RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Un cimetière, mais pas le nôtre!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 22 Mar - 9:51

Arrow L'étang des colériques

"Enfin un paysage infernal", fut la première pensée qui traversa l'esprit du Bélier alors qu'il pénétra dans la cinquième prison. Il avait traversé un champ de ruines, un champ de fleurs, un étang, mais aucun paysage qui lui permettent vraiment de reconnaitre qu'il se situait dans les profondeurs des Enfers. A y réfléchir, peut-être la Carrière des avides. Et encore, au vu des nombreuses pierres précieuses qui s'y trouvaient et offraient leur beauté à qui savait les observer sans s'en approcher.

Tout autour de Shion, des tombes ouvertes, contenant une âme en pleine souffrance. Difficile de savoir quel était le péché pour lequel cette prison avait été conçue. La Paresse peut-être puisque les âmes semblaient souffrir sans même devoir s'acquitter d'une quelconque tâche ou d'un quelconque supplice? Une chose demeurait sûre: même à moitié enterrées, ces âmes ne parviendraient à trouver le repos. Leurs faciès décharnés inspiraient un mélange de terreur et de douleur et leurs yeux implorants donnaient l'impression de transpercer l'âme de celui qui les observait.

Shion resta un instant à les observer sans bouger, se demandant si une solution existait pour les libérer de leur état. Un instant, jusqu'à ce qu'il ressente une main se poser sur sa jambe. Puis une seconde. Plusieurs âmes avaient quitté leur cercueil pour s'approcher du Bélier. Parfois en rampant, pour d'autres en chancelant, les âmes faisaient pitié au Premier Gardien tant leur fébrilité était palpable. S'approchaient elles de lui pour réclamer son aide, pour qu'il les sorte de leurs souffrances? Ou bien obéissaient elles aux ordres des Spectres afin de le retenir en ces lieux, voire de lui faire subir les mêmes tourments?

Une Atmosphère sombre planait dans les lieux, la même qu'il avait ressentie vers le Fleuve Achéron. Shion soupira alors que les mains devenaient plus nombreuses contre son armure et fit soudainement bruler son Cosmos. Un aura dorée l'entoura rapidement englobant les pauvres âmes qui tentaient de l'agripper.

Je suis désolé mais je ne peux vous ramener vers le monde vivant. Peut-être cela suffira t'il pour vous sauver de votre tourment éternel....

Une explosion de Cosmos se produisit soudain autour du Bélier, propulsant certaines âmes, en détruisant d'autres. Si aucun Spectre ne prenait la peine de bloquer son passage, il n'allait certainement pas laisser quelques âmes damnées s'interposer. Shion reprit alors rapidement son avancée dans la prison afin d'éviter que d'autres âmes ne puissent s'approcher à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Yahtô


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 253
Armure : N/A

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 22 Mar - 11:20

    Arrow Réflexion (4ème Prison)

    J'étais vraiment essouflé, parce que derrière moi, l'armée d'Athéna fonçait à toute allure !

    Flash Back :

    Je prenais bien mon temps pour monter au Cimetière des Orgueilleux. J'y allais car je pensais qu'ils auraient des choses amusantes à me raconter... Enfin amusantes pour moi. J'avançais doucement quand j'entendis un bruit sourd, en fond. Comme un cheval, nan, plusieurs chevaux qui galopaient fièrement. En tendant un peu plus l'oreille, j'entendais aussi des cris, des cris de guerre ! La cavalerie d'Athéna fonçaient sur moi en hurlant : " MORT AU SPECTRES ! " C'est à ce moment là que j'eusse compris qu'il me fallait me dépêcher si je ne voulais pas être réduit en charpie par leur gros sabots. C'est alors que j'arrivais à destination, mais il y en a un qui m'avait rattrapé.

    Fin du Flash Back.

    Le fier chevalier du Bélier était face à moi. C'était ses sabots qui faisaient le plus de bruit, pas étonnant. J'allais devoir le combattre, c'était inévitable. Je me rassurais un peu en disant que c'était ceux qui en disent le plus qu'en font le moins. Celui-là faisait beaucoup de bruit, espérons qu'il soit faible. En tous cas il n'avait pas l'air essoufflé, comme moi. Je repris vite une respiration normale et m'en allais lui faire la causette.

    - Eh toi là-bas ! Qu'est-ce que tu fait là ? T'es arrivé vachement loin dans les Enfers, mais je suis désolé pour toi, tu n'iras pas plus loin ! Tu crois vraiment que tu peux débarquer comme ça, faire coucou à la Reine Perséphone, et repartir ? Eh ben détrompes-toi le mouton car aujourd'hui, j'ai bien envie de me faire du méchoui !

    Il était largement plus vieux que moi, car il ne faut pas oublier que je n'avais que 10 ans. Il était aussi plus expérimenté au combat que moi, mais avait l'air affaibli. Il avait du déjà combattre, et ce n'est pas plus mal, car ça me facilitera le travail. Par contre, là ou ça va être gênant, c'est que ce chevalier est réputé pour sa très bonne défense, avec son fameux Crystal Wall. Enfin bon, le défi était lancé, maintenant il n'y a qu'à patienter...


Citation :
J'intercepte Shion et le défie !
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 22 Mar - 23:01

Pensant pouvoir progresser tranquillement - plus au moins au vu des toutes ces âmes qui souhaitaient l'agripper - au sein de la cinquième prison, Shion eut finalement la mauvaise surprise de ressentir le Cosmos d'un combattant à proximité. Nul doute sur son origine, il ne s'agissait cette fois ni d'un Défenseur d'Athéna, ni d'un Guerrier Divin d'Asgard mais bel et bien d'un habitant des Enfers: un Spectre d'Hadès. Comme quoi, il fallait bien que cette course effrénée se stoppe un jour. Enfin, momentanément.

Le Bélier tourna son regard dans la direction d'où venait le Cosmos. Celui-ci approchait, probablement l'avait il lui-aussi repéré. La preuve ne fut pas bien longue à lui parvenir puisque finalement, le Spectre prit la parole pour s'adresser à lui. Sûr de lui, un ton familier et un zeste d'humour pour ponctuer ses paroles? Hé bien, Shion se serait attendu à beaucoup de réactions en croisant un Spectre mais de l'humour... Peut-être était il tombé sur le comique de service. Après tout, celui-ci qu'il avait croisé un peu plus tôt avait semblé joueur avec ses fils alors pourquoi pas un clown cette fois.

La mimique un instant inquiète affichée par Shion laissa rapidement place au sourire habituel du Bélier devant ces paroles ciblées sur son armure.

Si on m'avait dit que j'allais croiser un Spectre faisant de l'humour, je ne l'aurais pas cru! Tu devrais passer dans mon Temple un de ces jours, les journées y sont parfois bien ennuyeuses. Enfin, si tu es en état de quitter les Enfers...

Marquant une courte pause, le Bélier reprit:

A vrai dire, je ne comptais pas aller voir votre Reine mais simplement passer pour récupérer ce qui n'a rien à faire ici. Non pas que je doute de l'intérêt de sa compagnie mais je ne suis certain qu'elle apprécie la mienne. Je ne sais pas pourquoi. Tu pourras peut-être me servir de guide si je parviens à éviter de finir en plat, non? Ca me ferait gagner du temps...

Laissant échapper un léger rire, Shion jeta un regard en arrière avant de soupirer. Il allait devoir abandonner ses compagnons temporairement. Chacun son tour. Dokho allait pouvoir l'encourager cette fois! Et surtout en profiter pour foncer vers leur objectif! Le Bélier se retourna ensuite vers son adversaire, bras croisés. S'il souhaitait connaitre la puissance du Premier Gardien, il y était prêt. Et il ne laisserait pas les blessures causées par le Dieu de la mort le faire chuter.

Citation :
Défi accepté
Revenir en haut Aller en bas
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Ven 23 Mar - 19:21

Arrow 4° Prison

Continuant sa route à travers les Enfers, Ysselda adressa une prière silencieuse à Odin, afin qu'il assiste Dohko dans son combat contre le Spectre. Elle ne doutait pas que la Balance était largement capable de se défendre face à ce serviteur d'Hadès, mais une petite prière ne faisait jamais de mal. Bien sûr, c'était plus de l'aide d'Athéna que le Chevalier d'Or avait besoin mais le nom de la divinité n'avait, dans le fond, que peu d'importance : l'essentiel est de se battre pour le bon droit et la justice !

Toujours accompagnée de Lyria et d'Ishiro, elle atteignit la Prison suivante ? Qu'allait-elle trouver comme horreurs cette fois-ci ? Ce qu'elle vit lui arracha un cri d'étonnement : des tombes, des centaines, des milliers de tombes s'étendaient à perte de vue ; elles étaient ouvertes et dans chacune d'entre elles, une âme damnée se débattait au sein de flammes ardentes qui s'en échappait.

Eh bien, je ne sais pas ce qu'ont pu faire de leur vivant ces pauvres bougres mais que voila un châtiment des plus horribles ! s'exclama-t-elle. L'air était étouffant et puait la chair grillée et les cris de souffrance de ces personnes l'emplissaient d'une terreur qu'elle mit beaucoup de mal à réfréner tant elle se sentit tout à coup vulnérable...

Mais, fort heureusement, cette émotion passa : le souvenir de la vision du Père de Toutes Choses, quand elle était, il y a fort longtemps, une Walkyrie au service des Aesirs, raffermit son courage et chassa ces pensées désespérantes.

Non loin, elle vit le Chevalier d'Or du Bélier en train de commencer le combat contre un autre Spectre. Ils n'étaient plus que trois, elle, Lyria et Ishiro à arpenter les Prisons, mais derrière eux, d'autres alliés les suivaient.

Au loin, elle pouvait percevoir la présence d'autres Asgardiens qui s'étaient enfin ! joints à la bataille. Ils avaient l'air en pleine forme et semblaient eux aussi impatients d'en découdre avec ces maudits Spectres !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 24 Mar - 0:40

==> 4 è prison

La prison suivante s'avéra tout aussi sordide que les précédentes. Angel se retrouvait maintenant réduit à devoir éviter les cercueils parsemant la totalité du terrrain, enfermant en leurs terrifiants écrins des condamnés hurlant leurs souffrances au ciel des Enfers. Ce fut pour le jeune chevalier un parcourt aussi éprouvant qu'hideux à voir. Tous ces captifs couchés à même le sol, décharnés et se tordant en tout sens. Au fond d'elle-même, la blonde jeune femme savait qu'elle ne finirait pas en ces lieux ou autres même si elle venait à succomber. Minos, le seigneur du Griffon avait rendu son jugement avant de la porter jusqu'à ce lieu abrité où elle avait repris connaissance.

Une âme aussi pure que la sienne irait à Elysion rejoindre celle de son maître, le défunt chevalier de la Lyre. Cela avait au moins le mérite de lui offrir un certain espoir. Après tout, elle avait déjà été jugée par l'Etoile de la Noblesse et sa parole était reconnue parmi tous les spectres.

Enfin, ce n'était guère le moment de songer à tout cela. Repoussant de toutes ses forces l'idée d'une fin prochaine, la " Souris du Sanctuaire " accéléra encore pour rejoindre au plus vite Ysselda. L'Ase était une compagne de route plus qu'agréable et sans le moindre doute une aide plus que précieuse vu l'état dans lequel se trouvait le pauvre Angel. Et puis, se promener seul en des lieux aussi mal fréquentés devenait plus que risqué. Enfin plus qu'avant...

En arrière, les troupes s'étaient enfin décidées à débarquer. Un peu tard aux yeux de ceux qui, comme elle, se retrouvaient loin à l'avant mais maintenant, elles étaient là.

Des renforts bienvenus mais qui auraient aussi le don d'exciter des spectres déjà peu enclins à les accueillir autrement qu'à coups d'attaques cosmiques. Aussi inutile d'ajouter que voir ces saints commençaient à se propager dans tous les Enfers comme la pire des mauvaises herbes ne serait pas pour les encourager à revoir leur copie à son sujet ainsi que celle de ses compagnons. Et si en prime, ils se sentaient piégés, le pire serait seulement à craindre pour ceux qui justement se tenaient à l'avant.

Les spectres finiraient par se retrouver acculés et dans ce cas, ils avaient toutes les chance de les voir réagir comme des rats dans ce genre de situation. C'est à dire, en fonçant directement dans ceux qui se trouvaient juste devant eux. Ysselda et elle en l'occurence vu que Shion venait d'accepter le défi d'un nouveau spectre et entamait tout juste son combat.

Aussi Angel se prépara à une lutte qui tôt ou tard finirait par commencer, avant de rejoindre l'Ase de Mjolnir.

Elle soupira avant de dire.

- Ysselda, tu as vu ? Une nouvelle constallation vient de s'éteindre. Encore huit heures. Le temps file, continuons ensemble, tu veux bien. A nous deux, on peut encore aller bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 24 Mar - 8:29

Arrow 4ème Prison: L'étang des Colériques


"Tu as l'air de m'avoir oublié jeune fille !"


Des ondes cosmiques orangées envahirent soudain le cimetière des orgueilleux. Dans le cosmos apparut alors une ombre, le chevalier Phoenix venait de faire son apparition. D'un regard presque démoniaque, il regarda le paysage qui se posait devant lui. Des tombes à n'en plus finir. Ishiro pouvait voir qu'il y avait des cadavre qui se torturaient dans les flammes de la tombe. Le Phoenix avait l'air d'apprécier cela. L'odeur des cadavres brûlés, la chair, ces odeurs ils les avaient tellement côtoyées à son lieu d'entraînement. Il s'approcha d'une d'entre elle et se pencha. Le cadavre attrapa son bras et le tira vers la tombe en flammes mais n'eut pas assez de force pour y remédirer. Seul le bras d'Ishiro trempait dansl es flammes mais celui ci n'en était absolument pas affecté grâce à l'armure du Phoenix. Ishiro repoussa le mort et se releva, quelque chose lui dit qu'il était pourtant déjà venu ici, l'endroit était si familier, bizarre. Il sentit alors deux cosmos en plus des femmes, c'était Shion.

"Tiens, lui aussi est le favori des spectres ?"


Le chevalier d'or était à son tour pris par un combat et le saint ne doutait pas de sa victoire. Ishiro se rapprocha de ses deux compagnons, pas trop près encore, croisa les bras et attendit, il scruta les deux cosmos en attente d'exploser. Un combat des plus terrible allait se produire !

"Bien vite mon tour, repousser ce cadavre n'était pas assez pour me dérouiller les articulations."


Hé oui, les saints avançaient en enfer comme des souris dans un gruyères ... Il s'inquieta de voir qu'une nouvelle constellation avait disparue, il leur restait encore huit heures !


Revenir en haut Aller en bas
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 24 Mar - 23:12

Angel fit remarquer à la jeune femme qu'une des Constellations avait disparue : le Cancer. Il leur restait donc encore huit heures pour atteindre leur but qui était de délivrer Zeus.

Raison de plus pour nous hâter ! dit-elle. Elle se tourna vers Ishiro : ce dernier était en train de lutter contre un des morts qui avait agrippé son bras et menaçait de l'entraîner dans son tombeau de flammes qui léchaient le bras du Saint mais il n'en paraissait nullement affecté ! En un sens, c'était plutôt logique : le Phénix n'était-il pas un oiseau de feu ?

Finalement, Ishiro réussit à se libérer de l'emprise du damné et Ysselda sourit :

Bon, quand tu auras fini de t'amuser, on pourrait peut être avancer ?

Et joignant le geste à la parole, elle tourna les talons et poursuivit sa route. Ce ne fut qu'au bout d'une centaine de mètres qu'elle sentit un danger : sortant de derrière un gros rocher, une escouade de gardes armés de faux courut vers elle.

Ysselda empoigna son marteau et le balança, cueillant dans leur course sept fantassins d'Hadès, les uns après les autres. Ceux qui n'avaient pas été touchés par Crom Faeyr se jetèrent sur elle en souriant, la pensant désarmée. Quelle ne fut pas leur surprise quand ils virent de nouveau le marteau entre les mains de la Guerrière Sacrée !
Cette dernière, en faisant de terribles moulinets avec son maillet, les propulsa dans les airs. L'un d'eux atterrit même dans une des tombes où son occupant l'accueillit avec chaleur...

Pfff, que ces gardes sont mous ! Ma grand-mère aurait pu les terrasser !

Faisant sauter Crom Faeyr dans sa main, elle continua son chemin, suivie par Angel et Ishiro.

Arrow 6° Prison 1° Vallée
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Dim 25 Mar - 1:20

Une voix venait de se faire entendre derrière elles et Angel sourit en découvrant Ishiro aux prises avec les habitants du coin. Le voir se faire ainsi aggriper par les défunts l'aurait presque fait rire. Il fallait dire que le jeune chevalier de la Chevelure de Bérénice en avait besoin. Il ressortait de cruelles défaites où il n'avait pu opposer de véritable résistance à ses deux adversaires et le pire était qu'il était certain d'avoir déçu sa déesse sans possibilité de se racheter. Aussi, voir, même pour un court instant, le fier phénix, vainqueur d'un juge, se faire prendre à partie par des prisonniers sans force avait de quoi le surprendre en plus de l'amuser. Sans doute devait-il être plus appétissant qu'Angel avec sa cape souillée de sang et ce qu'il restait de son armure. Un oiseau de feu au milieu de la nuit éternelle devait leur apparaître comme une sorte de phare. Bien plus qu'un jeune chevalier avançant presque pieds nus.

Un leurre plutôt cruel au fond mais qui avait aussi le mérite de lui faire apprécier les paroles de Minos et le fait de savoir que son destin ne serait pas de rejoindre tous ces morts. Au moins, elle n'avait rien à craindre de ce coté-là. Sa place serait au-delà de leur objectif. C'était étrange mais c'était bien cela.

Aussi, ce fut d'une voix ferme que le chevalier répondit.

- Et bien, allons-y, chevalier, ne faisons pas attendre dame Ysselda.

Aussitôt dit aussitôt fait, Angel suivit l'Ase de Mjolnir tandis que le Phénix fermait la marche. Au moins, se sentait-il en relative sécurité, escorté par deux puissants combattants. Les spectres ne lui avait pas fait le moindre cadeau et s'il voulait tenir la promesse faite au chevalier de la Balance, Angel devrait se tenir dans l'ombre des autres, le temps de trouver un ennemi à sa taille. Pas aussi amoché que lui, il ne se faisait guère d'illusion mais juste assez affaibli pour ne pas se faire balayer comme avec Minos ou Sven.

Lyria baissa la tête, honteuse, elle n'aimait pas vraiment agir comme cela mais avait-elle d'autre choix ? Aussi s'efforça-elle de poursuivre son chemin sans se poser davantage de questions. D'ailleurs, aucun risque qu'elle ne se perde. Il lui suffisait de suivre la piste laissée par les victimes d'Ysselda. Des gardes qui semblaient n'avoir même pas pu réagir.

==> 6è prison
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Dim 25 Mar - 20:45

"Bon, quand tu auras fini de t'amuser, on pourrait peut être avancer ?"

Décidément Ysselda ne mâchait pas ses mots et Ishiro aimait ça, le saint ne bougea pourtant pas, il la regardait avancer, c'est alors qu'elle tomba sur des gardes qui l'entourait. Ishiro était prêt à intervenir mais il n'en fit rien, il voulut voir comment la jeune femme se débrouillait autrement que contre un rocher et il avait vu ! Cette femme était très puissante, Ishiro n'était même pas sûr qu'il pourrait la vaincre.

"Hé bin, sacré gonzesse, je ne veux décidément pas que Athéna soit en guerre contre Odin un jour !"

La jeune saint le tira pourtant de sa rêverie en lui parlant d'un ton ferme.

"Et bien, allons-y, chevalier, ne faisons pas attendre dame Ysselda. "

Le sain n'aimait pas trop cet air supérieur que prenait la sainte de bronze, elle qui était blessée, mais Ishiro admirait son courage de continuer sa route. En effet, l'Ase était déjà partie, la bronze suivit et Ishiro continua à les suivre. il regardait en arrière scrutant les deux cosmos qui se battaient, il avait foi en Shion et à son cosmos bien supérieur à ce nain qui se prénommait spectre.

"En route !"


Cria le saint sans se retourner suivant de près les deux demoiselles. ( mrred )

Spoiler:
 

Arrow 6° Prison 1° Vallée


Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Lun 26 Mar - 23:27

Arrow 4e prison

Le chevalier d' or du cancer venait de pénétrer dans ce qui pouvait être l' un des pires endroits ses enfers. Un cimetière. En son antres, des cris de douleurs intenses et une fin des plus horribles en était les maîtres mots. La chaire de poule venait de se mettre sur les bras d' Urio, qui tout de même en était un spécialiste quand à de tels actes, quand tous ses morts se mirent à ressortir de la terre.

HHHhhh aaaaaa!! c' est quoi ce bordel !? lança t' il d' un air des plus inquiet.

Le cimetière libéra ses morts et plusieurs d' entre eux vinrent se coller à ses basques. Qu' imaginaient-ils à agir comme cela ? Le chevalier d' or ne se laissa pas faire et se défendit en frappant comme un damné sur ces morts. Ils ne l' emporteraient pas aussi facilement, foi de chevalier d' or du cancer. Les coups ne cessaient de pleuvoir et stabilisé ceux voulant sortir de ses entrailles funestes.

Mais vous allez me lâcher les basquettes? Hurla t' il.

La colère le prenant aux tripes, Urio chargea son cosmos et se décida à désintégré ce cimetière si morbide qui n' était en rien comparable à celui de leur sanctuaire. Dans une luminosité monstrueuse, sa puissance brûla chaque sépultures et les membres se faisant offensives. Rien n' y échappa sous cette fureur et fut désintégré comme il se devait.

C' est finit maintenant ! Croupissez-y tous jusqu' à la fin des temps...

De là son cosmos dégagea encore plus d' intensité et de puissance. Tout ses corps sans vies voulant l' attrapé furent anhilés sans exeption et lui libéra le passage pour la sixième prison. Ce qu' il fit d' ailleurs car il approchait de son but, et ceux même si il ne s' agissait pas de Eaque. Il allait, de nouveau, frappait très fort dans les kignes adverses en emportant ses ennemis dans les lumbes...

Arrow 6 eme prison si pas d' interception.
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Lun 26 Mar - 23:34

Citation :
Le défi entre Shion et Agito est annulé.

Agito n'a pas créé le topic de combat au bout de quatre jours. Cela revient à fuir. Shion, tu peux avancer directement à la zone suivante, sans attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Lun 26 Mar - 23:40

Citation :
Sur accord du Staff et après une attente de 96 heures, j'annule le défi pour poursuivre ma route...

Enfin un peu d'animation. Après avoir parcouru une distance presque interminable au sein des différentes prisons infernales, Shion était enfin prêt à montrer qu'il était lui aussi un Chevalier d'Or et qu'il n'avait point obtenu cette armure par sa seule maitrise des réparations. Certes, il portait encore les séquelles de l'attaque portée par le Dieu de la Mort au Fleuve Achéron, mais rien ne l'empêcherait de se débarrasser de cet adversaire. Surtout si ce combat permettait à ses camarades de poursuivre leur route en direction du Giudecca. Leur objectif approchait, le temps devenait une ressource, un trésor à chérir.

Le Bélier concentrait son Cosmos tout autour de lui, profitant de chaque particule de celui-ci et de chaque seconde s'écoulant pour restaurer les morceaux abimés de son armure. Il allait avoir besoin de toutes ses forces pour la bataille à venir, son adversaire semblant être plutôt peu amoché par la Guerre sillonnant les Enfers. Non loin de là, Shion pouvait apercevoir ses compagnons poursuivre leur route. Tant mieux, qu'ils aillent le plus loin et le plus vite possible. Arrêter ce conflit et tous ces massacres.

Une seule ombre au tableau: l'absence de Dokho. Ou était il encore passé? Lui qui le suivait à la trace depuis les dernières prisons. Ils devaient progresser ensemble, il n'avait pas le droit de trainer en arrière. Sauf si... Shion orienta ses pensées en direction du Cosmos de son ami, dans la prison précédente. Sa présence était aisément détectable et comme il le craignait, n'était plus la seule à peupler cet endroit. Un Spectre l'avait rejoint et probablement entamé le combat au vu de l'énergie dégagée par le Chevalier de la Balance. Décidément, Dokho allait il se débarrasser de tous les Spectres pendant que lui-même se contentait de marcher? Pas question!

Se tournant avec détermination vers son adversaire, Shion se stoppa net en constatant que celui-ci semblait concentré sur une autre cible. Impossible d'en identifier la cause, mais le Spectre, prêt à lui barrer la route quelques instants plus tôt, ne lui prêtait soudain plus aucune attention. S'agissait il d'un ordre de Perséphone? D'un cadeau d'Athéna pour lui permettre de poursuivre son chemin avec ses compagnons? Quelle qu'en soit l'origine, il n'y avait pas à hésiter. D'un bond rapide, Shion reprit sa route en direction de la prison suivante, espérant que Dokho les rejoindrait rapidement. Le Bélier nota rapidement l'arrivée d'un autre Chevalier d'Or alors qu'il reprenait sa course. Urio, du Cancer. Avec un peu de chance, lui aussi bénéficierait de l'inattention du Spectre pour le suivre dans sa progression.

Arrow 6ème Prison - 1ère Vallée
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 29 Mar - 16:18

Arrow 4e prison

Le plus redoutable des chasseurs d' Asgard continuait son petit bonhomme de chemin sans se retrouver face à de la résistance. Les enfers paressaient être submergé face à tant de bravoure de la part de leurs assaillants qu' ils ne cessaient de reculer dans des domaines bien lointains et cela le loup l' avait ressentit. Persephone avec probablement sa garde personnelle, donc les plus redoutables spectres. Cela ne fit pas peur à Samiel, bien au contraire car il voulait se mesurer face aux spectres et leur faire mordre la poussière. Enfonçait leur défense, portait des coups et rendre la placequ' Asgard méritait au yeux du monde. Le royaume du grand nord devait cesser d' être prit pour une scène de guerre ou tout était possible à ceux qui se voyaient en conquérant. Asgard était fort et resterait insoumis. Que se soit devant Athéna et ses chevaliers, ou bien les autres vermines régissant les autres domaines de la terre bleu.

Le cosmos du loup rugissait de puissance, son halo bleu ne cessait de mélanger froid glacial et chaleur. Une drôle de cohésion pour un guerrier de ce nom, alors que seul le froid régissait sa façon d' être un homme. Un guerrier dans toute sa splendeur comme tant d' autre. Il se retrouva désormais dans un cimetière qui ne ressemblait en rien à ceux de son royaume. un cimetière ou des mains sortaient de terre essayant d' attraper le loup blanc d' Asgard. A chaque émanation de cosmos, ses mains se retrouvèrent brûler et disparaissaient sous le sol infernal. Ainsi, il pouvait continué a traverser cet endroit et se rendre dans un autre domaine ou à première vue personne ne s' y trouvait. L' espace d' un instant, il regarda en arrière afin de voir si Signun réussisait à revenir, mais non. Son cosmos était là, mais il avait dû attendre ses frères d' arme avant de se mettre à avançer.



Arrow 6e prison

Edit Raïmi: seulement dans 24h, bien sûr. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1650
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 5 Avr - 22:00

>> 4e prison

Au fur et à mesure de sa progression, l'éclaireuse des Ases remarquait que les morts se faisaient moins belliqueux autour d'eux. La guerrière avait laissé derrière elle le chevalier du Dragon. Celui-ci faisait tellement peine à voir. Il souffrait le martyr et continuait pourtant sa route avec vaillance.

En réalité, il était admirable, un véritable chevalier, digne de ce nom. Comme elle avait pû en voir certains au Sanctuaire … Elle espérait qu'un jour, Serafim suivrait cette voie, lui qui était si sceptique. En toute autre circonstance, Eta aurait attendu un tel compagnon, et l'aurait certainement épaulé pour continuer sa route. Cependant, le danger se sentait au bout de la route, l'urgence de la situation hurlante.

Ils n'avaient pas eu besoin d'échanger beaucoup de mots pour savoir que même s'ils venaient à peine de se rencontrer, il devaient se séparer. Une même éthique était inscrite dans leurs codes d'honneur. Le cœur lourd, Eta avait distancé le Dragon bléssé alors qu'il peinait sur le chemin. Elle s'était arrêtée pour se retourner et le regarder encore, espérant que ce ne serait pas pour la dernière fois.

* Ne perds pas courage, guerrier d'Athena, nous parviendrons au bout de cet Enfer, j'en ai la certitude. *

Puis, tournant les talons, l'asyne continua sa course éffreinée, aussi légère que les daims qui posent à peine le sabot sur le manteau blanc de la neige. Lorsqu'elle était arrivée dans le cimetière des orgueilleux, la jeune femme avait une nouvelle fois dû ralentir ses pas. Le chemin était semé d'embûches, et si les damnés ne cherchaient pas à abattre les envahisseurs avec des armes, ils ne laissaient pas d'attraper leurs chevilles dans un effrayant concert de plaintes.

#Combien … Combien de prisons dois-je encore traverser ? Combien d'horreurs sans nom dois-je encore croiser ?#

L'obstination de la guerrière prenait le pas sur son moral vacillant. Elle avait laissé tant de compagnons derrière elle. Mais l'entraînement à la dure de la sage Edel portait ses fruits, et les jambes de Christa la portaient inlassablement à travers l'obscurité. Au confins de la noirceur, la lumière, dans ce voyage au bout de la nuit ...

>> 6e prison dans 24h
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Dim 8 Avr - 1:00

Arrow Lac des Colériques

En plus d'être blessé, affaiblie, empoisonné, fatigué et moralement en baisse malgré la foi qu'il avait montré depuis ses derniers combats contre les spectres d'Hadés. Kenshiro était pour ainsi dire en piteuse état aussi bien physiquement que moralement... Et il fallait qu'en plus que le sort s'acharne sur lui a chaque pas qu'il faisait dans ce royaume maudit ? D'abord il y eu l'avalanche de pierre dans la troisiéme prison des Enfers: la carrière des avides où les pierres poussé par les pécheurs et les forçats de la prison, décidèrent toutes ensemble de faire une nouvelle victime sur la personne du Dragon... Manquant de peu de le transformer en bouilli de chevalier de bronze.

Ensuite il du traverser une prison rougeoyant d'un sang capable de brûler jusqu'a l'os n'importe qui ayant le malheur de tomber dans le lac en fusion ou qui se serait fait attraper par l'un des damnés obliger de brûler éternellement en ses eaux sanguines. Kenshiro avait eu la chance de trouver une embarcation capable de résister à ses eaux mortels et l'avait prit afin d'atteindre l'eau rive avec une certaine tranquillité... Jusqu'a ce que certain damnés ne manque de faire chavirer son radeau en tombant dessus depuis le ciel sans qu'il puisse prévoir leurs arrivé: compensant sa frayeur de la chute par la colére du dragon qui expédia ses passagers clandestins en mille morceau. A croire que tous ses malheurs étaient dû à un mauvais esprit se faisant une joie de le hanter .

S'il mettait la main sur l'être qui lui faisait toute ses misères gromela le dragon qui visiblement avait laissé son calme et sa patience deux prisons avant: Menaçant alors d'envoyer son prochain probléme de l'autre coté des Enfers aprés un allé simple de son poing.

Arrow Les 3 vallées dans 24h

Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Mer 25 Avr - 21:20

Arrow ~ 4ème Prison: L'étang des Colériques
Avancer. Avancer vers cette lumière rayonnante qui tel l’astre diurne, éloignait de son chemin les ombres dansantes du crépuscule éternel. Malgré ce corps se faisant plus lourd. Malgré la douleur insidieuse se répercutant dans ses membres. Malgré l’appréhension grandissante qui voilait son âme d’une brume écarlate. Il avait laissé derrière lui l’Asgardien et la spectre, ainsi que les autres cosmos glacés qu’il avait ressentis dans la précédente prison accompagnant le guerrier.

Le chevalier grimaça stoppant sa course folle en avant alors que son corps se rappelait douloureusement à lui. Sa défaite n’avait pas fait que marquer son corps, et il demeurait dans son cœur un goût d’inachevé. Caeron avait été un adversaire de taille sur bien des points et il pouvait sentir à cet instant que le spectre combattait un nouveau chevalier…De sa caste par ailleurs.

Posant sa main sur son plastron derrière laquelle s’étendait une blessure de son premier combat, Dohko observa les alentours dans un silence mensonger. Autour de lui, les âmes en peine hurlaient leur souffrance à la face des cieux crépusculaire éclairés par les constellations survivant au temps s’égrenant. La Balance brillait encore mais il savait que tous comme les autres, son éclat finirait par s’effacer, ne laissant rien d’autre que le ciel clair-obscur. De nouveaux hurlements se faisant échos aux précédents, lui fit serrer la mâchoire. Tant de souffrance dans de simple éclat de voix se brisant tant et plus… A coté de cela, les quelques blessures infligés par ses adversaires lui semblaient bien dérisoire. Tout était passager, finissant par disparaitre grâce au temps mais ici, le temps n’existait plus.

Son regard se fixa par delà les cris, loin devant là où sa Déesse se trouvait.

Le temps. Il semblait se jouer de lui aujourd’hui, se plaisant à lui rappeler qu’il était en son pouvoir, stupide pantin de chaire luttant contre lui en vain. Mais ce n’était pas le temps qui l’enchainait à présent, mais une pensée bien plus perfide, sinueuse, elle alourdissait son cœur et son corps avec plus d’emprise que ses blessures. Un coup d’œil à la fleur à son bras lui redonna le courage d’avancer. Ce n’était pas son genre d’ainsi reculé face à la vérité ! Il était le garant de la justice d’Athéna, et la vérité était ce pour quoi il luttait, aussi difficile pourrait elle être, il était de son devoir de la connaitre.

C’était là, la seule chose qui comptait pour l’instant. Même si la vérité se faisait épine, il n’aurait qu’a l’accepter et la faire sienne…Et le temps jouerait son office. Il le fallait.

Et puis il n’y avait pas que sa Déesse là bas. Un sourire. Son ami du Bélier y était également, veillant sur Athéna comme toujours, premier rempart à l’intégrité de leur divinité. Il devait lui prêter main forte dans cette tâche.

Une inspiration et la balance reprit sa route.

~ 6 éme prison Arrow


Dernière édition par Dohko le Jeu 26 Avr - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 26 Avr - 17:35

Étang des Colériques Arrow
    A peine l'Alpha avait-il quitté le domaine de la 4ème Prison que les derniers étangs placides disparaissaient pour laisser place à une plaine sombre et ravagée, assez semblable à celle que l'on trouvait en approchant de l'Achéron, au détail prêt que celle-ci était noyée dans les fumées des feux qui s'élevaient un peu partout. Depuis les hauteurs du ciel, Aukoti ne distinguait pas encore les silhouettes des hommes en train de souffrir le martyr dans les flammes du cimetière des orgueilleux, et à vrai dire, sachant de quoi il s'agissait, il n'avait en vérité nul envie d'aller contempler de plus près le macabre spectacle que les morts offraient à leurs bourreaux.

    Ce fut pourtant ce qui le Dragon Noir fut contraint de faire, sentant qu'il avait depuis un peut trop longtemps dépassé Leene et Sköll. Il ne s'était séparé d'eux qu'un instant, le temps de régler le cas du dernier adversaire potentiel de la Prison précédente, mais ces derniers avaient entre temps pris de l'avance. En voulant les rattraper, il avait fini par reprendre les devants avec peut-être un peu trop d'entrain. A présent qu'il était là autant vérifier qu'aucun adversaire ne dissimulait sa présence en attendant que ses compagnons ne le rattrapent.

    Sentant plus loin devant lui la présence de Dohko de la Balance, qu'il avait brièvement croisé lors de son passage à l’Étang, Aukoti se posa une bonne centaine de mètres en arrière, le laissant progresser en solitaire. Bien que blessé, le Chevalier d'Or se démenait vaillamment pour avancer fièrement vers son objectif. Son état d'esprit était louable, mais aussi dangereux. Dans une telle Guerre, il fallait prendre garde à ménager un minimum ses forces... Au risque d'être pris pour cible par des ennemis en quête d'une proie affaiblie.
    C'était dans cette optique que l'Alpha camoufla sa présence au minimum, se contentant de suivre le Gold Saint de loin. Si un ennemi était terré là, nul doute qu'il chercherait à achever le Chevalier de la Balance. A ce moment là, l'Ase serait présent pour intervenir. Nul besoin de s'épuiser à les débusquer, donc. Il n'avait qu'à laisser ses adversaires venir à lui. D'une certaine manière, Aukoti se servait de Dohko comme appât. Constat bien cruel qui n'était pourtant pas si loin de la vérité, le Godwarrior n'avait aucun remord. Il se savait assez rapide pour intervenir avant que le Gold Saint ne souffre d'une quelconque attaque, et en tant que troupe d'élite de la Déesse de la Guerre, Dohko devait être capable de se tirer sans trop de mal d'un mauvais pas tel qu'une embuscade.

    Tant que Leene et Sköll ne trainaient pas trop en route...
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 26 Avr - 22:13

~ 4 éme Prison : L’étang des Colériques


La silhouette gracile de la jeune femme se faisait étrange clair-obscur, s’élançant en avant dans l’éclat d’argent de son cosmos lunaire bouillant de sentiment contenu qu’il valait mieux qu’elle garde en elle pour l’instant. Elle n’avait pas le temps de s’en préoccuper pour le moment. Pas du tout. Le dragon noir avait – pour une fois – réussit à la semer, mais elle mit ça sur le compte de son trouble. En tant que guerrière d’Hrimfaxi, le cheval apportant la nuit, elle ne doutait aucunement de sa rapidité, et le fait de savoir l’alpha arrivé avant elle lui importait en réalité bien peu. Mais il valait mieux pour elle se concentrer sur cette présence plutôt que de se préoccuper de celle qui la suivait au risque de perdre le semblant de calme qu’elle possédait.

C’était bien mieux ainsi, et cela, pour tout le monde.

L’odeur de brûler lui caressa les narines, stoppant brutalement sa course dans une brise aux relents infernales. Un frisson parcourut ses membres, se faisant tremblement alors que son regard figé se fixait sur les flammes embrasant la terre fracassé…et des corps, tant de corps léchés par les flammes ravivant en elle des souvenirs de sang et de larmes. Sa gorge se serra alors que devant ses yeux figés d’horreur prenait place une autre scène, dans un autre temps, une autre vie, si lointaine, fugace. Son cœur se fit douloureux entonnant un requiem aux notes grinçantes, son esprit se perdant dans ce qu’elle avait souhaité à jamais faire disparaitre de sa vie.

Les flammes écarlates s’élevant dans les cieux. Les hurlements bestiaux de la foule. Un dernier sourire alors que tout s’embrasait. Son cri, déchirant, se répercutant dans ses oreilles, assourdissant tout le reste. Le feu dansant avec orgueil consumant tout, annihilant celle qui avait été sa mère disparaissant dans un dernier cri muet.

Et les images virevoltaient devant ses yeux, ballet mortelle, oubliant tout le reste, obnubilé par ce bucher, passé ancien, démon présent. C’était aussi ça les enfers. C’était le sien, propre. Ses démons qu’elle pensait combattre et qu’elle fuyait. La sorcière n’était plus qu’une petite fille revivant une macabre scène dans laquelle elle avait tout perdue.

Cette fois ci, son frère ne viendrait pas la sauver de ses songes éveillés, le rassurant de sa voix et de sa présence.
Cette fois ci, personne ne viendrait pour lui tendre la main.
Son frère, il n’était plus là.
Plus jamais.
Tout comme sa mère disparue dans les flammes vermeilles du bûcher.

Ses jambes vacillèrent, la laissant à genoux sur le sol désolé, le regard vide, ses bras se resserrant autour de son corps dans un réflexe futile. Froid. Horreur. Des frissons secouèrent son corps pâle. Fragile.

Et un cri déchirant s’envola dans les cieux infernaux, se mêlant aux clameurs de souffrance des damnés. Douleur. Impuissance. Chagrin. Perte. Tant d’émotions si différente de ce à quoi elle était coutumière, elle qui était si forte. Sorcière perdue. Enfant oubliée.

Puis un murmure alors que ses cheveux se faisait voile, tête basse, yeux clos, essayant en vain d'éloigner l'image s'imprimant sur ses paupières.
Les ombres se resserrèrent autour d’elle, rumeur incertaine, incompréhensible à son esprit en proie au tourment de son âme. Elles auraient tant voulut pouvoir la réconforter ! Mais elles aussi, elles étaient mortes...

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Jeu 26 Avr - 23:08

Un cimetière, mais pas le nôtre !
Guerre Sainte

→ Étang des Colériques.

Dès qu'elle s'était laissée distancer par Aukoti, Sköll avait senti que quelque chose n'allait pas. Depuis le début, elle ouvrait la marche. Pourquoi changer d'avis maintenant ? Le fait que leurs routes se soient croisées brièvement n'y était peut-être pas inconnu. Lui-même avait dès lors forcé l'allure pour la rattraper, afin de s'enquérir de son état de santé. Leene n'avait pas encore combattu – l'avait-elle jamais fait à l'aide de ses pouvoirs ? - mais toute sorcière qu'elle soit, cela ne l'immunisait pas nécessairement contre l'atmosphère infernale. Cet air pesant gênait la respiration, n'arrangeant rien. Et les cris de douleurs des damnés achevaient de souligner la nature macabre du décor. La pestilence de la chair brûlée lui fouetta l'odorat dès qu'il fut en vue de la cinquième prison, et le Fauve dut suspendre sa respiration pour ne pas en être incommodé. Chaque Chevalier devait aiguiser ses sens au-delà des limites humaines, mais les siens l'étaient encore davantage. Aussi était-il particulièrement sensible à ces senteurs infâmes que mettait en exergue la décomposition des cadavres.

Plus ils allaient de l'avant, et plus le spectacle était déplorable, suscitant plus de dégoût que de pitié à l'égard des condamnés. C'était d'autant plus vrai qu'ils n'y étaient pas dans leur élément. Pour venir des terres gelées d'Asgard où règne en maître un hiver éternel, cet océan de flammes ne saurait leur plaire. Ce charnier ardent lui rappela les derniers instants de son père, quand ce dernier perdait la tête et faisait immoler ses propres serviteurs. Ce parfum lui remettait en mémoire de nombreux souvenirs, et pas des meilleurs. Sa hargne n'en serait que plus grande, et le premier qui croiserait sa route s'en mordrait les doigts. Loin de le démoraliser, ce sinistre tableau alimentait sa haine et ses envies de meurtre envers les auteurs de ce paysage dévasté. Ses mâchoires se crispèrent et il avança prudemment, surveillant les dépouilles en combustion du coin de l'oeil. Les étroites rangées de cercueil laissaient présumer de mains griffues à la chair fondue s'agrippant à sa tenue et tentant de le retenir afin qu'il les aide à se sortir de cette mer de feu.

Mais il était déjà trop tard pour eux, tout ce qu'il pouvait leur promettre était de les venger. En plus d'être vain, leur venir en aide lui auraient fait perdre un temps précieux. Et si l'un d'eux avait le malheur de se cramponner à lui, il n'hésiterait pas à le briser au mépris des souffrances qu'il devait d'ores et déjà endurer. Les suppliciés ne lui inspiraient aucune compassion, et il ne s'en étonna pas. La compassion était un sentiment dont il se pensait dénué depuis la naissance, sa haute lignée n'aidant pas à l'y sensibiliser. Néanmoins, cette pensée l'abandonna dès qu'il distingua au loin la silhouette de Leene, reposant à même le sol. Il affecta la surprise et s'en approcha à pas feutrés, ne voulant pas risquer de la brusquer. Sa posture lui rappelait celle d'un animal blessé, et si ce pressentiment était exact, se précipiter à sa rencontre n'aurait réussi qu'à l'effrayer. Néanmoins, la discrétion n'était pas son fort, et bientôt son ombre vint envelopper le corps de la belle qui jamais ne lui avait paru aussi fragile. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres et le froid mordant de sa cosmo-énergie se répandit à l'entour. Les braises les plus vivaces ne firent pas long feu – si paradoxal que ce soit – face à l'hiver qu'il apportait dans son sillage, et bientôt le Cimetière des Orgueilleux ne fut rien de moins qu'une vaste étendue de glace.

- Pas si solide, en fin de compte. murmura-t-il d'une voix trop neutre pour être moqueuse.

Avec une douceur peu commune, il posa la main sur son épaule, plus proche de la caresse que de la prise ferme qu'on lui connaissait. Puis, sans attendre de réaction, Zeta posa genou en terre à son côté pour ceindre sa taille d'un bras protecteur et l'attirer contre son torse. Se permettre ces familiarités alors qu'elle ne semblait pas aller pour le mieux était un pari risqué, mais Sköll ne courait aucun risque. Si désorientée qu'elle puisse être, il n'avait pas son pareil en terme de résistance. Si cela pouvait l'aider à reprendre ses esprits, elle n'aurait qu'à frapper de toutes ses forces. Il encaisserait sans coup férir. Et alors qu'il raffermissait son étreinte pour parer à toute tentative de fuite, le Tigre Viking se maudit intérieurement. Il avait pourtant promis de ne pas s'occuper d'elle avant qu'ils ne soient sortis d'ici, et venait de faillir à sa parole au premier signe de faiblesse. Si redoutable qu'il puisse être sur un champ de bataille, les sentiments était une toute autre chose. Une chose étrange sur laquelle il n'avait aucun contrôle et cela l'agaçait au plus haut point. Sitôt qu'ils entraient en ligne de compte, il s'agissait d'une bataille qu'il ne pouvait plus gagner...

- Tu n'es pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Ven 27 Avr - 0:45

Vide. Devant son regard hagard demeurait des images précises, gravée dans son âme par les flammes sauvages du bûcher qui lui avait tout prit. Le feu qui l’entourait à présent, charnier ardent la glaçant d’un effroi se faisant prison. Et elle demeurait la silencieuse, perdue, l’esprit engourdi, une blessure suintante d’un sang pourtant déjà versé. Et elle n’arrivait pas à se réchauffer. Immobile. Figée. Blessée.

Un nouveau frisson. La chaleur âpre des flammes s’amenuisa, ne laissant derrière elle qu’un froid mordant et étonnement rassurant. La glace desserra en partie l’étreinte qui l’enchainait, déliant les muscles crispés de ses bras. Un murmure qui eut toutes les peines du monde à annihiler l’emprise de ses démons sur son esprit. Contrairement à un geste. Si simple, tellement incongru dans son univers fait de mort et de bûcher, de cri et de larme que la jeune femme ne put que se laisser porter par les flots, telle une petite poupée de chaire dont on aurait coupé les fils.

La chaleur, douce, confortable d’un corps si différente de celle violente des flammes ardentes à présent disparues. Rassurante. Vivante. Présente. Vraiment ? N’était ce pas une nouvelle illusion ? Un nouveau mirage créé par son esprit fiévreux pour ne pas tomber plus profondément encore dans des abysses plus noires ? Il n’y avait personne. Personne qui pourrait ainsi s’occuper d’elle en éloignant des démons trop envahissant. Sa dernière famille était morte de ses mains aussi pâle que la mort, se faisant trace indélébile sur ses doigts graciles.

Son monde s’était brisé de ses mains.

Mais cette chaleur était si agréable. Et ces mots aussi. Elle voulait y croire. Une fois, rien qu’une fois, elle voulait se laisser bercer par ce mensonge honteux et pourtant si doux à ses oreilles à cet instant. Les images de sa mère consumée s’effacèrent avec langueur, emporté par une réalité moins amère. Elle n’était plus cette petite fille et pour l’instant, elle n’était plus seule. Ce n’était pas son frère, mais l’espace de quelques poigné de minutes, elle pouvait faire comme si ses mots étaient vérités absolues, croyance véritable. Comme lorsqu’elle était enfant. Se laissait aller un peu...

Le front de la sorcière se déposa sur le torse du guerrier, se laissant aller un instant à une confession, s'accrochant malgré elle a une chaleur agréable éloignant froid et flamme ardente.

« Je déteste le feu. »
Sa voix n’était que murmure rauque, encore étreinte par une peur irrationnelle. « Il m’a tout pris. Tout. Et je ne pouvais que le regarder tout détruire… »

Les yeux clos, l’élu d’Hrimfaxi exhortait à son corps et à son cœur de se reprendre. Elle devait calmer les tremblements de son corps et repartir. Elle le devait. Ses doigts se crispèrent. Il fallait qu’elle s’éloigne et reprenne son rôle. L’étreinte du guerrier était ferme mais pas contraignante, aussi parvint elle à s’éloigner un peu en reculant maladroitement avec une certaine gêne et son regard d’émeraude se planta dans celui du fauve.

« Tu ferais mieux de rester éloigner de moi. »


Son dernier être cher, elle l’avait tuée de ses mains. Leene était une sorcière et les sorcières apportaient le malheur, c'était un fait reconnu. Sa vie le prouvait jusqu’ici. Seule, elle devait le rester. Ses jambes tremblèrent lorsqu’elle se releva avec une maladresse qui lui rappela cette rencontre dans la neige d’Asgard.

Même si les rôles étaient totalement différents…Tout était totalement différent. Troublant.

Il n'y avait plus de flamme, juste de la glace, à perte de vue...Rassurante. Nostalgique.

« Ici, nos cauchemars ne viendrons pas, le froid empêchera leurs flammes de te faire du mal... »


Un murmure. Une vieille réplique se faisant ritournelle. Des mots qui ne lui appartenait pas mais qui l'avait rassuré. Aujourd'hui s'en dégageait plus de la douloureuse nostalgie que de l'apaisement. Ils devaient continuer, même si son corps tremblaient encore. Peu importait. Un pas. Tremblement vacillant. Trop vite.

Elles l'aideraient. Bientôt. Elles le pourraient surement. Elle ne serait plus vraiment seule puisqu'elles étaient là. Elles le seraient. Toujours. Unies jusqu'à la Mort.


Dernière édition par Leene le Ven 27 Avr - 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Ven 27 Avr - 12:37

Un cimetière, mais pas le nôtre !
Guerre Sainte

Son corps avait agi par réflexe, et son esprit n'avait pas fini de l'en blâmer. Cependant, Leene était en trop piteux état pour lui faire part de son mécontentement. Et de toute façon, il ne semblait pas être à l'ordre du jour. La colère exprimée à son égard peu de temps auparavant s'était volatilisée sous l'effet de cette peur panique. Et c'était à présent au tour de celle-ci de disparaître, de même que les cercueils ardents sous cette épaisse couche de glace. La sentir se presser contre lui était inattendu mais Sköll n'en fut nullement dérangé. Bien au contraire, il l'accueillit avec bienveillance. Les ignobles tortures de cette prison l'avaient bouleversée, et seule sa présence semblait pouvoir estomper le traumatisme. La voir succomber à ses frayeurs était déstabilisant. Elle qui d'ordinaire tenait plus que quiconque de la femme forte, elle que rien ne semblait pouvoir arrêter... Ses jambes ne la supportaient plus, et elle tremblait comme une feuille entre ses bras. Si fragile qu'à la laisser tomber, il se serait attendu à la voir se briser comme du verre. Comme si elle n'était que neige prête à fondre sous l'effet des flammes.

- Les flammes ne peuvent rien face à l'obscurité glaciale qui m'anime. Tu es seule à pouvoir supporter le froid terrible qui souffle en moi. murmura-t-il en guise de réponse, sans savoir si elle l'entendrait.

Il s'était empressé de les éteindre, mais le préjudice porté par cette vision d'horreur était profondément ancré en elle. Son lourd impact mettrait un certain temps à se dissiper. Et jusqu'à ce qu'elle se sente en état de poursuivre sa route sans son aide, il serait son bouclier. Que cela les retarde encore davantage lui était égal, et les hypothétiques remontrances d'Aukoti n'y changeraient rien. S'il y avait bien une personne qu'il refusait catégoriquement de livrer à son sort, c'était elle. Au fond, la seule personne à l'avoir accepté tel qu'il est, à l'exception de l'Alpha en personne. Même les Guerriers Divins, supposés être une famille de substitution, n'étaient que des ombres dans le labyrinthe de ses pensées. Il n'avait aucune sympathie pour eux. Elle, c'était différent. Peut-être ses poings n'étaient-ils pas seulement destinés à détruire, finalement, mais aussi à protéger... Tandis qu'elle confessait ses craintes dans un murmure plaintif, il lui posa une main hésitante sur la nuque en guise de soutien, sans jamais relâcher la pression exercée par ses bras.

Tant de fois il s'en était servi pour pulvériser les obstacles qui lui barraient la route, mais quand il s'agissait de tendresse, on pouvait difficilement faire plus maladroit. Une question d'habitude, pouvait-on dire, mais comment aurait-il pu s'y accoutumer ? Le tout-venant le fuyait au premier regard, et jamais il ne s'était abîmé dans des réflexions sentimentales qui auraient de toute façon été incompatibles avec son statut de monstre. Puisque c'était ainsi qu'on voulait le voir, c'était ce qu'il serait. Il s'en était toujours persuadé. Et c'était la première fois qu'il avait envie de se départir de ce rôle écrit avant sa naissance pour vivre quelque chose dont il n'avait pas idée jusque là. C'était l'origine de sa proposition, c'était ce pourquoi il l'avait invitée. Pour être fixé sur la nature profonde des pensées qui lui occupaient l'esprit depuis leurs retrouvailles. N'était-elle pas comme lui, au fond ? Rejetée par les hommes, confinée dans un notoriété dont elle n'avait pas voulu ?

- La flamme peut détruire. Maîtrisée, elle illumine.

Des propos dérisoires de prime abord, mais pourtant lourds de sens. Le fauve n'était pas aussi simple d'esprit qu'on voulait bien le croire. Ce qu'il voulait dire par là, c'est qu'elle devait dépasser ses peurs et les soumettre à sa volonté. Toute sorcière qu'elle soit censée être, elle était bénie des dieux et avait reçu le don du cosmos. À son aide, elle pouvait façonner ses pouvoirs à son gré. Même le feu qui la terrorisait pouvait lui obéir au doigt et à l'oeil. Cela ne tenait qu'à elle. Mais encore fallait-il qu'elle le veuille. Et en attendant qu'elle se sente prête à combattre ses angoisses, il l'aiderait à les surmonter. Alors qu'elle se libérait de son étreinte, il lui effleura le bras, non pas pour la retenir mais uniquement pour lui signifier qu'il demeurait à proximité. Le Tigre Noir se releva à sa suite, ne craignant que trop qu'elle ne soit pas en état de se relever. L'instant d'après, l'équilibre de Hrimfaxi était mis en péril, lui donnant fatalement raison. Vif comme l'éclair, il se porta à son secours et la recueillit contre son corps une nouvelle fois. Cette fois non pas pour l'enlacer, mais pour la porter. Tant qu'elle serait incapable de se mouvoir sans risque, il serait ses jambes.

Une main au niveau de son dos là où la seconde s'aventurait dans le creux de ses genoux, il échangea avec elle un regard lourd de sous-entendus. Une vague lueur de mélancolie animait ses iris dont le camaïeux de gris rappelait sur le moment un ciel nuageux où l'orage est sur le point d'éclater. Il ne leur pardonnerait pas de l'avoir mise dans cet état et n'en était que plus déterminé à seconder Aukoti dans sa lourde tâche. Néanmoins, pour la première fois, cette colère était contenue. Réduite au silence jusqu'à nouvel ordre. Il attendrait le moment opportun pour la déchaîner sur ses ennemis. Les yeux verts de Leene évoquaient la force de la nature, et même si le garrot de la peur les avait ternis leur beauté était intacte sous le prisme des regrets. Sköll eut beau chercher ses mots, il n'en trouva pas qui paraissent adaptés à la situation, aussi se contenta-t-il de rester naturel comme il l'avait toujours fait. C'était encore la meilleure option.

- Depuis le temps, tu devrais savoir que je ne reçois d'ordres de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 28 Avr - 13:30

Si maladroite. Si faible, tremblotante comme une feuille ballottée par les vents capricieux de souvenirs lointains, mais non moins prégnants. A cet instant, elle demeurait encore petite fille plus que sorcière, essayant avec difficulté de s’extraire de cette mécanique désagréable de régression qui lui faisait tant de mal, lui rappelant avec trop d’entrain tout ce qui avait été consumé et laissé derrière elle.

Qu’avait elle aujourd’hui ? Un don se faisant malédiction aux yeux des autres. Des cendres maculées de sang sur lesquelles elle avançait, toujours plus en avant, sans se retourner. Dès lors que c’était le cas, la panique se faisait étouffante, violente…Plus rien ne comptait d’autre que sa suprématie. Elle qui avait tant fait pour devenir plus puissante…C’est avec agacement qu’elle se rendait compte que ses démons étaient seulement dissimulés derrière un paravent de papier. Pourtant, elle avait crue le surmonter face au spectre aux flammes noires, mais il fallait croire qu’elle s’était trompée. Encore.

Mais cette peur. Cette Haine se faisant irrationnelle dans son cœur face à la vue des flammes, aucun mot ne pourrait la changer. Et le feu avait beau la réchauffer lorsqu’elle était gelée, parvenir à ne pas l’associer à la mort dans cette situation lui était tout bonnement impossible.

« Elles ont illuminés ma mère alors ! »
railla t’elle avec douleur, cette fragilité précédente éclatant face à cette détestation se faisant fureur voilant son chagrin. « Ne me parle pas de maitrise, je m’en moque ! »

Un éclat de voix stupide, se faisant écho d’une violence qu’elle déployait pour se protéger. Elle ne voulait plus être faible et la rage la rendait plus forte, même si ce n’était qu’artifice éphémère. C’était déjà mieux que de pleurer en tremblotant dans de désespoir le plus complet. Mais elle le demeurait malgré tout, petite fille au regard ternit par une douleur lointaine dont les membres se faisaient vacillant. Sans doute serait elle tombé une fois de plus si le guerrier divin ne l’avait pas soutenu. Stupide maladresse ! Stupide faiblesse ! Stupide Flamme ! Ces dernières n’étaient plus au moins, grâce au cosmos glacial de Sköll, mais n’empêchait nullement le reste.

Déstabilisée, celle-ci ne put que subir les gestes précis et impérieux de l’Asgardien. Surprise, elle le restait également, se retrouvant soulevé comme une brindille mais captive d’un regard auquel elle n’avait jamais été témoin. La fièvre était différente. Le comportement du Monstre d'Idavoll était en cela bien différent de ce dont elle s'était attendu... Elle n'aurait sut dire si c'était en bien, ou en mal...Une poignée de seconde avant qu’elle ne s’éveille et que la situation n’harponne les derniers reliquats d’une fierté sérieusement mise à mal. Elle s’agita.

« Lâche-moi Skoll ! Je peux marcher toute seule ! Si tu ne veux pas d’ordre, alors considère ça comme un conseil. Un très sérieux conseil que tu devrais exécuter si tu ne veux pas une mauvaise surprise. »


La peur s’était apaisée dans son regard à présent rivé sur le guerrier, ne laissant derrière elle qu’une indicible colère commençant à enfler davantage. La colère, c’était si simple, si facile à maitriser… Si aisé à contrôler pour contrer les faiblesses bouillonnant dans les tréfonds de son âme…La sorcière après quelques contorsions parvint à se libérer de l’étreinte du géant, même si elle dût s’aider de celui-ci pour se maintenir en position vertical. Elle se mordit la lèvre, ordonnant à ses jambes de la porter et de cesser de trembler. Dès lors que se fut plus ou moins fait, la jeune femme s’écarta du guerrier de quelques pas dans un vain besoin de préserver le peu de dignité qui lui restait.

« ça va… » Marmonna t’elle par la suite, gênée, tête basse en croisant les bras dans un geste révélant malgré elle une pointe de cette faiblesse pas réellement disparue. « Nous ferions mieux de continuer. »

Rien d’autre. Ne plus en parler pour faire comme si rien ne s’était passé, pour ignorer le problème et nier son existence. Pour pouvoir avancer. Elles l’aidèrent. Leurs rumeurs incertaines se firent chant encourageant, prétexte pour l’oubli.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 28 Avr - 17:19

Un cimetière, mais pas le nôtre !
Guerre Sainte

L'obstination de Leene à vouloir mettre pied à terre aurait forcé le respect, si elle n'avait pas été si énervante. Sköll ne souhaitait que lui venir en aide, et avait droit à des menaces pour tout remerciement. Pourtant, en son for, il souriait. Malgré la peur qui continuait de donner à ses pulsations un rythme effréné, elle n'avait rien perdu de son caractère. C'était tant mieux, car c'était ainsi qu'elle pouvait être appréciée à sa juste valeur. Que les murmures la disent sorcière, elle n'en était pas dévalorisée pour autant, car elle valait plus que chacun d'eux. Elle avait connu des horreurs dont ils n'avaient pas idée, surmonté des obstacles qu'ils ne pouvaient imaginer depuis leur petit confort. Et pourtant, elle continuait d'avancer. Avec ses cicatrices, car il est des blessures qui ne s'effacent jamais vraiment, mais il était dans le même cas. Son lourd passé était un bagage qu'il continuait de porter, à l'instar de la jeune femme qui tremblait dans ses bras à cet instant. De peur de la blesser à trop vouloir la protéger, il desserra progressivement son étreinte pour ne pas lui donner l'impression de céder trop facilement.

Même s'il acceptait de la laisser continuer par ses propres moyens, maigres pour l'heure, il ne désapprouvait pas moins son attitude. Il persistait à croire que refuser son aide était une erreur, et que cette contradiction pouvait lui coûter cher. Néanmoins, s'il ne pouvait mettre son soutien en évidence, il le lui apporterait de manière indirecte. En faisant en sorte que les seuls ennemis qui joncheraient sa voie soient des cadavres que l'étincelle de la vie aurait déjà quitté depuis belle lurette quand elle les foulerait au pied. Zeta voulait qu'elle ne courre aucun risque. Il l'aurait volontiers laissée faire ses preuves sur le champ de bataille si elle avait été en pleine possession de ses moyens, mais ce n'était pas le cas. Et après avoir été ébranlée par ce théâtre des cauchemars, reprendre ses esprits lui demanderait un certain temps. Le calme était revenu, mais beaucoup restait à faire pour qu'elle puisse prétendre avoir récupéré du choc causé par ses peurs les plus irrationnelles.

- L'hiver vient. Et il sera rude. Il se peut que les enfants vivent, naissent et meurent dans les ténèbres. Alors le moment venu, continueras-tu de te défier du feu ? Tu en auras besoin pour survivre. Au comble de la folie, mon père faisait brûler vif ceux qui l'avaient vu perdre pied pour qu'ils ne lui renvoient pas le reflet de sa propre déchéance. Le feu m'a tout pris. Amis, famille... Tout. Pourtant, je le déteste pas. Il n'a été qu'un instrument entre de mauvaises mains. Mais je te l'accorde, le feu et le sang vont de pair. Prions pour que ce ne soit pas le nôtre.

Pragmatique, Sköll se détourna au terme de cette tirade. Il était rare qu'il s'exprime avec tant d'éloquence et Leene pouvait voir cela comme un honneur. Qu'on ne s'y trompe pas : il n'était pas homme à se croire au-dessus d'elle. Au nom des similitudes de leurs expériences passées, elle était même la plus apte à le comprendre. Il ne voulait que lui faire savoir que sa peur ne lui était pas inconnue, mais qu'il ne fallait pas se laisser abattre. Qu'elle devait faire de sa faiblesse une force et continuer à se battre comme elle l'avait toujours fait. Comme elle l'avait fait pour se faire respecter. Comme elle l'avait fait pour vivre. Ne voulant pas lui causer plus de tort que ne lui en avait déjà fait ce sinistre endroit, il l'aida à descendre puis à se maintenir à la verticale. La damoiselle avait toutes les peines du monde à tenir debout, et ce triste spectacle lui inspirait une pitié dont il ne voulait pas. Pas pour elle. Elle méritait mieux que cela.

Aussi détourna-t-il le regard jusqu'à ce qu'elle ait recouvré assez de forces pour ne pas choir à nouveau, bien qu'il continue de nourrir des inquiétudes à son égard. De peur qu'elle ne flanche, il ne pouvait poursuivre sa route au même rythme et attendit donc qu'elle puisse marcher sans tituber. Avancer au mépris de ce qui pourrait lui arriver était à exclure. La seule idée de l'abandonner à son sort au risque qu'un Spectre en fasse sa proie menaçait de le faire sortir de ses gonds. Les prisons précédentes comportaient chacune un gardien, charognard à la recherche d'un peu de chair fraîche grâce à laquelle ils pourraient reprendre des forces... Les suppôts d'Hadès n'avaient aucun honneur et n'hésiteraient pas à profiter de cette faiblesse pour s'en prendre à elle. Aussi longtemps qu'elle ne se sentirait pas mieux, il la suivrait comme son ombre – si immense qu'il soit en comparaison. Dans un soupir de résignation, le Tigre Noir esquissa un pas vers la prochaine prison, sans toutefois la perdre de vue.

- Garde tes conseils pour toi et continue d'avancer. Fais mine de tomber et je te porte sur mon dos. Et cette fois, je ne te laisserai pas le choix, même si je dois t'assommer pour ça. Suis-je clair ?

→ Trois Vallées.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 28 Avr - 18:30

    Un pied après l'autre, inlassablement, leur avancée dans les Enfers se poursuivait, uniquement rythmée par les cris de douleurs des condamnés que les vivants se bornaient à ignorer du mieux qu'ils pouvaient. Aukoti suivait toujours de loin la progression de Dohko, sans trop prendre la peine de se camoufler mais sans véritablement manifester sa présence non plus. Le Saint de la Balance semblait retrouver ses forces petit à petit, augmentant la vitesse de sa progression. Ils finirent par atteindre les limites de la 5ème prison un peu plus tôt que prévu, sans qu'aucun Spectre ne se manifeste. De toute évidence, l'Alpha avait pris une précaution superflue en choisissant d'utiliser le Chevalier d'Athéna pour leur dégager la voie. Mais c'était toujours ça de pris.

    S'arrêtant non loin des derniers cercueils de la Prison, le regard doré de Fafnir suivit le Dragon Chinois jusqu'à ce qu'il soit hors de vue. Rien ne semblait lui être arrivé, et il semblait être en assez bonne forme pour se débrouiller seul. L'Alpha ne voyait pas de raisons de continuer sa filature, d'autant plus qu'il commençait à s'inquiéter pour ceux qui étaient supposés le suivre. Aukoti ne ressentait aucun Cosmos agressif dans cette partie des Enfers, et pourtant la progression des autres s'était arrêté... Devant ralentissement inexpliqué, le Godwarrior ne tarda pas à décider de tourner les talons pour faire demi-tour, quitte à perdre du temps. Repoussant de la main un cadavre enflammé qui s'était approché un peu trop prêt, l'Alpha se prépara à déployer les ailes de son armure quand soudain un mot alla chatouiller ses oreilles.
    Son nom.
    Aukoti arrêta immédiatement son mouvement. Intrigué, il regarda de droite à gauche sans repérer personne en dehors des morts qui erraient ça et là en hurlant des mots inintelligibles, la gorge dévorée par les flammes. Puis cela recommença, plus proche. Baissant les yeux, l'Alpha vit le cadavre qu'il avait repoussé quelques secondes plus tôt rampé vers lui, les yeux dévorés par les flammes levés vers sa silhouette. Le Guerrier Divin l'observa en fronçant les sourcils, se questionnant sur ce phénomène, puis ses yeux s'écarquillèrent et ses lèvres se tordirent légèrement dans un rictus à mi-chemin de la surprise et de l'horreur.

      « Järn?! »

    Dans ce corps dévoré par les flammes, se déformant et se reformant indéfiniment, Aukoti venait de reconnaitre les traits du connétable de son père, celui qui le secondait toujours dans la gestion de leurs terres. Alors que l'être se remettait péniblement debout, l'Alpha faisait un pas en arrière sans s'en rendre compte. Quel genre de stratagème était-ce? Comment les Spectres avaient-ils su? Que voulaient-ils? Au dernière nouvelles, cet homme aurait encore dû être vivant et, bien qu'ayant dépassé la soixantaine, aussi vif que faire ce pouvait. Était-ce vraiment lui?
    Se reprenant, l'Alpha se remit à sonder les alentours pour, au final, n'y déceler aucune présence hostile. Ayant largement assez confiance en ses dons pour se croire bel et bien seul avec cette étrangeté, le Dragon Noir se reprit et s'avança vers la créature qui boitillait vers lui. Alors qu'elle cherchait à le saisir, Aukoti l'arrêta de nouveau en le saisissant pas l'épaule. Utilisant son Cosmos, il força les flammes qui le dévoraient à diminuer, et sous l'effet de la malédiction d'Hadès son corps ne tarda guère à se régénérer, lui redonnant l'apparence que le jeune homme lui connaissait, quoique légèrement plus grisonnant. Les yeux bleu ciel de vieille homme s'agitèrent avant de se poser sur lui, sa moustache fournie s'agitant alors qu'il cherchait à formuler des mots qui lui revenaient difficilement.

      « Järn... Que... Pourquoi? »

      « Seer... Seer Aukoti!? Par Odin, je pen... pensais être condamner à pourrir ici jusqu'au Ra.. aaahgnarok... Mais peu -kh- importe! Laissez-moi là! Vous devez l'arrêter! Me venger! »

      « Du calme, Järn! Je pensais que vous seriez sur nos terres, en cet instant. Commencez donc par le début. Comment vous... êtes-vous retrouvé ici? »

      « C'est votre père, Seer Aukoti. Depuis son retour du Palais, après que vous soyez devenu le Guerrier d'Alpha, il s'est enfermé seul dans ses quartier et n'a plus donné signe de vie. Il y a deux semaines de cela... Ou non... Deux semaines avant ma... mort. Oui, ma mort... Il a semblé se reprendre, en réalité il agissait bizarrement. Il marmonnait toujours des mots que je ne comprenais. Il agissait de manière de plus en plus agressive. Puis il a commencé à conduire nos hommes pour piller les villages aux alentours et ramener les habitants au manoir pour... Je ne sais pas. Il les emmenait dans les souterrains et on ne les entendait plus... Au bout de quelques jours, ils ont commencé à en ressortir... Mais ils nous ont attaqué comme des bêtes sauvages, moi et les autres hommes. Je... Je ne sais... Votre père était à leur tête. C'est lui qui m'a poignardé. Il... Il riait... »

    A la mention de son père, le regard d'Aukoti s'était durcit, ses dents avaient commencé à se serrer. Son paternel était, depuis des années, l'objet de la colère et de la pitié de l'Alpha. Alors qu'il espérait avoir tiré les choses au clair avec lui et avoir tourné la page de ses sombres années, le voici qui revenait pour s'introduire dans sa vie de la manière la plus détestable qui soit : par le récit d'autrui. Aukoti n'avait pas la moindre idée de ce qui était passé par la têt d'Ull Deivams, pas plus qu'il ne savait à quel genre d'atrocité il s'était livré après leur dernière entrevue... Mais le jeune homme savait que cette fois-ci, si son géniteur avait de nouveau franchis la ligne dépassant l'humain du monstre, il ne lui pardonnerait pas. Le prix des larmes et du sang ne pouvait être effacé aussi facilement.

    Alors que l'ombre sur le visage du Dragon Noir s'élargissait, le faisant sombrer dans la gravité, le connétable semblait hésiter sur les mots qu'il cherchait à exprimer. Les flammes recommençaient à s'échapper de son corps, et la grimace de douleur sur son visage allait en s'amplifiant. Aukoti ne gardait pas un souvenir très agréable de cet homme non plus... Imbu de lui-même, strict et dur sans être juste, il partageait l'opinion de son père sur de nombreux points et se tenait toujours prêt à exécuter ses ordres, aussi horribles soient-ils. Ce n'était pas vraiment une surprise de la retrouver dans la Prison des Orgueilleux... Sa mort des mains du seul être plus cruel que lui était bien la seule chose qui aurait pu le pousser à ainsi supplier l'aide d'un homme plus jeune que lui.
    La poigne de l'Alpha se resserra sur l'épaule de Järn. Ses yeux dorés n'exprimaient plus qu'une colère froide et cruelle, luisant d'un éclat effrayant. Entre ses doigts, dévorant les flammes avec avidité, une glace claire et aussi gelée que celles d'Asgard se mit à recouvrir le corps du connétable, le transformant en quelques secondes à peine en statue de glace. Retirant sa main, Aukoti accorda un dernier regard dédaigneux à la silhouette figée dans une expression de terreur avant de se détourner.

      « Je ne peux te permettre de reposer en paix... Mais je peux au moins te livrer à un tourment qui t'évoquera notre contrée, vieil homme. »

    Sans jeter un regard en arrière, Aukoti se mit à avancer d'un pas lourd vers la Prison suivante. En lui, une fureur sans nom était en train de couver. Au-delà de la colère, c'était une rage purement bestiale que le jeune homme faisait de son mieux à réprimer. Dans ses tréfonds, des bêtes s'étaient mis à rugir et griffer toutes en même temps, témoignaient une haine purement bestiale dont l'Alpha lui-même ne connaissait pas l'origine. Sans s'en rendre compte, il venait de déployer son Cosmos sur les environs directs, rendant l'air irrespirable à tel point que les flammes des cadavres s'éteignirent, car privées d'oxygène. Le Dragon Noir avait complètement oublié les autres Ases qui devaient être sur ses talons. Il ne voulait plus qu'avancer, courir, voler, combattre et tuer pour se libérer de ce sentiment détestable qui l'habitait.
    Prenant son élan, Aukoti se mit à courir, semblant presque faire trembler le sol sous ses pas, guidé vers ses adversaires par une force maligne qui semblait se jouer de lui.

Arrow Les Trois Vallées


Dernière édition par Alephist le Mer 22 Aoû - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   Sam 28 Avr - 23:12

Il était fort. Elle ne parlait pas là de la force surhumaine dont était affublé le guerrier divin. Non. Elle parlait de ce détail qui faisait du fauve d’Asgard un roc, une montagne dont il était à peu près impossible de venir à bout sans une armée appelée patience. Quelque chose dont était fait son âme, la rendant aussi dur que l'airain, inflexible, inaltérable.

Leene ne s’était jamais vraiment intéressée aux autres, et elle avait eut bien assez à faire avec sa propre existence pour chercher les démons tapis dans leur cœur. Elle s’en moquait, après tout, ils ne méritaient pas qu’elle leur accorde de l’importance au vu de ce qu’elle représentait pour eux : une tâche dont il aurait été de bon goût d’effacer. Tout le monde ne parlait pas ainsi d’elle, mais aujourd’hui, il y en avait encore plus qu’avant… Les blâmés seraient futile, ils avaient toute raison de l’incriminer. Mais dans toute cette incessante mascarade, il était plutôt étonnant qu’elle trouve si près d’elle, un être aussi semblable sur des points inattendus.

Le Monstre d’Idavoll avait vécu une tragédie semblable. Peut être était ce pire. La jeune femme ne désirait pas faire un concours du plus tragique destin et comparer les deux expériences lui semblait totalement idiot. Elle n’avait pas à se comparer aux autres.

Il était pareil et différent. Il l’avait surmonté. Le feu n’était pas son ennemi, juste un instrument de massacre et de torture qui avait consumé la vie. Ses doigts se crispèrent sur ses bras. Il était difficile de rationnaliser une peur irrationnelle par essence, et de savoir qu’un autre ayant vécu situation similaire n’était pas aussi paniquée qu’elle la rendait aussi jalouse qu’irritée. Et un petit quelque chose d’autre dont elle préférait juste taire le nom et l’importance.

« ça aurait dut être le mien… »


Un murmure et rien d’autre. La sorcière demeurait évanescente dans ses propos bien qu’ils restent pourtant parfaitement compréhensibles pour les initiés.
Mais il fallait avancer et ne plus songer à tout cela, à ce passé qu’elle ne pouvait que supporter le poids en silence. Elle en avait déjà trop dit, bien plus qu’à n’importe qui sans doute…Alors cela suffisait à présent. S’avançant, rythmé par le chant sinueux des ombres, la jeune femme ne put s’empêcher de jeter un regard irrité à Sköll. Il n’en était plus à un près, fatalement, et il était cruel de sa part de lui faire autant de remontrance aussi injuste au vu de son aide…Mais sa fierté exacerbée avait du mal à accepter cette faiblesse absurde qui l’avait ainsi rendu aussi frêle face au guerrier.

« Je ne tomberai pas ! »
s’exclama t’elle un peu brutalement, en se disant intérieurement qu’elle pourrait tout aussi bien ramper pour avancer si elle le devait plutôt que de se faire porter telle une princesse. « Je peux me débrouiller seule, je n’ai pas besoin qu’on me prenne par la main, ou que l’on me porte. »

Joignant le geste à la parole, la sorcière s’avança. Un premier pas vacillant. Un second se faisant plus ferme, appuyant sa volonté.

Un frisson s’insinua le long de sa colonne vertébrale, la faisant trébucher – mais nullement tomber – alors qu’elle avançait dans un silence dédaigneux. Quelque chose s’était éveillé, brutalement, un souvenir, une sensation éclatante…Ecrasante mais venant de l’extérieur.

~ 6 éme Prison : Les 3 Vallées Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un cimetière, mais pas le nôtre!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un cimetière, mais pas le nôtre!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Cimetière des Orgueilleux-