RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Dans l'attente des ennemis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Dans l'attente des ennemis   Mer 4 Avr - 0:33

==> Cocyte

Les choses s'étaient vraiment apaisées entre Inferno et Lydia. C'était le moins que l'on puisse dire. Le spectre du Démon avait même volé à son secours en sentant la réticence de la jeune femme à laisser la déesse des Enfers seule avec ce nouvel arrivant. Ne pas savoir qu'il était ni quelles étaient ses intentions avait provoqué chez elle une terrible inquiétude.

Elle connaissait la force de sa reine mais la savoir ainsi aux prises avec tous ceux qui avançaient encore était une épreuve en soi et c'était à regret qu'elle avait laissé le Cocyte derrière elle. Etre ainsi écartée du champ de bataille était également très dur mais il fallait bien se rendre à l'évidence, elle était blessée tout comme Inferno.

D'un vol rapide, elle avait rejoint la Tolomea. Cette demeure qu'elle partageait maintenant avec le juge Minos. Jamais, elle n'aurait cru revoir le Griffon et pourtant c'est le cas. La Belle se posa avec toute l'élégance qui était la sienne avant d'être rejointe par Inferno. Aussitôt, la garnison vint à leur rencontre. Les soldats n'étaient pas effrayés mais sentaient bien la progression des chevaliers et les chocs entre combattants.

Les rumeurs allaient vite dans les Enfers pour ceux capables de les écouter. Les défunts parlaient entre eux. Ils évoquaient les saints et les Ases. La venue de la déesse Athéna s'était d'ailleurs propagée comme une traînée de poudre jusqu'au fond des Enfers. Savoir cette déesse sans coeur ni entrailles sur les terres des sombres monarques avait provoquer une effervescence à nulle autre pareille. Elle venait céans chasser les méchants spectres mais n'était-elle pas aussi un peu responsable. Pourquoi autant de crimes sur terre alors qu'elle était soit-disant là pour offrir la paix, le bonheur, l'amour et tant d'autres rêves ? A l'écouter, elle offrirait un nouvel âge d'or mais est-ce qu'une seule de ses victoires avait changé réellement les choses ?

Nul innocent ici...

Tous ces défunts avaient perpétré les pires crimes. Combien d'entre eux n'étaient-ils pas morts de la main de chevaliers ? Enfin, Lydia n'espérait plus pouvoir rencontrer cette femme. Depuis la perte de son amour, elle ne souhaitait même plus croiser cette déesse qui au fond cachait sa soif de pouvoir sous un masque de bienveillance.

Pourquoi libérer Zeus, si ce n'était pour garder son meilleur allié et son plus puissant protecteur ?

Lydia en était à rabattre ses pensées lorsque les gardes l'accueillir et qu'elle donna ses ordres.

- Gardes et vaillants soldats d'Hadès. Notre reine souhaite que nous défendions les dernières prisons contre les sacrilèges qui osent venir souiller les terres de nos maîtres. Tenez vous prêts à combattre sous peu.

Puis étendant le bras vers Infenro.

- Je vous présente le nouveau spectre du Démon, Inferno. Il revient de plusieurs batailles après avoir exécuté des chevaliers parmi les plus puissants de l'ordre, des saints à l'habit d'or.

C'était très dur pour la rousse Vampire mais elle devait aussi galvaniser les troupes et leur offrir un héros. Aussi, rafermissant sa voix, elle continua.

- Aussi, je compte sur vous pour que tout soit près pour lui offrir les meilleurs soins et les meilleurs armes, le temps que les ennemis viennent jusqu'à nous pour que nous puissions tous les massacrer comme il se doit.

Des cris enthousiastes avaient suivi. Les gardes s'empressèrent de quérir les armuriers qui apparurent aussitôt. Et craignant la réaction d'un spectre aussi solitaire que lui, Lydia s'empressa.

- Ils sont parfaits, Inferno, fais leur confiance et confie leur ton surplis. Ils donneront le maximum d'eux-même pour que nous puissions repartir au combat avec le meilleur armement possible.

Et joignant le geste la parole, elle leur confia le surplis du Vampire avant de voir apparaître Lucille sous le regard réjoui de Lucky.

- Et maintenant suis-moi... Ajouta-t-elle en regardant le spectre aux vêtements déchirer. Je vais t'emmener dans mes appartements où tu pourras achever tes soins mais aussi te restaurer.

Tout ce que nous pouvons faire maintenant, c'est récupérer au maximum nos forces et renforcer nos armures.


Et elle l'entraîna dans la partie de la Tolomea qui lui était dédiée avec pour toute escorte une servante, une fée et d'innombrables chauves-souris.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Mer 4 Avr - 21:16


Arrow Le Cocyte

Il ne me fallut que très peu de temps pour rejoindre la belle rousse qui m'attendait devant le bâtiment imposant de la Toloméa. Elle semblait déjà en train de donner des instructions, et lorsque je me réceptionnai à ses côtés d'un bond toujours aussi félin, l'étoile des Ténèbres m'introduisit d'une manière qui me fit tiquer auprès des troupes. Un héros... ? Quelle drôle d'idée que de me présenter ainsi, moi qui étais un assassin et qui vivais de cela. Mais il fallait bien reconnaître à sa décharge que la jeune femme ne savait pas cela, et que les troupes infernales avaient besoin d'illusions de ce genre pour maintenir leur moral à un tel moment de la guerre sainte.

Bombant le torse, je m'avançai lentement au milieu des hommes comme pour me faire reconnaitre. Jouer les paons n'était décidément pas mon fort, mais si Lydia pensait qu'il le fallait... Cela ne durerait pas longtemps après tout. Tout cela pour remonter le moral à quelques hommes qui seraient balayés par une simple attaque à l'arrivée du premier chevalier ennemi. Opposer une telle résistance face à un envahisseur aussi puissant était de la folie. Mon instinct d'assassin et de conservation me hurlait intérieurement de fuir les Enfers et cette lutte vaine perdue d'avance. Mais quelque chose me retenait ici. Et puis, c'était l'occasion ou jamais de régler mes comptes avec les Saints. Une occasion que je ne pouvais laisser passer à aucun prix...

Comme si jouer les prophètes n'était pas suffisant, Lydia me força la main et m'incita à retirer mon armure pour la confier aux forgerons de la toloméa. Levant rapidement les bras, je fis un mouvement de recul comme pour signifier qu'il était hors de question de leur donner mon armure, mais le regard de la belle ainsi que ses paroles rassurantes m'incitèrent à nouveau à me plier à ses demandes. Que m'arrivait il ? Un homme sans foi ni loi comme moi, se plier aussi facilement aux demandes de quelqu'un ? Je me faisais peur ces dernières heures. Après un long soupir, j'écartai les bras et mon surplis se détacha pour se remonter près des forgerons en question.
- Messieurs, cette armure est comme une deuxième peau pour moi. Prenez en soin ou vous en répondrez devant moi...

Je me retrouvai à présent torse nu devant Lydia et devant les gardes, et certains regards m'agacèrent.
- Bon, ben, ça va, non ?! Retournez à vos postes !
Une lueur de crainte passa dans leurs yeux et ils s'exécutèrent sans discuter. La jeune femme qui avait heureusement remarqué l'état de mes vêtements, me demanda de la suivre, m'assurant qu'elle avait d'autres vêtements pour moi. Mal à l'aise dans cette tenue, et fixant le sol, je suivis docilement la belle en direction de ses quartiers...

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Jeu 5 Avr - 21:31

Le moins que l'on pouvait dire c'était que la façon dont Lydia avait présenté Inferno aux défenseurs de la Tolomea n'avait vraiment pas été au goût du jeune homme. Elle l'avait vu se raidir avant de finalement se plier au jeu. La merveilleuse Etoile avait alors souri, le remerciant de cette façon qui semblait faire son effet.

En effet, le Démon aurait très bien pu refuser de jouer le rôle qu'elle lui avait attribué mais avait finalement accepté. L'entente entre les deux Gardiens devait sans doute passer par là. Tous deux devaient faire des efforts pour se reconcillier et recréer les liens que la perte de Bardamu avait rompu. Lydia ne pourrait jamais oublier cela mais elle se souvenait aussi de la noblesse d'âme du Scorpion d'or. N'importe qui à sa place n'aurait sans doute penser qu'à sa vengeance mais lui avait songé au bonheur de la jeune Vampire malgré tout. La rousse chasseresse avait entrevu ses larmes alors qu'il la laissait repartir tout en gardant l'espoir de la retrouver un jour et de renouer avec elle.

Quelque chose survivrait toujours entre les deux êtres, enfants de deux mondes si différents mais ayant chacun cette part de mystère qui les mettait à part dans chacun de leur camp.

Puis, tout s'était enchaîné si vite et elle se retrouvait face à Inferno devant les gardes de cette demeure qu'elle partageait avec le juge du Griffon. La façon dont il avait réagi avant de céder à sa demande l'avait quelque peu amusée. Il n'avait rien d'un fier à bras aimant plastronner devant ses sulbalternes. Elle pouvait presque le voir rougir tout en appréciant cet effort qu'il faisait sur lui-même. En effet, c'était plus du goût des saints de parader tout comme leur déesse d'ailleurs.

Enfin la belle chasseresse était sous le coup de la douleur immense qu'elle ressentait encore et pour elle, seule Athéna était responsable. L'opposition ne venait pas de Perséphone ou même de Rochel. La Belle ne pourrait jamais se retourner contre ses divinités aussi Athéna était la parfaite responsable, inaccessible derrière sa bande de sacrilèges en habit d'or.

Puis vint la deuxième épreuve pour le Gardien de l'Hiver : ôter son surplis. Chose qui semblait encore plus difficile que la précédente. La belle avait alors de nouveau souri en voyant son geste de recul. Elle avait pris la peine de faire quérir les meilleurs armuriers et tous deux savaient que chaque minute comptait. Pour remettre les surplis en état, il fallait du temps. Aussi, Lydia s'était séparée de sa protection, donnant l'exemple sans se retrouver à demi-nue, heureusement. Sans doute que le pauvre Inferno n'avait pas la chance d'un Rochel ou d'un Raimï qui eux avait pu admirer le buste et les courbes émouvantes de la jeune femme.

Mais en même temps, Lydia était pudique et seul le fait qu'elle était à chaque fois en plein combat ne l'avait pas paralysée un instant, lui offrant en prime la couleur d'un joli coquelicot.

Enfin, l'épreuve d'Inferno avait touché à sa fin et Lydia l'avait invité à entrer dans ses appartements.

- Merci, Inferno, d'avoir joué le jeu.

Elle s'était montrée amicale même si sa voix tremblait encore.

- J'ai bien vu que cela te gênait de plastronner comme un paon devant les gardes mais ils en ont besoin. Ici, je peux te le dire, personne ne nous entend, mais nous avons très peu de chance de vaincre. Je ne peux tous les sauver mais savoir que nous ne les abandonneront pas est aussi un réconfort inestimable pour eux. Tous ces soldats luttent pour nos maîtres avec le même courage et la même foi.

Lucille...


Elle indiqua la porte derrière laquelle la splendide servante avait disparu.

- Elle m'est dévouée et j'aimerais...

Elle baissa les yeux.

- S'il m'arrive malheur que tu veilles à ce qu'on ne lui fasse pas de mal. Sauve-la en souvenir de moi si d'aventure je devais mourir. Tu m'as fait du mal, Inferno aussi...

Elle suspendit sa phrase en entendant l'intéressée revenir.

" Une nouvelle fois sauvé par le gong, mon cher Inferno. Mais acceptes-tu de faire cela pour moi ? "

Son regard s'était fait si doux et intense. Deux rubis brillant de l'éclat de la passion et de la souffrance, comme le sang et le soleil...

Elle attendait la réponse de son collègue lorsque Lucille toussota laissant les nouveaux vêtements destinés au spectre sur l'une des tables basses, à côté d'un nécessaire de toilette et d'un autre plateau supportant plusieurs carafes et fioles.

- Seigneur Inferno, voici de quoi vous changer et vous soigner. Il y a une petite salle d'eau juste à côté de l'armurerie.
- N'hésite pas à y jeter un oeil et te servir. Ma collection est à ta disposition.
Un clin d'oeil et se tournant vers Lucille. Bien, je vais te laisser le temps de panser mes propres blessures. A bientôt...

Et à peine Lydia venait-elle de s'éclipser que Lucky fit son apparition.

- Merci, Inferno, sans toi, elle serait morte. Tu sais, elle va aller se baigner avant de panser ses blessures et si tu le souhaites, je peux te la montrer.

Un mouvement de la fée qui voletait tout autour du spectre torse nu.

- Elle a confiance en moi et moi je sais que tu la protègeras. Mais dis-moi d'abord ce que tu souhaites faire ?

Et la familière de Lydia resta immobile attendant ce qu'Inferno lui demanderait.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Jeu 5 Avr - 23:33



Nos pas se répercutaient en échos dans les grands couloirs de la Toloméa tandis que Lydia me remerciait pour avoir joué son jeu. Faisant la moue, je lui répondis en mettant les mains dans les poches :
- Je t'en prie, je te devais bien ça... Mais, évites de me faire le coup trop souvent, s'il te plaît. Ce n'est vraiment pas mon truc... ajoutai-je en chassant une mèche de devant mes yeux.

La jeune femme poursuivit son petit exposé sur les hommes, que j'écoutai docilement en restant un à deux pas derrière elle pour bien marquer le fait que j'étais un invité chez l'étoile des Ténèbres. Mes yeux balayaient silencieusement les lieux qui étaient décorés d'une manière qui était tout à fait à mon goût. J'ignorais si Lydia avait fait décorer les lieux elle même, mais les tentures ornant les lieux étaient magnifiques, et les jeux de lumières provoqués par les torches donnaient un air mystérieux aux lieux, pour ne rien gâcher.
- Nous n'avons plus aucune chance de vaincre, en vérité, corrigeai-je d'une voix terriblement froide. On aurait dit que je parlais du temps qu'il faisait. Aucune émotion n'en transparaissait.
- L'ennemi est bien trop nombreux, et nos pertes sont déjà importantes. Nous ne ferons que gagner du temps en poursuivant la bataille, poursuivis-je en m'adossant nonchalamment au mur et en remettant les mains dans mes poches. Faire briller les yeux des hommes et les remplir d'illusions ne changera pas le fait que chacun d'entre eux sera balayé à la première attaque ennemie... Mais je sais l'impact que peut avoir le moral sur les performances des troupes, c'est pourquoi j'ai joué le jeu.

La servante dénommée Lucille disparut derrière une porte pendant que Lydia et moi continuions à discuter.
- Tu te demandes probablement pourquoi je continue à combattre si je suis sûr et certain que la bataille est perdue. C'est assez simple, en fait. Quand je me suis fixé un objectif, je ne le lâche, jamais. Cela me vient de mon boulot... Je ne quitterai les Enfers qu'au tout dernier moment, lorsque j'aurai pu tuer un maximum de ces traîtres de Saints. Je suis certain de pouvoir disparaître au dernier moment...

La belle prit soudain un air grave et changea de sujet pour me parler de Lucille pendant qu'elle n'était pas là. Elle s'interrompit lorsque cette dernière revint et acheva via télépathie sa demande, même si ce n'était pas nécessaire. J'avais bien compris où elle voulait en venir...
J'imagine que c'est une preuve de confiance, si tu me demandes une telle chose... Tu peux me faire confiance, j'y veillerai tant que je demeurerai dans les parages...

Eludant la phrase qui faisait référence aux souffrances de Lydia, mon regard fuyant se tourna vers la servante qui m'adressa doucement la parole :
- Merci, Lucille. Je n'y manquerai pas, lui dis-je poliment.

Après quelques paroles rapides, je fis aussitôt quelques pas vers l'armurerie, comme attiré par elle. J'avais remarqué les jolies lames que portait souvent la vampire. Peut être avait elle de jolies pièces valant le coup d'oeil dans sa collection. Soudain, une petite fée que je reconnus aussitôt me coupa littéralement la route :
- Tiens, entamai-je en posant les mains sur les hanches, te v'la, toi ! lui dis-je d'un ton amical.

La dépassant rapidement, je me rapprochai de la pièce renfermant la collection de la belle rousse lorsque Lucky me fit une proposition, pour le moins, indécente, bien que très alléchante. M'immobilisant, je lui fis face avec un air amusé avant de répondre :
- Tu en as encore beaucoup des propositions de ce genre ?
Pour toute réponse, Lucky éclata d'un petit rire sadique.
- Bien que ta proposition soit tout à fait alléchante, je me dois de refuser... Je pense avoir fait suffisamment de mal à Lydia pour aujourd'hui, ajoutai-je en pénétrant dans l'armurerie.

La collection de lames qui s'offrit à ma vue fit apparaître sur mon visage d'ordinaire si sombre une lumière, celle d'un enfant qui aurait trouvé une caverne à jouets. Certaines de ces lames étaient sublimes. M'approchant d'un ratelier, je retirai délicatement l'une d'entre elle qui était en argent, avec un manche magnifiquement ouvragé : un serpent en position d'attaque était gravé sur celui ci, et des émeraudes étaient incrustées à la place des yeux. Mais plus que tout, c'était la qualité de l'équilibrage du poignard. Il semblait si léger. Le prenant en main, je fis de rapides passes avec une agilité et une vitesse qui sembla impressionner Lucky. Un sourire se dessina sur mon visage : c'était un plaisir de magner une telle lame.

- Tu aimes les dagues, toi aussi, n'est ce pas ? me demanda soudain la petite fée d'un air amusé en se posant sur une table non loin.
Lorsque mon regard croisa le sien, elle obtint sa réponse sans que j'aie à répondre : mes yeux pétillaient de plaisir. Eux qui étaient habituellement si sombres. Je fis à nouveau quelques passes lorsque soudain, Lucky voleta jusqu'à mon oreille par dessus mon épaule avant de murmurer :
- Encore une chose que vous avez en commun, lança t'elle d'un ton railleur.
Jouant les sourds, je poursuivis mes exercices en changeant de main avec la dague. Mais la petite diablesse revint à la charge :
- Elle est jolie, n'est ce pas ? Lydia, je veux dire.
- Tu as fini, oui ! Sale bête, vas ! lui dis-je gentiment. Vas plutôt me chercher mes vêtements, si tu veux te rendre utile. Je me suis suffisamment embarrassé tout à l'heure.
- Pourquoi embarrassé, demande soudain la petite fée en me tournant autour, perplexe. Un beau corps comme le tien, y a pas de quoi avoir honte !
- Vêtements ! ajoutai-je, soudain gêné par des propos si bruts.

Aussitôt, la petite fée s'en alla en ronchonnant gentiment après m'avoir tiré la langue.
- Sale bête... ajoutai-je en souriant après avoir reposé la belle lame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Ven 6 Avr - 23:20

Le chant apaisant de l'eau, la douceur de son contact sur ses plaies en voie de guérison. Lydia les ressentait sans en avoir réellement conscience, se laissant juste aller à cette sensation vivifiante. Pour le reste, toute son attention tournée vers ces vies qui montaient vers elle et son compagnon d'armes. Ce Gardien de l'Hiver qu'elle avait présenté comme héros pour galvaniser les troupes et leur offrir tout ce qu'elle pouvait encore donner avant que l'assaut final ne survienne. Que l'attente ne se fasse pas supplice non plus mais fièvre et espoir de pouvoir encore faire quelque chose et massacrer les sacrilèges.

Les paroles d'Inferno du Démon lui revenaient. Pourtant, elle ne pouvait penser qu'avoir bien fait. Ces combattants auraient-ils seulement le temps de réagir. Les guerriers éveillés aux cosmos évoluaient sur un autre plan que ces quelques gardes. Sans doute ne les verraient-ils même pas passer. Si les saints étaient indulgents ou capables de compassion, ils les assomeraient vite fait de la seule force de leur cosmos.

Que les soldats puissent assurer leur rôle le plus longtemps possible et survivre si cela était encore possible. Peut-être qu'ils pourraient achever les envahisseurs mis à mal ou inconscients. C'étaient peu si peu mais pourquoi abandonner sans avoir tout tenter ?

Un soupir...

Son esprit semblait si détaché du bien-être de son corps. Ainsi, l'Etoile des Ténèbres se trouvait totalement dénudée dans la salle d'eau entre les mains expertes de la servante qu'elle avait arrachée au harem de Kisara. Nulle crainte chez cette femme qui s'était jetée à ses pieds pour échapper au Ver. Auprès de la rousse chasseresse, elle n'aurait à craindre aucun abus de ce genre. Elle avait même vite vu à quel point la superbe Vampire était pure. Une spectre entièrement vierge, c'était inattendue vu la réputation qu'on leur faisait.

Mais c'était bien le cas, Lydia ne se laissait approcher que par ceux qui avaient sa confiance absolue. Quant à Bardamu, il n'avait jamais pu la connaître et l'aimer totalement. Le destin en avait décidé autrement.

La jeune femme en était à se laisser soigner et masser lorsqu'elle se rendit compte de la disparition de Lucky tandis que l'ensemble des chauves-souris se préparait à l'assaut qui ne tarderait plus.

La fée semblait bien s'entendre avec Inferno mais elle pouvait se montrer un peu trop entreprenante sur certains sujets tout comme Lucille d'ailleurs. Quoique la servante n'était pas encore aussi hardie mais cela viendrait.

Puis soudain, comme si elle avait entendue ses pensées, la fée passa devant la porte entrouverte.

- Un soucis avec Inferno ? Pourtant les saints ne sont pas encore là.
- Non non... Je prends juste ses vêtements mais je voulais voir si tu allais mieux.
- Encore quelques instants et mon corps sera guéri...
- Oui, tu es encore plus belle...


Et après avoir tourné autour de la jeune femme, elle repartit. Un toussotement léger.

- Votre surplis est prêt mais vous ne devriez pas utiliser vos forces aussi vite. Cessez de vous inquiétez pour les autres. Pensez juste à rester en vie en tuant les envahisseurs. Plus vous tuerez mieux ce sera. Prenez le temps de refaire toutes vos forces et cela ira. Tuez-les tous...

La confiance de Lucille et des homme de cette demeure. Pour eux aussi, elle saignerait ceux qui viendrait.

Restait l'attente, l'épreuve de l'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Sam 7 Avr - 0:09



Profitant du silence revenu en l'absence de Lucky, mes doigts parcoururent délicatement les lames les plus belles qui ornaient la pièce. Peu de temps après, la diablesse revint en portant à bout de bras les vêtements. Elle les posa sur la table et me dit soudain :
- Voilà. Et prends pas l'habitude, hein ! Je ne suis pas une servante, moi ! ajouta t'elle en me tirant à nouveau la langue.
- Merci, lui répondis-je en souriant. Bon, je vais aller laver mes blessures, si ça t'embête pas.
- Mais je t'en prie, répondit la petite fée avec un air malicieux sur le visage. Je vais te montrer où c'est.
- Je te remercie, mais je sais où c'est. Enfin bref... abandonnai-je en la suivant rapidement.

La salle d'eau en question était plutôt agréable, même si il était évident qu'elle était un cran au dessous des pièces à vivre composant le reste des appartements de Lydia. Un bassin était déja rempli d'eau, et je pus constater avec plaisir que celle ci était chaude. Et des serviettes étaient agréablement disposées sur une table contre le mur de la pièce. J'allais me déshabiller lorsque mon regard se tourna vers Lucky qui s'était assise sur une table près de la porte qu'elle avait tranquillement fermée.
- Ca va, je te dérange ? lui dis-je soudain.
- Comment ? demanda nonchalamment la petite fée.
- Oui, oui, tu m'as très bien compris !
- Oh, ca va ! Tu vas pas jouer les timides ! Tu as peur que je te viole ?! rétorqua Lucky, de plus en plus amusée.
- Attends un peu, toi...

Attrapant une serviette à toute vitesse, je la propulsai sur la diablesse qui attrapa le projectile improvisé en pleine tête. A la suite de quoi, je me déshabillai rapidement avant de me plonger dans l'eau chaude. Les premières secondes furent très douloureuses, l'eau chaude me rappelant mes différentes blessures provoquées par Bardamu. Bien que discrètes extérieurement, elles n'en étaient pas moins présentes, et c'est en serrant les dents que j'attendis que la douleur ne s'éteigne petit à petit. Fermant les yeux, je profitai de ces quelques minutes de paix, sachant que le combat n'était pas bien loin. A quelques centaines de mètres de distance, le Béhémoth était le dernier véritable rempart face à l'invasion.

Lucky surgit soudain de sous la serviette en fronçant les sourcils. Elle s'envola au dessus de l'eau et ses yeux détaillèrent un peu trop mon corps à mon goût.
- Lucky, si tu ne veux pas boire la tasse, je te déconseille de continuer...
- Roh, ça va... grogna celle ci en retournant s'assoir sur une table un peu plus loin.
Alors, reprit elle, tu comptes lui parler ou tu attends que je le fasse ?
- Tu n'as pas l'impression que ce n'est pas vraiment le moment pour aborder un tel sujet ? On est en train de se faire massacrer, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué.
- Justement, t'auras pas forcément l'occasion plus tard, renchérit elle avec un clin d'oeil entendu.

Pour éviter d'entendre la fin de sa phrase, je pris une grande inspiration et m'immergeai entièrement sous l'eau.
- Tricheur... bouda Lucky en croisant les bras.
Je refis surface près d'une minute plus tard, et en profitai pour éclabousser la petite fée qui se plaignit aussitôt en voletant de partout.
Profitant de ce laps de temps, je sortis du bassin et attrapai une serviette pour me sécher. Après quoi, j'attachai cette dernière autour de ma taille.
- Tu te trouves drôle, dit elle en se posant sur la table juste à côté de moi ou étaient disposées d'autres serviettes.
Un sourire malicieux apparut sur mon visage et avec un geste vif, je l'attrapai avec une main et une serviette avec l'autre, et je frictionnai la frimousse de la petite Lucky avec entrain tandis que celle ci se plaignait, étouffée par la serviette.

Je finis par la laisser reprendre sa respiration et sa tête émergea de la serviette, les cheveux complètement en pétard, une moue boudeuse sur le visage. Cette vision déclencha un éclat de rire de ma part, suivi de près par celui de la petite fée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Dim 8 Avr - 12:57

Lydia se laissait aller aux soins de Lucille. Elle avait relevé sa parole.

- Les tuer tous...

Les terres des Enfers les retiendront et même s'ils parviennent à survivre, tôt ou tard, les Enfers se rappelleront à eux. Tous à un moment où un autre feront face à leurs actes...

On ne souille pas impunément la terre du Royaume Souterrain. Celles-ci vibrent des souvenirs mauvais, des intentions louables devenues néfastes et de tant d'autres choses. Plus que tout, elle reflètent ce que l'humanité tente tant de se cacher. Ces guerriers se voilent la face tout en nous jugeant monstrueux.

Et même Zeus a été injuste en privilégiant sa fille préférée et tout vient de là...

S'il n'était pas aussi aveuglé peut-être que notre merveilleuse reine aurait pu trouver un autre moyen de défendre les Enfers et sauver notre seigneur que la voie des armes.

Mais Zeus aurait-il pardonné à son frère ? Lui qui ne voit que cette déesse sans coeur ni entrailles alors que la justice doit être aveugle...


La voix de la Vampire se faisait dure mais elle préféra ne pas poursuivre. Le roi des dieux n'avait fait que payer son injustice en mettant à terre ceux qui maintenait le cycle sur terre et de là, il s'était lui-même rendu vulnérable.

- Enfin, cela ne nous sert guère. Rien n'arrêtera ces sacrilèges si ce n'est la froideur du tombeau et j'ai bien assez de lames pour tous les épingler, un à un.

La reine souhaite que nous tenions à l'arrière et c'est ce que nous allons faire, Lucille.

Elle se laissa alors entraîner, encore entièrement nue, vers la table basse où trônait la tenue que la servante avait préparée pour elle. Son regard s'illumina en touchant l'étoffe.

- Cette robe c'est celle... ?
- Une de celles que le seigneur Rochel avait ordonnées de coudre spécialement pour vous lorsqu'il avait encore la charge de juge du Griffon.
- Je vois...
- Il voulait le meilleur pour ses subordonnés pour protéger au mieux sa Majesté Perséphone et vous, vous êtes l'une de ses proches.
- Oui...


Un sourire alors qu'elle se rappelait avoir pris le sang de Rochel. A plusieurs reprises.

- Mon seigneur lutte toujours.
- Dites-moi.
- Il est seul contre ces lâches qui attaquent à plusieurs.
- Et vous regrettez d'être ici mais la reine a besoin de vous ici.
- Trève de bavardage, aide-moi.


La servante ne se le fit pas dire de fois avant de tourner autour de la Vampire, examinant son corps avec une attention qui faisait presque rougir la jeune femme.

- Incroyable plus la moindre trace, vous êtes encore plus belle qu'avant. De quoi éblouir Inferno...
- Lucille.
- Vous n'allez quand même pas rester s...


Un regard de biais qui fit aussitôt taire la servante sans pour autant la dissuader de revenir à la charge lorsque Lydia serait plus détendue. La spectre commençait d'ailleurs à se vêtir lorsque des éclats de voix se firent entendre depuis la salle d'eau toute proche.

Cela était si soudain qu'au trois quart vêtue, elle se précipita vers la pièce voisine sous le regard amusé de Lucille.

- Inferno !!! Que se passe-t-il ?

Elle avait littéralement décollé sans s'en rendre compte, légère comme elle était, avant de surgir dans la pièce pour tomber sur un spectre du Démon juste vêtu d'une serviette aux prises avec Lucky.

Cette vision d'un Inferno amusé était si surprenant qu'elle ne put s'empêcher de tâter le front du spectre en lui demandant.

- Mais que t'arrive-t-il ? Tu deviens fou ?

Puis, soudain, une lueur traversa son magnifique regard de rubis.

- Le poison du Scorpion, tu en souffres encore !!!
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Dim 8 Avr - 22:05



Cela faisait très longtemps que je n'avais pas ri avec quelqu'un. Inexplicablement, Lucky faisait voler en éclats toutes mes barrières et un lien réel était déjà né entre nous, invisible mais pourtant bien présent. Une certaine complicité était en train de naître. Je n'avais pas eu ce genre de relation amicale depuis des lustres. Trop habitué à vivre seul et dans l'ombre, cette situation nouvelle était vraiment étrange pour moi.

Une lueur de revanche passa dans le regard de la fée qui me sauta dessus pour me prendre par surprise. Tombant au sol, je la fis voler par dessus moi et elle atterrit dans l'eau à l'instant même où une Lydia visiblement inquiète entra dans la pièce. La situation était certainement d'un comique à toute épreuve, mais étant donné ma tenue, je n'appréciai pas spécialement la scène, bien que la robe à demi fermée de la jeune vampire soit un ravissement pour les yeux. La couleur de mon visage vira au cramoisi lorsque mes yeux plongèrent dans le décolleté de la jeune femme quand elle s'approcha pour poser sa main sur mon front.

Soudain, Lucky, qui n'avait bien sûr rien raté de la scène, et qui pataugeait toujours dans l'eau, intervint d'un ton railleur :
- Mais non, rien à voir, c'est toi qui lui fais cet eff...
D'un geste vif, ma main appuya sur la tête de la fée qui fut aussitôt coulée sous l'eau en se débattant sans avoir le temps de se plaindre.
- On t'a demandé le chemin de la plage, à toi ? l'interrompis-je tandis que mes rougeurs montaient à présent jusqu'aux oreilles.

La phrase de Lucky avait été coupée juste à temps, mais le mal était fait. Un silence embarrassant s'installa avant que la petite fée de resurgisse de l'eau, toute dégoulinante.
- Qu'est ce que j'ai dit, encore ?! Tu es venue pour avoir un coup de main pour ta robe, Lydia ? Je suis sûr que les mains expertes d'Inferno...
Aussitôt, mon bras appuya à nouveau sur la tête de la petite diablesse qui disparut sous les flots en faisant des bulles, signes évidents de protestation.
- Ne t'inquiètes pas, tout va très bien. C'est ce numéro qui me cause des problèmes, dis-je en souriant. Par contre... repris-je en rougissant encore davantage, si ça ne te dérange pas, j'aimerais me rhabiller, ajoutai-je à l'intention de Lydia. Oh, et emporte celle la avec toi, achevai-je en lui tendant Lucky, toute dégoulinante et le regard résigné.

La jeune femme et sa fée quittèrent la pièce, me laissant seul. Je mis rapidement les vêtements fournis, qui étaient faits pour le combat de toute évidence, et presqu'intégralement noirs. De très beaux habits en étoffe de qualité. Exactement mes goûts. C'était un avantage de servir en tant que Spectre, visiblement. La richesse n'était pas un problème. Mes pensées se concentrèrent brusquement sur les cosmos se battant au loin. Cette petite parenthèse ne devait pas faire oublier que nous étions dans une situation critique. Et je n'avais toujours pas trouvé de moyen de quitter les Enfers.

L'air soucieux, je pris la direction de l'armurerie pour attendre Lydia qui était sans doute retournée s'habiller. La fin était proche, je le sentais à plein nez. Mais quant à savoir comment tout cela aller se terminer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Lun 9 Avr - 14:35

Un ultime moment de paix avant le déchaînement final, ainsi apparaissaient les choses aux yeux de Lydia...

La Tolomea rayonnait d'énergie sombre, celle des deux Gardiens de l'Hiver et de l'Eté. La somptueuse Vampire se demandait toujours pourquoi la reine les avait placés là mais toujours en était-il qu'elle demeurait une des combattantes les plus fidèles de la reine.

Là où se trouvait les derniers remparts des Enfers.

Y avait-elle caché quelque chose que sa garde rapprochée devrait conserver hors de portée des sacrilèges mais pour l'instant, il fallait que la belle comprenne ce qui arrivait à son compagnon d'armes.

Elle en était donc encore là avec sa main posée sur son front qu'il n'osait pas bouger.

Cela aurait pu s'éterniser si Lucky n'était pas intervenue. A sa façon classique à la limite de l'impertinence mais la Chasseresse des Enfers appréciait toujours autant le franc parler de cette petite compagne fidèle et dévouée malgré son obstination à vouloir précipiter les choses. Mais après tout n'était-elle pas une familière de l'Incube. Lydia devait lui apparaître par moment comme un véritable mystère.

Enfin, Lydia sourit en voyant un Démon écarlate lui faire face. De quoi attendrir la jeune femme si peu habituée à une telle réaction chez les spectres. Puis, soudain, elle se rendit compte de sa propre tenue. De son corset entrouvert laissant voir une gorge magnifique et des courbes qui ne laissaient pas le tueur de saints indifférent.

Elle tiqua en le voyant plonger sa compagne sous les eaux. Elle ne risquait bien sûr pas de se noyer mais cela lui déplaisait. Quoique Lucky semblait ne pas s'en formaliser plus que cela vu qu'elle revint aussitôt à la charge.

Sa phrase fit d'ailleurs cette fois rougir la spectre tandis qu'Inferno ne savait plus où se mettre entre sa tenue et la proximité de Lydia, il ne pouvait plus lui cacher grand chose. La rousse Vampire s'écarta s'efforçant de ne pas mettre davanatage l'Etoile du tourment mal à l'aise. Enfin, cela la changeait vraiment de certains pervers finis et dire qu'elle n'avait pas encore vu le pire de tous...

Elle finit quand même par rire doucement en reprenant Lucky avec elle sous le regard de Lucille qui avait fini par jeter un oeil curieux quoique, moins audacieuse qu'une familière d'Incube, elle s'était esquivée au premier mouvement du Démon.

- Bien, je vais te laisser Inferno. Et ne t'inquiète pas Lucky te laissera tranquille mais c'est aussi sa nature, ne t'en formalise pas.

Sur ces mots, elle ressortit.

~~~~~~~~~~

Il lui avait fallu juste quelques instants pour refermer sa robe. Lucky et Lucille s'en chargèrent ensemble en murmurant davantage pour ménager les ouies sensibles de la Vampire que pour lui cacher quoi que ce soit.

Et que dirent-elles ? De simples banalités, histoire de se rassurer avant que les temples des juges ne soient à leur tour profanés. L'ancienne esclave savait qu'elle n'avait aucune chance de s'échapper. Seul un des spectres pourrait la sauver et puis, elle souhaitait rester auprès de la Vampire, la seule qui l'avait traitée avec uen étonnante humanité. Vampire qui ne tarda plus à prendre la parole.

- Merci, Lucille. A présent, tu peux me laisser. Va te mettre à l'abri. Les ennemis viendront jusqu'ici et il vaut mieux que tu ne sois pas sur leur passage. Va et ne te retourne pas.
- Bien, dame Lydia.


Cette scène avait un bien singulier écho. Lydia avait éloigné Lucille pour lui offrir une chance. Elle était toujours aussi sentimentale avec cette autre face dormant en elle...

Un moment s'écoula ainsi tandis que Lydia était seule dans l'armurerie. Elle s'installa sur l'une des tables avant de relever ses longues jupes et de fixer quelques-unes de ses lames autour de ses cuisses. Une vision troublante qui visiblement était du goût de la fée.

- Quel abruti mais qu'attend-il ?

Surprit la rousse avant d'éclater de rire.

- Sans doute ceci.

Elle rabattait avec une lenteur toute voulu les longs pans de tissus sur ses jambes avant de se relever.

- Tout le monde n'est pas aussi obsédé que Raimï ou Kisara...
- Il faudra que je m'occupe de lui...
- La guerre d'abord, Lucky. Nous avons eu un sursis mais il vient de prendre fin.


Et la prenant tout conrte elle.

- Merci, Lucky. Toi et mes petites compagnes veillez si bien sur moi. Tu ne peux pas combattre comme elles mais tu es tout aussi capable de me comprendre.

Soudain muette, la fée se rendit compte de la présence des vampires, des centaines de petites vampires. Elles n'étaient pas parties, elles étaient toutes là autour de la spectre attendant un seul geste de sa part et la réconfortant de temps à autre de chants qu'elle seule pouvait entendre. Elles aussi tenaient à Lydia même si leur langage était différent, Lucky se mordit presque les lèvres de ne pas les avoir remarquer ainsi que l'une des fondatrices pendue à l'épaule du surplis.

Le répit allait toucher à sa fin...

Bientôt.


Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Jeu 12 Avr - 19:40



- Je... Je n'ai pas fait cela par jalousie ou pour te la voler, si c'est ce que tu insinues...
- Je sais : tu combattais pour ta Déesse, tout comme je l'ai fait pour la mienne.
- Pourquoi cette question ? Ais-je l'air amoureux d'elle ?
- Hum, un peu...
- Finalement, pourquoi souhaites tu tellement savoir ce qui se trame au fond ma tête, chevalier du Scorpion ? Après tout, je ne suis qu'un spectre parmi tant d'autres [...] Je doute que tu t'intéresses autant aux autres spectres, d'ordinaire... Alors, Bardamu, qu'est ce qui se trame exactement dans ta petite tête ?
- Disons que c'est une chouette fille et je ne veux plus qu'il lui arrive du mal à cause de moi... Raison pour laquelle je te demanderai de veiller sur elle...

**********************

Les paroles de Bardamu me revinrent en mémoire dans un bref flashback pendant que je rejoignais en silence l'armurerie de Lydia. J'avais toujours du mal à comprendre pourquoi il me l'avait confiée, à moi, son meurtrier, alors qu'il ne me connaissait même pas. Nous étions des ennemis mais il m'avait en plus tout de suite considéré comme un rival vis à vis de l'étoile des Ténèbres. Et malgré tout, il m'avait poussé dans ses bras. Les Saints pouvaient décidément être vraiment étranges. Toute cette histoire me dépassait...

Après avoir parcouru le couloir me séparant de ma destination, je finis par déboucher tranquillement dans l'armurerie où m'attendait la belle rousse en compagnie de Lucky. M'avançant d'un pas mesuré vers la belle, je lui dis doucement :
- Tu as une superbe collection de lames.
La petite diablesse voletait silencieusement autour de nous et je vis une dangereuse lueur d'ennui passer dans son regard : elle cherchait à faire une bêtise. Un large sourire mauvais s'afficha sur son visage et elle fonça vers sa maîtresse. D'un geste vif, elle entrouvrit le pan de la robe de Lydia qui dévoila de jolies lames, mais également les jambes de la pauvre jeune femme.
- Et encore, tu n'as vu celles ci ! ajouta joyeusement Lucky pour justifier son acte comme si elle n'avait pas songé aux conséquences.

Voletant toujours, elle tenait le pan de robe relevé tandis que la pauvre vampire se débattait pour conserver sa dignité et sa pudeur. Tournant le dos pour m'approcher de la fenêtre, je ressentis l'espace d'un instant davantage le combat opposant notre déesse à son mystérieux agresseur. Et le Béhémoth, notre dernier véritable rempart entre ici et l'ennemi. Il m'était inutile d'interroger Lydia pour connaître ses intentions, je savais parfaitement qu'elle n'abandonnerait jamais sa Reine. Je ne la forcerais à disparaître que lorsque le moment serait venu, au tout dernier moment... Saisir sa chance, et se volatiliser dans la nuit noire : c'était l'une de mes spécialités. Nombre de personnes m'avaient pour d'obscures raisons confié Lydia, et qu'elle le veuille ou non, je venais de décider que je ne la laisserais pas mourir pour de stupides principes. Lorsque le moment serait venu, je lui ferais quitter les Enfers, qu'elle le veuille, ou pas...

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Ven 13 Avr - 21:33

[i]Des bruits de pas... Enfin, tu te décides...

Se surprit à sourire Lydia en reconnaissant le pas d'Inferno. C'était surprenant mais elle commençait à s'apaiser en sa présence. La douleur resterait toujours mais elle avait compris les paroles de Bardamu et de sa reine. Tous deux avaient senti que quelques chose était sur le point de naître entre l'Hiver et l'Eté. Que Lucky et Lucille semblaient elles aussi ressentir. Une fée et une servante... Et un chevalier qu'elle ne souhaitait point affronter.

Et puis, il y avait ce déchirement qu'elle ressentait au coeur. Le fait qu'elle aussi étaut que la guerre risquait de plus en plus de tourner au désavantage des sombres monarques ? Et que même elle ne pourrait empêcher ces sacrilèges de faire du mal à leur déesse malgré toute sa volonté et la non-vie qu'elle était prête à sacrifier. Toujours en était-il qu'elle ressentait le besoin de faire la paix avec le gardien de l'Hiver. Se rapprocher de son frère d'armes avec qui elle partagerait sans doute les denriers instants qu'il lui restait à vivre.

Tous deux mourraient sans doute dans cette folie...

Enfin Lydia chassa cette idée, souriant de nouveau aux paroles d'Inferno. L'Etoile des Ténèbres devait bien reconnaître qu'elle avait apprécié le jeune spectre d!s son arrivée. Rochel l'avait envoyée l'accueillir. Sentait-il déjà que la splendide rousse aurait un lien avec le spectre du Démon ?

Peut-être, après tout Rochel connaissait l'âme de ses spectres mieux que quiconque.

Elle s'avançait d'ailleurs pour lui répondre lorsque Lucky, décidément très en forme, souleva sa robe pour exposer soit-disant les lames de Lydia. Surprise par cette attaque inattendue, la Vampire s'empressa de rabattre le tissu avant renvoyer la fée d'une tape légère et de se retourner vers Inferno qui s'intéressait surtout à ce qu'il se passait au dehors.

Les échos de la guerre et des combats se propageaient jusqu'à eux. La Tolomea était encore relativement calme mais Lydia, elle pouvait suivre ce qu'il se passait au loin. Et elle se retourna vers Inferno.

- Tu les entends toi aussi. Notre reine et le Béhémoth... Et le seigneur Rochel si loin.

De l'angoisse dans la voix toujours aussi chantante de la sompteuse chasseresse. Au loin les chevaliers de la déesse conjugaient toutes leurs puissance pour abattre le dieu de la Mort. Une larme brilla à ses paupières. Elle vénérait Rochel autant que Perséphone.

Puis, ce fut le choc et l'arrivée d'une nouvelle déeese.

- Cette nouvelle divinité. Elle est différente. Elle avance...

Et posant sa main sur l'épaule du Démon, elle acheva.

- Il est temps Inferno.

Elle lui présenta alors un regard déterminé, faisant apparaître la puissante Etoile des Ténèbres.

- Mettons tous ce qu'il nous reste pour notre déesse et le seigneur Rochel. Pour les Enfers et nos frères. La Tolomea est sous étroite surveillance, laisse-moi te présenter mes plus puissantes compagnes, Inferno.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Ven 13 Avr - 22:29



Rochel se battait, lui aussi. Loin, très loin, au delà de la Cascade de Sang. A l'instant, la cosmo énergie de Minos venait de vaciller pour pratiquement s'éteindre. Il venait sans doute de perdre son combat l'opposant à un des chevaliers d'Or. La situation s'assombrissait de minute en minute. Les paroles de Lydia m'arrachèrent à mes pensées, et je lui répondis doucement :
- Oui... Je les sens parfaitement. L'ennemi approche à grands pas, l'attente ne sera plus très longue.

Si le timbre de ma voix était resté relativement neutre, c'était avec grand peine que je tentais de cacher à la vampire mon anxiété pour la suite des opérations. J'avais senti l'angoisse dans sa voix, mais que faire, que dire ? La situation était désespérée et lui mentir ne résoudrait rien. Le regard toujours attiré au dehors, je répondis une nouvelle fois à la belle sans la regarder :
- Je n'avais jamais ressenti son cosmos auparavant... Et elle semble pressé, en Effet. Son cosmos fonce à travers les différentes prisons sans prendre le temps de s'arrêter. Mais ça n'est pas très important. Tout sera probablement fini avant qu'elle ne rejoigne le Giudecca... achevai-je avec une pointe de mystère dans la voix.

J'entendis Lydia s'avancer lentement et poser doucement sa main sur mon épaule :
- Il est temps Inferno, me dit elle de sa douce voix.
Posant ma main sur la sienne :
- Pas tout à fait. Nous avons encore un peu de temps devant nous avant que notre rôle dans tout ceci touche à son terme.
Puis, me tournant vers la jeune femme :
- Il ne faut pas être pressé, lui dis-je avec un sourire mauvais. Aussi vrai que le temps leur est compté, ils viendront à nous. Parce que c'est ce qu'ils doivent faire. Nous frapperons au moment le plus propice. En attendant, il faut patienter...

Le regard déterminé de ses yeux rubis en disait long sur les intentions de l'étoile des ténèbres, mais le moment n'était pas encore arrivé. Pas tout à fait, du moins.
- Mettons tous ce qu'il nous reste pour notre déesse et le seigneur Rochel. Pour les Enfers et nos frères. La Tolomea est sous étroite surveillance, laisse-moi te présenter mes plus puissantes compagnes, Inferno.
- Ne t'en fais pas, Lydia. Nous n'avons pas encore dit notre dernier mot. D'autres saints tomberont avant de rejoindre le Giudecca. J'y veillerai personnellement...

Je fis ensuite demi tour avant de me diriger à pas mesurés vers la porte, après quoi je me tournai vers Lydia et lui dis :
- En attendant, j'accepte avec plaisir ton invitation. Montre moi ton univers, Lydia, étoile des Ténèbres, ajoutai-je d'un ton amical.


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Sam 14 Avr - 21:04

Tout sera fini avant qu'elle n'atteigne la Giudecca...

Ces paroles résonnaient avec gravité dans l'esprit de Lydia. La Vampire sentait que ses pensées rejoignaient celles du Démon. Tous deux étaient lucides et tous deux seraient les ultimes obstacles que leur reine dressait sur la route des envahisseurs.

Attendre serait leur lot. Attendre et voir les leurs tomber... Une façon d'accroître encore leur férocité. Perséphone connaissait si bien sa Gardienne qu'elle avait agi au mieux pour augmenter sa force en y ajoutant son caractère émotif. Et pour Inferno...

Cela devait être autre chose encore. Tous les spectres avaient leurs motivations en plus de celles de servir les Enfers.

La belle inclina la tête lorsqu'elle sentit la main de son frère d'armes se poser sur la sienne, en un geste d'amitié, de réconfort. Elle ne serait pas seule à vivre cela. Si tous les autres venaient à s'écrouler, ils seraient deux à unir leurs forces contre les ennemis.

- Oui, Nous les attendrons Inferno... Tel est le désir de notre reine, telle est notre mission...
Et d'autres saints chuteront...


La splendide Etoile entendit ensuite sa réponse. Il acceptait sa proposition. Gardant sa main dans la sienne, elle l'entraîna hors de l'armurerie et hors des murs de la Tolomea.

~~~~~~~~~~~~~~~

Le sol de glace qui les accueillit était celui qui portait les traces de sa lutte contre le spectre du Ver. C'était encore si récent. Pourtant, cela lui semblait une éternité. Tant de choses en si peu de temps, une partie d'elle-même était morte avec Bardamu. Lydia ferma les yeux et respira profondément puis enfin quelques mots si léger si doux et une ombre tomba sur eux.

- Suis-la et regarde où elle nous mène...

Quelques centaines de pas et ils arrivèrent au pied d'un arbre immense.

- Son ombre veille sur la Tolomea et bien au-delà. Chacune des branches accueillent mes compagnes qui ne cessent de surveiller les environs en un voile léger et mouvant se confondant si bien avec l'ombre ambiante. Elle se succèdent sans arrêt tout ce que les vivants font, elles le voient et le répète sans arrêt. Elles volent ou se laissant dériver mais ne sont jamais seules. Encore plus que les gardes, elles surveillent l'ensemble des dernières prisons...

Sans lui laisser le temps de réagir, elle égratigna légèrement la main d'Inferno avant de faire de même avec la sienne. Les deux sangs se mêlangèrent. Celui de Lydia était plus intense. Elle était la Vampire millénaire éveillée dans le corps d'une jeune femme d'à peine vingt ans. Eternellement jeune comme ceux dont la vie humaine s'était arrêtée pour se noyer dans celles des non-vivants.

Puis, sans lui en dire davantage, elle l'entraîna vers l'arbre blanc comme les roches les entourant. d'autres arbres aux troncs immaculés poussaient s'élançant vers le ciel infernal.
Mais celui que Lydia avait désigné était aussi différent. Plus torturé, laissant paraître quelques cavités lorsque l'ombre le quittait.

Elle reprit alors en souriant posant sa main sur l'écorce presque lisse.

- Dans les profondeurs des Enfers, on peut cacher sa mort ou sa non-vie mais pas sa vie. Et eux, ils sont comme une flamme les appelant. Elles suivent leurs progressions et lorsque le moment sera venu, elles se joindront à nous toutes autant qu'elles sont.

Lydia embrasa doucement son cosmos faisant se lever une brume quelque peu différente à peine visible...

Pour ce qui arrive, cela suffira...

- Ce sera l'instant annonçant les derniers combats. Toutes se joindront à moi, à la danse des Ténèbres, à la brume et au chant de la lune... Toutes ensemble...

Puis se tournant vers l'arbre.

- Celles qui demeurent sous l'écorce sont les pires de toutes. Je les réserve pour les ultimes combats. Les plus féroces de toutes vampires sont là n'attendant qu'un appel de moi. D'une seule morsure, elles peuvent un homme normal. Elles sont les filles de la Lune Sanglante. Elles ont guidé mes pas, certaines sont nées bien avant moi...

Nourries de la main de Lucrézia...

Approche ta main, Inferno. J'ai fait en sorte qu'elles t'acceptent. Ce sont les plus féroces mais aussi les plus fidèles. Où que je sois, elles me retrouvent.

Plonge ta main et saisis-en deux...
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Mar 17 Avr - 20:32



Curieux, et le coeur léger malgré la situation, je me laissai doucement entraîner par l'étoile des Ténèbres. Elle m'offrait là une occasion unique d'en apprendre davantage sur son monde, ses habitudes, son mode de vie. Je suivis doucement la belle rousse jusqu'à un immense arbre aux formes torturées et étendues. En observant avec plus d'attention, je me rendis compte que ses branches étaient recouvertes de chauves souris, les fidèles compagnes de Lydia. Je n'étais pas spécialement dégoûté par les chiroptères, mais il est vrai que je n'étais pas habitué à les côtoyer. Je savais qu'il me faudrait du temps pour les adopter, et vice versa, bien entendu.

Après quelques explications, la jeune femme égratigna ma main, puis la sienne. De plus en plus curieux, je n'eus contre toute attente pas même un mouvement de recul. Silencieux, et très attentif, j'attendais la suite des opérations. Elle mélangea alors nos sangs sous mes yeux, et m'entraîna sans mot dire au pied de l'arbre. Toujours silencieux, je buvais littéralement les paroles de Lydia, et je finis doucement par m'approcher de l'arbre avant de poser à mon tour ma paume sur l'écorce. Je ne pus soudain m'empêcher de lui demander :
- Qui... Qui est Lucrézia ?

Je n'avais jamais entendu ce nom auparavant. Peut être était ce une célèbre vampire, ou quelque chose dans ce genre là. Mais depuis que mon ancien hôte avait disparu, plus personne ne pouvait me renseigner sans que j'aie besoin de demander. C'était le seul inconvénient à m'être libéré du Démon. Pourtant, à aucun prix, je ne ferais le choix de revenir en arrière...

Finalement, la belle m'encouragea à approcher. Tout ceci était donc destiné à me faire accepter par ses compagnes. Le geste était fort, et sa signification allait sceller entre elle et moi un lien unique. Tout ce qui me restait à faire était d'approcher ma main, pour prouver que j'avais confiance en elle. Pourtant, ma nature sauvage revint soudain au galop au moment où je m'y attendais le moins. Ma main s'immobilisa en l'air, et mes yeux se tournèrent vers l'étoile des Ténèbres. Poursuivre était comme franchir une limite invisible tracée sur le sol. Cela signifiait établir un lien solide avec une soeur d'armes, et donc, s'ouvrir une faille, un point faible exploitable par l'ennemi. Céder une partie de ma liberté d'action en m'assurant que mes faits et gestes ne la mettent pas en danger. Lentement, ma main se crispa et recula l'espace d'un instant avant que je ne croise ses yeux.

Les paroles de Bardamu me revinrent une nouvelle fois en tête. Il me parut brusquement évident qu'il avait raison. J'étais attiré par cette femme, fasciné par elle. Et voilà que j'hésitais à la suivre dans son royaume. C'était comme... être à la croisée des chemins. Il me semblait que la décision qui suivrait, quelle qu'elle soit, serait sans retour en arrière. Et à dire vrai, je n'avais pas du tout prévu de refermer un chapitre de ma vie pour en ouvrir un nouveau. Dire adieu au Jason solitaire qui a grandi et survécu seul pendant toutes ces années, ne comptant que sur lui même, pour renaître en tant qu'Inferno, spectre du Démon et fidèle ami de l'étoile des Ténèbres. Bien sûr, l'appropriation du surplis du Démon avait été en soi un tournant capital dans ma vie, mais il m'apparaissait toujours comme possible de revenir en arrière, rendre le surplis et dire au revoir à tout ceci. Mais comment tourner les talons lorsque des gens que l'on aime nous attendent...

Les idées se bousculaient à une allure hallucinante dans mon esprit. La peur de l'inconnu me dévorait littéralement... Plutôt drôle, pour un guerrier tel que moi... Chaque seconde s'étirait comme si elle semblait vouloir durer une éternité, et s'écoulait inexorablement sans que je parvienne à prendre une décision. Ce fut lorsque son regard de rubis se posa sur moi, et qu'elle me sourit, que tout s'éclaira. Que je le veuille ou non, les choses changeaient, devaient changer. Et si le but de ce changement était de veiller sur la superbe vampire, alors oui, cela en valait la peine, et peu importaient les dangers que cela impliquait...

Lui rendant son sourire rassurant, j'avançai enfin mes mains vers le trou. La sensation de sentir ces êtres vivants dans ce lieu exigu que je ne pouvais bien voir par manque de lumière était étrange et déroutante. Mais j'avais confiance en elle. Si elle m'avait fait accepter par elles, je n'avais rien à craindre. Avec délicatesse, pour ne pas blesser les animaux, je saisis une chauve souris dans chaque main, et les présentai ensuite à la belle, curieux de connaître la suite.
- Et ensuite ? lui dis-je alors.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Mer 18 Avr - 15:23

Lucrézia...

Un long regard vers lui avec cette expression douce et mystérieuse qui était redevenue la sienne. L'Etoile des Ténèbres, parée de brumes, mortelle et envoûtante. Un piège en plus d'une combattante, chasseresse lui allait mieux. La spectre au teint d'albâtre et à la chevelure de feu...

Puis de son timbre chantant, elle répondit, entretenant un pointe de mystère.

- Lucrézia l'ensorcelleuse, à l'éclat unique...

Un léger blanc..

- Et bien, c'est moi, d'une certaine façon. Je suis la Vampire et elle était la précédente. Sa mémoire est mienne et comme elle, mon devoir est aussi de veiller à ce que la lignée ne s'éteigne jamais... Les Vampires comme moi sont uniques...

C'était la première fois qu'elle évoquait ouvertement l'existence de Lucrézia ou plutôt son souvenir. Elle avait profondément marqué son époque. A un point tel qu'en sa jeunesse, on ne les confonde ou la recherche en elle. Chose que la Belle n'avait jamais conté à personne. Pas même Rochel ou Perséphone. Ni même Bardamu...

Seul un chevaleir savait ce que ce prénom signifiait pour avoir rencontré Cédrick et une humaine du nom de Lydia...

Le passé au goût de sang mais aussi d'espoir. Mais la haine d'Inferno était si forte, quel ne serait sa réaction s'il savait le nombre de fois que Lydia avait croisé des saints sur sa route.

Son regard brûlant se posa sur les gestes d'Inferno. Il hésitait, sa main se retirant presque. Cela marquait un passage, l'établissement d'un nouveau lien. La Vampire en était consciente tout comme elle avait accepté de lui accordé un privilège que bien peu avaient pu ne serait-ce qu'effleurer.

Quelque chose venait de se passer en cette Tolomea. Etait-ce l'approche d'une véritable tempête voire d'un cataclysme qui faisait se précipiter les choses ou plutôt disparaître tout ce qui ne faisait que passer, ne laissant que l'essentiel...

Elle sourit de nouveau au jeune spectre tandis que Lucky et Bella se serraient entre ses bras. La fée et la chauve-souris, deux des plus proches familiers de Lydia se tenaient toutes deux silencieuses dans l'attente de la décision de l'Etoile du Tourment...

Le Tourment est celui que tu infliges aux autres, mon ami, pas à toi. Tout comme les Ténèbres me renforcent et me protègent, le Tourment t'apporte une force et non une torture...

Apprend à le faire tien et le maîtriser...

Viens vers moi...

Qu'ensemble nous devenions plus forts et plus unis...


Un sourire d'Inferno auquel elle répondit d'un gracieux mouvement de tête avant qu'il ne plonge sa main dans les profondeurs du tronc. Ses gestes sous l'écorce blanche et lumineuse.

Une sensation de pureté dans les Enfers. Blanche et pure comme la pleine lune... Comme Lydia.

Puis, enfin, il en ressortit deux chauves-souris. Celles-ci dormaient doucement sur ses larges paumes. Et d'un geste, elle les caressa.

- Elles sont auprès de toi maintenant. Elles t'aideront si tu le leur demandes. Tu ne peux les comprendre mais elles, elles le peuvent si je leur en donne la force. Ce n'est qu'un simple pas mais il faut que tu me laisses en savoir plus sur toi.

Elle lui montra celle qui se tenait auprès de Lucky.

- Elles sont fidèles et capables de bien des choses. Tu auras le privilège de t'en faire obéir. Jusqu'ici je n'ai jamais fait que confier des petites vampires auxquelles j'avais laissé un ordre bien précis. Elles n'obéissent qu'à moi. Ici, je t'offre l'occasion de les appeler et de leur demander de l'aide...

Elles ne sont que deux soeurs...

Deux douces petites soeurs prêtes à te guider vers ce que tu leur demandes...

Mais il faut que tu me laisses te donner un baiser de Vampire. Ou plutôt que ce soit toi qui viennes vers moi. Ensuite, tu pourras leur donner un nom si cela t'aides à y voir plus clair. Ce sont que deux aides mais elles ne quitteront pas leur colonies pour autant. Plus unies que tu ne peux l'imaginer telles sont les Filles de la Lune Sanglante...


Soudain, elle s'interrompit alors que le nuage mouvant se fit plus proche. De cris audibles pour Lydia seule. les Vampires se rassemblaient comme elle n'avait cessé de l'appréhender.

- Maudits... Un saint vient d'arriver à la Caïna... Ou plutôt de saint revêtu d'un souvenir d'armure. Il est venu sur les épaules d'un guerrier divin...

Le ton de Lydia avait radicalement changé à ce nom. Il lui avait fait tant de mal. Les Ases la dégoûtaient par leur lâcheté.

- Nos deux frères vont se charger d'eux. Mes compagnes ont suivi leurs arrivées avant qu'ils ne s'organisent.

Puis un autre bouleversement dans le cosmos.

- Notre vénérée reine a mis en déroute son ennemi mais le seigneur Rochel...

Elle se tourna alors vers lui.

- Quelle est ta décision pour que tout se mette en place Inferno ? Et que toi aussi puisse demander l'aide de la colonie même si cela ne durera que le temps de la guerre ou un peu plus...
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Mer 18 Avr - 16:17



Cette histoire de mémoire transmise de génération en génération entre vampires était fascinante. Que de mémoire ancestrale la belle rousse devait posséder. Ce devait être étrange d'avoir des souvenirs vieux de plusieurs décennies. Sans un mot, je l'écoutai se confier, avant de hocher la tête doucement pour lui signifier que j'avais bien écouté et assimilé la chose.

Puis lorsque je sortis délicatement les deux chauve souris, Lydia les caressa avant de m'expliquer qu'elle me les confierait. Mais une chose me gênait quelque peu, et mon esprit avait besoin de la réponse. Lentement, je levai les mains vers les ciel et mes deux nouvelles compagnes s'envolèrent pour planer autour de l'arbre. J'écoutai attentivement la rousse vampire me parler de ses compagnes et de ce dont elles étaient capables, tout en suivant mes nouvelles compagnes du regard.
Mon regard soudain plus sombre et interrogateur se posa sur l'étoile des Ténèbres avant que je ne fasse quelque pas en tournant le dos. La question n'était pas facile, et pouvait être mal interprétée. Mais mon instinct me criait d'être prudent, particulièrement avec une créature de rêve telle que Lydia. Mal à l'aise, je lui dis soudain :

- Si je ne m'abuse, c'est un immense honneur que tu me fais là, Lydia. Je ne veux pas que tu sois offensée par ces paroles, et loin de moi l'idée de remettre en question les raisons pour lesquelles tu m'accorde cette confiance si soudaine. Mais une question me brûle les lèvres : Pourquoi moi ? Je suis nouveau parmi les spectres, et tu ne sais rien de moi. Alors pourquoi cet intérêt ? J'ai toujours vécu seul, et dans l'ombre, et j'avoue que... Je me demande si tu attends quelque chose de moi ? Est ce un cadeau empoisonné ? Une demande se cache t'elle derrière de telles faveurs ?

La peur parlait en mon nom. Je l'avais laissée guider mes paroles, car je tenais à être le plus franc possible avec la jeune femme. J'avais conscience que mes paroles pouvaient paraître blessantes. Aussi, changeais-je immédiatement de discours en tournant mon regard qui suivait toujours les deux chiroptères pour le poser sur la belle :
- Je vis seul depuis mes onze ans. Totalement seul. C'est comme ça que j'ai survécu, en ne comptant que sur moi même, et sur personne d'autre. Comprends moi bien, Lydia : ce n'est pas une question de savoir si je te fais ou non confiance.
Une pause, avant que mon regard ne plonge dans le sien :
Mais il s'agit pour moi de prendre un grand risque, de perdre cette liberté totale d'action, cette capacité à aller où je le souhaite quand je le souhaite, à faire ce que je veux si je le veux.
La phrase suivante resta coincée au fond de ma gorge quelques secondes avant qu'enfin :
Et cela me fait peur... Je n'ai jamais eu de lien avec personne depuis mes parents et mes...
...soeurs... Le mot ne sortit pas. Il était trop tôt pour en parler.

Le baiser du vampire ? Qu'était ce ? Mon imagination tenta de trouver une réponse semblant logique mais je compris rapidement que seule la belle vampire pouvait répondre précisément à cette question. Une chose était sûre pourtant, et ses paroles ne laissaient aucun doute là dessus : ce baiser quel qu'il soit servirait à sceller ce nouveau lien. Un lien spirituel et cosmique, d'après ce que j'avais réussi à comprendre.
- Peux tu me dire en quoi consiste ce baiser du vampire ? J'ai besoin d'en savoir plus avant de prendre ma décision...


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Jeu 19 Avr - 22:36

Une question suivit son présent. La voix d'Inferno trahissait son incompréhension et son appréhension. Elle lui offrait tant sans réellement lui demander quoi que ce en retour. Cela lui semblait si naturel.

Elle fermait les yeux, relevant doucement la tête en un mouvement empli de grâce. De quoi faire glisser sa longue chevelure de feu une cascade parfumée. Et les paroles du Gardien de l'Hiver faisaient leur chemin dans l'esprit de la merveilleuse chasseresse. Elle l'écoutait avec une grand attention soupesant chaque mot. Elle qui se sentait encore brisée de douleur mais aussi portée pour le réconfort qu'essayaient de lui apportaient les siens. Elle avait la chance de bénéficier de certains liens d'amitié. Elle le laissa parler jusqu'à au bout, les deux compagnes voltigeant autour de l'arbre. Les ennemis avançaient. De plus en plus près mais elle devait aussi accomplir ce qu'elle avait commencé.

- Pourquoi toi ? Peut-être parce que quelque chose de spécial nous unit. Dès ton arrivée mon seigneur Rochel m'a envoyée vers toi. J'ai senti que quelque chose existait entre nous. Une certaine ressemblance. Un peu comme si nous étions frère et soeur de souffrance...

La souffrance dans ton regard, elle ressemblait tant à celle que je laisse parfois transparaître...

Tu es l'Hiver et je suis l'Eté. Nous sommes le contraire l'un de l'autre et nous sommes deux chasseurs. Je le sens, je peux reconnaître un chasseur, un prédateur comme je le vois. Comme ce loup qui lutte. Il est lui aussi un fauve comme nous. Je suis la Douceur et toi le Tourment, Inferno...


Puis, elle le laisse continuer.

- Seul Inferno... On peut être seul et entouré. J'ai été parfois seule avec ma douleur sous le regard indifférent des hommes...

Pas de plainte, pas d'amertume, juste un constat. Lydia était détachée si détachée et elle poursuivait d'une voix si douce.

- Mais pourquoi as-tu choisi deux chauves-souris ? Regarde-les et regarde-moi... Elles sont soeurs et nous nous sommes les gardiens de la reine. Tu n'es plus cet enfant, Inferno. Que penses-tu devenir à errer seul sans but...

La vengeance peut-être... La liberté...

Non tout ce que tu gagneras sera du vide. Je ne t'oblige en rien. Je...


Elle passa devant lui avant de se retourner. Sans prévenir, elle ôta son surplis et dénuda son dos.

- Regarde Inferno... Même si cela n'est qu'une illusion, c'est mon passé.

Sous le regard de l'Etoile du Tourment, la chair si délicate de la Vampire se para de marques avant d'être franchement écorchée de la pire des façons, des plaies béantes et des marques de coups, de fouet, de brûlures. Puis, tout s'effaça et elle remit de l'ordre dans sa tenue.

- Ceci est la marque de mon passé en tant qu'humaine. J'ai été séquestrée des années durant... Aussi, je sais ce qu'est la liberté, Inferno. Je garde les prisons des enfers mais je n'ignore rien de ce que tu crains...

La captivité, les chaînes même si je n'étais pas enchaînée de cette façon.


Puis enfin, elle répondit à sa denrière question.

- Le Baiser du Vampire est la prise de sang, sans douleur, sans crainte. Pas encore une véritable étreinte mais une façon d'établir un lien, de partager certaines choses mais c'est également l'une de mes plus puissante technique. Je peux tuer n'importe quel humain normal d'un seul baiser. En posant mes lèvres sur la peau de ma victime ou d'une façon encore plus spectaculaire...

Mais pour toi, ce sera un don. Celui d'entrevoir un instant le reflet de mon véritable visage et de me permettre de renforcer encore davantage ce qui t'unit à tes deux nouvelles compagnes.

Puis enfin, lorsqu'il est partagé, il crée le lien de sang, la communion entre le Vampire et son promis. Un seul être partage ce lien avec moi. Et c'est le seigneur Rochel...

Maintenant que tu sais, que décides-tu ?


Elle lui tendit les bras, elle ne l'obligerait pas. Il lui suffisait de l'enlacer....

Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Ven 20 Avr - 21:58



L'heure était à la remise en question. Déjà, dans la voûte Céleste des Enfers, la constellation de la Vierge venait de s'éteindre. Six heures que l'invasion avait commencé, et malgré notre infériorité numérique écrasante et notre situation désespérée, nous tenions bon face aux assauts répétés. Parce que la volonté des spectres était bien plus puissante et redoutable que ce que les saints croyaient, la guerre sainte était encore en train de se jouer en ce moment même, pendant que Lydia me poussait à douter de moi même.

Ne compter que sur moi même, être totalement libre de mes faits et gestes sans avoir à craindre aucune autre conséquence que sur ma propre personne. Ne posséder aucune réelle racine, et donc, aucun réel point faible. C'était ainsi que j'avais décidé de vivre. Un mécanisme de défense inconscient qui m'avait servi à étouffer le chagrin et la haine dus à la perte subite de ma famille entière lorsque j'étais encore tout jeune. Quitter cet état d'esprit et cette manière de vivre était dangereux, mais les paroles de la belle rousse se frayaient déjà un chemin au coeur de mon esprit.
- Que penses-tu devenir à errer seul sans but...

Oui, seul. Une vie passée à me sculpter un corps idéal pour combattre, à rechercher le meilleur moyen d'atteindre mes ennemis. Jamais encore je ne m'étais intéressé à autre chose. Les seuls liens que j'avais établis depuis mes onze ans étaient des liens en rapport avec mon travail d'assassin. Des contacts un peu partout, entre informateurs et émetteurs de contrats. Toutes ces personnes qui ne connaissaient que mon visage d'assassin n'avaient jamais discuté plus longtemps qu'il n'était nécessaire à notre travail.

Aujourd'hui, Lydia me proposait la naissance d'un véritable lien d'amitié avec tous les risques que cela comportait. Les paroles énigmatiques de l'étoile des Ténèbres m'indiquèrent que nous avions un passé quelque peu commun. C'est lorsqu'elle se retourna doucement et que les traces sur son dos apparurent l'espace d'un instant que je compris ce qu'elle voulait dire. Mon regard s'agrandit devant les souffrances que la pauvre vampire avait dû subir dans sa jeunesse.

Elle se tourna ensuite pour me parler du baiser du vampire. Pour que le lien fonctionne, il fallait que je m'ouvre à elle. Au moins un souvenir suffisamment fort, pour sceller à jamais une amitié solide et durable entre l'Eté et l'Hiver. Du moins, c'était ce que j'avais compris. Beaucoup de mes souvenirs étaient trop douloureux et personnels pour les partager avec Lydia, mais l'un d'eux, illustrant parfaitement notre ressemblance flagrante, me revint clairement en mémoire. Face à moi, je vis la belle rousse écarter les bras pour m'accueillir. Une dernière fois, l'hésitation empêcha mon pied d'avancer pendant quelques petites secondes. La situation me montrait plus vulnérable que je ne l'avais jamais été depuis très longtemps. Fort heureusement, c'était face à la vampire, et je lui faisais confiance.

Inspirant profondément, mon pied fit le premier pas qui scellait à jamais ce lien unissant les deux prédateurs l'un à l'autre. L'obéissance des chauve souris n'était peut être que temporaire, mais le lien, lui, perdurerait. En quelques pas lents et mesurés, je rejoignis Lydia avant de me blottir doucement dans les bras qu'elle m'offrait. La situation était embarrassante, et son odeur était envoûtante. Mais si la scène aurait pu prêter à confusion, il ne s'agissait pas là d'amoureux célébrant leur amour l'un contre l'autre. Malgré tout, mon coeur s'accéléra au contact du corps de la belle jeune femme. Lentement, ma tête se posa sur son épaule, et mes yeux se refermèrent, tandis que mes bras l'enlaçaient également. Je fis ensuite tout mon possible pour me souvenir d'un maximum de détails sur le souvenir que je voulais partager, et pour Lydia, le voyage commença...

************************

La nuit était claire, et chaude. Une nuit sans nuages, et sans lune, également. Un jeune garçon aux cheveux mi longs couleur de jais courait à vive allure, armé d'un arc. A plusieurs mètres derrière lui, des éclats de voix précipitées semblaient le poursuivre. Pour autant, nulle peur n'était lisible sur le visage de ce jeune garçon. Simplement un regard déterminé et intelligent. Apercevant une forêt, le jeune garçon, bien qu'à bout de souffle, accéléra le pas. Ici, il pourrait les perdre sans problème...
- Il est là ! hurla un de ses poursuivants, brandissant une torche. Rattrapez ce voleur et tuez le !

Le groupe d'hommes en armes se déploya rapidement dans les bois à la recherche du garçon qui se déplaçait de branche en branche avec une agilité et un silence incroyables pour son âge. Il se posa soudain sur une branche et aperçut un des hommes en armes en contrebas en train de fouiller des buissons pour le retrouver. Lentement, le jeune homme prit une flèche dans son carquois avant de bander l'arc. Il décocha la flèche qui traversa la gorge du mercenaire. Sans bruit, l'homme s'effondra dans les fougères. Le regard du jeune archer était impressionnant de calme et de détachement. Bien qu'étant encore un enfant, il n'avait pas laissé transparaître la moindre émotion en tuant cet homme.

Profitant de son avantage stratégique et du fait que les hommes s'était dispersés, l'enfant répéta le processus plusieurs fois. Les hommes tombaient sans bruit, fauchés avant même de s'en rendre compte par cet assassin silencieux.
- Retrouvez le ! appela à nouveau le meneur. Cette petite peste m'a volé mon médaillon !
Bientôt, seul leur chef fut encore debout à chercher, jusqu'à ce qu'il ne tombe sur un de ses hommes, étendu dans l'herbe avec une flèche fichée en pleine gorge.
- Mais, qu'est ce que...
Le jeune garçon bondit soudain de son arbre pour atterrir à une vingtaine de mètres de son adversaire. Toujours aussi calme, il banda son arc avant qu'une lueur de vainqueur ne passe dans ses yeux aussi noirs que la nuit.
- Tes hommes sont tous morts, abandonnes...

Le regard du chef des mercenaires s'agrandit et la peur passa dans ses yeux. Qui était cet enfant ? A lui seul, il avait décimé son équipe. Etait ce possible ?! Avait il réellement éliminé une douzaine d'hommes sans que personne ne se rende compte de quoi que ce soit ?!

- Tu t'es laissé piéger beaucoup plus facilement que je ne l'aurais pensé... reprit l'enfant d'une voix légèrement amusée.
- Que veux tu dire ?! demanda précipitamment l'homme, de plus en plus déstabilisé.
Pour toute réponse, le jeune garçon sortit de sa poche le médaillon et le laissa se balancer devant ses yeux, avant de poursuivre :
- Il a suffi que je te vole ça pour que tu me suives partout comme un petit chien. Tu te trouves ici précisément parce que JE l'ai voulu.
- Mais, je... Je ne comprends pas...
- C'est pourtant simple : le vol n'a jamais été mon objectif ce soir...

Il lâcha le médaillon qui tomba doucement dans l'herbe avant de l'écraser vivement avec sa chaussure.
- TU étais la cible depuis le départ, acheva l'enfant en bandant l'arc.
Un sourire mauvais apparut sur son visage avant que la flèche ne siffle dans les airs. Celle ci atteignit sa cible et l'homme s'écroula à terre dans un râle de douleur. Lentement, Le garçon s'approcha de lui. Il avait tiré à un endroit qui permettrait à l'homme de vivre encore quelques secondes. Il se pencha sur le corps de l'homme et lui dit d'une voix douce mais effrayante :
- Jason. Souviens toi de ce nom lorsque le passeur te demandera qui t'envoie...

************************


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Mer 25 Avr - 15:43

Un instant à la Tolomea alors qu'une nouvelle constellation s'éteignait comme soufflée par le destin, par cette folie qui poussait les dieux à s'entredéchirer. Au loin, les vies et les non-vies vacillaient, flammes balottées par les caprices du sort. Son Amour perdu, ses frères tombés ou blessés et maintenant même la flamme du seigneur Rochel qui pâlissait.

Le lien de sang était d'une telle intensité surtout lorsque c'était avec un dieu qu'ils s'étaient crées. Et plus que tout, elle en ressentait la pleine puissance. Le déchaînement des douze contre son dieu...

Prélude à ce qui attendait sa déesse lorsque le Béhémoth, lui aussi tomberait. Coup dans son âme de Vampire alors qu'un autre combat venait de s'achever. Bientôt très bientôt, l'ennemi, enfin paraîtrait...

Tel lui paraissait les Enfers en cet instant : un monde vacillant sur ses fondations...

Un instant près de la Tolomea sous les frondaisons du plus étonnant des arbres. Blanc et majestueux, enfermant sous son écorce les dernières défenses de la Vampire Couronnée. ici se jouerait son destin, sa non-vie. Elle ne bougerait plus.

Sa reine le souhaitait alors elle resterait...

Que ne voyaient-elles, les petites vampires ailées, si n'étaient deux gardiens accomplissant le dernier pas avant de libérér leur pleine puissance. Deux guerriers se préparant au combat...

L'Hiver face à l'Eté. La vie et la Mort, la Haine et l'Amour....

Une Etoile avait simplement ouvert ses bras, un appel vers un de ses frères. Le simple geste pour sceller une nouvelle et ultime amitié...

Un instant sur la Tolomea où le temps semblait comme s'être arrêté.

un souffle, un pas...

Enfin Inferno approchait. Autour d'eux, le vent de l'éternel crépuscule se levait. De sa douceur, il faisait sa longue chevelure se soulever. Mouvements de soie parfumée tandis qu'autour d'elle, les bras de l'Etoile du Tourment se resseraient en une étreinte presque tendre.

Pour notre reine, notre seigneur Rochel, merci Inferno...

Le coeur du spectre accélérait contre elle. Elle sourit avant de le laisser se reposer contre elle. Il avait fermé les yeux, lui présentant sa nuque.

Comme toi Rochel. De toute ma non-vie, au sein de notre armée, seuls deux spectres m'ont honorée d'une telle confiance...

Mon cher juge du Griffon et toi, Etoile du Tourment.


Les bras de la Vampire se refermèrent à leur tour sur son compagnon d'armes et tout nouveau témoin aurait pu se méprendre sur ce qu'ils découvraient. Une situation si ambiguë pour qui ne la connaissait. Lydia était la Vampire dans toute sa splendeur, l'Etoile des Ténèbres brillant pour les sombres monarques, dévorant les vies pour eux...

Nulle résistance ou méfiance de la part d'Inferno, elle effleura doucement la peau brûlante du spectre. Ses lèvres se posèrent ensuite avec douceur avant que de la pointe de ses canines, elle ne l'égratigne et enfin lui prenne son sang.

L'envoûtant cosmos de la belle s'embrasa alors avant de les envellopper tout deux. Nul ne devait inerrompre ce qu'il se passait s'il ne voulait être aussitôt taillé en pièces.

les Filles de la Lune Sanglante veillaient..

Puis enfin se fut les magnifiques yeux de rubis qui se refermèrent avant que le lien ne se crée...

Des images affluaient comme si elle y était. Un univers parcellaire avec une part de souvenirs occultés et un enfant qui courait dans les bois...

D'arbre en arbre, tu les poursuis et les abats, jeune humain. Encore en pleine croissance, si jeune et si parfait...

Nulle hésitation en toi lorsque tu les tues. Tu es un chasseur comme moi tout en étant différent, sans hésitation lorsqu'on te donne un ordre.


Tout se déroulait ainsi dans leurs esprits. Le cosmos de la Vampire s'imprégnant de celui du Démon. Le lien s'était noué et pour preuve une silhouette se dessina dans le souvenir d'Inferno. Celle d'une toute jeune fille rousse qui lui sourit tout simplement avant de disparaître.

Elle rouvrit alors les yeux avant de stopper le Baiser, le temps reprenait ses droits ainsi que la guerre que tout deux s'apprêtaient à rejoindre.

- Il est temps, Inferno, le lien est créé. De part cela, je peux t'aider en bien des façons...

Jason


Elle avait soufflé ce prénom rien que pour lui.

- Il est temps, nos ennemis approchent et nous n'allons pas les faire attendre.

Un dernier geste et la belle lui tendit une fiole.

- Prend ceci, cela compensera la perte de sang.

Un dernier instant alors que le temps reprenait ses droits et que la Guerre était presque au seuil de la Tolomea...


~~~~~~~~~~


Un regard vers le ciel alors qu'une nouvelle constellation venait de s'éteindre. Déjà sept heures de passées...

Le regard de Lydia se fit un instant mélancolique tandis qu'elle sentait un cosmos glacial monter.

L'heure est donc venue. Lucille et les soldats étaient tous silencieux. Le froid et le silence retombaient sur la Tolomea et enfin, la Vampire revêtue de son surplis se mit en route sous le regard de ceux qu'elle avait commandés jusque là.

Luky se tenait sur son épaule, la mine sombre. La fée n'ignorait rien du fait que la rousse spectre ne supportait pas le froid et que cet homme venait des froides contrées du Septentrion...

Nul bruit. Même pas celui de ses pas, elle traversa le reste de la demeure sans que rien ne semble trahir le silence.

Et enfin, elle en franchit la porte avant de lancer un ultime message...

" Inferno... Veille sur eux.

Jason... Adieu... "


==> Antenora
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Dim 29 Avr - 18:49



Le souvenir s'était achevé comme si l'invitation ponctuelle au sein de mon âme avait pris fin. La tête agréablement posée sur l'épaule de la jeune femme, je rouvris lentement les yeux lorsqu'elle me dit que le lien était établi. Mon regard redevint vif au moment précis où elle souffla mon véritable prénom. Un léger vertige me confirma que je manquais de sang dans les veines. C'est pourquoi quand Lydia me tendit la fiole, je la pris tranquillement avant de la vider rapidement. Les effets furent presque immédiats : les vertiges cessèrent et la plaie au niveau du cou se referma.

Silencieux, je fis quelques pas et tendis le bras en l'air en souriant. Aussitôt, mes nouvelles gardiennes réagirent et vinrent docilement se poser sur mon bras. Aucun doute possible, un lien était indéniablement crée entre elles et moi. C'était étonnant, fascinant même. Ces petites créatures me seraient fort utiles.
Envolez vous, pensai-je, mais ne vous éloignez pas trop, le combat va reprendre très bientôt...

Me tournant vers la belle rousse, je rompis finalement le silence que j'avais plus ou moins instauré.
- Tu as raison, l'ennemi sera bientôt ici. Pars devant, je te rejoindrai. Je dois aller récupérer mon surplis à la forge.
Celle ci se mit en route, avant que je ne l'interpelle une dernière fois, une pointe d'inquiétude à peine voilée dans la voix :
- Lydia.. ! Fais attention...

Je la vis disparaître à toute vitesse en direction de la seconde sphère avant de prendre une profonde inspiration et frapper mon poing dans mon autre main pour me motiver. Cette fois, l'heure était venue... Je me dirigeai rapidement vers la forge où les serviteurs de la Toloméa travaillaient toujours très dur. Je constatai avec plaisir que mon surplis avait été réparé et exposé avec soin sur un petit piédestal en attendant que je vienne le récupérer. Mon regard balaya ces pauvres diables qui ne savaient pas ce qu'ils risquaient en restant ici. L'ennemi serait bientôt ici, c'était inévitable...

D'un geste du doigt, je fis signe à mon surplis de venir revêtir son propriétaire, ce qu'il fit aussitôt, visiblement heureux de le retrouver. Il était impeccable, et semblait plus puissant que jamais. Les forgerons de la Toloméa savaient bosser, on ne pouvait pas leur enlever cela. C'est alors que j'entendis la voix de Lydia, comme un adieu dans ma tête. Fronçant les sourcils, je répondis aussitôt à son message :
Ne meurs pas, Lydia...

Enfin revêtu de mon armure, il ne me restait plus qu'à attendre l'ennemi. Quittant rapidement l'imposant bâtiment de la Toloméa, je bondis sur une falaise me donnant un large point de vue. L'étoile des Ténèbres se dirigeait sur le seul cosmos en approche. Il était donc inutile que j'avance pour le moment. Il fallait attendre... Encore... Mais peu importait. L'ennemi viendrait, c'était une certitude... Un nouveau sourire de prédateur se dessina sur mon visage à cette idée avant qu'une légère brise ne fasse virevolter mes cheveux couleur de jais.
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Sam 5 Mai - 21:51



Les conflits se poursuivaient toujours sous mon oeil attentif. Sept heures que les spectres résistaient désespérément face à un envahisseur plus puissant et plus nombreux qu'eux. L'épuisement se lisait sur tous les visages, et malgré cela, nous ne lâchions pas l'affaire. La fierté de l'armée d'Hadès était bien supérieure à ce que l'on pouvait penser, et c'est cette détermination qui donnait des ailes à ses guerriers.

Pourtant, cette dernière n'empêcha pas la Gardienne de l'Eté de succomber. Je sentis soudain son cosmos disparaître et son étoile s'éteindre. Mon coeur sauta littéralement un battement, s'arrêtant durant une seconde. Ce n'était pas possible. Pas elle. Mon rythme cardiaque s'accéléra vivement tandis que d'un grand bond j'atterris en contrebas de mon poste d'observation pour foncer tout droit vers la seconde Sphère. Fonçant avec une vigueur retrouvée, la peur s'emparait de moi à une allure inouïe alors que je cherchais une explication à ce qui avait bien pu se passer. La pauvre Lydia avait dû tomber sur un adversaire plus fort qu'elle. Etant affaiblie, elle n'avait certainement rien pu faire...

Sans me retourner vers la Tolomea, je pris directement la route menant à la seconde sphère en faisant appel à toute ma vitesse, chargeant droit là où j'avais senti son cosmos vibré avec intensité pour la dernière fois. Il fallait que je voie ça de mes propres yeux...

Arrow 2nde Sphère
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   Dim 6 Mai - 15:12

--> 2e sphère

Ainsi le loup d' Asgard avait réussit à avancer sans encombre jusqu' à sa prochaine destination: La Tolomea. Il avait délaisser sa victime seule avec ses amies afin de rencontrer son prochain adversaire, mais étrangement le cosmos qu' il avait ressentit en quittant l' Antenora s' approchait de lui sans pour autant en voir le spectre. Non. Ils s' étaient croiser de quelques lieux, mais le cosmos en question venait de réapparaître aux côtés de Lydia, la vampire.

Pourquoi? Peut-être pour voir de ses propre yeux l' état des lieux, ou alors parce qu' ils étaient amis tout simplement. Samiel d' Epsilon avait donc le champ libre droit devant lui et il continuait son chemin sans regarder vers l' arrière. Il ne ressentit plus aucune présence hostile dans les parages.Est-ce que cela signifié qu' il n' y avait plus rien à craindre ? Probablement que non, alors il avec prudence, il avança sûrement mais préparé mentalement à faire face. Tel était son devoir, son envie de défaire l' armée infernale dans une cuisante défaite dont ils se souviendront bien longtemps. Bien plus que celle qui fut interrompu par le dieu des dieux, Zeus.

Son cosmos était encore menaçant et ne s' était pas mit en veille comme aurait pu en faire certain afin d' avançait tranquillement sans se faire repéré. Il ne voulait pas agir comme ça, et pour le moment son humeur était encore mausade. Il agita ses sens et se mit en course pour avançait des plus rapidement possible vers l' objectif premier. Tel une nuée d' étoiles, il s' avançait de plus en plus sur le domaine des dieux infernaux.

La fin est toute proche désormais. Que se passera t' il sur le Guidecca ? Que leur réservera le destin et l' acharnement des dieux Olympiens ?



--> guidecca dans 24h si pas d' interception.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dans l'attente des ennemis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'attente des ennemis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Tolomea-