RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 A la recherche de Zeus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: A la recherche de Zeus.   Lun 7 Mai - 15:52

--> 3e sphère

Samiel avait tout traversé avec rapidité tout en restant sur ses gardes. Il n' avait eut aucune résistance de la part de l' armée infernale et il se demandait pourquoi. Oui pourquoi était-ce si facile ? Après quelques petites réflexions, il en vint à celle-ci. Peut-être que Athéna et Freyja, même si ils étaient bien entourée, devaient être des cibles prioritaire ? A la pensée de sa déesse, il serra les poings de ne pouvoir être à ses côtés. Elle avec qui il eut à vivre tant d' aventures, mais qu' il n' avait plus revu quasiment depuis la dernière guerre sur le sanctuaire. Cela faisait déjà tellement longtemps....

L' arrivée au Guidecca fut tout aussi rapide. A la vue de ce temple titanesque tant par ses mensurations que sa beauté, Samiel d' Epsilon ralentit instinctivement. Il releva sa visée de combat tout en laissant son cosmos en émulation et les griffes dehors. Aucun cosmos malsain ici non plus, alors le loup se mit à monter les marches le menant à l' interieur de ce site somptueux.

Désormais, il devait trouver quelqu'un, mais par ou fallait-il commencer les recherches ? Il y avaient tant de questions dans la tête du loup qu' il ne trouvait aucune réponse adéquate à celles-ci...Zeus, le pére des dieux, enfermé ici. Il ne restait plus qu' à le trouver maintenant. Samiel rpoussa les portes du temple et pénétra dans l' enceinte. A la vue de l' interieur, le god warrior comprit que se ne serait pas une mince affaire que de trouver la cachette de Zeus....

bien par ou commencé maintenant....pensa t' il.

Il prit donc l' un des premiers couloirs le memant vers l' aile est de ce temple. Il traversa calmement sans précipitations et se mit au travail d' investigations.
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 10 Mai - 15:43

Pendant que les recherches d' investigations commençaient lentement, l' asgardien eut une désagréable sensation d' être suivi sans pour autant ressentir de cosmos ennemis. Alors comme toujours ici bas il resta sur ses gardes en ayant tous ses sens en alerte. Dans le grand couloir qu' il avait prit et qui devait s' étendre sur plusieurs dizaines de mètres, il regardait la première porte qui était devant lui. A peine quelques secondes de réflexion, il se décida à l' ouvrir mais quelle ne fut pas sa surprise des l' ouverture de celle-ci.

Des squelettes en armure figés posaient sur des socles...en plein milieu de la pièce.

Et bien, qu'est-ce que c' est que ça !? En tout cas ce n' est pas très jolie... pensa t' il.

Au bout de quelques secondes, il pénétra dans la salle et se mit à toucher les statues, puis se mit à leurs tourner le dos. Quel erreur d' appréciation se fut !? En effet, l' une de ses statues bougea le bras et dans sa main il y avait une hache. Heureusement que le loup avait les sens bien développés et qu' il put s' en rendre compte rapidement. En se retournant par instinct, il regarda d' un oeil amusé ces statues, et toute reprenaient vie.

Il resta figé, très concentré sur ce qu' il vit. Ses griffes s' agitèrent toutes seules, et des qu' elles se mirent à s' agitées en levant les armes le loup ne manqua pas d' agressivité sur le coup. De plusieurs bonds, et tel un animal dangereux, il décapita les squelettes un par un. Tous venaient de perdre leurs têtes en quelques fractions de secondes. Aucune résistance. Juste de simple tas d' os désormais.

On dirait bien que je vais aller de surprise en surprise par ici....

Il ressortit de la pièce sans se retourner et referma la porte. Il ressentit de l' agitation vers la Caina, là ou il avait battu le nécromancien et laisser Viktor dans l' ombre. Freyja y était présente accompagné d' ases, mais aussi Persephone...le chevalier de la chevelure de Bérénice.
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 10 Mai - 20:01

4ème Prison =>


Il faisait sombre et le coin avait l'air paisible, loin de la guerre et de toutes ses brutes. Mais il avait fallu qu'un trouble-fête se manifeste en l'absence de ses Maîtres pour tout casser.

Encore pire qu'une affaire douteuse mettant en cause des politiciens, de nombreuses têtes venaient de tomber en un instant au JT de 20h. "String ! Bling ! Ging !" qu'elles pouffèrent en sautillant sur le sol froid de la Giudecca, avant de finir par s'éparpiller dans la vaste pièce de musée. (ah tiens, la dernière semblait résonner comme le nom d'une bestiole)

* L'enf**ré ! Il les a décapité d'un seul coup comme du beurre... *

Raïmi, qui était dissimulé dans une anfractuosité, n'avait même pas eu le temps de se mettre en scène afin de surprendre le gus qui avait osé pénétrer le dernier rempart du Royaume des Morts. Il sortit alors tout de même de son trou, tel un inspecteur des travaux finis, et ne put que constater de plus près l'oeuvre de l'artiste griffu. Ce dernier disparaissait de nouveau derrière une porte, à la recherche de quoi d'ailleurs ? Quelqu'un pour l'accueillir justement, peut-être ?

Très bien, s'il n'y avait que ça pour satisfaire ce désir, ça n'allait pas être trop compliqué à réaliser en lui offrant l'hospitalité infernale qui lui est dûe.

_ Worms Bind ! Éclata une voix aux oreilles de l'intrus, de l'autre côté de la porte fermée.

Plusieurs grosses chaînes s'empressèrent aussitôt de transpercer la porte de haut en bas, et avant sans doute que le guerrier d'Epsilon ne puisse calculer quoi que ce soit, il se verrait sanglé d'une camisole fait-maison, comme un cobaye de laboratoire psychiatrique un peu trop cinglé. Enroulé fermement à la gorge, au corps aux membres, et prêt pour la piquouze.

Vu la situation, le Ver ne pouvait évidemment pas distinguer son adversaire, ni même savoir qui il était réellement. Ce qui était sûr, c'est qu'il avait dû attraper une belle prise.

_ Popopop ! Continua le bossu, avec le sourire. Bah alors !? On quitte la table sans débarrasser les miettes ? Je vais t'apprendre les bonnes manières, moi !

Commençant alors le régime de l'Ase, les tentacules se mirent donc à comprimer leur gibier. Déjà les premiers craquements se faisaient entendre, mais bon, c'était surtout la porte qui devait morfler au début.


/hrp: bon, j'me suis permis pas mal de choses, mais vu que chuis déjà mort hein... donc, ce post n'a juste matière qu'à te faire ch*er, lol. Very Happy
en gros, tu as fermé la porte, et je t'attache dessus mdr, mais comme je vois rien... si ça te gène tant que ça, t'auras qu'à te dire que c'est ma seule perception. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 10 Mai - 22:48

La même sensation lui parcourait les poils de son cou. Il en avait la certitude. Il était suivi. Alors, il décida de tenter le diable et ouvrit une seconde porte en la refermant. Cette porte venait tout juste de se fermer qu'un bruit de fracas perturba le loup. En deux temps trois mouvement, il se retrouva prit au piège par des tentacules qui avaient transpercées l' épaisse porte avant qu'elles ne s' en prennent à son cou, puis le restant de son corps.

Il tenta de regarder l' individu qui avait fait cela au travers des trous fait dans ce bois si costaud. Mais en vain. Pourtant, une chose aurait dû le frapper toute suite dans sa tête. Ses maudites tentacules, il les avaient déjà rencontré il y à quelques temps. Oui dans les fond marins en compagnie de la belle Brunissen qui entre temps devint le réceptacle de la déesse Vanes, Freyja.

L' ironie du sort aurait voulu que cette fois-ci se fut le loup qui se fasse avoir, mais il l' avait voulu le plus simplement du monde car ne craignant rien ni personne, il voulait savoir qui l' avait prit en grippe. Puis cette voix....lui remit en mémoire qui se cachait derrière cela avant de se retrouver prit dans un étau de tentacules.

Tu es le spectre de l' étoile terrestre de la soumission ! Hurla t 'il au travers de la pièce.

Maintenant qu' il savait, Samiel d' Epsilon pouvait revenir les deux pieds sur terre. Son cosmos devint très froid voir glacial l' espace de quelques secondes. Les tentacules se gelèrent au contact de cela et le loup retrouva sa liberté en contractant tous ses muscles. Il écrasa les quelques miettes qui avaient au sol avant de voir le restant des tentacules revenir à son propriétaire. D' un bond, il se retrouva sur la porte et il l'a pulvérisa d' un coup de pied très puissant. Le pauvre spectre se retrouva au lit, euh pardon, au sol avec l'énorme porte sur le corps. De là, le god warrior se mit à marcher dessus pour entendre sa nouvelle victime demander clémence.....



hrp: bah, vla ! Retour à l' envoyeur, alors...j' ai fais comme toi Mimi Razz
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Sam 12 Mai - 17:23

Hmmmn han oui, c'est bon ! Raïmi était fier de sa prise et il la lui rendait bien. Dommage pour la pauvre porte qui n'avait rien demandé, mais y greffer un ennemi dessus compenserait sans doute la destruction de biens. À ce propos, ce qui s'apparenta à de l'armure ou de la cage thoracique se broyait un peu trop bien tout de même. Mais le Spectre s'en fichait pas mal pour le coup, trop excité par son exploit. Malheureusement, l'intrigue et le doute ne mirent pas longtemps à s'imiscer dans ses belles pensées. De un, l'otage semblait connaître son agresseur. De deux, la voix de celui-ci avait, elle aussi, comme un goût de déjà-vu. Le tout sans chaton ni bug dans la matrice !

_ Ne me dis pas que sur les dizaines d'assaillants qui se sont introduits aux Enfers, il a fallu que je tombe sur...!? paniqua-t-il avant de s'interrompre.

Bingo ! Il ne pouvait y avoir deux prisonniers dans ses filets, comme celui auquel le bossu pensait. Preuve encore lorsque soudain, un cosmos aussi blanc qu'une marque de soutif sur la peau d'une Atlante bronzée, et aussi frigorifique que les surgelés Picard surgit dans le couloir d'à côté.
Mais pire ! Cela voulait dire en prime que les craquements, résultant de la constriction fougueuse des tentacules de la Soumission, tiraient leur son d'autre chose... comme par exemple, de l'orichalque noir qui se fissurerait après avoir été transformé en glaçons.

Raïmi avait beau désormais n'être qu'une âme, une douleur dans sa dent, perdue à l'époque après avoir pris une mauvaise droite dans la joue, lui remémora de mauvais souvenirs. Puis il déglutit afin de ravaler ce piètre passage dans toute sa carrière de Spectre.

Aussitôt après, ses appendices se brisèrent en effet en mille morceaux. Le temps de relever le nez vers la source tandis qu'il perdait quelque peu l'équilibre, la porte de la grande salle où il se trouvait lui vola à la figure. Il se retrouva alors à son tour coincé comme une saucisse entre deux miches de pain, au sol. Dessus, un surfeur du Grand Nord s'entraînait à tenir droit sur sa planche.

_ Sa... Samiel ? Bégaya-t-il, autant enragé qu'endolori, au vu de la situation. Moi non plus, je n'ai pas oublié ta sale trogne de scandinave, héhé.

L'armure de l'Ase était complètement différente de leur première rencontre, pour le peu qu'il pouvait en distinguer certaines parties au travers des trous dans le bois. Le bossu devina vite qu'il avait dû monter en grade, même si l'idée du vol pur et simple de Godrobe lui traversa aussi l'esprit.

_ La dernière fois qu'on s'est croisé, tu devais t'entretenir avec l'Empereur Poséidon, si je ne m'abuse ? Plaisanta-t-il. Ne me dis pas que cette fois-ci, tu comptes t'entretenir avec l'épouse d'Hadès, hahaha ? Comme tu peux le constater, Perséphone n'a pas de temps à perdre avec un type dans ton genre !

Raïmi sourit à la fin de sa provocation, car oui, il était clair qu'il cherchait à occuper son interlocuteur tant bien que mal. Après tout, la vraie question sur la venue d'un étranger d'Asgard paraissait évidente pour les deux hommes. Voire même, la réponse aussi.

Qui plus est, après avoir joué la comédie du mec qui se débat en vain, ses appendices avaient surtout profité de l'occasion pour se régénérer. Pour la suite des événements, il n'y avait pas à tortiller ! Après avoir gravé l'empreinte du dos d'Epsilon dans une porte, il était temps de le lui imprimer dans la pierre du plafond. Il fallait faire ça vite et bien, car l'ennui avec les temples mythologiques, c'est qu'ils avaient souvent pour habitude d'être très larges, et très vertigineux ! Et donc, plus d'une fraction de seconde pouvait suffire au Guerrier Divin pour sentir le danger.
Bref, prions mes frères, pour que la technique fonctionne.

Ainsi, les tentacules du Spectre allèrent toutes en choeur se planter dans le pourtour du piédestal abîmé de l'Ase. Et d'un grand coup, elles s'apprêtèrent à s'étendre de tout leur long afin d'agrafer la cible au sommet.

_ Eh bien... content de t'avoir revu, mais nos chemins se séparent ici ! Conclut-il dans la foulée. Thunder Hammer !

Illico presto, Samiel et sa porte gravirent les étages jusqu'à ce que la collision du dernier étage éclate. Par contre, cet abruti de Ver n'avait pas forcément prévu les retombées dûes à la violence de l'impact.


/hrp: bon bah rebelote, je remets une couche. ^^ en gros, tu m'écrasais donc. Je tape la causette, pis dans l'ombre, j'me sers de mes tentacules pour t'élever vers le plafond, lol. Libre à toi de te le manger, bien sûr. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Lun 14 Mai - 11:39

La situation était comique en de pareil circonstance. Deux vieux amis se revoyaient après un si long moment d' absence et leur amour l' un pour l' autre témoigné de cela. Tel un amour vache, le ver de la soumission bégaya tout en faisant de l' humour. Quand au loup d' Asgard, lui, il ne pouvait que sourire au vu de ce qu' il voyait et entendait, mais pour autant à cause de cet humour qu' il aimait peu, il remit une couche en frappant d' un grand coup de pied sur sa planche de surf. Tiens prend ça dans les dent Mimi ^^

Au fil de l' entrevue et de la discussion, le maudit voyeur reparla du passé et de leur toute première rencontre sur le sol de Poséidon avant, une nouvelle fois, de plaisanter quand à ce qu' il voulait par ici.

Tu parles d' une sale trogne, le voyeur ! Regarde toi un petit peu avant de dire des âneries pareil.Tu as vu tes dents, tes yeux et ton allure général.... Si tu n' avais pas osé faire de tels choses à l' égard de la belle Brunissen tout cela ne serait pas arrivé peut-être. J' aurais dû te combattre pour avoir osé faire ça, mais comme tu te rappel aussi nous étions délégation officielle afin de rencontrer l' empereur Poséidon....

Que de bons souvenirs. Samiel remit une couche et la porte en bois écrasa encore un peu plus le pauvre spectre dans le sol. Ce que le guerrier solitaire avait oublié l' espace d' un instant c' est que sa nouvelle victime était un lâche et un perdant, que ses maudites tentacules venaient de se régénéraient et que d' un grand coup il passa à l' offensive. Le loup apprit une désagréable nouvelle. Il n' aimait pas avoir le corps en l' air et tel l' animal qui l' était il préférait avoir les pattes sur le sol ferme. Dans une vitesse folle, il se retrouva coller au plafond en grommelant sérieusement.

Ggrrr.... dit-il avant que quelques petits gravas ne se mettent à tombé du plafond sur la tête du serviteur d' Hadès.

Toujours tenu en l' air par ses tentacules, le loup se tortilla dans tous les sens afin de faire céder la prise mais sans résultat. Alors son cosmos se mit à grandir et sa colère devint grande. Le plafond se mit à tremblé et sous la fureur de cette puissance cosmique céda enfin. Il aurait pu s' extraire de l' emprise du ver, mais Samiel préféra lui rendre coup pour coup, alors dans un drôle de mouvement, il se retrouva à faire un plongeon vers le corps du spectre qui venait de se relever. Le pauvre ! Le choc le casserait en deux....

ATTEND CE QUE TU VAS VOIR TOI !!! Hurla t' il dans une descente incroyable.

Les morceaux du plafond commençaient à tomber plus vite que le god warrior et les premiers morceaux tombaient sur la trogne du ver comme il disait. Il allait être prit à son propre piège encore une fois. Et badaboum.....Samiel venait de percuter, les poings en avant, le ventre du spectre avant de se retrouver tous les deux assommés par des dizaines de gros morceaux de plafond qui s'amoncellent les uns après les autres sur leurs corps.

Ils se retrouvaient tout les deux dans le noir ensevelis sous les gravats, et ils allaient pouvoir en profité tranquillement.


hrp: Voili voilou Mimi. Si il y a un soucis tu le dis... mdr
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 15 Mai - 13:14

Zeus ~ La fin, et le renouveau





    =>L'Antenora

    La froideur des lieux engourdissait les membres de ces pauvres corps décharnés suspendus par les pieds et qui venaient orner d'une horrible façon, la Tolomea. La divine comédie racontait que ces pécheurs ne pouvaient verser leurs larmes de honte, eux ayant trahi leurs hôtes étaient condamnés à un bien terrible supplice. Car oui ! Ces pauvres privilégiés descendaient aux Enfers avant leur propre mort. Là haut, leur enveloppe restait sur place, habitée par un esprit démoniaque, terrorisant les vivants. Les lois du Royaume Infernal étaient ainsi faites. Épouvantables, mais quelque par, justes. Ceux qui se trouvaient là méritaient-ils leurs châtiments ? Seuls les Juges avaient le pouvoir décisionnel. Ils étaient aussi les maîtres de ces lieux, chuchoteurs quand le Dieu de la Mort leur apportait le supplicié en devenir. Il semblait que leurs cri, leurs désillusions, ne cesseraient jamais de résonner en ces lieux froids et lugubres.

    La Sagesse savait qu'elle approchait du but. Entre ses mains, le Trident de son Oncle vibrait légèrement. Comme si il frissonnait à l'idée d'être si proche du Dieu des Dieux. Craignait-il la punition sévère et expéditive du divin Zeus ? Subitement, Athéna se stoppa net, au beau milieux des hommes pendus. Dans le ciel, venait de disparaître non pas une autre constellation, mais bien plusieurs ! Alarmée par cet étrange phénomène, elle ne put qu'en tirer une conclusion : quelque chose ou plutôt quelqu'un amoindrissait les forces des Dieux Jumeaux. Ce dernier faisait vaciller la concentration de son frère et de sa sœur.

    Mais ils lutteraient. Ne perdant plus une seconde, Athéna revêtit une nouvelle fois son armure d'or aux ailes immenses, qu'elle fit se déployer vers le ciel sombre. Son cosmos divin se répandit à l'instar d'un immense soleil qui vint un instant faire fondre les glaces éternelles. Un coup d’œil dans la direction d'Angel et la déité se débarrassa de son masque qu'elle rangea dans les plis de sa protection d'airain. «J'espère, jeune Saint, que tu n'as pas le mal de l'air. Le temps presse et il nous faut emprunter une voie plus rapide qui nous mènera au Guidecca. À mon père. Accroches-toi.»

    Alors, à cette dernière recommandation, la Déité guerrière serra contre elle le corps frêle du chevalier de la chevelure de Bérénice, l'enveloppant de sa chaleur rassurante. Avant de prendre son envol d'un battement d'ailes puissants.

    «Ne craint rien, je ne te lâcherais jamais.» lui dit-elle en dardant sur elle, ses yeux pers. Son visage maintenant à sa vue, le Saint pouvait sans doute voir ce petit sourire qui lui était adressé. Celui-ci s'effaça bien vite quand sous eux, le sol du Guidecca leur apparut. Enfin, les voici si près du but...

    Bien qu'elle sentit deux autres présences aux alentours, ses yeux ne distinguaient rien d'autre que pierres et gravas. Une lutte s'était déroulée ici-même. Athéna espérait que sous les décombres, l'urne de son père n'y soit pas perdue, ainsi même que ces deux protagonistes...

    « Angel ? Tout va bien ?» s'inquiéta t-elle en l'aidant à poser pieds à terre. Une fois enquit de son état, la Déesse fit quelques pas dans la poussière avant de brandir haut devant elle, l'arme de Poséidon. Une éclatante lumière se dégagea du Trident et ce fut plus distinctement qu'Athéna entendit sa voix vibrante résonner : ~Zeus, Zeus!~ appelait-il sans cesse d'un timbre caverneux.

    «Retrouve mon père ! Ô Trident et libère-le de ses chaînes, moi, Athéna Déesse de la Sagesse te le commande !»

    Et la terre, partout trembla, prémices de la fin. Ainsi que du Renouveau.

    «Hermès?»
    fut son dernier murmure avant que tous ne soient obligés de fermer les yeux...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 15 Mai - 16:26

Le Guerrier Divin le disait lui-même. La belle Brunissen. Bah alors quoi ? Elle méritait donc bien un peu d'attention et de tendresse. Logique, non ? Apparemment Epsilon ne l'entendait pas de cette oreille. Ou alors, le coquinou était tout bonnement jalou, mais il préférait se voiler la face... avec sa visière d'armure, tiens, pour le coup !
Bref, comme ce dernier n'aimait pas les compliments sur son physique formulés par l'adversaire, il décida alors de le talonner un peu plus dans le sol, au travers de ce qui restait de la porte les séparant. Si seulement, il avait su que le sol était justement le terrain de jeu du Ver...

Enfin bon. Maintenant que l'Ase avait le dos moûlé dans le plafond, Raïmi n'avait plus qu'à se sortir de son empreinte, elle, sculptée dans le carrelage de pierres. D'autant plus qu'en expédiant Samiel tout là-haut, des craquelures s'étaient sérieusement formées avant de laisser carrément place à des morceaux qui ne tardèrent pas à le mitrailler.

_ Tu fais bien dans le décor, se moqua le bossu de nouveau, en admirant son interlocuteur planté.

Pendant ce temps, le loup d'Asgard cherchait déjà à se dépatouiller du piège qu'on lui avait tendu. Finir comme un lustre, en l'occurrence. Bien sûr, ça ne lui plaisait guère, et tel le stalagtite qu'il complota de mimer de sa personne, ainsi que grâce son cosmos glacial, il se mit bientôt à plonger à la verticale.

Son pouvoir sur la glace, mélangée aux imminents débris du Giudecca, provoqua un éboulement incroyable. Raïmi pensa d'abord qu'il s'agissait encore de petits cailloux sans importance, mais à seconde vue, c'était justement tout le contraire. Il esquiva alors la première salve avec ses tentacules, alors qu'il aurait mieux fait de déguerpir en vitesse tout simplement. Puis, telle une flèche furtive de sarbacane, les poings de Samiel lui foudroyèrent le bidon.

_ Humpf ! Lui postillonna-t-il au visage dans la collision, le souffle coupé.

Tous deux s'enfoncèrent aussitôt dans le sol d'une part, tandis que d'innombrables autres gravats, quant à eux, les ensevelirent d'autre part. Voilà à présent qu'ils se retrouvaient l'un dans l'autre, six pieds sous terre. C'était le cas de le dire. À faire des mamours ? Hmmm... pas sûr. Leur honneur de guerriers virils en dépendait sans conteste, après tout.

Quelques minutes de répit plus tard, le Spectre avait fini de ronfler. Il avait beau n'être qu'une âme, se prendre une armure et des boulets sur le coin de la tronche, ça avait de quoi donner le tournis.
Quoi qu'il en soit, il faisait toujours aussi noir désormais, et froid aussi d'ailleurs. Et comme il fallait s'y attendre, le partenaire qui lui servait de compagnie ne s'était pas changé en jeune et belle Ase, entre temps. Malheureusement. Raïmi ouvrit un oeil, puis le deuxième, et découvrit alors la scène.

* Bon alors, récapitulons, s'interrogea-t-il à la vitesse de la lumière. J'ai voulu écrabouiller ce type dans une porte. Il m'a alors écrabouillé dans le sol. Je l'ai donc écrabouillé dans le plafond. Et maintenant, nous nous retrouvons tous les deux écrabouillés dans le sol. *

Ce petit jeu ne prendrait-il donc jamais fin ?
Le Ver tilta enfin que sous terre, il avait de toute manière l'avantage. Il ne lui restait alors plus qu'à emmener l'Ase très profondément jusqu'à ce qu'il s'étouffe par exemple. Manque de chance, une fois qu'il enroula le Guerrier Divin avec ses appendices, Raïmi resta collé à l'autre. Peut-être était-ce à cause des dimensions de leur cagibi ? Ou peut-être était-ce à cause du givre intense produit par le loup d'Epsilon ? Ou peut-être un peu des deux ?

_ Eh m*rde ! Pesta le calineur, en gigotant comme un poisson, pour se débattre. Allez ! Dégage de là !

Tant pis ! Il ne restait donc plus que la honte à envisager. Faire brûler son cosmos grandement et avec amour, idée reprise et plagiée par cette tafiole d'Andromède, deux cents années plus tard, à ce propos ! Par contre, si l'Ase faisait de même, bonjour l'explosion big-banguesque.
Beh oui ! Vous avez déjà vu ce qu'il arrivait à force de souffler dans un ballon de baudruche ?

Sur ces belles paroles, Raïmi s'apprêta à s'atteler à cette nouvelle tâche... à moins que !? À moins qu'une personne encore bien plus désirable qu'un loup qui pique du menton ne fasse son apparition tout à coup ?
Miam miam ! Comme le destin peut parfois être bien fait.


/hrp: bon bah Samiel, j'avais prévu de brûler mon cosmos pour me délivrer de ton givre... qui euh... ahem... nous colle l'un à l'autre, mais vu qu'Athéna s'est ramenée pile-poil, ça devrait me réchauffer tout autant, cruk cruk cruk. du coup, j'me taperai pas la honte comme Shun, ouf, huhu. Razz (et au final, beh je verrai dans un prochain post, si j'en ai l'occasion) ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Eris [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 50

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mer 16 Mai - 2:46

Champ de Fleur Arrow
    Dans une aveuglante lumière, le trident fendit les airs en devenant corps de lumière pure. En une fraction de seconde, il avait atteint l'urne de Zeus dissimulé devant le trône de Guidecca pas un sortilège de l'habile Perséphone. Nul mortel n'aurait pu sentir sa présence invisible sans aide Divine, mais la conscience de l'arme de Poséidon ne s'encombrait guère de ce genre de détails. Dans un fracas cataclysme, la prison du Dieu des Dieu vola en éclats. Une lumière d'une intensité sans pareille, si aveuglante qu'elle semblait capable de réduire en cendre quiconque l'observait directement, envahis alors la pièce dans un déferlement de Cosmos qui se répercuta aux quatre coins du palais.

    Ce fut dans ce désordre le plus total que, dans un sifflement, une créature écailleuse fut éjectée juste devant Athéna. Un serpent. Un serpent blanc. Depuis le début, celui-ci s'était reposé sur l'urne, attendant son heure en accomplissant les sombres desseins de sa maitresse. A présent, il était temps... Se mouvant pour mordre sa propre queue, la créature s'enroula sur elle-même, devenant un cercle de Cosmos pur qui s'incrusta dans le sol en formant des symboles étranges. Au centre de ce cercle, un Cosmos étranger, fit su apparition. Particule par particule, la silhouette d'une femme en robe sombre et aux cheveux de lune coupés courts se matérialisa au centre du cercle qui ne tarda pas à redevenir poussière. L'aura insidieuse de la nouvelle venue vint se positionner à contre-jour de la source lumineuse qu'était la reformation, lente mais désormais inéluctable, de l'unité de Zeus. Alors, les yeux lunaires de la Discorde se posèrent sur Athéna, et Eris se mit à sourire.

      « On dirait que j'arrive un peu tard... Quoique non! J'arrive plutôt juste à temps pour assister au dernier acte de ce spectacle. C'est toi qui a été trop lente, jeune Athéna. Il n'est plus temps, désormais... Fais-moi donc entendre le son de tes pleurs! »

    Une jouissance malsaine étira les lèvres de la Discorde, la faisant à cet instant plus ressembler à une Démone qu'à une Déesse. Son œuvre était incomplète, mais fonctionnelle. Elle avait oser espérer que Perséphone lui aurait fait gagner plus de temps, mais l'essentiel de sa tâche avait été accomplie. C'était peut-être mieux ainsi... L'imperfection de son travail de le rendrait que plus appréciable!
    Le corps d'Eris se dématérialisa dans un rire à vous glacer le sang. Devenant Cosmos obscur qui tourbillonna dans les airs avant d'aller se réfugier dans les ombres de Guidecca, elle alla s'installer aux premières loges pour profiter d'un spectacle que trop peu avaient eu le loisir d'admirer depuis les temps immémoriaux...

    Déjà, la lumière diminuait et Zeus s'éveillait.
    Et pour sa fille, cela n'était pas forcément une bonne nouvelle...
Revenir en haut Aller en bas
Zeus [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mer 16 Mai - 17:12



    Nuages et tempêtes entremêlés, un corps apparaissait lentement en son sein. Une barbe de quelques semaines sans fioritures, un corps à la musculature acéré, une longue chevelure d’une blancheur grisonnante se dessinait avec dans les arcs électriques déchirant l’espace du grand hall du Giudecca. Un cosmos assez faible nimbait ce corps sans vie. Brusquement, un nuage électrique d’une plus grande densité se forma au-dessus de ce dernier, des éclairs commencèrent alors à frapper violemment l’humanoïde encore inerte. Puis, plus rien, plus de foudre, le silence et la vision de ce corps en train de se relever ; la vie reprenait ses droits. Une toge azuréenne se tissait au même moment pour le recouvrir de la dignité de son rang, une couronne de lauriers d’or se matérialisait à son tour pour couvrir sa tête de l’un de ses attributs sacrés.

    Silencieux, voilà que le cosmos de ce dernier explosa pour chasser les impudents se trouvant devant lui. Athéna en fût la première victime, elle fût balayée contre l’une des immenses statues de Griffon noir. De la foudre frappa le sol et fit sortir les taupes de leur cachette, dans une explosion formant un cratère, le fantôme et son obligé apparaissaient à la surface des choses. Ses yeux encore clos, des arcs électriques continuèrent leur office en frappant le Guerrier Divin d’Epsilon qui avait eut le malheur de regarder la scène. Un éclair venu du corps de ce nouveau venu traversa aussi le pauvre fantôme qui se trouvait là, personne ne semblait pouvoir consumer sa colère. Signe d’une conscience à peine retrouvée, ses lèvres se mirent à murmurer dans une langue énochéenne incompréhensible du commun des Mortels. Seules Athéna et Eris comprenaient ce murmure annonciateur d’une catastrophe diluvienne. Lui même planté dans le sol marbré, le Trident de Poséidon se mit à luire d’un cosmos bleuté. Il retrouvait une puissance renouvelée à la simple présence de cet homme se tenant debout devant lui. Il se défigea brusquement pour danser dans les airs un moment avant de plonger vers l’auguste personnage. Ce dernier, ouvrant ses yeux rapidement, stoppa les pics du Trident pour le renvoyer dans un des piliers qui éclata à l’impact dans des éboulements dans tous les sens. Ses prunelles argentées s’abaissèrent enfin vers les personnes assemblées devant lui, Athéna écrasée dans le basalte d’une ancienne statue, le serviteur d’Odin encore électrisé par la Foudre, et enfin le fantôme qui se cachait dans les travées de la dernière Sphère des Enfers. Toutefois, un œil averti pouvait voir que ce regard cachait aussi une violence trop longtemps contenue et « Dieu » savait que ce n’était pas le meilleur caractère de l’homme à la toge bleue.

    Descendant pas à pas les marches qui permettaient d’accéder au trône du Sombre Monarque, le Seigneur du Ciel ferma les yeux avant de les rouvrir au même instant. Une lueur de sauvagerie venait de remplacer ce regard argenté et se retournant vers sa fille, un éclair partit de son cosmos pour la frapper ; le bouclier d’Athéna reçut alors le plus gros de la décharge et résista comme il se doit. Colère. Il souffla de sa main sa propre fille pour l’envoyer contre le mur des Lamentations, le choc était brutal et une jeune femme cachée derrière un pilier souriait en observant tout cela. Colère. Son poing frappait ensuite le Guerrier d’Asgard qui était plié de douleur à cause de la Foudre, plus de Majesté, plus d’Honneur, tout n’était que fureur. Epsilon percuta à son tour les grandes portes du Giudecca en l’éventrant de part en part. Colère. Tournant sur lui même, le Roi des Dieux vit le fantôme qui se croyait à l’abri de son hubris, que nenni, la Foudre frappait même les damnés de la pire espèce et il le fit savoir. Un arc électrique partit de son poing vers l’Etoile de la Soumission. Ce dernier reprit vie, mais à quel prix, il n’était plus qu’un corps arc-bouté dans des vapeurs d’une Foudre vengeresse. Colère. Il avança vers les premières marches de la précédente Sphère pour se venger de tout ce qui avait été la cause de sa chute. Colère. Il le sentit, vivace comme le soleil en plein été, son arme était proche de lui et l’appelait à sa manière. Le ciel devenait à ce moment là ombragé et un immense nuage tourbillonnant dans le ciel ne faisait que répondre à l’arrivée de Zeus dans ce Monde impie. Colère.

    La Tolomea était au loin. La bête fauve sortit de la Sphère pour sprinter vers sa prochaine cible. Quelques squelettes passant par là furent épouvantés de voir une créature humaine ivre de vengeance, de peine et de fureur qui se gargarisait de l’énergie des pauvres hères étant passées trop proche d’elle. Colère. Elle fit quelques pas pour renifler l’air ambiant, heureuse de ne voir que des corps fumants, elle continua son chemin et cherchait l’objet de sa quête. Le Dieu des Foudres se laissant guider par ses plus bas instincts leva tout de même les yeux au ciel pour voir un étrange disque stellaire. Il ne comprenait pas mais connaissait les cosmos à l’œuvre. Cependant, il s’en moquait, il devait faire payer ses mois de souffrance à son fils et pour cela, il n’y avait qu’une seule arme pour atteindre cet objectif. Quelque chose l’arrêtait brusquement. Le calme avant la tempête, il sentit que son Foudre était faible et, voulant comprendre ce mystère, il sonda l’espace de toutes les dimensions pour retrouver deux autres parties du Foudre. Il leur intima l’ordre de revenir séant, mais une force s’y opposait pour quelques temps. Les deux éléments commencèrent à fendre l’espace temps pour revenir auprès de la troisième partie qui se retrouvait dans une des sphères voisines. Colère. Il bondissa pour se rapprocher de sa cible.

    Derrière lui, quelque chose se produisit parallèlement à cette folle poursuite. Le Trident se détacha de son pilier pour vibrer de plus en plus, quelque chose l’appelait et il y répondait à sa manière. Athéna ayant percuté le « Mur des Lamentations », Eris en embuscade, Samiel allongé dans les environs de Giudecca, Raimi hurlant de la foudre qui se jouait de lui encore et encore, rien ne pût empêcher le départ du Trident vers le champ de fleurs à proximité de l’une des prisons des Enfers. Entendant ce sifflement cosmique qui partait de Giudecca, le Colérique se retourna et repartit vers cette sphère en laissant son instinct primal le guider, la raison le quittait de plus en plus...







Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 17 Mai - 15:22

==> Anténora, Athéna m'a emmenée avec elle

La scène semblait s'obscurcir comme si les flambeaux s'éteignaient un à un. Lorsque l'on soufflait les chandelles et qu'on diminuait la lumière éclairant la salle. Tel lui apparaissait le ciel des Enfers : brillant puis soudain amoindri.

Il ne restait plus qu'une constellation pour illuminer la nuit du sombre séjour. Plus qu'une constellation si légère comme le pétale d'une rose. Les roses que l'on pouvait jeter à la fin du spectacle.

Vite si vite, la roue du temps tournait à plein régime. Comme l'eau comme le sable, le temps semblait filer entre ses doigts.

La Souris du Sanctuaire se sentait pourtant confiante. Au-dessus d'elle, elle pouvait contempler le sourire que lui adressait Athéna. Déesse qui avait repoussé le masque qu'elle avait porté lors de sa rencontre avec la blonde Freyja. Rougeur sur ses joues sans fards ni artifices et elle finit par dire...

- Déesse, vous saviez que ma nature m'imposait un masque que j'ai rejeté de la seule manière qu'il me restait... Pourtant, je lis dans vos yeux que vous ne me jugez pas...

Un regard brillant. Les merveilleux yeux bleu émeraude du chevalier de la Chevelure de Bérénice avait repris cette éclat que Minos avait pu contempler lors de leur combat. Le véritable visage de la disciple de la Lyre, La Saltimbanque en personne.

Les bras d'Athéna la tenaient serrée contre elle. Une telle puissance, elle était impressionnée par la force de ce divin cosmos qui la portait sans le moindre mal. Jusqu'à ce que, enfin, la dernière, l'ultime étape apparut.

Giudecca...

Des cosmos et des cris, une lutte avait lieu mais Angel ne savait où elle se situait exactement. Quoique elle avait reconnu un des belligérants. Le Loup du septentrion, celui lui l'avait portée sur ses épaules à la demande du Cancer. Il avait même veillé à ce qu'elle ne soit pas en danger.

Courage, loup d'Asgard, quel que soit ton adversaire. J'ai reconnu ton cosmos, Ase valeureux. Ta déesse n'est pas loin. Freyja arrive elle aussi...

Puis ce fut l'atterrisage sur le sol aux dalles de marbres. Les statues de Griffons et le trône d'Hadès qu'elle ne pouvait voir mais qu'Athéna, elle, avait repéré.

Lyria se laissa glisser sur le sol. La mansuétude de la déesse de la Sagesse la touchait de plus en plus.

- Tout va bien, déesse. Maintenant que je peux enfin vous voir, plus personne ne pourra se mettre entre nous. Je suis l'une de vos guerrières. Sauvez Zeus, ne vous souciez pas de moi, je lutte pour vous, moi aussi...

Sur ces paroles, la Saltimbanque marcha aux côtés de sa déesse avant que le Trident ne fende les airs.

La jeune femme sursauta en ressentant une nouvelle énergie divine toute proche mais elle ne put rien comprendre. Il était trop tard et la suite ne fut qu'un maelstrom d'éclairs et de violence. Si rapide si puissant qu'elle ne put que sentir le choc des coups contre le Bouclier qu'Athéna avait placée devant elle.

Sonnée un moment, Angel eut juste le temps de voir sa déesse voler vers le mur des Lamentations alors que le roi des dieux laissait éclater sa colère. Le déchaînement sur le malheureux loup d'Asgard et tous ceux qui avaient le malheur de se trouver sur sa route était tout simplement terrifiant.

Que lui arrivait-il ?

Lyria ne pouvait rien comprendre, juste réagir comme la proie blessée qu'elle était. D'un bond, elle se plaça devant Athéna qu'elle avait tenté de protéger de sa longue chevelure d'or.

Les fils de soie avaient au moins pu détourner une partie des courants, blessant davantage le chevalier mais elle en avait vu d'autres.

Elle déploya son cosmos curatif, essayant de ranimer la déesse que son armure avait protégée tandis que le Bouclier de la Justice gisait à quelques pas d'elles.

" Athéna revenez à vous... Athéna... "

Seule guerrière se tenant près de sa déesse, Lyria maudissait une nouvelle fois sa faiblesse et le fait de n'être qu'une bronze.

Si seulement...

Elle se mit à intensifier son cosmos, appelant au secours les autres chevaliers. L'énergie de Lyria montait en flèche, la jeune femme se concentrant sur les blessures de sa déesse, l'appelant de toutes ses forces tout en espérant que les autres saints l'entendraient.

Zeus...

Elle se souvenait des légendes. Son armure, enfin ce qu'il en restait avait été atomiser, il ne lui restait plus rien que sa beauté et sa féminité. Elle laissa alors la cape de Dokho reprendre une nouvelle forme mettant l'ensemble de ses courbes en valeur, apparaissant telle qu'elle était.

Le petit pion arrivé au bout des lignes ennemies avait laissé la place à une reine. Une reine agenouillée devant sa déesse pour la protéger...
Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Ven 18 Mai - 23:21

Le noir dominait tout et Samiel se réveilla en ressentant quelque chose lui parcourir tout le corps. Qu' est-ce que ça pouvait bien être ? Quelques secondes s' écoulèrent quand il comprit que c' était des tentacules spectrales.... hum....Raimi il faut te calmer, hein ?! Il n' appréciait pas cela et il allait lui faire savoir.

Malheureusement, il fut arrêté par un cosmos doux et chaleureux à la fois. Un puissant cosmos, très lumineux, qu' il ne mit pas longtemps à reconnaître. Athéna, la déesse de la guerre et de la sagesse, venait d' arrivé avec le chevalier de la chevelure de Bérénice. Urio lui en serait donc gré. Au travers des gravats, nos deux protagonistes pouvaient voir certaines choses dont celle de cette lumière aveuglante émit par une arme divine dont Athéna avait en main. Aussi vite que cela, dans la foulée même, le sol se mit à tremblé et Raimi bascula sur le loup. Euh, quelle scène cocasse pour deux combattants...la seule réaction que pu avoir le valeureux ase fut de planter ses griffes dans le postérieur de ce dernier pendant qu' un énorme cosmos était entrain de se réveiller et de prendre forme sur le temple du Guidecca.

Le calme s' instaura un temps avant que la tempête ne reprenne de plus belle. Toujours sous les blocs de pierre millénaire, nos deux acolytes étaient toujours au première loge et ils auraient,peut-être dues, se trouvaient ailleurs. Zeus se retrouva enfin libre grâce à tant d' efforts et de sang versés. Il devrait être content de cela, mais au lieu de cela un supplice s' invita à la place. Dans une divine colère, le tout puissant fit ressortir de leur cachette Raimi et Samiel par la foudre. Au grand jour, et collaient l' un à l' autre, il gisaient dans un cratère avant que de nouveau, la foudre vint frappé le loup d' Asgard. Mais pourquoi ? C' était incompréhensible. Tout le monde en prennait plein pour son grade, même sa propre fille, Athéna.

Pour la cas du loup qui ne put voir ce qu' il se passait pour les autres, lui, il se retrouva totalement électrisé. De part en part. La puissance de cette foudre était-elle que son corps se retrouva à léviter dans les airs, que ses yeux se révulsèrent sérieusement pendant qu' il essayait de lutter pour la vie avant de retomber sur le sol. Il mit du temps à pouvoir se redresser et ressentir la colère du dieu Olympien. Mais ce n' était pas encore fini ! Non. Dans une colère folle, Zeus frappa l' asgardien et Samiel vola littéralement dans les deux grandes portes du Guidecca. Au vu de cette puissance, Samiel sombra dans le néant en refermant les yeux. S' en était trop ! Il avait tant donnait, trop peut-être. Le game-over était total sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Dim 20 Mai - 18:22

Le sol s'était mis à trembler, étrangement. Était-ce dû au coeur du Spectre qui battait si fort et si fougueusement, depuis l'entrée en scène de Athéna au Giudecca ? Oui et non, à vrai dire. Il aurait, certes, tellement souhaité coincer fermement la silhouette de la jeune femme entre ses tentacules, mais si tant de secousses sismiques se manifestaient en cet instant, la cause venait surtout d'ailleurs. La divinité des Saints venaient en fait de lancer une procédure de désamorçage à l'aide d'un artéfact puissant. Combiné à son cosmos et à la puissance de ses invocations, voilà que la séquence finale faisait son oeuvre. Celle de libérer de sa cage, le Dieu méga tout puissant des cieux et de la foudre ! Rien que ça.

Quelques minutes de fractures de marbre et de pierre plus tard, Raïmi, englouti sous des débris par dizaine, se vit alors bientôt balloté dans tous les sens jusqu'à sortir enfin de son piège, à la vue de tous. Il se faisait cajoler malencontreusement par les bras du guerrier d'Epsilon, mais heureusement, la colère divine de Zeus le barbu ne tarda pas à s'exprimer devant l'assemblée présente, pour les décoller l'un l'autre. Ainsi, des éclairs en veux-tu, en voilà, jaillirent à volonté et bruyamment dans toute la salle... si ce n'est, le bâtiment tout entier. Patatrak !

Par conséquent, le bossu finit par recevoir quelques vagues de ce châtiment divin en pleine poire, et malgré le fait qu'il ne soit qu'une âme, les joutes électriques lui hérissaient quand même le poil. Sa carcasse se projeta ensuite d'elle-même au loin, pareille une boule de flipper. Puis elle bondit et ricocha sur les murs, comme pour marquer encore plus de points, avant de finir éjectée vers la sortie.
Son cucul cramé glissa longuement sur le carrelage en pierre, et on ne le vit plus.

Tout s'était tellement passé si vite que le Ver ne se souvenait même plus s'il avait crié de douleur ou de peur pendant son catapultage. La seule chose dont il était certain, c'est que sa bouille angélique n'était plus apte désormais à faire les yeux doux à quelconque beauté du coin. Lui, qui s'était moqué en prime du physique du Loup d'Asgard n'aurait donc plus qu'à s'abstenir pour le moment.

Où était-il passé, ce type du Grand Nord, à ce propos ? Raïmi ne le voyait plus. Même son aura semblait avoir disparu. Mais peut-être était-ce dû aux effets secondaires de l'électrification divine ? Le seul réconfort qu'il pouvait espérer était à la rigueur, d'envisager que tout le monde à l'intérieur avait péri.
Quoi qu'il en soit, rien ne servait plus de croupir ici. Sur ce, il quitta la fête tant bien que mal, en rampant à la seule force de ses empreintes digitales. Ses appendices avaient apparemment décidé de ne plus repousser.


=> euh... une autre Prison que je préciserai plus tard, sans doute. (là, c'était juste histoire de déguerpir, dira-t-on) ^^

EDIT: ayé ! ce sera donc le Cocyte... Wink


Dernière édition par Raïmi le Ven 25 Mai - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Lun 21 Mai - 13:44

Spoiler:
 



    À ses pieds, un serpent immaculé alla s'entortiller. Pas un geste ne fut esquissé, nulle trace d'émotion sur son visage au teint de porcelaine. Comme si la Déesse de la Sagesse avait une nouvelle fois replacé son masque de fer. Étrange réminiscence. Une once de haine para ses yeux pers quand elle discerna parmi toute cette éclatante lumière, la silhouette de la Discorde. Reconnaissable entre tous, cette traîtresse, avec ces yeux et ces cheveux pareils à l'argent de la Lune, jugea Athéna en silence d'abord. Ô comme elle semblait fière la vipère ! Sauf qu'elle arrivait trop tard ! Zeus était sur le point de revenir avec toute la Majesté dont il était capable. Sauf que le Dieu des Dieux, à son réveil, démontra à quel point il pouvait se montrer violent, insaisissable et surtout, surtout... colérique, imprévisible ! Le cœur du Seigneur des Nuées criait vengeance ! Aussi, aveuglé, il ne faisait plus de distinction. Un animal sauvage, ni plus ni moins, se dressait devant les différents protagonistes. Le voir dans un pareil état alarma la Déesse Guerrière qui eut tout juste le temps de sauvegarder Angel contre la folie de son père.
    Les éclairs dansèrent un temps pour finalement projeter leur force inouïe contre ceux qui étaient témoins de l'éveil du Roi.

    Bien que nombreux, personne n'avait put aller à l'encontre de sa toute puissance. Son Bouclier d'or se dressa contre l'attaque. Le Porte-égide, véritable forteresse, encaissa les plus fortes décharges. Seulement, une autre onde la surprit et ce fut tout en protégeant son chevalier, qu'Athéna se retrouva projetée contre le Mur des Lamentations. Le noir tomba devant son regard clair, et la fille de Zeus sombra un moment dans l'oubli. Une voix familière l'appelait avec empressement et détresse. Comme perdue dans les méandres de son esprit, Athéna se voyait errer entre deux Mondes, où le vide régnait en maître incontesté. Soudain, une forme éthérée se dressa devant elle, parut dans un halo blafard : deux gouttes d'eau, semblables, se faisaient face. Mashia et Athéna. L'ancien chevalier du Lotus s'inclina devant la divinité sans mots dire. D'un geste, elle invita Athéna à prêter l'oreille à cette voix qui lui demandait de revenir.

    Baissant son regard, la fille du régisseur des cieux soupira. Elle était lasse, déçue, pire, décontenancée par le geste de son père. Elle ne le comprenait plus. Avoir fait tout ce chemin, prit tant de risque et fait couler le sang pour lui, le sauver ! Tout cela pour quoi ? Pour être la proie de la fureur de Zeus ? Être ainsi ballottée? Non, quelle injustice ! Pourtant ! Oui ! Ce n'était point la première fois, ni la dernière sans doute qu'elle le verrait dans un pareil état. Mais … c'était bien la première fois qu'il avait osé lever la main sur elle.

    Sa propre fille.

    ~Éris~

    La voix de Mashia n'avait été qu'un souffle fantomatique issu des entrailles des ténèbres. Qu'avait dit Athéna ? Du noir, toujours existera une étincelle, un brin de lumière qui ne demandait qu'à surgir du néant pour briller avec intensité ! Et sa lumière, c'était le Lotus. Un sourire en guise de remerciement, et la déité rouvrit ses prunelles.

    Son retour dans la réalité fut marqué par une vive douleur. Athéna s'agenouilla avec lenteur parmi les gravas amoncelés autour de sa personne. Une silhouette féminine se trouvait toute proche et enfin, elle put discerner la vraie forme d'Angel. La Reine.
    Dos à elle, la jeune femme à la si belle chevelure semblait plongée dans cette tâche : celle de la protéger. Quelle ironie ! Devoir la préserver de son père. Une main ferme et douce à la fois se referma sur l'épaule de la Sainte. «Merci jeune Sainte...» souffla t-elle avant de l'aider à se relever tout à fait. Elle ressentait encore la présence divine de son père, ainsi que sa frénésie. Se saisissant de son Bouclier d'airain, Athéna laissa ses ailes se déployer dans son dos, les agiter quelque peu pour voir si elles n'avaient pas été trop abîmées durant leur chute. Capable de voler, la Vierge Guerrière avant de vouloir se dresser contre son père, eut ces derniers mots pour la Sainte de Bronze.

    «Je suis certaine que la Discorde est encore derrière tout ceci ! Zeus mon père n’agirait pas ainsi. Souvent la colère l'anime, mais de là à arriver à des telles extrémités... Je ne peux le croire ! Jeune femme ! Je vais m'opposer à mon père ! Je te demande de retrouver notre allié Ase parmi les décombres et à vous deux, vous irez dénicher Éris hors de son trou ! J'aurais deux mots à lui dire ! Bonne chance ! »

    D'un bond gracile, Athéna rejoignit les cieux ténébreux du Pandémonium à la recherche de son père. Pas très loin, celui-ci semblait hypnotisé par la faible aura que dégageait le Foudre. Pour Freyja, mais aussi pour les autres et lui-même, Athéna barra la route du faiseur de foudre de son corps. Ses ailes toutes d'or projetaient une vive lumière devant elles, et brandissant sa lance et son Bouclier, la Déesse de la Guerre revêtait cet autre pan de ses attributs, prête à aller jusqu'à combattre si il le fallait vraiment. Mais avant, il lui fallait savoir si elle pouvait le résonner.

    «Paix Père ! Abandonne cette sordide colère qui dresse devant tes yeux d'argents, un rideau t'empêchant de voir la réalité ! Moi Athéna, te demande de t'arrêter céans et d'écouter ta fille ! Délaisse ta fureur pour le moment ! Tu la redirigeras en temps voulut contre Éris et Arès ! N'entends-tu pas les voix de la Justice ? Les Déesses murmurent au creux de ton oreille ! Écoutes ! Oui ! Écoutes ce que j'ai à te dire. Le veux-tu ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 22 Mai - 23:29

==> Anténora

Deux feulements grondant dans une nuit triomphante tandis que la flamme des Poissons vacillait à son tour. Amour et Tendresse avaient conservé leurs redoutables apparences de tigres blancs et encadraient étroitement Freyja. Ainsi tous trois filaient à vive allure vers Giudecca.

La Belle nordique et les deux félins...

Le char de Freyja semblait même apparaître par intermittence, fendant la nuit telle une comète dorée. Freyja, la sublime vanir traversant le ciel à la recherche de Odr son époux.

Elle devait avoir cet aspect vu de la terre sauf que cette fois ce n'était point vers son amour qu'elle volait mais le seigneur de l'Olympe qui venait de laisser éclater sa fureur.

Une nouvelle accélération et enfin, elle le contempla. Quel étonnant spectacle que celui de ce dieu tonitruant, grondant tel un ours mal réveillé contre sa propre fille. Car elle se tenait là, Athéna, déesse de la Sagesse en proie à l'ire retentissante de son roi de père.

Un grondement furieux...

Amour se tourna d'office vers un lieu où se cachait une peste de la pire espèce.

Il n'avait fallu que quelques secondes au fauve pour reconnaître celle qui avait osé faire du mal à sa maîtresse. Le poison portait la marque de celle qui l'ait instillé au plus profond du coeur de la déesse de l'Amour et une telle odeur pestillencielle ne s'oubliait point.

La Discorde était une véritable infection à elle seule. Que cette mégère incapable de semer autre chose que fiel et troubles tout en montant un père contre sa fille venant de le libérer osait reparaître en ces lieux ne la suprenait guère. Nuisance, telle était on véritable nom...

Encore à frapper en traître... Mais pas deux fois.

Freyja se tenait encore à une certaine distance avant de piquer droit le roi des Cieux. Elle se posa pratiquement sous son nez, balayant les gravats, laissant apparaître l'éclat de Brisingamen à pleine puissance ainsi que la lame purificatrice de Balmung.

Elle devait s'en servir pour sauver Callan de l'emprise de Perséphone mais le destin en avait décider autrement. D'autres mains ramèneraient la prêtresse vers la surface. Et puis, surtout, elles ne ne seraient pas trop de deux déesses pour venir à bout de la perfidie d'Eris.

Le cosmos de Freyja éclata soudain, changeant Brisingamen en flamme enivrante, capable d'insuffler la plus dévastatrice des passions à tout homme la contemplant posée sur la chair de Freyja.

La douce d'Amour était tout aussi redoutable qu'Aphrodite parée de sa célèbre ceinture magique voire même pire. Car, elle était bien décidée à ne pas s'arrêter là.

" Athéna, vaillante Athéna, veille à ce que cette peste ne s'en mêle pas. Tu connais ton père bien mieux que moi pour savoir que certaines choses l'atteignent plus que d'autre.. "

Sur ce message, son front se mit à luire et le diadème dont l'avait coiffée Odr parut à son tour.

Puis enfin, sa voix s'éleva...

- Zeus, vous m'avez mandée et je suis là.

La voix de freyja augmenta de nouveau tandis que son cosmos se dirigeait droit vers Samiel qu'avait rejoint Angel. Ainsi soutenait-elle la jeune femme en plus de pousser le Loup d'Asgard à reprendre consience.

- Zeus, je vous porte la parole d'Asgard, en mon nom et en celui du seigneur Odin. En ces lieux, nous sommes réunis pour vous. Voyez votre fille, voyez moi et voyez votre plus vieux compagnon.

Prend ton envol aigle de Zeus !!!

L'animal que Freyja avait pris sous sa protection avec tous les autres apparut soudain et son cri se récercuta dans l'ensemble de la Giudecca.

Un cri suspendu dans les airs avant qu'enfin, le dernier geste de Freyja ne surprenne tous les spectateurs.

- Et voyez enfin, ce que vous appelez de toutes vos forces depuis votre réveil.

Lame purificatrice fait surgir une Puissance semblable au divin Thor.

Un geste que nul ne put empêcher. De la Pointe de Balmung, Freyja avait transpercé sa propre chair, faisant couler le sang de la Vanir avant qu'un nouvel éclair ne traverse les cieux infernaux.

Pour la seconde fois, Balmung avait heurté le Foudre. Seulement, cette fois, à son pouvoir s'ajoutait Brisingamen et le cosmos d'Odr.

Face à cela, le poison d'une seule déesse ne ferait pas le poids... Freyja l'espérait.

Un dernier appel vers sa chère alliée.

- A toi de jouer Athéna...

Même si Zeus retrouve sa raison, cela ne suffira peut-être pas à apaiser sa colère.

Nul dieu ne tolère une telle trahison de la part de son propre fils soutenue par la fielleuse Eris et encore moins le roi des dieux.

Toute offense, toute trahison sera punie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mer 23 Mai - 20:27

Pas un instant, elle n'avait détourné ou seulement baissé le regard, se tenant agenouillée, bras écartés, telle une splendide oiselle devant sa déesse. Derrière elle, sa longue chevelure d'or se soulevait en une longue capa lumineuse.

Pour Athéna, Angel était prête à se sacrifier comme tout véritable chevalier.

Ma déesse, grâce à vous, je sais quelle est ma voie...

Qu'importe ce que Zeus fera de moi, je ne bougerai pas.

- Seigneur Zeus, laissez ma déesse, elle vous a sauvé. Je ne suis qu'une simple mortelle mais vous, vous êtes le roi de l'Olympe capable de lire dans les coeurs et les âmes.

Elle se pencha davantage mettant en avant ses courbes féminines. Elle était belle et savait comment se mettre en valeur.

La Saltimbanque en avait joué des rôles. Mais de tous, le plus beau resterait celui de Marie-Ange, Angel...

- Seigneur Zeus, prenez ma vie mais laissez ma déesse.

Le cosmos d'Angel augmentait de nouveau jusqu'à ce qu'une puissante énergie ne se fasse ressentir.

Une main apaisante sur son épaule. La déesse de la Sagesse était revenue à elle et la remerciait, elle la plus faible de bronzes. Lyria sentait les larmes lui montait aux yeux. L'armure de la Chevelure de Bérénice avait volé en éclat et elle-même était vêtue de derniers lambeaux qu'il lui restait, laissant une grande partie de son corps à découvert...

- Merci, déesse, grâce à vous, je sais enfin qui je suis. Une de vos guerrières.

Elle écouta la suite avant de se relever.

- A vos ordres, je vais retrouver le loup d'Asgard...

Un dernier geste et elle s'élança à travers la vaste salle. Giudecca avait souffert lors de la décharge de Zeus. De longs de très longs instants ou juste quelques secondes avant qu'elle ne retrouve Samiel allongé en travers des portes qui s'étaient brisées sous le choc.

D'une geste, elle se pencha sur lui, posant sa main sur sa poitrine. Son cosmos se déploya alors.

- Guerrier divin, revenez à vous... La guerre n'est pas finie, revenez à vous. Votre déesse a besoin de vous comme la mienne de moi...

Parlant de la déesse de l'Amour, celle-ci apparut juste après. Angel se leva avant de ressentir le cosmos bénéfique l'atteindre ainsi que Samiel. Et celui-là ne bougeant toujours pas, angle décida de passer à la vitesse supérieure, remplaçant la méthode douce par une autre bien plus énergique.

- Debout, Loup d'Asgard !!! Ce n'est vraiment pas le moment de dormir ! Debout, vous êtes un homme, oui ou non ? Alors debout !!!

Elle commença à le secouer, prête à passer à des arguments plus percutants, avant de finir.

- Debout, votre déesse est sur le point de se faire agresser par une vraie brute doublée d'un obsédé !!!

Un rugissement accompagna cette phrase alors que Tendresse les avaient rejoints commença, elle aussi à remuer le guerrier à coup de pattes griffus.

- Merci, déesse Freyja... Oui, merci doublement.

Plus besoin de chercher Eris, le Tigre de Freyja l'avait repéré.

- Allons debout !!! Remuez-vous ! Votre déesse vous appelle à l'aide !
Revenir en haut Aller en bas
Zeus [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 17

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mer 23 Mai - 21:43

      " Arès... "

    La nature est tueuse et elle adore faire de la vie son empire. Mais dans cette folie, Zeus était devenue une bête sans raison et sa foudre frappait sans distinction les gens qui l'entouraient. Colère. La bête divine tourna les yeux sur la jeune femme aux cheveux carmins qui s'était déjà présentée devant lui. Un son, juste une parole avait éveillé son intérêt et arrêté la tempête qui allait balayer l'importune. Colère. Ses prunelles argentées dévisagèrent la jeune femme et un étrange sentiment se diffusa dans ses pensées sans qu'il n'en prenne garde, elle était là devant lui mais aucun souvenir ne lui revenait. Ce miasme paternaliste l'avait cependant réveillé un peu. Alors que son poing se serrait, un cosmos d'une grande douceur l'enveloppa comme le duvet enneigé des hivers apaisants. Retournant la tête vers la nouvelle venue, il vit une autre jeune femme pénétré les lieux et l'appeler à la raison.

      " Arès... "

    Nuages et tempêtes cessèrent un moment. Prenant entre ses mains le visage de sa fille, il lui sourit avant de fermer les yeux pour respirer un peu d'air. La plénitude de sa raison éclata sur son visage et il murmura quelque chose à sa Fille mais nul son ne sortit pourtant. Puis, il s'en écarta pour se rapprocher d'une orbe bleutée. Pénétrant ses doigts à l'intérieur, il ferma brusquement le poing pour saisir le symbole même de son autorité sur l'Olympe. Quelque chose manquait et les autres parties du Foudre accélèrent leur course dans les mondes infinies pour rejoindre le Roi des Dieux. Bientôt, le Foudre serait à nouveau UN dans le firmament du ciel. Il salua avec un sourire gêné Vanidis Freyja, seul moyen de la remercier à sa manière. L'instabilité du Foudre l'inquiétait pour l'heure et il ne disait rien pour éviter de s'emporter à nouveau...

    ** oO°°Oo **

    Dans l'obscurité, une autre personne observait la scène avec un certain amusement. Une brume s'échappait de son cosmos volatile pour s'approcher de l'inconscient de toutes les personnes présentes au Giudecca. D'un geste, elle se saigna le doigt pour laisser un filet de sang tomber sur le sol, lentement ce sang prit la forme d'un serpent écarlate qui n'avait pas besoin d'attendre les conseils de sa créatrice. Se faufilant entre les dalles, il se divisa comme les têtes d'une hydre pour se rapprocher de chaque acteur de la scène de théâtre dont elle souhaitait rester la scénariste. Le premier serpent se lova autour du mollet d'Athéna pour la mordre violemment. Un violent tournis frappa son esprit et elle frappa son Père sans s'en rendre compte Folie. Le troisième serpent se retrouva derrière le jeune chevalier de la chevelure de Bérénice et du Guerrier Divin. Ses crocs se plantèrent dans le bras de la jeune femme. Cette dernière tendit alors sa chevelure pour tuer le Fils du Nord à ses côtés. Meurtre. Tandis que l'hurlement de la jeune femme attirait le regard de la douce Freyja, un autre serpent se lova sur sa cuisse pour la mordre de nouveau. Ce poison était différent car il instillait en elle le plus beau des Amours, la jalousie. Envie.

    Le dernier s'approcha à son tour du talon d'Achille du Père des Olympiens et sortit ses crocs.... Colère. Le poison allait mettre plus de temps à agir car cette fois-ci le Foudre protégeait Zeus de son pire caractère. Il arrêta le coup de sa fille et la projeta au loin pour la soustraire de ce grondement augmentant de plus en plus dans son esprit. Sans plus de cérémonie, il usa du foudre pour détruire les autres serpents qui se rapprochaient des autres guerriers présents ici. Attiré par le cosmos d'Eris, il s'apprêtait à s'en occuper quand un cosmos explosait dans le Monde des Morts. Il était là. Colère. Il était enfin arrivé devant sa victime pour tenter de l'abattre. Dans un rugissement, la Foudre s'éparpillait dans tout le Giudecca, la Sphère disparaissait alors que le Roi des Dieux venait d'appeler à lui sa légendaire Kamui. Paré des ailes dorées de l'Olympe, il s'envola dans le ciel pour chercher sa proie. Colère.


      " Arès... "

    Un maelstrom de foudres balayait toutes les personnes proches. Il l'attendait ce mécréant de fils pour lui rappeler qu'il n'était rien devant lui. Il n'était que son fils et sa stupidité devait être frappé de son courroux le plus extrême. Il est vrai que le poison de la belle Madone des Serpents faisait son office et personne ne pouvait savoir comment les Enfers allaient devenir.....

Revenir en haut Aller en bas
Samiel


Indépendant
avatar

Messages : 1768

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
170/179  (170/179)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 24 Mai - 0:24

Le loup toujours allongeait sur le sol du Guidecca ne pouvait se douter de quoi que se soit pas rapport à son inconscience dû à la colère du dieu Olympien, mais son corps se retrouva entouré su cosmos de sa déesse; De la douce Freyja, une amie ou....

Cette chaleur lui fit du bien et remobilisa une partie de son corps avant que son coeur ne se remette à reprendre sa tâche qui lui était dû. Remettre le sang en circulation. Puis, un autre cosmos, tout aussi chaleureux, mais différent de ceux du grand nord l' enveloppa à son tour. Un mouvement de paupière. Une illusion qui s' en suivi...un corps. Une voix. Les courbes d' une jolie dame qu' il ne reconnu pas sur le coup avant que ses yeux ne se referment encore.

Samiel d' Epsilon se fit secouer comme un vulgaire sac de puce par Angel qui s' était métamorphosée depuis leur dernière rencontre. Elle lui disait de se relever, répétant qu' il était un homme, un vrai. Que sa déesse avait besoin de lui. Alors, enfin, il réouvrit les yeux avant de rétorquer à Angel:

Du calme, Angel...

Il se releva tout doucement et pu constaté que oui sa déesse était présente avec Amour et Tendresse. Quelle ne fut pas sa joie face à ce moment là. Depuis tout ce temps qu' ils ne s' étaient revus, elle était bel et bien là presque devant lui. Elle était avec Athéna faisant face à Zeus. Soudainement, Athéna se mit à frapper son père, et là Samiel se disait que c' était plus que mérité ne se doutant pas d' un piège de la part d' une tierce personne. Et alors que le chevalier de la chevelure de Bérénice avait aidé Samiel l' instant d' avant, maintenant elle s' en prit à lui. Le loup fut prit au piège car il avait eu à peine le temps de se remettre sur pied sans qu' il ne puisse réagir et voir ce qu' il arrivait à Freyja.

Agnel !!! Arrête...tu vas me tuer.

il devait réagir et vite. tentant de reprendre le contrôle de la situation, le loup laissa son cosmos prendre forme. Il devint offensif et s' intensifia dans une sphère bleuté qui vint touché la belle sainte; Elle fut balayé par tant de puissance et tomba à terre. Ne perdant pas une seule seconde, il alla voir si elle allait bien.

Angel...angel... tu vas bien ? lui dit-il tout en la secouant à son tour.

Le loup d' Asgard pu voir que Zeus rendit le coup à sa fille en la projetant au loin. Il utlisa une arme divine tout en foudroyant ici et là des serpents que le god warrior n' avait pas vu depuis le départ. La foudre se parsemer dans toute l' enceinte du Guidecca quand la Kamui de Zeus vint à faire son apparition. La foudre continuait à balayer à tout va, mais là le loup ne se fit pas avoir et il fit face en protégeant, à son tour, la petite sainte.

Mais enfin...Que se passe t' il par ici ? Que faisons nous là au milieu des dieux et de leur pouvoirs destructeurs ? souffla t' il.


Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Jeu 24 Mai - 21:51

Arrow Antenora

Shion avait quitté la deuxième Sphère pour tenter de rejoindre Athéna le plus rapidement possible. Le lieu lui avait donné l'occasion de recroiser le chemin de Corell, le Chevalier d'Or du Lion. Leur dernière rencontre remontait au Fleuve Acheron où il se préparait à affronter le Dieu de la Mort aux côtés du Chevalier d'Or de la Vierge tandis que lui-même patientait pour apporter son aide à Aldébaran. La présence du Lion en ces lieux ne pouvait donc signifier qu'une chose: le Dieu de la Mort avait été vaincu et cette pensée renforça la motivation de Shion à poursuivre sa mission.

La traversée de la troisième sphère s'était déroulée sans grabuge et le Bélier n'avait pas jugé nécessaire de se stopper en ces lieux. S'il voulait espérer rejoindre Athéna avant que quelque chose ne lui arrive, il devait éviter de faire une pause à chaque nouvel endroit qu'il traversait. Quant à ses compagnons de route, il ne se faisait pas d'inquiétudes - enfin, pas plus que nécessaire. Dokho était accompagné de Ceridwen, la Guerrière du Dragon Blanc et il lui faisait confiance pour tenir tête à tout Spectre assez téméraire pour s'approcher. Quant à Corell, s'il pouvait venir à bout d'un Dieu, il aurait vite fait de terrasser un Spectre pour les rejoindre. D'autant qu'il avait déjà eu l'occasion d'observer ses compétences...

Ainsi, Shion atteignit finalement le Giudecca l'esprit tranquille et la volonté renforcée, désireux de retourner aux côtés de sa Déesse. Tranquillité très vite mise à l'épreuve lorsqu'il ressentit les Cosmos en présence. Face au calme de la Troisième Sphère, le Giudecca grouillait de Cosmos plus puissants les uns que les autres. S'il avait ressenti celui d'un Ase et du Saint de Bronze avec qui il avait parcouru une partie des Enfers, ceux-ci paraissaient littéralement écrasés sous le poids des divinités réunies en ces lieux. Athéna et la chaleur de son Cosmos. La Déesse nordique et son cosmos tout aussi rassurant. Le Dieu des Dieux dont la puissance et la colère pouvaient faire reculer le plus téméraire des Chevaliers. Et une autre divinité, étrange, mystérieuse dont il ignorait l'identité.

La scène était quelque peu surréaliste et Shion se demanda un instant s'il avait vraiment sa place dans ce tableau. Un Chevalier d'Or au milieu de tous ses Dieux. Peut-être devait il se contenter de rester en retrait en attendant un ordre d'Athéna. Néanmoins, cette sensation de doute n'eut pas vraiment le temps de s'installer dans son esprit car déjà des évènements inattendus se produisaient, abrogeant la passivité du Bélier. Sans que rien ne laisse prévoir une telle réaction, Athéna leva la main en direction de son Père pour le frapper. Que se passait-il? Zeus stoppa la tentative de sa Déesse et la projeta à distance.

Athéna... Je suis là pour vous protéger...


Sans perdre un instant, Shion ferma les yeux pour disparaitre et réapparaitre sur la trajectoire empruntée par Athéna, la réceptionnant tant bien que mal afin d'amortir son vol plané. Son dos heurta violemment un pilier mais le Bélier parvint à rester debout, encaissant le choc. Il fallait plus qu'un simple pilier pour venir à bout du Premier Gardien et protéger Athéna était une motivation suffisante pour encaisser toutes les blessures.

Ma Déesse, je vous ai finalement rejoint. J'ai fait mon possible pour parvenir en ces lieux le plus rapidement possible. Car c'est à vos côtés qu'est la place du Premier Gardien. J'espère juste ne pas arriver trop tard et que vous allez bien. Je ne comprends pas tout ce qu'il se passe, malheureusement, mais je ne laisserai rien vous atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Ven 25 Mai - 10:38

Arrow ~ L’Antenora

Des étoiles qui s’effacent. Le temps qui s’écoule. L’incompréhension parée des voiles du doute. Le chevalier d’or mit de coté ses pensées tourbillonnantes dans son esprit pour se focaliser sur la seule chose qui comptait à présent : suivre son ami pour rejoindre leur déesse. Ce mauvais pressentiment qui le tenaillait lui permit d’accélérer l’allure pour diminuer la distance qui le séparait de son compagnon d’arme, le talonnant d’aussi près qu’il le pouvait.

Plus loin. De puissant cosmos s’agitaient, explosant tant et plus que la balance en demeura un instant troublé. Un tel éclat ébranlait les cieux des enfers ! Une telle puissance que son pas vacilla avant que sa résolution ne se fasse plus brûlante encore, l’obligeant à s’avancer plus vite. Son cœur distillait dans ses veines une force nouvelle née de cette appréhension grandissante se faisant vérité criante dans les cieux crépusculaire. Il ne pouvait se permettre d’arriver plus tard encore, et bientôt, leur but fut proche. Le but de cette mission qu’on leur avait confié à chacun d’entre eux d’atteindre le Giudecca pour libérer le père des cieux céleste.

Pourtant, personne n’aurait put deviner la scène qui se jouait à présent, théâtre de marionnette au marionnettiste dément. Même le plus pessimiste d’entre eux n’aurait put qu’être étonné et déboussolé devant l’étrangeté prenant place.

D’un coup d’œil, la balance embrasa la scène et les protagonistes dont les trois dieux étaient les acteurs principaux. Zeus auréolé de sa puissance, rendant les pauvres humains qu’ils étaient effroyablement fragile et faible en comparaison. La douce déesse de l’amour devant lui, paré de ses familiers. Et leur Déesse, Athéna, parée de son armure divine. Deux autres guerriers étaient présent, le loup d’Asgard dont il avait fait connaissance plus tôt – si loin ! – et un saint dont il reconnu davantage le cosmos que l’apparence. Angel ? Un instant, il se posa la question avant que celle-ci ne meurt immédiatement face à de soudaine réaction des divinités. Tout était allé si vite ! A peine avait il eut le temps de repérer les protagonistes de loin que déjà, les cosmos s’agitaient davantage encore, puissant, explosant avec une colère qui troubla son corps. Affaiblit, il lui fallait davantage d’effort pour se mouvoir au milieu de ce miasme d’énergie toute puissante mais il ne recula pas.

Que se passait-il ici ? Pourquoi leur Déesse essayait elle de frapper son divin père ?

« Shion ! »

Un éclat de voix inutile dans tout ce marasme alors que le chevalier du bélier volait au secours de la Sagesse dans un éclat de cosmos, la protégeant de son corps. La balance se précipita à ses cotés, ses blessures reléguées au fin fond de son esprit tant la situation s’envenimant ne s’y prêtait pas, oubliées.

« Vous n’êtes pas blessée ? »


Accompagnant ses paroles de geste, la balance aida la Déesse à se relever, échangeant avec son ami un regard qui aurait put aisément se traduire par un ‘bien joué’. Les mots étaient parfois inutiles.
Mais hélas, il n’avait guère le temps de davantage s’attarder. Dohko garda entre ses doigts la main de la divinité pour se faire appui qu’elle pouvait ou non accepter. Un éclat d’or perça les cieux, qui para la silhouette du dieu des dieux avec magnificence. La colère suintait de chaque parcelle de peau du divin père et se déployait dans le Giudecca telle un brouillard accompagné par la foudre du créateur s’éparpillant autour du dieu dans un maelstrom.

Arès. Le nom tonna, chargé des pires menaces, ébranlant le monde infernal tout entier. La Balance se plaça devant Athéna pour la protéger autant qu’il le pouvait se la colère de son père. Qu’importait la foudre qui blesserait davantage son corps ! Si il ne pouvait pas protéger sa Déesse, alors il ne serait à rien dans ce chapitre, et il se le refusait !

Les doutes n’avaient plus leur place dans son esprit. Ce n’était plus l’heure. Pouvaient-ils seulement calmer l’ire du dieu de la foudre ?

« Déesse, nous vous accompagnerons où que vous alliez que cela soit au fin fond des enfers ou au devant de votre Divin Père. »

Une façon d’ôter des doutes, seule résolution éclatant dans son être et promesse faite d’airain. Ils l’avaient accompagnés jusqu’ici, ils continueraient, même si ils faillaient aller au devant de la colère du roi des cieux. Ils ne la laisseraient pas l’affronter seule. Il serait son bouclier même si il devait utiliser son corps pour cela.

Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Lun 28 Mai - 23:27

~> L'Antenora




Se presser, se hâter, encore et encore, encore et toujours plus. Elle ne devait pas faiblir. Pas maintenant, pas aussi proche du but. Elle n'en avait pas le droit, elle se devait d'atteindre son but et ce, quelqu'en soit le prix. Car là bas, elle pouvait ressentir les tumultes orageux. Quelque chose se tramait. Et toute à ses pensées, elle s'était laissée distancer par les deux chevaliers d'or. Freyja avait besoin d'elle, maintenant plus que jamais. Son devoir, à présent, elle le savait, elle l'accomplirait là bas, au coeur du Giudecca.

Arrivée sur les lieux, la Blanche Dragonne laissa son regard errer sur la scène dévastatrice qui s'offrait à elle. Une multitude d'éclairs balayaient la pièce. Sans attendre davantage, la guerrière sacrée se précipita en direction de Freyja pour faire barrière de son corps. L'un des éclairs vint la percuter avec force, l'envoyant valser plus loin. Pourtant, elle ne percuta nul mur, nul pilier. En effet, plantant ses griffes acérées dans le sol, Ceridwen stoppa sa course et se redressa lentement.

Les iris ambrées se portèrent alors sur les différents protagonistes. Porteur de sa kamui, Zeus dominait l'ensemble, tandis que plus loin, Samiel protégeait un chevalier du courroux divin. Shion et Dohko, eux, protégeaient Athéna, le premier ayant visiblement fait rempart de son corps, le second se tenant à ses côtés. Le regard finit pour couler en direction de celle tapie dans l'ombre, celle que Tendresse avait repéré: Eris.

Tant bien que mal, l'Asgardienne se fraya un chemin parmi les éclairs, se redressant, à force de détermination, à chaque fois que l'un d'eux la touchait, et ce malgré la morsure vivace qu'ils lui causaient.

Elle parvint aux côtés du félin, avec lequel elle était parvenu à établir un lien étroit depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Une voix, au plus profond d'elle-même, faisait écho à son propre souhait, tandis que les paroles prononcées lui rappelaient celles qui avaient marqué son enfance. Sans qu'elle ne quitte la déesse du regard, la belle se mit à répéter ces paroles, le ton allant crescendo:

"Un chevalier obéit à des valeurs

Son coeur ne connaît que la vertu


Son épée défend les démunis


Son bras protège les faibles


Sa bouche méprise le mensonge


Sa colère déjoue les tours du malin."






Revenir en haut Aller en bas
Arès


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 25

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 29 Mai - 18:37

==> Achéron

    Megas Drepanon, la Grande Faux. Une arme formidable qui avait le pouvoir de faucher toute vie.
    L'arme ultime de son grand père, Cronos, le Titan rongé par la faim dévorante de la vie enfermé au Tartare par Zeus. Dans son orgueil le maître de la Foudre avait préféré sceller et cacher l'arme dans un lieu tenu secret sans se soucier du fragment arraché lors de son combat contre le Roi des Titans. Le Foudre était certes l'arme la plus puissante mais même un éclat de Megas Drepanon pouvait blesser mortellement le tout puissant Zeus.

    Arès avait attendu ce moment durant des millénaires

    Enfin il avait l'occasion de se venger correctement de celui qui le haïssait plus que tout autre dieu. Ce père qui n'avait eu que mépris envers lui, son premier fils et successeur légitime qu'il n'avait que trop humilié. Ce père qui avait tout donné à une fille qu'il avait engendré lui-même. Arès avait toujours été le fils honni, celui que l'on regardait avec dégoût et que l'on aurait préféré ne jamais avoir.
    Le dieu de la Guerre était au fond de lui-même presque heureux que ces incompétents de Spectre et leur pathétiques généraux aient échoués à garder Zeus prisonnier. Le plan de l'insidieuse Éris était peut être brillant mais Arès avait eu jusqu'à présent le sentiment de ne pas avoir pleinement savouré sa vengeance.
    Une fois qu'il aurait châtié tous les traîtres il pourrait punir correctement ces serviteurs qui l'avaient déçus.

    Arès n'était pas indulgent. Arès n'était pas juste. Arès n'était pas son père.

    Filant à toute vitesse dans les cieux infernaux, le Furieux sentait de plus en plus la rage de son père grossir, menaçant d'éclater à tout instant et réduire en miette le Royaume de son frère.

    Soudain il le vit, là, flottant au dessus du Guidecca, majestueux dans sa kamui étincelante aux ailes d'or et d'argent, son Foudre en main et nimbé d'une aura fulgurante. Avant même qu'il n'arrive en face de Zeus, celui-ci projeta une myriade de traits de foudre sur son fils que le Furieux repoussa de son épais rempart d'airain dans un rugissement bestial.
    Raffermissant sa poigne sur Brotoloigos, le dieu de la Guerre déploya toute sa puissance avant de charger celui qu'il haïssait le plus après Athéna dans un hurlement de défi.
    La peur la plus primaire envahissait le cœur et l'esprit lorsque le Seigneur de la Terreur et de la Destruction usait de son pouvoir.
    Même les Dieux ni faisaient pas exception. Parmi les Olympiens peu auraient osés l'affronter lui, le dieu de la Guerre, en combat singulier.

    Dans un puissant mouvement de bras, Arès projeta un rayon écarlate qui jaillit de sa lame. D'un simple mouvement de Foudre, Zeus dévia l'énergie avant de plonger son regard argenté dans celui de son fils. Le Dieu des Dieux était furieux, presque hors de contrôle. Dans ses prunelles où brillait d'ordinaire l'éclat de la bienveillance tourbillonnaient les lourds nuages de la colère.

     « Ton règne est arrivé à son terme vieux fou ! Tu aurais mieux fait de rester enfermé dans ton urne, maintenant tu vas rejoindre ton père dans les abîmes et moi je serais Roi, comme il se doit ! Regarde ta fille chérie, railla Arès en voyant sa sœur abandonnée à la folie, tu ne pourras plus te cacher derrière son bouclier désormais, tu es seul face à moi et à ma haine. Pour toi pas de clémence, j'ai attendu de pouvoir exercer ma vengeance depuis trop longtemps. »


Revenir en haut Aller en bas
Ysselda


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 373

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
168/168  (168/168)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 29 Mai - 20:38

[HRP]J'ai modifié ma destination dans le topic de récupération[/HRP]

Arrow Cocyte

Crom Faeyr pointé en avant, Ysselda fendait le ciel infernal tel un météore. En dessous d'elle le paysage glacial et monotone défilait à toute vitesse, se fondant en une masse blanche et indistincte. La Guerrière Sacrée n'était pas peu fière d'avoir triomphé, en compagnie d'autres chevaliers, du Béhémoth, le monstre antédiluvien invoqué par Perspéhone, la Déesse des Enfers. D'ailleurs, puisqu'on parlait de la louve, cette dernière était en train d'affronter deux Asgardiens, et pas des moindres. L'ancienne Walkyrie adressa une prière silencieuse à Odin et à Freyja, leur souhaitant bonne chance contre la souveraine des Enfers.

Ecrasez la comme un vulgaire insecte ! murmura-t-elle tout bas, un sourire carnassier aux lèvres. La victoire était proche, celle de la Lumière sur les Ténèbres, celle du Bien sur le Mal, préfigurée par celle qu'elle avait eu sur le Béhémoth, symbole des forces obscures et chtoniennes.

Soudain, elle écarquilla les yeux : se découpant sur le ciel des Enfers, venait d'apparaître un visage gigantesque, qu'elle reconnut immédiatement : Odin ! La noble figure du Père de Toutes Choses lui sourit et elle se dissipa aussitôt. L'instant d'après, une aura brillante comme le soleil recouvrit son corps et sa Robe prit la teinte dorée. Même Crom Faeyr, le marteau enchanté forgé par les Nains de Svartalfaheim devint comme de l'or, de la tête au manche.
Ce fut une comète, au sens propre du terme, qui traversa les cieux infernaux.


Ce ne fut que quand elle arriva à destination que le phénomène s'estompa. Mais la Guerrière Sacrée savait désormais que, grâce à ses combats et sa foi en Odin, elle avait franchi un palier, une étape supérieure, qui la rapprochait de celle qu'elle avait été autrefois, quand elle était au service du Grand Voyageur en tant que Walkyrie, il y a une éternité de cela...

Comme à son habitude, elle atterrit dans un fracas de fin du monde, creusant sur le sol un petit cratère. Il fallait vraiment qu'elle travaille ses atterrissages... Mais il y avait plus urgent à penser car la situation présente était plus que critique : cet endroit était le point de rendez-vous de plusieurs Cosmos ; qui plus est, l'air sentait l'orage et la tempête et il provenait d'un des Cosmos. Il était tellement puissant qu'Ysselda écarquilla les yeux : il était similaire à celui d'Odin ! Se pouvait-il que...

Elle repéra celui de Freyja, la Déesse Vanir de l'Amour et des Plaisirs, et se dirigea vers elle, au beau milieu des éclairs ; contrairement aux autres protagonistes, elle n'en était pas spécialement gênée : ayant comme Robe celle de Mjolnir, le Marteau de Thor, le Seigneur Asgardien de la Foudre, elle partageait quelques affinités avec elle. Une fois arrivée à sa hauteur, elle s'inclina respectueusement devant elle :

Ô Déesse Freyja, je suis heureuse que nous nous rencontrons enfin ! Ysselda de Mjolnir, à votre service !
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mar 29 Mai - 21:39

--> Le cocyte

Le but ultime. Le Guidecca. L' endroit d' ou tout devait se terminer grâce aux durs efforts fournis par toute l' armée de l' espoir depuis l' invasion. L' endroit était en proie à une expression de cosmos tout aussi puissant les uns des autres. Des dieux, des guerriers. De là viendrait la fin du monde, ou alors, un nouveau monde. Le gagnant le dessinerait à sa propre vision des choses comme toujours.

Le cancer venait de sortir de la faille du Cocyte créait par le suicide de l' asyne de la déesse du grand Nord, Freyja. Il se déplacer de plus en plus vite afin de regagner sa place auprès de sa déesse, Athéna et des siens. Shion et Dohko y étaient déjà donc la sagesse était déjà bien protégée mais un de plus ne serait pas de trop.

Se ne fût pas long, mais sa surprise fut grande quand il découvrit la scène qui se jouer devant lui. Il ne comprenait rien à ce qui s' y jouait. Pourtant au vu des postures des uns et des autres, il comprit que quelque chose venait de commencer. Zeus, Arès. Leurs puissances incommensurables et surpuissante s' opposées. Le loup entrain de protéger Angel. Shion et Dohko, Athéna. Une autre asyne, Freyja, Puis, tiens Ysselda de nouveau sur le champ de bataille.

Pendant que la foudre donnait ses derniers sursauts de colère, le cancer se protégea par son cosmos et ne souffra d' aucun dégât majeure. Il salua le loup d' un signe de la tête comme pour lui dire merci pour avoir tenu sa promesse avant d' allait regagner sa place et son rang auprès des siens. Celui de protecteur D' Athéna.

Content de vous revoir envie les gars ! à l' intention de la balance et du bélier.

Son visage s' attarda sur celui de sa déesse protégée par les valeureux.

Le cancer pour servir, déesse Athéna....

Il se plaça entre les deux hommes, non pas qu' il voulait jouer les emmerdeurs, mais plutôt pour être bien entouré au cas ou ^^
Revenir en haut Aller en bas
Bane


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 82

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
112/180  (112/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   Mer 30 Mai - 0:38

Déplacement exceptionnel autorisé par le staff.

==>Champs de Fleur

La Guerre se déchaînait sous ses yeux tandis qu'il fendait les cieux noirs dans son armure étincelante. Les forces infernales tombaient comme des mouches et Bane savoura avec un plaisir certain la défaite de l'arrogant dieu de la Mort bien que la terrible vague d'énergie qui s'en suivit faillit le déstabiliser dans son vol.
La Mort vaincue par de simples mortels, voilà qui avait du mettre à mal l'ego de l'exécrable général d'Hadès.

Bane l'avait toujours su, Thanatos, comme tous les autres Spectres et la plupart des dieux, était indigne de la puissance qu'il avait reçue du maître des défunts. Ces êtres ne savaient que se pavaner dans leurs atours divins sans mesurer à sa juste valeur la force qui coulait dans leurs veines. Eux n'avaient pas eu à se hisser au sommet. Ils étaient simplement nés ainsi. Bane lui avait mérité sa force et méritait encore davantage.
Sentant sa mâchoire se crisper sous la frustration, le Spectre du Bénou fît battre ses ailes d'airains encore plus vivement, fonçant comme une comète dans l'immensité du ciel infernal.

Ce conflit n'avait aucun sens à ses yeux. Les forces infernales avaient perdu avant même d'avoir commencées et dans leur arrogance, les sbires d'Hadès avaient cru pouvoir stopper la déferlante de Saints sans établir la moindre stratégie.
La fourberie était de mise dans une situation d’infériorité.
Bane respectait et vénérait la force plus que tout autre Spectre mais son expérience et sa vie précédent lui avaient apprit que la force véritable ne se mesurait pas qu'à la puissance brute mais aussi à l’intelligence et à la discrétion.
Pour conserver sa force et l’accroître, le fort se devait de rester dans l'ombre comme un prédateur. Patient, dupant ses ennemis pour mieux les balayer.
Ce n'était qu'une fois la puissance absolue acquise qu'il pourrait se permettre de se révéler au monde entiers, libre de toute chaîne.
Plus serviteur mais dominateur. Plus mortel mais immortel. Plus paria mais Roi.

Le Spectre de la Violence s'arrêta subitement dans le ciel, écarquillant son regard flamboyant de stupeur.
Une force gigantesque venait de surgir, aussi tumultueuse et violente qu'une tempête, suivie d'une autre, encore plus violence et pleine de rage. La voûte sombre des Enfers fût illuminée par les flash d'éclairs blancs tandis qu'une comète rougeoyante fendait les cieux en direction du Guidecca.

La force ultime, la vraie force. Elle était là, toute proche et il la sentait. Il ne la laisserait pas s'échapper !

Le paysage infernal filait à toute allure à l'ombre de ses ailes d'airain noir tandis qu'il se rapprochait du Guidecca. Bientôt le rapace distingua les contours de la quatrième sphère qui abritait le palais du Sombre Monarque, et les deux êtres extraordinaires qui dominaient le lieu.

Zeus, le maître des Cieux et Arès, le Dieu de la Guerre.
Lorsqu'il était encore Malgus, Bane avait dévoré les ouvrages sur les mythes et légendes du monde antique et connaissait parfaitement la réputation de ces deux divinités.
Zeus, fils de Cronos et Rhéa, souverain de l'Olympe et détenteur du Foudre faisait face à son fils, le dieu vengeur, du chaos et de la destruction à la force inégalée.

Tandis que le Spectre contemplait les deux divinités, une colère sourde s'instilla dans son cœur comme un serpent. Une colère qui lui dictait de punir ce dieu arrogant qui avait mit à genoux l'univers à l'aide d'un pouvoir qu'il ne méritait pas. Zeus, le souverain ultime n'était rien d'autre q'un misérable qui ne faisait rien d'autre qu'observer. Un lâche doublé d'un couard voilà tout !

Au fond de Bane, le Spectre du Bénou s'insinuait lentement dans l'esprit du colosse, réveillant ses instincts, amplifiants ses sentiments de haine et d'envie afin de le pousser à attaquer le Cronide. Le Bénou aurait enfin la satisfaction de prendre sa revanche sur le misérable humain qui avait osé le museler comme un vulgaire animal, lui, l'oiseau immortel et fier, le plus loyal des serviteur de l'Empereur des Ténèbres. Il préférait mourir en même-temps que l'humain plutôt que de le voir fomenter pour renverser son maître.

Le tuer, Bane ne voulait plus que tuer ce dieu qui déshonorait la vraie force. Il ne voulait plus que s'abreuver de sa puissance et la faire sienne, à lui, qui l'avait tant
convoitée, qui l'avait méritée.

Ignorant l'alarme de l'instinct de survie qui hurlait dans un coin de son esprit, Bane s'abandonna à la rage, à la violence et laissa toute la fournaise de sa haine exploser dans une aura aussi sombre que les yeux de Nyx avant de se jeter dans un hurlement inhumain sur le dieu des dieux pour le frapper de ses flammes noires.

Il n'y avait plus rien d'autre que la rage et au fond de son être, l'oiseau immortel souriait. Enfin le calvaire prendrait fin.

 *Seigneur Hadès, pardonnez moi de n'avoir su vous protéger. C'est avec joie que je donne ma vie, tant pour stopper cet humain arrogant qu'en paiement de ma faiblesse. »

Le tonnerre. La foudre. Puis le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la recherche de Zeus.   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche de Zeus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Giudecca-