RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Colisée - L'armée d'Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Apollon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 31

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur: Apollon/Arès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 30 Mai - 16:10


      " Vanité. Tu n'es que Vanité alors que tu devrais être justice aveugle sans se penser au-dessus des communs des Mortels. Chacun de nous avons notre part de Psyché en nous, mais toi tu mériterais les honneurs des Olympiades. Nous ne sommes que des grains de sable dans le firmament, notre temps n'est plus le même où l'on devait commander aux hommes, nous sommes les bergers et non point les satyres tout comme toi... Tu n'es rien que Vanité. "

    Un silence suivit cette phrase. Alors que le Dieu de la Mort lui tenait gorge, il joua d'une corde de sa Harpe pour lui vriller les tympans et se libérer de la poigne du Condamné à Mort. Apollon n'avait rien de spécial contre lui et n'appréciait guère les remontrances et les suffisances, il suffisait de rester à sa place pour luire de tout son éclat. Alors que les Ombres dévoraient la lumière, celles-ci se mirent à dévorer les ténèbres de nouveau dans une lutte séculaire. Oh non ! Thanatos n'était pas Nyx et sa prétention en la matière le fit sourire de nouveau.

      " Tu es aveugle ! Ce héros est l'image de ceux qui défient aujourd'hui les Dieux. A une époque, les Dieux les vénéraient comme leurs égaux et non pas selon leur ego. Je vois les lignes du futur il est vrai et je les appréhende mieux que quiconque... Mais je ne suis qu'un berger apportant un peu de réconfort dans une vie difficile. Toi ? Tu es la Mort. Au lieu de la délivrance d'une vie misérable ou bien remplie, tu penses être l'oméga de toute chose mais tu n'es que le serpent qui se mords la queue. L'oroboros divin ne te permettra jamais de la défier sans te rappeler tes propres faiblesses..... En y pensant tiens, tu as été vaincu par deux hommes je crois ? Triste sire que tu es au final... "

    Une explosion de cosmos divin se fit sentir brusquement, le Dieu des Arts montraient une partie de sa nature primordiale. Un arc apparut à sa main et d'un battement d'ailes, il fendit les vents pour se mettre en position. Tendant la corde de son arc, il laissa une flèche solaire se libérer de ses doigts pour frapper de plein fouet le torse du vaniteux. Broyant sa chaire, Thanatos constatait que cette flèche avait commandé les vents pour le propulser dans l'un des douze temples du Zodiaque, celui du Lion. Ce rappel de sa défaite présente face au Lion était un juste retour des choses. Le dieu de la mort se disait au-dessus des Hommes mais n'était qu'un bellâtre sans envergure.

    Un si beau temple, se posant dans l'antre du Lion, le dieu chasseur observait son lointain cousin. Il n'était plus rien qu'un amas de cosmos se reconstituant de nouveau pour reprendre forme physique quand un cosmos au lointain attira l'attention de l'ange solaire. Ne s'occupant plus de Thanatos, il eut une très mauvaise sensation et parla à haute voix sans s'en rendre compte, une prophétie venait de naître à nouveau.

      " Dieu de la Guerre, mon frère, ta colère aménera ta chute et celle des Enfers. Arrêtes toi et ne défies pas notre Père, n'oublies pas que les Enfers ont un trésor maléfique à garder. De ta chute sera annoncée celle de la Raison, une guerre va s'étendre sur tout l'Horizon dans les années à venir et ta colère n'en aura été que le prémice. "

    Quelques instants passèrent et Apollon baissa les yeux vers Thanatos de nouveau. Son regard était emprunt de colère très certainement de se retrouver dans la demeure de son vainqueur mais là n'était plus la question, les Enfers allaient tomber sous peu et avec elles l'espoir tout entier de l'Humanité. Sa vision de l'avenir n'avait jamais été aussi claire, il s'en mordait les doigtas aujourd'hui d'avoir aider Athéna dans cette folie. Le sacrifice de Zeus avait été écrit par les Dieux Primordiaux ; l'action des deux dieux jumeaux avait contrarié tout cela pour un avenir chaotique.

      " Thanatos, les Enfers vont tomber mais l'espoir va en même temps chuter dans une course sans fin. C'est ironique que nous combattions ici d'une certaine manière car ce que le jeune Chevalier d'or prétends avoir va venir directement à lui dans un dédale de foudres sans commune mesure avec celle des Foudres léonines. Dieu de la Mort, quittes séant cette place, tu as perdu et admets le une bonne fois pour toute ! Cela te changera d'agir avec intelligence pour une fois ! "


    Arrow Temple du Lion avec Thanatos

Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 5 Juin - 23:35

=> L'ile d'andromède


    Signun Iscariot du sagittaire fillait bien plus vite que le vent dans un boucan assourdissant dont lui n'en entendait rien. Quand il passait quelque part, il produisait un bruit semblable à l'orage, quand les gens levait la tête pour voir ce qui se passait, ils ne voyaient rien car il était déjà passé et un puissant vent le suivait de près.

    Depuis les airs, les paysage défilaient : la mer, le désert, de nouveau la mer, puis la Grèce dont il reconnu les côtes. Apparemment, Aldébaran ne s'était pas trompé dans ses estimation et le saint ailé savait le Sanctuaire sacré d'Athéna plus très loin désormais, c'était une question de minutes. Sachant cela, le chevalier d'or dut réduire sa vitesse de pointe progressivement. Après tout, il aurait bien l'air malin avec sa belle armure éclater contre l'une des maisons sacrée.

    Arrivé dans l'espace aérien du Sanctuaire, Signun resta un moment en vol stationnaire, regardant le désastre provoqué quelques minutes plus tôt par le dieu de la mort. Les cinq première maison était totalement dévastée et les plus proche avaient également ressenti les effets dévastateurs du cosmos divin. Même l'horloge zodiacale avait été rasée.

    Le chevalier d'or resta là un moment stupéfait et effrayé, imaginant quelles genres de puissances s'étaient déchainées en ce lieu. Puis finalement il parvint à reprendre ses esprits et se mit a perdre de l'altitude doucement afin de se poser dans ce qui restait de l'arène du sanctuaire.

    Alors qu'il observait l'ampleur de la destruction provoquée, il se rappela que la déesse de la lune et de la chasse, Artémis, se trouvait en ce lieu afin de maintenir le passage entre le Sanctuaire et le monde des mort ouvert. D'un coup, tout semblait se préciser sur la soudaine extinction de plusieurs des constellation : la soeur d'Athéna avait certainement été attaquée par un ennemi possédant une force démente, une force divine.

      " - Dame Artémis, où êtes vous ?"


    Pas de réponse, pourtant, elle ne devait pas être loin, il le ressentait. Signun étendit sa perception de son cosmos pour trouver celle qu'il cherchait. La déesse n'était pas cachée, il aurait put la trouver de manière conventionnelle s'il l'avais fait. Le chevalier ailé arriva devant Artémis qui se trouvait adossée à un rocher, visiblement évanouie sous l'effort d'avoir maintenu le passage ouvert et semblant avoir été touchée par l'attaque de cet ennemi.

    Voir une déesse dans une telle position de faiblesse était un paysage que le sagittaire n'était certainement pas prêt de revoir un jour. Elle était belle, on aurait dit une femme fragile. Mais en même temps, il émanait d'elle une puissance telle que son statut de divinité ne faisait aucun doute.

    S'approchant délicatement de la Dame de la Chasse, c'était comme s'il voulait faire le moins de bruit possible pour ne pas la déranger. Arrivé à sa hauteur, il se mit à genoux à côté d'elle et lui prit la main qu'il serra entre les siennes. Le saint concentra son cosmos de manière non agressive, comme pour faire réagir la déesse, comme pour la faire réagir sans qu'elle ne sursaute. Comme s'il voulait prendre soins d'elle et la ménager.

      " - Dame Artémis, réveillez vous."


    Dit-il doucement, comme s'il semblait subjuguer par une telle beauté. Mais en même temps, Signun était un homme de principes dont la galanterie en faisait partie, c'est juste qu'il ne savait pas trop comment réagir pour réveiller une déesse, comment il devait se comporter avec elle.

    Il continua à l'appeler et il continuera jusqu'à ce qu'elle se réveille, en espérant que celui ne prenne pas des jours entiers...
Revenir en haut Aller en bas
Léonidas


Black Saint
avatar

Messages : 29
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 7 Juin - 2:41


    La veille avait été longue et la chasseresse aux yeux d'argent était épuisée. Son cosmos d'ordinaire sauvage et ardent n'était guère plus impressionnant que celui d'une paisible nymphe. Mais malgré sa fatigue, la déité sélénite brandit son arc légendaire lorsque le sinistre dieu de la Mort fit son apparition dans un déluge d'éclairs sombres. La jumelle de Léto se savait trop faible pour affronter le fils de Nyx mais sot serait l'homme qui croirait soumettre la maîtresse de la Lune.

    La gracieuse Artémis au regard aiguisé tenait en joue l'arrogant jouvenceau qui se targuait de détenir le pouvoir de la Mort.

      « Ton arrogance te perdra Thanatos, rares sont les hommes à avoir survécus à mon courroux ! Je suis encore bien assez forte pour te faire ravaler ta fierté de petit roquet !»

    Hélas, fière Artémis, le courage seul ne suffit pas lorsque la cape sombre de la Mort s'abat sur toi. Le voile de la Nuit recouvre ton regard opalescent tandis que ta gracieuse silhouette fend les airs avec la légèreté d'une étoffe de soie soufflée par un vent trop violent pour ta délicatesse. Le sol marmoréen devient ta couche alors que s'élève dans les cieux ton frère, l'astre du Jour, qui a la vue de ton corps divin inconscient s'embrase de rage à l'encontre du fils de Nyx.
    Toi, belle Lune dont l'éclat d'argent illumine la nuit, te voilà à terre, foulant le sol comme une vulgaire mortelle.
    La Mort t'as humiliée, rabaissée, toi qui préside dans le ciel, toi qui est la panthère à la fourrure étincelante, reine parmi les fauves. Te voilà endormie dans un lit de roche et de poussière. Tu es une perle qui s'est détaché de son écrin de cirrus, un bijou étincelant de beauté tombé dans un lieu indigne de ta grâce.

    Et alors que le Soleil déverse son feu sur celui qui te fit affront, le brave Sagittaire vole à ton secours, t'enveloppe de ses grandes ailes d'Or pour te réchauffer. Tu ressemble à créature faible à ses yeux. Une demoiselle en détresse frêle et sublime à la fois dont la splendeur sauvage s'est éteinte en même temps que ta conscience. Ton noble front et ton port altier ne suffit pourtant pas à effacer cette image fragile de toi et l'impudent jouvenceau effleure ta peau de nacre de ses mains d'homme, toi la chaste et pure Artémis.

    Ô pauvre Sagittaire, ta bonté et ton humanité si captivante aux regard de ta Déesse n'est qu'affront pour celle qui traque ceux qui la convoitent.
    La Déesse de la Lune n'est pas comme ta douce Athéna. Et lorsqu'elle s'éveille, son regard de fauve te transperce tandis que son cosmos sauvage te repousse au loin comme une vulgaire poupée de chiffon. Dans ses yeux froids brille l'éclat furieux de l'indignation et de la colère. Tu as voulu bien faire mais nul ne touche impunément la déesse Vierge sans en subir les conséquences.
    Comme Orion avant toi, tu es victime de son ire.
    Soudainement, tu sens que le désir pour les femmes disparaît de ton cœur et celle dont tu admirais la beauté tantôt ne t'inspire plus rien. Le souvenir du visage de celle qui partage ta vie n'allume plus le brasier de la passion en toi. De l'amour tu n'as plus qu'un vague souvenir, fade et imprécis.

    Et lorsque la déesse se redresse de toute sa hauteur en te regardant de haut, tu ressens finalement cette crainte révérencieuse qui aurait du te tenir à l'écart de sa divine personne. Tu la ressens si fort que ton corps se met à genoux, l'échine courbée.
    Tu aurais pu mourir comme le brave Orion si tu n'avais été un champion de sa sœur cadette et lorsque tu la regarde s'élever dans les cieux pour rejoindre son frère, tu sens un grand vide s'installer en toi. Quelque chose manque en ton cœur sans que tu ne saches quoi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Sam 9 Juin - 15:32


    Par pur esprit de courtoisie et de chevalerie, Signun avait protégé et réveillé la déesse de la chasse. Grand mal lui a prit, lui qui ne connaissait pas si bien que ça Artémis et son côté féministe puissance infinie. Jamais il n'avait imaginé qu'elle prendrait son geste pour un affront ni même qu'il risquait la mort s'il n'était pas un saint d'Athéna.

      " - Dame Artémis, vous allez,..."


    Voyant son regard de prédateur, le chevalier d'or ressenti en lui une peur primitive qui l'interrompit dans sa phrase, celle des ancêtres de l'homme quand ils croisaient un fauve attiré par une proie facile. Bien vite le sagittaire ne put soutenir les yeux de la déesse et mit à genoux et face au sol, comme prostré par cette crainte d'être réduit à l'état de poussière. Autant Athéna était douce et compréhensive que sa sœur cruelle et dangereuse. Le cosmos écrasant d'Artémis habitait toujours les ruines du Colisée du sanctuaire sacré, même après le départ de cette dernière...

    Plusieurs minutes s'envolèrent ainsi, sans que le chevalier ailé ne bouge le moindre muscle. Il restait habité par cette peur si intense qu'il n'en avait jamais ressenti de pareil autrefois. Puis finalement il leva la tête pour se rendre compte du départ de la Déesse. Bien que soulagé, il continua à respirer de manière haletante, comme s'il suffoquait.

    En se relevant, il retira son casque, puis le reste de son armure qui se mit fièrement à côté de lui en représentant le totem du sagittaire. Signun s'appuya contre un rocher avant de continuer à reprendre son souffle. Jamais jusqu'à présent il s'était senti aussi intimidé, pourtant il avait rencontré une autre divinité : Apollon. Les dieux étaient une énigme pour une humain tel que lui, d'ailleurs, nul doute que les dieux eux même trouvent les humains étranges.

    Après plusieurs minutes à se remettre ses idées en place, il observa son armure qui attendait patiemment qu'il ne l'enfile de nouveau.

      " - Tu auras bien besoin de réparation."


    Dit-il a l'égard de sa protection qui lui a évité plus d'une fois la mort au cour des deux combats qu'il a mené en Asgard et en Enfer. L'une des ailes était tordue tandis que l'autre présentait des fêlures. Il manquait une partie sur la gauche de son casque et son centre menaçait de céder pour briser l'accessoire en deux. L'une des épaulettes avait explosée au sens propre du terme et le torse était à découvert à certains endroits. Puis les brassards et les jambières montraient clairement des signe de brisure, indiquant l'usure et donc l'urgence de réparer la Gold Cloth du sagittaire.

    Il irait voir le protecteur de la première maison, Shion du bélier. D'après ce qu'il en avait entendu parlé, c'était lui qui s'occupait des réparation. Le pauvre risquait d'avoir beaucoup de travail avec les saints qui reviennent des enfers, Signun allait devoir y aller le plus vite possible pour éviter de devoir attendre trop longtemps. Enfin, encore fallait-il que le chevalier du bélier revienne, bien entendu. En attendant, le sagittaire resterait là à profiter du soleil de Grèce, Soleil qu'il n'avait plus vu depuis un long moment avec son voyage en Asgard et la bataille dans me royaume des morts.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 13 Juin - 5:16

Arrow Afrique

La téléportation des chevaliers d'or étaient plus un terme technique qu'une réalité puisqu'il s'agissait en fait de se déplacer à la vitesse de la lumière, ce qui créait cette illusion. Et c'était la première fois que Dormin l'expérimentait lui même! Dieu que c'était grisant! Sentir le son défiler si vite que même sur l'eau, vos pas portent au loin comme sur une surface solide! Il courrait littéralement l'eau, portant le fauteuil à bout de bras et ayant mis le bouquet de pavots à l'abri sous son armure, prenant soin de ne pas les abimer. Jamais il n'aurait cru pouvoir atteindre une telle pointe de vitesse! Était-ce cela qu'avait ressenti Narcisse avant lui?

C'était extraordinaire! Il adorait ça! Les longues distances devenaient tellement ridicules d'un seul coup! Il aurait pu visiter le monde en un clin d'oeil! Mais ce gens de pouvoir ne devait pas servir à des fins personnelles, il en était bien conscient. Que se soit pour satisfaire la curiosité ou l'orgueil, ou d'autres sentiments plus ou moins reluisants, il leur était interdit d'user des dons faits par Athéna pour leur propre profits, à eux, humains.

Il devait avoir l'air un peu ridicule à porter son fauteuil comme ça sur une si longue distance. Heureusement personne ne pouvait le voir. Et le laisser en pleine savane n'aurait pas manqué d'intriguer le commun des mortel dés que quelqu'un serait venu puiser à cette oasis... Donc, soit il le faisait disparaitre, soit il l'embarquait. Et ça tombait bien, son intérieur était plutôt vide. Oui, bon, ce n'était pas le moment de penser déco... on était un lendemain de Guerre sainte et il semblait y avoir pas mal de grabuge encore. Le cosmos était empli de diverses turbulences, plus ou moins violentes.

Ces dernières partaient de toutes les directions, il devenait très délicat pour Dormin de s'y retrouver. C'était comme tenter de déchiffre un message inscrit sur des liens pleins de nœuds. Il fallait dénouer le tout pour réussir à lire les messages entremêlés. Autant dire que ça prenait du temps, demandait beaucoup de concentration et d'énergie! Mais surtout une patience infinie! Et pour l'instant, Dormin voulait surtout rentrer au sanctuaire où il avait senti un cosmos d'une rare violence exploser.

Finalement, il atteignait les frontières du sanctuaire... dés lors il cessa d'user de sa prodigieuse vitesse, revenant à un rythme normale. Il lui sembla que son être était toujours en mouvement, comme lorsqu'on remet pied à terre après un long séjour en mer. L'impression de toujours tanguer qu'on appelle le mal de terre. Pouvait-on trouver un nom à cet état si particulier? Le mal de vitesse? Non ça ne sonnait pas très bien... il se pencherait plus tard sur la question. Le fauteuil fut déposer non loin, il viendrait le chercher plus loin.

Le ciel était couvert d'épais nuages sombres et l'air chargé d'électricité. La pression atmosphérique était des plus pesantes... Ce n'était pas bon signe... il vit des silhouettes s'élever dans les airs les unes à la suite des autres, auréolées d'un cosmos chatoyant chacune. Étaient-ce les dieux qui s'en allaient vers des cieux plus cléments? Ce n'était pas les affaires d'un chevaler d'or qui restait simple mortel et devait donc se préoccuper de problèmes à sa mesure.

C'est tendu que Dormin marcha vers le sanctuaire... il trouva celui-ci complètement défiguré! Les maisons du Cancer, du Lion et de la Vierge avaient été détruites! Comme si celà ne suffisait pas, alors que son regard remontait le long des escaliers, il constata avec horreur que le temple du pope avait lui était défiguré ainsi que la maison des poisson... Ce fut le coup d'estoc porté au Capricorne... Pourquoi? Quel était l'intérêt d'avoir fait ça en l'absence de ses occupants? S'attaquer à de simples pierres pour faire un exemple?! Les édifices se reconstruisent! , même si nos coeurs en souffrent...

Et en parlant de souffrir... Il percevait un autre cosmos ici... Doré et en proie visiblement au tourment à en juger par ce qu'il dégageait. S'avançant d'avantage, il pu reconnaitre l'armure du Sagittaire! C'était la première fois qu'il la voyait de ses propres yeux! Mais dans quel état lui apparaissait-elle... C'était triste mais aussi la dure réalité de la guerre. Mais encore une fois, rien de réversible. A ses côtés, un homme aux cheveux pourpres... indigo peut-être? Il semblait mal en point à l'image de l'armure lui tenant compagnie. Sans doute le Sagittaire de cette époque. Il allait donc rencontrer l'un de ses nouveau camarades. Cherchant à se concentrer là dessus pour ne pas sombrer dans la déprime face à l'état du sanctuaire, Dormin ressentit une forme de trac... Il surmonta ce dernier et vint se pencher sur l'homme adossé à son rocher.

    "Triste spectacle qui nous est offert... Mais rien qui ne puisse se réparer... Est-ce que ça va aller?"
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 13 Juin - 20:27


    C'était le calme après la tempête, un de ces moments propices à panser les plaies et réfléchir sur les possibilités de l'avenir. Signun aimait ces instants ou la guerre était encore trop proche pour qu'on l'oublie, mais en même temps lointaine. Bien sur, il a avait pas mal de chose à faire comme réparer les maisons sacrées abîmées par les lubies de divinités belliqueuse, mais ce n'était pas pour tout de suite, il faudrait d'abords que tout le monde revienne.

    Parlant de retour, une nouvelle personne s'adressa à lui. Le chevalier désarmuré se redressa légèrement afin de voir son interlocuteur pour se rendre compte qu'il s'agissait d'un autre chevalier d'or. A en juger par l'armure que le père de famille avait transporté depuis Asgard, il s'agissait du chevalier du capricorne. Mais alors, que devenait le précédent ? Dans ses souvenirs, l'homme qui endossait le rôle de protecteur de la dixième maison était asiatique et clairement plus imposant que celui qui se tenait debout face à lui. Certainement avait-il péri lors de la bataille des enfers et un successeur était désormais là.

    Son nouveau voisin du dessus était assez singulier par son apparence très fine, il ressemblait à une femme même si quelque chose lui indiquait qu'il avait à faire avec un homme. Il y avait un nom pour ce type d'apparence particulière, androgyne. Enfin, le chevalier ailé n'était pas pointilleux avec l'apparence des gens, tant qu'il fasse bien ce qu'il y a à faire, tout ira bien. Ce saint du capricorne s'adressa à Signun en parlant du paysage et en particulier de l'état de certaine des maisons sacrées, ce que à quoi il lui répondu.

      " - Nous n'y pouvons malheureusement rien, quelqu'un à profité de notre absence à tous pour frapper un grand coup sur le sanctuaire et ce malgré les dieux qui y étaient présents. Donc il y a fort à parier qu'on aurait rien put faire même si on aurait été présent"


    Dit-il. D'ailleurs, cette personne devait être particulièrement puissante pour ainsi mettre à mal Artémis. D'ailleurs, en pensant à elle, le sagittaire se demandait bien pourquoi il avait voulut l'aider. A y penser, il ne le referait plus et laisserait les dieux dans leurs problèmes. Ainsi le saint se jura de ne plus jamais s'occuper des affaire divines ne l'impliquant pas directement.

    Puis il regarda de nouveau son interlocuteur en se levant. Il remarqua qu'il restait le chevalier d'or le plus petit de l'ordre, son homologue devait mesurer une dizaine de centimètres de plus que lui. Mais bon, il faisait désormais fit de ce critère, ce n'était pas une fierté, mais pas non une honte.

      " - Je n'ai pas le loisir de vous connaitre chevalier. Signun Iscariot, chevalier d'or du sagittaire."


    Lui fit-il en lui tendant la mains de manière amicale en abordant un sourire bienveillant. Après tout, il n'y avait nul raison pour eux de ne pas bien s'entendre, de plus, il ne semblait pas au jeune père de famille que son interlocuteur se soit présenté à lui. Soit, le sagittaire réparerait cette erreur même s'il ne doute pas que le nouveau capricorne aurait fini par se présenter lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 13 Juin - 20:53

Qu'il était agréable de voir un chevalier d'or aussi prompt à faire bon accueil aux nouveaux entrants. Voilà qui soulageait le jeune hermaphrodite d'un poids certains. Au fond de lui demeurait la hantise des hostilités internes qui avaient rongé son sanctuaire de l'intérieure, lentement mais sûrement. Il poussa un soupir de soulagement à peine audible. Les choses prenaient un bon départ. Il se saisit de la main tendu par le sagittaire et la serra pour le saluer.

    "Enchanté, Signun du Sagittaire. Je me présente à mon tour, Dormin du Capricorne, ex-bronze saint d'Andromède. "


Il se demandait si cette information ne serait pas de trop, mais Dormin n'avait rien à cacher. Certains de ses confrères de l'époque avaient trouvé révoltant qu'un petit bronze se voit choisi par une armure d'or... A bien y réfléchir, ce n'était pas plus choquant qu'un silver du corbeau devenant vierge ou même le premier randonneur du coin qui passait par là. Oui! Son époque était pleine d’anecdotes un peu étranges. Les dieux avaient déjà beaucoup d'humour. Et des fois Dormin préférait se dire qu'ils servaient de cobaye aux générations futures, c'était moins démoralisant.

    "Je suis... arrivé il y a peu, je dois dire, mais j'ai eu de la chance d'être envoyé vous rejoindre aux enfers par Artémis. Je n'aurais pas voulu être là lorsque tout ceci est arrivé... Et vous dîtes vrai. Nous n'aurions pas pu faire grand chose. Tout chevalier d'or, d'argent ou de bronze que nous sommes, nous restons des humains tout ce qu'il y a de plus mortels."


Dormin passa par dessus le rocher pour s'assoir sur celui-ci et contemplé leur sanctuaire dévasté. Son regard s'arrêta d'avantage sur la maison des poissons... Il se pinça les lèvres nerveusement à l'idée de retrouver ce si beau jardin anéantis. Pas qu'il le fasse passer avant les autres, il y avait plus urgent, mais les souvenirs qu'il y chérissait demeurait. En cette unique raison, voir ce douzième temple dans cet état lui fendait le coeur.

    "Nous donnerons de notre mieux pour rebâtir. J'avoue que l'intérêt d'un tel acte me dépasse un peu... Mais dans un sens, je suis heureux que les dégâts se limitent à des pertes matériels."


Il faudrait du temps et tous devraient donner du leur. Dormin devrait sans doute se familiariser avec les techniques et outils modernes lui aussi, mais il ne s'inquiétait pas plus que cela. Tout irait bien si on faisait les choses dans l'ordre, une par une. Ils sortaient d'une guerre sainte et toutes les factions étaient épuisées. Ce qui voulait dire qu'ils pourraient profiter d'un labs de temps tranquille. Chacun devait penser ses blessures, gérer ses propres problèmes.

    "C'est la première fois qu'il m'est donné de voir l'armure du Sagittaire. De mon temps, c'était le chevalier du même signe qui devint pôpe. C'est une très belle armure, ma foi."


Dit-il en posant son regard émeraude sur l'armure d'or ailée. Que se soit le chevalier où son alliée dorée, tous deux avaient rudement souffert durant les derniers évènements. De quoi faire culpabiliser légèrement Dormin d'être relativement indemne.

    "Au fait, veuillez pardonner ma curiosité, mais je n'ai pu m'empêcher de constater la surprise sur votre visage lorsque vous m'avez regardé tout à l'heure. Puis-je en connaitre la raison?"
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 13 Juin - 22:16


    L'homme, car ça devait en être un au vu de son absence de masque, répondit assez rapidement en se présentant sous le nom de Dormin. Il précisa par le fait qu'autrefois il fut chevalier de bronze d'andromède. Si ce détail pouvait avoir une certaine importance pour certain, Signun ne s'en préoccupait nullement. Lui même fut chevalier d'argent de la flèche, puis il avait entendu parler que Urio du Cancer fut chevalier de bronze de la licorne. Soit, ce n'était pas l'armure qui faisait le chevalier, mais bien le chevalier qui faisait l'armure. Il arrivait même parfois que l'armure s'adapte aux vraies compétence du son porteur.

      " - Et bien, si vous possédez cette armure, c'est qu'elle vous a reconnue apte à l'endosser ainsi que les responsabilités qui vont avec."


    Le sagittaire était un parfait partisan de la théorie qui disait que les armures avaient leur propre âme et choisissait leur porteur. Dans son cas, c'était on ne peut plus vrai car c'était une incarnation de ses prédécesseurs qui l'avait testé afin de savoir s'il en était digne ou non. Soit, tout ça pour dire que si Dormin portait la cloth du capricorne, c'est qu'il le méritait largement.

    Il lui indiqua qu'il était arrivé depuis peu, ce qui semblait légèrement contradictoire avec le fait qu'il fut autrefois bronze saint d'andromède. Il parlait d'Artémis et l'évocation de cette déesse faillit provoquer une peur si intense chez Signun qui se serait bien caché la tête entre les bras s'il n'avait pas ce mental d'acier qui lui permettait de rester stoïque. En pensant à cette divinité, il revoyait son regard mauvais qu'elle lui avait jeté quelques instants auparavant.

    Pis son homologue parla de la reconstruction du sanctuaire, le sagittaire se senti soulager de ne pas devoir rénover son temple. Mais en même temps, il devait aider son compagnons d'arme à rebâtir le sanctuaire et ne resterait pas les mains dans les poches tandis que tout les autres saints s'activait à la reconstruction autour de lui. Soit, il aidera du mieux qu'il puisse.

      " - Ma foi, ce n'est pas la première fois que le sanctuaire subit d'importants dégâts. Si nous nous mettons tous ensemble pour le reconstruire, ça ne prendra que quelques temps pour qu'il devienne de nouveau présentable."


    Dormin du capricorne admira de plus prêt l'armure d'or du sagittaire. Il semblait vraiment y porter un intérêt, c'était tout juste s'il ne donnait pas l'impression de vouloir la toucher par curiosité. Il indiqua qu'il ne l'avait jamais vue auparavant, que le chevalier protecteur de la neuvième maison était devenu grand pope, à son époque,...

    Signun était légèrement perdu par les paroles sans explication du capricorne, mais il n'en relevait pas de mots, attendant que ce dernier aie fini de parler afin de ne pas lui interrompre la parole. Le chevalier d'or fini enfin par lui poser une question, notamment par le fait qu'il n'avait put réprimer une certaine expression de surprise vis-à-vis de sa personne.

      " - Hum, comme dire ? Disons qu'il y a un peu moins d'une journée, j'ai vu le précédent porteur de votre armure s'engouffrer dans le vortex menant vers l'enfer. Je suis juste étonné qu'il aie déjà un successeur aussi rapidement et que l'armure soit si peu endommagée malgré le fait qu'il aie affronté un dieu."


    La dernière fois qu'il avait ressenti le cosmos du chevalier japonais répondant au prénom de Tsurugi, il affrontait le dieu de la mort. Il n'avait pas vu l'état de son corps, mais l'armure du capricorne aurait du littéralement être lambeau. Bien entendu, il y avait toujours la théorie que son nouveau porteur aurait put par sa simple présence revitalisé l'armure.

    C'était donc au tour du chevalier ailé de poser des questions. Durant les paroles de son homologue, ce dernier avait clairement fait sous-entendre qu'il n'était pas "d'ici", ou plutôt pas de maintenant. De plus, ayant clairement offert la parole au sagittaire, ce dernier comptait clairement en profiter, même s'il était d'ordinaire peu loquace.

      " - J'aurai moi aussi une petite question à vous poser, Dormin. "


    Il réfléchit un moment, cherchant comment bien le dire sans risquer de froisser son confrère chevalier. On sentait qu'il hésitait dans le choix de ses mots, puis finalement il conclu par :

      " - Disons que j'ai l'impression quand vous me parliez que vous ne venez pas de cette époque. Dans mes souvenir, l'actuel grand pope était chevalier du verseau et l'ancien était chevalier du cancer. Soit, je ne me souviens pas avoir connu un grand pope ancien chevalier du sagittaire. Qu'en est-il ?"


    Il avait fait en sorte de ne pas être agressif envers son compagnon d'arme, parlant sur un ton relativement neutre. Maintenant, à voir comment il le prendrait, tout dépend de comment il interpréterait les paroles...
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Lun 18 Juin - 2:07

Il ne fut pas difficile à Dormin de noter la gêne occasionnée chez le Sagittaire lorsqu'il évoqua la déesse Artémis. Elle lui avait semblé tout à fait correcte, alors pourquoi une telle réaction? Le cosmos de Signun avait dégagé comme une explosion négative. De la peur?... Pas exactement. Du regret, oui, une forme de traumatisme peut-être. C'était encore frais! Et quelque chose d'autre. De plus malsain ou de... vide. C'était quelque chose d'étrange, comme si il manquait quelque chose. Enfin ce n'était qu'une impression, comme lorsque vous gouttez un plat qui manque de sel!

Un sourire nacquit sur les lèvres du gold saint alors que Signun commentait le fait que l'armure d'or l'ai choisi. En vérité ce n'était pas la première fois. Il avait porté l'armure du lion à l'époque. Pourquoi ce choix? C'était un fait bien étrange, mais l'armure du Capricorne avait disparue peu après le décès de son ancien porteur. Il avait été si heureux à l'époque. Fier aussi il fallait avouer...

    "Je vous remercie, il en va de même pour vous et les autres. Même si je me posais des question à ce sujet il y a... Enfin par le passé."


C'est vrai ça, combien de temps a-t-il passé dans son cercueil étincelant? En quelle année étaient-ils? Mais il n'eut pas le temps de se pencher d'avantage sur la question. Son homologue venait de repartir sur le sujet du sanctuaire.

    "Certes, à condition de pouvoir tous se regrouper vite. Je sens les nôtres éparpillés aux quatre vents... Ainsi que notre déesse."


Comme cette dernière information sonnait étrangement dans sa voix! Il n'avait jamais rencontré sa déesse à l'époque... Il avait disparu avant l'heure de sa renaissance. Bien entendu, il avait entrevue la jeune fille qui serait destinée à devenir cette femme. En 452... C'était une jeune fille aux allures de véritable spectre qui tenait plus de l'image qu'il se serait fait d'une Perséphone ou d'une Pandore que d'une Athéna. Et si le Pôpe sembla la trouver à son goût, c'était loin d'être le cas de Dormin. Juger sur les apparences n'était pas son genre, mais il avait trouvé l'image de très mauvais goût pour Athéna. Peut-être était-ce justement pour cette raison qu'elle ne s'était pas montré à cette époque... et que les siens n'avaient pas été relevés. Ils avaient payé le prix des écarts de certains.

Il fronça les sourcils. Peu à peu, il arrivait à mettre un doigt sur les informations le concernant. Il ne laisserait pas une telle catastrophe se reproduire. Il avait peut-être été trop tolérant face à ces petites guerres intestines et ce genre d'attitude individualiste! Il était resté trop passif et voilà ce qui était arrivé. Mais il ne portait pas le poids de la responsabilité sur ses uniques épaule, même si le prix à payé avait été trop lourd. Et il en valait de même pour aujourd'hui puisqu'il apprenait la disparition du précédant gold saint encore toute fraiche.

    "Alors deux choix s'offrent à nous: Soit l'armure l'a rejeté pour une raison précise, ou bien ... il est mort. Hélas ça aussi ça fait partie du lourd tribu d'une guerre. J'ai perdu un ami bien plus qu'un maître de la même manière. J'étais élève du gold saint du Capricorne à cette époque. Pour ce qui de l'armure, je suppose qu'elle se sera reconstituée sur moi au contact de mon cosmos et en puisant dans ce dernier. J'ai subi un lourd contrecoup à ce moment, peut-être l'explication est-elle là. Nous ne connaissons pas tous les tenants et les aboutissants de l'énergie cosmique après tout."


Finalement, l'heure des questions pour Dormin sonna et l'heure des réponses aussi. Il tourna sa tête de rouquin vers le Sagittaire et s'assit en tailleur sur le rocher pour plus de confort.

    "Je vous écoute?"


Il n'y avait rien de choquant dans les paroles de son confrère... enfin rien qui puisse choquer Dormin une nouvelle fois. Il avait été jeté dans toute cette histoire si violemment qu'il n'avait pas eu le temps d'être en état de choc ou de bien réaliser, raison pour laquelle il tentait de rassembler les pièces de ce puzzle qu'était sa situation.

    "Et bien... Pour répondre à ça, je suppose que savoir en quelle année nous sommes m'aiderait beaucoup. Je me suis réveillé dans la maison du Capricorne après un long sommeil dans un cercueil de miroirs. Je me souviens y avoir été piégé en 452 pour me réveiller il y a 3 ou 4 heures..."


Il était confus, mais plus choqué. Ce genre de discours l'aurait sûrement ébranlé s'il s'était éveillé autrement, dans des temps plus calmes. Finalement, il était heureux d'avoir agi dans l'urgence, s'évitant un trauma trop violent.

Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Lun 18 Juin - 12:59

Dormin parla de ce qui a put arriver à son prédécesseur sans langue de bois, et il avait raison de penser au pire. Le chevalier du sagittaire ne connaissait pas bien son "voisin du dessus", Tsurugi, mais il était sur que le japonais se serait battu jusqu'au bout, qu'il savait se montrer digne de son armure. Donc il y avait fort a parier que la raison de son absence était certainement due à son décès dans les limbes de l'enfer au main du dieu de la mort qu'il avait affronté avec Aldébaran.

Ce qui intrigua également le saint, c'était le fait que l'armure se soit reconstitué rien qu'avec l'énergie de son actuel porteur. Normalement, il fallait du sang pour la régénérer, beaucoup de sang. Ceci dit, l'armée d'Athéna allait devoir patienter un moment avant de pouvoir avoir des armure comme flambant neuve au vu du sang versé lors de la récente Guerre Sainte. Réparer leur armure risquait de les achever sur le coup. Soit, le fait que l'armure du capricorne se soit régénérée de la sorte était étonnant, un nouveau mystère des armures sacrées.

Puis Dormin lui répondit la question posée. Le Capricorne était visiblement perdu car il ignorait tout de l'époque à laquelle il se trouvait, encore moins la date exacte. Tout ce qu'il pouvait dire, c'était la date à laquelle il fut emprisonné, "endormi". Une époque que très peu puissent se vanter de s'en souvenir.

    " - Je ne veux pas vous faire peur, mais ça fait près de 1300 ans que vous dormiez. Nous somme actuellement en avril de l'année 1748."


Dit-il machinalement à son confrère. Puis il se rendit compte que cela risquait de lui faire un choc à ce chevalier qui savait pertinemment que ses compagnons de l'époque n'étaient plus, mais qu'en plus c'était tellement loin que seul lui pouvait désormais s'en rappeler. Signun ne savait pas comment lui aurait réagis à une telle annonce. Peut-être aurait-il prit peur, peut-être serait-il resté trop choqué pour réagir. Difficile de se mettre à la place d'un autre sans avoir vécu une histoire similaire...

Le chevalier du sagittaire resta un moment pensif, comme cherchant les mots justes pour "réconforter" le protecteur de la dixième maison si ce dernier en aurait besoin. Mais les porteur de l'armure du capricorne sont généralement des personnalité forte, il saurait encaisser un tel choc. Enfin, c'était la théorie, car dans la pratique, un humain ne peut normalement pas vivre une telle expérience sans porter le deuil de ceux qu'il a connu.

    " - Enfin, si jamais vous avez besoin de quoi que se soit, je serais ravi de vous venir en aide."


Dit-il en arborant un sourire chaleureux comme s'il se voulait réconfortant. Mais Signun était sincère, jamais il ne laisserait un compagnon d'arme, quelque soit le rang, dans le besoin. Si Dormin avait besoin de son aide, il lui accorderait sans hésiter, même si au vu de sa date de naissance l'actuel capricorne était la personne la plus âgée de l'ordre de chevalerie d'Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
Apollon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 31

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur: Apollon/Arès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mer 20 Juin - 21:47


    Arrow Temple du Lion

      " Semper Fidelis Sagittarius. Ma soeur t'a retiré quelque chose de précieux mais dis toi que chaque faute, même minime, peut être réparée. Si tu le décides, je parlerai avec elle pour te rendre ce trésor que tu chéris sans le savoir ! Donnes moi simplement ta fidélité pour le futur ! "

    Un battement d'ailes avait suivi ces propos venus du ciel. En quelques instants, un cosmos d'une chaleur indéfinissable se répandit autour d'eux. Des images rémanentes formaient dans le ciel une mosaïque de lumières. Sous son masque divin, sa harpe sacré à la main, le Dieu solaire posait pied délicatement sur les premières pierres du colisée. Il portait en bandoulière un bien étrange coffret d'où un cosmos sombre qui absorbait les rayons cosmiques du Dieu. Etrange phénomène dont il ne disait pas un mot. Son regard ambré se porta ensuite sur sa soeur et pendant quelques instants les deux deux jumeaux semblèrent dans un autre Monde. La déesse se leva alors pour se diriger vers un pilier encore debout, elle devint alors une biche d'argent et se mit à bondir entre les marches pour disparaitre dans les cieux. Le dieu solaire, enfin seul, se tourna vers les deux humains avec une moue dubitative. Cependant, il s'arrêta sur le jeune chevalier du Capricorne un instant, quelque chose lui parlait au plus profond de son être, un sentiment de déjà vu qu'il ne connaissait que trop bien.

    Silencieux, il ne disait plus rien au moment où une flèche se libéra du carquois de Signun pour venir dans les mains d'Apollon. D'une lueur rougeoyante, les pupilles du dieu ne cessaient de l'observer avec un sourire étrange dû à sa forme de vitrail vivant. La lumière le traversait de part en part et il redonnait courage et espoir aux gens qui avaient combattu pendant cette sinistre nuit de l'an de grâce de 1748, sous l'Ere des Rois et des Empereurs. La Flèche repartit alors dans le carquois avec une nouvelle lueur plus éclatante. Sortant de cette étrange léthargie, il observa les alentours dévastés par Thanatos et du doigt du maître des artisans, il redonna au colisée la forme qui aurait du être la sienne. Temple à la fois pour la beauté du combat et de celui des arts et des lettres, il ne pouvait pas le laisser dans un tel état sans réagir.

      " Dormin du Capricorne. Je savais que l'un de mes anciens Guerriers t'avait rencontré autrefois. Enfin le passé ne peut être rattrapé par la folie de nos sentiments de naguère. Je t'invite à prendre garde de ton passé, il te rattrape toujours là ou on ne l'attends pas.... Prends garde que ton armure ne se retourne pas contre toi, elle ne t'a pas choisi au hasard. Quand à toi, chevalier du Sagittaire, je te redis ma proposition, tu peux faire en sorte de lever le voile qui obscurcit ton âme si tu acceptes de me rendre une seule faveur en retour et quand je le voudrais.... "

    Sa voix chantante avait résonner dans les coeurs et les esprits des deux chevaliers d'or dans une grande harmonie. Il attendit la réponse mais son esprit était accaparé par autre chose, il sentait que sa soeur avait en elle le mal du poison divin. Il ne pouvait la soigner d'un mal de la sorte, seule la force d'âme des Dieux permettait de surpasser tout cela pour des êtres aussi magnifiques qu'eux. Libérant sa Kamui soudainement, il la laissa retourner dans un endroit à Rome connu de lui seul, il était devenu inutile de retourner en Olympe au vu de la situation de son Père suite à cette guerre plus propice aux opportunités s'il savait bien les faire avancer selon ses volontés.

    Ile se retourna alors vers les deux saints pour attendre leur demande ou leurs questions, il avait le temps de gérer un sanctuaire qui se repeuplait lentement de ses ouailles et il attendait tranquillement son retour dans les affaires de cette Terre qu'il avait quitté voilà quelques siècles à Constantinople dans des flammes sans nom. Son départ avait été glorieux à l'époque en y réfléchissant bien...

    Citation :
    HRP : Artémis a quitté le sanctuaire / Le colisée est reconstruit

Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 21 Juin - 16:25

La tête de Dormin se pencha en avant, laissant sa crinière rousse retomber légèrement sur son visage aux paroles de Signun. Il poussa petit soupir qu'il s'était efforcé de contenir jusqu'ici et qu'il continuait de réprimander. Bien entendu qu'il s'en était rendu compte. Et c'était bien ce qui le préoccupait dans sa situation... Ses compagnons avaient tous péri, il ne pouvait que les laisser derrière lui. C'était comme rebrousser chemin à l'autre bout de la terre. Même s'il avait voulu reculer, il ne l'aurait jamais pu...

Un sourire en coin pointa sur ses lèvres, bien nerveusement... Il n'entendrait plus la douce musique d'Oréstis, saint de la lyre, qui berça leurs coeurs alourdis des pertes trop nombreuses et des malheurs qu'apporta la guerre sainte. Certes, sur la fin, ils s'étaient écartés l'un de l'autre pour des différents... humains. Mais il restait dans son coeur un être cher. Et c'est là qu'un éclair de lucidité revint à Dormin! Il aurait quelque chose à vérifier une fois rentré à son temple et pria intérieurement pour qu'on ai jamais touché à cet endroit.

De même que pour un mur précis du temple de la Balance. L'ancien temple de ce cher Sokaris! Lui aussi, il était parti. Il ne pourrait plus se reposer sur son soutien ni lui apporter le sien. La tête de Dormin se fit légèrement plus lourde, à mesure qu'il se remémorait ce qu'il avait perdu... Il se souvenait avoir partagé l'aurore avec cet homme à l'aube de sa vie en tant que gold saint. Et c'est lui qui l'avait ensuite relevé lorsqu'il avait été choisi par l'armure du Lion à l'époque. Ils avaient affronté les dieux jumeaux et subi leurs caprices à ses côtés.

Son regard remonta une nouvelle fois sur le haut du sanctuaire, lui faisant relever la tête et cette fois son coeur se serra d'avantage. Plus qu'un disciple, c'était un ami précieux qu'il ne reverrai plus non plus. Le saint des poissons aux cheveux d'or. Leurs conversations au sens si "profond" et leurs railleries lui manquaient déjà. Et pourtant, pour lui c'était encore qu'hier qu'il profitait de leur précieuse présence. On les lui avait arrachés d'un coup!... Ou plutôt... On l'avait arraché à eux. Qu'étaient-ils devenus au moment où il aurait dû se trouver présent?

    "Je m'en rends bien compte et mon coeur est lourd de ces pertes. Je ne le nierai point..." Il marqua une courte pause et retrouva un sourire confiant. " Mais je gagne de nouvelles occasions de voir le soleil se lever sur des jours meilleurs. Et faire de nouvelles rencontres ne m'a jamais fait peur. Les êtres que j'ai perdus restent dans mon coeur, alors ils ne me quittent pas vraiment. Tant que je me souviendrai d'eux, ils ne mourront pas vraiment pour moi, aussi niais que ça puisse paraitre."


Il ricana légèrement à la fin de sa phrase. Il était conscient que sa façon de voir les choses pouvait en agacer plus d'un. Cela lui avait valu bien des remontrances à son époque, mais il avait promis à ces mêmes amis de ne pas faillir à cette nature qu'était la sienne. Elle restait une force et son originalité! Le vent vint jouer dans la crinière de l'ancien lion s'étant réveillé Capricorne. Le courage était sa première vertu. Il avait été Andromède tenant seule dans la tempête pour soutenir ses frères, luttant pour leur ouvrir la voie et tenant même sous les coups de quelques traitres. Mais il était heureux et fier d'avoir pu jouer ce rôle. Et si c'était à refaire pour ces nouveaux saints, oui, il voulait bien tout recommencer.

    "Le feu aussi est un assassin, mais parfois ce qu’il laisse derrière lui peut s’avérer bien meilleure que la génération précédente..."


Son regard s'arrêta un instant sur une jeune pousse coincée entre deux morceaux de gravas. Celle ci se mit alors à s'épanouir et éclot en un magnifique Coquelicot, rouge vif à l'image des cheveux du Capricorne.

    "Si on lui donne sa chance."


Il fut interrompu par une voix venant d'en haut. Dormin leva la tête pour voir un homme d'une grande beauté se poser près d'eux. Tout comme Artémis son cosmos était si grand... Tellement plus que celui de ses pairs. A bien y réfléchir, l'aura de cet homme l'ayant endormi en Afrique l'était tout autant. Il comprenait alors qu'il avait attiré l'attention d'un des dieux des enfers... Ce n'était peut-être pas une bonne chose, mais il assumerait le poids de cette responsabilité qui était la sienne. La première chose qui attira son attention fut la harpe du seigneur solaire, un nouveau sourire s'affirma à sa vue, mais derrière elle, un coffret l'effaça de son visage... Une aura sombre... Malsaine s'en dégageait. Dormin se figea un instant, lorsque le regard de ce dieu se posa sur lui. Aussitôt, il posa un genoux à terre en signe de respect, sans geste brusque.

Dire qu'il n'était pas intimidé aurait été un mensonge. On lui accordait décidément beaucoup d'attention depuis son réveil, plus qu'il ne l'aurait imaginé. C'était peut-être un trop grand honneur pour lui pour qui tout ceci était encore trop soudain. Dormin était un mortel et à plus forte raison un ex bronze saint, il n'arrivait pas encore à réaliser son rôle dans tous ces plans divins. Mais si on l'avait réveillé en ce jour, c'est certainement pour une raison bien précise... Il était émerveillé par l'aspect du dieu et appréciait la lumière se dégageant de lui. Mais en écoutant ses paroles, il s'inquiétait désormais du sort de son nouveau camarade. De quelle nature pouvait être cette malédiction? Pouvait-on seulement lui venir en aide?

Le Colisée reprit sa forme d'origine sous le regard surpris et ébahi du Capricorne. Quel prodige! Était-ce donc là l'oeuvre de cette divinité? Son sentiment de respect grandi dans le coeur de l'artiste qu'était le rouquin. Artiste qui n'avait qu'eu trop peu l'occasion de s'exprimer réellement. Mais il reporta immédiatement son attention sur la divinité lorsque ce dernier prononça son nom. Comment était-ce possible? Mais les explications suivirent et l'idée fit son chemin dans l'esprit du Capricorne...

    "Vous devez donc être... Apollon. Hum... je me souviens oui. Je regrette de l'avoir rencontré en de si fâcheuses circonstances... A cette époques les hommes servant les dieux n'étaient pas tous des plus sages. Mais nous ne sommes que mortels. J'en porte encore les cicatrices, mais je ne blâme personne. Je suis honoré de votre attention et tâcherai de me montrer digne de la tâche qui m'incombe."




Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 21 Juin - 19:58


Le chevalier du sagittaire se rendait bien compte que son confrère semblait mélancolique suite à ses propre parole. Une pointe de tristesse perlait légèrement, mais le capricorne faisait de son possible pour la réprimer et montrer son meilleur visage possible. C'est du moins l'interprétation que Signun s'en fit en voyant les soupirs réprimés du protecteur de la dixième maison.

Les paroles de Dormin étaient également emplies de mélancolie, d’ailleurs il ne le cachait point. Néanmoins il semblait avoir un morale à toute épreuve, ce qui était rassurant de le voir sourire malgré qu'il se soit rendu compte qu'il ne pourra plus jamais voir ses confrère de l'époque, ses amis, ses proches. Malgré la frustration, il restait fort et c'était assez plaisant à voir. Après tout, il ne faudrait pas que les saint de l'espoir le perde alors que la guerre était désormais finie.

    " - Tu sais, je suis à peu près sur qu'il doit rester une trace de leur passage sur ces terres sacrée du Sanctuaire. De plus, comme tu le dis, se souvenir d'eux est suffisant pour les ressentir auprès de soi."


Dit-il avec un sourire rassurant malgré le fait que certaine de ses paroles lui semblaient vide de sens. Le petit tour de son homologue avec la fleur ne l'émeut pas des masses même s'il trouvait que la couleur des pétales allait bien avec la chevelure du nouveau capricorne.

***

C'est alors qu'une nouvelle vois vint interrompre leur conversation, une voie connue. Le chevalier du sagittaire se retourna instinctivement vers la provenance vocale de ce son, sachant très bien qui il allait trouver : Apollon, le dieu du soleil, celui qui avait prêté son style de combat à l'armure qu'il portait. Signun aurait très bien endossé sa protection dorée en honneur de la divine présence mais au vu de l'état lamentable de l'armure ailé, mieux vaut la laisser là ou elle était. Une boite anormalement sombre semblait absorber la lumière du dieu, les deux chevaliers d'or l'auraient bien questionnés vis à vis de cet objet, mais s'il n'en disait rien, nul doute qu'il ne leur en révèle d'avantage malgré les questions.

Machinalement, le saint de l'espoir imita son confrère et se mit à genoux devant le dieu de la lumière qui avait ces étranges paroles à son encontre. Artémis lui aurait retiré quelque chose de précieux. Mais quoi ? S'en était-il seulement rendu compte que ses souvenirs par rapport à sa famille lui semblait sans saveur ? Maintenant, quelque chose lui semblait perceptible dans son esprit, il ressentait quelque chose d'étranger en lui, un fragment de cosmos malveillant qui était logé au plus profond de son âme. Serait-ce donc une malédiction ?

Apollon lui proposait de lever ce voile obscure de son esprit s'il lui était fidèle. Mais à quel points ? Durant l'étrange moment durant lequel il admira la flèche de lumière offerte deux ans plus tôt, Signun se posa des questions sur le jusqu'où il devrait aller. Ce n'est qu'après avoir brièvement parlé à Dormin qui ne lui parla d'une faveur qu'il devra lui offrir en échange. Le chevalier ailé avait néanmoins pesé le pour et le contre de la proposition, il allait pouvoir donner une réponse à la divinité.

    " - Seigneur Apollon, j'accepte votre proposition. Nul doute que la faveur demandée sera au moins équivalente au service que vous m'offrirez. Mais quoi que vous me demanderez, je l'accomplirai."


Un doute assailli son esprit : on parlait de sentiment, hors, c'est le genre de chose qui ne se quantifiait pas. Donc, le dieu de la lumière pourra demander absolument tout ce qu'il voudra à Signun, y comprit de lui offrir sa vie. Mais il était le chevalier du sagittaire, l'archer ailé. Il n'avait qu'une seule parole, peut importe les condition, il les remplira au moment venu...



Dernière édition par Signun le Jeu 21 Juin - 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Apollon


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 31

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
400/400  (400/400)
Dieu Protecteur: Apollon/Arès

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 21 Juin - 22:51


      " Χείρων. Tu es bien digne de ce nom Chevalier, ta sagesse mérite tout notre respect et il est dommage que les Dieux ne voient pas la beauté existant dans le coeur des Hommes. Je vais donc dans quelques instants te libérer de ce tourment. "

    Un flottement dans l'air fut suivi d'une note de musique de sa harpe. Il leva le voile lunaire qui couvrait le coeur du jeune homme et lui rendait cet amour qu'il avait au plus profond de lui. Le chevalier pouvait ressentir une chaleur douce et forte le prendre dans tout son être, chaque particule de son corps semblait comme frôler par ce soleil du matin qui inonde l'âme de la bonne humeur d'une nouvelle journée. Le Dieu observait le visage sombre et perdu de Signun, il lui releva alors le menton et lui apposa un baiser sur les lèvres en signe de renaissance dans ce monde. Puis, se retournant vers le Capricorne, il souria avec tendresse en entendant ses mots.

      " Cette époque est désormais révolue Chevalier du Capricorne. Toi même tu as endossé l'armure de celui qui fut ton mentor et ami, mais tu ne dois jamais oublié que tu es l'épée de notre soeur. Autrefois, pour des raisons que tu ne peux comprendre, j'ai dû quitter la terre des Hommes pour la laisser en proie aux flammes de la sauvagerie, je vais veiller à bâtir un monde neuf, même si le sang doit couler et que les lames doivent s'entrechoquées, on bâtit une nouvelle Ere et une culture avec cela malheureusement... "

    Un mouvement de recul du Dieu termina sa phrase pour cacher la boite sacrée qui se trouvait à sa bandoulière. Il s'était rendu compte que les deux hommes l'observaient discrètement en ayant la politesse de ne rien dire et ce silence lui plaisait. Les Hommes pouvaient faire faire preuve de discernement si le bon gouvernement des choses était réalisé. Ses souvenirs le ramenait quelques siècles en arrière, quand il était encore à l'époque le seigneur de Rome avec un Arès sous "contrôle". Cette alliance avait fondé Rome et la disparition d'Arès, son retour inattendu ensuite, avait été la cause de la construction et de la destruction d'un Rêve où les Hommes et les Dieux vivaient dans un même espace sans se craindre. Tout cela était terminé, Athéna croyait encore que l'Homme pouvait être accompagné sur le bon chemin car elle avait espoir en eux et en leur inventivité pour se sortir des situations les plus délicates. Il ne pouvait pas dire le contraire mais l'espérance avait ses limites et le Dieu des arts n'aimait pas la visions qui s'offrait sous ses yeux...

    Une à une, les têtes tombaient autour de lui dans un désespoir sans nom, des myriades d'images du futur se percutèrent dans son esprit pour lui dévoiler ce qui allait se passer à cause de la folie des Dieux et surtout de celle des Hommes. Eris allait s'amuser encore et encore de son frère pour l'amener dans les pires tourments.... Pensif, il devait agir et en bon médecin qu'il était, la mixture qu'il allait prendre allait être amer pour bien des hommes. Fermant de rage son point en repensant aux paroles de Thanatos, il se promettait aussi de redonner espoir aux hommes car ils continueraient de vivre si on leur créait du Rêve et non un Espoir sans véritable contenance.

      " Dormin. Signun. Protégez bien vos idéaux mais penser que vos espoirs sont toujours douchés par la désillusion de la réalité. L'espoir doit être remplacer par un Rêve, un doux vent qui lève les foules vers une volonté commune créatrice et puissante. Je ne parle pas du Rêve de notre Sommeil, non, non, le mien est encore plus grand que ça et nous aurons besoin de bâtisseurs tels que vous pour le fonder. "

    Soudain, il s'arrêta en regardant le sol qui bougeait imperceptiblement. Il était clair que le cosmos qui s'approchait ne lui était pas inconnu et c'est pour cela qu'il créa un voile de protection autour du colisée pour protéger le lieu de la colère des flammes enfuies dans les reins de Gaïa. Il ne s'attendait pas à le voir arrivé mais cette situation le fit sourire, son Rêve était donc à porter de main finalement. Et il savait ce que cet Homme souhaitait dans le futur, il allait lui donner. Il s'avança vers le centre de la scène et se mit à jouer quelques notes de musique en attendant la réponse des deux jeunes humains et aussi l'arrivée de son auguste frère.

Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 22 Juin - 0:19

C'est avec un grand soulagement qu'il entendit les mots prononcés par Apollon. La malédiction lancée sur le Sagittaire allait donc être levée? Bonne chose. La guerre sainte était peut-être finie mais les ravages laissée par les batailles persistaient. Ils allaient avoir de tout le monde et de leur pleins potentiel pour tout remettre en ordre. Après tout, c'est maintenant que chaque faction se retrouvait le plus fragilisée. Ils faisaient chacun des proies faciles. Mais comme ils étaient également sur un pied d'égalité, il y avait peu à parier sur un assaut suicidaire.

Il apprécia d'ailleurs beaucoup le son de la harpe. Il apaisait les coeurs fatigués par les combats. Même si le son ne lui était pas destiné, il se laissa porter par la mélodie et ressenti lui aussi une chaleur lui envahir le buste et le ventre avant de remonter le long de son dos. Les vibrations étaient un pure enchantement. Apollon jouait peut-être même mieux encore qu'Orestis! C'est dire!

Mais ce qui suivit ne choqua pas Dormin le moins du monde. Il avait eu l'habitude voir des promesses scellées de la sorte en Grèce depuis son arrivée. Son propre maître, Fidélis, avait cette coutume autrefois. Pas avec lui, bien entendu, mais il l'avait vu faire avec certains de ses proches. Il répondit d'ailleurs au sourire du dieu en se redressant légèrement.

    "Vous connaissez donc le nom et le passif de mon maître. J'en suis d'autant plus honoré. N'ayez craintes, je ne faillirai pas à ma mission et j'ai plus d'une raison de m'y tenir. Je regrettes d'apprendre que les choses ai aussi mal tourné après votre départ... Je dois avouer être content de ne pas avoir pris part à ce massacre. J'ai une chance de faire en sorte que ça n'arrive plus. Je saurai saisir cette opportunité."


Son sourire s'estompa légèrement alors qu'il portait son regard vers le cimetière. 1300 ans... Que pouvait-il bien rester de ses camarades depuis tout ce temps?! Sinon un nom quelque part? Et encore si quelqu'un avait pris la peine de les inscrire... Il se pinça la lèvre nerveusement. Étaient-ils vraiment tombés dans des circonstances si horribles? A cause de la folie des hommes? S'étaient-ils tous entredéchirés? Les guerres intestines avaient-elles eu raison de ses amis?

NON! Le sanctuaire était encore debout! Alors... Peut-être qu'ils s'en étaient sorti et avaient offert aux nouvelles génération un avenir plus... juste? Après tout, le sanctuaire semblait mieux se porter que de son temps, du peu qu'il en avait vu jusque là. Il cèderai à la curiosité plus tard, mais il imaginait très bien Sokaris entrainer de jeunes bronze et silver saints prometteurs! Mais pour eux, c'était une autre histoire qui s'annonçait... Ce n'était plus la folie des hommes qui était la plus à craindre mais la colère divine...

    "Un rêve?"


Dormin avait-il un rêve? Qu'est-ce qu'un rêve sinon un souhait... quelque chose d'égoïste au fond. Mais pas forcément en mal. Il y avait une différence entre le rêve et le fantasme. Infime mais bien réelle.

    "Soit. Si je dois en avoir un, je veux bien qu'il soit de ce genre là en ce cas."


Il coupa cependant court à la conversation. Lui si bavard d'ordinaire n'aimait pas trop se pencher sur le sujet, n'ayant pas grand chose à en dire finalement. De tout temps, Dormin n'avait jamais eu de désir pour lui même. Il passait son temps à tenter de se rendre utile, sans vraiment s'occuper de lui. En y réfléchissant, Oréstis et Adrix lui en avaient déjà fait la remarque, plus que n'importe qui d'autre... Il aurait tout le temps de se pencher sur la question et d'y réfléchir.

Pour l'heure, quelque chose le dérangeait dans l'air, ou plutôt... dans le sol. Comme si ses pieds s'engourdissaient légèrement. Dormin leva un pied du sol. La sensation cessa dans ce pied là, jusqu'à ce qu'il le repose. Étrange... D'autant que l'effet de la musique d'Apollon sur ce lieu. Devait-on craindre de nouveaux évènements?
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Ven 22 Juin - 16:05


Ainsi donc le dieu du soleil allait retirer la malédiction lancé par sa sœur jumelle, la déesse de la lune. Signun ressenti le cosmos divin d'Apollon l'envahir totalement, illuminant son âme d'une lumière divine lui permettant de retrouver l'amour qu'il avait perdu. Les sentiments se bousculaient dans sa tête, de la gratitude pour le dieu, de l'amour pour sa femme, de la joie d'être redevenu comme avant. Une larme perla au coin de l’œil du saint ailé qui s'empressa de l'essuyer.

Le dieu de la lumière "embrassa" le sagittaire de la manière qu'un souverain embrassait son vassal afin de lui rappeler son appartenance. C'était certainement sa manière au dieu de faire signifier à l'humain qu'il avait désormais une dette envers lui. Le saint aurait préféré une marque visible, mais Apollon comptait sur sa loyauté et sa mémoire quand le moment serait venu. Signun fera en sorte que sa dette soit remboursée, même s'il devait passer le reste de sa vie à accomplir sa tâche...

    " - Je vous en remercie, je vous suis infiniment reconnaissant."


Ensuite, Signun se releva et observa le Colisée nouvellement reconstruit. On aurait dit qu'il était encore plus neuf que la dernière fois qu'il l'avait vu. C'était comme s'il avait reprit son état d'origine de l'époque de sa première construction. A le voir ainsi, le sagittaire imaginait bien les premiers saints d'Athéna s'entrainer à l'utilisation du cosmos. D'ailleurs, est ce que cette énergie portait déjà le même nom à cette époque. Peut-être, c'était même certainement les dieux qui ont du soufflé cette appellation aux humains.

Puis Apollon s'adressa aux deux saint, leur indiquant qu'il leur fallait un objectif à protéger. Il insista sur le fait que ça devait-être du concret et non une illusion chimérique issue du fantasme des chevaliers. Le protecteur de la neuvième maison ne savait quoi répondre dans l'immédiat à la divinité.

Il avait bien ce rêve dans lequel lui et tout les autres saints seraient devenu inutile car plus jamais les humains ne seraient en danger, qu'il ne feraient plus la guerre et qu'une divinité courroucée quelconque ne tentera plus de les exterminer. Mais en même temps, cela sonnerait tellement faux, car combattre pour apporter la paix serait comme combattre pour imposer la paix. Mais en même temps, il y avait sa femme et son fils pour qui il désirait un monde meilleur. Sa famille était le moteur de son combat contre les force du mal. Sans l'intervention d'Apollon, Signun n'aurait certainement plus put combattre au maximum de sa motivation et de ses capacités.

Le dieux à l'allure de vitrail humain jouait de la lyre, un son mélodieux qu'il n'avait jamais entendu auparavant. Bien sur, sa femme jouait aussi de la lyre, mais comparer une humaine à une divinité était tout simplement impossible. Néanmoins, malgré que cette musique était semblable à ce qu'on entendait dans les rêves les plus agréables, le chevalier du sagittaire demandera à Éléonore de lui jouer quelques notes. L'amour parlait, de nouveau, ce sentiment faisait battre ce cœur et cette âme.

    " - Ce que je souhaite, c'est un monde meilleur pour ma femme, mon fils et tout mes descendant. C'est ce pourquoi que j'ai endossé l'armure d'or du sagittaire. mais ce que je souhaite pour les miens, je le souhaite pour toute les famille de cette planète."


Dit-il sans détour, sans cacher ce qu'il avait sur le cœur. C'était ce qu'il désirait, même si cela paraissait légèrement hypocrite ou trop utopique, c'était son objectif...
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Mar 26 Juin - 22:48

Arrow Jamir

Sans prendre le temps de s'arrêter pour contempler les multiples paysages qui défilaient tout autour d'eux, Shion avait rapidement parcouru les multiples contrées les séparant du Sanctuaire d'Athéna afin de reprendre la place qui était sienne. Au lendemain de cette Guerre Sainte - si elle était réellement terminée - seul un retour au sein de son Temple et les retrouvailles avec sa Déesse et ses compagnons d'armes avait de l'importance. Compter les survivants, pleurer les morts, s'assurer qu'Athéna avait retrouvé ses esprits et oublié les étranges évènements du Giudecca.

Urio sur son dos, Shion atteignit finalement l'entrée du Sanctuaire et s'y arrêta, laissant son compagnon de voyage retrouver la terre ferme. Enfin rentrés... Une sensation de soulagement emplissait le Bélier après toutes ces aventures au sein des Enfers. Tous ces combats, tous ces défis, et toutes ces morts. Mais il revenait finalement indemne en ces lieux et pourrait bientôt à nouveau contempler l'architecture de son Temple. Et de ses propres yeux cette fois, sans handicap imposé par la cécité.

Prenant une lourde inspiration, Shion se retourna en direction d'Urio pour voir comment ce dernier allait. Avait-il bien supporté le voyage en direction du Sanctuaire en dépit de la disparition temporaire de ses souvenirs et pouvoirs? La réponse à cette interrogation intérieure fut très vite apportée lorsque le Bélier put apercevoir le Cancer s'écrouler de douleur sur le sol, un saignement apparaissant sur sa cicatrice. Sans se faire prier, Shion s'abaissa pour tenter de calmer le Chevalier d'Or amnésique.

Maudits Spectres pour t'avoir infligé cette blessure. Le voyage a du la rouvrir, je le crains. Repose toi quelques instants Urio et je te conduirai ensuite jusqu'à mon Temple. Ou bien le tien peut-être. Je peux ressentir que ton armure s'y trouve. Attendant son porteur, probablement.

Le Premier Gardien releva soudain la tête pour diriger son regard vers plusieurs Cosmos qu'il avait jusque lors ignorés. Dès son arrivée près de l'entrée, il avait pu ressentir la présence de plusieurs Cosmos, vraisemblablement d'autres défenseurs d'Athéna, ainsi que celui d'un Dieu dont il avait déjà croisé le chemin: Apollon. Même le Cosmos familier de celle qu'il avait entrainée avant la Guerre Sainte, Liana, pouvait être ressenti non loin de là, apportant un sentiment de satisfaction au Bélier. Néanmoins, cette dernière ne faisait pas partie des silhouettes qui apparaissaient maintenant sous ses yeux. Le Chevalier d'Or du Sagittaire ainsi que le Capricorne. Etrange, il parvenait à reconnaitre l'armure mais pas le porteur. Se pouvait-il que...Hm. Chaque chose en son temps. Pour le moment, il devait s'acquitter de certaines formalités.

Salutations Divin Apollon ainsi que mes deux confrères Chevaliers d'Or. Vous m'excuserez de ne pouvoir m'approcher pour vous saluer dignement mais je dois d'abord m'occuper de l'état du Chevalier du Cancer. Une vieille blessure qui se réveille ainsi qu'une amnésie suite au retour du Giudecca. J'espérais que notre Déesse, Athéna, pourrait l'aider à retrouver ses souvenirs mais je ne ressens malheureusement pas son Cosmos au sein du Sanctuaire...

Son regard posé sur Apollon, Shion espérait que ce dernier saurait lui en apprendre plus sur la localisation actuelle d'Athéna. Car même si le Dieu solaire ne lui avait pas fait forte impression lors de leur dernière rencontre, il ne doutait pas que celui-ci puisse s'inquiéter, lui-aussi, de l'état de sa Déesse.

Arrow Ellypse


Dernière édition par Shion le Mar 17 Juil - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   Jeu 28 Juin - 9:33

--> Jamir


Shion, le chevalier d' or, venait de s' abaisser vers Urio. Il regarda sa blessure qui le faisait horriblement souffrir et parla de spectres. Qui étaient-ils ? Etaient-ils de même acabit que les chevaliers d' or d' Athéna ? Et sinon, par quel spectre avait-il été mit à mal ? Toujours autant de questionnement qui resterait probablement sans réponse...

Il proposa au chevalier amnésique de se reposer quelques instants, chose à laquelle Urio ne put qu' acquiescé. De toute façon, il n' avait pas la force nécessaire, le mental pour se relever de cette blessure qui le ronger depuis Jamir.

Oui, shion. Je veux bien me reposer un instant. Avant qu' il ne parle de temple appartenant aux chevalier d' or.

Ainsi, lui aussi avait une de ses demeures surplombant les marches. A en croire les architectures et tout ce qui découlé de ce sanctuaire, c' est qu' Urio faisait parti d' une élite. Il avait dit vrai le bélier d' or. Shion s' en alla saluer d' autres personnes pendant qu' Urio se mit à fermer les yeux tant la souffrance était réelle. Il gémissait de plus en plus et il semblerait que rien ne puisse atténuer cette douleur.

Durant ce petit sommeil, des petits flashs vinrent et repartir dans sa tête. Un visage, une armure sombre, ce même sourire démoniaque. Qui était-ce ? Et cette phrase qui revenait sans cesse "tu es à moi chevalier du cancer" le fit revenir à lui en hurlant très fort. Son front perlait beaucoup et ce n' était pas dû à la chaleur de ce soleil de plomb pendant que les autres, simples spectateurs, regardèrent l' air ahuri ce qu' il lui arrivait.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Colisée - L'armée d'Athéna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Colisée - L'armée d'Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-