RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Premier Sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Premier Sang   Jeu 1 Déc - 21:22



Chronique I : Premier Sang

Il m'avait fallu beaucoup de temps pour retrouver la trace des hommes qui étaient présents lors de cette nuit meurtrière. Obtenir leurs noms avait été le plus difficile, mais savoir où ils étaient à présent, neuf ans plus tard, ne s'était pas avéré plus facile. Fort heureusement, pour quelqu'un vivant en marge des lois comme moi depuis longtemps, trouver des informateurs efficaces était plutôt facile, surtout quand comme moi, on était redouté dans le milieu.

Peu de temps après que je n'aie mis la main sur le surplis du Démon, j'eus des nouvelles d'un de mes indics qui m'étonna au plus haut point : il avait réussi à localiser à coup sûr trois des assassins d'un seul coup. Ils travaillaient aujourd'hui tous trois comme gardes sur l'île d'Andromède, une île volcanique, bien connue pour être un terrain d'entraînement du sanctuaire, passage obligé pour gagner le droit de porter l'armure de Bronze du même nom. Je connaissais la destination, il ne me restait plus qu'à me rendre sur place, et commencer la série de meurtres planifiée depuis si longtemps. Dès que je le pus, je quittai donc les enfers, et en quelques heures, j'arrivai en vue de l'île d'Andromède.

Sous le couvert de la nuit, je pus aborder l'île sans la moindre difficulté. Quantité de cosmos insignifiants grouillaient aux alentours, propriétés des élèves s'entraînant ici dans l'espoir de mériter un jour de porter l'armure d'Andromède. Pourtant, dans cette masse informe de cosmos insignifiants, seuls trois d'entre eux m'intéressaient. Trois cosmos que j'aurais pu reconnaître entre des milliers, des millions d'autres même. Lydia voulait des âmes : j'allais me faire un plaisir de lui en fournir...

Me déplaçant aussi silencieusement qu'une ombre entre les colonnes des bâtiments, ma main transperça soudain avec une agilité meurtrière le corps d'un garde qui s'effondra sans le moindre bruit dans une mare de son propre sang, sous mon regard froid et et détaché, impassible malgré la cruauté de la scène. Toujours en silence et sous couvert des ténèbres, tous les soldats montant la garde connurent en quelques minutes le même sort que leur frère d'armes.

Finalement, c'est devant les dortoirs des jeunes élèves paisiblement endormis que je me retrouvais. Ce n'étaient que des enfants. Et alors ? N'étais-je pas moi même pas un enfant lorsque le sanctuaire avait détruit ma vie. Une lueur de folie passa dans mon regard avant que je ne pénètre les dortoirs. Pas un ne survécut... Tous succombèrent sous ma main meurtrière. C'est couvert du sang de ces jeunes recrues que je refis surface au clair de lune. La violence de mes actes se voulait être un avertissement directement adressé au sanctuaire : un acte de premier sang scellant la promesse d'une vengeance prochaine.

Lydia aurait désormais plus que suffisamment d'âmes, mais il ne s'agissait plus de cela. C'était personnel. Je ne repartirais pas avant d'avoir trouvé mes cibles spécifiques. En approchant du bâtiment de la garde, un sourire cruel s'étira sur mon visage tâché du sang des jeunes apprentis. Je ne pouvais me tromper cette fois : ils étaient à l'intérieur. C'est avec un plaisir cruel que je vis un garde sortir dehors pour se soulager contre un des murs du bâtiments. Le pauvre ne sut jamais pourquoi sa nuque se brisa l'instant d'après. Il était temps de me dévoiler à mes futures victimes : attrapant le dernier mort par les cheveux, je fis un puissant tour sur moi même avant de lancer sa dépouille pile à l'intérieur de la grande bâtisse qui était de type architectural grec ancien, comme on on pouvait s'y attendre. Le corps du pauvre malheureux s'écrasa contre la table où mes trois cibles jouaient tranquillement aux cartes.

Il leur fallut quelques secondes pour analyser la situation, mais loin de fuir, ils me rejoignirent sous les étoiles.
- Je n'en attendais pas moins de vous...
- Un spectre ! hurla l'un d'entre eux.
- Tu n'aurais jamais dü venir ici, commença le plus costaud des trois en faisant craquer ses articulations.

Devant tant de sous estimation de leur part, mon sourire s'effaça de mon visage et une lueur de meurtre passa furtivement. D'un geste aussi rapide que l'éclair, je disparus pour réapparaître derrière mes ennemis et briser le bras de l'un d'entre eux qui tomba au sol en hurlant de douleur. Le temps qu'ils ne se retournent, j'étais déjà revenu à mon emplacement initial.
- Si vous saviez, leur dis-je alors qu'ils se tournaient à nouveau pour me faire face, combien j'ai attendu ce moment.

Le regard de défi du plus costaud s'était changé en peur, et la phrase que j'attendais impatiemment franchit le seuil de ses lèvres :
- Qui... Qui es tu ?
A nouveau, un large sourire cruel s'élargit sur mon visage, et je lui répondis par deux mots qui scelleraient à jamais leur destin :
- Jason Arkaios...

Puis, à nouveau, je disparus pour réapparaître derrière eux, bras croisés :
- Il fut un temps où on m'appelait Jason Arkaios... Mais c'était avant que vous ne détruisiez ma vie...

Soudain, mon cosmos s'intensifia, et une aura sanglante se déploya autour de moi, boostée par ma colère que je laissai enfin éclater :
- DAEMON'S FANG !

Dans une explosion de coups, les corps des trois soldats traversèrent la cour pour aller s'écraser dans un bruit mat contre le mur d'en face. Chaque os, chaque membre, avait été minutieusement réduit en bouillie par les centaines de coups que je leur avais donnés. Fermant les yeux, et relâchant la pression alors que je laissai retomber mes bras le long de mon corps, un soupir de soulagement s'échappa de ma bouche tandis que je me tenais debout au milieu de cette véritable boucherie. Cela faisait trois de moins... Mais les autres ne perdaient rien pour attendre... Aucun n'en ressortirait vivant...

Revenir en haut Aller en bas
 

Premier Sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-