RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Sam 28 Avr - 21:40


1127 après J.C. - Karys Sutemos - 15 ans

Cette histoire est une histoire appartenant au passé.
La fin a dors et déjà été écrite, et la tragédie en est inévitable.
Les combats ont été menés. Les choix ont été faits.
Seul demeure l'héritage maudit des acteurs de cette triste scène.

    Dans le silence matinal, rien ne venait troubler le calme glacial d'Asgard. Il faisait encore trop froid pour que les habitants des hameaux aux alentours tentent de quitter leurs chaumières, et seuls les plus matinaux étaient déjà levés. Pourtant, alors que le soleil commençait seulement à poser ses rayons sur la neige tout fraichement tomber, une ombre était en train de dévaler les collines bordant les premières montagnes de la chaine d'Asgard, s'enfonçant inexorablement dans les bois pour atteindre un village assez reculé ou seules quelques douzaines de bucherons s'étaient isolés pour se livrer à leur éreintant travail.
    L'ombre était petite et agile, sautant de rocher en roche et grimpant à la seule force de ses bras pour avancer en ligne droite vers sa destination. Pourtant, son chargement la ralentissait et la déséquilibrait. La longue et large forme attachée à son dos ne l'aidait guère dans son ascension à l'écart de la route principale. S'il avait bien voulu suivre le chemin tortueux mais dégagé, le voyageur aurait sans nul doute atteint le village plus rapidement et avec bien moins d'efforts. Mais les voyages simples et rapides ne trouvaient aucun intérêt aux yeux de la jeunesse. Il leur fallait des obstacles à franchir...

    Le jeune garçon emmitouflé dans son manteau de fourrure se retourna en frissonnant pour contempler tout le chemin qu'il venait de parcourir. Un bien court trajet, en vérité, mais la vue qui s'offrait à lui et les falaises escarpées qu'il avait gravit valaient bien tous les voyages du monde. Avec un sourire satisfait, il enleva son capuchon pour sentir le vent sur son visage et prendre une grande inspiration. Ses cheveux furent agités par le vent, les rendant plus désordonnés qu'ils ne l'étaient déjà, alors que leur teinte azur venait poser une touche de couleur dans ce tableau monochrome. Ses iris rubis contemplèrent un instant le vide à ses pieds, avant qu'il ne s'en détourne pour enfin approcher des bâtisses des bucherons.

    Enfin, les premiers travailleurs commençaient à sortir de leurs petites huttes. Ils furent bien surpris de voir un gamin à peine à la sortie de l'adolescence s'approcher d'eau alors qu'ils se préparaient une frugale collation. Tout d'abord méfiants, ils ne tardèrent pas à se rassurer lorsque certains d'entre eux le reconnurent, lui adressant un salut et une bonne frappe dans le dos. Ils furent surpris de le voir dans un tel accoutrement, en particulier par l'épée au fourreau qu'il avait maladroitement attaché à son dos. Après quelques explications et rires, ils l'invitèrent à manger quelque choses avec eux, mais celui-ci déclina. Ils lui indiquèrent une direction, et le jeune homme repartit avec entrain, sous les regards amusés des uns, sceptiques des autres. Lui ne semblait en avoir cure. Se sachant proche du but, il ne pouvait empêcher son cœur de battre de plus en plus vite sous l'effet d'une excitation encore très enfantine.

    Karys resserra la lanière de cuir qui retenait dans son dos l'épée d'entrainement qu'il avait subtilisé à la garnison de son village. Elle était lourde, et surement incapable de trancher quoi que ce soit, mais dans le coeur du jeune garçon il s'agissait dors et déjà de l'arme légendaire qui allait le mener sur le sentier de la gloire. Depuis toujours, porter les armes et devenir un guerrier était le plus grand rêve du jeune nordique. Ce n'était pas que son rêve, d'ailleurs. Ses parents, de pauvres hères condamnés à faire de leur mieux pour cultiver la terre gelée et stérile d'Asgard, l'avaient nommé dans l'espoir de le voir un jour s'élever au-dessus de leur propre condition. Dans leur langue, "Karys" signifiait "Le Guerrier". Ce rêve était ancré dans sa chaire, dans son nom, et ajourd'hui qu'il se sentait approcher de son but le garçon se sentait vibrer corps et âme.
    S'il avait quitté sa chaumière aujourd'hui, c'était pour accomplir son premier fait d'armes. Abandonnant son père à son travail alors qu'il devait d'ordinaire partager avec lui depuis la mort de sa mère lors de ce terrible hiver, sept ans plus tôt, l'adolescent était parti récupérer l'arme qu'il avait volée quelques semaines plus tôt et avait pris les sentiers de l'aventures. Quelques jours plus tôt, il avait entendu parler chez les hommes du village d'une sorcière vivant à l'écart d'un hameaux situé à l'autre bout de la vallée. Y voyant là l'occasion de briller aux yeux du chevalier qui dirigeait la garnison de la région, Karys s'était levé avant l'aube avec dans le cœur l'espoir des rêves de la jeunesse, vivace et aveuglant.

    D'après les bucherons, l'antre de la sorcière était un peu plus bas, dans un vallon escarpé difficile d'accès. Pour le petit, habitué à courir la campagne de glace depuis sa plus tendre enfance, rien n'était cependant insurmontable lorsqu'on parlait d'escalade. Avec panache, il franchit la bute escarpée qui le séparait du vallon de la sorcière, et posa sa main en visière pour scruter les environs. Effectivement, une fumée s'élevait dans le ciel désormais clair de la matinée. La sorcière devait être en train de préparer une potion verte et dégoulinante digne des pires contes et légendes. S'il continuait à ce rythme, Karys serait surement rentré chez lui pour le diné, une tête de sorcière en trophée!
    Les yeux de l'adolescent accrochèrent une forme fugace qui se déplaçait entre les branches dégarnies des arbres. En plissant les yeux, le garçon pu distinguer une silhouette encapuchonnée qui naviguait entre les arbres en contrebas. Elle ne semblait ni venir de la maison de la sorcière ni s'y diriger, aussi Karys ne se méfia-t-il pas et, dans ce qui pouvait semblait de la naïveté pur et dur, se releva pour agiter la main et crier pour que la personne en contrebas l'entende alors qu'elle passait juste en bas de la petite falaise au sommet de laquelle il se trouvait.

      « EEEEEEEEEHOOOOOOOOOO!! »

    La subtilité n'était pas vraiment le domaine de Karys. Sans éducation ni formation d'aucune sorte, il ne pouvait compter depuis son plus jeune âge que sur sa force physique et celle qui résidait dans son grand cœur. Dès que la personne encapuchonnée eut levé la tête pour repérer l'idiot qui lui faisait signe depuis le haut de la paroi rocheuse, le garçon prit son élan... et sauta.

    Plus qu'un saut dans le vide, ce fut ce qu'on pouvait appeler une "chute libre contrôlée". Le garçon, tout en tombant, se maintenait toujours en contact avec ses mains et ses pieds aux rochers qui dépassaient de la paroi pour ralentir sa chute et éviter de se ramasser complètement dans le tapis de neige qui s'étendait en bas. Au bout de quelques secondes de ce petit jeu, le garçon se réceptionna à pied joints juste devant la personne au capuchon gris, un grand sourire satisfait sur les lèvres, en envoyant de la neige un peu partout autour de lui.
    La bonne humeur de Karys ne fut cependant pas de longue durée. Le jeune garçon, déséquilibré par le poids de son épée dans son dos, poids auquel il n'était pas habitué et qu'il n'avait pas compté dans le calcul de sa réception, se mit à tanguer sur place avant de s'effondrer vers l'avant, dans la neige, en emportant avec lui l'inconnu qu'il avait tenté de rejoindre. Se redressant avec une grimace presque comique sur le visage, il ne tarda cependant pas à se redresser sur ses bras pour éviter de l'écraser complètement.

      « Oups! Excuse-moi. J'ai mal contrôlé mon atterrissage... Dis-moi, on m'a dit qu'il y avait une sorcière qui habitait par ici. Tu ne saurais pas quel est le chemin le plus court pour aller chez elle, par hasard? »

    Sans chercher à complètement se relever, Karys resta dans la neige, face-à-face avec sa nouvelle rencontre, un grand sourire qu'on pourrait appeler "naïf" sur le visage. Ses yeux à la teinte du sang ne se rivèrent de ceux de sa vis-à-vis, qu'il commençait seulement à distinguer sous son capuchon.


Dernière édition par Aukoti le Dim 6 Mai - 19:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Dim 6 Mai - 11:54


1127 après J.C. ~ Gweenhael Nokomis ~ 15 ans

L’aurore levait la brume de la nuit, les rayons d’ors se faisant filet d’argent, paysage enchanteur dans les cieux azurés balayant la terre de son éclat insoumis. La vie se réveillait du long sommeil dans lequel la Lune les avait tous plongée, le silence s’effaçant avec langueur pour laisser place au chant doucereux de la vie. Un murmure, souffle du vent capricieux soulevant les cristaux de neiges évanescents brillant tels des diamants dans l’air matinal.

Une ombre. Silhouette vaporeuse engoncée dans une longue cape grise, dissimulant au regard un corps gracile aux courbes délicates. Quelques mèches de longs cheveux d’argent aux douces ondulations accompagnaient ses pas, guère retenu par le capuchon cachant ses traits dans l’ombre. Un sourire alors que la jeune fille se précipitait en avant d’un pas leste et gracieux, petite poupée d’albâtre dansant dans les flocons étincelant du matin. Se baissant, le capuchon retenant sa chevelure se défit laissant tout le loisir aux animaux s’éveillant de contempler le visage fin de la fille de la lune et ses yeux délicatement cerné de longs cils rehaussant l’émeraude de ses pupilles. Ses lèvres rosées étirées dans un sourire délicieux se penchèrent vers la fleur aux corolles opalines, humant la douce fragrance de son parfum en s’attardant sur sa jolie découverte. Ses doigts caressèrent les pétales veloutés de la fleur de lune.

« Il est temps de t’endormir petite fleur de lune. »

Un murmure, chuchotement parmi les arbres ramassés d’une voix mélodieuse aussi pure que le cristal. Tout en langueur, les pétales d’argent se resserrent pour ne plus former qu’un simple bourgeon presque invisible dans la neige.

Un dernier sourire. Une dernière caresse et la dame d’argent s’en fût dans un tourbillon d’étoffe et d’éclat blanc.

Le vent du nord entremêla dans ses doigts vaporeux les fils d’argent de sa chevelure, caresse glaciale qui lui fit remettre son capuchon avec un sourire amusé. Ici était son territoire. Dans cette vallée éloignée des villages dans laquelle vivait sa mère et elle, elles étaient seules à en connaître chaque parcelle, chaque petit secret que les arbres murmuraient à ceux qui voulaient bien leur tendre une oreille attentive. Ils étaient si sages, avaient tant vu durant cette longue vie d’immobile contemplation et étaient si avide de partager leurs séculaires expériences. Mais peu de gens pouvaient entendre leurs paroles en ouvrant suffisamment leur cœur à celui qui battait sous leurs écorces.

Si peu.

Avec habitude, la silhouette évita une congère traitresse avant de continuer sa route accompagnée par les rumeurs de la vie et les souffles murmurant de ses ombres.

Par là ! Par là !
Il est par là Dame de la Lune !

Les voix se faisaient plus pressantes et c’est avec un sourire amusé qu’elle se laissa ainsi conduire par les ombres mouvantes, s’avançant toujours plus vite avant qu’elle ne s’arrête pour attendre leur jolie dame d’argent.
Ici, dans ce vallon, elle était seule à les entendre. Même sa chère mère ne pouvait que les voir sans parvenir à les toucher de son aura pour entendre leurs contine. Elle était seule. Mais son père, lui avait dit sa génitrice, avait cette faculté lui aussi. Il les entendait disait elle alors, emportée par un flot de souvenir amenant un doux sourire jusqu’à ses lèvres, elles étaient ses familiers, ouvrant sa route en le protégeant des dangers qui pouvait y sévir.

Il était un fils de lune. Un homme dont le dieu figurait cet astre masculin dans sa culture et qui lui avait accordé sa bénédiction.

Elle, elle ne se souvenait plus de son père, ne restait de lui que des images fugaces d’un homme à la chevelure d’argent et au sourire évanescent. Mais c’était lui qui l’avait appelé Gweenhael qui dans sa langue lointaine signifiait la Généreuse Blanche. Et c’était également lui qui, lorsque les ombres s’était rassemblées autour de sa frêle silhouette d’enfant lui avait offert une autre dénomination, celle de Nokomis, fille de la lune.

Il avait été si étonnée ! Disait alors sa mère, qu’une fille obtienne la bénédiction de celui qu’il servait en obtenant le même pouvoir que le sien ! Tu étais si petite mais il était tellement heureux, si joyeux que notre petite chaumière résonnait de sa gaieté.

Elle aurait tant souhaitée se souvenir davantage de lui ! Se souvenir de sa voix et de son visage, de la tendresse de ses gestes et de la beauté de ses traits ! Sa mère lui disait qu’elle lui ressemblait tant mais elle ne pouvait voir dans son image reflété par l’eau aucun homme émerger de sa mémoire.

Un cri. Incongru.

La jeune femme stoppa ses gestes, son visage dissimulé sous son capuchon se tournant vers l’origine de ce tapage inopportun. Qu’était ce ? Là haut au sommet de la paroi rocheuse une silhouette se détachait dans les cieux et alors qu’elle se demandait ce qu’il pouvait bien faire là en cette heure matinale, l’homme se jeta dans le vide. Un hoquet de stupeur sorti de la bouche de la demoiselle mais contrairement à ce qu’elle aurait put songer, l’homme réussit à amortir sa chute et à atterrir sans dommage devant elle. Ou presque.

La scène avait été si rapide qu’elle se demanda un instant comment elle avait bien put tomber sur le manteau de neige. Déboussolée par la brusquerie de sa chute, elle mit un certain temps avant de comprendre que le poids sur son corps était celui d’un autre corps. Ouvrant les paupières pour dévoiler ses iris émeraudes à l’inconnu, la jeune femme ne put qu’observer à loisir la grimace du jeune homme à la chevelure océane et au regard écarlate avec surprise.

Un homme ! Son sourire était si éclatant, rappelant la lumière du soleil écartant les ombres de la nuit.

Un rougissement incontrôlé vint colorer ses joues de vermeilles. Par ici, peu d’homme venait s’attarder et les rares fois où Gweenhael rencontrait d’autres personnes étaient lorsqu’elle allait au village le plus proche pour acheter des vivres et troquer les remèdes de sa tendre mère guérisseuse. Aussi, cette situation avait tout d’exceptionnel à bien des titres.

Sorcière.
Les ombres s’agitèrent. La jeune femme frissonna. Mais le froid n’y était pas pour grand-chose.
Ce mot, ils l’utilisaient parfois pour appeler sa mère. Parfois pour l’appeler elle aussi. C’était un mot comme un autre, ou presque. Sorcière, cela désignait une femme qui avait fait un pacte avec quelques créatures infernales pour faire du mal aux hommes. Elle n’aimait pas ce mot.

Ses amies la ramenèrent à elle, elles qui se faisaient échos à son propre cœur, parvenant à l’entendre par delà la mort. La demoiselle se tortilla, gênée par cette position qui ne lui allait guère et désirant se relever.

« Vous pouvez vous pousser s’il vous plait ? Vous êtes lourd et la neige est froide… »

Cependant, elle n’attendit pas la réponse de l’inconnu pour se relever, le repoussant de ses petits bras frêle pour avoir la possibilité de se relever. Dans l’exercice, elle dût lui donner un ou deux coups sans y prendre garde mais qui la génèrent malgré tout. Il n’avait pas l’air méchant bien que ses mots ne soient pas des plus agréables à ses oreilles, elle entendait une douce naïveté faisant écho à la sienne.

Lorsqu’elle fut enfin debout, le capuchon de sa cape retomba sur ses épaules, dévoilant ses traits et sa longue chevelure d’argent à la faveur du soleil matinal. Ses fins sourcils se froncèrent alors qu’elle demandait de sa voix mélodieuse mais non moins ferme pour l’heure, teinté davantage d’appréhension que de curiosité.

« Et que lui voulez vous à cette…sorcière ? »

Elle n’aimait pas ce mot.
Ses compagnes s’assemblèrent autour d’elle, ombres mouvantes murmurant dans cette langue connue des bénies de la lune des messages d’avertissement.

Attention Dame de la Lune ! Regarde ! Regarde le ! Les apparences sont trompeuses !
Regarde ! Dans son dos !
Une épée ! Fait attention !
Oui, très attention !
Il pourrait te faire du mal !
Mais nous ne le laisserons pas faire !

Nous te protégerons fille de la Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Sam 21 Juil - 18:36


1127 après J.C. - Karys Sutemos - 15 ans
    Karys mit un certain temps pour réaliser l’embarrassante situation où son trop plein d’entrain habituel l’avait encore fourré. Il lui fallut d’abord papillonner des paupières et plisser des yeux pour s’habituer à l’éclat du soleil qui se réfléchissait avec une brillance aveuglante sur la neige au milieu de laquelle il était tombé. Ce ne fut qu’ensuite qu’il distingua les traits qu’avaient cachés le capuchon à présent tombé.
    Une fille.
    Le jeune garçon déglutit avant de s’empourprer au moins autant que la damoiselle sur laquelle il avait terminé son atterrissage. La gêne était bien entendu la principale source de son embarras –après tout, seul un bien piètre prétendant au titre de chevalier se serait montré aussi peu courtois envers une dame-, mais un autre trouble était venu se loger au creux de la poitrine de Karys. Le visage de porcelaine de la jeune fille, allié à ses grands yeux verts et ses cheveux d’argent semblables à des rayons de lune différaient en tous points des traits féminins que le garçon avait eu le loisir de contempler jusqu’alors. En comparaison, même la plus belle fille de son village ressemblait à une vulgaire tique. Cette beauté irréelle avait semé les graines d’un mystérieux sentiment dans le coeur du jeune garçon, encore incapable de le ressentir dans sa plénitude ou de mesurer la grandeur que celui-ci pourrait prendre une fois porté à maturité... Mais ce n'était là qu'une question qui prendrait le temps d'une vie, celle d'un enfant passant à l'âge adulte. Pour l'heure, le jeune homme ne savait quoi en penser, si tant est que penser lui soit encore possible.

    Quelques secondes de flottement s’écoulèrent, durant lesquelles le garçon resta comme paralysé par la vision qui s’offrait à lui, jusqu’à ce que cette dernière lui rappelle qu’il n’était pas dans un rêve, et que les êtres vivants n’étaient pas des sacs de couchage sur patte. Les paroles de l’inconnue piquèrent Karys aussi surement qu’une aiguille dans son derrière, et ce fut avec une vivacité équivalente qu’il sauta sur ses jambes en s’empourprant d’avantage, se grattant inélégamment le crâne en détournant le regard d’un air gêné.

      « Ah! Euh… Oui, pardon! »

    Les bafouilles qui s’échappèrent de ses lèvres ne convenaient guère pour rattraper sa bévue, mais le jeune nordique n’était pas doué pour présenter des excuses tant sa fierté et sa trop grande confiance en lui n’en avaient pas fait une habitude dans sa bouche. Les coups donnés par la jeune fille lors de ce bref échange ne lui étaient pas douloureux, mais quelque part il sentait que ces gestes de rejet l’avaient brulé bien plus en profondeur, quelque part où devait se situer son « honneur » personnel sans doutes. Intérieurement, il se jura de ne plus manquer à ses devoirs envers la gente féminine à partir de ce jour.

    Karys risqua un regard dans la direction de l’inconnue alors qu'elle se redressai et que son capuchon retombait complètement, dévoilant le reste du visage angélique qui l’avait envouté un peu plus tôt. La jeune fille devait bien avoir son âge, bien qu’il fut difficile de donner une estimation précise à cette beauté encore infantile. Elle ne portait pas de bagage ou de panier indiquant qu’elle soit voyageuse ou une jeune personne d’un village proche descendue cueillir les fruits et racines de cette vallée. Une simple promeneuse donc? Un bon présage pour sa journée, en tous cas!
    Le petit chaperon gris vint d’ailleurs lui rappeler l’objet de la quête qui l’avait fait tant s’éloigner de son village natal. Cette histoire de sorcière lui était complètement sorti de la tête! A cette évocation, les rêves de grandeur de Karys lui revinrent immédiatement en mémoire, lui arrachant un grand sourire enfantin. Ce fut avec celui-ci au lèvre que le jeune garçon se lança dans une explication de sa venue en ces lieux, la fierté, loin de l’étouffer, transparaissant alors dans chacun de ses mots.

      « Je suis venu lui botter les fesses, bien évidemment! Si je parviens à la battre, le Seer Rigless acceptera surement de faire de moi son écuyer! Ce sera la première aventure de Karys, le grand chevalier! »

    Comme pour appuyer ses revendications, le jeune homme leva le bras en serrant son poing et bandant ses muscles. Rayonnant de cette joie toute naïve, l’idée qu’il soit en train de se vanter à la mauvaise personne ou de se jeter dans la gueule du loup ne lui effleura même pas l’esprit. Comment cela aurait-il pu seulement lui passer par la tête? Dans les histoires qu’on lui contait, les chevaliers parvenaient toujours à surmonter toutes les difficultés rencontrées sur leur chemin, quelles qu’elles soient. Par extension, Karys devait donc bénéficier de la même invulnérabilité, non ?
    Cessant là ses bravades et autres vantardises, le jeune homme sembla tempérer quelque peu son emportement héroïque. Croisant les bras et se penchant légèrement en avant afin de porter son visage au niveau de celui du petit chaperon gris, il lui posa la question qui lui brulait les lèvres depuis qu’elle l’avait élégamment éludé.

      « Alors, tu sais où elle se trouve? Et quel est ton nom, d’ailleurs? »

    Karys ne s’embarrassa pas de vouvoiement avec la jeune fille, tant les protocoles de politesse lui étaient étrangers. Il n’avait même pas remarqué la révérence avec laquelle elle s’était adressé à lui, pas plus que la méfiance pourtant décelable qu’elle semblait éprouver à son encontre. Son insouciance surpassait largement tous ces menus détails, lui permettant de s'exprimer avec une sincérité proprement désarmante.
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Mar 31 Juil - 14:38


1127 après J.C. ~ Gweenhael Nokomis ~ 15 ans

La gêne avait emporté les deux adolescents dans un univers inhabituel, plus que cela même, et de cette rencontre naissait les prémices d’une tragédie inéluctable. Mais pour l’heure, l’avenir incertain était loin des préoccupations de la demoiselle d’argent. Il n’y avait que ce jeune homme en face d’elle qui méritait cette attention particulière est nécessaire à présent pour le bien de sa chère mère. Car nul doute là-dessus, cette sorcière qu’il était désireux de trouver ne pouvait être que sa dernière famille – ou elle-même par ailleurs – ce qui, dans un cas comme dans l’autre, ne lui était guère profitable. La réponse à sa question, plus précise mais tout aussi claire et sincère lui resserrer les pans de sa longue cape autour d’elle, comme pour affronter un froid qui l’a ravageait de l’intérieur.

Pourquoi ? Semblait dire son regard d’émeraude à la pureté troublante alors qu’elle observait le jeune homme bravache et fier, n’ayant visiblement aucune idée que la jeune femme devant lui était elle-même appelée sorcière par certain homme craignant leur propre ombre. Pourtant, Gweenhaël ne pensait pas mériter pareil affront, pas plus que sa mère qui avait toujours été attentive au besoin des autres, bien que demeurant inaccessible pour éviter ce genre de déconvenue inutile. Elle ne l’ignorait pas, n’était pas assez naïve pour se laisser tromper par sa gentillesse naturelle entretenue par leur isolement. Elle savait que le monde n’était pas aussi blanc que la neige recouvrant leur pays, après tout, ses plus chères amies n’étaient elles pas des entités n’étant plus ? Et elles, elles se méfiaient de cet homme pourtant si éclatant, à la sincérité désarmante qu’elle pouvait ressentir au plus profond de son tendre cœur. Etait elle trop naïve pour ne pas voir ce que ses ombres voyaient ? Ou était ce elles qui voyaient le mal partout ?

Il n’empêchait que ses paroles, toutes sincères étaient elles, étaient brouillées par une menace bien réelle. Elle ne pouvait le conduire à sa masure, de ça, elle en était certaine, aussi éclatant son sourire pouvait il être, aussi idiotes celles-ci pouvaient elles demeurer. Car elles l’étaient malgré tout aux yeux de la demoiselle d’argent ! Battre sa mère ? Pourquoi celles-ci se battraient contre cet homme ? Elle n’aurait aucun moyen de lutter contre son épée, bien qu’elle sache se défendre, l’ayant apprit de son propre mari l’art de défendre sa vie, mais la jeunesse et la force avait bien souvent l’ascendant dans ce genre de duel. Et pas question que ce garçon impétueux n’approche de leur sanctuaire !

« Gween. Vous pouvez m’appeler Gween. »

Les noms ont du pouvoir, mais sa naïveté ou autre chose l’empêchait pourtant d’ignorer sa question comme elle aurait put le faire. Malgré tout, elle voulait lui donner son nom, même si celui-ci était amputé de son entièreté. Elle sentit ses amies s’agiter de nouveau, méfiantes avec raison. Que pouvait-elle faire pour qu’il n’abandonne sa quête ? Les ombres lui soufflèrent une réponse qu’elle refusa catégoriquement, son cœur trop bon se refusant à aller à de telle extrémité. Malheureusement, il ne semblait pas homme à abandonner aisément mais peut être avec les bons mots, la bonne attitude…

La jeune femme remit son capuchon sur sa tête, cherchant ce qu’elle pouvait répondre qui lui ferait abandonner la tâche qu’il s’était donné, pinçant ses lèvres dans sa réflexion.

« Il n’y a aucune sorcière par ici, sieur Karys. Aucun être qui ne mérite cette appellation maudite. Et je doute que tâcher vos mains du sang d’une simple femme ne vous permette d’atteindre votre rêve, aussi grand soit il, ce n’est pas très chevaleresque comme attitude, non, de s’attaquer à une femme sans défense ? »

La dame d’argent redressa la tête, affrontant le regard vermeille de son vis-à-vis avec une sincérité réelle, un instant gênée par ses propres mots, tout en ignorant ses familiers prêts à s’attaquer à lui sur un simple de ses ordres. Elle le savait, le sentait. Si sorcière il devait y avoir dans ce vallon niché aux creux des montagnes, alors c’était a elle que ce titre devait être donné. Pourtant, elle ne s’attaquerait nullement aux autres. Elle était fille de la lune, aussi douce pouvait être les rayons de cet astre nocturne.

« Vous devriez faire demi tour et vous trouver une tâche plus apte à prouver votre valeur au Seigneur Rigless. Cela vaut mieux pour tout le monde. »

Elle n’avait toujours pas réellement répondu à ça question, mais à dire vrai, elle n’en avait jamais eut l’intention. Elle inclina sa tête avec politesse devant le jeune homme avant de faire demi-tour.

« Veuillez m'excuser. »

Elle hésita un instant sur le chemin par lequel elle partirait avant de choisir celui que ses ombres lui conseillaient. D'un geste élégant de la main, elle congédia une partie de ses familiers pour qu'elles aillent prévenir sa mère, au cas où, pour la protéger dans le doute le plus totale, acceptant la méfiance de celles ci sans toutefois se sentir réellement concernée. Elle ne pouvait croire que ce jeune homme à l'éclat solaire soit du genre à ce genre de bassesse.
Les créatures tremblèrent avant de s'effacer passant d'ombre en ombre en silence avec un message de mise en garde.

Prudence Douce Lune, Gentille Lune.
Ce chemin est emplit de piège que tu connais, grand bien lui fasse que cet homme te suives, lui ne le connait pas...n'en sait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Mer 22 Aoû - 23:42


1127 après J.C. - Karys Sutemos - 15 ans
      « Gween… Gween. Gween! C’est joli comme nom! Moi, c’est Karys! »

    Avec un grand sourire, le jeune homme à la chevelure azur tendit sa main vers sa nouvelle amie avant de se raviser, confus. La voix forte de son père venait de résonner dans sa tête, lui disant de toujours se comporter avec douceur et élégance devant les dames. Maladroitement, Karys s’inclina en une révérence proprement ridicule à regarder alors qu’il tentait de mimer les révérences du Seer Rigless lorsque celui-ci rencontrait les femmes des notables de son village. Malgré sa piètre performance, l’apprenti chevalier se redressa ensuite avec un air ravi sur le visage, celui de l’enfant qui s’essayait pour la première fois à un jeu d’adulte.
    En face de lui, Gween n’avait pourtant guère l’air rassurée ou impressionnée par son geste. Bien au contraire, celle-ci semblait se renfermer d’avantage. Son regard d’émeraude semblait fuir la fournaise logée dans le sien, et même le naïf esprit de Karys parvint à y déceler le brin de détresse qu’il recélait. Peut-être sa carrure et sa force l’intimidaient-elle? Ou peut-être la perspective d’une quête aussi dangereuse qu’une chasse aux sorcières l’intimidait-elle? Cela ne pouvait pas être plus sérieux que cela, si?

    De toute manière, la jeune fille, bien que troublée, ne semblait pas avoir perdu son sens de la répartie, loin de là! Karys fut laissé sans voix face à la rhétorique bien huilée de Gween. Les paroles de cette dernières furent comme une douche froide qui laissa le jeune homme pantois. Il lui fallut plusieurs secondes pour assimiler le raisonnement du petit chaperon gris, puis encore plusieurs secondes pour tenter de les digérer en y réfléchissant activement. Sa main alla ébouriffer ses mèches rebelles déjà bien éparpillées alors que son regard se détourna de la frêle silhouette de son interlocutrice.
    Malgré les efforts de Karys, il ne comprenait pas… Une femme sans défense et une sorcière, ce n’était pas la même chose, si? Une sorcière, c’était un être maléfique qui n’existait que pour lancer de mauvais sorts et abattre le malheur sur les pauvres gens. Si une telle créature existait, il fallait impérativement quelque pour l’abattre, et ce peu importe si elle revêtait l’apparence d’une humaine… Et c’était là le rôle des chevaliers, non? Mais y avait-il ou non une sorcière dans le coin alors? Gween n’avait pas véritablement répondu à sa question… Et de toute évidence, elle n’en avait pas l’intention. Après l’avoir transpercé du son regard brillant, elle avait tourné les talons en lui conseillant de trouver un autre objectif.
    Comme fouetté par ce départ brusque, Karys se lança à sa poursuite après quelques secondes d’immobilité. Sans prêter attention à la direction dans laquelle l’entrainait la jeune fille, le jeune homme tenta de la rattraper.

      « H… Hey! Attends! J’ai bien pensé à aller affronter un dragon, tu sais… Mais on m’a dit qu’il vivait dans une montagne de feu à l’autre bout du pays… Et puis je pense pas encore avoir le gabarit pour affronter un dragon. Je n’ai même pas de bouclier! Une sorcière c’est plus raisonnable… Et plus près de chez moi, aussi! »

    Karys arriva à la hauteur de Gween, à peine essoufflé, en évitant de nouveau le regard de la jeune fille pour éviter la gêne d’être confronter à ses pitoyables excuses, reflétées dans les beaux yeux de la jeune fille. Il savait bien que ses mots mal agencés ne risquaient pas de la convaincre, mais en parallèle il n’avait toujours pas compris ce qu’elle avait voulu dire, ni ce qu’elle avait réellement dans la tête. Comment pouvait-il espérer la convaincre du bienfondé de sa quête s’il ne savait pas quelle était réellement son opinion? Impossible! Il ne pouvait pas la laisser s’en tirer à si bon compte!
    Alors qu’il avançait, Karys manqua de glisser sur la pente d’une congère. Quelques morceaux de glaces s’échappèrent de sous ses bottes pour aller s’écraser plusieurs dizaines de mètres plus bas. Reprenant son équilibre, le jeune homme sauta sur l’occasion pour se fournir une raison de prolonger sa présence aux côtés de Gween. Il n’avait pas besoin de beaucoup de temps, juste de quoi trouver les bon mots pour exprimer ses véritables aspirations et prouver qu’il était différent de tous ces autres garçons qui voulaient juste devenir des hommes d’armes pour la gloire.

      « Ce chemin n’a pas l’air sur. Je vais t’accompagner, on ne sait jamais! »

    Mouais. Peut mieux faire.
    Guère satisfait de son propre bluff, le jeune homme tenta de se rendre plus crédible en s’avançant devant Gween, comme pour lui ouvrir un chemin –sans pourtant avoir la moindre idée de l’endroit où celle-ci se rendait- en tâtant le terrain et en surveillant les environs. Cette mascarade se prolongea sur une distance d’une trentaine de mètres, le temps pour Karys de rassembler ses esprits et ses mots avant de se retourner pour faire face à la jeune fille encapuchonnée avec une fierté retrouvée.

      « Tu sais, ce n’est pas si important qu’il y ait une sorcière ou non dans le coin, au final. J’ai juste entendu une rumeur, et je suis venu voir à quel point elle était fondée. Si j’en trouve une et que j’arrive à la battre, j’aurai protégé mon village et toute la région, et on reconnaitra forcément ma valeur. Et s’il n’y en a pas, au moins je serai rassuré. J’aurai aussi eu l’occasion de rencontrer des tas de gens et de voir de beaux paysages… Et puis j’aurai escorté une jeune demoiselle rencontrée sur ma route. C’est plutôt chevaleresque comme histoire, tu ne trouves pas? »

    Ce n’était encore une fois pas très convaincant, mais cette fois-ci Karys était au moins parvenu à s’exprimer clairement. Ce fut sans gêne ni doute que son regard rubis put à nouveau se poser sur celui de Gween sans se sentir fautif. Son sourire sincère revint sur son visage, l’illuminant de l’honnêteté infantile qui le caractérisait et qui, peu à peu, se forgeait au fil du temps pour devenir la droiture d’esprit d’un homme fondamentalement bon. Le jeune garçon avait pris sa décision en connaissance de cause, et sans pour autant dévier de ses idéaux de bravoure et d’honneur. L’éclat qui demeurait intarissable en son âme continuait de le bercer de sa lueur apaisante…
    Mais peut-être trop vive pour permettre aux ombres de son cœur de prendre leur essor comme il l’aurait fallu.
Revenir en haut Aller en bas
Managarm


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 330
Armure : Se rouler dans la neige et emmerder son frère

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   Dim 9 Sep - 11:04


1127 après J.C. ~ Gweenhael Nokomis ~ 15 ans

Elle s’était enfuie, comme une ombre, gênée par ses propres paroles pleines d’une sécheresse dont elle n’était pas coutumière, mais dès lors que l’on se risquait à prononcer ces paroles honnis, elle devenait malgré elle, bien plus dure. Elle s’en voulait d’avoir été aussi tranchante, pourtant, loin d’abandonner la partie, le jeune homme l’avait suivit à travers son chemin de neige, la rattrapant avec une facilité déconcertante. Il n’en démordait pas, insistant avec une naïveté confondante sur sa lancé, la jeune fille demeurant tout aussi surprise – tant par sa persévérance que par ses paroles – qu’amusée par la suite, dès lors que ses mots se frayaient un passage jusqu’à son cœur.

Quel étrange jeune homme était ce Karys !

Il avait voulut affronter un Dragon !

« Si ce Dragon n’a rien fait, il n’y a aucune raison de vouloir le tuer. Enfin…Je ne sais pas si il a attaqué quelqu’un, mais si il ne fait pas de mal, pourquoi vouloir l’affronter absolument ? »

Elle n’avait jamais vu de dragon de sa vie, c’était là, des créatures de légende aussi puissantes que gigantesques. On disait que les flammes qui sortaient de leurs bouches venaient des profondeurs de la terre et qu’un battement de leurs puissantes ailes pouvait lever des ouragans ! Mais ces créatures, aussi dangereuses demeuraient elles dans les contes, la fascinait, d’une certaine manière. Peut être était elle la plus étrange des deux finalement, elle qui éprouvait tant d’empathie envers toutes ces créatures affublées du sobriquet de monstre pour des raisons lui semblant puéril. Si Humaine. Sa mère lui disait sans cesse que les hommes haïssaient ce qu’ils craignaient, et elle était si désolée que cela soit ainsi ! Elle aurait tant désirée que les choses soient différentes, que les hommes voient ce que ces êtres voyaient ! Qu’ils puissent entendre le doux murmure de la forêt si las, tellement sage, qui protégeait sous le couvert de leurs feuillages, nombre de créatures tordus par des superstitions curieuses !

Son raisonnement était sans nul doute, tout aussi naïf que celui du jeune homme désireux de devenir chevalier, mais c’était là, ce en quoi elle croyait. Chaque être avait ses raisons pour vivre, pour exister dans ce monde qui était le leur, et tous y avait leur place.

« Vous ne pensez pas qu’il mérite de vivre lui aussi ? Enfin…je veux dire, tout le monde à le droit de vivre, non ? Même si il fait peur, ça ne veut pas forcément dire qu’il est méchant… »

La demoiselle baissa les yeux sur le sol, continuant sa marche accompagné par le jeune homme qui se faisait chevalier servant. Un sourire léger effleura ses lèvres à ses mots plein d’une fougue qu’elle trouva amusante. Elle connaissait bien les lieux, alors nul besoin de la protéger de quelconques pièges ! En réalité, c’était même plutôt à lui de se méfier tant la neige pouvait s’avérer traitresse. Une pernicieuse culpabilité l’envahit même alors que Karys s’avançait au devant elle pour ouvrir la voie. Une voie dangereuse pour l’étranger qu’il était.

Lorsqu’il lui fit de nouveau face, cessant son petit manège, la dame blanche se fit attentive tant il brillait dans le feu de ses pupilles une confiance retrouvé. Comme elle était heureuse d’avoir remis sur sa chevelure de nacre, le capuchon de sa cape masquant en partie la rougeur de ses joues. Pourtant, elle baissa la tête, la gêne dans son regard ne parvenant plus à dissimuler la culpabilité dans son âme.

« Oui, en effet… » souffla t’elle d’une petite voix.

Il n’était pas méchant, ne cherchait pas à vaincre un péril invisible juste pour la gloire, il y avait dans ses paroles, rien de tout cela. Elle ne devait pas accorder toujours autant de crédit à ses familiers.

« Venez par ici, la route est plus sûr de ce coté. »

Joignant le geste à la parole, la demoiselle prit la main de son interlocuteur et le guida sur le manteau neigeux avec assurance mais pourtant timidité. Sa prise sur sa main n’était pas bien ferme, simple et délicate, elle se faisait douce guide sans pour autant l’obligé à quoi que ce soit. Pourtant, bien vite elle s’arrêta, tête basse dissimulée par son capuchon gris, la jeune dame ne prit même pas la peine de regarder son interlocuteur avant de lui demander d’une petite voix.

« Est-ce que…je ressemble à une sorcière à vos yeux Karys ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~¤° The Everlasting Sinful Crown °¤~ [Deivams&Nokomis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-