RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Réflexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Jeu 22 Mar - 22:55

Ce fut Shion qui répondit en premier à la question de la jeune femme : en gros, ces figures représentaient une sorte de décompte avant une échéance dont la nature était inconnue. Dohko précisa que chaque constellation durait une heure. Trois signes ayant disparus, il leur restait encore neuf heures pour atteindre leur but.

Ysselda les remercia d'un hochement de tête. Elle ne savait pas vraiment au juste ce qui se passerait s'ils arrivaient trop tard au bout du chemin, c'est à dire avant que les douze signes s'éteignent, mais il ne faisait nul doute que quelque chose de funeste se produirait à ce moment là...

Elle fut tirée de ses réflexions par la Sainte qui, "afin de briser la glace", se présenta comme étant Angel de la Chevelure de Bérénice. La Guerrière Sacrée sourit : l'expression qu'elle avait utilisée au début de sa phrase avait quelque chose de poétique et était fort à propos.

- Et moi je suis Ysselda de Mjolnir, Guerrière Sacrée de Lambda ! déclara-t-elle d'un ton fier.

A peine avait-elle fini de se présenter qu'un nouveau Spectre fit son apparition : il était moins hargneux que le précédent et semblait plus calme, plus posé. Ysselda sourit : enfin un adversaire ! Mais elle fut vite déçue car il désirait combattre un Chevalier d'Or, Dohko en l'occurence.
Son regard se mit à étinceler de colère et elle se retint de balancer Crom Faeyr à la face de cet impudent qui n'avait même pas eu l'élémentaire politesse de se présenter...

Le Chevalier de la Balance accepta le défi du serviteur d'Hadès, enjoignant ses compagnons à poursuivre leur route.

Lyria ne se le fit pas dire deux fois et l'Asgardienne lui emboita le pas. Sans qu'elle sache pourquoi, elle éprouvait une sorte d'affection protectrice envers la Sainte, un peu comme une soeur ainée envers sa cadette.

Arrow 5° Prison
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1757
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Réflexion   Ven 23 Mar - 11:27

" Enchanté de te revoir Ishiro, cela faisait un moment n'est-ce pas ! Bien des mois depuis notre rencontre dans la forêt d'Ahirès. Mais je ne suis pas là pour toi et encore moins pour les personnes qui t'accompagnent, je suis venu voir ici un chevalier d'or. "

Ishiro connaissait cette voix et avait du mal à se rappeler qui c'était, le spectre décroisa les bras en voyant le spectre arriver. Il écarquilla les yeux et reconnut l'homme qui l'avait interrogé au risque de combattre Poséidon, Caeron ! L'homme avait bien changé, son cosmos n'était plus le même. Ainsi donc il avait vendu son âme à Hadès ! Le saint fut déçu de son choix mais ne fut en rien étonné. Il savait en revoyant l'homme élégant qu'il ne ferait plus jamais confiance à un marina. Le pire c'est Caeron ne voulut pas le combattre, il aurait pourtant eu toutes les raisons de le faire, le gold de la balance fut apparemment son met préféré. Qui plus est il annonça que le chevalier du Capricorne avait trahi les siens. Ishiro se rappelait très bien de Tsurugi, lui qui l'avait soigné au sanctuaire dans son propre temple. Ishiro regarda l'ex marina et lui répondit.

"Tu es la preuve vivante que je ne dois en rien regretter mon acte à la forêt d'Ahirès. Autant je ne faisais pas confiance à Astre que j'avais une certaine estime pour toi Caeron. Apparemment tu préfères l'or au bronze, je ne t'en voudrai pas ... Mais si tu devais remporté ce combat, c'est à moi que tu auras affaire !"


Le cosmos enflammé d'Ishiro sortit d'une traîte, il regarda le spectre avec détermination. Il se retourna et allait rejoindre les deux jeunes femmes qu'il se retourna une dernière fois vers l'être qui aurait pu être un ami. Il garda évidemment sa peine en lui et lui dit juste:

"Pour ce qui est de Tsurugi, j'en ai rien à faire, ça ne sera qu'un ennemi en plus sur mon chemin !"


Ishiro se retourna et continua sa route ne se retournant pas vers le gold, le dépassant. Il espérait que Dohko n'en fasse qu'une bouchée. que de déception pensa le saint. Tous ses remords au sujet des marinas avaient foutu le camp, le coeur du Phoenix était plus léger.


Arrow 5ème Prison: Le Cimetière des Orgueilleux


Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Dim 25 Mar - 19:26

Arrow 3éme prison

C' était assez étonnant tout de même ! Aucun spectres dans les parages, mais vraiment aucun... Était-ce là un des moments stratégiques pour l' armée infernale, ou bien était-ce dû à un débordement sur leurs défenses ? La réponse était très difficile à donner pour le moment, mais probablement qu'elles y trouveraient une réponse sous peu.

Shion, Dohko et compagnie n' était plus très loin du chevalier d' or du cancer. Même que l' un d' eux venait de débuter un combat en ce moment même le domaine supérieur. Dohko. Était-ce lui ? Assurément. Urio ne préféra pas s' en mouvoir d' avantage et continua son chemin, car tel était sa mission. Il le devait pour lui, pour sa vie de chevalier...son avenir, quoi...même si le chevalier d' or de la balance était intervenu dans un moment délicat de se vie. De la mort de l' un des leurs, Eaque. Dohko était un puissant chevalier d' or et l' un des seuls à rechercher des futurs recrues pour l' armée d' Athéna...

Urio ne s' éternisa pas plus et ressentit la jouissance des cosmos qui imprégnait les domaines suivant, alors il avança encore, en pensant probablement à tord qu' il tomberait sur Inferno du démon, ou Bane, son dernier adversaire qui avait fuit comme un lâche. La route du cancer était libre et personne pour s' interposé, alors il s' enfonça encore un peu plus dans les fins fonds infernal ne rechignant pas à la tâche. Sa seul envie, actuellement, était de causer du tord, et il le ferait bien évidemment.

Tandis qu' il continuait son ascenssion, il ressentit le cosmos du chevalier d' or de la balance explosait. Il venait de rentrer dans un combat contre un spectre qu' il ne connaissait point. espérons, au moins, qu' il s' en sorte !?

Arrow 5éme prison si pas d' interception.
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 28 Mar - 0:40

Arrow 3e prison

Le loup d' Asgard et son allure combative ne cessait de continuer leur avancée. Il était désireux, encore une fois, de se battre. De tuer son ennemi de ses propres griffes au nom des siens et de tout ce qu' on leur avait fait subir. Son cosmos s' illuminait de temps à autre pour bien signifier sa présence au petit groupe situé en amont. Avec un peu de chance, il devrait pouvoir les rattrapaient sous peu. Dans les parages un combat avait lieu, mais le loup solitaire ne s' éternisa pas pour ainsi pouvoir continuer. Chacun sa route, chacun son destin !

Le guerrier divin d' Epsilon arriva aux abords d' un étang et observa ce qui s' y déroulé. Toutes ses âmes et toute ces mauvaises vibrations, cette colère... il n' aimait pas ça, mais ne pouvait rien faire. Simplement, il dû se résoudre à laisser ça de côté et rejoindre le groupe de tête. Il se mit donc à faire de puissant bonds afin de se retrouver, en simplement quelques secondes, sur une autre route pouvant le mener vers la suite de son périple.

A l' arrière, ses frères d' armes avançaient aussi au pas de course et cela le rassura sur le coup. Sur le moment, Samiel eut comme sensation que l' ennemi laissait son ennemi intime pénétré trop facilement afin de pouvoir refermer un piège par-dessus. En tout cas peut-être..mais c' était pas le moment de se poser des questions de ce genre. Non. Alors le prédateur remit une bonne pointe afin d' en finir avec ce domaine et de trouver la direction de l' autre.


Allez ça vient bon ! Ils sont devant toi, alors bouge toi un peu... pensa Samiel.




Arrow 5e prison (dans 24h).
Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1646
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 4 Avr - 3:55

>>> carrière des avides

Il y avait une empreinte de cosmos ici. Elle ressemblait furieusement à celle que le guerrier d'Epsilon laissait derrière elle lors de la bataille du Sanctuaire. Eta s'arrêta au bord de ce qui ressemblait à un étang pris dans les sinueux méandres d'un plateau rocheux rongé par la bile des damnés. Eta ne les entendait même plus. Elle ne pouvait s'en donner le luxe. Soucieuse du jeune chevalier qui l'accompagnait, elle appela son nom.

« Comment allons-nou traverser ... »

La réponse ne se fit pas attendre, sous la forme d'un radeau que l'on entendait dériver près du bord, chargé de damnés hurlants et envoyant des projectiles en direction des deux compagnons. L'affaire fut rondement menée : par le châtiment des cordes d'Eta, beaucoup tombèrent dans les eaux sombres qu'ils n'auraient jamais dû quitter. La guerrière enroula ses cordes sur un rondin de l'embarquation pour l'amener à eux.

Ils pouvaient désormais arriver à bon port de l'autre côté. Ce n'était pas l'Achéron. Ces eaux mortes et nauséabondes n'avaient rien à voir avec l'obstacle interminable que Christa avait franchi tantôt sur le pont de cristal de Kyros du Cygne. Non loin se déroulait un combat. Ils n'avaient malheureusement pas le temps ni d'aider ni d'attendre le compagnon qui luttait par là-bas.

« Allons-y, il compte sur nous pour nous hâter à sa place ... »

>>> Cimetière des orgueilleux si pas d'interception
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Ven 6 Avr - 23:58

:arrow:carrière des avides

Le jeune dragon blessait pénétra dans la nouvelle prison avec une certaine précipitation qui réussit a rouvrir certaine de ses blessures, laissant perler son sang mélangé au mercure derrière lui tel la trainée sanglante d'un petit poucet dont le sort et l'histoire ne pouvait apparaitre dans un conte pour enfant de peur de les effrayer de son horreur... Ressemblant plus a une histoire d'épouvante. Kenshiro était le héros blessé de sa propre histoire dont le chemin continua bien malgré lui a se couvrir d'embuche: Il ne pouvait ni sortir ni entrer dans une des prisons de l'Enfer sans que celui-ci ne se déchaine sur lui comme avait pu le faire les démons et les damnés lors de sa sortie de la troisiéme prison.

Le chevalier de Bronze eu la désagréable surprise de voir que les pierres hissé par le sang, la sueur et les larmes des prisonniers de la carriére des avides dégringoler sur lui tel une avalanche bruyante de gravas capable de vous broyer en une seconde. Puis il fut attaque par une bande de squelette et cadavre pleurant du sang brulant, sortant tout droit d'un immense remplis de sang porté a fusion: Malheur à celui qui pourrait tomber dedans pensa le dragon en se débarrassant de ses opposants en frappant dans les paumes de ses mains, créant ainsi une onde de choc accompagné d'un souffle repoussant les morts jusqu'a l'étang.

"Comment passer ? L'étoile d'Eta n'est pas là... Il a surement trouvé quelque chose... Mais quoi ? "

Son regard tomba alors sur une forme provenant de l'autre rive de l'étant: un radeau semblant pourvoir résister au sang de cette prison... Le Dragon bondit alors depuis sa position sur le radeau qui prit alors la direction inverse: direction la prison suivante !

Arrow Cimetière des orgueilleux si pas d'interception
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Réflexion   Sam 7 Avr - 19:34

3ème prison =>


Finalement, après la honte, le drame. Quelques tentacules fouetteuses avaient trouvé le moyen de se coincer dans les gros rochers chargeant à vive allure de la précédente prison. Soit à cause des extrémités tranchantes des fameux appendices, soit car ces derniers s'étaient retrouvés emmêlés telle une chaîne dans un engrenage. Résultat, le Spectre du Ver valdingua sauvagement vers l'avant et finit son aimantation, scotché à l'un des nombreux boulets parti au front.
Ainsi, "qu'est-ce qui est Ver, pitoyable et qui termine comme une crêpe" ne fut autre que Raïmi lui-même. Désormais, il n'avait plus qu'à attendre que sa folle course s'arrête d'elle-même lorsque, par exemple, son taxi irait se prendre un mur.

Quelques minutes et tonneaux plus tard, Raïmi arriva à bon port et c'était le cas de le dire. Il avait tout bonnement atterri devant un nouveau point d'eau infernal, connu comme étant l'étang des colériques. Le temps que son cerveau finisse d'avoir le tournis, le bossu dégobilla dans un coin isolé. Mais en se retournant, il put apercevoir que, malgré son état déplorable, le Dragon avait réussi à se hisser jusqu'à une planche de surf improvisée, et voilà qu'il voguait au milieu du calme plat des ondes à la surface de l'eau. Pendant ce temps, des âmes flottaient comme des bouées, sans doute assommées par la musique de l'autre guerrier accompagnant le Bronze Saint.
Étrange façon de s'occuper des gêneurs, s'interrogeait Raïmi en pleine réflexion. Combattre des complaintes morbides avec une berceuse à la Rondoudou. Bien sûr, un tel acte ne resterait pas impuni bien longtemps, foi de bossu !

_ Qu'est-ce qui est vert, qui n'a pas le pied marin et qui va bientôt couler comme une enclume !? Hurla Raïmi à l'attention de qui vous savez.

Fort heureusement, le Spectre avait récupéré sa forme et ses mensurations depuis son aplatissement façon cartoon. Alors sans plus attendre, les câbles de la mort s'apprêtèrent à repartir à l'attaque contre les miches du boîteux athénien.

Pêchant à la ligne dans l'étang, Raïmi n'eut qu'à agiter sa huitaine de cannes flexibles comme le bambou, et de piocher des cadavres noyés ici et là. Puis, après les avoir ramenés à sa hauteur, il les lança aussitôt, de manière à ce que les corps glissent parallèlement à l'eau. L'opération consistait ni plus ni moins au célèbre lancer de cailloux, afin de comptabiliser un maximum de ricochets à l'arrivée. Et tant qu'à faire, toucher la cible. Le Dragon qui se croyait probablement le roi du monde à la poupe de son Titanic en bois.

Wouhou ! Plouf, plouf, plouf ! Les damnés avaient à peine le temps de découvrir ce qui leur arrivaient, que déjà la marée leur avait déchiré les yeux, si ce n'est le visage tout entier.

_ Je l'aurai un jour, je l'aurai ! Pesta-t-il tandis que l'apprenti marin s'éloignait une nouvelle fois.


/hrp: bon allez hop, j'étais en forme. donc toujours pareil. t'en fais ce que t'en veux, vu que je sers pu à rien. ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Ven 13 Avr - 18:31

~ Arrow Carrière des Avides

Un éclat d’argent, rayon de lune à la présence incongru dans un univers fait de mort et de désespoir, s’y mariant pourtant avec paradoxe. Ne disait on pas que la lune, la douce, la rêveuse était celle guidant les âmes dans l’autre monde, la nuit se faisant alors possession à la muette musique se faisant requiem oublié d’un monde endormit. Le soleil trop puissant délitait les âmes d’ombres dans son inaltérable chaleur alors que la douce lune, sa comparse, se faisait plus mitigé, accompagnant de sa clarté opaline les âmes dans un monde fait de jeu d’ombre et de lumière.

La lune était absente des cieux crépusculaires des enfers, tout comme son précieux compagnon, n’y régnant qu’une triste couleur figée par le sablier du temps. Les ombres en profitaient, silencieuses, elles glissaient sur le sol avec souplesse, se faisant bataillon invisible suivant celle qui leur donnait présence. Les cris des damnés rythmaient ses pas, musique funèbre à la douloureuse agonie se faisant plus lointaine à mesure qu’elle avançait. Elle finirait peut être par s’y habituer suffisamment pour que ceux-ci deviennent également muet à ses oreilles, ne laissant derrière eux que la vision d’un paysage désolé mais après tout, pas si monstrueux qu’un autre…

Enfin, pour cela, il faudrait surement que son regard cesse de découvrir les nouveaux sévices de ce monde infernal. Un lac d’encre s’étendant à l’infini entre les falaises se faisant barreau d’une cage devenant inviolable. La jeune femme observa les corps se noyer avec un soupçon de pitié qui disparut avec un claquement de langue agacé. Elle ignorait beaucoup de chose dans cet univers qui n’était pas le sien, ni même celui dans lequel elle avait baigné presque toute sa vie. Les prisons infernales n’étaient alors pour elle qu’un sévices inventé par une divinité s’ennuyant et trouvant ses punitions amusantes. Que celle-ci soit ou non justifié, ça ne lui importait pas vraiment…

Un instant cependant, elle s’imagina à leur place et avant qu’elle ne s’en rende compte, elle imagina les morts qui avaient pavé sa route se noyer dans cet étang se faisant marasme de ses peurs enfouis. Un instant où ses membres tremblèrent et sa vision s’étrécit, la réalité se faisant illusion fantasmagorique.

Un instant semblant éternité avant que son cosmos d’argent ne s’élève, se faisant lumière d’un désespoir fugace, s’enroulant autour de son corps. Les voix se firent plus précises. Entêtantes.

Avance. Avance. Avance toujours.
Brille. Brille. Brille encore.

Des rumeurs se faisant impression plus que mot, attisant un cœur. Un pas, suivit d’un autre, lentement, doucement…le vacillement se faisant ferme. Avancer, toujours et encore. Elle les suivrait, ses voix voilant son monde. Elle n’était pas seule. Pas vraiment. Elle le sentait.



Dernière édition par Leene le Jeu 10 Mai - 19:36, édité 1 fois (Raison : Retirer flèche)
Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Réflexion   Sam 14 Avr - 11:08

→ Cascade de sang

    La traversée des deux autres prisons s’étaient passé sans encombre, Mélisandre n’avait rencontrée personne sauf quelques âmes en peine mais celle-ci étaient plus enclin a souffrir pour l’éternité que de venir lui parler. Dans cette nouvelle prison qu’elle visitait, les gens se noyaient dans un étang. Entendre les cris de ces personnes qui ne pouvaient s’empêcher de se noyer redonna un peu de courage a la courtisane qui se fit un plaisir de penser que ces gens était la pour une bonne raison, et si elle était près d’eux mais sans l’être, c’est qu’elle était plus puissante qu’eux. Un sourire au lèvres elle avança avant de sentir un cosmos qu’elle n’eut aucun mal à deviner à quel genre de personne il appartenait. Une ase ne se tenait pas fort loin d’elle. En sachant que plus elle se rapprochait de l’entrée, plus elle risquait de rencontrer des gens comme elle, elle adopta une attitude calme et sereine, jouant sur le fait que personne ne la connaissait.

    Mélisandre s’était d’ailleurs dit qu’elle pouvait toujours utiliser cela pour obtenir des réponses. La force n’était pas toujours la meilleure chose à utiliser lorsque l’ont voulait obtenir quelques chose. C’est donc en ce faisant passer pour une jeune femme perdu qu’elle vint parler à la jeune ase.

      « Bonjour jeune demoiselle, excusez moi de vous déranger mais je ne pouvais passer à coté d’une si jolie dame comme vous. Vos yeux sont si magnifiques ! Enfin, voila que je m’emporte encore ! Mais vous serez d’accord avec moi la dessus je l’espère. Voyez vous, cela fait un moment que je marche et je pense m’être perdue sauriez vous me dire ou je puis trouver la sortie ? Car même si faire des rencontre aussi sublime que vous, je préfère tout de même le monde réelle, enfin, vous me comprenez ? Votre teint d’ailleurs me fait penser que vous êtes du Nord je suppose ? J’y ai fait un tour là bas il y a peu ! J’y ai d’ailleurs rencontré un homme si beau, je pense que vous devez le connaitre. Il est si grand et ses cheveux ont la même teinte que les votre… Je m’emporte, je m’emporte ! J’espère que je ne vous dérange tout de même pas mais il est vrai que j’aime parler, souvent pour ne rien dire. J’en oublie même ma politesse, je me présente donc a vous, Fiora, lieutenant du papillon des ombres, messagère de Dame Amphitrite. »

    Elle avait dit toutes ces paroles en gardant un ton mielleux et espérant que cette femme ne face pas trop attention a elle, enfin, qu’elle ne cherche surtout pas à l’attaquer. Observant la jeune femme et attendant sa réaction, Mélisandre commença à se coiffer légèrement grâce aux griffes d’écailles dont était toujours munie sa main droite.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Dim 15 Avr - 0:30

La Carrière des Avides Arrow
    Comme une étoile filante tombant du ciel, une lumière vint s'écraser entre les deux femmes, les empêchant de s'approcher plus l'une de l'autre. La lame de Cosmos d'un blanc immaculé qui venait de se planter dans le sol à égale distance des deux protagoniste, comme un avertissement, une limite à ne pas franchir sous peine de connaitre la fureur des cieux. Provenant de ces mêmes hauteurs, une voix se fit entendre. Nullement divine ou surpuissante, ce fut une voix humaine et parfaitement mesurée qui vint s'adresser à elles, en provenance d'une silhouette ailée entourée d'une aura blanche et pure qui descendait vers elles.

      « Vos paroles sont trop lourdes de compliments et politesses pour être tout à fait sincères. On ne s'égare pas si simplement aux Enfers, Marina. Je doute que vous soyez là pour autre chose que nous bloquer la route comme les gardiens des précédentes prisons on essayé avant vous. Mais qu'à cela ne tienne! Vous semblez avoir des démêlés avec Sköll de Zeta... Il est justement en train d'approcher. Il se fera surement une joie de s'occuper de votre cas. »

    Aukoti, les bras croisés et les ailes de sa sombre GodRob déployé, achevait sa descente pour se poser en douceur aux côtés de Leene. Sa Star Sword ne tarda guère à disparaitre, s'éparpillant en une multitude de cristaux qui s'envolèrent dans le faible vent qui parcourait la 4ème prison. Son Cosmos levé et agressif, saturant l'atmosphère jusqu'à l'étouffer, ne laissait planer nul doute sur l'opinion qu'il avait de la nouvelle arrivant. Il n'était pas dupe de son petit manège, la femme s'étant trahie par la seule armure, certes endommagée, qu'elle portait sur elle. Une Marina ce Poséidon. L'une de ceux qui avaient mis Asgard à feu et à sang quelques heures plus tôt. Nulle rédemption pour cette engeance aux yeux de l'Alpha : cette femme ne passerait pas leurs lignes vivante. Nul doute que Leene serait également de cet avis...

    Se tournant vers cette dernière, Aukoti détailla d'un rapide coup d’œil la silhouette de la Guerrière de Hrimfaxi. Elle ne semblait pas avoir été attaquée en route ni n'être assaillie par la fatigue. C'était chose remarquable, quand on savait les maux que renfermait cette terre maudite. Cependant, quelque chose lui semblait différente chez elle. Cette impression le poursuivait depuis un moment déjà. Pourtant, la jeune fille se comportait comme à son habitude, et son physique n'avait pas le moins du monde été altéré. Il s'agissait de son aura... Non, pas tout à fait. De son environnement. Plus sombre, plus froid, plus effrayant... A moins qu'il ne s'agisse que des Enfers qui les entouraient? L'Alpha ne pouvait le dire avec exactitude... Reportant ses yeux d'ambre sur la Marina qui leur faisait face, Aukoti lâcha quelque paroles à l'adresse de sa sœur d'armes sur un ton légèrement provocateur qu'il dissimulait derrière un masque de sévérité.

      « A l'avenir, j'attendrai un peu avant de te lâcher en territoire inconnu, Hrimfaxi. Une fois lancée, on ne t'arrête plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Lun 16 Avr - 9:29

La venue d’une femme la coupa dans son élan précédent, la sorcière ne pouvant guère s’empêcher de s’en retrouver particulièrement agacée. C’était une femme à la beauté d’albâtre qui aurait put paraître déplacé en ces lieux morbides mais il n’en était rien. Elle était une guerrière elle aussi, portant une armure d’un bleu aussi profond que les abysses bien qu’apprêté avec distinction.
Leene n’était pas stupide. Les courbettes et autres compliments la remplissait d’un certain dégoût et si les paroles pleines de courtoisie du précédent gardien avait le parfum de la sincérité, dans la bouche de cette femme il semblait artifice mielleux. Elle connaissait une partie des illusions que les femmes pouvaient user pour arriver à leur fin, et la guerrière en elle les répugnait. Badiné n’étant guère dans ses habitudes, le fait qu’elle se présente comme la messagère d’Amphitrite, Déesse des mers et surtout, celle qui avait attaqué son pays d’adoption fit couler dans son sang les prémices d’une colère ravivé. Qu’elle décrive brièvement un homme semblant être le monstre d’Asgard n’arrangea nullement son humeur.

« En tout cas, on ne peut pas dire que vous manquer d’audace de vous présenter comme une pauvre femme perdue devant ceux dont vous avez souillé la terre ! »
La sorcière pourtant, calma la fureur bouillonnant dans son sang dès lors qu’une épée opaline fit son apparition entre elles. Un sourire éclaira malgré elle son visage jusqu’alors agacé. Il fallait croire qu’il avait peur que la fougueuse Hrimfaxi foncerait tête basé dans un quelconque piège.

« Cet imbécile. » souffla la jeune femme malgré elle lorsque Aukoti mis un nom sur la description succincte de la marina. Elle se retourna sur celui-ci, sa voix se parant d’un agacement aussi souverain que faussement indifférent. « Je crois qu’il te cherche d’ailleurs Aukoti…Enfin, je crois que c’est toi le ‘connard quelconque’ dont il m’a parlé… »

Cela lui rappela un détail dans les paroles de Zeta qui lui fit lever un sourcil, son regard d’émeraude que la courtisane avait décrit d’une telle beauté ce fixant sur elle.

« Une femme masquée… »


Haussant les épaules suite a une déduction n’en était pas forcément une – et dont elle se moquait relativement vu qu’elle concernait cet idiot de guerrier de Zeta – elle fit quelque pas en avant pour se retrouver à la même auteur que le commandant des forces d’Asgard, ne se formalisant pas de son rang ou même de la poussière d’étoile que son arme dégageait en se délitant.

Un sourire amusé accueillit les paroles de celui-ci, bien que la dénomination qu’il ait utilisée pour l’interpeller la gênait quelque peu. Elle n’était pas tout à fait habituée et il résonnait en elle, un écho pas si lointain.

« Ce n’est pas de ma faute si je suis plus rapide que toi ! » commença t’elle avec vigueur, puis reprenant d’une voix plus lointaine, observant l’horizon crépusculaire, elle finit lentement. « Il y a quelque chose là bas…Quelque chose que j’ai besoin de voir. »

Un souffle.
Elle devait continuer. On l’exhortait à le faire, à avancer, toujours plus loin, tel un appel entêtant résonnant dans son âme avec une vigueur renouvelé à chaque pas, la tiraillant d’autant plus.

« Que Skoll s’occupe de sa chère amie ! Je suis sur qu’il en sera ravi ! » Railla t’elle avec un brin d’agacement. « J’en ai assez de perdre mon temps et me retrouver devant ces pleutres aux sangs bleus ou noirs qui ne savent que fuir, et parle beaucoup trop pour ne rien dire - ou ne parle juste pas. La gueule du loup est proche, qu'elle s'y précipite et y soit broyée ! »

Une voix impérieuse qui la poussait en avant.
Revenir en haut Aller en bas
Zobeida


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 283

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Réflexion   Lun 16 Avr - 10:12

>>> Désert des Pervers

"Après avoir survolé la Cinquième Prison, j'arrivais à la Quatrième, surnommée "L’Étang des Colériques". Je me demandais quelle pouvait être la différence entre la colère et la violence vu que la première précède souvent à la seconde ; peut être que dans ce lieu, seuls y étaient emprisonnés ceux qui tempêtaient pour un rien sans pour autant se livrer à des actes de violence. Ce devait être sans doute cela...
Mais quid des luxurieux et des pervers ? Qu'est ce qui distinguait les premiers des seconds ? Ne finit-on pas par devenir pervers quand on se livre à la débauche sexuelle ? On consent à un vice et ce vice finit par lasser. Pour continuer d'éprouver les mêmes sensations qu'il procurait d'abord, il faut faire pire, et ainsi de suite... si bien qu'au final on finit par se vautrer dedans comme un cochon dans sa fange.

Ces considérations en tête, j'arrivais non loin de là où se trouvait Mélisandre qui était en pleine discussion avec deux guerriers, un homme et une femme, portant des armures que je n'avais jamais vues auparavant ; c'était surtout leur Cosmos qui était particulier : il était glacial et je me sentis frissonner rien qu'à le sentir alors que je me trouvais à bonne distance du trio.
Je vis également le djinni que j'avais assigné à la surveillance et l'espionnage de la Marina : les bras croisés, invisible et inaudible, il virevoltait autour des trois personnages, écoutant leurs propos qu'il me rapporterait après.

Ce qui me troublait étaient les Cosmos que je ressentais plus en avant, deux pour être exact : ils étaient extrêmement puissants et ne pouvaient qu'appartenir qu'à des divinités, comme Perséphone ; cependant, contrairement à cette dernière, ils avaient une qualité différente : ils semblaient plus paisibles et plus doux.
Par ailleurs, je pouvais également sentir d'autres ennemis des Enfers progresser au sein du Royaume des Morts : ils étaient nombreux et je me demandai si nous le serions suffisamment pour endiguer ce flot. Fort heureusement, Perséphone avait fait appel au Béhémoth et des Spectres gardaient les dernières Prisons, là où se trouvaient les demeures des Juges.

Tout cela, je le savais grâce à l’Étoile Terrestre du Rêve qui me murmuraient ces informations dans mon esprit ; elle avait accueilli avant moi bon nombre de récipiendaires et elle en accueillerait bien d'autres encore...
Je me couchai confortablement sur mon tapis et fis apparaître un narguilé que je me mis à fumer d'un air nonchalant..."
Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Réflexion   Lun 16 Avr - 11:15

    Mélisandre commençait vraiment à ne pas apprécier ces gens du nord des rustres sans aucune courtoisies pensa-t-elle. Hélas pour elle, elle était vraiment perdue car c’était bien la première fois qu’elle venait en enfer, et encore elle avait utilisée une manière des plus rapides pour arriver ici. Mais voir des ennemis lui montra qu’elle était sur la bonne route. Une lame d’un blanc immaculée composée de lumière vint alors se poser entre la courtisane et la jeune femme aux cheveux blancs puis un homme ailé vint à leur rencontre pour faire un petit discours qui perturba la jeune femme.

      « Eh bien jeune homme, on ne se présente même pas ? Je suis comme vous le dites, une marina, mais je ne suis guère ici pour vous bloquer la route, je cherche juste à sortir d’ici car une guerre m’attend et la votre m’importe peu. Merci de m’avoir donné ce nom qui me sera si précieux dans l’avenir. Ce n’est pas tout mais je n’ai guère plus de temps à vous accorder. Alors si vous voulez bien me laisser la sortie doit être par là. Ah, et tant que j’y suis lorsque vous rencontrerez... Hum… Comment elle s’appelle déjà… Ah oui ! Ysselda, vous lui direz qu’elle est tout de même plus courtoise que ses congénères ! »

    Après ces quelques paroles, elle leur fit une légère courbette avant de reprendre sa route et de laisser des deux ases sur place. Elle était énervée mais essaya de se contenir le plus possible. Chose bien difficile pour la femme qu’elle était mais elle ne voulait pas côtoyer la mort encore une fois, surtout sur une si courte période. Sköll de Zeta était donc le nom de celui qui lui avait donné la mort pour la première fois. Elle se sentait attiré par cet homme et en même temps, elle avait envie de le fuir. Sachant qu’elle ne serait pas assez forte, elle se décida de l’éviter dans un premier temps, il ne fallait pas non plus se donné a l’adversaire. Mais elle comptait bien revenir lorsqu’elle serait plus puissante.

    Avant de quitter les lieux, elle senti un cosmos qu’elle connaissait très bien… Celui de la spectre qui n’avait eu que de mauvais mots pour elle jusqu’ici. Elle espérait que celle-ci finisse par la lâcher et s’occupe plutôt de son territoire. Quant à Mélisandre, elle espérait sortir de ce lieu au plus vite pour être tranquille. Bien qu’essayant de se contrôler, elle perdit le fil et ne pu s’empêcher d’hurler sur la spectre.

      « Et toi là haut ! Vient donc accueillir ces braves guerriers dans ton domaine et lâche moi ! Nous sommes censées être allié, tu l’aurais oubliée ? »

    Puis, reprenant un ton plus calme, elle s’adressa aux deux jeunes ases avant de sortir de cette ignoble prison.

      « Quant à vous, amusez vous bien dans les enfers, il est vrai que c’est plutôt moche mais parfois on peut s’y plaire. Et que votre mort soit pleine de souffrance ! Addio ! »

→ 3° prison (48h si pas d'interception)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Réflexion   Mar 17 Avr - 16:05

Arrow Mon parcours fantasmagorique et ma rencontre avec le printemps

Durant le temps que pris mon voyage, j’eu l’occasion de me rendre compte plus en détail de la fragilité de mon corps, le fait de l’avoir réassemblé aussi vite fut un exploit en soi, mais j’avais encore beaucoup à apprendre avant d’arriver à retrouver la résistance qui était la mienne. Encore tellement à apprendre…

Puis enfin j’arrivais en vue des étangs des colériques, de nombreux cosmos de tout bord s’y trouvaient. Mais hélas pour moi, aucun adversaire à ma mesure… Allais-je pouvoir de nouveau combattre avant la fin de cette guerre ? Il me fallait un adversaire pour pouvoir expérimenter efficacement, sinon tout ce que j’entreprendrais ne serait jamais que pure théorie, sans expérience empirique. J’allais donc devoir persévérer dans mes recherches et etre patient. Avec l’aide des dieux, peut etre qu’une opportunité se présentera, et alors je serais prêt.

Je pris néanmoins le temps d’atterrir auprès des pensionnaires des sanglantes étendues, tout en prenant soin de garder à l’esprit mes priorités. Il se trouvait là la marina que j’avais déjà rencontré auparavant, deux autre personnage que leur armure désigné comme étant des guerriers du royaume de glace, et un peu plus loin se trouvait l’étoile céleste du rêve, installé nonchalamment sur un tapis volant et fumant au narguilé dans une position des plus suggestive. Par un enchantement des plus cocasses, elle avait rendu invisible aux yeux humains son surplis, sans doute pour faire admirer ses courbes à qui voulez bien les voir. Nul doute que le spectre du ver aurait été ravi par cette initiative.

« Salutation Zobeida du djinn, tu sembles etre à ton aise si j’en juge d’après ton apparence… Mais nous savons tous deux que les apparences sont trompeuses, je sais que tu es comme moi dans un triste état, la guerre est cruelle, surtout envers une personne arborant des formes aussi sensuelle que toi. J’imagine que tu patiente ici dans l’attente d’un combat qui te permettra de te ressourcer. Et bien je dirais que je suis dans un cas similaire, je recherche moi aussi un adversaire à ma mesure afin de tester mes nouvelles capacités… C’est une histoire que je te conterais à une heure plus favorable, s’il doit ne jamais en avoir une. Pour le moment, je t’adresse tous mes souhaits de victoire et je reprends ma route. Bonne chance spectre du djinn. »

Je repris alors mon envol pour me diriger un peu plus loin, vers deux cosmo-énergie étrangère à ces lieux, des asgardiens certainement. Arrivé à leur vue, je découvris que je ne m’étais pas trompé, un homme et une femme, elle portant l’armure sacré de Ksi et lui portant l’armure divine de Dubhe… Atterrissant prêt d’eux avec délicatesse, je fis de mon mieux pour conserver une attitude noble, mais mon corps avait encore du mal à se mouvoir sans perdre un peu de sa substance sous forme de poussière, qui aussitôt se réassemblait à mon corps dans des volutes incessantes. Quel image pouvais-je bien donné de moi à ces etre qui par-dessus tout vénérer la force ?

« Salutation vous qui êtes étranger à ces lieux. Je suis Minos, spectre du griffon et juge des enfers, enfin ce qu’il en reste après ma récente restructuration. Je crains fort de ne pas pouvoir représenter en mon état actuel une menace pour vous qui semblez n’avoir subis aucun combat jusqu’à présent. Croyez bien que je regrette cet état de fait, mais je ne suis pas encore prêt à sombrer dans le sommeil sans rêves de la non-mort, j’ai encore de nombreuses chose à apprendre et des questions auquel il faut des réponses. Je n’ai pas le pouvoir de vous stopper, mais sachez tout de même que je sais pourquoi vous vous battez, guerrier du nord, et je vous affirme que votre entreprise comporte bien plus de risque qu’elle ne pourrait apporter d’avantages, si jamais avantages il y avait. Je ne souhaite pas discuter d’avantage de ces choses avec vous, car vous semblez plus que pressé et à vrai dire moi aussi. Aussi comme nous sommes ennemis, je ne sais pas quoi vous souhaiter pour la suite des événements. Mais je peux vous affirmer au moins ceci, si vous êtes parvenus jusqu’ici sans encombre, cela changera prochainement. Sur ce veuillez me pardonner de vous laisser aussi vite, mais j’ai encore une tâche à accomplir avant que tout ne commence pour de bon. Nous nous reverrons surement. »

Puis je pris mon envol après les avoir salué d’un hochement de tête à chacun pour me diriger vers la marina Mélisandre Grido di Gioia.

« Salutation Dame Mélisandre, c’est une agréable surprise que de vous retrouver ici et apparemment en bien meilleur état que je ne le suis, ne vous fier pas aux apparences, j’ai peut-être l’air en pleine forme, mais la cohérence de mon enveloppe physique est des plus fragile pour le moment, je viens de m’éveiller à une nouvelle forme d’existence et j’ai encore bien du mal à maitriser ce pouvoir.

Je suis actuellement en chemin pour rencontrer le chef de nos ennemis et si possible un adversaire qui soit dans mes moyens. Vous semblez vous diriger également dans la même direction que moi. Accepterez-vous de me laisser voyager en votre compagnie ?
»

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Mar 17 Avr - 17:42



    => Troisième prison

    Sombres retrouvailles. Bref échange entre deux êtres s'étant vu octroyés une nouvelle vie, une nouvelle destinée. Éveil ou fatalité, la question demeurait au fond encore en suspend. Mais revoir Caeron de Fragrance ainsi, paré d'un surplis, en ces lieux sombres, avait bouleversé quelque peu la Déesse de la Sagesse. Non, point la déité, mais le Lotus en réalité. Une drôle d'évidence s'insinuait en elle.
    Seulement, ses pérégrinations prirent fin au moment où ce même spectre qu'elle avait tantôt croisé reparut non loin, barrant le chemin au Verseau. Princesse. Ce mot ne cesserait jamais de l'amuser quelque peu, chassant du même coup, ses tristes pensées. Elle n'accorda aucuns regards à l'énergumène, non, son attention se porta sur son chevalier d'or, lui qui semblait si éreinté, si triste...
    Un nouveau pincement au cœur.
    Athéna aurait voulut le soustraire à encore plus de tourments, lui épargner une nouvelle lutte sanglante. Cependant, elle ne pouvait tout simplement pas. Il lui fallait avancer, encore et toujours. S'enfoncer davantage dans ce néant noir, cette scène macabre où les défunts devenus pantins, répétaient inlassablement la même danse. Vainement.

    Courage chevaliers.

    ~°~ ~°~ ~°~

    Des éclats de voix lui parvenaient à mesure qu'elle approchait de la quatrième prison. Féminines, masculines, elle en reconnue certaines, là où une autre, aux fort accent italien, ne lui disait rien. Ennemie? Probablement. Or la demoiselle en question, au franc parlé, fort mielleux de surcroît, ne manqua pas de lui arracher un sourire : une marina perdue dans le sinistre Pandémonium. L'ironie de la situation ne manquait pas d'un brin d'hilarité, sauf que la Déesse n'avait nullement l'envie de rire. Au loin, une énergie familière approchait. Issue de son enfant. Innocence perdue.

    Tourments.

    Progressant lentement, Athéna alla à la rencontre de cette femme au service de la divine Amphitrite. Le jeu des alliances. Oui, la jeune femme à la chevelure de feu nourrissait beaucoup d'espoir quant à la probable entente entre leurs deux camps. Mettre fin à une querelle vieille de plusieurs siècles semblait désormais fort possible. Après tout, la Dame des Mers et des Océans en lui remettant le Trident de l'ébranleur de la terre, n'avait elle pas prouvé du même coup, une certaine confiance à son égard? Athéna n'était pas sans savoir ce que l'arme représentait pour elle. Rien d'autre que son époux somme toute. Et elle saurait se montrer digne de cette intention. Elle protègerait ce trésor quoi qu'il lui en coûte.

    Des battements d'ailes. Ses yeux pers à l'éclat sans pareil détaillèrent cette sombre silhouette au port altier et noble qui entamait sa descente vers cette jeune dame. Athéna alla plus avant, à leur rencontre.

    «Jeune femme» commença Athéna en se stoppant devant la marina. «Ton périple pour regagner la surface est encore fastidieux et semé d'embuches. Mais il est préférable que tu ne prennes plus part à cette guerre. Les tiens semblent connaître des heures troubles. Le Trident de ton Maître me le murmure et saigne de ne pouvoir être manié par la main de son possesseur.»

    Sur ces mots, Athéna brandit son sceptre d'or qui s'illumina comme une soleil. Naquit de cette fabuleuse clarté, une bijou. Sorte de pendentif à la pierre ambrée pas plus grosse qu'une noix qu'elle tendit avec douceur à la marina. En le cœur de ce dernier, une graine luminescente. La Sagesse s'expliqua : «Ceci est la graine de l'olivier sacré, arbre représentant l'espérance, la victoire et la force. Une fois plantée dans la terre, il saura soigner n'importe quels maux. Voici mon présent, en réponse à la confiance que ta Déesse m'accorde. Soit ma messagère jeune femme, dit lui que mes pensées l'accompagnent.». Puis, la jeune femme tourna son visage de porcelaine vers le juge.

    «Je vous salue, Spectre du Griffon. Nul besoin d'aller plus avant, me voici. Vous avez de la chance, point d'escorte aucune, alors, je vous en prie, parlez sans détour. Dame Mélissandre, tu peux passer sans crainte de représailles, il te faut rejoindre les tiens au plus vite. Je me charge qu'aucuns de mes chevaliers ne te barre la route. Mais n'oublies point, transmet ceci à Amphitrite, je t'en prie.»

    Des ces mains en coupe, se forma une forme à la fois dorée et éthérée : une chouette prit son envol apportant une lumière chatoyante, pâle, rassurante. L'animal plana un instant au dessus de leurs têtes, poussant des hululements plaintifs avant de transporter son message. Sa requête. Une ombre fugace passa dans son regard. Face au marionnettiste, une idée s'imposa dans son esprit. Caeron. Se pouvait-il? Non, elle se trompait, sans aucuns doutes. Son cosmos nimba subitement sa silhouette, faisant s'envoler sa chevelure écarlate, pareille à une oriflamme. Nullement agressive, la déité invita le Spectre à la suivre. Pour s'écarter de sa voie, de son chemin. Celui menant à son père.

    «Nous ne seront point importunés ici. -son regard se perdit dans le lointain- Il est regrettable que votre Déesse n'ait pas voulut entamer les pourparlers entre nous mais... serait-tu là en son nom? La Dame des Saisons semble entourée d'un voile noir et agressif. À l'instar d'un linceul. Que se passe t-il?»

    Cependant, Minos lui apporterait-il des réponses à ses interrogations? Ou se méprenait-elle sur ses intentions? L'homme ne semblait pas mue par des envies belliqueuses. Alors, le dialogue serait-il possible finalement? Se pourrait t-il que l'espoir subsiste en le Royaume du sombre Monarque?

    L'harmonie?


Revenir en haut Aller en bas
Zobeida


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 283

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Réflexion   Mar 17 Avr - 19:22

[HRP]Athéna : merci de me zapper mais j'ai rendu mon Surplis invisible, pas mon corps ^^
Minos : pas envie de te suivre mais je réponds quand même à ton discours ^^[/HRP]

"A un moment donné, la Marina se retourna vers moi et m'apostropha :

« Et toi là haut ! Vient donc accueillir ces braves guerriers dans ton domaine et lâche moi ! Nous sommes censées être allié, tu l’aurais oubliée ? »

Pour toute réponse, j'esquissai un sourire et tirai une bouffée de mon narguilé. Alliés ? Les Enfers devaient vraiment être au plus mal pour faire appel aux Marinas de Poséidon... Encore que le Royaume Sous-Marin n'avait envoyé qu'un seul de ses représentants, lequel, après un combat, s'empressait de regagner rapidement le monde de la surface. Étrange allié en vérité...


L'arrivée du Juge Minos, interrompit le cours de mes pensées : il avait certainement dû livrer un combat éprouvant car il était en piteux état, ayant un peu perdu de sa superbe par rapport à la dernière fois que je l'avais vu au Cocyte. Néanmoins, il avait toujours son aspect de "gros corbeau bien nourri" et je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire tandis qu'il venait à moi, se lançant dans un discours que je trouvai un peu long... C'est néanmoins d'une voix chaleureuse que je lui répondis :

- Merci de tes compliments, ô noble Juge du Griffon ! J'espère sincèrement que tu rencontreras un adversaire à ta mesure et que tu l'écraseras, au nom de notre Déesse bien aimée, Perséphone !

Tandis que Minos se dirigeait à son tour, vers le trio formé par les deux Ases et la Marina, je concentrai mon Cosmos et essayait de voir où en était la Reine des Enfers face à Void : un sentiment de joie me traversa quand je sentis qu'elle avait réussi à vaincre son adversaire ! Cela me ragaillardit et me donna espoir pour la suite des évènements.
C'est alors qu'un nouveau Cosmos fit son entrée et je fus alors parcouru d'un long frisson car il était à la fois doux et puissant, tel un parfum rare et précieux. Il venait d'une jeune fille à l'apparence frêle, au teint de porcelaine et à la chevelure rousse ; était-ce vraiment elle, cette Déesse Athéna dont j'avais entendu parler et qui maintenant se tenait à une bonne centaine de mètres de moi, en contrebas ?

A vrai dire, j'avais tellement de mal à croire ce que mes yeux voyaient que j'approchai mon tapis volant de la fille de Zeus, avec plus de curiosité que de crainte dans le regard. Je progressai lentement, laissant le temps à la divinité de parler avec Mélisandre et Minos, que je ne voyais plus vraiment tant Athéna emplissait l'atmosphère de sa présence.
Une fois arrivée devant elle, le Juge et la Déesse s'étaient entretemps écartés pour être seuls, je m'assis en tailleur et me penchai légèrement, la regardant droit dans les yeux, le menton dans la main : je pus y lire une profonde compassion, une infinie douceur et une bonté inépuisable, toutes choses que j'avais pu discerner dans le visage lumineux que j'avais entraperçu quand Akil avait lancé son attaque ultime contre son assassin.
Ce ne fut qu'au bout de quelques instants que je souris et que je pris enfin la parole:

- Mes respects ô Déesse Athéna, je suis Zobeida, Spectre du Djinn, de l’Étoile Terrestre du Rêve..."


Dernière édition par Zobeida le Mar 17 Avr - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Réflexion   Mar 17 Avr - 21:15

Le destin que tissent pour nous les moires réserve parfois de bien étranges rebondissements.

A peine avais-je eu l’occasion de poser ma question à Mélisandre que le Dunamis flamboyant de la déesse de la sagesse me parvint avec toujours cette sensation étrange qui en découlait. Elle était proche, très proche, et elle se rapprochait rapidement.

« Dame Mélisandre, je crains que ma demande ne soit obsolète, car celle que je recherchais vient à moi séant, je ne saurais dire ce que vous réserve l’avenir, mais je pense que votre voyage vous réserve encore quelques surprises avant votre délivrance du sombre empire. »

Puis apparut à mes yeux la radieuse déesse Athéna, parée de son armure divine et de son dunamis supérieur, sceptre et trident en main. Trident ? Quel était donc cette nouvelle farce ? Ce trident… Oui aucun doute possible, l’ayant déjà vue à de multiple reprise par le passé, je n’eus aucun mal à le reconnaitre, il s’agissait de celui de l’empereur des Mers Poséidon. Que faisait-il dans les mains de la déesse Athéna ? Encore de nouvelles questions…

Puis sa voix s’éleva à l’adresse de la marina du papillon des ombres, j’avais vu juste, c’était bien le trident de l’empereur Poséidon. La confiance de la divine Amphitrite ? Etait-ce elle qui avait confié le trident à la princesse Athéna ? Si c’était le cas, pourquoi faire ? Pour s’en servir comme arme ? Non, si tel était le cas, cela voudrait dire que la déesse Amphitrite soutenait l’assaut inéquitable de la déesse Athéna sur le sombre empire, ce qui serait en total contradiction avec la présence de la marina en ces lieux… A moins que… Un sacrifice, un risque calculé, n’étais-ce que ça ? Avions nous tous était trompé par l’empire des flots ? Si tel était le cas, alors cette information pouvait peser très lourd dans la balance de l’équilibre des forces sur l’empire du milieu, si les trois royaumes du haut s’allier contre le sombre empire… Non, cela ne se pouvait, l’empire des flots avait autant de raison de combattre le camp d’Athéna que nous, mais avaient-ils réussit à s’entendre sur notre destruction ? Je devais en apprendre plus, toute information recueillis pouvait changer le cours des choses, à jamais…

Pendant que je me perdais en funestes théories, Athéna avait fait don d’une graine de l’olivier sacré, grand symbole auprès de nos ennemis, à la marina et lui garantissait par la même occasion le libre passage en ce qui concernait les troupes sous son commandement. Mais ses soldats respecteraient-ils ce bijou ? J’osais l’espérer pour elle, elle qui ne servais que comme suppléante d’Hermès, pauvre papillon messager des dieux…

Puis le visage délicat de notre plus mortelle ennemie, que j’avais vue sous de multiple incarnation, se tourna vers moi, et ses yeux pers me transpercent comme à leur habitudes. Ce regard… Si intense et pourtant si doux… Je mis alors un genou à terre en signe de respect envers sa divine personne tandis qu’elle me parla avec courtoisie, juste quelques mots, en effet j’étais chanceux, car pour le moment du moins, elle se trouvait seule, nul chevalier pour gêner notre entretien. Quel merveilleux enchainement. Durant les siècles qu’avait durée mon existence, c’était bien la première fois que je pus rencontrer la déesse de la sagesse sans aucune escorte à combattre auparavant, et cela serai sans doute une chose exceptionnelle, alors autant en profiter un maximum.

Des mains de la déesse jaillit une chouette éthérée qui hulula doucement au-dessus de nous, c’était surement le message d’Athéna à Amphitrite, j’aurai pu m’en saisir et partir aussi vite que ne me l’aurais permis mes ailes, mais cela aurai été des plus grossier, même envers une ennemie.

Puis le dunamis d’Athéna augmenta jusqu’à faire briller l’ensemble de son corps d’une lueur intense. La lumière, depuis combien de temps n’avais-je pu contempler ce pouvoir supérieur, le pouvoir des dieux… A la proximité d’un tel pouvoir, mon corps fut parcouru d’un spasme qui me fit perdre pendant une fraction de seconde ma cohésion, changeant ma surface en poussière qui tomba vers le sol infernal juste avant qu’à force de volonté, je parvins à me reconstruire. Mes pensées vinrent alors à la divine impératrice Perséphone. Ma reine, que devenez-vous maintenant ? Qu’est-ce que cette aberration vous à fait ? Pardonnez-moi pour ma faiblesse, je ne puis affronter notre ennemie mortelle, même si elle se trouve devant moi, je ne puis même pas me sacrifier pour au moins l’affaiblir, je suis impuissant…

Sentant des larmes de rage monter à mes yeux, je me ressaisie alors aussitôt, j’avais promis à Lyria de rester digne désormais, elle seule avait pu voir mes larmes, ce côté si humain du spectre du griffon. Nul autre ne devais jamais connaitre ce côté de ma personne. Je serrai donc les poings et me concentra sur cette opportunité inestimable. Je ne pouvais combattre, mais je pouvais apprendre.

Athéna s’éloigna de moi avant de m’inviter à la suivre dans un endroit à l’écart des autres mortels présent dans la quatrième prison.

Arrivé à destination semble-t-il, Athéna me parla à nouveau… des questions… Elle aussi avait des questions, et je n’avais que peu de réponse, mais à présent il me fallait profiter de cette occasion autant que je le pouvais.

Etant toujours à genou et visage baissé, j’ôtais alors mon casque pour le mettre sous mon bras droit et j’écoutais les paroles de la déesse de la sagesse avec avidité, chaque mot, chaque intonation, chaque pulsion de son dunamis était un indice sur ce qui se passait dans son esprit.

« Divine Athéna, c’est avec de nombreux sentiments s’opposant les uns aux autres que je vous revois à présent, combien de temps c’est écoulé depuis notre dernière rencontre ? Près de deux cent ans n’est-ce pas ? J’avais à cette époque appris mes limites grâce à vous, une leçon bien douloureuse, mais je ne vous en tiens pas rigueur. Après tout, je suis de retour. Et malgré le trouble qui secoue mon âme, je vous suis reconnaissant pour l’entrevue que vous daigniez bien m’accorder. Vous avez-vous-même de nombreuse questions, et je possède la réponse à certaines d’entre elle. Je les partagerais avec vous tout en espérant que dans votre équité, vous ferez de même avec mes propres interrogations.

Je suis au regret de vous dire que je ne suis ici que de ma seule initiative, ma divine impératrice ne m’a nullement mandaté pour cette entrevue, je suis ici pour des motifs personnelle. En ce qui concerne le linceul ténébreux qui l’entourait jusqu’à présent, je suis quasiment sûr qu’il s’agissait là d’un arcane lancé par une aberration que j’ai eu le déplaisir de rencontrer plus tôt à la cascade de sang. Qu’est-ce qu’elle est ? Je n’en suis pas sûr, mais ce que je sais, c’est que les raisons de sa venue sont le reflet à long terme des actions passées et futures. C’est d’ailleurs une des raisons de ma présence ici auprès de votre personne. J’ai appris auprès d’un de vos chevaliers d’or une partie des raisons qui vous pousse à attaquer le sombre empire, et je m’éveille de votre scellement dans cette période troublée ou le père de l’olympe a été déchu par deux de ses propres enfants. La déesse Eris et le divin Arès se sont emparé de l’Olympe et c’est aux Enfers qu’échoie la lourde tâche d’accueillir l’urne de notre père. Aussi, j’aimerais entendre votre version des faits avant de commencer véritablement notre conversation.
»

J’avais réussi tant bien que mal à m’adapter à cet écrasant pouvoir, j’arrivais maintenant à conserver une forme stable, sans pour autant parvenir à la maintenir rigoureusement, aussi toujours autour de moi, la poussière de mon corps et de mon surplis tournoyait pour faire un ballet perpétuel de reconstruction et de destruction. Mais le bon côté de cette épreuve était que si je parvenais à maintenir ma cohérence en la présence d’une telle concentration de puissance, je pourrais la maintenir avec encore plus de facilité en présence de pauvre mortels. Une estimation réjouissante, mais encore hors de portée, je devais encore approfondir mes connaissances avant de pouvoir parvenir à cette maitrise du processus de reconstruction.

Puis à ma grande surprise arriva Zobeida qui elle aussi devait avoir bon nombre de chose à demander à la déesse de la sagesse. Elle semblait d’ailleurs ne pas nous voir Mélisandre et moi et son intention était entièrement porté sur Athéna, comment aurait-il put en etre autrement ? Ainsi ce ne sera pas une entrevue privé, mais je ferais avec, elle avait raison de venir participer à la conversation. Tout ce que j’espérais, c’était de pouvoir repartir avec les réponses à mes questions…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 0:50

En Eaux Troubles
Guerre Sainte

→ Carrière des Avides.

Tous ses sens étaient en éveil, et pour cause : il arrivait au bout du parcours. Non pas des Enfers, mais de celui qui devait le mener auprès d'Aukoti. Seulement, un frisson dévala le long de son échine. À trop forcer l'allure, il avait négligé le fait que Leene s'y trouve encore. C'était trop tôt. Trop tôt pour la revoir. La seule réponse qu'elle puisse lui donner en l'état serait purement nocive. Elle devait encore pouvoir y réfléchir. Par malheur, il ne pouvait se permettre de patienter jusqu'à l'heure du départ. En restant en retrait jusqu'à ce qu'elle vide les lieux, il risquait de perdre l'Alpha de vue une seconde fois. Tant pis donc pour les mystères qui restaient à élucider, il leur faudrait laver leur linge sale en public. En dépit des circonstances, il espérait secrètement que l'issue de leur entretien soit positive. Curieusement, à mesure qu'il approchait de ce présumé "point d'impact", ses oreilles se mirent à siffler.

Sans chercher à en comprendre le motif, il continua sa route, et le phénomène s'amplifia de même avant de soudainement disparaître. Dubitatif, mais non moins pressé de dérober l'épée à Aukoti, il sollicita toute la célérité dont ses jambes étaient capables au moyen d'un afflux de cosmo-énergie. Ses foulées s'espacèrent car chacune d'elles le propulsait plusieurs dizaines de mètres en avant. D'une vitesse que lui-même qualifierait de surréaliste, il avala les distances jusqu'à pénétrer dans l'enceinte de la quatrième prison. Les eaux sombres de l'étang des colériques lui renvoyèrent son propre reflet et il n'eut que le temps de freiner sa course fulgurante avant d'y choir. Il s'en était fallu de peu qu'il rejoigne les damnés au fond des flots, dans cette abysse d'ire dont il ne pouvait voir le fond...

Sans conteste, ce lieu était celui hébergeant le plus de cosmo-énergies depuis qu'il avait passé la Porte des Enfers. Les trop rares sources d'énergie qu'il avait pu croiser en cours de route avaient eu tôt fait de se soustraire à ses pulsions sanguinaires, si bien qu'il n'avait pas encore eu à loisir de verser le sang dans cette Guerre Sainte. Et non contente d'être présentes en nombre, les auras étaient cosmopolites. Entre Saints, Ases et Spectres, ne manquaient plus que les Marinas pour que chaque faction soit représentée. Cette diversité aiguisait ses envies de meurtre, car avoir le choix n'était jamais un mal. Sa dernière expérience face à un membre de l'armée des morts ne lui avait pas laissé un souvenir impérissable, il fallait l'avouer. Ivictus, Juge de la Wyvern. Un nom qui ne méritait que son mépris. Mais peut-être ses congénères sauraient-ils faire meilleure impression...

Une poignée d'heures auparavant, il aurait également pu jurer n'avoir jamais levé la main sur un Saint. Depuis que la mémoire du tournoi lui était revenue, il n'en était plus si sûr. Le Chevalier du Cygne rencontré peu de temps auparavant serait d'ailleurs à compter au palmarès de ses nombreuses victimes si tout cela était réel. Le Sagittaire n'avait pas connu meilleur sort, pas plus tenace que la fois où il s'en était servi comme piste d'atterrissage à cause des frasques dimensionnelles d'Aukoti. Jamais il n'avait été aussi lucide, et se remémorer ce passage occulté de sa jeune vie faisait un drôle d'effet au colosse. Cependant, il n'y avait ici point d'adversaire à sa mesure. Les guerriers d'Hadès dont il pouvait sentir la présence exhalaient une odeur ferreuse qui ne lui était que trop familière, pour être celle du sang. À en juger par ce parfum, ils étaient déjà trop mal en point pour offrir une résistance à même de le divertir.

Ainsi se résigna-t-il à attendre davantage pour prendre les armes alors qu'il se dirigeait vers le Guerrier Divin d'Alpha... Et la demoiselle qui ne l'avait pas quitté d'une semelle. S'écrasant au sol avec une violence inouïe et sortant d'un bond du cratère ainsi formé, il s'épousseta en prenant soin de fuir le regard de Leene pour ne pas s'exposer à un jugement qu'il ne devinait que trop sévère. Sa veste autant que les vestiges de sa GodRobe étaient dans un triste état, les combats successifs contre Mélisandre et l'Arishok n'ayant pas laissé le temps à son armure de se régénérer. Cela n'avait guère d'importance puisque sa peau suffisait à lui assurer une protection optimale, mais la fière allure qu'il avait pu avoir était à présent troquée contre un aspect sauvage et débraillé n'étant pas sans rappeler son totem.

- Qu'est-ce que vous attendez ? Le déluge ? On a pas toute la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 13:24


    Tout s'enchaînait très vite. Trop vite. L'engrenage de la fatalité et du temps se mettait en branle, machine infernale se jouant des hommes comme des Dieux. Athéna n'échappait pas à cette règle établie depuis la nuit des temps, d'ailleurs, qui pouvait s'y soustraire ? Voir l'un des trois Juges du sombre monarque avait éveillé ses interrogations, or, le voir s'agenouiller ainsi, ployer sous le joug de sa toute puissance divine fit passer une ombre de tristesse dans ses yeux pers. Ce discours, elle n'en perdit pas une miette. Troubles réminiscences. Ainsi donc, cela n'était point la première fois qu'eux deux se faisaient face de la sorte ? Les souvenirs se mêlaient dans son esprit, trop grand canevas où fils de couleurs s'entrecoupaient pour former une vaste tapisserie. Qu'il en devenait presque impossible de tout déchiffrer d'un seul coup d’œil. Oui, Athéna avait vécut tant de chose, éprouvé comme les hommes le poids du Destin. Des destins. Après tout, elle partageait aussi des liens avec le Lotus.

    Mémoires. La déité écoutait sans mot dire les paroles du marionnettiste. Elle ne sentait chez lui, qu'une soif de connaissance insatiable. Tout comme elle, il était venu chercher des réponses. Qu'il avait glané en combattant ses chevaliers. La Sagesse, à l'entente de ces deux noms, resserra sa poigne sur son sceptre. Arès, Éris.
    Ils ne méritaient pas le noms de « Dieux » ces usurpateurs ! Eux qui avaient fait voler en éclat, d'un revers de main, les fondations solides de l'Olympe.

    «Lourde tâche ? Certainement, je sais ce que notre père peut représenter aux yeux de tous. -un sourire- Jugements expéditifs, prompt à se laisser aller à sa colère, esprit vengeur et frivole, certes, mais il demeure notre père à tous. Le Dieu des Dieux. Je ne suis là somme toute, que pour rétablir l'harmonie, un ordre établit non pas par une seule divinité ! Mais par tous ! Or, certains de ses enfants l'ont oublié.
    Vous gardez jalousement des attributs qui sont trop lourds pour vous à porter. Vous ne vous rendez pas compte des incidences sur ce monde ! Zeus doit revenir séant, tout comme le foudre perdu. Je suis ici aussi en tant que Bouclier de l'Humanité, Main de la Vérité ! Car je recherche celle aussi qui m'a empoisonné, non, qui « nous » à empoisonné. Elle continue de distiller ses poisons dans l'ombre...

    Cette guerre aurait put être évitée si aisément ! Mon cœur saigne de brandit le fer une fois encore pour quoi ? Parce que certains Dieux sont aveuglés par des idées de grandeurs. La Guerre et la Discorde alliés ! Ils signent notre perdition à tous Spectre !»


    Sur ces dernière paroles, la jeune femme à la flamboyante chevelure essuya une larme qui venait d'entamer sa course sur son visage d’albâtre. «Mes chevaliers souffrent, et je ne peux permettre cela. Ils sont comme mes enfants ! Si je suis ici, oui, si je suis ici c'est aussi pour eux. Comprends-tu ? Comprenez-vous ?» finit-elle en se tournant tout à fait vers cette jeune femme couchée sur un curieux tapis. La Djinn du rêve. Celle-ci semblait fort curieuse, intriguée même par Athéna. Aussi, elle lui offrit un sourire. «Je suis enchantée de te rencontrer jeune femme. Le rêve est sans nul doute le don le plus précieux qu'il nous ait été donné. Car il ne faut point oublié que nous aussi, Dieux, nous rêvons... -ses yeux se voilèrent et elle eut un frisson incontrôlable- il est l'instigateur de beaucoup de choses, bonnes comme mauvaises, mais c'est là la seule chose que l'on ne peut nous arracher. Car peut en découler un bonheur indéniable.»

    Soudainement, les Enfers furent emplis d'une lumière si intense, qu'elle balaya toute noirceur. Cette arcane... il ne se pouvait ! Ensemble les chevaliers d'or... oui ! Voilà la traduction de ses dernières paroles ! Ils œuvraient tous ensemble main dans la main pour un rêve commun : celui d'apporter la paix. Confortée dans son idée, la Déesse écarta les bras, heureuse de ressentir les cosmos de ses chevaliers. Du courage.

    «Je sens... que la vérité va bientôt se dévoiler... votre Déesse semble se débarrasser de ce manteau ténébreux et cet être que tu me décris, je crains qu'il ne soit le pion de quiconque. J'aimerais continuer cette conversation avec vous deux, mais les constellations meurent dans votre ciel obscure. Je me dois d'aller plus avant, pour toutes les raisons que je vous ais énoncées.»

Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 16:56

    Juste avant de quitter les lieux, Mélisandre eu droit a l’arrivée d’un des juges des lieux a ses coté, elle se souvenait très bien de cet homme dont elle avait vu la résurrection lors de son passage au Cocyte. Ce dernier avait l’air en forme, quoi que, moins que lors de leur précédente rencontre mais elle apprit très vite qu’il avait du subir une violente correction. Celui-ci voulait marcher avec elle pour aller a la rencontre de la déesse des saints, Athéna. Croiser cette Déesse ne plaisait pas plus que ça à la courtisane, surtout sachant qu’elles étaient censées être ennemie. Enfin, elle improviserait, comme a chaque fois même si jusqu’ici elle s’était plutôt trompée sur ces fameux chevaliers mais elle ne se laisserait pas abattre.

    Mais a peine le juge des enfers eu fait la proposition de poursuivre sa route avec Mélisandre qu’une jeune femme à la chevelure rousse fît son apparition. Voir celle-ci en possession d’un trident perturba la courtisane. Cet objet n’était pas censé représenter le dieu des flots ? Mais celle-ci faisait parti des saints et son cosmos était des plus puissance… Etait-ce Athéna qui se trouvait face à elle ? Puis Minos lui parla, comme quoi sa demande n’était plus, ce qui confirma la pensée de Mélisandre. Athéna était donc face à elle, en possession d’un trident… Cela voudrait-il dire que les saints avaient envahi le sanctuaire sous marin durant son séjour dans ces lieux ? Non… Cela ne se pouvait.

    Encore une qui l’appela jeune femme… Elle qui se trouvait si vieille parmi tout ces « enfants ». Et tout ça pour lui dire des choses qu’elle savait déjà ! Après cela, la déesse fit apparaitre un pendentif grâce au sceptre qu’elle tenait dans l’autre main. Une graine brillait au centre du bijou et elle appris très vite que c’était une graine d’olivier censée représenter l’espérance, la victoire et la force, chose dont ils manquaient cruellement. Mélisandre accepta le présent et créa une chaine d’écailles pour faire pendre le bijou à son cou.

    Celle-ci ne se soucia plus de la courtisane ou juste pour lui apprendre qu’elle ne serait pas ennuyée par ses saints, chose plutôt intéressante si elle voulait sortir au plus vite ! Mais ils restaient surement quelques personnes sur sa route, et point des saints ! Vu que Minos et Athéna s’était éloigné pour discuter, Mélisandre ne chercha pas a discuter avec eux mais comme la conversation avait l’air des plus intéressante elle fit appel a son petit ami ailé. Le papillon aux ailes de sang vint se poser sur son doigt puis la courtisane lui murmura quelques mots avant de le laisser s’envoler vers les deux entités. Ce petit insecte composé entièrement de cosmos parti dans la direction de Zobeida qui se trouvait non loin des deux. Le cosmos étant très faible chez ce papillon qu’il fallait le vouloir pour le voir. Après cela, la courtisane s’éloigna… L’une des pétales de la fleur sur son dos était désormais blanche.
→ 2° prison

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 17:52

Spoiler:
 

Je fus très surpris par ce que je crus lire pendant une fraction de seconde dans les yeux pers de la déesse de la sagesse. De l’incompréhension, comme si elle ne se souvenait pas de notre passé commun. Sa dernière incarnation devait encore avoir une grande influence sur elle, sans doute Athéna ne s’était pas encore réveillée totalement. Cela était intéressant, l’occasion de voir si les idées de l’hôte correspondaient aux idées de la déesse.

Elle écoutait mes mots sans y répondre pour le moment, mais un changement dans son dunamis s’opéra à la mention des noms des divinités de la guerre et de la discorde. Ce fut alors qu’elle répondit. Des mots pleins de ferveur, une foi sans appel envers le père de l’Olympe, et aussi des reproche adressé à notre encontre. Ainsi la sombre impératrice de l’empire des morts se serai vu confier le keraunos… L’arme tueuse de dieu était maintenant en notre possession et c’est pour cela en parti qu’Athéna et ses alliés nous attaquaient, sans doute par crainte.

Quel mensonge odieux !

Neo ? Que t’arrive-t-il soudainement ?

N’écoute pas les paroles pleine d’incohérences et de mensonges de cette déesse, c’est elle qui dispose du keraunos, cela ne fait aucun doute.

Comment le sais-tu toi ?

Je le sais parce que la divine Perséphone le sais, nous avons fait cette guerre pour cette raison, Athéna c’est vue octroyer deux des plus grands attributs divin qui ai jamais existé, et maintenant elle marche sur le sombre empire à la tête de toute les forces mortels pour nous anéantir. Elle sème le trouble dans ton cœur pour t’affaiblir, pour que tu doutes et n’agisse plus. Quitte séance tenante cette assemblé grotesque, tu n’apprendras rien d’elle, rien que tu ne sache déjà, elle ne semble même pas pleinement éveillée, tu parles à son hôte humain. Qu’espères-tu apprendre de la bouche d’un humain qui en vaille la peine en cet instant ?

Les mots de Neo finirent d’achever ce qui restait de ma compréhension de cette guerre, compréhension qui au finale ne s’était jamais avérée que relative et fausse. Contrairement à Neo, je n’avais aucun doute quant à l’honnêteté de la déesse de la sagesse, je l’avais suffisamment côtoyé au travers des âges pour savoir que ce trait de caractère était commun à toutes ses incarnations. Mais alors pourquoi ces affirmations ? Neo ne pouvait mentir lui non plus, mais alors qu’en était-il réellement ? Le keraunos ne pouvait se trouver entre deux mains, et chacun des points de vue s’excluait l’un l’autre, si aucun ne pouvaient etre vrai, alors c’est que les deux étaient faux… Mais alors… Qui ?

Soudain je me remémorais les mots de Lyria, des ennemis qui souhaitent notre fin à tous… Mais qui ? Qui avait intérêt à détruire le sombre empire, et par la même occasion à plonger l’ensemble de la création dans le chaos ?

Tu t’illusionne spectre du griffon, elle ment c’est évident, personne sur Terre n’a intérêt à causer une nouvelle révolution cosmique

Personne sur Terre oui, mais d’autre force sont à l’œuvre dans cette guerre absurde bâtie sur des mensonges. Je suis convaincu que nous avons était victime d’un complot murement réfléchis, qui remonte sans doute à bien longtemps, et ses conséquences ne nous sont pas encore totalement apparut, si il s’agissait seulement d’un mensonge, alors l’aberration émergée du chaos ne serait jamais apparue, non, il s’agit là de choses bien plus grave, tu sais aussi bien que moi ce qu’était cette chose, après tout tu as sans doute accès à mes connaissances non ?

Certes, mais tes pensées et tes connaissances sont trop vastes pour que je puisse y accéder en un instant, de même que tu a compartimenté ton esprit, de même je ne peux accéder qu'a ce que tu me laisse voir.

Je vois, alors sache déjà ceci, il y a malgré le fait que nous soyons ennemi mortel, des règles que tous les camps respect, des arcanes parfaitement interdite, des choses à ne jamais faire, des actions à ne jamais tenter, et cet etre que nous avons rencontré plus tôt à transgresser l’une d’elle, pourquoi l’a-t-il fait, je l’ignore, mais si il est apparu ici et maintenant, je n’ai aucun doute sur le fait que ça ne doit rien au hasard. A ces mots, il venait ici pour une divinité, j’ai d’abord pensé à sa divine majesté, mais imaginons qu’il venait pour une autre divinité, une qui se trouvait derrière Perséphone…

Zeus, tu penses qu’il venait pour le père des dieux ? Mais pourquoi ? Et surtout comment ?

Je pense que nous savons tous deux ce qui risque de se passer si jamais Zeus est libérer de son urne, sa vengeance s’abattra sur nous et sur tous ceux qui auront eu le malheur de participer de près ou de loin à son emprisonnement, imagines tu le nombre de victime que sa colère va causer ? Je crois que cette aberration venait pour empêcher cela.

L’empêcher ? Mais comment aurait-il put savoir ce qui allait se passer ? Il ne peut pas savoir à l’avance les évènements, ce n’est pas un dieu. Alors si il n’a pas pu les prévoir, c’est qu’il…

Les a vécus, oui Neo, le grand principe de causalité a été violé, et cette aberration est la preuve que l’avenir ne nous réserve rien de bon si nous ne le changeons pas, son cosmos chaotique semblable au néant ne doit sans doute rien au hasard lui non plus.

Mais c’est de la folie, en agissant de la sorte, cette chose va à l’encontre de l’ensemble des règles universelle, les dieux ne le lui auraient jamais permis un tel acte, tout le continuum espace-temps repose sur ce principe de non-ingérence dans le passé, les réactions en chaines que peux produire un tel acte sont absolument imprévisibles, en agissant ainsi, il n’a sans doute fait qu’empirer les choses…

Pas encore Neo, pas encore, nul ne doit encore savoir à son sujet, j’ignore pourquoi, mais je sens qu’il a encore un rôle à jouer dans cette histoire, il n’aurait pas fait tout ce chemin jusqu’à ici et maintenant pour rebrousser chemin à la première difficulté venue, je peux bien sur me tromper sur toute la ligne, voilà pourquoi nous devons lui parler, à lui et à sa divine majesté, il nous faut bloquer l’engrenage dans lequel nous somme engagé avant d’etre écraser par lui.

Combien de temps avais-je perdu en conversation interne avec mon compagnon ? Je ne saurais le dire. Lorsque tout à coup, les enfers furent comme illuminé par une forte lumière, semblable à celle du soleil, tout le sombre empire s’illumina l’espace d’un instant, comme un présage annonçant la fin des ténèbres. Ce n’était pas là le fait d’Athéna, mais certainement des chevaliers d ‘or, pauvre fou, vous vous battez bien, mais vous vous trompez d’ennemi, vous êtes de puissant soldat mais de piètre penseurs, vous êtes accompli en tant que guerrier mais inachevé en tant qu’homme, quelle ironie cruelle.

Puis la voix d’Athéna repris m’annonçant qu’elle ne pouvait plus rester plus longtemps parmi nous, elle devait avancer. La vérité devait éclater, ainsi qu’elle l’avait annoncé, mais pourtant, avait-elle la moindre idée des ramifications de cette guerre ? Etant toujours un genou à Terre, je levais alors un visage sur lequel devait transparaitre, malgré mes efforts pour me contrôler, la peur. Oui, en cette occasion, j’avais peur, peur pour la création toute entière, peur pour ma reine, peur pour mon roi. Des évènements étaient en marche, et j’étais trop faible pour faire quoi que ce soit, je ne pouvais qu’user de mon esprit, alors je devais faire ça bien…

« Divine Athéna, vos paroles soulèves en mon âme une grande vague de tourment, vos propos révèlent que vous accusez votre sœur d’avoir obtenu un pouvoir qu’elle-même vous accuse d’avoir volé. Je crains que la vérité ne soit plus complexe que cela. Je rejoins votre avis dans le fait que cette guerre est absurde et bien que je ne partage pas votre foi dans notre père, je suis d’accord sur le fait que toute la lumière doit etre faite sur cette affaire, en ce moment je crains que mes frères et sœurs ne combatte vos forces ainsi que celle du royaume du nord pour un mensonge auquel nous aurions tous crus. Si nous voulons faire cesser cette boucherie absurde alors il faut nous hâter. »

Déployant alors mon cosmos, je fis jaillir de mon corps une grande volute éthérée à la couleur du saphir, qui tournoya au-dessus de nos têtes avant de se poser avec douceur près de moi. Elle prit alors la forme d’un grand griffon au plumage étincelant qui inclina la tête devant moi et mes deux voisines.

« Tu à entendu toi aussi l’ensemble de notre conversation, et maintenant je t’ordonne d’aller trouver sa divine majesté pour la lui rapporter, vole, vole aussi vite que tu le pourras. Dit lui aussi que je vais bientôt la rejoindre et que je ne compte pas venir seul. »

Le griffon d’énergie déploya alors ses ailes et dans un cri puissant pris son envol pour ensuite filer à grande vitesse vers les profondeurs du sombre empire.

Vole mon ami, de ton succès peut dépendre le sort de beaucoup.

Puis je me retourna vers Athéna et vers Zobeida qui devais avoir suivis toute la scène avec attention, toujours perché sur son tapis volant. Que devait-elle penser maintenant, je n’aurais sus le dire avec exactitude tant une foule de chose irradiait de son beau visage.

« Divine Athéna, je crains de devoir partir également pour rejoindre ma reine aussi vite que possible, je crains aussi que cette histoire ne soit beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Je ne veux pas encore vous faire partager mes doutes et mes hypothèses, car pour le moment ce ne sont que cela, des doutes et des hypothèses, mais je vous affirme que je souhaite qu’elles s’avèrent toutes erronée, et la seule manière de les confondre et pour vous de rencontrer sa divine majesté, le griffon que je viens d’envoyer nous annoncera auprès de sa personne, si vous souhaitez réellement comme moi faire la lumière sur toute cette histoire, alors suivez-moi. »

Je vis que la déesse de la sagesse, ou tout du moins son hôte humain, semblait tout aussi impatiente que moi de tirer au clair cette histoire. Elle me suivrait. Je m’apprêtais à prendre mon envol, mais je me ressaisie et me tournais vers Zobeida

« Zobeida de l’étoile du rêve, navré de ne pas avoir pris le temps de plus discuter avec toi au sujet de cette guerre, mais crois-moi un jour nous parlerons, si tu souhaites nous accompagner alors fait le, sinon puisse ton destin etre clément. Je te donnerais cependant un conseil, juste un conseil, fait en ce que bon te semble. Ne fait rien d’irréfléchi, cette guerre dans laquelle nous somme pourrait bien etre l’œuvre de personne qui chercheraient à nous voir nous anéantir mutuellement, ne leur donnons pas satisfaction. »

Puis tout en espérant que j’usse choisi les bons mots, je pris mon envol vers le Cocyte, vers ma reine, vers l’avenir, tout en espérant que la déesse Athéna me suivrait.

Arrow La 7eme prison (dans 48 heures si pas d'interception) Minos prend Athéna en escorte pour qu'elle puisse voyager avec lui en déplacement rapide.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 19:36

Le Dragon avait disparu depuis belle lurette à présent, et tandis que Raïmi ronchonnait ce nouvel échec, des nouveaux clients faisaient leur entrée à quelques mètres de là. Alliés comme ennemis, il y avait une sacrée panoplie de guerriers dans un même endroit. Qu'est-ce qu'ils glandaient tous en ce lieu ? Pourquoi ne poursuivaient-ils pas leur chemin au-delà ? Le Spectre s'interrogea sur la question pendant son avancée vers ces nouveaux invités. Puis, à mesure qu'il s'approchait, les cosmos se firent plus clairs dans son esprit. À moins que ce ne soit le fait de pouvoir mettre un visage sur telle ou telle signature cosmique qui rendait ce mystère moins... mystérieux.

Le bossu s'arrêta net lorsqu'il reconnut la divinité qui venait de se pointer en plein milieu des Enfers. Et même mort, je vous le dis, mes aïeux ! C'était une occasion en or à ne laisser passer sous aucun prétexte !

_ Athéna, ici ? Se dit-il pour lui-même, en se frottant les yeux de manière exagérée. Que dirais-tu de venir prendre un bain ?

Ni une, ni deux, Raïmi prit son élan en vrillant dans les airs et s'engouffra dans la terre infernale, comme il savait si bien le faire. Il ne lui restait à présent plus qu'à traverser les tréfonds discrètement jusque dans la ronde, et d'embarquer son lot de consolation dans la foulée, direction l'étang de cadavres dégueulasses.

Ainsi, après quelques longueurs creusées grâce aux tentacules, le Ver arriva bien vite à destination. Il lui suffisait maintenant de patienter après le moment le plus opportun, et tada ! Surprise. Ce qui, bien sûr, ne tarda pas à en découler, quand on connaissait l'appétit de l'Étoile Terrestre de la Soumission. Le sol trembla alors étrangement, alors que de nombreuses fissures se dessinaient déjà, annonçant un imminent geyser de cailloux.

Boum !

_ Mouhahaha ! Jubila-t-il comme une hyène, à peine après avoir bondi de son trou. Athéna ! Je te prends ! Je te retou...

Mais tout à coup, Raïmi ne voyait plus rien comme s'il se retrouvait emmuré dans une pièce sans fenêtre. Ou alors une éclipse totale insolite et soudaine venait de recouvrir tout le domaine de son obscurité. Eh bien non, c'était juste le pied d'un énorme bonhomme qui venait apparemment de le cloîtrer dans le sol. D'où sortait cet énième énergumène ? Il était trop tard pour répondre à cette question, car âme ou non, Raïmi avait carrément rétréci de quelques vertèbres, la tête coincée dans ses poumons.

La seule chose qu'il put encore se dire avant de prendre forme dans le décor souterrain fut :

_ Si je connaissais le c*n qui m'a carré son talon...


=> Giudecca

/hrp: juste le temps de faire une apparition, au beau milieu de vous tous... mais sans conséquence, car un peu "flashback", pour le coup. ^^' (en gros, ça se passe entre l'arrivée d'Athéna et pendant celle de Sköll, ahem ahem...) Very Happy


Dernière édition par Raïmi le Jeu 10 Mai - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Mer 18 Avr - 20:52

    Les tribulations des mortels. Divines. Étranges et surprenantes révélations. Lire la peur sur le visage du Spectre ébranla la Sagesse au plus profond d'elle-même. Si vue de l'extérieur, il n'y paraissait rien, son masque doux et impassible toujours en place, intérieurement la Déesse doutait. Le pire de tous les poisons. Alors, depuis le début, l'ombre de la Discorde était bien plus grande qu'il n'y paraissait?
    Pourtant! Où se cachait la sombre manipulatrice? Point aux Enfers, Minos l'en aurait sans aucuns doutes informée. En fin de compte, tous, n'étaient que des pantins sordides dont Éris maniait les fils avec un plaisir délectable! Athéna savait aussi que les Trois Sœurs devaient se délecter de cette sombre tragédie. Peut-être s'apprêtaient elles à envoyer les Kéres? Terribles messagères des Moires, dont leurs mises, souillées du sang de leurs victimes-désignées, effrayaient n'importe qui. Transportaient les âmes des défunts, ou s'en repaissaient parfois, quand l'envie leur en prenait. Athéna les sentaient si proches. Formes tordues, silhouettes décousues pourvues de griffes. Prêtes à faucher les vies.

    Ce fut pour cela que la Déesse avait choisit de demeurer ici. Les sombres prémonitions qui l'assaillaient depuis son départ d'Asgard, désormais, elles ne cessaient de crier d'une façon si déchirante que la déité porta une main sur son cœur. Mensonges! Mensonges! Inscrit en lettre de sang : son être criait vengeance. Non. Il ne fallait point se laisser submerger par tant d'émotions. La Discorde répondrait de ses crimes, de ses machinations! Or il ne lui fallait pas revêtir l'un des attributs de son pire ennemi : Arès, Dieu de la Guerre mais aussi Dieu Vengeur. Non, elle se devait être la voix de la Raison, Niké lui soufflait des paroles qui détendirent son esprit. Un regard pour Minos. Il avait sur quelques points, raison. Et l'idée qu'il soit son escorte pour la mener jusqu'à sa sœur la surprit quelque peu.

    Plein de noblesse était ce Spectre aux yeux familiers. Avisé et sage, voici des qualités que la jeune femme appréciait.

    «Je constate que nous n'aurons point besoin des services d'Orcus, ton messager aux ailes radieuses semblent vif comme l'éclair.» déclara t-elle en voyant le griffon cosmique s'envoler vers l'Impératrice des Enfers. «Je veux te faire confiance Minos du Griffon, je veux prendre ce risque pour la vérité, éclaircir ces pans d'ombres qu'elle et moi n'avions pas discerner. Aussi je vais te suivre, Minos du Griffon.»

    L'homme s'adressa à la jeune femme qui s'était présentée sous le nom de Zobeida, représentante du Rêve. Athéna lui offrit un énième sourire dans l'espoir qu'elle écoute Minos. «Les paroles du Juge sont pleines de bons sens, aussi, je réitère sa proposition : si le cœur t'en dis, soit témoin des pourparlers entre nos deux Royaumes. Il existe peut-être un espoir. Un unique...»

    Elle s'y accrocherait coûte que coûte! Quitte à se voir finalement trompée par Perséphone elle-même. Le doute et des hypothèses. Oui, Minos avait raison. Athéna ne devait plus hésiter. Aussi, il lui fallait déployer ses ailes.

    «Chevaliers... il est temps que toutes ces absurdités soient dévoilées aux yeux de tous. Niké, transmet ce message à ma chevalerie, qu'ils ne craignent pas pour ma vie, j'ai confiance.»

    Dohko...

    la Déesse porta sa main à sa chevelure flamboyante, extirpant le lotus qui y était accroché jusque là. Délicatement, elle la déposa sur le sol poussiéreux des Enfers, qui venait de se craqueler inopinément. Arquant un sourcil, la Déesse ne put perdre davantage de temps face à cette subite apparition, alors, levant son visage de porcelaine vers les nues, elle siffla. Son qui se répercuta aux alentours, en un échos cristallin. La divine chouette immaculée prit son envol, au moment où elle-même fit apparaître une paire d'ailes dorée dans son dos. Majestueuses, elles battirent furieusement l'air, faisant s'envoler les grains terreux, ainsi que la fleur vers celui à qui elle était destinée.

    Dohko...


    Athéna suivit le Griffon, l'esprit plein d'appréhensions. Mais d'autres sentiments plus contradictoires faisaient aussi leur office. Ainsi, mue par une volonté inébranlable, sa silhouette disparue peu à peu, se faisant point lumineux dans ce manteau d'encre.

    Perséphone!


=> Septième Prison dans 48 h si point d'interruption(escortée par Minos)
Revenir en haut Aller en bas
Zobeida


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 283

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Réflexion   Jeu 19 Avr - 21:14

"J'étais restée à l'écart durant tout le temps qu'avait durée la discussion entre Athéna et Minos, non pas par simple désintérêt mais parce que j'avais envie de rassembler mes esprits.
De temps à autre, je jetai un coup d’œil à la Déesse : dans son regard, j'avais eu l'impression de contempler Asha, ou tout au moins un aperçu, un fragment et cela m'avait bouleversé, remué l'âme ; j'avais senti les murailles qui renfermaient la dernière portion de mon humanité s'élargir, repoussant les ténèbres qui l'environnaient de toutes parts. Ma citadelle intérieure était devenue plus lumineuse que jamais et brillait comme un diamant pur.

Je sentais l'irritation et le mécontentement de l’Étoile Terrestre du Rêve mais elle se tint coi, n'osant pas troubler mes pensées, de peur, peut être, de perdre l'influence qu'elle avait sur moi.
Un mouvement sur ma droite attira mon attention : je tournai la tête et vis un papillon. Je crus, dans un premier temps, qu'il s'agissait d'un des fameux Papillons des Enfers, chargé d'espionner les ennemis du Seigneur Hadès, mais celui-ci n'avait pas le Cosmos propre au Monde des Morts ; il était d'une qualité différente et je sus alors à qui il appartenait : à Mélisandre, la Marina du Papillon des Ombres, qui venait juste de quitter l’Étang des Colériques.
Je souris : si elle croyait me berner avec un tour de magie aussi grossier, elle se fourrait le doigt dans l’œil ! Néanmoins, si elle avait dépêché cet insecte pour m'observer, cela voulait sûrement dire qu'elle avait repéré le djinni que j'avais lancé à ses trousses...
Je fis alors deux choses : j'ordonnai mentalement à mon serviteur de cesser sa surveillance et, d'un mot de pouvoir, chassai le papillon, le renvoyant vers sa maîtresse.

La conversation entre le Juge et la Déesse était terminée : le premier allait escorter la seconde à travers les Prisons afin d'obtenir une entrevue avec Perséphone.
J’acquiesçai d'un sourire :

- Je ne voudrais nullement vous déranger durant votre entretien avec ma maîtresse mais je souhaite de tout cœur que vous obteniez ce que vous désirez le plus : la Vérité !

Je la regardai partir avec quelque regret car j'avais l'impression que, au fur et à mesure qu'elle s'éloignait, les ténèbres de mon âme semblaient s'épaissir davantage. Je décidai néanmoins de rester car je sentis non loin d'ici la présence d'un adversaire à ma mesure : mes yeux s'enflammèrent tandis que mes instincts guerriers se réveillaient.
Le sang des efreet qui coulait dans mes veines reprenait ses droits et tel l'étalon, je piaffais d'impatience..."
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Réflexion   Ven 20 Avr - 19:33

Arrow 3ème prison

J'aurais pu arriver plus vite en suivant de près ma Déesse mais je ne sais pas pourquoi, je prends mon temps. L'envie de flâner sans doute et de visiter ces lieux insolites que sont les Enfers!! De plus maintenant que je suis mort, j'ai le temps sans compter que nous sommes en pleine guerre sainte. Alors cela me donne un peu plus de temps... Mais il faudrait tout de même que cela ne s'éternise pas trop!! Après tout mon corps est au Champ de Fleurs et est régie par les lois physiques qui font qu'il se décompose. J'espère qu'il ne dégagera pas une trop forte odeur nauséabonde sinon Regen va vraiment me tuer!!

Continuant ma marche, enfin je dirais plutôt flotter me concernant, j'arrive dans un endroit qui se trouve être un étang si je vois bien. En tout cas ce que je constate bien, ce sont les deux spectres qui sont encore présents. Posant mon regard au loin, je sens le cosmos de ma Déesse partir ainsi que celui puissant d'un spectre. Je comprends mieux ce que voulait dire ce message que j'ai reçu de sa part. Elle souhaite en finir le plus vite possible.

M'avançant vers les spectres, mon attention est portée sur la constellation de la Vierge qui s'est éteinte alors que mes pensées, elles, sont portées vers Athéna.


Tout comme mes compagnons, j'ai confiance en vous moi aussi. Mais je vous en prie soyez prudente car qui sait ce qui peut arriver!!

M'inquiétant pour son sort, j'en viens à me demander ce que deviennent mes amis. Il est vrai que je ne les ai plus vu depuis bien longtemps mais ressentir leurs cosmos me réconforte car cela signifie qu'ils sont toujours en vie bien que nombreux d'entre eux sont en plein combat!!

Si l'on parvient à faire sortir Zeus, cela sera une grande victoire pour nous tous et je demanderais à le voir afin de savoir où se trouve ma mère. Le plus dur sera de les questionner tout en faisant attention à ne pas dévoiler mes intensions véritables!! Surtout sur le fait que je dois tuer Zeus, le Zeus de mon époque, pour sauver des milliards de personnes qui risquent de se retrouver à l'Antiquité sous la folie de Zeus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Réflexion   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réflexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Etang des Colériques-