RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Dim 25 Mar - 19:48

  • La grotte humide résonnait des bruits de pas sur le sol pierreux, ici et là on pouvait entendre des murmures. Le long d’un boyau tortueux on devinait les torches disposées à intervalle régulier et crachotant une flamme blême. A divers endroits, des caisses, des couvertures, un bric-à-brac ressemblant à un refuge, laissait penser qu’il y avait beaucoup d’âmes dans le coin. Au détour d’un corridor naturel se dévoilait une immense caverne surplombée de stalactites immenses et menaçantes. Au centre ce trouvait un lac à l’eau glacée qui répercutait les ondes que les gouttes d’eau laissaient après être tombées de la roche tombante, deux hommes en armures ressemblant à des écailles se tenaient là, la mine sombre et surtout totalement perdus. La guerre civile les avaient déportés ici mais sans hiérarchie bien définit, ils ne savaient pas quoi faire, ici et là, d’autres marinas étaient dans le même désarroi, il y avait aussi de sublimes créatures, des nymphes qui chantonnaient de façon mélodieuse afin de redonner confiance aux hommes.

    Ridant alors la surface de l’eau, Duncan apparut sous les cris de surprise des deux hommes, son écaille chaotique et mortelle ruisselait d’eau et il semblait évoquer une créature horrible venant du fond d’un marais, prêt à tuer ceux qui s’approchaient trop près de son repère. A peine sortit de l’eau, il regarda autour de lui le campement de fortune et il ne dit pas un mot, passant entre les deux marinas sans même leur accorder un regard. Il faut dire que beaucoup de choses trottaient dans la tête du nouveau Général, à peine son écaille porté, Hermione avait pris les devant et après lui avoir brièvement parlé de ce qui ce passait au Sanctuaire, l’avait laissé seul afin de chercher des réponses et ça, il était bien décidé à en trouver. Les échos des embruns l’avait conduit ici, à l’île des Cyclopes et il fallait avouer qu’il y avait de quoi être dubitatif. On voyait bien l’envie de s’organiser mais l’anarchie était palpable, le borgne soupira en voyant cela et se tourna vers les deux marinas qui s’inclinèrent devant lui, sans un mot.

    « Je vois qu’il règne ici un flottement... »

    La voix n’était pas menaçante, loin de là, il y avait même sur le visage de Duncan un léger sourire sauf que les deux hommes tremblaient comme des feuilles, le cosmos des Lyumnades était devenu oppressant et il y suintait la menace d’une mort douloureuse. L’ancien pirate s’approcha d’eux, chacun de ses pas les faisant ployer lentement et lorsqu’il arriva tout à côté, il se baissa, regardant les deux hommes à genoux.

    « Je suis pressé alors il va falloir me dire très exactement ce qui c’est passé, pourquoi vous n’êtes pas mort au Sanctuaire en défendant votre honneur de misérables… Bref, je veux toutes les informations et rapidement. »

    Duncan relâcha la pression de son cosmos, inutile de continuer ce petit jeu. Il sentait qu’il y avait urgence dans cette guerre civile comme l’avait dit Hermione sur le chemin, il fallait reprendre la main mais Duncan était totalement aveugle sur le sujet et il fallait absolument qu’il comprenne ce qui ce passait, tant pis pour la menace. Il n’allait surement pas attirer la sympathie des hommes ici mais il s’en fichait, pour lui, il n’y avait que son équipage qui avait été digne de lui, ils avaient été sa famille et ils étaient tous morts alors à quoi bon s’attacher à d’autres hommes qui vont surement mourir ?
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Sam 31 Mar - 16:16

    _____________ ¤¤°° Retrouvailles °°¤¤ _____________


    Marchant dans la pénombre, une voix résonnait entre les entrelacs de cristal de la grotte. La créature sursauta en entendant cette voix et se rapprocha de l'inconnu d'un air furibond. Nul ne pouvait pénétrer ces lieux sans son accord et il avait été réveillé de son sommeil éternel par la volonté de sa Déesse. En effet, il avait été l'un des rares à rester fidèle à Amphitrite lors de la dernière gigantomachie. D'un geste lascif, il bougea ses pieds boudinés et poilus pour entrer dans l'un des boyaux de la grotte, il gardait les grandes portes de bronze et d'argent du sanctuaire sacré d'Amphitrite sur cette île et bien des exilés y étaient soignés par le belle nymphe. Cependant, le désordre était monnaie courante depuis quelques jours. Il sortit alors pour admonester le nouveau qui parlait comme un chef...

      " Et toi là par la Déesse ! Baisses d'un ton ! Tu vois pas qu'il n'y à ici que des pauvres blessés par les combats contre les félons. Mais attends, je connais cette Arme que tu portes sur tes épaules... "

    Toisant de deux coudées le Général, le Cyclope observait de son oeil averti l'Ecaille que portait le jeune Général. Un grand sourire carnassier se laissa alors paraître dans un sentiment de soulagement, il avait entendu la prière de la prêtresse des Nymphes et il devait bien avouer qu'il n'y avait pas cru au vu de la situation. Pénible remise en cause pour lui, il releva la tête et fit signe au Général de le suivre. Reprenant une immense hâche osseuse, il la posa nonchalamment sur son épaule et s'avança dans un boyau.

    Un cosmos iodé et apaisant émanait des grandes portes avec le symbole de Trident. D'un geste, un souffle d'air fendit l'air quand le Cyclope Amen-Rê frappa le sol devant le général en se retournant subitement. Il n'avait pas confiance et se demandait si cet homme n'était pas un traître de plus, un cosmos azuréen nimbait peu à peu le corps du Cyclope et il n'était pas dit que ce "général" n'aille plus loin sans faire ses preuves.

      " Ecoutes moi Général ou je ne sais qui. Si tu es bien ce que je crois, tu pourras arrêter ma lame avec tes mains avec facilité, car vois-tu ! Ma hâche a des pouvoirs contre les félons et tu seras avaler par les ombres d'ou tu viens si tu ne me montres pas ce que tu es ! Alors en garde ! "

    D'un geste, il releva sa hâche pour la balancer au-dessus de sa tête. Il allait éprouver la valeur de ce jeune homme pour préserver sa Déesse des autres qui lui voulaient tant de mal. Une perle forgée dans sa lame créa alors un tourbillon de flammes magmatiques, comme si cela sortait du ventre des abysses marins. Il laissa alors le vent et les flammes se préparer à mettre au pas l'homme qui se prétendait général. Et s'il l'était, ben normalement, il devrait éviter cette chiquenaude sans soucis...

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Dim 8 Avr - 9:21

  • Il fallait avouer que la voix du cyclope portait, dès la première syllabe, Duncan c’était retourné vers lui, l’écoutant attentivement. Enfin l’écouter… C’était vite dit, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait une créature pareille et il était impressionné par la corpulence de ce dernier. Lorsque le cyclope lui fit signe de la suivre, le Général lui emboita le pas, regardant par la même occasion les blessés et autres nymphes qui tentaient tant bien que mal de les soigner. Cette Guerre Civile semblait très violente, ce n’était pas juste une querelle entre factions et l’homme au bandeau se demanda comment le Sanctuaire Sous-marin avait pût en arriver jusque là. A première vu, il était tombé sur les loyalistes mais il était curieux de savoir ce que désirait les rebelles, pas si simple de le savoir et Duncan doutait que le cyclope qui ouvrait la marche, bardé de son immense hache lui dise quelque chose.

    Mais alors qu’il méditait intérieurement sur tout ça, son guide se retourna brusquement avant de fracasser le sol juste devant lui. Le Marina ne fit pas un seul geste pour se défendre ou autre chose, il resta juste planté là, croisant les bras tout en regardant la créature le toiser. C’était bien sa veine, il était tombé sur un cyclope qui faisait de l’excès de zèle. Il en eut confirmation lorsque ce dernier lui proposa tout simplement de bloquer son attaque afin de prouver sa valeur et surtout… Son rang, rien que ça.
    Mais avant que Duncan est pût dire quoi que ce soit, l’attaque arriva et il n’y avait pas à dire, elle était impressionnante. Le Général fut illuminé par un large sourire, il allait pouvoir voir de quoi il était capable. Son cosmos explosa, le nimbant de flammes d’un or verdâtre, le sol autour de lui se fendilla alors que le mur de flammes magmatique fonçait droit sur lui et pourtant, pour lui, cette passe d’arme était bien trop lente, c’était très étonnant en fait, il n’aurait jamais cru que la puissance de son cosmos pouvait lui offrir la capacité à analysé une attaque aussi rapidement.
    Souple comme un roseau, Duncan évita la première vague chaude avant de sauter pour éviter la seconde. Lorsqu’il se réceptionna sur le sol, il embrasa sa cosmo-énergie et d’un geste ample de la main, il créa un vent glacial qui rencontra le vent chaud du Cyclope ce qui provoqua une explosion bruyante qui fit s’écrouler des stalactites avec fracas. Duncan lui regarda son guide avec un bref sourire.

    « C’est tout ce que tu peux faire… Cyclope ? »

    Oui, il était du genre arrogant, surement les vestiges de sa vie de pirate, son cosmos le drapait tel un tragédien grecque alors que lentement il découvrit une nouvelle capacité amusante, il pouvait distinguer les battement de cœur du cyclope et lorsqu’il se concentrait dessus, des flashs de souvenirs surgissaient dans sa tête mais ce n’était pas ses propres souvenirs… Non, c’était ceux de son adversaire, il sentit un grand frisson agréable lui parcourir l’échine, il pouvait lire le cœur de ceux qu’il combattait, il pouvait tout simplement utiliser leurs faiblesses pour les combattre, enfin toujours fallait il que ce dernier laisse ses souvenirs effleurer son esprit.

    « Je n’ai pas envie de continuer plus à même ce petit jeu Cyclope, il y a des choses plus importantes que ça et si j’avais été un félon… Je ne me serais pas embarrassé avec tout ça, j’aurais juste abattu les blessés… Cela aurait été facile tu ne crois pas ? »

    Duncan attendit une réaction du Cyclope, deux solution s’offrait à lui, croire Duncan et le laisser soit le combattre à nouveau sauf que le Marina n’allait surement pas juste esquiver la prochaine attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Mar 10 Avr - 23:19

      " Mouhahaha... ben tu débrouilles bien mon gars. Allez, suis moi, je vais te présenter à la Dame. "

    Dans un grognement amusé, le géant ouvrit les portes avec une simplicité étonnante. C'est à ce moment là qu'une jeune femme se levait d'une source chaude naturelle, une créature de pierre venant du ventre de la Terre semblait la protéger en la recouvrant d'une fine toile de soie blanche. Ses yeux froid percutèrent celui du Général avec un côté sadique, elle se lécha les lèvres au moment où le Cyclope fit entrer l'invité imprévu. D'un geste, elle laissa le géant de pierre derrière lui pour sortir de son bain. Son cosmos était lourd et agressif, comme le roulis de l'eau avant un tsunami. Facette de la Déesse Amphitrite, elle représentait le côté sombre de la mer et le déboire de rencontrer de telles créatures emportant les hommes qui s'amusaient sur les côtes. Après quelques pas, son visage se grima d'une douceur peu naturelle et assez forcée.
    Spoiler:
     
      " Général ! Soyez le bienvenu dans mon domaine et par sa Majesté Amphitrite, vous serez mon second en attendant mieux. A votre place, je baisserai les yeux et me montrerait plus courtois avec mes soldats, ils se font rares car les marinas n'ont pas été très percutants. Ces bêtes restent fidèles au moins et Dame Amphitrite m'en a fait leur gardienne.... Alors que veux-tu jeune puceau ? "

    D'un claquement de dents dans le vide, elle souriait effrontément à son interlocuteur et se demandait bien pourquoi un marinas était venue la gêner dans son bain. Le Cyclope s'approcha alors en tremblant comme une petite fille, le fier guerrier avait bien disparu devant sa maîtresse et il n'en menait pas large. Sans jeter un coup d'oeil au Général, il prit alors la parole...

      " Madame. C'est un Général qui veut qu'on lui fasse rapport de la situation... "

    La jeune femme détourna alors de nouveau le regard vers le Cyclope avant de fixer le Général. Une moue se dessina sur son visage quand elle s'approcha de son bain d'une manière lascive... Quelques secondes passèrent dans le plus grand silence, puis, elle se décida à parler sans trop se prendre la tête. Il en ressortait comme une impression de calme absolu mais son cosmos indiquait tout le contraire par de légers soubresauts qui annonçaient la grande vague.

      " Pfffff... encore un fou qui ne se montre pas vraiment à niveau. Ecoutes moi puceau ! Ici, c'est le bordel, tout le monde est à la ramasse et mes troupes sont ces lourdauds qui maintiennent nos ennemis encore au loin. Un type nommé le Masque a pris les armes contre la famille impériale et veut foutre le bordel pour je ne sais quel histoire de trésor ancien... j'y comprends que dalle et je m'en fous complètement, pas mes histoires et je te conseille de laisser là ton Ecaille et de te barrer ! T'es mignon ! Tu arriveras à t'en sortir... "

    Amusée et peinée, elle laissait le Général répondre et elle voulait laisser passer la vie pour ne plus emprunter les cahots de la vie politique. Elle observa le marinas avant de lui chuchoter quelques mots avec la plus grande simplicité. C'est alors que l'un des soldats pénétra dans les lieux pour lui remettre un étrange courrier. La lisant, son cosmos explosa !

      " Ma soeur ! Morte ! Ohhhhh mais ca va pas se passer comme cela... "


Revenir en haut Aller en bas
Legios


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 64

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Dim 6 Mai - 21:56

Post d’introduction


Dans l’obscurité de la nuit, un cheval avance à grand galop. Sur son dos se trouve une mince silhouette toute de noir vêtue, une large capuche lui couvre la tête et lui masque intégralement le visage. Le cavalier noir n’émet que le seul bruit de sa respiration et reste immobile, presque figé tandis que le paysage défile devant lui, ses pensées sont entièrement focalisé sur une source distante de cosmos, celle qu’il suit maintenant depuis plusieurs jours. Dans son sillage il ne laisse aucunes traces, nulles empreintes, nulles branches cassées, nuls témoins. Discret et invisible, il semble sortir d’un rêve, mais son allure inquiétante tend plutôt à faire penser qu’il viendrait d’un cauchemar. Lorsque le cavalier noir arriva devant la mer, il ne ralentit pas, et son cheval poursuivit son chemin sur les eaux devenues noires de la méditerranée, chacune de ses enjambées ne soulevant pas la moindre goutte d’eau, ni ne troublant la régulière marche des vagues, venant et revenant sans cesse se briser sur le rivage en un bruit familier et apaisant pour les oreilles du général de scylla.

Puis se détacha hors des ténèbres de l’horizon une masse colossale, une déchirure grisâtre dans l’obscurité totale. L’ile du cyclope était enfin en vue et le cavalier s’en réjouit intérieurement. Enfin le cavalier mit pied à terre et son cheval noir rejoignis soudain son manteau dans un soupir, le cavalier n’en avait plus besoin à présent. Maintenant l’ombre avança seule, semblant flotter au-dessus du sol, son manteau empêchant de voir ses jambes, mais derrière elle ne se trouvait aucune trace, comme si jamais elle n’était passée par ici. Arriva alors une déchirure dans la pierre, un gouffre béant qui s’enfonçait profondément dans la falaise, la grotte du cyclope…

¤¤¤

« C’est ici… »

Arrivant devant cette grotte, la sensation devint plus intense qu’elle ne l’avait jamais été. Ma traque touchait semble-t-il à sa fin.

Cela faisait bien plusieurs semaines que j’avais tenté en vain de rejoindre le sanctuaire sous-marin, mais à chaque fois je me retrouvais confronté à un genre de barrière cosmique qui ne me disait vraiment rien de bon. Apparemment il y avait eu du changement durant ma précédente mission et pas du bon changement d’ailleurs. Mais le pire étant le fait qu’à présent sa divine majesté Amphitrite restait sourde à mes appels. Je ne pouvais pas la rejoindre et je ne pouvais pas entré en contact avec elle. J’étais perdu, dans un monde qui ne voulait pas de moi, et toujours frappé de ma malédiction. J’avais érrer sans trop savoir que faire ni où aller, puis je ressentis au plus profond de moi en provenance de mon écaille un appel, une voix qui voulait que je vienne à elle… En chemin, j’avais fait la découverte d’un etre que je soupçonnais fortement etre un marina … Et bien que son cosmos était encore jeune, sa puissance ne faisait aucun doute. Mais ça ne changeait rien en ce qui me concernait, personne ne devait me voir, personne appartenant au sanctuaire sous-marin en tout cas… Ce fut donc avec ma prudence habituelle que je resta dissimulé à ses sens et le suivie à son insu. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je remarqua que lui aussi semblait se diriger vers la source de ce mystérieux appel, vers cette ile, vers cette grotte… A présent qu’il y était entré, je devais le suivre, peut etre en apprendrais-je d’avantage sur le mal qui frappait le sanctuaire sous-marin…

Des gardes portant des armures rudimentaire semblable à des écailles de poissons montaient la garde devant l’entrée de la grotte, ce fut donc avec ma discrétion naturelle que je glissa dans les ombres, me fondant parmi elles, comme dans mon éléments, à me demander si je ne les préféraient pas à l’eau… Ce fut encore plus simple une fois à l’intérieur de la grotte, l’obscurité qui y régnait me rendait invisible aux yeux des mortels, mais en ce qui concernait mon cosmos… Les quelques torches qui balisaient le chemin n’apportèrent qu’une brève interruption à ma descente, usant de mes dons, elles furent toutes soufflées dans un bref coup de vent. Descendant le long d’un boyau naturel et tortueux, je pouvais entendre et sentir nombre de personne en cette grotte, leurs voix et leurs pas me parvenaient grâce aux échos transmis par les pierres sombres. Dans le boyau avait été aménagé de petits refuges précaires renforçant mes inquiétudes. Si mes craintes s’avéraient fondées…

Poursuivant encore et toujours mon chemin, suivant à la trace ce mystérieux marina, je sentais monter des profondeurs de la grotte une clameur qui semblait etre celle d’un combat, le cosmos de mon éclaireur s’embrasa et vue sa densité, je sus qu’il devait s’agir là d’un général de Poséidon, un de mes semblables…

« Semblable ? Tu perds la tête ma parole ! Personne n’est comme toi pauvre monstre.

Si seulement tes « semblables » savaient à ton sujet, que crois-tu qu’ils feraient ?

Qu’ils te laisseraient en paix ? Qu’ils feraient comme si de rien était ?

Non, bien sûr que non, nul etre dans cet univers ne peut te comprendre, nul etre hormis nous bien sur…

Je ne suis pas comme vous, vous n’êtes que des monstres tuant pour le plaisir ou pour …

Ne parle pas comme eux ça n’est pas toi ! Même si tu en rêve…
Tu l’as vu toi-même de tes beaux yeux rouges, ce que le chaos fait des hommes et de leur morale.

Au moindre petit problème, ces etre civilisés s’entredévorent sans la moindre pitié.

Alors tu vois, nous ne sommes pas des monstres, nous avons juste pris les devants.

ASSEZ ! Vous allez nous faire repérer à toujours me déconcentrer dans les pires moments.

Et alors ? J’ai envie d’un combat, j’ai envie de sang…

Il y a de grande chance que le sanctuaire sous-marin soit en ce moment la proie de quelque mauvaises ruses, nous aurons bien assez tôt notre lot de combat.

Pfff… rabat-joie… »

J’avais croisé en chemin quelques gardes à la mine fatigué et déconfite, j’aurais bien aimé les réconforter, mais hélas je ne pouvais même pas leur apparaitre, pas encore… Je n’étais pas encore prêt…

Au bout de longues minutes d’infiltration difficile, j’arriva à une large caverne que surplombait des stalactites acérés desquels tombait une pluie tenue de goutte d’eau dans un lac aux eaux abyssales. De nombreux gardes se trouvaient ici, et avec eux des nymphes chantants des mélodies joyeuses et apaisantes. Je ne me sentais décidément pas à ma place ici, tout ce monde…

« C’est tentant n’est-ce pas ? Avoue que tu en meurs d’envie…

Vas-t-en d’ici démon ! Hors de mon esprit sur le champ !

Tu n’as pas la force de nous stopper

Pas la force…

C’est vrai, mais je peux vous résister, tant que j’aurais ma volonté, vous me trouverez devant vous pour me dresser contre votre folie meurtrière.

Tu penses vraiment pouvoir nous combattre à toi seul ?

Pauvre fou, tu vas bien vite céder…

Nous verrons bien. »

Pendant que je me perdais en discussion interne, j’avais pris le temps d’analyser la salle, et au fond de celle-ci se trouvait deux énormes portes fermées, je n’aurai sans doute pas la force de les bouger sans user de pouvoirs disons, plus voyants… Je ne pouvais donc plus avancer dans cette direction, j’avais suivis ce cosmos particulier dans le dédale de ce labyrinthe, et à présent je n’en trouvais plus la source… Comme s’il avait disparu… Derrière ces portes ?

Que faire à présent ? Je ne pouvais pas avancer sans me faire repérer, je devais donc choisir entre apparaitre aux yeux de toutes les personnes présentes en cette salle et avoir sans doute à répondre de ma présence suspecte en ces lieux, ou rebrousser chemin sur le champ… La deuxième solution me parut la plus sage. Mais maintenant que je me trouvais là, je sentais émaner de cet endroit quelque chose de diffus, de presque imperceptible, comme l’écho lointain d’une présence, non, d’une sensation familière… Je devais aller derrière ces portes. C’était de là que provenait l’appel, j’en étais sûr. Mais je ne pouvais pas etre repéré par ces gens, surtout pas par des gardes armés qui s’empresseraient de demander mon nom, et en voyant mon air inquiétant risquaient d’engager un combat avec moi… Le général de Scylla devait rester encore un mythe, pour l’instant du moins…

J’entrepris alors la libération dans l’air de la caverne d’un puissant gaz soporifique dérivé des poisons que j’avais étudié à la suite de mes rencontres musclées avec des monstres sous-marins. Puis, sous l’action de mon cosmos les ombres s’allongèrent et devinrent de plus en plus sombres, jusqu’à atteindre une taille immense et soudain, toutes les torches, tous les braséros furent soufflés en un instant tandis que des cris et des voix apeurées s’élevaient dans la noirceur de la pièce, et alors tout se passa très vite. Dans les ombres, ma puissance était à son apogée, dans les ténèbres j’étais celui qu’il fallait craindre par-dessus tout…

Les uns après les autres, les gardes et nymphes tombèrent dans un profond sommeil, certain durent etre un peu aidé car récalcitrant aux bras de Morphée, mais sans bavures s’accomplie ma besogne. La salle fut bientôt plongée dans la noirceur et le silence du sommeil paisible, silence troublé par des ronflements bruyant en provenance de certain garde et à ma grande surprise également de certaines nymphes… La fin d’un mythe…

J’avais à présent le champ libre pour ouvrir les portes, quitte à devoir les détruire, m’avançant vers elles, la sensation se fit de plus en plus forte. Je touchais au but. Et dans mon excitation je ne remarqua pas que j’avais cessé de me dissimuler derrière mes ténèbres, redevenant une silhouette noire que couvrait un large manteau…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Mer 9 Mai - 21:25

    Why, then, O brawling love ! O loving hate ! O any thing, of nothing first create ! Heavy lightness ! Serious vanity ! Mis-shapen chaos of well-seeming forms ! Ay me sad hours seem long.

    Une explosion ouvrit les portes dans un fracas assourdissant. Un homme traversait les portes dans ce fracas de sang et de métal, personne ne pouvait savoir ce qu'il venait de se passer mais un oeil rougeoyant brillait dans l'entremise des portes. Une Ecaille dorée se libérait en même temps de l'homme volant pour se poser délicatement sur le côté, sa forme de salamandre permettait de comprendre le rang de celui qui venait d'être chassé de l'antre de la Nymphe. Un Cyclope, morigénant entre ses lèvres et ses crocs, s'approcha de l'homme au bandeau pour le frapper à la nuque d'un coup abrupt. Il l'avait fait avec le plat de sa hâche pour l'assommer avant de le porter sur son épaule dans un feulement carnassier.

    C'est alors qu'il se rendit compte du nouveau venu et son oeil ne fit qu'un tour. Levant sa hache en l'air, il créa des étincelles qui prirent la forme d'un immense tourbillon de flammes brunâtres. Le Cyclope semblait considérer le nouveau venu comme un ennemi et il fonça sur lui pour tenter de le frapper de nouveau quand il s'arrêta soudainement en entendant des bruits sourds derrière lui. Un Géant de pierre était en train de fracasser ce qu'il restait des portes, une jeune femme blonde le suivait et elle portait un étrange bâton de runes à sa droite.

    Spoiler:
     
      " Bon, celui là nous emmerdera plus par Amphitrite. Tiens un autre imbécile qui tombe mal, pas envie de me faire chier avec les puceaux du Masque ! Toi là le capuchon mal fixé, viens là voir que je te matraque la tête fissa ! "

    Bondissant entre les piliers de roches et de calcaires, elle frappa l'ombre de son bâton en déclenchant une tempête de foudre. Celui-ci fût balayé dans les airs. A ce moment là, un esprit élémentaire de la foudre le prenait entre ses bras pour le frapper à son tour. Le Golem de pierre s'était arrêté à côté de la nymphe en colère. Posant son bâton à terre, la nymphe observa le nouveau venu qui s'écrasait sur le sol. Elle ne fit rien pour se calmer et fit signe aux gardes et aux rescapés de quitter les lieux immédiatement. Un sourire malsain déformant son visage, elle s'approcha du nouveau venu pour le prendre par le col en le fixant directement dans ds yeux invisibles pour elle.

      " Puceau ! je te donne dix secondes pour te présenter, je te préviens je suis pas d'humeur et Dame Amphitrite non plus. Morbleu, Si tu parles pas, je t'arrache les couilles pour te les cicatriser sur le front... "

    La messe était dite, soit il parlait, soit elle allait passer à un autre niveau. Cette colère froide et glaciale n'était pas sans rappeler un trait de caractère de la Déesse sans le côté majestueux de sa position. Cette Nymphe était la colère contenue de la Déesse face aux évènements, sans le flegme royal habituel. Si Amphitrite était connue pour ne pas manquer de cruauté, elle y mettait les formes mais cette nymphe s'en foutait totalement. On était loyal et servile, ou alors c'était la mort immédiate avec un petit zest de punition.


Revenir en haut Aller en bas
Legios


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 64

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Jeu 10 Mai - 12:12

Spoiler:
 

Alors que je m’approchais des larges portes fermées, j’entendis monter vers moi une clameur valant bien tous les cris des Enfers. Mais lorsque je vis un humain, un homme ouvrir ou plutôt traverser ces portes massives avec son corps, comme projeté au travers par une force titanesque, je compris deux choses, la première étant que cet homme était encore il y a peu celui qui m’avait précédé en ces lieux, la seconde étant que celui ou celle qui était responsable de ce coup de force devait etre fort, très fort même.

Grande fut ma surprise lorsque je vis l’écaille des Lyumnades se détacher de son porteur comme pour le rejeter et finalement reprendre sa forme totémique un peu plus loin. Que s’était-il donc passé en ces lieux ?

Je n’eus pas le temps de trop y réfléchir, car émergea soudain de l’encadrement des portes maintenant presque détruite un colosse à l’œil unique armé d’une immense hache d’os. Abatant le plat de celle-ci sur la nuque de l’homme que j’avais cru déjà inconscient, il acheva de me convaincre de l’animosité de ce lieu, ou tout du moins de la sienne…

Toute la salle allait etre réveillée par ce vacarme, et je ne devais pas etre vue par les gardes ni par les nymphes, surtout pas reconnu comme étant le générale de scylla, je devais donc mettre rapidement un terme aux actes hostiles de cette créature tant que j’avais encore l’avantage des ténèbres avec moi.

Malheureusement, lorsque le cyclope me remarqua m’avançant encore vers lui, il leva haut sa hache pour en faire jaillir un torrent de flamme brune achevant d’illuminer la caverne de son éclat.

Maudit soit-il, à présent je vais devoir tous les tuer…

Oh oui, j’adore cette idée, allons-y nous avons perdu assez de temps en infiltration inutile

Le sort en été jeté, il avait scellé son destin, quiquonc repère ma présence doit mourir, car tel était mon fardeau, ma malédiction, personne ne devait savoir pour mon existence, personne et surtout pas mes compagnons du sanctuaire sous-marin, si je ne pouvais pas me cacher de leur visions, si je devais me révéler à leur yeux comme étant le gardien silencieux du pilier du pacifique sud, alors je serais la dernière chose qu’ils contempleraient dans cette vie…

Le géant ce jeta sur moi avec la ferme intention de me faire gouter à son arme enchantée, mais j’avais quant à moi l’intention de lui faire vite comprendre à qui il avait affaire, et en cela, la plupart de mes amis étaient d’accord avec moi, leurs volontés venant s’ajouter à la mienne, leur puissances venant renforcer la mienne, ensemble nous étions encore plus puissant…

Puis un bruit sourd en provenance des portes se fit entendre et le géant se stoppa net. Je vis alors un autre géant, de pierre celui-là, achever de montrer son profond dégout de la décoration de la caverne en enfonçant ses poings dans ce qui restait de la porte que j’avais voulue ouvrir de mes mains peu de temps auparavant, décidément, je n’aurais plus à me donner cette peine…

Mais plus intéressante était la femme blonde qui suivit cette chose à la lumière des flammes. Il émanait d’elle cette impression diffuse mais familière qui m’avait attiré ici, s’était pour elle que j’étais là… Hélas elle ne semblait pas vraiment d’humeur à me recevoir, car à peine me vit-elle qu’elle se jeta elle aussi sur moi et en me frappant de cet étrange bâton couvert de runes qu’elle tenait à la main, déclencha sur moi une véritable tempête de foudre et d’éclair. Les mots qu’elle avait prononcés avant de s’en prendre à moi me plongèrent dans un grand trouble, qu’avait donc fait cet homme pour tant l’énerver ? Et qui était cet etre qu’elle avait appelée masque dont -elle me prenait pour un sbire ?

Tu crois vraiment que c’est le moment pour ce genre de détail ?

Tu ne te rends pas compte qu’elle veut te voir mort à ces pieds ?

Tu vas te laisser faire sans réagir ?

Alors ça surement pas, je suis venu ici en quête de réponse à mes questions, cette femme est la raison de ma venue ici, et même si elle ne veut pas de moi dans sa grotte, pas question de faire demi-tour, si elle souhaite le combat alors elle l’aura.

A la bonne heure, enfin tu te conduis en homme ! Fait lui voir notre force à cette grossière catin…


J’avais été entrainé dans les airs par une sorte d’élémental qui n’avait pas plus de bons sentiments à mon égard que n’en avait eu son invocatrice. Encore sous le choc de la foudre qui paralysait mon corps, je retomba lourdement sur le sol dans un bruit mat. Puis je sentis une main me prendre par le col de mon manteau avant de me demander avec une certaine fougue peu féminine mon nom sinon et bien ma virilité aurait à en pâtir… C’était la femme au bâton… Enfin, elle n’avait plus son bâton en main à présent, et son compagnon de pierre l’avait maintenant rejoins. Elle était visiblement en colère, très en colère, et ne faisait rien pour se calmer, affichant même un sourire malsain et sadique sur son visage pourtant si agréable à regarder. Il y avait des éléments intrigants dans ses propos, comment pouvait-elle savoir que j’étais un homme alors que j’étais entièrement voilé par mon manteau ? Ou bien encore que voulait-elle dire par le fait que sa divine majesté amphitrite n’était pas d’humeur ? Bien sûr elle m’avait pris pour un ennemi, cela ne faisait aucun doute, mais que venait faire le nom de sa divine majesté dans cette conversation musclée ?

Allez secoue-toi un peu avorton !

Bien que tes attributs surnuméraires ne nous importent que fort peu, le fait que cette guenon te malmène de la sorte nous est insupportable, c’est aussi nous qu’elle maltraite et ça, c’est impardonnable !

Mais elle nous prend pour un ennemi, peut etre pouvons-nous la raisonner, elle est la source de ce sentiment qui m’a mené ici, je ne peux pas la tuer, je …

Mais c’est une blague ou quoi !? Puisque tu es trop lâche pour entamer le combat alors laisse nous faire et reste tranquille, bon à rien !

Nous allons lui faire comprendre ses erreurs avec sa chair et son sang comme papier et encre…


Puis mon corps passa hors de mon contrôle encore une fois, j’étais encore conscient, mais je ne pouvais rien faire, mes amis m’avaient relégué au rang de spectateur d’une scène où mon enveloppe physique jouait un rôle sans que j’y étais pour quoi que ce soit…

« T’as fait trois erreurs, la première c’est de nous avoir attaqué sans prendre le temps de chercher à nous doser.

La seconde, c’est d’avoir frappé comme une fillette, tes éclairs, ta foudre, ton animal de compagnie… c’est vraiment insultant.

Mais la plus grande de toutes tes erreurs fut de congédier tes laquais insipides, maintenant nous n’avons plus à nous retenir…
»

Soudain mon corps fut comme parcourut d’un froid glacial, mes amis semblaient tous autant en colère que la femme blonde. Le froid commença à congeler l’eau aux alentours de mon corps, et de ma bouche sortit un long cri strident. Puis les ombres de la salle commencèrent à prendre mouvement tandis que l’ombre enveloppant mon corps grandissait à vue d’œil. Je connaissais bien cette technique, mon corps physique devenait pure ombre et pouvait ainsi devenir ce que je souhaitais, ou en l’occurrence ce que mes amis souhaitaient.

Coulant alors hors de la poigne de la femme blonde, comme de l’eau coulerait entre les doigts, mon corps devint alors une gigantesque silhouette sombre, un pilier d’ombre à la profondeur infinie engloutissant derrière lui toute lumière tandis que devant lui perdurait la faible lumière des flammes de la hache d’os du cyclope. Mon corps avait commencé à remplir de ses ténèbres l’ensemble de la caverne, s’étendant comme la nuit tombant sur le jour. Des hurlements et des grognements bestiaux s’élevaient de toutes les directions, transformant cet endroit en un véritable cauchemar tandis que les ombres s’élevaient pour se dresser telle des lames menaçantes.

« Mais contrairement à toi, nous ne sommes pas idiots, et vus que nous ne savons pas qui tu es, ni ce que tu veux, nous allons prendre le temps d’apprendre à te connaitre, garce.

Bien que tu sembles etre la source de ce qui nous attira en ces lieux comme un aimant et que se trouve pour nous dans tes propos de nombreuses questions, nous ne nous retiendront pas.

Tu as malmené un général de sa divine majesté Poséidon et pour cela tu seras châtier par nos soins.

A présent, vu qu’il ne reste plus devant nous que de futurs cadavres, retiens bien notre nom, pour que tu puisses dire aux juges infernaux qui t’envoie.

Nous sommes le général de scylla, nous somme le gardien du pilier du pacifique sud, nous sommes Legios de Scylla, et nous sommes nombreux.

Et si tu souhaites nous combattre alors viens, et cette fois frappe fort.
»
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Ven 18 Mai - 22:46

    La Nymphe relevait son bâton en se demandant si elle était soumise à recevoir tous les dingues au service de Poséidon. Elle avait eût un benêt et maintenant elle avait... qui ? Bonne question au demeurant devant les différentes personnalités qui se présentaient devant elle, elle fit signe à son golem de se retirer et elle s'assit sur un morceau de pierre d'une manière désabusée. Elle scrutait le mystère qui s'était présenté ici même, il portait bien une écaille de Poséidon à son ressenti. Mais que faire ? Elle en avait rien à faire de ce genre de salamalecs qui la fatiguaient mais son devoir était de fournir aux jeunes hommes le chemin vers certaines vérités dont elle avait le secret.

    Après quelques instants de silence, elle se relevait de son assise pour se diriger vers le coeur de son sanctuaire troglodytique. Simple dans sa façon d'agir, elle leva la main nonchalamment pour montrer la voie à son Général à plusieurs voix. Ils entrèrent dans une vaste grotte où une brume s'échappait d'une source chaude formant une étrange coupe dans le sol. Une aura cosmique assez étrange se mêlait aux effluves marines et il ne fallut pas longtemps pour que celle-ci disparut rapidement du regard de Legios. Il était seul dans cette atmosphère étrange et les magies les plus ancestrales du monde marin. Il ne fallut pas longtemps pour que des images rémanentes d'anciennes créatures marines se fassent jour, Scylla, les Néréides, les Hippocampes des anciens temps, des guerriers d'or des anciennes batailles atlantes qui combattaient des hommes à la peau sombre avec des yeux ambrés.... Toutes ces scènes étaient celles du passé du peuple des Atlantes.

      " Legios de Scylla ! Entends la voix de ta souveraine. Nous vous avons appelé ici bas pour construire un nouvel idéal. Il est temps pour toi de t'éveiller à notre appel, suis le son du trésor de la conque qui protégeait autrefois les portes du Sanctuaire Marin. L'ancien trésor eu Peuple de Mu, scellé dans l'antique Triangle des Bermudes, a été réveillé... "

    Dans un reflet étrange dans la brume, un oeul bleutée à la pupile ambrée semblait s'ouvrir pour observer d'étranges palais sur des îles lointaines. Des ponts de basalte les liaient les uns et les autres dans une décor marin si étranger aux ruines de l'ancienne Atlantis. Comment se nommait cette cité ? Qui pouvait savoir.... Puis, soudainement, une autre image apparut dans l'obscurité des le brume, cette foi-ci un serpent se leva lentement pour se retourner vers le Général en tenant entre ses crocs effilés une étrange broche d'orichalque, derrière lui, le puissant Poséidon regardait le serpent d'un air attendri.

      " Simple jeune homme, puissant seigneur du pilier du Pacifique Sud, prends ton envol avec tes créatures pour vaincre nos ennemis. Ton prêtre t'attends en la demeure de Circé. Chacun des messages des temps anciens se trouvent ici et si un jour il te vient à l'idée de chercher le passé, viens ici et la Mémoire des Atlantes te répondra à sa manière... "


Revenir en haut Aller en bas
Legios


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 64

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Sam 19 Mai - 23:38

Ce qui suivit me laissa avec une étrange sensation de malaise.

Malgré le fait que mes amis s’étaient emparés de mon corps sans que je parvienne à contrôler leurs fureurs, ils s’étaient tous calmé lorsque la nymphe nous invita à la suivre d’un geste nonchalant. Tous semblaient maintenant comme hypnotisés par cette nymphe qui quelques secondes auparavant nous avait attaquée sans le moindre remord. A présent ils étaient calmes, dociles, presque assoupis. Je n’eus aucun mal à reprendre le contrôle de mon propre corps et à redevenir une petite silhouette encapuchonnée. Nous arrivâmes la nymphe et moi dans une vaste grotte au centre de laquelle se trouvait une source chaude dont émanait des volutes de vapeur. L’atmosphère avait quelque chose de magique, quelque chose d’irréel. Lorsque je remarqua le fait que j’étais à présent seul dans la brume, des visions mystérieuses m’apparurent soudain, Scylla, les Néréides, les Hippocampes des anciens temps, des guerriers d'or des anciennes batailles atlantes qui combattaient des hommes à la peau sombre avec des yeux ambrés.... Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? Etait-ce des souvenirs ou des réminiscences ?

Puis la voix de sa divine majesté Amphitrite me parvient distinctement, j’avais enfin un contact avec elle depuis notre dernière rencontre. Ses mots, bien qu’aussi mystérieux qu’à l’habitude, me procurèrent un véritable réconfort.

« Ma déesse, j’ai parcouru tant de chemin afin de vous revoir. Où êtes-vous ? Je ne vous vois pas dans cette brume… »

J’avançais dans le brouillard à tâtons, comme un aveugle, mais je ne parvenais pas à rencontrer quoique ce soit. J’errais sans fin dans la brume, comme une âme en peine. Et tandis que j’avançais, les visions se poursuivaient, d’anciennes bâtisses reliées entre elle par des ponts de pierre, toute une cité à l’architecture incroyable, et puis finalement un serpent se dressa face à moi, tenant dans sa gueule une petite broche. Derrière lui se tenait dans toute sa gloire divine l’empereur des océans, le divin Poséidon. Son regard affectueux posé sur le serpent me confia un message parfaitement clair, ce serpent avait les faveurs de notre empereur.

Et tandis que je me perdais en suppositions diverses, une autre voix s’éleva, celle de la nymphe. Je devais selon elle aller rejoindre le prêtre de Poséidon dans la demeure de Circé. Rejoindre mes frères… Si seulement c’était aussi simple…. Mais les derniers mots retentirent en moi avec un son beaucoup plus fascinant, le savoir du passé, la mémoire des Atlantes… Mais qu’avais-je à demander sur mon propre passé, lui que je ne voulais que fuir… M’y replonger maintenant m’était impossible, j’avais trop peur de ce que je pouvais y découvrir… Mais j’avais désormais une possibilité, une opportunité d'y retourner lorsque je serais prêt. Mais pas maintenant.

Rejoindre les miens… Je n’étais pas encore prêt, je ne le pouvais pas encore, mais je n’avais pas vraiment le choix, rester ici ne m’apporterais pas les réponses à mes questions, pas à celles que je me posais maintenant. Peut-être que même le prêtre de Poséidon ne pourrait pas y répondre lui-même, mais ça valait le coup d’essayer. Mais si jamais mes amis prenaient encore le contrôle… Non, un prêtre de Poséidon saura les contenir, si lui ne pouvait pas, aucun mortel ne le pourrait.

Puisse Poséidon permettre que notre rencontre se déroule sans encombres.

Une quinte de toux me pris soudain alors que les visions cessèrent. Je me retrouvais seul à nouveau. La nymphe avait disparu semble-t-il pour de bon. Il ne restait plus que son aura encore présente dans l’atmosphère. J’avais à présent un but et une mission. Je devais quitter les lieux au plus vite. Me renveloppant dans les ombres occultantes, je traversa la grotte à grande vitesse, tel un courant d’air. Je ne vis plus aucune trace du cyclope ni du golem de pierre, mais je pouvais toujours ressentir leur présence, comme une promesse faite aux futurs visiteurs.

Regagnant l’entrée de la grotte avec célérité je croisais à nouveau les gardes et les nymphes qui avaient fuit la grande grotte un peu auparavant. Sur leur visage se lisait l’incompréhension et le doute, visiblement ils n’avaient rien compris à ce qui venait de se passer, et c’était mieux ainsi. Je n’étais pas encore prêt à me révéler au grand jour. Le seul fait d’imaginer rencontrer le grand prêtre de Poséidon me faisait froid dans le dos, mais pour le moment mes amis étaient étrangement calme, comme assoupis. Je devais saisir cette aubaine inespérée, de telles occasions étaient beaucoup trop rares pour ne pas en profiter.

Toujours masqué parmi les ombres, j’atteignis la sortie et je vis avec effroi que l’aube pointait à l’horizon. Je devais partir au plus vite, dans la lumière mon pouvoir était très affaibli, et je ne devais pas etre vu.

Regagnant la plage par laquelle j’étais arrivé, j’attendais d’etre sur que personne ne m’avait suivi avant de faire réapparaitre mon cheval d’ombre et nous filâmes tous deux vers le soleil levant, en direction de celui qui allait etre le premier humain à connaitre mon existence.

Arrow Île de Circé - Sud de Chypre
Revenir en haut Aller en bas
Legios


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 64

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   Ven 29 Juin - 0:45

Arrow Ile de Circé, sud de Chypre

Et alors que je filais en direction de l’ile du cyclope, un appel extraordinaire me parvint, comme venant des cieux eux même, une voix puissante, courroucée, et intemporelle.

« Déesse des Flots et des magies anciennes ! Je t'ordonne de me donner mort ou vif le renégat du nom de Kyro du Requin, si cela n'est pas fait dans les quarante-huit heures du Comput humain, crains ma colère ! Vous, Amphitrite, vous, Guerriers Marinas, entendez ma Sentence divine, Kyro du Requin est considéré comme une proie pour vous. Toute personne nous ramenant sa tête sera justement récompensée par le Dieu des Dieux ! La Chasse est ouverte ! Quand à toi, Requin, vil assassin, entends aussi ma sentence et crains la colère de ton propre peuple. Si dans plus de trois couchers de soleil, aucune disposition ne serait prise, nous retirerons à notre Frère son commandement sur les Flots et déclarerons son Domaine comme étant siège de l'hérésie envers notre personne ! »

Le dieu des dieux ? Zeus, le père de l’olympe ? Ainsi il nous faisait l’affront de nous imposer cet horrible chantage, l’illégalité de l’empire des flots, ou la mort d’un des nôtres de nos propres mains…

« Est-ce ainsi que vous nous estimez Zeus, comme des lâches, des mercenaires et des bouchers ? Puissiez-vous regretter pour l’éternité cette sentence cruelle ! Sachez que jamais je ne m’abaisserais à tuer de mes mains un frère d’arme, auquel cas je ne vaudrais pas mieux qu’un de ces porcs de la surface qui s’entretuent continuellement ! Soyez maudit ! Soyez maudit vous et toute la cohorte de flagorneur qui approuvera vos actes et vos choix despotiques ! »

Qu’est-ce que je faisais là ? Hurlant à la face du ciel comme un imbécile. La colère, encore et toujours la colère, la colère et les voix, les voix qui hurlaient, qui me torturaient, ne me laissant aucun moment de répit. Chaque instant, chaque secondes n’étaient qu’un combat de volonté entre eux et moi. Je savais marcher sur un fil, il ne faudrait que peu de chose pour que je tombe dans les ténèbres de nouveau.

Non, pas question, plus jamais ça, plus jamais !

J’accélérais encore, encore et encore, mes ailes battant à l’unisson aussi vite qu’il m’était possible de le faire… Le temps m’était compté, je le savais ça aussi…

Repensant encore une fois à ceux que je venais de quitter, mes pensées allèrent à Astre désormais commandant en chef des armées du sanctuaire sous-marin. Tant de noms, tant de nouveaux visages, tant de nouvelles personnes… Je ne les oublierais pas, non, jamais leur visage ne s’effacerait de ma mémoire, peu importe combien de temps durera mon périple, un mois, un an, dix ans, peu importe… Je ne les oublierais pas.

Mais déjà j’arrivais en vue de l’ile des cyclopes. Qui aurait pu penser que j’y serais aussi vite de retour, tout au plus un jour ou deux après mon départ. La dernière fois, l’idée d’avoir des réponses aux nombreuses questions que je me posais sur mon passé m’avait paru sans intérêt, je n’avais tout simplement pas compris le poids de l’héritage, son influence sur le présent et sa détermination sur le futur. Mais maintenant j’avais compris, j’avais vu le passé d’un homme le poursuivre par-delà les mers et le temps, il ne pouvait le fuir, il ne pouvait s’en débarrasser, il devait le comprendre, le connaitre et l’accepter, tout comme moi…

Cette fois, je ne devais plus me cacher, cette fois ce fut à l’ouverture même de la caverne que me vint me poser, interpellant les gardes en présence de mon arrivé et du but de ma visite en ces lieux.

« Halte là étranger, on ne passe pas ! La nymphe ne reçoit personne !

Elle me recevra moi, elle l’a déjà fait il y a de cela quelque heures, elle recevra un général de Poséidon, elle recevra le gardien du pilier du pacifique sud. »


Faisant alors tomber ma capuche et réduisant les ombres de mon manteau, je fis apparaitre mon visage orné de mon heaume ainsi que mes avants bras et mes pieds, eux aussi recouvert de l’écaille de scylla.

« Je suis Legios de Scylla, et je vous demande de me conduire à elle. »

Les deux gardes avaient l’air de ne pas en croire leurs yeux, un général de Poséidon ici devait sans doute leur paraitre impossible, il ne se trouvait sans doute plus aucun marina à des centaines de kilomètres à la ronde, tous avaient répondu présent à l’appel de sa divine majesté Poséidon, qui maintenant était partis. Mais alors pourquoi eux même étaient encore là ? Avaient-ils reçut l’appel du seigneur des flots ? Et l’appel de Zeus ? Devais-je le leur demander ? Et tandis que nous nous enfoncions dans les profondeurs de la grotte, les visages curieux et soulagés s’amoncelaient derrière moi. Je savais que c’était ma présence en ces lieux qui les rassuraient, si seulement ils savaient à quel point j’ étais encore instable…

« Mais dites-moi seigneur, quelles sont les nouvelles de sa divine majesté Poséidon ? Nous n’avons plus eut de ses nouvelles depuis la grande convocation.

La grande convocation ? Mais alors que faites-vous encore ici ? Ne devriez-vous pas en ce moment même etre en chemin pour l’ile de Circé ?

Hélas nous ne pouvons pas laisser la nymphe sans protection, elle est notre lien avec sa divine majesté Amphitrite.

Votre courage et votre dévotion vous honorent, aussi je vais vous révéler les derniers évènements survenu. Poséidon à quitter son ancien hôte, et maintenant son essence est lié à celle de ce masque qui nous cherche querelle. L’absence de notre seigneur sera aussi celle de notre ennemis, six ans camarades, six ans avant qu’un nouvel hôte ne soit choisi. Six ans durant lesquels notre grand prêtre Astre fut désigné comme commandant en chef des armées du sanctuaire sous-marin. Comprenez-vous à présent, votre présence ici n’est plus nécessaire, la nymphe dispose elle-même d’un puissant garde du corps ainsi que du cyclope, sans compter ses propres pouvoirs, votre geste est admirable, mais vous serez plus utile là-bas avec les autres marinas. Partez à présent, je trouverais mon chemin tout seul. Merci pour votre aide.

Mais… Et vous-même seigneur Legios, pourquoi ne venez-vous pas avec nous ? Votre présence là-bas serait beaucoup plus utile qu’ici actuellement.

J’ai encore des choses importantes à faire avant de pouvoir vous rejoindre, mon chemin doit encore rester solitaire le temps pour que je puisse devenir digne de porter cette écaille. Transmettez tous mes vœux de réussite au grand prêtre de ma part quand vous le verrez. Adieu maintenant, que sa divine majesté Poséidon vous garde en sa protection.»


Et sans ajouter un mot, j’entrepris de descendre plus profondément encore dans la caverne obscure, laissant les deux gardes transmettre mes dernières informations à l’ensemble des occupants de ces grottes.

Bonne chance, fidèles soldats des mers.

Je connaissais déjà le chemin, j’avais de tout temps eut une bonne mémoire, pouvant retenir les plus petits détails d’un environnement ou d’un individu. Et cela s’avérait toujours bien utile.

Au bout de quelques minutes de descente aux travers des boyaux rocheux tortueux, je parvins à nouveau devant ces larges portes maintenue fermées par une force invisible. Leur gardien devait etre proche.

« Holà gardien ! Voici que je me présente devant toi de nouveau, je suis venu ici pour voir ta maitresse, si tu veux de nouveau tester ma force, alors faisons cela vite, le temps m’est compté ! »

Oui, le temps m’était compté…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'île des Cyclopes, l'écho d'un général troglodyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-