RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Sam 23 Juin - 0:16

Les mots avaient été lâchés et il n'y avait pas le temps d'avoir le moindre remord. Haiken avait été frontal, comme il l'avait toujours été. Il ne se voyait pas s'agenouiller ou vénérer un Dieu qui jusqu'à maintenant n'avait jamais rien fait pour lui.

Le Dieu des Océans l'avait laissé moisir dans sa prison dimensionnelle, ne le libérant que pour en faire son esclave! Du moins, c'est ainsi que le Dragon des Mers voyait les choses. Pour lui, Poséidon n'avait jamais rien fait pour mériter son respect. De plus, cette sorte d'ultimatum pourrait être le seul moyen pour lui d'apprendre finalement la vérité qu'il désirait tant connaitre et que tout le monde lui cachait depuis de nombreuses années.

Cependant, Haiken savait que son attitude pourrait ne pas plaire à tout le monde. Il n'y prêtait pas la moindre importance, que cela soit claire, mais il savait que la plupart des Marinas avaient le sang chaud et n'avaient pas besoin de beaucoup de raisons pour passer à l'attaque. Il y avait naturellement la réaction de Poséidon, qui pourrait ne pas être très agréable. Cependant, il était notoire que son état se détériorait, et son Cosmos était faible. Son emprisonnement l'avait énormément affaibli, et le Dieu n'aurait probablement pas la force de punir Haiken comme il pourrait le désirer. Mais ce n'était pas seulement la réaction de Poséidon qui était à craindre. Astre avait été prompt à réagir lors du dialogue peu amical entre Haiken et la nymphe. Mais le Général du Dragon des Mers ne s'attendait pas à une réaction de sa part. Il savait à quoi s'en tenir avec celui qu'il avait nommé Général en chef des Armées de Poséidon.

Les autres présents pourraient, eux, réagir de manière moins amicale, et c'est exactement ce qui se produisit. Quelqu'un s'interposa entre le Dieu et le Général, laissant apercevoir une chevelure d'un ton écarlate qui n'était pas sans rappeler à Haiken une personne qu'il avait connu il y a bien peu.

C'était Ann! Du moins, au premier abord. En regardant plus attentivement, ce n'était pas elle, mais probablement sa sœur jumelle, ce que cette dernière confirma en se présentant. La Générale de la Sirène Maléfique!

"Et bien, les Généraux portant cette Écaille ont pour tradition de me les briser ou quoi?!"

Son Maître avait porté cette Écaille et leur histoire ne s'était pas très bien terminé. La jeune rouquine, s'égosillait à rappeler le Général du Dragon des Mers à l'ordre, lui disant que ces histoires n'intéressaient personne et lui ordonna de reculer!

"Aucune chance ma belle!" - pensait-il.

- Écoute moi bien... Ann bis!

Haiken avait oublié son nom au moment même où il l'avait entendu. Probablement la colère qui jouait des tours sur sa mémoire, ou bien une simple envie de provoquer un peu plus celle qui s'interposait entre lui et ses réponses.

- J'ai pas d'ordre à recevoir de ta part! Alors...

Il fut alors interrompu par la sœur jumelle de Ann Bis, Ann, qui elle aussi y ajoutait son grain de sel. Pensaient-elles vraiment pouvoir impressionner le Dragon des Mers, ou même le faire abandonner son idée d'obtenir les réponses que Poséidon lui devait? Cela ne pourrait que mal se terminer, car Haiken n'avait pas la moindre intention de reculer.

- Écoutez moi bien les rouquines! Je parle à qui je veux, comme je le veux! Et si vous désirez temps me donner une leçon, je vous attend! Mais si mes histoires, comme vous dites, ne vous intéressent pas, alors ne vous en mêlez pas!

Puis, il fait un pas en avant, défiant clairement les jumelles qui lui avaient demandé de reculer! Il ne savait pas comment cela allait se terminer, mais il était hors de question de céder!

C'est alors que le vent souffla et s'interposa entre eux trois. Haiken sentit une main se poser sur son épaule et son poing se ferma instantanément, prêt à distribuer les coups nécessaires pour se défendre.

Mais cela ne fût pas nécessaire. Tristan apparaissait, tentant de calmer l’ambiance qui menaçait d'exploser.

- J'écouterai tes conseils si tu écoutes les miens.

"Salaud!"

L'argument avait été fort et ne laissait pas la moindre chance au Dragon des Mers de répondre. Tristan continua alors son discours.

- Chaque histoire en son temps. Et l'instant présent n'est pas celui pour régler tes comptes. Sois patient et évite plus de problèmes au Sanctuaire Sous-Marin. Pour Amphitrite au moins.

Amphitrite! Une autre à qui Haiken devait très peu de choses. La restauration de son Écaille c'est tout! Ce n'était pas ça qui irait le convaincre à abandonner. Néanmoins, l'attitude de Tristan avait été plus intelligente que celles des rouquines.

Ce fût finalement Poséidon qui en termina une bonne fois pour toute, acceptant alors de donner les réponses que le Dragon des Mers réclamait. Le Dieu des Mers lui parla alors de sa mère, de sa famille. Haiken était descendant d'une des familles de la noblesse atlante! Lui! Un membre de la noblesse? C'était une blague ou quoi? Jamais Haiken ne pourrait se comporter en noble, utiliser la garde robe qu'ils utilisaient et encore moins utiliser le même langage. Le sien était des plus rustres.

Les révélations continuait. Poséidon révéla la raison de la trahison du père de Haiken. Vraisemblablement, le sang de sa famille était une espèce de clé d'une prison, raison pour laquelle, les soldats du Masque était à sa recherche avant de tuer Aménophis.

Mais la plus grande et surprenante révélation était sans aucun doute l'existence d'un frère! Haiken pensait être le seul survivant de sa famille avec son père, mais il avait tort. Il avait un frère! Mais où était-il? Qui était-il? Il aurait voulu poser d'avantage de question, mais Poséidon était très affaibli et son temps auprès d'eux allait bientôt se terminer.

Poséidon tenta de justifier l'enfermement du Dragon des Mers dans le Triangle des Bermudes. Du temps perdu, car Haiken était quelqu'un de buté et il n'accepterait aucune excuse concernant son emprisonnement. Cependant, le Dieu des Mers lui révéla l'existence d'un oncle, qui pourrait probablement répondre aux questions que son esprit aurait pu soulever avec ces révélations.

Posant sa main sur celle de son Général, Poséidon fit une déclaration aux Marinas. La reconquête du Sanctuaire Sous-Marin devrait attendre six ans! C'est le temps dont il aurait besoin pour récupérer ses pouvoirs. Mais c'était une attente considérable pour le Dragon des Mers, qui ne désirait qu'une chose, mettre une raclée à son paternel, afin de venger la mort de sa mère.

Poséidon s'effondra alors sur le sable, non sans avant de lier la mère du Dragon des Mers avec la quatrième nymphe! Haiken se croyait vraiment maudit par les Dieux! Pourquoi à chaque fois qu'il demandait des réponses, il se retrouvait avec encore plus de questions?

Le Cosmos de Poséidon disparut, laissant son corps d'emprunt. Haiken était perplexe, mais n'avait plus aucun doute sur ce qu'il devait faire à présent. Il devrait attendre ces six années. Il ne pouvait s'aventurer seul au Sanctuaire, il serait une proie facile et visiblement il était convoité par ce Masque.

Le Général s'approcha du corps où résidait Poséidon, s'empara du Trident, sans attendre de savoir quelle serait la réaction des jumelles, puis s'avança vers Astre et le lui tendit.

- Il semblerait que à partir de maintenant, nous soyons sous tes ordres Astre! Pendant six ans tu vas devoir nous guider et nous préparer à cette Guerre! En l'absence de Poséidon et d'Amphitrite il n'y a que toi pour remplir ce rôle!

Haiken avait donné sa parole à Astre. Il l'aiderait quoiqu'il arrive. Mais c'était au Prêtre que revenait la lourde tâche de commander l'Armée de Poséidon en l'absence de ce dernier. Haiken n'accepterait de suivre personne d'autre!
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Lun 25 Juin - 23:33

P
eu à peu la petite place se remplit, chaque marina répondant à l’appel, quoiqu’il nota tout de même l’absence d’un pilier de leur camp : où était le Requin dans toute cette histoire ? Et comme de bien entendu, le dragon des Mers fit une entré remarquée, attirant un soupir au jeune Prêtre, ainsi qu’un léger sourire, il commençait à le connaître son Dragon. Nombre de ses frères d’armes d’ailleurs s’outrèrent, deux les sœurs jumelles, quoique l’une d’entre elle réagit avec plus de violence, envenimant un peu plus la situation. Quoique le Général de l’Hippocampe fût là pour calmer la situation, au moins un minimum, au moins ce dernier avait-il du bon sens. Et dans tout se brouhaha, la réaction du Prêtre passa pour le moins inaperçu alors qu’il se relevait doucement.

-Et lorsque tu auras ta réponse, que feras-tu jeune Dragon ? avait-il murmuré dans le vent.

Mais aucune réponse ne vint, et Poséidon entreprit de répondre aux questions de son premier Général, leur dévoilant à tous un sombre passé. Après quoi, une scène pour le moins surréaliste se passa sous leurs yeux : leur Dieu se mourrait ! Cela était impossible, et le rouquin sentit la colère monter en lui, ainsi qu’une certaine forme de désespoir. A peine avaient-ils retrouvés leur Souverain que déjà ont le leur enlevait. Mais rien n’y fit, pas même la peine de tous les soldats réunis, et Poséidon disparut, les laissant avec de sombres présages. Six ans, il leur faudrait attendre six longues années avant de le voir se tenir de nouveau debout parmi eux.

Lentement, le jeune Prêtre s’approcha du corps livide désormais redevenu simple mortel. L’ancien Dragon des Mers avait accomplit un fabuleux destin, mais il était temps pour lui de rentrer. Mais il fut interrompu par Haiken qui se présenta face à lui, tenant le Trident du Dieu entre ses mains et le tendant dans sa direction. Il y eut comme un instant de flottement, avant que lentement, le jeune Prêtre ne lève la main pour venir caresser l’arme du bout des doigts. Il sentit alors une immense puissance venir le caresser, mais bien loin d’être agressive, il avait plutôt l’impression de sentir un chat venir ronronner contre lui. C’était un sentiment étrange qu’il n’avait jamais ressentit auparavant, mais qui déjà le fascinait. C’est alors qu’il se décida à l’empoigner à pleine mains, le soulevant des mains du Général. Ce fut alors comme une explosion qui vint soulever leurs cheveux, avant de se rétracter sur elle-même pour exploser à nouveau en une douce vague de chaleur, les laissant tous pantois. Enfin, le calme plat, tout était redevenu silencieux et calme, le sable retombant mollement à terre et le vent redevenant une simple brise rafraichissante.

Faisant un signe de tête au dragon des Mers, le remerciant silencieusement de la confiance qu’il lui témoignait. Posant sa main sur son épaule, il lui sourit, la serrant affectueusement, avant de reprendre ses pas pour venir s’agenouiller près du corps d’Unity. Doucement il passa sa main dans ses cheveux, lui insufflant une partie de son propre cosmos afin de l’aider à refaire ses forces. Après il se releva, et se tourna vers ses soldats, la mine sérieuse, c’était à lui désormais de les guider pendant les six années qui allaient suivre. Il sentit ses épaules devenir un peu plus lourdes, mais il ne s’en offusqua pas, au contraire, il se tint debout, du haut de toute sa stature. Puis ce fut sa voix, puissante et calme, comme une mer endormie, qui résonna à leurs oreilles.


-Marinas ! les interpella-t-il, sans doute inutilement. Notre Souverain n’est plus, avoua-t-il, il nous a désormais quitté. Mais l’espoir n’est pas perdu pour autant, tenta-t-il de les ragaillardir.

Lentement il commença à avancer parmi eux, continuant son discours.

-Six ans ! rugit-il. Nous n’avons que six années à tenir avant le retour du Dieu des Mers ! Six ans pour nous entrainer et atteindre notre plus haut niveau ! Pour lui, Marinas, nous tiendrons ! Pour lui nous nous battrons ! Pour lui nous vaincrons ! L’espoir n’a pas disparut de nos cœurs, Amphitrite nous attends au Sanctuaire Sous Marin, et il est de notre devoir de la rejoindre !

S’arrêtant subitement au milieu d’eux, il frappa du Trident sur le sol, libérant une légère onde de choc. Tout autour de lui son cosmos s’agitait, et déjà le monstrueux Serpent des Mers apparaissait de nouveau, sifflant et grondant, prêt à en découdre.

-Marinas ! reprit-il plus fortement. Serez-vous avec moi dans cette bataille ? leur demanda-t-il. Qui est avec moi ? hurla-t-il avec force de conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Legios


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 64

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Mar 26 Juin - 16:40

Les voici donc arrivant, accourant des quatre coins du monde, répondant à l’appel de leur seigneur, mes frères et sœur d’armes…

Si ma première impression fut une sensation de joie et d’espoir envers ceux qui disposaient comme moi d’une écaille de général, bien vite le caractère de leur porteur m’écœura au plus haut point, alors que leur seigneur et maitre se trouvait devant eux visiblement très affaiblis et tourmenté, le général du dragon des mers n’eut rien trouvé de mieux à faire que de l’accabler encore plus de tourments. Monstre égoïste, humain vaniteux.

Et bien loin de chercher à calmer la situation, deux femmes, visiblement jumelles, l’une général de la sirène maléfique et l’autre capitaine de la sirène des récifs, envenimèrent encore d’avantage la situation avec des propos acerbes et cassants. Allons-nous donc laisser cela en guise de première vision à notre empereur ? Serais-ce cela notre première rencontre après son emprisonnement ? Non, je ne le tolèrerais pas !

La colère froide et sourde se mit à battre en mon sein, faisant bouillir mon sang et mon cosmos et déjà les ombres m’entourant se mettaient à danser à mon appel, si ces marinas ne savaient tenir leur rang, alors je serais celui qui le leur apprendraient.

Ce fut à ce moment qu’un autre marina s’étant présenté comme le général de l’hippocampe essaya tant bien que mal de calmer la situation, enfin un marina qui pouvait se targuer d’avoir du savoir vivre.

Et moi dans tout cela, qu’étais-je ? J’avais subis de plein fouet la colère et avais faillis verser le sang de mes propres compagnons, pour une histoire aussi futile qu’incomprise. Je ne valais pas mieux qu’eux. Seule l’intervention de Tristan m’avait empêché de commettre l’irréparable. J’étais faible, faible face à moi-même, faible face à mes émotions, j’étais comme Haiken finalement.

D’autant plus que d’après les mots de l’empereur des mers, l’histoire du dragon des mers avait dut etre des plus cruelles également, nous étions sans doute beaucoup plus semblable que je ne l’aurais cru possible au premier abord.

C’est alors que l’impensable se produisit, le dieu des flots, l’empereur des mers, Poséidon crachat du sang, il tituba ainsi qu’un humain pour venir prendre appuis sur un rocher, son temps lui était compté, son hôte avait atteint ses limites. Pourquoi ? Nous venions juste de nous retrouver, et déjà vous nous laissez de nouveau seul… Cependant, le responsable des assauts sur le sanctuaire sous-marin subirait lui aussi cette stase, lui aussi serait plongé dans le sommeil pendant six longue années. Nous avions donc gagné un peu de temps, mais si comme le disait l’empereur Poséidon, son essence était réellement liée à celle de ce Masque, pouvions-nous risquer de l’affronter sachant que nous risquions aussi de blesser notre dieu ? De nombreuses questions m’assaillirent alors tandis que je contemplais avec effroi et tristesse la chute de mon empereur sur le sable de la plage. C’en était fini de cet hôte, Poséidon était parti, parti pour six ans. Mais dans sa chute, il avait eu le temps de désigner son commandant en chef, ce fut son grand prêtre qui hérita de son trident, symbole de son autorité. Et ce fut le dragon des mers qui le lui donna, étrange ironie que ce soit lui et aucun autre.

J’avais à présent un intérêt grandissant pour cet homme, je le croyais si semblable à ma propre existence, peut etre n’étais-ce là que l’envie d’avoir un ami de chair et de sang, peut etre n’était-ce là que le fruit de ma solitude. J’avais en quelques heures assisté à des révélations ayant totalement changées de façon de voir le monde, d’agir et de penser. J’étais perdu, seul, et désormais avec un avenir là où auparavant ne se trouvait que la seule volonté de survivre, comme une revanche sur le monde et mon destin.

S’il était vrai que dans mon esprit, Haiken et moi-même étions semblable, alors je ne devais pas tomber dans les mêmes pièges que lui, mon passé avait aussi eu une énorme influence sur ma vie, mais à la différence du dragon des mers, jamais je n’avais cherché à l’explorer, jamais je n’avais cherché à en connaitre toutes les zones d’ombres. Trop occupé à fuir vers l’avant, jamais je n’avais regardé en arrière, et sans doute était-ce là une erreur, je m’en rendais compte grâce à Haiken, le passé rattrape tout le monde, même les dieux.

Ce fut à ce moment que le prêtre de Poséidon, Astre, déclara que désormais il assumait le commandement des forces de l’empire des flots, le trident l’accepta comme s’il avait toujours était prévu qu’en ce jour ce soit lui qui le reçoive, la force de l’empereur des mers était à présent sienne.

Son discours enflamma ma propre volonté, trop longtemps j’avais fui vers des lendemains incertains, trop longtemps la peur avait dictée ma conduite, trop longtemps j’avais pleuré seul et misérable dans les ténèbres de ma cachette près du pilier du pacifique sud. C’en était assez, je devais changer, évoluer, devenir digne de mon écaille et de mon rang. D’un geste de la main, l’écaille de Scylla qui se trouvait encore derrière moi devint lumière et m’enveloppa au travers du manteau d’ombre dont je me parais, seul était visible mon casque à ma main droite ainsi que mes bottes et mes gantelets d’orichalque dépassant de mon manteau. A peine eus-ais-je endossé de nouveau cette écaille que les voix dans ma tête revinrent, comme renforcées par mon écaille.

Ainsi Poséidon n’est plus.

Quel dommage, que vas-tu devenir maintenant ?

Tes espoirs tombent en poussière au même rythme que tes alliés chutent.

Mais ne craint rien, nous sommes là nous.

Jamais nous ne t’abandonnerons, ton âme nous appartient.

Je suis heureux que vous soyez vous-même de retour, après tout vous aussi faite partie de moi, bien que j’ignore encore exactement ce que vous êtes. Maintenant vous pourrez vous aussi contempler à travers mes yeux le futur que je vais me bâtir, en commençant par faire toute la lumière sur mon passé. Je saurais tout de vous, et de moi, mon ignorance ne vous servira plus, et tous vos mensonges et vos mots fielleux n’y changeront rien.

HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Pauvre enfant, ton passé n’existe plus, tu l’as toi-même réduit en cendre.

Tu as tué tous ceux qui t’on jamais aimé, il ne te reste plus que nous.

Vous avez tort, il reste un endroit au moins sur Terre ou je trouverais des réponses à mes questions, un endroit ou la mémoire de tout un peuple réside.

Nous ne te laisserons pas faire, ton corps est à nous, tu n’existes que pour nous servir, alors abandonne !


Débuta alors une autre bataille, une bataille de volonté, mes amis contre ma détermination, fermant les yeux, je pouvais presque les voir, hideux et furieux, monstres d’ombres, créatures de cauchemars, essayant de toutes leur forces de faire fléchir ma volonté.

Je vous l’ai déjà dit pourtant, j’ai compris comment vous fonctionnez, mes sentiments ne vous servirons plus contre moi, j’ai à présent le contrôle de ce corps aussi longtemps que brulera la flamme de l’espoir en mon cœur, toute votre noirceur ne pourra venir ternir son éclat, repartez ! Repartez dans l’ombre ! Vous qui avez voulu tout me prendre, repartez !

Je savais hélas que cela n’était qu’un répit, jamais je ne pourrais m’affranchir de ces voix, elles faisaient partie de moi, et ma propre écaille les renforçaient, j’étais si imparfait, si incomplet…

Néanmoins, lorsque je rouvris les yeux, je vis que mon corps n’avait souffert d’aucune modification physique, et avec un peu de chance, nul etre ici présent ne c’était rendu compte de mon combat interne, pourvus qu’il en soit ainsi.

J’avais plus qu’assez attendu, au final, toute ma vie n’avait été qu’une ligne droite vers ce moment. M’avançant vers Astre désormais pourvu du trident de sa divine majesté Poséidon, je posa un genou à terre tenant toujours mon casque à la main et ma mon visage à découvert, un si jeune visage, celui d’un enfant de dix-sept ans aux yeux rouge sang et aux longs cheveux de jais.

« Pardonnez-moi, grand prêtre, je vous ai trop longtemps faillis, le dragon des mers m’a ouvert les yeux sur ma propre faiblesse, je ne saurais tolérer mon état plus longtemps. Sachez que je suis avec vous, si par ma vie ou ma mort je puis vous servir qu’il en soit ainsi, mon pouvoir est votre. Cependant, actuellement, je suis inutile, inutile et dangereux pour mes compagnons, cela ne peut plus durer. J’ai… »

Je me relevais à présent et mit mon casque sur ma tête, les voix hurlaient à m’en faire perdre la raison, mais je tenais bon, rendu implacable par une volonté sans faille.

« J’ai… Des choses à faire. Je les ai mises trop longtemps de côté… »

Remettant en place ma capuche, je redevenais un etre anonyme et sans visage, les ombres me recouvrirent pour ne laisser apparent qu’une large silhouette sombre entièrement noire sur laquelle ne brillait plus aucun éclat d’or.

« Grand prêtre Astre, et vous aussi marinas de l’empereur des mers, j’ai le regret de vous annoncer que je vais devoir partir. Pour combien de temps, je l’ignore. Je viens à peine de vous rencontrer que déjà nos routes se séparent. Cependant je vous fais à tous la promesse que je vous reviendrais plus fort, ou alors ne reviendrais pas. Je vous dis à tous adieu du fond du cœur. »

Me propulsant alors dans les airs avec mes larges ailes de chauves-souris rendues démesurées par les ombres qui m’enveloppaient, je fila alors en direction de l’ouest, vers le seul endroit au monde où je savais trouver des réponses à mes questions, vers l’ile du cyclope, vers la mémoire des atlantes…

Arrow L’ile du cyclope
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Mer 27 Juin - 23:07




    Le comportement, enfin, la réaction du Dragon des Mers fit naître sur mon visage, l'esquisse d'un sourire amusé. Je ne cillais pas, l'écoutant sans broncher. Sept coups mirent fin à cette idiote querelle.

    Sept coups.
    Ils résonnèrent longuement dans mon esprit tandis qu'apparaissait l'image d'une forme gigantesque pourvue de tentacules. J'identifiais sans mal la créature : il s'agissait du Kraken. Et de sa gueule béante, surgit à son tour la Dame des Flots. Subjuguée par sa présence, je ne compris pas sur l'instant, qu'il ne s'agissait évidemment que d'une « illusion ». Pantoise quand elle disparue laissant derrière elle sept perles de nacre, je fermais quelques instants mes paupières.

    J'écoutais d'un oreille distraite les explications de Poséidon pour son Général des Dragons des Mers. Bien qu'aux premiers abords belliqueux, je discernais chez cet homme un petit quelque chose, un je ne sais quoi qui calma ma frénésie. En plus de la précédente intervention de notre cher maître. Je ne lui prêtais toujours aucuns regards. Certains mots du discours du Dieu des Océans s'imprimant dans mon esprit. Fitz-Empress, Fitz-Empress où avais-je bien pus entendre ce nom ?
    Mais si bien sûr!
    Mes yeux de jades tombèrent sur la silhouette de Mélisandre qui se tenait quelque peu à l'écart de la scène. Mon attention portée ailleurs, je ne vis pas tout de suite l'état dans lequel tombait notre Seigneur. Une quinte de toux m'alarma, me figeant l'espace d'un instant. Un petit cri étouffé poussa la barrière de mes lèvres quand ce dernier tituba, ses jambes ne le retenant presque plus.

    «Seigneur Poséidon !» m'exclamais-je en vain en ayant un geste pour le rattraper. Du sang. Il vint éclabousser mon Écaille d'or ! Les prunelles tremblotantes sous le coup de la vive émotion que je pouvais ressentir, je lui obéissais à contre cœur, m'approchant un peu plus pour mieux écouter ses dernières paroles. Je mordais ma lèvre inférieure, retenant à grande peine mes larmes. Une seule parvint d'ailleurs à mouiller ma joue.

    La tête inclinée vers l'avant, ma chevelure de feu cascadait jusqu'au sol, cachant du même coup mon visage. Six années... non, ce n'était pas possible. C'était bien trop long ! Qui pourrait nous guider sinon notre Dieu ? Notre Déesse ? Non, il était clair qu'elle ne le pourrait tout simplement pas, c'était bien trop risqué.
    Je me sentais bien vide tout d'un coup. Impuissante. L'espace d'un instant, l'envie de hurler à la face du ciel me prit. Je réprimais mon action en entendant ma sœur Ann, chanter. De sa voix mélodieuse transparaissait une peine que je ne lui avais jamais connu. Outre la perte de notre mère adorée. Ô... comme il était douloureux d'entendre la complainte d'une sirène.

    ~° S'élève notre voix, douce et claire,
    Perçant les ténèbres, ce triste air...
    Mélancolique ritournelle, douloureux requiem.
    La Mort vous emporte pour l'heure, ceint votre tête d'un diadème.

    Nous sommes les Sirènes, la voix des Océans,
    Nous vous accompagnons dans le trépas, dans le néant !
    Dans six années vous nous reviendrez
    Et plus fort, vous nous retrouverez.

    Nous sommes les Sirènes, la voix des Océans...
    Nous sommes vos Marinas, et patients... on attends.°~

    Le silence s’installa ensuite. Austère. Je me redressais très lentement, prenant soin d'éviter les regards. Je n'avais pas le cœur de dire quoique ce soit. Aussi, quand le Prête s'adressa à nous, désireux de nous insuffler un peu d'espoir, moi, sans grande conviction, je me détournais pour regarder le corps étendu par terre.
    Un nouveau pincement au niveau de la poitrine. Le regard brillant, animé par une étincelle nouvelle, je me dirigeais vers le Prêtre, cet homme s'étant adressé à nous avec tant de véhémence. Je m'arrêtais à quelques pas de lui, plongeant mes prunelles dans les siennes. Ce petit manège dura l'espace de quelques instants. Puis, doucement, je posais une main sur mon plastron, là où battait mon cœur. D'un façon solennelle, je m'agenouillais devant lui avant de réitérer mon serment.

    «Moi, Mary, Générale de la Sirène Maléfique promet d'être le fer de votre lance dans cette bataille. Un simple mot de vous, et je m'exécute. Soyez notre guide à tous pour ses six longues années à venir...
    -puis, plus fortement, j'ajoutais- Pour Poséidon ! Pour Amphitrite !»


Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Ven 29 Juin - 17:57





Voila peu de temps qu’elle se trouvait là que le ton s’était haussé, un léger sourire naquit sur le visage de Mélisandre qui préféra rester en arrière et observer toutes les personnes ici présentes. Même si la jeune femme avait repéré que les jumelles l’avait vue, elle joua la carte de la discrétion dans ce rassemblement de marinas. Certes, cela n’avait pas été son habitude ces derniers temps mais au moins elle aurait plus de facilité a analyser les dires de chacun, et puis il fallait dire qu’elle n’avait pas besoin de parler, ces gens le faisaient pour elle.

Il fallait avouer que le dénommé Haiken avait pu manquer de respect envers Poséidon mais cela ne la fâcha le moins du monde, elle avait déjà fait ça face a Amphitrite. Elle appréciait déjà ce jeune homme qui ne manquait pas de culot ! Et il fallait dire que les questions posées par ce dernier intéressaient quelque peu Mélisandre qui aurait de nouvelles données à entrer dans la grande équation de son but. Même si au premier plan tout cela ne semblait rien à voir avec son histoire, elle avait appris plus jeune qu’aucun élément n’était sans importance.

Enfin, elle laissa les querelles aux jeunes, après tout elle était la plus âgée des personnes ici présente, ou du moins c’était l’impression que Mélisandre avait. Dans tout les cas, elle reporta son regard vers Poséidon qui n’avait pas l’air d’être vraiment énervé suite aux propos d’Haiken. D’ailleurs, lorsque le silence vint, un spectacle des plus étranges se passa, le kraken arriva sur la plage. Au début la jeune femme n’y croyait pas, il s’agissait d’une créature des légendes et non une créature vivante dans ce monde. Mais il fallait croire que toutes les légendes dont elle avait entendue parler n’étaient autres que la réalité !

Le kraken était la dans tout les cas, légende ou non, et de sa bouche sortie une femme que Mélisandre n’eut aucun mal a reconnaitre. La jeune femme se souvenait de sa première entrevue avec la déesse des flots et ne voulait pas se faire voir pour le moment et décida de bien rester derrière les autres marinas. Certes, si elle voulait la voir elle l’aurait fait mais ce n’était pas le cas et la jeune courtisane préféra cela. D’ailleurs, il ‘agissait plus d’une image de la déesse qu’autre chose puisque celle-ci disparue sans un mot en laissant sur le sable de la plage sept perles cristallines dont Mélisandre se demanda la signification.

Même si Mélisandre ne pensait jamais avoir de réponses précise à sa dernière, elle put tout de moins en deviner l’utilité quand elle vit Poséidon les avaler une a une. La jeune femme avait déjà remarqué que ses yeux, tout du moins, l’un des deux avait pris la teinte du sang, une chose qui lui arrivait parfois mais surement pas pour les même raison ! L’ont pouvait voir qu’il faiblissait de secondes en secondes et la courtisane savait très bien qu’elle ne pourrait rien faire pour l’aider, cela devait venir des perles et ce derniers avait fait le choix de les avaler, c’est qu’il y avait une raison, un être comme celui-ci ne se suiciderait pas comme ça devant tout les hommes qui le respectaient.

C’est très sereinement que Mélisandre l’écouta parler en retenant tout les éléments important dans son esprit, toutes ces pièces de puzzle qui pour le moment ne s’imbriquait pas finiraient bien un jour par trouver leur place dans ce tableau. D’ailleurs il répondit aux questions d’Haiken sans une once de colère envers celui-ci, bien au contraire il comprenait très bien la réaction du dragon des mers. Les deux personnes devaient avoir une certaine histoire que personne ne connaissait ici ce qui expliquait les réactions violents de certaines personnes.

Durant son récit, Poséidon parla de deux choses qui attirèrent l’attention de Mélisandre, l’œil de Polyphéme ainsi que Victoria Fitz-Empress. Le premier était un objet qui devait posséder un grand pouvoir au dire du dieu ou tout du moins, ce qu’elle en croyait. Quant à cette femme, Victoria, il s’agissait de la mère d’Haiken et cette dernière avait possédée un grand pouvoir qui avait l’air de se léguer a chaque génération. Il continua a parler du père du chevalier rebelle comme quoi il l’avait trahi pour récupérer le pouvoir de cette famille, et bien, parmi les dieux la vie n’était pas toute rose voir parfois pire que sur terre ! Il fini par parler de l’oncle d’Haiken en le designant comme le plus grand savant des lieux, chose qui intéressa au plus haut point la jeune femme qui devrait essayer de le voir pour répondre a différentes questions de sa part.

Puis Poséidon se tut pour poser sa mains sur celles d’Haiken avant de tituber et finir par cracher du sang, Mélisandre se sentait mal a l’aise a ce spectacle mais doutais que cela soit du aux perles ingéré un peu plus tôt. D’ailleurs le dieu des flots repris paroles et confirma les doutes de la jeune femme en disant que les perles avait « anéanti » les pouvoirs du masque pour quelques temps, six ans plus précisément. Une idée d’Amphitrite d’après ses dires, chose qui fit sourire la courtisane qui appréciait un peu plus la déesse. Mais avant de dire tout ça, le dieu souffrant avait parlé d’une chose très intéressant… L’armure primale… Quelle était cette armure ? Une question de plus, une pièce de puzzle de plus, une nouvelle inconnue a cette équation qui prenait de plus en plus d’ampleur.

Puis cela arriva, Mélisandre s’en était douté depuis qu’il avait avalé les perles. Poséidon sombra, le cosmos qui était si puissant avait d’un seul coup disparu, la jeune femme baissa la tête en voyant ça, elle n’était pas forcement triste non car il reviendrait mais c’était une expérience assez étrange. Après, Haiken vint prendre le trident de Poséidon avant de s’approcher du prêtre et de lui offrir en disant que c’était désormais a lui de guider les marinas.

D’ailleurs le prêtre pris paroles pour faire un léger discours pour redonner espoir au peuple des mers, pour leur dire qu’ils n’avaient que six a tenir. Mélisandre elle avait gardé espoir elle, Poséidon leur avait bien dit qu’il « partait » pour mieux revenir et non pas qu’il était en train de mourir, quand bien même ce serait le cas cela voudrait dire qu’Amphitrite l’ai empoisonnée, chose qui paraissait pour le moins improbable. Et puis Amphitrite était toujours là, même si elle n’était pas physiquement présente elle savait que son esprit suivait toute cette histoire, la jeune femme avait déjà remarqué ça. C’est pour cela que lorsque le prêtre demanda qui serait avec lui pour cette bataille elle ne répondit pas tout de suite laissant les autres faires pendant qu’elle réfléchissait.

C’est a ce moment qu’elle entendit une voix terriblement forte venir des cieux, il s’agissait de Zeus, tout du moins d’après ses dires ! Celui-ci avait l’air pour le moins fâché du peuple marin et demandait dédommagement de celui-ci par la capture de Kyro du Requin. Mélisandre de mit a réfléchir, oubliant totalement le prêtre et les autres marinas… Non, si elle arrivait a livrer ce marina a Zeus alors elle réussirait peut être a se faire une place parmi la grande sphère des dieux, elle pourrait d’ailleurs y récolter des informations plus qu’intéressantes ! Oui, voila la chose à faire, cela devait être elle qui livrerait Kyro a Zeus et personne d’autre, c’était une occasion inestimable !

Tout en réfléchissant elle avait marché a quelques mètre du groupe de marinas, oubliant tout, Mélisandre était passé a autre chose. Mais elle espérait que ses congénères comprendraient sa façon de faire et malheureusement il ne fallait pas qu’elle en parle de peur que quelqu’un veuille l’aider ou le fasse à sa place. Elle comptait aussi sur le fait qu’Amphitrite ne lui en voudrait pas, après tout, il s’agissait d’un membre de son nouveau peuple ! Toujours en marchant la jeune femme arriva au niveau de la rive, l’eau touchait ses pieds, ce qui la fit revenir a elle. Mélisandre avait fait son choix et elle comptait bien mettre son plan à l’œuvre !

La jeune femme se laissa tomber dans l’eau de la mer après avoir lancé un dernier regard vers le groupe de marina et quand elle vit le regard d’Astre elle lui sourit en lançant un « Je reviendrais » silencieux. Oui elle reviendrait pour parler à ce prêtre mais rien ne devait compromettre son plan maintenant. Les flots l’accompagnerait au sanctuaire sous-marins, certes s’il voulait fuir il n’irait pas là mais Mélisandre partait dans l’optique que l’ont garde ses plus grand ennemis près de soi et si ce dernier avait décidé de se cacher là bas pendant que les autres le cherchait partout ailleurs qu’a leur propre demeure il aurait eu parfaitement raison. Mais Mélisandre pensait a tout ça !


→ Eleusis


Dernière édition par Mélisandre le Jeu 5 Juil - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tristan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Dim 1 Juil - 1:11

Une réunion au sein des Marinas. Si Tristan maîtrisait aisément les techniques d'infiltration nécessaires à l'approche de recrues potentielles, jamais il n'était pas parvenu à s'habituer à ce genre de regroupement où il fallait rester silencieux, écouter sagement les explications et observer les autres membres de son camp jouer au coq. Ce genre d'évènements manquait généralement cruellement d'efficacité, chacun ayant ses propres objectifs ou souhaitant démontrer quelque chose. Et la situation actuelle n'échappait en aucun point à cette façon de pensée.

Ses paroles semblaient avoir eu l'effet escompté sur Haiken et la colère de celui-ci avait l'air de s'être apaisée. Au moins, il n'aurait pas à assister à un combat entre les deux soeurs, Ann et Mary, et le Général du Dragon de Mers. Une épine de moins, toujours ça de pris. D'autant que finalement, sans devoir entrer davantage en conflit, Haiken avait obtenu les informations qu'il souhaitait entendre. Enfin, difficile d'en être certain. Les explications de Poséidon lui semblaient complexes et il lui faudrait discuter avec le Dragon de Mers pour tenter d'en rassembler tous les éléments, tous les tenants et aboutissants.

La suite fut plus spectaculaire puisque le Kraken apparut face à eux, Amphitrite sortant de sa bouche. Quel effet grandiose! Et pour distribuer un étrange présent à son époux avant de retourner à la protection du Sanctuaire Sous-Marin. Plus qu'étranges, les conséquences sur le Dieu des Mers laissèrent Tristan pantois. Plonger Poséidon dans un sommeil de 6 ans pour bloquer leur adversaire? Ingénieux certes mais un grand sacrifice alors qu'ils venaient à peine de retrouver leur leader. Enfin, peut-être cela permettrait-il à Amphitrite de lâcher du leste pour les diriger davantage.

Quelque peu déconcerté par cette situation soudaine, Tristan observa les réactions des autres personnes présentes. Si tous paraissaient tout aussi surpris que lui-même, tous n'affichaient pas le même comportement. Guidé par ses relations étranges avec Poséidon, Haiken ne resta pas inactif et apporta le Trident de Poséidon au Prêtre. Selon lui, le devoir lui incombait de les diriger. L'hippocampe observa la scène avec attention, sans exprimer son opinion. Astre ne perdit pas son sang froid face à cette demande et s'exprima afin de motiver les présents à ne pas se décourager. Une attitude louable mais ne faisant pas de lui un leader. D'autres réactions s'ensuivirent comme celle de Mary, rejoignant les paroles d'Haiken, ou d'un autre Général désireux de s'absenter pour mener une quête qui lui était propre? Comme si c'était le moment... Comment un Général pouvait il se permettre une telle chose?

Finalement, Tristan décida d'intervenir à son tour mais son action fut interrompue par une nouvelle intervention inattendue: Zeus, le Dieu des Dieux, souhaitant qu'ils capturent Kyro du Requin. Requête futile, même pour un Dieu. Espérait-il vraiment qu'ils trahissent un de leurs membres, surtout sans qu'Amphitrite ou Poséidon ne leur demande? Aucune chance, assurément. Si le Sanctuaire Sous-Marin ne se défendait pas lui-même, qui le ferait? Pourtant, une des Marinas présente sembla s'écarter du groupe pour réfléchir. S'était-elle laissée impressionner par Zeus? Après quelques instants, elle tourna son regard vers le groupe et Tristan lui lança un regard noir avant qu'elle ne disparaisse dans les flots. Il fallait espérer pour elle qu'elle avait une bonne raison d'être partie. Car si le Général de l'Hippocampe apprenait qu'elle avait décidé d'obéir à Zeus, leur prochaine rencontre ferait des étincelles...

Reportant son attention sur le groupe, Tristan s'exprima finalement, pesant bien ses mots.

Jour étrange qu'aujourd'hui. Mais mon devoir, tout comme le vôtre, est de défendre le Sanctuaire Sous-Marin jusqu'à mon dernier souffle. Je vous accompagnerai donc pour poursuivre notre combat et repousser les envahisseurs. Car j'obéis à Poséidon et Amphitrite et je compte sur cette dernière, une fois libérée de son fardeau, pour nous guider pendant ces 6 années.

Par ces mots, Tristan démontrait bien que son devoir ne changeait pas, Général de Poséidon prêt à défendre le Sanctuaire Sous-Marin. Néanmoins, le Prêtre était son allié, pas son chef. Amphitrite conservait ce rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Dim 1 Juil - 14:14

Tour à tour, les événement se succédaient et les informations se révélaient d'une extrême importance. Mesurant la gravité de la situation, j'avais décidé d'écouter jusqu'au bout ce que chacun avait a dire. Il faut aussi reconnaître que je m'étais fait discret dès l'arrivée du dragon des Mers. Bien que mon esprit fut apaisé par mon seigneur, je réalisais qu'inconsciemment je ne désirais pas être reconnu de mes pairs. Bien que cela fut un peu tard en ce qui concernait mon Prêtre. Mais le contact du Seigneur des Mers m'avait aussi laissé une étrange sensation dont je ne parvenais pas à me défaire. Et après le spectacle offert par nos Généraux, lorsque mon maître prit la parole pour en laisser certains dans un état confus, je percevais ses mots d'une autre manière.

Comment expliquer ça... comme si, part son contact physique, le Cosmos du fils de Chronos m'avait envahi, pour m'aider à percevoir mon environnement. Je ne dirais pas avoir été victime de visions claires, mais un flot immersif de divers pressentiment laissèrent à mon esprit la porte ouverte et toute cette scène me parut bien étrange. Tout m’apparut clair, et j'observais calmement tout les protagonistes présents. Je découvrais d'autres épéistes, ce qui me fit sourire.
Je partageais la douleur de mon maître lorsqu'il ingurgita les perles que lui avait laissé son épouse. Je suivais tour à tour de ses yeux les différentes personnes à qui il s'adressa, pourtant je fixais désormais mon prêtre. Certains des mots de mon maître me firent particulièrement réagir, et je pensais toucher du doigt ce qui aujourd'hui me semble aussi évident.

Lorsque son Cosmos s'effaça pour laisser place au corps presque sans vie du Précédent dragon des Mers, toujours sous le coup d'une grave accusation de trahison, je n’eus aucune réaction. J'avais entraperçu les projets de Poséidon, et bien qu'incapable d'en comprendre toutes les déclinaisons, je ne pouvais qu'avoir confiance et foi en sa détermination, aussi affichais-je un visage serein, conscient que garder un bon état d'esprit pouvait se révéler primordial pour survivre à ces six années. Haiken s'empara à mains nues du trident sacré pour le remettre à notre Prêtre. Voir pour la première fois le Trident de Poséidon remit entre les mains de son bras droit était à la fois amusant et extrêmement profond. Lorsqu'il encouragea les Marina d'un ton sans ambages, peu comprirent alors le poids de ses mots. Lui-même peut-être, l'ignorait encore.

Mais nous n'en avions pas terminé, et rapidement, une voix que chacun pouvait identifier de par ses rêves, tonna dans les cieux. Ainsi, le requin était demandé en sacrifice. J'avais peine à croire que l'Impératrice ou même astre seraient en mesure de l'abandonner, mais je n'avais pas à intervenir, et je gardais un air sérieux imprimé sur mon visage. Étant resté derrière Mon prêtre, je ne cillais pas lorsque les Généraux posèrent presque tous un genoux à terre. J'avais déjà à maintes reprises fait serment d'allégeance, Mon prêtre me savait dans son dos, et me faisait confiance. Tout le reste n'aurai été que flagornerie de mauvais goût.

Mes yeux changèrent toute fois leurs courses lorsque Tristan de l'hippocampe prit une dernière fois la parole. J'y décelais une grande intelligence mais c'était bien là la preuve qu'il ne réalisait pas alors à quels changements nous allions faire face.
J'attendais donc patiemment, mais lorsque finalement la parole fut laissé à autrui, je saisis l'occasion pour glisser à mon prêtre.

- Mon seigneur, le sanctuaire Sous-Marin nous attends.
Revenir en haut Aller en bas
Ann


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 168
Armure : Chanter, Saborder

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Sam 7 Juil - 12:07

J'avais mal, terriblement mal. J'avais échoué dans ma tâche. Non. Nous avions toutes deux échoué dans le rôle qui est le notre. Rappelez-vous, nous sommes les protectrice, les gardiennes de la famille Impériale. Et nous avions échoué. Notre Empereur venait de nous quitter.

Le chant des Sirènes s'était élevé, remplissant la pièce de cet éclat si mélodieux et harmonieux, et ce malgré la pointe de tristesse que l'on pouvait néanmoins y déceler. J'étais reconnaissante envers Mary de joindre sa voix à la mienne, et pendant toute la durée de notre mélopée, nous nous soutenions, chacune puisant en l'autre la force nécessaire pour panser cette plaie que la disparition de notre Souverain venait de causer.

Toutefois nous ne pouvions nous laisser abattre. Nous nous devions de protéger Amphitrite, nous en donner les moyens. Notre chant prit fin et lentement, j'abandonnais ma position d'éplorée pour me redressais, pour aussitôt me stopper. Car me parvint alors cette voix chargée de colère et de rage. Zeus. J'écoutais, attentive, la sentence du Maître de la Foudre.

"- Tsss. Comme si nous n'avions que cela à faire de poursuivre l'un des nôtres. Ce n'est là, nullement mon rôle,je laisse à d'autres, s'ils le désirent, le droit de s'en charger."

Mes iris se portèrent sur celui qui, en l'absence de Poséidon, nous guiderait. Mary se tenait déjà près de lui, l'informant de son soutien. M'avançant lentement vers Astre et ma soeur, je m'arrêtais à quelques pas derrière elle, avant de poser un genou à terre.

"- Moi, Ann Red, Capitaine de la Sirène des Récifs, jure de protéger au cours de ces six années à venir Amphitrite et les intérêts du Sanctuaire Sous-Marin."

Puis je me redressais et quittais les lieux, posant une main rassurante sur l'épaule d'Old John en passant à ses côtés. Je ne quittais pas l'île non, je m'en allais simplement veiller et protéger.

~> [Chroniques Ellipse/ Ellipse de 6 années]
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Sam 7 Juil - 15:41

Astre prenait le Trident entre ses mains, sentant le poids du destin des Marinas sur ses épaules. Haiken n'avait pensé à personne d'autre au moment où il s'était emparé du Trident, laissant les jumelles prendre soin du corps qui avait accueilli l'âme de Poséidon.

Le Dieu des Océans n'était plus, du moins pendant six ans! La trêve que sa disparition, et celle du Masque par la même occasion, laissait le temps aux Marinas de se préparer au mieux pour la reconquête de leur Sanctuaire.

Astre en avait conscience et c'est pourquoi son discours était fondamental pour les présents. Tous acceptaient d'être sous ses ordres car ils savaient que l’intérêt du jeune Prêtre était le meilleur pour Poséidon et Amphitrite. Haiken, lui, n'en avait qu'après son père. Pour le moment, l'objectif des Marinas et le sien coïncidaient, c'est pourquoi il participerait à cette guerre avec eux. Pour le futur, bien le moment venu, Haiken prendrait une décision quant à son allégeance à Poséidon. Il avait d'ailleurs énormément de temps pour y penser.

Alors que tout semblait se dérouler pour le mieux. Un Cosmos se fit ressentir et une voix retentissait. Il ne s'agissait que de Zeus, le Dieu des Dieux en personne. Son apparition laissait le Dragon des Mers assez perplexe. Encore plus lorsque la requête, qui ressemblait plus à un ordre, de la part de Zeus, demandant la tête d'un Marina, le fit frémir de dégoût. Kyro du Requin était à présent une cible pour la divinité, mais au lieu de se salir les mains, il préférait envoyer les Marinas tuer leur propre compagnon. Sans cela, il les menaçait de leur destituer leur Sanctuaire.

"On l'a plus de toute façon, qu'est-ce que ça pourrait nous faire!"

Haiken ne se laissait guère impressionner, aussi, il n'avait pas la moindre intention d'accéder à cette demande complètement dépourvu de sens. Néanmoins, Zeus n'était pas dépourvu d’intelligence, et connaissant parfaitement les humains, fit la promesse de récompenser celui qui ramènerait la tête du Marina du Requin! Cela pourrait permettre à certains de reconsidérer et d’accepter de s'attaquer à Kyro.

Cependant, personne ne semblait sensible à l'offre du Dieu des Dieux, excepté une personne, qui, sournoisement, s0éloignait du groupe, tentant de passer inaperçu, se dirigeant vers la mer, probablement pour fuir et aller à la poursuite du Marina.

Il était inconcevable pour Haiken d'obéir à un ordre de Zeus, puisqu'il refusait d'obéir à Poséidon. Mais il lui était encore plus inconcevable de voir un Marina s'abaisser de cette manière à la volonté d'un Dieu auquel ils n'avaient pas prêter allégeance. Zeus dominait le ciel, Poséidon la mer, dans les profondeurs sous-marines, Poséidon était souverain, ils n'avaient pas à se plier aux demandes égocentriques de Zeus.

"Où est-ce qu'elle va celle-là?!"


Le Général s’apprêtait à partir à sa poursuite, afin de l'empêcher d'agir, mais Astre fit un geste, lui demandant de stopper sa marche. Haiken le dévisageait, afin de savoir à quoi il jouait. Les mots n'étaient pas nécessaire. La pression spirituelle qu'il venait de sentir se devait probablement à message télépathique entre Amphitrite et le Prêtre. Ainsi, même la Déesse des Mers se laissait intimider par Zeus?

"Pathétique!"

Je me retournais, puis me dirigeant à Astre, disait.

- Ne comptes pas sur moi pour poursuivre ce Kyro, et je me fous de qui peut venir l'ordre! J'ai mieux à faire! Si tu as besoin de moi, appelles-moi, mais je te préviens pas pour ce genre de foutaise!

Haiken quittait alors la scène, alors que quelques Marinas partaient également. Une des jumelles avait déjà quitter les lieux. Le Dragon des Mers aurait voulu régler cette histoire avec les deux rouquines, mais qu'importe. L'occasion de manquerait pas de se présenter à nouveau.


Arrow Ellipse (6 Ans)
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Lun 16 Juil - 19:11

[Post d'évolution]


T
ous semblaient avoir répondu à son appel et juré de reprendre le Sanctuaire Sous-Marin à ses côtés. Tous ? Non, pas le Papillon des Ombres dont le comportement des plus étranges attira son attention. D’autant plus que cela faisait directement suite à un message de Zeus qui leur demandait, non qui avait l’audace de leur ordonner de traquer l’un des leurs ! Et tous cela pour quoi ? Pour avoir simplement fait régner sa loi à Asgard ? Mais cette terre appartenait à Poséidon, et les Cieux n’avaient aucunement le droit de s’occuper de leurs affaires ! Et le Papillon semblait pourtant avoir céder à l’appel de l’Avarice que proposait Zeus. Il y avait donc ce genre de soldats parmi ses troupes ?

Il allait s’apprêter à lui donner la chasse, apparemment en même temps qu’Haiken qui semblait avoir eut la même idée en tête, seulement voilà, un autre cosmos vint l’entourer, le même que celui qui avait été là aux premières minutes de sa vie. D’un simple geste il arrêta le Dragon des Mers, Amphitrite discutait avec lui et il se devait de l’écouter avant d’agir. Un froncement de sourcil plus tard, il n’en fit rien des paroles d’Haiken, il commença à le connaître son Dragon. Un simple sourire amusé accompagna son départ, après quoi il se tourna vers les cieux, l’air sérieux et plutôt en colère.


-Zeus ! hurla-t-il. Père des Dieux ! J’espère que la réponse de notre Déesse te convient ! Je réfute cependant cet ordre, la Terre d’Asgard appartient à Poséidon et les cieux n’ont pas y interférer ! continua-t-il. Si Asgard a des réclamations à faire, qu’ils viennent donc directement nous voir, plutôt que de se cacher comme les pleutres qu’ils sont !

D’un coup de colère, il frappa le trient de Poséidon au sol, créant une légère secousse sans s’en rendre compte, de même que la broche accrochée à ses habits se mit à briller plus intensément l’espace d’un court instant, avant de revenir à la normal. Enfin, une fois sa réponse faire, il se concentra sur les derniers protagonistes présents à ses côtés, à savoir La Sirène Maléfique, l’Hippocampe et le Djinn Marin. Il réfléchit un instant, pesant les ordres qu’il allait donner, avant d’arrêter ses choix les plus judicieux.

-Général Tristan de l’Hippocampe, interpella-t-il ce dernier d’une voix douce qui contrastait fortement avec son dernier éclat. J’aimerais que vous retrouviez le Général du dragon des Mers et qu’ensemble vous repreniez vos premières enquêtes, lui demanda-t-il. Capitaine Arjuna du Djinn Marin, enchaina-t-il en se tourna vers ce dernier, la seule mission que je pourrais te confier pour le moment, serait de te reposer et de te renforcer en vue du combat qui arrive, j’aurais besoin d’hommes fort pour reprendre le Sanctuaire Sous Marin, et je sais pouvoir compter sur toi, lui dit-il en le regardant dans les yeux, démontrant toute la confiance qu’il lui faisait. Enfin, Général Mary de la Sirène Maléfique, fit-il en se tourna vers elle avec élégance. J’aurais besoin d’une personne digne de confiance pour une mission…spéciale, lui confia-t-il. Voudriez-vous bien me suivre un instant à l’intérieur, je vous donnerais de plus amples détails.

Dans le même temps il fit un geste, l’invitant à prendre la direction du temple pour y rentrer à nouveau. Mais avant de la suivre, il se tourna vers les deux hommes avant qu’ils ne partent.

-Ah, une dernière chose, reprit-il soudainement. J’aimerais également que vous faisiez passer le mot aux Marinas que vous rencontrerez : qu’aucun d’entre vous ne fasse confiance au Papillon des Ombres, et que personne ne porte crédit à ce qu’elle pourrait dire ! Si vous entrez en contact avec elle, rapportez moi le moindre de ses faits et gestes, nous ne pouvons nous permettre que l’ennemi l’achète et qu’elle divulgue des informations… Merci à vous, ordonna-il avant de les laisser partir.

Enfin, il revint au près de la Sirène Maléfique, qu’il invita de nouveau à le suivre, avant de rentrer à nouveau dans le temple, se dirigeant naturellement vers le petit salon. Une fois à l’intérieur, il proposa à la jeune femme de s’asseoir, avant de faire de même, se plaçant face à elle. Il pesa un moment ses mots, essayant de trouver comment lui expliquer ce qu’il attendait d’elle, avant de finalement se lancer, tentant de placer ses mots justement.

-Comme je vous l’ais dit, commença-t-il, j’ai besoin d’une personne de confiance, et mon cœur et mon âme –pour une raison que j’ignore– me crient que vous êtes cette personne, lui expliqua-t-il. Ce que j’attends de vous, dit-il avec sérieux, c’est que vous récoltiez des informations qui pourraient nous être utiles afin de récupérer le Sanctuaire Sous Marin.

Il fit une courte pause, se levant pour se diriger devant la fenêtre, observant le ciel qui lentement se couvrait de couleurs de plus en plus rougeoyantes.

-C’est une mission difficile et dangereuse que je vous demande, reprit-il. Infiltrer les rangs ennemis et les espionnez ne sera pas une mince affaire, je le conçois parfaitement. Aussi je comprendrais que vous refusiez une telle offre, lui dit-il en se tournant de nouveau vers elle, plongeant son regard dans le sien. Néanmoins si vous acceptez, sachez que je vous accorderais l’aide que vous voudrez. Choisissez le compagnon que vous préférez parmi les Marinas et en qui vous avez toute confiance; votre confiance est la mienne Mary…

Il aurait voulu continuer, mais une douleur soudaine dans tous les corps l’en empêcha, lui coupant le souffle un instant, l’obligeant à se décaler pour venir s’accrocher à la bibliothèque, faisant tomber quelques malheureux livres au sol. Le jeune Prêtre prit un instant pour récupérer son souffle, mais à peine commença-t-il à se redresser qu’une douleur plus forte se fit ressentir, lui faisant échapper un gémissement de douleur. Un troisième spasme de douleur lui faucha les jambes, le faisant tomber à sol. Plusieurs livres tombèrent à nouveau alors qu’il tentait de se raccrocher de nouveau à la bibliothèque. Un quatrième spasme, toujours plus violent, lui arracha un cri. Son regard rendu hagard, se posa sur la silhouette près de lui, cherchant désespérément de l’aide, il ne comprenait pas ce qui lui arrivait !

-Mary, l’appela-t-il d’une voix faible. Aidez-m…

Puis se fut le noir total, il tomba dans l’inconscience.

~~~~

J’étais bien, vraiment bien. Sans doute était-ce le genre de sensation que l’on ressent lorsqu’on se trouve dans le ventre de sa mère. Mais pour le moment, ça me rappelait la sensation qu’avaient Astre et Lune lorsque leur Père les prenait dans ses bras…Père…était-ce cela qui me faisait me sentir aussi bien ? Etais-je dans les bras de Père ?

Ouvrant difficilement les yeux, je me retrouvais ébloui par un ciel azur magnifique qu’aucun nuage ne venait entacher. Je pouvais également voir la pointe des blés qui m’entouraient et que je sentais frotter contre ma peau mis à nue par endroit, tel que mes bras et mon cou. Je pris un instant pour essayer de réfléchir. Il y à peine un instant je me trouvais en compagnie de la Sirène Maléfique au Temple de l’Île de Circée, et je me retrouvais maintenant catapulter au milieu d’un champ de blé ?

J’entrepris d’ailleurs de me relever, souhaitant vérifier qu’il s’agissait bien d’un champ de blé et non pas d’une portion égarée. Je faisais tout de même attention, des fois que les étranges douleurs ressentie plus tôt reviennent me hanter. Mais rien ne se produisit et je pus me mettre dés lors me tenir sur mes deux jambes. Je constatais alors que je me trouvais bien au milieu d’un immense champ de blé. Mais ce qui attira le plus mon attention fut le bruit de la mer qui commençait à me parvenir. Fronçant les sourcils, je me décidais à avancer dans cette direction.

A mon plus grand étonnement, je ne mis pas longtemps à rejoindre une toute petite crique où se tenait une plage de sable fin. Je ne comprenais plus très bien ! Comment se champs de blé pouvait ainsi border la mer et pousser dans du sable ? Que se passait-il exactement ? Mon esprit me jouait-il des tours ? Ou étais-je la cible d’une illusion ?


-Les deux en quelques sortes, résonna soudainement une voix derrière moi.

Je voulus me retourner, mais j’en fus incapable. Pourtant je sentais sa chaleur juste dans mon dos et son souffle venir me chatouiller la nuque, faisant s’hérisser quelques-uns de mes cheveux. Je fermais les yeux, étonnement en totale confiance malgré la puissance brute que je ressentais. Je savais n’avoir rien à craindre de cette…personne ? Je ne savais exactement comment la qualifier, même si j’avais son nom sur le bout de la langue, il m’était impossible de le sortir ! Ce fut sa voix calme et grave, qui me calma, comme le remous lent et calme de la mer apaise la fureur des esprits.

-Rien ne presse, dit-il. Sache simplement que je vais avoir besoin de repos, ainsi je compte sur toi pour préserver cet endroit, me demanda-t-il.
-Où sommes-nous ? osais-je tout de même demander d’une petite voix.
-Quelques parts aux confins de l’esprit, me répondit-il.

Je n’étais pas plus avancé, mais je me contentais de cette réponse. Puis je sentis sa main dans mon dos qui me donna une légère impulsion, me faisant tomber vers l’avant. Je m’attendais à tomber tête la première dans le sable, mais ce dernier sembla se dissoudre, donnant sur du vide.

-Maintenant va et accomplit ce qui doit être fait, me parvint sa voix déjà plus lointaine.

La chute parut durée une éternité, et sembla en même si rapide… Ce fut donc avec brutalité que je réintégrais mon corps.


~~~~

Un hurlement résonna dans tout le temple, alors que le jeune homme reprenait brutalement conscience, s’accrochant à ce qu’il pouvait. Son corps était rendu tremblant par le souvenir des dernières douleurs, de même que son esprit fiévreux ne parvenait à comprendre ce qu’il venait de se passer. Cherchant un point ou s’ancrer pour ne pas se perdre, son regard tomba sur deux lacs d’un vert profond.

-Mary ? l’appella-t-il.


Citation :
Edit d'Amphitrite : Evolution validée
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Mar 17 Juil - 16:10



    Un à un, les spectateurs se retiraient de la scène après avoir prit conscience de la situation dans laquelle nous étions tous plongés. Immanquablement, tous en avaient plus ou moins comprit les effets et aboutissants : ensemble, plus que jamais, il nous faudrait nous serrer les coudes. Tous ! Sauf peut-être cette Mélisandre qui ne manqua pas d'attirer mon attention pour son absence de réactions. De plus cette dernière n'avait pas eu la délicatesse d'exprimer son accord, réitérer sa loyauté, son allégeance auprès de notre Prêtre.
    Lui qui pourtant avait fait vibrer les cœurs grâce à son discours empreint d'une telle émotion ! Ou bien, ne s'agissait-il que de mon propre cœur ?
    Qu'importe, je notais d'un bref coup d’œil, qu'il restait, hormis moi et le représentant de Poséidon, Tristan et un autre jeune homme dont le visage était marqué d'une large balafre. Preuve inéluctable qu'il devait être un féroce guerrier. Oui, à bien y regarder c'était marqué sur sa trogne ! Je n'arrivais d'ailleurs pas à déterminer s'il était plus jeune ou plus âgé que moi ? Ô mais je me perds en futilités !

    Avec un calme tout relatif, je me redressais avant que l'homme aux cheveux de feu ne frappe le sol du Trident. On aurait dit en cet instant qu'une autre âme s'était glissée en lui... Voilà que je recommence à divaguer ! Mes yeux de jade, d'eux même, tombèrent sur le Général de l'Hippocampe : Rah ! Il avait de la chance que nous ne soyons point seuls ! Si je le pouvais, je me laisserais entraîner par cette pulsion qui me commandait de lui arracher les deux yeux ! Oui, l'envie ne me manquait pas, mais la raison fort heureusement, prenait le pas sur tout le reste. Et surtout, surtout... je ne désirais nullement me montrer gauche devant mon supérieur. Il attendit quelques instants pour reprendre la parole, comprenant sans doutes que nous attendions quelques recommandations.

    Car pour ma part, il était vrai que je me sentais un peu perdue ainsi plongée dans une intrigue dont je ne voyais que la surface émergée de l'iceberg. Beaucoup de choses m'échappaient pour l'heure. Je savais que tôt ou tard, les révélations se profileraient d'elles-même...

    «Zeus ?» soufflais-je quelque peu abasourdie. Une chasse à l'encontre de l'un des nôtres venait de s'ouvrir. Qu'est-ce que cela pouvait bien me faire ? En réalité, j'en avait cure, je n'obéissais qu'à Amphitrite et Poséidon. Nous demander d'éradiquer l'un des siens, quoiqu'il ait put faire était pour moi une demande des plus obséquieuses et déplacées ! Pour qui se prenait-il ? Oui ! Oui ! Je savais qui il était, quelle était sa réputation. Mais j'avais une idée bien précise de la Justice : puis comme le disais le vieil adage : « Nous sommes jamais mieux servi que par soit-même » ! Alors qu'il bouge son divin postérieur ce pourfendeur des nues ! Non vraiment, même si Amphitrite approuvait tout cela, je ne pouvais me résoudre à mettre mon grain de sel dans une histoire aussi grotesque. Quelqu'un d'autre s'en chargerait, pour sûr. D'autres étaient plus enclin à exécuter bêtement les ordres sans porter de jugement au préalable. Pfeuh ! Une confiance aveugle ou une machine à tuer, très peu pour moi, ma vie m'avait apprit à faire confiance qu'à mon seul instinct, ou à ma sœur.

    Le fanatisme demeurait une chose risquée, trop dangereuse même si je pouvais comprendre aisément le sentiment qu'il procurait. Or au final, c'était se cacher derrière une ombre immense. Ô oui ! C'était sans doute bien rassurant de sentir une présence divine planer au dessus de soi.

    Le Prêtre de Poséidon m'invita à le suivre. Je restais silencieuse, me contentant de marcher machinalement derrière lui. Il marqua une pause pour ajouter quelques mots à son discours, les mettant en garde. Je notais dans un coin de ma tête, ces informations en acquiesçant. Puis, nous déambulâmes un moment entre les hauts piliers de marbre blancs. Mes iris vagabondaient d'elles-même et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, nous voilà en plein milieu d'une pièce plutôt spacieuse, une bibliothèque à première vue et qui semblait ma foi, bien cossue !
    Intime presque.
    Je n'osais me l'avouer mais me retrouver seule avec cet homme avait quelque chose d'intimidant. Je sentis malgré moi, mes joues s’empourprer, je détournais le regard un bref instant pour me reprendre puis, me tournais vers lui quand il s'adressa à moi. Je l'écoutais avec attention tout en sentant une onde pesante me traverser. Qu'est-ce que c'était ? Comme un courant électrique quoique plus léger.... Quelque chose en moi me susurra la prudence. J’arquais un sourcil, faisant fi de l'air qui s'alourdissait autour de nous. Assise en face de lui, je sursautais légèrement en comprenant qu'il avait finit de parler. Un peu confuse, je voulus répliquer pendant qu'il se levait pour regarder au dehors, le crépuscule qui étalait ses couleurs, mais il reprit plus gravement encore.

    «C'est une sacrée mission que vous désirez me confier là Monseigneur, et je suis honorée de la confiance que vous me porter, surtout compte tenu du fait que je suis quelque peu... inexpérimentée car récemment promue dans vos rangs. Seulement vous vous adressez à la bonne personne et je...»

    Le bruits de livres heurtant le sol interrompit mon discours et je me relevais d'une façon vive en le voyant. Il souffrait, je pouvais le lire sur son visage ! Ainsi donc mon septième sens ne m'avait point trompé ! J'eus tout juste le temps de le rattraper au moment où il soufflait mon nom, avant qu'il ne s'écroule sur le sol...

    «Monseigneur, monseigneur !» répétais-je un brin inquiète de le voir sombrer dans l'inconscience. En vain, je l'appelais, tapotait son visage dans l'espoir qu'il revienne à lui. Rien n'y faisait. Tant pis ! Aux grands maux, les grands remèdes comme disait Maman ! Je le soulevais pour le traîner tant bien que mal à l'un des canapés en velours bleu océan et l'y adosser plus confortablement. Perchée au dessus de lui, je sentais son souffle chaud et régulier... une bonne chose, si ce n'était que son front était brûlant. Je l'abandonnais quelques secondes pour me délester de mon armure qui me quitta pour s'envoler non loin. En habit de corsaire, j'enfouissais une main dans mon décolleté pour y retirer une petite fiole en cristal. Je débouchais le tout en faisant tournoyer le bouchon opalin et approchais le contenu fort odorant à ses narines. Cela eut l'effet escompté car je le vit papillonner des paupières. Une fois encore il murmura mon prénom, l'air complètement perdu... Avec douceur, je pris l'une de ses mains entre l'une des miennes, tâchant de le rassurer en parlant sereinement.

    «Oui, c'est bien moi Monseigneur, n'ayez crainte, je suis près de vous, tout va bien. Tenez, buvez un peu de brandy, cela vous fera le plus grand bien, faites attention, c'est un alcool très fort... -je portais délicatement le flacon à ses lèvres- Voilà... Vous vous sentez mieux ? Vous avez sans doute fait un malaise, je parie que vous n'avez rien mangé depuis des jours, je me trompe ? -dis-je de manière à détendre l'atmosphère- Reposez-vous un moment, je vais aller chercher quelque chose...»

    Sans lui laisser le temps de protester, je sortis de la pièce à la recherche d'une personne susceptible de m'aider. Je trouvais une femme assez jeune qui me donna un grand plateau de fruit de toutes sortes, la remerciant, je fis demi-tour pour revenir auprès du jeune homme. «Prenez ça» l'invitais-je en lui offrant une pomme bien rouge. J'en pris une moi-même comme pour l'encourager à m'imiter et croqua à pleine dent dans la chair savoureuse.

    «Ça débouche les sinus, pas vrai ? -en désignant la fiole de brandy- ma mère n'avait pas peur de nous en donner ma sœur et moi quand nous étions sujettes aux évanouissements, les corsets, vous savez... Hm ! Mais je raconte ma vie, veuillez me pardonner. -avec plus de sérieux, je plongeais mes yeux dans les siens.- Vous savez je ferais tout pour protéger la famille royale, c'est là mon but et ma tâche et j'ai fais la promesse de ne pas faillir à ma mission. Le Sanctuaire sous Marin sera libéré du joug de ce Masque... Oui, je suis persuadée qu'ensemble nous réussirons ! Vous pouvez compter sur moi pour récolter autant d'informations que possible ! -Avec plus de zèle- Sur moi et sur ma sœur !»

Revenir en haut Aller en bas
Tristan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Mar 17 Juil - 22:11

Tous unis devant la Tourmente, telle semblait être une bonne description de l'état d'esprit actuel qui trônait au sein des Marinas. Tous avaient répondu présents devant l'appel d'Amphitrite et, malgré quelques tensions, tous semblaient prêts à oeuvrer durement pour la restauration du Sanctuaire Sous-Marin. Peut-être que voir leur propre Dieu sacrifier 6 années pour les aider était-il le moteur de leurs actes? Ou encore la situation de leur Déesse Amphitrite qui se battait en chaque instant pour repousser l'envahisseur. Chacun avait peut-être ses motivations mais, quelles qu'elles puissent être, tous se rassemblaient autour d'un objectif commun.

Rien ne semblait pouvoir troubler cette cohésion, pas même les injonctions du Dieu des Dieux. Si Tristan s'était instantanément désintéressé de la demande de Zeus de traquer Kyro du Requin, il avait eu l'excellente surprise de pouvoir constater que pratiquement tous les Marinas avaient eu la même réaction. Esprit de solidarité intra-camp ou simple sens des priorités? A nouveau, la raison avait peu d'importance, seuls comptaient les faits. Même le Prêtre de Poséidon semblait prêt à s'attirer les foudres - sans mauvais jeu de mot - de Zeus pour s'occuper des problèmes bien plus importants du Sanctuaire Sous-Marin, et Tristan ne put qu'acquiescer, appréciatif des propos de ce dernier.

Lentement, les lieux se vidaient, chacun semblant retourner à ses occupations. La Marina partie de son côté, peut-être pour obéir à Zeus. Ann, qu'il avait saluée d'un signe de tête alors qu'elle s'éloignait du groupe. Ou encore Haiken qui s'était éloigné dans une humeur représentative de son état d'esprit. Seul demeurait un petit groupe que Tristan parcourait du regard. Un instant, ses yeux croisèrent ceux de Mary et il ressentit toute la colère qui surgissait en elle pendant cet échange. Peut-être un jour comprendrait elle comme Ann y était parvenue. Dans le cas contraire, il ne doutait pas que la Générale de la Sirène Maléfique saurait laisser ses sentiments de côté pour défendre le Sanctuaire Sous-Marin. Enfin, l'avenir était imprévisible.

Finalement, Astre donna des ordres à chacun des présents et prononça quelques paroles à l'égard de la Marina supposée avoir obéi aux ordres de Zeus, commentaires qui parvinrent à soustraire un sourire à la mine impassible du Général de l'Hippocampe. Son discours achevé, Tristan effaça son sourire pour répondre au Prêtre de Poséidon qui s'apprêtait à se retirer avec Mary à l'intérieur.

Ce sera fait, je poursuivrai l'enquête que nous avons commencée. Et comme je l'ai dit, s'il y a des informations à trouver, le vent me les apportera. D'ailleurs, je vais le laisser me porter jusqu'au Général du Dragon des Mers avant qu'il ne disparaisse je ne sais où...

Saluant d'un signe de tête les derniers présents, Tristan s'éloigna du groupe afin de tenter de rattraper Haiken parti quelques instants plus tôt. Impulsif comme il l'était, qui pouvait savoir où il allait se rendre au sortir de cette réunion.

Arrow Ellypse
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Mar 17 Juil - 23:08

Je fus presque le dernier à partir. Le Sanctuaire que nous connaissions était peut-être hors d'atteinte alors, mais il existait d'autres terres saintes pour les atlantes, et bien d'autres lieux pour nous retrouver et préparer notre soulèvement. Haiken prit la fuite à sa manière, tous quittèrent les lieux pour des motifs que je n'aurai su énumérer ni pointer du doigt. Mais pour l'heure, j'avais l'étrange sentiment que mon prêtre avait encore besoin de moi. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'il s'adressa aux trois marinas que nous étions et qu'il m'ordonna de prendre du repos. Pourtant bien qu'affaibli, je n'étais pas en si piteux état. Et soudain, je compris.
Les hommes fort dont il parlait restaient des hommes implacables, des guerriers ayant plus que surpassé la puissance du commun des mortels, une maîtrise telle des énergie qu'il se verrait récompensé des Dieux et octroyer un titre de noblesse et autant d'artefacts prouvant son importance aux côtés de la Déité. Je pensais avoir décelé un message non pas codé, mais habilement dissimulé et tout autre que celui qui fut entendu par les deux autres Généraux.

Ainsi, ma mission n'était pas pour autant la plus aisé, et le capitaine du Djinn Marin s'était vu confié la lourde tâche de retrouver le Général perdu de Chrysaor. Six ans, ce temps serai mit à profit pour restaurer l'écaille du gardien du pilier Indien, et je dois avoué que ce n'était pas là mince affaire.

Enfin, alors que mes yeux restaient braqués vers mon Prêtre, il s'éloigna en compagnie de la Sirène Maléfique et à son tour, Tristan me laissa seul, là ou quelques instants plus tôt, notre Seigneur avait disparu. Pourtant, je ressentais toujours sa présence au fond de mon être, et lorsque, quelques instants plus tard, mon prêtre fut convulsé, laissant exploser son cosmos dans un cycle chaotique, l'inquiétude ne me monta pas. Toutes les informations convergeaient mais peut-être le contact et la présence du roi des Océans m'avait-elle ouvert les yeux, me laissant préssentir ce qui allait plus tard sauter aux yeux de tous.


Ainsi, le porte parole des Océans devient la parole des Mers...


Je laissais Astre face à une terrible épreuve, mais lui aussi allait combattre et servir son maître. N'était-il pas venu au monde pour accomplir ce que Astre et Lune ne pouvaient faire séparément ?
Tout me semblait clair, et je restais statique, à penser à de nombreux points. Nous étions de plus en plus aguéris et soudés, bien qu'aux réflexes enfantins, mais notre nombre diminuait chaque jour. Sans oublier que des marinas de poséidon, ne comptaient plus les partisans du Masque.

Six années pour me reposer pensais-je... C'était bien trop long, mais si seul le repos m'était imposé, il n'en était rien de la méthode. Aussi, pouvais-je, j'en étais certains, continuer mes investigations. Je n'avais simplement pas l'autorisation de perdre la vie avant que mon Seigneur ne soit totalement revenu à nous. Voila un ordre que je n'aurai eut que peu de mal à appliquer, s'il n'avait s' agit que de moi.

Mais dans un premier temps, le répit accordé me laisser le temps de rendre hommage à mes Capitaines. J'allais me rendre au temple de la Gorgone. Qu'allais-je y trouver, je ne savais pas alors, je ne pensais qu'à prier pour l'âme de mes camarades, et voir dans quel état se trouvait mon écaille
...


Arrow Temple de la Gorgone ( le monde )
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Sam 21 Juil - 12:09

U
ne légère quinte de toux le prit lorsque le liquide chaud vint lui brûler la gorge; il n’était guère habitué à ce genre de boisson. Mais au moins cela eut-il le don de le réveiller déjà plus clairement, et son esprit devenait plus clair à chaque instant qui passait. Il laissa Mary prendre soin de lui, et sourit lorsqu’il la vit revenir avec un plateau de fruit. Il était heureux de constater qu’il pouvait compter sur les hommes –et les femmes– qui composaient son armée. Et il était certain qu’avec eux rien ne saurait être impossible, et bientôt, Poséidon et Amphitrite se tiendrait à nouveau debout au centre de leur Royaume.

Mais en attendant ce jour, il se releva et fit un signe de tête à la Sirène Maléfique pour la remercier de son attention et attrapa une orange qu’il pela gentiment tout en écoutant la douce voix de la jeune femme parvenir à ses parents. Il ne dit rien, mangeant son orange tout en la laissant parler, cette voix le réconfortant pour il ne savait guère quelle raison, mais il aimait entendre la douce mélodie de ses mots. Ce fut une fois qu’elle eut finit, qu’il eut un sourire très tendre, le même qu’il offrait à chaque Marina mais avec –il s’en apercevrait plus tard– quelque chose en plus qu’il ne saurait qualifier avec exactitude.


-Oui je n’en doute pas, lui répondit-il dans un murmure. Je sais que je peux compter sur vous, que je peux vous confiez ma vie les yeux fermés, reprit-il. Je sais qu’a vos côtés, rien n’est impossible, et je sais qu’un jour nous pourrons de nouveau fouler le sol du Royaume Sous Marin, le sol de notre maison…

Il y avait tant de conviction dans ses mots, autant que lorsqu’il avait enflammé le cœur de ses troupes, qu’on pouvait aisément sentir à ce moment-là qu’il ferait tout pour y arriver. Six ans, il avait six ans pour tenter l’impossible et rendre à Poséidon ce qui lui appartenait. Oui, ils chasseraient ce Masque, cet être hideux qui avait osé profaner leur terre ! Ils libèreraient aussi Amphitrite de son joug, et elle saurait siéger en attendant le retour de son époux, et il ferait tout pour l’épauler jusque là.

Une fois son orange finie, le jeune Prêtre de Poséidon se releva, et, dans un sourire toujours aussi tendre, tendit une main à la Sirène Maléfique pour l’inviter à faire de même. Il était temps pour eux également de se mettre en route à la suite de leurs compagnons d’armes. Le chemin était long jusqu'à la délivrance, mais aucun ne faillirait, il en était certain.


-Oserais-je me permettre de profiter encore un peu de votre agréable compagnie au cours d’une balade ? demanda-t-il à la jeune femme.

Il ne savait pourquoi, et il lui faudrait du temps avant de comprendre ce qui faisait maintenant battre son cœur, mais il voulait profiter de cette charmante personne encore un instant, juste quelques minutes de plus ! Il voulait encore entendre sa voix venir chanter doucement au creux de son oreille…juste encore un peu…


[Arrow Ellipse]
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   Lun 23 Juil - 18:42



    Les couleurs réinvestissaient peu à peu ses joues tantôt pâles. Moi, je ne pus réprimer un soupir de soulagement : le voir se saisir d'une orange pour la dévorer avec gourmandise me fit à la fois sourire et rire de bon cœur. Une hilarité peut-être déplacée mais il ne sembla pas s'en offusquer où y faire attention. Le regard perdu dans le vague, je songeais à mille et une chose plus ou moins en rapport avec notre prochaine mission, et pas des moindres !

    Infiltrer le Sanctuaire Sous-Marin. Vu sous un certain angle, cela sonnait comme une mission suicide : une tâche impossible quand je repensais à ce Philippe que j'avais combattu il y a peu. Vraiment, si les pions du Masque possédaient la même force que ce guerrier, à n'en point douter, l'ordre du Prêtre de Poséidon était une mission suicide !
    Seulement voilà, je sentais mon cœur battre plus fort dans ma poitrine ! J'aimais les défis et celui-ci était la promesse d'un de taille ! Un doute cependant s'insinua dans mon esprit : devais-je vraiment impliquer ma sœur là dedans ? Et au cas où cela tournerait mal ? Je me refusais de la perdre !
    Je m'étais jurée de la protéger au péril de ma vie. C'était mon devoir en tant qu'aînée. Hm... Confrontée face à n dilemme car je la savais seule digne de confiance, je me perdis dans mes songes quand la voix du jeune homme me tira de mes réflexions intérieures.
    Que répondre ?

    Ô cela me déstabilisais beaucoup de me voir attribuer tant de confiance en si peu de temps. Certes nous œuvrions tous pour la même cause mais était-il raisonnable de vouloir confier sa vie à une parfaite inconnue ? Je voulus lui dire le fond de ma pensée, mais je rencontrais malgré moi, le vert intense de ses prunelles. Comme subjuguée par tant de douceur, je n'ouvris pas la bouche de peur de rompre ce moment magique. Étrange mais magique à la fois.
    Sans réfléchir, je pris la main qu'il me tendait. D'une manière presque naturelle que s'en était presque instinctif....

    «Ce serait un plaisir de vous accompagner. Cela nous ferait oublier un temps, la complexité de la situation.»

    Six années, six ans ! Diable, qu'est-ce que c'était long ! C'en était presque désespérant. Il nous fallait nous armer de patience.
    Mes joues s’empourprèrent de nouveau quand mes yeux tombèrent sur nos mains entrelacées. Levant mon regard, je dis mine de rien en lançant sur un ton se voulant sérieux :

    «Je peux me permettre de nous poser une question indiscrète ?» dis-je en tournant la tête vers lui. «Quel est votre nom ? J'ai crus en effet entendre l'un des marinas vous appeler Astre... puis-je moi-même vous appeler ainsi ?»

    Je me rendais compte de la stupidité de ma question. «Pardon, c'était peut-être vraiment indiscret de ma part. Je ne vous connais pas. -un petit moment de flottement- Oh mais par contre, ça ne me dérange pas que vous m'appeliez Mary ! Enfin... euh...»

    Une petite moue : «Pardon, je crois que je suis un peu nerveuse. J'ai un peu peur d'entraîner Ann dans cette mission... mais oublions cela un moment et profitons de cette ballade !»

    => Ellipse





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Ellipse 1748]Île de Circé - Sud de Chypre! Parler à Amphitrite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-