RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Colisée - L'armée d'Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 15 Fév - 20:31

Arrow Asgard (Briser la glace)

Ysselda atterrit tel un météore, en position agenouillée, creusant un petit cratère sur le sol du Colisée, soulevant un peu de poussière et de roche. Fidèle à elle-même, elle aimait à faire des entrées quelques peu fracassantes ! Elle se releva, tournant son regard aux alentours et fronça les sourcils : pourquoi son arme l'avait-elle amenée ici ? Pourquoi l'avait-elle conduite au Sanctuaire des Chevaliers d'Athéna ? Ce n'étaient certainement pas ici que se trouvait le passage qui menait aux Enfers !

Le ciel était bleu et le soleil ardent ; la Guerrière Sacrée commença à avoir chaud, trop chaud même ! Par Odin, comment des gens peuvent-ils supporter une telle fournaise ?! tonna-t-elle.

C'est alors qu'elle sentit plusieurs Cosmos, dont l'un extrêmement puissant, et qu'elle vit plusieurs personnes se tenant non loin d'une sorte d'arche lumineuse et chatoyante qui brillait tel le Bifrost, le Pont de l'Arc-En-Ciel.
Elle s'approcha du groupe. Il y avait deux hommes et deux femmes. Les trois premiers personnages portaient des armures étincelantes et le quatrième une robe ; il émanait de cette dernière une puissance indescriptible et Ysselda comprit qu'elle avait en face d'elle une divinité.

SALUTATIONS ! fit-elle de sa voix puissante qui roula à travers la vallée, JE SUIS YSSELDA, FILLE DE SVEN ET DE VIVEKA, GUERRIÈRE SACRÉE DE MJOLNIR !!

Une expression de surprise heureuse put se lire alors sur son visage car elle reconnut Signun, le Saint avec qui elle s'était entraînée, il y a de cela quelques heures. Elle se dirigea vers ce dernier : Ah, Signun, que je suis fort aise de te revoir ! Et elle gratifia le Sagittaire d'une bourrade amicale tout ce qu'il y avait de plus virile. Puis elle fit un signe de tête aux autres Saints et s'inclina légèrement devant la Déesse. De son marteau elle désigna l'arche scintillante :

Qu'est ceci ?

En fait, un petit quelque chose lui disait que ce devait certainement être une sorte de passage menant vers les Enfers mais elle préférait avoir quand même confirmation. Attendant la réponse, elle en profita pour mieux observer les compagnons de Signun, notamment la belle femme aux cheveux bleus et à l'armure dorée ; c'est alors qu'elle se rendit compte que la guerrière était en réalité un guerrier !

*Par Odin, quelle est cette manie de recruter des guerriers ayant l'allure de femelles ?!* pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 16 Fév - 0:51

--> Asgard

Finalement la filature échoua lamentablement alors que le loup suivait le dragon des mers au plus près. Une chose surnaturelle venait d' aider le marina à se soustraire de son adversaire, et Samiel cru le comprendre. Amphitrite, sa déesse l' avait aider avec son cosmos, et il se volatilisa comme par magie. Sa rage était grande, mais pour autant il avait déjà parcouru de long kilomètres. C' était donc une autre destination qui l' attendait. Il avait cru comprendre par les saints que c' était par le sanctuaire que l' assaut sur le domaine d' Hadès se ferait. Alors, il ne perdit plus une seconde plus. Il se mit en route vers le sanctuaire sacré d' Athéna à vive allure.

Dragon des mers ! Tu as donc filer en douce....Et après, tu me diras, à moi, que c' est moi le froussard ou je ne sais quoi d' autre. C' est pas bien grave car on se retrouvera très rapidement. pensa t' il.

Après un déplacement de quelques jours et des plus sportif, il arriva sous la chaleur du soleil Grecque. Et comme il connaissait déjà bien la route pour se rendre au sanctuaire d' Athéna, il n' eut aucun mal à retrouver le chemin de ses alliés. Enfin son voyage s' acheva. Il venait d' arriver sur le sanctuaire et il ressentit le cosmos de l' un des siens, un cosmos divin , celui du sagittaire et d' autres saint probablement.

Il y a de l' agitation par là-bas.

Il continua sa marche plus lentement restant aux aguets quand même et s' aventura vers une sorte d' arêne de combat. Tous y étaient présent. Il ne se fit donc pas prier et se présenta devant tous le monde.

Ysselda ! Tu es déjà là....

Regardant le restant des personnes présentes, il reconnu Signun toujours vivant, une déesse olympienne et il s' agenouilla avant de prendre la parole:

Signun, je suis content de te revoir en vie, mais je vois que tes blessures te pésent encore....Son regard se posa sur la déesse qui lui était inconnu... Je suis Samiel, guerrier divin d' Epsilon et j' ai cru comprendre lors de l' arrivée des saints de l' espoir en terre d' Asgard qu' une invasion aurait lieu en partance du sanctuaire. Alors me voici prêt à vous donner un sérieux coup de main si vous êtes d' accord.

Il se releva et tout en continuant à regarder, il s' aperçut qu' un vortex était ouvert. Était-ce donc par la que se faisait l' assaut sur les enfers ? mais surtout avait-il déjà commencé ?

Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 16 Fév - 10:01

Ishiro écouta avec attention les dires de Kappa concernant la protection qu'ils bénéficieraient en enfer et en était content, encore plus heureux d'apprendre que ce Astre serait de la partie. Kappa lui conseilla de se méfier de lui mais le Phoenix ne le sous estimait pas pour avoir pu sentir la puissance de son cosmos. Ishiro espéra alors que celui ci serait assez épuisé pour pouvoir le tuer plus facilement. A cela son aura augmenta et son regard devint rouge. Le Verseau calma sa jouissance en partant vers le portail. Le saint allait le suivre quand il vit que plusieurs personnes arrivèrent. Un chevalier avec des ales sur le dos, Sagittaire sans doute arriva près de la déesse, on sentait sa fidélité à la déesse, puis un autre plus éfeminé, il ne reconnut pas cette armure d'or ... Tout à coup il y eut un petit fracas en plein milieu du Colisée, le bronze se masqua les yeux avec son gantelet et remarqua une femme en son milieu. Qu'elle était bruyante ! Celle ci n'aimait pas trop la chaleur de la Grèce. Ishiro sourit en con mais ne connaissait pas ses armures. Une chose le rassura quand la femme frappa amicalement l'épaule du Sagittaire, cela devait être une alliée et de choix au vu de son cosmos. Un autre guerrier arriva mais encore une fois il ne reconnut personne. Ils avaient pourtant bel et bien l'air de se connaître. Tout ce petit monde mettait mal à l'aise Ishiro lui qui était solitaire, il était temps pour lui de partir, n'aimant pas cette foule aussi active en bon sentiment. Ishiro marcha, brûlant son cosmos de feu, il marcha en plein milieu des personnes ici présentes. Il ne s'arrêta pas et parla en marchant.

"Ça y est, vous êtes arrivés ? On est pas là pour un picnic mais pour détruire les spectres ainsi que les marinas !"


Ishiro avança vers le portail, le cosmos léchant la jeune femme de sa chaleur qui fit sourire le saint se rappelant qu'elle n'aimait pas toute cette fournaise. Ishiro fit un signe de tête à Athéna puis s'élança dans le portail des enfers retrouver les autres et enfin se battre ! Qu'allait-il découvrir en enfer, c'était la première fois qu'il s'y rendait. Lentement le saint fut aspiré dans le noir le plus intense et à une vitesse vertigineuse vers le royaume d'Hadès ...


Arrow Porte des Enfers


Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 17 Fév - 0:43

Le premier à répondre fut un chevalier dont le cosmos était flamboyant de chaleur, et sur un ton des plus ironique invita les guerriers divins à partir au combat. Il avait plus que raison sur un point en tout cas. Ils étaient pas là pour partir en picnic, mais bel et bien pour anéantir les spectres et leur alliés, les marinas.

Tu as bien raison chevalier d' Athéna. Nous ne sommes pas la pour faire la causette, mais bel et bien pour se battre et mettre un terme à toute cette mascarade.

En repensant au fond bond du général de Poséidon, Samiel serra les deux poings très fort.

Haiken, je te reverrais et là tant pis pour toi... pensa le loup.

En regardant l' allure général du chevalier qui leur avait parlé, il reconnu en lui de l' assurance, mais aussi un caractère bien trempé. Comme lui. Oui, lui aussi, il était comme ça. Franc du collier et assez solitaire, même si sur ce dernier point il essayait de changer. Et un jour peut-être, il serait plus abordable.

Il regarda le chevalier de bronze franchir le portail dimensionnel et regarda ceux encore présent, notamment la déesse Athéna.

Ne m' en veuillez pas de ne pas vouloir resté, mais votre jeun ami à raison. Je m' en vais donc de ce pas le suivre et rentré dans le vif du sujet à fin de vous aidez au mieu.

Le domaine sous terrain lui était inconnu, mais pourtant cela ne lui causait aucune peur, aucune tension particulière sinon celle du désir monstrueux de combattre encore et encore à fin de mettre à mal les armées démoniaques de Poséidon et Hadès. Oui, il avait ça dans le sang et il était née, de toute façon pour cela. Cette vie il l' aimait, même si elle n' atait guère évidente tous les jours.

Arrow entrée des enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Sam 18 Fév - 14:23

Alors qu'elle attendait une réponse de la part d'une des personnes présentes en ce lieu, un Cosmos que connaissait bien Ysselda fit son apparition : c'était Samiel, le Guerrier Divin d'Epsilon. Mince, presque maigre même, il celait une force peu commune et une vitalité à toute épreuve, pareil à un loup. D'ailleurs, sa Robe Divine était celle de Fenrir, le loup mythique, fils de Loki et d'Angerboda, qui avait mutilé le Dieu Tyr, ce dernier ayant accepté de sacrifier sa main pour que les autres Ases puissent entraver l'animal monstrueux avec le bandeau Gleipnir, forgé par les Nains.
Plus tard, durant le Ragnarok, Fenrir réussit à se libérer de la chaîne et tua Odin ; mais il fut tué à son tour par Vidar le Silencieux.

Dans ces conditions, Ysselda ne savait pas vraiment si c'était de bon augure que ce Guerrier Divin fut à ses côtés durant les batailles à venir...

Ysselda ! Tu es déjà là...

Pour toute réponse, elle se contenta de hocher la tête. L'un des Saints, portant une armure aux couleurs multiples passant entre eux deux, disant d'une voix chargée d'ironie : "Ça y est, vous êtes arrivés ? On est pas là pour un pique-nique mais pour détruire les Spectres ainsi que les Marinas !" Et sans en ajouter davantage, il franchit l'arche scintillante. L'ex-Walkyrie eut ainsi la confirmation qu'elle menait bel et bien vers le Monde des Morts.

Ysselda avait noté que l'aura de ce freluquet était ardente, signe qu'il maîtrisait le feu... Par contre s'il avait espéré l'incommoder avec, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu'à l'omoplate !
Samiel se rangea à l'avis du Bronze Saint et franchit à son tour le portail. La guerrière décida de leur emboîter le pas et, après avoir fait un signe de la main au trio restant, se dirigea vers l'ouverture.

Elle eut un petit moment d'hésitation avant de passer le seuil : qu'allait-elle trouver au-delà ? Les Enfers grecs différaient-ils du Helheim ou du Niflheim ? Ou étaient-ils similaires en essence ? Prenant une profonde inspiration, elle adressa une prière silencieuse à Odin et fit un pas en avant. Aussitôt elle se sentit aspirée par une force d'attraction irrésistible. Elle avait l'impression que son corps était distendu à l'extrême, comme s'il n'était plus que du caoutchouc ; puis cette sensation ne dura qu'un instant, remplacée par celle de la chute dans un puits sans fond. Ysselda perdit la notion du temps et de l'espace et seuls la morsure d'un froid glacial et un son lugubre, semblable à la plainte étouffée de millions de voix désespérées accompagna cette vertigineuse plongée dans les ténèbres de l'inconnu...

Arrow Porte des Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 21 Fév - 1:28

    La nuit laissa sa place au jour.
    De timides et pâles rayons dont les bras jaunes eurent très vite raison des couleurs obscurs du soir mourant, commençaient à poindre à l'horizon. Naissait l'Aurore aux doigts roses, jolie nymphe rêveuse auréolée d'or et parée d'une délicate robe diaphane, qui, guillerette, s'activait enfin à ses tâches matinales.
    Si l'astre flamboyant annonçait un nouveau jour, Athéna voyait en lui la promesse d'un renouveau. En témoignait ce parfum délicat emporté par une brise légère. Si ses yeux pers étaient irrémédiablement fixés sur son œuvre, sur les feuilles vertes de l'olivier, elle n'ignora pas l'échange entre les deux chevaliers. Cela ne manqua pas d'ailleurs de la faire sourire.

    Le feu et la glace œuvrant ensemble... pour l'harmonie de ce monde. Une pensée bien cocasse très vite balayée par la disparition soudaine du chevalier du Verseau. Là encore, la Déesse ne sut quoi ajouter de plus. Ses paroles avaient sans doute été suffisamment claires.
    Le manque.
    Véritable fléau pour un cœur désœuvré, vidé de tout espoirs. Car son amie perdue, même si elle ne l'était pas véritablement, n'existait plus. Plus d'une certaine manière tout du moins. Son âme endormie reposait aux côtés de la flamboyante oriflamme divine, l'essence de la Sagesse. Mashia du Lotus s'était effacée, de son propre chef, mais Athéna ne doutait pas que celle-ci se manifesterait tôt ou tard.

    Avec plus d'intensité. Jusqu'à voir s'épanouir les pétales du Lotus écarlates? Seules les Moires connaissaient la réponse à cette question.
    Stoïque, la Déesse se laissait envahir par divers sentiments forts comme opposés, sans que jamais ils viennent perturber l'impassibilité de ce visage de porcelaine. Le soleil de Grèce commençait à réchauffer sa peau en même temps que son cœur, distraitement, elle huma l'air avant de sourire. Un cosmos qu'elle n'eut aucun mal à identifier, surgit telle une flèche : Le Sagittaire paraissait finalement devant elle, de retour du Pays des Glaces. La fatigue se lisait sur son visage. Lui aussi, avait dû connaître des heures difficiles. Des combats. Sentir le sang d'innocents... Voir l'immaculé éclaboussé de vermeil.

    Bien qu'amochée, son armure n'avait en rien perdue de sa superbe et quand le jeune homme présenta ses hommages à la Déesse Athéna, les ailes de l'armure d'or se replièrent autour de lui, comme le ferait un cocon. Elle leva une main vers lui, une invitation à se redresser, ne désirant pas tant de cérémonies.
    Posant un regard bienveillant sur lui, elle s'apprêta à prendre la parole quand un parfum familier et capiteux s'installa dans tout le Colisée.

    Une note de nostalgie. Une fragrance mélancolique.
    Ainsi donc Albafika avait bel et bien succombé aux portes des Enfers. Ce qu'elle avait par conséquent pressentit s'était réalisé et l'armure d'or des Poissons avait d'ors et déjà choisit un autre successeur.
    Ô Fatalité! Sadique maîtresse même pour une Déité! L'enfermement de ses Oncles puis de Zeus, prélude à la guerre, la virulence d'Arès mêlée à la vilénie d'Éris puis le conflit en Asgard, autant d'évènements annonciateurs de bouleversements tandis que s'effaçait au dessus de la tête des Chevaliers, la constellation du Taureau... Le sort s'acharnerait-il?
    Ainsi donc, un nouveau représentant des Poissons s'avançait, une cape couleur d'encre emmitouflant sa silhouette souple, élancée.

    Une main posée en travers sa poitrine, Athéna se permit un sourire à l'entente des propos de Celsius. Son cosmos s'envola vers lui, aussi vite que le battement d'une aile de papillon, doux, plein de reconnaissance. Zénon. Ce nom surgissait d'outre tombe, lointain dans sa mémoire, mais tout de même présent, imprimé, souvenir indélébile. Là encore, la jeune femme à la chevelure de feu fut interrompue par l'arrivée impromptue et ô combien bruyante d'un Ase. Tombée du ciel, une guerrière répondant au nom d'Ysselda se présenta à tous d'une façon quelque peu... pittoresque. Cette femme tonitruante ne manquait pas d'assurance, ni de courage. À n'en point douter, elle désirait au plus vite rejoindre les Enfers pour en découdre avec les Spectres.

    Belle intention chevaleresque.
    Un second homme originaire du Royaume des Glaces se présenta très peu de temps après ce discours assourdissant. L'envie d'imiter l'insolente était si forte qu'Athéna ne put s'empêcher de rire. Si il n'y avait pas tant eu d'innocentes oreilles, peut-être aurait elle put démontrer la puissance de son cri pour la deuxième fois.
    Sur ces entrefaites, et sans avoir prononcé jusque là un seul mot, elle attendit que tous se soient enfoncés dans le portail avant de soupirer.

      «Eh bien eh bien, en voilà une belle cacophonie! Héphaïstos lui-même déplorerait un tel tapage! Et pourtant, je pensais qu'aucun bruit ne pourrait rivaliser avec le fracas perpétuel qui règne dans l'antre du Dieu des Forges. Jusqu'à maintenant en tout cas.»

    Ses yeux turquoises se posèrent sur Signun puis sur Celsius. Aussitôt ses traits redevinrent figés dans une expression sérieuse, presque triste.

      «Signun du Sagittaire, je suis heureuse de te revoir parmi les tiens, je lis l'interrogation dans tes yeux, aussi ne t'inquiète point chevalier, c'est là une longue histoire que je te conterais plus tard, pour l'heure saches seulement que mon ancienne enveloppe se porte bien. Le temps nous est compté aussi nous ne devons pas le gâcher. -la Déesse désigna le portail de son sceptre et reprit plus gravement- Celsius, tu es désormais le nouveau Gardien de la Douzième Maison et porteur de la dite malédiction dont tu parles. Bien sûr, ce poison là n'est pas des plus nocif pour un Dieu, mais je comprends ton appréhension. -Athéna se souvenait en revanche des effets du poison de la Discorde : véritable fléau ayant manqué de faire mourir l'innocente Arianna.- Soit le bienvenu Chevalier d'Or des Poissons, saches que je suis peinée d'apprendre la mort de Zénon, c'est là encore une nouvelle qui me chagrine, en plus de savoir le reste de mes troupes éparpillées aux quatre coins du Pandémonium...»

    Athéna songeait à elle-même partir sur le champ. D'un coup d'œil, elle se concerta avec sa sœur Artémis qui ne cillait pas, trop concentrée sur sa tâche. La belle Chasseresse ne faiblissait pas, Apollon la soutenait lui aussi sans faiblir et... Hermès ? Le Dieu des Voleur n'avait pas donné signe de vie, et se trouvait, semblerait-il, tout en haut dans la demeure du Pope. Quelque chose faisait qu'elle ne pouvait partir sans le voir, alors, conversant avec Niké qui évoluait dans le ciel, celle-ci alla délivrer un message au Dieu : ~Cher frère, me voilà bien soucieuse de ne point te voir apparaître devant moi, n'as-tu rien à me dire? Qu'attends-tu là haut, installé sur ton promontoire? J'ai un mauvais pressentiment et peut-être en connaitrait-tu l'origine?~

      «Ce portail mène aux Enfers, là où l'urne de Zeus se trouve. Si le Dieu des Dieux ne retrouve pas sa place sur le trône, je crains qu'Arès et Éris, instigateurs de cette guerre, ne prennent les pleins pouvoir sur l'Olympe évinçant du même coup, l'harmonie de ce monde. Je compte sur votre réussite, rejoignez vos frères d'arme et ayez foi en vous chevalier, je tâcherais de vous suivre le plus vite possible.»
Revenir en haut Aller en bas
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 23 Fév - 12:48

    Enfin, j'étais devenu chevalier, et enfin, j'allais apprendre ce que signifiais vraiment être chevalier. Je cherchais dans le Sanctuaire des supérieurs ou des confrères Bronze, mais rien de cela. Le Sanctuaire était vide. Je m'étais aventuré dans quelques maisons de chevaliers d'Or, mais avais fait demi-tour au moment où je suis passé dans la maison des Gémeaux, en voyant que j'étais revenu à l'entrée. Je me concentrais alors quelque peu, mais rien de difficile. La Déesse n'était pas loin. Je suivi son doux cosmos afin de revenir en fait, à mon point de départ : Le Colisée. En fait, tout le monde était venu ici, et moi j'étais parti vers les maisons du Zodiaque, manquant tout l'essentiel. Je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait. Il y avait le chevalier d'Or des poissons, Athéna, le chevalier d'Or du Sagittaire, et enfin... Une personne inconnue. Cependant, elle semblait posséder une grande force. J'avais un peu peur, devant toutes ces personnes qui étaient si fortes comparées à moi. Un peu tremblant et hésitant, j'avançais jusqu'à la Déesse Athéna, mis un genou au sol et prononça ses quelques mots.

    - Ma Déesse. Je suis Yavin, chevalier de Bronze du Lionnet. Je ne viens que d'être prononcé chevalier, mais sachez que je saurais remplir les missions que vous me confiez, et ma loyauté sera sans égale. Que puis-je faire pour vous ?

    Je ne savais pas vraiment ce qui m'attendais. Ils avaient tous l'air en stress ici... Si même les chevaliers d'Or étaient comme cela, comment j'allais pouvoir m'en sortir moi ? Étions-nous vraiment en Guerre ? Je pense que c'était cela, et je ne me sentais pas vraiment prêt pour pouvoir tout de suite affronter Spectres et autres ennemis. Mais pour Athéna, je devais le faire. Il fallait que je gagne de la confiance en moi, et tout serait possible. C'est avec un air déterminé, que j'attendais les ordres de ma Déesse.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 24 Fév - 19:58

:: Dashing Entrance :.

Tes yeux se ferment et tu te redresses. Tu es chevalier d'or, tu es tout-puissant. Tu es Celsius des Poissons. Athéna est ta déesse et tu es son bras armé. Tes roses sont à son service. Quoi qu'il puisse se passer, tu lui dois obéissance. Du jour de ta naissance à celui de ta mort, tu lui étais destiné ; on a tracé ce destin pour toi. Les Moires s'amusent de te renvoyer obstinément sur le sentier de la guerre mais tu n'en as cure. Cette voie t'était tracée depuis toujours, ton maître t'avait mis en garde. Tu n'as rien oublié de ses enseignements et a assimilé tout ce qu'il y a à savoir. Tu es fin prêt, et il est temps pour toi de faire tes premières armes. Le vent souffle dans tes cheveux et leur donne l'aspect d'une eau claire tombant à verses pour mieux choir dans le vide. Ta beauté est sans égal, c'est ton héritage. D'aucuns diront que tu as tout de la femme fragile, mais laisse-les dire : tu sais où est ta vraie place.

Tu sais qui tu es vraiment. Et surtout, tu sais que ta place est aux Enfers. La déesse de la sagesse te l'a demandé et tu t'exécutes. C'est la première mission qui t'est confiée, tu ne dois pas faillir à la tâche. Tu restes un moment complètement figé, le regard toujours songeur. Puis, ton corps se tend dans un effort formidable alors qu'un étrange souffle se crée autour de toi. Ta chevelure se soulève davantage au moment où une sourde déflagration souligne l'apparition d'une aura dorée. Ta protection brille de mille feux féeriques. Tu t'es éveillé au septième sens, tu connais le secret de l'ultime cosmos. Mais tu dois à présent atteindre le huitième. Tu te doutes qu'Athéna et les siens ont veillé à ce que nul ne subisse le contrecoup de ce voyage vers l'au-delà mais préfère prendre toutes les précautions. Et puis, tous pourront te voir venir de loin, fort du halo flamboyant qui te nimbe de pied en cap.
Vos paroles ont été entendues. L'armée d'Hadès devra apprendre à me craindre. Moi Celsius, je vais briser leurs maudites vies !
Tu as la peur au ventre. Tu n'aurais pas pensé visiter les Enfers avant plusieurs années et une vie bien remplie. On t'avait pourtant prévenu de cette éventualité, mais tu n'as pas écouté. Tant pis pour toi. Tu ravales tes craintes. Tu es maître de tes émotions et n'a pas perdu ton sang-froid. Le rayonnement de ton armure t'aide à garder la tête froide. Sa chaleur douce et apaisante s'écoule en toi. Tu la sens se confondre avec ton cosmos. Tu dois te montrer digne de l'honneur qui est fait. Tu es lié par serment. Tu le lui as promis sur son lit de mort. Le poids de ton héritage est lourd à porter mais tu devras l'assumer coûte que coûte. Il ne t'a recueilli que dans ce seul but. Faire de toi un digne successeur. Tu as toutes les qualités requises, tu peux y arriver. C'est à présent affaire de confiance en soi, et si elle t'a manqué jusque là ce n'est à présent plus le cas.

Tes pas te mènent vers ton chemin de croix. Tu le sèmeras de ronces sur ton passage. Tu peux encore faire demi-tour mais tu t'en gardes. Tu n'as pas le droit d'abandonner, pas après fourni tant d'efforts dans ce seul but. Ton heure de gloire est arrivée, même si tu es loin de la convoiter. Tu te sens pousser des ailes, celles qui te porteront vers le champ de bataille où tu es attendu. Tu es fébrile. Tu ignore ce qui t'attend derrière la Porte des Enfers, mais tu as hâte de connaître ta vraie valeur. Tu as déjà trop attendu pour étrenner ces fabuleux pouvoirs. Tu ne dois pas te précipiter cependant, va à ton rythme. Aller trop vite en besogne ne ferait que te mettre en péril. Tu avances sans peur. L'esprit du défunt est avec toi et t'apportera son soutien dans les combats que tu vas devoir mener. Vends chèrement ta vie, car tu es encore jeune. Si fort sois-tu, tu n'es pas à l'apogée de ta puissance. L'avenir qui t'attend est radieux, ne le laisse pas voler en éclats. Personne ne pourra te briser.

Ta légende ne fait que commencer.
Citation :
→ Porte des Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Sam 25 Fév - 12:51

Signun regardait le vortex menant aux enfers en appréhendant ce moment. Oui, il avait peur, non pas parce qu'il n'était pas au mieux de ses capacités, mais bien parce qu'il se rendait dans le monde des morts. Après tout, qui n'aurait pas peur d'aller en enfer ? Cependant, quelque chose vint lui remonter le morale : son père y était déjà aller et en était ressortit, mais voilà, l'actuelle chevalier du sagittaire n'était pas Albreth, c'était son fils dont la légende peinant à commencer.

Ceux qu'il avait déjà croiser en Asgard, à savoir Ysselda et Samiel n'eurent aucune hésitation pour rentrer, comme s'il ne craignait pas la peur. Peut-être était-ce le cas, qui sait. Mais il ne faudrait pas que leur courage ne soit pas de l'insouciance et ne cause leur perte. Enfin, il avait confiance en leurs capacités surtout qu'il avait eut un petit aperçu de ces dernières lors de son entrainement avec la guerrière et qu'il avait put voir le dresseur de loup combattre.

Avant même qu'il n'aie le temps d'esquisser le moindre mouvement, le chevalier d'or des poisson fraichement débarqué se décida d'avancer vers le passage menant à l'autre monde. Il n'y avait aucune hésitation dans ses yeux, rien que de la détermination et cela forçait presque à l'admiration. Un tel comportement ne pouvait qu'être positif du fait de la motivation que cela pouvait procurer.


" - Bien, il ne reste plus que moi, il me semble que les onze autre chevaliers d'or sont déjà parti, je serai vraiment la honte de notre ordre si je ne m'y rend pas."

Le saint ailé avait dit ça avec un air de plaisanterie même s'il craignait que certains de ses confrère ne voient d'un mauvais-œil qu'il ne vienne pas leur prêter main forte. En même temps, il était chevalier d'Athéna et celle là lui avait accordée sa protection un peu inutile, il se devait de faire honneur en la confiance qu'elle avait portée en lui.

Soit, peu importe ses blessures, il était un chevalier d'Athéna, membre du groupe d'élite des chevalier d'or, Signun ne pouvait prendre peur et reculer. Il devait montrer l'exemple un peu à l'instar de son homologue nommé Celsius. Il ne pouvait pas rester sur le carreau alors que leurs alliés du nord avaient décidé de se rendre dans la fournaise de l'enfer. Il n'avait pas le droit de montrer de l'hésitation devant un chevalier de bronze qui venait d'arriver et dont il se retourna en sa direction.


" - Yavin, c'est bien cela ? Voir de nouveau chevalier ne me fait que plus plaisir, dommage que se soit en temps de guerre. Les épreuve qui t'attendent vont mettre ton courage à rude épreuve, mais aie fois en toi et Athéna t'aidera même au plus profond de l'enfer."

Bien sur, le fait qu'il soit blessé pouvait décrédibiliser ses paroles, mais il espéraient qu'elle touchent le chevalier de bronze. Enfin,ce n'était comme s'il présentait dans un triste état, il avait essuyé depuis longtemps le sang qui le maculait ici et là pour avoir une certain prestance même si on sentait qu'il n'était pas au meilleur de sa forme.

Toujours est-il qu'il se retourna vers les deux déesse qu'il salua avant de se diriger vers le passage qui le mènera à son destin. Qu'il soit glorieux ou que l'issue lui soit fatale, il n'en avait cure, car tel était son choix et rien ne pouvait le faire reculer. Non, surtout plus maintenant que ses frères d'armes se battent là où la vie n'a pas sa place.


Arrow L'entrée des enfers
Revenir en haut Aller en bas
Ezio


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 70
Armure : Boxe

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 2 Mar - 0:30

[premier post]

Je suis Ezio chevalier de bronze du peintre. Il est temps pour moi de rejoindre le sanctuaire et les autres chevaliers et par-dessus tout Athéna notre déesse à tous. J’arrive à sentir son cosmos même si je ne sais pas exactement où cela va me mener mais je suis prêt à tout sacrifier pour la chevalerie et pour elle. Je ressens également plusieurs cosmos au même endroit, je me dépêche donc de le rejoindre

Me voici enfin à l’entrée du sanctuaire, le Colisée est devant moi. Enfin je vais aller me présenter mais le temps que j’arrive, plusieurs cosmos ont alors disparu dans ce qui paraît être une espèce de porte. Je ne sais pas encore de quoi il s’agit, je vais m’en approcher prudemment. J’aperçois une femme avec un cosmos radieux cela ne peut être qu'Athéna avec auprès d’elle un chevalier apparemment de bronze également vu son armure.

Je mets un genou au sol et dis :

Je me présente déesse Athéna. Je me nomme Ezio chevalier de bronze du peintre. Je te salue également noble chevalier. Je viens à vous car j’ai ressenti votre cosmos ma déesse et je sens qu'une chose terrible est entrain de se dérouler. Quelle est cette porte. Ou mène-t-elle ?

Je me relève ensuite et regarde le chevalier je me mets en fasse de lui et lui demande :

Et toi chevalier que fais-tu ici ? As-tu décidé également de prendre part à cette guerre?

Je décide de rester au Colisée en attendant les ordres de notre Déesse. Que va-t-elle décider ? Suis-je prêt pour une guerre moi qui viens de devenir chevalier ? Je suis prêt à risquer ma vie pour, comme ces braves chevaliers dont j’ai entendu parler ! Somme nous une vraie famille ? Somme-nous prêt à tout les uns pour les autres ? La réponse allait se faire savoir !


Dernière édition par Ezio le Mar 13 Mar - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Dim 11 Mar - 17:30

==> Palais du grand Pope

Le messager des dieux n'avait mis que quelques instants avant d'arriver au Colisée qui servait de porte d'Entrée vers les Enfers. Il s'attarda encore un peu dans les airs avant de se poser auprès de ses deux soeurs et du jeune chevalier qui se trouvait auprès d'elles. Son regard s'était d'ailleurs fait un peu plus soucieux.

Trois heures déjà venaient de s'écouler et la glorieuse Athéna, l'indomptable vierge guerrière, demeurait là, immobile. Qui pouvait-elle donc attendre ? En plus de lui, le jeune fils de Zeus ?

Intrigué, il s'avança vers le trio, songeant à une jolie divinité nordique. Freyja s'était retrouvée prise entre les querelles de la turbulente famille olympienne en plus des manigances de la perfide fille de Nyx. Cette peste d'Eris qui ne tarderait pas à goûter à son tour au plaisir de se faire traduire devant l'aéropage. Le grand tribunal des dieux. Bien plus qu'à son grand frère Arès, c'était à cette teigne qu'Hermès ferait sentir la puissance et la cruauté dont était doué tout dieu digne de ce nom même Athéna. Tout parjure, tout affront, tout sacrilège était puni et le châtiment était toujours à la hauteur du crime.

Enfin, cela serait pour plus tard. Bien plus tard lorsque les trois frères seraient libérés. Pour l'instant comptait cette guerre. Et Hermès finit par prendre la parole d'une voix aussi suave qu'à son habitude, le roi des Beaux-parleurs entrait en scène.

" Athéna, ma chère soeur, enfin, nous nous retrouvons. Que souhaites-tu apprendre que tu ne saches déjà ? Hormis que Arès est sur mes traces et qu'en me tenant ainsi isolé, j'espérais vous épargner une rencontre qui ne peut-être qu'explosive. "

Puis, se tournant vers son autre soeur.

" Je suis heureux de te retrouver en pleine forme Artémis. Puisses-tu demeurer imperturbable. "

Et enfin, vers le chevalier.

" Mais je manque à tout mes devoirs. Chevalier, Hermès messager des dieux te salue. "


Dernière édition par Hermès [PNJ] le Sam 24 Mar - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Lun 12 Mar - 22:55

    Dans le ciel d'encre, une tâche lumineuse s'agrandissait à mesure qu'elle prenait de la vitesse. Gerbe rouge et or s'épanouissant, un trait d'argent zébrait les cieux, évinçaient les nuages avant qu'il ne s'éparpille en poussière incandescentes.

    Les rumeurs des batailles ? Aucunes ne lui parvenait en cette heure, en ce lieu. Ici, seul le chant des cigales emplissait les environs. La voix de ses chevaliers aussi. Deux nouvelles têtes, deux nouveaux espoirs. Athéna les couva d'un regard empreint de douceur et d'inquiétude entremêlés avant de les intimer à ne pas dire un mot de plus. Son frère arrivait enfin.

    Le messager des Dieux, qui à tire d'ailes, répondait à son appel. Ô divin Hermès, tu es en cet instant pareil à un oiseau de proie, vif et sauvage! La Sagesse te regardes évoluer dans les airs avec une aisance sans pareille, et t'envie quelque peu d'avoir tant de liberté. En le voyant amorcer sa descente, Athéna écarta les bras comme pour l'embrasser. Heureuse de le revoir, surtout après les dernier évènements s'étant déroulés sur Terre, la jeune femme à la flamboyante chevelure pensa amèrement que leur dernière rencontre remontait au Conseil Olympien. Origine de cette nouvelle guerre sainte. Lors de sa plaidoirie, le Dieu du Larcin s'était montré comme à son habitude : malicieux... mais aussi très prudent. Cette prudence même qui l'avait sauvegardé des desseins de la Discorde.

    Éris. Cette garce paierait un lourd tribut pour avoir osé manigancé un tel plan. Un coup de maître, elle était forcée de l'admettre! Cette vipère avait craché son venin, le retour de bâton serait terrible.

    «Mon frère!
    -commença t-elle après que le Dieu ce soit exprimé- je pensais te rencontrer en d'autres circonstances, or les Moires se montrent bien capricieuses! Dommage que même toi, tu ne puisses dérober leur Œil unique. Mais comme le dit le très vieil adage : ~Il est impossible de défaire ce qui à été tissé!~ j'ai tant de questions à te poser cher frère, mais le Temps joue hélas contre nous.»

    À l'évocation du nom de son rival, le sang d'Athéna ne fit qu'un tour. Un frisson parcourra son échine, signe annonciateur d'un bien sombre présage. Ce que la Déité pressentait depuis des heures étaient bien sûr lié à Arès! «Ainsi donc, le Dieu de la Guerre est en chemin. C'est donc lui qui éveillait mon instinct guerrier. À trop réfléchir, j'ai perdu de vue l'essentiel : il me faut partir immédiatement! Hermès, je sens qu'un grand danger plane sur le Sanctuaire, si jamais il venait à te retrouver... prends garde à toi, tu connais sa réputation. Artémis, veille je t'en prie sur mon Sanctuaire, comme si il s'agissait du tiens, en retour, je vous promet de revenir avec notre Père!»

    Sur ces mots, la divinité de la Tactique Guerrière brandit son sceptre haut dans le ciel. Niké vint alors immédiatement s'y percher, ébroua son plumage immaculé pour ensuite pousser un hululement plaintif. Athéna reprit :

    «Niké sera notre intermédiaire Messager des Dieux. Au moindre problème, n'hésite pas à lui confier un ultime message. -elle se tourna finalement vers Ezio et Yavin- Chevalier du Peintre, Chevalier du Lionnet, ce passage mène tout droit au Royaume du sombre Monarque! Je vous demande de me suivre en ces terres hostiles et de combattre les ennemis du puissant Zeus!»

    La Déité à la chevelure écarlate, s'apprêta à entrer dans le portail quand un autre piaillement suraigu s'éleva. Une tornade de plumes dorées fit son apparition, ces ailes superbes soulevèrent le sable du Colisée et ses yeux sombres captivèrent la belle Déesse. Surprise de voir un familier de son autre frère, Apollon, elle osa s'approcher de l'animal mythologique. Sans ressentir de peur, ou de crainte, la bête se laissa faire quand la main d'Athéna glissa sur son bec jaune.


    «Protecteur du Sanctuaire dit-tu? Soit... Veilles sur mes frères et ma sœur, vaillant griffon! Volez ensemble toi et Niké!»



    => Entrée des Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Ezio


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 70
Armure : Boxe

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 13 Mar - 21:20

Je suis à l’écoute toujours prêt à intervenir Athéna avait parlé … Mais plusieurs Dieux étaient aussi présents et moi simple mortel, je me vois mal leur adresser directement la parole je vais donc faire comme si ils n’étaient pas là, quoique cela puisse les vexer. Je vais tout de même répondre à cette personne le messager des dieux. Il était si rapide, je ne l’ai même pas senti arriver.

Bonjour à vous Hermès je suis Ezio chevalier de bronze du peintre.

Je ne vais pas trop m’attarder à lui parler je ne veux pas faire honte à notre déesse, au risque de dire une bêtise monumentale. Athéna a donc parlé de la suivre dans les enfers à l'heure où je réfléchis je la vois disparaitre peu à peu, dans un passage si sombre où toute vie et tout espoir ne semble exister. Je ne peux pas la laisser partir seul je suis un chevalier mon devoir et de la protéger au péril de ma vie, même si je dois la perdre je la perdrai à ses côtés !

Chevalier du Lionnet ! Athéna notre déesse à tous nous a donné un ordre, laissons les dieux parler entre eux dépêchons-nous de la suivre et de la protéger. Malgré notre force de chevalier de bronze nous devons avoir la même volonté que les chevaliers d’ors !

Sur ces paroles je me décide à prendre mon courage à deux mains et à suivre notre déesse dans cet enfer, si froid et si sombre … J’espère seulement que mes toiles ne vont pas souffrir du changement d’air. Je ne veux pas les perdre durant la transition, je pense qu'elles me seront utilisées contre notre ennemie que je connais que très peut !


==>Porte des enfers
Revenir en haut Aller en bas
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 15 Mar - 13:59

    Yavin attendait là depuis un moment. La Déesse avait l'air occupée, il préféra donc se retirer pour le moment. Une fois qu'Athéna eu fini de discuter avec le chevalier d'Or, celui-ci franchi ce portail étrange. Il donnait l'impression de déchirer la réalité, et de donner vers un monde insalubre, dégradé, dégradant, un monde qui faisait passer la Terre pour un paradis. Et ce chevalier d'Or le franchissait sans un regard en arrière, sans remords. On voyait que c'était un homme d'expérience, quelqu'un qui a vécu beaucoup de choses, sinon il ne réagirait pas comme ça. Ce chevalier allait au front, et il savait ce qu'il avait à faire. Le chevalier de Bronze était en admiration devant les chevaliers d'Or. Ils sont si fort comparés à lui, pensait-il.

    Un nouveau chevalier d'Or fit son apparition. Il était mal en point, avait l'air plutôt jeune pour un Gold Saint. Peut-être revenait-il d'une mission, pensa Yavin. Il eut une réaction différente du chevalier des Poissons. Il s'adressa à lui, lui disant qu'il était ravi de voir un nouveau chevalier venir gonfler les rangs d'Athéna, mais que le contexte de cette rencontre lui déplaisait. Il le prévint qu'il allait être confronté à des épreuves où il lui faudra être armé de courage, mais le Sagittaire le rassura en lui qu'il fallait avoir foi en soi et Athéna. Même s'il était blessé, ces mots allèrent directement au cœur du petit Bronze. Il était gonflé à bloc, et voulait aller affronter ces ennemis, ce chevalier d'Or avait réussi à le motiver. Il franchit le portail, et disparu dans les ténèbres.

    Quelle surprise, encore un chevalier arriva. Celui-ci, Yavin ne connaissait pas son armure. Il se présenta d'abord à Athéna, puis à lui. D'après ce que le Lionnet avait entendu, c'était le chevalier du peintre. Il était nouveau celui-là. Le Bronze Saint ne le connaissait même pas des apprentis du Colisée. Il avait l'air d'être quelqu'un de très curieux, il n'hésitait pas à poser des questions à notre Déesse. Sans même attendre une réponse, il se tourna vers Yavin. Il lui demanda ce qu'il faisait ici, s'il avait lui aussi décidé de prendre part à la Guerre. Soit il était vraiment très jeune, soit il manquait cruellement neurones celui-là, ça allait être dur de se le coltiner en Enfer.

    - Bonjour à toi, je suis Yavin, chevalier de Bronze du Lionnet. Je suis là pour les mêmes raisons que toi, bien évidemment que je prends part à la Guerre, ce n'est pas quelque chose que l'on choisit de faire, on le fait car c'est son devoir en tant chevalier d'Athéna.

    Si Yavin appréciait les chevaliers d'Or, il avait moins de considération pour les chevalier de Bronze, même s'il en était un lui-même. Au Colisée, il avait eu l'habitude d'être le plus fort, et il était devenu un peu hautain et se sentait supérieur par rapport aux autres Bronzes. Notre ami peintre avait l'air d'être légèrement stressé. Le Lionnet décida quand même de le rassurer, comme le Sagittaire l'avait fait pour lui. Il ne fallait pas oublier qu'il était chevalier de Bronze comme lui, et qu'il n'avait pas non plus connu la Guerre. Si Yavin pouvait le rassurer un peu, il serait peut-être plus efficace en Enfer.

    - Chevalier, si tu as été choisi pour être le chevalier du Peintre, c'est que tu le méritais. Quand à cette Guerre, ne pense pas à cela. Dis toi seulement qu'en face, ce sont tes ennemis et qu'il va falloir t'armer de courage pour pouvoir les affronter et obtenir la victoire. Si tu crois en toi et en Athéna, tu pourras vaincre. Si tu es chevalier, alors tu es prêt pour la Guerre.

    Un peu forcé, mais il lui adressa quand même un sourire. C'est alors qu'une puissance phénoménale apparu. Encore un Dieu ? Pour un premier jour en tant que chevalier, Yavin en avait beaucoup vu. Il ne savait pas vraiment s'il s'adressait à lui ou a Ezio, mais Yavin le salua également, se présentant. La Déesse parla brièvement avec lui, puis se retourna vers les Bronze Saints. Ils devaient la suivre dans les Enfers, en passant ce portail qui intriguait tant le Lionnet. Il regarda à deux fois, mais passait quand même le portail. Cela signifiait-il qu'il allait faire partie de la garde rapprochée de la Déesse ? C'était une tâche importante, mais Yavin serait du poing, lui aussi savait ce qu'il avait à faire.

    Attention les Spectres, la Tornade de Flammes entre sur vos terres !!!

    Arrow Entrée des Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Sam 24 Mar - 14:58

L'Eternel Voyageur avait souri aux remarques de sa grande soeur avant de l'embrasser à son tour, avec une certaine tendresse mais sans plus. Sans doute, était-il l'un des seuls dieux que la Vierge Guerrière acceptait dans son entourage immédiat. Il fallait aussi reconnaître qu'Hermès n'avait jamais été attiré par sa soeur. Athéna était bien trop masculine à son goût. Et le Divin Messager lui préférait son amante Aphrodite, la belle et infidèle déesse de l'Amour.

Néanmoins, une ombre passa sur son visage tantôt grave tantôt malicieux. Rares étaient ceux capables de lire dans l'âme du Psychopompe. Hermès le Conducteur des Ames n'avait nul besoin de permission pour aller aux Enfers, lui qui y amenait les âmes ou les faisait en ressortir sur ordres du grand Zeus ou d'Hadès lui-même.

L'image d'Eurydice traversa un instant sa pensée. Il se rappelait la fatalité frappant ce couple mais aussi le fait que souvent les hommes attiraient le malheur sur eux sans l'aide des dieux. Mais qu'en bons humains, il leur fallait un bouc émissaire et qu'ils les maudissaient en retour. Eux qui ne verraient sans doute jamais que les plus belliqueux et ambitieux d'entre eux. Les divinités bénéfiques comme Asclépios, Déméter ou encore les merveilleuses Muses ne leur apparaîtraient sans doute jamais.

Enfin, le jeune fils de Zeus était le lien entre l'Olympe et la terre ainsi que les autres domaines divins.

Puis, son regard se durcit soudain en ressentant certaines choses.

En d'autres circonstances lui avait dit Théna. Mais Hermès était-il responsable de ce qu'il se passait en ce moment ? Que toute déesse de la Sagesse qu'elle était, Athéna s'avérait toujours aussi incapable de discuter avec Hadès et Poséidon sans provoquer un bain de sang. Et que penser de la haine quasi-viscérale que se vouaient les saints et les spectres. Autant dire que jamais les choses ne pourraient se calmer autrement tant que les choses demeureraient ainsi. Il y avait bien eu un espoir mais celui-ci venait d'être étouffé dans l'oeuf. Athéna était vraiment aveugle sur certains aspects de la vie au point de laisser échapper certaines occasions de combler la brèche et amorcer une véritable paix.

Que ne pouvait-elle mieux s'entendre avec la belle Cypris ?

Enfin bref, le dieu des Marchands et des Bonnimenteurs n'était pas là pour lui faire ce genre de remarques en pleine guerre. En cet instant, seul le sort de son père et de cette terre qui allait de nouveau souffrir de la folie d'une seule peste et de sa brute sanguiaire de frère l'importait.

Eris, va te cacher dans les bras de Nyx... Si tu ne veux pas subir un double jugement. Celui de l'Olympe et celui d'Asgard. Les Ases ne sont pas réputés pour leur douceur.

Puis, enfin, il prit la parole, charmeur puis soudain plus dur.

" Oui, ma chère soeur, le temps joue contre nous mais... Toi-même, tu n'as que trop tergiversé, en bien des points. Tout comme tu es restée aveugle à certains signes.

Tes guerriers luttent pour toi contre des ennemis qui sous le nombre les dépassant se sentiront vite acculés et tels des animaux poussés dans leurs derniers retranchements, réagiront avec la force du désespoir.

Et pourtant, les Enfers sont aussi essentiels à la terre que les Mers, ma douce Athéna. Gagne mais pas à n'importe quel prix.

Coré est dévorée par la souffrance, elle est ma soeur autant que la tienne. Que ne ferais-tu si on t'arrachait le coeur, ma soeur...

Réfléchis à cela et évite de faire le jeu de Eris. Moi, je me charge d'Arès. Pardonne-moi si je dois blesser son corps divin et prie pour moi, grande soeur. "


Et se tournant vers les saints, le dieu appela son armure avant de s'élever dans les airs.

" Je vous confie la vie de ma grande soeur, chevaliers, protégez-la. Puissiez-vous ressortir du sombre séjour et non disparaître avec lui s'il vient à s'effondrer. "

Se plaçant au-dessus de l'arène, il ne tarda pas à ressentir le cosmos débordant de violence du Dieu de la Guerr tout comme les râles et les cris de terreur de ses victimes.

" Arès !!!

Laisse-le les humains tranquilles et viens donc me voir. Je t'attends, espèce de monstre !! "


Hermès s'éleva encore davantage. Un choc frontal contre le dieu de la Guerre serait à son désavantage mais il avait bien plus de ressources qu'on pouvait l'imaginer et si combat entre le Bourreau d'Argus et le Ravageur des Villes, il y aurait, ce serait au terme d'une chasse sans précédent.

Que je te fasse regretter de t'en être pris à cette terre !!!
Revenir en haut Aller en bas
Arès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 25

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 27 Mar - 13:42

==> Palais du Grand Pope


    Un cri de défi retentit délicieusement à ses oreilles. Enfin un peu d'action !
    Le dieu de la Guerre sentait son ichor bouillir d'excitation et ne pu réprimer qu'un sourire carnassier ne s'étire sous son casque d'airain.
    Ses muscles tressaillant sous sa peau, Arès s'ébroua comme un animal pour ne pas se laisser envahir par la fièvre de carnage qui l'envahissait. Il était le Roi des Dieux après tout. Il devait se maîtriser. Du moins pour le moment.
    D'un gigantesque bond, il franchit la distance qui le séparait de l'impudent qui avait eu l'audace de défier le Roi des rois. Un sujet rebelle qu'il materait avec le plus grand plaisir.
    De tous ses frères et sœurs olympiens, à l'exception d'Athéna, Hermès était celui qu'il méprisait le plus. Un couard doublé d'un faible. Un simple chien de berger divin à la botte de son père.

    Flottant dans les airs, l'espiègle voleur l'observait de ses petits yeux de fouine, caparaçonné dans son armure. Reniflant de mépris, Arès s'éleva légèrement plus haut que son frère pour le toiser de toute sa stature.
    Au sol quelques humains fragiles les regardaient incrédules aux cotés des dieux jumeaux qui se consacraient entièrement au maintien d'un passage vers les Enfers.
    Au moins n'aurait il pas à se soucier de ces gêneurs.

     «Je suis surpris de te trouver là, prêt à m'affronter mon frère, ricana Arès en balayant le corps frêle de son adversaire de son regard sanguin, toi qui est toujours si prompt à la couardise. Maintenant incline toi devant ton Roi ou subit mon courroux ! Si tu me révèle l'emplacement des urnes de nos oncles je saurai me montrer miséricordieux et même généreux. Je sais que tu n'es pas insensible choses qui brillent mon cher frère. Je peux t'offrir bien plus que ce que notre père ne t'as jamais donné. A mes cotés tu pourras t'adonner à tes petits larcins sans crainte d’être puni. Qu'en dis tu, mon frère?  La vie ou la mort ?»

    Le dieu de la Guerre savait que si son frère si fuyant n'était pas incorruptible il savait également que sa loyauté envers Zeus l’empêcherait d'accepter sa proposition et, à dire vrai, il l'espérait ardemment. Mais en tant que Roi il devait se montrer plus...sage. Un mot qu'il n'aimait guère mais au moins pourrait il charcuter ce petit avorton la conscience tranquille. Il aurait fait preuve de clémence avant d'avoir rendu la justice.
    Une justice simple et expéditive. La soumission ou la mort.
    Arès ne s'attardait pas à contourner les problèmes. Il les réglait à sa manière. Et si la résistance face à son nouveau règne se faisait trop forte il aurait tot fait de leur montrer toute l'étendue de sa force. Au moins la peur était le meilleur moteur de respect.

    Comme pour presser la réponse du Voyageur divin, Arès tira son épée de son fourreau pour la pointer vers la poitrine de son frère. La bataille pour l'avènement de son règne allait débuter.

Revenir en haut Aller en bas
Cassandre


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 334

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 29 Mar - 11:55

Premier post


    Qu’elle avait fière allure cette jeune guerrière au cœur pur. A présent en possession de son armure, Cassandre cheminait sous un magnifique soleil...Ce qu’elle aurait bien voulu retirer son masque en cet instant pour s’offrir un moment de plaisir…sentir la caresse chaleureuse de l’astre diurne ne lui aurait nullement déplu. Mais, elle avait bien assimilé l’importance qui pesait sur cet interdit d’ôter son masque pour une femme chevalier…Il faut dire qu’après avoir tenté la chose en tant qu’apprentie, elle l’avait payé en exercices supplémentaires. Comme disait son (enfoiré gentil) de maître « c’est le métier qui rentre »…

    Tu parles d’un métier…si on lui avait dit dans son enfance qu’elle aurait à apprendre un « métier », elle aurait rit sous cape. Apprendre à vivre dans le beau monde, et à se comporter en aristocrate, c’était déjà suffisant…ne disait-on pas à l’héritier du trône qu’il devait apprendre le « métier du roi » ? Hé bien fille de haute noblesse française cela s’apprenait aussi… Ce n’était pas si facile que cela à y réfléchir, il y avait toute cette étiquette à respecter. Ne pas faire ci, ou ça…ne pas parler ainsi, ou de telle façon, et une jeune fille bien élevée cela, ou ceci. Vous n’imaginez pas ce que cela peut-être fatiguant… Et puis ensuite elle a dû tout changer…Mode de vie, comportement, vêtements, coiffure, activités, occupations, et j’en passe. Vous passez de petite princesse à apprentie chevalier…pour ensuite être chevalier…avouez qu’il y avait de quoi être chamboulé.

    Enfin tout ceci pour en arriver au fait que la jeune femme s’approchait du Colisée du Sanctuaire. Elle avait senti des puissances en action, à l’heure qu’il était son but était d’accomplir la mission de tout chevalier servant Athéna : se présenter à sa déesse, faire serment d’allégeance, et servir en son nom. Mais les choses étaient plus compliquées en ces temps de trouble, la vie du Sanctuaire était on ne peut plus chamboulée, la guerre faisait rage et les rangs des Saints étaient partis au combat.
    Bien que Cassandre n’avait aucune idée de ce qui pouvait se dérouler de cette Guerre Sainte, elle savait pertinemment qu’elle allait devoir combattre. Chose qu’elle détestait par-dessus tout. Selon elle le mal appelle le mal, et frapper, torturer, blesser, massacrer, tuer…voila bien des mots qui lui faisait horreur. Certes elle avait appris à se battre, mais ce qui lui retournait d’avantage l’estomac, c’était de devoir se servir de son art musical pour faire souffrir. La musique incarne la beauté, l’harmonie, la pureté même…elle est à l’image des sentiments de son créateur…on peut tout faire comprendre d’un seul morceau de musique…mais tuer…voila qui n’enchantait guère la demoiselle.

    Tandis qu’elle se rapprochait de sa destination, Cassandre jouait de sa lyre. C’était devenu un reflexe, elle s’était enfermée dans sa musique. N’oublions pas que la demoiselle est aveugle, certes son cosmos est en perpétuel éveil pour la guider à la manière d’un radar, mais sa musique était un plus qu’elle s’octroyait volontiers, lui permettant de « voir » avec plus de clarté. Elle s’était fait un code de couleur selon les sons qu’elle produisait sur sa lyre. Ainsi elle avait l’impression de poser des couleurs sur les ombres et les formes qu’elle percevait. Bien entendu elle n’avait pas en tête toutes les couleurs réelles des choses…je vous, laisse imaginer quel doux tableau cela pourrait donner dans sa tête. C’était un peu comme si elle avait la capacité de colorier le paysage qui s’offrait à elle à sa guise…de quoi embellir le plus terne et le plus horrible des panoramas…Cela sera pratique en Enfer.

    Les forces que Cassandre avait ressenties étaient terrifiantes par leur puissance, mais aussi leur agressivité. On se querellait dans les environs. Elle ne tarda pas à comprendre ce dont il s’agissait. Deux divinités se dressaient l’une contre l’autre. Le spectacle promettait… La jeune femme hésita, puis finalement s’approcha…elle restait muette devant les déités belliqueuses…ne sachant trop quel comportement adopter…Elle avait limite l’impression de ne rien avoir à faire là…mais après tout, elle était un chevalier elle aussi…elle avait gagné son armure et le droit de présenter ses hommages à la déesse Athéna…

    Mais pas d’Athéna dans le coin…juste deux « Hommes » en pleine querelle, et un portail…où cela menait-il ? Cassandre frissonna. Finalement la chaleur sous son masque s’était éteinte, elle avait plus l’impression d’avoir froid…La mélopée qui s’échappaient des frottements et pincements de ses doigts sur le cordes de sa lyre était devenue plus stressante, et inquiétante…témoignant parfaitement de son état d’esprit actuel…

    Qui étaient ces deux dieux ? Pourquoi se querellaient-ils ? Que devait-elle faire à présent ? Qu’allait-il advenir d’elle ?

    Des questions qui se bousculaient dans l’esprit de la jeune femme…elle serait sa lyre, et continuait de jouer, calmant ses doigts et son angoisse naissante, elle cherchait des accords plus neutres, et plus apaisants. Son regard de verre dissimulé sous son masque était rivé sur les faits et gestes des deux personnages face à elle, guettant le moindre mouvement.

    Le cosmos de la jeune femme s’était légèrement intensifié, loin d’elle toute idée de combattre, ou d’intimider, ou quoique ce soit du genre, elle voulait juste « voir » et mieux distinguer qui elle avait face à elle…les ondes sonores de sa musique l’y aidaient également…



Revenir en haut Aller en bas
Pas Hermès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 21
Armure : Voyager et voler

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Lun 23 Avr - 14:41

Cela n'avait pas tardé. Il fallait s'en douter. Le dieu de la Guerre était toujours aussi prompt au combat et c'était peu dire connaissant la bête. Une simple bravade et ce cher Arès avait foncé sur lui tel un fauve prêt à le taillader.

Un sourire sur ses lèvres, le Messager des dieux contemplait cette brute armé de pied en cap. Ainsi s'exprimait son soulagement de le voir foncer sur lui. Le détourner, il fallait qu'il le détourne du plus important, du dernier, de l'ultime message qu'il avait envoyé de son propre chef.

Une missive pour sauver son père, une missive portée par l'aigle de Zeus à une divinité du Grand Nord. Puis, son regard se porta sur Artémis et cette jeune sainte qui se trouvait sous ses pieds. Cela faisait déjà six heures d'écoulées. Cela allait vite si vite mais pas encore assez pour le dieu. Il lui fallait s'assurer que les deux comploteurs ne pertubent point l'oeuvre des dieux jumeaux, compromettant la survie des combattants aux Enfers.

Les Enfers, c'étaient vers le monde souterrain que ses pensées s'étaient tournées le temps que son frère n'arrive. Il espérait que la déesse du Nord était parvenue à l'atteindre à sa demande.

Le temps file, Freyja, déesse du Grand Nord, n'oublie pas ce que tu dois faire même si à un moment, tu risques de te retrouver en proie aux doutes. Pour toi, pour ceux qui sont restés derrière toi et pour qui tu trembles tant. Tu sais ce que tu risques lorsque la vérité éclatera. Mais c'est la crainte de la mort et de voir cette arme entre les mains d'un monstre comme mon frère qui t'a poussée à commettre un acte pouvant attirer la colère de certains sur toi mais Zeus lui comprendra. Père comprendra pourquoi tu as emmené le Foudre si tu lui parles mais à lui seul ou bien à grande soeur Athéna. Seule à seule, n'oublie pas. Eris est plus que redoutable et elle a des oreilles partout autant éviter qu'elle apprenne que tu le transportes sur toi. Tu dois te méfier surtout maintenant qu'elle se terre ou manigance je ne sais quelle autre plan pervers hors de ma vue. Puis, il n'y a pas qu'elle qu'une telle arme peut tenter. Tu ne dois rien dire tant que la sécurité du Foudre ne sera pas assurée, juste le ramener à son maître.

N'oublie pas ce message, c'est le plus important. Garde le silence. Tout comme moi, je ne transmets les missives de Zeus qu'à ceux à qui elles sont destinées, tu ne dois remettre le Foudre complet qu'à Zeus ou à Athéna au tout dernier moment.

Ne laisse personne savoir tant que cela te sera possible, ne laisse personne savoir et va vers père ou Athéna.


Le regard de Hermès se fit plus déterminé. Gagner du temps et tout faire pour éviter que le duo Guerre et Discorde ne sème davantage la mort et le chaos. Le discours d'Arès ne n'avais guère tardé à s'éléver. Rude sans temps mort sur une voix tonitruante quelque peu atténuée. De quoi faire sourire l'éternel jeune homme.

Décidément, tu es encore plus inquiétant ainsi. Le bouffon d'Eris se prenant pour un roi.

Hermès releva la tête, se déplaçant avec une certaine lenteur, de sorte à éviter tout risque à la déesse de la Chasse toute proche.

" Artémis, je vais l'éloigner. Il a déjà fait trop de dégâts en ces lieux. Quoi qu'il arrive ou que tu entendes, tiens bon. Toi et grand frère Apollon tenez bon. "

Sa voix s'éleva ensuite en ces termes.

" M'incliner devant une brute telle que toi ! Ne rêve pas, mon frère. Je ne suis pas aussi stupide que tu le penses. Un seul dieu mérite le respect et c'est notre père. Bientôt, il sera de retour. Bien plus vite que tu ne le penses.

Et tu pourras sentir son courroux s'abattre sur toi et Eris. A moins que l'une de nos soeurs ne s'en charge avant. Inutile de te préciser laquelle ou peut-être même lesquelles.

Quand aux urnes, il faudra que tu me m'arraches mon secret. Et même ainsi, tu serais incapable de comprendre !!! "


L'épée pointée contre lui lui faisait l'effet d'un défi plus qu'autre chose. La lui prendre serait sans doute jouissif. S'il voulait quelque chose, le jeune dieu n'avait pas besoin d'user de la force. Il était bien plus subtil que cela.

" Tu penses m'impressionner avec ça ? "

Une lueur de son regard en réponse aux menaces du Fou de Guerre avant qu'il ne passe à la vitesse supérieure et ne s'élève, portant sa flûte à ses lèvres. Le son qui en sortit avait fait ses preuves lors de la libération de Io. Bien sûr Arès n'était pas le géant Argos, il ne se laisserait pas endormir et décapiter aussi facilement que le veilleur aux cent yeux, mais cela le retarderait le temps que le dieu prenne le large.

Mais auparavant, il lui restait une dernière chose à faire aussi enflammant son cosmos tout en jouant.

Il s'éleva de nouveau avant de reculer. Puis, enfin, il stoppa et sans crier gare balança une boule d'énergie sur le dieu de la Guerre, espérant attiser sa colère au maximum.

En route !!!

==> l'Atlantique
Revenir en haut Aller en bas
Arès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 25

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Lun 23 Avr - 23:00


    Tel un prédateur, Arès suivit sa proie du regard. L'avorton voulait épargner sa sœur. L'idiot n'avait pas comprit que personne ne serait épargné sous son joug. L’allégeance ou le Tartare, voilà le sort qu'il réservait à ses pairs. Sauf pour lui, ce misérable petit cancrelat lâche et faible. Arès lui réservait un sort tout à fait spécial. Un sort que même Atlas enivrait.
    Mais avant il devait faire couiner cette fouine vicelarde aux sandales ailées.

    Le dieu de la Guerre eu grand peine à conserver son sang froid tandis que l'impudent Hermès lui répondait de sa voix nasillarde et suffisante. Ce sourire arrogant, il prendrait plaisir à le lui enlever.

     «Mauvaise réponse, rétorqua le dieu de la Guerre avec un sourire mauvais, tu viens de signer ton arrêt de mort sale petit rat. L'heure du changement à sonné et même ton cher Zeus ne pourra rien pour toi, Hermès. Prie, pleure, cours te cacher dans les jupons de tes sœurs, tu ne seras jamais à l'abri de mon courroux. Tu vois cette lame ? Tu sais d'où elle vient ? Je l'ai faite moi même avec mon propre Ichor et un fragment de la faux brisée de notre grand père. Paraît-il qu'elle inflige d’atroces souffrances aux dieux. Tu me diras si c'est vrai... »

    Arès déploya toute sa puissance dans un rugissement bestial, provoquant un séisme surpuissant sur le Sanctuaire d'Athéna. Le sol s'ouvrit en de multiples endroit, dévastant le Colisée en engloutissant totalement la grande horloge du Zodiaque.
    Les douze maisons ne furent pas non plus épargnés. L'onde de choc écroula plusieurs colonnes et quelques toitures.
    Son dunamis tourbillonnait furieusement autours de lui lorsqu'il chargea son frère.
    Son coup surpuissant ne rencontra que du vide. Le lâche avait fuit à la vitesse de l'éclair. Dans un grognement enragé, Arés chercha son frère du regard qui s'élevait déjà hors de porté en brandissant sa flute aux pouvoirs mystiques.
    Les premières notes retentirent mélodieusement dans l'air, pénétrant directement dans le cerveau du dieu de la Guerre qui sentit son corps se crisper. Le petit vicelard tentait de le neutraliser !

    Jurant comme un charretier, le sanguin qui s'ébrouait dans tous les sens comme pour se défaire de liens invisibles ne vit pas venir la boule d'énergie s'écrasa entre ses omoplates dans une gerbe d'arcs électriques pourpres.
    Hurlant de douleur, Arès laissa son dunamis exploser hors de lui, réduisant en poussière l'arche qui signifiait l'entrée du Sanctuaire.

    Lorsqu'il se libéra enfin du piège de son frère, celui ci filait déjà à toute allure dans le ciel azur de la Grèce. Mais le petit Messager divin venait de s'attirer l'ire du dieu Vengeur, celui qui n'abandonne jamais la poursuite. Hermès était peut être doué pour se tortiller comme une anguille et fuir à la vitesse de l'éclair mais Arès lui était doué pour tuer, pour haïr, pour poursuivre ses ennemis jusqu'aux confins de l'univers s'il le fallait. Il n'avait toujours pas abandonné son combat contre Athéna et ce, malgré les millénaires. Son frère paierait, et plus l'attente serait longue, plus le châtiment serait grand.

    Comme un animal, le dieu à la crinière de feu gronda avant se s'élancer à la poursuite de son frère qui fendait déjà les eaux de la Méditerranée.



==>l'Atlantique.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 10 Mai - 2:10

=> Premier poste rp.

Le ciel était noir, empli d'épais et sombres nuages menaçants. L'atmosphère était si pesante autour de lui et l'absence du cosmos de ses compagnons ne pouvait signifier qu'une seule chose... Dormin posa un genoux à terre, encore sonné par ce qui venait de lui arriver. Depuis combien de temps était-il ici, enfermé dans ce caveau. Où étaient les siens? Étaient-ils seulement en vie? Son regard restait figé sur le sol de la maison si familière du Capricorne. Ce dernier avait mal vieilli, parcouru de nombreuses imperfections que le saint aux cheveux de feu n'avait encore jamais vu. Plus que des dégâts liés aux combats seuls qui auraient pu s'y dérouler, c'était une usure de tout autre nature qui avait défiguré ce temple petit à petit. C'était à n'y rien comprendre. Il ne pouvait pas avoir dormi si longtemps, c'était tout simplement impossible.

Le vent s'engouffra entre les colonnes de pierre et vint jouer dans sa cape et ses cheveux longs. Son regard émeraude est immédiatement attiré par un point bien précis dans le sanctuaire d'où s'élèvent de nombreuses cosmo énergies. Ces dernières semblent se séparer, se divisant en plusieurs groupes. Deux d'entre elles filent vers l'océan. La première lui est inconnue, mais la seconde en revanche... Il pouvait la reconnaître pour avoir affronté ses mignons par le passé. C'était l'aura liée aux Berseker, à la différence prêt que cette dernière dépassait de loin la puissance des chevaliers qu'il avait affronté. Se pourrait-il qu'il s'agisse de leur maître en personne?! Ici?! Au sanctuaire alors que ce dernier semblait quasiment désert?

D'autres cosmo énergies vacillaient tout autour de lui, certaines disparaissaient même. Que se passait-il donc pour que le sanctuaire soit ainsi tourmenté? Et pourquoi s'était-il réveillé dans un décor si cauchemardesque. Certes, il s'agissait là du lot de la guerre, mais les questions n'arrêtaient pas de fuser dans son esprit. Il n'aurait de réponse qu'en descendant au Colisée en personne. Retrouvant ses force et son courage, le chevalier d'or se mit en route, dévalant les escaliers à grandes enjambées. Il pu alors apprécier une infime partie de ses nouveaux pouvoirs. L'armure d'or était formidable! Elle semblait le porter encore d'avantage que son propre corps. Il n'avait jamais penser pouvoir courir aussi vite un jour... ni même revêtir l'armure de son maître.

En un clin d'oeil, il arriva aux portes du grand édifice, lui aussi effondré. Avant d'entrer, son regard se pose sur le sanctuaire défiguré derrière lui. Il a alors un choc! Le temple du pope est complètement dévasté! Arrivait-il déjà trop tard?! Le gold saint fait volte face et passe le seuil du Colisée, pénétrant dans l'arène tout en restant sur ses gardes. Il y avait encore quelqu'un ici. Son aura lui était étrangère. Cependant, tout comme Arès, elle était de loin supérieure à celle des chevaliers d'or et de tous les ennemis qu'il avait pu combattre jusqu'aujourd'hui.

    "Quel est ce cosmos qui semble sans limite?"


Le capricorne s'avança pour faire face à une jeune femme d'une grande beauté, ne sachant s'il devait s'incliner ou opter pour une attitude plus offensive. Avait-il à faire à un allié ou à un ennemi? Le chevalier d'or opta pour la première option. Vue l'intensité du cosmos dégagé par cette femme, elle n'aurait eu aucun mal à sentir sa présence et l'attaquer si elle l'avait voulu. Peut-être même le tuer... Le chevalier posa donc un genoux à terre pour saluer cette jeune femme.

    "Je vous prie d'excuser l'humble serviteur d'Athéna que je suis. Je me nomme Dormin, ex chevalier d'Andromède et nouveau Capricorne semble-t-il. Je suis surpris de trouver une personne telle que vous dans pareil décor. Je suis confus mais je semble me réveiller d'un profond sommeil dont j'ignore jusqu'à la durée. J'espérais trouver des réponses en venant ici."
Revenir en haut Aller en bas
Léonidas


Black Saint
avatar

Messages : 29
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 10 Mai - 21:09

    Assise auprès d'un pilier, la Déesse à la chevelure argentée se rapprocha du nouveau venu avec félinité. Un oeil avisé aurait pu sentir le poids lourd de son cosmos, sauvage et insaisissable, elle semblait toutefois éprouvée par ces heures à défendre l'âme des chevaliers d'Athéna. Les douze heures approchaient de la fin et tout cela était loin d'être fini, pourquoi son frère s'était envolé vers le ciel pour observer le monde ? Elle le connaissait trop bien pour se douter qu'il craignait quelque chose, il avait du avoir une de ses visions du futur si particulière.

    Lentement, elle fit signe au chevalier d'or de se relever. Ses prunellles dorées fixaient le cosmos de ce dernier avec intérêt, elle avait ouie dire que son frère avait eut bien des problèmes dans le passé mais cela ne comptait plus désormais. Chronos avait fait son office par delà la mort et personne ne pouvait arrêter le cycle imperturbable du temps sans en payer le prix de son hubris. Pensive, elle commença alors à s'exprimer avec une sérénité de moins en moins visible.

      « Sois le bienvenu jouvenceau, nous sommes ici sur la terre qui mène à la libération du Père des Dieux, je suis heureuse que de nouveaux chevaliers se réveillent enfin de leur sommeil éternel. Cependant, prends garde car le chemin sera long, prends la direction de ce trou noir et va combattre auprès de ta Déesse. Je sens un malheur qui approche, la lune n'a jamais été aussi rouge sang que maintenant. Vas dire à ma soeur que le temps presse ! Arès et Eris se rapprochent. »

    Concentrant son cosmos, elle ouvrit la trouvée noire pour lui indiquer le chemin. Son cosmos argenté enveloppa lentement le jeune homme pour le préserver de la mort dans le monde d'Hadès. Un loup argenté fit alors son apparition devant elle et hurla à la lune dans un chant glacial. La majesté divine donnait là au chevalier d'or le moyen d'avancer dans les enfers sans craindre des combats trop violents. Mais cela ne durerait que le temps de quelques minutes, le chevalier allait devoir se rappeler ce que voulait dire combattre.

      « Je te laisse mon loup pour te protéger un temps, mais passer l'achéron, il me reviendra et tu ne pourras rien y faire. Bon courage chevalier. »

    La déesse se retourna alors et concentra une nouvelle fois son cosmos pour donner encore un peu de temps aux chevaliers de l'espoir. Les dernières heures avaient commencé leur lente litanie mortelle et même les déités jumelles ne pourraient pas longtemps s'opposer à la puissance d'Hadès.



    Citation :
    HRP : le loup te protégera le temps d'aller sur l'achéron et d'avoir ton kit validé.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Sam 12 Mai - 21:20

Se relevant comme l'y invitait cette inconnue, il écoutait avec attention ses explications. L'époque à laquelle il avait à faire semblait en proie au chaos le plus total. Le père des dieux? Parlait-elle de Zeus lui même? Prisonnier des enfers? Qu'avait-il bien pu se passer pour que le monde sombre ainsi? Dormin n'aurait jamais cru devoir affronter pareil cas de figure. Cependant un sentiment de fierté s'emparait de lui d'avoir été préservé pour ce jour ci. Il pouvait à son tour faire pencher la balance. Mais il ne fallait pas jubiler pour autant. Il allait devoir rester concentré et donner de son mieux pour aider ses nouveaux frères d'arme dont il ignorait tout.

Se rendre aux enfers... cela signifiait tant de choses pour lui à présent. C'était là bas qu'était mort son maître, Narcisse. Allait-il revoir des visages familiers parmi les spectres peuplant le royaume d'Hadès? Un frison glacé parcouru son échine à cette simple pensée... Devoir combattre et tuer ses ex-compagnons de ses mains... supporter leur trahison lui serait insupportable. Mais il ne se battait pas pour lui, il ne l'avait jamais fait. Aujourd'hui, comme à ses débuts, Dormin était seul face à la guerre sainte.

    "Je vous remercie pour ces informations. Elles éclairent mon esprit. J'irai donc plonger au coeur des ténèbres prêter main forte à mes frères avec votre protection. Puisse le cosmos nous porter jusqu'à la victoire et mettre un terme à cette guerre."


Le chevalier d'or leva la tête pour observer le ciel et cette énorme lune sanguine. Il avait déjà eu l'occasion de porter le regard sur pareil spectacle et cela lui avait apporté plus de mal que de bien. Mais cette fois, il ne laisserai pas le destin se jouer de lui. Il n'avait plus rien à perdre sinon la vie et celle ci lui avait été volée. Personne ne l'attendait et c'était mieux ainsi en un sens. Il était libéré de toute contrainte.

Jetant un regard entendu au loup de la déesse, il s'élança vers le portail noir pour s'y enfoncer. Arrivant à la hauteur de la jeune femme, son cosmos lui parvint de pleins fouet et son identité devint claire, comme une évidence dans son esprit, aussi lâcha-t-il ces dernières paroles dans sa course.

    "Merci, déesse Artémis. Économisez vos forces, la terre a besoin de vous."


Prenant une vive accélération, le Capricorne plongea dans les abysses ténébreuses, direction l'enfer qui lui avait pris les êtres chers à son coeur, espérant n'en croiser aucun sur sa route.

    Arrow Porte des Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 15 Mai - 1:15

Arrow Entrée des Enfers

Le portail d'or et de lumière formé par la volonté et le Dunamis des rejetons de Zeus se mit lentement a crépiter d'une énergie nouvelle: la lumière qui s'en dégageait perdait alors de son intensité tandis que sa forme dorée était parasité de multiple arc d'une énergie violacé avant que le passage divin ne se mette a vomir des centaines d'éclaires sombres dans toutes les directions autour de lui. La foudre ténébreuses frappa alors aveuglement le Colisée du Sanctuaire d'Athéna d'une fureur orageuse: faisant dés lors éclater bon nombre de pillier, éventrant les aires de combat tout en détruisant les tribunes sans distinction entre les places des spectateurs et le carré accueillant normalement le commandement du Sanctuaire... Transformant le lieu où chaque chevalier d'Athéna voit le jour en un funeste champ de ruine; cependant ce n'était rien comparé a ce qui avait traversé le portail depuis l'autre coté de l'autre coté.

La porte du Soleil et de la Lune commença a gronder avec la même énergie que celle qui avait attaqué le Colisée avec cette fois-ci une pression des plus terribles: preuve qu'un pouvoir immense voir égale a celui des personnes qui ont crée la porté était en train d'approcher. La corruption du Portail passant alors d'une couleur nuit acheva la traversée d'un être aux immenses ailes d’ébène et auréolé d'une aura titanesque digne d'un dieu. C'est avec un regard amusé que l'homme aux yeux d'argent posa le pied sur le sol meurtrie de l'immense arène en direction d'une jeune femme assise contre le seul pilier encore entier: elle avait dû assister a son arrivé s'amusa le dieu de la mort dont l'ombre s'éleva alors jusqu’à elle. Sa voix ne laissa transparaître aucune faiblesse ni doute quand il l’appela tout en capturant son regard du sien .

"Je te salue Maîtresse de la Lune... Je suis fort aisé de te trouver si vite, je te cherchais ainsi que ton frère dont je sens le pouvoir par dessus les nuages. Je n'aurais jamais crue que les fils de Zeus s'allieraient à leurs cadettes afin d'envahir les Enfers jusqu’à forcer le dieu de la mort a venir exiger réparation ! De quel droit osez vous participer à une lutte que depuis des Éons vous avez laissé aux mains des maîtres de l'Humanité? La monotonie de l'Olympe vous ennuie t'elle donc à ce point ? Ou Craignez vous de voir ma reine assise a la place du roi des dieux ? "

Thanatos avait beau étre doué de prescience: il n'avait pas vue cette Bataille avait été détourné par une force autre que celle des Jumeaux de Léto mais par un des membres de sa propre ligné. L'une des mains des dieux de la mort commença alors a briller d'une lueurs ténébreuse sans cesse grandissantes, ses doigts jusqu'à son épaule étaient parcourue de trait de Dunamis: alimentant alors une Arcane dont la puissance démesuré pouvait atteindre même les dieux comme elle ou son frére... Cependant ce n'étais pas le but de Thanatos. Celui voyant bien l'état de fatigue d'Artémis ne la considérait pas apte a l'affronter: la mort ne voulait pas d'elle, pas maintenant.

"Affronter le pouvoir de mon Maitre doit être des plus éprouvant, Artémis...Même diminuer par mes combats ainsi que la vision de ton pouvoir diminuant à chaque instant, faisant de toi une cible des plus faciles. Je me refuse de t’ôter la vie mais je sais que vous êtes deux a offrir votre protections aux Saint. La question qui se pose à présent est: combien de temps peux tu encore tenir quand ton frére n'est pas là pour te soutenir de ses forces ?"

La sphère grandit alors jusqu’à prendre des proportions gigantesques au dessus de lui.

"Tu n'es pas une adversaire à ma mesure mais tu feras un excellent appat pour le gibier que je recherche."


Une déflagration de Dunamis dù à la Terrible Providence souffla alors le Colisée dans une explosion atteignant les deux premières maisons du Sanctuaire jusque là épargné de la colère des dieux. Apollon restera t-il insensible à la détresse de sa soeur ?


Revenir en haut Aller en bas
Apollon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 31

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur: Apollon/Arès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 15 Mai - 17:59


    Arrow Temple du Taureau

      " Thanatos. Tiens tiens, voilà que le fils de Nyx sort de la couche de son Sombre Monarque et seul en plus... "

    Un silence suivit cette phrase et un sifflement se fit entendre dans les nuages. Un rayon de soleil fendait un nuage pour foncer droit sur le Dieu de l'arrogance... de la Mort plutôt. D'une humeur grave, le dieu des arts n'aimait guère son lointain cousin pour cette propension à se dire supérieur aux autres. La seule chose de supérieure était la force de la création et de la vie, c'était la course éponyme du soleil contre Nyx qui tenait sans cesse de le dévorer chaque matin. D'un battement d'ailes, des vitraux majestueux semblable à un ange de lumière vinrent se poser devant le nouveau venu. Sa soeur était asphyxiée par l'arrivée de la Mort et le lien cosmique avec les enfers avaient atteint de façon mortelle. Apollon se rendait bien compte que les sujets d'Athéna et de Freyja n'auraient pas beaucoup de temps. Il fit alors quelque chose d'assez singulier pour un dieu si attaché à ses principes, il appela son autre frère dans les terres du Nord. Artémis n'était pas en état de se battre et le cosmos du dieu des arts n'était pas au mieux non plus. Toutefois, un sourire aux lèvres, il était manifeste que cela était de même pour le fils de Nyx.

      " Fils de Nyx, je ne peux t'autoriser à avancer plus loin sur la terre de la vie, ce n'est pas ta place et tu dois retourner chez toi... aux Enfers. Je te nie le droit d'avancer sinon je vais devoir démontré ce que l'héritier de Zeus peut faire en ce bas monde, j'exècre montrer ma puissance contrairement à toi mais si je n'ai pas le choix... Et puis tant pis, j'ai besoin de me bouger aussi un peu aussi... "

    Une explosion de cosmos divin se fit sentir brusquement, la Déesse de la Lune se mettant de côté pour se protéger des coups. Les rayons du soleil éclatèrent les nuages à des milliers de kilomètres à la ronde, la colère du dieu solaire se lâchait enfin et d'un geste de la main en l'air, il fit apparaître l'antique Kamui d'Appolon. Elle brillait de mille feux et elle éclata pour recouvrir le dieu des arts. Une lyre à la main, avec les sept cordes nouées dans un cheveu de chacune de ses muses, il joua quelques notes pour rappeler à la vie tous les chevaliers morts au cours des précédentes batailles. Il était le mécène des dieux et Hector revint avec ses troyens des rives du royaume solaire. Des milliers de cavaliers déferlèrent en ordre serré pour s'arrêter en hauteur du sanctuaire. Le mise en scène était superbe comme le dieu artiste savait bien les imaginer.

    Un si beau panorama, les temples du zodiaque se mirent à luire d'une lumière solaire à leur tour, rémanence du cosmos de l'elliptique avec celui d'Apollon. Puis, il s'approcha de son cousin pour le narguer une nouvelle fois en le fixant dans ce regard argenté. Aucune colère, juste de l'amusement face à une telle arrogance.

      " Tu tes dis fils de Nyx, pfff, moi je dis que tu es un pantin d'Hadès qui a perdu sa dignité en se mettant à son service. Tu devais être la neutralité même et tu n'es qu'une pisse pas très chaude désormais, rancie par le dégout qu'elle inspire à la création toute entière. Celui qui devait être l'oméga de toute chose est une pucelle en fait, qui ne demande qu'à être traiter avec convenance... Voici pour toi ma première surprise. Death of Stars "

    Quelques notes suffirent à ordonner aux anciens guerriers mythologiques, les grandes étoiles déchues des âges perdus, d'attaquer le dieu de le mort. Des cavaliers et d'anciens chevaliers d'or endormis dans les profondeurs de leur temple, leurs esprits gardiens, se mêlèrent aux combattants pour attaquer ce qui était l'opposé du soleil et de la vie. Le premier qui arriva devant Thanatos se nommait Achilleus de l'étoile du combat éternel. Preux myrmidon, il allait combattre pour une nouvelle gloire, le sol tremblait de tous ces guerriers fonçant sur le serviteur du sombre monarque, les piliers s'écrasèrent dans une fumée de poussières évanescentes.... Le temps de la grande bataille du sanctuaire venait de commencer !



Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 25 Mai - 19:16

Une des ailes du dieu de la mort se déploya au dessus de lui jusqu’à s'étendre de toute sa taille , formant une muraille d'argent et de noirceur face au jet solaire qui fendit les nuages pour l'atteindre dans un déluge de feu: se dispersant contre l'aile de l'ange de la mort tel une éruption solaire, transformant alors la zone autour du fils de la nuit en un champ de flamme doré. Faisant lentement naitre un sourire sur le visage de l'agresseur de la Lune: il avait attiré l'attention du Soleil, maintenant la cohésion du portail des Saints était compromis !

"Ainsi le porteur de l'astre Solaire daigne poser ses rayons sur moi... J'en suis comblé: c'est justement ta tête que je suis venue chercher, Apollon."

Thanatos fit lentement un demie-tour sur lui même pour pouvoir regarder la divinité qu'il avait provoqué en s'attaquant a sa jumelle: Le dieu d'argent leva les yeux en direction de celui qui portait en lui toute la puissance du Soleil, remarquant alors que son Dunamis était a peine plus rayonnant que le sien. L'attaque qu'il lui avait porté en était la preuve: Malgré le triste état dans lequel il se trouvait après avoir recrée son enveloppe charnel suite a sa destruction par les troupes d'Athéna, il n’eut aucun mal a repousser cette attaque. L'incarnation de la mort s'avança lentement entre les flammes jonchant le sol du Colisée du Sanctuaire, les faisant alors mourir a chacun de ses pas tandis que le prince de l'Olympe invoqua son armure dans une explosion solaire: donnant alors naissance a l'une des douze armures les plus solide de l'univers.

"Oh... Voiçi donc la kamui du fils de Zeus... Je vois que tu sembles me prendre au sérieux: le dieu vengeur se serait-il mit en tête de me faire payer ce que j'ai fait a sa sœur ? Quoi qu'il en soit sache que cette amure ne te protégera pas, Poète. Même toi tu n'es pas de taille a défier la mort !"

La sombre puissance du Dieu ultime s'embrasa alors en une cape de ténèbres: une noirceur affamé naquit autour de Thanatos, grandissant en se nourrissant de la lumière qu'émettait le dieu des arts, retrouvant peu a peu sa force d’antan en absorbant sa luminosité: Don hérité de ses ancêtres... Prouvant alors que la clarté peut revigorer les ténèbres et cela allait signer le début des tourments de ce petit dieu vindicatifs pensa alors l’héritier de Nix et d'Erèbe en concentrant alors en changeant cette vigueur et ce pouvoir renouvelé dans son nouvel être. Apollon quand a lui ne semblait pas sentir que le pouvoir du dieu de la mort était en train de grandir tel une ombre crée par le soleil, plus il utilisait de son pouvoir plus l'ombre de Thanatos se mit a grandir jusqu’à complétement recouvrir le sanctuaire d'Athéna brillant alors sous la lumière d'Apollon. Faisant renaitre des légendes du passé des hommes jusqu’à formé une armée de Héros faisant face a l’ennemi éternelle de tout ce qui vit.

"J'avoue être déçu, Apollon. Tu es plus un homme d'art qu'un guerrier: lever la gloire du passé des mortels pour m'abattre sera ta première erreur ! Tu es le maitre de la divination hors tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez, étant la fin de toute chose je possède une prescience allant bien au dela de mort de Gaia elle même ! Vous autres Olympien vous reposez sur les lauriers de votre grandeur d'avant ! Vous autres et toi même n'êtes plus ce qui dominiez le monde des hommes contrairement au maitre des Enfers, de ta propre soeur et ton oncle des Mers à présent."

Les yeux de Thanatos s’illuminèrent alors qu'il leva une main devant lui à l'instant où l'un des héros d'Apollon surgit pour l'attaquer de son épée: la lame s'arrêta sur le doigt du dieu sombre qui, d'une phrase transforma toute l'armée du passé en cendre:

"Le passé est mort ! Il n'est plus rien maintenant qu'histoire et légende d'homme trépassé: d'homme sous mon pouvoir !"

D'un bond le dieu d'argent déploya ses ailes en se recouvrant des cendres jusqu’à se transformer en un immense tourbillon qui vint alors voiler la face du soleil: recouvrant alors le ciel de nuage gris cendré quand la main de Thanatos vint saisir le fils de Zeus a la gorge: écrasant lentement la trachée du personnage a la lyre. Thanatos approcha son visage du sien tout en continuant a refermer la prise de ses doigts.

"Pauvre fou... Tu n'es bon qu'a lancer des quolibets dans le vent. Tu n'es rien face a moi: même le soleil se plie devant la mort... Malgré tout ce que tu peux penser: je suis égale a moi même. Je suis l'adversaire de tout ce qui vit... Homme ou dieux ! Je suis votre fin a tous ! Je suis Thanatos !!!''


Le Dunamis de Thanatos se changa alors en d'immense main sombre, prêt a écraser le dieu pathétique dans les ténébres.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Colisée - L'armée d'Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-