RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Jeu 23 Fév - 23:25

Arrow En attente d'ennemi



Ce fut avec un immense sourire que Kisara observa son adversaire s'avancer en montrant les crocs telle une bêtes enragée. Pendant qu'elle l'approchait, sa forme astrale regarda dans le plus profond de son esprit et plus clairement dans le fond de ses désires les plus puissants, ceux qui feraient vraiment mal une fois manipulés par celle qui possédait les pouvoirs de Phantasos.

Il n'avais jamais connu ses parents, tout ce qu'il connaissait lui avait été raconté par les moines qui l'avaient élevé. le chevalier d'or avait en lui un sentiment proche du regret sans vraiment en être : il était fier de ce qu'il était devenu mais il ne pouvait pas s'empêcher de se demander de quoi son existence serait faites si ses parents étaient encore en vie. Il désirait plus que tout autre chose avoir vécu une vie normale dans sa pénates en Chine, travailler la terre et avoir une belle femme qui lui ferait à manger. mais au lieu de cela, le destin fut cruel avec Dohko en lui arrachant ses parents alors qu'il était enfant et en le confiant à un véritable dragon qui fit de lui ce qu'il était devenu.

Soit, elle savait parfaitement comment utiliser de telles informations même si elle aurait préférée avoir quelque chose de plus gratiné à utiliser contre lui. Enfin, il fallait bien ce genre de personne au cœur pur dans ce monde même si ça ne l'arrangeait pas tant que ça. Et puis, se serait peut-être cette pureté excessive qui lui causerait sa perte face à elle qui n'était que désire et débauche.

" - Bien Dohko, je suis très heureux de voir que tu acceptes mon invitation. Mais tu pouvais très bien te défiler, cela ne m'aurait pas offusqué même si je n'aurai pas totalement apprécié."

Kisara parlait toujours d'elle au masculin afin que personne ne puisse doute qu'elle était sa véritable identité, même si pour son adversaire un ennemi restait un ennemi et ce quelque soit sa véritable identité.

La belle l'invita à aller un peu plus loin pour laisser Lyria et Ivictus seuls même si le saint aurait préféré voir sa collègue pour ne pas risquer qu'elle subisse les foudre d'un ennemi trop fort pour elle. Oui, même ça elle le ressentait, c'était encrée en lui dans ses désires de protéger les gens plus faibles que lui, c'en était presque adorable.

Au bout d'un peu moins d'une minute de marche, ils étaient finalement un retrait par rapport aux autres "visiteurs" de la demeure du jugement dont Minos en était le gardien. la dépositaire du pouvoir de Phantasos fixa droit dans les yeux celui avec lequel elle allait échanger des coups même si en son fort intérieur c'est une forme d'amour qu'elle aurait préférée lui donner.

" - Ce lieu sera notre terrain de combat, pour un moment du moins."

Laissant son adversaire à cette phrase mystérieuse, une aura cosmique violette saturée de "paillettes" dorées tournoya autour de l'ancienne succube. Des créature féerique apparurent autour d'elle, des chimères improbables telles des chauves souris plumeuses ou des fées. Elle observait le chevalier de la balance, s'attendant à ce qu'il fasse le premier pas, après tout, elle n'était pas des plus combatives.



Dernière édition par Kisara le Ven 24 Fév - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Jeu 23 Fév - 23:28

Détermination de l'initiative :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Jeu 23 Fév - 23:28

Le membre 'Kisara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 25 Fév - 10:22

Arrow ~ En attente d’ennemi

La scène de leur théâtre improvisé s’était transformée avec l’apparition de tant de beau monde, devenant une pièce pour le moins particulière. Et cette scène n’était pas à l’avantage des chevaliers d’Athéna et de leurs alliés…Loin s’en fallait au vu de la divinité qui leur faisait face et qui s’amusait à leur dépend de la situation. Ils étaient sur leur territoire, il était normal que ceux-ci soient à leurs avantages mais l’expérimenter de manière aussi abrupte avait de quoi perturber tout bon chevalier qui se respectait…Cela n’empêchait pour autant nullement la balance de répliquer à cet adversaire autoproclamé. Ou cette. En fait, il valait mieux pour lui ne pas disserter sur ce détail qui se révélait malgré tout troublant.
La seule chose qui pouvait s’avérer bonne était la foi du saint de la chevelure de Bérénice, de nouveau apte à aller de l’avant et à poursuivre sa voie. C’était pour la Balance d’une importance capitale même si il ignorait ce qui allait l’attendre plus profondément, savoir que le morale de son frère d’arme c’était amélioré demeurait le plus important. Que cela soit associé à une fuite ne le gênait nullement : Dohko était pour le courage mais pas pour les attaques suicidaires – concernant les autres tout du moins.

« Cela m’aurait tant attristé de décevoir une divinité, je ne pouvais pas refuser une si charmante invitation. » répondit il, moqueur. Puis il reprit, son ton se faisant plus sérieux son regard se plantant, farouche et franc, sur la nymphe démoniaque qui lui faisait face : « Les chevaliers d’Athéna ne se défile pas. » lâcha la Balance avec une pointe d’irritation, celui-ci n’ayant visiblement pas apprécié le mot employé par Phantasos qu’il avait, par ailleurs, articulé de manière exagéré. « Nous affrontons tous les adversaires qui se dresseront sur notre route pour notre Déesse. Et vous ne ferez pas exception à la règle ! »

Qu'il ou elle soit une divinité n'y changerait rien.
Ce sont sur ses mots qu’il suivit la divinité hors du temple, là où elle se décida à s’arrêter avec une méfiance relative. Au moins avait il moins de réticence que prévu à la suivre puisque son jeune compagnon d’arme avait abandonné la demeure du juge du griffon…Même si il aurait clairement préféré continuer son chemin avec lui. Il fallait croire.

Il détailla son adversaire comme un fauve observe sa proie, demeurant attentif à ses gestes et à ses paroles, à chaque soubresaut de son cosmos et de ses créatures qui ne le quittait pas. Que les spectres les aient tant surpris et les aient aussi aisément séparés le laissait aussi admiratif qu’amer, et des deux sentiments, c’étaient l’amertume qui était la plus présente. Cependant il ne resta pas amer longtemps. Sa combativité était là, à fleur de peau, frémissant dans son cosmos tapit près à bondir tel le tigre dont son nom associé. Il se battrait et vaincrait, car il avait des promesses à tenir envers ses camarades, et qu’aussi redouté pouvait être une divinité, cela n’arrêterait pas ses poings, ni la force de sa détermination. Pour ses compagnons qui se battaient en ce moment même et continuait d’avancer. Pour sa Déesse, Athéna.

Il observa les alentours, gardant un œil sur la divinité de l’irréelle, pour contempler ce qu’il voyait depuis qu’il était entré en enfer : De la désolation. Mais ce n’était pas vraiment le moment de s’attarder sur la décoration malsaine des prisons infernales : il comptait revoir le soleil et son monde vivant, plein de couleurs qu’il trouvait plus merveilleuse que les créatures chimériques qu’invoquait Phantasos.

Le combat allait commencer.

Le cosmos du chevalier se para de ses reflets dorés propre à sa caste alors qu’un dragon d'émeraude réapparaissait autour de lui tel un gardien fantastique. Il vaincrait.

Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 25 Fév - 11:13

Re-Lancement de Dés vu que j'ai failé...

Bon courage à toi aussi Kisara !

*Pris Fort et espère pas re-failer*

Edit: Et mer....credi...


Dernière édition par Dohko le Sam 25 Fév - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 25 Fév - 11:13

Le membre 'Dohko' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Dim 26 Fév - 11:57

Citation :
hrp : Bon, ben je commence alors. Quelle galanterie petit Dohko, pour ça t'aura droit à un bisou ^^.

Bien qu'elle n'était pas des spectres les plus timorées, la belle Kisara n'était pas des plus patiente non plus. Auparavant, elle n'aurait jamais fait le premier pas du temps où elle était succube, mais là, il fallait bien dire que son adversaire se faisait désirer ce qui commençait à avoir le don de l'énerver. Enfin, peut-être son esprit de chevalier était trop galant pour porter le premier coup contre une femme, ou alors il était déjà victime d'une de ses hallucinations.

" - Et si nous changions de lieu de combat ?"

Enfin, ce n'était pas comme si le chevalier de la balance avait le choix, car bien vite des murs apparurent autour des deux combattants, formant comme un hall d'entrée d'un immense manoir dont le sol était intégralement recouvert d'un épais tapis rouge. Il y avait un grand escalier de marbre noir qui menait à une balustrade, les portes présente indiquaient qu'il y avait d'autre pièces.

La chose la plus intrigante fut les statues qui décorait le hall ainsi que le vitrail. Plusieurs dizaines de statues en plâtre ou d'un matière similairement lisse représentant les positions du kamasutra, mais ce n'était pas toujours un couple homme/femme, mais parfois des hommes ou des femmes ensemble. Les statues se trouvaient donc de part et d'autre du couloir qui semblait gigantesque au point de ressembler à une petite arène.

L'autre élément décoratif fur le vitrail qui se trouvait au premier pallier des escaliers, Il représentait un immense arbre au pied duquel des hommes et des femmes se livrait à une orgie de débauche. Rien de vraiment extraordinaire, sauf que les gens semblaient se mouvoir lascivement.

" - Bienvenu dans ma demeure, enfin, celle imaginée par mon hôte. Tu devinera parfaitement qu'elle était habité par l'un des sept péchés capitaux des plus explicite, ce qui n'est pas pour me déplaire même si ma spécialité c'est plus les rêves."

Elle fit un geste de la main et le décor changea de nouveau. Cette fois ci c'était une maison chinoise relativement somptueuse même si ce n'était pas le grand luxe. Il y avait un grand homme au cheveux acajou, plus grand que le saint lui même qui semblait avoir rétrécis. Cette personne avait un visage chaleureux et semblait vouloir enserrer Dohko dans une étreinte de tendresse.

" - A table !"

Fit une voie féminine derrière l'homme. Une femme aux longs cheveux noir dont les yeux semblait aussi verts que des émeraudes. Elle avait préparé du poisson grillé avec du riz cantonais et des petits légumes quelconque. Tout le monde mangeait joyeusement, c'était le bonheur, Fang, le père était un soldat de l'empereur et sa mère femme au foyer. une vie tout à fait ordinaire où on ne parlait ni de divinité grecque se faisant la guerre ni de cosmos.

Puis soudain tout se mit à bruler, comme si la maison n'était qu'un fétu de paille. Même les adultes présents prirent feu comme imbiber d'alcool. Ils hurlaient et semblaient vouloir agripper leur fils pour l'emmener avec lui.

Puis soudain le chevalier d'Athéna revint à la réalité, ou plutôt dans l'antre du l’irréel qu'il n'avait jamais quitté, victime d'une illusion qui avait couverte l'attaque mentale infligée par celle qui possédait les pouvoirs de Phantasos.

" - Sweet Dream."

Dit-elle avec un grand sourire alors qu'elle matérialisa une femme ailée et faiblement vêtue qui se dirigea vers l'envahisseur à toute vitesse avant d'exploser. Le combat avait désormais clairement commencé et il promettait d'être éprouvant pour le chevalier de la balance.

Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Dim 26 Fév - 21:05

[Hp : Ne voyez nulle galanterie là dedans, juste une preuve de plus de ma malchance légendaire o/]

Etait ce parce que le spectre face à lui avait l’apparence d’une femme ? Parce qu’elle était une divinité dont il craignait le courroux ? Ou une toute autre explication qui aurait rendu logique le comportement de la balance qui n’attaqua pas, attendant que celle qui lui faisait face n’engage les hostilités…Dohko n’était pas particulièrement galant bien que son comportement avec les femmes pouvaient s’avérer particulier. Et malgré toute la fougue qui l’habitait, les enseignements de son maître était inscrit en lettre de feu dans son esprit, tempérant sa vivacité pour analyser son adversaire. Une stratégie saugrenue dont il n’était pas certain que le vieux dragon approuverait mais après tout, celui-ci n’était plus là pour lui faire part d’un quelconque mécontentement.

Le cosmos de son adversaire se déploya sur ses quelques paroles sibyllines qui firent froncer les sourcils du chevalier. Autour des deux combattants apparut des murs d’un hall semblant appartenir à un immense manoir, sous ses pieds un tapis vermeille, des portes s’ouvrant sur il ne savait quelles pièces et une décoration pour le moins suggestive. Le jeune homme se considérait aisément comme ouvert d’esprit, mais la décoration n’était franchement pas à son goût et lui fit regretter les paysages de désolation des enfers. Son regard préféra se river à son adversaire plutôt que de détailler les statuts douteuses, se mettant dans une position de combat typique de son pays, près à contrer une attaque qui ne tarderait surement pas. Il devait se méfier, l’irréelle était son titre, et vu la facilité avec laquelle elle pliait le monde infernal, cela ne serait pas une sinécure.

« Et je ne peux que le déplorer. »
marmonna t’il.

Le fait qu’elle parle d’hôte lui fit crisper les poings, mais il n’eut guère le temps d’en dire plus car sur un simple geste de la divinité, le monde qu’elle avait créé se troubla en un clignement de paupière.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, il n’y avait plus rien. Tout n’avait été qu’un cauchemar, un rêve étrange où l’on parlait d’être n’existant pas, de dieux et de combats qu’il ne connaissait même pas. C’était un étrange rêve qui s’effaçait presque alors qu’un homme lui demandait si il allait bien. Son père. Un homme grand et fort avec la même teinte de cheveux que son fils et des yeux très noirs mais rieur. L’enfant qu’il était lui sourit pour signifier que tout allait bien alors qu’une femme les appelait pour manger. Cette voix était douce et claire, comme le visage de sa mère qui le détaillait avec les mêmes iris que son enfant, ses cheveux formant un voile d’encre libre qui cascadait sur son épaule. Cette vision, pour il ne savait quel raison, lui fit un choc, ébranlant le petit garçon qu’il était alors que c’était une scène habituelle, n’est ce pas ? Un repas de famille, simplement, joyeusement, ensemble, comme il se devait d’être.

Vraiment ? Est-ce que c’était vraiment si normal que ça ?

Le regard du garçon se voila alors que cette vérité cruelle remontait en lui. C’était faux. Tout n’était que mensonge et alors que cette réalité s’infiltrait dans son esprit, le monde s’embrasa. L’enfant qu’il était dans ce monde mensonger. L’homme qu’il était devenu dans cette réalité cruelle. Les flammes embrasèrent les deux adultes, ses parents…


L’illusion de sa famille. Ils n’étaient que des images créer par son propre esprit ! Ses souvenirs de sa vraie vie revenaient alors que les flammes léchaient leur corps et le sien, mais son cosmos s’embrasa, violement, brutalement, le coupant de cette illusion matérialisée par la divinité qui lui faisait de nouveau face, comme réapparut, sa voix se faisant cri de fureur.

« JE TE L’INTERDIT ! » hurla le chevalier nimbé par son aura doré redoublant d’intensité alors que les dernières bribes de ce rêve éveillé s’effaçaient, laissant pourtant une blessure cuisante en son cœur. Elle avait fouillée ses souvenirs ! Son âme ! Des souvenirs qui n’en étaient pas, l’orphelin qu’il était n’avait jamais connu ses parents mais s’en était fait des images vagues ou plus précises qu’elle avait utilisée contre lui. Rendu confus par sa propre colère et les derniers vestiges de l’attaque mentale de Phantasos, le chinois n’évita pas l’explosion mais sa colère rendait cette blessure au combien superficiel.

La colère bouillonnait dans son être, celle-ci se faisant plus cinglante alors que son regard de jade se braquait sur son adversaire souriant de sa propre perfidie. Une larme roula sur sa joue, silencieuse sans pour autant que cela ne trouble la puissance qui se dégageait du saint. Le tigre s’était éveillé. Elle l’avait blessée avec un regret, un désir enfantin qu’il avait cru disparut avec le temps mais qui demeurait pourtant bel et bien inscrit dans son âme. Jamais il ne les verrait, et cette vérité aussi cruelle demeurait elle ne devait pas le blessé autant !

« Ne touche pas à ça Phantasos ! » lâcha avec humeur le saint en se remettant d’aplomb. « Ne touche pas à leurs images ! Je ne te laisserai pas jouer impunément avec ces souvenirs !»

Son cosmos s’enflamma, enveloppant le chevalier d’un halo d’or et d’émeraude alors qu’il déchainait l’arcane que lui avait enseigné son maître, relâchant avec son poing tendu un dragon de jade s’élançant vers son adversaire.

« Rozan Shō Ryū Ha ! »


Se précipitant en avant à la suite de sa créature pour se rapprocher de la nymphe démoniaque, Dohko enchaina la divinité au corps à corps. Il lui montrerait qu’il ne fallait pas jouer avec les souvenirs des hommes ! Et elle regretterait d’avoir en face d’elle, le chevalier d’or de la balance !


Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Dim 26 Fév - 21:20

Lancé de dés pour un handicap :

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Dim 26 Fév - 21:20

Le membre 'Kisara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Engagement' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mar 28 Fév - 12:31

Kisara avait touchée une corde sensible et elle le savait parfaitement, le chevalier de la balance n'avait absolument pas apprécié qu'on touche à ses précieux souvenirs et qu'on les modifies ainsi. Voir la colère sur son visage emplit l'ancienne succube de joie tandis que ce dernier chargea son cosmos dans un immense dragon de jade.

Voyant la manœuvre, la belle appela ses petites chimère pour tenter de faire un bouclier protecteur, mais quelle ne fut pas sa surprise de voir la créature de cosmos ardent briser sa protection aussi facilement qu'une lame pourfendrait une armure de papier. Étant incapable de réagir à cette situation, l'ancienne succube fut emportée par l'attaque lancée avec hargne et elle fut projetée avec rudesse contre un mur de marbre rose.

" - Je ne peux vraiment pas me fier à cette protection."

Elle faisait référence à sa veine tentative de se protéger de l'assaut et du fait que son adversaire ne semblait qu'à peine égratigné par l'attaque qu'elle avait lancée. Enfin, ce n'est pas comme si les coups portés par le saint allaient longtemps garder une trace visible sur le corps et l'amure de "Phantasos", car bien vite des créatures irréelles virent s’agglutiner sur ses blessures et à se fondre dedans pour les refermer en partie. Même les coups sur son surplis semblaient disparaitre.

Une créature moitié femme, moitié créature ailée apparut devant la belle. La spectre lui donna l'ordre mental de se jeter sur le sbire d'Athéna, ce qu'elle fit sans hésiter. Avant d'arriver au contact, elle explosé en une multitude de petits projectiles meurtriers pour le commun des mortels. Mais Dohko ne faisait pas partie du commun des mortels, même s'il était touché, cela serait bien insuffisant pour le mettre au tapis.

" - Dis moi, Dohko de la balance, comment réagirais-tu par rapport au pêché de la luxure ?"

Alors qu'elle parlait, son cosmos se concentra dans sa main d'où apparurent des dizaine de femmes totalement dévêtues qui se jetèrent sur le jeune homme et commencèrent à le caresser lascivement. C'était comme s'il se retrouvait lui aussi nu dans un grand lit avec toutes ces concubine prête à tout pour exhausser le moindre de ses désires, même les plus inavouables.

Mais dans la réalité, il était toujours debout, parfaitement équipé mais dont les yeux regardaient dans le vague, prit dans la puissante illusion. Kisara de son côté concentra son cosmos qui prit l'apparence d'un rayon d'énergie projeté à toute vitesse vers le chevalier d'or. Pourrait-il sortir de sa rêverie pour éviter cette attaque ou bien serait-il frapper de plein fouet ?

Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mer 29 Fév - 17:56

Son cosmos doré flamboyant autour de son corps, le saint d’or observa avec satisfaction la divinité se relever de son attaque. Elle avait tentée, en vain, de bloquer son dragon d’émeraude à l’aide de ses créatures enchanteresses qui la suivait partout mais visiblement, cela n’avait eut guère l’aide escomptée, et cela lui était profitable. Que Phatasos puisse lire dans ses désirs aussi refoulés soit il l’avait surprit et particulièrement irrité, lui tenant rancune. Dohko était un homme qui allait de l’avant, il n’était pas le genre d’homme à se plonger avec une délectation morose dans ses rêves de gosses, lointains et naïf, bien au contraire. Il n’oubliait pas qui il était et grâce à qui il était devenu l’homme qu’il était aujourd’hui pour autant…Mais il y avait des souvenirs qu’il ne fallait pas déterrer et la manipulation était de ses astuces que la Balance exécrait pour être le reflet inversé de sa propre personnalité franche et sincère.

Mais cette satisfaction inscrite sur son visage déchanta bien rapidement lorsque la nymphe démoniaque se régénéra avec l’aide de ses mêmes créatures qui avaient échouées à la protéger. Le chevalier d’or se remit dans une position défensive après un étonnement visible qui disparut aussitôt remplacé par la méfiance la plus pure. Il ne devait pas oublier qu’il faisait face à une divinité, l’un des fils du Sommeil, même si de par son apparence, il l’aurait plutôt qualifié de Fille d’Hypnos. Il devait rester attentif et ne pas laisser la colère brouiller ses sens pour garder un esprit clair et lucide. La divinité invoqua alors un sbire qui aurait put être une femme mais demeurait une de ses créatures fantasques à la morphologie fantasmagorique. Celle-ci se jeta sur lui, explosant, projetant sur le saint des projectiles qu’il esquiva en s’éloignant d’un bond, utilisant le bouclier ornant son bras pour éloigner le reste d’un simple geste.

« Quoi ? »


Le jeune homme eut un mouvement de recul presque involontaire aux paroles de la démone et à sa question pour le moins particulière. Que la luxure soit la panacée de l’hôte de la divinité pouvait difficilement passer inaperçu au vu du décor, mais la question posée si abruptement avait de quoi dérouter tout comme l’apparition en elle-même qu’elle invoqua.

L’artifice fonctionna, leurré, dérouté par le mirage que fit apparaître la divinité dans son esprit, le chevalier ne parvint qu’à invoquer à la hâte un dragon d’émeraude pour amenuiser l’intensité de l’attaque de Phantasos. La déferlante d’énergie le repoussa tel un fétu de paille, mettant à mal la résistance légendaire des armures d’ors mais surtout de son corps. Lorsqu’il se redressa, illusion tout à fait dissipée, le sang s’écoulait de sa bouche, liquide vermeille de vie qu’il essuya d’un revers de main brutal. L’animal fabuleux ayant remplit son office s’était effacé, ne laissant derrière lui que son maitre blessé mais loin d’avoir abandonné sa hargne. Telle une étoile d’or, son énergie se concentra autour de son corps, l’enveloppant d’un halo d’or alors qu’il s’adressa à son adversaire :

« Tss ! C’est tout ? Et moi qui pensais que les divinités étaient d’un tout autre niveau ! Je suis déçu tant par tes créatures de lumière inutiles que tes illusions insipides ! Ce n’est pas avec ça que tu réussiras à me vaincre, Phantasos ! »

Le cosmos qu’il avait déployé se tassa, se modelant en un dragon nimbé de lumière d’or explosant qui se précipita en avant dans un rugissement sourd sous l’impulsion de son créateur.

« Rozan Ryū Hi Shō »


Dans les méandres de sa gueule titanesque apparut l’une des lances formant la paire d’arme de la seule armure en étant pourvue. Le dragon d’or n’était que poudre aux yeux comme pouvait l’être les mirages que créait la divinité pour se jouer de lui. N’attendant pas que Phantasos ne se rende compte de la supercherie, le chevalier se rapprocha de nouveau comme il l’avait fait juste avant pour attaquer la divinité au corps à corps – ce qu’elle ne semblait guère maitriser.

Il en profiterait pour récupérer le trident doré que son attaque avait envoyé sur la déesse, même si celle-ci, toujours lié à son armure, revenait vers lui.



Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mer 29 Fév - 20:00

Lancé de dés pour un handicap :

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mer 29 Fév - 20:00

Le membre 'Kisara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Engagement' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Ven 2 Mar - 1:42

Un sourire se dessina sur le visage de l'obscène créature qu'elle était tant cela l'amusait de voir sa proie se débattre dans ses illusions. Le plus amusant était qu'il s'affaiblissait toujours de plus en plus alors qu'elle ne faisait que devenir plus puissante de minutes en minutes. Enfin soit, il ne renoncerait pas à son combat, c'était un homme d'honneur féru de justice et cela n'était pas totalement pour lui déplaire.

Comme précédemment tenté, son armada de créature fantasmagorique tenta de protéger la maitresses des lieux, mais cette fois ci elles obtinrent plus de succès en absorbant une partie de la puissance d'attaque tandis que le surplus d'énergie filtra et passa et toucha la Kisara. Mais la manœuvre n'était pas terminée car les chimères se mirent à voler dans les air dans tout les sens, certains fondant sur le chevalier de la balance en piquer pour exploser sur son armure.

" - Tu médis de mes illusions, mais sache que la vie elle même est une illusion qui semble bien moins réel que mes rêves."

Tu vas vite t'en rendre compte, voulait-elle dire, mais se serait gâcher là tout le plaisir de la nouvelle de ses créations horrifiques. Après tout, elle ne voulait pas que son adversaire sache à quoi s'attendre même si sa phrase pouvait très bien lui avoir mis la puce à l'oreille.


Puis soudain tout s'effaça et Dohko se trouvait devant le corps de Hadès qu'il venait de terrasser. Le monde des morts se mit à trembler, tout s'effondrait sans la présence de leur maitre. Enfin la justice avait triomphé, enfin le mal avait été éliminé. Les saints revinrent au sanctuaire accueillis par des applaudissement malgré le fait qu'ils auraient préféré un retour modeste.

Devenu un héros, le chevalier de la balance n'avait plus une seconde à lui quand les apprentis venaient lui demander comment il a affronté et vaincu le seigneur des morts. Humble, le saint leur dit qu'il n'était pas seul lors de son combat, puis il leur sorti une fable mielleuse sur l'amitié et l'importance d'avoir quelqu'un sur qui compter. Il fini par dire qu'il fallait pouvoir se battre pour tout ceux qui étaient incapable de se défendre, même s'il se demandait si l'ordre des saints servaient encore à quelque chose.

Plusieurs années de paix relative s'étaient écoulée, Dohko parlait avec un de ses homologues chevalier d'or de tout et de rien. Soudain des cris se firent entendre et il accouru hors du temple pour voir une vision d'horreur : des centaines, voir des milliers de personnes dont l'apparence était semblable à des morts-vivants. L'un d'entre eux sortit de la foule, il portait des reste d'armure en état lamentable indiqua qu'il fut autrefois l'un des saints d'Athéna.

- Pourquoi avez vous fait ça ? Pourquoi avez vous détruit le monde des morts ?

Plusieurs autre reprirent pour lui, disant qu'ils ne pouvaient pas obtenir le repos éternel, qu'il n'y avait plus de lieu où les morts puisse se rendre. Les saints tentèrent de les calmer, mais la horde sourde et ivre de vengeance se jeta sur les chevaliers d'Athéna. La scène de massacre fut trop horrible car de nombreuse personnes perdirent la vite démembrées ou éviscérées. Le pire fut que les victimes se relevaient quasi instantanément en portant les même blessures et tuant à leur tour d'autre guerriers.

C'est alors avec horreur que Dohko se rendit compte que leur nombre ne faisait que décroitre de plus en plus, puis soudain il fut seul, le dernier saint de l'espoir devant faire face à des milliers de morts incapable de trouver le repos et bientôt il en ferait inexorablement partie.


" - Sweet Dream !"

Bien entendu, rien de tout cela n'était vrai, c'était encore une illusion de Kisara qui avait manipulée les désirs du chevalier, notamment son désire de rendre justice. Elle prenait un malin plaisir de pervertir la suite du rêve pour le rendre de plus en plus cauchemardesque.

" - J'espère que ça t'as déplus, car de toute manière ça n'arrivera jamais car vous serez tous impitoyablement écrasés."

Ce combat semblait long, mais en même temps ça l'arrangeait bien, car plus le temps passait, plus elle devenait plus forte car la maitrise de ses nouveaux pouvoirs s'accroissait. Elle était à la foi amusée et curieuse de voir comment il allait réagir pour son prochain coup, c'était comme une partie d'échec entre les deux combattants.

Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 3 Mar - 8:27

L’esprit redevenu lucide, totalement concentré sur le combat dans lequel la divinité l’avait entrainé, le chevalier faisait face, tous les sens en exergue. Les attaques de son adversaire étaient traitresses, poudre aux yeux lancés par une habituée de la manipulation des esprits, et cela le rebutait mais malgré cette franche animosité qu’il éprouvait envers la manipulatrice, le saint se devait de raisonner efficacement. Il laissa le calme s’insinuer en lui telle l’eau de sa rivière s’écoulant sur sa peau, glissant lentement et inexorablement…
La situation n’était pas désespérée. Même si Phantasos avait une régénération extraordinaire qui allait de paire avec sa nature divine, ses attaques n’en étaient pas moins efficace même si, moins que prévues. Ses créatures étaient un problème. Elles la protégeaient et amplifiaient cette régénération problématique… Sur la défensive, Dohko fut repoussé par les êtres fantasmagoriques qui l’attaquèrent à la demande de leur maitresse, ne pouvant qu’encaisser le coup de plein fouet. Il ne fut pas assez sonné pour ne pas entendre les paroles de la divinité et ne pas y réagir.

« Tes illusions ne sont que d’infâmes manipulations ! »
lâcha t’il avec passion. « La vie est bien plus belle que tout ce que tu ne pourras jamais créer ou imaginer ! Les rêves sont faits pour être vécus, ils nous poussent toujours plus en avant, nous faisant dépasser davantage nos limites ! Tes rêves sont faux et creux, aucune vie ne les habite !»

Elle arma de nouveau son attaque, prête à l’envoyer dans un monde fait de pantins sur une scène imaginaire qu’elle se plaisait à façonner de ses mains perfides. Mais la balance le savait. Sa conscience lutta contre le miroir déformé qu’elle lui présentait comme une victoire entière sur les forces d’Hadès, et lui en tant qu’instigateur de cette réussite…Il aurait put croire à ce doux rêve d’un monde enfin en paix. Cela aurait été si simple de s’y complaire ! Mais Dohko était un chevalier. Depuis des années à présent, il savait qu’il lutterait, jusqu’à la fin, jusqu’à son dernier souffle de vie contre la puissance du dieu des morts. C’était une absolue résolution qui teintait son âme d’un voile d’absolu.
Il lutterait jusqu’à ce que la dernière étincelle de sa vie ne s’éteigne, que son adversaire fusse un Dieu ou un simple spectre. Et ces illusions mordantes de cette réalité mensongère que la démone se plaisait à utiliser contre lui seraient inefficace à présent. Il avait conscience. Conscience de sa vie, de son lui et de tout son être.

Il était un Chevalier de la Sainte Athéna !

La scène disparut, emportée par sa résolution et son cosmos bouillonnant de toute sa lumière s’ombrant de dragon, se désagrégeant tel un miroir se brisant brutalement. Ne disait on pas que les Saints d’Or étaient capable de miracle ? Leurs lumières d’or, flamboyantes, luttant contre les ténèbres telle des étoiles éblouissantes, éclairant les chemins tapissés d’ombre et les repoussant toujours plus loin.
Un sourire farouche s’inscrivit sur les traits de la Balance, accentué encore après les paroles de la divinité.

« Nous sommes les Saints de l’Espoir de la Déesse Athéna ! Nous vaincrons toujours face à vous car il subsiste toujours de la lumière même dans les plus obscures ténèbres ! Cette illusion de pacotille ne fonctionnera plus contre moi !»

Le chinois parcourut la distance qui les séparait avec une impulsion de cosmos maitrisé, usant de cette vitesse légendaire que l’on attribuait à l’élite de la chevalerie. Assez proche d’elle, il enchaina un certain nombre de coup avant de déployer son énergie. Un cosmos d’émeraude se mélangea rapidement à celui, doré, qui le liait à ses frères d’armes alors qu’un dragon s’élançait, bouillonnant de la puissance de son invocateur, teinté du vert de l’espoir.

« Rozan Shō Ryū Ha !»


Il n’était pas encore arrivé le temps où la divinité des désirs et de l’Irréelle ne ferait mettre un genou à terre à la balance ! Foi de Saint !



Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mar 6 Mar - 0:53

Lancé d'Handicap :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mar 6 Mar - 0:53

Le membre 'Kisara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mar 6 Mar - 1:45

Une détermination sans faille dans un corps d'acier, voilà comment on pouvait caractériser le chevalier d'or qui lui faisait face. Kisara aurait bien applaudie son adversaire si de telles émotions ne lui paraissait pas vide de sens. Après tout, pourquoi luttait-il ? Zeus avait été puni pour son pêché d'orgueil trop grand et s'est retrouvé emprisonné de la main de ses sujets. Ceux qui devraient se battre là à l'instant devraient être les divinités qui lui seraient encore loyales.

" - C'est vraiment pathétique que les saints d'Athéna se démène pour le père des dieux, que font les autres divinités. Et vous, bête à manger du foin que vous êtes, vous venez sans même vous poser de question ni même de condition."

Elle soupira en regardant son ennemi en armure d'or créer un dragon de jade comme précédemment utilisé. L'incarnation du pouvoir de Phantasos connaissait l'attaque désormais, elle se jura de ne plus se faire avoir. C'est pourquoi elle tenta de déplacer habillement ses créatures chimériques afin de la contrer, mais quelque chose ne se déroula pas comme dans ses plans : les nymphes et autre créatures irréelles accomplirent des mouvements saccadés sans aucune coordination et l'assaut cosmique passa outre pour la frapper de plein fouet, la projetant contre une statue qui se brisa quasi instantanément.

La femme se releva, non comme une divinité qui flotterait dans les airs, mais bien comme une humaine. Après tout, si son âme avait transcendée sa condition mortelle, sont corps n'en restait pas moins une enveloppe de chair et de sang capable de subir des blessures.

" - Je sais ce que tu vas me dire : pourquoi les spectres d'Hadès combattent-ils pour empêcher la libération de Zeus alors que je viens de dire que c'était l'affaire des dieux ? Parce que nous n'avons pas le choix, son urne à été emmené sur notre territoire, toute désobéissance de notre part serait difficilement pardonnable."

Elle parlait surtout pour gagner du temps et permettre à sa formidable régénération de fonctionner. Mais bien vite elle se rendit compte que les créatures assignée à l’absorption de la vie du chevalier de la balance n'arrivèrent pas à lui fournir de l'énergie. C'est alors qu'elle comprit avec effroi que son attaque n'avait pas eu l'impacte escompté et que son ennemi n'avait absolument rien subit lors de son dernier assaut.

Une goute de sueur apparu sur son visage alors que ce dernier prit une expression absolument pas assurée du tout. Enfin, juste un moment car Kisara arbora bien vite un petit sourire narquois comme si elle finissait par trouver cette situation fort peu avantageuse pour elle amusante.

La belle tandis son bras vers le vitrail et bien vite l'arbre qui t était représenté semblait ressortir de l'icône. Une des branche s’agrandit de manière disproportionnée pour arriver à porté de la portraitiste qui se saisit de l'un des fruit présent. L'ancienne succube regarda la baie quelques secondes avant de la manger, ce qui eut un effet assez inattendu : l'arbre est nourri du cosmos du vrai Phantasos, manger un de ses fruits est équivaut à assimiler de sa réserve d'énergie, donc le cosmos de l'usurpatrice augmenta de manière significative.

" - J'ai bien vu que tu étais fort démuni face au pêché de la chaire, que dirais-tu d'essayer de nouvelles formes ?"

Alors qu'elle dit ça, le corps de Dohko se métamorphosa en celui d'une femme aux formes voluptueuses et des étoffes de tissu noir et rouge vinrent l'enlacer afin de l'entraver. De son côté, Kisara prit une apparence androgyne qui caractérise son autre forme physique, nul ne douta du traitement qu'elle lui réservait, dés sévices innommables dont elle serait le bourreau, même si tout n'était encore qu'illusion.

La réalité était tout autre : Alors que le saint d'Athéna était plongé dans le rêve dépravé de la semi-divinité, cette dernière chargeait son cosmos dans un rayon qui allait frapper le chevalier de plein fouet, sauf si ce dernier avait finalement trouvé la parade à cette attaque.


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Mar 6 Mar - 18:12

Dohko n’était pas assez obtus pour avancer que les paroles de la divinité n’avaient aucun sens. Il savait parfaitement faire fonctionner sa tête même si il demeurait un soldat de sa divinité, il restait également le juge du sanctuaire, et ceux, malgré son jeune âge.

« Pathétique ?! » répéta le jeune homme sur un ton incrédule. « Et n’est ce pas pathétique que de s’en prendre au Roi des Dieux dans sa propre demeure après qu’il ait appliqué sa sentence ? » Il ne releva pas les insultes de la divinité et préféra enchainer. « Nous sommes l’épée et le bouclier de l’humanité, il est de notre devoir que d’agir pour la restauration de l’équilibre qui a été brisé quel qu’en soit le prix ! »

Il était de son devoir de préserver cet équilibre si fragile en tant que chevalier de la balance d’Astrée, fille de Thémis, garantes de la justice. Son attaque était passé une nouvelle fois au travers de la défense chimérique de la divinité, mais le chevalier ne montra pas sa satisfaction de voir la jeune femme se relever chancelante et en sang. Elle semblait si…Humaine. Tout comme ses dires qui dénotaient avec sa condition d’être se supposant supérieur au genre humain. Elle parlait de divinité comme si elle n’était pas concernée, et cela le troublait. N’était elle pas l’un des fils d’Hypnos du Sommeil ?

« Nous avons toujours le choix ! »
Plaida le saint avec soin. Peut être. Peut être que les mots jusqu’ici muet parviendraient à transformer leur affrontement. Peut être… « Zeus est votre Roi, vous ne pourrez pas le garder en ces lieux indéfiniment ! Lorsqu’il se libérera de l’urne dans laquelle il est emprisonné, sa justice sera rendue, et vous autant que votre Déesse en serez les premières victimes ! Vous ne gagnerez rien à continuer cette guerre… »

Le chinois était prompt à se battre, n’hésitant aucunement à mettre sa vie en jeu en brandissant fièrement la flamme de ses idéaux, mais il n’était pas qu’un soldat de plomb que l’on jetait dans la bataille. Il était un homme. Un humain au cœur tendre qui n’abandonnerait jamais cette humanité dont il se savait pourvu. Certain appelait cela faiblesse, mais elle était la plus grande force de la Balance.
Cette guerre était vaine…Comme toute les autres, comme les suivantes…Des compagnons tomberaient. Des ennemis succomberaient. Tel un cercle sans fin dans lequel ils se devaient de jouer leur rôle. Alors il n’abandonnerait pas, même si la divinité semblait bien humaine, presque vulnérable, l’espace d’un instant seulement qu’il pensa avoir imaginé.

Le chevalier s’intima à la méfiance. Il était face à une divinité qui usait de tous les moyens pour vaincre…Mais lui n’était pas ainsi. Il se battrait loyalement, et cela, jusqu’à son dernier souffle.
L’esprit était fragile, délicat et les illusions de la nymphe, tel un papillon démoniaque aux ailes empoisonnées, s’attaquait à lui. Elle désirait le casser. Le pervertir. Briser son esprit par des sévices qu’il n’aurait guère put imaginer avant cette rencontre et qu’il aurait surement préféré ne jamais subir. Mais ce n’était qu’une illusion. Une prison dans laquelle son esprit demeurait captif, incapable de réagir. Il n'hurla pas. Il lutta sans parvenir à briser les chaines qu'elle apposait à son esprit, sans pouvoir fermer les yeux ou ignorer ses astuces. Pourtant, son corps se rebella face à l’assaut, agissant par un instinct semblant tout droit sortie du cœur d’une bête.

Son cosmos parvint à peine à atténuer la puissance de l’attaque qu’elle lui infligea, le chevalier se retrouvant violemment propulsé en arrière contre l’une des statues de marbre aux grotesques positions. La seule satisfaction qu’il pouvait avoir était que la décoration suggestive de cet étrange manoir illusoire ou dimensionnel souffrait autant que lui, ce qui n’était pas pour lui déplaire.
Une grimace de douleur se peignit sur ses traits alors qu’il se relevait des décombres, son dos souffrant de la rencontre pour le moins brutale avec la gargouille de pierre. Il remercia intérieurement son armure pour avoir encaissé la plupart des dégâts bien qu'il savait son corps tout aussi touché...Il ne doutait pas que sans sa partenaire d'or, ce serait bien pire. Du sang suinta de son bras et s’écoula sur sa main puis sur le tapit écarlate sans que cela ne le tâcha pour autant, celui-ci l’absorbant comme si il en était composé. Il eut un mouvement de recul malgré lui à cette découverte, avant qu’il ne se reprenne.

« Ton hôte a des fantasmes particulièrement fantasques… »
Pour une femme, faillit il ajouter, mais il s’abstint de le signifier à voix haute bien que sa phrase semblait incomplète. Il verrait les femmes de manière totalement différente à partir d'aujourd’hui, même si elles demeuraient souvent obscurs à ses yeux fautes à une quasi absence de femme dans son entourage. Ce genre de manipulation ne lui plaisait aucunement, il se sentait troublé, impuissant face à ses artifices...Et ses sévices mensongers mais semblant si vrai. Il se mordit la lèvre, goutant son propre sang suintant d'une plaie et son regarde de jade se braqua sur la divinité de L'Irréelle. « Mais ils ne briseront pas ma détermination, soit en sur !»

Il expira avec énergie, son cosmos doré se tassant, devenant plus éblouissant encore que le soleil, étincelant d’éclat d’or tel une vision mirifique d’une étoile terrestre à la lumière pourtant terriblement chaleureuse. Humaine. Un dragon se modela s’élançant en avant, contournant la divinité enroulant son corps serpentin autour d’elle comme délimitant un terrain d’affrontement. Le chevalier disparut dans cette lumière éclatante qu’il avait invoquée, frappant Phantasos de ses poings avant que le dragon ne fonde sur cette proie désignée, alors que le bouclier ornant habituellement le bras du saint ne s’élance dans son ombre.

Même si elle brisait son esprit et saignait son corps...Il n'abandonnerait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Ven 9 Mar - 18:23

Les 72h sont écoulées, et toujours pas de réponse. Kisara encaisse de plein fouet les dégâts et passe son tour. Dohko, à toi de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 10 Mar - 9:30

La fatigue s’insinuait, pernicieuse, dans chacun de ses membres, lentement, langoureusement, son énergie s’écoulant hors de lui avec le sang qu’il sentait suinter de ses plaies. Son armure avait remplit son office, diminuant les dégâts que la nymphe démoniaque lui avait infligée mais son esprit ne s’en sortait pas aussi bien. L’adrénaline de l’action lui permettait de repousser les assauts psychiques, mais sa marque était là, invisible encore à ses yeux aveuglés par la bataille…La dernière attaque qu’il avait reçut avait abimée son armure, il le sentait plus qu’il ne pouvait le voir, la cuirasse dorée le lui faisait comprendre dans ce faux silence qui les caractérisait toutes.

Mais ça irait, semblait-elle lui souffler pour lui donner la force de vaincre au nom de celle qu’ils servaient tout les deux. Elle avait encore le pouvoir de le protéger des assauts de leur adversaire. Et peut pouvait importer la douleur que le chevalier tenait fermement en laisse, il continuerait ce combat même si il devait emporter la divinité de l’Irréelle avec lui dans les confins des Enfers. Il se sacrifierait si cela signifiait la victoire de ses frères et de sa Déesse tutélaire. Et alors que cette pensée se faisait inébranlable résolution se parant de reflet dorée, une voix bien connue troubla son esprit.

Débrouille toi mais débarrasse toi de ce Spectre, Dokho! Nous devons continuer ensemble la progression! N'oublie pas qu'il est de ton devoir de guider l'aveugle!

Shion. Son ami était là, si proche qu'il sentait son flamboyant cosmos se déployer tel une étoile d'espoir. La surprise rapidement passé, un sourire s’attarda sur son visage. Un sourire emplit d’une force nouvelle, d’une détermination sans faille qui balaya les idées sacrificielle de la Balance.
Il n’avait pas encore tout donné. Son armure fit écho à son cosmos se déployant, le soutenant de sa lumière d’or symbole d’espérance dans un lieu en décrépitude. Il avait une promesse à tenir. Un ami à rejoindre. Des frères à soutenir. Hadès devrait attendre avant de mettre la main sur lui.

« Tu as raison, Shion. » souffla t’il plus pour lui-même que pour son compagnon d’arme dont le cosmos s’attardait à la prison. Il préféra ignorer ce que lui disaient ses sens sur ses frères d’armes. Des disparitions. Des combats qui s'engageaient. Il avait d’autres préoccupations et devait avoir la foi.

La foi en leur force. La foi en leur cause. La foi en leur Déesse.

« Je n’ai pas dis mon dernier mot ! »


Un instant. Une minute. Une poignée de seconde. Ces réflexions s’enchainèrent avec une rapidité démente, alors que son énergie semblant se tarir s’embrasait de nouveau juste après sa précédente attaque. Lumière d'espérance avivé par le gouffre ténébreux des doutes. Un dragon de jade, bien connu à présent de la divinité s’élança en avant accompagné par un autre, plus fin, semblant s’enrouler autour du premier tel un serpent d’émeraude.

Des pétales de roses accompagnèrent la danse des reptiles ondulant, amenées sur leur air de combat par un vent au doux parfum capiteux.


Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 10 Mar - 23:59

Jet de dés à un handicaps :



Dernière édition par Kisara le Sam 10 Mar - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Sam 10 Mar - 23:59

Le membre 'Kisara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Sacha


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 380

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   Dim 11 Mar - 17:44

* Et si tu me laissais te montrer comment un dieu combat ?*


Fit une voie insidieuse dans la tête de la femme en armure sombre. Quelque chose de désagréable se dégageait de ces paroles que seule l'ancienne succube avait entendue, une voie qui ne pouvait appartenir qu'à une seule personne : Phantasos. Le dieu de l'irréel était enfermé dans le subconscient de Kisara par les bons soins de cette dernière, mais il semblerait que ce ne soit pas suffisant pour clairement le faire taire et que ce dernier veuille encore avoir son mot à dire.

La belle fut irrémédiablement attirée dans son esprit de perverse détraquée où le portraitiste l'y attendait complétement enchainé et incapable de lui nuire. D'ailleurs, le voir dans un état aussi pitoyable ne la fit que d'avantage sourire et elle se mit à le railler :

* Tu n'as donc pas encore comprit que tu n'as plus droit au chapitre ? Apprend à rester à ta place.*

* Justement, ma place est la tienne et je compte bien la récupérer.*


Alors qu'il parla, le demi dieu parvint à libérer un de ces bras des entraves multiple et il le tendit vers la jeune femme. le membre prit une taille disproportionnée si bien que Kisara rentra totalement dans la main qui se referma sur elle. L'ancienne succube n'arrivait pas à lutter et bien vite elle senti qu'elle perdait le contrôle de son corps tandis que Phantasos l'investissait.

***

De retour au monde réel, le dieu se rendit bien compte que son coup d'éclat allait certainement mettre à mal le résultat du combat. En effet : durant les quelques secondes durant lesquelles personne ne contrôlait le corps de la jeune femme Dohko en avait profité pour frapper de toute ses forces, ce qui compromettait grandement ses chances de l'emporter. Soit, il ne pouvait tolérer que cette défaite porte son nom et il en rejetterait la faute sur l'incompétence crasse de Kisara et de son innaptitude au combat.

" - Veuillez me pardonner, Dohko de la balance, pour ce petit contretemps. Je vous promets que cela n'arrivera plus."


Alors qu'il parlait, il transforma le corps de la jeune femme pour prendre son apparence androgyne habituelle, celle qui le caractérisait le mieux. Alors que la métamorphose avait lieu, on pouvait constater qu'il ouvrait et fermait sans cesse sa main, comme pour constater qu'il avait bel et bien le contrôle de cette enveloppe charnelle.

Puis soudain, il ressentit son ennemi concentrer son cosmos dans un dragon d'énergie et Phantasos voulu utiliser les chimères pour se protéger. Mais quelque chose ne se passa pas comme il aurait espéré, aucune des créature n'obéit à son appel et l'attaque le frappa de plein fouet, rayant d'avantage le surplis sous les dents de la bête ophidienne.

Que venait-il de se passer ? Le dieu de l'irréel se le demanda bien. Les chimère avait été crée à partir de son pouvoir, mais issus de l'esprit de Kisara. est ce que cette nuance suffisait à elle seule pour qu'il ne puisse pas les contrôler à son aise ?

***

Dans le l'esprit du demi dieu, l'ancienne succube avait profité du manque de confiance de son geôlier pour se libérer à son tour et de nouveau enchainer Phantasos.

* - Cette fois ci, n'espère même plus te sortir de cette situation.*

Le portraitiste hurla sa haine pour cette mortelle qui avait l'outrecuidance de se croire son égale en l'enfermant tel un animal étrange alors qu'elle avait regagnée sa liberté.

***

" - L'enfoiré, il savait vraiment pas rester à sa place."

Dit-elle avec colère. A ce point du combat, elle ne prenait plus la peine de mettre de l'élégance, de la suavité dans ses paroles, elle s'en fichait éperdument de ne plus se montrer maniérée.

" - Qu'est ce qu'il m'énerve celui là."

Elle parlait clairement de Phantasos, mais au vu qu'il n'y avait personne d'autre que Kisara et le chevalier d'or, ce dernier pouvait clairement croire qu'il s'agissait de lui qu'elle parlait. Relèverait-il les mots où bien croirait-il qu'elle devient folle. En tout cas, cette double intervention de la divinité manipulatrice des rêves avait totalement faussée le résultat de ce combat, ce qui la mettait plus en rage.

Elle parvint difficilement à retrouver sa concentration pour reprendre le contrôle de son cosmos et enfin assimiler l'énergie vitale que ses nymphes avaient recueillies. Le belle se mit à accumuler du cosmos tandis que ces chimères lui apportèrent un nouveau fruit gorgé d'énergie. Durant ce moment là, elle envoya ses créature exploser autour du saint afin de tenter de le blesser d'avantage et surtout le retenir le temps qu'elle prépare son attaque.

Bien vite, deux ailes apparurent dans son dos, telles celles d'un ange aux plumes multicolore dans des tons plutôt bleu mauve. Dans chacune de ses mains une orbe de cosmos se formait si puissante qu'elles blessaient même la spectre dont des coupures lui firent saigner les mains.

" - Mad World !"

Puis elle projeta l'une des deux orbe qui grandit jusqu'à intégrer totalement l'immense pièce. Dohko se trouva de nouveau plongé dans un rêve qui semblait plus réel que la réalité elle même. Puis la belle projeta sur sa cible sa seconde sphère qui provoqua une giganteste explosion. Elle savait qu'elle ne pouvait de toute manière plus gagner, mais son esprit ne pouvait concevoir une défaite provoquée par une tierce personne, jamais elle ne pourrait l'accepter.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

[combat GS] Entre droiture et débauche, où est le juste équilibre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Vallée des Amoureux-