RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 15 Mai - 15:07

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

→ La Caïna.
Le poing de Sköll se ferma sur le manche de l'épée. Une odeur de chair brûlée se propagea aussitôt dans l'atmosphère alors que son gant se consumait. Le pouvoir de l'épée ne pouvait reconnaître en lui son véritable porteur et tentait par tous les moyens de le lui faire savoir. En dépit des brûlures atroces qui lui ravageaient la paume, le Fauve d'Asgard ne broncha pas. Le froid de son pays natal était bien plus cuisant que les flammes les plus ardentes que cette terre ait jamais porté. Les flammes commencèrent à ronger sa manche avant qu'enfin une gerbe de glace n'interrompe leur progression. Tel Arthur sortant l'épée de son rocher pour devenir roi, Sköll tira de terre la lame volcanique. Le magma bouillonnant dont elle était constituée luisait d'un éclat ardent si intense qu'il éclipsait sans peine les flammes de l'enfer. Son cosmos semblait avoir convaincu la rapière de se plier à ses exigences, puisque sa forme changea pour s'adapter à la main de fer de laquelle il était décidé à la manier. Dans un cri de rage qui tenait plus du grondement bestial, le Guerrier Divin la pointa vers le firmament sanglant avec la ferme intention de ne plus la lâcher. Aukoti avait tenu parole en la lui cédant, aussi, le meilleur moyen de faire honneur à ce don du ciel était de le mettre à profit jusqu'à ce qu'il se brise en morceaux. Et le pouvoir divin qui l'avait assemblé lui garantissait une durabilité hors du commun.

- On nous a aidés à arriver jusqu'ici, et alors ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Je ne suis pas un héros, je ne l'ai jamais été et je ne le serai jamais. Je suis la bête obscure et si j'ai des crocs, c'est pour créer un avenir où tu n'existes pas. N'aie crainte, tu n'auras plus à te tenir debout bien longtemps. Tu nous demandes de rester à notre place, mais la tienne est à nos pieds. Tu ploieras le genou devant moi, j'en fais le serment. Ton âme est à moi !

Du rideau de fumée qu'avait créé sa combustion, le présent du Dieu des Forges revêtait un nouvel aspect. Une lourde épée à deux mains que sa force lui permettait de brandir d'une seule, et un simple regard à son envergure suffisait à en déduire qu'elle pouvait trancher un homme d'un seul coup. Le combat qui les attendait ne serait pas de tout repos et il lui faudrait bien une arme de ce calibre pour suivre le rythme que leur dicterait Perséphone. Revigoré par le port de cet estramaçon de feu et de flammes, le colosse paraissait sous un nouveau jour, rappelant sans peine pourquoi sa férocité faisait merveille en première ligne. Bien qu'aussi froide qu'au premier jour, sa cosmo-énergie était nuancée par la lame dont il était équipé, lui conférant la dichotomie d'un chant de feu et de glace. Il serait un peintre, un peintre qui n'avait pour couleur que l'écarlate, et qui se battrait avec tant de fougue qu'il rendrait sa légende éternelle.

Depuis qu'il avait dégainé, il se serait cru dans un rêve éveillé, et avait l'impression de pouvoir tout réussir. Alors que la chaleur du brasier aurait dû attiser celui de sa colère, on ne lisait en lui qu'une infinie plénitude. Le guerrier doit savoir faire preuve de sagesse, et le savoir-faire plusieurs fois millénaire du Dieu des Forges le lui avait rappelé. Ainsi aborderait-il ce combat avec la plus grande plénitude, persuadé de s'en sortir avec les honneurs. L'alliance parfaite entre la froideur du bretteur et le flamboiement de son cosmos nivéen. Et si grave soit l'heure, le Tigre Viking eut la présence d'esprit d'arracher le saphir qui trônait sur sa poitrine. Un geste qu'il n'aurait pu commettre en présence de Freyja car sa gravité ne pouvait être ignorée. En tant que Guerrier Divin, il était garant de la sécurité de ce saphir et il était censé ne pouvoir être mis en lieu plus sûr que sous sa garde. Néanmoins, il avait toute confiance en Leene pour veiller à ce qu'il ne tombe pas entre de mauvaises mains.

- Rends-moi service, mets ça de côté. Mon armure risque de tomber en ruines à tout moment et j'ai bon espoir que la petite dame soit pas tendre avec moi. Je crois qu'on m'en voudrait si je l'oubliais quelque part dans le coin, alors je préfère prendre une garantie. Le perd pas, j'arrive tout de suite. J'ai juste un compte à régler...

Ainsi, Hrimfaxi eut l'insigne honneur de se le voir confier alors qu'elle passait à proximité. Le bref contact qu'ils eurent à cet instant l'électrisa et fit battre son coeur dans sa poitrine. Il n'avait eu besoin que de cela pour comprendre ce que ce geste signifiait. Elle croyait en lui. Entre parias, il faut savoir se serrer les coudes. Du moins, c'est les paroles qu'il aurait aimé prononcer, mais il n'avait pas besoin d'en dire plus. Un discret sourire salua le départ de la sorcière et il redevint froideur, symbole de force et de suprématie devant l'Éternel. Une longue bouffée d'air plus tard, il acceptait son destin, sans même sourciller d'avoir à faire équipe avec Aukoti. Une condition dont il se serait offusqué d'ordinaire, mais l'heure n'était plus aux modalités. La synergie développée pendant leur affrontement allait resurgir des méandres du temps et leur donner la puissance d'abattre une divinité. Leurs crocs ténébreux broieraient les os, arracheraient la chair, écraseraient les coeurs. Ils iraient seuls, vers un horizon lointain. Sans même un regard pour l'Alpha, Sköll accota son arme à ce qu'il lui restait d'épaulette du côté gauche, le regard rivé à la Reine des Enfers. C'est pourtant le Dragon Noir qu'il railla le premier.

- Tu sais, je ne t'en voudrai pas si tu te dégonfles. Il est encore temps.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 18 Mai - 3:03

    Les deux Déesses sœurs avaient achevé leur discussion sur un ton guère amical, malgré le fort lien qui semblait les unir. Alors que chacune s'éloignait dans une direction différente, Athéna s'enfonçant dans les profondeurs des Enfers et Perséphone se dirigeant vers la sortie du sombre lieu, Aukoti sentit un étrange sentiment poindre en lui. A cet instant, il se sentit au bord d'un choix irréversible et lourd de conséquence, au devant d'une croisée inéluctable où la route se séparait en deux chemins qui jamais ne se rejoindraient. Alors que la Dame de Lumière s'enfonçait au cœur des ténèbres, l'Alpha, troublé mais résolu, emboita le pas à la Dame Noire qu'il allait affronté dans la pâle lumière des terres gelées du Cocyte. Gardant les yeux fixés sur la nuque de l'épouse d'Hadès, les paroles de celles-ci continuaient à résonner dans sa tête, accompagnées par celles des Leene et, croyait-il, de celles de Callan qu'il avait ressentit au fond de son adversaire.

    Laissant le soin à Sköll de se charger des habituelles bravades contre leur adversaire, Aukoti garda le silence, dévoré par une inquiétude qu'il cachait de son mieux. Les choses auraient été tellement plus simples si la Reine Infernale n'avait pas présenté les traits de son Ancienne Prêtresse... Fafnir ignorait même jusqu'à où l'union de la mortelle et de la Déesse s'était accomplie. Malgré toutes ses paroles, un retour en arrière était-il seulement possible? Déjà que ses propres troupes semblaient ne pas reconnaitre son autorité, s'il ne parvenait pas à sauver celle qu'il avait fait le serment de protéger, il lui faudrait sans nul doute abandonner ses galons de commandants pour les rendre à Freyja dans la honte et le déshonneur... Mais ils n'en étaient pas encore là.

    Atteignant l'extérieur en suivant le pas régulier de Perséphone, l'Alpha leva les yeux au ciel de ne parvint à réprimer entièrement sa stupeur. Ses yeux s'écarquillèrent légèrement en constatant que seule la constellation des Poissons demeurait encore dans le ciel sombre de l'outre-monde. Pourquoi? Les symboles étoilés s'étaient éteints à un rythme régulier jusqu'à présent... C'était bien trop rapide. Quelque chose devait être arrivé... Quelque chose de mauvais, dangereux, menaçant. Comme pour venir confirmée les pensées d'Aukoti, une explosion lointaine, sourde et puissante, vint se faire entendre. En provenance des profondeurs des Enfers, un flot de Cosmos tel qu'il n'en avait jamais ressentit venait d'exploser, sans retenue et avec une brutalité à glacé le sang. Les échos de la Foudre continuèrent et la pression de l'air s’alourdit, signe de mauvais augure.
    Mais cela, il devait le laisser à Athéna et à ses Chevaliers.
    Avant de se livrer corps et âme au duel qu'il devait livrer, et sentant les pas de Sköll tout proches dans son dos, l'Alpha usa de la télépathie, don qu'il n'utilisait que rarement, pour effleurer l'esprit de la Guerrière de Hrimfaxi restée à l'intérieur de la Sphère.

      * Hey Leene... Je sais que tu m'en veux encore pour tout à l'heure et que tu as d'autres soucis dans l'immédiat, mais sache que si tu choisis de concentrer ton ressentiment sur moi, cela me convient. Alors ne laisse pas ta colère obscurcir ton jugement : ce n'est pas d'elle que découle ta vraie force. La laisser te posséder ne conduira qu'à de nouvelles blessures... Et je t'en voudrai si tu disparais avant que je puisse te sermonner pour m'avoir parlé sur un tel ton, tout à l'heure. *

    Malgré lui, alors que ses pensées dépassaient sa raison, Aukoti afficha un léger sourire en imaginant la réaction de la jeune femme, face à son adversaire inconnu. Cette histoire n'était pas encore terminée... Mais il comptait bien la porter à son terme, tôt ou tard. Pour cela, elle devrait survivre, et lui aussi. Même si cela signifiait défier les Dieux Grecs lors d'un défi aux apparences impossibles...
    L'alpha n'avait pas oublié comment le Dieu des Forge, dans cette dimension à part, l'avait tué sans dépensé le moindre effort. Il avait beau avoir épuisé toutes ces forces lors de son combat contre le Lion, cette force était véritablement écrasante, et Perséphone ne devait guère être différente. Pourtant, le Dragon Noir devrait lui faire face, pour ses alliés qui continuaient leur route vers let Enfers, et aussi pour la Prêtresse dont elle avait injustement pris possession du corps! Et, fort heureusement, il n'était pas seul dans cette aventure...

      « Non. Je m'en voudrais de manquer une telle occasion... Et puis, si je t'abandonnais face à elle, tes restes seraient trop encombrants à ramener en Asgard. »

    Avec un amusement non feint, Aukoti avait répondu aux railleries de Sköll de la manière qui convenait le mieux à la relation de rivalité qu'ils entretenaient. Au fond, l'Alpha n'aurait pu rêver meilleur partenaire que l'incarnation des crocs d'Asgard dans ce duel contre l'incarnation d'une volonté divine. Perséphone s'était immobilisée, prête à la bataille qu'ils allaient menée sur cette plaine désolée entourant le Palais d'un Juge infernal. Sans même un regard pour son allié, l'Alpha s'avança, serra son poing et invoqua une lame de Cosmos à la teinte blanche comme la neige de leur contrée d'origine. Faisant disparaitre son sourire joyeux aussi rapidement qu'il était apparu, le chef des Guerriers Divins planta son regard doré dans les deux pupilles d'émeraude de la Déesse des Enfers, et se mit en position de combat.

      « Plus de trahison. Plus de tromperie. Plus de fuite! Perséphone, vous allez répondre ici et maintenant du sang d'Asgard que vous avez fait coulé. Par la justice d'Odin et pour son peuple que vous avez bafoué, en garde! »

    Déjà, les Cosmos des bêtes sombres s'enflammaient.
    La roue du destin recommençait à tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 20 Mai - 18:47



~> La Caïna


La Divinité prenait son temps pour rejoindre ses deux adversaires. Non pas par crainte, loin de là même. En effet, elle pouvait ressentir un long frisson d'excitation lui parcourir l'échine à la simple idée de combattre, tout comme cette montée d'adrénaline qui prenait naissance aux creux même de ses entrailles. Elle laissait tout simplement aux deux Asgardiens le temps de pavoiser tandis qu'elle les jaugeait de son regard émeraude.

Des deux hommes, elle ne connaissait que l'Alpha, mais de Zeta se dégageait une force brute qui ne demandait qu'à être lâchée sur sa proie, autrement dit: elle. Pourtant si elle n'avait jamais vu de sa vie l'homme, son empreinte cosmique elle lui rappelait vaguement quelque chose. N'était-ce pas celui-là même qui avait conduit le Général de l'ombre du Requin à la Mort? Elle ne put réprimer le sourire qui ourla ses lèvres. Un sourire qui n'avait rien de bienveillant, et qui était même tout son contraire.

*Observe les bien Callan car se sera la dernière fois que tu les verras. Je vais d'abord me charger de mettre un terme à la vie de la brute épaisse, avant de prendre tout mon temps pour priver de sa misérable existence celui qui semble si enclin à te ramener.*

Au plus profond d'elle-même, elle put ressentir la terreur de son hôte. Une odeur de chair brûlée s'était élevée sur l'aire de combat. Le Tigre Viking venait de recevoir un présent des plus enflammé qu'il tentait de soumettre à sa volonté. Un cadeau de nature divine. La jeune femme n'eut aucun mal à reconnaître là l'emprunte de son demi frère: Héphaïstos. Peu lui importait que les guerriers d'Odin disposent d'une telle arme, cela ne l'empêcherait en rien de leur ôter la vie. Les paroles du barbare lui arracha un éclat de rire.

"- Te voilà bien présomptueux de penser que je ploierai face à toi Guerrier et que mon âme sera tienne. Si je devais tomber, crois bien que je t’emmènerai avec moi dans ma chute. Quant à toi Aukoti, permets moi de te dire ceci. Si le sang à tant coulé en Asgard, ce n'est nullement ma faute, mais plutôt la vôtre, à vous Guerriers d'Odin, d'avoir été incapables, tous autant que vous êtes, de protéger ces pauvres gens."


Un instant, elle leva les yeux en direction des cieux obscurs. Il y a peu de temps encore, quatre constellations les éclairaient, à présent, il n'y en avait plus qu'une seule. Elle l'avait cru mort, mais elle s'était trompée. Brave et puissant Rochel, il était parvenu à rester en vie, poursuivant son combat pour les Enfers en s'en prenant aux Jumeaux. Mais rapidement, un puissant cosmos ébranla l'ensemble des Enfers. Ce pouvoir divin provenait de la Giudecca, et cela ne pouvait signifier qu'une chose: Zeus était libéré. et comme il fallait s'y attendre du Père des Dieux, son courroux était sans commune mesure face à l'offense qu'il avait subi. Elle espérait simplement qu'Athéna parviendrait à le raisonner.

Il était temps pour elle d'en finir. Lentement mais sûrement, le cosmos de la Sombre Impératrice se déploya autour d'elle écrasant de par sa puissance et magnifique à la fois. Un vent léger et doux se mit à souffler, emportant avec lui le doux parfum du Printemps, des flammèches vinrent envelopper le corps de la Déesse, symbole de l'éclat ardent du Soleil et de l'Eté, bientôt suivis par des pierres en lévitation et des flocons, représentation de l'Automne et de l'Hiver. Les Quatre éléments se trouvaient là et aux pieds de la divinité apparut un halo lumineux représentant une Rose des Vents, où chacun des Quatre vint à trouver sa place sur les quatre points cardinaux. A leur contact, une barrière d'énergie pure s'éleva autour d'elle, tandis qu'elle murmurait.

"- La Fille des Quatre Saisons."

Lentement, la main de la Belle se tendit face à elle. Du creux de la paume sortit alors une arme à la sombre lame. Lorsque la garde apparue, les doigts de la jeune femme se refermèrent sur elle pour y assurer une emprise pleine de fermeté. L'épée qu'elle portait fièrement n'était autre que celle de l'Empereur du Royaume des Morts. L'arme fendit l'air, faisant entendre son sinistre sifflement, tandis que d'un bond puissant la Rose se portait face à l'Alpha, le fixant d'un sourire tandis que la lame plongeait en sa direction pour le toucher à cinq reprises.

Aussi vite arrivée, aussi vite disparue. La Demoiselle faisait à présent face au Tigre. L'épée plongea vers lui, cherchant à tailler et pourfendre l'armure et les chairs de ce dernier. Tout au long de ses attaques, son aura n'avait cessé de croître encore et encore, gagnant en intensité. Approchant de son oreille, elle vint murmurer au creux de cette dernière d'une voix suave et douce.

"- Ressens-tu l'Appel des Enfers?"

Un doux parfum parvint alors aux narines du Tigre Viking, entêtant à souhait, tandis que le regard de l'olympienne dégageait quelque chose d'hypnotique et d'envoutant, tout comme le reste de sa personne. Perséphone disposait déjà d'une grande beauté, mais celle-ci semblait être encore plus embellie. Aux pieds de son adversaire, une multitude d'arbustes avaient fleuri. Il s'agissait là de la terrible Belladone.

Puis la Rose des Enfers recula, affichant un ait calme et emprunt de sérénité qui dénotait et contrastait avec la nature virulente de son cosmos.






Dernière édition par Rochel le Mer 23 Mai - 22:00, édité 2 fois (Raison : Correction des PP)
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 20 Mai - 23:44

    MUDADA!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 20 Mai - 23:44

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Lun 21 Mai - 1:07

    Aukoti avait fait son choix et nulle hésitation ne subsistait plus en son cœur. Il était pleinement dédié à la tâche qui l'attendait, rassurée par l'idée que ses alliés se chargeraient de leurs autres objectifs. Ses pas l'avaient mené ici, dans un face à face avec une Divinité dont la force dépassait l'entendement. Il ignorait quel serait le résultat de cet affrontement et ce que l'histoire en retiendrait, que ce soit légende de gloire ou de déchéance, et au fond cela ne lui importait plus. L'Alpha avait fait cœur avec sa lame, et alors que le monde s'effondrait en morceau, il savait que sa poigne ne faiblirait pas, même si son adversaire revêtait les traits d'une personne à l'importance toute spéciale à ses yeux.

    Le Cosmos de Perséphone se déploya alors que ses paroles achevaient de claquer dans l'air. Écrasant, surpuissant, imposant... Même sa brève confrontation avec Héphaïstos n'aurait pu le préparer à encaisser pareil choc sans sourciller. La supériorité existentielle des Dieux n'était décidément pas une fable... Mais la faculté des hommes à se dresser face à eux n'était également plus à démontrer. Bien vite, Aukoti déploya sa propre énergie astrale autour de son corps et dans les environs, produisant exactement le même effet que l'énergie de Perséphone. L'Ase ne prit pas la peine d'élargir son champ d'action jusqu'à Sköll, devinant sans mal que ce dernier ne tarderait pas à faire de même... Si le déploiement d'énergie avait ne serait-ce qu'un effet nocif sur lui.

    Restant immobile à observer les actions de la Divinité qui déployait toute sa force face à eux, Aukoti nota sa maitrise des différents éléments et leur utilisation pour former une barrière autour d'elle, ainsi que l'apparition d'une épée qui, s'il ne se trompait pas, était celle de son époux. L'Alpha eu cependant tout juste le temps de détailler les symboles apparaissant dans la rose des vents au sol que déjà la Déesse était sur lui. Avec un bond dont le Dragon Noir ne ce serait guère attendu de la part du frêle corps de Callan, la Déesse des Enfers sauta vers lui pour lui asséner une grande frappe de sa lame. Aukoti parvint à opposer Diamond à l'attaque de Perséphone, mais immédiatement l'épée de Cosmos vola en éclat dans un éclat cristallin. Le choc secoua violemment le bras du jeune homme, qui réagit cependant au quart de tour pour faire apparaitre Onyx dans son autre main et venir bloquer le second coup qui suivit immédiatement. La lame noire explosa également en rencontrant l'arme du Sombre Monarque, et il sembla au Guerrier Divin que son bras avait été électrocuté. Forcé à reculé d'un pas à chaque coup, il fit apparaitre successivement trois autres Star Sword pour tenter de bloquer les coups de la Déesse, et chacune de ses épées astrales se brisa immanquablement, la cinquième l'envoyant voler loin en arrière.
    Secoué par les choc successifs, Aukoti parvint néanmoins à se réceptionner en glissant légèrement et en posant sa main à terre. Il regretta alors amèrement de ne pas avoir conservé l'arme que lui avait confié Héphaïstos... Face à la puissance brute de l'artefact que détenait la Déesse, ses lames de Cosmos ne tiendraient pas le coup à moins de les renforcer énormément. Ses bras se remettaient tout juste des secousses qu'ils avaient subis que Perséphone continua son assaut. Fort heureusement pour l'Alpha, la cible de celle-ci avait changé, et c'était à présent sur Sköll qu'elle se concentrait. Cela laissa à Aukoti le temps de se relever et d'achever sa réflexion sur la meilleure manière d'entamer l'assaut sur la Divinité Olympienne. Le regard d'ambre de l'Alpha se fit clair et perçant lorsque son plan d'attaque lui vint naturellement à l'esprit, comme une évidence, et que dans sa main une lame de Cosmos rougeoyante se matérialisait, nimbée de flammes. Alors qu'il se redressait, son regard chercha celui de Perséphone, insistant et sévère.

      « Rejeter la faute sur les autres... C'est puéril. Puéril et immature. Deux adjectif que je ne pensais pas utiliser pour parler d'une Déesse. Assumez au moins le fait d'avoir possédé notre Prêtresse et poussé notre peuple dans une Guerre qui ne le concernait pas, Perséphone! »

    D'une grande impulsion, Aukoti franchit la distance qui le séparait de sa cible, porté par son cri. La lame de Ruby se chargea de son Cosmos, gagna rapidement en taille et en puissance pour qu'elle s'écrase avec force et vitesse sur la barrière de la Reine Infernale, noyant sa fine silhouette dans un ouragan de feu. Le Dragon Noir se doutait bien qu'une attaque aussi faible n'aurait guère d'effet sur Perséphone, aussi la déferlante ardente n'avait-elle pas pour seul but de blesser l'Olympienne, mais également masquer sa vision. Dans ce chaos de feu et de cendres, la lame à la teinte du rubis frappa Perséphone dans un déluge de coup ayant plus pour but de tester sa protection que de la blesser. Passant d'un côté à un autre, l'Alpha ne cessait de disparaitre après chaque coup. Déjà, il avait bougé en un éclair, se déplaçant sur le flanc de la Déesse... Pour planter sa lame au sol et forcer la rose des vents qui maintenait la barrière de Perséphone en place à réapparaitre. Ruby venait de se planter dans l'élément de l'été : celui du Feu, le même que celui qui la composait. Au travers de son arme, Aukoti prit partiellement le contrôle de la barrière divine pour la perturber. Le contrôle des éléments était, avec l'effacement de Cosmos, la spécialité du Guerrier de Fafnir. Si, au travers de ses Star Sword, il pouvait manipuler les même éléments que Perséphone et perturber sa protection, alors les mortels qu'ils étaient avaient une chance de l'emporter...

      « Sköll! Je vais affaiblir sa barrière! Fonce! »

    Tenant à deux mains avec fermeté son épée plantée dans le sceau de l’Été, l'Alpha luttait tant qu'il pouvait contre le contrôle de Perséphone, qui se manifestait sous la forme de multiple flammèches qui s'échappaient du halo lumineux. Seul Aukoti avait suffisamment de connaissance et de maitrise du Cosmos pour se livrer à une telle opération. Sköll, indéniablement, était le seul à posséder la puissance pour percer la barrière de la Divinité. Sur ce point, Fafnir avait quasiment une confiance aveugle en la force du Fauve Noir. Le lien qu'ils avaient forgé dans leur sang et la complémentarité de leurs forces était sans nul doute l'avantage décisif qu'ils possédaient pour faire face à la puissance démesurée de leur adversaire...
    Mais encore fallait-il que Sköll l'entende également de cette oreille.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 23 Mai - 9:51

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Le bras entier de Sköll irradiait d'une puissance infinie tandis que se résorbaient les flammes volcaniques. Le Guerrier Divin émit un soupir d'allégresse. Quel que soit l'attachement qu'il ait pu avoir pour les crocs de Fenrir, cet équipement lui était infiniment supérieur en tout point. Héphaïstos n'avait pas menti sur la marchandise lorsqu'il l'avait remise à Aukoti. Et même si ce n'était pas de sa main, l'épée continuerait de servir le but dans lequel elle avait été confiée. Précipiter la fin de cette Guerre Sainte, même si cela devait vouloir dire défier les dieux. Et aucun d'eux ne rechignait à la tâche. Car tel était leur destin, ils y étaient préparés de longue date. Peut-être même n'étaient-ils nés que dans ce seul but, comme le Chevalier Pégase se réincarnant à chaque génération pour assister Athéna dans sa lutte contre les forces du mal. À ceci près qu'eux ne souffraient de nulle obligation, car ici, leur allégeance n'entrait plus en ligne de compte. Ils ne se battaient que pour eux-même et c'était en leur nom qu'ils allaient défaire la déesse des Enfers, sans se soucier des conséquences.

Le monde pourrait prendre fin qu'ils ne retiendraient pas leurs coups. Ils étaient les plus grands guerriers d'Asgard et en tant que tels, ils combattraient jusqu'à leur dernier souffle. En réponse aux émissions de cosmos de Perséphone, le Fauve d'Ébène laissa le sien prendre sa pleine mesure. La tension déjà presque palpable s'en fut à son comble, si bien que tout cosmos aurait été brisé, tout corps écrasé. Nul ne pourrait pénétrer dans ce périmètre naturel sans risquer une mort atroce. C'était tant mieux : il n'aurait pas supporter que l'on interfère dans son combat. Pas même Leene, même si dans son cas c'était pour de toutes autres raisons. La perspective de faire équipe avec Aukoti était déjà dérangeante, et il ne l'admettait que de mauvaise grâce. C'était faire l'aveu de sa propre impuissance, et même s'il savait pertinemment que sa destinée lui conférerait un jour la force d'infléchir la destinée des cieux, il devait pour l'heure accepter la présence de l'Alpha à ses côtés.

Néanmoins, il était forcé d'avouer qu'à choisir, le maître de l'épée astrale était très certainement le candidat le plus adéquat pour donner à cette association sa pleine puissance. Sköll avait personnellement pris la mesure de ses compétences, et n'avait dès lors plus aucun doute à avoir sur leur efficience. Qu'ils combattent aujourd'hui côte à côte était toutefois d'une ironie sans borne au souvenir de leur combat fratricide dans l'antre du Dieu des Forges. Une occurrence qu'ils oublieraient d'autant moins que le géant des glaces en portait le symbole à la main. Aussi bien l'un que l'autre, cette lutte acharnée leur avait fait prendre conscience de leur potentiel. Et en cette heure fatidique, ils se dressaient sans l'ombre d'une hésitation devant une divinité, image même de la fortitude. Que de chemin parcouru. L'image de la sorcière passa une dernière fois dans son esprit avant qu'il ne l'en chasse pour de bon, de crainte qu'elle ne soit un obstacle dans le feu de la bataille.

- Ça tombe bien, je n'ai jamais prétendu protéger qui que ce soit. En revanche, il n'est pas rare que je m'engage à abattre quelqu'un, et quand je le fais je vais jusqu'au bout.

Zeta paracheva cette bravade en ne bougeant pas d'un iota quand l'épée d'Hadès, aux mains de son épouse, le frappa. Si fier de sa force qu'il puisse être, sa plus grande qualité était sans conteste sa résistance. À ce jour, un seul homme avait été en mesure de lui laisser une cicatrice, et ce n'était pas aujourd'hui que cela allait changer. Toute déesse qu'elle soit, la puissance musculaire n'était pas son fort, et en cela son apparence de femme fragile refaisait surface en dépit des airs dangereux qu'elle s'évertuait à se donner. Le colosse reçut chaque attaque sans broncher, la lame ne parvenant pas à pénétrer la chair malgré tous les efforts de sa manieuse. Sköll la gratifia d'un rictus goguenard avant de la repousser d'un coup de pied à l'estomac, dénué de tout raffinement. Qu'elle soit un adversaire de marque ne lui ferait pas revoir ses méthodes, c'était à présent une certitude. Plus agile qu'il n'y paraissait, Sköll effectua alors une complète rotation sur lui-même.

Fort de cet élan, il porta un coup de taille au niveau du flanc qu'il espérait bien entailler. À vrai dire, un être ordinaire aurait été tranché en deux par un mouvement de cette ampleur, mais il n'avait pas à faire à n'importe qui. Aussi ne relâcha-t-il pas son offensive. D'un ample mouvement, l'épée ardente érafla le sol – étrangement couvert de givre – pour ensuite fondre comme une ombre sur l'épaule de celle qu'Aukoti avait appelée « Callan ». Poursuivant son enchaînement, c'est cette fois à la rencontre de la clavicule qu'alla le tranchant bouillonnant de son nouvel équipement, d'une force suffisante pour la taillader de l'épaule à la hanche. Enfin, ce fut au tour de son poing d'entrer en action, et ce n'était pas le maigre gant de cuir qu'il portait qui réduirait l'impact si par chance il atteignait son plexus solaire. Sans desserrer les dents, il venait de lui faire parvenir une réponse pour le moins sans équivoque.

- Pas vraiment, non. J'ai toujours été un peu dur de la feuille quand ça concerne les dieux et leur baratin mystique. Puisque tu tiens tant à nous provoquer, la tempête que tu vas récolter sera de glace. Voyons si après tout ce temps passé à te terrer dans ton nid douillet, tu peux encore endurer le blizzard hurlant. Ice Age !

Lors de son trajet pour venir jusqu'ici, Zeta avait pris dans la glace plusieurs des geôles infernales. Le sort qui leur avait été réservé serait pourtant sans comparaison avec ce qu'il adviendrait de la Caïna. Si l'ancienne prêtresse refusait de revenir en Asgard pour y recevoir la vindicte de ses pairs, alors Asgard viendrait jusqu'à elle. Et le Tigre Viking se faisait une joie d'être son intermédiaire. La morsure du froid se répandit à l'entour et le givre s'empara de la première sphère à une vitesse ahurissante. L'ère glaciaire prenait possession des lieux, et même la toute-puissance du Dunamis ne pourrait rien faire pour l'empêcher. Grâce au concours d'Aukoti, même elle n'y résisterait pas. L'aura de la déesse exerçait une pression phénoménale sur les environs, mais la quantité de cosmos de Sköll avait toujours été aberrante. Aussi n'en était-il nullement incommodé. Puis, n'était-il pas l'homme qui avait réchappé à un châtiment divin après avoir enfreint les règles dictées par Zeus en personne ? Nulle raison de s'en faire. Réjoui de voir le paysage remodelé à sa convenance, Sköll ne perdait pas de vue ce qu'il était venu y faire. Non sans avoir bandé les muscles au mieux de ses capacités, il joignit les mains sur le manche de l'épée et frappa le sol de sa lame. Il ne fallut qu'une poignée de secondes pour que la terre se fracture sous ses pieds et déstabilise la position de la Déesse des Enfers. Sa barrière amoindrie ne pouvait déjà être restaurée, et la perte d'équilibre affaiblissait considérablement sa position. L'occasion rêvée de lui infliger des blessures dont elle aurait peine à se relever. Un rugissement s'éleva au-dessus du fracas tellurique.

- Vas-y, qu'est-ce que t'attends ?


Épée Volcanique:
 



Dernière édition par Sköll le Lun 28 Mai - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 25 Mai - 22:57

Un sourire ourlait les lippes de la Belle. A cette instant, telle la Rose, elle était magnifique et resplendissante et pourtant si dangereuse. On ne cueillait pas une telle fleur aussi facilement, d'autant plus quand la dite fleur semblait s'amuser follement. Les paroles d'Aukoti ne lui firent ni chaud, ni froid, glissèrent sur elle sans même la perturber outre mesure.

Déjà le guerrier fondait sur elle, armé de sa lame à la teinte écarlate. Un jet de flammes vint en sa direction. Instantanément, l'élément du Feu se mit à luire plus intensément, tandis qu'un mur ardent se dressait face à elle, comme pour la protéger de la lame. Et cela fit son office, aucun des coups portés par le guerrier divin ne l'atteignit. Mais lorsque l'épéiste planta sa lame au cour même du symbole élémentaire, le rideau de flammes qui jusque là était étendu pour la protéger disparu en un instant. Le feu vint lécher sa peau tendre et délicate, mais elle continuait à toiser les Asgardiens avec dignité.

Aucun de leur coup physique n'avait porté. Même la puissante épée du Tigre n'était pas parvenue à l'atteindre car à chaque coup que dernier lui avait porté, il n'avait fait que rencontrer le vide, et ce malgré la rapidité et hardiesse de ses gestes. Autour d'eux l'air se faisait de plus en plus froid, glacial, lui rappelant d'autres souvenirs, d'autres images d'une autre vie, qui lui semblait si lointaine. Cette fois, le sourire qu'elle affichait respirait clairement la nostalgie. Et lorsque le puissant guerrier vint sur elle, elle ne fit rien pour esquiver, goûtant la brûlure mordante des glaces.

"- Je n'ai pas oublié le froid mordant des landes d'Asgard. Ce froid qui affaiblit ses habitants, si ce n'est pour les rendre plus forts."

La Divinité ne comptait pas en rester là. Ce n'était nullement son dernier mot. Autour d'elle, à son tour, l'air se fit de plus en plus glacial. La température au coeur de la Caïna ne cessait de décroître, encore et encore, l'aura de l'Impératrice se faisant écrasante à souhait? L'épée dans une main, elle tendit alors l'autre. Une multitude de cristaux vint alors s'y nicher, avant que ceux-ci ne s'allongent, pour former au final, une lance de glace. Serrant son arme en main, la jeune femme quitta alors sa position pour s'élancer sur Zeta, laissant la glace s'enfoncer dans la chair de ce dernier au niveau de son épaule avant de la retirer d'un geste sec et de repartir rapidement en arrière, tout en observant l'élément se volatiliser, ne laissant léviter dans les airs qu'une sphère écarlate: le sang du guerrier.

"- C'est l'heure du Jugement Dernier!"

Les éléments, la vie, la Mort, mais surtout cette dernière, étaient des choses que la Belle maitrisait à merveille. Et plus le géant perdait de sang, plus la divinité elle, s'en repaissait, ses blessures se refermant peu à peu.


Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 27 Mai - 14:30

Les uns ont de la chance, les autres n'en ont pas ; ça dépend du numéro qu'on tire en venant au monde.
▬ George Sand
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 27 Mai - 14:30

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 27 Mai - 21:48

    Sköll is number Ouane!

    Edit : Me too!


Dernière édition par Aukoti le Dim 27 Mai - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 27 Mai - 21:48

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 27 Mai - 22:48

    C'était insensé.
    Dans ce lieu déjà piégé dans la glace, où les Cosmos des protagonistes venaient faire chuter la température à un point à peine imaginable, des forces défiant la raison étaient à l’œuvre. La puissance incommensurable d'une Déesse était une chose... Mais se prendre des coups d'épées divines sans broncher? Était-ce seulement possible? La résistance de Sköll allait décidément à l'encontre du bon sens lui-même. Comment Aukoti s'y était-il pris pour mettre à terre une bête pareille? Il avait même fendu le sol d'un simple coup pour tenter de déséquilibrer l'adversaire, un acte complètement disproportionné par rapport au but recherché... Et qui, au final, s'était révélé parfaitement inutile, pour la bonne et simple raison qu'une Déesse telle que Perséphone, comme on pouvait s'y attendre, n'accordait qu'une importance toute relative au concept de gravité.
    Et pourtant leur danse de folie bien humaine ne faisait que commencer.

    L'Alpha avait fait un bond en arrière au moment où le sol s'était ouvert pour éviter de sombrer lui aussi dans les profondeurs abyssales que le Fauve d'ébène avait ouvert sous leurs pieds à lui et à la Déesse des Enfers. D'un coup d’œil vif, il nota que Perséphone s'était mise à léviter et lui arrachant un claquement agacé de langue, tant dû à l'apparente invulnérabilité de leur adversaire qu'au manque de finesse de son partenaire. Ce dernier semblait visiblement avoir éveillé l'intérêt de la Déesse Infernale, qui s'acharnait désormais sur lui avec une lance de glace pure. S'il se doutait qu'une telle attaque puisse avoir le moindre effet sur le Fauve d'Asgard, Aukoti se doutait bien que Sköll ne tiendrait pas longtemps s'il continuait à subir l'ire de l'Olympienne. Aussi, dès que Perséphone marqua une pause dans sa passe d'armes, le Guerrier de Fafnir matérialisa trois de ses lames astrales qui lévitèrent autour de lui avant de fondre comme un essaim enragé sur elle, l'attaquant à la chaine comme si elles avaient été maniées par une main invisible.
    Pendant que ses lames manipulées à distance occupaient la Reine des Enfers, Aukoti alla se positionner à côté de Sköll, sans pour autant quitter leur adversaire des yeux. Sans accorder le moindre regard au Fauve, il s'arrêta quelques secondes avant d'établir d'une voix neutre mais forte le médiocre constat de leur premier assaut.

      « On n'y arrivera pas en détruisant le décor ou en agissant de manière détournée. Concentrons nos force en un seul point! »

    Réfléchissant aussi vite qu'il agissait, Aukoti avait déjà fait apparaitre dans sa main une lame à la teinte ambrée, comme la pierre dont elle portait le nom. Concentrant en un instant une quantité phénoménale de Cosmos dans ses jambes, l'Alpha pulvérisa la glace sous ses pieds en s'élançant à une vitesse phénoménale droit sur Perséphone, pointe de l'arme vers l'avant. Avec violence, il percuta le bouclier d'énergie entourant la Déesse, parvenant en concentrant son énergie dans sa lame à la percer très légèrement par la pointe de celle-ci. Immédiatement, Le GodWarrior modifia la forme de sa Star Sword, faisant s'allonger la lame d'Amber jusqu'à ce qu'elle touche le corps de sa cible, lui permettant ainsi d'agir en la figeant temporairement.
    A présent que le temps était figé pour Perséphone, Sköll aurait tout le loisir nécessaire pour déployer toute sa force et arriver derrière avec son pouvoir démesuré pour enfoncer la brèche qu'il était parvenu à aménager dans la défense de l'épouse d'Hadès. Bien entendu, l'Alpha se doutait que ce ne serait pas suffisant pour venir à bout de celle-ci, mais s'ils pouvaient ainsi gagner le temps nécessaire à leurs alliés pour vaincre les derniers résistants de l'ennemi et trouver un moyen de ramener Callan à Asgard, saine et sauve, avec un corps qui serait entièrement le sien.

      « Maintenant, Sköll! »

    Abandonnant sa lame dans la barrière de Perséphone, l'Alpha sauta sur le côté pour libérer le passage au char humain qu'il entendait déjà charger dans son dos. Perséphone avait parlé un peu plus tôt de la force des Guerrier du Nord qu'il avaient acquis en affrontant la rudesse du climat... Démontrant une nouvelle fois son ignorance de la véritable force des Ases, choses que Callan aurait été bien sage de lui apprendre pour lui éviter bien des tourments.
    Le froid d'Asgard ne rendait pas leur peuple plus fort. Il n'était qu'une entrave, un frein, un handicap qu'on leur infligeait pour qu'ils ne puissent déployer tout leur potentiel.
    Un frein sans lequel les Dieux de l'Olympe auraient toutes les raisons de les craindre.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 30 Mai - 21:21

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte


Sköll grogna de mécontentement quand il vit qu'aucun de ses coups n'avait touché sa cible. Il fallait s'attendre à ce que ce ne soit pas si facile, mais cet échec cuisant n'en était pas moins frustrant. Il ragea. Ce n'était que partie remise toutefois, et s'il n'avait pu entailler ses chairs à cette occasion, il ne manquerait pas d'y en avoir d'autres. Il ne devait à aucun prix se laisser dominer par ses émotions sans quoi il ne réussirait qu'à gaspiller son énergie dans une charge aussi brutale que dénuée d'intérêt. Le fait de devoir combattre en équipe altérait lourdement sa concentration. Si habile que soit Aukoti, devoir tenir compte de sa présence pour ne pas se gêner mutuellement le ralentissait considérablement. Progressivement, leur coopération allait devenir instinctive, mais ses prémices ne manquaient pas d'une maladresse qui pourrait bien leur être fatale s'ils ne s'en séparaient pas très rapidement. L'amplitude des mouvements du Tigre Viking et l'envergure de sa lame n'étaient d'aucune aide dans cette entreprise, chaque geste un peu trop brusque risquant de blesser grièvement son partenaire. S'il avait déjà pu ressentir ce désagrément lors de son combat contre l'Arishok, ses équipiers avaient eu le mérite de rester en retrait pour ne pas le gêner. Ici, c'était différent : Alpha et Zeta devaient mener ce combat de front pour opposer une réelle résistance.

Se relayer ne ferait que diminuer une efficacité déjà discutable. Ils devaient l'attaquer ensemble, la prendre d'assaut comme un seul homme et ne pas lui laisser l'ombre d'un répit. La colère qui illuminait les pupilles du Fauve d'Asgard semblait ne pas avoir de limite et le sol se fissurait sous ses pieds à chaque pas. Ses battements de coeur lui emplissaient la tête et obstruaient ses tympans aux ordres d'Aukoti, qu'il s'efforçait de déchiffrer en dépit de ce semblant de confusion. Pour un peu, réprimer ses pulsions bestiales lui serait plus ardu que de combattre une divinité. Les palpitations de sa jugulaire effaçaient tout doute sur son envie d'en découdre, mais le nombre de facteurs à prendre en compte pour agir le mettait dans une position délicate. Il avait le sentiment d'être un animal en cage qu'on ne lâche qu'au moment opportun. Or, il était de notoriété publique que l'animal qu'était Sköll n'avait jamais aimé les chaînes. Un éclair de lucidité lui traversa l'esprit : quel besoin avait-il de se retenir ? Pour l'avoir affronté au coeur du volcan, il savait mieux que quiconque qu'Aukoti était un adversaire à sa mesure. Il était donc tout naturel de penser qu'il n'aurait pas le moindre mal à éviter ses coups, d'autant plus s'il n'en était pas la cible.

Quelle que soit l'importance des dommages collatéraux dont il serait la cause, le Dragon devrait pouvoir s'en sortir sans difficulté. D'autant plus qu'ils étaient ici au royaume des morts, en la demeure d'Hadès : ils pouvaient dévaster cet endroit sans remords. Après que cette révélation lui eut ouvert les yeux, il adopta une posture défensive qui lui permit de contrer Perséphone. Son maniement de la lance forçait le respect, mais l'épée ardente qu'il avait à la main en brisa la pointe avant qu'elle n'ait pu pénétrer la chair. Le colosse avait toute confiance en sa solidité, mais préférait ne pas avoir à l'éprouver face au pouvoir d'un Dieu. L'avoir déviée réduisit à presque rien la profondeur de l'estafilade, mais l'étira sur plus d'une dizaine de centimètres. Ce n'était qu'une éraflure. De bonne taille, certes, mais cela n'avait que peu de valeur à l'échelle d'une stature comme la sienne. En revanche, il n'en fallut pas plus pour que la morsure du froid s'infiltre sous la peau et gêne sa mobilité. Sans même une hésitation, Sköll leva l'épée volcanique pour la presser contre sa blessure.

- Jugement Dernier, hein ? C'est pas pour te vexer, mais je crois que tu t'es trompée d'histoire. Dans la nôtre, les traîtresses meurent à la fin.

Avant que la glace n'ait pu se propager, la blessure cautérisait déjà dans une odeur atroce de chair brûlée. La grimace que le soldat du froid ne put refouler se changea en un rictus féroce dont il gratifia la divinité. La fumée noire qui s'élevait depuis son épaule renforçait l'allure narquoise de son sourire, le rendait plus carnassier qu'il n'était. Qu'importe de se mutiler, si c'était le prix à payer pour pouvoir retourner se battre. Avoir voulu le priver de sa force titanesque était une judicieuse tentative, mais pour être lui-même un chevalier des glaces, il ne connaissait que trop bien les dangers d'un tel pouvoir. Elle ne pourrait le battre sur son propre terrain. Sitôt que sa plaie se fut refermée, le géant des glaces fit tournoyer le manche de l'épée entre ses doigts. Les rotations décrites par la lame de celle-ci projetaient aux environs des gerbes de flammes de moindre envergure, mais dont la dangerosité n'était plus à prouver. Son aspect de lave solidifiée n'était pas usurpé, si bien que Sköll se demandait encore par quelle diablerie le Dieu des Forges avait pu en tirer une lame aussi effilée.Le tourbillon de feu ainsi créé le dissimula à la vue de la déesse des Enfers, tandis qu'Aukoti se lançait à sa poursuite pour donner une nouvelle chance à leur travail d'équipe. Et celle-ci, le colosse se jura de ne pas la laisser lui filer entre les doigts.

Les plaines gelées d'Asgard s'étiraient à l'infini dans son regard, dont la froideur n'avait rien à leur envier. À travers les pans déchirés de son manteau, on pouvait discerner ses muscles bandés, prêts à frapper avec une force que le commun des mortels n'aurait pu concevoir. Carbonisé par ses moulinets répétés, le sol se craquela sous ses pieds quand il s'élança à son tour. Chaque foulée brisait son appui un peu plus que la précédente, si bien qu'au moment de compléter cet enchaînement, il sentit la terre se dérober sous ses pieds alors qu'il brisait la distance et déchirait l'air pour arriver jusqu'à elle dans un grondement de tonnerre. Le fauve avait pris son essor et rien ne pourrait plus l'arrêter tant que ses crocs n'auraient pas dévoré les ombres. À l'instar de son comparse, il s'était délivré de toute retenue, et pouvait à présent donner le meilleur de lui-même dans cette confrontation où se jouait le sort du monde. À la pointe de l'épée, Alpha était parvenu à lui ménager une brèche. C'était tout ce dont il avait besoin. Le Tigre Viking s'engouffra dans la faille, fort de ses griffes acérées.

Entre ses doigts rayonnait la foudre, arme tueuse de dieux depuis la nuit des temps.

Son bras se détendit pour l'en frapper. La sienne n'était certes pas l'originale, mais si elle était vraiment celle qu'elle prétendait être, Perséphone ne manquerait pas d'y voir sa mort imminente. Comme si cette peur présumée se transmettait à sa barrière, celle-ci tenta de le repousser violemment, mais Sköll tint bon. Dès lors qu'il était fermement campé sur ses pieds, personne n'était en mesure de le faire battre en retraite. Dans un élan de rage, il leva le bras, arme au poing, et abattit sa lame dans une pluie de coups, sans jamais faiblir.La force de répulsion était intense, mais il ne bougea pas d'un iota, ses pieds s'enfonçant même dans la surface qui le soutenait sous la pression qui se dégageait de son être. Toute sa puissance musculaire était mise à contribution pour trancher dans le vif dans tous les sens du terme, et le rougeoiement des braises promettait un sort atroce à quiconque rencontrerait le fer brûlant de sa nouvelle lame. Que Perséphone ait le malheur de la recevoir et, toute immortelle qu'elle soit, elle en porterait la trace toute sa vie. En dépit de la désorganisation apparente de ses assauts, chacun était minutieusement calculé pour la gêner dans ses déplacements afin que son comparse puisse en profiter. La notion de repli stratégique lui échappait jusque dans ses détails les plus infimes. Reculer n'était pas une option. Il ne pouvait qu'aller de l'avant.

Les obstacles n'existent que pour être pulvérisés.


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 2 Juin - 11:38




Que venait-elle d'entendre? Etait-ce bien un grognement tout droit sorti de la gorge de Zeta? Oui c'était cela en effet ne put-elle s'empêcher de noter alors que ses lippes esquissaient un sourire visiblement satisfait. Une odeur de chair brûlée imprégnait l'aire de combat, sans que cela ne révulse pour autant la Déité. Cautériser la plaie qu'elle lui avait infligé, voilà qui démontrait la folie du Tigre Viking. A présent, elle savait que le Guerrier ne la prendrait plus à la légère et ferait tout pour la mettre en pièce. Parfait. Son regard croisa alors celui du Dragon Fafnir.

Elle vit se dernier rejoindre son compère, très certainement pour discuter tactique, et pour leur donner le temps nécessaire à leur petite discussion, il ne trouva rien de mieux à faire qu'à invoquer trois de ses épées qui filèrent vers elle. Laissant échapper un petit soupir dédaigneux, la Rose des Enfers leva son bras armé de l'épée du Sombre Monarque et, comme si de rien était, comme si cela constituait un jeu d'enfant pour elle, para chacune des attaques portées.

Cela finit, Perséphone put alors voir venir à elle, dans une vitesse hallucinante, le guerrier d'Alpha. Doté d'une épée à la couleur de l'Ambre, celle-ci vint perforer le bouclier des Quatre Saisons, avant de s'enfoncer dans son épaule. Elle n'émit pas la moindre plainte, se contentant de plonger son regard de jade dans celui du guerrier. Après tout, cela n'était rien de plus qu'une estafilade pour elle.

"- Dis moi Aukoti, que suis-je sensée ressentir? Pensais-tu donc qu'une telle attaque pouvait m'atteindre? S'était bien tenté, mais tu as échoué. j'ai déjà eu affaire à bons nombres de combats dans mes vies passées, par conséquent, certaines attaques n'ont plus aucun effet sur moi, et celle que tu as utilisé en fait partie. C'est ce que j'appelle, la Sagesse Guerrière."

L'Impératrice retira la lame abandonnée par son propriétaire, et déjà la blessure se refermait lentement. Armée des deux lames, elle eut le loisir d'observer le Géant approcher d'elle. Il lui rappelait cette brute d'Ostro, en plus gracieux tout de même, mais dans le concept il était le même: foncer tête baissée. Profitant de la faille créée par Aukoti, elle le vit pénétrer dans sa barrière, se tenir face à elle. Certes à ses côtés elle semblait si petite et si fragile, pourtant c'était une détermination sans faille qui illuminait le regard de la Fille des Saisons.

La Foudre illuminait la main du Guerrier et à cette vue, la jeune femme se mit à sourire. Lorsqu'il l'en frappa, elle sentit toute la puissance de l'élément. Pourtant, cela n'avait rien de comparable avec celle de son Père. Un éclat de rire s'échappa des lèvres de la Belle, tandis qu'elle lançait avec cynisme.

"-Imbécile. Pensais-tu sincèrement qu'une telle attaque pourrait avoir un quelconque effet sur moi? Dois-je te rappeler qui je suis? De qui je suis la fille? Ta Foudre n'est qu'une pâle copie de celle de Père. Lianes démoniaques!"


Alors elles surgirent, multiples, filant en direction du Fauve qu'elles assénèrent de coups, laissant leurs terribles épines lacérer ses chairs desquelles s'échappaient des perles carmines qui revigorèrent à nouveau la divinité. Leur sombre office accomplit, les lianes disparurent, laissant ainsi tout le loisir au Tigre de venir à nouveau la menacer de son épée ardente. Et tandis que la déesse parait l'ensemble des coups qu'il déversait sur elle, elle eut le plaisir d'observer les ronces ressurgirent du néant auxquelles elles appartiennent pour frapper leur ennemi.

"- Sache une chose guerrier: Callan n'est pas une traîtresse. Et si tu l'avais connu, tu ne te permettrais pas de dire cela. Prend plutôt exemple sur Aukoti, lui sait qu'elle n'était pas ce genre de personne."

Soudain, elle se détourna: elle l'avait ressenti, la puissance libérée de son Père. Puissante et dévastatrice. L'espace de quelques secondes elle put voir la Foudre frapper les différentes prisons, faisant naître un Maelström sur chacune d'elles, et la leur ne faisait pas exception à la règle. Toutefois au loin, elle eut le temps de reconnaître un cosmos si familier et si cher.

*Nooooon!* hurla-t-elle intérieurement.

*Il semblerait qu'Hadès et toi soyez condamnés à ne jamais vous retrouver.*

*Callan tais-toi! Je vais en finir avec ces deux là et j'irai le retrouver une fois que cette besogne sera accomplie. Quant à toi...tu ne seras que la simple spectatrice de ce macabre théâtre.*

Lorsque les éclairs frappèrent, la divinité se laissa alors emporter par ce flot tumultueux, jetant un dernier regard aux Enfers qu'elle ne doutait pas de retrouver bientôt, pour réapparaître dans un endroit qu'elle connaissait bien. Ironie du sort que voila. Les Cinq Pics de Rozan.

Une pluie diluvienne s'abattait sur les lieux. Pour la première fois depuis bien longtemps, Perséphone se retrouvait à nouveau à l'air libre. Profitant de cet instant de répits, elle rejeta la tête en arrière. Son visage rayonnait de joie, la Rose des Enfers fermait les yeux pour mieux apprécier la caresse de l'eau sur son visage, tandis qu'elle respirait l'odeur de la terre mouillée. Oui vraiment, elle était belle et bien fille de la Nature.



[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 2 Juin - 18:17

    It's too late to give up!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 2 Juin - 18:17

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 2 Juin - 21:27

    Il avait échoué. Ces mots prononcés par Perséphone résonnaient encore dans la tête d'Aukoti alors que celui-ci se réceptionnait sur le sol, après avoir pris de la distance pour ne pas être sur le chemin de Sköll alors que celui-ci se déchainait. Avant même de poser les yeux sur l'action, l'Alpha avait réalisé avec horreur l'erreur qu'il venait de commettre. A aucun moment il n'avait envisagé que son attaque ne fasse nul effet sur Perséphone. En réalité, c'était même la première fois qu'il voyait son assaut ainsi ignoré sans le moindre mal par son adversaire. La surprise provoquée par cette chose inconcevable avait figé ses muscles une seconde de trop. Maintenant, il était trop tard. La Déesse, libre de ses mouvements, pouvait à présent faire ce qu'elle voulait de Sköll qui se jetait ainsi sur elle. Même si le Fauve était parvenu à pénétrer le bouclier protégeant leur adversaire, son attaque avait porté sans provoquer les dégâts espérés par le duo. A présent, Perséphone allait répliquer avec toute sa force, et Zeta serait blessé... Par la faute de son équipier.

    A l'instant où il le réalisa, Aukoti se précipita à toute vitesse vers Sköll, mais il était trop éloigné. Perséphone était déjà en train de lancer son attaque, sous la forme d'une nuée de ronces convergeant droit sur leur cible. Il n'aurait pas le temps de l'atteindre. Une autre idée. Un Vortex? Trop long à mettre en place. Un Accel? Cela ne ferait que le transporter à côté de Sköll, les projetant tous deux sous le feu adverse. Un Bouclier? Trop éloigné. Une Illusion? Trop tardif. Alors que le temps semblait tourner au ralenti pour Aukoti, la solution lui apparut à la limite du temps qui lui avait été alloué. Tendant la main devant lui, il y matérialisa une lame de Cosmos à la teinte argentée : Pearl, la Star Sword agissant sur l'espace. Dès qu'il l'eut en main, il trancha l'air devant lui, y aménageant une faille dimensionnelle reliant deux lieux distinct... Deux lieux qui se trouvèrent être celui devant lui, et celui dans le dos de Sköll.
    Tendant sa main libre devant lui, l'Alpha passa la main dans la faille d'espace, saisissant l'épaule du Fauve. Tirant avec une force qu'on ne soupçonnait pas à sa frèle carrure, il se tira vers l'avant, franchissant la brèche tout en faisant reculer son compagnon. D'une faible impulsion de Cosmos, il projeta Sköll dans la faille qui, déjà, se refermait. Durant cette scène d'une minuscule seconde, Aukoti était parvenu à échanger leur place, épargnant au Tigre d'avoir à payer le prix de son erreur à sa place. Le GodWarrior eut alors tout juste le temps de placer ses mains devant lui avant que la tempête de ronces ne le heurte de plein fouet, déchirant le manteau qu'il portait sous son armure et endommageant cette dernière. Les plantes allèrent jusqu'à se glisser sous sa protection, lacérant directement sa chair et lui arrachant un cri de douleur avant que son souffle ne soit coupé par le choc.

    Les plantes l'abandonnèrent brusquement, sans aucun signe avant coureur, le laissant couvert de sang, chancelant et essoufflé sur la glace du Cocyte. En premier lieu, Aukoti en fut surpris. Il sentait pourtant que cette attaque avait encore matière à le blesser. Puis il sentit un son dans son dos, suivis d'une onde de Cosmos. Immédiatement, l'Alpha se retourna en matérialisant Ruby entre ses doigts. Fendant l'air, il fit apparaitre une vague de feu qui consuma le mur de ronces, surgis dans son dos pour l'achever. Ce simple mouvement d'épée arracha une douleur au Guerrier telle qu'il lui sembla que son bras allait se déchirer. Pourtant, malgré cela, rien d'autre que la détermination d'Aukoti ne transparaissait sur son visage.

    Décidé à poursuivre le combat, Fafnir serra les dents et se retourna vers Perséphone, mais celle-ci ne semblait pas lui prêter attention. Suivant la direction du regard émeraude de la belle, il découvrit la cause de sa stupeur : une vague d'énergie pure qui se dirigeait droit sur eux, balayant les Enfers dans toute leur longueur. Alors que l'onde de choc de rapprochait, faisant trembler le sol jusque dans ses fondations, Aukoti reconnu la foudre qui constituait la projection. Une telle puissance ne pouvait être dégagée que par un seul être... Mais pourquoi?
    Sans chercher à répondre à cette question, l'Ase invoqua son épée de foudre pour tenter de se protéger de cette vague surpuissante, mais ce fut comme opposer un mur de paille à un ouragan. Sa pitoyable défense fut soufflée par ce terrible déferlement. Emporté dans le vide avec un choc d'une violence inouïe, Aukoti fut malmené par la foudre qui le traversait de part en part en l'emportant au loin, jusqu'à ce qu'elle l'abandonne et le laisse chuter jusqu'au sol, où il s'écrasa comme une poupée de chiffon, dans un bruit sourd.

    Ce fut l'eau qui tombait sur son visage qui ranima le GodWarrior après quelques secondes d'inconscience. Ouvrant les yeux avec difficulté, le corps endolori, il observa les alentours... Un ciel orageux d'où des cordes d'eau tombaient sans fin. Un plateau rocheux avec de la végétation aux formes exotiques. Non loin, une tour aux formes étranges, où un visage semblait se dessiner. Un fleuve, également, qui courrait vers des pics que l'ont distinguait au loin, comme cinq doigts d'une main tendue vers le ciel. Sköll était là, à côté de lui, au sol également. Leur adversaire se trouvait avec eux, un peu plus éloignée. Regardant le ciel, elle s'extasiait, souriait, jubilait, au point d'en avoir, semblait-il, complètement oublié leur présence. Leurs forces étaient donc insignifiantes au point qu'elle puisse les ignorer sans rien craindre? Quelle insulte leur faisait-elle là?
    L'Alpha serra les dents, et se releva en surmontant la douleur qui secouait ses membres. Parvenant à se mettre à genoux, il attrapa son casque avec sa main et le retira de son crâne, où il ne faisait que le gêner désormais. Le laissant tomber au sol dans un tintement métallique, il planta son regard doré sur la silhouette de Perséphone, brillant d'une force qui n'avait pas encore eu la pleine occasion de se manifester. Se remettant péniblement sur ses deux jambes, il refoula au fond de son esprit toutes ses questions, inquiétudes et doutes portant sur leur présence en ces lieux, sur ce qu'il s'était passé aux Enfers, et prononça ces paroles :

      « Vous riez en nous ignorant, fille de Zeus... Mais peu importe combien nos attaques peuvent vous paraitre faibles et dérisoires... Ce n'est pas cela qui nous empêchera de continuer à gravir la montagne qui sépare nos forces respectives. A chaque minute, à chaque seconde, nous nous dressons un peu plus haut qu'auparavant... Alors que vous stagnez au sommet de votre éternité. »

    Son armure commençait déjà à se fissurer, après seulement une unique attaque divine encaissée, et déjà son sang coulait, tombant goutte à goutte sur le sol en se mêlant à la pluie qui tombait sur lui, le lavant de ces eaux purifiantes... Mais il était debout, droit et vif, comme il esperait le demeurer jusqu'à la mort. Il était à la fois trop tard et trop tôt pour abandonner, même après des résultats si peu encourageants. A côté de lui, Sköll s'était également relevé. Aucun d'eux n'avait encore employé toute la puissance qu'ils avaient dégagé en s'affrontant dans cette dimension lointaine et mensongère où on les avait enfermé comme des animaux d'arène. Opposés l'un à l'autre, ils avaient découvert des ressources qu'ils n'avaient pas un seul instant soupçonné. Unis, ils repousseraient encore plus loin la limite de l'impossible... Jusqu'à la briser, si Odin leur en donnait la force.

      « Vous semblez accorder une importance toute particulière à votre ascendance, Perséphone. Voyons donc comment vous encaissez la Foudre de votre Père, que vous nous vantez tant! »

    « Star Sword : Alexandrite ! »

    Alors qu'il criait le nom de son épée, Aukoti leva sa main au ciel. L'épée à la lame dorée parcouru d'éclair s'y matérialisa, plus brillante et vibrante que jamais. L'arme d'éther avait encaissé le choc face à la Foudre pure du Père des Dieux, se chargeant de manière bien non-intentionnelle de l'élément primordial de Zeus. Même s'il ne s'agissait que d'une infime particule de l'attaque, Alexandrite était chargée à pleine puissance, allant jusqu'à faire apparaitre de nouvelles fissures sur le gantelet de l'armure qui en serrait la poignée. L'Alpha peinait à contenir le débordement de puissance de sa lame, qui à cet instant ressemblait plus à un éclair immobilisé qu'à une épée. Se doutant qu'il ne pourrait stabiliser cette forme très longtemps, Fafnir bondit vers l'avant, courant vers Perséphone sans stratégie ni détour. Sköll se joignit à lui avec sa propre technique, unissant son assaut au sien dans une charge brutale et puissante incarnée par le cri rageur qu'il poussèrent en fondant sur leur proie.
    Déchargeant toute l'énergie accumulée dans sa lame, Aukoti provoqua une violente explosion de Foudre sur le Bouclier de Perséphone dans l'intention de le perturber, si ce n'était le briser. Son attaque, survenue en même temps que celle de Zeta, sonna comme le tonnerre qui s'abattit dans le lointain au sommet des montagnes que le rideau de pluie masquait à leurs yeux. Après cette apothéose de fureur, ce fut un enchainement de passes d'armes qui s'abattit plus rudement encore que les gouttes de pluies sur Perséphone. Enchainant leurs attaques avec une synchronisation presque parfaite, Sköll et Aukoti frappèrent de leur lames, tantôt successivement, tantôt en même temps, pour déborder la défense de la Reine des Enfers. A aucun moment ils ne se gênèrent ou ne se concurrencèrent : chacune des bêtes féroces qu'ils incarnaient à cet instant ressentait les profondes pulsions de l'autre, laissant place à la danse des créatures mythiques qui représentaient la force d'Asgard.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 6 Juin - 20:38

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Dans l'idée que Sköll se faisait de la possession divine, elle n'était nocive qu'aux esprits faibles. Il croyait dur comme fer être en mesure de repousser une conscience étrangère si l'une d'elles avait le malheur de vouloir un jour entrer dans son corps. Phénomène qui, par chance, ne s'était jamais produit jusque là. Il était donc logique de penser que Callan n'avait succombé à la tentation du pouvoir que parce qu'elle l'avait bien voulu, et non sous la contrainte. En vertu de quoi il se permettait de proférer ce jugement, certes arbitraire, mais non moins efficace puisque la Reine des Enfers n'avait pas manqué de s'en offusquer. Qu'il soit dans le vrai ou se fourvoie sur toute la ligne, le simple fait qu'elle y soit sensible prouvait que bien qu'elles partagent un même corps, elles pouvaient encore agir comme deux entités distinctes. Et s'il n'en avait cure pour sa part, Aukoti serait sans doute très intéressé de la voir piquée au vif pour si peu. Plus doué pour faire pleuvoir les coups que les invectives, Sköll dut néanmoins en rester là en mettant un terme prématuré à cette seconde joute – cette fois exclusivement verbale.

- La trahison reste la trahison. Tes belles paroles n'y changeront rien. Prépare-toi à mourir.

De belles paroles, mais qui l'auraient été encore plus s'il n'avait pas été à ce point exposé au danger. Leur tentative avortée le plaçait en position idéale pour recevoir un coup décisif, sans qu'il n'ait la latitude de se mettre à l'abri. Il n'était de toute façon pas dans la philosophie du Fauve d'Asgard de tourner le dos à son adversaire pour trouver refuge dans les tranchées. S'il devait périr, il périrait debout, non poignardé dans le dos pour avoir tenté de fuir. Il n'eut pas à le faire, néanmoins, puisque Aukoti s'en chargea à sa place. Le géant des glaces réprima un juron quand il sentit une prise se refermer sur son épaule – pour mieux laisser la même imprécation lui échapper quand il fut projeté en arrière avec une facilité qu'il n'aurait pas soupçonnée. La force de poigne d'Aukoti était impressionnante, trop pour qu'il ait pu l'anticiper, et il ne s'était de toute façon pas attendu à ce que la poussée vienne à lui de cette manière. Et tandis qu'il rétablissait son équilibre dans les airs, il lui sembla l'espace d'une seconde être revenu dans l'arène d'Héphaistos ou l'un comme l'autre s'envoyaient voltiger sans l'ombre d'une difficulté. Cette vision d'autrefois lui occupa l'esprit juste assez longtemps pour qu'il ne puisse changer le cours des choses. À l'endroit même où il se tenait un instant auparavant, son frère d'arme venait de recevoir de plein fouet l'attaque qui lui était destinée.

Il grinça des dents. Le chef de guerre était pourtant bien placé pour savoir qu'il était tout à fait à même d'encaisser sans son aide ce genre de choc véniel. Quel besoin avait-il de s'interposer ? C'était un affront, de ceux qui ne se lavent que dans le sang – et à défaut de pouvoir verser celui d'Aukoti en de pareilles circonstances, l'Ichôr de Perséphone ferait l'affaire. Aussi se mit-il en but de rompre sa dernière ligne de défense afin de pouvoir enfin passer aux choses sérieuses, ce qu'empêchait avec brio cet enchantement complexe. Avant même d'avoir pu l'interroger sur ses motivations, il fut interrompu par la terrible onde de choc qui semait le trouble et la désolation au coeur des Enfers. Une propension au chaos qu'il apprécia malgré lui : il n'aurait pas fait mieux. Prêt à frapper, il dut s'interrompre dans le feu de l'action. Malmené par la vague de tonnerre, il y résista tant bien que mal, mais même la lame volcanique n'était pas une protection suffisante contre la foudre. S'il n'en souffrait pas autant qu'Aukoti, ce serait mentir que de dire qu'il y avait été indifférent. Même les coups reçus de la part de l'épouse d'Hadès lui paraissaient bien dérisoire en comparaison, et ce fut encore pire quand il se fit la remarque que c'était un effet de zone, et non ciblé.

Le roulement du tonnerre avait retenti au loin, et l'air vibrait d'une puissance folle.
Zeus avait laissé parler son ire, et avec elle s'effondraient les rêves de délivrance de Perséphone.

Déconcerté par la soudaineté de cette agitation, Sköll ne la craignit toutefois nullement – en partie parce que le temps ne lui en fut pas laissé. Affronter Zeus en combat singulier devait être synonyme de mort instantanée, se dit-il. Un frisson où se mêlaient l'effroi et l'excitation courut le long de son échine quand il se rappela que le Dieu des Dieux avait failli le punir pour avoir été à l'encontre de ses directives ayant trait à la précédente Guerre Sainte. Le Tigre Viking devait bien avouer qu'il ne serait pas mécontent de retenter l'expérience, délibérément cette fois. Mais il avait fort à faire en attendant ce jour, même s'il était encore une fois question d'accrocher un Dieu à son tableau de chasse. Avant d'avoir réalisé ce qui était en train de se passer, il échouait sur le relief minéral des Cinq Pics, sans se douter une seule seconde de l'endroit où il pouvait bien se trouver. Le décor dans lequel il évoluait n'était au fond qu'un détail secondaire. Si escarpé que soit le décor, ce ne serait pas un problème avec une agilité telle que la sienne. Outre les parages accidents, ce qui le perturbait était ce changement de lieu aussi soudain qu'inexpliqué – même si ce n'étaient pas les faisceaux d'indices qui manquaient. Ne plus pouvoir laisser libre cours à son agressivité comme il l'avait escompté lui était pénible, mais au moins se battrait-il avec la certitude que leur expédition avait été couronnée de succès.

Où qu'ils soient à la surface du globe, ils avaient quitté l'air néfaste des Enfers et ne s'en porteraient que mieux. Ce soudain changement était déroutant, force était d'en convenir. Mais savoir Leene en sécurité et non à portée de dommages collatéraux lui apportait une once de réconfort.

Cette conviction affermit sa prise alors que ses frappes successives menaçaient de fissurer la barrière, si solide soit-elle. C'est donc tout naturellement qu'il jura entre ses dents quand il sentit une présence trop familière à son goût s'écraser à proximité, parmi tant d'autres. De tous les endroits où elle aurait pu atterrir, il avait fallu que le hasard les réunisse. S'il s'en serait réjoui en d'autres circonstances, ce n'était de toute évidence pas le moment pour que leurs routes se croise à nouveau. Sans en douter assez que pour s'en inquiéter, il espéra néanmoins qu'elle ait le bon sens de se mettre à l'abri plutôt que d'approcher du lieu des combats, au risque d'être prise à son tour dans ce prélude à l'Apocalypse. Au fond de son âme, l'idée qu'elle puisse le voir dans cet état lui était désagréable. Il avait renoncé à toute humanité pour n'être plus qu'une bête sauvage. Pour n'être plus que le Tueur de Dieux à qui il devait son nom si lourd de sens. Le Fauve d'Ébène n'eut alors d'autre choix que de se fustiger mentalement. Faire grand cas de l'opinion que l'on avait de lui ne lui ressemblait guère. Et si être pris sur le fait le mettrait effectivement dans l'embarras, c'était un maigre prix à payer si sa victoire en dépendait. Quel intérêt aurait-il à sauver les apparences si c'était pour devoir périr dans la seconde ? De plus, son raisonnement faisait abstraction d'un détail d'une grande importance.
Il n'était pas seul.
S'il y avait bien quelqu'un qui puisse le comprendre, c'était elle, et Aukoti n'était très certainement pas en reste. Il pouvait donc s'abandonner à cette furie bestiale sans penser aux conséquences, et se laisser guider par les tactiques minutieuses de l'Alpha. C'était, à bien y réfléchir, la plus belle preuve de confiance dont il puisse le gratifier. Sköll était un guerrier émérite, et n'aimait guère devoir obéir aux ordres. Seulement, agir de sa propre initiative et selon son sens du combat risquait de contrarier les projets du Dragon Bicéphale. Aussi se contentait-il de frapper de toutes ses forces, de n'être plus que l'instrument de la destruction entre ses mains, un pion sur l'échiquier de cette bataille finale où l'enjeu était leur vie. Même s'il continuait d'agir suivant sa volonté, il n'était plus qu'un soldat aux ordres de son général, et il obéirait aux ordres tant que sa fragile patience lui en donnerait les moyens.

L'équilibre qu'il avait perdu dans le cataclysme fut rétabli quand il se releva d'un bond. Dire qu'il n'en garderait aucune séquelle serait sans doute trop s'avancer, mais il ne pensait pas en être affecté au-delà du « simple » déplacement à travers le temps et l'espace dont il était question à l'instant. L'avenir lui dirait s'il avait vu juste, il n'avait pas le temps de se soucier de ces détails. Même s'il devait souffrir d'un handicap, il ne serait sans doute pas le seul, puisque tous trois avaient été affectés en égale proportion par cet orage aux propriétés pour le moins étonnantes. Rien qui puisse leur porter atteinte au point de devoir revoir entièrement sa stratégie. Ou plutôt celle d'Aukoti, puisque la sienne se résumait à une débauche de cosmos et de violence sans limites. Le voyage l'avait secoué, mais à aucun moment il n'avait lâché prise : l'Épée de Feu résidait toujours au creux de sa main. Il ignorait royalement ses brûlures, quitte à les aggraver. L'état de ses paumes n'était que bien peu de choses en comparaison du triomphe auquel ils aspiraient, aussi ne pouvait-il montrer aucun signe de faiblesse avant d'en avoir fini avec elle. Le choc de son casque sur le sol fit écho à celui d'Aukoti dans une parfaite symétrie.

- Énerve la montagne et t'étonne pas de la voir cracher la mort.

Le souvenir de son séjour chez le Dieu des Forges continuait de le hanter.

Lors de ce choc des titans, ils s'étaient battus avec l'intensité de mille soleil. Ils s'étaient battus à en perdre la raison. Ils s'étaient battus jusqu'à n'avoir plus qu'une goutte de sang dans les veines. Ils s'étaient battus jusqu'à ce que leur cosmos ne soit plus qu'une bougie dans les ténèbres. Puis, ils s'étaient battus encore. Ils avaient souffert mille morts, pour renaître mille et une fois de leurs cendres. Et c'était une fois de plus dans les flammes que tout disparaîtrait. C'était du moins ce qu'il pensait alors qu'il scrutait la lave en fusion dont se composait sa nouvelle épée, relique de cette épreuve insurmontable – et dont ils étaient pourtant revenus. Ils n'en étaient peut-être pas sortis vainqueurs, mais avaient gagné beaucoup plus qu'une gloire qui les aurait laissés indifférents. Ils avaient appris que l'espoir n'est jamais perdu et que tant qu'ils seront prêts à se consumer jusqu'à n'être plus qu'une étoile dans le Ciel de l'Infini, leur force deviendra sans limite. Même les Dieux auront à les craindre, et c'était d'autant plus vrai pour lui. Il y était destiné, c'était écrit depuis sa naissance.

L'air parut se densifier à mesure que l'humidité se faisait plus présente, plus lourde. Plus palpable. Et pour cause : s'il commandait à la glace, Sköll pouvait aussi la solliciter à l'état liquide. C'était précisément ce qu'il était en train de faire, et que sa lame ne soit que feu ardent ne semblait pas entraver la bonne marche du processus. Les envoûtements dont l'avait entourée le Forgeron Céleste étaient plus qu'il n'en faut pour qu'elle n'en soit pas affectée. Et à mesure qu'il diffusait son cosmos dans l'atmosphère, la célèbre cascade parut à son tour être forcée de se plier à sa volonté. On l'aurait cru douée d'une volonté propre, elle aussi désireuse de mettre un terme aux méfaits des Enfers. L'esprit qui résidait en son sein prit la forme d'un immense dragon oriental, ce qui mettait en valeur cette hypothèse – l'animal totem de Sköll était le Tigre, au mieux le Loup. Jamais il n'aurait fait appel à un Dragon, et même s'il avait eu à le faire, celui-ci aurait eu une forme similaire à ce que représentait la GodRobe d'Alpha au repos. La gueule béante du dragon factice avala tant son bras que l'épée alors qu'il forçait l'allure pour se jeter une fois de plus dans la bataille.

Dans son sillage, l'interminable queue du dragon oscillait dans une danse aussi gracieuse que violente. Des pans entiers de montagne se détachaient sous son balancement pour peu qu'il prenne trop d'amplitude. Et toute l'eau de la cascade déferla avec une pression phénoménale sur la Sombre Déité, avant de reprendre son cours normal – au propre comme au figuré. Avoir partagé son cosmos avec cette entité laissait Sköll perplexe, mais pour rien au monde il ne se serait passé de l'aide précieuse apportée par cette force supérieure. Si la nature elle-même volait à leur secours dans ces moments critiques, nul doute qu'ils prendraient le dessus sans trop de peine. Cela dit, le colosse n'appréciait que très modérément d'avoir à penser que leur avantage dépendait d'une intervention extérieure. Aussi, sans cesser de multiplier les passes d'armes pour passer outre la solide défense que leur opposait Perséphone, il relâcha son aura, blanche comme neige. Après avoir échangé un regard de connivence avec Aukoti, il entonna une litanie qui, à n'en pas douter, saurait se faire apprécier à sa juste valeur.

- Odin Alfadhir, Père de Tout !

Père des dieux et des hommes,
Donneur de force et sagesse
Qui marche sur la Terre
Qui se déplace sur la Mer
Qui chevauche le Ciel
Maître des Runes
Maître de la Magie
Toi qui détiens toute la puissance entre tes mains
Toi qui résides dans tous les royaumes de l'être
Rencontre maintenant tes enfants !


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 9 Juin - 12:03



L'eau ruisselait sur le faciès d'albâtre de le l'Impératrice des Terres Infernales. Elle se délectait de cette sensation qu'elle n'avait pas ressenti depuis fort longtemps et qui était pour elle telle une douce caresse. L'espace de quelques instants, la Rose Noire en avait oublié son combat. Un son métallique la ramena à la réalité. Lentement les paupières s'ouvrirent révélant l'étincelant éclat des prunelles émeraudes qu'elle glissa en direction des deux Asgardiens.

Tout deux avaient découvert leur chef, leur casque respectif reposant à terre, et ils la fixaient d'un air plus déterminé que jamais. Elle aimait voir ce genre de regard, et elle se ferait encore plus une joie de voir ceux-ci s'éteindre une fois qu'elle en aurait fini avec eux. Un fin sourire naquit sur ses lèvres au fur et à mesure que l'Alpha s'exprimait.

"- De bien belles paroles que voilà Aukoti Deivams. Mais regarde toi. Une seule attaque de moi, et ton armure est déjà toute fissurée. Car contrairement à ce que tu penses, je ne stagne pas sur mon éternité. Les combats passés, celui d'aujourd'hui, ne font qu'accroître mon pouvoir. Vous ne parviendrez jamais à nous égaler."

Conclut-elle en jetant un regard en direction du Tigre Viking, preuve qu'elle n'était nullement dupe des sombres intentions de Zeta. Les cieux se déchirèrent alors pour venir nourrir de leur colère l'épée tirée au clair de Fafnir. L'ai autour d'elle lui semblait plus lourd, sans pour autant qu'elle ne paresse affecter. L'humidité des lieux était plus dense, plus pesante. Nul besoin de s'interroger sur l'origine du phénomène, elle avait pour nom Sköll. Ce dernier avait intensifié son cosmos qui semblait trouver écho en ce lieu qu'elle jugeait maudit pour les Spectres.

L'eau de la célèbre Cascade des Cinq Pics semblait ne faire qu'un, tel le prolongement du bras du guerrier, ayant adopté une forme draconique. Et tandis que tout deux s'élançaient vers elle, la prière émise par le Tigre trouva, elle, résonance en son coeur ténébreux. Nullement le sien en fait, mais plutôt celui de Callan.

Les sombres cheveux prirent une teinte flamboyante, le regard s'était adouci et le cosmos qui l'enveloppait n'avait plus rien de sombre, au contraire il était tout son contraire, d'un bleu limpide, similaire à celui des glaces. La jeune prêtresse répondait à l'appel qui était lancé, et ses propres lèvres se mirent à reprendre les pieuses paroles.

Sous la puissance de l'attaque d'Aukoti, le corps de la Belle se tordit de douleur, une douleur accrue par celle de Sköll. Autant le dire, foudre et eau ne faisaient pas bons amis. Son corps lui semblait malmené, pourtant, les dégâts avaient été moindre, et elle était restée debout, adressant aux deux Guerriers Divins un sourire qui semblait tout simplement dire merci.

Mais lorsque le premier coup d'épée s'abattit sur elle, tout redevint comme avant, la Lumière fit place aux Ténèbres qui la rongeaient. D'un mouvement vif et rapide, le bras armé de la Divine se tendit pour parer chacun des coups qui ne cessaient de s'abattre sur elle. Que les attaques soient combinées ou non, elle n'avait de cesse de leur opposer résistance.

*Reste à ta place.*

*Pensais-tu réellement que j'allais rester ainsi les bras croiser? Ma place est ici, auprès d'eux. Tout comme tu défendrais tes Spectres, je défendrai mes Guerriers, toute Déesse que tu sois! Plus ils t'affaibliront et plus je serai en mesure de te combattre de l'intérieur. Ce n'est pas à deux adverses que tu as à faire face Perséphone, mais à trois!*


*SILENCE!*


Le regard rageur et plein de colère de la divinité tomba sur le Tigre. Elle avait choisi de faire de lui sa proie. Sous le courroux divin, les lianes apparurent à nouveau, fonçant en direction de Zeta sur lequel elles abattirent toute la colère et toute la haine de Perséphone. Elles frappaient encore et encore, les ronces dont elles étaient armées officiant en lacérant la peau du géant, disparaissant de sa vue pour mieux réapparaitre derrière lui pour le malmener encore et toujours plus. Et lorsqu'elle sentit sa rage apaisée, Perséphone rappela ses fidèles pour les renvoyer de là où elles venaient.





Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 9 Juin - 23:29

    J'invoque Sköll en Mode attaque! Son effet s'active, et je lance un dé!

    Edit : Et bah je perds 2000 points de vie et mon monstre va au cimetière. Youhou!


Dernière édition par Aukoti le Sam 9 Juin - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 9 Juin - 23:29

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Dim 10 Juin - 14:46

    Alors que l'étrange mélopée s'élevait dans les airs, la première réaction de l'Alpha face à la prière de son compagnon fut la surprise. Outre l'étonnement de contempler un tel acte de foi de la part de celui qui semblait être le premier à l'ignorer, c'était le fait que le Fauve connaisse cette vieille aria qui suscitait la stupéfaction d'Aukoti. Dans son souvenir, personne d'autres que sa mère et quelques vieux serviteurs de son domaine connaissaient ces paroles oubliées du commun des peuplades d'Asgard. Qu'entre tous, ce soit également le cas de Sköll...
    Mais une fois la surprise passé, le Dragon se laissa porter par le rythme de la prière à Odin entamée par le Fauve. Se mettant à fredonner le tempo, il ne tarda pas à joindre sa voix à celle de son camarade alors que tous deux faisaient pleuvoir les coups sur la Reine des Enfers. Leur acte sembla avoir un effet imprévu, en plus de les galvaniser : pendant un instant, de nouveau, la présence de Perséphone s'évanouit pour laisser place à celle de Callan, qui semblait les aider, à sa manière. Cependant, ce retour ne fit qui retenir le bras de l'Alpha, en plus de n'être que de courte durée. L'épouse d'Hadès ne tarda pas à reprendre le contrôle du corps qu'elle possédait pour répondre à leurs attaques, forçant le doux sourire de leur Prêtresse à s'effacer et arrachant à Aukoti un douloureux resserrement dans sa poitrine.

    Les deux Guerriers Divins furent forcés de reculer devant la colère manifeste de la Dame Noire. Il n'en fallut pas plus à celle-ci pour déchainer à nouveau son mur de ronces du Sköll, mais cette fois-ci celui-ci avait la distance et le temps nécessaire pour parer cette attaque. Aussi, Aukoti ne s'inquiéta guère pour son compagnon, lui laissant le loisir de s'occuper de ces désagréable plantes qui l'avaient déjà mis à mal. Portant son regard doré sur Perséphone, l'Alpha se remémora plutôt les dernières paroles de celle-ci et, après un bref temps de latence, trouva les paroles justes pour y répondre.

      « Non... Vous êtes dans l'erreur. Même si vos expériences passées nourrissent votre force, votre âme, elle, a depuis longtemps cessé de s'épanouir. Vous êtes aux sommets de l'existence, sans futur, sans espoirs, sans potentiel. Le potentiel de l'âme humaine est, lui, infini. C'est sur cette âme que je vais parier, même si mon armure et mon corps doivent en tomber en morceaux. »

    Alors qu'il parlait avec conviction, le Dragon Noir avait fait enfler son Cosmos sans dévier un instant son regard rivé dans celui de Perséphone. Alexandrite avait disparue, laissant de nouveau la place à Amber, l'épée qui n'avait pas affecté l'Impératrice des Ténèbres lors de leur assaut précédent. Les sentiments mitigés qu'il nourrissait pour son adversaire n'affectait nullement la résolution d'Aukoti. La colère de savoir qu'elle avait volé le corps de Callan et poussé son pays à la guerre. La gratitude de ne pas l'avoir vu utiliser le corps de leur Prêtresse comme bouclier à leurs assauts. La rancune de ne pas la voir prendre la menace qu'ils représentaient au sérieux. Le respect et la pitié dû à sa condition divine... Mais à la fin, seule primait son espoir de retrouver ses terres, en y ramenant à la fois son camarade et sa Prêtresse.

      « ... Toi qui nous donnes
      Tel le miel lumineux d'Asgard
      Les vérités ondoyantes du mythe, de la magie et de la poésie,
      La divine confiance de l'Esprit
      Accorde nous la force de nous maintenir sur les sentiers de la lumière
      Et la sagesse de les reconnaître
      Accorde-nous la capacité de travailler au réveil de notre sang
      De guérir la Terre blessée
      De remplir la grande destinée de notre folk
      Accorde-nous le pouvoir de trouver notre propre et véritable volonté
      Notre propre et véritable Puissance. »

    Alors que Aukoti reprenait la prière déjà commencée par Sköll là où ils s'étaient arrêtés, interrompus par la contre-attaque de Perséphone, la lame de Cosmos à la teinte ambrée qu'il tenait fermement entre ses doigts se mis à croitre, se gorgeant du Cosmos déployé avec violence par l'Alpha. Galvanisé par ses propres paroles, le GodWarrior fit grandir son épée jusqu'à lui donner une taille équivalente à au moins deux fois la taille de Sköll (qui lui-même valait déjà presque deux humains normaux). Une fois l'énergie concentrée au maximum, Fafnir abaissa l'arme devant lui, la tenant comme une lance, et se mit alors à accumuler sa Cosmo-énergie dans ses propres membres. Lorsqu'il détendit toute cette puissance accumulée en une seule fois, cefut pour se volatiliser dans une détonation semblable à un coup de canon.

    Avec une vitesse fulgurante, la gigantesque lame d'Aukoti percuta le bouclier d'énergie de Perséphone, l'éventrant sans rencontrer de réelle résistance pour venir transpercer sa cible de part en part. L'attaque n'avait pas pour but de blesser la Déesse, mais plutôt de briser sa défense et se directement projeter son Cosmos dans son corps pour, de nouveau, tenter de la figer dans le temps. Cependant, encore une fois, il ne s'agissait que d'une épée, même immense. Il restait possible que la Reine infernale parvienne à se défaire de son emprise... Seulement, l'Alpha n'avait aucunement l'intention de lui en laisser la possibilité.
    Les mains du Dragon Noir quittèrent la poignée de son arme pour s'écarter lentement sur les flancs du guerrier. Suivant ce mouvement, une multitude de lames de Cosmos Apparurent autour de Perséphone, toutes pointées vers elle. Une dizaine, vingtaine de copies d'Amber sous sa forme normale étaient apparues sous l'impulsion du Cosmos d'Aukoti. Si la qualité ne pouvait suffire à déborder l'immunité de l'Olypienne, alors il y ajouterait la quantité... Et, d'un mouvement, en rabattant ses paumes l'une sur l'autre ans un symbole d'écrasement, il fit s'abattre la nuée de lames cosmiques sur son adversaire comme de lourdes et acérées gouttes de pluie.

      « Hm... Qu'aviez-vous dis? Que cette attaque n'aurait pas d'effet sur vous? ... Est-ce toujours le cas, à présent? »

    Déliant calmement ses doigts après cet assaut monumental sur la personne de la Reine Infernale, l'Alpha se tint de nouveau droit à observer Perséphone de son regard impitoyable. Faisant un bond de côté, il se tourna ensuite vers son partenaire pour lui envoyer un signal d'un simple hochement de tête. Cette fois-ci, il n'y aurait pas d'erreur. C'était à lui de jouer.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 13 Juin - 8:48

Dans les cieux ne brille qu'un soleil. Sur terre ne règne qu'un Roi !
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 13 Juin - 8:48

Le membre 'Sköll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Autres Lieux :: Cinq Pics de Rozan-