'eût été plus simple...

Nouvelle pause. Il prit une gorgée d'alcool pour se donner du courage car ce qu'il allait dire n'allait pas être agréable, pour elle :

Je pense qu'il vaut mieux qu'on en reste là... Après tout, Inferno a peut être raison : je ne mérite pas ton amour... Il a l'air d'avoir de l'affection pour toi et ce ne serait pas une mauvaise chose si vous vous mettiez ensemble... Quant à moi...

Il baissa la tête et fit un geste de la main négligent :

Bah ! Ça n'a aucune importance ! Je vais te laisser maintenant, Lydia, Spectre du Vampire : je vais rester un peu ici et ensuite, je vais aller quelque part, je ne sais pas trop encore... Quoi qu'il en soit, je te remercie de tout ce que tu as fait pour moi. Je ne te dis pas adieu mais simplement au revoir...

Par cette dernière phrase, il laissait la porte ouverte à un espoir, l'espoir que peut être tout n'était pas fini entre eux, l'espoir qu'ils se reverraient un jour et qu'ils se remettraient de nouveau ensemble. Un espoir bien mince et bien ténu mais pourtant là.

Il tourna les talons et s'éloigna, allant s'assoir sur un rocher, essuyant de la main les quelques larmes spectrales qui mouillaient ses joues...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Dim 18 Mar - 0:10

La nuit était si belle si profonde que seules Lydia pouvait y voir aussi clair qu'en plein jour. Ce n'était jamais que le début d'une longue et interminable nuit, celle où brillait l'Etoile des Ténèbres. Son cadeau à sa reine pour la confiance retrouvée. Un baume en apparence bien léger en comparaison de ce qu'elle et son amour avairent perdu mais un cadeau inestimable malgré tout.

Sa reine... Son Amour...

La divine Coré venait à peine de quitter les lieux que le fantôme de Bardamu se manifesta. Au plus profond d'elle-même, elle sentait qu'elle devait rester encore un peu alors que son devoir était de suivre sa reine mais elle savait que quelque de grave était sur le point d'arriver.

Son beau Scorpion l'avait suivie depuis l'oubliette où reposait son corps, à l'abri de toute souillure ou profanation. Sa dépouille ne craignait plus rien en ce lieu préservait pas la déesse des Enfers en personne. Nul n'oserait alle contre la volonté de la femme d'Hadès.

Et puis, connaissant le caractère à la fois fol et impétueux de son saint à l'habit d'or, la rousse spectre se doutait bien qu'il n'avait pas perdu une miette de tout ce qu'il venait de se passer. La façon dont elle avait agressé Inferno, l'intervention de Perséphone et enfin son propre "réveil".

La douce spectre ferma un instant les yeux, laissant la noirceur se dissiper juste autour d'eux. Pour deux amoureux, une dernière fois seuls, dans une bulle de lumière diffuse au coeur d'une nuit sans lune ni étoile, une nuit noire, glaçant le corps et les âmes.

C'était leur nid en quelque sorte et enfin il prit la parole. De façon plutôt classique, du pur Scorpion en fait, elle le connaissait si bien maintenant.

Pourquoi Athéna et Perséphone ne réglaient-elles pas leur différent entre elles ? En un bon combat de déesses. La question était plus que pertinente mais Lydia en ignorait la réponse, autant que lui. Seules les concernées le savaient encore fallait-il pouvoir la leur poser.

- Je ne sais, mon amour, je ne sais. Se heurter l'une à l'autre pour obtenir ce qu'elles souhaitent tellement serait peut-être plus simple en apparence. Encore faudrait-il que ta déesse se montre enfin pour qu'on puisse seulement lui faire entendre une telle demande. Qui est-elle au fond ? Je ne me souviens même pas l'avoir vu intervenir pour toi ou pour tes frères sur le front précédant. Elle brillait par son absence sur la route des douze temples comme maintenant ce n'est pas elle qui est à l'origine de ce passage. Si Athéna avait été à l'origine d'une telle chose notre reine l'aurait reconnue. Elles qui sont soeurs...

Mais ta déesse semble loin si loin de vous alors que ma reine malgré tout ce que tu lui reproches et mon seigneur Rochel que tes frères ne pensent qu'à détruire, eux, veillent sur leur peuple et le soutiennent. Mon seigneur est au front, à l'entrée...

Tous deux auraient pu me condamner...

Tu sais... J'aurais pu être mise à mort lors de ton escapade, exécutée pour haute trahison. Minos m'a torturée lorsqu'il a su, directement au plus profond de mon âme avant de suspendre sa sentence.

Ma déesse Perséphone...

Mes dieux me connaissent, Bardamu, mieux que tout...

Athéna, celle qui dirige le Sanctuaire sait-elle seulement à quoi tu ressembles vraiment, ce sang qui coule dans tes veines et ces particularités qui sont les tiennes...


Elle s'interrompit avant de s'approcher de lui, esquissant un geste, une caresse qu'il connaissait.

Athéna écouterait-elle seulement une spectre comme ma reine l'a fait pour toi...

Nulle véritable animosité dans la voix de la belle Vampire, juste de la tristesse et le fait de s'être libérée d'un poids en révélant ce qu'il lui était arrivé même si elle le lui avait peut-ête déjà dit.

Mais tout était allé vite si vite.

Et quelque chose d'autre allait se produire, elle en était consciente depuis bien longtemps mais tant que tous deux ne l'auraient pas exprimé, cette situation perdurerait. Il leur fallait le reconnaître tout les deux et oser avancer. Même si cela lui ferait mal si mal comme lors de son combat contre Sérafim lorsqu'elle avait ressentit la mort de son chevalier.

Enfin il prit la parole et elle sentit son coeur se resserait à chacun de ses mots ainsi que sa propre douleur.

Elle l'écouta ainsi sans un mot mais sa pâleur s'accentuait à mesure qu'il avançait. La jeune vampire était livide aussi incroyable que cela puisse paraître. Elle ne pouvait parler en ce moment tant les émotions étaient intenses...

Juste murmurer...

- Pourquoi ne nous sommes nous pas rencontrés plus tôt ou plus tard dans une autre époque, loin de ces guerres. Nous aurions pu être si heureux...

Le destin est cruel...

Tous deux avons payé de nos vies mais même cela ne suffit pas...


Elle le vit ensuite se détourner, partant à la dérive sans vraiment lui dire adieu. Un espoir subsistait malgré la cruauté du sort qui s'acharnait sur eux en les plaçant des deux camps pratiquement inconciliables.

Elle se détourna alors à son tour.

- Prend soin de toi... Même aux Enfers, l'Espoir et l'Amour subsistent...

Au revoir, Bardamu du Scorpion...


Ses ailes se déployèrent ensuite. Elle ne pouvait rester sinon, jamais elle ne trouverait la force de le laisser...

Les larmes, elle qui pensait ne plus être capable de pleurer tant elle en avait déjà versées...



Dernière édition par Lydia le Jeu 22 Mar - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Lun 19 Mar - 23:25


Arrow 3e Prison

Allers et venues, ce manège commençait à me fatiguer. Et bien qu'étant l'un des plus rapides des Enfers, la fatigue avançait déjà des premiers signes de faiblesse de la part de mon corps. La guerre était dure pour tout le monde, non en particulier, qui étions inférieurs en nombre...

Plus je m'approchais de la Cascade de sang, plus le ciel semblait s'obscurcir. Les lieux semblaient plongés dans de profondes ténèbres. Que s'était il passé ici ? Pourquoi la Cascade était elle recouverte d'un épais brouillard et pourquoi la Lune d'Ambre, signature de Lydia, en ornait elle le ciel ? Les questions se bousculaient dans ma tête sans qu'aucune réponse ne me vienne. Accélérant le pas, je finis par arriver au sommet de la chute sanguine. C'était à cet endroit que le brouillard était le plus épais, sans le moindre doute.

Après m'être rapidement concentré, je repérai le cosmos de Lydia non loin. Ma curiosité était trop forte, et il fallait que je me rassure. Fonçant à pleine vitesse, je finis par la remarquer en train de courir en contrebas. D'un bond souple et avec des gestes félins, je sautai de manière à atterrir devant elle. Je fis volte face pour me tourner vers elle avant de lui dire :
- Bon sang, Lydia, mais qu'est ce qui s'est passé, ici ? Qu'est ce que ca signifie, ajoutai-je en pointant la Lune du doigt.

Soudain, mon regard se tourna vers une forme éthérée que je reconnus aussitôt. Penchant la tête d'un regard amusé, je repris soudain à l'intention de Bardamu :
- Tiens... Tu es là, toi ?
C'était bien la première fois que je voyais ce qu'on appelle communément un fantôme. Mais celui ci, c'était en plus moi qui l'avais expédié dans l'autre monde. La scène avait de quoi faire sourire. Enfin... D'un certain point de vue, naturellement...

Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Mer 21 Mar - 9:47

Au fur et à mesure que Lydia parlait de sa Déesse, l'expression calme de Bardmau fit place à de la perplexité : dans le fond, elle n'avait pas tout à fait tort la Spectre ! On ne pouvait pas dire que sa Déesse ait beaucoup montré son visage durant le précédent conflit... Par ailleurs, maintenant qu'elle le disait, c'était vraiment étonnant que la Déesse de la Guerre et de la Sagesse n'ait pas ouvert elle-même le portail menant aux Enfers ; pourquoi les Jumeaux Divins l'ont-ils fait à sa place ?

Pourtant, quand elle eut fini, il prit quand même la défense de sa patronne :

Tu sais ma belle, contrairement à ce que tu pourrais croire, notre Déesse se soucie de nous, bien plus que tu ne pourrais le penser ; mais il faut savoir qu'Athéna n'a pas une tâche facile : elle a la Terre à gérer et ses deux oncles un peu remuants ne font rien pour arranger les choses... Il n'avait pas besoin de dire les noms des "deux oncles un peu remuants" : la Vampire comprendrait de qui il parlait. Tu comprendras donc qu'elle ne peut pas être partout à la fois... Sinon, ne t'inquiète pas, Athéna sait à quoi je ressemble : nous nous sommes déjà vus...

Un sourire naquit sur son visage à l'évocation de ce souvenir où, la première fois qu'il avait rencontré la Déesse, il l'avait pris pour une simple servante...

Quant à vos Dieux, j'ai surtout l'impression qu'ils vous cajolent pour mieux vous contrôler...

Ce qui suivit fut plus dramatique. Quand le Scorpion lui annonça qu'ils feraient mieux de se quitter, parce que trop de choses les séparaient, il vit que le visage de Lydia, de pâle qu'il était devint livide. Il crut pendant un moment qu'elle allait le maudire ou tenter de le griffer mais elle tint bon, disant des paroles pleines de tristesse et de sagesse : ils auraient pu être heureux en un autre temps, en un autre lieu, maudissant a cruauté du Destin...

Quand il se détourna, elle fit de même, disant que l'Amour et l'Espoir subsistent même aux Enfers.

Peut être ma belle, peut être... dit-il, pensivement. Il n'avait pas infirmé ses paroles car lui même sous-entendait qu'ils se reverraient peut être plus tard. Car à vrai dire, il ne souhaitait pas rompre définitivement avec elle mais simplement prendre un peu de recul.

Après son départ, il resta donc assis sur son rocher, sirotant tranquillement sa flasque sans fond d'alcool spectral, quand le Cosmos d'Inferno réapparut non loin de lui. Il demanda à voix haute ce que Lydia avait fait au décor puis s'aperçut enfin de la présence du Scorpion :

- Tiens... Tu es là, toi ?

Pour toute réponse, il le salua de la main et lui dit :

- Déjà de retour ?...

C'est alors qu'il sentit le Cosmos divin de la Déesse Athéna emplir l'atmosphère sombre et lugubre des Enfers ! C'était comme un fanal lumineux au sein des ténèbres les plus épaisses. Elle se tenait à l'entrée même du monde des morts mais le Chevalier d'Or, de là où il se trouvait, pouvait quand même percevoir son aura dorée.

- Eh ben, mieux vaut tard que jamais comme on dit... fit-il d'un ton un peu railleur. Il n'empêche, il était sacrément content qu'elle soit enfin venue dans le domaine d'Hadès.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Jeu 22 Mar - 20:44

Lydia venait à peine de prendre son envol qu’un cosmos bien connu se manifesta au loin avant de filer vers la Cascade plongée dans le noir absolu. Puis elle rebroussa chemin perplexe. Elle ne s'était pas encore non plus trop éloignée. Aussi s'accorda-t-elle un instant de réflexion.

Inferno que se passe-t-il pour que tu aies ainsi décidé de faire demi-tour ?

- Lydia…Une petite voix ravie se manifesta près d’elle avant que sa propriétaire n’apparaisse dans une noirceur quasi absolue.

- Tu es de retour ? Enfin...Tenta la fée comme si elle n’osait pas vraiment y croire.
- Oui, Lucky. Sourit la rousse avant d'enchaîner sur ces quelques mots. Comme notre ami Inferno. Le sang du Corbeau est plus savoureux qu’il n’en a l’air. Et pour toi ? Où étais-tu passée ?
- Je… J’ai essayé de trouver de l’aide mais Inferno se battait déjà avec le Scorpion d’or et…
- Je sais.


Elle la fit taire d'un geste plus de délicatesse, une expression de douleur sur le visage. Puis, par chance ou malchance, le Démon vint mettre un terme à cette conversation quelque peu désagréable. Un piqué digne des meilleurs spectres jusqu’à ce que l’Etoile du Tourment n'attaque d'office ou plus exactement ne lui hurle dans les oreilles.

Elle jeta un œil à Bardamu dont l'ombre se trouvait encore à quelques pas d'eux. Elle baisse les yeux, en proie à une peine encore si douloureuse.

Tous deux avaient encore échangé quelques mots sur la déesse de la Guerre et sa quasi absence après de ses troupes. Pas une fois, la déesse ne l’avait interrompu. L’heure n’était pas à la dispute entre les deux amoureux même si leurs routes venaient de se séparer. Elle s’était juste contentée d’acquiescer avant répondre sur un ton de défi.

- Si tu le souhaites et semble si convaincu, mon beau Scorpion, je veux bien te croire lorsque tu dis la connaître. Mais pour ce qui est du reste, je ne changerais d’avis que si ta déesse accepte de me parler comme Perséphone a bien voulu le faire avec toi. Tu ne peux nier cela, ma reine t’a reçu malgré tout…

Elle était toute prête à t'écouter...

Si seulement..


Elle s’était tue, sa voix s'étranglant en un sanglot qu'elle n'avait pu retenir. L’émotion était toujours trop forte pour elle. La suite de la discussion fut celle de leurs au revoir et Lydia avait repris son vol.

Que Perséphone se servait d’elle, la somptueuse Vampire rousse n’en avait cure. N’était-elle pas sa servante et confidente ? Depuis, son éveil elle ne pouvait nier avoir eu des instants de bonheur parmi les siens. Seuls quelques-uns tentaient de lui nuire mais les autres, eux, étaient sa nouvelle famille. Elle aimait les Enfers et ses frères et soeurs d'armes luttant aussi pour eux.

Son monde était en danger ainsi que celle qu’elle avait juré de protéger. Lydia ne pouvait se résoudre à laisser les sacrilèges avancer encore davantage vers les Enfers sans tout tenter. La Lune d’Ambre devenue noire avait fait tomber la nuit sur la Cascade.

Chose pour laquelle Inferno l'avait justement interrogée.

Pour toute parole, Lydia ferma ses longs yeux de rubis avant reprendre emprise sur elle-même. Elle replia ses ailes avant d'avancer avec grâce vers le spectre et de poser ses mains sur ses épaules.

- La lune d'Ambre nous aime et la nuit est notre meilleure alliée, Inferno. Même si ce n'est que la nuit noire, elle peut nous rappeler ce que nous sommes et ce monde qui est le notre. Celui qui t'a accueilli Inferno. Pense à cela, nous sommes tous des guerriers des sombres monarques. Aussi différents soyons-nous. Nous sommes liés aux ombres et au Royaume de nos maitres.

Pour eux et pour nous, nous devons lutter et montrer que nous sommes, là nous aussi.


Elle finit pas se rapprocher avant de plonger ses yeux de rubis dans ceux d'Inferno.

- Pour la fin de cette guerre, je ne te dirai rien sur ce qu'il vient de se passer. Sur le mal que tu nous à fait à moi et à celui que j'aime...

Rien ne viendra se mettre entre les gardes de la reine des Enfers mais ensuite... La vie reprendra son cours.

Inferno, pour nos maîtres, nous devons être unis comme le sont tous les spectres.

Et ensuite...

Le temps aura fait son oeuvre, mon frère...


Elle finit par lui sourire avant de taper fraternellement sur son épaule.

- Il y a un temps pour tout, mon cher Inferno. Prend ce temps et à toi de voir ce qu'il pourra t'offrir.

Et reprenant Lucky dans ses bras, elle se mit à caresser avec tendresse la chevelure de la fée. La Vampire ne pouvais le voir mais Lucky en profita pour faire un clin d'oeil au spectre. Lui faisant bien comprendre qu'il ne fallait pas désespérer.

- Trève de bavardage, notre reine nous attend. Ensuite... On aura bien assez de têtes à faire tomber ou de calices à vider...

==> Cocyte

Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Ven 23 Mar - 19:19



Lucky était aux côtés de sa maîtresse, et me sourit en me voyant arriver. Je n'aurais su dire pourquoi, mais j'avais le sentiment que la petite fée m'appréciait. Aussi, chose rare chez moi, je lui rendis furtivement son sourire. La réponse de Lydia, quant à elle, me perturba plus qu'autre chose. Cependant, il était évident que la jeune femme souffrait à cause de ce que j'avais fait. J'avais tué son amour en connaissance de cause et sans la moindre hésitation, parce que je savais que c'était le mieux pour elle, pour son avenir. Malgré tout, l'étoile des ténèbres se voilait toujours la face, ce qui était compréhensible. Il lui faudrait du temps pour l'accepter, et j'étais tout à fait prêt à le lui accorder...

Ses mots emplis de sous entendus douloureux me poussèrent à conserver le silence, jusque dans mon regard qui reflétait la même souffrance que celle de Lydia lorsqu'elle plongea le sien dans le mien. Oui, si je n'avais aucun problème avec le fait d'abattre Bardamu, le fait d'avoir fait souffrir la belle vampire en conséquence était beaucoup plus difficile à gérer et se lisait aisément dans mes yeux d'encre.

Quand elle eut finalement terminé son discours, le clin d'oeil de Lucky à mon égard fut une véritable bouffée d'oxygène qui alla même jusqu'à m'arracher un sourire l'espace d'un instant. Lydia se tourna pour prendre la direction du Cocyte, et je relevai finalement la tête pour lui dire :
- Entendu, pars devant. Je te rejoins, ajoutai-je en me tournant vers la forme éthérée du Scorpion. Je termine ici et j'arrive...

J'attendis que la forme dissimulée par les ténèbres de Lydia ne disparaisse, avant de faire quelques pas en direction de Bardamu. Je m'interrompis à quelques mètres de lui, droit, mais las, le visage fatigué. Mon corps se détendit avant que je ne lui demande :
- Je boirais bien un coup, finalement, lui dis-je soudain en souriant tout en posant mes yeux sur la fiole spectrale.

Visiblement surpris et amusé, celui ci me lança la fiole avec adresse avant que je ne la réceptionne en plein vol et n'en boive une grosse lampée. Le fluide spectral coula le long de ma gorge et un agréable goût d'alcool emplit ma bouche.

- Ecoutes, Bardamu. Peu importe ce que tu crois sur moi. Ce que j'ai fait, je l'ai fait pour son bien à elle, commençai-je en pointant un pouce par dessus mon épaule en direction de l'endroit où la vampire avait disparu. Cette histoire ne pouvait pas se terminer de manière heureuse. Et je suis peut être un tueur dans l'âme, mais je prends soin des gens que j'apprécie.
Ma main trembla sensiblement avant que je ne boive une autre gorgée. Mon ton était sérieux, et il n'était plus question d'amis ou d'ennemis entre le Scorpion et moi, mais d'une simple mise au point sur ce qui s'était passé.
- Je ne te dirai pas que je regrette de t'avoir éliminé, car ce serait faux. Tu es un chevalier d'Athéna, et à ce titre, je n'ai aucune compassion pour vous. Mais ta mort a causé du chagrin à Lydia, et cela... cela, j'en suis désolé... Mais il le fallait pour la libérer de cet amour sans issue.

Je n'avais jamais parlé aussi sérieusement avec un Saint de toute ma vie, et les mots étaient plus lourds les uns que les autres dans mon coeur. Enchaînant une nouvelle lampée, je repris :
- Tu es un sacré chevalier, Bardamu. Mais ne t'inquiètes pas, lui dis-je en redressant soudain la tête pour croiser son regard, j'ai l'intime conviction que nous nous recroiserons à nouveau...

Sur ces mots, je lui lançai la fiole d'alcool qu'il récupéra, avant de faire demi tour. Puis, sans me retourner, j'ajoutai :
- Merci pour le verre.....
Puis, je pris la direction du Cocyte aussi vite que je le pouvais pour rattraper Lydia.




Dernière édition par Inferno le Dim 25 Mar - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Dim 25 Mar - 13:35

Lydia répondit à Bardamu qu'elle était toute disposée à croire tout ce qu'il lui avait dit sur Athéna, notamment sur le fait que si elle, la Vampire, allait la voir, elle espérait qu'elle l'écoute tout comme Perséphone l'avait fait avec le Scorpion.

Il sourit. Eh ! Que ne le fais-tu alors ? Ma patronne est pas méchante et pour autant que je sache, elle a jamais bouffé personne !

Elle se détourna pour aller discuter avec Inferno. Il n'entendit pas ce que les deux Spectres se disaient et il n'allait pas s'approcher pour les écouter, c'eut été incorrect, enfin pas très discret, mais il devina qu'une fois de plus le Démon en prenait un peu pour son grade, vu la façon dont elle regardait son acolyte.

Finalement, elle s'envola dans la nuit noire et Bardamu lui fit un signe de la main. Inferno alla le voir et lui demanda s'il pouvait boire une gorgée de sa flasque spectrale ; avec un sourire, Bardamu accéda à sa requête : il n'était pas chien au point de refuser un coup à boire avec quelqu'un qui venait juste de le trucider.

Après s'être rassasié, le Spectre prit la parole :

- Ecoutes, Bardamu. Peu importe ce que tu crois sur moi. Ce que j'ai fait, je l'ai fait pour son bien à elle.
- Je n'en doute pas. Mais tu sais, Lydia est une grande fille et elle peut très bien se débrouiller toute seule, dit-il avec une pointe d'humour dans la voix.
- Cette histoire ne pouvait pas se termine de manière heureuse. Et je suis peut être un tueur dans l'âme, mais je prends soin des gens que j'apprécie.
- Ah ça ! A côté, Roméo et Juliette, tu connais j'espère ?, c'est moins compliqué...

Bardamu remarqua que la main de son interlocuteur tremblait légèrement : visiblement, il lui en coûtait beaucoup de dire ça, ce qui voulait dire qu'il ne devait peut être pas habitué à dire ce genre de choses.

- Je ne te dirai pas que je regrette de t'avoir éliminé, car ce serait faux. Tu es un chevalier d'Athéna, et à ce titre, je n'ai aucune compassion pour vous. Mais ta mort a causé du chagrin à Lydia, et cela... cela, j'en suis désolé... Mais il le fallait pour la libérer de cet amour sans issue.

Le Scorpion le regarda d'un air perplexe : ne le prends pas mal mais ce n'est pas à toi de décider de ce qui est bon ou pas pour Lydia, mais à elle, et seulement à elle. Mais dis-moi, permets-moi de te poser une question : ne serais-tu pas amoureux d'elle par hasard ?

Puis le Démon lui dit au revoir, le remerciant pour le verre et lui disant qu'ils se reverraient un jour ou l'autre.

Hum, si tu passes l'arme à gauche, tu pourras peut être me tenir compagnie : on pourra jouer aux dés ou se faire une partie d'échecs. Tu verras, la condition de fantôme c'est pas si mal que ça ! Et il ponctua cette dernière phrase d'un grand éclat de rire (spectral).

Il s'éloigna et le Chevalier d'Or le regarda longuement partir, l'air pensif...
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Dim 25 Mar - 23:52



" ne serais-tu pas amoureux d'elle par hasard ?"

Mon pied resta suspendu en l'air en entendant cette question. Cette dernière se répercuta en écho plusieurs fois dans ma tête avant que je ne fasse demi tour, perplexe. Eludant complètement la remarque humoristique du Scorpion, mes pensées se focalisèrent sur cette seule et unique question. Etait ce possible ? Approchant lentement de Bardamu, il me fallut plusieurs secondes pour trouver mes mots :
- Je... Je n'ai pas fait cela par jalousie ou pour te la voler, si c'est ce que tu insinues... lui dis-je soudain avec une parfaite franchise, moi même étonné de parler de ça avec un saint.

Un silence pesant s'installa plusieurs secondes avant que je ne reprenne :
- Je... je boirais bien un autre verre... lui dis-je alors, mal à l'aise.
Le chevalier du Scorpion me renvoya la flasque dont je bus une longue lampée avant d'ajouter :
- Pourquoi cette question ? Ais-je l'air amoureux d'elle ? demandai-je de plus en plus incertain de moi même.

Petit à petit, les sentiments et les questions se bousculaient en moi. Sans le moindre doute, Lydia était la femme la plus attirante que je n'avais jamais rencontré. Mais je ne l'avais jamais regardée ainsi, trop occupé à pourchasser les meurtriers de ma famille, aveuglé par propre haine. Mais à présent que Bardamu me mettait devant la chose en exigeant la réponse, je me retrouvais à court de réponses...
- Je dois bien admettre que je n'ai pas de réponse à te fournir, Bardamu, répondis-je soudain. Ce qui est certain, c'est que j'ai fait cela par amitié et non par amour. Du moins, je ne le crois pas... Je n'arrive pas à croire que je suis en train de parler de ça avec un saint... ajoutai-je en levant les yeux au ciel.

Sifflant une nouvelle gorgée du flux spectral, je la rendis à Bardamu avant de reprendre :
- Finalement, pourquoi souhaites tu tellement savoir ce qui se trame au fond ma tête, chevalier du Scorpion ? Après tout, je ne suis qu'un spectre parmi tant d'autres, lui dis-je en changeant rapidement d'angle d'attaque et en reprenant contenance.
Réfléchissant très vite, je lui dis ensuite :
- Je doute que tu t'intéresses autant aux autres spectres, d'ordinaire... Alors, Bardamu, qu'est ce qui se trame exactement dans ta petite tête ? lui demandai-je finalement de plus en plus curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Jeu 29 Mar - 20:39



Bien que ce soit avec un de mes pires ennemis que je sois en train de discuter, cette conversation était des plus passionnantes. Pourtant, plusieurs cosmos fonçant à vive allure dans notre direction me firent froncer les sourcils. Leur arrivée me contrariait. Ils étaient en avance sur l'horaire, et je n'aimais pas ça du tout. Etouffant un juron, je me tournai vers Bardamu, et lui fis un petit sourire en disant :
- Je suis désolé, mais cette conversation doit s'arrêter là. J'ai à faire... conclus-je d'un ton mystérieux. A bientôt, chevalier du Scorpion...

Faisant volte face, je me mis à courir en direction du cocyte. Me replier ainsi me coûtait énormément, mais mon corps n'avait pas encore suffisamment récupéré depuis mon dernier combat, et si je ne voulais pas finir en pièces détachées, la prudence était de rigueur. Perséphone ne me donnerait certainement pas de troisième chance.

Dévalant la pente qui quittait la Cascade pour mener à la septième prison, je m'immobilisai soudain en reconnaissant les deux plus puissants cosmos qui étaient à présent arrivés à la Cascade de sang.
- Encore vous... soufflai-je doucement en fronçant à nouveau les sourcils.
L'un d'eux n'était autre que le chevalier d'Or du Cancer, que j'avais fait la bétise de laisser en vie après notre combat. Quant au second, je ne le connaissais pas et ne l'avais jamais vu, mais je sentais en son cosmos qu'il était là pour me traquer et m'éliminer. Je le sentais. Et depuis quelques temps, je le sentais en permanance sur mes talons, comme une ombre un peu trop envahissante.
- Ne sois pas si pressé, chuchotai-je dans le vent avec un air mauvais. Notre rencontre viendra bien assez tôt...

Sur ces paroles que l'intéressé n'entendit jamais, je repris en toute hâte la direction du Cocyte, et de la Reine des Enfers.

Arrow Le Cocyte
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   Lun 9 Avr - 10:18

Bardamu se retrouvait seul : Inferno avait dû partir, suite à différents évènements quui s'étaient déroulés récemment. D'abord il y avait eu l'arrivée de ce drôle de type en noir et rouge qui portait un casque intégral sur la tête et qui avait l'amusante propriété d'être réfléchissant. Ce gugusse disait qu'il avait un compte à régler avec une divinité et le Scorpion avait craint qu'il ne s'en prenne à Athéna ; mais il fut vite rassuré : l'inconnu avait pris le chemin menant vers le Cocyte, là où se trouvait Perséphone.

D'ailleurs, de la Huitième Prison était venu un véritable rugissement bestial qui avait déchiré les nuées, un truc comme :

ROAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR !!!

Enfin quelque chose qui y ressemble... Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner que la Reine des Enfers avait invoqué une grosse bébête, issue des Âges Mythologiques, primitive, massive, puissante et... stupide. Rah, quelle mauvaise joueuse cette Perséphone ! s'était exclamé Bardamu, sirotant une gorgée d'alcool (spectral) ; car il ne faisait aucun doute dans l'esprit du Chevalier d'Or que la Guerre Sainte était proche de sa fin : les Spectres se faisaient laminer les uns après les autres, sous l'irrésistible avancée de ses compagnons d'armes ainsi que des Ases d'Odin, leurs alliés, et qu'en fait, l'épouse d'Hadès ne faisait que retarder l'inévitable. Bah ! Si j'étais à sa place, je ferais sûrement de même...

Il repensa à sa discussion avec Inferno, le Spectre du Démon ; quand il lui avait demandé s'il était amoureux de Lydia, il avait répondu :

- Je... Je n'ai pas fait cela par jalousie ou pour te la voler, si c'est ce que tu insinues...
- Je sais : tu combattais pour ta Déesse, tout comme je l'ai fait pour la mienne. avait-il répliqué.
- Pourquoi cette question ? Ais-je l'air amoureux d'elle ? avait-il demandé, l'air peu assuré.
- Hum, un peu...
- Finalement, pourquoi souhaites tu tellement savoir ce qui se trame au fond ma tête, chevalier du Scorpion ? Après tout, je ne suis qu'un spectre parmi tant d'autres [...] Je doute que tu t'intéresses autant aux autres spectres, d'ordinaire... Alors, Bardamu, qu'est ce qui se trame exactement dans ta petite tête ?
- Disons que c'est une chouette fille et je ne veux plus qu'il lui arrive du mal à cause de moi... Raison pour laquelle je te demanderai de veiller sur elle...

Il but une autre gorgée cul-sec pour masquer son émotion. Il espérait qu'Inferno avait compris le sens de ses dernières paroles. Il pensa que oui : le Spectre était plus fin qu'il en avait l'air.
Son interlocuteur était parti et Bardamu était, une fois de plus, seul.

Il en était donc à se morfondre quand soudain une voix résonna dans son esprit :

*Chevaliers d’Or… Nous requérons votre aide. A nous deux, nous ne pourrons vaincre le Dieu de la Mort seuls. Pour Athéna, pour la Terre, pour l’Humanité, prêtez-nous de votre pouvoir, afin que nous terrassions notre ennemi !!!! *

Il se concentra et sentit que non loin de l'entrée des Enfers ses compagnons d'armes étaient en train d'affronter Thanatos ! Il fit exploser son Cosmos comme jamais : l'halo doré qui l'enveloppa dissipa les ténèbres levées par Lydia du Vampire et bientôt la Cascade de Sang fut de nouveau visible. Il envoya son Cosmos, qui prit la forme d'un Scorpion d'Or, par-delà les Prisons infernales pour qu'il assiste ses frères d'armes durant leur lutte contre le Dieu.

- JE SUIS A VOS CÔTES LES AMIS !!!! hurla-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Fuite du Colisée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuite du Colisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Cascade de Sang-