RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Mer 4 Jan - 22:25

La fraîcheur de la Cascade de sang ne tarda pas à se faire de nouveau sentir. Légère et pâle et certainement agréable s'il n'y avait cette sempiternelle odeur de vieux sang. Seul bémol à ce qui était une vision merveilleuse en plus du magnifique champ de fleurs de la Vallée des Amoureux. Un instant la splendide Etoile Céleste avait songé s'y poser. N'y avait-il pas endroit plus approprié en ces terres infernales pour eux.

Mais au final, elle y avait renoncé, se contentant juste de planer sur l'étendue colorée avant de reprendre la vitesse. Sa place était auprès de sa reine, la terrible Perséphone, dans son entourage immédiat et que son beau Scorpion soit avec elle ne changeait rien à la mission qu'elle avait reçue et comptait bien accomplir jusqu'au bout. Qu'un saint d'or se trouvait à ses côtés serait un défi supplémentaire à relever mais au fond d'elle-même la belle Vampire savait que Bardamu n'ignorait pas que jamais elle ne trahirait ses maîtres.

Elle tenait le saint dans ses bras aidée par ses petites compagnes qui, en plus de lui offrir une voie toute tracée, dissimulait aux yeux de tous la précieuse charge de la gracieuse spectre au teint d'albâtre. Une frêle spectre enlever un saint d'or... De quoi faire sourire mais aussi comprendre que le guerrier d'Athéna ne pouvait être que consentant...

Un magnifique sourire avait répondu au clin d'oeil complice de Bardamu. Les deux combattants s'aimaient et cela allait tous deux les placer dans une situation on ne peut plus délicate vis-à-vis de leur camp respectif. Lydia n'était déjà pas au mieux avec un certain juge et si jamais il venait à apprendre l'existence d'une telle relation entre celle qu'il considérait comme une rivale indigne de l'honneur que lui faisait la divine Perséphone et le chevalier d'or du Scorpion, nul doute qu'elle serait en danger.

Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une immense joie. Sa route avait pu croiser celle du gold saint dès son arrivée dans le Royaume souterrain. Tout autre spectre l'aurait défié voire pire. Lydia connaissait la force et l'opiniatreté des frères d'armes et l'idée de savoir le saint aux prises avec ses frères lui faisait de la peine.

Enfin, elle retrouva son point de départ et amorça sa descente veillant à ne point lâcher trop tôt sa prise.

Mais !!!

A peine avait-elle effleuré le sol qu'un immense cosmos l'enveloppa ainsi que sa prise. Et ce fut la chute vertigineuse. Enfin pour tout autre qu'elle. Lucky, les petites Vampire et enfin ses propres ailes lui permirent de se rattraper et d'empêcher Bardamu de s'étaler dans l'ombre de ce qui s'avéra être une sorte de piège ou de prison de luxe.

Elle se contenta juste de lever la tête, fermant les yeux à la recherche du divin cosmos de Perséphone. Puis, enfin, elle le localisa.

" Ma reine, je suis près de vous. Aussi surprenant que puisse sembler le lieu où j'ai atterri, je veillerai sur vous et nul ne viendra vous menacer. Et pour... "

Elle se tourna vers le chevalier d'or.

" Je vous en prie, ma reine, c'est aussi grâce à lui que j'ai acquis une telle force. "

Elle se tut ensuite avant d'embraser légèrement son cosmos rougeoyant, de quoi apporter un peu de lumière douce à ces lieux qui au fond étaient l'idéal pour se retrouver quelques instants en paix avec celui qu'elle aimait.

- Bardamu...

Elle ne pouvait que difficilement retenir le rire qui menaça soudain de la prendre en voyant qu'ils étaient carrément dans une sorte d'oubliette plus que confortable.

- Je crains que nous ne soyons tombés dans une prison secrète mais au fond quoi de mieux pour nous retrouver enfin sans être surpris ou importunés...

Elle avança la main vers sa visage caressant sa joue.

- Et reprendre ce que nous avions commencé...
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Sam 7 Jan - 17:40

Arrow Rives de l'Achéron

Combien de temps dura la traversée ? Bardamu n'aurait su le dire tant les Enfers étaient un Royaume Spirituel et en tant que tel les notions d'espace et de temps qui avaient cours dans le monde des vivants étaient plus ou moins abolies en ce lieu. Quand il suivait son entraînement, le Grand Pope, son second mentor, lui avait expliqué que le domaine d'Hadès n'était pas sous la surface de la Terre, mais sous le principe de Terre.
A l'époque le jeune Bardamu n'avait pas trop compris ces paroles mais maintenant qu'il se trouvait dans le Monde des Morts, elles prenaient tout leur sens ; les berges de la vie et de la non-vie, du monde et de l'anti-monde ne sont point tracées comme celles des fleuves qui coulent à la surface.

Pour ceux et celles qui s'étonneraient que Bardamu ait eu un second mentor en la personne du Grand Pope, sachez que ce dernier était Chevalier d'Or du Scorpion avant d'accepter la lourde charge de maître du Sanctuaire. Par conséquent, il était plus à même de fournir un enseignement complémentaire en plus de celui prodigué par Antipatros ; c'était donc lui qui lui avait enseigné les différentes arcanes des Saints du Scorpion.

Quoi qu'il en soit, le voyage n'était pas désagréable puisque Bardamu le faisait dans les bras de la belle Lydia qui lui souriait de temps à autre, sourire qu'il lui rendait tout en se demandant s'il avait vraiment bien fait de la suivre : qu'allaient penser ses compagnons d'armes de tout ceci ? Et la Déesse Athéna ? Il balaya ces pensées comme on chasse une mouche : depuis quand se souciait-il du quand dira-t-on ?!

Finalement le voyage prit fin et il put voir, entre les chauve-souris, une cascade. Il crut tout d'abord que la couleur de l'eau était due à un effet de lumière due à la nature du lieu ainsi qu'à la brume écarlate qui enveloppait le Saint et la Spectre mais il dut bientôt se rendre à l'évidence : c'était bel et bien du sang qui s'écoulait du haut de la vallée !

- Eh ben, pas très folichon cet endroit ! fit-il à voix haute.

Ils descendirent et ils avaient à peine touché le sol qu'ils furent tous les deux aspirés vers une sorte de dimension de poche - c'est en tout cas la meilleure explication qu'il pouvait donner - où lui et Lydia semblaient comme coupés du reste du monde.

Oulah, c'est quoi ce bordel ?!... pensa-t-il, se demandant si ç'avait été une bonne idée de suivre la belle Spectre... D'ailleurs, il était fort possible qu'elle ait reçue l'ordre de le séparer de ses frères d'armes, privant ainsi Athéna d'un élément de valeur (un Gold, c'est quand même pas le premier venu non ?) ; si c'était le cas, il avait plongé tête baissée dans un piège. C'étaient toujours les plus gros et les plus bêtes qui marchaient le mieux...
A vrai dire, "l'endroit" ne semblait pas vraiment inhospitalier : il était plutôt confortable et était vraiment idéal pour (par exemple) accueillir deux tourtereaux.
La voix de Lydia le sortit de ses pensées :

- Je crains que nous ne soyons tombés dans une prison secrète mais au fond quoi de mieux pour nous retrouver enfin sans être surpris ou importunés... Et reprendre ce que nous avions commencé...
- C'est le mot "prison" qui me dérange... Tu m'aurais pas attiré dans un guet-apens des fois ?

il avait dit ça sur le ton de l'humour, avec un petit sourire goguenard. Il l'embrassa sans plus attendre. Les mots étaient superflus. Si c'était un piège, il était des plus doux et de toute manière il n'avait pas l'intention de perdre de vue qui il était : un Saint d'Athéna. Elle non plus, en dépit de son amour pour lui, resterait une Spectre d'Hadès. Mais pour le moment, ils n'étaient qu'un homme et une femme...

- Ça te dirait de boire un coup ? proposa-t-il, après le baiser fougueux, sortant une bouteille de vin et deux coupes finement ciselées. Il avait vraiment bien fait d'emporter de la boisson en prévision de ce périple à travers les Enfers !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Dim 8 Jan - 22:33

Lydia aurait sans doute pu rire de la plaisanterie de Bardamu s'il ne l'avait pas saisie aussi vite. Cet humour si particulier faisait partie de lui et elle l'appréciait de plus en plus tout comme ce baiser qu'il venait de lui offrir. Baiser auquel elle répondit avec autant de fougue avant qu'il ne s'éloigne quelque peu. En fait, juste ce qu'il lui fallait pour sortir une bouteille de vin et deux coupes d'une finesse remarquable.

Face à ce spectacle inattendu, la belel chasseresse ne put retenir sa surprise.

- Du vin ? Tu as pensé à emmener ce précieux nectar avec toi ? A quoi songeais-tu, mon beau scorpion ?

Et poursuivant d'une voix encore plus douce et quelque peu malicieuse.

- Merci beaucoup mais n'espère pas m'enivrer. Cela ne marche pas sur les vampires. Mais n'aie crainte...

Elle lui caressa les cheveux avant d'effleurer ses oreilles. Elle n'avait pas oublié sa réaction la première fois qu'elle l'avait touché. Il était bien le fils d'une étrangère et cela le rendait encore plus attirant. Lydia elle-même était étrangère et cela ne pouvait en effet que les rapprochait.

- Je sais aussi en apprécier toute la saveur même si je préfère de loin, celle-ci.

Joueuse comme lui-même se le permettait, la rousse Vampire lui caressa cette fois les lèvres avant de s'éloigner soudain triste.

- Mais en ai-je seulement le droit, Bardamu ? Je suis un monstre de la pire espèce, tes frères me tueraient s'ils le pouvaient. Jamais je n'ai autant r....

Elle s'interrompit soudain. Ce genre de pensées ne devait pas être entendu même si elle n'étaient que le reflet de la tempête qui agitait son coeur. Elle contempla juste la coupe de vin et le lieu où tous deux se trouvaient. Il n'avait rien du décor cauchemardesque qui les entourait. Les spectres pouvaient parfois creuser des pièges assez spéciaux et cette oubliette en était un parfait exemple. Intime et confortable, était-ce réellement une prison ? Ou un abri soigneusement aménagé ?

- Non, ne fais pas attention et reprenons. Ce vin... Au fond, tu as bien fait. Et cette coupe, je la reconnais. C'est celle que tu m'avais offerte avant que le pantin sans âme ni coeur ne nous tombe dessus.

Son ton était devenu si dur à l'évocation d'Albafika. Le chevalier des Poissons ne lui inspirerait sans doute jamais autre chose que du dégoût. A côté de lui, Raimï lui apparaissait comme le plus agréable des combattants. Bien loin derrière Bardamu.

- Et ne me tue... Je me souviens, juste avant que ce malotru ne nous interrompe, je t'avais posé une question.

Elle l'interrogea du regard avant de se séparer de son surplis qui se reconstitua dans un coin tandis qu'elle apparaissait parée de ses plus beaux atours devant le chevalier du Scorpion. Elle s'installa alors sur ce sol si singulièrement confortable.

- Ces instants seront peut-être les seuls que nous aurons avant de mourir dans cette guerre. Aussi, j'aimerais que tu me répondes. Ce que tu m'as révélé ce jour-là, on ne le confie qu'à une proche, celle qui...

Elle n'avait pas besoin d'achever sa phrase, les mots entre eux étaient inutiles. Elle se contenta juste de prendre sa main et la poser sur son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Mer 11 Jan - 20:52

Manifestement, Lydia ne s'attendait pas à ce que Bardamu lui propose de vider une coupe :

- Du vin ? Tu as pensé à emmener ce précieux nectar avec toi ? A quoi songeais-tu, mon beau scorpion ?
- Ben tu sais ma jolie, les combats ça donner soif et rien de tel pour se remettre d'aplomb qu'un peu de pinard ! répondit-il d'un air canaille.

Puis elle le remercia, ajoutant d'une voix malicieuse qu'il ne fallait pas espérer la rendre ivre vu qu'elle était une Vampire et qu'en tant que mort-vivante, elle était immunisée aux effets de l'alcool. Ce à quoi le Scorpion répliqua, toujours avec son air de canaille :

- Oh dommage, moi qui espérais te faire faire tout un tas de choses un peu cochonnes sous l'emprise de la boisson, je suis déçu...

Elle se mit à lui caresser les cheveux puis l'une de ses oreilles ; il ne se crispa pas comme la dernière fois, appréciant le contact de ces doigts fins sur la petite pointe de son oreille gauche. Elle lui effleura les lèvres et dit d'une voix un peu triste :

- Mais en ai-je seulement le droit, Bardamu ? Je suis un monstre de la pire espèce, tes frères me tueraient s'ils le pouvaient. Jamais je n'ai autant r....

Il attendit qu'elle achevât sa phrase mais sentant qu'elle n'en dirait pas davantage, il prit la parole à son tour :

- Eh bien tu sais c'est pareil pour moi : tes petits camarades se feraient certainement une joie de m'étriper ! Enfin bon, ils peuvent essayer : je suis coriace et je me rendrai pas sans en emporter un ou deux dans la tombe !

"Emporter un Spectre dans la tombe", elle était bien bonne celle là, étant donné que les serviteurs d'Hadès ne craignaient pas, en théorie, la Mort vu que leur patron commandait à la Mort elle-même !
Quand elle évoqua "le pantin sans âme et sans cœur", Bardamu sut tout de suite de qui il parlait :

- Tu veux parler du poiscaille ? Bah ! Si ça peut te rassurer, il n'y a pas grand monde au Sanctuaire qui peut supporter ce gros naze ! Figure-toi que cet idiot du village, tout ça parce que j'étais sorti prématurément d'un Krusos Sunagein (je commençais à me faire chier), a eu la merveilleuse idée de me faire surveiller par deux gardes ! Fort heureusement, ils étaient aussi discrets qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine et je leur ai flanqué une bonne frousse !


Et il éclata de rire, pareil à un gamin qui venait de faire une bonne farce. Puis son visage redevint sérieux : ce n'était pas le moment de gâcher un si bel instant avec des souvenirs aussi pénibles.

Je me souviens, juste avant que ce malotru ne nous interrompe, je t'avais posé une question.
Ah merde, c'était quoi sa question déjà ? se dit-il, fouillant sa mémoire, remontant mentalement le temps jusqu'au moment où ils étaient en pleine conversation dans sa demeure, juste après son combat contre elle. Mais rien à faire : il ne se souvenait plus de la question...

Les pièces du Surplis de Lydia se détachèrent de son corps et filèrent à travers la "prison" (qui était en fait une belle pièce confortable), pour se ré assembler sous sa forme de totem. La Spectre portait une jolie robe qui la mettait en valeur ; elle s'assit au sol, où avait été jeté un tapis moelleux.

- Ces instants seront peut-être les seuls que nous aurons avant de mourir dans cette guerre. Aussi, j'aimerais que tu me répondes. Ce que tu m'as révélé ce jour-là, on ne le confie qu'à une proche, celle qui...

Bardamu n'eut pas besoin qu'on lui fasse un dessin : rejoignant la Vampire, il prit sa tête entre ses mais puis l'embrassa doucement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Dim 15 Jan - 12:18

Emporter un spectre dans la tombe... !!! Aussi rudes que ces quelques mots pouvaient l'être - Il parlait quand même de ses frères infernaux, frères auxquels elle s'était attachée au fil du temps, Regen, Sven, Inferno et même Raimï qui avait fini par prendre une certaine place même si elle ne pouvait s'empêcher de le menacer dès qu'il la serrait de trop près - ils la firent presque rire. Enfin, se rendait-il compte de ce qu'il venait de dire ? Renvoyer chez Hadès les spectres tombés au combat, les rendre à leur maître. Au moins, nous ne sommes pas trop dépaysés en atterrissant ici. Soupira-t-elle avant de se calmer soudain.

Des guerriers luttaient en ce moment, à mort dans des combats d'une violence inouïe et elle...

Elle goûtait au bonheur de retrouvailles sans cesse compromises, sans cesse reportées avant d'avoir lieu, ici à même pas une lieue de sa reine.

Tout comme lors de leur rencontre dans les appartements du Scorpion, en plein milieu des combats. Quelques instants suspendus dans le temps avant que leurs divinités respectives et leur guerre ne se rappellent à eux. A travers les mains ou les poings de leurs serviteurs.

Quoique au ce sujet Lydia nourissait encore pas mal de doute. Du moins du côté de la déesse Athéna puisque pour ses propres divinités, la rousse Vampire était fixée depuis bien longtemps. Tous deux le savaient. Depuis longtemps déjà, depuis que le sang de Rochel avait glissé dans sa gorge, que le lien s'était créé et renforcé. Le dieu de la Mort ne lui avait-il pas confirmé en évocant son coeur lorsqu'elle était venu en aide à leur reine, l'enlaçant avec toute la tendresse dont elle était capable au risque de s'y brûler, au risque de n'être plus qu'un tas de cendres tant la puissance de la divine Coré était grande.

Et si le coeur de l'Etoile des Ténèbres s'était remis à battre plus violemment que jamais, il ne fallait pas non plus être grand devin pour deviner que l'homme qui l'avait conquise n'était pas un spectre. Ne les avait-elle pas tous repoussés même Lille de l'Incube qui lui avait offert Lucky, cette fée prête à la servir en sa mémoire ?

Quant à Rochel, il était son seigneur et la chasseresse des Enfers n'éprouvait qu'admiration et loyauté sans bornes pour lui, rien de comparable avec l'amour qu'elle portait à Bardamu.

Et en remontant dans sa vie de Vampire à la chevelure de feu envoyée justement au feu à peine éclose, il ne restait plus grand monde à l'avoir croisée avant son retour aux Enfers. Deux chevaliers et un Ase, enfin, tel qu'il s'était présentait vu qu'il s'agissait d'un Khan...

Ainsi, apparaissaient les choses dans l'esprit de la jeune femme. Une seule et unique déesse les séparerait de nouveau par guerriers interposés vu qu'elle ne ressentait aucune énergie divine autre que celle de sa déesse toute proche.

Athéna n'avait rien fait pour toi autrefois, mon cher Amour. Et elle ne fera sans doute encore rien. Quel tristesse que nous soyons dans des camps si opposés... Tout ce que cette desse fera, ce sera étouffer un amour aussi miraculeux que le notre au nom de son soit-disant amour...

Quelle ironie de savoir que ce sera elle qui nous séparera de nouveau.


Ainsi, au plus profond de son âme tortueuse, la Vampire savait que les coups viendraient du Sanctuaire de la déesse comme de par le passé. Les paroles de Bardamu, l'avaient amusée lorsqu'il lui avait glissé que les dieux infernaux chouchoutaient plus leurs guerriers qu'Athéna...

Maintenant cela prenait tout son sens et étrangement, la Belle s'en trouvait rassérénée.

Pour ces quelques instants, Perséphone la laissait en paix. Mieux encore, dans son immense bonté, elle lui accordait ce qu'il lui avait été arraché. Un tel geste émouvait tant la Vampire qu'elle ne put qu'en admirer encore plus sa déesse. Mais cela était-il seulement possible ?

" Merci ma reine... Merci de ne pas vous opposer... "

Une larme écarlate brilla au coin de ses paupières tandis que les lèvres de Bardamu s'étaient posées sur les siennes. Une telle joie l'envahissait avant qu'elle ne passe ses bras autour de son cou avant de l'enlacer et le faire glisser avec elle sur le sol de leur abri.

La Vampire répondait avec autant de douceur au baiser du Scorpion. Tous deux demeurèrent ainsi enlacés avant que leurs lèvres ne se séparent. Lydia se contenta alors de lui sourire avant de le faire basculer sur le côté et de se retrouver allongée sur lui.

Par jeu, elle attrapa un de ses poignets avant de poser la main sur l'armure d'or du Scorpion, glissant avec amusement.

- Sans cette armure, c'est moi qui pourrait abuser de toi, mon beau chevalier.

Puis caressant de nouveau sa joue avant de glisser à son oreille, effleurant sa peau de son souffle devenu si chaud.

- Tu serais le seul, le seul et unique. Personne ne m'a jamais touchée. Jamais... Les Vampires sont fidèles à ceux qui prennent leur coeur et font tout pour les rejoindre et les rendre heureux.

A ces mots, elle l'embrassa de nouveau avec plus de passion avant de glisser soudain...

- Au moins, tu as la chance de ne pas devoir faire ta demande, je n'aurais osé imaginer...

Elle rit doucement avant d'achever.

- J'appartiens au seigneur Rochel et à ma reine, eux seuls peuvent...

Puis, elle se tut caressant du bout des doigts le visage du saint alors que sa lourde chevelure rousse s'étalait avec douceur dans un nuage de parfum aussi léger qu'envoûtant.
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Sam 21 Jan - 15:18

Bardamu put voir au sourire qu'affichait Lydia suite à sa déclaration "d'emporter un Spectre dans la tombe..." qu'il venait de gaffer. A vrai dire, il l'avait un peu fait exprès afin de voir sa réaction. Il tenta quand même de s'expliquer :

Ouais c'est ça rigole... N'empêche, l'immortalité, j'y crois pas des masses ! Je sais plus qui m'avait dit ça mais les étoiles elles-mêmes finiront par s'éteindre un jour. Si une étoile peut clamser, c'est pareil pour un Dieu, alors pour un mortel, même protégé par Hadès, je te dis pas. Ceci dit, je suis pas très calé en métaphysique donc il se peut que je me trompe sur toute la ligne. Mais c'est pas d'un cours de philo que t'as besoin en ce moment je pense...

Leurs lèvres s'étaient scellées en un baiser à la fois doux et fougueux. Le Scorpion s'y entendait pour embrasser une fille (en tout cas aucune ne s'en était jamais plainte) et la belle Lydia en connaissait un rayon aussi. Une pensée amusante lui traversa l'esprit : les vampires, d'après l'image que l'on se faisait d'eux, étaient toujours beaux, ténébreux et élégants - Lydia en était la preuve vivante - mais existait-il des vampires moches ? Ça ne devait pas être très facile d'attirer une proie potentielle quand on avait une gueule de travers et un œil qui disait merde à l'autre...

Le baiser prit fin et Lydia posa une main fine sur son Armure d'Or :

- Sans cette armure, c'est moi qui pourrait abuser de toi, mon beau chevalier.
- Oh oh, je me demande comment tu abuserais de moi... répondit-il d'une voix amusée.

- Tu serais le seul, le seul et unique. Personne ne m'a jamais touchée. Jamais... Les Vampires sont fidèles à ceux qui prennent leur coeur et font tout pour les rejoindre et les rendre heureux.

Il était un peu étonné, voire surpris d'avoir suscité un sentiment profond chez une autre femme. Bardamu était modeste en amour : parce qu'il était la plupart du temps léger avec les femmes, il s'attendait à ce que ces dernières soient comme lui. Mais l'amour de Lydia était aussi pur et aussi vivace que la première fois qu'ils s'étaient rencontrés. Cela le déstabilisait.

Un nouveau baiser aussi passionné que le premier auquel il répondit avec le même empressement que le sien. Puis elle poursuivit :

- Au moins, tu as la chance de ne pas devoir faire ta demande, je n'aurais osé imaginer [...] J'appartiens au seigneur Rochel et à ma reine, eux seuls peuvent...

Il la regarda intrigué : il ne comprenait rien à ce qu'elle lui disait ! Ne voulant pas passer pour un type à côté de ses pompes, il répondit, avec un petit sourire :

- Hum oui, j'ai beaucoup de chance... Mais qui ne s'estimerait pas chanceux d'être au côté d'une femme aussi sublime que toi ma douce Lydia !

Il l'embrassa de nouveau puis son visage redevint sérieux et mit un temps d'hésitation avant de lui demander :

- Je pense qu'il est temps que l'on revienne aux choses sérieuses... Mes camarades sont en train de livrer bataille au moment où nous parlons et ça me fait un peu mal d'être ici, avec toi ma douce, alors qu'ils sont en train de traverser les Enfers et d'affronter tes compagnons... Je dois malheureusement les rejoindre...

Cela lui en coûtait beaucoup de dire cela, de quitter ce nid douillet, cette superbe rousse qui le regardait avec amour. Mais il était avant un Chevalier d'Athéna et il ne faillirait pas à son devoir ! N'empêche, quel gâchis... Il eut alors une idée qui traversa son esprit. Aussi lui demanda-t-il :

- J'ai néanmoins une dernière requête à te demander, tu peux refuser si tu veux, je ne t'oblige pas : pourrais-tu m'arranger une entrevue avec ta souveraine ? Si je peux résoudre ce conflit par la diplomatie que par les combats, je préfère qu'il en soit ainsi. Mes chances de succès sont très minces mais je me dois quand même d'essayer...

Il se tut, attendant sa réaction et sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Sam 21 Jan - 18:21

Comment pourrait-elle abuser de lui ?

La réponse du Scorpion à sa remarque l'avait fait de nouveau rire. Un rire aussi doux que le chant d'une colombe, le visage de la Vampire amoureuse refaisait de nouveau surface avant que, espiègle, elle n'ajoute murmurant à son oreille pointue.

- Ose de nouveau entrer dans mon repaire et là, tu seras fixé, mon doux Scorpion.

Son regard se faisait si brûlant. Elle était plus que sensible et cela le chevalier semblait seulement le réaliser. Sans doute ne saisissait-il pas la véritable demande de la spectre. Ce qui au fond peinait Lydia mais comment lui en vouloir lorsqu'on savait ce que leur déesse Athéna faisait de ses saints. Les femmes devaient renoncer à leur féminité en se parant d'un horrible masque tout en mettant en avant leurs atouts tandis que les hommes n'avaient pour autre destin que de devenir des bêtes de guerres dénuées du moindre sentiment, juste bon à écraser les méchants spectres sur leurs passages. A croire qu'au fond, ils les enviaient.

Elle soupira doucement en se rappelant les circonstances de sa mort et celui qui lui avait planté cette rose immaculée en plein coeur, la vidant de son sang. La honte pour un Vampire. Le pantin en bois de rose en était bien un parfait exemple. Son manque de coeur et d'émotions était même parvenu à choquer la jeune spectre. Choquer un serviteur d'Hadès sur ce plan-là, c'était l'Olympe à l'envers. Autant dire que depuis, la jeune femme ne pouvait même plus s'étonner de l'incompréhension qu'elle lisait dans les yeux de Bardamu. Malgré ses actes, il ne réalisait pas la profondeur et surtout la sincérité de ses sentiments.

Plus le temps passait et plus Lydia s'en rendait compte tout comme elle avait compris qu'il ne saisissait pas le sens de ses dernières paroles. Elle venait de lui affirmer que ses dieux ne ferait rien contre leur amour et cela ne semblait pas l'atteindre alors que Rochel et la divine Coré auraient eu toutes les raisons de la châtier plus que sévèrement pour ses actes passés.

Puis, enfin vint l'instant qu'elle redoutait le plus depuis leur venue en ces lieux. Celui qui marquerait la fin de leurs retrouvailles.

Pourtant cette fois, Bardamu semblait hésiter. Peut-être se rendait-il enfin compte qu'ils risquaient de ne plus pouvoir se retrouver et que ses prochaines paroles pourraient la blesser.

Elle l'écouta sans un mot. Ce qu'il ressentait par rapport aux combats se rapprochaient de ses propres sentiments. Ses frères infernaux se battaient eux aussi et leur reine était là si proche sur la Cascade, exposée alors qu'Athéna se cachait encore on ne savait où.

Lydia baissa un instant les yeux passant la main dans les fleurs qui avaient jailli dans l'ensemble de la vaste pièce. Un cadeau de sa reine pour lui signifier son consentement.

Elle en cueillit une avant d'en respirer le parfum et d'enfin répondre au chevalier d'or.

- Je comprends, Bardamu, je comprends...

Elle se leva alors rappelant le surplis de la Vampire.

- Mes frères luttent eux aussi. Reste ici, ne bouge pas de ce lieu. Je vais aller porter ta requête à ma reine.

Puis, enfin, posant une dernière fois ses lèvres sur celle du Scorpion, lui offrant le Baiser du Vampire, puisant dans ses forces au passage.

- Ne bouge pas d'ici, laisse-moi le temps de rejoindre la reine et de te remettre sa réponse. Fais-moi confiance, s'il te plait...

Et elle se releva avant de prendre son envol quittant l'oubliette où le Scorpion devrait rester pour lui donner au moins l'occasion de parler à la reine des Enfers.

Tout en s'élevant, Lydia contempla une dernière fois le Scorpion. Elle ne savait comme allait réagir Perséphone face à une telle demande. Cela pourrait autant passer pour une tentative de mettre un terme à cette guerre que pour un acte de haute trahison.

Nous verrons... Reste bien à l'abri dans cette oubliette, là où personne ne pourra te faire de mal.

==> Fuite du Colisée
Revenir en haut Aller en bas
Bardamu


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1651

Feuille de Personnage :
HP:
154/154  (154/154)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   Ven 3 Fév - 22:24

- Putain, mais qu'est ce qu'elle fout ?!

Bardamu faisait les cent pas dans la "prison", la poche dimensionnelle dans laquelle, lui et Lydia, étaient "tombés". Le Scorpion n'était pas spécialement du genre impatient mais là, il commençait à trouver le temps long...

Pendant un moment, un doute affreux le saisit : et si Lydia l'avait attiré dans un traquenard afin de réduire les forces des Saints d'Athéna ? Après tout, c'était étrange qu'elle était venue à sa rencontre , peu de temps après son entrée dans les Enfers, afin de l'emmener vers la Cascade de Sang... Certes, elle était amoureuse de lui, de cela Bardamu n'en doutait aucunement, mais elle restait une Spectre avant tout, fidèle à Hadès et par conséquent, elle avait fort bien pu joindre l'utile à l'agréable, à savoir garder son bien aimé sous le coude tout en défendant le Monde des Morts des Saints d'Athéna, faisant ainsi une pierre deux coups...

Il rejeta cette sombre pensée : Lydia était incapable d'une telle chose ! Par contre, il était fort possible que les divinités infernales soient derrière son emprisonnement. Eh bien si c'était le cas, il allait leur montrer de quel bois Bardamu pouvait se chauffer !

Il tapa du poing contre les parois de la "prison" : elles semblaient solides mais ce n'était pas cela qui allait l'arrêter. Il concentra son Cosmos et l'instant d'après une aura dorée et écarlate l'enveloppa ; il n'avait pas la maîtrise des dimensions comme le Chevalier des Gémeaux ou encore celle des mondes spirituels comme la Vierge mais il était quand même un Chevalier d'Or et en tant que tel manipulait le 7° Sens, capable de percevoir les flux d'énergies cosmiques qui baignaient l'univers. Qui plus est, il était un Scorpion et il était de notoriété publique que les Scorpions arrivaient à se tirer de bon nombre de situations épineuses (c'était leur côté obstiné et tenace qui faisait ça).

Il intensifia davantage son Cosmos puis le relâcha subitement. Un craquement si fit entendre et Bardamu put voir qu'une sorte de fissure venait d'apparaître dans l'une des parois de la poche dimensionnelle. Une autre apparut, puis une autre et encore une autre... La prison éclata en mille morceaux, dans un grand bruit de verre brisé et le Scorpion retrouva le décor familier des Enfers ; à ses pieds gisaient des morceaux de sa "prison", semblables à ceux d'un miroir fracassé. Ils disparurent et bientôt il n'y en eu plus aucune trace.

Le Scorpion promena son regard sur la Cascade de Sang et frissonna : elle devait certainement être alimentée par le sang de tous les damnés... Il secoua les épaules : il y avait plus urgent.

Quelque chose qui se trouvait au loin semblait l'attirer, comme un aimant. Serait-il possible que ce soit l'objet de la quête des Saints ? Il leva les yeux et vit que le Bélier avait disparu ; autrement dit il ne lui restait plus que onze heures avant d'atteindre son but !

Ne voulant pas davantage perdre de temps, il se mit en route. Il espérait que Lydia n'allait pas se faire passer un savon par les divinités infernales, parce qu'elle avait amené son bien aimé vers un endroit fort avancé des Enfers. Car il s'apercevait que du coup, il avait pris une sacré avance par rapport à ses compagnons qui se trouvaient dans les premières Prisons du Monde des Morts.

Arrow 7° Prison - Les Puits des Criminels
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Cascade de Sang-