RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mer 27 Juin - 13:07




~°~°~°~




    Intéressant, vraiment intéressant ! L’inquisiteur jouissait d'un spectacle qui le ravissait au plus haut point. Sa face horrible s'était quelque peu lissée devant ce concert cristallin. Sans un mot, l’orgueilleux tout en dressant un léger bouclier invisible afin de se protéger des bris de verres, contempla cette pluie colorée comme si il s'agissait d'une manifestation divine. Le verre rencontrait la pierre dure et froide, éprouvant sa force, en comparaison de sa finesse, sa fragilité. Cette pensée le fit largement sourire. La rudesse face à l'innocence. Lui et Aurora. Curieuses pensées réchauffant son cœur vieux et usé. Voir sa petite fleur de Lys braver les poings de Dieu avec tant de véhémence ne le laissait de marbre : ses yeux la détaillèrent, comme jamais il l'avait fait auparavant. On aurait dit qu'il la découvrait pour la toute première fois. Dans ses prunelles sombres, une lueur nouvelle les animèrent. Qu'était-ce donc ? Une vieille nostalgie. La voir ainsi drapée de sa robe aux tons violacés, si déterminée à le voir tomber excitait son imagination jusqu'à la démesure.

    «Jeanne, ma fière Jeanne, que je suis ému de te voir brandir les armes à nouveau ! Allons nous donc prendre notre revanche contre le Roi-sanglant ?»

    Il faisait là mention de feu Charles VII à qui ont avait volontiers attribué la faute, impardonnable, d'avoir livré Jeanne d'Arc à l'ennemi. Mensonge ou Vérité ? La réponse variait selon l'individu. Mais pas pour Gilles de Rais. Lui en était convaincu. Certains de ses contemporains s'étaient d'ailleurs accordés à dire que la chute de la pucelle d'Orléans avait entraîné la sienne. Depuis lors, le Seigneur Rais n'avait vécu que dans la débauche et la décadence. Il était un fou, certes, mais un malade ayant inspiré, titillé l'imagination des plus grands. Aussi, son surnom «Barbe Bleue» vint d'un illustre conteur, ce très talentueux Charles Perrault.

    L'homme à l’œil torve ne cillait pas, pas même lorsque Serafim passa à l'offensive. Son livres des psaumes flottait toujours devant lui, projetant une lumière crue et malsaine, des ombres dansantes sur les murs suintant de l'église. Il désirait jouer ? Prouver à sa dame sa valeur ? Soit, il était largement temps d'ouvrir la première danse.

    «Ma mie -commença t-il suavement en laissant l'impudent approcher- toi-même à utilisé contre le moi, l'étreinte froide de Satan. Le démon est l'une de mes vieilles connaissances... -ajouta t-il, mystérieux- autrefois il fut un ami, aujourd'hui je me joue de lui ! Ton bel-ami va ployer sous le joug de ses propres fautes. Regarde !»

    Les pages de l'ouvrage s'affolèrent dans une course folle. Tourne, tourne joyeuse ritournelle ! Les lettres de sang s'illuminent !

    «Aut sanguinem multitudini [Que soit versé le sang, pour la multitude]»

    L'assaut fougueux du couple, il ne pouvait le nier, l'avait atteint sans qu'il ne laisse rien paraître. Cependant, il était de son devoir de répliquer de la plus sournoise des manières ! Son cœur le lui commandait. Il se devait d'utiliser cette technique qu'il s'était juré pourtant de ne plus user. Qu'importe, c'était une autre époque. La situation était différente. Elle exigeait des mesures radicales.
    Aux paroles qu'il avait prononcé, l'homme sembla se voûté davantage tout en levant l'une de ses mains dans la direction du jeune maître des corbeaux. Un pentacle pourpre se dessina sur le front des deux hommes et quand l'inquisiteur rouvrit les yeux, une onde de cosmos pure fut projetée sur le malheureux.

    «Pantin, tu vas revivre les plus sombres épisodes de ta vie ! Ploie sous le joug de ta misérable destinée ! Ce que fut ta vie, reflet de ce qu'elle sera dans le futur ! Oui ! En comparaison de ce que je vais t'infliger, la Mort te semblerait bien douce....»





Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mer 27 Juin - 19:03




Spoiler:
 

~°~°~°~



    ~°- Dieu est mon fardeau, il m'a fait à son image,
    Paradoxe, car il me veut sage.
    Or l'homme, sa création, présente de nombreuses failles !
    Sa main me guide, me blesse aussi parfois....je voudrais qu'il s'en aille.

    Partout où se porte mon regard, je vois son Ombre,
    Il me dit prends garde ! Quand d'autre fois il me gronde.
    Je ne le comprends pas, notre Père.
    Cette voix dans ma tête, faites la taire !-°~

    Pauvre bourreau de lui-même ! Triste héautontimorouménos ! Contempler sa tourmente, c'était se regarder au travers un miroir. Or de ce reflet, elle n'en voulait pas. Cette souffrance, la jeune femme l'avait déjà trop appréhendé. L'heure ne devait pas être à l'hésitation. Douter, c'était faire un pas vers l'acceptation. La pitié. Mais comment sciemment avoir de la compassion pour un tel monstre de décrépitude ?
    Lui comme elle était maudit d'une certaine manière. Peut-être était-ce pour cette raison que la jeune druidesse ne bougea point durant la réplique de leur Juge.

    Serafim la protégeait de son corps. Indestructible muraille dont elle avait une foi aveugle. Par moment, il lui arrivait d’apercevoir ce qui l'entourait. Ainsi, ce fut pour cette raison qu'elle eut le cœur serré par ce spectacle. Cet affrontement absurde n'allait prendre fin qu'à la mort de l'un d'entre eux. Si ce n'est de eux deux. Car pour elle, il était hors de question d'abandonner l'être aimé. Une vie sans lui n'en serait point une. Si d'aventure il venait à périr, aucuns doute qu'Aurora le rejoindrait dans le trépas.

    Mais pas de ses mains à lui. Gilles de Rais.

    «Je ne combat sous aucunes oriflammes ! Ton Roi est mort comme peut l'être celle que tu appelles Jeanne ! Je suis Aurora, la petite dame du matin, pas une chimère qui n'existe que dans ton esprit ! Acceptes au moins sa mort.»

    Son ton était détaché et froid. Tranchant comme la lame d'une épée.
    Il s'attaquait encore à Serafim. Tant d'acharnement le conduirait à sa perte ! Elle allait donc en profiter ! Coupée dans son élan quand un éclat lumineux irradia devant eux, la druidesse sentit que quelque chose n'allait pas. Un bref instant ses yeux purent discerner le dessin sur le front du jeune homme.

    «Qu'est-ce que.... ?»

    Gagnée par une sourde colère, la guerrière ignora la douleur secouant son être pour se précipiter vers l'inquisiteur. L'ire de Freyja l'affaiblissait bien trop vite. À ce rythme, elle craignait que le combat ne soit écourté. Ils avaient très peu de temps s'ils désiraient bouter hors de ce monde, cet affreux individu.
    Dans un cri rageur, elle asséna ses coups qui pleuvaient sur l'homme : à l'instar de cette pluie de verre coloré qui, elle espérait, porterait ses fruits. « L'oeil de Dagda », son arme redoutable, commença à luire doucement. Peu à peu, des volutes ombrageuses vinrent la dissimuler aux yeux des divers spectateurs, qu'ils soient enfants captifs, homme tourmenté ou bien maître éprouvé chuchoteur.

    ~Laisse ma voix te guider petite faie, éprouve la force de notre peuple et utilise la contre les ténèbres. Que le coup que tu t'apprêtes à porter soit aussi vif et puissant que le Dieu Lug quand il brandit sa lance!~

    Un nuage opaque recouvrait l'ensemble de la scène. À présent, on pouvait clairement voir d'au dehors de ce rideau, des éclairs pourpre. Comme s'il s'agissait d'un nuage d'orage. Ce cocon se déploya, vaporeux et une main invita le Corbeau à y pénétrer.

    «Ne crains rien Serafim, ici peut-être aurons nous l'avantage....»







Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Sam 30 Juin - 22:03

Une douleur sourde irradia tout le corps de Serafim. Prenant naissance au centre du symbole maudit qui venait d'apparaitre sur son front et se rependant comme un incendie dans une pinède dans tous ses membres. La douleur était si intense, qu'il en perdit l'équilibre et se retrouva prostré, à genoux, serrant la mâchoire pour éviter qu'un son franchisse la frontière de ses lèvres. L'entendre gémir serait surement un privilège pour cet homme malade, le voir se tordre de douleur sur ces dalles froides ne lui donnerait que plus d'ardeur et le confortera dans ses convictions.

Luttez contre la douleur était facile, mais comment retenir le flux de souvenir qui surgissait du plus profond de sa mémoire comme le pus d'un furoncle. Serafim revoyait ses images de son passé. La mort atroce de sa famille, les brimades de ses contemporains, son ostracisme. Malgré tous les efforts qu'il déployait pour ne pas se laisser influencer par cette force obscure, les larmes du désespoir inondèrent son visage.
Mais un cri déchira le voile ténébreux sur lequel passaient boucle, ces épisodes tragiques de sa vie.

Soudain,la clameur guerrière de sa compagne, ébranla son âme et immédiatement un soleil radieux illumina ses pensées. Il venait de reprendre le contrôle de son esprit, mieux il venait de dompter cette technique démoniaque, grâce à l'amour qu'il éprouvait pour Aurora. Gilles de Rais ne devait pas connaitre ce qu'était ce sentiment, il ne voyait la druidesse que comme un objet de convoitise, un trophée. Pour le maitre des corbeaux, cette femme était devenue l'épicentre de son existence pour tous les jours qui lui restaient à vivre sur cette terre.

« Pauvre fou, cela fait longtemps que j'ai appris à vivre avec mes peines ! »

Le pentacle inscrit sur son front disparut de son visage, alors que le chevalier se redressa fébrilement pour faire face à l'inquisiteur. Une brume s'était répandue dans la salle, imprégnant le cosmos d'Aurora dans ces murs souillés par la présence du religieux.

« Et qu'en est-il pour toi ? As-tu la conscience tranquille ? Toi qui es responsable de tant de mort ! Tu veux revoir le visage de tous ces innocents que tu as massacrés ! »

Le croissant de lune apposé par Elias se mit à luire alors qu'une nuée de corbeaux lumineux et diaphane se regroupa autour de lui. D'un geste il ordonna à ses fidèles alliés d'attaquer férocement son adversaire. Serafim renvoyait vers l'inquisiteur sa propre technique. Ce malade allait se confronter à ses exactions.

Enfin maitre de ses mouvements, le renégat déversa un déluge de coups sur le visage grisâtre de son opposant, avant de pénétrer dans le cœur de la brume en attrapant fermement la main qui l'attendait.

Il ne fuyait pas, il préparait juste sa prochaine attaque.





Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 5 Juil - 20:58




    Les voir lutter pour la préservation était pour lui un spectacle des plus jouissif. Ils se débattaient avec un fougue peu commune dans l'espoir d'être épargnés par la lumière salvatrice qu'il usait depuis des années déjà. Ils ne feraient pas le poids face à la volonté divine. Son attaque à l'encontre de Serafim fut totalement inefficace. Gilles devait au moins admettre cela, cet insecte était plus coriace qu'il n'y paraissait ! Quant à sa petite fleur de Lys, une barrière cosmique suffit à faire rebondir une partie de l'attaque. Hm oui! Tant mieux, il pourrait faire durer cet instant d'intense plaisir. Le temps oui, il connaissait bien cette vieille amie. Souvent, l'homme la tutoyais, comme il pouvait dialoguer avec la folie. À la question du jeune homme, Gilles eut un sourire ironique.

    La brume ténébreuse se rependait...

    « Ô jeune imprudent, j'ai moi aussi appris à vivre de la même manière que toi. Tu apprendras à tes dépends qu'il n'est pas si aisé de balayer ces « peines ». Elles finissent toujours par te ronger. Je n'ai jamais pu accepter sa mort à elle.» lança t-il en baissant les yeux sur son livre des Psaumes.

    Une lueur de tristesse dansait devant ses yeux. Il ne fit rien pour contrecarrer la réplique du maître des corbeaux. Pas un geste, rien. Pis, le religieux écarta les bras comme pour accueillir la sentence. «Jeanne, le destin s'est montré bien cruel. J'ai été autrefois idiot de penser que je pouvais te tirer des flammes du bûcher.»

    En pleine divagation, Gilles de Rais tendit une main vers le plafond, désireux d'attraper une chose invisible aux yeux du couple. Qu'importe les coups qui pleuvaient, il ne ressentait rien. Sa face grise finit par se tordre dans un affreux rictus, crispation traduisant une forte douleur intérieure. On lui avait jadis tout arraché, il était tombé dans un cercle vicieux. Pas d'expiation possible ! Ses yeux gris se voilaient, restèrent figés un long moment tandis qu'un rai de lumière tomba à l'oblique sur lui.

    «Jeanne, pourquoi refuses-tu de comprendre ? Ô ne crois surtout pas que j'ai pus songé à te trahir ! C'est le Roi, oui c'est cet obséquieux personnage qui t'as livré !»

    Devant lui, une multitude de petites poussière d'or dansaient. Ballet insupportable car son regard voyait autre chose, des flammes. Le feu, les cendres emportées par le vent. Ses poings se crispèrent, de même pour sa mâchoire. Il sembla se voûter davantage, avant qu'un cri rageur ne passe finalement la barrière de ses lèvres.

    «Nebula erit mitigata!
    Veritas revelabitur!
    Et fore perveniens de,
    ad interficere tenebris...

    Les brumes seront dissipées!
    La vérité vous sera révélée!
    Et moi je serais la main tendue,
    prête à pourfendre les ténèbres! »

    Du livre des Psaumes, une lumière rouge en jaillit pour venir percer ce nuage vaporeux, mince tissu, faible défense face à la frénésie d'un homme qui perdait pied d'une façon inéluctable...

    Au loin, un corbeau poussa plaintivement, son cri...

    Ô enfants de la Lune et du Soleil ! Prenez garde !







Dernière édition par Maître du Jeu le Dim 8 Juil - 23:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 5 Juil - 20:59







    Comment lutter contre une telle engeance ? Car indéniablement, cet être ne pouvait se prétendre humain ! La façon dont il se laissait guider par ses pulsions témoignait de son aliénation, il vivait dans un autre monde, un lieu connu de lui seul. Gilles de Rais depuis fort longtemps, se laissait bercer d'illusions macabre. Aurora voyait au travers de cette brume, à quel point il pouvait être torturé. Triste, accablé ! Quel passé avait-il bien pu connaître pour ainsi sombrer ? Se pouvait-il que ce fusse l'amour qu'il portait en cette « Jeanne » qui l'ai à ce point rendu... monstrueux ?
    Enfin, elle sentit les doigts de Serafim se nouer autour des siens. Elle le guida jusqu'à elle sans un mot. Aurora écoutait les paroles de cet homme. «Comment peut-on à ce point... se perdre ainsi ?»

    Ses yeux cherchèrent ceux de son aimé, sans doute pour y puiser une réponse à la question qu'elle venait de formuler à voix haute. Même si elle n'attendait pas réellement de réponse. La jeune fille du matin se sentit un bref instant vaciller. «C-ce n'est rien» tenta t-elle de rassurer le jeune homme à ses côtés. Or la malédiction qui l'accablait ne faisait que grandir à chaque instant. Son corps réagissait à ce poison, quoiqu'il advienne, les marques apposées par Elias n'auraient bientôt plus aucunes emprises.

    «I-Il ne faut pas perdre plus de temps !»

    Un hurlement fit trembler les fondations du bâtiment religieux. Surprise, la jeune femme se mit en garde devant le seigneur des corbeaux. Trop tard ! Un faisceau de lumière transperça ce rideau vaporeux. Aveuglé par tant de rouge, la druidesse ne sut que lever les bras devant elle dans l'espoir d'au moins protéger Serafim.

    Quand le nuage se dissipa, mélange de poussière et de bris de vitrail coloré, on pouvait discerner la silhouette prostrée de la jeune femme. Son visage dissimulé derrière sa chevelure noir qui cascadait jusqu'au sol, elle ne pouvait plus bouger au risque de sentir chaque muscle de son corps se raidir douloureusement. À se déchirer presque.

    En corolle autour d'elle, sa robe pourpre se froissait sous le joug d'un vent issu de Dieu seul sait où. Du coins de ses yeux bleus, perlaient des larmes de sang noir, celles-ci finirent leur course sur ses mains crispées.

    ~Serafim... je ne peux plus... bouger ! Je ne sais pas ce qu'il vient de me faire, je j'ai... il faut que tu continue sans moi ! Frappe-le de toute tes forces ! Vise le livre ! C'est là, la source de ses pouvoirs!~

    Llygad reposait non loin, à porté si elle pouvait seulement étendre le bras pour l'attraper... Mais rien n'y faisait, le moindre mouvement lui arrachait un petit gémissement.

    Elle eut la force de lever les yeux vers la haute silhouette voûtée de ce sombre personnage. Une fois encore, la jeune Aurora put sentir une telle tristesse émaner de lui ! Comment ? Comment un sentiment si noble pouvait mener sur un tel chemin.

    ~Tu es si seul Gilles de Rais ! Perdu dans un souvenir trop lointain. Pourtant ! Si vive est encore ta douleur... Mais trouves-tu seulement un réconfort en tuant des innocents?~





Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Sam 7 Juil - 23:34

« Non ! Je t'interdis de la touche espèce de malade ! »

La voix du dresseur de corbeaux déformée par la crainte et la colère retentit dans la nef quand il vit se former autour de la silhouette de la druidesse une effroyable géhenne. Cette prison de flamme contraignait les mouvements d'Aurora, mais elle était consciente, sa voix parvenait à ses oreilles. Cependant, il n'y avait pas de quoi être rassuré, il se doutait bien à l'écoute de ses phrases entrecoupées que la druidesse souffrait.

Une nouvelle fois ce malade avait porté atteinte à sa femme ! Pourquoi s'acharnait-il à la faire tant souffrir alors qu'il déclara voir en elle un amour défunt. Le maitre de corbeau ne comprenait pas et n'arrivait pas à suivre le fil conducteur des actions de ce Gilles de Rais. En d'autres circonstances Serafim aurait surement éprouvé de la tristesse et de la compassion pour cette pitoyable créature. Il avait lui aussi entrouvert les portes de la folie meurtrier, mais heureusement avait su trouver la force de refermer ces battants avant de se faire happer définitive dans un monde de délire et d'hallucination sadique. Tout cela s'était grâce à Aurora qui lui permettait d'être toujours ancré dans la réalité. L'inquisiteur avait perdu cela, il avait sombré dans un abysse sombre sans aucune chance de pouvoir en sortir.

Frapper ! Aurora avait raison, le seul chemin à emprunter pour sortir de cet enfer était celui de la violence. Le renégat se positionna devant l'inquisiteur. Quelques spasmes de ses membres trahissaient son impatience à mettre un terme à ce combat. Mais cela n'allait pas être chose aisée, cette barrière qu'il venait d'utiliser et cette attaque qu'il venait de pétrifier sur place Aurora était révélateur d'une grande maitrise du cosmos. Difficile de croire que tout ce pouvoir émanait de son livre, pourtant Aurora y croyait et par réciprocité lui aussi.

En prélude à l'assaut, Serafim concentra ses forces, tout son corps fut nimbé d'une aura sombre et ondulante se prolongeant dans son dos en deux ailes immenses aussi sombre que le cœur du damné.

Sous une chorale de croassement, l'archange aux ailes tissées de ténèbres se précipita comme une bête enragée sur le vieil homme, fermement décidé à stopper une fois pour toute cette folie.

« Elle n'est pas ta Jeanne ! »

Cria-t-il en frappant sauvagement la tempe de son adversaire avec les deux poings joints.

« Elle n'est pas celle que tu as aimé ! »

Cette fois c'est le bruit sourd du coup genoux qu'il venait d'assener au niveau du diaphragme qui ponctua sa réplique.

« Elle n'est pas celle que tu as laissé mourir ! »

Ajouta-t-il en enchainant deux puissants crochets sur la mâchoire du dément.

« Elle ne sera jamais tienne, elle m'est déjà promise et je tuerai quiconque qui essayera de me l'enlever ! Tu comprends ! S'il te reste un peu d'humanité et de lucidité ,abandonne ! »

La clameur des corbeaux s'intensifia et instantanément une gerbe d'énergie jaillit de la paume de la main de l'Athénien pour détruire tout ce qui se trouvait sur sa ligne de mire, homme comme livre maudit.




Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 8 Juil - 23:47

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 8 Juil - 23:47

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 '6' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 '6' :

#2 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mer 11 Juil - 14:18










    « Elle n'est pas celle que tu as laissé mourir !»

    Qu'importe les coups, qu'importe ce goût de sang emplissant sa bouche, âpre et amer. En comparaison à ces poings pourtant hargneux, la force de ses mots, de cette phrase fut bien plus dévastatrice que tout autre chose.
    Quelque fois, il fallait l'admettre, l'attaque verbale pouvait se révéler bien plus efficace que n'importe quel coup. Ô s'il s'agissait là d'un moyen de le déstabiliser, cet homme avait de quoi se réjouir ! Il venait de parfaitement réussir son entreprise !
    Belle vindicte en effet ! Comme cela lui faisait mal, si mal ! Impitoyable souffrance. Gilles de Rais n'était jamais parvenu à chasser ses plus sombres chimères. Elles ne cessaient jamais de le tourmenter, de le poursuivre où qu'il aille ! Quoiqu'il fasse.
    Rien, rien ne pouvait atténuer cette douleur. Les vieilles blessures ne guérissent jamais.

    Arc-bouté vers l'avant, les bras ballants, l'homme de foi ne parvenait pas à contrôler les tremblements qui secouaient de temps à autre, ses épaules voûtées.
    Les traits de son visage se tordirent dans une grimace le rendant plus monstrueux encore. Il releva sa face horrible vers celui en qui il portait une haine incommensurable. Serafim serait le premier à périr de sa main puisqu'il était un obstacle à son bonheur ! De profondes rides creusèrent son visage émacié, sa peau de cire éclairée par une lumière crue provenant d'au dehors.

    Le silence. Il n'y avait que lui, triste compagne dont il voulait se défaire. Personne à qui parler. « Lui » n'était plus là pour partager ses pensées, ses déboires. Ô il détestait le silence, cette vieille mégère à la bouche irrémédiablement close.
    La briser ! Le briser !

    Longue plainte s'envolant dans la nef. Cri d'épouvante, prélude à un concerto bruyant. Des corbeaux par centaine entamèrent leur chant lugubre, promesse funeste quand leur maître s'élança de nouveau pour d'attaquer.
    Lui qui était mue par le plus beau des sentiments qui soit !


    «C'est inutile.» fit-il en se laissant happer par cette force noire et voluptueuse. Si proches, il sentait le souffle du combattant quand il se pencha vers lui, relevant ce visage vers le sien. Ses doigts s'accrochèrent à ce cou gracile, oui, autrefois il fut aussi charmant que lui. Un preux chevalier en quête de gloire honorable. D'une demoiselle à protéger, d'une cause à servir. Doucement, il s'approcha de son oreille pour lui susurrer cette vérité.
    «Tu me détestes, n'est-ce pas ? Mais toi et moi ne sommes pas si différents. En réalité je dirais même que nous sommes pareils.» continua t-il avec une nostalgie non feinte. Yeux dans les yeux pour une nouvelle confrontation.

    Chaque être humain possédait une partie de noirceur. L'enfant de la Lune n'échappait pas à cette règle établie depuis la nuit des temps. Il l'avait prouvé en s'en prenant à ces innocents, ces villageois perdus entre deux mondes.


    «Oserais-tu affirmer le contraire ? N'as-tu point ressenti un certain frisson en commandant à tes familiers noirs de tous les exterminer ?»

    Oui ! Il n'y avait rien de plus jouissif en ce bas monde que de faire couler le sang de ces infortunés ! Gilles avait eu la main mise sur leur triste existence, lui, ce démiurge implacable ! Cette réplique, ponctuée par un rire sadique, s'éleva un long moment. Ses yeux globuleux et aussi noir que la mort se posèrent sur la silhouette prostrée d'Aurora. Les flammes peu à peu se retirèrent. Par sa simple volonté, le livre absorba ce nuage noirâtre qui cachait sa haute silhouette.

    «Vous avez vu juste humains ! Ce livre des Psaumes est la source de mes pouvoirs ! C'est lui qui absorbe toute vie !»

    Une main invisible projeta au loin le renégat avant qu'il ne soit lui-même encerclé par un mur de flammes. Le bûcher.


    «Iustorum triumphabit, suus 'a magnus secui cum surrexerint impii abscondentur homines [Quand les justes triomphent, c'est une grande fête; quand les méchant se lèvent, chacun se cache.]».

    Voilà ce que révèle la Bible !





Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Mer 11 Juil - 15:25



[list]


Il n'y avait pas que les flammes du bûcher, autre chose faisait calmement son office, étouffant la druidesse dans ses bras cruels. Lutter contre cette chose invisible était vaine, tout comme vouloir à tout prix lever ce voile qui obscurcissait la vue de cet homme de foi. Inutile car la raison l'avait délaissé depuis fort longtemps. Depuis combien d'années ? Le corps d'Aurora se figeait de plus en plus, comme si Méduse avait fait appel à ses serpents. Très pâle, la jeune femme sentait son sang se retirer de son visage. Exsangue si elle ne tentait rien, elle aurait très vite fait de mourir. Ces flammes auraient raison d'elle, si ce n'était cette étrange force qui comprimait sa poitrine. Légèrement soulevée hors du sol, la druidesse eut la force de s’agripper à cette chose... visqueuse. Étonnée par ce contact, la jeune femme concentra son cosmos qui apparut en volute verte autour d'elle, révélant ce qui était tantôt caché.

Des tentacules s'enroulaient autour de son corps, désireuse de la voir manquer d'air. Seulement, l'aura qu'elle dégageait semblait irrité la bestiole issue du Livre des Psaumes. Celle-ci émit un gémissement plaintif. Constatant qu'elle pouvait se dégager, la jeune fille de l'aube saisit sa chance ! Il lui fallait échapper au plus vite de cette fournaise ! Oui ! Elle devait rejoindre Serafim, le préserver de cette attaque !

~° Lâche moi!°~ pensa t-elle en se débattant. Mais la créature semblait têtue. À peine Aurora eut la possibilité de poser un pied à terre qu'elle fut aussitôt rattrapée. L'horreur tentaculaire l'attrapa par la cheville pour la suspendre haut sous la voûte de l'église. Son instinct lui dicta la prudence et d'agir avec toute la vélocité dont elle était capable. Serrant les dents, elle appela Llygad qui se matérialisa dans ses mains. Sans prendre un instant, la belle trancha l'un de ces bras flasque. En réponse à sa réplique, ce fut à Gilles de Rais de pousser un cri abominable.

~Petite Faie, si tu ne fais rien, douloureuse sera ta chute ! Ouvres tes ailes!~ l'exhorta son mentor qui peu à peu reprenait conscience. Mais ? Que voulait-il dire ! Qu'est-ce qu'elle pouvait faire de toute façon à cette hauteur à par se voir tomber à l'instar d'une pierre ? Son cosmos sans doute lui serait bénéfique mais en user davantage serait dangereux ! Que faire alors ? Paniquée, elle referma ses prunelles bleutées.

«Serafim !» cette interjection sembla faire échos à quelque chose caché dans son sein. Ouvrant grand les bras une énergie issue des étoiles nimba sa silhouette, ses vêtements froissés par la vitesse à laquelle elle était précipitée. Les symboles apposés par Elias s'étendirent sur toute la surface de sa peau de nacre et avant qu'elle n'atteigne le sol en marbre, il y eut un déchirement...

Le silence.

Quand elle rouvrit les yeux, la jeune brune resta interdite tant la stupéfaction était grande. Ses pieds ne foulaient pas les dalles froides en marbre blanc ! Au lieu de cela, elle restait suspendue dans les airs tandis qu'elle sentait s'écouler dans son dos, une fluide chaud et pourpre. Ses ailes avaient transpercées ses chairs, faisant fi de la peau et de sa mise. Délicate pellicule d'argent, ces jeunes ailes s'épanouissaient doucement sous la lumière laiteuse. Leur forme n'était pas définitive, elles semblaient tendre à ressembler à des ailes de papillon. Leur fragilité sans équivoque, démontrait leur jeunesse, du tissu, de la soie. Alors Antiokus n'avait pas menti en parlant de Faie ? Ces créatures peuplant les contes pour enfants ?

Vrombissantes, ces dernières lui permirent d'éviter une seconde attaque du monstre aux bras multiples. Mais impossible d'atteindre son bien-aimé prit dans le piège de l'Inquisiteur ! La douleur faisait toujours battre son cœur plus rapidement qu'il ne le devrait, or, l'adrénaline lui faisait oublier en partie cette souffrance.

«Lâche-le !» s'écria t-elle en brandissant Llygad qui se para d'une couche de givre.

D'elles-même, ses ailes se replièrent dans son dos quand elle tomba littéralement sur l'homme au teint gris. Celui-ci la rattrapa dans un réflexe tandis qu'un sourire triomphant étirait ses lèvres bleues.

«Un Ange, un Ange mais bien-sûr ma chère Jeanne, cela explique tout bien-sûr ! Quel sot je peux être !» clama t-il, faisant fi de ces coups qu'elle lui portait. «Ne te débats pas ainsi...» fit-il en déposant un baiser sur son front.

«Serafim ! Échappes toi !»





Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 12 Juil - 20:26

Cette fois, ce fut au tour de Serafim de se retrouver emprisonné dans une geôle de flamme. L'air chauffé par le feu, devenait irrespirable. Cela ne faisait que quelques instants qu'il s'était retrouvé emprisonné et il sentait déjà les effets néfastes de la chaleur s'installer en lui et dire qu'Aurora avait encaissé cette attaque, qu'elle avait du subir cet horrible supplice. Décidément son adversaire était vraiment un sadique, il ne se contentait pas de répandre la mort dans le monde, mais il faisait souffrir ses pauvres victimes.

*Cruelle techniques ! Je vois bien ta finalité, mais c'est la dernière fois que tu blesses un être vivant !*

Motivé par la voix de sa belle, qui avait repris le combat. Serafim traversa d'un bond le mur de flamme qui le séparait de l'affrontement. Grande fut sa surprise quand il constata les changements morphologiques de sa compagne. Quelle vision magnifique, elle était là, portée par des ailes de mousseline, face à ce démon à peau grisâtre qui une fois de plus avait osé porter la main sur sa peau opaline.

Encore une fois ! Il osait la toucher ! N'avait-il pas pris en compte les avertissements de Serafim ? Pauvre fou, s'il avait tout simplement abandonné, il aurait eu une chance de survivre à cet affrontement. Il était désormais trop tard, ce combat ne pouvait qu'avoir une conclusion funeste.

La réaction du jeune fut rapide et instantanée. Usant de sa technique de déplacement rapide, le maitre de corbeaux disparut momentanément de la zone, accompagné d'un étrange bruit sourd faisant penser à la complainte d'une flamme ballotée par une brise furieuse. Il réapparut une fraction de seconde plus tard, dans le dos de son adversaire, si près, que Gilles de Rais pouvait sentir l'odeur de sa peau et de ses vêtements brulés lors de son évasion de la prison de flamme.

Serafim était animé de pensées meurtrières pourtant c'est avec calme et sérénité qu'il prit la parole.

« Tu as raison pauvre fou, j'ai éprouvé du plaisir quand j'ai commis ces atrocités ! »

En effet, il ne pouvait nier avoir ressentit un certain plaisir en envoyant sa tempête de plus sombre s'abattre contre de simples villageois. Mais cela ne le rendait pas identique au dément. L'extase qu'il avait pu éprouver s'était dissout dans un océan de remord.

« Mais j'aussi éprouvé du remord et je sais que pour le reste de ma vie, je verrai les visages déformés de douleurs de ces pauvres malheureux, j'entendrai leurs cris. Connais-tu le remord ? Connais-tu la culpabilité pauvre fou ? »

La jambe de l'Athénien déchira l'air et s'abattit avec rage sur le corps fatigué par la vieillesse de son ennemi. Un coup suffisamment puissant pour projeter son opposant dans les airs.

« Il est trop tard cependant pour regretter, ta misérable vie s'arrête ici. »

Les lames sombres de Serafim prirent forme au-dessus de sa tête. On aurait dit deux croissants de lune taillés dans l'onyx la plus scintillante qu'on pouvait extraire du ventre de la terre. Et c'est deux merveilles létales animées par la même volonté assassine que leur créateur se ruèrent en produisant un sifflement strident sur l'inquisiteur afin de déchirer sa chair.







Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 19 Juil - 22:00

Jet de dès
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Jeu 19 Juil - 22:00

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Ven 20 Juil - 22:03




    «La culpabilité est morte en même temps que mon humanité et ce depuis fort longtemps.»

    Bien d'autres sentiments lui furent arrachés par la main du feu. Depuis ce jour funeste où il avait vu sa bien aimée périr dans les flammes. «Jésus, Jésus, Jésus !» avait-elle clamé par trois fois avant de détourner les yeux du ciel.
    Regarder ailleurs fut pour lui chose impossible. On l'avait contraint à reculer au risque qu'il ne la rejoigne dans les flammes du bûcher crépitant. Gilles se souvenait encore des cendres qui s'envolaient à tous va, emportées par le vent. S'il avait pu les capturer lui-même, peut-être aurait-il put garder une partie de sa Jeanne d'Arc. Celle d'autrefois, celle qui se souvenait de lui, celle qui le voyait tel qu'il était vraiment.

    Cela lui arrachait le cœur de la voir s'éloigner de lui de la sorte. Pire encore, de la voir avec un autre. Un voile de folie recouvrait son regard exorbité. Désormais, le Baron de Rais ne riait plus. Il sentait au dessus de sa tête, planer le danger, sa plus dangereuse rivale : la Mort. Les coups ne vinrent jamais, où la sensation fut si légère, volatile que l'inquisiteur n'y prit pas garde. D'un coup, le voici évaporé à quelques mètres de là, nimbé de la lumière qui tombait à l'oblique depuis le vitrail brisé.

    «Ta volonté est grande, maître des corbeaux, mais tu n'es pas de taille à lutter contre moi. Ma force est plus forte encore. Soumet toi à la volonté divine !»

    Une déferlante s’abattit sur l'homme aux cheveux noirs. Une vague rouge comme le sang, monstrueuse et rugissante ! On aurait dit une gueule prête à les avaler tout deux ! «Dominari! Virtus mare engloutiras totum sanguinum proditor! Pudor in te ! Amen !»

    Gilles de Rais savait sa fin proche, mais il ne désirais pas mourir, ni fuir. Sa conscience, enfin le peu qui lui en restait, lui soufflait de faire face, que c'était là un exutoire, qu'ils représentaient sa salvation.
    Or il n'avait pas dit ses derniers mots ! Même acculé comme une souris par un chat, il se démènerait comme un beau diable !

    Il n'était pas encore battu. Pas encore.

    Le livre des Psaumes lui murmurait de tenir encore un peu.

    Il n'était pas encore temps.

    Pas encore.




    _________________





Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Ven 20 Juil - 23:14





    ~Tu es semblable à un bouton de rose Aalanna, lentement tu t’épanouis malgré la froidure qui t'entoure, une corruption abjecte dont tu te préserves, pour mieux éclore quand vient le soleil.~

    Aalanna...


    Pourtant, il n'y avait que le noir. Oppressant, si présent où que l'on portait le regard. Si ses deux prunelles azurs parvenaient à distinguer les couleurs, elles lui paraissaient bien fades. Cette voix aussi, qui résonnait dans sa tête, celle d'Elias, ne la réconfortait pas sur la situation. Car il se pourrait très bien que le soleil ne reparaisse jamais à l'horizon !

    Et qu'adviendrait-il alors ? Ô mais non ! Elle ne pouvait voir le halo lumineux qui nimbait sa personne d'une douceur enchanteresse. On aurait dit une vraie créature issue des contes pour enfants. Un être délicat et fragile qui se dressait dans toute sa splendeur mystérieuse. Ses ailes diaphanes s'agitaient follement pour lui permettre de s'élever au dessus du sol. Aussi, éviter la vague qui surgissait devant eux serait aisé ! Seulement, en voulant sauvegarder Serafim de cette tourmente, elle ne put en éviter une partie, qui, perfide comme le serpent, gela son être entier. Aurora roula au sol, entraînant Serafim dans sa chute.

    Quelque peu confuse, la druidesse lentement, se redressa avant de constater qu'elle écrasait son bien-aimé de son poids. Un sourire étira ses lippes vermeilles et un bref instant, la jeune femme se permit un moment d'égarement : elle se pencha pour venir cueillir un léger baiser sur les lèvres ensanglantées de Serafim. Dans ce mouvement, sa chevelure blonde caressa la peau blanche du jeune homme, dissimulant leur deux visages de ce rideau soyeux. «Nous allons chasser la noirceur Serafim, oui, nous allons bientôt pouvoir marcher sur un sentier de lumière, je le sens. Toi et moi seront heureux...»

    Du sang coulaient encore de ses plaies toutes jeunes : il séchait en même temps que les larmes noires sur son visage d'albâtre. Tendre une main vers Serafim, juste le temps d'une nouvelle étreinte et la revoici dans son rôle de guerrière. Sa voix, impétueuse résonna inlassablement dans la cathédrale.

    «Jamais nous nous soumettrons à un Dieu tel que le tient ! Il est cupide et méprisable ! Il ignore ses créations et joue avec pour mieux les jeter quand il en a assez ! Non ! Jamais nous nous inclinerons devant un Bourreau !»

    Le mot sembla faire sourire la créature de cet Être unique. Fatiguée de ces discours qui ne mènent à rien, la jeune femme ouvrit ses ailes en grand avant de s'armer de Llygad. «Ton seul Juge sera le grand Dagda !»

    Son cosmos l'enveloppa d'or. Antiokus, qui l'observait, se murmura à lui-même alors que la demoiselle du Matin passait à l'action.

    ~°L'Aube se lève...°~

    Et un cri retentissant fit trembler le monstre ténébreux...





Revenir en haut Aller en bas
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 22 Juil - 16:59

La puissance de la riposte, bien qu'elle fût amortie par le corps d'Aurora, lui secoua l'échine. Il ne voulait pas quitter le monde de vivant, ce fou ! Telle une tique accrochée sur le dos d'un chien, il semblait fermement décider à lutter jusqu'au bout de ses forces...Un comportement bien humain, qui ne collait pas avec ses précédentes abnégations. Pourtant, il devait déjà sentir le froid cruel de la lame de la cruelle faucheuse qui s'impatientait déjà. Elle n'était pas la seule ! Le maitre des corbeaux commençait aussi à perdre patience. Il voulait en finir, afin de commencer à profiter du bonheur dont Aurora lui avait donné un avant gout en collant ses lèvres aux siennes.

L'urgence de la situation ne parvint pas à gâcher le gout sucré de ce baiser, même le gout métallique du sang qui lui saturait le palais s'évanouit quand il sentit le cœur de son amour battre à l'unisson du sien. Un interlude paradisiaque dans ce concerto infernal et une parole encourageant !

« Oui ! Nous serons heureux ! » Répondit le disciple des corbeaux en laissant glisser ses doigts dans les cheveux de sa belle.

L'espace d'une fraction de seconde, il se permit d'entrevoir ce sentier lumineux que venait d'évoquer la jeune druidesse. Il devait garder à l'esprit ce pour quoi il se battait, ce n'était pas un combat pour un gain de territoire, pour de l'argent ou pour la gloire ! Sa cause n'avait rien d'altruiste, il guerroyait contre cet apôtre des ténèbres uniquement pour son bonheur ou plutôt pour le bonheur de d'Aurora, pour vivre en paix, libre dans un ciel de quiétude débarrasser des rapaces et autre oiseaux de proie comme Gilles de Rais. Un but égoïste mais légitime, l'homme n'a jamais recherché le malheur pourtant il se plait à s'enfermer lui-même dans des carcans. Il serait tellement plus facile de vivre sans doctrines, sans cela jamais une abomination comme cet inquisiteur aurait pu naitre.

L'ancienne Asyne allait bientôt lancer son attaque, Serafim se mit aussitôt en position de garde, faisant gonfler son cosmos à tel point que les murs de la pièce prirent une teinte crépusculaire. Un dernier regard à Aurora et il put l'admirer alors qu'elle semblait avoir carrément fini sa métamorphose.

« Tu pourras donc dire à ton créateur en personne que jamais nous nous soumettrons à lui. »

L'Athénien bondit au-dessus de son adversaire et poussant une clameur guerrière lança une nouvelle fois deux lames incurvées sombres entièrement composée de cosmos. Est-ce que ses projectiles allaient toucher leur cible cette fois ? Il le souhaitait ardemment. L'inquisiteur était affaibli et cet état de vulnérabilité ne le rendait que plus dangereux. Serafim le savait déjà fourbe et il craignait qu'il n'use d'une autre ruse comme lors de sa précédente charge pour esquiver. Cependant la certitude de remporter ce combat n'avait pas quitté son esprit, qu'importent les obstacles et les ennemis, comme l'avait dit Aurora, ensemble, ils chasseront la noirceur et l'engeance qu'elle enfantera.

« A moins que tu atterrisses directement dans les limbes de l'enfer pour tous les crimes que tu as commis. » Cracha avec dédain le maitre des corbeaux quand il se réceptionna avec souplesse sur le sol de la cathédrale.





Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 22 Juil - 19:34










    ~°~ Tu as vraiment oublié ton serment chevalier. Tu es devenu tout ce que tu exécrais, un démon vil et corrompu qui pense sincèrement faire Justice au nom de notre Dieu. Ô Gilles de Rais, comme je suis triste de te voir à ce point tourmenté. Vois donc ces deux êtres lutter ensemble, vois donc leur amour si pur, si beau irradier.

    J'ai toujours été à tes côtés, à force de côtoyer les Ténèbres, pensant trouver plus radieuses lumières, tu m'as oublié... Et pire que tout, tu as oublié ta promesse, celle que tu m'as faite, celle que tu as faite agenouillé devant mes cendres éparses. Voici qu'à présent tu te dresses devant tant de splendeur que tu abandonnes toutes luttes : toute la vérité t'es révélé, et toi, tu veux l'embrasser. Suis ma voix, je te guide auprès de moi.

    Ô Gilles de Rais... tu n'es plus qu'une coquille vide.~°~


    Le Livre se referma dans un bruit sec. La silhouette figée de l'Inquisiteur plus que jamais voûtée, tranchait dans la lumière pâle d'un nouveau matin. Perdu. Depuis bien trop longtemps, perdu, oui perdu sur un chemin qu'autrefois il avait osé emprunter par désespoir de cause. Du sang, partout, tâchait sa robe, sa peau ivoire. Il avait mal si mal qu'il n'en gémissait plus. Puis, lentement, il tourna son visage là où la voix s'était adressée à lui. Un main tenant son cœur, il tomba à genoux, prostré entre les corps tordus des enfants à qui il avait volé la vie. Un vain sacrifice.

    «Tous, tous ! Vous m'aviez tous abandonné ! Je ne suis qu'un homme ! Oui je n'ai pas peur de l'affirmer, je ne suis qu'un mortel, un pantin dépossédé. La folie m'a enveloppé de ses bras mais maintenant je suis lucide, libre d'exprimer le fond de ma pensée, ma mémoire gâchée ! Ô Jeanne, triste Jeanne, je t'en prie, ne pleure plus. -il sembla lever avec douleur, une main vers une chose invisible. Sauf qu'il rencontra réellement la douceur d'une joue.- Ô... que je suis malheureux, si triste de ne point t'avoir rejoint plus tôt. Par pur égoïsme... je voulais tant te retrouver ! Pouvoir te toucher, te ramener d'entre les Morts ma précieuse amie. Te voir trahie de la sorte m'a fait basculer. J'ai honte. Si honte»

    Maintenant qu'il était libéré d'un poids, on aurait dit que Gilles de Rais reprenait une consistance plus humaine : ses joues se colorèrent, un fin sourire, un vrai et beau sourire adoucie son visage émincé. Et enfin, un soupir de soulagement s'échappa. Comme le Livre des Psaumes s'échappa de ses mains. Ses doigts recherchèrent le contact familier de ce vieux manuscrit. Il rencontra un regard azur.

    «Une mort retardée. Mais j'ai enfin pus sentir la douce caresse de la délivrance, approche Jeanne, toi aussi maître des corbeaux, veillez je vous prie prêter attention au récit d'un vieil homme épris et que l'Amour perdra.»

    Dans un chuchotement, il leur fit part de ce que fut sa vie, entière, sans omettre un détails. De bien sombres confessions, des réalités, des révélations, des explications. Un nouveau soupir. Dans un ultime effort, il tendit son précieux ouvrage encore dégoulinant de sang vers Aurora.

    «Finalement, la force de votre amour vous à préservez de ma folie. Promet moi de vivre ma petite fleur de Lys, et souviens toi, souviens toi qu'il est précieux de vivre aux côtés de celui qui fait battre ton cœur. Le fait chavirer. Peut-être... oui j'ose espérer qu'un jour... nous nous retrouvions...dans d'autres circonstances. Une autre vie. Pour un nouveau commencement.»

    Sa main retomba mollement sur les dalles froides de la cathédrale. Quel était ce silence morbide ?

    La fin d'un chapitre. Le commencement d'un autre.






Revenir en haut Aller en bas
Asmita


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 817

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
210/210  (210/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 22 Juil - 19:39

Victoire de Serafim et Aalanna
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   Dim 22 Juil - 23:42




    Ce bonheur naîtrait un beau jour, la jeune fée en avait la certitude. Il leur apparaîtrait au moment le plus opportun, ainsi en avait décidé la Grande Trame. Le feu venait de s'éteindre, lentement, il ne serait plus que petites flammèches faiblissantes. Elles pourraient disparaître d'ici quelques secondes, comme cet être torturé là-bas, n'ayant esquissé aucunes contre-attaque. Rien, Gilles de Rais n'avait rien fait pour tenter de sauver son existence.
    À la place, il se tenait immobile prêt à accepter son sort, son trépas. À l'accueillir la conscience tranquille : mais pour cela il lui fallait obtenir l'absolution, se confesser. Accepter ses fautes, demander le pardon.
    Quand elle ouvrit la bouche, une autre voix s'exprima à travers elle, Aurora en fut étonnée, mais accepta le phénomène, comprenant qu'un fantôme désirait s'adresser directement à lui. Elle sentait durant cet échange, que leur deux cœurs fusionnaient et échangeaient eux aussi d'une certaine manière. Longtemps, elle resta interdite pour laisser libre cette voix œuvrer à sa guise. Une puissance chaude et pure semblait trouver échos dans son propre cœur.

    Jamais auparavant, la druidesse n'avait appréhendé pareille chose aux cotés d'un défunt. L'âme qui lui avait demandé refuge était d'une bonté sans limite, l'exacte opposée de Gilles de Rais. Or, pourtant, l'aura qu'elle dégageait paraissait enlever le voile de souillure qui l'enveloppait. D'un léger mouvement de la main, la jeune femme blonde invita Serafim à la rejoindre. L'heure des révélations sonnait et elle lui prêtait une oreille attentive, animée par un sentiment de pitié, pareil à celle qui se faisait appeler Jeanne d'Arc. À travers la fille du Matin, le fantôme observait son ancien ami et confident, s'en aller pour son ultime voyage.
    Une larme, puis une seconde glissèrent sur sa joue sale. Dures épreuves surmontées, une page du livre tournée.
    Jusqu'à ce que la Mort vienne le chercher, figer ses prunelles, Aurora conserva l'une de ses mains ensanglantées entre les siennes.

    «Il a finit par ouvrir les yeux, il est parti dans un monde meilleur, désormais, je me sens apaisée... plus que jamais.»

    Si on ne pouvait savoir qui s'exprimait, la même douceur pouvait être lue dans ces yeux azurs. Tout autour d'elle, s'étalait comme une corolle, le tissu lisse de sa robe dont il l'avait drapée. Une vive émotion peigna son visage de porcelaine en même temps qu'elle se détaillait. Quoique déchirée par endroit, la mise violacée rehaussait les couleurs la définissant ainsi que la transparence de ses ailes délicates repliées dans son dos.
    Pensivement, elle caressa la tranche en cuir du Livre des Psaumes. Aussitôt, Aurora se sentie investie d'une nouvelle force. Les larmes noires furent réprimées et la jeune femme ressentie une énergie bienfaisante l'envelopper.
    «Adieu Gilles de Rais.»

    Sa main replaça les siennes contre son cœur. D'instinct, elle ôta le crucifix qu'il portait à son cou pour le poser sur le front de l'homme à présent aux mains de Dieu.

    Puis le silence s'installa.

    ~Il nous faut repartir, la cathédrale s'effondrera très vite, ce n'est plus qu'une question de minutes.~ déclara Elias tout en chargeant sur son épaule, un Antiokus inconscient.

    En effet, à peine les paroles prononcées, qu'un tremblement secoua les fondations du monument. Il leur fallait se hâter de rejoindre la sortie. Un dernier coup d’œil en arrière pour la silhouette allongée et la jeune femme s'empara de la main de son aimé. Une fois dehors, la lumière du soleil l'aveugla. Mais voir ce ciel bleu s'étendre à perte de vue au dessus de leur tête, infini, la fit largement sourire. Un véritable soulagement l'emportait plus loin tandis que derrière eux, pierre par pierre, l'église s'effondrait.

    «La fin d'un cauchemar»

    Soudainement, la jeune femme tituba : elle se raccrocha au bras de Serafim alors que ses ailes, douloureusement, réintégraient les chairs pour ne laisser que deux tâches de sang suinter dans son dos. Elias aida le jeune homme à la soutenir tout en reprenant une marche lente, laborieuse, mal-assurée.

    ~Oui, et le début d'un autre~ reprit-il gravement.

    L'état de la jeune femme devenait de plus en plus préoccupant et il leur faudrait du repos avant de repartir pour trouver Avalon. La bonne nouvelle, c'était qu'avec la mort de Gilles de Rais, et en possession du Livre, le sortilège qui affligeait le peuple perdu était levé.

    ~Nous venons d'accomplir une bonne partie du chemin, le repos sera donc bien mérité après ces folles péripéties. Ah, nous y voilà.~ dit-il en faisant un signe de la tête pour désigner la maison où ils avaient déjà séjournés. Sur le seuil les attendait Artus, le père adoptif d'Aurora dont on pouvait lire l'angoisse sur son visage. Il jugea sans mot dire, le retour de cette victorieuse troupe, de ces vaillants guerriers. Il glissa dans la maisonnée une fois ces derniers entrés. Entre temps, le maître des métamorphoses semblait revenir d'un long voyage et il fut heureux de sentir la chaleur de l'âtre lui parvenir depuis le fauteuil où son rival et son élève l'avait installé.

    ~Allons nous occuper de ta bien-aimée Serafim. Il faut laver toute cette souillure. Pouah, cela infeste la magie noire, impure !~

    Avec calme, il débarrassa la jeune femme de son fardeau et alla placer le livre sur la table. ~Tu ne te méprendras pas sur mes intentions disciple des corbeaux, je ne fais ça que dans son intérêt.~

    Il la porta jusqu'à la salle d'eau où une baignoire trônait au milieu, dans la pénombre. Il confia la jeune femme aux bons soins de son élève pour murmurer dans sa langue une quelconque incantation. Tout de suite, l'eau surgit de nul part pour remplir d'une eau chaude, la baignoire. La vapeur d'eau s'envolait en volutes opaques et d'une manière détachée, il demanda au jeune amoureux.

    ~Débarrasse là de ces vêtements et de toute cette poussière, fais en de même pour toi ! L'eau enlève plus que les impuretés, il soigne bien des maux, soulage un temps votre corps, quand on y ajoute la magie adéquate. -il marmonna encore une chose au sujet de la magie noire- je vous laisse.~

    Sur ces paroles, il se retira les laissant seuls. Aurora paraissait toujours endormie plus apaisée que jamais même si parfois quelque chose lui arrachait une petite moue, comme perturbée par un rêve étrange.
    Ils reprendraient bientôt la route, mais pour l'heure, ils pouvaient se permettre de se détendre l'espace de quelques heures...

    => Chronique ellipse 1748



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Ellipse 1748][RP Serafim-Aurora] Gweler, darganfod a dysgu! ~Début du voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-