RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 24 Mar - 3:22

    ¤¤ O° Oraison de l'Automne °O ¤¤

    Marchant au travers de la prison, les cris de colère des âmes damnés s'entendaient à des dizaines de mètres à la ronde. Caeron détestait cet endroit qui lui rappelait cette propre colère qu'il avait tant de fois combattu avant de se retrouver dans ce Monde plein de désarroi. Mais tout cela avait changé pour le bien de sa Déesse, oui, elle était une forme de l'espérance pour le grande Cycle de la vie. Chaque âme venait donc ici se purifier de la colère de sa vie passée dans le monde mortel avant de retourner dans la grande chaîne de la réincarnation. Et cela surprenait un peu le spectre de voir le symbole même de la justice ici pour combattre l'égalité qui régissait la Mort et la Vie dans un cycle immuable. Il se retourna enfin pour voir son adversaire devant lui, il était bien affaibli après son duel contre le jeune Chevalier du Dragon et il sentait que les vents de l'Automne pouvaient l'emporter à chaque instant. Cruelle ironie que le destin qui pousse à l'entropie créatrice ou destructrice, ainsi était cette saison qui asséchait la vie dans un décor de toute beauté et colorée des symboles de l'été.

    Ses prunelles observèrent avec attention les marques de l'armure d'or de la Balance, et il leva les yeux pour croiser ceux de son ennemi. Il n'en voulait pas à ce dernier d'accomplir son devoir, juste quelques questions se posaient sur l'utilité de ce combat en définitive mais, c'était lui qui l'avait voulu pour tenter de comprendre un peu plus les raisons de tels combats. Si un homme portant l'armure d'or de la Balance ne pouvait lui répondre, alors à quoi bon en définitive... Il contracta ses jambes un instant avant de se décoincer les muscles du dos dans un léger craquement d'os. Puis un son se libéra tranquillement de ses lèvres d'une manière cristalline comme les écumes sur les rochers.

      " Chevalier, réponds moi, qu'est ce que la justice pour toi ? Est ce que l'amour de nos sentiments doivent l'emporter sur toute autre chose ? Doit-on rester raisonnable en toute circonstance ? Je dois bien avouer que j'ai combattu le chevalier du Dragon et sa Foi en l'Humanité m'a ébranlé en réveillant un vieux passé, aujourd'hui éteint dans mon coeur... Oh ne t'inquiètes pas ! Il va bien, je ne l'ai pas tué et il doit actuellement continuer son chemin s'il a récupérer un peu de ses blessures, je ne suis pas un Monstre non plus... "

    Son regard était plein de défi dans chacune des questions, il voulait savoir, comprendre la raison de tout ceci. Et il commençait à douter des desseins des chevaliers dans cette affaire, car ceux-ci, épris de combats et de sang, ne cherchaient pas à comprendre le véritable sens de cette Guerre Sainte. Une aura azuréenne comme les Océans de l'Arctique mêlée de miasmes violacées et orangées nimbait petit à petit le spectre en attente de sa réponse.

    Citation :
    HRP : petit post, j'aime pas trop les premiers posts ^^



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 24 Mar - 3:24

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 24 Mar - 13:30

~ Arrow Réflexion

Lugubre prison infernale s’échinant à condamner les âmes des hommes, sévices cruelles ayant un goût d’éternité amer. Les cris résonnaient en échos lointains, se faisant rumeur incertaine et habituel qu’on finissait par ignorer pour éloigner la folie qui s’en dégageait. Pour connaître la vie, il fallait connaître la mort, disait-on. Silencieusement, le chevalier d’or suivait son adversaire qui l’avait désigné comme tel, l’observant avec une curiosité prudente. Les précédents propos du spectre résonnaient dans son esprit. Sa foi inébranlable en son camarade et les paroles de la sainte au loup avant leur arrivé dans l’antre infernal lui laissait l’esprit clair quant à ces mots vaporeux. Dès que le spectre se retourna, telle une chorégraphie déjà fixée à l’avance, la balance s’arrêta également, laissant plusieurs mètres de terrain défoncé les séparer.

La mort et la vie se contemplèrent dans le silence relatif du royaume d’Hadès. Deux prunelles de jade, insondable, lui rendirent son regard.

Lui aussi avait livré un combat qui avait marqué son corps face à un de ses frères d’armes…Savoir le spectre vivant et en face de lui firent songer à celui qui l’avait combattu, espérant qu’il ait survécu à la passe du serviteur d’Hadès. La voix toujours aussi cristalline du guerrier engoncé dans sa lourde cape allumèrent une étincelle de surprise dans le regard du chevalier d’or et le rassurèrent sur le sort de son compagnon d’arme. Le jeune Dragon…Un sourire fier ourla les lèvres de Dohko face à ces paroles sans toutefois parvenir à étreindre son regard.

« Et je te remercie de cet attention à son égard, c’est honorable de ta part... »

Droit et fier, paré de son armure d’or, la balance ne reprit pas la parole immédiatement. Il n’ignorait pas les questions pleine d’un étrange défi de son interlocuteur, et en tant que garant de la justice de la sainte Athéna, celle-ci semblait même légitime, bien qu’étonnante sous certain aspect. Il était encore jeune et ne l’oubliait pas, connaissant sa propre inexpérience sur de nombreux point, mais les responsabilités qui lui incombaient marquait son âme tout comme sa propre instruction.

« Je la vois comme un équilibre. » commença t’il lentement, tranchant le silence des lieux avec une certaine douceur rigoureuse qui lui rappela, inconsciemment, le ton de son propre maître. « Nos sentiments et notre raison sont aussi important, mais l’un sans l’autre ne peut être que dangereux à long terme. L’harmonie entre les deux, leur union et leur support sont, à mes yeux, primordial pour lutter contre l’injustice issue des déséquilibres… »

L’équilibre comme la clé de toute chose, c’est ce qu’on lui avait toujours enseigné, ce qu’il avait fait sien. Sa vision de la vie. Et c’était là toute la difficulté qu’il éprouvait lui-même, n’étant pas infaillible, ni même assez sage pour parvenir à ce niveau encore inaccessible. La fougue de la jeunesse tempêtait encore trop violement en lui.

« C’est la raison pour laquelle nous sommes ici et nous nous battons contre vous. L’équilibre a été brisé, et il est de notre devoir de le rétablir, et aujourd’hui, c’est en mon nom que je vais t’affronter pour le restaurer : je suis Dohko, chevalier d’or de la Balance de la sainte Athéna Protectrice des Hommes. »

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 24 Mar - 13:30

Le membre 'Dohko' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 24 Mar - 20:56

    _____¤¤ O° Oraison de l'Automne °O ¤¤_____


    Souriant, Caeron écoutait le chevalier avec attention. Chacun des mots de ce dernier embrassait une forme d'idéal mais dans une naïveté confondante. Il était vrai que l'équilibre entre raison et sentiments constituait la base même d'un esprit serein. Mais la question était-elle vraiment celle-ci ? Il doutait à l'instant que cet équilibre soit le bon moyen d'atteindre une sorte d'atharaxie nécessaire dans ce monde en proie de plus en plus à la folie des Hommes. Il avait vu le futur qui se dessinait et il redoutait plus que n'importe qui les errements de l'Humanité. Il se devait de lui rappeler tout cela.

      " L'équilibre psychique dépends énormément des actes que l'on accomplit ici bas. Regardes la colère des âmes qui ne connaissent pas cet équilibre ? Pourtant, tu combats ici sans avoir poser la moindre question, je veux te poser une première question : sais tu pourquoi on se bat aux enfers aujourd'hui ? Je n'ose penser que tu es ici sans savoir pourquoi...

      Reprenant son souffle un instant dans le silence.

      L'équilibre a été brisé ? Tiens donc ! Dis moi Chevalier, ou est l'équilibre quand Zeus se permet de transgresser le grand pacte suite à la Gigantomachie ? Dis moi quand il peut devenir juge et bourreau ? Ou est la justice ? Je ne sais pas ce qui te permet de penser tout cela. A cause de lui, le cycle des âmes est atteint à cause de cette Guerre. A cause de lui, le Monde Marin est en train de disparaître et si j'en ai pas oublié certains principes élémentaires, sans Poséidon ou Hadès, pas de vie en somme ! Alors oui, Athéna n'a pas subi la colère du Conseil des Dieux pour un certain favoritisme... Bref, je pense qu'il est inutile de tenter de te faire changer d'avis, pour toi, ta vérité est la seule et unique qui peut sauver ce Monde. Après, on se demande où le mal se niche ? "

    Il est vrai qu'il y allait fort. Cependant, il était honnête car il s'avouait ne pas comprendre pourquoi Athéna avait agi de manière si discourtoise. Elle était dans l'allure et dans l'attitude et non point dans la réflexion, c'est dommage tout de même quand on se vouait à ce domaine justement. Il n'y avait aucun respect pour l'étiquette et les blessures des enfers semblaient contenter les Saints dans une bestiale comédie. Du mépris ? Oui, à force de voir certains chevaliers si engoncés comme des animaux dans des redingotes. La Fontaine n'avait rien inventé finalement et les Saints en étaient les dignes représentants. Toutefois, il avait rencontré quelques hommes d'honneur comme Shion ou Kenshiro, Dokho serait-il de cette trempe ? Il l'espérait. En effet, si son dégoût pour l'Humanité était aussi vivace que la colère des âmes ici présentes, il avait gardé assez de respect pour ceux qui restaient fidèles à leur conviction. Soufflant entre ses mains quand un vent frais le prit entre ses griffes, il releva les yeux sur le chevalier pour attendre sa réponse.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Dim 25 Mar - 12:03


Ce duel commençait sur d’étrange auspice qui augurait pour la suite, un combat à mener sur plusieurs fronts. Les âmes hurlant leurs agonies comme seul chanson accompagnant cette rixe verbale dont le spectre semblait aussi friand que doué, le chevalier se faisait de nouveau silencieux. Dohko n’était pas un sage. Il n’ignorait pas les propres failles de son esprit trop prompt pour se révéler aussi avisé qu’il le devrait, trop jeune encore pour y parvenir sans difficulté. Soit, son adversaire méprisait la décision du roi des dieux, et en cela, il ne pouvait guère lui en vouloir : sa propre divinité avait été châtié. Si Athéna c’était retrouvée en pareil situation, qu’aurait il fait, eux, ses Saints ? La question méritait réflexion mais pas pour l’heure.

« Alors selon toi, pour lutter contre un déséquilibre, il faut en créer un plus grand encore ? » commença t’il simplement après la tirade du spectre toujours inconnu. Il reprit de manière plus mesuré. « Peut être que Zeus a fait une erreur dans sa décision…Peut être que la colère ou l’agacement ont voilé sa raison, mais que faites vous, vous ? Croyez vous que garder enfermé le roi des cieux dans le royaume d’Hadès sera d’une quelconque utilité pour plaider votre cause et ramené votre Dieu auprès de vous ? »

Certes, la guerre qui avait éclatée entre les Saints et les Spectres, échos des précédentes guerres saintes se répétant avec une régularité de métronome était stupide…mais qui en était le plus coupable au final ? Les chevaliers d’Athéna étaient peut être prompt à brandir la bannière de leur déesse justice, mais les guerriers d’Hadès ne l’étaient ils pas tout autant, près à servir une cause aussi vaine ?

« Zeus absent des cieux, laissant son trône à la Discorde se plaisant dans le chaos et à Arès n’étant que bestialité guerrière…Dans cette situation, la Terre deviendrait un champ de flamme où nul hommes ne pourraient vivre ! Tu dis toi-même que sans Poséidon et Hadès, la vie est en danger, mais qu’en est-il à présent que les trois frères sont scellés ?! »


Eris avait bien fait son travail de Déesse de la discorde et cela l’agaçait.

« Nous ne pouvons pas laisser les hommes et la Terre devenir les victimes innocentes de ce complot ! J’ignore ce qu’il se passe au Sanctuaire de Poséidon, et savoir que celui-ci est en proie à la tourmente ne me réjouit pas, contrairement à ce que tu pourrais croire. »

Malgré l’étrangeté qui semblait animer la Déesse Amphitrite, perdue entre son alliance avec les enfers et celle scellé avec la Sagesse, celle-ci avait aidée son ami. C’était là quelque chose qu’il n’oublierait pas.

« Tu me parle de ma vérité, mais n’as-tu pas la tienne également, comme chaque hommes foulant la terre ? Je ne suis pas un sage qui connaît tout des Hommes, je ne suis qu’un simple humain qui chérit l’humanité et qui désir simplement la protéger de ce genre de trouble tapi dans l’ombre.» Sans doute ses paroles étaient elles naïves et milles fois entendues, mais elles étaient sa vérité. Tout du moins, l’une de ses vérités. « Et toi, quel est ta vérité ? »

Son aura doré le parait depuis le début de leur conciliabule, étincelant de sa vive lumière éloignant avec douceur les ténèbres l’entourant se faisant de plus en plus intense, filament solaire embrasant l’aube.
Ils n’étaient pas des héros. Les héros étaient acclamés et porté au panthéon, eux ne demeuraient que des guerriers se devant de s’éteindre dans le plus grand silence, méconnus de ceux qu’ils protégeaient si ardemment qui n’avaient aucune conscience de leur lutte. Mais ce n’était pas la gloire qui animait leur volonté… Ils étaient juste des hommes avec leurs défauts et leurs qualités, essayant de faire au mieux, se relevant toujours malgré les épreuves, les douleurs...

« Mais tu as raison sur un point : Il ne te sera pas aisé de me faire changer d’avis, même si je conçois que ton avis diverge du mien, tu en as tous les droits. »


L’homme de bien sait se plier mais pas se courber. Le combat se devait de commencer, ils avaient perdu trop de temps dans les palabres et déjà, la constellation du cancer s’était éteinte, ne leur laissant que huit heures d’échéance. Les prunelles de jade se fixèrent sur le spectre auréolé de sa propre aura aux teintes mêlés, son cosmos doré se déployant en douceur autour de son corps, se faisant nués de dragons sinueux parés d’émeraude et d’étincelle solaire.

« Tu m’excuseras de tourner court à cette joute verbale stimulante, mais le temps joue contre nous ! »


D’habitude, il rechignait à porter le premier coup, mais il avait perdu trop de temps et celui-ci venait de brusquement se rappeler à lui. Brutalement, l’aura de la balance se fit plus imposante, éclatante de la vie qui l’animait, se faisant étoile brulante. Le temps serait peut être un ennemi plus redoutable que les spectres et c’est avec cette idée en tête que le chevalier se lança dans l’offensive quand bien même il ignorait le nom de son adversaire. Ça lui déplaisait franchement d’agir de cette manière alors que le spectre ne se montrait guère agressif – mise à part dans certaine de ses paroles – mais il n’avait pas le luxe d’attendre gentiment. Concentrant son énergie dans son poing, se faisant torrent d’émeraude et d’or mêlé, le chevalier élança son cosmos en avant, celui-ci prenant l’aspect d’un magnifique dragon à la gueule béante se précipitant en avant.

«Rozan Shō Ryū Ha ! »


Son long corps sinueux paré d’un cosmos brulant et corrosif se jeta sur l’adversaire tout désigné par son maître, alors que son aura nimbé de ses confrères soutenaient l’invocateur. Il devait économiser son énergie, Phantasos avait été un adversaire redoutable et malgré le soutient sans faille de son armure, celle-ci n’avait pas put s’occuper de tout ses ravages.

Le chinois couvrit la distance le séparant de son adversaire, enchainant avec une souplesse et une agilité issue de l’entrainement, le guerrier ennemi. Ses mouvements étaient précis, s’attaquant à des points que le surplis de son adversaire auraient plus de mal à parer.
Pour ce qu’il protégeait, il le devait.

Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Dim 25 Mar - 14:18



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Dim 25 Mar - 14:18

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Dim 25 Mar - 17:21

    ________________ ~~ °° Vérité contre Vérité °° ~~ ________________

    Il écoutait sans l'interrompre, les derniers mots étaient plein de bon sens si on y réfléchissait bien. Laisser la Terre à Eris et Arès n'était pas la meilleure solution pour maintenir cet équilibre que les trois Dieux avaient forgé avec difficulté. Et toi, quelle est ta vérité ? Elles étaient aussi nombreuses que le vent emportant des centaines de feuilles aux couleurs bigarrées. Il ne sut pas quoi répondre sur l'instant et ce type de débat lui plaisait, car cela était une des clés qui permettrait de comprendre l'Homme, de cerner les errements du futur. Chaque vérité change selon le temps et l'espace, chaque vérité est maîtresse des actes que l'on a accompli. Personne ne pouvait arrêter l'écoulement du sable dans la grande horloge cosmique de cet univers, surtout depuis la disparition de Chronos. Mais il y avait une vérité...

    Quand le chevalier d'or regarda le ciel pour observer les constellations, il changea tout à coup de mesure dans le menuet de cette joute. Huit heures ? Qu'était-ce donc dans l'Histoire, sinon un grain de sable parmi tant d'autres. Ironiquement, ses réflexions le perdirent. Interloqué de revoir la technique du chevalier du Dragon, il ne comprit que trop tard que celle-ci avait une subtilité particulière que Kenshiro ne possédait pas. Car si le chevalier de Bronze invitait à la réflexion et à la paix, ce Dragon là était plus enclin à mordre méchamment ses proies. Le cosmos lui irrita la peau comme une affliction générale de son corps. Alors qu'il dansait dans les airs, il sentit à ce moment là quelques coups le frapper à des endroits déjà pointer du doigt par le jeune chevalier de Bronze. D'un sourire, il s'envola dans le ciel pour atterrir quelques mètres plus loin dans un des puits d'âmes en colère. Etrange retournement de situation en y regardant de plus prêt par rapport à son précédent combat. Cependant, se levant entre les âmes souillées, ses prunelles opalines fixèrent le chevalier d'or un brin amusé.

      " Bien. Je pense qu'il est temps de te montrer que le temps va faire son oeuvre et pas besoin d'Eris ou d'Arès dans le cas présent. Si les Hommes oublient leur orgueil et leur fierté mal placées, ils pourront éviter ceci : Versailles ! "

    Ouvrant les bras pour libérer son cosmos, il laissa des milliers de phrases s'étendre à l'infini pour former peu à peu l'auguste palais des Rois de France. Tout était aussi agréable et la vision des Courtisans profitant des premières lueurs de l'Automne apportait une quiétude étrange et agréable. A une vitesse prodigieuse, des lettres dorées formèrent des mots qui enveloppèrent le chevalier d'or dans une vision d'horreur. Une gigantesque machine venue d'un autre temps fit son apparition et sa mâchoire aussi fine et coupante que le cristal trancha dans l'air pour laisser tomber une tête sur le sol. A y regarder de plus prêt, des centaines de têtes de personnes décapitées jonchaient désormais le sol et le palais s'embrasaient de flammes et de fumées nocives. Peu à peu, ces images dérangeantes s'inscrivaient jusqu'à l'inconscience de la Balance pour un long moment.

      " Voici une vision du futur de l'Humanité, je ne juge pas un Homme ou un autre, je la juge dans son ensemble et c'est là le devoir des Spectres agissant dans l'ombre de se montrer impartial pour ne pas se laisser guider par ses émotions. Nous ne sommes que des pantins peut-être mais au moins nous estimons que notre devoir est aussi noble que le vôtre. "

    Il était désolé de devoir faire vivre cela au chevalier devant lui. Alors que ce dernier était un instant figé, Caeron disparut dans les airs pour apparaître un instant devant lui. Serrant le poing, il décocha un coup d'une rare violence dans le trou cosmique laissée par cette chère Kisara. Oui, il pouvait être deux à jouer à ce petit jeu et les empreintes des coups qui suivirent l'attestaient sans vergogne. D'un bon en arrière, il laissa sa jambe le frapper sur le torse pour se propulser en arrière. Après un dernier salto, il atterrissait sur la pointe de pieds avec deux aiguilles à chaque main, semblables à des aiguilles de montre suisse. La prochaine attaque était déjà prête dans le coeur du Spectre et il priait sa déesse de l'aider dans cette tâche.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 26 Mar - 22:09

Sa surprise fut sa chance, aussi peu honorable cela pouvait il paraitre au premier abord, la balance n’avait pas le luxe de perdre un tour d’aiguille de plus. Le temps filait à une allure folle et ce qui les attendait lorsque toutes les constellations seraient tombées, il préférait ne pas y songer. Il fallait avancer, et pour ce faire, il devait affronter cet adversaire que lui envoyaient les enfers. Voir celui-ci prendre ses coups de plein fouet ne lui fut pas aussi satisfaisant cependant, et c’est avec méfiance qu’il le vit se relever avec un sourire n’augurant rien de bon. Les deux guerriers avaient tout deux affrontés au moins un adversaire avant qu’ils ne se retrouvent l’un contre l’autre. Le jeune dragon avait frappé avec justesse, et il ne pouvait être que fier de sa prestation, et qu’il en soit ressorti vivant…Même si la clémence du sbire d’Hadès y était surement pour quelque chose…

La lutte ne faisait que commencer et pour son adversaire, elle démarrait par un mot : Versailles. La demeure des Rois de France. Le jeune homme fronça les sourcils alors que s’étendait devant lui des milliers de phrases se modelant en une vision d’un palais magnifique, étreignant le chevalier en l’obligeant à demeurer figé face à ce qu’avait invoqué son adversaire. Les psaumes dorés l’entouraient, l’attachait, l’obligeant à contempler impuissant à une tragédie dont il n’avait jamais eut vent.

Le futur… ?

Il ne pouvait rien faire mise à part demeuré muet de stupeur face à l’hécatombe qui lui faisait face, océan de cadavre et de tête tranchées nette par l’engin de torture lui faisant face, remplissant son macabre office. Il voulait hurler. Crier à la face du ciel embrasé par les flammes dansante et nocive d’arrêter un tel massacre. Le sang maculait les dalles d’airains, plongeant le monde dans un océan écarlate de corps gisant et d’horreur. La fumée piquait ses yeux, irritait sa gorge alors que les images vivaces ne semblaient plus vouloir s’effacer. Son cosmos l’entoura, se faisant créature sinueuse gardienne d’un savoir ancestral, grondant à la face de l’adversaire de son maître. Sa présence ramena le chevalier à lui, brisant le carcan dans lequel il s’était retrouvé figé et apaisant un nouveau tourment dans lequel son âme pouvait plonger. Son regard vacillant se fixa dans les prunelles du spectre alors qu’il reprenait lentement contrôle de ses mouvements soutenu par sa propre créature et son cosmos doré flamboyant de force malgré l’horreur se disputant dans son esprit.

« Qu’est ce que… ? »
les mots se frayèrent un chemin difficile dans son œsophage, douloureusement, une violente quinte de toux le mis à mal alors qu’il retrouvait usage de ses membres. Poison.

Les explications suivant, la balance eut le temps de reprendre contenance, effaçant une grimace de douleur alors que la fumée semblait toujours flotter autour de lui et l’affaiblir. Le futur disait il ? Ce qu’il venait de lui montrer était sensé arriver au palais des Monarques français ? Cette horrible scène…Comment y croire ?!

Son mouvement fut vif dès lors que le spectre vint au contact, celui-ci plaçant entre lui et le poing armé de son adversaire, son bras paré du bouclier d’or de la balance. Parant de la même manière la suite de son enchainement, les lèvres du guerrier s’ourlèrent d’un fin sourire face à cet assaut qui ressemblait au sien, ignorant la douleur tapi dans son corps qui ne le lâcherait pas aussi vite. Utiliser les faiblesses de l’autre dès lors qu’elles étaient visibles…Mais il ne serait pas aussi aisé de toucher le chinois dans l’un de ses domaines de prédilection.
Il fit taire son mal pour lui répondre, faisant face au spectre dans le silence infernal.

« Vous n’en avez pas assez de toujours utiliser le même genre d’artifice…» Marmonna t’il plus pour lui-même que pour le spectre. Entre lui et Kisara, il était servit niveau illusion. « Depuis quand les spectres d’Hadès ont-ils le don de double vu ? Qui me dit que ce que tu viens de me montrer va réellement se passer en France dans l’avenir ? J’ai dû affronter nombre d’illusions face à Phantasos, et il me faudra plus que ta parole pour m’y faire croire, j’en ai bien peur. »

Rien ne pouvait le prouver en effet, mise à part la parole d’un homme n’ayant toujours pas déclamé son identité. Le cosmos d’or du chevalier se fit luminescent, décrivant de magnifique arabesque d’or parant sa silhouette. L’aura doré se modela dans l’ombre du royaume des morts, éclaboussant de lumière les alentours, annihilant les ténèbres les entourant telle une étoile d’espérance.

« Mais nos sentiments nous guident, qu’on le veuille ou non… ! C’est la force de ses sentiments qui fait brûler notre cosmos ! Notre fierté, notre honneur, notre volonté, notre héritage… ! Je vais te montrer cette force ! Rozan Ryū Hi Shō ! »

Un dragon se façonna dans l’ombre de son aura, paré de sa ramure luminescente, ouvrant sa gueule avant de se jeter en avant, guidé par son maître nimbé du même ambre. Son armure d’or résonna en réponse, confiant à l’animal mythique un des tridents de son arsenal sacré pour attaquer son adversaire. C’était là une attaque en traitre, mais il avait besoin de l’arme et dès lors que son premier assaut se fut dissipé, le chevalier récupéra la lance d’or dans sa main.

Voltigeant entre ses mains, la balance s’élança en avant en réduisant la distance le séparant du spectre dans un vif éclair, celle-ci, nimbé de son aura d’or se fit tâche floue. A coup d’estoc, Dohko s’employa à affaiblir le spectre ennemi, visant les points où le surplis du spectre demeurait affaiblit par son précédent combat. Danse funeste où l’arme sacrée demeurait invisible aux yeux non initié, éclat d’or évanescent se faisant flash éthérée alors qu’elle s’enfonçait dans la garde du combattant adverse.


Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 26 Mar - 22:28



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 26 Mar - 22:28

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 31 Mar - 2:30

    ________________ ~~ °° Vérité contre Vérité °° ~~ ________________

    Illusions ? Fantasmes ? Mensonges ? Artifices ? Bien des questions sur la nature humaine se posaient ici mais le jeune Spectre n'était pas de cette trempe. Il n'était pas un menteur ou un illusionniste, juste un éclaireur d'une certaine manière. Quelle ironie de devoir se battre quand le monde des Hommes couraient à sa perte, Athéna ne regardait pas le signe que les Dieux lui avaient signifié. L'espérance de sauver cette Humanité décadente était un doux rêve et c'est lorsque le chevalier se lança contre lui qu'un rictus malsain se manifesta sur le bout de ses lèvres. Le vent de l'Automne se levait enfin.

    Un dragon de lumière se réveilla soudainement dans l'aura du chevalier et, il ne fallut qu'un dixième de seconde pour qu'un trident d'or percutasse l'épaule de l'ancien Général de Poséidon. Il n'avait pas le temps de le prendre en main qu'il virevoltait dans les airs pour rejoindre son maître. Acharné tout à coup, ce dernier lui fonça dessus pour le frapper de coups savamment dosé mais il ne fit que rencontrer bien souvent la paume de la main du Spectre. Une aura glaciale et azuréenne le recouvrit un instant pour accélérer le mouvement de ses gestes de défense. La Balance frappa par endroit mais sans réelle conséquence, les coups les plus violents avaient été bloqué des paumes des mains avec une facilité particulière. Alors que l'assaut se terminait, le corps de Caeron se nimbait d'une aura aux couleurs de Notos. En un instant, ses plaies s'asséchèrent comme si le vent de l'automne faisait disparaître les dernières chaleurs de l'été.

      " Pffffff.... Je suis le gardien de l'Automne dans ce Monde. Peu de plaies ne peuvent s'assécher à mon contact et tu te montres bien sûr de toi. Moi, Caeron de Fragrance, Spectre de l'étoile du commandement, gardien de la saison de l'Automne et ancien général de Poséidon, je suis déçu que tu penses que je te mente. Je ne suis pas Kisara ! Tu parles de courage mais tu n'as pas montré pour l'instant tes réelles capacités, tu m'ennuies un peu jeune Chevalier ! Lis les lignes de l'Ordo Seclorum !"


    L'aura de Caeron changea brusquement pour passer d'une relative douceur à une entropie destructrice plus affirmée. Des phrases violacées sortirent brusquement de son aura pour se marquer dans un large périmètre autour des deux guerriers, chaque lettre semblait lacérer un peu le cosmos du chevalier d'or pour l'affaiblir un peu plus. Puis, bondissant dans les airs, il frappa le sol devant lui pour le faucher rapidement. Mais ce n'était que pour le faire reculer de quelques pas dans la pénombre.

      " Quelle ironie de penser que tous les Spectres sont des traîtres ou des assassins, nous n'avons pas renoncé à nos doutes et à nos sentiments. Cependant, nous considérons que cela doit rester dans la Raison et ne pas se laisser attendrir par l'Humanité. Dis moi, connais tu les dernières découvertes de Buffon sur l'origine des espèces ? Tu dois connaître cet homme non ? Sinon, laisses moi te dire que son mémoire sur la disparition normale des espèces est une révélation si on le lit avec tranquillité. "

    Oui, chaque être était doué de sentiments, de la Bête à l'Homme. C'était la volonté des Dieux de donner cela à ses créations, cependant, croire que l'Homme était au-dessous de cela était une supercherie. Bien des races avaient disparu au cours des millénaires et les Hommes ne se sont jamais posés la question de leur survie car cela était ainsi. La question ne manquait pas de piquant quand on y regardait de plus prêt. Serrant le poing, il renforçait encore plus l'emprise des lettres marquant au fer rouge le corps du chevalier d'or de la Balance, lui démontrant que des têtes tombaient encore et encore autour de lui. Nul ne pouvait échapper au destin écrit par les Parques et les Hommes étaient voués à disparaître un jour ou l'autre, ils étaient mortels tout comme leur race... Hadès s'était montré bon en permettant de garder les plus justes en Elysion pour les ressusciter sur Terre après tout...



    Citation :
    Edit de Rochel : Protection divine accordée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 2 Avr - 11:46

Le vent se levait. Une brise au gout de terre humide et de feuille d’or mêlé d’écarlate tapissant un sol automnal, apportant dans la prison infernale, une incongrue saveur de vie s’endormant. Le cosmos de son adversaire se faisait vent violent, lui qui avait paré sans difficulté aucune les coups de sa lance d’or et se retrouvait à présent à guérir des plaies qui lui avait infligé, enveloppé par ce souffle capiteux.

« Enfin tu révèle ton nom ! »


Le nom du serviteur d’Hadès résonna plusieurs fois dans son esprit, celui-ci se faisant étrange écho au parfum d’incompréhension. Caeron, spectre gardien de l’automne et ancien général de Poséidon ? Quelle incongruité ! Que les précédentes paroles du chevalier ne heurte sa fierté fut bien loin de ses préoccupations première à ces quelques mots. Né sous la constellation de la Balance affilé à Athéna, le chinois n’avait jamais songé qu’il était possible qu’un homme puisse cumuler deux allégeances différentes dans la vie et dans la mort, et cela le perturbait. La surprise s’afficha sur ses traits mais l’attaque de Caeron ne lui permit guère de le questionner sur cette étrangeté. Cette fois ci, aucune scène macabre ne vint obscurcir le regard du chevalier d’Athéna mais des lettrines violines volèrent en tout sens selon une chorégraphie préétablit, valsant autour de lui dans les cieux crépusculaires.

Les mots étaient bien la plus puissante arme du spectre, et dès lors que les versets se déployèrent autour de la balance, ceux ci scintillèrent d’un éclat macabre. Ses jambes vacillèrent sur leurs appuis alors qu’il sentait parfaitement ses forces se tarir dans son corps, comme aspiré par les lettrines de son adversaire. La hampe de son arme enfoncée dans le sol tel un soutien supplémentaire, il s’en servit pour éviter l’attaque du maitre de l’automne qui le fit simplement reculer un peu plus loin. Mais l’attaque demeurait présente tout autour de lui. Le cosmos d’or du saint se déploya autour de lui, luttant contre l’aspiration provoqué par l’assaut ennemi, se parant de ses dragons ne le quittant plus, se faisant garant de la vie de celui dont ils avaient la garde. Il allait lutter. Lutter autant qu’il le devait pour continuer sa route !

« J’ignore de qui il s’agit. »
Dohko était un homme que l’on pouvait aisément qualifier d’instruit comparativement à d’autres, mais il n’était pas une encyclopédie. « Mais je penserai à lire son mémoire dès lors que j’en aurais la possibilité et alors, peut être aurons nous l’occasion de débattre à ce sujet. »

Une certaine ironie marquait ses derniers mots alors qu’il se redressait suite à l’assaut essuyé.

« Je m’excuse si j’ai froissé ta fierté Caeron de Fragrance, ce n’était pas mon attention. »


Une courte pause alors que l’aura doré de la balance se déployait autour de lui, brume scintillante de son éclat solaire. Serrant les dents, ressentant les contrecoups de la précédente offensive de son adversaire étreignant toujours son corps, le chevalier rangea le trident qui l’avait précédemment aidé alors qu’il se concentrait sur son propre assaut à venir. Il n’avait pas à douter de sa propre foi en cette humanité ou en l’avenir, que les visions de son adversaire adviennent réellement ou pas…Et alors que l’enfer se faisait démon ombré de sombre dessein, une forme éthérée naquit des limbes face au chevalier, se faisant éclat de lumière au contour rapidement définit. La surprise écarquilla ses yeux avant qu’un sourire n’ourle ses lèvres dès lors que la chouette de cosmos se volatilisa aussi rapidement qu’elle était apparut. « Athéna ». Un souffle ténu. Elle était là. Si proche, leur apportant son soutien sans faille et ravivant une flamme qu’on aurait put croire éteinte.

C’est avec une fougue retrouvé que Dohko redressa la tête, adressant à son adversaire un sourire sauvage allant de paire avec sa nature. Peu importait que cela soit vrai ou faux, peut importait le sombre avenir qui pouvait se profiler devant eux : il n’abandonnerait pas la cause qu’il défendait, l’humanité qu’il chérissait et qui vibrait dans son propre cœur. Il était un chevalier d’Athéna, protectrice de la terre et de l’humanité, et au-delà de cette appartenance, il était également humain.

« Je vais faire le pari insensé de croire en l’avenir Caeron aussi sombre pourra t’il être, et de demeurer humain. Je veux croire en l’humanité que je désir protéger. C’est une promesse que j’ai faite à mon Maître avant que celui-ci ne disparaisse dans les cieux et je compte bien la respecter même si je dois en mourir. »


Son aura d’or et d’émeraude se déploya autour de lui, se faisant nuée de monstre fantasmagorique à l’image de ce maître qui lui était si précieux. La nostalgie étreignit avec douceur son âme alors que le bataillon de dragons d’émeraudes se faisaient ombres chinoises tapis prête à fondre sur leur proie. Il était toujours là, malgré sa disparition douloureuse à son âme, il vivait à travers lui.

« Rozan Ryū Hi Shō ! »


La centaine de dragon bondit en avant, grondante telle le tonnerre s’abattant sur le monde, vibrant de la détermination brillant dans le cœur de leur invocateur. La détermination brillait dans son regard de jade, sentant pourtant les poids de l’attaque que le guerrier lui avait précédemment porté. Mais il voulait y croire. Même si l’avenir était réellement emplit de ces scènes macabres, il était sur que la vie prendrait toujours le pas sur la mort, que l’espoir naitrait dans le désespoir le plus complet et ferait d’autant plus briller ce bonheur éphémère. C’était parce qu’il était fugace qu’il était aussi précieux.
De nouveau, il profita de sa horde draconienne pour s’élancer vers le spectre, agile comme l’animal dont il portait le nom, Dohko frappa avec une dextérité issu de son entrainement celui-ci, ne lui laissant guère le temps de se reposer. Sa lance d’or avait été paré mais il redoublerait d’effort pour le mettre à terre, attaquant les points faibles repéré plus tôt dans la cuirasse anthracite de son adversaire, enchainant coup de pied et de poing avant de se replacer à distance d’un bond agile dans un éclat d’or.
Demeurant dans une posture de combat défensive, la balance n’en avait pourtant pas fini avec la palabre. Caeron parlait beaucoup, mais ce qu’il savait de lui était au final pas grand-chose, et il y avait une information qui le troublait plus que les autres.

« Tu parles beaucoup des spectres en général, mais qu’est ce qui t’as poussé toi, un général de Poséidon à changer d’allégeance pour rejoindre Hadès dans la mort ? »


Il ne cachait ni sa curiosité, ni une certaine incompréhension teinté d’un sentiment plus trouble.


Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 2 Avr - 18:12



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 2 Avr - 18:12

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Lun 2 Avr - 21:38

    ________________ ~~ °° Vérité contre Vérité °° ~~ ________________

    Alors que Dokho terminait sa prose, il serra les poings en arrière pour créer autour de lui des centaines de dragons qui foncèrent sur le pauvre spectre. Il tenta bien de parer quelques coups de pieds mais face à la puissance de l'assaut, il fût balayé dans un immense lac de sang. Des créatures fantomatiques tentèrent alors de l'embrasser par des cris mais d'un geste royal, il les repoussait pour sortir de ce sang désagréable ou les cris ne cessaient jamais. Se nettoyant le sang sur le visage d'un geste assez simple, il s'approcha de son adversaire un sourire laconique aux lèvres. Ses yeux se fermèrent un instant et la question du chevalier d'or dansa dans le timbre de ses tympans. Ses lèvres cessèrent alors de sourire pour exprimer une tristesse mélancolique et blafarde, ses prunelles opalines réapparurent alors pour fixer celles noires de la Balance.

      " Connais tu Nox et Diurne ? Ombre et Lumière, c'est ce que je suis d'une certaine façon. Ne me confonds pas avec Gemini, je ne suis pas fou ou excentrique, non, ces noms sont celles que mon esprit a donné aux deux étoiles qui conduisent ma destinée. Nox est le gardien de ma destinée au service de Poséidon, une étoile appelant à l'espoir que notre Monde se nettoie de ses péchés par les forces de la nature originelle. L'autre étoile est son contraire, elle est Ombre mais je l'appelle Diurne. Chacune de ses étoiles guidaient mes pas dans la folie et je dois avouer que cela m'a conduit à la mort contre un de vos alliés des plaines nordiques, Dame Perséphone m'a alors donné une chance de renaître sous une seule étoile. Oui, deux destinées pour un seul Etre, deux voix, deux mystères et j'avoue que l'aubépine de mon âme couvre Nox de toute ma chaleur humaine. Il est mon dernier trésor en quelque sorte... Sa Majesté m'a alors donné la garde de l'Automne et l'Aubépine s'est étendu dans chaque partie de mon âme pour sceller mon autre destinée. Un jour, si un jour elle n'était plus là...

      Oh Astre, mon ami, mon doux frère... "

    La dernière phrase fut teinté d'une tristesse profonde. Son cosmos était alors chahuté dans tous les sens. Cette question, il avait déjà entendu cela quelque part. Kenshiro le Dragon ! Oui, il lui faisait encore confiance mais cet espoir n'était que mensonge au final. Caeron ne savait pas s'il se mentait à lui même ou aux autres, son affection pour son ancien Prêtre et son ancien Dieu n'avait pas varié. C'était peut-être le dernier lien qu'il avait gardé, la dernière influence de Nox dans la vie de l'étoile du Commandement. Ses iris se tournèrent de nouveau vers le guerrier qui l'écoutait sans l'interrompre. Timidement, un sourire s'esquissait sur son visage et son ombre prit la forme d'un étrange arbre d'épines ensorcelant les environs. Au coeur de l'ombre de Caeron, quelque chose pulsait à intervalle régulière dans une aura glaciale et bleutée de toute pureté.

    Vanité. Tout n'avait été que vanité finalement. Diurne frappait juste dans l'esprit de Caeron. Si Nox et Diurne étaient des surnoms que Caeron avait donné à ses pensées les plus extrêmes, pour une fois, il cédait devant l'écrasante vérité du second. Lui, le flegmatique Général de l'Arctique n'avait plus la force de combattre à l'heure actuelle. Son cosmos s'était amenuisé en quelques mois, et sans le concours de Diurne, il suffisait de regarder ses actuels congénères pour se donner une idée de son destin. Cependant, un fragment de son idéal en Poséidon était inaltérable, il ne pouvait pas se soumettre à l'Etoile maléfique du Commandement sans se battre. Derrière lui, son ombre se rétractait un instant pour la voir se remettre en place, mais elle avait changé légèrement d'apparence.

      " Au commencement était la parole ! Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, car l'Éternel connaît la voie des justes, Et la voie des pécheurs mène à la ruine. "

    Les ombres dansaient à l'appel du psaume. D'un doigt ensanglanté, le maître du semblant se réveilla enfin en créant dans l'air des lettres grecques violacées, comme des corolles de fumée dans le vent. Les ombres s'unirent alors aux lettres pour former des lignes de phrases qui attaquèrent les âmes environnantes pour sceller leurs forces dans son propre corps. Le visage placide du Spectre avait laissé place à un sourire taquin, amusé par la situation. Ses yeux bleus glacial avaient gagnés une chaleur humaine qui n'avait plus rien à voir avec la personne de tout à l'heure. Nox avait bien laissé sa place à Diurne.

    _________ ~°0°~ _________
    Son visage impassible ne laissait plus rien transparaître. Il leva alors son poignet pour le faucher à une grande vitesse du plat de son autre main. Un filet de sang s'en échappait désormais et ses yeux observèrent ce sang avec un sourire compris de lui seul. D'un geste assez simple, il contracta ses muscles sans montrer la douleur intense que cela lui procurait d'agir ainsi mais il n'avait plus le choix. D'un phrasé simple et claire, il recommença à psalmodier en Français avant de décocher quelques coups précis dans certains points de l'armure de la Balance.

    Ces gestes n'étaient que l'illusion de ce qui se préparait en fait, d'un simple geste il marqua le front de son adversaire d'une marque particulière. H.O, Homo Optares. S'enfonçant dans sa chaire, il pouvait sentir alors une douleur d'une rare violence qui lui pénétrait l'esprit, quelque chose était passée dans son corps par ces deux lettres assez simplistes. En fait, un poison retors commençait à pénétrer sa chaire pour le brûler de l'intérieur : le sang devenant mercure. Personne n'avait jamais pu contrer l'une de ses bottes secrètes que son étoile lui avait enseigné. Il n'y avait plus d'Humanité à ce moment là, le voile de l'automne avait brisé son destin funeste et il vulait plus revivre ces turpitudes insensées.

    Il garderait au fonds de son âme cette parcelle de vie comme un trésor. Oui, c'était son unique but et il briserait tout ceux qui voulait lui arracher sa tranquillité et sa sérénité. Dans un geste quasi de tendresse, il posa le creux de sa paume sur la joue de Dokho avant de retrouver cette dureté. Il ne ferait plus de cadeau, Nox avait sauvé le chevalier du Dragon en lui redonnant espoir dans un Monde d'équilibre entre les éléments, du respect des Humains qui obéissaient aux lois de la Nature.. Oui, tout cela n'était qu'une illusion de son passé et la mort de Dokho permettrait de briser les croyances que les Saints pouvaient avoir en lui. Son esprit était tout tourné vers cette volonté de devenir une bête noire pour eux, une créature sans Foi ni Loi... C'était le prix à payer pour cette liberté de conscience et il l'assumait avec la confiance de son Etoile gardienne et de sa Déesse. Enfin, il espérait y croire.

      " Chevalier, tu dois me haïr. Il n'y a pas d'autres solutions, nous ne sommes pas né sous cette étoile qui ferait de nous des frères, c'est bien dommage. "

    En effet, on ne devait plus croire en lui et en ce qu'il fût jadis. Il le regrettait mais c'était son choix pour se sauver lui même.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Mer 4 Avr - 17:28


Ombre et lumière. Deux voies. Deux choix. Etrange humain dont la destiné fractionnée n’avait été qu’annonciatrice d’un précipice plus grand encore. Silencieux, attentif, le chevalier écoutait son adversaire répondre à sa question, son trouble se faisant d’autant plus important à mesure que les mots du spectre s’écoulaient hors de sa bouche. Sa dernière phrase chuchotée avec une affection peinée faillit le faire sursauter. Astre. Il connaissait déjà ce nom pour l’avoir entendu des lèvres de Shion. Rien n’aurait dut l’étonner pourtant. La Balance se fit silence et grave. Tant d’émotion semblait s’affronter dans ce simple récit bercé par le dernier requiem d’une vie placée sous deux forces contraires. Dire qu’il comprenait aurait été stupide voir injurieux. Non, le saint ne comprenait même pas tous les tenants et les aboutissants de cette étrangeté demeurant trop obscure à ses yeux.

Mais ce qui s’en dégageait ce n’était que de la tristesse. Une folle tragédie au final dévorant et où la mort devenait libération démente.

« Ombre et lumière… »


Un souffle perdu. Puis un changement. Une ombre qui se déforme, se faisant mouvante, inquiétante, ramenant le chevalier dans ce combat qui n’avait guère prit fin. Méfiant, celui-ci ramena sa jambe droite un peu en retrait dans une position d’attente alors que le sourire de son adversaire se faisait plus présent. Trop. Celui-ci sonnait de manière dangereuse sur son visage qu’il avait vu jusqu’alors moins mobile. Et puis il psalmodia d’une voix forte et assurée, écrivant dans les airs des arabesques violacés dérivant dans les cieux, celles-ci se faisant phrases attaquant les âmes demeurant autour du champ de bataille sans un remord. Un pas de recul devant cette vision avant que son regard ne perce celui azuré de son adversaire, tout aussi surprit que farouchement réprobateur. L’atmosphère changeait.

Et pas qu’ici.

L’attaque fut aussi soudaine qu’inattendue, malgré sa préparation son adversaire se précipita au devant de sa défense, la balance para sans difficulté les coups, un dragon se matérialisa dans un grondement féroce de son contractant dès lors qu’il comprit que ses coups n’étaient qu’esbroufe, son cosmos d’or l’entourant avec chaleur et détermination. Mais la douleur fut là, puissante, elle annihila l’attention du saint. La souffrance s’insinua dans ses veines, semblant couler tel un poison à travers tout son corps, l’échauffant sans merci. Une quinte de toux le secoua alors qu’il s’écarta brutalement du spectre pour remettre une distance entre eux dans l’espoir de se reprendre. La surprise écarquillait ses yeux alors que la douleur se faisait trace rémanente dans son corps, se frayant un chemin à travers chaque parcelle de son être. Le goût du fer se fit plus présent dans sa bouche, ainsi qu’un autre plus subtile qu’il ne connaissait pas mais qui n’était pas normal…Ses jambes vacillèrent et c’est en mettant un genou à terre qu’il parvint à faire taire les tremblements les secouant, tête basse, le saint avait perdu de sa superbe, mais les mots de son adversaire résonnait dans son cœur.

Au fin fond des enfers, il entendit le rugissement de rage d’une créature éveillée par la dame des enfers, se faisant puissance destructrice, rempart de plus à franchir pour la chevalerie et leurs alliés. Serrant dent et poing, la balance se retrouvait à présent impuissante à les aider face à son propre combat. Il ne pouvait que croire en eux et leur envoyer une prière de soutien et de protection tout comme sa Déesse avait put le faire. Athéna. Elle était si proche. Et son ami au prise avec le juge des enfers qu’il avait rencontré plus tôt dont il ressentait la puissante émanation de cosmos…Etrangement familier dans ce lieu sordide, étrangement réconfortant aussi, cet éclat étincelant parvenant à faire monter un sourire invisible à ses lèvres. Rien n’était encore décidé. Courage Shion…Yeux fermés, tête basse, la douleur s’apaisait devant la résolution de son âme de saint.

« C’est idiot… »
Un souffle bas et rauque qui accueillit les dernières paroles d’un homme se faisant bourreau. « Je devrais peut être te haïr…tout serait plus simple si je faisais ça, tu as raison… » La fatigue, las, étreignant une âme malmenée.

Oui, tout serait tellement plus simple si il se laissait dévorer par ce feu intérieur qui n’aurait demandé qu’à l’embraser tel le phénix.

« C’est dommage… »
Un regret doucereux.

Avec lenteur, Dohko se redressa, vacillant un instant, il fit rapidement taire souffrance et tremblement, ne laissant derrière lui qu’un cosmos doré se faisant voile évanescent, caressant un corps torturé de sa chaude lumière réparatrice. Elle aussi le soutenait. Il n’était pas un chevalier d’or que par l’armure qui le recouvrait et qui l’avait choisie…Son âme sonnait au même diapason que l’esprit demeurant dans celle qui le protégeait, se faisant résonnance subtile. L’homme redressa la tête, offrant à son adversaire un visage étrangement serein au vu de sa situation, un sourire presque doux ourlant ses lèvres.

« …Mais je n’ai jamais aimé la simplicité. »

Non. Il ne le haïrait pas. Il ne se le laisserait pas consumé par la rage violente qui avait entrainé son propre Maître dans la folie. Il resterait humain jusqu’au bout, même si cela signifiait sa mort.

« Nous ne serrions peut être jamais frère, mais nous sommes tous les deux nés sous les mêmes étoiles et sur la même Terre. Je ne te combats pas en fou appelant vengeance, mais en tant qu’homme… Mon Maître s’est laissé dévorer par la haine durant sa jeunesse, elle l’a transformée réduisant son humanité à un éclat terni par le temps mais qu’il a réussit à préserver malgré tout durant tant d’année… » La nostalgie et une tristesse palpable s’insinua dans sa voix sur ses derniers mots, mais il reprit avec une conviction retrouvée. « Et même si elle a finit par l’abandonner, il est resté humain jusqu’à la fin malgré son apparence. Je te l’ai dit Caeron, j’ai fait une promesse…Celle de demeurer humain avec ce cœur que tu dois voir faible mais qui m’a lié à des êtres d’exceptions. Et puis, je n’ai pas de raison pour te Haïr, encore moins à présent. »

Son sourire se fit plus présent, auréolé par l’aura d’or du chevalier soutenu par son armure. La haine n’apportait que la souffrance et cet homme ne méritait pas un tel châtiment. Son cosmos se déploya davantage, laissant apparaître en son sein les dragons d’émeraude que le spectre avait précédemment gouté. Il n’avait pas perdu sa volonté à se battre contre cet adversaire et ce malgré ses mots pouvant sembler bien doux. La seule chose qu’il signifiait était que la Balance se battrait avec honneur et respect jusqu’à ce que son dernier souffle de vie. Il n’était pas contre Kisara se jouant de lui, ce combat était bien trop différent.

« Tu m’as parlé d’ombre et de lumière comme deux entités diamétralement opposées, mais sans l’un, on ne peut parler de l’autre. Peut être est ce la même chose pour toi, Caeron de Fragrance. »

Peut être…Il ne pouvait pas savoir. Son adversaire ne l’imaginait peut être pas non plus, si bien que ses mots ne servaient sans doute à rien, emporté dans un monde où la réflexion s’enfermait dans sa propre prison. Fermant les paupières, le jeune homme reprit alors que sa lumière étincelait d’une aura doré et d’émeraude mêlé, se faisant nid de créatures fantasmagoriques.

« Mais sache le Caeron, la Haine ne teintera pas mon cosmos. »


Dans un éclat d’or, le chevalier disparut, réapparaissant au plus près du spectre en taisant la douleur sourde demeurant dans son corps. Il n’avait pas le temps de s’y préoccuper, il devait le vaincre, même si son corps devenait lambeau, il n’abandonnerait pas à cause d’un mal tapit. Son poing fusa vers le torse du sbire d’Hadès, enchainant avec un coup de coude qu’il dirigea vers l’aisselle avant qu’il n’entame une étrange danse de coup se terminant par un coup de pied qu’il envoya dans les côtes de son adversaire pour l’éloigner de lui.

« Ressent le, Rozan Ryū Hi Shō ! »


Les créatures chimériques jusqu’alors tapit dans l’ombre de son aura se déployèrent de nouveau puis dans un grondement sourd, se ruèrent en avant sous l’impulsion de cosmos de la balance, ils illuminèrent les cieux de rayons d’espoir. Aucune rage. Aucune haine. Juste cette détermination sans faille qui animait son corps, se faisant éclat d’une humanité criante d’un cœur à nu. Sans doute était ce là, la preuve d’une naïveté excessive tenue d’une jeunesse apparente d’un homme croyant à sa voie. Ça ne toucherait surement personne, mais il voulait y croire.


Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Mer 4 Avr - 17:43



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Mer 4 Avr - 17:43

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Jeu 5 Avr - 19:10

    ________________ ~~ °° Vérité contre Vérité °° ~~ ________________

    La danse des Dragons firent à nouveau leur office. Frapper à de multiples endroits à la poitrine, des milliers de morceaux de son surplis volèrent en éclat alors que son corps s'écrasait sur les rochers environnant la prison. Sa chaire était meurtrie. Se relevant, il cracha du sang et se rendit compte qu'il avait perdu une molaire dans cette affaire. Cela l'ennuyait et il allait devoir rencontrer l'Alraune pour se soigner de tout cela. Cependant, alors que son cosmos était au plus bas, comme son adversaire, il pouvait constater que son état était un peu meilleur que ce dernier. Ils soufflaient tous les deux difficilement et personne ne pouvait savoir comment se finirait cette joute aussi passionnante qu'éprouvante. Fermant un peu ses paupières, il sentit au plus profond de lui même quelque chose de nouveau.

    Son sang refluait dans ses veines, son cosmos azur améthyste se nimba alors d'une force orangée et brune mélangée à un léger vent rafraîchissant. Il sentit ses muscles se raffermirent et il savait que le voile de l'automne le protégeait de ses propres faiblesses. Un sourire mélancolique aux coins des lèvres, il ouvrit à nouveaux les yeux pour renaître devant le chevalier d'or. Ses prunelles étaient devenues orangées et brunes en même temps et même son surplis laissait des reflets semblables à la troisième saison de l'année. Son cosmos explosa alors pour se libérer de sa prison de roches, il s'approcha du chevalier en se contractant les muscles pour se détendre un peu de cette douleur encore trop présente.

      " Ne tiens pas ce genre de serments ! La vie ne fait pas de cadeau et on veut toujours quelque chose que l'on ne peut contrôler, amour, plaisir, colère, vengeance... Oui, tout cela est dans la nature humaine et j'avoue que tu te berces d'illusions. Tu es un enfant gâté, profitant d'un amour divin que peu de personnes possèdent. Je te le répète, on rit pour ce que l'on a mais, on pleure toujours ce que l'on perds. Et là... Un jour... Tu voudras quelque chose qui brisera ce serment. Haine et jalousie sont les seules amies quand ce genre de moment arrive, crois moi, je suis passé par là... L'amour appartient à ceux qui sont oubliés des Dieux. C'est ainsi. "

    Une mélancolie teintait chaque mot de Caeron et il ne s'en rendit compte qu'à sa dernière phrase. Dans un sens, il ne voulait pas le punir de cette touchante naïveté, il était libre de penser comme il le voulait. Toutefois, il était écrit que les drames humains qui attendaient ce jeune homme allait être rudes et s'il pouvait un instant le réveiller, lui révéler un peu plus cette vérité. Il le ferait. Soufflant du bout de ses lèvres, il s'approcha du chevalier à grande vitesse subitement pour recommencer à le tester, sans vraiment y mettre d'ardeur. Dans une danse un peu spéciale, ils suivirent un ballet digne des grandes cours d'Europe, évitant les coups les plus pénibles et se jaugeant sans cesse. Puis, soudainement, Caeron mordit l'extrémité de son index pour propulser une gerbe de sang argenté sur le corps de la Balance.

    Comme des milliers de petites billes argentées, elles se concentrèrent alors dans les plaies du chevalier pour pénétrer sa chaire et ses veines. Cette fois, cette seconde attaque était porté différemment et les lettres marquant le front du chevalier d'or brillèrent à nouveau pour s'enfoncer lentement dans sa chaire. Les lettres violacées dansèrent alors sur la rétine du chinois pour aspirer son énergie et la retourner contre lui. Il devenait clair que ce combat allait devenir difficile pour chaque partie mais tant que le Saint ne pouvait disposer librement de son cosmos, cela était une aiguille plantée dans son cosmos. Caeron admettait le côté à double tranchant de sa technique et il n'aimait guère l'utiliser mais il n'était qu'un simple spectre céleste, affronter un tel chevalier exigeait, intimait même, de ne pas faire dans la demi-mesure.

    Bondissant en arrière dans une dernière pirouette, il sentit qu'une force étrange venait de commencer une lutte contre sa Déesse. Que se passait-il ? Ce cosmos n'était pas celui d'un chevalier de la Déesse de la Sagesse et encore moins un Marinas ou un Ase. Il l'aurait su. Fronçant les sourcils en regardant vers le Cocyte, il serra le poing quand une vibration intense le fit sursauter. Le seigneur Rochel ne faisait pas dans la demi-mesure, le temple du jugement venait de voler vers le ciel et il écarquilla les yeux devant un tel phénomène... divin.

      " Par tous les diables, le réveil du Béhémoth... puis Dame Perséphone attaquée par un ennemi inconnu, Thanatos qui fait sauté le temple du jugement... Etrange situation, chevalier, ressens tu le cosmos qui affronte ma Déesse ? le connais-tu ? je ne ressens pas les étoiles en lui, mais un néant absolu... "




Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 7 Avr - 19:42


Fièrement campé sur ses jambes, le chevalier d’or observait son adversaire avec ce même regard déterminé à avancer, à prouver que ses paroles n’étaient pas creuses de sens, que cette promesse faite à son maître violemment arraché à sa jeune existence n’était pas vaine. Ses attaques brûlaient de cette conviction aussi naïve demeurait elle aux yeux expérimentés du spectre dans lesquels se teintaient les affres d’une mélancolie ayant blessé son cœur.

Comment pourrait-il le haïr lui qui semblait tant souffrir de maux anciens tourmentant toujours son âme ?

Il ne pouvait pas. Et plus que cela même, il se le refusait. Il n’était pas infaillible, possédait ses propres faiblesses qui lui nuiraient sans nul doute à l’avenir, mais celui-ci était encore loin, flou, incertain. Et malgré que ce combat ait son importance dans la guerre qui prenait lieu ici bas, le chinois ne pouvait s’empêcher de voir l’humain avant l’ennemi. Il ne pouvait pas le haïr. Aussi, ses mots teintés tant par le reproche le plus dur que par la mélancolie la plus abyssale le convint de garder cette position si stupide. Il n’avait pas tord pourtant, et une partie de son être en avait conscience. Il se savait chanceux sur certain point de vu et en même temps, il avait vu plus que l’homme aurait sans nul doute pensé. Lui aussi avait put contempler nombres d’horreurs qu’il n’avait put qu’observer, impuissant, dans ses pays qu’il avait traversés pour sa mission.

Mais la valse avait reprit, l’empêchant de répliquer immédiatement à la diatribe de Caeron, se faisant ardente, parade et esbroufe se multipliant pour devenir chorégraphie artistique. Il s’attendait à un nouvel assaut dissimulé sous la lourde tenture des poings et c’est avec agilité que le guerrier récupéra dans sa main les nunchakus à deux branches, s’employant à parer autant qu’à attaquer le spectre se faisant plus pernicieux dans ses coups. La fatigue s’insinuait dans ses membres, mais c’est avec ardeur et dextérité que le chinois s’employait à renvoyer les coups de son adversaire, les branches des armes d’ors se faisant tâches aux contours floutés d’ambre, le cosmos du chevalier s’embrasant et auréolant les armes pour augmenter leur puissance et parer les assauts de son adversaire comme il se devait. Concentré sur sa propre offensive se mêlant à celle de son ennemi attitré, la balance ne put éviter ce qu’il dissimulait, le liquide argenté se faisant poison insidieux, ignorant sa peau pour se précipiter dans son corps avec empressement. Cette fois ci, se fut le spectre qui s’éloigna en premier bien que le chevalier vacillant ait entamé un recul par réflexe face à cette douleur qui s’emparait de son corps.

Dansante devant ses yeux hagards, le jeune homme lutta contre lui-même pour faire taire cette souffrance s’insinuant dans ses entrailles, ne parvenant pas à rendre muet le gémissement qui racla sa gorge. Le vermeil teinta ses lèvres, le feu courant dans ses veines avec violence, chaque parcelle de son être se faisant douloureusement ressentir, annihilant sa conscience l’espace de précieux instants. Son état devenait plus que précaire, et cela, il en avait parfaitement conscience mais bien que cette douleur se propageant dans son organisme le rongeait, cette fois ci, il ne mit pas genoux à terre. Il resta sur ses deux jambes vacillantes, tenant toujours d’une poigne rendue plus faibles les armes que lui avait confiées sa déesse comme le garant de la justice qu’il se devait d’être. Cette responsabilité, il l’avait fait sienne et il continuerait jusque dans la mort…

Béhémoth…Ainsi était ce le nom de cette créature éveillée par la divinité des quatre saisons…Thanatos qui affrontait ses frères d’armes…Un nouvel ennemi se faisant soutien inespéré… Sa Déesse avançant toujours fièrement à travers les enfers…Son ami combattant avec ferveur son propre adversaire…Et tous les autres combats, si nombreux, si important…Tant de chose se déroulaient autour d’eux…

« Je l’ignore. »

Une simple phrase se faisant constatation simple et ignorante. Ils ignoraient tant de chose…Il en savait si peu sur le monde…
Le néant. Le vide. Il se concentra sur cette présence lointaine malgré lui, aiguillé par le spectre inquiet pour sa divinité – lui aussi l’était pour la sienne – mais comme lui, il se heurtait à l’incompréhension la plus totale. Rien. Il ne semblait y avoir qu’un abysse sans fond, une puissance inhumaine.

« Ce n’est pas un chevalier. »

De ça, il en était certain.

« Il n’a même pas l’air humain… »
Souffla t’il du bout des lèvres, guidé davantage par son intuition que par une autre preuve, ne sachant même pas réellement si ses dires étaient exactes. C’était une conviction personnelle.

Une quinte de toux le ramena à sa situation précaire. A ce combat présent. Son regard jusqu’alors fixé sur ce point invisible dont il ressentait la présence plus profondément dans l’antre d’Hadès attrapa la silhouette du spectre. Il se savait affaiblit. Son sang se faisait poison vivace frappant chaque organe de son corps avec une rapidité démente et son cosmos affaiblit ne parvenait que difficilement à ralentir sa progression. Si il avait été plus en forme, celui-ci aurait été moins toxique mais pas dans son état actuel.

Les yeux clos, un sourire désabusé sur les lèvres la balance demeurait pourtant fièrement campé sur ses jambes. Pour le moment. Sa voix rendu rauque par le poison s’éleva doucement, brisant le silence et le pitoyable de sa situation, le ramenant quelques instants plus tôt, comme si leur hiatus n’avait pas eut lieu. Le temps se jouait de lui.

« La haine n’engendre que la haine. Elle ne laisse rien derrière elle si ce n’est les vestiges d’un cœur perdu incapable de trouver sa place, de donner autre chose. Je suis peut être naïf, mais qu’en est il de toi ? Ne peux-tu voir que le malheur et en oublier la lumière du bonheur ? Ne peux-tu que voir le mal tapi dans le cœur des hommes plutôt que l’abnégation de leurs actions ? » Une courte pause avant qu’il ne reprenne d’une voix teinté de sa propre mélancolie tapie dans son âme. « Nous perdons tous quelque chose…Des fois, on commence même sans rien, et il a juste un vide, un manque que rien ne peut combler, pas même ceux qui s’y essaye en vain. Et on s’en veut. On s’en veut juste de vivre dans ce monde jusqu’à ce qu’une étincelle ne perce les ténèbres et nous apprennent à voir ce monde qu’on a envié pour apprendre à l’aimer. »

Encore un peu. Pour une dernière attaque, il devait encore pousser son corps au-delà de cette limite que les saints continuait jour après jour à repousser. Il devait encore enflammer son cosmos dans une dernière et puissante attaque, le pousser à son paroxysme telle l’étoile sur le point de s’éteindre, brillant davantage encore, se faisant lueur aveuglante.
Avant de s’éteindre…Peut être pouvait il faire encore quelque chose pour cet homme, même si c’était là la dernière chose qu’il ferait durant cette guerre.

Pardonnez moi Déesse…Pardonnez mon geste vous qui aimez tant la vie…

Une humble prière pour celle qu’il servait avant qu’il ne reprenne, son regard se faisant de nouveau déterminé, la fatigue semblant s’envoler dans ses yeux de jade.

« J’aimerai te la montrer Caeron. Te montrer la lumière que les humains peuvent créer de leur propre force, celle qui illumine la nuit la plus noir et que l’on appel Aube. La vraie aube qui perce les ténèbres et apporte l’espoir d’un jour meilleur.»

Son aura se fit vague d’or enflant dans les cieux, décrivant des arabesques brillantes autour de sa silhouette son armure répondant à sa demande, délaissant son devoir de protection et attendant qu’il ordonne son assaut. La douleur était là, rampante mais il l’ignora, se soutenant par cette détermination sans faille qui l’habitait. Sans nul doute était-il stupide à ainsi continuer à persévérer dans cette voie semblant sans issue, à vouloir ainsi montrer à cet adversaire que l’homme n’était pas que haine ou jalousie, et que la vie malgré les malheurs qu’elle pouvait apporter, n’en était pas moins pleine de promesse et de beauté. Que ce monde aussi dénaturé semblait il être, valait la peine de se battre pour lui. Pour cette paix. Pour cet équilibre, fragile alchimie.

La vie était faite de choix.

« Nous devons tous faire des choix. Voici le mien ! »


La lumière le nimbant se fit plus éblouissante, se faisant torrent opalescent alors que le chevalier faisait brûler sa propre vie pour alimenter le feu de son assaut. Ses dragons parés de leurs éclats d’or naquirent dans un grondement se faisant écho, éloignant les ténèbres les entourant, majestueux, symbole d’espoir et de vie. L’ordre fut muet mais c’est comme un seul et même bataillon que les créatures chimériques grondèrent en cœur avant se s’élancer vers l’adversaire, se faisant nuée de flèches dorée, telle les rayons du soleil illuminant les cieux crépusculaire de la couleur de la vie.

L’armure de la balance vibra dans un magnifique requiem, les armes dont elle était gardienne assistant l’assaut des dragons en se précipitant dans leurs ombres.

Un sourire s’afficha sur son visage alors qu’il sentait son corps vaciller et son esprit se faire brumeux. C’était stupide. Mettre ainsi sa vie en jeu simplement pour faire voir à un spectre que la vie n’était pas un fardeau, qu’elle était magnifique et qu’il se battait pour elle. Lui prouver que l’homme était capable de toute sorte de chose, aussi belle qu’horrible. La vision de Versailles en proie aux flammes se fit trace rémanente avant de laisser place à celle du Sanctuaire puis de Lushan. Malgré tout.

« Le bonheur naît du malheur, le malheur est caché au sein du bonheur. »

Un dernier souffle.
Ses pensées se délitaient.
Son esprit dérivait alors qu’il se retrouvait à genoux, le corps engourdit, douloureux et pourtant vaguement lointain.

Il allait être vulnérable. Shion allait lui en vouloir. Dommage, il n’irait pas voir le Sanctuaire de Poséidon avec son ami. Et ses camarades…Et les prochains défis…Sa Déesse...Le Sanctuaire…Son Pays…

Et pourtant ce n’était pas terminé. Une voix. Un appel. La demande d'un frère d'arme et des cosmos ardents. Le Lion. La Vierge. Leur combat contre la Mort.

L'appel puissant envahit les derniers sens qui lui restaient le raccrochant à la réalité se faisant moins trouble. Un sursaut de vie, tressaillement d'espoir alors qu'il tentait en vain de se relever, son corps refusant de se plier à cette nouvelle contrainte. Il lutta, fit taire son mal dans un grognement sourd et pour la dernière fois fit flamboyer son cosmos doré, son armure et ses armes d'ors résonnèrent dans une même litanie se faisant soutien inébranlable tant pour leur élu que pour leurs sœurs d’ors livrant un difficile combat. Les armes précieuses s’élevèrent dans les cieux, graciles, se rassemblant autour de leur élu luttant pour envoyer ses dernières forcer à Asmita et Corell jusqu’à la dernière goutte. Pour Athéna et pour l’humanité qu’elle protégeait, qu’elle aimait…pour laquelle il luttait tous. Une lame d’or et un des boucliers frôlèrent son corps avant qu’il ne perde totalement pied, il murmura à leur intention en y plaçant ses espoirs et sa force :

« Prenez les mes amis. Mon cosmos et ces armes pour affronter Thanatos, vous devez vaincre. Vous devez survivre… »


Dernier sursaut de son cosmos illuminant une dernière fois les cieux alors que les deux armes s’élançaient vers le combat faisant rage dans le temple du jugement se faisant comètes à la queue enflammée. Et alors que les armes disparaissaient, l’esprit du jeune homme vacilla pour de bon, l’emportant dans les ténèbres de l’inconscience, ne laissant derrière lui que les traces rémanentes de son énergie comme autant d’étoile scintillantes mais disparaissant inexorablement. Son corps s’effondra sur le sol et telle des gardiennes, les armes se fichèrent autour de lui, luisant encore de leur aura symbole d’espoir, de foi. Dernier rempart à franchir pour achever leur élu.

Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 7 Avr - 20:46



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 7 Avr - 20:46

Le membre 'Caeron' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   Sam 7 Avr - 21:55

    ________________ ~~ °° Vérité contre Vérité °° ~~ ________________

      « Je l’ignore. »

    Cette simple réponse accompagnée d'une franchise désarmante fit sourire Caeron. Il avait trouvé là une humilité peu commune et il appréciait cela, cet homme ressemblait tant à Kenshiro. Alors que cette pensée effleurait vaporeusement son esprit, une image se calait dans le futur et une vision étrange lui parvint. Le chevalier du Dragon était face à ce chevalier, lui rappelant qu'ils étaient des chevaliers de la Déesse de la Guerre. Comme un choc, il écarquilla les yeux en voyant que cela était une vérité du continuum de l'affrontement entre les Dieux souterrains et la Déesse des chevaliers.

    Se tenant le front, il recula de quelques pas un peu hébété. Les propos du chevalier lui vinrent aux oreilles comme un appel qu'il avait déjà entendu. De qui ? Ou ? Bien des questions se posèrent et il allait répondre quand le cosmos de Dokho explosa soudainement. Une myriade de dragons s'éveillèrent alors dans son aura pour fendre l'air autour d'eux. Dans un fracas étourdissant, une pluie de jets de lumières frappait le spectre qui s'envolait vers le ciel vermillon. Il n'avait pas pu arrêter cette pluie draconique mais elle n'était que le prélude à un assaut plus lourd. Alors que Caeron concentrait ce qui lui restait de cosmos pour résister. Il vit un bouclier doré vriller dans l'air pour le frapper au thorax, serrant les dents, il repoussa ce disque étrange. Mais il n'était pas au bout de ses peines, une fois rejeté cette arme, il sentit une lame lui transpercer le bras. Une épée ? Hurlant de douleur, il ne put arrêter la litanie des autres armes. Il regarda alors le ciel un instant avant de s'effondrer à son tour sur le sol.

    Silence.

    Luttant contre le vent, il marchait vers sa mort alors qu'il ne sentait plus son corps. Une femme apparaissait alors devant lui en souriant, elle était si belle et ses cheveux dorés comme les blés le réconforta comme le vent apaisant de l'Automne. Il fermait les yeux et regardait les choses telles qu'elles étaient, se demandant simplement pourquoi. Perdu, la fatalité le prenait lentement dans son sein pour l'endormir. Mais un autre souffle chassa tout cela. Il était fort et puissant. Parfois il existait une once de vie dans la mort, quelque chose que l'on voulait protéger et Caeron le savait plus que n'importe qui. Que ce soit Nox ou Diurne, ses deux étoiles avaient un trait commun. Une lumière qui ne s'était jamais éteinte malgré les murmures de la haine. Se relevant comme un lourdaud, il vit son adversaire au sol. Ses armes s'étaient fichées sur le sol pour le protéger d'un assassin. Un sourire apaisant aux lèvres, il s'approcha du corps du chevalier avec précaution, il toucha sa carotide et il chuchotait quelques mots d'une grande simplicité.

      " Relèves toi chevalier ! Tu n'es pas mort et tu as combattu fièrement, laisses moi t'aider à retourner auprès des tiens. Tu as raison, je ne suis pas qu'une ombre et tu as réveillé une part de ma lumière, une part commune de Nox et Diurne, on l'appelle l'Honneur. Comme je l'ai déjà dit au jeune chevalier du Dragon, je ne porterai jamais la main sur un homme à terre qui s'est battu avec fidélité et courage pour sa Déesse. Nous sommes ennemis mais, nous devons resté courtois même dans la guerre. Car sinon, on appellerait cela de la sauvagerie. Au demeurant, je ne suis pas un Berserker d'Arès... "

    D'une boutade, le Spectre posa la main sur le bras du chevalier pour le porter sur son épaule. Geste simple habituellement, de violentes douleurs s'ouvrirent brutalement par ce simple geste. Il n'en avait cure. Il concentra un peu de son cosmos pour insuffler de l'énergie à l'armure d'or, elle appela alors les armes pour le préserver. Marchant entre les cris des colériques, ils sortaient ensemble de cette partie de la prison.

    Mystérieux et silencieux, les deux hommes sortaient de la pénombre. Caeron leva subitement les yeux pour observer le halo doré qui traversait le ciel, il se nourrissait de plusieurs traits de lumières qui traversaient le ciel nocturne. Décidément, les chevaliers d'Athéna ne faisaient pas dans la dentelle. Enfin bon, il devait sauver ce chevalier. Un doigt encore ensanglanté lui permit de rayer les lettres éponymes. Il mettrait du temps à s'en remettre mais c'était un chevalier après tout.

      " Cette guerre est terminée pour toi. Je te conseille de te montrer prudent, je ne suis pas sûr que ton âme n'attire pas des rapaces. Ton armure ne résisterait pas face à un juge ou un des gardiens des saisons, tu dois prendre garde désormais car je ne pourrais te protéger."

    Ils arrivèrent alors sur le sentier principal de la prison. C'était chose faîte.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Combat Caeron/Dokho] Plume et Coeur sur une même Balance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Etang des Colériques-