RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Lun 21 Mai - 21:19

A l'invitation de l'être éthéré, Serafim fit quelques pas chancelants ! Ce n'était pas la vision de l'apparition venue d'outre-tombe qui troublait ses sens et rendait son regard hagard, mais les révélations faites par Aurora. Tant de souvenirs atroces et tout cela avait ressurgit brutalement à cause de lui. S'il avait eu un peu de bons sens, s'il avait résisté à ses désirs démoniaques, jamais, Aurora aurait été obligée de revivre tous ces événements horribles. La culpabilité voûtait son échine tant elle était lourde et son regard avait du mal à soutenir celui de son interlocuteur spectral.

« Je...Je suis Serafim du corbeau »

Il se rendit compte de l'énormité de ce qu'il venait de dire. Certaines habitudes étaient aussi coriaces et vivace que la mauvaise herbe, essayez de les supprimer et elles repoussent aussitôt. Cela ne faisait pas si longtemps qu'il avait quitté le sanctuaire, ce lieu qui avait maintenant des allures de prison. Son visage rougit avant qu'il se corrige.

« Non ! Je ne suis plus le saint du corbeau, je suis Serafim, le disciple des corbeaux. Un simple homme qui aime votre fille. »

Les larmes froides et cristallines du ciel guidées par le vent se heurtaient avec force contre son visage. Ses longs cheveux détrempés cachaient ses pupilles d'onyx. Dommage ! Le fantôme n'avait pas pu apercevoir l'éclair qui avait traversé ce regard d'habitude si morne et si sombre. Mais il devait sentir cette énergie bouillonner dans le coeur de l'Athénien comme la lave d'un volcan qui cherchait à se frayer un chemin vers la surface.

« Je ne peux pas accepter cette invitation, c'est un honneur que je ne mérite pas. J'ai fait trop de choses horribles aujourd'hui. Le sang a coulé, votre fille a souffert et tout cela est de ma faute. »

Le regard triste, il contempla ses mains. Ses mains qu'il avait blessées et endurcies durant sa formation de saint et qui au final n'avaient réussi qu'à ôter la vie à des innocents. Le sang ne pouvait être lavé que par le sang. Comme rançon à ses vies qu'il avait arbitrairement fauchées, Serafim venait de prendre la décision de prendre celle de cet inquisiteur.

«Je ne suis pas digne ! Pas encore...Mais bientôt, je le serai ! »

Le maitre des corbeaux déposa un baiser un baiser chaste sur le croissant de lune qui ornait le front de son amour.

«Je vais l'affronter et je reviendrai !»

Affronter l'inquisiteur, effacer son existence de la surface de la terre, venger sa belle. Des désirs certes égoïstes, mais spontanés. Mais cette belligérance ne serait peut-être pas au gout d'Aurora et de son père. La druidesse n'avait peut-être pas besoin d'un vengeur, mais plutôt d'un amant. Que dire ? Que faire ? Peut-être que les conseils avisés d'un homme connaissant à la fois la femme de sa vie et son ennemi pourraient le mettre sur la bonne voie…ou pas ! Parler à un mort était une expérience que peu de vivants avaient pu expérimenter, qui sait ce qu’il en sortira de cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Lun 21 Mai - 23:45




    Artus au cœur de pierre jugeait intensément celui qui se présentait comme étant le promis de sa fille. Cette révélation fit largement sourire le vieux fantôme. Druide lui-même, il aimait se mouvoir ainsi sans sentir l'eau mouiller sa peau grisonnante. Mort, oui, mais vivant encore quelque part. Cette notion terrifiait beaucoup or pour lui et ses congénères, elle avait une toute autre signification. Alors pouvoir graviter entre les deux Mondes était au demeurant, quelque chose de tout à fait banal pour le père de la jeune Aurora. De fort éprouvant aussi, mais de cela, il n'en disait rien à sa jeune fille, de peur qu'elle ne lui interdise un tel acte. Sauf lors de la fête des Morts et celle du Printemps. Samain et Beltaine. Là, il était tout à fait possible et aussi plus facile, pour les défunts de passer la membrane séparant les Royaumes. Celle-ci plus mince, se déchirait plus facilement ! Et comme il était tentant pour eux de venir contempler les mortels, leurs proches. Encore émue de le voir céans, la belle dame aux corneilles ne disait pas un mot, préférant être témoin de cet échange entre les deux hommes de sa vie.

    Un rire argentin franchit la barrière des lèvres bleutées du mort. C'était la première fois qu'Aurora l'entendait s'esclaffer de cette manière, sans retenue et à gorge déployée. Qu'est-ce qui déclenchait une telle hilarité ? Peut-être de voir les joues du maître des freux devenir cramoisies sous le coup de la gêne ? De sa maladresse. Oui, les habitudes étaient tenaces. Un regard sévère adressé à son père, et Aurora obtint de ce dernier, un peu plus de sérieux. L'homme à la carrure d'ours s'avança vers Serafim avant de procéder de la même manière qu'un fauve : celle de tourner autour de sa proie. «Arrêtes de le taquiner ainsi papa !»

    Il s'arrêta net, se pinçant le menton entre deux doigts. «Tes intentions sont louables Serafim, disciple des corbeaux. Et au risque de t'apprendre quelque chose : saches que maintenant que tu fais partis de notre « grande » famille, et bien... je peux me permettre en tant que vieux beau-père fantôme, de te l'interdire. -il barra la route du seigneur des oiseaux au plumage ombre, plongeant ses yeux durs et froids dans ceux du renégat.- que tu le veuilles ou non, tu es aussi un druide, un enfant de la Lune de surcroît et tu es bien plus précieux que tu ne le crois ! Mais tu es aussi inexpérimenté. Il te faut apprendre à voir comme nous, à vivre comme nous. Respirer à notre manière ! Serafim ! La danse que nous te proposons n'a rien d'une petite gigue ! Elle va te lier à jamais à nous ! Il te sera possible de converser avec les morts, la nature et tu seras aussi initié à bons nombres de nos secrets. Sous cette pluie, il vous faut réitérer la ronde des Esprits ! Aujourd'hui, et tu as pus le voir de tes yeux, Aurora est devenue Morrigan, la Grande Reine corneille et épouse du Dieu Dagda. Enfant de la Lune, en ce jour du feu de la renaissance, il t'incombe de revêtir les traits du père des Druides. Tu es son élu comme Aurora est celle de Morrigan. Commences tu à comprendre ce que cela implique ? Tu deviendras fort ! Si fort que cela dépasse ton entendement ! N'es-ce point là ton désir le plus cher ?»

    La jeune druidesse s'approcha timidement des deux hommes, allant enserrer de ses deux mains, l'une de celle de son bien aimé. Sa chevelure de jais plaquée sur son crâne, quelques mèches sombres collaient à son front, contrastant avec sa peau si blanche. Ses yeux bleus, pareils à deux saphirs, luisaient avec un telle intensité ! Elle le suppliait en silence d'écouter les paroles pleines de sagesse de son père adoptif. Puis, elle se recula tout en écartant les bras en croix. Aussitôt les marques apposées par Elias s'illuminèrent pour danser sur son corps nu. L'eau continuait de glisser sur elle sans qu'elle ne frissonne, avec lenteur et volupté, la druidesse entama les premiers pas de danse. Aurora fit apparaître la harpe du Dieu des Druides qui, sans l'aide d'aucunes mains, joua la mélodie des Morts. Accompagnée bien vite par le son d'un violon, Artus invita d'un geste, le musicien qui n'était autre qu'Elias lui-même jusque là dissimulé sous l'ombre d'un arbre. Enfin, et pour parfaire cette scène déjà mystique, les voix des trépassés présents, s'élevèrent crescendo.

    «Regarde la ! Ma magnifique petite dame du Matin ! Comme votre amour me remplit de joie, oui, je suis si heureux qu'elle ait trouvé quelqu'un comme toi. Vous allez devoir surpasser ces épreuves, mais j'entrevois pour vous, un avenir si radieux ! Bientôt, vous allez goûter au bonheur véritable ! Mais pour l'heure, entre dans la ronde ! Va ! Vos deux âmes doivent s'entremêler encore ! Peu à peu, nous allons disparaître pour vous laisser seuls ! Alors Serafim, je te dis à ce soir !»

    Drôle de bénédiction d'un père au prétendant ? Peut-être ! Quoiqu'un peu maladroit ? Un fin sourire s'épanouit sur la figure d'Artus. La présence s'effaça progressivement, emporté par le vent. La pluie redoubla d'intensité, si bien que les deux danseurs seraient très vite dissimulés à la vue de tous.

    Dagda Dagda Dagda !


    C'était à lui d'entrer en scène à présent. Son cœur allait-il écouter la complainte des Esprits ? Serafim sera t-il réceptif aux dires du père d'Aurora ? Seul lui avait les réponses.... Lui, devait décider si il désirait s'envoler une nouvelle fois avec sa promise, ou se détourner, la voix de Némésis étant trop forte dans son esprit ?

    Morrigan Morrigan Morrigan !

    Voilà qu'à présent, la belle druidesse mêlait sa voix à celles des spectres!

    Rideau!


Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 27 Mai - 13:34

Serafim entendait encore une fois ces attributs qui sonnaient comme des mots étrangers à ses oreilles. Disciple des corbeaux, druide, enfant de la lune. Qu'avait-il donc fait pour les mériter, lui qui apparemment ne saisissait pas la vraie nature de ces termes. Etre fort ? Evidement qu'il le désirait ! Mais ce désir de puissance n'était pas motivé par une ambition démesurée où un besoin de reconnaissance. Ce qu'il cherchait c'était avant tout la liberté et bénéficier du loisir de vivre. Bien entendu il n'oubliait pas la gravité de ses actes de la veille, il ne pourra jamais l'oublier, mais peut-être qu'il pourra dans un futur proche expier ses fautes.

Les mots sages du défunt avaient fini par convaincre le maitre des corbeaux. La main chaude d'Aurora qui enserra la sienne lui rappela à quel point l'amour était un sentiment plus agréable que la colère ou la vengeance. Les images de la nuit ou les deux amants s'étaient délectés des fruits doux de la passion remplacèrent momentanément toutes les visions atroces que sa mémoire avait pu enregistrer, comme une inflorescence précoce recouvrant le blanc pur d'une plaine enneigée.

Dagda !

Il entendait parfaitement ce nom scandé par la foule spectrale. Dagda l'époux de Morrigan ! Ce n'était pas la première fois qu'il entendait ce patronyme, mais c'était surement la première fois qu'on y faisait référence en le désignant. L'Athénien avait encore du mal à concevoir ce que voulait dire tout cela, mais attiré inexorablement par la voix d'Aurora, sa promise, il alla la rejoindre dans sa chorégraphie magnifique.

Sans qu'il comprenne pourquoi Serafim semblait connaitre les pas de la danse qu'exécutait la belle druidesse. Une réminiscence d'un souvenir lointain ? Un phénomène semblable à celui qui lui avait permis de maitrise la langue des druides ? Une nouvelle marque de son évolution en tant que disciple des corbeaux ? Le brun accompagna sa belle jusqu'aux derniers pas, moment ou l'appel du corps devenait trop fort pour qu'il puisse y résister.

La musique s'était arrêtée, les bois étaient de nouveaux vides. Perdu au milieu d'un ilot boisé, à l'abri des regards, se trouvaient Aurora et Serafim. Le jeune homme fixa sa belle silencieusement, admirant cette beauté et louant le destin de lui avoir permis de la rencontrer. Timidement ses doigts tremblotant sous l'influence du désir dessinèrent les voluptés du corps de sa douce.

« Je commence à entrevoir les choses, à percevoir quelques parcelles de ce pouvoir qui sommeille en moi. »

Comme promis certaines paroles d'Elias et d'Antiokus devenaient plus claires, certains événements qu'il avait vécus aussi.

« Mais il y a une chose dont j'ai toujours eu la certitude ! »

Un baiser se déposa sur les lèvres de la danseuse.

« C'est que j'étais destinée à vivre et mourir à tes côtés. »

Avec les révélations du spectre avaient bouleversé la vie de l'ancien saint. Plus jamais son existence ne sera la même. Les anciennes habitudes devront être effacées par les nouveaux rites qu'il allait apprendre, mais en attendant c'est le réconfort des bras doux de sa compagne qu'il recherchait. Personne ne leur en voudra après cette journée si éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mar 29 Mai - 18:20

Le Morte d'Aurora ~ Ouverture de la Quête








    Cette ronde est terminée petite fleur du matin. L'aube, jamais plus ne resplendira de la même manière pour toi. La pluie ruisselle encore, tu es sujette à l'ivresse, à l'envie. Qu'est-ce qui te pousses à oublier un temps, le fardeau qui incombe tes épaules ? L'appel de l'union, l'écho de l'amour. Tu vas une nouvelle fois te perdre petite fleur. Regardes comment tu trembles quand ton aimé caresse du bout des doigts, ta peau de nacre. Tu frissonnes, t'abandonnes.
    Fermes les yeux.
    Oui la pluie à cessé.
    Ton agonie continue. Lente, douloureuse.

    Le Morte d'Aurora.

    ~°~ ~°~ ~°~

    Je ne voulais pas qu'il lui arrive malheur. Si j'avais sut que mes actes auraient une telle incidence, jamais, je ne serais venu la cueillir dans le Royaume des Glaces. Un nouveau coup m'arrache un râle de douleur. Tandis que je hurle, mon bourreau affiche un sourire satisfait. J'ai perdu toute notion du temps. Je sais juste que le soleil s'est levé, en témoigne ce rai de lumière qui traverse un vitrail coloré et joue une danse lente avec l'ombre sur le sol en pierre. À mes pieds. Je lève la tête pour l’apercevoir à l'autre bout de la pièce où je suis enfermé. Une scène de miséricorde. L'ironie de la situation me fait rire. Cette soudaine hilarité semble contrarier l'homme qui se trouve devant moi. Il braque sur moi ses yeux globuleux, tourne quelques pages de son livre avant de murmurer des phrases inaudibles.

    La torture continue. Je ne suis qu'une poupée de chiffon ballottée selon le désir d'un fou : je ne sombre pas encore, je lutte ! Car je dois trouver le moyen de les contacter. Elias peut-être ? Mes chaînes m'empêchent de regarder mes paumes endolories. Elles me font si mal depuis qu'il avait eu la bonne idée d'y planter des pieux en bois. Il ne manquait plus que la croix, n'est-ce pas ? Pour parfaire ce tableau. Mon regard tombe sur tout ce rouge qui inonde les murs, les tentures déjà pourpre.

    Artus.

    Mes sourcils se froncent, avais-je seulement rêvé de sa voix ?

    ~Myrddin Emrys...Je t'amènes notre fille...~

    Mon instinct avait raison. J'avais prêté un instant, l'oreille aux chants des morts. Ainsi donc, Aurora et Serafim venaient d'achever la Ronde ? Cette nouvelle me galvanisa tout comme elle m'attrista sincèrement. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose... Oui, il me fallait maintenant attendre. Espérer aussi. Mon confrère druide, j'en suis sûr, ne tarderait pas à les guider vers nous. La bataille s'annonçait rude.

    Le dément entra dans une exclamation tonitruante qui fit trembler les fondations de la cathédrale. Je l'observais, cet être à moitié tapis dans l'ombre, entouré des cadavres de ses victimes. Il s'avança pour se révéler à la lumière. Tenant entre ses mains le corps poisseux d'une femme, il lui accorda une ultime et écœurante caresse avant de mordre dans la chair de son cou gracile. Ce chuchotement perpétuel qui sortait de sa bouche à mesure qu'il se repaissait de sa victime... je l'entendais parfaitement à présent. Et cela souleva mon cœur millénaire. Jeanne, Jeanne, douce Jeanne !

    Aurora.

    Ce démon d'Inquisiteur finit de pourlécher ses lèvres sanguines tout en m'observant vomir mes tripes. «Que le spectacle commence !» clama t-il en jetant devant lui, le cadavre qui retomba dans un bruit mou sur le sol. Son livre des Psaumes s'illumina d'un vert acide, projetant ainsi l'ombre inquiétante du monstre sur l’hôtel où reposait une unique rose blanche. Ses traits cernés par cette couleur assassine, il fit se relever les morts comme simples marionnettes. Je comprenais avec mal ses sombres desseins, or je savais que ce qu'il préparait n'annonçait rien de bon.

    «Allez chercher ma précieuse Jeanne pantins ! Et pour le reste... qu'ils meurent sous le joug du Dieu unique, ces hérétiques !»


    Impuissant, je regardais cette sordide armée se déplacer avec lenteur vers le chemin qui les mènerait jusqu'à eux...

    ~°~ ~°~ ~°~

    Un cri sinistre se répercuta partout.




Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mar 29 Mai - 19:32

Le Morte d'Aurora ~ Ouverture de la Quête






    Un orage menaçait d'éclater. Mais de cela, les amants ne pouvaient en avoir conscience Leur ignorance aurait put leur coûter beaucoup si ils n'étaient pas entourés par des personnes de confiance. Les affres, éloignées par l'amour, n'avaient pas échappé au druide Elias qui venait d'achever une conversation avec la petite Juliette. Il n'aurait jamais put croire sans le voir, qu'un fantôme pouvait pâlir. Ou qu'ils soient encore sujet aux sentiments. La petite avait trouvé refuge entre ses bras. Et le froid et détaché druide se raidit devant ce brusque mouvement. L'enfant avait peur d'une présence encore invisible pour lui. Il étendit sa conscience plus loin, au moment où un cri déchira la voûte de ce ciel encore bien gris.

    Les nuages obscurcissant les cieux, Aurora qui, allongée sur un tapis d'herbes et de mousses, se prit à tenter de percer ce voile noir s'étant posé devant ses yeux si bleus. Encore sous l'emprise du tumulte amoureux, elle écoutait son cœur battre dans sa poitrine à un rythme effréné. Une main se posa sur cette dernière avant qu'elle ne glisse pour rechercher l'une de son aimé. Bercée par la musique du vent, ses cheveux rependus autour de sa tête comme une corolle, la belle Aurora s'apprêtait à parler et partager ses pensées quand une vive douleur l'obligea à se redresser. Recroquevillée sur elle-même, offrant son dos aux yeux de son aimé, ce dernier pouvait voir s'étendre les marques apposées par le maître de Serafim. Sous la peau plus fine de ses omoplates, se mouvaient une chose qui semblait vouloir sortir, s'extraire.

    Rendue muette par la douleur, la jeune femme laissa la douleur s'effacer peu à peu. Qu'était cet affreux hurlement ? D'où provenait-il ? Des tréfonds d'une église. L'image de l'Inquisiteur se forma dans son esprit en plus du son de sa voix qui l'appelait. Le mugissement du vent couvrit à peine cette épouvantable clameur. Ils approchaient, ses serviteurs. Un éclair zébra le ciel sombre de pourpre. Des silhouettes difformes et ensanglantées glissèrent entre les troncs des arbres. Leurs yeux vides ne reflétaient rien. Leurs bouches ne laissaient échapper que des braillements horribles, des gargouillis....

    Des cadavres. Il leur envoyait des pantins revenus à la vie grâce à ses lugubres psaumes. Jamais elle n'aurait pensé qu'il serait capable de maîtriser de tels pouvoir.

    ~Aurora !
    -cria son père à son adresse en apparaissant aux côtés d'Elias- il a envoyé une armée de morts afin de te ramener à ses côtés ! Ils sont nombreux, très nombreux !~

    Retenant son souffle, l'ancienne asyne allait faire appel à son armure dans une pur réflexe avant de se raviser, se souvenant que cela était impossible. Une pensée s'envola pour Freyja et les artefacts qu'elle avait confié à Serafim. Ceux là étaient en sécurité à l'intérieur de la maisonnée. Seulement... reviendraient-ils tous sains et saufs en cette demeure qui les avaient accueillit ? Le temps n'était pas à la réflexion. Sans plus attendre, elle tendit les mains devant elle pour faire apparaître dans une bourrasque, sa masse à doubles extrémités.

    Aurora était avant tout une guerrière et son instinct venait de se réveiller. «Serafim ! Couvres moi et fait attention à toi ! Il est l'heure de mettre fin à cette sombre machination ! L'Inquisition va tomber !» clama t-elle avant de s'élancer.

    Le hurlement d'un loup accompagna son geste. Elias venait de se métamorphoser afin de suivre la précieuse fille du Matin. À l'intention de son élève, le disciple des corbeaux, il lança par la voie de la pensée : ~°° Révèles ta force ! Disgybl y gigfran ! Joins toi à nous dans cette bataille qui est aussi la tienne ! Pour la sauvegarde de ta nouvelle famille ! Envoles toi !°°~

    Les coups distribués avec adresse portaient le plus souvent leurs fruits. Beaucoup de ces marionnettes tombaient sous la force de la jeune druidesse qui n'avait en rien perdu de sa dextérité. Elle bougeait avec une agilité et une grâce telle qu'on avait l'impression qu'elle glissait sur le sol meuble. Sa célérité 'aidait énormément à palier son manque de puissance brute dut à sa fragile constitution. Ainsi que les mâchoires du loup géant et blanc.

    Aurora entendait les encouragements de son père tandis qu'elle se frayait un chemin dans cette masse grouillante. Un nouvel éclair, et on la vit se perdre dans cette immensité. On ne la voyait plus nul part ! Le druide n'arrivait pas non plus à la distinguer ! Une peur panique envahissait le père adoptif de la jeune femme. Lui, Artus en cet instant se trouva fort dépourvu et impuissant face à cette situation alarmante. Il chercha Serafim du regard pour poser sur lui des yeux suppliants. Le fantôme pleurait. Des larmes glissaient le longs de ses joues éthérées.

    ~S'il te plaît je t'en prie ! Retrouve la avant qu'elle ne soit tout à fait perdue ! Vite ! Retrouve le chemin menant à la cathédrale!~

    Elias sauta brutalement sur l'un des corps décharnés qui s'apprêtait à s'en prendre au jeune homme. D'un mouvement du museau, il l'invita à le suivre derechef.

    Il n'avait plus une seconde à perdre si il désirait retrouver au plus vite Aurora.
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Ven 1 Juin - 19:25

Ainsi le fou croisé essayait de prendre la reine en envoyant ses pions morbides à l'assaut ! Mais le cavalier sombre était là ! Aurora et le druide qui avait de nouveau revêtu sa forme canine chargèrent les premiers. Il était difficile pour l'ancien saint de suivre la progression de l'amazone dans cette mêlée putride, tant elle était rapide. C'était normal après-tout, elle aussi était une guerrière. Ce spectacle lui rappela celui qu'il avait vu lors de l'assaut des Marinas à Asgard. Avec la même fougue la belle druide qui à cette époque était encore la guerrière sacrée d'Irminsul s'était ruée vers un ennemi dont elle ignorait tout et Serafim, les pieds pétrifiés par la peur n'avait pu que la regarder.

Les choses étaient différentes désormais, Serafim ne craignait plus pour sa vie, mais plutôt pour celle de sa compagne. Trop vite ! Les événements s'enchainaient à vitesse démentielle, qu'on aurait pu croire vivre un cauchemar éveillé. Trop tard ! Sans qu'il comprenne pourquoi, la silhouette fine de la femme de sa vie, s'était dissoute, comme absorber par cette lumière vive qui pendant un bref instant lui ôta le sens de la vision.

La conclusion était évidente ! Il s'agissait encore d'une manœuvre de cet inquisiteur dément ! Non ! Pas cette fois !

Serafim était bien déterminé à tuer cet homme avant qu'il n'essaye d'infliger de nouveaux sévices à Aurora. Le chemin lui était tout désigné par le druide à la froideur nocturne, seulement il était encombré par une horde de pions. La veille, le dresseur de corbeau n'avait pas hésité à tuer des vivants, alors aujourd'hui il n'hésitera pas à renvoyer des morts vers le schéol, lieu qu'ils n'auraient jamais dû quitter !

« Dégagez ! Vous êtes sur mon chemin ! »

Une sombre aura émana de ses pores. Elle avait l'aspect d'une nébuleuse sombre, sortie des ténèbres les plus profondes. Cette masse éthérée, l'enveloppa avec la même tendresse que les bras chauds d'une amante avant de subitement se désagréger en des milliers de fragments véloces comme des oiseaux de proie voraces fondant sur leur cible. Au début, de simples formes aux bords irréguliers, les projectiles cosmiques de Serafim prirent la forme de corvidés volant à tire d'aile vers leur cible, déchiquetant sans pitié les membres de pantins qui se trouvaient entre lui et sa dulcinée.

Le cavalier noir prenait les pions et attaquait la tour de l'adversaire !

Cette cathédrale symbole de vertu pour les croyants, mais qui servait de niche à des chiens vicieux, comme ce Gilles de Rais. Le renégat avait balisé son chemin jusqu'au bâtiment des corps inanimé de ses assaillants, mais en voyant les portes massives qui maintenaient l'endroit clos, il savait que son épreuve ne faisait que commencer. Tout cela avait été trop facile, ses sens de druide l'avertissaient d'un danger imminent et mortel, à moins que cela ne soit qu'une simple impression.

Espérons-le....
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Sam 2 Juin - 0:12



    «Ô... Ô... Ô divin éternel ! Miséricordieux ! Poses sur moi ton regard, toi le Juste, le très bon, mon Seigneur ! Enlèves le péché du monde ! Prends pitié de nous ! Oui, prends pitié de nous Seigneur ! Car je suis ton bras vengeur, armé pour le salut de tes pauvres brebis égarées !»

    Il psalmodiait. Encore et toujours inlassablement depuis des heures ! Oui, cela faisait une éternité qu'il déblatérait son charabia. Son discours en plus, n'avait ni queue, ni tête. Pis, j'étais obligé de l'écouter, de ne point laisser échapper la moindre petite miette de ses mots dénués de sens. La croyance. Elle était multiple et singulière à la fois ! Sauf que cet homme avait une idée bien arrêté sur ce concept. Pour lui, pour eux, il n'existait qu'une seule chose, qu'un seul Dieu, qu'une seule entité. Un unique régisseur.

    C'était pour moi inconcevable. Oui, j'avais vu et appréhendé tant de choses ! Je ne pouvais me résoudre à ployer devant cet être odieux, idiot et aveugle ! Je tentais vainement de me défaire de mes chaînes dans un ultime effort. D'elles-mêmes, ces dernières se resserrèrent plus étroitement encore autour de mes poignets, de mes chevilles et de ma gorge. J'étouffais. Tiendrais-je une minute de plus ainsi ? Je ne le savais pas moi-même. Je me sentais si las, si vieux. Pour la première fois depuis longtemps, je sentais le poids des millénaires peser sur mes épaules.

    Un patin. Nous étions tous condamnés à subir ses assauts répétés et immondes. Car encore une fois, se relevaient les corps décharnés et difformes des villageois. Maintenant, des enfants. Et il y en avait tant ! Pauvres petits êtres jusqu'à leur trépas éplorés ! Je les avais entendus gémir, appeler crier ! Ils avaient été les derniers survivants, les derniers à vivre encore jusqu'à lors. Quelle atrocité. Je n'avais pu faire autrement qu'être le témoin de cette scène atroce. Mes oreilles, tout du moins, ne furent pas épargnées.

    Le sang entachait le vêtement du bourreau qui souriait sournoisement. Il se pourléchaient les lèvres tandis que d'un geste dans le vent, il faisait s'effondrer comme des mouches, ses futurs serviteurs. Ils ne tardaient pas à se relever céans, leurs visages figés dans d'affreux rictus. Effroyable spectacle.

    ~Courage.... courage, elle arrive vers toi... notre douce petite Faie ne va plus tarder à présent. Courage mon ami.~

    Artus avait vu juste. Car à peine sentais-je sa présence s'effacer, qu'un mouvement dans l'ombre attira mon attention.

    «Antiokus !»
    Elle était là... radieuse à demie dissimulée dans l'ombre...

    Sauf qu'aussitôt, un rire démentiel éclata. « Te voici Jeanne...Viens, n’aie pas peur, rejoints moi ! Nous sommes seuls ici, personne pour nous déranger ! Ton maître Corbeau va avoir fort à faire avec cette nouvelle vague d'ennemis ! Allez mes enfants, partez ! Rapportez moi sa tête !»
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Sam 2 Juin - 12:40



    «Antiokus...»

    Ce murmure adressé à son maître, se perdit dans sa gorge. Un rire démoniaque qu'on aurait dit issu des confins du Pandémonium, résonna inlassablement sous la voûte immense de la cathédrale. Des gargouilles sculptées aussi à l'intérieur de l'église toisaient l'intruse de leurs yeux exorbités. Elles ressemblaient à l'Inquisiteur, qui, un sourire fou sur le visage jugeait de la tête aux pieds la druidesse au regard clair. Une once sauvage traversa ses prunelles azurs quand la belle vit suspendu et enchaîné, le druide des métamorphoses. «Que lui avez-vous fait ? Monstre !»
    Ce mot sembla toucher le Prêtre à la robe violine. Théâtralement, celui-ci porta une main à son cœur en faisant mine de souffrir le martyr.

    «Ô ma douce Jeanne ! Moi un monstre ? Non, tu sais que je suis la voix du Seigneur ! Son Hérault ! Je suis le guide de ses pauvres âmes égarées ! Ne les vois-tu pas ? Ces impies, je les libères de leurs péchés !» nouvel éclat de rire. Ce démon d'un geste, invita sa nouvelle horde à passer à l'attaque. Médusée, Aurora regarda les enfants la frôler sans s'en prendre à elle. Elle contempla leurs expressions vides, parfois décomposées ou figées dans des rictus atroces ! Qu'ils avaient dû souffrir de la folie de ce personnage !

    Gille de Rais !

    «Viens ma belle enfant, il te faut expier tes fautes. Je saurais être une oreille attentive dans ta confession.» lui intima t-il en lui tendant les deux mains. Aussitôt, elle ressentie une force incroyable l'attirer dans ses bras.

    ~Non, Aurora ! Résiste, entends la voix du Père des Druides t'appeler ! Il a besoin de toi ! Penses à Serafim!~

    À l'évocation du nom de son aimé, la jeune femme raffermi sa poigne sur sa masse. Son cosmos explosa en un millier d'étoiles argentées et ce fut dans un hurlement sauvage que la druidesse s'élança sur l'Inquisiteur. Plusieurs claquements de langue agacés. Paume présentée face à elle, la petite dame du matin sentie ses forces l'abandonner peu à peu. Son visage ne reflétait en rien sa surprise, non ! Elle s'était forgée un masque nouveau ! Guerrière, elle l'était et le demeurera aussi longtemps qu'il le faudra ! Jusqu'à son dernier souffle si il le fallait vraiment !

    Faisant volteface, Aurora se sortie de cette attraction en s'enfonçant dans les ténèbres. À l'instar des oiseaux de proie, perchée sur le cou d'une statue de pierre froide, la jeune fille l'observait, cet odieux personnage qui l'a fixait intensément. Dans ce clair-obscur, se mouva des formes ailées croassantes. Des corneilles, par centaines venaient entourer Aurora. Une demande silencieuse, et Morrigan prit son envol. Celle-ci chercha un temps le renégat qui devait être en prise avec ces enfants-cadavres. Le jappement d'un loup. Elias sans pitié aucune, plantait ses crocs dans les chairs tuméfiées de ses victimes. Un assaut bestial, mais le druide s'inquiétait réellement. Juliette lui avait confié tant de choses qui pour elle, lui avait semblé anodines... Or, de leurs prochains agissements dépendaient de la sauvegarde du Royaume Druidique !

    ~° Serafim ! Ici ! Morrigan ! Elle va nous guider jusqu'à Aurora!°~

    Il ne fallait pas qu'ils se perdent dans ce labyrinthe noir , hostile et froid. L'heure de la confrontation approchait !

    N'entendez-vous pas le glas sonner à vos oreilles ?
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Lun 4 Juin - 20:50

Combattre cette horde de cadavre était comme essayer d'écrire un poème sur le sable noir d'une plage soumise au ressac marin. On avait beau essayer de tracer sur la surface sablonneuse des lettres, que l'eau aussitôt emportait avec elle les écrits dans l'oubli abyssal. Il en était de même avec les gardes morbides du fou ! Combien de fois les crocs acérés du loup s'étaient renfermés sur le cou des revenants ? Combien de fois Serafim avait abattu son poing contre les visages tordus de douleur de ces pauvres pantins de chair. Il semblerait que le nombre d'étoiles qui fleurissaient sur la voute céleste ne soit pas assez grand pour les comptabiliser. Et pourtant, devant lui, devant son regard affolé, comme un mur fait de chair et d'os se tenait l'armée des morts ! Le rempart d'infamie qu'avait érigé le serviteur dément du dieu unique.

L'ironie voulait que l'ancien Saint soit un des maçons de cette structure funeste. Ces enfants ! Il en reconnaissait les visages déformés par la douleur, ses corbeaux leur avaient d'ailleurs déchiqueté une partie de l'épiderme. Un vent glacial de terreur, fit perdre momentanément un peu d'éclat au tison ardent qu'était devenu son coeur. Se pourrait-il que tout cela, n'ait pas de fin ?

NON !

C'est le cri parfaitement identifiable de Morrigan qui le rassura, suivi de la voix d'Elias. La petite dame du matin n'était pas loin et sa fidele servante ailée, lui servira de fil d'Ariane dans ce dédale que la lumière avait abandonné.

« Aurora ! J'arrive ! »

Morrigan lui montrait la voie, à lui de la dégager. Malgré la fatigue qui commençait à alourdir ses membres, le renégat embrasa son cosmos qui s'épanouissait autour de lui comme deux ailes déchirant le noir sans espoir des lieux. Dans les ténèbres angoissantes de ce labyrinthe maudit, Serafim n'avait plus de doute. Il ne craignait ni les vivants, ni les morts, ni ceux qui possédaient les caractéristiques des deux. Son but : se battre pour celle qu'il aime et pour sa future famille.

FUTURE FAMILLE !

Le druide-loup avait bien utilisé ce terme près de la maison. C'était inespéré, mais pourtant il ne pouvant s'empêcher d'y croire. De croire à ce monde idyllique où lui et sa compagne pourront vivre en paix dans le bonheur matrimonial... Mais avant il devait détruire ce mur grouillant !

Une fois de plus les corbeaux fantasmagoriques firent leur apparition leurs serres aussi tranchants que des lames de rasoir, démembrent ces pauvres âmes damnées avec la même facilité que la faux du paysan tranchant les épis d'or, lors de la moisson.

Le glas sonne ! Et c'est pour annoncer les funérailles du dément qui a voulu arracher au dresseur de freux, son trésor le plus cher. Gilles de Rais devait déjà sentir l'humidité du bourbier dans lequel sa carcasse allait pourrir pour l'éternité ! Serafim arrivait plus déterminé que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Ven 8 Juin - 23:28




    Ô Jeanne, ma bien aimée, ma douce fleur de Lys, pourquoi me repousser ainsi ? M'as-tu oublié, effacé de ton cœur ? Moi je me souviens, je me rappelle de ces jours heureux où toi, et moi, discutions, marchions côte à côte sans se soucier des représailles. De ces lourds nuages noirs qui nous poursuivaient. J'avais crus te perdre. Je t'ai retrouvé ma tendre amie, je ne désires plus que tu t'éloignes de moi. Qu'importes tes péchés ! Tes souillures, je te les laverais. Ne te souviens-tu vraiment pas de cette promesse que nous nous étions faite sous l'oriflamme du Roi Charles ? Lire dans tes yeux bleus un tel mépris me fend l'âme Jeanne !
    Je voudrais à présent que tu t'approches, que tu prennes ma main entre les tiennes, comme autrefois. N'entends-tu pas la plainte de mon cœur éperdu d'amour ? Je te le jure, je ne t'ai pas trahi, je ne t'ai pas dénoncé, je voulais te secourir des flammes ! Seulement tu étais si belle sur le bûcher, si solennelle aussi. Je te revois gravir les marches te menant à l'échafaud, vêtue d'une robe blanche trop grande pour toi, toi si douce et fragile. Délicate petite fleur.

    Mon lys blanc, si pur, je revois les flammèches lécher tes pieds, brûler ta mise sans noircir ta peau si blanche. Tu ne sembles point souffrir, car convaincue que la main de Dieu descendrait sur Terre pour t'extraire de ton martyr. Sauf qu'il ne viendra pas. Mais tu n'as point faillit, tu ne l'as pas maudit, dénigré comme l'ont pu faire bien des hommes. Tu était destinée à me revenir ma colombe.
    Dis-moi, est-ce la souffrance de ta vie passée qui t'as poussé à effacer ton histoire ? Celle que tu es véritablement ? La Pucelle d'Orléans ? Je te regardes à demie dissimulée dans l'ombre, me jugeant comme une bête sauvage, un félin prêt à fondre sur sa proie. Pourquoi avoir si peur de moi ? Je ne te veux aucun mal.

    Peut-être que mon livre des psaumes saura te rendre la mémoire ? Comme cette dernière fois sur la place du village ! Ô oui ! Je suis convaincu que c'est le feu qui à éveillé ton esprit ! Soit ! Je vais te venir en aide ma précieuse enfant.

    ~°~°~°~

    Impensable. Comment un tel homme peut-il être capable de faire ce genre de choses ? Un magicien ? Un simple fou ou bien... autre chose ? Je ne saurais le dire tant mon émoi est grand. Nous les druides avons peur des flammes. Cet élément destructeur, nous le craignions. Il avale sans vergogne, tout ce qui est à sa portée, forêts, villages, hommes, femmes et enfants.... Que faire face à tant de pouvoirs ? Je me sentais amoindri, faible. Il en était de même pour Aurora qui luttait contre un pouvoir trop fort pour nous. Il n'y avait qu'une seule personne susceptible de l'aider. Serafim. Sa présence brillait non loin, comme le ferait un soleil. Pourtant, il était enfant de la Lune.
    Sauf que l'éclat argenté de l’œil de « l'Autre » était sans pareil, et bien plus doux que son homonyme. Je prie Dagda pour qu'il arrive à temps.
    Moi Antiokus, me maudit pour être si impuissant. Je suis le spectateur d'une pièce trop insupportable. L'homme jouait avec les cadavres comme si il ne s'agissait que de simples jouets qu'il pouvait jeter une fois trop usés. Je le trouvais ignoble. Abominable.
    Un fou trop exubérant, convaincu d'être Gilles de Rais. Seulement j'ai vu cet éclat dans ses yeux exorbités. Un doute s’insinue en moi avant que je ne me sente défaillir...

    La dernière chose que je vis fut l'immaculée d'une fleur de lys qu'il te tends...

    ~°~°~°~

    «Viens tout prêt de moi, n'ai pas peur de moi Jeanne, là... assieds toi. J'ai quelque chose pour toi.»

    Le regard perdu dans le vague, la jeune druidesse assise sur l'autel, tenait entre ses doigts une fleur blanche, précieuse. Symbole de pureté qu'elle conservait prêt d'elle tandis que ces yeux ne reflétaient toujours que le vide. Son attention portée vers la plante, elle ne fit aucuns mouvement quand l'Inquisiteur l'habilla d'une robe violine, aux broderies d'or et d'argent. Fils entremêlés dans un complexe canevas ! Motifs de la France ! Les derniers lacets noués dans son dos pour souligner la finesse de sa taille ainsi que ses formes et la voici....

    «Ô... tu es si... belle, ma Jeanne ! Là, encore un peu de patience, ce sera bientôt finit» déclara t-il en passant derrière elle afin de commencer à nouer ses longs cheveux de jais en une tresse retombant dans son dos. Un ruban rouge pour parfaire son œuvre, puis, satisfait de lui, il s'éloigna de quelques pas pour juger de son travail. Il affichait sur son visage hideux, un air largement satisfait. Un sourire sembla momentanément adoucir ses traits, réminiscence de ce qu'il fut autrefois , avant qu'il ne redevienne sombre à l'entente de plusieurs croassements rauques.

    Il arrivait, son ténébreux chevalier !

    «Serafim ?» souffla une Aurora hébétée.

    «Non ! -hurla t-il- il ne t'enlèveras pas à moi ! Tu es mienne à présent ! Je te garderais prêt de moi, ou bien... ou bien.... si je ne le puis... je...je.....je.... te tuerais de mes propres mains !»

    Sans crier gare, dicté par un élan de détresse si intense, Gilles de Rais s'apprêtait à commettre l'irréparable. Ses paumes frôlèrent la gorge de la jeune femme qui, immédiatement, tourna ses prunelles vers lui. Cela lui arracha un râle de douleur, une larme amère. Celle-ci glissa lentement avant de chuter sur la joue de la petite dame du Matin. À l'instar du serpent, ses mains enserrèrent le cou de l'Aurore, triste geste qu'il n'arrêta pas. Il serra fort, très fort et la jeune femme ne se débattait pas. De sa bouche, parfois sortait une plainte étouffée, un sifflement. Elle eut un mouvement,enfin, un dernier soubresaut suppliant quand elle empoigna les manches du vêtement du Prêtre. Il ferma les yeux pour ne pas faillir... Ce regard...

    ...Les bras de la druidesse retombèrent mollement...

    Et le lys se froissa sur le sol de marbre. Ses pétales aussitôt, se teintèrent de pourpre...
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 10 Juin - 11:23

Lutter contre cette engeance sombre était comme empêcher le sable de s'écouler d'un sablier grain par grain. Un défi gordien qui ne semblait pas avoir de solution et pourtant, depuis que Morrigan avait fait son apparition pour le guider dans entre les murs sombres de la cathédrale Serafim n'avait pas faibli une seconde. Avancer, avancer et toujours avancer. Qu'importe si ses habits gorgés de sang des damnés alourdissaient ses membres. Le maitre de corbeaux savait que s'il perdait ne serait qu'un dixième seconde dans l'hésitation, il perdra à jamais son amour, tout comme le pauvre Orphée avait perdu son Eurydice.

Cette tragédie ne devra pas se reproduire ! D'ailleurs il semblerait que les morts soient de moins en moins présents sur son chemin. Bon présage ? L'athénien avait quand même cette impression morbide, comme une prémonition qui mettait tous ses sens en alerte. Et cette sensation devenait de plus en plus persistante à chaque pas qu'il faisait dans le ventre de pierre de ce lieu maudit !

Et finalement....

Enfin ! Serafim sourit de soulagement quand il arriva escorté d'Elias et de Morrigan dans une salle. Cela ne pouvait être que la fin de son Odyssée morbide et donc l'endroit ou se trouvait le soleil de sa vie. Mais c'est un cri qui fit trembler les murs poussiéreux de la pièce qu'il poussa ensuite quand il vit l'inquisiteur au-dessus de sa compagne. Non ! Ce n'était pas possible, ce n'était pas elle qui était inanimée sur ce sol sale, qui semblait si morte...

Comme le feu dévore la paille sèche, la haine prit possession de la psyché du jeune homme. Son champ de vision s'était renfermé autour de sa cible, le dément. Le monde autour de lui avait été phagocyté dans un maelstrom de colère. En ce moment il en voulait au monde entier, à ce monde qui lui refusait le bonheur auquel il aspirait tant ! En ce moment il voulait faire payer le monde pour toute la tristesse qu'il ressentait, comme cette fameuse nuit où ses corbeaux avaient décimé le village. Pourtant, il savait que la colère était mauvaise conseillère, mais il lui paraissait impossible de résister à ce sentiment qui comme un nuage opiacé lui faisait perdre toute notion de la réalité. Il y avait cependant qu'une chose qui l'empêchait de sombrer dans un délire meurtrier : Aurora ! Le nuage de colère qui avait obstrué son regard se dissipa un peu et c'est avec une voix tremblotante qu'il s'exprima.

« Rend-la moi ! »

L'injonction était adressée à l'inquisiteur, mais c'est la nuée spectrale de corbeaux du renégat qui fit le premier mouvement. Comme un nuage d'argent, les freux entourèrent la fine silhouette d'Aurora de leurs plumes éthérées et la soulevèrent pour l'amener à la déposer dans les bras de leur maitre. Les genoux du pauvre Serafim perdirent leur force. De désespoir, il s'effondra littéralement sur le marbre de la cathédrale.

« Aurora ! Aurora ! Répond-moi !» Demanda-t-il avec une voix entrecoupée par les sanglots.

Serafim serra un peu plus Aurora contre sa poitrine, en attendant qu'elle se réveille ! Déni de la réalité ? Folie ? Mais l'amoureux pensait réellement que sa belle dormait et qu'elle n'allait pas tarder à se réveiller. Et ensuite, il ira réclamer ses créances de sang au malade.
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 10 Juin - 19:00

Et c'est parti!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 10 Juin - 19:00

Le membre 'Aurora' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 10 Juin - 19:02

Voyons ça... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 10 Juin - 19:02

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Lun 11 Juin - 19:12

Donc petit jet de dés...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Lun 11 Juin - 19:12

Le membre 'Serafim' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mer 13 Juin - 15:39

Finit le temps des pleurs, disparais tristesse amère et coule dans mes veine doux venin de la colère !

Devant l'absence de réponse d'Aurora, le jeune homme au bord du désespoir, imagina le pire ! Dans son état, il était facile pour lui de confondre la léthargie de sa compagne avec la mort. Tendrement, l'athénien posa le corps inanimé de sa belle sur les dalles froides de la cathédrale. Une dernière caresse sur son visage aussi doux que l'ivoire, un dernier sourire et un dernier baiser sur ses lèvres, voilà quel fut le rituel que fit le dresseur des corbeaux avant de renoncer à son humanité.

Tout ce qu'il avait de plus beau, de plus précieux, venait de lui être arraché par cet homme ! Il n'avait donc plus rien à espérer de la vie, plus aucun espoir. Il allait donc se battre avec l'énergie du désespoir, ce qui le rendait plus dangereux étant donné que survivre à ce combat n'avait plus aucune importance.

Et maintenant il était temps d'assouvir sa vengeance. Après s'être levé calmement, il dit à Elias tout en avançant vers l'inquisiteur.

« Eloignez-vous, quitter cet endroit avant qu'il ne s'écroule. Vite !»

Les intentions de Serafim étaient claires ! Il ne comptait pas se retenir et l'intégrité physique des deux druides était dans ce cas menacée. Ils devaient s'en aller et emporter avec eux, Aurora qui gisait sur le sol et il devait le faire rapidement.

Le premier coup du disciple des corbeaux était soudain et brusque, comme les bourrasques d'hiver qui faisaient ployer sous leur violence, la forêt. D'une charge puissante de l'épaule il projeta l'inquisiteur contre un des murs du bâtiment, l'éloignant ainsi d'Aurora. Il n'eut aucun mot pour son adversaire durant cet assaut, de toutes les manières le son sourd des coups violents qui s'abattaient sur le dément aurait couvert le son de sa voix.

Et il frappa ! Encore et encore ! Jusqu'à ce que sa colère ait atteint le paroxysme c'est à ce moment qu'il libera dans un éclair d'énergie sa technique destructrice, sa litanie funèbre. Une lance noire de cosmos jaillit de la paume de l'ancien saint, accompagné d'un inquiétant chant strident. Les prières de tous les pauvres damnés qu'il avait rencontrés près des bois, semblait propulser cette ogive d'énergie droit vers le cœur de sa cible, mais est-ce que cela allait suffire ?





Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 21 Juin - 14:09

Jet de dès
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 21 Juin - 14:09

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 21 Juin - 14:27












    ~°~°~°~

    «Je l'ai tuée ! Je l'ai tuée ma douce, douce petite fleur de Lys ! Ma Jeanne ! Ô non ! Non ! Qu'ai-je fais ?»

    Le fou, les yeux exorbités, contemplait la conséquence de son sombre office. Il venait de commettre l'irréparable, non ! Impossible, c'était tout simplement impossible ! Gilles de Rais regardait ses mains. Ces doigts tremblotants... ils les haïssaient tant ! L'inquisiteur prit sa tête entre ses mains avant de hurler son dépit. Puis, une voix vacillante retentis, faisant manquer un battement de son cœur. Celui-ci reprit sa course douloureusement. Pouvait-on seulement parler de cœur ? Lui qui semblait dénué de sentiments louables ?

    Pourtant, une larme unique roula sur la peau grise de sa joue. Le malheureux venait de lui reprendre sa très précieuse fleur ! Intolérable ! Comment osait-il, l'impudent, à toucher ce qu'il avait de plus cher. Elle n'était pas à lui. Elle était sienne.
    L'homme se redressa avec lenteur, titubant presque par le poids de la culpabilité pesant sur ses épaules. Ses cheveux filasses cachaient l'expression morbide de son visage.

    Son rire tonitruant résonna dans l'édifice religieux quand le maître des corbeaux se lança dans cet assaut désespéré.

    «Tu ne parviendras pas à faire trembler les fondations de la maison de Dieu ! Tu n'es rien, avortons, un insecte ! Je t'écraserais comme un insecte !»

    Sa face hideuse, il la tourna vers le haut, dans les lumières colorées projetées par les vitraux. Ces derniers semblaient prendre vie : à mieux y regarder, on pouvait presque voir les flammes du bûcher se mouvoir et lécher les pieds d'une femme prostrée. Le temps s'évanouit. Il n'avait plus d'emprise sur lui depuis bien longtemps déjà.

    Ravagé, Gilles de Rais n'eut rien à faire pour occulter la douleur de ses chairs. Une lueur crue nimba sa silhouette arquée et les plumes violacées qui ornaient le col de son habit se teintèrent de rouge. Des hurlements stridents retentirent au même moment où un flash aveuglant, englouti la noirceur du lieu...

    «Deus misereatur servo tuo, quia non sumus accipere, sed ego sum ​​manum tuam ultrices currit verbum tuum.

    Deus, peccatorum miserere.[Dieu, prends pitié de ton serviteur, car nous ne sommes pas dignes de te recevoir, mais moi, moi qui suis ton bras vengeur, exécute ta Parole.

    Dieu, prends pitié de nous pauvres pêcheurs. ]»


    Son courroux alla frapper Serafim de part en part ! Ô dans ce tumulte remarquerait-il seulement les formes tordues qui allèrent mordre son corps ?. Aucune pitié pour cet hérétique ! Il allait périr dans son feu vengeur ! Il allait connaître la douleur, lui qui ne désirait pas la rémission des pêchers ! L'inquisiteur ne désirait qu'une chose, voir cet être brûlé vif ! Il espérait tant le voir se tordre de douleur !

    Cette lumière « purificatrice » n'était que la genèse de son martyr...








Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 21 Juin - 15:39







    Quelles sont ces ombres dansant devant mes yeux pourtant clos ? Je suis aveugle, mais je les vois me faire signe de les suivre. Était-ce là l'effet de mon imagination ? Oui, sans doute suis-je en train de rêver. Je comprends ! Je suis sans doute devant les portes du Sidh, et ces formes qui m'invitent à les rejoindre ne peuvent être que les Bensidh ! J'entends leur voix douces et claires m'appeler. Ô douce invitation. Je sens la chaleur de leurs doigts m'effleurer, je ne peux pas décliner leur offre. Je fais un pas en avant. Mais ? Quelle était cette sensation étrange venant de me traverser ? Je pose une main en travers ma poitrine. Mon cœur... il continue de battre à tout rompre et me murmure de m'en aller ! Mais ces créatures, je les connais, se sont elles qui étaient venues fredonner ce même air, perchées sur mon berceau.

    J'entrevois l'image de ces dames diaphanes jeter sur moi des feuilles de chêne, l'arbre des druides. Il n'y a plus de doute possible, je suis un fantôme dérivant entre les deux Mondes. Ici, je ne ressens plus les effets de la Malédiction de la Déesse de l'Amour. Mon sang ne s'écoule plus, et je commence à voir le décor qui m'entoure.

    Les brumes.

    Je souris légèrement en voyant se dessiner devant moi, la silhouette imposante des portes de l'Autre-Pays. Sauf qu'elle ne s'ouvrent pas... Un éclat de lumière s'impose à moi, et je me retrouve de nouveau plongée dans le noir.

    ~°~°~°~

    De nouveau, l'étreinte insupportable de son infortune l’empoignât avec une force inouïe. Mais rien ne s'échappa de sa bouche. Allongée à même le sol, Aurora sentait la froideur mordre sa peau encore tiède. La vie lui soufflait ses couleurs : ses joues pâles reprirent un peu de leur teinte rose et ses yeux s'ouvrirent à nouveau sur le Monde.

    «Serafim ?» Murmura t-elle à demi mots. Le silence puis un rire démentiel... Tout se passa très vite pour la jeune femme. Restant coi et pantoise, elle eut grand mal à se redresser, laissant parfois quelques larmes noires s'écraser contre les dalles en pierre. Une fois sur ses pieds, Aurora frémit en sentant sur elle le regard de l'Inquisiteur. Ignorant ce dernier, la petite fleur de Lys passa ses doigts autour de son cou marqué d'une belle ecchymose.

    Non ! Il n'aurait plus d'emprise sur elle ! Sa domination sur sa personne prenait fin ! Que Dagda en soit le témoin ! Les forces de leur Dieu Unique ne lui seraient d'aucuns recours ! Même si elle n'était pas vraiment en état de combattre, la druidesse était animée par cette volonté inébranlable : celle de sauver ceux qu'elle aimait.

    «Serafim ! » s'exclama t-elle en faisant apparaître sa masse à double extrémités. L'image de la guerrière Irminsul qu'autrefois elle fut refit surface l'espace d'un instant. Guerrière, elle l'était ! Même si elle se battait pour une autre cause !

    « Mae rhith o iâ brathu !»
    Llygad, auréolée d'un nuage vaporeux et glacé, chercha le contact de ce corps difforme. Elle aussi parée de son cosmos verdâtre, Aurora dans un cri rageur, distribua coups sur coups. Comme le félin, la jeune druidesse se mouvait avec grâce et vélocité. La détermination se lisait dans ses yeux vitreux, sans vie. Or si ! Aurora se savait vivante ! Elle le prouvait à mesure de ses gestes. Un dernier coup ! Concentrée, la jeune femme tourna vers l'Inquisiteur, l'autre extrémité de son arme. Une forme rouge s'échappa de la masse pour venir frapper son ennemi avec violence, le propulsant au loin.

    De son côté, elle, sentit les bienfaits de cette nouvelle attaque. Le Père était avec elle, elle sentait son regard sur elle.






Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 24 Juin - 22:56

En essayant de se protéger de l'attaque cosmique de l'inquisiteur, Serafim négligea l'assaut fourbe des ces choses qui entamèrent sa chair. La cruauté de l'attaque lui arracha un cri de douleur malgré lui. L'absence de ce qu'il nommait son carcan de métal se faisait sentir. Réfuter l'autorité des dieux revenait aussi à renoncer à leur protection et le voilà avec sa seule foi en ses capacités contre le religieux zélé.

Seul ! Non !

Alors que petit à petit sa vision perturbée par l'orgie lumineuse de la précédente attaque se rétablissait, il entendit une voix réconfortante et inespérée. Celle d'Aurora, il l'avait laissé si froide, si inerte, si morte sur le sol de cette cathédrale qu'il pensait avoir perdu la raison sous les coups du déments, quand les syllabes qui composaient son patronyme parvinrent à ses oreilles. Mais la puissance des coups qu'assenaient l'amazone venue du nord, ne laissaient pas de place au doute. Aurora était bien là et elle rejoignait le combat à ses côtés.

Serafim en profita pour lui aussi lancer sa seconde attaque. Il n'arriverait pas à faire trembler les fondations d'après Gilles de Rais, voilà une thèse qui méritait d'être éprouvée ! Et pour commencer sa démonstration le maitre des corbeaux généra une vague de cosmos qui fit exploser les vitraux et leurs horribles représentations. Le spectacle des bris de verre qui tombaient sur les dalles comme une averse colorée semblait sortir d'un conte de fée, mais le dessein que leur réservait Serafim était plutôt tiré d'un cauchemar.

Après la lumière place à l'ombre !

Un manteau de ténebres recouvra la silhouette du jeune homme, qui l'instant d'après disparut comme avalé par son ombre. Gilles de Rais ne savait pas à quel point il était dans le vrai en comparant Serafim à un insecte. Discret, insignifiant, fragile et pourtant pouvant représenter un danger certain si on le sous-estimait ! C'est avec la furtivité caractéristique de certains de ces animaux qu'il se faufila dans l'angle mort de l'homme d'église avant de déclencher une de ses plus puissantes techniques.

Le disciple des corbeaux avait rechigné à l'utiliser contre l'étoile des ténèbres, mais dans ce combat, il était bien décidé à en abuser. C'est ainsi qu'il créa deux lames d'énergie sombre acérées par sa hargne et qu'il les lança de toutes ses forces vers la cible. Effet secondaire voulu : le souffle de l'attaque souleva des éclats de verre et les propulsa à grande vitesse sur son adversaire.

Alors, allait-il se relever ? Avaient-ils gagné ? Il y avait peu de chance pour que la bataille s'acheve aussi vite ! Le brun rejoint d'un bond Aurora. Il était tant soulagé de la voir ainsi, mais tant désolé de la voir ainsi impliqué dans ce combat, contre un enemis au pouvoir effrayant.

« Aurora... »

Ses yeux brillaient sous le coup de l'émotion et du bonheur, mais l'heure était toujours à la guerre, tant que cet homme continuera à respirer, alors autant se tenir prêt. Adoptant une attitude protectrice, Serafim se positionna devant sa compagne. Jamais, plus jamais, ce malade ne posera les mains sur elle, il en faisait le serment silencieusement.





Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mar 26 Juin - 18:54

Jet de dès
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mar 26 Juin - 18:54

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-