RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?   Sam 3 Mar - 2:04

=> Entrée du Royaume d'Asgard






    Après la chute.

    Le Noir. L'omniprésence de cette teinte, accompagnée du chant mélancolique des damnés, accueillit une druidesse désemparée par ce qu'elle voyait. Cette impression que des bras enserrait son corps frêle semblait dès à présent ne plus vouloir la quitter. Pis encore, sous ce ciel changeant, elle se sentait vulnérable, suffocante. Prises de frissons, Aurora manqua de vaciller alors qu'elle s'éloignait du petit groupe : à ces pieds, ossements et pierres suintantes gênaient sa progression déjà lente et hésitante. Son maître, perché sur son épaule, s'était muré dans un silence mortuaire. Puis le souffle du vent alla mugir contre les portes laissées entrouvertes, voix inquiétante, provenant d'outre tombe. Un timbre sculptural, dotant à l'ensemble de la scène, un caractère angoissant. La jeune femme elle, les yeux écarquillés par l'effroi, sentait battre violemment son cœur contre sa poitrine comprimée par l'étau de son armure.
    Antiokus s'envola à tire d'aile, passant devant constellations et astre d'argent, avant de progressivement reprendre sa forme humaine. Se tenait dès à présent, un homme au teint aussi pâle que celui de son élève, à la chevelure de feu et aux yeux de jade. Il l'invita à trouver refuge entres ses bras, chose qu'elle fit machinalement alors qu'un raie de lumière verdâtre tombait sur ces quelques mots faits de givre : «Courage Chevaliers». Un sourire étira les lippes du gardien du Royaume Blanc. Il retrouvait là la marque de ce Chevalier impétueux désireux de lui arracher sa petite faie. Or, il le savait non loin.

    L'air déjà alourdi par l'odeur pestilentielle des environs, par les relents âpres de la gorge de l'Enfer, un parfum plus capiteux encore, s'éleva. Quel était cet endroit? Ne cessait de se répéter la jeune druidesse.
    Désemparée, perdue, Aurora se serra plus étroitement contre un Antiokus songeur. Plus les minutes passaient, plus il se demandait si une telle leçon n'était pas précipitée. Poussée dans les eaux troubles de l'incompréhension, face à son insouciance, la jeune femme allait sortir de l'innocence.
    Peu à peu.
    Le territoire gouverné en ces heures par Perséphone, la dame des saisons; le druide savait que l'épouse du maître du Pandémonium était à craindre. Les femmes, surtout désœuvrées, pouvaient être aussi dangereuses, voire plus, que les hommes.
    D'un geste protecteur, l'éternel enfant posa l'une de ses mains sur la tête de son élève. Une unique caresse, et il lui intima de l'écouter.

      ~Tu sais, ma douce Aurora, il n'existe pas qu'une seule vérité, elles sont multiples, tirées de chaque être, de leur propres interrogations. Songe au masque, à ce qu'il représente : il peut dissimuler une douleur, une impassibilité feinte, un doute, or, tout cela finit par ressurgir des confins de notre âme. La vérité, non, les vérités, dissimulent le vrai, le vrai, issu du chaos. Tu ne fais que regarder en surface les choses, ma petite faie, sans aller au delà des apparences. Tes croyances... elles entravent... ton jugement.~

    «Je ne comprends pas... pourquoi? Le Sidh?» se lamentait Aurora. Son pauvre visage baigné de larmes, témoignait de son désarroi.
    Puis, un flocon de neige finit sa course dans la main d'Antiokus. Cela eut un effet électrisant sur l'Ase : elle se détacha de cette étreinte rassurante pour faire volteface.
    Accompagnée par le murmure dissonant des esprits, la jeune guerrière abandonna son armure pour être plus libre de ses mouvements et progresser avec plus de facilité dans ce paysage défiguré, torturé. La boîte s'envola aux côtés de son maître alors qu'elle se figea, stupéfaite par ce qu'elle découvrit.

    «Non!» cria t-elle en se jetant à genoux près de ce corps inconscient. Étendu dans la poussière, Kappa du Verseau reposait là, inerte. Elle s'approcha de ce corps abîmé par un énième combat... il était brisé. Avec délicatesse, la druidesse tourna ce visage tuméfié et couvert de sang, vers elle. Puis, une fois assurée que sa respiration était régulière, elle entreprit de le sonder de son cosmos aux effets curatifs. Un rapide examen lui apprit qu'il avait dépassé ses limites, non, il était allé bien au delà. Pourquoi aller jusqu'à de telles extrémités? Aller jusqu'aux portes du Purgatoire? Pourquoi?

    Une pluie diluvienne se déversa sur eux, ôtant les salissures, les derniers vestiges de cette lutte. D'une voix vibrante, la jeune femme appela le chevalier par son prénom, guide parmi les brumes? Le protégeant de cette averse qui collait sur son front, des mèches de cheveux, ainsi que le tissus cotonneux de la mise qu'elle avait trouvée en Asgard, la jeune femme se penchait au dessus de lui, la tristesse se lisant dans ses yeux de saphir.

      «Revient...»
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?   Sam 3 Mar - 8:52


Arrow Post de récupération ( Entrée des Enfers )

Une sensation de mouillé me tira de ma torpeur. Ce fut d'abord une, puis deux gouttes qui s'écrasèrent sur mon visage écrasé contre le sol des Enfers. Les minutes défilaient sans que je puisse les mesurer, sombrant régulièrement à nouveau dans une torpeur relative avant d'émerger à nouveau quelques instants. Je ne savais même pas si j'étais encore réellement en vie. Aveuglé par mon propre sang et par le peu de lumière qui régnait, je tentais avec difficulté de faire le moindre mouvement. Mais chaque fois mon corps me rappelait dans quel état précaire je me trouvais et mes bras et jambes retombaient mollement sur le sol à présent détrempé.

Ma tête semblait deux fois trop petite pour mon crâne et les sons me parvenaient déformés, assourdis. Je ne me souvenais même plus du lieu où je me trouvais. Lorsque soudain, cette voix m'arracha à ces ténèbres. Sa voix. Un éclair de lucidité traversa mon esprit et je me souvins de l'endroit où je me trouvais. Je l'entendais de façon assourdie, mais je la sentais proche de moi. Je sentais son parfum, reconnaissable entre mille. Et puis, ce fut ensuite son cosmos qui m'enveloppa de sa douce chaleur, apaisant et curatif. Etais-je en train de rêver ? Aurora ne pouvait se trouver dans le Royaume Souterrain, elle avait entamé un voyage sous la dictée de son nouveau maître.

Avec grande difficulté, mon œil gauche s'ouvrit lentement. Même la faible lueur qui régnait fut perçue par mon corps comme une agression et ma migraine empira encore davantage. Tout était flou, je ne pouvais discerner qu'une vague silhouette penchée au dessus de moi, une silhouette floue qui ressemblait à un ange déformée de cette manière. Lentement, ma main gauche se leva pour aller caresser la joue de cet ange gardien mystérieux. Chacun de mes gestes semblait me coûter une dose d'énergie phénoménale pour être exécuté mais l'aura curative de mon mystérieux sauveur refermait petit à petit les différentes blessures de mon corps. Comme pour approuver les actes de cet être étrange, mon armure d'Or, bien qu'abîmée, se mit à briller de façon à accompagner le travail de soin, comme pour l'encourager à remettre son porteur sur pieds le plus vite possible.

L'espace d'un instant, ma vue retrouva un semblant de lucidité et le visage inquiet de la belle Aurora m'apparut. Souriant devant cette vision de rêve, je lui demandai soudain d'une voix faible :
- Suis-je... Suis-je en train de rêver ?
Je ne compris même pas sa réponse. Durant quelques secondes, plus aucun son ne ma parvint. Je voyais ses lèvres bouger, mais ne pouvais rien entendre. Pourtant, chaque seconde passée à respirer son parfum me permettait de me raccrocher un peu plus à la vie. Je fis un effort pour me blottir contre elle, ou ce qui je l'espérais était bien elle, comme pour me protéger sous ses cheveux qui retombaient et cachaient son visage. Comme c'était agréable. Je me sentis soudain en paix, comme si cet endroit était sécurisant.
Puis à nouveau, ma vue se brouilla et je ne pus plus distinguer son visage. Tout redevint flou et je me sentis mal, très mal. Sa voix s'éloignait de plus en plus, comme si les ténèbres étaient en train de m'engloutir une nouvelle fois. Je finis par basculer et retomber à terre. Le vide m'emporta pour la seconde fois...

Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?   Sam 3 Mar - 10:59

    Si la froideur l'enveloppait, une main tiède la tira de sa torpeur. En vain elle l'avait appelé avant qu'il ne réagisse enfin. Ouvrant ses paupières, elle attrapa cette même main ayant frôlé sa joue pâle et glacée.
    Il revenait à lui, lentement, trop lentement. Elle qui craignait qu'il ne succombe à ses blessures, Aurora fut rassurer de le voir ouvrir un œil.
    Non, il ne s'agissait point là d'un rêve, mais elle pouvait comprendre sa surprise. Un pauvre sourire illumina quelque peu son visage.
    La druidesse nota avec stupéfaction que son armure d'or réagissait à ses soins, à moins que cette dernière ne l'aide à remettre son porteur sur pieds?

    La pluie cessa enfin de tomber de ce ciel morne, sordide. Si le soleil, jamais ne venait à étirer ses bras pour réchauffer la terre infernale, la bienveillante clarté de cette armure, elle, emplissait les environs d'un doux espoir éclatant. Comme pour s'assurer qu'elle était bel et bien à ses côtés, le jeune chevalier resserra son étreinte, avant de sentir ses dernières forces l'abandonner encore. Il détaillait son visage sans réellement le voir, elle le voyait lutter contre une douleur sourde, s'emparant de tout son être. La douce jeune fille se pencha un peu plus vers lui, laissant s'écouler sa cosmo-énergie :

      «Je suis là, n'ai crainte, tout va bien...»


    Nullement assurée par ce qu'elle disait, la jeune femme cherchait un moyen de se rassurer elle-même. Un coup d'œil aux alentours fit ressurgir ce sentiment d'angoisse qui ne désirait plus la lâcher. Redoutable prédateur enclin à balayer toutes convictions. Une main rassurante se posa sur son épaule, un regard, et elle découvrit son maître penchée vers elle et Kappa. Le jugeant d'un œil critique, presque acariâtre, le druide l'exhorta à s'éloigner. Elle voulut protester, seulement, cet lueur dans les yeux de son maître, la dissuada de jouer une fois encore les fortes têtes. Cet homme... il lui faisait parfois peur, tant de mystères planaient sur sa personne et à présent, elle commençait même à douter de lui. Était-ce là un effet de ce lieu? Aurora, avec délicatesse, déposa la tête du chevalier au sol après avoir déposé un léger baiser sur son front brûlant. À la fin de ce contact, son cosmos s'effaça.

    La figure sévère et crispée du maître en illusions, témoignait de sa franche contrariété. Il n'avait pas le choix que de lui venir en aide. Et cela ne lui faisait nullement plaisir! Il marmonna dans sa barbe, des propos incompréhensibles, mais sans aucuns doutes, très loin d'être affables. Sans trop de ménagement, Antiokus projeta, à l'aide de ses deux mains placées sur le plastron du chevalier, des dizaines de liens verdâtres, pareils à des minces filaments. Ces derniers allèrent se ficher là où le sang s'écoulait encore, là où les blessures suintaient encore du rouge vermillon. Bien que cette manipulation était indolore pour le blessé, celui-ci laissa échapper un soupir. De soulagement sans doute.
    Le guérisseur s'employait à extraire le mal par la racine : ainsi, plaies, côtes fêlées, et autres blessures, jusqu'à la moindre petite éraflures, se refermeraient comme si elles n'avaient jamais existé. Trouver l'origine des maux, voilà le vrai travail d'un druide. Sans remèdes à base de plantes, sans mixtures malodorantes et somme toutes moins efficaces que ses techniques, il lui faudrait les enseigner à la jeune Ase.
    Tout comme lui arracher ces liens qu'elle tissaient avec ces hommes. Jalousie? Nullement. Un tel sentiment n'existait pas pour lui, il n'existait plus depuis bien des siècles...

    Sa tâche achevée, son attention se porta plus loin, là où son élève s'était éloignée. Une ombre furtive passa dans ses yeux verts. Cela commençait.

    ~°~ ~°~ ~°~

    Je m'éloignais à contre cœur. Un manteau d'ombre me recouvrait à mesure que je m'approchais de cette porte. Point d'yeux de chats, gardien de l'Autre-Monde, point de trace des banshees, ni-même de brumes épaisses délimitant clairement l'Entre-Monde. Ce n'était pas... ce que je connaissais. Ce n'était pas le Sidh. Rien de tout ceci ne pouvait être vrai, et pourtant... sous mes doigts, je sentais la surface lisse et froide de la pierre polie.
    Je me sentais si mal ici, nauséeuse et sale. Les vêtements qui collaient à ma peau...ne faisait qu'augmenter mon malêtre.

    Je les observais, avant d'être à nouveau prise d'un affreux pressentiment : moi qui pensais qu'il venait de Kappa, je constatais que je me trompais. Serafim aussi était en danger, et ce fut bel et bien lui que j'avais entrevus dans mes visions. Morrigan!
    Ma corneille, restée aux côtés du chevalier du Corbeau, me lançait des appels à l'aide. Mes jambes se dérobèrent sous moi, prise d'un nouveau vertige. In-extremis, mes mains s'accrochèrent à la paroi, m'évitant ainsi de choir parmi les os et la poussière. Sous mes doigts, quelque chose de doux alla me tirer de mes malaises : une plume noire.

    Serafim.

    Cela m'apparut comme une évidence. Je me devais de le tirer des griffes de cette créature aussi belle que dangereuse.

    ~°~ ~°~ ~°~

    Aurora revint auprès de son maître, la mine à la fois grave et résolue. Après un soupir, le druide se redressa, épousseta sa mise aux notes safranées avant de commencer à partir. À genoux, la druidesse souffla doucement au creux de l'oreille du jeune homme : «Kappa, je dois partir à présent, mais... cette promesse, je la renouvelle : je reviendrais, sois en sûr. Pour l'heure, je t'en prie, reposes toi.»

    Un ultime sourire, une dernière étreinte, et la voici à nouveau repartir... dans l'ombre.


=> Fleuve Achéron
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?   Dim 4 Mar - 18:46



La voix d'Aurora me guidait dans les ténèbres, tel un phare dans la nuit. Je l'entendais, bien qu'ayant sombré dans l'inconscience. Sa voix douce et chaleureuse me permettait de me raccrocher à la lumière. Et puis soudain, plus rien. Sa voix disparut dans le noir, me tirant quelques secondes plus tard de mon état léthargique.
Une sentiment de bien être. C'est la première chose dont je me souviens clairement de mon second réveil sur le sol humide des Enfers. Tout était flou, mais mes blessures avaient été refermées. La pluie mouillait mon visage, et la première chose que je vis en ouvrant les yeux fut les cieux sombres des Enfers. Et une constatation me sauta aux yeux : une autre constellation avait disparu. Combien de temps étais-je resté inconscient ? Beaucoup trop longtemps...

Me redressant péniblement, je balayai du regard les alentours. Personne. Mais alors, qui avait refermé mes blessures ? pensai-je en examinant mon corps. Avais-je rêvé ou bien Aurora était elle réellement à mon chevet ? Je ne pouvais en être certain. Maudissant mon ignorance, je serrai les poings en vérifiant lentement si mes jambes étaient remises. Elles semblaient en parfait état. Enfin une bonne nouvelle, pensai-je alors. Mais cette guérison demeurait bien mystérieuse. Et chaque supposition me ramenait à la même conclusion : Aurora et Antiokus. Mais pourquoi m'avaient il abandonné sur le sol froid des Enfers ? C'était une situation bien étrange. Je ne savais pas trop comment je devais prendre une telle chose. Je pris la décision d'ignorer ce détail. Nous étions en guerre, il y avait plus urgent.

Le nombre conséquent de cosmos présents dans le Royaume souterrain m'empêchait clairement de vérifier si la jeune Ase se trouvait dans les parages. Etouffant un juron, je pris lentement la direction de la porte des Enfers. Les renforts devaient déjà être arrivés à l'heure qu'il était. Autant que quelqu'un soit là pour les accueillir, me dis-je avant d'accélérer le pas en direction de l'entrée.

Arrow L' invasion commence ! Première ligne en avant toute !! ( Entrée des Enfers )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Aurora & Kappa]~Le Sidh?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Porte des Enfers-