RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mer 13 Juin - 10:43

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Plus que ses lames, c'étaient les paroles d'Aukoti qui transperçaient la Reine Noire de part en part. En son coeur divisé, la noirceur ne pouvait plus régner. Pourtant, la colère qui immergeait son côté maléfique était entièrement dirigée vers le Tigre Noir. Il avait un temps cherché les raisons de cet acharnement, mais avait fini par penser qu'il en était dénué. Comment pouvait-il en être autrement ? Un simple coup d'oeil suffisait à s'apercevoir qu'il était incomparablement plus robuste que l'Alpha. Ce dernier demeurait pourtant indemne, à l'exception de ce qu'il avait subi en s'improvisant bouclier humain. S'était-elle seulement aperçue qu'elle s'attaquait à un mur qu'elle ne pourrait abattre ? Toute divine qu'elle soit, elle demeurait une faible femme, et ce n'était pas d'avoir l'épée d'Hadès à la main qui y changerait quoi que ce soit. Elle n'avait pas la force de la manier, encore moins à présent que son identité véritable menaçait de reprendre ses droits. Sa lame à lui n'était peut-être pas entrée dans l'histoire – bien qu'à ce rythme, cela ne saurait tarder – mais se révélait bien plus efficace.

Les pouvoirs dont elle était dotée lui apportaient un soutien considérable, et s'il en avait douté au début, Zeta était désormais certain qu'elle palliait magnifiquement bien à l'absence de sa Fenrir d'antan. Perséphone aurait beau frapper de toutes ses forces, jamais il ne porterait les traces de cet affrontement. Lui causer une blessure dont il serait incapable de se remettre n'était pas en son pouvoir. La majorité des plaies qui jonchaient son corps s'étaient déjà refermées sans laisser de traces, hormis celles du sang séché dont il s'était lui-même maculé. Les lianes qui le martelaient n'eurent pas plus d'effet que les précédentes, et il n'eut qu'à tenir son épée pour que quantité d'entre elles soient réduites en cendres. Tant que l'épée volcanique reposerait au creux de ses doigts, sa fureur végétale serait vouée à l'échec. Il n'en retira guère plus que des éraflures, certes sanglantes mais qui auraient tôt fait de se refermer. L'énergie prélevée à la déesse l'y aiderait sûrement. Mais les plantes redoutaient tant le feu que la glace, aussi se faisait-il un devoir de purger les environs des derniers vestiges de cette attaque.

- Désolé de te le dire, mais t'es tombée sur la mauvaise personne. C'est pas avec tes plantes en pot à la con que tu vas réussir à me faire mal. Ce que tu as en face de toi, c'est une force avec laquelle il faut compter. Une armée de deux personnes avec ses propres règles. Tu nous as pris pour qui ?

Le souffle glacé se répandit autour de lui en cercles concentriques. Il n'avait pas eu besoin d'un seul geste pour générer cette vague de froid, et son efficacité n'en était nullement réduite. Au contraire. La chaleur qui avait réussi à reprendre le dessus s'effaça en une fraction de second pour céder sa place à une nouvelle ère glaciaire, sous le règne de laquelle ses chers végétaux n'auraient d'autre choix que de s'éteindre à tout jamais. Une inquisition qui enchaîne et glace tous les esprits. Et en dépit de son essence divine, elle n'y échapperait pas. Aukoti avait élevé ses compétences de maître d'armes à un plus haut niveau pour l'entraver, c'était au tour de Sköll d'en faire de même pour la sceller dans la glace. La vapeur blanche qui émana de ses lèvres le conforta dans cette prise de pouvoir sur cet espace inconnu. Une bribe de souvenir lui revint en mémoire tandis que le givre achevait de prendre possession des lieux.

- L'Enfer c'est le Froid, le Froid terrible qui glace jusqu'à l'âme.

L'espace d'une seconde, la Dame Noire était redevenue celle qu'elle avait été autrefois. Soit la prière l'avait touchée en plein coeur, soit les coups répétés dont l'accablaient leurs forces conjuguées commençaient à la faire ployer. Dans les deux cas, il n'était pas question de se relâcher : ils commençaient à entrevoir l'espoir d'une fin heureuse. Pour sa part, Sköll n'y prêtait guère attention. Là où Aukoti mettait tout en oeuvre pour la ramener, il était peu soucieux de la finalité de cette ultime bataille. Si sa mort devait être la clé d'une nouvelle ère de paix, il serait sans aucune pitié au moment de porter le coup de grâce. Une poignée d'heures auparavant, il n'aurait vu d'inconvénient à la laisser filer que le fait de ne pouvoir l'ajouter à son tableau de chasse. Depuis, les choses étaient différentes. Sa mentalité avait changé. Il ne souhaitait plus partir en guerre. À présent, il avait un avenir à construire. Et ce même s'il devait en poser la première pierre avec du sang sur les mains.

La croissance faramineuse de la Star Sword l'avait impressionné, il ne s'en cachait pas. Mais Aukoti savait qu'il ne devait pas s'attendre à un compliment de sa part – l'heure n'y était de toute façon pas. Plutôt que par des éloges, c'était par la surenchère qu'il allait y répondre, comme lors de leur duel au sommet. À la différence des épées d'Aukoti, la sienne ne pouvait croître démesurément à sa guise. Elle s'était spontanément adaptée à son porteur et il était fort probable qu'elle conserve cette forme jusqu'à changer de main. Aussi préféra-t-il y insuffler quantité d'énergie pour la voir monter en puissance à une vitesse vertigineuse. Bientôt, elle ne parait plus solide tant le rayonnement est intense autour de la lame. L'épée ardente n'est plus qu'un immense brasier, dont l'étendue n'avait rien à envier la lame paralysante dont son comparse avait frappé Perséphone un instant plus tôt. Et s'il avait pris soin de l'épargner au moment de frapper d'estoc, le géant des glaces ne risquait pas d'avoir la même prévenance. Prisonnière des glaces – du moins le pensait-il – l'épouse d'Hadès ne pourrait se soustraire à son jugement flamboyant.

- Disparais dans les Ténèbres !

Sans une once de délicatesse, il abattit son épée dans une explosion de chaud et de froid, l'étuve se lançant dans un âpre duel avec le froid polaire qu'il avait lui-même répandu.Il venait d'éveiller les affres d'un cataclysme. Des colonnes de flammes surgissant du sol, rugissant jusqu'au firmament et faisant pleuvoir une véritable pluie de destruction. Un océan de mort et de flammes qui embraserait toute forme de vie connue jusqu'à la ligne d'horizon.

Un regard incendiaire, et tout est calciné...


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 16 Juin - 10:49




Inlassablement, les deux Ases poursuivaient leur combat, ne cédant nullement sous les assauts de la fille de Zeus et de Déméter. Ses lianes ne semblèrent pas avoir l'effet escompté sur le Tigre d'Asgard, mais peu lui importait. Pendant qu'il s'affairait à se battre contre ses plantes, elle avait tout le loisir de discourir avec l'Alpha. Tout du moins était-ce l'image qu'elle voulait donner, même si ce dernier semblait en avoir décidé autrement.

En effet, les suites de la litanie sortirent de la bouche de Fafnir. Mais cette fois-ci, elle s'y était attendue et musela en elle la prêtresse qui semblait attendre la moindre petite faiblesse de sa part pour reprendre le dessus et son corps. A nouveau ce dernier brandissait son épée à la teinte ambrée, lui faisant atteindre une taille époustouflante, avant qu'il ne l'abatte en sa direction pour percer le bouclier des Quatre Saisons.

Lentement, les iris de jade quittèrent le guerrier pour glisser en direction de son flanc. Là, la traversant de part en part, la lame faisait son office, laissant le fluide vital s'échapper des plaies. La Rose des Enfers pouvait sentir que son corps se refusait à bouger. Ses mains vinrent se poser sur l'épée du guerrier qu'elle retira d'un geste sec avant de la laisser tomber à terre, avant de se presser sur la blessure.

Pourtant l'assaut était loin d'être fini. Déjà Aukoti était sur elle, usant de son arme de prédilection pour la combattre une fois de plus. Mais il fallait bien plus à la Déité pour l'empêcher de se mouvoir. Et lorsque l'épée s'abattit sur elle, elle para, levant son bras armé de la Sombre lame pour se protéger des coups répétés tout en conversant avec son adversaire.

"- Et qu'en est-il de ton âme guerrier? N'est-elle pas elle-même rongée? Habitée? Il semblerait que Callan et toi ne soyez pas si différents l'un de l'autre au final. Dis-moi comment se porte cette très chère Hel? Quant à ton attaque, je répondrai juste qu'il faut savoir faire des choix dans la vie."

Se disant, elle coula une œillade en direction du Tigre qui s'apprêtait à entrer en lice. Lorsque l'air autour de lui se refroidit, les lèvres de l'Impératrice s'ourlèrent d'un sourire entendu. C'était cet instant qu'elle attendait. Et tandis que Zeta faisait de l'esbroufe, elle ne put qu'observer.

Lorsque l'attaque faite de feu et de glace vint vers elle, elle ne put qu'être spectatrice de sa propre faiblesse. En partie tout du moins, car avant que le feu ne vienne a elle, elle eut le temps de planter avec violence et fracas la Sombre Epée d'Hadès à terre. De cet acte, naquit d'immense flammes noires qui firent barrière à celles nées de l'épée de Sköll. Elle avait commis une erreur, et le reconnaissait. A nouveau la glace vint la recouvrir. La violence de l'attaque envoya la Rose au sol.

Pourtant ce n'était pas fini. Les flammes disparurent, ne laissant à la vue des deux adversaires qu'une Perséphone qui se redressait et essuyait le sang qui perlait au coin de ses lèvres. Elle n'avait pourtant rien perdu de sa superbe, ni de sa fierté.

"- Laisse moi te dire que tu ne connais rien de l'Enfer ni des Ténèbres, pauvre fou que tu es. "


Bientôt, oui bientôt, elle serait à nouveau libre de ses mouvements, et alors elle déchainerait sur ces deux misérables toute son ire.



Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Jeu 21 Juin - 22:07

    Bazinga!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Jeu 21 Juin - 22:07

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 22 Juin - 1:33


["agrandir" pour meilleure qualité son]
    Alors que la pluie de lame s'abattait sur Perséphone, Aukoti lui tourna le dos, se contentant de ressentir l'énergie de son adversaire pour guider ses Star Swords alors qu'il s'éloignait de plusieurs mètres. Il sentit cependant ses armes se briser une à une, bloquées par la puissance sans commune mesure de l'épée du Seigneur des Enfers. Ainsi, même avec une telle puissance, son attaque n'avait pas eu d'effet? ... Non. Perséphone était belle et bien figée sur place. Ce n'était qu'en poussant son Cosmos au maximum et par la force de son opiniâtreté qu'elle pouvait encore bouger suffisamment pour bloquer ses coups. Cela ne durerait pas, et Sköll n'aurait d'aucune manière à craindre d'une contre-attaque de sa cible. Ce qui préoccupait d'avantage le Guerrier Divin d'Alpha, c'étaient les paroles de la Reine Noire. Son âme...? Que savait-elle à ce sujet? Faisait-elle référence aux monstres qui sommeillaient en lui, ou bien avait-elle simplement sentis l'aura de Hel qui hantait son médaillon? ... Dans un cas comme dans l'autre, ces questions n'avaient rien à voir avec leur duel. Aussi, Fafnir se contenta-t-il de les repousser pour se concentrer sur l'essentiel. Perséphone ne parviendrait pas à le déstabiliser avec si peu.

      « ... Elle ne s'est pas manifestée depuis un moment. Et ce serait mentir que de dire que je le regrette. Je crains fort cependant que votre sollicitude ne soit malvenue en une telle situation. Vous devriez avant toute chose vous inquiéter pour vous-même, Déesse. »

    Sans même un regard pour Sköll, Aukoti laissa celui-ci mener son assaut avec brio. De nouveau, Zeta modela le terrain à sa guise pour transformer l'étrange paysage qui les entourait en ersatz de la toundra gelée d'Asgard. Terres et cieux furent secoués par cette vague de Cosmos, et l'instant suivant la pluie qui tombait drue autour d'eux se muait presque immédiatement en neige fine et légère, voletant dans le désordre autour de leurs silhouettes qui se démarquaient dans ce spectacle étonnant. Pendant un bref instant de silence, Aukoti leva la paume de sa main vers le ciel, regardant deux flocons s'y loger avant de fondre à la surface chaude de sa GodCloth. Alors que ses doigts se refermaient, l'Alpha se surpris à penser à sa patrie, Asgard, dans laquelle il ne pensait avoir aucune attache particulière et qui, pourtant, évoquait dans ses tréfonds un distant sentiment de nostalgie.
    Il voulait revoir cette neige éclatante.

    L'Alpha se retourna. Le brasier noir qu'avait levé Perséphone pour se défendre de l'assaut brutal du Fauve achevait de se consumer. Sa créatrice elle-même, jetée à bas de son piédestal, se relevait avec lenteur, encore sous les effets d'Amber. Un fin filet écarlate s'écoulait de ses douces lèvres. Elle saignait. Elle faiblissait, bien malgré elle. Sans s'en rendre compte, elle leur livrait là l'ouverture qu'ils attendaient tous deux, le signe que les Dieux pouvaient être touchés par les mortels. Il fallait asséner un coup décisif, battre le fer alors qu'il était encore chaud. Aukoti et Sköll étaient habités par la même pensée, le même sentiment, et l'écho qui se répercutait dans leurs corps et leurs âmes leur faisait sentir que cet instant était arrivé. Le Dragon et le Tigre allaient pousser ensemble un rugissement à en faire trembler les Cieux eux-mêmes.
    Les deux Guerriers Divins se rejoignirent pour se tenir côte à côte. On ne pouvait pas dire que les deux hommes étaient semblables. Cela, le premier coup d’œil suffisait à le vérifier... Qu'il s'agisse de leurs physiques, leurs mentalités ou leurs destinées, tout semblait s'accorder à les séparer. Mais au-delà de leurs différences, Sköll et Aukoti avaient surmonté de nombreuses épreuves en se tenant sur le même front. Les cicatrices qu'ils arboraient étaient les mêmes, et ils étaient même allés jusqu'à se les infliger entre eux. Là était la réalité de leur lien : le sang, la douleur, la force, l'âme. Un lien qui supplantait sans mal ceux qui les rapprochaient par leur terre d'origine commune ou la filiation de leurs armures. C'était ce lien qui était mis à l'épreuve au cours de ce combat, plus encore que leurs forces individuelles. Le temps était venu d'en offrir la preuve matérielle en offrande sur l'autel de la déchéance des Dieux de l'Olympe.

      « Oui, nous sommes fous. Nous avons traversé chaque prison des Enfers pour nous trouver devant vous aujourd'hui. Nous avons contemplé le désespoir et les ténèbres sur lesquelles vous régnez, et nos âmes s'en sont nourries. Et nous les avons jugé... Décevants. Nos Cosmos sont bien plus sombres, bien plus profonds que cela! »

    Alors qu'il parlait, Aukoti avait invoqué toutes ses Star Swords qui s'étaient matérialisées dans son dos, comme un mur de lames au garde à vous devant leur Maitre. Dans un mouvement de rotation, toutes les épées astrales aux couleurs vives vinrent se fondre en une seule lame, puissante, aveuglante. La lance de Cosmos pur qui venait de se loger dans la paume de l'Alpha semblait vibrer tant l'énergie brute qu'elle dégageait était énorme. Fafnir était en position, prêt à la lancer sur son ennemie, mais il n'en fit rien. Au lieu de ça, en gardant son regard doré rivé dans celui de Perséphone, il attendit que son frère d'armes pose à son tour sa main sur le manche de sa lance pour ajouter sa patte de force primaire à l'ouvrage. Dès que le Fauve Noir injecta son Cosmos à Gungnir, l'arcane terrible de l'Alpha, celle-ci vira immédiatement du blanc éclatant au noir le plus profond. Des éclairs grisâtres se mirent à parcourir sa silhouette alors que celle-ci se métamorphosait. Plus longue, plus large, la lance du Divin Odin obtint par cette métamorphose des formes bien plus torturées et agressives que d'ordinaire. Ses contours semblaient onduler sous l'effet de l'énergie en fusion dont elle était porteuse, avatar de la destruction pure dépassant celle de la fission atomique. Gungnir semblait vivante, grondante, prête à s'élancer lorsque les deux combattants en parfaite symbiose la lanceraient comme un seul homme.

    « DARK ... »

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 26 Juin - 16:59

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Même une fois coupée, la tête du loup peut encore mordre. Nul proverbe n'était plus adapté que celui-ci à la situation actuelle. Clouée sur place, Perséphone ne pouvait plus s'en prendre à eux qu'avec sa langue de vipère. Ce répit serait de courte durée, car même si l'effet paralysant dont était enduite la lame d'Aukoti était tenace, ils avaient tout de même affaire à une divinité. Il ne faudrait qu'une poignée de secondes pour qu'elle puisse se mouvoir librement. Aussi, leur réaction ne s'était pas faite attendre. Ils devaient en profiter pour frapper un grand coup avant qu'elle soit en mesure de riposter. S'ils passaient à l'offensive, même ses capacités défensives ne lui seraient d'aucune utilité. Sköll resta de marbre à ses invectives. À ses yeux, tenir pareil discours dans une position telle que la sienne était risible. Courageux, mais stupide. Si elle espérait leur faire peur, c'était un échec cuisant. Sa détermination s'en trouva renforcée.

Pour peu que la proie en vaille la peine, les provocations avaient toujours eu sur lui l'effet escompté. Non pas parce qu'il fonçait dedans tête baissée – quoique – mais parce qu'il savait pouvoir y répondre sans que cela le mette en danger. Là où les Spectres avaient besoin d'être sous la domination de la Dame Noire pour bénéficier du précieux don d'immortalité, le sien était inné. S'il versait dans l'excès de confiance, c'était parce qu'il pouvait se le permettre. Rien de plus. Cependant, il devait bien admettre que l'acharnement de la reine régente commençait à mettre ses nerfs à rude épreuve. Si au moins elle pouvait faire preuve d'originalité dans le choix de ses cibles. En d'autres circonstances, il aurait été flatté d'une telle fixation, mais elle était en l'occurrence plus irritante qu'autre chose. C'était à se demander quel sens caché il pouvait y avoir à ce geste irrationnel – il était pourtant évident qu'il était plus robuste qu'Aukoti et qu'elle aurait nettement plus de mal à avoir raison de lui.

Non pas qu'il souhaite à l'Alpha de prendre les coups à sa place, mais ne l'avoir pas constamment sur le dos aurait été un grand soulagement. Cela dit, le meilleur moyen de ne plus avoir à s'en soucier était encore de mettre fin à ses jours. Une solution qu'il ne pouvait qu'approuver. Il lui tardait de trancher la chair et broyer les os, de sentir le corps voler en éclats sous sa lame et subir le jugement des flammes. Elle s'en était protégée jusque là à grands renforts de ruses et de subterfuges mais n'y échapperait pas indéfiniment. L'allusion à Hel retint son attention. N'était-ce pas à cause d'elle qu'il s'était adressé à Aukoti pour la toute première fois ? Sans cette altercation avant même le début du combat, peut-être ne se serait-il pas déroulé de la même manière. Peut-être ne seraient-ils même pas en train de combattre côte à côte. Aussi, l'absence de son « ennemie imaginaire » coûterait peut-être plus cher à Aukoti qu'il ne le pensait.

- Tu as sombré dans la folie bien plus que je ne le pourrai jamais. Les ténèbres ? J'y suis déjà allé. C'est très surfait. J'y ai appris que les ténèbres ne sont pas l'absence de lumière, mais l'effroi causé par son éclat. Elles incarnent les peurs et je n'en connais aucune. Je n'ai rien à craindre de toi. Tu brandis des menaces, mais... Et toi ? Es-tu capable d'affronter tes peurs ?

Son corps se stria d'éclairs. Sa précédente tentative n'avait guère été concluante, mais la dernière passe d'armes avait changé la donne. À présent, il pouvait dépenser sans compter son énergie, car il était sûr que son entreprise serait couronnée de succès. Elle était sans doute encore en mesure de faire obstacle à une de leurs vagues d'assaut, mais ne pourrait rien face à leur force combinée. D'anciens adversaires, ils étaient devenus des alliés – elle, la chasseuse, était devenue la traquée. Ils se battaient au nom d'une cause commune, mais cela ne voulait pas dire que leur rivalité avait cessé d'exister. Et c'était justement cette constante opposition qui donnerait à cette technique la force de pourfendre l'obscurité, et avec elle celle qui lui donnait naissance. Sköll sentit un flot d'énergie à nul autre pareil lui traverser le bras et se propager à tout son corps.

Son cosmos d'un blanc éclatant ne fut bientôt plus qu'un souvenir, car la pureté de sa couleur fut chassée au profit d'une incoercible noirceur. Puisqu'elle prétendait juger de sa maîtrise des ombres, il n'avait plus qu'à lui montrer les ténèbres de son âme. Même ses Spectres les plus dévoués n'en avaient pas d'aussi sombres. Tel était le coeur d'un fils de Parjure, d'un Déicide en devenir. La foudre elle-même perdit de son éclat pour mieux se laisser corrompre, et ainsi recevoir cette force obscure qui s'écoulait à travers son porteur. Bien qu'il soit sur le point de semer la destruction, le colosse demeurait imperturbable, d'un calme si souverain qu'il en était inquiétant. Enfin, sa voix s'éleva par-dessus le fracas électrique. Sa puissance ne cessait d'augmenter et continuerait de le faire jusqu'à atteindre le stade critique où il n'aurait plus d'autre choix que de la déverser en une catastrophe de fin du monde.

- Si c'est pour dire des conneries, tu ferais mieux de la fermer. Tu ne sais pas qui je suis. Je suis l’épée dans les Ténèbres. Je suis le veilleur aux remparts. Je suis le feu qui flambe contre le froid, la lumière qui rallume l’aube, le cor qui secoue les dormeurs, le bouclier protecteur des royaumes humains. Je voue mon existence et mon honneur à ta destruction, et je les lui voue pour cette nuit-ci comme pour toutes les nuits à venir !

Dans un grondement de tonnerre, sa foudre noire alla s'ajouter à la lance acérée qu'avait façonné le cosmos de Fafnir. S'il n'avait pas été aussi serein, il aurait été susceptible de croire que l'alliance de ces deux superpuissances pouvait se rompre à chaque instant et finir par les tuer avant d'avoir atteint sa cible. Mais ce ne serait pas le cas. Il avait l'intime conviction que leur équilibre ne pourrait être brisé et que cette pointe mortelle arriverait à destination sans causer de mal à qui que ce soit d'autre que sa destinataire. Un sourire féroce éclaira le visage de Sköll : à présent, ils allaient bien voir si sa foudre était aussi dérisoire qu'elle voulait bien le laisser croire. Les arêtes étaient si anguleuses qu'on les aurait cru assez tranchantes pour faire perdre un membre à tout être qui aurait le malheur de les effleurer. Sa couleur était d'un noir si profond, si intense qu'il suffirait à quiconque d'y poser les yeux pour sentir s'éveiller la peur d'y perdre son âme. Dans son ascension au sommet du pouvoir, la pertuisane damnée s'animait de crépitements colériques.

C'était une arme de destruction comme on n'en avait jamais vue, une lance cosmique qui brisait les règles établies pour enfreindre l'interdit divin. Si les plus nobles des Chevaliers pouvaient tomber en disgrâce pour avoir fait appel à l'Athena Exclamation, il était tout à fait probable qu'ils encourent une sanction exemplaire du même calibre pour avoir créé cette abomination. Zeta ne s'en cachait pas : pour sa part, il n'en retirait qu'une immense fierté. Il avait été maudit à la naissance et était sur le point de se venger du destin en abattant l'un de ceux qui l'avaient fait naître sous cette sombre étoile. Pour sa part, Aukoti n'était guère mieux loti, forcé d'endurer la compagnie de Hel – on l'aurait maudit à la place qu'il y aurait gagné au change. Ils allaient au combat avec cet instrument de mort, sans avoir à en craindre les conséquences. Il était trop tard pour reculer, mais trop tôt pour crier victoire. Dans un hurlement rageur auquel se mêla le roulement frénétique du feu du ciel, il projeta cette lance du désespoir.

...HOWLING !


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Jeu 28 Juin - 22:16



Douleur. Souffrance. Oui son corps tout entier n'était plus que cet ensemble de sensations. Les coups pleuvaient et s'abattaient encore et encore, avec acharnement, sans lui laisser le moindre petit instant de répit, symbole de la détermination sans faille qui auréolait les deux guerriers divins.

Ils l'avaient conduite là où ils désiraient, profitant de l'avantage qu'elle leur avait donné en commettant une erreur de tactique,pour lui asséner leur attaque combinée. Le sang de perlait plus, il giclait. Mais tandis que d'autres se seraient effondrés, Perséphone, elle restait debout. Par soucis de fierté? De leur prouver que malgré tout leurs beaux efforts elle se tenait encore là, bien droite? A moins que ce ne soit les deux? Car tout comme le roseau, la Déesse ployait mais jamais ne se brisait, symbole de sa propre détermination et d'un pouvoir qu'ils n'étaient en mesure de comprendre.

Lorsque les Asgardiens se jetèrent sur elle pour lui asséner une série de coups de par leurs lames respectives, à nouveau, elle mit tout en œuvre pour parer leurs assauts. pourtant il lui semblait que ses parades étaient plus lentes. On aurait pu croire qu'il s'agissait là d'une marque de faiblesse suite aux blessures qui lui ont été infligé, mais la divinité, elle, savait que ce n'était pas cela. Elle n'était pas finie, elle n'avait pas tout donné, elle pouvait faire plus, oui beaucoup plus que ce qu'elle avait fait jusque là. Ce ralentissement de mouvement elle ne l'expliquait que d'une seule façon:

*Veux-tu cesser cela tout de suite!*

*Je te l'ai dis, tu n'as pas deux adversaires, mais trois!*

*Ne fais pas l'idiote veux-tu? Que comptes-tu faire? Mutiler ton propre corps? C'est tout bonnement stupide.*

*Je n'accepterai jamais d'être un simple jouet entre tes mains Perséphone, sache le. Tout comme eux. Il y a trop de haine et de rancoeur en toi. Tu es fille de la Terre non? Alors pourquoi veux-tu voir sa création détruite? Qu'est-ce que tu déteste tant en elle? Serait-ce parce que pendant toutes ces années tu as vécu dans les Ténèbres, toi qui était un être lumière?*

Ces paroles touchèrent et ébranlèrent la fille de Déméter bien plus qu'elle ne l'aurait voulu.

"-Tais-toi! Tu ne sais rien!"

Elle s'était exprimée à voix haute cette fois-ci et sitôt que les mots franchirent la barrière de ses lèvres, son cosmos se fit plus écrasant encore. Il était fort probable que ses propos intrigueraient les deux combattants d'Odin, mais elle n'en avait que faire. Les iris émeraudes se reportèrent sur ses ennemis. Ses barrières étaient toujours là, bien qu'ils s'étaient évertués à vouloir la détruire. Sans qu'elle ne prononce un mot de plus, les lianes surgirent à nouveau pour venir s'abattre une fois de plus sur l'homme sur lequel elle s'était acharnée depuis le début de ce combat: Sköll de Zeta. Pourquoi un tel acharnement? Elle-même l'ignorait. Mais une chose était certaine, elle détestait son air suffisant, tout comme son ton acerbe et détaché de tout.

De tout? Non peut-être pas. Elle eut un sourire, se rappelant le début du combat aux Enfers. Il avait alors confié son saphir à cette guerrière qui était alors avec eux. Bien, il était donc attaché à elle. Fort bien, une fois qu'elle en aurait fini avec ces deux, elle veillerait à sceller le sort de la Demoiselle.




Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 29 Juin - 13:01

    2ème service!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 29 Juin - 13:01

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 30 Juin - 1:57

    La Lance Noire avait déchiré l'air dans un hurlement violent et brutal sans pareil. Rien n'avait résisté à son passage : les flocons de neiges tombant du ciel avait purement et simplement été vaporisés, alors que la terre elle-même s'était retournée devant l'outil déicide. Désormais, c'était une petite vallée rectiligne qui séparait la position des deux Ases de celle de leur cible, témoin à elle seule de l'intensité surpuissante de leurs Cosmos. Et pourtant... Pourtant ce n'était pas encore assez. La conscience de Perséphone était encore présente, trop pour permettre à Aukoti de ramener Callan... Il en fallait plus. Un peu plus. Toujours plus. L'Alpha avait pourtant pris un risque énorme en mettant ainsi en danger le corps de sa Prêtresse. Jusqu'où lui faudrait-il aller? Que lui faudrait-il inventer? En toute honnêteté, le Dragon Noir commençait à être à court de stratégies et de stratagèmes...
    Mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'il avait déjà abattu toutes ses cartes.

    L'état actuel de Perséphone ne faisait que démontrer aux yeux de ses opposants à quel pointe la prétendue invulnérabilité divine était surfaite. Son corps était blessé, son bouclier ne la protégeait plus de grand chose et ses attaques, répétitives, étaient de moins en moins efficace. La situation échappait à l'Olympienne, et il était temps de le lui faire comprendre en maintenant la pression jusqu'à la faire craquer. Aukoti et Sköll s'étaient alors engouffré dans l'ouverture que leur avaient offert la Déesse pour déclencher une série d'attaques qui, cette fois, s'étaient montrées couronnées de succès. Les mouvements de la fille de Zeus s'étaient fait plus lent, plus désordonnés... Les paroles qu'elle leur livraient semblaient également aller dans ce sens. Mais ces mots leur étaient-ils seulement destinés? Plus l'Alpha observait la Déesse, plus il lui semblait que celle-ci se laissait gagner par le doute, comme si elle se battait contre elle-même... A mon que ce ne soit... ?
    Aukoti ne put jamais aller jusqu'au bout de cette pensé. Pulvérisant le sol recouvert de givre, une nouvelle vague de ronces s'étaient élevé comme un ras-de-marée devant eux. Les plantes torturés et menaçantes ne parurent cependant pas uniquement comme une menace pour Fafnir qui y vit également une occasion à saisir. Les cartes qu'il avait encore en main étaient ses atouts, et il était temps de les poser sur la table. Posant sa paume devant Zeta, le GodWarrior intima à son frère d'armes de ne pas bouger face à la déferlante qui allait s'abattre sur eux. Se doutant que ce simple geste ne suffirait pas à calmer les ardeurs de Sköll, Aukoti tourna la tête vers lui et riva son regard doré dans le sien, dénué de toute peur ou doute.

      « Ne bouge pas. »

    Dans l'instant, les ailes écailleuses qui reposaient repliées dans le dos de sa GodRob se libérèrent, majestueuses. Immédiatement, la silhouette d'Aukoti s'éleva dans les airs en décrivant un mouvement de spirale. Étrangement, toutes les plantes invoquées par Perséphone le suivirent, comme des insectes attirés par une lumière dans l'obscurité. La course-poursuite continua quelques instants jusqu'à une hauteur plutôt vertigineuse, puis les plantes de Perséphone rattrapèrent leur proie pour le frapper à pleine puissance. En plusieurs endroits, l'armure de l'Ase vola en éclats et les ronces s'engouffrèrent pour lacérer et transpercer la fragile poupée de chair qu'il était, le conduisant à l'article de la mort.

    Et c'était exactement ce qu'il voulait.

    Crachant du sang, empalé sur son propre orgueil, le Dragon invoqua devant lui la Star Sword Amber, celle qui lui donnait prise sur le cours du temps. Pourtant sa main jusqu'à sa lame, ce fut avec surprise que l'Alpha se mit à serrer celle-ci jusqu'à y faire apparaitre des fissures d'énergie et la briser dans un tintement de cristal. Immédiatement, un étrange phénomène se produisit. Une marque luisante en forme d’œil se matérialisa sur le front d'Aukoti, et les ronces autour de lui se flétrirent jusqu'à redevenir poussière. Dans le même instant, le sang et la chair brisée de l'Alpha se reformèrent, ainsi qu'une partie de son armure, lui épargnant ainsi toute blessure mortelle. Alors que les ronces achevaient de se désintégrer, ce fut la silhouette d'un Guerrier Divin au sommet de sa puissance, affranchi de ses entraves et des règles du temps, qui redescendit pour se positionner aux côtés de son comparse.

      « Sköll! Elle est en train de faiblir! C'est le moment... Encore une fois! »

    Aukoti avait parlé d'une voix éthéré, comme possédé à son tour par une étrange entité... Sauf qu'au contraire de Perséphone avec Callan, cette entité n'était pas étrangère à son corps, et faisait bel et bien partie de son être. Continuant à léviter avec ses ailes déployées, l'Alpha reprit la même position de précédemment et invoqua de nouveau ses Star Swords, même celles qui avaient été brisées, pour former une nouvelle fois la lance de lumière qui était son attaque emblématique. De nouveau, Zeta joignit sa patte à l'ouvrage pour donner à l'arme la même forme obscure et violente que précédemment. Une telle attaque, unique en son genre, n'aurait pas dû être lancée ainsi de suite comme si de rien n'était, mais Sköll comme Aukoti avaient depuis longtemps dépassés leurs limites. La synergie de leurs forces et de leur Cosmos les avait mené à un degré de puissance qu'aucun d'eux n'aurait pu rêver obtenir indépendamment de l'autre, la même pensé qui les habitait ne faiblissait ni ne s'oubliait. Ils n'auraient de cesse de se relever et d'attaquer toujours plus fort jusqu'à faire tomber leur adversaire, et ils avaient bien l'intention de marquer leur résolution dans la chair de celle-ci, par leurs armes comme par leurs mots.

      « La voie du Guerrier, au croisement des chemins de l'Homme et de la Bête! »

      « Se joindre à l'ennemi d'hier pour écraser le Destin, et toucher le futur de nos propres mains! »

      « Transperçant l'Infini et la Fatalité! »

      « Nos cris de vie résonnent aux quatre coins du Cosmos! »

    « DARK HOWLING ! »
    Encore une fois, ce fut la mort et la destruction qui vint déferler sur cette terre maudite.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 3 Juil - 9:36

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Enfin, leur attaque avait porté.
Enfin, l'espoir pouvait renaître.
Enfin, les masques étaient tombés.

Le visage déformé par la colère, Perséphone fulminait de sa propre faiblesse. Des mortels avaient osé lever la main sur sa divine personne, et elle n'était de toute évidence pas encline à pardonner. Un tel crime ne resterait pas impuni, et déjà la sanction se préparait à tomber. Sköll n'avait cependant aucune crainte. En plus de tout ignorer de la peur, il avait obtenu la preuve qu'elle n'était pas invincible. À compter du moment ou un être peut saigner, cela signifie qu'il peut aussi périr. Cette notion lui avait été inculquée dès ses plus jeunes années, bien qu'il n'eut jamais pensé à l'époque que cela puisse un jour lui servir dans des circonstances qui défient les limites de l'imaginable. En ce temps, il ne savait rien du cosmos. Monstre en devenir, il n'était qu'une bête sauvage. Condamné à déchiqueter de ses crocs la gorge de qui oserait le défier, à se repaître de ceux qui voudraient le soumettre.

En vérité, il n'était alors qu'un animal apeuré. Pas par la réaction de ses pairs, non ; par son propre pouvoir. Par cette force sans limite qui jaillit du plus profond de son âme. Enfin, le moment était venu d'en tirer profit. On l'avait nommé "Destructeur" et il ne faillirait pas à sa réputation. Toutefois, il ne serait point question de l'en blâmer cette fois. Car nul n'ignorerait sa participation au combat qui a décidé du sort du monde. Car la gloire l'attendait au bout du chemin. Il émanait de lui une force obscure d'une puissance remarquable, mais il redoutait de ne pouvoir la contrôler. Être sous l'emprise de cette énergie négative lui inspirait le sentiment d'avoir la tête sous l'eau et de la sentir, glaciale, s'infiltrer dans ses poumons. Son esprit était en train de suffoquer. Non sans un effort de volonté de sa part, Zeta réussit à ignorer cet aspect déplaisant pour se focaliser sur la suite des événements.

Il aurait été si simple de refouler ses pulsions enfouies pour ne plus avoir à endurer cette pression mentale... Mais cela lui était impossible. Relâcher sa concentration alors qu'elle avait recouvré toute sa mobilité signerait son arrêt de mort. Et si cela devait se produire, le sort de l'Alpha ne serait sans doute guère différent. Par chance, il était aussi résistant sur le plan mental que physique. Il aurait ainsi la possibilité de tenir un certain temps, même si ce désagrément ne faisait que le confort dans l'idée qu'ils devaient en finir le plus rapidement possible. Toutefois, Perséphone ne sembla pas de cet avis. En plus du poids de ses blessures, avoir été immobilisée n'était pas pour lui plaire. Une fois de plus, la terre s'ouvrit sur son ordre pour qu'en sorte une nuée de ronces. Le Tigre Noir poussa un soupir de résignation et attendit d'en être victime - car il ne pouvait en être autrement.

- Qu'est-ce que tu branles ?!

Pour une raison obscure, Aukoti avait cru bon d'intervenir. Le Fauve d'Asgard resta perplexe. Il était pourtant convaincu qu'elles ne lui perceraient pas plus la peau que les deux fois précédentes. Fafnir aurait-il décelé dans cet assaut un danger que lui-même n'aurait pu soupçonner ? L'élu de Mizar n'eut pas le temps de l'interroger. La gravité de ses blessures continua cependant de le faire douter du bien fondé de sa démarche. Là où Sköll s'en serait tiré sans une égratignure à peu de choses près, il ne s'en remettait que péniblement, et les séquelles apparentes n'avaient rien de rassurant. S'il n'en laissa rien paraître, le géant des glaces regretta de ne pas l'avoir écarté de la trajectoire de l'attaque, quitte à devoir lui décocher un formidable coup de pied pour ce faire. Mais il était trop tard à présent, et le Briseur de Soleil se surprit à souhaiter que cette initiative ne mette pas en péril leurs chances de réussite.

Un laps de temps que son partenaire mit à profit pour reprendre des forces. Grâce à leur diversité, ses Star Swords avaient le mérite d'être utiles en toute occasion. Pour avoir gravé le souvenir de chacune d'elle dans sa chair, Sköll était bien informé. Il aurait presque regretté de n'avoir pas, lui aussi, un tel arsenal à disposition. Mais sa force brute était bien suffisante pour pallier à ce manquement. Pour faire bonne mesure, il intensifia sa cosmo-énergie jusqu'à son paroxysme. Le sol se cristallisa sous ses pieds jusqu'à n'être plus qu'une vaste étendue de givre. Le froid régnait en maître absolu sur les Cinq Pics de Rozan, qui depuis des siècles échappaient à l'emprise du temps. Il lui avait promis un Enfer de Glace et allait tenir parole. À peine jaillis du sol, des épieux de glace se dressèrent fièrement vers le ciel.

Ils n'eurent hélas pas le temps d'atteindre leur pleine maturité, car les pulsations de son aura les firent voler en éclats. Néanmoins, cette destruction prématurée lui fut bénéfique. Le cosmos qui l'habitait se densifia jusqu'à ne plus former qu'une énorme masse de puissance brute, prête à s'abattre sur ses ennemis jusqu'à ce qu'il n'en reste plus trace. Si elle pensait encaisser les coups jusqu'à ce qu'il soit à bout de force, elle allait être déçue. Sköll ne connaissait pas plus la fatigue que la peur. C'était plus qu'il n'en faut savoir pour en conclure qu'en ce qui le concerne, se battre jusqu'à l'épuisement est synonyme d'un combat à mort. Cela n'aurait cependant guère d'influence sur l'issue du combat, qui à ce stade ne pouvait s'achever autrement qu'en payant le tribut d'une vie humaine.

- Ceux qui étaient là avant nous sont morts. Ils ne sont plus ici ! Mais dans notre dos, et dans notre coeur, ils vivent encore à travers nous ! Même si cet endroit doit être notre tombe, aussi longtemps que nous nous battrons, nous serons victorieux ! Si tu décides d'être un obstacle sur notre route, nous avons de quoi le surmonter... Avec notre âme !

Dire que la lance avait un aspect similaire à la première fois aurait été réducteur. Ses pointes étaient plus acérées, son noir plus ténébreux. Réitérer l'exploit leur permettait d'en connaître le fonctionnement. Ils avaient ainsi tout le loisir d'en huiler le mécanisme afin de faire de cette arme de mort et de destruction un fléau pire encore que celle qui l'avait précédée. Elle était investie d'une mission identique : faire tomber une bonne fois pour toute ce damné mur de défense. Que Perséphone n'espère pas les vaincre sans prise de risque. Elle ne s'était que trop retranchée derrière ce bouclier, qui déjà n'était plus que l'ombre de lui-même. Il n'en faudrait pas beaucoup plus pour qu'il se fissure et appartienne à l'histoire ancienne. Il était de leur devoir de le briser, car c'était dans les fissures qui couraient à sa surface qu'ils ouvriraient la porte vers l'avenir.

Cette lance du désespoir allait briser sa garde afin que les Guerriers Divins puissent jeter leurs dernières forces dans la bataille sans avoir à craindre qu'elle n'y fasse obstacle. Un projet audacieux, mais ils se donnaient les moyens de leurs ambitions grâce à l'obscurité qui palpitait dans chaque fragment de cette lance ombreuse. Par ses propriétés, elle n'était pas sans rappeler Gungnir, la lance du Père de Tout qui une fois lancée ne revient pas avant d'avoir touché sa cible et toujours vient se loger dans la main de son propriétaire. Le simple fait de pouvoir en faire l'analogie prouvait que sa puissance était égale si ce n'est supérieure à celle que pouvait produire une divinité. Même le précieux Ichôr de la Dame Noire n'était plus à l'abri. Tant qu'ils auraient cette force entre les mains, elle n'aurait nulle part où se cacher.

La capitulation ou la mort étaient les deux options qu'elle avait eu au départ, mais pour Zeta, il n'était désormais plus question d'épargner sa vie. Trop restait encore à faire pour qu'il puisse mourir ici. Et la vigueur étonnante dont il faisait montre était directement due à ce sens du devoir poussé à son plus haut niveau. L'obscur javelot fila comme le vent. Sa vitesse était vertigineuse, et Sköll n'eut que très peu de temps pour agir. Ses deux mains se refermèrent sur le manche tandis qu'il fendait l'air avec énergie. Les gerbes de flammes qui jaillirent de part et d'autres de la lame furent emportées par l'élan de cette attaque – baptisée Dark Howling – et s'élancèrent dans son sillage comme autant de crocs incandescents.

- La voie du Guerrier, au croisement des chemins de l'Homme et de la Bête !

- Se joindre à l'ennemi d'hier pour écraser le Destin, et toucher le futur de nos propres mains !

- Transperçant l'Infini et la Fatalité !

- Nos cris de vie résonnent aux quatre coins du Cosmos !

DARK HOWLING !


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 6 Juil - 20:27



Un seul et unique coup. Le sifflement parvint très nettement à ses oreilles et la violence du choc la fit reculer de quelques pas tandis que se figeait en elle la lance du Père de toute chose.

*Gungnir.*
Murmura en elle la voix de Callan, tandis que Perséphone, dressait son bras armé de la sombre épée pour parer les flammes nées l'épée de Zeta.

"- Impressionnant. Oui vraiment très impressionnant guerriers. Mais j'ai néanmoins jugé cela insuffisant."

Il n'y avait plus la surprise de la première fois dans cette attaque. L'outrage qu'elle venait de subir, la divinité s'y était préparée et attendue. Elle laissait son corps se repaitre de la douleur qu'elle ressentait, s'en imprégner. Son armure divine commençait à laisser voir les séquelles de ce combat. Les pétales de la Rose Infernale se flétrissaient et tombaient, révélant ça et là quelques zones de son corps.

Toutefois, elle se tenait toujours là, encore debout, et ce malgré la douleur qui la parcourait, le sang qui s'écoulait. Une main ferme vint se refermer sur la lance divine qu'elle ôta d'un geste vif et décidé sans quitter les deux hommes de son regard de jade. La pluie qui ne cessait de s'abattre sur ce lieu mythique, sans pour autant parvenir à le laver de tout ce sang.

Mais quand bien même les guerriers divins étaient parvenus à l'ébranler, la Divine n'en avait pas encore fini avec ces deux là. Plus ils la frappaient et plus sa détermination à les réduire à néant grandissait. Elle ne perdrait pas. Ne se le permettrait pas. Elle avait combattu à bon nombre de reprises depuis qu'elle avait réintégré cette vie.

Le premier qui avait croisé sa route avait été ce Saint de l'Hydre: Henriques, puis était venu le tour de Freyja qu'elle avait mis à mal au pied de l'Etna. Elle aurait pu achever la Varadis mais s'y était refusée, l'abandonnant à son sort, à moitié morte, pour regagner son Royaume et veiller sur celui-ci en l'absence de son époux. Puis cette Guerre avait éclaté, fruit de la colère d'une épouse à se voir séparée de l'être aimé. Son seul adversaire avait été cet inconnu, Void. Tous lui avaient permis de s'améliorer encore et encore. Non, elle ne fléchirait pas, resterait parfaitement inflexible.

"- Tsss. Tu parles trop guerrier. Ferme-la."
s'adressa-t-elle à l'intention du Tigre qu'elle fixait en souriant en coin.

Rien d'autre que ces quelques mots, et voila que surgissent de terre, à une vitesse jusque là inégalée ces mêmes ronces, auréolées du cosmos de la Déité et de quelque chose de bien plus sombre encore, qui vinrent enserrer Sköll dans une étreinte de fer, refermant sur lui leur prison d'épines, le lacérant, le labourant encore et toujours.

"-Quel pouvoir merveilleux que celui de la Mort. La Faucheuse frappe à tout instant, n'importe qui, à n'importe quel moment, sans que l'on s'y attende. Ce n'est qu'un avant goût de ce qui va t'attendre. Ce qui va vous attendre."


Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 7 Juil - 15:37

    Je crois en l'âme des dés!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 7 Juil - 15:37

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 7 Juil - 18:51

    Aukoti ne savait pas combien de temps il allait encore pouvoir tenir ainsi. Briser la chaine du temps avait un prix, et celui-ci commençait à se faire sentir. S'il était à présent capable de combattre sans se soucier des forces qu'il dépensait ou des blessures qu'on lui infligeait, le corps de l'Alpha commençait à se déchirer, se faisant distorde particule par particule. La silhouette de l'Ase se faisait de plus en plus floue, son corps s'effaçant au profit de son esprit, sa seule et véritable force qui avait assimilé toutes les autres. A présent, tout était une question d'endurance. La victoire reviendrait à celui qui cèderait le dernier. La volonté du Guerrier? L'endurance de la Bête? L'immortalité des Dieux? ... Laquelle des trois cèderait la première?

    L'éclat habitant les yeux dorés du Dragon Noir restait focalisait avec un calme souverain sur la silhouette de la Reine des Enfers. La longue lutte qu'elle avait mené contre la fatalité de cette guerre touchait à sa fin, amenant à la conclusion paradoxale qu'une Déesse se retrouvait à combattre un destin imposé par de simples hommes. Ses armées étaient hors d'atteinte et l'avaient abandonné. Son époux ne donnait plus signe de vie, et son hôte lui-même s'élevait pour reprendre ce qui lui revenait de droit. Seule contre tout, Perséphone s'obstinait néanmoins avec une férocité que le GodWarrior aurait pu juger admirable si elle n'avait été dénuée de sens. Au fond, la Reine n'était-elle pas en train de gouter au désespoir, celui de l'animal dos au mur qui se défendait bec et ongles? La voir déclencher une fois encore cette pluie de ronces qui n'avait jamais eu le moindre effet déterminant sur eux. Sans le savoir, la fille de Zeus faisait peut-être l'expérience de la panique, une émotion pourtant bien humaine.
    Et cela ne pouvait que signifier que Callan reprenait à chaque instant un peu plus le dessus sur sa geôlière.

      « Vous n'êtes plus la Déesse de la Mort, Reine en son Sombre Royaume. Celle qui se tient devant nous n'est plus qu'une femme seule, affaiblie et perdue. Une femme abandonnée sur un champ de bataille qui n'est en rien sa place. Je vous le demande : qu'avons-nous encore à craindre de vous, Perséphone? »

    Dans la voix d'Aukoti résonnait une multitude de consciences, une multitude de sentiments qui avaient été scellés au plus profond de son être. Il se sentait pleinement éveillé au Cosmos et au monde autour de lui. C'était la première fois qu'il parvenait à se synchroniser à cette fois avec les Dragons sans que ceux-ci ne fassent de lui leur instrument de destruction et de chaos. Avaient-ils finalement décidé de se plier à sa volonté, ou bien était-ce également dû à la destruction de son horloge astrale? L'Alpha n'était pas capable de le dire, mais ce sentiment de légèreté demeurait, absolu. Et il comptait bien l'employer de manière optimale.

    Laissant à Sköll le soin de se dépêtrer dans les lianes de Perséphone -il l'avait déjà suffisamment tiré d'affaire pour aujourd'hui-, le Guerrier d'Odin invoqua devant lui sa lame de feu, Ruby, qui se mit à léviter devant lui. Comme possédée par la même force mystérieuse que son mètre, la lame se tordit, se transforma dans un grondement pour finalement prendre la forme d'une tête de dragon spectral, visiblement constitué de la même énergie que l'épée dont il était issu. La gueule de la bête sembla se greffer sur le bras d'Aukoti comme une prothèse alors que celui-ci fonça vers la Reine des Enfers par la voie des airs, toutes ailes déployées. Lorsqu'il la survola, la gueule se la créature s'ouvrit comme si elle avait été vivante pour cracher dans un rugissement un souffle ardent qui alla directement s'écraser sur le bouclier d'énergie de sa cible, incendiant par la même toute la zone autour d'elle. Il fallait le chauffer à blanc, le pousser à sa limite pour permettre à son frère d'arme de le briser de façon définitive. Une fois ce mur mis à bas, il n'y aurait plus qu'une étape à franchir pour achever le plan de l'Alpha, et libérer celle à qui il avait juré allégeance.

      « Mais tout n'a pas à s'achever ainsi ainsi. Vous pouvez encore vous sauver. La sauver, elle, également. Laissez Callan partir, Perséphone. Rendez-lui son corps. »


    L'ultimatum posé par le GodWarrior alors qu'il survolait la zone noyée par les flammes sonnait plus comme une main tendu vers un adversaire qui n'avait plus les moyens ni les raisons de se battre. Lévitant dans les airs, entre pluies et fumées de cendre, Aukoti s'apprêtait à contempler de ses propres yeux la déchéance d'une Divinité... Et à graver chaque instant de celle-ci dans sa mémoire.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 17 Juil - 20:06

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Quand les ronces envahirent à nouveau le périmètre, Sköll n'eut qu'une seule réaction : planter son épée dans le sol, et attendre. Une même attaque ne marche pas deux fois sur un Chevalier, et le quota était largement dépassé. Une fois défait de cette furie végétale, le colosse se contenta d'épousseter sa manche avec nonchalance. Ce n'est qu'alors qu'il daigna lui accorder son attention, et s'autorisa à lui faire part de ses impressions avec le tact qui le caractérise.

- Même pas mal.

Puisque sa solidité naturelle était aussi à prendre en considération, le Tigre Noir n'était pas prêt de céder. Aussi évident que cela puisse être, la Reine des Enfers ne l'avait pas encore compris. L'hypothèse la plus probable était que ses troubles de la personnalité obscurcissent son jugement, et il n'allait pas s'en plaindre. Il devait cependant s'avouer déçu de la voir perdre ses moyens aussi rapidement. Contrairement à Aukoti, il n'était pas venu ici pour la ramener. Il était venu chercher un défi à sa mesure. Et si sa force de frappe n'était effectivement pas négligeable, il se serait attendu à mieux de la part d'une divinité. À moins que ce ne soit sa vision biaisée des événements qui le pousse à la sous-estimer pour en finir aussi vite que possible ? La théorie n'était pas à exclure.

Le combat n'était certes pas encore fini, mais sa santé de fer était intacte. Tout au plus pouvait-on parler de quelques égratignures, et même elles avaient tôt fait de cicatriser tant sa guérison spontanée était efficace. Cela dit, offrir une telle résistance était exceptionnel, même pour lui. Le géant des glaces n'y voyait qu'une seule explication possible. Puisque l'esprit domine le corps et la matière, et que le sien n'était régi que par la seule envie de sortir d'ici et de tenir sa promesse envers Leene, ce devait être elle qui lui donnait la force d'encaisser les coups encore mieux qu'à son habitude. Sa nuque émit un craquement sourd alors qu'il quittait sa posture défensive – qui consistait en vérité à rester debout sans bouger. À quoi bon se dépenser inutilement alors que rester sur place suffisait amplement à s'en prémunir ?

- La reine en son château ne mérite pas sa couronne. Le règne du mensonge est terminé.

Une phrase à la fois complexe et pleine de sens, qu'on ne se serait pas attendu à l'entendre prononcer. C'était pourtant de sa bouche que ces mots venaient de sortir tandis qu'il armait son bras, prêt à reprendre la confrontation là où il l'avait laissée. Le flamboiement de sa lame ne laissait présager d'aucune pitié, et pas une once n'en subsistait dans son regard. Les plaies ouvertes ne le restaient guère longtemps, mais il doutait fort de voir ses brûlures disparaître de la même manière. C'était bien dommage, car son maniement n'en était que plus malaisé. Passer outre la douleur ne posait aucun problème, mais devoir concéder une marge d'erreur à ses gestes les plus techniques était nettement plus dérangeant. Quand les enjeux prenaient tant d'envergure, pareille nuance pouvait s'avérer décisive, et le champion des terres gelées ne pouvait que souhaiter que sa poigne ne lui fasse pas défaut.

Pourtant, il se sentait en phase avec lui-même. Les voix qui émanaient de celles d'Aukoti trouvaient écho au fond de son âme, sans qu'il sache pourquoi. Cet état d'ataraxie décuplait ses forces et lui rendait toute sa vigueur alors qu'ils entamaient pourtant les ultimes préparatifs d'un final grandiose. Cette apothéose n'aurait pas tant de panache qu'il aurait pu l'escompter, mais il saurait s'en satisfaire. La Reine du Mal n'avait pas encore dit son dernier mot, et pouvait fort bien avoir gardé dans sa manche quelque mauvaise surprise qui compromettrait leurs chances de réussite. Sköll n'était pas homme à considérer la victoire comme acquise sans en avoir la certitude en dépit de son évidente défiance, et ne relâcherait donc pas sa vigilance avoir d'avoir vu son corps gisant à ses pieds. S'ils avaient été aussi loin, s'ils avaient parcouru la distance, ce n'était pas pour échouer si près du but. Une déflagration de cosmos aussi noire qu'une nuit sans lune rappela sa présence écrasante au bon souvenir des autres protagonistes.

- Divertis-moi ! Je ne te laisserai pas me décevoir !

Son épée se nimba d'un voile d'eau. La délicatesse de l'élément liquide était en total contraste avec les charbons ardents dont son fer semblait être constitué. Les flammes ravageuses et les flots bouillonnants opéraient une étrange synergie et répandaient alentours un nuage de vapeur qui ajoutait à l'aspect chaotique du champ de bataille. La chaleur émise évapora la majeure partie du contenu des bassins environnants – en vérité des cratères nés des coups échangés lors des précédentes passes d'armes. Le sol lui-même parut s'affaisser, fragilisé par une sécheresse à laquelle il ne pouvait résister. Dans un élan de rage, le tigre rugit et se lança à l'assaut de la déité. Des anneaux aqueux fendirent l'air avec sa lame pour point de départ, lacérant un décor déjà fort mal en point. Les disques liquides étaient d'une finesse incomparable qui ne les rendait que plus dangereux, puisque même le diamant n'aurait su leur résister. Bientôt, cette eau se cristallisa pour n'être plus que glace et froid, non moins meurtrière. Une carte trompeuse qu'il lui tardait d'abattre.

Ce fut le moment pour ses talents d'escrimeurs d'être mis à profit. Le plus étrange est sans doute de se dire que dans l'urgence, ce sont les premières leçons qui reviennent le plus facilement en mémoire. Et pour ceux qui suivent la voie de l'épée, la plus mémorable de toutes consiste à frapper d'estoc. Étant donné les dimensions du présent d'Héphaistos, s'il touchait sa cible, il n'en faudrait guère plus pour la trancher en deux. Et même si ce n'était pas le cas, les brûlures qui en résulteraient seraient un lourd handicap pour son infortunée victimes. Mais ce n'était encore qu'un début, et à peine crut-il avoir touché la chair que déjà le fil acéré remontait le long de son buste. Que le résultat en soit de l'éviscérer ou de la défigurer, ce serait de toute façon à son avantage. S'ensuivit un coup oblique qui l'aurait sectionnée de l'épaule à la hanche s'il ne rencontrait point d'obstacle en cours de route. Les chances pour qu'il réussisse à lui porter atteinte comme espéré étaient minces, mais s'il réussissait à briser sa garde, les choses en seraient grandement facilitées.

- La chaîne de la vie doit être alimentée. Offre ta faible chair !

Était-ce Callan ou Perséphone ? Cela n'avait dans le fond que bien peu d'importance.


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 31 Juil - 22:14




Elle était sans plus vraiment l'être. Non pas qu'elle dédaignait les guerriers divins, loin de là même. Mais elle sentait comme une douce torpeur commencer à s'emparer de son corps, comme si ce dernier refusait de lui obéir. Que se passait-il donc? Comment elle, une Déesse, l'épouse d'Hadès, pouvait-elle être autant mise à mal par de simples mortels? Ou puisaient-ils donc leur force?

*N'as-tu pas entendu? Ils se relèveront encore et encore car leur volonté et plus forte et puissante que tout ce que tu as pu soupçonner jusque là. Vous autres Dieux, pensez que jamais vous ne pourrez tomber du piédestal sur lequel vous vous êtes installés. La différence entre vous et nous? Nous connaissons la douleur, le chagrin et d'autres formes de sentiments qui forgent notre caractère, notre personnalité, nous rendant plus fort et résistant, quand vous vous pavanez dans l'acquis, sans recherche d'idéaux. Alors oui, plus rude est la chute pour vous. Mais la question est la suivante: parviendrez-vous à vous relever? Nous autres nous savons pourquoi nous tombons.*

*Tsss en voilà un beau discours, je ne t'ai jamais connu aussi bavarde Callan. Mais vas y je t'écoute: pourquoi tombez-vous?

*Afin de nous relever.*

*Penses-tu sincèrement que tu vas te relever? Ne sois pas idiote.*

Nulle réponse, aussi la divine reporta-t-elle toute son attention sur ses deux adversaires, subissant l'attaque de l'Alpha avant d'encaisser celle de Zeta. Pour autant l'effet escompté par l'attaque du second ne porta guère ses fruits tandis qu'elle levait son arme au clair pour parer les attaques de l'épée du guerrier avec hargne. Seul l'un de ses cous toucha son but. Pourtant, la Rose des Enfers ne se laissa pas démonter pour autant, contre attaquant le Tigre de sa colère, le frappant sans relâche encore et encore, avant de se stopper et de porter ses mains en direction des Cieux tandis que son cosmos se faisait plus écrasant que jamais.

A l'image de la colère de la fille de Zeus, le ciel des Cinq Pics prit une teinte apocalyptique, se pourfendant d'éclairs. ces derniers n'avaient peut être pas la force de ceux du Père de la Divine, mais ils n'en demeuraient pas moins dangereux, tout comme le vent qui soufflait par fortes bourrasques. Une tempête menaçait et pas n'importe laquelle. Et pourtant Perséphone ne ployait pas. Au contraire, au coeur de cette tourmente, elle demeurait parfaitement impassible. Vent et éclair vinrent se loger aux creux des paumes divines, avant qu'elle ne jette ceux-ci en direction de Sköll.

Néanmoins pendant ce laps de temps, ce qui servait de sceau protecteur de l'Infernale épouse vola en éclat comme soufflé par une autre force que celle des deux guerriers. Un à un les quatre éléments situés aux quatre points cardinaux avaient tout bonnement disparu, tandis que ses blessures cicatrisaient. Le cosmos qui enveloppait alors le corps de la Belle n'avait rien à voir avec celui noir et démoniaque de la Déesse. Il était au contraire, tout son opposé.

"-Noooooon! Qu'as-tu fais?"

*Je te l'ai dis, je compte bien me relever.*


Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 3 Aoû - 20:41

    Let's put an end to this sad story!
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 3 Aoû - 20:41

Le membre 'Aukoti' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 4 Aoû - 1:12

    Le silence. La première et dernière offre de négociation émise par l'Alpha n'avait été accueillie que par le silence qui régnait sur ce plateau dévasté. Au milieu de cette terre retournée, fendue et brisée, dévorée par les flammes et figée dans la glace, seul le bruit de la plus qui tombait vint répondre à Aukoti sous une forme quelque part on ne peut plus éloquente. Le Godwarrior ne parvenait pas à capter le regard de l'Impératrice infernale, couvert qu'il était par les franges de sa chevelure d'ébène qui lui tombait sur le visage.
    Elle ne l'avait pas entendu. Perséphone et Callan étaient en train de se perdre, s'enfonçant de plus en plus dans leur lutte intérieure sans se rendre compte qu'au final ni l'une ni l'autre ne pourrait en sortir vainqueur. S'il n'y avait eu les attaques des deux Ases pour tenir le corps d'emprunt de la Déesse conscient et alerte, sans nul doute celui-ci se serait-il tenu là, silencieux et immobile, jusqu'à résolution du conflit interne qui la ravageait. Cependant Aukoti n'était pas prêt de laisser un tel sort s'abattre sur celle qu'il avait juré de protéger. Désormais, il savait à quoi s'en tenir s'il voulait réelle sauver Callan.
    Par son silence, la Reine des Enfers venait bel et bien de sceller son destin.

      « On dirait qu'il est trop tard pour faire marche arrière... Pauvre créature. Ton âme ne trouve plus sa place dans ce corps qui n'a jamais été tien, et même mes mots ne peuvent plus t'atteindre. Mais ne t'en fais pas : je vais te soulager en vous séparant définitivement. »

    La voix transcendante d'Aukoti était encore habitée par cet écho irréel qui semblait l'avoir possédé lorsqu'il avait brisé le sceau de son temps personnel, mais celui-ci semblait se dissiper alors que le Guerrier Divin achevait sa descente des hauteurs pour retourner au sol en mettant fin à sa technique de lévitation. Lentement, ses sens étaient de train de lui revenir, accompagné d'une atroce douleur qui émanait à la fois de ses blessure et de son propre corps, comme ses les atomes qui le constituaient étaient chauffés à blanc par le déploiement optimal de sa puissance. Ses yeux dorés se levèrent, fatigués, sur la silhouette de son adversaire qui était en train d'affronter Sköll dans un duel à l'épée d'anthologie. Même si Zeta semblait encore en bonne forme, il se doutait qu'aucun d'eux ne pourrait durer encore longtemps si le combat se prolongeait. Ils devaient porter un coup décisif avant d'arriver à bout de force... Mais comment?


    ["agrandir" pour meilleure qualité son]
    Serrant les dents et les poings tant en raison de la frustration que de la douleur, l'Alpha se préparait à jouer le tout pour le tout en jetant ses dernières forces dans la bataille lorsque l'occasion qu'il guettait depuis le début du combat s'offrit à lui, comme une lueur illuminant et chassant les ténèbres qui l'enveloppaient. Alors que Perséphone lançait une énième attaque sur son équipier en déchainant sur lui la fureur des éléments, la protection élémentaire qui l'entourait disparus, brisée par une force qui n'était pas la leur, une énergie pure et apaisante qu'Aukoti n'eut aucun mal à reconnaitre et qui raviva la flamme de l'espoir en son cœur, la rendant plus ardente que jamais... Car jamais il n'avait été aussi proche de réussir.

    D'un bond qui le propulsa immédiatement aux côtés de Sköll, Fafnir embrasa son Cosmos comme jamais, le déployant jusqu'à son paroxysme afin de libérer l'essence de destruction qui demeurait scellée en lui depuis si longtemps. Tournant son visage emprunt d'une détermination sans faille vers son frère d'armes, Aukoti riva son regard dans le sien avec une intensité dont il ne se serait lui-même pas cru capable seulement quelques semaines plus tôt. Même si ce n'était pas dans ce monde-ci, lui et le Fauve d'ébène étaient frères de sang, ayant autant fait couler celui de l'un et de l'autre que des adversaires qu'ils avaient affronté. Autrefois, il avait placé en Sköll l'espoir de le voir un jour se tenir à ses côtés, faisant front à puissances et armes égales face à l'adversité du monde. Il était temps de voir ce souhait exhaussé.
    Après tout, qui d'autre qu'un Tigre pouvait se tenir aux côtés d'un Dragon?

      « Sköll! Son bouclier vient de disparaitre! J'ai besoin que tu me prêtes tes Crocs, encore, pour une dernière attaque! Brulons notre Cosmos jusqu'à un point encore inégalé, et fendons la Terre et les Cieux jusqu'à toucher son âme! »

    Nul besoin de plus de précisions quant à la marche à suivre : le Fauve d'Asgard savait à quoi s'en tenir lorsqu'il s'agissait de faire face à la pleine puissance de son compagnon. Dors et déjà sur la même longueur d'onde, les deux Ases n'avaient plus besoin de se servir de leurs sens pour deviner les mouvements de l'un et de l'autre. Dans une synchronisation parfaite, chacun d'eux leva un bras vers le ciel, élevant leurs Cosmos comme un pilier d'énergie montant vers le firmament pour se perdre dans les nuages orageux invoqués par la Sombre Impératrice. Mais s'agissait-il uniquement de leurs Cosmos? Au milieu de ce geyser de force astrale, imprégné par les sentiments des deux hommes, les énergies de Callan et de Leene, qui arrivait seulement dans les alentours de l'affrontement, pouvaient se faire sentir, happées par le déploiement de force de leurs camarades.
    Et ainsi, tout allait enfin s'achever.

    « ALEPHIST'S SENTENCE ! »
    Tombant du ciel tel une sentence divine, un immense pilier de lumière purificatrice fendit la voute nuageuse, dispersant les sombres présages invoqués par Perséphone pour la frapper de plein fouet, pulvérisant le sol autour d'elle dans un fracas apocalyptique. Cette force de destruction absolue ne se contenta pas d'assaillir avec violence le corps de la Déesse, mais alla directement ébranler son âme et son Cosmos dont des fragments vinrent s'échapper de son corps pour venir se loger au creux de la poitrine de l'Alpha, où une mystérieuse glyphe venait d'apparaitre.
    Le rayon de la Sentence d'Alephist se dissipa, laissant la place libre pour la deuxième couche qu'allait rajouter immédiatement Zeta derrière l'attaque de son comparse. L'Alpha, quant à lui, se contenta de porter une main tremblante jusqu'à son buste, effleurant de ses doigts l'Aleph qui venait d'y apparaitre.
    Avec ceci, ils avaient gagné.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Sam 11 Aoû - 5:29

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Sköll n'en croyait pas ses yeux. Son bouclier venait de voler en éclats, comme s'il avait été fait de verre tout ce temps. Faute de protection, Perséphone était entièrement vulnérable. Quelle que soit leur prochaine attaque, elle ne pourrait l'éviter. Désormais, plus rien ne les séparait de la Reine des Enfers. Pas un obstacle n'était encore en mesure de se dresser entre eux et une victoire amplement méritée. Ceux qui étaient tombés au combat avaient perdu la vie pour en arriver là. Le moment était venu d'honorer leur mémoire. De changer le cours de la destinée. Dans son état, tenter de prendre la fuite ne serait que pure folie. En admettant qu'elle en soit capable, elle ne ferait que retarder l'heure de sa mort d'une poignée de secondes. Il ne faudrait pas longtemps aux guerriers pour la rattraper et finir ce qu'ils avaient commencé. À moins d'avoir encore un atout dans sa manche, la Dame Noire venait d'atteindre ses limites.

Et il n'était pas question pour elle de les outrepasser. Pas tant que son propre corps se révolterait contre son autorité. C'était là une aubaine, et les Guerriers Divins savaient la devoir à Callan. Sköll refusait de lui attribuer le mérite de leur victoire, mais force était de constater qu'elle leur avait grandement facilité la tâche. Pour cette raison, il lui était redevable. Et quel meilleur moyen de lui témoigner sa gratitude que de la délivrer de sa prison de chair ? Depuis qu'elle en avait perdu tout contrôle, son corps n'était rien de moins qu'une cage dorée. Retranchée derrière une barrière qu'elle ne pouvait franchir, elle s'entendait ordonner les pires atrocités, quand elle ne les commettait pas de ses propres mains. Cela n'avait que trop duré et il était de leur devoir en tant que GodWarriors de la libérer de son triste sort. Et ce, même si pour ce faire il était impératif de la renvoyer au néant en même temps que celle qui lui avait tout pris.

Pour éviter de se fatiguer inutilement, le Fauve avait pris l'habitude de ne garder en mémoire que ceux qui lui avaient prouvé leur valeur. Sans jamais l'avoir vue sous ses traits véritables, il savait que l'ancienne prêtresse était de ceux-là. Peut-être auraient-ils pu vaincre sans son aide, mais sans doute ne s'en seraient-ils pas tirés à si bon compte. Or, il avait une promesse à honorer et ne pouvait s'empêcher de penser que peut-être n'aurait-elle pu l'être si elle n'avait pas fait irruption. Elle avait brisé ses liens pour à son tour constituer une entrave, et c'était ce qui leur avait donné la force d'asséner ce qui serait sans doute l'estocade. Ce qu'il adviendrait d'elle était une énigme, mais ce ne pouvait être pire que d'être condamnée à n'être plus soi-même pour l'éternité. En guise d'entrée en matière, il rendit coup pour coup. Son bras commençait à lui peser, et son maniement de l'épée n'en était que plus raide et lourd.

Ce qui aurait été un défaut en tout autre occasion tournait ici à son avantage puisque ses assauts successifs n'en étaient que plus pénibles à endurer. Animé d'une sauvagerie qui n'appartenait qu'à lui, il portait un coup en croix qui devait à chaque fois l'entailler de l'épaule à la hanche opposée. Sa charge se conclut non sur une technique à l'épée, mais sur un coup de pommeau qui devait lui couper le souffle. Bien que son âme divisée soit entrée en conflit, la vivacité de son corps aurait pu être un problème s'il n'avait pris le temps de le neutraliser. Dès lors, c'était chose faite et ils n'avaient donc plus qu'à s'engager dans la dernière ligne droite. Inébranlable, il avait résisté à l'assaut de Perséphone – qui, bien que de force égale, lui avait paru bien moins puissant que les précédents. Dénué de conviction. C'était le signal qu'il attendait – non, qu'ILS attendaient. Car c'était ensemble qu'ils allaient mettre un point final à cette histoire tragique.

- Je suis Sköll de Mizar, Guerrier Divin de Zeta. Ce nom, tu le connais, pas vrai ? Tu sais ce que ça veut dire. Tu n'avais aucune chance dès le départ car je ne suis venu au monde que pour devenir un Tueur de Dieux. Alors, quel effet ça fait, de goûter à la mort ? Tu nous regardais de haut sur ton trône céleste. Tu nous attendais, prête à nous juger. Mais l'heure est venue pour toi de descendre de ton piédestal. Tu as cru pouvoir nous vaincre grâce à tes pouvoirs divins, mais tu as oublié un détail. Les Démons n'ont pas peur des Dieux !

Son cosmos avait explosé dès qu'il avait élevé la voix. Mais ce n'était pas le seul à l'avoir fait. Depuis le départ, le combat était inégal. Être deux suffisait à lui tenir tête, mais ils étaient bien plus encore. Dans ses veines coulait ce formidable pouvoir, et il n'en fallut pas plus à Sköll pour en identifier la provenance. L'aura de Callan avait semblé lui préférer Aukoti, mais celle de Leene l'enveloppait d'une chaleur douce et apaisante. La vision d'un ciel de nuit emplit son esprit, et en particulier celle de la lune d'argent qui trônait, triomphante, en son sommet. Impossible de se méprendre sur son origine. Des arabesques d'une pareille couleur jaillirent de son cosmos pour lui rendre la stabilité qui était autrefois la sienne. Sa vitalité diminuait à vue d'oeil, mais ce n'était que pour mieux reprendre des forces. Compte tenu de sa santé de fer, il pouvait bien prendre le risque de s'affaiblir quelque peu si cela devait lui permettre de porter le coup de grâce. Alpha aurait besoin de tout son soutien pour en venir à bout, et reconstituer ses réserves ne serait pas de trop à cette fin.

KING'S PILLAR !


Son bras se leva alors que celui de Fafnir en faisait de même de son côté. Chacune de leurs réactions était au diapason, si bien qu'on ne pouvait plus distinguer qui de Sköll, qui d'Aukoti engendrait cette effroyable cosmo-énergie sur le point de déferler à des kilomètres à la ronde. Sa paume s'ouvrit vers le ciel. Une tour de lumière en descendit à la vitesse de l'éclair pour frapper Perséphone de sa toute-puissance. Sa brillance semblait ne pas connaître de limites, pas plus que les blessures qu'elle pouvait infliger. C'était dans la lumière que tout avait commencé... C'était dans la lumière que tout finirait. En opposition au bleu de glacier de celle d'Aukoti, sa colonne irradiait d'écarlate. Zeta ferma les yeux alors que ses forces s'écoulaient jusqu'à la dernière goutte, le laissant vidé et, pour la première fois depuis tant d'années, en paix avec lui-même.


Revenir en haut Aller en bas
Callan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 2380

Feuille de Personnage :
HP:
422/424  (422/424)
CS:
375/425  (375/425)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 24 Aoû - 18:11



C'était la fin, elle le savait, pourtant, elle ne pouvait accepter de perdre. Non, elle était une Déesse, fille de Déméter et de Zeus, épouse du Sombre Monarque. En tant que telle, elle ne pouvait accepter la défaite. Et si tel était le cas, alors elle perdrait dans la dignité, préférant rester debout, droite et fière que de tomber à terre. Pourtant en sa tête tout était mélangé, elle ne parvenait plus à distinguer le Bien du Mal, tout comme elle ne se reconnaissait pas dans cette cruauté qui l'auréolait. Qu'est-ce qui pouvait bien conduire une déesse comme elle à commettre de tels actes? Le désespoir?

"Pauvre créature" avait dit l'Alpha. Peut-être avait-il raison après tout. Quelle folie l'avait donc frappée? Rien de plus simple. Cette Guerre Sainte avait été le combat d'une femme désespérée de perdre l'être aimé, désireuse de libérer ce dernier avec toute l'ardeur qui est sienne. Mais visiblement cette dernière ne semblait guère suffisante face à la force de frappe des deux guerriers d'Odin qu'elle affrontait.

L'Alpha allait exécuter sa sentence et elle savait que le Tigre ne manquerait pas de suivre son frère d'arme en déployant toute sa rage. Du regard, la divinité suivait chacun de leur geste. Dans une parfaite synchronisation, tous deux tendirent un bras en direction des cieux, leur cosmos les enveloppant avec ardeur et force, pourtant, il lui semblait qu'ils n'étaient pas seuls. Non deux autres auras s'étaient jointes aux leurs, désireuses d'unir leur force à la leur. Et en cela, la Rose des Enfers était admirative.

Un pilier d'une éclatante et aveuglante lueur perça la voute céleste pour venir frapper l'endroit précis où elle se trouvait, contrastant de ce fait avec les ténèbres de son cosmos et de son armure, l'engloutissant entièrement, tandis qu'elle sentait ses forces se vider. Pourtant lorsque la colonne lumineuse disparue, elle se tenait toujours là, debout, bien qu'haletante et couverte de blessures, son armure s'effritant de plus en plus. Au fond d'elle, elle savait que les pétales de l'armure faneraient à la prochaine attaque. Néanmoins, elle ne perdait pas une seule miette du discours de Mizar.

"- Si je sais qui tu es? Evidemment quelle question. Tu es celui qui est parvenu à mettre un terme à la vie de Kyro du Requin que j'ai ressuscité par la suite. Et s'il y a une seule chose de juste dans ton discours, elle réside belle et bien dans le fait que tu es un Démon. Pour autant, sache ceci: je ne crains pas la Mort, ni son jugement, pour la simple et bonne raison que je l'ai côtoyé depuis des millénaires."

Puis la voix de la Déesse se tut et l'attaque du tigre la percuta à son tour avec force et violence, l'envoyant valser plus loin, tandis que cette dernière réduisait à néant ce qui restait de l'armure de la Divine et pour la première fois depuis le début de ce combat, elle chuta, s'affaissant de tout son long sur le sol trempé des Cinq Pics.

Etait-ce cela que ressentait les humains lorsque leur vie les quittait? Il lui semblait que tout autour d'elle n'était plus que calme et sérénité. Pour autant, elle ne pouvait pas, non elle ne devait pas encore abandonner. Elle ne l'avait pas retrouvé. Face à son regard à demi voilé, elle pouvait entre apercevoir le visage tant aimé. Une main se tendit en direction de ce mirage pour ne rencontrer que le vide avant de retomber à terre, pour mieux s'y agripper.

Tout comme ces Hommes qui les vénéraient, qui se battaient jusqu'à leur dernier souffle, la Rose Infernale se redressait à son tour, sa sombre chevelure libérée de toute entrave cascadait le long de ses épaules, de son dos, les iris de jade n'avaient rien perdu de leur intense éclat, tandis que l'épée du Sombre Monarque reprenait place au creux de sa paume.

"- Ce n'est pas encore fini, non pas encore."

Et se disant, le cosmos divin de Corée explosa avec force. Oui elle s'en irait le retrouver après en avoir fini avec ces deux là.



[Merci à vous deux pour ce combat qui bien que long, fut sympathique. Je vous laisse prendre le relai pour sceller Persy et libérer Callan.]
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Ven 24 Aoû - 18:34

Victoire de Skoll et Aukoti (Alephist)

Vous pouvez faire vos posts de récupération qui mettront en place le scellement de Perséphone et demander ensuite, et seulement ensuite, vos récompenses pour ce combat !

Félicitations pour ce très beau combat !

PS : vous pouvez posté vos récupérations à la suite de mon post.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra


Prêtresse d'Odinde
avatar

Messages : 758
Armure : Haillons

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 28 Aoû - 1:53

      « Tu as... copié... mon attaque?! »

    Entre l'indignation et l'amusement, Aukoti ne savait quel ton choisir pour s'adresser à Sköll. A sa plus grande surprise, l'attaque déterminante qu'il lui avait demandé avait pris la forme d'une copie quasi-conforme de sa propre attaque, rebaptisée pompeusement "King's Pillar" pour l'occasion. D'une certaine manière, ce n'était pas si surprenant... Zeta avait après tout déjà subis une fois les affres de la Sentence d'Alephist, même si c'était dans une autre dimension qui n'était pas tout à fait la leur. La reproduire grossièrement à partir de ses souvenirs devait demeurer possible. Être pris pour exemple avait cependant déstabilisé quelque peu l'Alpha, qui hésitait entre en être fier ou se révolter face au manque d'originalité de son compagnon d'arme. Ainsi, même si une certaine hargne pouvait s'entendre dans le ton de l'Alpha, l'éclat dans ses yeux dorés demeurait rieur. Après tout, pourquoi n'auraient-ils pu se permettre un peu d’allégresse? Ce n'était pas un maint exploit qu'ils venaient là d'accomplir.

    Perséphone était à terre. Pour la première fois depuis le début du combat, une réelle marque de faiblesse s'était imposée sur le corps de la Déesse des Enfers. Cependant, malgré cela, celle qui possédait le corps de Callan semblait encore avoir de la ressource, comme son Cosmos encore incroyablement puissant en témoignait. Sa volonté avait été ébranlée, mais pas brisé. Cela, l'Alpha le lisait dans les yeux de leur adversaire. Les deux mortels, eux, étaient presque vidés de leurs forces, et l'issue du combat demeurait encore incertaine... Ou aurait pu le demeurer, si les préparatifs du plan d'Aukoti ne s'étaient pas achevés en cet instant.
    Ce n'était pas terminé, disait-elle?

      « Si. Ça l'est. »


    ["agrandir" pour meilleure qualité son]
    En prononçant ces paroles, les traits de l'Alpha s'étaient durcis. Fort d'une résolution inébranlable, le jeune homme tendit son bras droit devant lui et fit exploser son Cosmos. Loin de lancer une attaque, le bref éclat de lumière qui apparut n'eut pour seul effet que de trancher la paume de sa main en profondeur pour y faire couler le sang en abondance. Alors que le liquide écarlate se répandait au sol, un puissant amas de Cosmos se mit jaillir des profondeurs de l'âme d'Aukoti. Sous ses pieds apparut un cercle runique à la lumière malsaine, où trônait en son centre un sombre blason représentant une lance fendant la terre. La signification de ce symbole avait été perdue depuis des générations, mais la volonté des Deivams demeurait, alerte et impitoyable, veillant sur ses descendants. Le membre levé d'Aukoti se mit alors à trembler pendant qu'une aura sombre l'entourait, de plus en plus opaque, de plus en plus puissante. Mais la douleur engendrée par ce rituel n'était rien. Celle de Callan devait être bien plus terrible, et le jeune homme avait bel et bien l'intention de mettre un terme définitif à son calvaire. Fermant son poing ensanglanté, il récita sa prière aux Démons enchainés dans son cœur. Le moment de les libérer était enfin venu.

      « Ô Dragons! Par le sang qui a été versé, je brise les chaines de mon serment! Recevez ce bras, et faites-en votre sombre pitance pour répondre à mon appel! Voyez cette Déesse... Que vos crocs déchirent son Cosmos! Que vos gueules avalent son âme! Détruisez! Dévorez! Lavez ce corps des ténèbres qui l'habitent! »

    Répondant à sa prière impie, un puissant rugissement monta de l'obscurité de son âme, audible uniquement par Fafnir lui-même. Dans une explosion de douleur, son bras et les derniers fragments de son armure qui y étaient fixés fusionnèrent avec le Cosmos sombre du Dernier Dragon pour donner naissance à une nouvelle forme. Le membre du Guerrier Divin se plia sous un angle improbable, secoué par de violents soubresauts alors qu'un cri étouffé s'échappait des lèvres de l'Alpha qui posa genoux à terre. Aukoti avait l'impression que chaque atome de son bras explosait et se reformait à l'infini, l'emprisonnant dans un cercle de destruction sans fin. Ce ne fut qu'au bout de quelques secondes que la souffrance du jeune homme cessa, ou plutôt devint supportable. Son bras droit n'était plus. A la place de celui-ci, une gueule noire à l'apparence reptilienne s'était formée à partir de sa chair et de son cosmos d'ombre. Ses yeux jaunes luisant de malice, la créature grondait. Ses crocs réclamaient leur dû, la chair de cette Déesse qui lui avait été promise!

    La respiration lourde d'Aukoti se calma progressivement. Même si ce n'était que partiellement, la puissance phénoménale des dragons était sous son contrôle. Avec cela, la clé de voute de sa stratégie était achevée, et le piège venait de se refermer sur la Déesse des Enfers. Pas un seul instant ce combat n'avait été mené dans le seul but de la vaincre par la pure violence. Depuis le début, le GodWarrior d'Alpha avait cherché à l'affaiblir, amoindrir ses forces pour placer à coup sur son ultime attaque : la Sentence d'Alephist. A présent, comme en témoignait la rune Aleph qui brillait sur le buste du jeune homme, un minuscule fragment de la vie de la Déesse Infernale était scellé en lui. Un lien avait été formé entre eux, et Aukoti comptait l'exploiter avec la force de ces créatures mythiques pour y attirer l'intégralité de l'âme de Perséphone. Pointant la gueule du Dragon dans la direction de cette dernière, le symbole d'Aleph disparut de son armure pour reparaitre sur le front de la créature noire. Au même instant, la même glyphe apparaissait sur le buste de l'Impératrice. A présent, tout était en place... Ou presque. Le rôle du loup déicide était encore loin d'être achevé!

      « Sköll... Immobilise-la. »

    Cet ordre final, celui qui devait sceller l'issue de ce combat et de la Guerre, franchit les lèvres d'Aukori avec une certaine douceur. Nulle condescendance n'était décelable dans ces paroles pourtant impérieuses. C'était là ce qui devait être fait, ni plus, ni moins. Leur force était suffisante pour venir à bout de cet adversaire. Il n'y avait plus de place pour les hésitations.
    Usant de ses dernières réserves de Cosmos, Sköll créa une majestueuse prison de glace pour la Reine des Enfers. Dans un blizzard défiant toute notion de froid, un immense trône en forme de gueule de tigre se forma sous Perséphone pour la forcer à s'y asseoir avant de sceller ses membres dans une glace éternelle. N'en attendant pas autant de la part de son frère d'armes et de sang, Aukoti partit comme une flèche, unissant son cri au rugissement de la créature qui habitait son bras. Lorsqu'il arriva devant la Sombre Déesse, l'Alpha frappa. La gueule sombre du dragon s'ouvrit, mais au lieu de déchirer en lambeaux le corps de Callan, elle disparut en s'enfonçant dans sa chair comme pour l'empaler. Ayant enfoncé son bras jusqu'à l'épaule dans le buste de Perséphone, le jeune homme demeura alors immobile, comme figé dans le temps. Nul sang ne fut pourtant versé : c'était dans la rune d'Aleph que le dragon et la conscience de son maitre s'étaient volatilisés, atteignant directement les profondeurs de l'âme de leur cible. Les pupilles vides de l'Alpha en témoignaient : son esprit avait quitté son corps pour un voyage bien plus lointain que tous ceux qu'il avait déjà entrepris.

    ~¤°-----------------------------------------------------°¤~
    Les Ténèbres sous leur forme la plus pure. C'était en leur cœur qu'Aukoti tentait à présent de se frayer un passage. Sa vie, seul et faible éclat de lumière dans le vide qui l'entourait, était tout ce qui le gardait de la peur et de la folie qui le guettaient. Depuis combien de temps était-il là? Marchait-il? Nageait-il? Volait-il? Était-il vêtu de son armure? D'une cape? Nu comme un ver? Il n'en savait rien. Il avait oublié. Tout autour de lui n'était qu'oubli, désespoir et tristesse, mais également rage et colère. Il les sentait bouillonner autour de lui, en lui. Petit à petit, il se perdait. Il les sentait s'approcher, le toucher, l’accueillir. Il était les Ténèbres. Ou presque. Qu'est-ce qui le rendait si différent de toutes ces ombres qui l'entourait?
    Il s'était égaré.

    Pourtant, une étrange chaleur demeurait en lui, si différente de cette moite tiédeur qui l'entourait. Alors que cette obscurité menaçait de l'engloutir, il sentit comme une tape qu'on lui donnait dans le dos, le vivifiant, le réchauffant, lui apportant la force qui lui manquait pour continuer à avancer dans ces ténèbres. Avancer vers quoi? Pour quoi? Vers cette lumière, semblable à celle qui couvait en son cœur et qu'il devinait au loin. Pour les retrouver, ces êtres qui l'avaient soutenu tout ce temps. Pour la ramener, elle, à qui il avait promis et juré de la protéger. Callan.
    Aukoti se souvenait. Il sentait le grondement du Dragon tout prêt de lui, la présence rassurante de Sköll au côté de son corps physique. Oui, il avait manqué de se faire déborder par l'âme de Perséphone, mais désormais il savait d'où il venait, où il allait. Déchirant les ombres autour de lui, le jeune homme parvint au fin fond de l'âme de la Déesse des Saisons.

    Un jardin. Un magnifique jardin. Des fleurs et arbres de toutes sortes et venues de toutes les périodes de l’année se côtoyaient entre ces murs d'ivoire, éclatants et rayonnants sous ce soleil chaud sans être brulant. Ainsi, un tel endroit existait dans le cœur de la Déesse Infernale? La lumière qu'elle avait scellé en elle-même? Et ce n'était pas tout... C'était également en ce lieu que reposait celle qu'Aukoti était venu chercher. Elle l'attendait, d'ailleurs, nullement vêtue d'une robe de princesse, mais plutôt des simples vêtements d'homme qu'elle avait porté, ce soir-là, sur ce balcon. Elle le regardait, semblant espérer quelque chose de sa part. L'Alpha sourit à sa Prêtresse, posant genoux à terre avant d'incliner la tête avec respect devant elle. Levant alors sa main droite, gantée de noir, pour lui présenter sa paume, le chevalier servant parla.

      « Il est temps de rentrer chez vous, Callan. Viendrez-vous avec moi? »

    La réponse ne se fit pas attendre...
    Et au même instant, les crocs du dragon se refermèrent sur l'âme de la Déesse.

    ~¤°-----------------------------------------------------°¤~
    Aukoti poussa un cri. Il venait de retrouver son corps, le vrai, celui qui était aux Cinq Pics. Un rugissement venait de l'éjecter hors du psyché de Perséphone. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose : le dragon avait saisie sa proie à la gorge. Tirant alors de toutes ses forces, l'Alpha chercha à retirer sa créature qui tenait l'âme de Perséphone dans sa gueule du corps d'emprunt de Callan. Au début, rien ne bougea, mais le Guerrier Divin redoubla d'effort, forçant tant que le sang se mit à couler plus en abondance encore de ses plaies ouvertes. Serrant les dents et étouffant un grognement, Aukoti progressa, centimètre par centimètre, retirant la forme noirâtre du Dragon qui avait planté ses crocs dans une matière plus sombre encore! Tirant encore et encore sur cette entité de Cosmos obscur qu'il sortait du corps de la Prêtresse, le jeune homme s'éloigna pas à pas du trône de glace, avec l'aide de Sköll qui était venu joindre ses forces aux siennes. Finalement, une immense sphère d'énergie astrale sortit du corps de Callan, sans pour autant l'en libérer complètement. Un faible résidu s’accrochait encore à son enveloppe mortelle qui, déjà, avait retrouvé ses couleurs d'origine. Ce petit résidu opposa plus de résistance aux deux hommes que tout ce qu'ils avaient pu imaginer. Pire, toute la noirceur de l'énergie de Perséphone commença à refluer vers le corps qu'elle avait choisis pour être sien, et rien de ce que purent faire les deux Ases ne parvint à enrayer ce processus de retour à l'état initial. Alors que cette lutte perdue d'avance commençait à faire poindre le désespoir dans le cœur d'Aukoti, le soutien de Zeta disparut. Sköll venait de saisir l'épée d'Héphaïstos et de bondir vers Callan.

      « NON! Sköll! Ne fais pas ça! »

    Mais le Fauve Noir resta sourd au cri du Dragon. Les crocs de feu offerts pas le Seigneur des Forges se refermèrent... Tranchant net le petit résidu qui reliait le gros de l'énergie de Perséphone au corps de Callan. Immédiatement, ce petit fragment retourna se loger au cœur de la Prêtresse. L'Alpha réalisa alors que le processus n'avait pu être mené à bien... Le lien avait été coupé, et même s'il avait arraché quasiment tout son Cosmos à Perséphone la conscience de cette dernière était restée bien ancrée dans la poitrine de Callan. Sans pouvoir détruire ou sceller son âme, le Cosmos qu'il lui avait retiré ne tarderait pas à bien vite retrouver sa propriétaire... Sauf s'il lui trouvait une prison plus appropriée.
    Aukoti savait ce qu'il avait à faire.

    Levant la gueule du Dragon au-dessus de sa tête, le Guerrier Divin attira à lui l'immense sphère de Cosmos sombre qu'il avait récupéré. Les mâchoires de la créature s'ouvrirent alors, tous crocs levés, pour mordre à pleines dents dans cette sphère qui, comme attirée par un siphon, s'engouffra dans sa gorge, tel un liquide dont elle s'abreuvait. Silencieusement, les lèvres de l'Alpha avaient formé un mot. Dévore.
    Les ténèbres l'entouraient à nouveau, mais cette fois-ci c'était lui qui allait les engloutir. Son corps servait déjà de prison pour de nombreuses créatures anciennes et violentes... Il pouvait bien faire de la place pour accueillir un pensionnaire de plus. En en payant le prix, bien entendu.
    Au loin, Aukoti entendit comme une explosion lorsque la dernière goutte de Cosmos disparut dans la gueule du Dragon. Malgré une anesthésie presque complète de son corps, il sentit nettement la moitié droite de celui-ci voler en éclats sous la pression. Au loin, il lui semblait entendre des voix. La dernière chose qu'il aperçut au loin avant de sombrer dans le fond de sa conscience, ce fut la vision de deux pupilles émeraudes s'éveillant d'un très long sommeil. Cela lui arracha un sourire.
    Il pouvait se reposer, à présent.

Arrow Ellipse
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   Mar 4 Sep - 5:56

Prophétie de la Nuit Noire
Guerre Sainte

Sköll ne répondit pas, mais il savait qu'Aukoti était dans le vrai. C'était le seul moyen qu'il avait trouvé de déverser son trop-plein de cosmos pour enfin porter l'estocade. Après avoir jeté ses dernières forces dans la bataille, il se sentait serein. Cet immense sentiment de vide qui s'était emparé de lui ne tarderait pas à se dissiper. De cosmos, il ne lui restait plus une goutte, si bien qu'il s'étonna que les fragments de son armure encore intacts ne lui paraissent pas peser des tonnes. Exempt de cette énergie qui faisait de lui un chevalier juré, il se sentait libéré de ses serments, de ses paroles qui auraient normalement dû l'engager jusqu'à la mort. C'était un étrange sentiment, mais il s'en sentait plus léger, et ce même si l'omniprésent parfum du sang lui faisait tourner la tête. Mais il était encore trop tôt pour se laisser aller à un repos pourtant bien mérité. Au creux de sa main flamboyait encore l'épée d'Héphaistos, signe qu'il lui restait quelque chose à accomplir.

Oui, mais quoi ? La réponse vint d'Aukoti qui se mit en mouvement sans s'accorder ne serait-ce qu'une seconde de répit. Ils étaient sortis vainqueur de cet affrontement, mais le plus dur restait encore à faire. S'imposer dans une épreuve de force était ce qu'ils savaient faire de mieux, mais une opération aussi délicate demandait une adresse dont Sköll ne se pensait pas capable. C'était à l'Alpha qu'incombait la lourde tâche de la libérer de son fardeau comme il le lui avait promis. Ne sachant comment s'y prendre et étant de toute façon convaincu qu'il gênerait plus qu'autre chose, Zeta avait pris ses distances. Cela ne l'empêcha pas de surveiller la scène d'un oeil attentif, prêt à intervenir si le besoin s'en faisait sentir. La terre était devenue le fourreau de l'épée ardente, qu'il n'avait pu se résoudre à rengainer au nom d'un pressentiment dont il n'arrivait pas à se départir. Celui qu'il en aurait à nouveau besoin, et plus tôt qu'il ne l'aurait cru.

Les paroles de Perséphone faisaient écho dans son esprit à la manière d'un chœur discordant. Que la Reine des Enfers accepte si aisément qu'il se qualifie de démon alors qu'elle n'avait cessé de le contredire tout au long du combat ne pouvait que vouloir signifier qu'il avait vu juste. Son destin était d'être un Tueur de Dieux, un Destructeur de Monde. Son regard se leva vers le firmament obscur qui tenait lieu de toit aux Enfers, imaginant le soleil à travers lui. L'astre solaire les inonderait de ses rayons sitôt qu'ils seraient remontés à la surface. Viendrait un jour où il devrait le détruire. C'était écrit. Pour autant, il n'accepterait pas la suite de ce qui devait être ses dernières paroles. Si la Dame Noire revenait à la vie, il serait là pour la combattre et lui ferait vivre l'Enfer. Elle disait ne pas connaître la peur, mais il pouvait la lui inculquer... Puis, il lui fallut songer au cosmos qui avait soutenu son bras au moment de l'assaut final. Ce regain d'énergie n'était pas anodin, et il savait à qui il le devait.

Comment avait-elle su que c'était le moment opportun ? Cela resterait pour lui un grand mystère. Tandis qu'il reprenait son souffle, le colosse déposa la main sur son torse. Bien qu'intimement liée à la lune, cette aura lui avait paru rassurante, emplie d'une douce chaleur. Il arrive que les sentiments d'une personne se mêle à ce mystérieux pouvoir, mais cela nul ne le lui avait jamais appris. Aussi ne pouvait-il mettre de mots sur cette étrange sensation, alors pourtant qu'il ne demandait qu'à pouvoir se l'expliquer. Mais il n'en eut pas l'occasion, puisque ses réflexions furent contrariées par des turbulences qu'il n'avait pas vu venir. Le rite qu'exécutait son compagnon d'armes dépassait l'entendement, mais il trouva pourtant le moyen de s'étonner qu'il dispose encore d'autant de ressources après cette terrible confrontation. Ce n'était cependant pas le plus important, et il aurait sans doute tout le temps de l'interroger sur le chemin du regard. L'éclat douloureux qui émanait du cercle tracé au sol lui hérissa le poil et lui contracta les mâchoires.

Sans qu'il ne sache pourquoi, cette lueur bleuté ne lui inspirait aucune confiance en plus de lui sembler profondément malsaine. Quelle que soit son origine, il ne voulait pas la connaître, car l'hostilité qu'elle éveillait en lui était plus grande que tout ce qu'il avait jamais connu. L'envie lui vint d'exécuter sommairement Perséphone avant qu'il n'arrive au bout de ses incantations pour n'en jamais connaître la fin, mais il sut que ce n'était pas possible et s'efforça de se raisonner pour ne pas perdre le contrôle de lui-même. Cela lui fut plus difficile qu'il ne l'aurait cru tant l'atmosphère s'était viciée et exerçait sur lui une pression qu'il avait peine à supporter. La voix d'Aukoti quand il s'adressa à lui fut comme une bouée de sauvetage, à laquelle il dut se cramponner fermement pour échapper à l'océan déchaîné de rage meurtrière qui grondait au fond de son âme. Le bras droit de Sköll s'illumina d'un bleu de glacier, absorbant à grandes goulées le cosmos qu'il était parvenu à récupérer depuis la fin des hostilités.

- Si ça peut te faire plaisir...

Son poing percuta le sol sans ménagement pour y déverser l'aura glacée qu'il avait accumulée. À l'endroit où se tenait Perséphone, captive de sa cage d'inconscience, surgit un trône à sa mesure. Sculpté dans le givre, il n'avait point la chance d'être finement stylisé et encore moins richement ornementé. Son seul prestige, s'il en était un, était son allure. Celle d'une gueule béante, d'un fauve affamé qui n'attend que de pouvoir la déchiqueter de ses crocs. Prêt à n'en faire qu'une bouchée. Prise dans la glace, il lui était impossible de bouger, quand bien même elle aurait repris connaissance au plus mauvais moment. Cette dernière provocation, elle n'en saurait jamais rien. Pourtant, il en fut satisfait, et ne se détourna qu'après avoir apprécié cette vue de sa mine triomphante. Ses blessures avaient déjà commencé à cicatriser, et ses réserves d'énergie seraient bientôt pleines à nouveau. N'avoir pu profiter plus longuement de cette absence totale de pouvoir cosmique le frustrait, mais il fallait s'y attendre. Il était né pour le combat et n'aurait de repos que quand il régnerait sur un enfer de sang posé sur une mer de cendres.

Ce qui devait se passer ensuite défiait l'entendement. Dressé de toute sa hauteur, le géant des glaces vit Fafnir fondre sur elle tel le rapace sur sa proie. Un geste si brusque qu'il ne pouvait croire qu'à une agression caractérisée. Avant d'avoir pu lui reprocher de s'être réservé la mise à mort pour laquelle il semblait en fin de compte s'être décidé, il se figea. Pas une goutte de sang n'avait jailli, et ce n'est qu'ainsi qu'il se rendit compte qu'elle était toujours intacte – du moins autant qu'elle pouvait l'être après avoir été terrassée par deux mortels qu'elle trouvait auparavant si pathétiques. Aukoti avait plongé la main dans son corps à travers de ce qu'il identifia comme une sorte de portail, qu'il supposa être relié aux méandres de son esprit. Une approche aussi peu commune que dangereuse, mais cela, il devait déjà le savoir – et dans le cas contraire, il ne lui restait plus qu'à espérer que le Dragon Noir ne l'apprenne pas à ses dépens. Ce court laps de temps lui suffit à estimer que l'homme qui se tenait devant lui était sans doute pour lui ce qui se rapprochait le plus d'un ami.

Le rugissement que poussa Aukoti l'aurait fait tressaillir s'il n'avait pas été préparé à cette éventualité. Cela n'avait duré qu'une seconde, mais il ne lui en fallait pas plus pour concentrer la totalité de sa force titanesque. Une main de fer se referma sur l'épaule d'Aukoti pour le tirer en arrière afin de le séparer de la source de tous ses maux. Ce ne fut pas aussi facile qu'il l'aurait cru, mais il avait au moins la certitude que sans son aide l'Alpha ne serait sans doute plus. Ce qu'il serait advenu de lui, il préférait ne pas y penser, et l'adrénaline ne lui en laissa de toute façon pas la chance. C'est avec la même fermeté que sa main libre le saisit par le poignet pour extraire l'essence du mal qu'il tenait entre ses crocs. Les ténèbres tapies dans les tréfonds de son être se mirent à palpiter pour y faire écho mais le Fauve n'en tint nul compte. Mais leur acharnement n'avait servi à rien puisque déjà l'orbe maléfique tentait de se débattre pour reprendre sa place. Le Briseur de Soleil sentit le peu de patience qu'il lui restait tomber en poussière.

Il frappa.

Sa prise s'était refermée sur l'épée de feu, située à proximité. Il avait eu raison de la laisser à l'air libre, et n'en était pas mécontent. La fraction de seconde qu'il lui aurait fallu pour la dégainer aurait peut-être été celle de trop. Sa fougue lui dictait de frapper de ses poings, mais un semblant de raison lui avait soufflé à l'oreille que seul un objet divin pouvait couper ce lien. Et il avait bien fait de s'y fier, de toute évidence. À cet instant, la lame n'avait été que le prolongement de son bras, un croc ardent pour fendre l'obscurité. La suite ne dépendait plus de lui : tout était entre les mains d'Aukoti. L'onde de choc qui se propagea aux alentours quand le Guerrier Divin absorba la force obscure manqua de le déstabiliser, et alla jusqu'à ébrécher le fer incandescent. Vidé de ses forces, le porteur de saphir fut contraint de poser genou à terre avec son arme pour seul apui, trop confus pour percevoir ce que son compagnon avait dû endurer. Ses pupilles d'argent se levèrent en direction de Callan.

- Bienvenue chez les vivants.



→ Ellipse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Autres Lieux :: Cinq Pics de Rozan-