RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 30 Mar - 15:20

Arrow Remontons vers la source !


Pour notre combat, je me dirigeais vers un des embranchements de la cascade de sang qui à l’approche de la prison de glace éternel rejetait toute la chaleur et la fureur du sang et des larmes des damnés. Un endroit idéal pour faire expirer un etre à l’enthousiasme plus qu’insolent.
Atterrissant avec douceur sur la rive gauche de l’incandescent ruban sanguin, mon adversaire s’arrêta sur la rive opposé, une sage décision.

« Voilà Shion du bélier, un endroit apocalyptique, correspondant bien selon moi à cette guerre absurde. J’ai pu apprendre grâce à l’esprit du chevalier d’or des poissons les raisons de votre présence ici, outre le fait que vous obéissiez une fois de plus aux ordres obscurantistes et vain de votre déesse, vous êtes venu chercher le père de l’Olympe. Laisse-moi te demander pourquoi. En vérité chevalier, que devons-nous a Zeus ? Qu’est-ce que son retour sur le trône de l’Olympe rétablira ? L’Equilibre ? La paix ? La vérité ? L’amour si ça se trouve ? Illusions chevalier d’or, hallucinations ! Inventions fugaces, un minable esprit humain dans une tentative désespéré de justifier une guerre sans le moindre but à long terme, une guerre absurde, une guerre tout aussi inutile que le roi des dieux lui-même. Réfléchis maintenant chevalier, songe à l’alternative, et si ta déesse avait, au lieu de vouloir rétablir un système caduque, tenter de renverser son pauvre insensé de frère pour obtenir à son tour le pouvoir absolu, elle aurait pu mettre un terme à ce cycle sans fin de vengeance et de conflit. Mais les faits sont là, elle préfère s’établir dans le passé plutôt que d’établir un avenir meilleur de ses propres mains. Pourquoi me demanderas-tu avec incrédulité, eh bien tout simplement parce qu’elle est une déesse couarde et pleurnicharde préférant faire porter le poids de ses échecs cuisants de paix et d’évolution à ses Oncles Divins. Il est bien plus simple de rejeter la faute sur autrui que d’accepter sa propre culpabilité, ma tâche me l’a appris au cours des millénaires. Souhaites-tu maintenant poursuivre ton combat absurde au nom d’une cause perdu ? Pourras-tu placer la logique avant le fanatisme de ton ordre ? Pourras-tu, toi, te rebeller contre ton endoctrinement ? Ton prédécesseur, lui, n’a pas eu cette force. Si ça peut te consoler, il s’est bien battus, sa vénénosité était même supérieur à celle des précédents chevaliers d’or des poissons que j’ai eu l’occasion d’affronter au cours des siècles, j’ai même dû recourir à une technique interdite, faisant appel à des forces plus ancienne et plus puissantes que les fondements du sombre empire. Il peut etre fier de lui, dans la tombe.»

A ces mots, je fis apparaitre la rose blanche de mon ennemi avant de la lancer dans la lie brulante qui nous séparez, Shion et moi. Ainsi la dernière trace de mon combat contre Celsius disparut, consumé dans le feu infernal.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 30 Mar - 15:24

Initiative, que les dés soit avec moi. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 30 Mar - 15:24

Le membre 'Minos' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Résultat :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Sam 31 Mar - 13:16

Arrow Remontons vers la source

Jetant un dernier regard à destination de ses frères d'armes qui poursuivaient leur route dans les profondeurs des Enfers, Shion suivit lentement le chemin emprunté à Minos. Celui-ci se déplaçait agilement dans les airs tandis que le Bélier employait un moyen plus commun, usant de ses jambes comme à son habitude. Finalement, le Spectre du Griffon se stoppa à l'endroit où le fleuve de sang semblait se séparer vers plusieurs destinations que le Bélier ne connaissait point. De toute façon, l'endroit de leur combat lui importait peu. Son seul objectif était de vaincre son adversaire, ou au moins de le retarder suffisamment pour que ses alliés atteignent leur destination.

S'en suivit une longue tirade, un long argumentaire durant lequel Minos décrivit tour à tour l'aberration liée à cette guerre et aux choix que sa Déesse faisait. De son point de vue, Athéna s'enfonçait dans de mauvaises décisions tentant de camoufler son incompétence derrières les actes de ses oncles. Une vision comme une autre. Mais en quoi était elle plus juste que la vision qu'il défendait? Et surtout, comment pouvait il juger sa propre foi en Athéna alors qu'il ne connaissait absolument rien de lui. D'un autre côté, après les quelques minutes où ils s'étaient croisés dans une prison inférieure, il était parvenu à le juger comme lâche. Comment espérer que ses autres jugements ne soient pas eux aussi si hâtifs?

Lorsque Minos aborda finalement le sujet de Celsius, le sourire habituel de Shion s'estompa l'espace d'un instant. Le Chevalier d'Or des Poissons était donc bien mort face à cet adversaire. Les Spectres étaient ils donc immortels comme la rumeur le laissait entendre? Non, cela ne se pouvait pas. Dokho avait bien terrassé un adversaire quelques instants plus tôt. Il devait y avoir une autre explication. Lorsque Minos fit apparaitre une rose blanche ayant probablement appartenu à Celsius, Shion tendit sa main comme pour la récupérer. Trop tard. La rose disparut dans le fleuve brulant sans qu'il n'ait le temps d'user de ses pouvoirs. Une autre fois. Quand il reverrait Celsius... Relevant la tête vers le Spectre, un nouveau sourire sur le visage, Shion répondit finalement:

Minos du Griffon. J'avais moi-même de nombreux préjugés sur les Spectres mais aucun d'eux ne m'avait amené à vous imaginer adeptes de la discussion. Et encore moins avec l'envie de connaitre nos motivations. Mais dis moi, les raisons qui me poussent à combattre t'intéressent elles vraiment ou prends tu seulement plaisir à tenter de les démolir?

Shion laissa planer un court silence avant de reprendre

Je ne suis qu'un humble Chevalier, il m'est difficile de juger des décisions que prennent les Dieux. Et je ne suis en effet pas certain que Zeus, père de l'Olympe, fasse toujours les bons choix. D'ailleurs, cette pensée a tendance à plutôt m'amuser, me permettant de me confirmer que les Dieux ne sont pas si loin des Hommes qu'ils critiquent si souvent. Mais même s'il commet des erreurs, il me semble le plus à même de diriger ce monde et toutes ses différences. Si Athéna se plaçait sur le trône de l'Olympe, les Enfers ne redoubleraient ils pas d'efforts pour la renverser? Pour une vieille rancune dont j'ignore l'origine, ou tout simplement pour assouvir des desseins maléfiques à l'égard des Hommes? Et tu parles d'Athéna, mais qu'en est il de Perséphone? Je suppose qu'elle a décidé de profiter de la disparition d'Hadès pour l'évincer et prendre la direction des Enfers, ou bien souhaite t'elle le récupérer? En suivant tes principes, ne s'agirait il pas d'une occasion inespérée pour elle d'atteindre les objectifs pour lesquels son mari s'est montré incapable jusqu'à maintenant? Ou bien ton raisonnement ne s'applique t'il qu'à l'autre camp?

Marquant une nouvelle pause pour laisser son interlocuteur réfléchir à ses paroles, il reprit:

Cela t'importe peu mais sache que je ne suis pas un pantin manipulé par ma Déesse. Si je la suis, c'est parce que j'ai foi en elle, foi en ses décisions. Et si demain, j'estime qu'Athéna a abandonné la Sagesse pour rejoindre la folie, je ne continuerai pas à la servir. Mais cet instant n'est pas arrivé. Vois ce Rosaire autour de mon cou. Il a appartenu à ancien Grand Pope, Scipion. Peut-être l'as tu rencontré par le Passé. De tous les temps, des Chevaliers ont cru en Athéna. Et aujourd'hui, je fais partie de ceux qui ont pris cette relève.

Prenant une profonde inspiration, le Bélier attendit sans plus un mot. C'est son adversaire qui avait souhaité l'affronter, à lui de lancer les hostilités plutôt que débattre sur sa Déesse.

Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Sam 31 Mar - 21:59

Jsais pas si je me suis trompé dans le lancement (pas l'habitude...) donc je relance un truc et dites moi lequel est le bon...

Désolé!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Sam 31 Mar - 21:59

Le membre 'Shion' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Résultat :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Sam 31 Mar - 22:01

Ca change pas grand chose xD. Minos a l'initiative ! Bon combat chers amis et que le meilleur gagne !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Lun 2 Avr - 13:29

Le chevalier d’or du bélier avait écouté mon discours avec une certaine attention et à part son énigmatique sourire, rien ne vint troubler son visage malgré mes déclarations, se fus seulement à la mention de la perte de son vénéneux camarade que son visage prit un ton sérieux. Quel étrange personnage…
Lorsque la rose sanglante de Celsius fit son dernier voyage vers l’ardente rivière, je le vis tendre la main vers elle, comme pour la sauver, mais à ma grande surprise, rien ne se passa, sans doute à cause du manque de temps, mais comme je m’en doutais, ce chevalier avait les mêmes capacités que les anciens chevaliers d’or du bélier.
Reprenant alors son air habituel nonchalant, il me répondit sur un ton des plus décontractés.

"Minos du Griffon. J'avais moi-même de nombreux préjugés sur les Spectres mais aucun d'eux ne m'avait amené à vous imaginer adeptes de la discussion. Et encore moins avec l'envie de connaitre nos motivations. Mais dis-moi, les raisons qui me poussent à combattre t'intéressent elles vraiment ou prends tu seulement plaisir à tenter de les démolir ?"

Nous revenions donc aux éternels préjugés que nos ennemis entretiennent à notre égard… Mais c’était encore une fois l’occasion de montrer à ce chevalier l’étendue de son ignorance à notre propos.

"Je ne suis qu'un humble Chevalier, il m'est difficile de juger des décisions que prennent les Dieux. Et je ne suis en effet pas certain que Zeus, père de l'Olympe, fasse toujours les bons choix. D'ailleurs, cette pensée a tendance à plutôt m'amuser, me permettant de me confirmer que les Dieux ne sont pas si loin des Hommes qu'ils critiquent si souvent. Mais même s'il commet des erreurs, il me semble le plus à même de diriger ce monde et toutes ses différences. Si Athéna se plaçait sur le trône de l'Olympe, les Enfers ne redoubleraient ils pas d'efforts pour la renverser? Pour une vieille rancune dont j'ignore l'origine, ou tout simplement pour assouvir des desseins maléfiques à l'égard des Hommes? Et tu parles d'Athéna, mais qu'en est-il de Perséphone? Je suppose qu'elle a décidé de profiter de la disparition d'Hadès pour l'évincer et prendre la direction des Enfers, ou bien souhaite t'elle le récupérer? En suivant tes principes, ne s'agirait-il pas d'une occasion inespérée pour elle d'atteindre les objectifs pour lesquels son mari s'est montré incapable jusqu'à maintenant? Ou bien ton raisonnement ne s'applique-t-il qu'à l'autre camp ?"

Je vois… Outre le blasphème, encore une fois, la faute en revient aux autres. Le fait que nous affrontions Athéna n’a rien avoir avec sa position, même si elle obtenais le pouvoir de son père, tant que l’Homme sera laissé en l’état au nom de son espoir égoïste elle me verra me lever contre elle. Mais au moins aurait-elle le pouvoir de changer les choses, et plus seulement de les maintenir. Au final, seul ton incompréhension semble avoir du sens. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à un tel bouffon, tu m’amuse beaucoup chevalier, tu contraste tellement avec l’endroit et le moment où tu te trouves que cela ne peut etre dû au hasard. Encore un remarquable exemple du sens de l’humour parfois trop audacieux dont aime faire preuve le destin.

"Cela t'importe peu mais sache que je ne suis pas un pantin manipulé par ma Déesse. Si je la suis, c'est parce que j'ai foi en elle, foi en ses décisions. Et si demain, j'estime qu'Athéna a abandonné la Sagesse pour rejoindre la folie, je ne continuerai pas à la servir. Mais cet instant n'est pas arrivé. Vois ce Rosaire autour de mon cou. Il a appartenu à l’ancien Grand Pope, Scipion. Peut-être l'as-tu rencontré par le Passé. De tous les temps, des Chevaliers ont cru en Athéna. Et aujourd'hui, je fais partie de ceux qui ont pris cette relève."

Alors là tu m’intéresse chevalier. Au milieu de toutes ses niaiseries, le seul fait que tu évoques ouvertement une possible révocation de ton serment d’allégeance est un acte sans précédent dans toute l’histoire des chevaliers d’Athéna. Mes mots t’auraient-ils plus atteins que je ne l’aurais cru possible ? Pourrais-tu suivre la voie de la raison au risque d’être traité de parjure par tous ceux que tu appelles camarades ?

« Je te remercie de ta courtoisie à mon égard malgré l’endoctrinement que tu as dut subir à l’instar de tous tes compagnons d’arme, il est beaucoup plus noble d’etre aimable avec ses ennemis qu’avec ses amis, en cela tu as mon respect. Et puisque tu as pris la peine de répondre à mes paroles, je répondrais aux tiennes.

Tout d’abord, sache que je n’éprouve aucun plaisir à démolir les convictions d’autrui, mais mettre en lumière les absurdités et les contradictions de celle-ci me procure un tel sentiment de bien etre que j’avoue avoir du mal à m’en empêcher. Cependant sache que rien de tout ceci ne saurais etre assimilé à un jugement, car je n’ai ni le droit ni le pouvoir de juger les vivants, seul les morts tombent sous mon verdict. Tant qu’un souffle de vie brulera en toi, tu échapperas à mon jugement et tu auras également la possibilité de changer celui-ci par tes actes. Bien que le destin te fasse suivre une voie bien défini, ce n’est qu’au moment du trépas ou la vie d’un mortel prend tout son sens et ou un jugement peut enfin etre appliqué. En conséquence, ce que je dis ou dirais ne sera que l’expression de mon opinion immédiate et spontanée.

Ensuite, j’avoue ne pas comprendre la comparaison entre Athéna et sa divine majesté Perséphone. Le fait que le sombre empereur divin Hadès se soit fait sceller par décision arbitraire par le père de l’Olympe doit certainement beaucoup l’influencer dans ses décisions, mais cela ne saurais etre comparable avec la situation de ta déesse. Si le sombre empire n’essuyait pas en ce moment même une attaque absurde de votre part et de celle des barbares nordiques, nul doute que la sombre impératrice marcherait contre l’Olympe et son pauvre fou de frère parvenu. Jamais elle n’irait chercher à libérer son père, même si Athéna le détenait. De plus, si jamais ta déesse obtenait les pleins pouvoir de l’Olympe, elle aurait également celui d’améliorer en profondeur l’etre humain au lieu de se complaire dans un espoir aussi artificiel que vain. Comme je l’avais fait remarquer à ton compagnon maintenant décédé, ici nous somme en enfer, ici gisent les âmes innombrables de ceux qui se sont damnés pour vos espoirs égoïstes, ici sont ceux pour qui le libre arbitre c’est révélé etre la damnation éternel pour avoir enfreint les lois divines misent en place par Zeus et le sombre empereur lui-même. Crois-tu que pour les quelques élus se trouvant etre digne de l’ile des bienheureux, les innombrables damnés ne sont qu’un juste sacrifice ? J’en doute fort chevalier.

De plus même si sa divine majesté obtenait le trône du sombre empire en lieu et place de son divin époux, cela ne saurait suffire à l’accomplissement de nos projets, seul le trône de l’Olympe le permettrait. Celui qui confère un pouvoir quasi absolu, celui qui permettrait de mettre un terme à ce cycle sans fin de guerre et de conflit au nom de nos divinités respectives et plus encore de nos idéaux opposés. Mais en ce qui me concerne, si jamais l’humanité venait à etre purgée de tous péchés, alors je n’aurais plus aucune raison de me lever contre la naïveté criminelle de ta déesse. Et je pense qu’il en serait de même pour tous dans le sombre empire.

Tu dis toi-même servir une vision plus qu’un maitre, mais si jamais les deux venaient à se rejeter tu affirmes vouloir choisir l’idéal… Cela est sans nul doute des plus courageux, ou des plus naïf. Comprends-tu bien les conséquences qu’aurait un tel geste ? Je ne peux que l’espérer pour toi, car en cette instant, Athéna est en train de mettre en place des événements qui pourrait conduire au rétablissement d’un système obsolète et stérile, mais pire encore, les conséquences du réveil du père de l’olympe seraient des plus désastreuses pour l’univers tout entier.

Tu es perplexe ? Alors laisse-moi éclairer ton esprit.

Songes-tu un instant à ce que sera la colère du roi des dieux lorsqu’il sera libéré de son emprisonnement ? Songes-tu aux conséquences que cela pourrait avoir sur le sombre empire et sur l’empire des flots ? Crois-tu que Zeus se montrera magnanime et pardonnera ? Assurément non, sa colère sera des plus terrible et dans sa rage, il détruira sans doute jusqu’à ses propre enfants. Jusqu’à présents, tu te dis sans doute que cela ne te concerne pas, que cela ne serai en fait que mieux pour vous humains et pour Athéna, mais évidemment tu te méprends. Songe à présent ce que serai la Terre sans le sombre empire et sans la présence de l’empire des flots. Sans le pouvoir des souverains sous-marin, l’océan et la mer deviendront stériles et impropre à toute vie, tout l’écosystème terrestre serait anéantis, car toute vie dépend de la mer pour exister. Et pire encore, sans la présence du sombre empire, que deviendront les âmes des morts d’après toi, si rien ne les appellent hors de la Terre une fois leurs temps écoulées ? Songe aussi à ce que serait l'avenir si l'Homme perdait la peur d’un jugement après la mort, l’existence deviendrait totalement chaotique, car ni la morale, ni le bien, ni le mal n’auraient plus le moindre sens. L’Age des Hommes s’effondrera et se sera alors le temps des loups et des boucliers fracassés ou toute choses ne sera plus que noirceur et chagrin. Es-tu prêt à prendre ce chemin, es-tu prêt à affronter cet avenir plus que probable, à faire face aux conséquences de vos actes au travers des âges ? Ou arriveras-tu à te convaincre que parce que je suis ton ennemi, mes mots ne sont que mensonges et trahisons ?
»


Un puissant cosmos s'éleva alors dans les airs, le sol trembla sous mes pieds et un terrifiant grondement animal s'éleva alors des profondeurs du Cocyte.

« Ainsi, il est réveillé... Le Béhémoth.»

La douce voie de sa divine majesté me parvient alors dans toute sa gloire divine dans des mots plein de défi à l'encontre des impies souillant notre terre sacrée de leur présence impures.

"- Ma chère soeur...Chers Saints et Ases! Pensiez-vous sincèrement que vous pourriez parvenir jusqu'au Giudecca sans encombres? Croyez-vous, que je resterai là, les bras croisés? Que vous êtes naïfs! Me priver d'Hadès fut là une grossière erreur, que je compte bien réparer! Quant à toi, l'inconnu, viens à moi, je t'attends !"


Cette fois, il était plus que temps de commencer notre combat, la force divine avait recommencée à faire des siennes et je sentais une fois encore un brulant acide couler dans mes veines, le vent autour de moi s’était remis à souffler avec force, mais cette fois j’étais loin de toute chose que j’aurais regretté de blesser ou de détruire. Mais pour mon propre bien il allait me falloir contrôler ce nouveau pouvoir au plus vite, ce n’est seulement ainsi que j’aurai accès à un niveau de puissance supérieur. Du temps et de la connaissance, voilà ce dont j’ai besoin pour le moment. Je peux expérimenter grâce au chevalier d ‘or du bélier, cela me procurera la connaissance mais pour le temps, hélas je n’en avais que fort peu, car déjà de nouvelles vagues d’ennemis affluaient dans les profondeurs du sombre empire. Et cette apparitions, je n’arrivais pas à me l’ôter de l’esprit... Mais je ne devais plus perdre une seule seconde. Mon combat contre le chevalier d’or des poissons était encore frais dans ma mémoire, mais j’avais manqué de temps pour mettre en pratique mes connaissances, cela serai pour après mon combat contre Shion du bélier. Si toutefois j'en ressortais non-vivant.

Prenant alors une profonde inspiration, j’ouvris alors les bras en grands tout en écartant mes doigts. Des dizaines de fils cosmique de couleur argenté apparurent, puis à leur suite se marièrent des de couleur opalines formant un réseau extrêmement dense autour de moi. D’un mouvement de poignet, tout ce mis en mouvement. Tandis que d’un puissant battement d’aile, je projeté vers mon ennemis les cendres et la poussière environnante afin de l’aveugler, mes fils me propulsèrent dans les airs alors que d’autres s’assemblaient pour prendre la forme de pointes effilées. Le lieu du combat était maintenant plongé dans une teinte rougeoyante et obscure, seule la flamboyante lie infernale parvenait à percer le masque impénétrable qui était tombé sur nous.

« Parfais...»

Toujours dans les airs, un mouvement de bras et les pointes cosmiques filèrent dans un bruit strident vers le lieu où se tenait, d’après son cosmos, mon ennemi. Un bruit familier se fit entendre.

« Ah c’est comme ça, eh bien voyons combien de temps tu pourras durer… »

Je me doutais bien de ce qui avais causé se bruit sec, comme si un mur était venu stopper mes pointes, il était temps d’en avoir le cœur net. Je filai vers mes pointes toujours en contact avec cette barrière tout en m’enveloppant dans mes ailes. En leur sein, je libérais alors une partie de mon cosmos auquel j’adjoins une partie de la puissance divine qui m’avait été donné par sa divine majesté. Le résultat était très loin de me satisfaire, mais je ne pouvais pas faire mieux pour le moment. Arrivé presque à bout portant de mon ennemi, je vis une lueur dorée émanant de sa direction, était-ce son armure, ou autre chose ? J’allais vite etre fixé. Je déployais alors mes ailes, libérant cette puissance destructrice à seulement quelque mettre de mon adversaire toujours occulté par l’épais nuage de cendre et de poussière que j’avais lancé plus tôt. A la puissance incroyable de mon attaque, j’adjoins des lames volantes qui prirent, grâce à la vitesse des vents, une prodigieuse accélération et un mouvement circulaire visant à augmenter encore la force de leur impact sur le chevalier d’or ou tout du moins, sur toute chose qu'elle rencontreraient en chemin…

Gigantic Feathers Flap


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Mer 4 Avr - 0:10

Si Shion s'était préparé à une attaque imminente de son adversaire, la situation se montra tout à fait différente, pour un certain temps au moins. Alors qu'il avait pris soin de répondre calmement au discours de son adversaire, celui-ci semblait avoir écouté avec la même attention particulière les réponses que le Bélier avait apportées. Nul doute que le Spectre du Griffon n'allait pas acquiescer à ses dires ou le féliciter pour sa façon de penser, mais il espérait au moins être parvenu à assouvir la curiosité dont il avait fait preuve. Après tout, chaque mot prononcé était pensé, représentatif de ses idéaux, des choix qui guidaient sa vie depuis des années déjà.

Minos était un Spectre des plus intéressants. Là où il aurait pu s'attendre à affronter une brute sanguinaire désireuse de le tailler en pièces afin de le faire rejoindre les âmes perdues croisées dans les nombreuses prisons, celui-ci semblait plutôt adepte de la discussion. En effet, à peine Shion avait il terminé ses quelques réponses que son adversaire s'était relancé dans une explication, un argumentaire mélangeant une critique de ses propres propos et une exposition de sa vision du monde, tant du point de vue de la place des hommes en celui-ci que le rôle du Roi des Dieux au sein de tout ceci.

Les premières paroles du Griffon renforcèrent l'impression du Bélier lorsque celui-ci complimenta sa courtoisie. La suite du discours, bien que semblant bien longue aux oreilles de Shion, lui laissa une impression plutôt partagée. Tantôt emplies d'une certaine sagesse, tantôt pleines de préjugés lui rappelant avec dépit la redondance des arguments des adversaires de sa Déesse, les paroles de Minos avaient le mérite de soulever chez lui un certain intérêt, malgré l'urgence de son objectif. Le dernier couplet relatant l'équilibre du monde et la nécessite de la présence des Enfers et du Royaume Sous-Marin renforcèrent même l'amusement du Bélier. Quand avait il parlé de l'annihilation du Royaume d'Hadès ou celui de Poséidon? Et quand avait il laissé entendre que les propos de son interlocuteur n'étaient que venin et poison?

Mon cher Minos, quitte à parler de courtoisie, il serait bon que tu ne me prêtes pas des idées qui ne sont pas les miennes. Jamais je n'ai demandé que les Enfers disparaissent ou même le Royaume de Poséidon. Tu ignores probablement mes relations avec ce dernier mais tu seras, je l'espère, surpris d'apprendre que le Prêtre de Poséidon est un de mes plus proches amis et qu'Amphitrite, Maitresse des océans, m'a récemment aidé à soigner un mal qui me rongeait. Je n'ai aucun doute quant à leur utilité, ou à leur importance pour le monde. Tout comme la mort est un mal nécessaire à ce monde. Et j'ai suffisamment confiance en ma Déesse pour avoir la certitude qu'elle ne laissera pas le Dieu des Dieux dévaster le Monde quand il sera libéré. Un équilibre doit être respecté, je le conçois. Mais il doit l'être par tous, y compris par votre Souverain qui semble l'oublier bien trop souvent.

Ne souhaitant pas s'enliser dans un éternel débat sur Athéna et Hadès visant à définir lequel des deux était responsable des maux du monde, Shion bifurqua sur un autre sujet du discours de Minos

Si le débat des torts d'Athéna et Hadès n'a que peu d'intérêt à l'heure actuelle, je vais apporter la réponse à une des questions que tu semblais poser. Il s'agit de naïveté, pas de courage! Et j'avoue que ça me plait bien plus. La naïveté de penser que si un seul fruit n'est pas pourri, alors le panier ne doit pas être jeté. Et oui, rien que le fait de savoir que certains Hommes échappent à toute prison des Enfers me suffit à voir qu'ils méritent d'être sauvés. Qu'ils sont capables d'être bons. Pour le courage, je préfère le laisser aux héros.

Shion stoppa soudain ses explications en ressentant un Cosmos plus puissant qu'il n'en avait jamais ressenti au sein des Enfers. Un instant, le Premier Gardien s'interrogea sur l'origine d'une telle puissance mais très vite Minos lui apporta la réponse: le Béhémoth. Ce nom lui disait vaguement quelque chose sans parvenir à se souvenir exactement de sa signification. De toute façon, ce fameux Béhémoth ne devait pas lui importer car son adversaire à lui était sous ses yeux.

Comme si l'apparition de ce Cosmos était un signal, Minos se mit enfin en mouvement. L'heure était à l'action, plus aux paroles. Ses étranges fils disparus depuis leur dernière rencontre réapparurent soudain aux yeux du Bélier. Mais si Shion s'était attendu à les voir fuser en sa direction, il fut surpris de voir Minos s'élever du sol en projetant poussière et cendres tout autour de lui. En quelques secondes, le champ de vision du Bélier était obstrué et il ne parvenait plus à voir qu'à une distance très réduite.

Et c'est reparti...

L'ironie savait parfois se montrer agaçante. Cela ne faisait que quelques heures qu'il avait retrouvé la vue qu'il se retrouvait déjà privé de ce sens... Retour à la case départ. Sauf que cette fois, il était prêt. Sa vue était certes obstruée mais elle demeurait présente. Et avec la maitrise du Cosmos qu'il avait acquise au fil de sa cécité.

Amusant que tu veuilles me rendre aveugle. Ai je oublié de te préciser que le mal qu'Amphitrite m'a aidé à soigner était la cécité? Le monde des Ténèbres m'a accompagné suffisamment longtemps pour que j'apprenne à l'appréhender. Ce ne sont pas quelques cendres qui vont m'effrayer.

Concentrant son Cosmos et ses sens tout autour de lui, Shion attendit l'attaque de son adversaire. Soudain, un bruit strident se fit entendre, une nuée de Cosmos ressentir. Le Chevalier d'Or se mit rapidement en mouvement esquivant agilement une première pointe, puis une seconde. Celles-ci s'enchainèrent les unes après les autres, se rapprochant dangereusement du Bélier. L'une d'elle frappa une corne de son armure et Shion commença à sentir les limites de ses acrobaties. Promptement, il stoppa ses mouvements au centre du nuage de cendres, ferma les yeux et écarta ses bras de chaque côté de son corps.

Crystal Wall.




Deux mots prononcés faiblement alors qu'une barrière invisible se formait devant lui. Une barrière dont il n'avait usé depuis si longtemps. Les dernières piques fusèrent et disparurent en se heurtant au mur invisible. Shion ressentit alors le Cosmos de Minos qui se concentrait et se rapprochait mais il n'esquissa pas le moindre geste. Il était le Premier Gardien, la barrière infranchissable du Sanctuaire. Le Griffon se rapprocha davantage avant de soudain propulser la puissance qu'il semblait contenir jusqu'à maintenant. Un puissant souffle imprégné de Cosmos et empli de lames. Plus puissante qu'il ne l'aurait imaginé, Shion manqua un instant de se laisser déstabiliser mais il renforça la puissance de sa barrière, concentrant son Cosmos. L'attaque disparut lentement au sein du mur invisible, le bruit du vent s'atténuant. Soudain, sans crier gare, le souffle réapparut hors du mur pour prendre la direction de Minos.

J'espère que tu apprécies le souffle que tu as créé. Ainsi que tes lames. Et mes rochers.


Sans nul mouvement supplémentaire de sa part, Shion avait concentré une partie de son Cosmos sur cinq rochers situés non loin de leur emplacement. Ceux-ci décollèrent rapidement pour prendre la direction de Minos. Avec un peu de chance, la surprise du retour de sa propre attaque suffirait à tromper la vigilance du Griffon.


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Mer 4 Avr - 17:36

La puissance des vents libérés par mon attaque eut vite fait de balayer au loin cendres et poussières, révélant à mes yeux ce que j’ai soupçonné depuis le début, l’ultime défense du premier gardien du zodiaque d’or, le Cristal Wall. Ce fut donc sans surprise que mon attaque vint percuter cette défense quasi-impénétrable, sans parvenir toutefois à la briser. Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’une partie de mon attaque revint alors vers moi accompagnée de quelques rochets propulsés sans doute par les capacités télékinésiques héréditaires de mon ennemi. Cela était nouveau pour moi, jamais au cours de ma très longue existence je n’avais vu un chevalier d’or du bélier renvoyer une attaque avec son ultime défense. Une évolution ? Merveilleux…

Je fus alors emporté par ma propre attaque et projeté vers le sol à grande vitesse, sans le secours de mes ailes salvatrices dans lesquels je m’enfermais, et de mes fils cosmique que par instinct j’agençais en une couche protectrice pour amortir le choc, j’aurai sans doute eu à subir des dégâts encore bien plus importants. Ce fut néanmoins avec violence que se déroula mon impact avec le sol infernal, trainant alors sur une dizaine de mètres je déployais mes ailes soudainement pour stopper cet élan malvenu.

Me relevant malgré la douleur qui torturait mon corps, j’avais à présent gouté à ma propre puissance, en partie du moins. Cela m’avait ouvert les yeux sur des défauts intrinsèques à un déploiement de puissance non ciblé, une énorme partie s’en trouvait alors inutile. Je devais changer cela… De plus le pouvoir de sa divine majesté Perséphone échappait encore à ma compréhension, je sentais bien qu’il s’agissait d’une force titanesque, mais je ne parvenais pas à en découvrir l’utilité.

C’est alors que me revinrent les mots du chevalier d’or du bélier juste avant que je ne l’attaque.

« Tu sembles etre d’une espèce rare parmi les chevaliers d’Athéna, Shion du bélier, rare sont en effet ceux qui parmi ton camp peuvent échanger sans gêne avec nous autres vos éternel ennemis, et je te dis ça avec mon expérience pluri millénaire en la matière. Je te remercie pour ces échanges stimulant pour l’esprit, j’avoue etre agréablement surpris par cette conversation. Je ne regrette décidément pas de t’avoir défié. De plus, tu sembles avoir développé un nouvel aspect de ta technique de défense, jamais au cours des millénaires de combat auquel j’ai participé je n’avais vu ce mur renvoyer une attaque à son lanceur. Magnifique. Tu es plein de surprises chevalier, et d’agréables surprises. Je vais avoir l’occasion d’apprendre encore un peu plus avec toi.

Mais avant de poursuivre mon apprentissage par la manière empirique, je vais préciser quelques points sur lesquels tu as eu l’honnêteté de me répondre.

Comme tu l’as dit toi-même, tu n’as, en ce qui te concerne, aucune volonté d’anéantir le sombre empire ou l’empire sous-marin, et tu as foi en ta déesse et en ses capacités à refreiner le roi des dieux dans sa vengeance… Tu sembles avoir tellement foi en elle que tu es prêt à risquer le sort de la Terre sur cette seule espérance. J’avoue ne pas savoir quoi en penser. C’est à la foi une grande force et une grande faiblesse. Je suis navré chevalier, mais je ne partage pas cette foi, et comme la foi est irrationnelle, je ne pourrais pas te convaincre de son absurdité par mes mots, il semble que nous soyons maintenant devant nos axiomes et que nous ne puissions plus aller plus en avant. C’est bien dommages car cet échange me plaisait.

Sache cependant que même si je n’approuve pas tes choix, je les comprends.

Mais j’espère que tu comprends également le fait que je ne peux laisser l’avenir du monde et des Hommes entre les mains de ta déesse, car moi aussi j’ai ma propre foi, celle qui me dit que l’enfermement du père de l’Olympe pourrait inaugurer une ère nouvelle où l’accès au trône suprême serai enfin possible pour le sombre empereur, et grâce à lui, l’accomplissement de tous nos rêves. Imagine, une nouvelle genèse, vierge de toute corruption, un remaniement complet de la création tout en tenant compte des défauts et des atouts de l’ancienne. Une utopie pure et parfaite à portée de main. Si tu es un visionnaire alors tu pourras sans aucun doute concevoir notre rêve à tous ici dans le sombre empire.
»

Je m’étais encore enflammé, avec ferveur et passion, dans un discours où j’avais une fois de plus fait preuve de zèle dans mes propos, mais peu importe, tout ce que j’avais dit était le fruit de mes plus intimes convictions, la raison même de mon allégeance corps et âme au sombre empire et à ses idéaux. Tout ce que je pouvais espérer de mon ennemi était qu’il pourrait les comprendre à son tour.

« Mais terminons en avec ses digressions philosophiques à présent, bien que cela ne me plaise guère. Nous sommes en guerre chevalier, et tu te dresses devant moi et mes idéaux avec ta naïveté, tu n’as aucune pitié pour les milliards d’être qui souffrent pour vos espoirs, tu penses que pour une poignée d’élus, les innombrables damnés sont nécessaires sinon justifiés. Mais passe quelque centaines d’années à les contempler dans leur misères éternelle et là tu pourras me dire qu’ils sont justifiés.

Navré chevalier, mais jamais je n’accepterai cet état de fait, jamais je ne tolèrerai cette iniquité flagrante, cette injustice écœurante.

Je suis devenu juge des enfers afin de m’assurer personnellement que le jugement des âmes soit le plus équitable possible, mais je ne suis que juge, et non législateur, j’ai les mains lié par les lois divines. Aussi si je veux changer les choses, il me faut m’attaquer aux causes de tous ses maux. Et c’est sans nul doute la création toute entière qui est à revoir ainsi que celui qui la dirige de son bras trop flasque. Voilà pourquoi je me dresse contre ta déesse et contre toi aujourd’hui.
»

J’en avais fini avec mon argumentation, je fus le premier surpris devant la spontanéité avec laquelle j’avais énoncé ses mots à un de mes plus mortels ennemis. Sans doute la surprise de tomber sur un être diplomate et courtois parmi les rangs des chevaliers de la déesse de la guerre.

Mais c’était désormais terminé, le combat entre nous devait reprendre séance-tenante car déjà ma déesse-reine avait entamé son combat contre cette étrange anomalie vêtue de ténèbres, et bien d’autres ennemis s’avançaient vers le cœur même des Enfers, vers le palais des sombres divinités souveraines du monde souterrain, vers Giudecca.

Je remarquais à présent que dans le choc, j’avais perdu mon casque, sans doute projeté à quelques mètres de moi, mais je n’avais pas le temps d’aller le chercher, je devrais donc faire sans. Libéré de leur prison, comme mes fils cosmiques, mes cheveux virevoltaient au grès des vents infernaux dans un balai argenté onirique.

Me remémorant alors l’attaque de mon ennemi, le contraste entre son mur de cristal et les rochers qu’il m’avait lancés me fit sourire. Des cailloux… Nous revoilà à l’âge de pierre.

« Ta haute muraille est vraiment impressionnante, bien qu’invisible à l’œil humain, je peux la voir distinctement chevalier, de plus je bénéficie d’une certaine expérience avec elle, mais je vais encore devoir apprendre car tu sembles l’avoir amélioré. Mais n’ai crainte, j’apprends vite. »

C’est alors que je passa à la vitesse supérieur, de mes doigts partirent des centaines de fils cosmiques argenté auquel j’adjoint cette fois des de couleur écarlate, qui s’assemblèrent devant moi en une série de trapèzes juxtaposé deux par deux que je relia par paire avec une solide poutre dans lequel je fis passer une longue tige dont un coté se terminait par une très lourde masse et l’autre bout se terminait par une petite nacelle reliée à la tige par deux câbles solides.

« Plus vite, plus souple… »

La vitesse de mes mouvements de doigts gagna en intensité, franchissant alors allégement le mur du son tandis que devant moi se construisaient une dizaine de trébuchets cosmiques. Je n’avais aucun mal à les assembler, car j’avais eu accès à l’esprit même de leur concepteur et mes fils cosmiques pouvaient sans peine s’entrelacer pour devenir ce genre de construction basique.

Une fois l’assemblage terminé, je devais à présent m’occuper des munitions, ce fut alors les quelques fils restant qui allèrent chercher alentours des rochers imposants afin de les disposer dans les nacelles tandis que j’armais de mes dix doigt chacun de mes engins de sièges. La batterie d’assaut était maintenant prête. Par caprice, j’élaborais alors sous mes pieds une haute estrade afin de surplomber mes engins de sièges à la manière d’un général surplombant la bataille. Je levais alors mes deux bras haut dans les airs, chacun relié à une moitié de mes constructions guerrières.

« De tout temps chevalier, face à un mur, il y a toujours eu deux options, soit passer à côté, soit passer au travers. Voyons si ton mur résistera à ça. »

Abatant alors les bras vers mon ennemi, tout ce mis en route dans un énorme vacarme, la tension que j’avais fait subir aux mécanismes simplistes était énorme, la libération de la charge provoqua une immense onde de choc tandis que le balancier haut de plusieurs dizaine de mètres s’élança vers le ciel entrainant avec lui sa charge mortelle. L’accélération fut telle que les rochers devinrent incandescent et ce fut dix boules de roche brulantes qui filèrent à grande vitesse vers la défense de mon ennemi. Voilà ce que j’appelle un lancer de cailloux. Oui, parfois je pouvais etre espiègle et joueur avec un professeur improvisé.

Sitôt que les projectiles furent lancés, je désassemblai mes trébuchets afin de concevoir ce qui allait etre ma véritable attaque.

Je conçu d’abord une énorme tige devant moi, avant d’en habiller l’extrémité d’un cône strié sur toute sa longueur et bardé de pointes à son extrémité. L’ensemble se mit alors à tourner sur lui-même, de plus en plus vite, mais toujours immobile vis-à-vis du sol. La vitesse de rotation devint telle qu’autour de ma vrille apparurent des volutes d’air et de cendre. Une mini-dépression se créa alors devant moi dans un bruit intense, déjà cette arme commençait à me vriller les tympans. Une fois à pleine vitesse, je conçus derrière elle une gigantesque spirale conique dont les extrémités se rapprochèrent alors jusqu’à ce que ma spirale devienne un disque plein avec un trou en son centre. Emboitant alors ce disque autour de ma vrille en mouvement, leur contact produisit des gerbes d’étincelles tandis que mes projectiles atteignirent le mur de cristal de mon adversaire dans un fracas semblables à une chute de météorites.

« Et ce n’est que le commencement mon cher… »

La spirale reprit alors sa forme initiale en un éclair, projetant à vitesse supersonique ma vrille vers mon ennemi. Elle entraina avec elle tout ce qui passait à sa portée dans la dépression qu’elle créa suite à sa propre vitesse et à son accélération. Son impact avec le mur de cristal eu des échos de fin du monde tant le choc fut puissant.

Mais ce n’était pas encore fini.

Car j’avais moi-même suivit ma vrille, restant caché entre elle et le maelstrom de gravats et de cendres qui l’accompagnait. J’avais entre temps réunis dans ma main droite une formidable concentration de cosmos auquel j’avais donné un mouvement et une pression gargantuesque, concentration semblables à celle que j’avais l’habitude de déployait de manière omnidirectionnelle après avoir ouvert mes ailes, mais cette fois, au sein de cette orbe tourbillonnant, les forces qu’il contenait allaient être libérées seulement vers l’avant. N’ayant pas encore trouvé de nom à cette attaque, ce fut donc des mots familiers qui parvinrent sans doute aux oreilles du chevalier d’or du bélier.

Gigantic Feathers Flap

Frappant alors de mon orbe tourbillonnant l’extrémité de ma vrille, les deux mouvements cycloniques s’harmonisèrent pour amplifier encore la vitesse de rotation et la force de pénétration de la vrille. Le mur du son fut pulvérisé et la force de l’impact de mon orbe sur la vrille fut telle que je dus mettre toute ma puissance pour ne pas finir projeté au loin par ce déchainement concentré de puissance pure.

« Voyons si cette fois tu pourras contenir cette attaque chevalier d’or du bélier… »


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 6 Avr - 1:35

Infranchissable et imprévisible. S'il n'avait pas usé de son Crystal Wall depuis un moment déjà, Shion se rendait compte avec satisfaction que sa puissance n'avait pas diminué d'un poil. Sans l'ombre d'une difficulté, l'attaque envoyée par Minos avait été absorbée et renvoyée à son expéditeur. Et si celui-ci n'avait pas semblé surpris lors de la disparition de son attaque, sa réapparition en sens inverse avait eu le mérite d'étonner le Griffon. La puissance des vents le propulsa au sol et le Bélier se félicita de ne pas avoir eu à la subir. Pour le moment en tout cas...

Lorsque Minos se releva - bien trop vite pour que Shion puisse considérer que l'attaque lui avait causé de réelles blessures - il reprit à nouveau la parole pour poursuivre leurs échanges d'idéaux. Entamant ses propos par de nombreux éloges à son égard, le Bélier remercia son adversaire d'un signe de tête. Même s'ils provenaient de la bouche d'un Spectre, de tels propos étaient appréciables et ne semblaient être de la pure flatterie pour lui faire baisser sa garde. Comme quoi, ce combat lui apporterait au moins une vision plus large des combattants d'Hadès. Sans pour autant lui faire abandonner l'idée de le vaincre, bien entendu.

La suite du discours de Minos fut écoutée avec attention par Shion qui maintenait par ailleurs sa barrière invisible tel un rempart le séparant du Spectre. Lui-aussi comprenait les mots, les opinions du Griffon et parvenait même à y trouver une certaine cohérence. Néanmoins, sa foi ne pouvait être brisée et la confiance qu'il portait en sa Déesse amenuisée. Seule la dernière partie de ses explications fit lever un sourcil au Bélier qui ne put s'empêcher de lâcher un soupir de consternation face à ce retournement de situation bien ironique.

Il est amusant à quel point tes propos ont la faculté de me faire passer en quelques secondes d'un état à un autre. Lorsque je t'écoute m'expliquer les raisons qui guident tes actes, les rêves que tu possèdes, j'y vois une certaine cohérence et je me perds même par moments à me demander lequel de nous deux a réellement raison. Mais lorsque tu me lances de belles paroles sur l'injustice, l'inégalité, permets moi de relativiser. Comment peux tu inverser nos rôles avec une telle facilité? Je ne me bats pas pour une poignée d'Hommes mais pour tous. Parce que l'Homme est capable de changer, d'évoluer pour que ces exceptions deviennent des généralités. Tu n'es qu'un Juge qui ne fait qu'appliquer les sentences? Et tu parles de l'endoctrinement des Saints. Mais tu prends la responsabilité de condamner toutes ces âmes à la damnation éternelle sous prétexte des actions commises durant leur vie. Tu n'es pas un pantin, le choix est tien.

S'arrêtant un court instant, repensant à ses derniers mots, Shion reprit:

Je ne dis pas que certains Hommes ne méritent pas d'être punis pour leurs péchés. Mais je doute que tous ceux que j'ai pu apercevoir au sein des Prisons infernales aient eu droit à ce que tu appelles la Justice. Peut-être penses tu vraiment ce que tu dis mais je doute fortement que tous les Spectres partagent ta vision. Certains d'entre eux prennent parfois plaisir à semer mort et destruction sur Terre. A anéantir tout ce qui passe à leur portée. S'agit il d'une Justice que mes yeux ne parviennent à percevoir?


Si échanger sa vision des choses avec Minos ne lui posait guère de soucis, Shion ne pouvait rester impassible lorsque son adversaire se permettait de se placer tel un sauveur pour l'Humanité luttant pour la Justice. Sa patience était plutôt grande mais elle-aussi avait ses limites. Enfin... De toute manière, Minos semblait décidé à passer aux choses sérieuses, désireux de briser sa muraille. Qu'à cela ne tienne, le Bélier était patient et avait plus d'un tour dans son sac. Plus d'une idée pour repousser les assauts, aussi imaginatifs soient ils de ses adversaires.

Et d'imagination, le Griffon ne semblait point manquer. A une vitesse impressionnante, il fit apparaitre des dizaines, non des centaines de ses fameux fils qui s'agitèrent tel un ballet de Cosmos dans diverses directions. Leurs mouvements étaient incroyables et le Bélier en oubliait presque qu'il s'agissait probablement d'une future offensive, admirant la maîtrise dont faisait preuve le Juge. Lorsque l'agitation prit soudainement fin, Shion eut la surprise de contempler une armée de trébuchets créée par son adversaire. Hm. Il avait donc vraiment l'intention d'abattre son mur. Quelle tentative futile.

Shion referma ses yeux et concentra la puissance de son Cosmos dans son mur. Rien ne le traverserait, rien ne le briserait. Il était le seul à pouvoir décider quand le Crystal Wall devait être retiré. Les projectiles fusèrent et se heurtèrent avec fracas contre la barrière invisible, sans que le moindre éclat ne parviennent à la franchir. Toute la concentration du Chevalier d'Or était requise mais il ne pouvait se permettre de flancher. Pourtant, même si sa défense semblait en tous points parfaite, Shion savait pertinemment qu'il ne pouvait poursuivre ainsi. La patience, l'attente. Une stratégie qui faisait merveille au sein du Temple du Bélier mais qui n'avait pas sa place dans une course contre la montre.

Face à lui, le Cosmos de Minos poursuivait son agitation. Nul besoin d'ouvrir les yeux pour savoir que son adversaire préparait une nouvelle attaque visant à pénétrer ses défenses. Un autre choc se produisit contre le mur de Crystal tandis que Shion réfléchissait à la meilleure attitude à adopter face au Spectre. Puis finalement, une décision s'imposa. Reculer pour mieux sauter. Tel était son choix. Le Bélier rouvrit finalement ses yeux alors que le Cosmos du Spectre semblait atteindre un nouveau pic. Son mur tenait le choc, et aurait pu contenir l'attaque. Mais c'est un autre chemin qu'il devait emprunter. Un chemin plus douloureux mais plus direct. Par lequel il fallait passer. Alors que Shion entendit son adversaire prononcer les mêmes mots que quelques minutes auparavant, le Bélier rabattit ses bras contre son corps, comme pour se protéger, tandis que la totalité de Cosmos disparaissait du mur pour rejoindre son corps. La défense du Bélier retirée, il ne fallut même pas une seconde à l'attaque du Griffon pour s'abattre sur lui. Un déchainement de Cosmos, de vent, le balayant telle une brindille, lacérant son corps et l'expédiant à plusieurs dizaines de mètres. Comme prisonnier d'une tempête déchainée, Shion se contenta de résister à la douleur qui l'assaillait de tous côtés, attendant impatiemment que le calme revienne. Finalement, au bout de quelques instants qui lui semblèrent des heures, le Bélier fut propulsé au sol où il s'écrasa bruyamment, des éclats de l'armure d'Or volant autour de lui.

Même s'il l'avait voulu, Shion n'aurait pu définir quelle partie de son corps avait été blessée, tant la douleur semblait provenir de tous ses membres. Il en venait même à se découvrir des muscles et os dont il n'avait jamais imaginé l'existence. Amusant! Enfin, amusant une seconde car très vite une grimace de douleur vint dissiper le sourire naissant qui avait tenté de se frayer un chemin sur son visage. Mais la douleur était un passage obligatoire dans certains moments. Et la ressentir, la supporter, signifiait que son combat n'était pas terminé et qu'il était en état de le poursuivre. Lentement, le Bélier se mit à genoux, cherchant son adversaire du regard. Tiens donc, il avait bel et bien parcouru une impressionnante distance puisque le Griffon ne se trouvait plus à quelques mètres de lui, comme auparavant.

Il était temps pour lui de montrer à Minos que le Bélier n'était pas seulement bon à se cacher derrière une barrière. Mais avant tout... Une nouvelle grimace de douleur apparut sur le visage du Bélier alors que celui-ci tentait de se relever.

Athéna. Vous faites déjà tant pour nous. Vous êtes notre Lumière face à ces Ténèbres et nous vous consacrons notre vie. Je sais que de lourds fardeaux pèsent déjà sur vos épaules mais que malgré cela, vous parvenez à trouver quelques instants pour nous envoyer des signes d'espoir. Des preuves que vous nous accompagnez et nous soutenez. Je vais récupérer votre Père, je vais franchir les obstacles qui jonchent les Enfers. Et ce Juge ne m'empêchera, je vous en fais la promesse.

Posant une main sur le rosaire autour de son cou:

Pour tous les Chevaliers d'Or, présents ou passés. Athéna, je vous en prie. Donnez moi la puissance, la force de repousser cet adversaire. Car c'est grâce à la foi que je vous porte que je vaincrai. En tant que Premier Gardien du Sanctuaire. Porteur de l'Armure du Bélier.


Oubliant un instant sa douleur, Shion se releva finalement. L'image de sa Déesse occupait maintenant ses pensées et la chaleur qu'il y associait l'aidait à occulter ses blessures. Il avait renoncé à sa défense pour passer à l'attaque, il ne devait pas laisser passer cette opportunité qui lui avait tellement couté. Le Cosmos du Bélier se mit soudainement à bruler tout autour de lui avant de se concentrer dans ses jambes, dans ses pieds. Certes, les attaques de son adversaire étaient rapides, mais parviendrait il à suivre sa propre vitesse s'il la poussait à son paroxysme? En un éclair, le Bélier disparut pour réapparaitre à quelques mètres de son adversaire.




J'avoue que tes attaques sont puissantes et rapides. Mais je me vante moi même d'être un des Chevaliers d'Or les plus rapides. Après tout, le Bélier n'est il pas un animal que l'on redoute lorsqu'il charge?

A nouveau, le Bélier disparut soudainement pour réapparaitre sur la droite de son adversaire. S'en suivit un enchainement de multiples disparitions et apparitions autour du Griffon, chaque intervalle se traduisant par un coup puissant et invisible porté au Juge, martelant ainsi son corps au rythme des disparitions. Après un enchainement s'accélérant sans cesse, Shion finit finalement par réapparaitre quelques mètres devant le Griffon, lui tournant le dos.

Tu sembles maitriser l'utilisation de tes ailes, tant pour te déplacer que pour propulser tes attaques dans ma direction. Mais même le plus agile des rapaces ne peut se saisir d'une proie lorsqu'il est pris dans un filet. J'espère que tu apprécieras le confort de la Toile de Crystal.



Si le Spectre ne parvenait à se défaire de la toile de Crystal, Shion serait assuré d'être débarrassé, au moins temporairement, de toutes ces rafales. Un peu de répit pour respirer et trouver le moyen de vaincre le Juge.






Citation :
EDIT d'Amphitrite : demande de protection divine accordée
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 6 Avr - 14:15



Soudain le mur se brisa… non, il disparut purement et simplement du contact avec ma vrille qui dès lors fusa sur le chevalier d’or du bélier. Il ne fallut qu’un fragment de seconde à mon attaque pour atteindre mon ennemi. Sa puissance amplifiée par la puissance des vents cycloniques, elle emporta Shion dans un véritable ouragan griffant, déchirant ses chairs et arrachant également des parties de sa précieuse armure doré. Mon adversaire semblait s’etre lassé de sa technique de défense, si efficace soit-elle.

« Ainsi tu souhaites abréger notre rencontre pourtant riche en enseignement… Qu’il en soit ainsi. »

Les choix et les mots de mon adversaire me paraissaient absurdes par moment, mais il devait avoir ses raisons.

Ayant été projeté à plusieurs dizaine de mètre de ma position, j’élevais alors la voie pour qu’il puisse m’entendre.

« Chevalier, j’avoue ne pas comprendre tes propos. Tu sembles me prêter des mots et des idées qui ne sont pas miens, j’ignore si c’est une tentative sophiste pour me perturber, si ton discours est un paralogisme naïf ou si tu as juste mal compris mes propos.

Dans le doute, laisse-moi te préciser mes mots. Je ne comprends pas l’idée de rôle que tu suggères, encore moins cette idée d’inversion. Je n’ai fait que te décrire ma situation et la tienne. En somme, alors que vous vous contentez d’espérer et d’attendre que l’Homme s’améliore de lui-même comme par magie tandis que l’humanité souffre et meurs dans le péché, moi j’ai choisis de tourner le dos à cette iniquité et de me battre pour le renouveau, pour le changement. J’ai choisis d’agir alors que vous n’êtes que contemplatif. Athéna n’a pas pu prendre la responsabilité du changement, alors le sombre empereur Hadès s’en est chargé. Peux-tu lui en vouloir, ainsi qu’à nous autre qui nous battons en ce moment pour ses idéaux ?

Ensuite je ne prétends nullement incarner la justice en cet univers injuste en rendant mon verdict aux âmes des morts. Dans cette situation, nous parlons bien d’équité et non de justice. Sache que chacun de mes verdicts fut aussi équitable qu’il le fut possible étant donné la situation.

De plus explique-moi de quel choix parles-tu ? Si j’abandonnais mes fonctions, un autre prendrait ma place, un qui n’aurait peut-être pas mes valeurs, car comme tu le soulignes, tout le monde dans le sombre empire ne partage pas ma vision, certain sont des monstres semblable à ces porcs de la surfaces, ne songeant qu’à détruire et bruler, mais je ne suis pas en charge de l’armée du sombre empire. Crois-moi sur parole lorsque que je te dis que si c’était le cas, nombre de mes confrères se retrouverais dans les prisons infernales à tenir compagnie aux damnés. Mais le sombre empereur Hadès leur a donné sa confiance, et sa parole à force de loi à mes yeux. Aussi, je ne peux qu’avoir foi en ses choix, même si je ne les comprends ni ne les soutient. Bien que je n’estime pas les choix de tous mes compagnons, je me surprends parfois à espérer que l’éternité leur permettra de devenir meilleurs, c’est une maigre consolation certes, mais c’est malgré tout une possibilité non négligeable, une force que vous autre mortels ne pouvaient qu’imaginer.

Alors oui, je prends sur moi la responsabilité de ce rôle fondamental qu’est celui de juge des enfers, celui qui condamne ou sauve les âmes en fonctions de leur vie passée. Mais cela n’est pas un endoctrinement, c’est par choix que j’ai accepté l’offre généreuse du sombre empereur Hadès. Je crois que chacun aura un jour à répondre de ses actes, et lorsque viendra mon tour, alors j’embrasserais mon destin la conscience tranquille, car toute mon existence aura était vouée à l’élaboration d’un meilleur lendemain et à l’équité dans un univers corrompus. Peux-tu en dire autant chevalier, sauras-tu rester serein lorsque viendra ton tour de paraitre devant moi ?

Tu dis te battre pour l’humanité, mais tu ne peux nier que outre le fait qu’elle ignore jusqu’à votre existence, elle ne fait que sombrer d’avantage dans le chaos et la violence, en se créant toujours plus de nouvelle raison de se déchirer mutuellement. Crois-tu vraiment lui rendre service en la laissant poursuivre dans cette voie, ne peux-tu vraiment pas discerner la folie derrière votre espoir ?
»

Tandis que j’avais essayé de combler les éventuelles lacunes dans la compréhension de mon ennemi, je sentais sa vigueur affluer vers moi au travers de mes fils cosmiques, jetant un rapide coup d’œil à mes plaies, je les vis se refermer à vue d’œil grâce à cette jeune force que j’avais arraché au corps défendant de Shion du bélier. Malgré la formidable puissance de mon attaque, il se releva tant bien que mal, dans un grognement de douleur. Ses mots allèrent à Athéna, une prière pour la victoire, une demande de protection divine peut etre…

Puis vint sa contre-attaque, intensifiant son cosmos, il disparut en un éclair avant de reparaitre à quelques mètres de moi. Ses mots avaient un air de défi, et il avait visiblement confiance dans ses propres capacités.

« Eh bien voyons voir si tes actes sont à la hauteur de tes paroles. »

Il disparut aussi soudainement que la première fois et je sus alors que ce n’était pas un déplacement spatiale, mais bien une des facultés extraordinaires du chevalier d’or du bélier, une téléportation… Difficile de faire plus rapide comme déplacement…

Prenant sans doute un grand plaisir dans l’utilisation de cette capacité, il répéta plusieurs fois ce déplacement tout en me portant à chaque fois un coup d’une étrange nature, le rythme s’accéléra tandis que je supportais sans broncher les coups effrénés de mon adversaire qui au final stoppa son attaque en s’arrêtant devant moi, me présentant son dos… Visiblement très confiant sur sa propre vitesse. J’avais subis de plein fouet toutes ses attaques, et cela m’avait couté cher, mais sa vitesse le rendait insaisissable. Et bien que les dommages s’avéraient importants, je n’avais pas encore dit mon dernier mot…

J’avoue que je ne saurais rivaliser avec ta vitesse chevalier, mais j’ai l’avantage de l’expérience et de l’adaptabilité. Je vais très vite te faire regretter de m’avoir tourné le dos.

Mais je ne parvins pas à bouger le moindre muscle. J’étais immobilisé par une étrange toile cosmique sans doute tissée par mon ennemi lors de ses attaques répétées. Mes fils cosmique ne disparurent pas pour autant, mais sans mouvement de ma part, ils tombèrent alors au sol, soulevés par les rafales qui m’entouraient sans que j’en sois le responsable.

Pas mal du tout chevalier, tu me surprends décidément de plus en plus, encore une nouvelle capacité. Tu sembles être décidément un génie. Mais c’est avec des êtres comme toi que j’apprendrais le plus. Je suis pour le moment sans défense contre ce genre de technique, mais j’apprends vite. A présent il te reste l’espoir de m’avoir vaincu avant que je ne me libère de cette toile qui ne saurait me retenir éternellement. Frappe fort.

Ne pouvant rien faire, je sentais alors avec encore plus d’intensité le brulant acide qu’étais le pouvoir que m’avais transmis la sombre impératrice, je ne parvenais toujours pas à en comprendre la nature. Il semblait indomptable, mais serein, changeant et pourtant constant, tout en nuance. Peut etre devais-je l’envisager sous un nouvel angle. De toute manière, j’allais sans doute avoir tout le temps nécessaire pour approfondir mes recherches sur ce pouvoir, ainsi que sur celui de mon ennemi.

Hélas je ne pourrais plus échanger avec mon hôte, et le pire était que je ne saurais dire si cela lui manquerai comme à moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Dim 8 Avr - 17:17

Qui de lui ou de son adversaire marchait dans la mauvaise direction? Une question difficile à laquelle il n'était probablement pas possible de trouver une réponse. Certaines de ses explications paraissaient naïves aux oreilles du Griffon et c'est de l'incompréhension qui ressortait souvent dans ses réponses. De son côté, un certain respect pour Minos s'était frayé un chemin dans l'esprit de Shion mais il ne parvenait pas à accepter, à adhérer à la totalité de son raisonnement. Et surtout aux moyens qu'il mettait en place pour parvenir à ses fins, les fins de son Dieu. Mais de toute façon, en particulier dans la période actuelle, la situation actuelle où ils se combattaient, il était probablement impensable qu'ils trouvent un quelconque accord.

Tournant le dos à Minos, Shion affichait un sourire sur son visage. Là encore, son attaque avait fonctionné exactement comme il le souhaitait et nul besoin de se retourner pour ressentir sa Toile de Cosmos qui emprisonnait en ce moment le Juge des Enfers. Comme quoi, même en l'absence de combat, ses capacités ne semblaient pas s'émousser. Une fierté qui donnait du courage au Premier Gardien.

Minos du Griffon. Peut-être que si nous nous étions croisés dans d'autres circonstances, hors de cette Guerre, peut-être aurions nous pu discuter davantage de nos différents idéaux, d'une manière commune de changer la Terre, de changer les Hommes et de leur créer ainsi un monde meilleur. Mais je crains que dans la situation actuelle, nous ne puissions parvenir à un tel accord. Permets moi seulement de te poser une question par rapport à tes dernières explications. Tu critiques les Saints qui laissent les Hommes évoluer seuls et souffrir plutôt que d'interférer dans leur changement. Mais alors, pourquoi appliques tu le même comportement avec les Spectres? Tu n'es pas en charge de l'armée des Enfers, mais ça ne t'empêche pas d'interférer avec le comportement des autres membres, si?

Sur cette dernière phrase, le Bélier se retourna pour faire face à son adversaire et admirer son travail. Nul mouvement possible pour le Griffon dont même l'expression semblait être entravée par la perfection de la Toile de Crystal. Un travail magnifique. Il aurait pu la maintenir davantage, pour immobiliser le Spectre quelques minutes encore mais il devait frapper fort et vite. Profiter de cet état d'impuissance pour passer les défenses de son adversaire.

Le Bélier écarta les mains en préparatif de son attaque mais se stoppa soudain. Plusieurs évènements se produisirent, à un intervalle rapproché, marques d'espoir venues renforcer la foi de Shion au milieu des Ténèbres. Il ressentit tout d'abord à nouveau le Cosmos de sa Déesse. Plus proche que lors de la manifestation de la Chouette, le Cosmos d'Athéna l'entourait, le rassurait, comme une étreinte bienveillante que lui aurait porté sa Déesse. La tension du Bélier diminua un instant et ses blessures commencèrent à se refermer. Son armure, brisée à certains endroits, semblait elle-même se régénérer doucement au contact de son sang. Athéna avait entendu ses prières et y répondait. Toujours là pour ses Chevaliers, même dans les instants les plus noirs.

Ce fut ensuite un tout autre Cosmos qui atteignit les sens du Bélier et un instant, Shion se tourna vers le chemin par lequel il était arrivé à la Cascade de Sang. Corell. Asmita. Ses compagnons se battaient en ce moment face au Dieu de la Mort et leur demandait de l'aide. L'aide des 12 Chevaliers d'Or pour mettre à terre celui qui avait vaincu Tsurugi du Capricorne et failli faire de même avec Aldebaran. Shion ferma les yeux, concentrant son cosmos à son paroxysme. Le Bélier était maintenant entouré d'une aura dorée, témoignage de sa puissance alors que chaque particule d'énergie semblait rejoindre son corps. Son Cosmos semblait même reprendre de la puissance, se régénérer et la constellation du Bélier apparaissait clairement au dessus du Chevalier d'Or.



Corell, Asmita. Si ma force peut vous aider à vaincre le Dieu de la Mort alors je vous la prête sans hésiter. Détruisez le pour qu'il ne puisse plus nuire. Et pour ce qu'il a fait à Tsurugi et Aldébaran. Le Premier Gardien du Sanctuaire est à vos côtés.

Espérant que sa concentration suffirait à aider ses deux compagnons d'armes, Shion reposa à nouveau ses yeux vers son adversaire du moment. Il était temps d'agir avant que la toile de Crystal ne se brise. Il ne pouvait pas le sous-estimer.

Minos. Je n'ai pas été choisi en temps que Premier Gardien pour ma simple capacité à bloquer les attaques mais je possède aussi quelques compétences offensives. Mon mur de crystal semblait t'avoir impressionné tout à l'heure alors permets moi de faire découvrir une autre de mes arcanes favorites. Tandis que mes compagnons mettent fin au règne du Dieu de la Mort.

Ecartant ses bras de chaque côté de son corps, le Cosmos du Bélier commença à se concentrer dans chacune de ses deux paumes. En quelques instants, celles-ci se mirent à briller, un peu plus chaque seconde, telles deux étoiles illuminant les Enfers. Alors que la lumière atteignait un niveau capable d'éblouir l'observateur imprudent, le Bélier rabattit ses mains devant lui. Les deux étoiles fusionnèrent avant qu'une vague de Cosmos ne prenne rapidement la direction du Spectre immobilisé.



Starlight Extinction, furent les derniers mots prononcés par Shion jusqu'à ce qu'il puisse voir si son attaque avait atteint sa cible.





Dernière édition par Shion le Lun 9 Avr - 0:13, édité 2 fois (Raison : Oubli du détail de l'attaque + erreur de Stats (PA))
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Lun 9 Avr - 14:16

A nouveau je sentis de l’incompréhension face au choix de mon ennemi, j’étais en son pouvoir, mais au lieu de renforcer ses entraves affaiblies, il choisit de m’attaquer… Cela avait-il eu un rapport avec les derniers événements auquel j’avais assisté incrédule ?

Le cosmos d’Athéna venu régénérer le chevalier d’or du bélier, un appel à l’aide de deux autres chevalier d’or en plein combat avec l’incarnation même de Thanatos, une réponse rapide de Shion et une arcane secrète… Que de péripéties, et cela s’avérait si riche en enseignement.

Tandis que l’attaque lumineuse du bélier vint à ma rencontre, je parvins à me libérer de mes entraves cosmiques, mais hélas, il ne me restait pas assez de temps pour esquiver ou même bloquer cette attaque, il ne me restait plus qu’à la subir…

A dire vrai, je ne comprenais toujours pas les effets de cette attaque, je sentis une douleur extrême semblable à du feu léchant jusqu’à l’intérieur de mon corps, mais pourtant, aucune chaleur ne se dégageait de son attaque et aussi, j’eu la surprise de constater le fait que mes fils cosmique dressés en barrière autour de moi s’avérèrent etre une protection appréciable.
J’avais déjà eu l’occasion de recevoir cet arcane du premier gardien du zodiaque d’or, mais elle restait aussi mystérieuse qu’a sa découverte…
Cependant, cette fois encore, j’avais le bénéfice de l’expérience, je savais que la lumière qui émanait de cette attaque rendait aveugle tous ceux qui avait la malchance de la regarder directement, y compris son lanceur et d’après ses propres mots, il venait d’etre guéri de sa cécité, aussi je doutais fortement qu’il souhaiter y retourner dès maintenant…

Ce fut donc le moment que j’attendais, alors que la lumière de l’arcane de mon adversaire atteignait son paroxysme, je déploya alors mes fils cosmique de manière à créer autour de nous un dôme impénétrable, une cage dont nul ne pourrais s’échapper par des moyens conventionnelles tant le maillage était serré.

Puis la lumière prit fin et bien qu’ayant des trace de brulure sur l’ensemble de mon corps, je tenais debout, je n’étais pas indemne, loin de là, mais je n’avais pas encore appris tout ce que ce chevalier pouvait m’apprendre, il m’en fallait plus, beaucoup plus…

« Les fils du destin s’entrecroisent désormais avec une rare célérité, ils s’animent et virevoltent, puis sont coupés en un instant… La vie et la mort vienne et s’en vont, telle des marionnettes dansant sur une table, quand les fils sont coupés elles s’effondrent… »

Juste un murmure, juste une remarque devant ses évènements auquel je ne comprenais pas la finalité…

« Shion du bélier, à la vue des derniers événements, il semble que je te doive quelques félicitations, tu es décidément riche d’enseignement et cela me comble de joie. Aussi je ne serais pas ingrat et répondrais à ta question avec la même sincérité que les précédentes, bien que celle-ci soit des plus personnels…
Au sujet des comportements des autres spectres, comme je te l’ai dit, je n’ai ni droit ni pouvoir de juger ce qui n’est pas mort, et moi-même comme mes frères et sœurs sommes hors du cycle de vie et de trépas. Il se pose donc le problème du droit et du pouvoir d’une part. Mais une autre difficulté vient du fait de l’impossibilité de juger objectivement un acte hors de son contexte. Cela est valable pour tout etre dans cet univers, mortel y compris, et c’est pour cette raison que je me refuse à vous juger tout vivant que vous êtes. Seule la mort apporte une conclusion définitive à vos actes, seul la mort me permet de juger objectivement et équitablement une existence et donc la somme des actes qui la compose. Commences-tu à voir l’absurdité que serait le fait de juger un etre qui peut encore changer sa manière d’agir, un etre qui n’a pas encore eu de conclusion à son existence ? Non seulement cela serait absurde, mais également injuste, aussi je me refuse à user de mes pouvoirs de juge avec mes frères et sœurs. Je ne peux qu’espérer que mes mots, mes actes, en somme mon exemple les inspirent afin qu’il devienne meilleur eux même. Car leur sort est hors de ma sagesse et hors de mon pouvoir. Et bien que cela me soit parfois extrêmement difficile parfois, j’essaye de mon mieux de me conformer à cette conviction. Seul les dieux auraient le droit et les compétences nécessaire pour prononcer un jugement à leur encontre.
»

Je songeais alors au cas récent de Lydia et du scorpion… Ironique de constater que j’avais déjà faillis à mes convictions. Bien que le jugement auquel j’avais promis le spectre du vampire n’avais jamais été qu’une mascarade, un faux semblant, car avant même son élaboration, je savais que la divine impératrice du sombre empire l’avait pardonnée, le fait que j’avais par la faute d’une indigne colère infligé une punition psychique à cette douce et naïve fille de Sélène était plus que déshonorant. Bien que mes excuses semblaient avoir atteint Lydia par leur sincérités et leur humilités, sans doute jamais je ne pourrais effacer cette honte, encore une que je devrais porter avec moi jusqu’au jour où mon gigantesque avenir sera rattraper par mon incommensurable passé.

« Tu serais alors en droit de me dénoncer comme incohérent dans ma rébellion contre le roi des dieux et contre ta déesse. Et tu pourrais avoir partiellement raison. Effectivement leur existences immortelles ne sauraient souffrir d’un jugement péremptoire car pour l’éternité les dieux peuvent agir, pour l’éternité leur actes peuvent changer la création toute entière. Aussi je n’ai aucune prétention à les juger, je ne peux que m’opposer à leur décision par mon droit inaliénable à la défense de mes convictions. Mais là ou tout change, c’est dans le fait que je ne suis pas seul à me rebeller contre l’ordre établis. Si tel était le cas, alors par humilité, je n’oserais prendre les armes afin de défendre mes idéaux, mais je suis soutenu par des dieux, moi aussi. Le sombre empereur, sa divine épouse, et les dieux jumeaux sont derrière moi et partage ma vision. Leurs justifications et leur sagesse infinie deviennent les miennes lorsqu’il s’agit d’un regard au-delà du temps.

Cela ressemble bien sûr plus à de la foi qu’a de la logique, mais je ne te cacherais pas le fait que je ne suis pas une etre de pur logique, pas encore…

C’est aussi une des raisons pour lesquels je cherche la connaissance absolue avec tant d’enthousiasme. Je suis convaincu que si j’arrive à accumuler assez de connaissance, alors l’esprit même des dieux ne me sera plus inaccessible, je pourrais comprendre jusqu’aux forces infinies, jusqu’aux entités primordiales que sont la mort, le sommeil, le chaos ou la nuit. Alors seulement je deviendrais plus qu’un simple spectre, plus qu’un juge, plus qu’un immortel… Je deviendrais un etre nouveau, échappant à toute description car je serais le premier du genre.

C’est en cela mon objectif personnel final. Je ne te demanderais pas de le comprendre, ni même de le respecter. Étant si personnel, je doute qu’aucun etre dans cet univers, hormis moi-même, ne puisse faire cela.

Aussi, comme tu l’as dit toi-même, je n’ai au regard de la situation actuelle plus rien à ajouter au sujet de ta question. Tu es fort chevalier, fort mais pourtant si jeune. Dommage que le destin de tous les mortels soit de passer devant mon jugement après l’inéluctable. Néanmoins, si c’est ma main qui te délivre des chaines de ton existence, alors j’y trouverais une certaine fierté.

Prépare-toi à présent chevalier.
»

D’un simple mouvement de doigts, le dôme jusqu’alors invisible s’embrasa en une toile incandescente parcouru d’un feu bleu saphir. Sous l’intensité des flammes cosmique, la scène devint onirique, sous cet éclairage irréel mon armure se mis à briller comme embrasser elle-même de ces flammes et pourtant il n’en était rien, seul ma volonté embrassé mon cosmos, mais aussi une prière adresser au dieu de la mort.

« Divin Thanatos, toi dont l’existence transcende jusqu’aux dieux eux même, toi qui à vue l’univers naitre et qui le verra mourir. Je t’envoie une partie de mon pouvoir afin de pouvoir te rencontrer dans cette ère également, afin que dans ton infinie sagesse tu m’éclaires sur ta condition et les événements survenus durant mon sommeil. Puisse cette aide modeste t’apporter toute ma conviction personnelle dans tes capacités. Fait comprendre à tes ennemis que la mort est la fin commune à toutes choses dans cet univers et au-delà.»

Spoiler:
 

Mon cosmos pris alors la forme d’un immense griffon scintillant qui après avoir poussé un puissant cri strident pris son envol hors du dôme dans lesquels je ménagea une ouverture afin qu’il puisse rejoindre le divin Thanatos.

« Votre fidélité et votre complicité est impressionnante mortel, mais vous auriez tort de sous-estimer les liens qui nous unissent, nous qui avons des siècles de vécu communs. A présent, tes compagnons vont s’en rendre compte à leur dépend… »

Puis d’un autre mouvement de doigt, du dôme jaillirent des dizaines de pointes acérés qui filèrent vers mon ennemi en un éclair.

Mais ce n’étais pas fini

Mettant alors un genou à terre j’apposais avec force ma main droite sur le sol infernal qui se fissura à cet impact et fut parcouru par une onde de choc. Puis, du sol jaillirent des dizaines de fils cosmique qui entourèrent le chevalier d’or d’une cage mouvante et mortelle.

« Cette fois, même ta défense absolu ne saura te protéger de mon ultime technique et de son adaptabilité quasi infinie. Je sais que tu gardes encore en toi la plus terrible technique du bélier, n’essaye même pas de le nier. N’oublie pas que tu n’aies pas le premier chevalier d’or du bélier que j’affronte. Aussi peut-être qu’à la vue de mon vrai pouvoir, tu me montreras les éventuelles modifications que tu auras apportées au tien. Nourris moi chevalier, nourris-moi de ton savoir et de tes techniques. »

Serrant alors le poing, la cage se resserra soudain avec une extrême célérité tandis que les pointes atteignirent leur cible.

Cosmic Marionettion



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Mar 10 Avr - 0:32

Starlight Extinction. Une arcane aussi puissante qu'impénétrable dans laquelle le Bélier concentrait une grande partie de son Cosmos. Jamais un adversaire n'avait pour le moment été capable de la bloquer tant son origine était mystérieuse et Shion lui-même avait du s'y entrainer des années durant pour parvenir à la maîtriser totalement. Il avait déjà entendu plusieurs rumeurs circulant sur les effets de sa propre attaque. Certains chuchotaient que sa puissance était telle qu'elle pouvait transcender les dimensions et y propulser les combattants n'ayant pas maîtrise nécessaire pour y résister. Néanmoins, aucune explication concrète n'avait jamais été donnée par le premier Gardien, soucieux de conserver ses secrets à l'écart, loin des oreilles de ses ennemis. Peut-être l'apprendrait il un jour à un disciple? Ou un de ses compagnons Chevaliers d'Or. Encore que ces derniers possédaient déjà leurs propres compétences qui n'avaient rien à envier aux siennes.

Tout comme Minos avait été affecté par son attaque et ressortait le corps couvert de brûlures, la Toile de Crystal n'était plus qu'un mauvais souvenir pour le Griffon. Pour le moment... Et le Spectre se trouvait à nouveau libre de tous mouvements, et de toutes paroles bien entendu. Une bonne surprise aux oreilles de Shion fut de découvrir que les blessures n'affectaient en aucun cas la sympathie du Spectre qui le félicita à nouveau pour ses prouesses. Visiblement, ce n'était pas dans la prison des colériques qu'il finirait s'il devait lui aussi être jugé. Le Bélier écouta ensuite les explications du Spectre et se contenta de lever un sourcil, sceptique. Non, il ne comprenait vraiment pas les raisons obscures que lui énumérait Minos. Enfin, peut-être n'était il pas vraiment en condition pour comprendre un tel raisonnement. Trop de pression due à ce combat.

Je suis désolé Minos mais je ne parviens pas vraiment à te convaincre. Peut-être le moment est il mal choisi pour que je me plonge dans de telles réflexions. Ou peut-être mes blessures. Mon esprit ne parvient qu'à s'attarder sur certains détails. Tu ne veux pas juger les vivants mais il semblerait que vous portiez un jugement sur les hommes. Peut-être ma vision est elle faussée mais j'ai l'impression que vous jugez l'avenir des vivants en vous basant sur celui des morts. Vous évaluez l'incapacité des Hommes à évoluer seuls et donc indirectement portez un jugement sur eux. Je me trompe?


Marquant ensuite une courte pause, le Bélier soupira

Mais je félicite quand même la soif de connaissances qui semble t'animer. Elle est tout à ton honneur. Je ne peux t'expliquer le fonctionnement de mes attaques mais j'espère que nos échanges, et pas seulement verbaux, t'apportent quelques connaissances comme tu le souhaites. J'avoue que tes attaques m'en ont déjà appris beaucoup.


Le regard du Bélier s'obscurcit soudain lorsque Minos, comme lui-même l'avait fait quelques instants plus tôt à l'égard de ses compagnons Chevaliers d'Or, fit appel à ses pouvoirs pour supporter Thanatos dans son combat. Que le Juge s'en prenne à lui importait peu au Bélier. Ils étaient en combat, il était son adversaire. Mais il ne supportait pas qu'il apporte au soutien au Dieu de la Mort. Ce démon. Le Bélier adressa un regard noir au Griffon qui décolla pour rejoindre probablement Thanatos. Un jugement peu équitable, assurément.

Le Cosmos du Griffon se mua à nouveau d'une manière offensive et Shion comprit que son adversaire était décidé à repasser à l'attaque. Restait à savoir ce qu'il lui réservait, probablement pas l'attaque qu'il avait déjà reçu à deux reprises. Des pointes acérées apparurent alors et prirent sa direction. Encore ces fameuses pointes. N'avait il point compris que jamais il ne se laisserait atteindre par ce stratagème? Le Bélier s'apprêta à faire un geste mais Minos n'en avait point fini avec son attaque. S'était il vraiment attendu à ce que les choses soient si faciles? Alors que le Spectre apposait une main au sol, de nouveaux fils apparurent et vinrent créer une cage autour de lui. A son tour d'être immobilisé?

Shion concentra son Cosmos cherchant à se protéger du mieux possible du stratagème. Il ne pourrait cette fois éviter la totalité des dégâts et devait se préparer à souffrir. Mais s'il pouvait éviter une partie de l'attaque... Toute défense était bonne à prendre. Il murmura deux mots alors que l'étreinte des fils se refermait soudainement sur lui dans un bruit de craquement. Armures ou os, difficile de le distinguer pour un spectateur. Seul Shion pouvait savoir avec certitude que, si non seulement son armure venait de se briser à plusieurs endroits, il aurait à subir la douleur de plusieurs côtes brisées pendant quelques temps maintenant. Comme si l'attaque de Thanatos ne lui avait pas fait suffisamment de dégâts à cet endroit... En parallèle, le sang du Bélier s'écoulait maintenant à divers endroits du corps de Shion, lacéré par les fils de Minos et leur étreinte infernale.

Le souffle en partie coupé et la douleur l'assaillant par chaque partie de son corps, le Bélier perdit quelques instants le fil de ses pensées. Seule constance, le Cosmos du Chevalier d'Or qui continuait de bruler autour de lui tel un réflexe de survie. Au bout de quelques secondes - s'agissait il de minutes? - le Bélier rouvrit les yeux. Un instant stupéfait, il aperçut les pointes de Minos stoppées, à quelques millimètres de son corps. L'une d'elle pointée directement sur son visage. Le séparant de celle-ci, son mur de Crystal. Non, plus qu'un mur, un cube. Une barrière complète qui entourait le Bélier de chaque côté. Malheureusement incapable d'empêcher l'étreinte mortelle de son adversaire, la défense du Bélier s'était soulevée suffisamment rapidement pour le protéger d'une partie des dégâts. Un léger sourire se distingua sur le visage du Bélier qui baissa alors les yeux au sol, laissant échapper une gerbe de sang.

Minos... Je refuse d'être jugé maintenant... Tu l'as dit toi-même, je suis encore bien jeune. Je n'ai pas le droit.


Prenant quelques inspirations bruyantes, son visage parcouru d'une grimace de douleur à chacune d'elle, le Bélier tenta de se libérer des liens enfoncés dans sa chaire, dans son armure. Impossible pour le moment. Il fallait qu'il s'habitue à la douleur et dispose de plus d'énergie. Stoppant ses mouvement, le Bélier se contenta de concentrer son Cosmos dans son corps et de le régénérer doucement. Plus de Cosmos. Plus d'énergie pour vaincre cet adversaire. Il le fallait.





Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Mar 10 Avr - 18:06

Dans un bruit d’os et d’armure brisés, mon attaque porta ses fruits, de même que je l’avais été plus tôt par le pouvoir du bélier, j’avais paralysé Shion, tout au moins pour un temps, mais comme à mon intuition, il avait encore des cartes en mains, son mur pouvait etre omnidirectionnel et devenir ainsi cube.

Etrange alors que mes fils cosmique ne soit pas coupés par la face se trouvant sous le chevalier d’or du bélier…

Néanmoins, ce cube de cristal avait protégé mon ennemi de mes pointes cosmiques avec une grande efficacité, nul doute que j’aurais beaucoup de mal à percer cette défense…

Au contact direct de la chair et du sang de mon adversaire, mes fils écarlates se gorgèrent de son énergie vitale afin de me la transmettre, soignant par la même occasion nombre de mes plaies.

Puis vinrent les mots du premier gardien du zodiaque d’or, des mots d’incompréhension et de doutes, légitimes surement à la vue de la situation, le pauvre était brisé et en train de se vider de son sang sous mes yeux.

« Merci pour tes compliments chevaliers d’or, je n’en attendais pas autant, mais je ne suis pas surpris outre mesure, après tout, bien qu’étant de pauvres mortels, vous autre chevalier d’Athéna avez toujours été les plus grands représentants de votre espèce. La quintessence des forces et des faiblesses du genre humain, tout ce qui peut se résumer en somme à cette terrible et amère illusion qu’est l’espoir.

Le combat n’est pas encore fini en ce qui me concerne, mais j’ai déjà vue de nombreuses faiblesses dans mon pouvoir, je les savais déjà présente en mon âme suite à mon combat contre Athéna et au scindement de mon essence en deux partie, depuis lors, j’ai beaucoup perdu de mon pouvoir et de ma puissance. Je vais devoir apprendre comment faire de cette faiblesse une force et pour cela, j’ai grand besoin d’adversaire aussi puissant que toi et tes compagnons du zodiaque d’or. Ton prédécesseur fut un grande aide, mais hélas le temps me manqua pour assimiler tout ce qu’il m’a lui aussi apprit. Cette fois je prendrais le temps qu’il faudra pour pouvoir revenir plus puissant que jamais.
»

Je ne mentionnais pas le pouvoir dont j’étais désormais légataire, le pouvoir que m’avait confié la sombre impératrice infernal. Je le sentais fluer et refluer en moi, mais je ne parvenais toujours pas à en comprendre la nature, toutes mes tentatives pour l’associer à mes attaques échouaient sans que je ne puisse rien y faire. Maudissant ma propre faiblesse j’examinais par introspection avec autant de soin que possible cet orbe de puissance niché en mon sein pour la énième fois. Peut etre qu’à la longue, la révélation m’apparaitrait.

« Je peux comprendre ton désarrois face à mes propos, après tout, nous ne sommes pas en train de seulement discuter amicalement de nos points de vue respectifs, il est déjà très louable de ta part d’avoir réussi à suivre notre conversation jusque-là. Aussi je vais te préciser les points que tu ne sembles pas saisir.

Tu as bien compris le fait que ce qui est encore vivant, ou tout du moins non-mort ne saurait etre juger définitivement par mes soins, je m’y refuse car cela serai absurde et injuste. Aussi ce que je condamne n’est pas les mortels actuels vivant dans le péché. Ils restent en absolu encore capable de changer leur verdict final par des actions louables et bonnes. Mais tu conviendras toi-même je suppose que cette possibilité reste extrêmement ténue.

Non, mortel, ce que je condamne est la création telle qu’elle est actuellement, c’est la situation immuable dans laquelle l’univers se trouve qui m’est insupportable. Songe à cela, Zeus vous a donné ces merveilleux cadeaux que sont les instincts et le libre arbitre. Mais il a ensuite édicté des lois divines en totale oppositions avec ses cadeaux, c’est, tu en conviendras également, d’un mauvais gout épouvantable. Et maintenant l’humanité tout entière est vouée au chaos et au péché par la faute de cette erreur criminelle, à supposer qu’il s’agit bien là d’une erreur et non pas d’un geste sadique.

Je condamne le fait que pour que quelque élus se voyant digne d’accéder à l’ile des bienheureux, d’innombrable maudits doivent souffrir pour l’éternité. Crois-moi mortel, j’ai plus que conscience de l’injustice et de l’iniquité qu’est votre situation, et c’est contre cela que je me dresse.

En conclusion mortel, qui est à blâmer dans cette affaire en vérité ? Les mortels imparfaits ou celui qui leur à donner la possibilité de se damner eux même ainsi que ceux qui maintiennent cet état de fait ?

J’ai choisis de blâmer les seconds, et bien que ce soit les mortels que je juge une fois ceux-ci décédés, je rêve du jour ou ce sera au tour des dieux de répondre de leur actes. Mais ils ne seront pas jugés par moi, je n’en ai ni le droit, ni le pouvoir. Non, ils seront jugés par leur pairs, le sombre empereur, sa divine épouse, et les dieux jumeaux forgeront une nouvelle création, une nouvelle genèse, vierge des erreurs commise par leurs prédécesseurs et je souhaite de toute mon âme participer à cette entreprise grâce à mes connaissance du genre humain.

Par conséquent, toi et les tiens êtes des obstacles sur la route qui mène au salut de l’humanité et à la purge de la création. Bien que vos raisons aient un certain sens, elles sont à mes yeux criminellement naïves et égoïstes. Votre foi dans l’humanité actuelle condamne de manière irrévocable d’innombrables humains que vous chérissez tant, et votre immobilisme à l’égard des lois injustes qui régulent la création scelle leur destin tragique au travers des éons. Vos sentiments vous honorent chevalier d’Athéna, mais je pense que le plus grand nombre doit aussi avoir droit à la paix. Et ce n’est pas en espérant leur salut qu’ils l’obtiendront. Après tout, même si vous chatiez un coupable, il n’en reste pas moins un pécheur, seul un grand nombre d’actions, de paroles, ou de pensées vertueuse peuvent sauver un coupable de la damnation éternel. Et cela ne peut etre obligé à accomplir, même avec le plus puissant des cosmos. Non, seule une refonte complète du système permettra à tous les Homme de se voir accorder le salut.

Comme l’avait fait Zeus il y a longtemps, la création et l’humanité doivent etre purgée pour qu’une nouvelle ère puisse voir le jour.

Voilà pourquoi je me dresserais toujours contre vous et votre vision. Au-delà du temps et de la non mort, tant que l’univers sera ce cloaque inique et immoral, je me relèverais, je progresserais, j’évoluerais, jusqu’à avoir la force de changer l’univers de mes propre mains si il le faut.
»

Je m’étais enflammé par degré dans mon discours, j’avais encore fait du zèle dans mes propos, mais je devenais intarissable lorsqu’il s’agissait de débattre sur ce genre de thème. J’espérais seulement que cette fois Shion parviendrais à comprendre tout du moins mes convictions.

« Il est regrettable que je doive encore te frapper chevalier, mais nous somme ennemis et en cela je ne peux rien y changer, nous somme dans des camps opposés et nos visions se rejettent l’une l’autre. Néanmoins, j’apprécie ces échanges avec toi, sache que je les regretterais une fois ce combat fini. Mais tu ne m’as toujours pas montré l’étendue de ton plein pouvoir, je sais que tu disposes encore de la technique ultime du bélier, n’essaie pas de le nier, n’oublie pas que tu n’es pas le premier chevalier d’or du bélier que j’affronte, et surement pas le dernier… »

Je joins alors les mains paume contre paume, avant de concentrer en leur sein une sphère de mots incandescent, une prière aux forces éternelles qui animaient le sombre empire. Levant la main au-dessus de ma tête, la sphère éclata soudain en une pluie de poussière argentée, tandis que dans le dôme qui diffusait toujours ses douces lumières bleutées s’infiltrèrent des volutes éthérées venant vers moi de toutes les directions, frôlant même le chevalier d’or du bélier. Ce fut en moi qu’elles trouvèrent leur destination finale. Ecartant les bras, j’accueillis en mon sein ses nouvelles forces plus que bienvenue. Leur bienfait fut immédiat, je sentais mon pouvoir et mon corps se régénérer à grande vitesse. Il était temps d’en finir.

« Je n’ai aucune prétention à te juger à présent chevalier, mais je peux t’arrêter, et sache que de doute manière, tu auras tôt ou tard à comparaitre devant moi avec ton passé pour subir mon jugement. Puisses-tu alors etre digne de te voir accorder la paix. »

En vérité, bien peu de chevalier d’Athéna s’était vue accorder le droit à la félicité éternelle, car une vie de combat laisser toujours des traces négative, et surtout, ce sont des guerriers, et le sombre empereur aime à les convertir à sa cause. Aussi, le sort qui attendait quasiment tous les chevaliers était soit la damnation éternelle, soit une nouvelle existence au service du sombre empire.

Mais je n’avais plus de larme à verser pour eux, je les avais toutes données au chevalier de la chevelure de Bérénice, Lyria. Que devenait-elle à présent ? J’aurais pu le savoir en cherchant son cosmos, mais j’étais en plein combat, et je n’avais pas le temps de m'accorder ce luxe. J’avais un adversaire à vaincre avant de me soucier de problème personnel, et le devoir passe avant tout…

Je n’avais plus besoin de ma toile cosmique, aussi j’entrepris de la faire s’effondrer sur mon ennemi et son cube voyant si celui-ci pourrais subir l’étreinte implacable de mes fils cosmique sans se briser.

Jaillis également de ma main un fouet cosmique que d’un claquement j’envoyais à la rencontre de mon ennemi, l’avantage du fouet sur les pointes consistait à entourer la victime de son étreinte afin de la maintenir en place, un avantage appréciable face à un adversaire si rapide.

« Subis une fois encore l’étreinte de mes créations. »

Cosmic Marionettion



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Mer 11 Avr - 20:46

Immobilisé par les liens de Minos, le Bélier attendait son heure. Nulle autre action possible que de concentrer son Cosmos, récupérer ses forces jusqu'à ce qu'il se sente capable de se libérer de cette étreinte infernale. Cette passivité forcée lui permettait au moins de prendre quelques instants pour réfléchir à autre chose que son combat. L'attaque des Chevaliers d'Or avait elle fonctionné face au Dieu de la Mort? Et que devenait Dokho? Shion espérait que son ami était parvenu à vaincre son adversaire et le rejoindrait bientôt, mais il ne pouvait en avoir la certitude. Seule la confiance qu'il lui portait lui permettait de rester optimiste. Non, le Chevalier d'Or ne pouvait pas mourir. Ou il l'aurait au moins ressenti.

Ce furent finalement les paroles de Minos qui sortirent le Bélier de ses réflexions. Le Griffon était vraiment décidé à défendre ses opinions, à expliciter le fond de sa pensée. Comme s'il en allait de son honneur que son adversaire comprenne ses motivations. Etonnant comportement. Après tout, il aurait pu simplement ignorer l'incompréhension exprimée par le Bélier et poursuivre le combat mais il préférait consacrer une partie de sa fougue en un nouvel argumentaire. Lequel des deux était réellement le plus naïf? Peut-être qu'ils l'étaient tout autant, chacun dans une direction. Lui de croire que l'homme changerait de lui-même, et Minos de croire que son Dieu, Hadès, apporterait réellement une solution à ce monde. Autre que l'anéantissement pur et simple de celui-ci. Pour une ère meilleure? Probablement pas.

Le regard baissé le sol, Shion répondit:

Je te souhaite un jour d'avoir le pouvoir de changer l'univers et de l'amener sur une ère meilleure. Peut-être y parviendras tu. Mais je crains que tant que l'âme d'un seul Chevalier d'Or survivra, ce changement devra passer par un autre chemin qu'une purge. Tes propos sont louables, d'une certaine manière. Mais je n'ai aucune confiance en ton Dieu et en ta Déesse. Mais qui sait, peut-être parviendront ils un jour à trouver un terrain d'entente avec Athéna. Une autre idée naïve? Probablement. Mais comme je l'ai dit, j'aime laisser la naïveté tracer le chemin de mon existence. Il est tellement plus agréable que celui des sceptiques.

La suite des propos de Minos au sujet des regrets qu'il éprouvait à l'attaquer de nouveau, ainsi que les quelques commentaires au sujet de la potentielle attaque qu'il ne daignait pas utiliser rendit son sourire au Bélier. Quelle soif de connaissance. Une impatience certaine se dégageait des propos du Griffon, désireux de découvrir la plus puissante attaque d'un Chevalier du Bélier. Hm... Qu'en attendait il réellement si ce n'est souffrance? Et ne sous-estimait il pas les Chevaliers d'Or en pensant que chacun reprenait les attaques de son prédécesseur? Il faudrait qu'il pose cette question à un de ses camarades à son retour. Pour savoir si cette idée était fondée ou non.

Quoi qu'il en soit, Minos ne lui laissa guère le temps de s'exprimer sur le sujet. De ses paumes sortit une étrange sphère, qui, lorsqu'elle éclata finalement, sembla lui redonner des forces. Shion soupira, pesta intérieurement. Comment pouvait il se débarrasser de ce Spectre s'il ne cessait de regagner des forces? Il avait probablement l'habitude de mourir et revenir à la vie. Ne voulait il pas retenter l'expérience une fois de plus et le laisser passer!

Partagé entre agacement, lassitude et impuissance, le Bélier releva les yeux en direction de son adversaire. Non. Le Premier Gardien ne s'avouait pas vaincu, dusse t'il y donner toutes ses forces, toute son énergie. Ou même sa vie. Le regard déterminé, Shion observait les mouvements de Minos, préparant sa nouvelle offensive, tandis que lui même ne cessait d'accroitre la puissance de son Cosmos. Soudain, la toile qui le surplombait depuis quelques instants fit mine de s'effondrer en direction de son mur, non cube, de crystal. Réagissant promptement, le Bélier propulsa soudain le Cosmos emmagasiné depuis un moment tout autour de lui. Une véritable vague de lumière s'échappa de son corps, brulant instantanément les fils qui l'avaient immobilisés jusqu'à alors.

S'il avait été logique de s'imaginer que la vague de Cosmos allait poursuivre sa route en direction de la toile qui s'effondrait, il n'en fut rien. Bloquée, non absorbée, celle-ci disparut contre le Cube de Crystal, celui-ci s'illuminant à son tour par la puissance du Bélier. Ce dernier, debout au centre de sa protection, avait maintenant repris sa position fétiche, bras écartés de chaque côté de son corps, laissant échapper son Cosmos en direction de son mur.

Crystal Wall!

Ce qui n'était qu'un murmure en début du combat s'était transformé en un cri puissant dans la bouche du Bélier. Il ne pouvait plus prendre à la légère les attaques de son adversaire s'il souhaitait poursuivre sa mission. S'il souhaitait sortir vivant de ce combat. La toile de Minos atteignit finalement le cube de Crystal et, au lieu du bruit sourd de son écrasement face à une barrière, disparut comme absorbée par celui-ci. Pas plus de bruit pour l'extrémité du fouet du Griffon qui s'engouffra dans la barrière de Crystal pour atteindre une cible invisible à leurs yeux.

Minos. Je suis le Premier Gardien du Sanctuaire. L'étendue de mon pouvoir réside dans ce mur, qui constitue, de mon point de vue , l'arcane ultime du Chevalier du Bélier. Peut-être ne t'ai je pas encore montré tous mes pouvoirs mais je ne pense pas en avoir de plus beau que cette barrière. Et c'est d'elle que tu dois te soucier pour le moment.


Alors qu'il prononçait ces derniers mots, la surface verticale du cube, le séparant de Minos, se mit à trembler légèrement. Un écho se fit alors attendre, comme tiré de profondeurs inconnues. Cosmic Marionettion. L'instant d'après, des dizaines de fils jaillissaient du Mur de Crystal pour prendre la direction du Spectre. Qu'il garde ses fils, le Bélier les avait assez vus.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Jeu 12 Avr - 17:59

Ce fut avec une certaine déception que je vis le cube de cristal s’embraser d’une brillante lumière tandis que mon adversaire écartait les bras pour amplifier sa technique défensive…

Et ce fut sans surprise que mes fils ainsi que mon fouet furent comme aspirés au contact de cette surface brillante et apparemment impénétrable, en tout cas par mes moyens actuels.

Puis me revinrent une partie de mes propres fils, lancés par on ne sait quelle force mystérieuse, une étrange énergie les parcourant. Leurs mouvements chaotique m’empêcha d’en esquiver certain mais la plupart irait s’écraser dans le décor. Par précaution, je m’enveloppa dans mes ailes afin de subir le moins de dommages possible. Bien que cette situation fut assez humiliante, le choc avec mes propres créations m’instruisit sur leurs forces et leurs faiblesses d’un point de vue de victime, jamais je n’avais songé à essayer mes propres techniques sur moi-même, cela s’avéra riche d’enseignement.

Cela s’avérait si instructif que seul un sourire carnassier animait mon visage. Décidément les humains pouvaient être parfois plein de surprises. Mais Shion ne m’avait pas encore montré l’étendue de sa puissance, j’avais encore à apprendre de lui, et de gré ou de force, il devra utiliser sa dernière technique.

J’avais pour ma part grandement amoindrit mon cosmos avec tous ces déploiements et manipulations de fils cosmiques, et plus grave encore, je n’avais toujours pas percé à jour la nature exacte de cet orbe bleu qui séjournait dans ma poitrine. C’était en cela que résidait ma seule déception actuelle, etre totalement incapable de comprendre une chose me laissait toujours un atroce sentiment d’échec.

Etant toujours un genou à terre, enveloppé dans mes ailes depuis le retour de mes fils cosmiques, je pris une profonde inspiration avant de commencer à canaliser mes forces en vue d’une prochaine attaque, j’étais très fatigué, mais je devais encore tenir, encore un peu, il le fallait, je ne pouvais ni abandonner, ni perdre ce combat sans avoir au moins percé le secret de cet orbe et de la technique défensive de mon ennemi. Pourquoi mes attaques n’avaient-elles pas la force de détruire ce mur insolent ? Pourquoi mes propres attaques me revenaient-elle dessus par sa faute ? Comment fonctionnait son attaque Starlight Extinction ? D’où tenait-il sa vitesse prodigieuse ? Toutes ces questions et bien d’autre encore me tournait dans la tête et hélas le temps me manquait pour y répondre. Je ne pouvais pas me concentrer sur autant de problèmes à la fois, je choisie donc de faire confiance à sa divine majesté et à son présent, focalisant mon entière attention sur l’orbe bouillonnant qui s’agitais en moi, cette fois je tentais une nouvelle approche. Au lieu de chercher à l’intégrer dans mon cosmos, j’allais essayer de le dissoudre dans mon cosmos et voir si j’arrivais à en faire quelque chose qui pourrais me servir dans ce combat.

Cela s’avéra être une très mauvaise idée, à peine avais-je commencé à en attaquer la surface, qu’une série de fissures le parcourue soudain, libérant en mon sein une véritable tempête de puissance qui me cloua sur place dans une sensation de brulure bien pire que celle que m’avait infligé mon ennemi, tout mon corps semblait etre en fusion, je ne pouvais plus me relever ni même bouger, à genou et misérable, je ne parvenais même plus à voir le monde qui m’entourais, tous mes nerfs ne me renvoyer qu’un unique message, celui de la douleur la plus atroce. Si je n’avais pas était complétement paralysé, j’aurai surement hurlé ma douleur à en perdre tout souffle mais je ne pouvais même pas faire cela. J’étais là, impuissant face à un pouvoir divin qui me dépassait complètement et qui m’enseignais encore une fois à quel point les dieux me dépassaient. Une bien douloureuse leçon en vérité, mais j’avais péché en pensant etre à même de pouvoir assimiler entièrement ce pouvoir, je compris alors que cette forme d’orbe n’était en fait qu’un sceau maintenant enfermé la plus grande partie de la puissance divine tandis qu’au travers filtrait les effluves de ce pouvoir, et dire que je trouvais ces effluves puissante et incontrôlable… Je n’avais aucune idée de la puissance caché derrière elle, tout du moins jusqu’à maintenant.

Je n’allais pas pouvoir tenir bien longtemps, déjà je sentais le gout métallique de mon propre sang monter dans ma bouche tandis qu’à force de volonté, je parvenais à reprendre contact avec la réalité, d’autre signaux me parvinrent, je vis alors qu’autour de moi un véritable ouragan s’était déployé, fluant et refluant périodiquement comme un ballon que l’on gonflerait puis dégonflerait successivement, sa portée était hélas trop faible pour qu’il atteigne mon ennemi, mais au moins j’avais un aperçu de ce qu’aurai pu etre mon pouvoir si j’avais su maitriser cette force. Hélas, cela n’était plus d’actualité.

Tandis que je parvenais tant bien que mal à reprendre le contrôle de mon corps qui tombait en lambeau, je lançais un regard vers mon ennemi, le vent et les débris m’empêcher de voir son visage distinctement, mais je pouvais deviner son étonnement. Qu’imaginait-il devant cette scène ? Qu’allait-il faire maintenant ? Je ne saurais le dire avec exactitude, et puis je n’arrivais plus à penser convenablement, trop de douleur me tenaillait l’esprit, si jamais je desserrais les mâchoires, seul des borborygmes en sortiraient. Et jamais je n’apparaitrais ainsi face à quiquonque, fusse-t-il un ennemi.

A présent la balle était dans son camp, je ne pouvais plus bouger, tout du moins plus assez vite pour au moins espérer contrer sa vitesse. Mon cosmos était en piteux état lui aussi, comme dissout également par le pouvoir de cet orbe désormais descellé. Tout ce que je pouvais faire maintenant était de poursuivre mes efforts afin d’arrivé à au moins calmer ce pouvoir, et peut-être même qui sait, à l’assimiler ; après tout, si la divine impératrice m’avait confié ce pouvoir, c’est qu’elle devait avoir confiance dans mes capacités à m’en montrer digne, je ne pouvais pas la décevoir, même si cela devait m’en couter la non-vie j’apprendrais les secrets de cette puissance et je la ferais mienne. Même si cela doit prendre mille ans, je réussirais…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Jeu 12 Avr - 22:36

Si seule une partie des fils renvoyés était parvenue à toucher le Griffon, Shion se montrait néanmoins toujours aussi satisfait de sa défense. Il n'avait pratiquement subi aucune blessure de la dernière tentative de Minos et se retrouvait à nouveau libre de ses mouvements. Que demander de plus? Enfin, il devait rester sur ses gardes car son adversaire était loin d'avoir été achevé par ce maigre retour de bâton. Et peut-être allait il se montrer plus virulent encore afin de forcer le Bélier à user de son attaque ultime.

Etonnamment, et pour la première fois de ce combat, Minos demeurait silencieux. Peut-être n'avait il pas jugé les propos de Shion suffisamment intéressant pour daigner réfléchir à de nouveaux arguments. Ou peut-être avait il décidé de devenir sérieux et de concentrer toute son énergie à se battre. Difficile de traduire l'étrange sourire qui ornait son visage à cet instant. Soif de connaissance, soif de vengeance, excitation du combat, de nombreuses raisons étaient envisageables mais Shion préférait attendre que le Spectre s'exprime pour en avoir le coeur net.

Mais rien ne vint. Minos demeurait immobile, concentrant son Cosmos. Peut-être avait il dépensé trop d'énergie lors de ses multiples assauts et avait besoin de récupérer? Une aubaine pour le Bélier. Mais alors, pourquoi ne cherchait il pas à détourner son attention en reprenant leur discussion. Il était impossible que le Griffon soit épuisé au point de ne pouvoir parler. Puis soudain, se produisit quelque chose d'inattendu. Une déferlante d'énergie se fit ressentir au sein de Minos et une tempête prit forme à ses abords. Instinctivement, le Bélier se prépara à renforcer sur mur pour contrer une nouvelle attaque mais relâcha son énergie lorsqu'il se rendit compte de sa méprise. Non, Minos ne déchainait pas ses forces pour lancer un nouvel assaut mais semblait plutôt à la merci de quelque chose. Mais quoi?

Incompréhension et pitié apparaissaient sur le visage du Bélier. Après leurs différents échanges, la pitié laissait presque place à une certaine sympathie. Enfin, presque. Si son adversaire n'avait pas été un Spectre prêt à tout pour l'empêcher de passer. Alors que lui, devait avancer le plus rapidement possible. Il n'avait pas le droit d'éprouver de la pitié pour Minos. Secouant la tête, Shion soupira. Si, cette pitié il pouvait l'éprouver. Il était humain après tout. Il avait le droit de ressentir ce qu'il souhaitait tant qu'il n'abandonnait pas son devoir, ses idéaux. Tant que sa foi demeurait au premier plan, supplantant tout le reste.

Minos, je ne sais quoi penser de cette vision mais ta souffrance doit être intense pour que tu choisisses le silence. Toi, si féru de connaissances et d'échanges. Sache qu'en cet instant, je suis celui qui éprouve des regrets à devoir m'attaquer à toi. Comme quoi, nos situations ne sont pas bien différentes. Mais comme toi, je n'ai pas le choix et dois poursuivre mon chemin, et ainsi te retirer de celui-ci.


Soupirant, le Bélier reprit:

J'aimerais satisfaire ta curiosité, ta soif de connaissance et te montrer mon arcane ultime. Mais je n'oublie pas que tu es mon adversaire et que je dois garder certains de mes secrets. Si ton esprit est aussi affuté qu'il y parait, je ne voudrais pas que tu retournes cette compétence contre moi. Néanmoins, je vais quand même te montrer un autre de mes talents. Peut-être sauras tu me dire si mes prédécesseurs le possédaient eux aussi. Ou si je suis capable de te surprendre à nouveau. Mais dans tous les cas, je suis certain que cela te confortera dans l'idée que la connaissance ouvre de nombreuses portes.

Faisant totalement disparaitre le cube de Crystal qui l'entourait jusqu'à maintenant, Shion concentra à nouveau son Cosmos dans son corps. Comme quelques instants plus tôt, son Cosmos reprenait de l'ampleur, de la vigueur. Peut-être l'énergie de sa défense qui lui revenait finalement.



Puis soudain, le Cosmos du Bélier se concentra dans son bras, non plutôt dans sa main, et Shion posa un genou au sol. Avec force, il appuya alors sa main droite sur le sol, face à lui, fissurant celui-ci alors qu'une onde de choc probablement familière au Griffon se faisait ressentir.

Observer, comprendre. Une face particulièrement intéressante de la Connaissance. Minos, merci pour ce présent. Cosmic Marionettion.


En un éclair jaillirent des dizaines de fils cosmiques du sol, recréant autour du Griffon la cage qu'il avait lui-même subie quelques instants plus tôt. Puis, comme l'avait fait son adversaire dans la même situation, Shion resserra alors son poing afin d'écraser Minos au sein de sa propre étreinte infernale.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 13 Avr - 17:10

Spoiler:
 

Tandis que ma chair et mes os se déchiraient sous la déferlante de puissance dont j’étais la victime, des mots me parvinrent au travers du souffle de la tempête qui m’entourait, mais hélas, je ne les compris pas, quel ironie, moi qui aurait tant souhaité continuer cet échange stimulant…

Mon corps à présent totalement parcourue de fissure desquels se dégageait une lueur bleuté ne me répondait plus, comme paralysé par une force supérieure à la mienne, seul mon cosmos semblait encore réceptif à ma volonté. Je devais l’accroitre, encore et toujours, jusqu’à ce que je puisse trouver la force de renverser cette situation.

Je n’avais de plus aucun doute sur le fait que mon adversaire ne se laisserait pas gagner par la pitié en me voyant dans cet état, et cela n’était qu’honorable de sa part, après tout, je n’étais pas venu le trouver pour échanger des politesses, mais bien pour mettre un terme à son avancé dans le sombre empire. De plus il aurait été déshonorant pour moi d’avoir pas subi la force de mon ennemi à cause de mon état impuissant.

Frappe moi chevalier, si je dois tomber de ta main, qu’il en soit ainsi, mais ne retiens pas tes coups…

Comme si il avait pu lire dans mes pensées, jaillirent autour de moi des dizaines de fils cosmiques semblable au miens. Quel était cette nouvelle ruse ? Une illusion ? Une tromperie ?

Non, lorsque ces fils virent m’écraser dans leur étreinte et que, malgré la douleur intense que m’infligeait le divin pouvoir de la sombre impératrice, je sentis ce qui restait de mon corps se briser sous leur puissance, je sus que c’était là des fils cosmique semblable en tout point aux miens. Comment cela était-il possible ? Ce n’était pas des fils que j’avais créés, le cosmos qui les habitait n’était pas le mien, mais celui de Shion… Avait-il réussit à reproduire ma technique en si peu de temps ?

Un génie… Magnifique…

J’avais à présent put éprouver la force de l’ensemble de mes propres techniques sur moi-même grâce à la puissance de mon ennemi. Un don inestimable…

J’étais maintenant entouré de ces fils qui me maintenaient en place de leur implacable étreinte, mais cela ne changeait pas grand-chose à ma situation, car je n’aurais pas pu bouger le moindre membre tant le pouvoir de cet orbe me détruisait de l’intérieur avec une force sans cesse renouvelé, sans cesse fluctuante, j’avais beau essayé de m’adapter sous toute les combinaisons possible, ce pouvoir était changeant et constamment fluctuant, je n’arrivais même pas à le cerner, sa forme et sa nature évoluaient sans cesse. Ma lutte était vouée à l’échec, je ne pouvais pas combattre une chose qui évoluait sans cesse à cette vitesse. Jamais je n’avais contemplé une telle chose, ça tenait de l’ordre de l’impossible, enfin c’est ce que j’aurais dit il y a encore quelque heures, mais maintenant, j’avais l’occasion d’expérimenter les limites de mes connaissances d’une manière des plus directs et douloureuses. Bien cruelle forme d’apprentissage que la méthode empirique, d’abord viens l’examen puis ensuite la leçon… Et en l’occurrence, je n’allais pas pouvoir réussir cet examen… Je ne pouvais plus lutter contre cette forme de pouvoir, je ne pouvais même pas la freiner convenablement, je voyais des morceaux de mon corps et de mon surplis se détacher avant de devenir poussière emporté aux 4 vents infernaux. Quelle image devais-je envoyer à mon adversaire… Au final je n’allais sans doute même pas pouvoir subir sa dernière attaque… Je n’avais plus de force et plus de temps… Tout ce que je pouvais faire était de continuer un combat perdu d’avance contre un pouvoir divin se régénérant constamment tandis que mes forces s’amenuisaient…

Divine majesté pardonnez-moi. Je ne parviens pas à me montrer digne de votre don, j’aurais grand besoin de vos conseils et vous êtes si loin et surement occupé par la défense du sombre empire… Je suis convaincu que si vous m’avez donné ce cadeau c’est que vous m’en pensiez digne, mais alors pourquoi je n’y arrive pas ?

Comment pourrais-je vaincre une telle force? Toute lutte semble si vaine, il se modifie constamment pour échapper à toutes mes tentatives de soumission ou d’assimilation… Un changement perpétuel, un renouveau infini…


Et c’est alors que je compris ce que je devais faire, moi seul pouvait mettre un terme à cela, je compris que ce que j’avais toujours pris pour une arme et une force de destruction était en fait tout à fait autre chose… Toutes mes tentatives pour la soumettre ou la contrôler s’avéraient vaine car cette force ne pouvait etre soumise. Elle était bien au-delà de mon propre pouvoir aussi je devais simplement l’accepter tel quel, la laisser accomplir son œuvre...

J’abandonnais alors toute résistance face à cette force, ayant foi dans mes déductions et le don de sa divine majesté.

Ne rencontrant plus aucune barrière pour le freiner, la force acheva de se répandre dans ce qui restait de mon enveloppe physique dans une soudaine expansion qui malgré toute ma volonté m’arracha un hurlement de douleur… Puis vint le calme plat… Je ne sentais plus aucune douleur… en fait je ne sentais plus rien, je commençais à perdre tous mes sens et le toucher était le premier à disparaitre. Je ne pouvais plus bouger et pour cause, mon corps et mon surplis était en train de tomber en poussière sous mes yeux tandis que ma vue se voilait.

J’avais déjà perdu un bras et la moitié d’une aile tandis que je levais alors la tête vers mon ennemi, sans doute pour la dernière fois.

Je ne pus distinguer quel était son expression mais je ne pouvais pas savoir non plus à quoi ressemblait mon visage à présent, sans doute décomposé comme tout le reste…

Alors que je redevenais poussière, mon esprit se clarifia alors que je perdais la vue après avoir perdu l’ouïe. Mon cosmos eu un renouveau soudain, mais je n’avais plus aucun moyen physique de le manifester. Ce fut donc vers Shion que j’intervins.

Navré chevalier d’or du bélier, il semble que je n’étais pas digne de la puissance que m’avait confié la sombre impératrice, tout du moins pour le moment. Je ne puis poursuivre notre échange plus longtemps, mon enveloppe physique est brisée, j’ignore même si il en reste quelque chose à l’heure actuelle. J’ai échoué à t’arrêter mais je tiens à te féliciter pour ton pouvoir malgré ta condition et ton jeune âge. Tu sembles etre un génie et avoir eu l’occasion de t’affronter fut un honneur. Tu fus pour moi bien plus qu’un ennemi, tu fus un grand professeur.

Aussi je souhaite te demander une faveur en tant que ton adversaire. Je n’ai apparemment plus la force de te stopper toi et les tiens, et j’ignore quand je la retrouverais, aussi je te le demande humblement, si vous êtes déterminé à libérer le roi des dieux et à embrasser l’avenir qui en découlera alors je t’en prie, protège l’univers de sa fureur, protège cet avenir radieux que vous semblez tant chérir de la folie de Zeus. Empêche-le de détruire le monde par vengeance.

Et aussi merci pour tout ce que tu m’as appris chevalier. Lors de ma résurrection, j’aurais beaucoup de chose à assimiler grâce à toi. Peut etre nous retrouverons nous avant la fin de cette guerre… et cette fois, j’espère bien te vaincre chevalier.

En attendant poursuit ton chemin et panse tes plaies, mais n’oublie pas qu’ici dans les Enfers, les mortels n’ont pas leur place et que mes frères et sœurs ne manqueront pas de te le faire comprendre.


Puis je ne parvins plus à maintenir le lien psychique avec mon adversaire, et pour cause, mon enveloppe physique devait avoir fini de se dissoudre.

Bien que n’éprouvant plus aucune sensation, j’étais dans un état d’esprit bien différent de la non-mort, j’étais parfaitement conscient et éveiller, en pleine possession de mes moyens intellectuel, et mon cosmos était toujours là présent. Où étais-je ? Je ne saurais le dire, peut etre à présent à des milliers de lieux de Shion, mais au fond peu importe. J’avais dit l’essentiel à mon ennemi et à présent, j’avais une tâche à accomplir, je devais comprendre comment revenir dans la sphère d’existence physique…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   Ven 13 Avr - 22:10

Le créateur de Lost canvas l’avait prédit ! Je déclare la victoire de Shion !
Merci a vous deux pour ce magnifique combat, vous pouvez dés a présent faire vos posts de récupérations et vos demandes de point ^^ Encore bravo pour ce combat

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos   

Revenir en haut Aller en bas
 

Combat GS : Une retrouvaille dans le sang des damnés, Shion vs Minos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Cascade de Sang-