RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Dim 20 Mai - 13:48

==> Bienvenue dans l'Enfer de glace.

[Post court pour assurer la transition, la suite sera plus longue]

L'Anténora s'éclairait à nouveau. Le divin cosmos faisait trembler les murs et cela ne pouvait que perturber la Chasseresse des Enfers. Les choses ne cessaient de s'emballer alors que Lydia faisait face au Lion d'or.

Corell le flamboyant qui avait vaincu son ténébreux seigneur Rochel. Une immense tristesse transparaissait dans les yeux et le cosmos de la jeune spectre. Elle vénérait autant le dieu de la Mort que sa déesse qui se retrouvait elle aussi aux prises avec deux ennemis féroces.

Les premiers échos de la bataille lui parvenait depuis la Caïna toute proche. Pourquoi les autres spectres ne s'étaient-ils pas interposés ? Défiée par le Lion et encerclée par les autres, la Gardienne de l'Eté ne pouvait désormais plus quitter ces lieux.

Un autre geste tandis qu'elle inclinait la tête, faisant glisser sa superbe chevelure rousse. Et elle finit par lui faire signe de la suivre. Combattre à proximité d'une lutte incluant une déesse n'était pas l'idéal.

La Vampire sentait que cette femme n'était pas la déesse Athéna. Elle avait un sérieux doute mais ne pourrait rien dire maintenant que l'immense cosmos de la belle nordique s'était abattu sur la pièce.

Aussi, contemplant l'homme à l'habit d'or, elle lui glissa de sa voix harmonieuse.

- Corell du Lion, l'Anténora ne peut être la scène de notre combat puisqu'elle est déjà celle d'une lutte opposant une déesse à un spectre. Allons hors des murs, sur la glace...

Là, où les Poissons pourront illuminer ce qui sera sans doute le dernier combat de l'un d'entre nous...


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Dim 20 Mai - 13:48

lancer de dés
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Dim 20 Mai - 13:48

Le membre 'Lydia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Lun 21 Mai - 17:30

Arrow 2ème Sphère: l'Antenora


Lydia se dirigeait déjà vers la sortie. Il la suivit, observant son corps et chacun de ses mouvements comme un prédateur. Plus il l’observerait, plus il aurait de chances d’analyser rapidement ses techniques de combat. Dès qu’ils furent sortis, la morsure du froid agressa le corps endoloris du Saint de l’Espoir. Le Lion serra les dents alors qu’au loin il distinguait les visages surgissant du sol. L’Antenora était située derrière le Cocyte, mais restait suffisamment proche pour que la vue perçante du fauve puisse distinguer les traits cadavériques tirés par la souffrance des anciens Saints d’Athéna.

Un jour, je serai parmi eux…

Cette pensée lui fit froid dans le dos. La simple idée de finir en ce lieu maudit, transit de froid pour l’éternité, le dégoûtait au plus haut point. A l’allée, il avait soigneusement évité le cimetière des Chevaliers, préférant faire un détour pour rester en bordure du Cocyte. Corell avait rarement peur. Mais après avoir vu le Cocyte, ce futur l’effrayait de plus en plus. Mais il contrôlait cette peur ; elle n’avait pas d’effet sur lui, pour une multitude de raisons : se battre pour Athéna, protéger la femme qu’il aimait. Mais surtout, il savait que son sort était déjà réglé : il avait éliminé beaucoup de Spectres. Le seul moyen d’échapper à ce destin ignominieux était simple : il n’avait pas le droit de mourir.

Et il ne mourrait pas.

Lydia c’était arrêtée. La Constellation des Poissons, unique restante dans les cieux infernaux, se reflétaient dans ses pupilles. Corell avait remarqué la disparition de plusieurs constellations d’un seul coup avant de parvenir à l’Antenora. Il ne comprenait pas la raison du phénomène, mais il ne s’en inquiétait pas ; toutes les réponses ne venaient pas forcément dans l’instant.

« Les Saints des Temps Anciens seront seuls juges de ce duel, belle Vampire. Voyons qui de nous deux dispose des crocs les plus aiguisés ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Lun 21 Mai - 17:30

Le membre 'Corell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mer 23 Mai - 13:28

Le froid du Cocyte se faisait ressentir mais pas pour elle. La Chasseresse de l'Eté sentait la flamme de son orbe la préserver et puis, ce lieu était entre l'Anténora et la Tolomea. Elle était presque chez elle...

Seigneur Rochel... Vous êtes en vie.

Un soux murmure s'échappa des lèvre de la belle Lydia avant que le Lion d'or ne reprenne la parole et son sourire se mua en tristesse. Une larme brilla au coin de ses paupières. C'était encore si récent que son coeur saignait toujours.

Aux mots du chevalier, elle se rappelait les instants passés auprès de son fol amour.

La Cascade de sang et ce qui avait suivi. Lydia finit par redresser la tête. Sa voix envoûtante se fit alors entendre mais quelque peu brisée alors que ses yeux brillaient bien trop.

- Que sais-tu de moi et de mon amour, Corell du Lion ? Comment peux-tu savoir à quel point mon coeur a été déchiré ? Athéna, celle que tu vénères comme étant pure et aimante... Et bien, ta déesse nous a séparés à jamais.

Elle seule... Alors que je l'aimais sincèrement.

Ni mon seigneur Rochel que tu as souillé de tes poings ni ma merveilleuse reine ne m'ont opposé le moindre refus. Tous deux ont accepté et ne me jugent toujours pas. Mon seigneur est vivant, Corell. Il est vivant, tu ne peux en douter.

Vivant contrairement à lui..


Une larme coula le long de sa joue avant qu'elle ne reprenne.

- Tout est la faute de ta déesse, Corell du Lion... A cause d'elle, tous deux avons connu la froideur du tombeau. Et je l'ai perdu.

A jamais...

A cause d'elle et de son allégeance, il m'a repoussée à jamais. Alors ne me parle plus de mon coeur... Jamais.


Un vent glacial accompagna ces derniers mots. Lydia souffrait toujours et entendre les mots du chevalier avait ravivé cette effroyable plaie.

Blessée, elle n'avait pas pris la peine de lui répondre lorsqu'il évoqua les anciens chevaliers même si la pensée l'avait traversée.

Vois comme ta déesse veille sur les siens pour qu'ils subissent ce sort. Combien elle se moque d'eux.

Lydia n'avait qu'un désir, montrer qu'elle n'agissait pas de façon aussi cruelle que le Lion en martelant son âme. La vampire ne s'abaisserait pas à cela à moins d'y être forcée...

- Laisse-les à leur sommeil, chevalier. Ce lieu est si froid si blanc...

Un peu de chaleur ne lui fera pas de mal.


Sur ses quelques mots, Lydia esquissa une gracieuse invitation, tendant la main vers le fauve du Sanctuaire tandis qu'un voile de brume apparut soudain derrière elle. Brume, délicate teintée d'écarlate. Un nuage s'étalant sur le sol jusqu'à plonger les lieux dans une atmosphère plus que chaleureuse.

Qu'ainsi s'étende le Brouillard de la Nouvelle Lune.
Laisse-le nous servir d'Ecrin qu'entre ses bras, nous puissions danser...

Pour nous déesses, viens vers moi Corell,
A moins que tu sois encore plus froid que ceux qui en ce lieu reposent...


Des pas de danse légers sans le moindre son. A chaque geste; la brume se soulèvait au rythme de sa propre danse. Ce serait un spectacle unique que celui de la Vampire évoluant entre les voiles de la brume.

Gracieuse et sensuelle sans être une seule fois vulgaire ou aguicheuse.

Elle était le charme et le mystère le plus attirant. Le magnétisme des Vampires attirant et séduisant leurs promis...

D'autres geste tandis que le Lion ne bougeait point.

- Corell, je te déplais ou bien le froid t'est-il si insupportable ? Prend ceci pour t'aiguiller vers moi. Accepte cela pour te dire que tu es bien en vie bien éveillé ? Ton coeur bat ton coeur cogne comme un son grave.

Souhaite-tu sonner mon glas, Chevalier... ?
Comme Rochel t'a échappé...
Souhaites-tu te venger sur moi ?


Des éclairs soudain dans la douceur générale tandis qu'elle ne cessait de se déplacer envoyant cinq lames dorit sur le Lion, variant les angles tout en tournant autour de lui.

Accepte ce présent, comme un hommege Corell. Une marque de respect.

La voix venait du dos du chevalier avant qu'elle ne se glisse devant lui, saisissant ses joues glabres. Ses paumes étaient chaudes et douces avant qu'elle n'approche son visage du sien. Ses yeux plongeant dans ceux de son adversaire.

- Offre-moi au moins cela, toi qui souhaites tant me sacrifier à ta déesse...

Ses lèvres se posèrent sur celle de Corell. Le baiser du vampire dans toute intensité.

Un instant son coeur se mit à l'unisson de celui du Lion d'or avant qu'elle ne le lâche et s'éloigne aussi rapidement qu'elle avait surgie devant lui. Elle préférait se méfier de cet homme qui ne pouvait être que la surpasser.

Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Ven 25 Mai - 0:50

Il ne la quittait pas du regard, tout en se concentrant. Peu à peu, il sentait son cosmos s’éveiller, véritable torrent d’énergie intérieure, puissante et infinie, qui ne demandait qu’à s’extérioriser. La pression grandissait dans son corps, alors que la rage du Lion s’éveillait peu à peu. Et si à l’intérieur, le Saint n’était qu’une boule d’énergie explosive, à l’extérieur, seul un halo de flammes dorées ne laissait transparaître sa préparation. Ses deux poings serrés renfermaient un pouvoir inimaginable, qu’il avait hâte de relâcher. Ce pouvoir était un don. Il comptait bien l’utiliser pour éliminer les menaces de la Justice, de l’Humanité, et d’Athéna.

Mais au contraire des autres Spectres qu’il avait combattus par le passé, il ne ressentait pas ce besoin de tuer son ennemi, cette férocité qui naissait en lui lorsqu’il faisait face à ses ennemis. Non, Lydia était différente. Corell avait vu son cœur, cette chaleur qui existait sous cette Surplus obscure. Elle aimait. Et elle se battait pour cet amour. Tout comme lui se battait pour le sien.

« J’en sais plus que tu ne le crois, chère Vampire… Te rappelles-tu cet instant privilégié que tu avais eu avec lui, dans la Cathédrale d’Hadès, juste avant le début de cette Guerre Sainte ? Tu ne le savais pas, mais j’étais présent. J’ai vu l’amour qui vous réunissait. »

Le regard du Saint se fit plus distant. Le cosmos s’emplit d’une tristesse et d’une honte saisissante. Le Saint avait les yeux perdus dans le vague, son esprit s’en retournant à de lointains souvenirs… Qui, de toute évidence, avait laissé une profonde cicatrice sur son âme.

« A cette époque, la haine me contrôlait… Je n’ai pas apprécié vos sentiments à leur juste valeur. Mais je me souviens. J’ai vu l’amour en toi, Lydia, Spectre du Vampire. Tu es une bonne personne, j’en suis convaincu. »

Le Saint soupira. Il revint à la réalité. Se tournant vers la Vampire, il serra le poing, d’où émergèrent des gerbes d’éclairs.

« Tu es sûrement la seule Spectre que je souhaite pas tuer. Tu te bats pour ton amour, comme je me bats pour le mien. Mais je ne sais que trop bien combien nos sentiments peuvent nous faire sombrer. Je suis un Chevalier d’Or. T’éliminer est mon devoir. Je le ferai, sans aucun plaisir. »

Alors que le Saint allait déchaîner son pouvoir, sûr de ses décisions, il se rendit compte qu’il était bien trop tard. Lydia avait déjà commencé à danser. Une brume écarlate était déjà tombée sur le lieu du combat, clouant le Saint sur place. Il se sentait engourdit, incapable de se déplacer. Totalement pris de surprise, le Saint resta bouche bée.

Incroyable… Elle m’a envoûté sans même que je le perçoive !!! Cette femme est bel et bien aussi puissante que les Chevaliers d’Or !!!

Mais elle était encore bien plus que cela. La jeune femme était un exemple parfait de symbiose avec son signe. Sa danse était captivante… Sa voix, envoûtante. Le Saint commençait à tomber dans un état second, ne quittant pas du regard le corps parfait de la jeune femme, alors qu’un désir morbide naissait au fond de son cœur. Son cosmos, si explosif juste avant, comme un océan agité en pleine tempête, était devenu aussi calme qu’un lac. Il se sentait bien, calme, décontracté. Le monde disparaissait autour de Lydia, alors que son désir pour elle augmentait de plus en plus. Il n’entendait plus les mots de la jeune femme. Il la vit s’approcher de lui, lentement, sensuellement, priant pour qu’elle s’approche encore, qu’elle vienne à lui, qu’il puisse la toucher, la faire sienne…

JACEN !!!!

Le cri résonna dans son esprit. Un cri de femme. Une voix connue. Une image s’imposa à son esprit : celle d’une jeune femme, sa longue chevelure brune descendant en cascade, ses yeux azurés d’une beauté saisissante, des lèvres pulpeuses qui lui souriaient. Elle portait une armure d’argent dissimulant une partie de son corps parfait, dont les courbes audacieuses enflammèrent son cœur.

Jaina !!!

L’esprit embrumé du Saint s’éclaircit d’un coup. Comme une renaissance, son cosmos lui revint soudain, plus mortel que jamais. Juste à temps pour voir la Vampire sur le point de le frapper de son poignard. Le Lion gronda de colère devant cette attaque ignominieuse. Le poignard ne toucha jamais sa cible. Au dernier instant, un rayon de lumière vint le frapper, le repoussant immédiatement en arrière. Lydia ne perdit pas espoir. Elle tenta de l’attaquer à plusieurs reprises, mais les éclairs de cosmos la repoussèrent à chaque fois, alors que le Saint d’Or ne bougeait pas d’un poil, toujours emprisonné par la technique de la Spectre…

La jeune femme surprit une fois de plus le Lion. Oubliant son poignard, elle se faufila telle une ombre devant lui… Et l’embrassa. Jamais Corell n’aurait imaginé qu’elle fasse un acte pareil, et ne s’y était pas préparé. Le baiser était incroyable. A la fois divin, le désir qu’il avait pour la Vampire se réveillant d’un coup… Mais également clairement malsain, car il sentit à quel point ce baiser était sale et perfide, lui volant ses forces vitales. Un acte indescriptible, tant il était à la fois bon et repoussant. Le Lion fut incapable de se décider… Même lorsque Lydia eut finit sa sale besogne. Mais une chose était sûre.

Il était en colère.

« Ainsi, tel est ton pouvoir !!!! Au final, tu ne mérites pas mon estime !!!! Je suis convaincu qu’on connaît réellement un Chevalier uniquement lorsqu’on le combat. Je ne vois ici que fourberie et manipulation. Toi qui oses prétendre aimer, mais qui es si machiavélique !!!! Bardamu est mort pour toi, mais à te voir ainsi, je suis sûr que tu ne t’es que servie de lui.

Pour cela, tu vas payer… Ta brume ne retiendra pas bien longtemps un homme tel que moi !!!! »


Le cosmos du Lion explosa, alors qu’un grondement tonitruant de bête sauvage emplissant l’arène du combat. Une pression s’abattit sur la Spectre, alors que le cosmos doré du Saint sortait de son être comme autant d’ondes de choc. Le sol trembla. La fureur du Lion était fracassante. Le cosmos du Saint commença à s’enrouler sur lui-même, créant une tornade d’énergie pure autour de lui-même, qui emporta avec elle une bonne partie de la brume, ne laissant en son centre que le Chevalier d’Or, dont les poings étaient auréolés de lumière, prêts à frapper comme un ange de férocité que rien ne pourrait arrêter.

« Bardamu était un homme droit et respectable. Tes mensonges ne l’ont que trop torturé. S’il est mort, c’est par ta faute… Je vais expier tes pêchés ! »

Il laissa place à sa rage. Libéré de l’emprise de la Spectre, le fauve se jeta sur elle comme un chasseur frappe sa proie, sans lui laisser la moindre chance. Les poings du Lion devinrent flous. Ils frappèrent leur première cible, le cœur de la jeune femme, à une vitesse presque surnaturelle. Un second coup arriva, lui déchirant les côtes, un coup tellement puissant qu’il se répercuta dans l’organisme de la Vampire, s’en allant s’en prendre à son foie. A chaque coup, la foudre qui naissait dans les poings du Saint transitait dans le corps de la victime, lui brûlant les entrailles. Corell poussa son avantage, infligeant un troisième et dernier coup dans le ventre de la victime, qui la fit se ployer en avant. Loin de retirer sa main, le Saint l’ouvrit, posant sa paume tournée vers le ciel sur le ventre de Lydia. Une puissante onde de choc y naquit, catapultant la Spectre dans les airs.

« Vois la clarté des Crocs de Lumière !!! Des éclairs pourfendeurs du Mal, emplis de vérité et de sincérité ! »


LIGHTNING… PLASMA !!!!



Le poing du Lion pourfendit les cieux. Le monde explosa. Tout ne devint plus qu’ombres et lumières alors que les Griffes du Lion fendirent les enfers par millions, frappant leur victime avec une fécorité toute particulière, porteuse de la colère d’un frère d’armes découvrant que son ami avait donné sa vie pour un mensonge, pour une manipulation, pour un simple amusement d’une femme bien trop fidèle à son signe.

« Vois les crocs qui ont tué ton maître… Ressens sa mort dans mes éclairs… Personne ne peut survivre à l’Athéna Exclamation des Chevaliers d’Or, pas même des Dieux ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Ven 25 Mai - 8:20

lancer de dé
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Ven 25 Mai - 8:20

Le membre 'Lydia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Sam 26 Mai - 22:21

Un dernier sursaut avant qu'elle ne bloque le contrecoup de l'attaque. Tous les autres l'ayant atteinte, sans qu'elle ne ressente réellement la souffrance physique. Non, son esprit était bloqué ailleurs. La colère du saint d'or avait éclaté avec tant de fureur mais bien plus que ses coups, ses poings chargés de rage, ce furent ses paroles qui blessèrent la Vampire au plus profond d'elle-même.

Oser lui cracher cela au visage alors qu'elle souffrait encore tellement de la perte de celui qu'elle avait aimé de toute son âme. Son cosmos vira en une couleur indéfinissable à la hauteur du coup qu'elle avait reçu.

Sa voix s'éleva alors...

- Bardamu... Tous deux avons perdu la vie dans cette guerre qu'a déclenché ta seule déesse... C'est elle qui a fait notre malheur...

L'écho de sa douleur était tel qu'il fallait vraiment être dénué de tout coeur pour douter de la sincérité de ses sentiments.

- Morte, je suis morte par deux fois... Une fois sous ses yeux... Parce que je ne voulais pas qu'il soit blessé par les roses d'Albafika des Poissons... Morte car je l'ai épargné... Parce que je l'aimais déjà à cet instant-là...

Le visage de la jeune femme ruisselait de larmes, dessinant des rivières écarlates qui soulignant ses magnifiques traits.

- Bardamu... J'avais tant espéré vivre cet amour avec lui. J'ai été jusqu'à faire sortir l'âme de son père des Enfers pour qu'ils puissent se revoir. Par amour pour lui...

Et tu oses m'accuser de l'avoir trahi... Le trahir... Le Trahir !!!

Comment... !!! Peux-tu seulement penser cela !!!


La fureur de et la souffrance de Lydia étaient telles qu'elle leva la main pour gifler le saint de toutes ses forces. Une telle indignation brillait dans ses yeux qu'on ne pouvait mettre en doute ce qu'elle ressentait à moins d'être le dernier des abrutis.

- Ordure ! Monstre au coeur encore plus froid que le Cocyte, enivré par une victoire de lâche contre un adversaire blessé !!!

C'est vous les saints, vous, qui êtes des monstres dénués de tous sentiments... !!!

Sais-tu seulement ce que c'est d'être une vampire ? Sais-tu seulement ce que c'est d'être comme moi...

Comme moi...


Un dernier éclat entrecoupé de sanglots et elle porta la main sur son coeur avant de reculer.

- A quoi bon te parler. Tu n'es qu'un abruti ne pensant qu'à casser du spectre, incapable de savoir ce qu'est le véritable amour, celui capable de passer au-delà de toutes les barrières...

Un soupir et elle s'enfonça dans la brume qui reprenait ses droits. Elle ne voulait plus l'entendre ni lui parler. Elle lui avait fait un cadeau dont il était indigne. Le Baiser du Vampire était un privilège. Maintenant, elle garderait ses distances avec lui. A quoi bon parler de son amour à un homme qui ne ressentait rien si ce n'était le mépris et la soif de meurtre.

De nouveau, elle lança ses lames davantage pour le tenir à distance que le blesser mortellement. Elle ne voulait pas qu'il la suive dans ce qui deviendrait une danse plus qu'étonnante. Ses doigts effleurèrent le pendentif en or que lui avait offert le Scorpion. Un présent porteur de toute son amour et sa confiance en elle. Tout ce qu'il lui restait de lui maintenant.

Et sans s'en rendre compte, sa voix s'éleva mélancolique.

- Personne ne peut nous comprendre, mon cher Amour. Personne ne l'a pu. Et encore moins tes abrutis de frères...

Elle avait parlé sans se soucier de la présence de Corell. Que le chevalier l'entende ou non, elle s'en fichait. Maintenant qu'il avait touché ce qu'il n'aurait jamais du ne serait-ce qu'effleurer : son amour, la pureté de ses sentiments...

- Lydia ? Ne l'écoute pas...
- Lucky...
- Ne l'écoute pas. Ses paroles ne t'ont que trop blessée. Moi et les petites vampires, on aime pas te voir comme ça.
- Lucky... C'est si douloureux. Je l'aimais tant. Tant que j'ai perdu la raison lorsqu'il a perdu la vie...


Elle resta muette inclina juste la tête. Un simple geste pour faire comprendre à la fée que maintenant, elle ne se laisserait plus briser aussi facilement. Elle avait voulu tester son ennemi et le résultat avait été pire que tout ce qu'elle aurait cru. Les mots de Corell lui avaient rappelé la perte de son Amour de la pire des façons et elle ne s'approcherait plus de lui...

Il ne méritait pas la douceur de l'Etreinte vampirique. Et puis, il était trop stupide pour l'apprécier. La gardienne de l'Eté se déplaça simplement jusqu'à un point où elle se sentirait bien, loin de cet homme empestant autant l'orgueil que l'ignorance.

Ses poings se serrèrent avant que d'une voix vibrante et plus que lourde d'émotions, elle ne lui jette comme ultime présent.

- Mon seigneur est vivant... Tu peux te leurrer autant que tu veux mais il est vivant !!! Aussi vrai que j'ai un coeur et que j'ai follement aimé le chevalier du Scorpion au point de tout faire pour le mettre hors de portée des combats, je peux te dire que Rochel est vivant !!!

D'ultimes larmes coulèrent avant de tomber sur le pendentif que lui avait offert le Scorpion. Pour Lydia tout était clair à présent. Les spectres étaient nobles, bien plus nobles, que ces pseudos saints de l'espoir.

Dans un sursaut de fierté, elle avait tenté de souffleter le Lion mais que lui importait maintenant que sa gifle ait atteint son but ou non. Jamais plus, elle ne le laisserait la contempler. Il ne le méritait pas et que lui importait l'estime d'un homme aussi cruel et imbus de sa personne. Son cosmos torturé avait déjà eu être une fameuse source de jouissance pour lui. Il venait de lui briser le coeur en frappant comme le dernier des lâches et elle n'avait pu retenir ses cris de douleurs.

Minos avait raison, les saints ne reculaient devant aucune bassesse même celle de profiter de l'immense détresse d'une femme amoureuse venant de perdre celui qu'elle aimait.

La brume se déplaçait alors que les sentiments de la Belle ne parvenait pas à cacher sa détresse et son coeur blessé. Inferno avait quelque peu pu l'apaiser mais se faire rappeler la perte de Bardamu de cette façon...

Elle se recroquevilla sans un mot, préparant un autre de ses tours. Il ne la verrait plus danser ni n'entendrait le son de sa voix.

La chasseresse s'isola ainsi au plus profond de son brouillard, recouverte de son sang, laissant transparaître sa forme humaine, celle que Kappa et Bardamu avaient tous deux pu contempler. Lydia avait besoin de cela, de noyer la souillure dans son propre sang pour se remettre.

Besoin de retrouver la force au travers de son sang...

" Ma reine, entendez ma prière, aidez-moi à poursuivre le combat. Aussi longtemps que je vivrai, je lutterai pour vous, pour délivrer notre sombre monarque et venger le seigneur Rochel ainsi que tous mes frères tombés au combat.

Entendez-moi ma reine, ma déesse vénérée et purifiez-moi de ce sang léonin qui me souilles."


Oui, elle était écoeurée si écoeurée par ce Lion d'or. Pire encore, le sang de Corell lui donnait juste la nausée. Exploit que bien peu pouvait se vanter de réaliser.

Pourtant, elle lui ressemblait d'une certaine façon, elle aussi ressentait douleur et colère. Ses amis avaient souffert de cette guerre et y avait même succombé. Elle pencha la tête avant de sourire doucement à la fée qui gardait sa rose.

Tout va bien, Lucky... Tout va bien, je suis l'Etoile des Ténèbres et même si cet homme me déteste cela ne changera rien. Peu me chaud l'opinion d'un être non seulement aveuglé mais aussi totalement gouverné par ses seuls ressentiments envers les spectres. Ce qu'il y a eu entre Bardamu et moi était sacré et cela personne ne pourra jamais me l'enlever. Je l'ai tant aimé. Tant aimé...

Et je garderai toujours des sentiments pour lui...


Elle sourit avant que son cosmos ne s'éparpille dans la brume.

La nouvelle Lune allait plonger les lieux dans la nuit la plus sombre, la plus envoûtante....

La brume est porteuse de tant de choses alors que le vampire peut embrasser son promis de bien de façons et le vider sans même qu'il ne s'en rende compte.

Tel peut devenir le Baiser du vampire...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mar 29 Mai - 21:39

Il attendait la réaction de la Lydia avec impatience… et ne fut pas déçu lorsqu’elle le gifla avec une colère non dissimulée. Voilà qui en disait long sur le tempérament de la demoiselle. Le regard qu’elle lui lançait ainsi que la haine qui jaillissait de son cosmos comme autant de vagues étaient des preuves plus que suffisantes ! Il avait réussi à la mettre en rogne. Si ses yeux avaient été des lasers, le Lion aurait été désintégré sur place. Mais il en faudrait plus qu’une simple baffe pour venir à bout de lui… Il la laissa exprimer sa colère, puis, lorsqu’elle lui envoya à nouveau ses lames de cosmos, il se contenta de les dévier de leur course grâce à ses jets de lumière.

« Moi ? Une ordure incapable d’aimer ? Sache que c’est l’amour qui me fait combattre, et non l’envie de tuer mes ennemis ! L’amour véritable, celui ne souffre d’aucune limite. Mes crocs ne sont emplis que de l’envie de protéger celle que j’aime, et vous, Spectres, avez l’envie de conquérir le monde en tuant l’humanité toute entière. Voilà pourquoi je prends mon rôle de Saint autant au sérieux ! Si ton amour pour Bardamu avait été véritable, il ne serait pas mort à présent. L’amour ne peut survivre face aux ambitions de ton maître, et tu le sais pertinemment… Si tu avais souhaité vivre tes sentiments, tu te serais révolté contre les Enfers, au lieu de laisser tuer le Saint du Scorpion ! »

Autant parler à un mur. La Vampire semblait entrée dans un état second. Il sentait à quel point elle le rejetait, il captait cette toute nouvelle envie à travers le cosmos, une envie de meurtre, tournée droit vers sa personne. Lydia disparut dans sa brume de sang, se confondant totalement avec elle. Les sens aveuglés par le cosmos de la jeune femme qui l’entourait, le Lion hésita, puis renonça à la suivre. Elle était là, il le sentait. Il ne parvenait seulement plus à la localiser.

Le Lion sentit un tiraillement. Aucune douleur, rien qu’un malaise qui emplit son corps. Levant une main, il la regarda… Et ses yeux s’agrandirent de surprise. Son sang s’échappait de son corps. Sortant de multiples et minuscules coupures qui naissaient çà et là, même sous son armure, son sang s’envolait dans la brume. Voilà la raison de son malaise. Son énergie baissait. Etonnamment, il ne ressentait aucune douleur… Mais la fatigue le prenait.

Elle aspire ma vie !!!

Le Saint serra les dents de colère. La Vampire était autour de lui. Il entendait les battements de son cœur, sans pouvoir clairement la localiser. Elle était douée ! Mais cela ne poserait pas de problème. Fermant les yeux, il s’ouvrit au cosmos. Il se concentra sur le nuage de sang. Celui-ci était constitué de cosmos, dont aisément localisable. Il en détermina la taille et le diamètre. Rouvrant les yeux, il concentra son énergie, qui brilla autour de son armure comme le ferait un soleil au plus profond de l’obscurité.

« Tu auras beau te cacher et fuir tes responsabilités, tu ne peux échapper à ton destin ! Mes crocs te trouveront toujours ! »


LIGHTNING FANG



Le Chevalier d’Or frappa le sol de son poing chargé d’énergie avec férocité. Son cosmos passa à travers la roche, couvrant l’ensemble de la zone où se trouvait la brume de sang de Lydia. Il émergea autour du Lion en des centaines de colonnes de lumière destructrices formant une toile d’énergie globale, que personne ne pouvait éviter. Le cosmos du Lion frappa le vide… Sauf à un seul endroit. Corell le ressentit immédiatement. Modifiant sa technique, il stoppa l’éruption d’énergie aux lieux inutiles pour se concentrer sur la zone minuscule où il avait capté le contrecoup de son attaque. Augmentant sensiblement la puissance, il catapulta la Vampire dans les airs comme une poupée de chiffons, son haut qu’elle émergea de la brume de sang.

Lorsque la Vampire fut assez haut pour qu’il la voie, le Saint stoppa son attaque et laissa la Spectre retomber au sol. Sous la puissance de son attaque, la brume s'était en partie dissipée. Lydia n'était pas capable, en cet instant précis après ce qu'elle venait de subir, de maintenir correctement sa brume, le Lion put l'approcher à pas de félin.

« Qui que l’on soit au fond de nous, seuls nos actes définissent ce que nous sommes. Tes mots sont forts, Vampire. Tes actes ne les reflètent pas. Tu dis l’amour aimé. J’aimerais te croire. Mais je ne vois que les faits : tu préfères fuir mes paroles que de les affronter. Je ne vois qu’une Spectre vivante, et un Chevalier d’Athéna mort. Tu survis, alors que lui n’est plus que poussières. Tu me crois abruti ? Ne te fourvoie pas. Tout ce que je veux, c’est une preuve de tes sentiments ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mar 29 Mai - 21:50

lancer de dé
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mar 29 Mai - 21:50

Le membre 'Lydia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Ven 1 Juin - 20:00

Blottie au plus profond de son nuage, elle ressentait la présence du Lion mais entendait surtout ses paroles. Et le ton de sa voix se chargeait de reproches à mesure que les mots s'envolaient vers elle. Ainsi, l'accusait-il de plus belle nullement décidé à la laisser en paix.

- Entêté ! Pourquoi me torturer encore et encore ? Ne m'as-tu pas fait assez de mal avec tes poings ? Est-ce une source de plaisir pour toi ?

Une main contre son coeur blessé et un autre sur le pendentif qu'elle pressait dans la chaleur de sa paume. Elle aurait tant voulu l'ignorer, le laissait se noyer dans sa brume, devenir aussi invisible que lointain. Mais cela n'était guère son idée...

Soudain la Vampire stoppa ses mouvements à l'entente d'un seul mot Amour. Parler d'amour...

Le voir ainsi insister sur la véracité de ses sentiments envers Bardamu avait de quoi la surprendre au point qu'elle ne s'immobilise. Chose qu'elle n'aurait sans nul doute jamais du faire mais cette façon de l'attirer et de vouloir la faire chuter était presque irrésistible. Et la voix de Lydia s'éleva de nouveau, douce et merveilleuse.

- Tu es étrange, Lion d'or, pourquoi parles-tu d'amour alors que tu n'as eu de cesse de clamer depuis ta venue dans l'Anténora ta haine des spectres ? Toi qui as fait tant de mal aux Enfers alors que si nous somme si riches en âmes et en condamnés, c'est bien par la seule faute de l'humanité. Ne sont-ce pas les méfaits des hommes qui les précipitent au sein des prisons du sombre séjour ?

N'est pas les actes de leur vivants qui définissent leur destinée dans le sombre séjour ?


Elle inclina la tête comme choquée par les paroles du saint de l'espoir.

- Tuer l'humanité entière ? Elle en aurait même presque ri tant cela lui paraissait incroyable. Détruire l'humanité mais te rends-tu compte que nous mourrions nous aussi ? Que nous sommes des spectres chargés de suivre les âmes avant qu'elles ne quittent les Enfers. La vie ne peut se passer de la mort et la mort elle-même s'incarne dans une forme de vie...

Thanatos est Rochel... J'évolue dans la Non-vie et pourtant je me tiens au milieu des humains. Equilibre...

Mes seigneurs sont justice, Corell, tu les connais mal au fond. Si mal tant la haine te fait perdre la vraie vision des choses. Sans Thanatos, ton monde serait aussi un enfer. Rappelle-toi Sisyphe et les gémissements des vivants lorsque la mort fut emprisonnée.


Elle se sentait si triste et curieuse en même temps. Que pouvait lui vouloir le Lion ou plutôt que cherchait-il à apprendre d'elle. Lydia était la Gardienne de l'Eté en plus d'une proche de Rochel. La splendide Etoile possédait ce lien unique en plus de la marque que le dieu de la Mort avait posée sur son front. La preuve ultime de la survie du seigneur Rochel.

Mais les choses ne pouvaient demeurées immobiles. le combat se poursuivait et la spectre à la chevelure de feu se retrouva prise sous un véritable feu nourri.

C'est donc cela, tu souhaites m'égarer pour mieux me frapper ?

Un instant, elle se sentit soulevée et, plus que vive, elle lança, les lames pour se défendre de cet assaut qu'elle souhaitait déjouer. Le blesser, elle n'y croyait pas mais au moins le ralentir. Cela serait peut-être payant ?

Ses longs yeux de rubis se focalisèrent sur l'origine de cette attaque soudaine tandis que ses sens tout comme son cosmos se concentraient sur le Lion.

Un geste et elle bloqua la charge avant de retomber sans un bruit sur le sol.

Le chevalier s'était avancé vers elle et elle entendit de nouveau cette demande.

Prouver... Pourquoi est-ce à moi de prouver mes sentiments ?

Elle allait s'approcher à son tour de lui lorsqu'une immense explosion se fit ressentir depuis la Giudecca. Elle ne put rien faire tant cela alla vite. Des éclairs nboyèrent le tout avant qu'elle ne sente projetée loin très loin de la deucième sphère.

~~~~~~~~~~~~~~~

Eblouissements...

Elle ne put rien faire contre ce déchaînement de puissance digne du roi des dieux et ce véritable ouragan qui l'entraîna bien au-delà de tout ce qu'elle aurait cru. Et pourtant cela se passa vite si vite.

Elle en avait les sens troublés et ne ressentait plus les cosmos de ses frères, de sa reine et du seigneur Rochel. Plus de cris des âmes ni de plaintes. Tout avait été balayé.

Désorientée, elle dérivait entourée dans une masse presque irréelle.

Les petites Vampires, ses compagnes, et Lucky, sa jolie fée, l'entouraient étroitement tandis qu'elle était balottée par ces courants si violents.

Puis soudain, ce fut un autre éblouissement lorsque les chauves-souris se dispersèrent sur un rapide cri.

La lumière du soleil, l'odeur de la cendre et la lave brûlante.

Ces lieux lui semblèrent familiers avant même qu'elle ne les contemple. Des pentes volcaniques qui ne tardèrent pas à s'étendre sous ses longs yeux de rubis et elle déploya ses ailes.

Une rapide vue des lieux suffit pour lui faire comprendre qu'elle n'était point seule et que le Lion semblait toujours sur le point de la dévorer.

Aussi profitat-elle d'être encore dans les airs pour se remettre à chanter de sa voix envoûtante.

Lève-toi, Ô lune d'Ambre...

Pour la dernière fois, illumine le ciel avant que la lumière ne me consume...

Illumine le de ta face dorée avant d'offrir à tous un spectacle unique...


Et cela devait être magnifique vu du sol. Une immense lune qui se plaçait devant le soleil ardent, offrant à tous la vision d'une Eclipse inattendue.

Et ce ne fut que lorsque la pénombre l'auréola de sa grandeur qu'elle poursuivit.

Venez à moi, mes soeurs et venez danser autour du fauve pour qu'on puisse tous respirer quelque peu tout en rejoignant le manteau de cendre et de basalte.

Dansez, Filles, de la Lune sanglante sans lui faire de mal...


Ballet rapide et danse entrecoupée du chant de la Belle avant qu'enfin, elle ne touche le sol et s'approche à son tour du chevalier.

- Ainsi, notre destin est de revenir en ces lieux ou Héphaïstos nous a forcés à combattre.

Elle approcha ensuite doucement.

As-tu senti ces cosmos avant que tout ne se déclenche ? Mon seigneur Hadès est réapparu et la Guerre devrait toucher à sa fin...

Elle porta alors la main sur son coeur avant de reprendre.

- Cela annonce le renouveau mais gardons quelques instants pour nous. Tu me presses de te prouver la réalité de mes sentiments et ma sincérité alors que tu ne sais rien de ce qu'il s'est passé. Pourtant, je t'ai clairement dit que j'ai succombé lors des combats, moi aussi.

Elle baissa les yeux se rapprochant de lui, nullement menaçante.

- Je suis morte, moi aussi, tuée par Samiel d'Epsilon, le loup d'Asgard. La différence avec Bardamu est que ma déesse m'a ramenée à la vie. Pourquoi la tienne qui est aussi celle de Bardamu n'a rien fait pour lui ?

Pourquoi ? Est-ce elle qui nous condamnait ? Qui condamnait notre amour ?


Elle finit par lui montrer le pendentif qu'elle serrait dans sa main. Une sorte de lumière apparut soudain dans ses yeux avant qu'elle ne s'illumine en parlant du Scorpion. Elle rayonnait tant ses sentiments étaient puissants.

- J'ai tout fait pour lui, chevalier, pour le protéger. Je lui ai donné tout ce que je pouvais et si je n'ai pu le sauver...

C'est parce que tes frères m'avaient attaquée. Il est mort comme moi car on nous avait séparés.

J'ai donné tout ce que je pouvais sans jamais recevoir un seul geste d'amour ni même un simple baiser. Tout... Je lui ai tout donné, allant jusqu'à libérer une âme, allant jusqu'à aller à l'encontre des lois infernales. Tout, je lui avais donné mon coeur, mon corps et même ma vie, Corell...

Sans jamais rien avoir en retour, pas même un geste d'amour ou une simple caresse. Ta déesse l'en a empêché...

Mais que puis-je faire de plus pour te prouver mes dires ? A toi qui n'a que haine et mépris pour moi.

Dois-je mourir une troisième fois pour lui ?


Une larme coula sur la joue de Lydia, unique mais si douloureuse.




Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Dim 3 Juin - 20:02

Surprenant. La jeune femme en avait réellement dans le ventre. Le Lightning Fang, une technique presque impossible à éviter, qui avait eu raison de plus d’un Spectre par le passé, n’avait pas eu d’effet sur elle. Elle avait même réussi à se réceptionner au sol avec légèreté, ne témoignant d’aucune séquelle. Tout en marchant, le Lion arma son bras de cosmos. D’un large geste nonchalant, il repoussa les lames cosmiques de la Vampire, qui rebondirent sur la protection d’énergie pour aller se perdre dans les vents glacés des Enfers. Repoussant sa longue cape d’ébène en arrière, il stoppa à quelques mètres de son adversaire, les sourcils froncés.

« La haine… Tu n’as que ce mot à la bouche. Tu dis que je vous hais, toi et tes frères Spectres. Où as-tu vu de la haine en moi ? De la fougue, certes, voire de la colère, mais sûrement pas de la haine. »

Le regard du Saint était attristé. Se tournant sur le côté, il fit quelque pas sur le sol glacé des lieux, tournant le dos à la jeune femme.

« J’ai connu la haine autrefois. Une haine inconditionnelle, portée contre tout et tout le monde. Un sentiment grisant, offrant un pouvoir sans limite. Et j’ai failli y perdre mon âme. Sais-tu ce qui m’a sauvé ? »

Il se retourna vers Lydia, un fin sourire naissant sur ses lèvres. Son aura s’emplit d’une douce chaleur à la simple pensée de l’être aimé.

« L’amour. L’amour d’une femme. J’ai laissé la haine derrière moi. A présent, je me bats dans la seule volonté de la protéger, de savoir qu’elle vivra, qu’elle rira, qu’elle aimera… Et ce, même si je dois donner ma vie pour ça.

En réalité, je n’ai rien contre Hadès. Je m’en rends compte à présent. Tu as raison : il ne peut y avoir de mort sans la vie, et de vie sans la mort. La vie et la mort se complètent. Les Enfers doivent exister. »


Les paroles de l’homme étaient douces et en accord avec le mode de pensée de Lydia. Pourtant, étonnamment, Corell se mit en position de combat en fermant les yeux. Son bras droit, recroquevillé contre son corps et auréolé de cosmos était l’un des prémices d’une des attaques foudroyantes bien connues du Cinquième Chevalier d’Or.

« Mais je ne pourrai jamais adhérer aux vœux de conquêtes de ton Maître. Mon seul désir est que la balance soit équilibrée : qu’Hadès règne sur les Enfers, et que Zeus et Athéna veillent sur la Terre. Ainsi, Jaina, la femme que j’aime, sera en sécurité. Tu te mets au travers de ma route, Vampire. Je ferai donc ce que j’ai à faire. »

Le coup allait partir lorsqu’une explosion gigantesque fit trembler les fondations infernales. Les cosmos des deux adversaires se turent simultanément alors que tous deux tournaient leur regard vers Giudeccca… Et vers les gigantesques gerbes d’éclairs qui s’étendaient dans toutes les directions, balayant les enfers de leur intensité cosmique, ne laissant rien survivre sur leur passage. Un seul homme pouvait libérer autant d’éclairs.

« Zeus !!!! Il a été libéré !!! »

Mais le contentement du jeune homme disparut bien vite lorsque l’explosion parvint à leur niveau. L’intensité de la Foudre du Dieu des Dieux était suffisante pour les tuer tous les deux.

Mais j’ai le Keraunos… Même Zeus ne peut le vaincre !!

Confiant, le Lion dressa devant lui un gigantesque bouclier d’éclairs. Les deux Foudres entrèrent en collision avec une force colossale, créant une onde de choc de lumière éblouissante. Du coin de l’œil, Corell entrevit Lydia se faire balayer par la force du Dieu. Mais lui tint bon. Quelques secondes seulement. A sa grande surprise, sa Foudre fut rapidement incapable de contenir les éclairs de Zeus. Le bouclier se fractura, avant d’exploser. Alors que le Lion se faisait balayer dans un rugissement d’incompréhension, le monde ne devint que lumière.

-----------------------------------------

L’air chaud frappant son visage fut comme une gifle le ramenant à la réalité. Le sol se rapprochait à une vitesse folle. Réagissant à l’instinct, le Chevalier d’Or se retourna en plein vol, renforça les muscles de ses jambes avec son cosmos, et se réceptionna avec agilité. Il creusa tout de même un sillon de plusieurs dizaines de mètres dans le sol, témoignant à la vitesse à laquelle il avait été expédié des enfers. Regardant autour de lui, il reconnu bien vite le lieu où il se trouvait. Un flanc de montagne grondante, une terre de basalte noire, des gerbes de laves, et un relief caractéristique.

L’Etna. Ce lieu maudit. Là où le Grand Pope avait autrefois été tué sous ses yeux. Là où avait eu lieu cette mascarade, ce pseudo championnat organisé par Héphaïstos, où le Dieu des Volcans avait tenté de le pervertir et de l’utiliser comme un pion. A ce simple souvenir, le Lion serra le poing… Puis le desserra aussi vite. Il venait de se souvenir. Son Keraunos, la Foudre des Dieux qu’il détenait dans son cosmos n’avait pas tenu plus de quelques secondes face à Zeus. Pire encore : le Dieu ne l’avait pas attaqué directement. Il n’avait dû recevoir qu’un centième de son attaque globale. D’ailleurs, pourquoi Zeus avait-il lancé pareille technique ? On disait la colère du Dieu des Dieux redoutable, et il ne devait pas être très content d’avoir été trahi par des Olympiens… Mais n’était-ce pas une réaction un tantinet démesurée ? Et surtout, pourquoi la Foudre du Lion, pourtant réputée comme tueuse de divinités, n’avait pas tenu face aux éclairs de Zeus ?

Le regard perdu dans le vague, les yeux du Lion s’agrandirent de surprise lorsque les différents éléments du puzzle fusionnèrent dans son esprit.

Sa foudre n’avait pas tenu face à Zeus… Et depuis le début du combat, Lydia affirmait que Thanatos étaient encore vivant. Le Dieu de la Mort avait pourtant reçu la Foudre du Lion, associée à son Photon Burst et à l’Athéna Exclamation. Si le Lion détenait le Keraunos, l’association de ce dernier à ces deux terribles techniques aurait dû avoir raison de Thanatos sans la moindre difficulté. Une seule chose expliquait ces incohérences.

Je n’ai pas le Keraunos... Je ne l'ai jamais eu.

Le Saint dû se tenir à un gros bloc de basalte pour ne pas perdre l’équilibre. Toute sa vie, il avait été persuadé de détenir le Keraunos, la Foudre Tueuse de Dieux. On disait que le Keraunos, appartenant autrefois au Titan Coeos, lui avait été dérobé en majorité par Mnémosyne et donnée à Zeus, qui avait ainsi pu vaincre son père, Cronos. Mais Athéna avait réussi à récupérer une partie de ce Keraunos volé, l’offrant ainsi à son Chevalier d’Or le plus fougueux.

Du moins, c’était ce que lui avait dit son maître, l’ancien Chevalier d’Or du Lion. Corell l’avait cru sur parole. Mais en y repensant, il n’avait jamais confirmé la chose avec Athéna elle-même. Se pouvait-il que son maître lui ait mentit ? Que le Lion maîtrise les éclairs, sans pour autant disposer du Keraunos ?

L’énormité de la découverte le laissait sans voix. Mais il capta un subtil changement dans le cosmos qui l’entourait. Se ressaisissant, le Lion revint à la réalité. Tout avait changé. La lumière qui planait sur l’Etna n’était plus la même. Une lune gigantesque avait pris la place du soleil, dispensant au volcan une lumière fantomatique. Sentant une présence dans son dos, le Saint se retourna… Découvrant Lydia qui se tenait à quelques mètres d’elle. Le combat n’était pas fini… Se redressant, le Lion remit ses questions à plus tard, afin d’être prêt à se battre. Pourtant, la jeune femme n’attaqua pas. Une surprise de plus. Elle aurait pu le tuer en profitant de son instant de faiblesse, mais elle n’en avait rien fait. C’était-il trompé sur elle ? Elle qui l’avait attaqué avec tant de fourberie au début du combat, et qui maintenant combattait loyalement ?

Elle l’étonna encore plus en lui ouvrant son cœur… Du moins en partie. Le Saint en fut décontenancé. L’avait-il jugé trop vite ? Sûrement… Ses paroles respiraient de sincérité. Elle lui ressemblait assez en réalité. Accablée par la perte de l’être aimé, elle recherchait des boucs émissaires… Mais dans l’état où elle était, elle ne se rendait pas compte qu’elle s’en prenait aux mauvaises personnes.

« Quelle ironie… Crois-moi ou pas, Vampire, mais nous nous ressemblons énormément. Tu es sur une pente glissante… Tes choix peuvent être justes, ou terriblement erronés. J’ai connu cela. Par le passé, j’ai cru avoir perdu la femme que j’aimais. Accablé de chagrin, je me suis retourné contre les mauvaises personnes, car je les considérais comme responsables… Sans me mettre à leur place un seul instant. Et j’en ai payé les frais.

Réfléchis un instant, Lydia. Tu parles d’Athéna, la seule divinité qui a refusé sa place en Olympe pour rester parmi les hommes, pour quelle raison ? La plus simple, la plus sincère d’entre-toutes : l’amour. Ma Déesse aime l’humanité. Et plus que tout, elle aime le plus beau sentiment qui fait de cette humanité une si belle raison de se battre. Un sentiment qui n’existe pas chez les Dieux. L’Amour.

Pour Athéna, tout tourne autour de l’amour. Crois-tu réellement qu’elle ait voulu la mort de votre amour ? Un tel sentiment entre un Saint et une Spectre est un cadeau, non une malédiction. Certes, Bardamu est mort… Mais est-ce la faute d’Athéna pour autant ? Tes Dieux sont les maîtres de la Mort… Te faire revenir de l’autre monde n’est qu’une banalité pour eux. Athéna n’a pas cette capacité. Lorsqu’un Saint meurt, il ne revient pas. »


Le Lion soupira. Il se mit de nouveau dos à Lydia, le visage tourné vers la lune à l’éclat si irréel.

« Zeus éveillé, la Guerre est finie. La balance est à nouveau équilibrée. Ton maître est mon ennemi… Mais je ne te considère pas comme telle. Tes mots m’ont touché. Je ressens ta sincérité. Je t’en prie, pars… Et nous pourrons en rester là. Restes, et je serai obligé de faire mon devoir de Chevalier d’Or. Je suis le Lion. Je ne peux me déroger à mon devoir. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mar 5 Juin - 18:54

Les cendres de l'Etna commençaient à la faire suffoquer tandis que les paroles de Corell avaient fait son chemin dans sa tête. Ces mots, un discours si surprenant dans la bouche du Lion d'or.

La magnifique vampire ne pouvait détacher les yeux de cet homme qui après l'avoir aussi mal traitée s'ouvrait à elle.

Un doux sourire sur les lèvres de l'Etoile des Ténèbres qui sentait les effets bienfaisants de la Lune d'Ambre s'estompaient.

- Douce lumière d'Ambre...
Voici que tu t'effaces sous la violence de l'Astre du jour...
Cruelle lumière d'Hélios..
Voici que tu ravives des plaies que l'Etna s'est tant plu à réveiller...


Mots jetés sans vraiment en avoir conscience par une spectre étonnement rêveuse. Son teint avait déjà commencé à évoluer. Seules leurs positions relatives empêchaient le chevalier de voir ce que commencer à subir sa si surprenante adversaire.

Lydia, l'Etoile des Ténèbres, l'une des fleurs des enfers se retrouvait comme placée sur un véritable bûcher. S'il n'y avait eu le combat et les blessures reçues, de Zeus, de Corell, sans doute que la Belle aurait pu se prémunir mais là, tout s'était passés si vite. Bien trop vite. Pourtant, nulle plainte ne s'échappait encore de ses lèvres. Elle se rappelait les années passées sous le joug de Cédrick et la façon dont elle résistait sans que nul ne puisse savoir ce qu'elle vivait...

Lointaine vie humaine.

- C'est très joli comme prénom, elle doit être superbe et tu sembles tant l'aimer. Prend soin d'elle, chevalier. C'est si cruel de perdre celui qu'on aime. L'amour peut nous faire perdre la raison...

Comme j'ai perdu la mienne lorsque Bardamu a succombé. Pire qu'une bête...

J'ai basculé dans la folie même si je n'en ai nulle souvenance, j'ai attaqué les miens, mes frères...


Sa voix portait tant de remords, de culpabilité.

- Qui sait le mal que j'aurais pu leur infliger si ma reine ne m'avait sauvée...

Ma déesse et la tienne sont toutes deux capables d'aimer, n'en doute pas. Mais que me dirait Athéna si elle me voyait ? Moi qui ne suis même plus humaine. Juste un monstre aux yeux de tes semblables...

Une vampire à abattre.


Le silence suivit ses dernières paroles et elle se tut. Elle restait là, elle aussi immobile avant de se retourner, présentant son dos au chevalier d'or avant de s'installer sur une vaste roche basaltique. Elle baissa la tête avant de se blottir sous la pritection de sa brume.

Le soleil... Préserve-moi de la violence des flèches d'Apollon...

Lumière... Lucrézia... Comment supportais-tu cela ? Supportons-nous cela ?

Puis elle entendit la voix du Lion lui enjoignant de partir.

Pas la force, pas sans apport de sang..

Son teint commençait à se faire délicatement grisâtre comme les cendres du volcan.

- Je ne peux, chevalier... Je ne puis... Tu me demandes l'impossible.

Elle allait se résoudre à lui dire pourquoi elle ne pouvait accéder à cette demande lorsqu'une voix se fit entendre et qu'elle n'ait tout juste le temps de voir Lucky filer devant elle.

- Laisse-la. Elle a trop de mal à bouger... Va-t-en, espèce de grand lâche.

Ainsi, le puissant Lion se retrouvait en butte aux attaques d'une espèce de moucheron supportant à peine la lame qu'elle avait jalousement conservée. Des coups désordonnés mais bien réels. Le désir de défendre celle que lui avait confiée son maître et depuis était devenue son amie.

Lucky tenta de le toucher à cinq reprises, elle n'avait pas la force d'en faire davantage mais pouvaiton parler de véritables attaques. Il aurait fallu le faire exprès pour se faire blesser par cette étrange fée.

Pourtant, le petit être ne s'avouait pas vaincu malgré son épuisement et se posa devant la Vampire qui n'avait pas bouger, assistant à tout cela.

- Ne lui fais pas de mal. Elle veut juste te tenir à distance. Je ne peux bouger. Zeus, son attaque a brisé quelque chose en moi et j'ai besoin de sang si je ne veux pas me consumer...

Lydia se retourna à nouveau, ne regardant pas le Lion.

- J'ai besoin de sang... Si je veux survivre... Tu es prévenu, Lion d'or. A toi de choisir...

Je n'en ai pas vraiment la possibilité.


Elle ferma alors les yeux se concentrant.

- Le sang est si précieux. Trop précieux pour être gaspiller.

Danse, Etoile des Ténèbres. De l'ombre, caresse les sangs s'écoulant de la plus petite plaie, le sang se perdant sur le sol surchauffé.

Que les larmes écarlates m'offrent la force de me relever.


Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Jeu 7 Juin - 18:00

Ainsi, le Saint avait vu juste. Elle et lui avaient vécu les mêmes épreuves… Lorsque l’amour était trop fort, sa perte était d’autant plus dangereuse. Surtout lorsqu’il s’agissait de personnes comme eux, hommes et femmes maîtrisant le cosmos et capables de détruire des étoiles. Tomme comme lui, Lydia avait perdu la raison suite à la perte de l’être aimé… Momentanément, heureusement. Ils avaient eu de la chance. C’est pour cette raison que depuis cette mésaventure, le Lion c’était juré que plus jamais il ne laisserait ses sentiments outrepasser son devoir envers Athéna. Il était un Chevalier d’Or, et à grand pouvoir, impliquait grandes responsabilité.

Mais après tout, tout ceci n’était que des mots.

« L’amour est un sentiment bien dangereux pour nous, Chevaliers. La simple peur de la perte de l’être aimé était un sentiment bien trop fort pour être totalement contrôlé. Et pourtant, nous vivons et nous battons pour cet amour. Telle est l’ironie de notre existence. Nous devons tous deux exercer notre volonté à renoncer à la peur de perdre l’autre. Notre devoir de Chevalier doit passer avant toute autre chose. Nous n’avons pas d’autres choix ! »

Entendant les paroles de la jeune femme, le Sain se retourna, un petit sourire au coin des lèvres.

« Tu as beau être une Vampire, tu as beau n’être pas humaine… Sache que ton humanité est bien plus grande que tes confrères Spectres, voire même que la plupart des Saints d’Athéna. Je te lai dit : une spectre capable d’aimer est un don des Dieux. Mon avis est que ceci n’est pas ta voie. Tu es digne de porter une armure d’Athéna, et de défendre la paix et l’amour de l’humanité !!! »

Malgré qu’il ne ressente à présent plus aucune haine envers les Spectres, ces derniers restaient les ennemis jurés du Lion. Entendre ce Saint si loyal et si respectueux dire une telle chose à l’un d’entre eux était un événement extrêmement rare… Et qui prouvait que ces paroles étaient sincères. Il n’y avait aucun message caché, aucune volonté de manipulation dans ces paroles. Comme toujours, le Lion était un homme direct, ses mots reflétant sa conscience.

Alors qu’il attendait la réponse de Lydia, le jeune homme fronça les sourcils. Elle n’avait pas l’air bien. Le teint cendreux, les épaules voûtées, la Vampire semblait souffrir depuis que sa lune avait subitement disparu. Et à sa grande déception, elle ne semblait pas vouloir partir. Le Saint allait lui poser la question, mais il fut devancé par une chauve-souris qui s’attaqua à lui. Une tentative plus désespérée que téméraire. Le Lion leva une main, se contentant d’immobiliser la créature en plein air, grâce à ses dons de télékinésie. La créature battit furieusement des ailes, se fatiguant pour rien, car elle ne parvint à avancer que de quelques centimètres.

« Qu’espères-tu me faire ? Le sacrifice est un acte magnifique, mais il doit servir à quelque chose… J’ai beau avoir perdu du sang, tu ne m’infligerais pas une égratignure ! »

D’une pichenette télékinétique, il renvoya la bête vers sa propriétaire. Lydia lui expliqua alors la raison de cette étrange réaction de sa familière, et le pourquoi de sa présence en ces lieux. Elle avait besoin de sang. Se concentrant, le Saint se rendit compte que la collecte de sang de la Vampire avait insidieusement repris, le vidant lentement de son fluide vital sans qu’il s’en rende compte. Pas la moindre souffrance, pas la moindre preuve visuelle. Il fallait un lien profond avec le cosmos pour se rendre compte qu’elle le tuait à petit feu. Comme prouvant la véracité de ses propos, le teint de Lydia reprit quelque peu de ses couleurs originelles. Malheureusement, le Lion ne pouvait pas rester impassible.

« Lydia, je te l’ai dit. Mon devoir de Chevalier d’Or doit passer avant toute autre considération personnelle… »

Le Saint ferma les yeux. Son cosmos revint à la vie, naissant autour de son corps en une aura de lumière dorée, chaude et féroce. Il fit un simple mouvement du bras. Une brève étincelle illumina les lieux.

Comme répondant au cosmos du Saint, le monde changea. L’Etna disparut pour laisser place à l’immensité sombre de l’espace, alors que l’Armure d’Or du Lion et la Surplis Celeste du Vampire se voyaient subitement illuminées par la clarté des étoiles et des nébuleuses qui les observaient de leur regard millénaire. Comme naissant d’un trou noir, une dizaine de comètes de cosmos jaillirent des profondeurs obscures pour venir frapper la Spectre de tous les côtés. Malgré leur vitesse approchant celle de la lumière, les jets de cosmos étaient d’une intensité et d’une précision stupéfiantes, leurs pointes acérées pulvérisant la Surplis à certains endroits. Alors que Lydia subissait les attaques à distance du Saint, ce dernier ramena son poing droit contre son corps. Sa main s’auréola de cosmos, comme un soleil supplémentaire naissant contre son buste, dispensant les deux belligérants de sa douce lumière dorée. Le Saint ouvrit les yeux.

« Pardonne-moi… »

LIGHTNING… PLASMA !!!


Le monde explosa. La quantité de jets de cosmos augmenta de manière exponentielle, devenant soudainement des centaines, des milliers, des millions de jets par seconde qui venait frapper Lydia sans la moindre once d’humanité, telles les griffes acérées d’une bête sauvage lacérant sa proie sans lui laisser la moindre chance de survie. Le monde ne devint qu’ombres et lumières, alors que le Lion rugissait d’amertume face au gâchis qui se déroulait en cet instant. Ils se respectaient… Et pourtant, il ne pourrait en rester qu’un. Telle était l’ironie de leur existence.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Sam 9 Juin - 15:28

Confidences et ouvertures se succédaient sur les pentes de l'Etna soudain interrompues par une violente quinte de toux qui la secoua.

Lydia avait tant de raison de détester ces lieux. L'air était suffocant et la cendre l'irritait mais c'était aussi en ces lieux qu'elle avait porté la main sur le seigneur Rochel alors juge du Griffon.

Des grondements se faisaient ressentir depuis le manteau basaltique. Chose qui ne cessait de la mettre en alerte en plus de la faire davantage souffrir mais cela, elle se refusait à le montrer. La splendide rousse sentait le sang couler en elle, au plus profond d'elle-même en plus des effets des éclairs divins. C'était comme si des flammes la brûlaient. Brûlures et cicatrisations se succédaient sans cesse.

Seul le sang l'apaiserait mais aurait-elle la force d'en récolter. Agenouillée sur les cendres et le basalte, La Gardienne de l'Eté ne pouvait même plus s'enfuir mais cela le saint ne pouvait encore s'en rendre compte.

Pas même au ton de sa voix. Lydia avait sa fierté, elle voulait rester elle-même jusqu'au bout. Retomber dans la face bestiale était la dernière chose qu'elle aurait supporté.

Un léger mouvement de tête et le timbre si envoûtant reprit.

- Moi... porter une armure d'Athéna ?

De l'étonnement dans sa voix mais pas tant que ça.

- Tu parles comme lui...

De la tristesse et des regrets.

- Bardamu avait eu ces mots. Sa dernière attaque lors de notre combat en son temple. Il voulait, il voulait me délivrer de l'emprise que les Enfers exerçaient sur moi....

Une larme écarlate bien trop foncée même pour la spectre du vampire.

- Il voulait me délivrer et m'emmener avec lui. Mais pourquoi ? Que voyez-vous en moi qui vous fait croire cela ? Qu'est-ce qui te fait croire que cela serait possible ?

Nous, spectres, tout comme vous, sommes fidèles à nos dieux. En moi sommeille une âme pure mais elle ne peut aller à la lumière. Je ne sais pourquoi mais je suis comme cela, une sorte de paradoxe illuminant les Enfers. Comme la pleine lune brille dans la nuit.


Elle saisit doucement une poignée de cendres avant de la laisser s'écouler...

- Ma voie... ? Pourquoi irait-elle vers Athéna ?

Tout ce que je sais c'est que je ne peux boire le sang de la déesse. C'est l'interdit suprême. L'un des seuls sangs que je ne peux consommer. Tu vois, ta déesse ne risquerait pas de connaître le contact de mes lèvres...


Un léger rire suivit cette remarque vite étouffé vu les circonstances. Mais l'image de la déesse de la Sagesse embrassée de cette façon par une spectre se nourrissant du sang des vivants aurait de quoi choquer voire faire hurler les chevaliers. Enfin, jamais cela n'arrivererait, l'Etoile des Ténèbres avait ce respect immense envers les divinités. Elle n'attaquait que ceux que Thanatos ou la divine Coré la chargeait de mettre en pièces et nul autre.

Nulle violence vulgaire en elle. Elle était si différente de ses frères et soeurs d'armes mais n'en demeurait pas moins une spectre, une combattante de la déesse Perséphone tout comme Corell restait le saint défendant la déesse Athéna.

Telles étaient les choses, tous deux étaient dévoués à leurs divinités et le combat était loin d'être achevé et ce fut aussi à cet instant qu'elle entendit le rugissement du Lion et sentit son souffle la déchirer.

Un cri terrible qu'elle ne put retenir tant la douleur lui vriller le corps. Elle avait été emportée par cette attaque qui en plus de la déchirer de toute part avait fait éclater une partie de son surplis.

Après les crocs du Loup, c'étaient le tour de ceux du Lion.

A sa grande honte, Lydia ne put retenir un gémissement de douleur lorsqu'elle tenta de se redresser. Elle ne pouvait plus bouger mais pas uniquement à cause de ses blessures. La sensation de chaleur s'était faite encore plus grande et cela étaient loin d'être un simple impression puisque de désormais des flammes l'encerclaient.

Alertées, les chauves-souris se mirent à cercler autour d'elle. S'ensuivit une danse à nulle autre pareille avec pour centre la spectre échouée comme une fleur que l'on avait arrachée avec trop de violence. Le vent faisait se soulever sa longue chevelure de feu ainsi que les pans de sa robe déchirée.

Image bien touchante que celle de cette jeune femme prisonnière d'une sorte de bûcher surgi de nulle part. Pourtant elle refusait encore d'abandonner. Elle avait beau ne plus être en état de se relever, le corps brûlé et déchiré, elle tiendrait aussi longtemps qu'elle le pourrait.

Puis, sa voix s'éleva... Calme et si douce malgré le martyre qu'elle ne pouvait qu'endurer.

- Lion, pourquoi me demandes-tu cela ? Te pardonner de me massacrer de la sorte ? Pourquoi me demander cela alors que tu es le seul maître de tes actes ? Quel besoin as-tu de te décharger du poids de ta violence ou de tes regrets en me demandant cela ?

C'est toi qui est venu m'attaquer et non moi.

Il a fallu que nous parlions pour que la vision que tu avais de moi ne change mais les faits sont là. Cette souffrance, c'est toi qui en est le principal responsable, tu pouvais rester auprès de ta déesse de celle que tu aimais au lieu de venir m'attaquer moi en particulier...


Elle prit le temps d'inspirer avant de reprendre.

- La guerre est achevée mais tui restes dans la même optique de détruire les spectres qui sont sur ta route.

N'as-tu donc aucune autre alternative en tes pensées ? Tu qui es si fort, serais-tu incapable de doser ta puissance pour ne pas détruire les vies ?

En ces lieux, c'est toi qui es maître du sort. Toi seul peut décider lorsque ton ennemi est acculé s'il vivra ou mourra. Les âmes des Enfers, elles n'ont pas d'autre choix que de se résigner au sort que leurs vies leur a donné. Tout comme moi, je n'ai pas la force de répondre à ce que tu me demandes.


En un sursaut de volonté, l'Etoile des Ténèbres déploya ce qu'il lui restait de brume face au soleil, faisant se lever sa propre ombre, de quoi la soulager un instant. Elle se redressa ensuite à demi avant que ses compagnes ne la rejoignent. Certaines se posant directement entre ses bras.

Une caresse sur la douce fourrure des chiroptères avant de reprendre.

- Sais-tu que tes frères humains les clouent vivantes aux portes ds granges voire pires. Ils sont si cruels...

Si cruels envers ceux qui sont incapables de se défendre.

Peut-être vois-tu en nous des monstres mais bien des hommes nous surpassent. Pourquoi sont-ils si sourds aux paroles de ta déesse ? N'est-ce pas à elle de veiller sur le monde de la surface ?

La vie est précieuse, Corell. Si précieuse, même aux enfers existe un certain respect sinon pourquoi notre seigneur punit-il si durement ceux qui prennent la vie des autres, les torturent à les malmènent. Hadès est justice mais cela tu ne peux le voir...


Elle baissa ensuite la tête ne sachant que faire d'autre. Ses jambes ne pouvaient plus la porter de toute façon. A quoi bon lui demander de fuir alors qu'elle n'en avait pas la possibilité ?

Pourtant, elle ne put s'empêcher de sourire.

- Tu es étrange chevalier mais ta remarque m'intrigue. Tu dis que je me suis trompée mais peut-être suis-je simplement la preuve que nos deux mondes peuvent coexister en paix au lieu de s'entredéchirer.

Si j'étais un chevalier ? Lequel je serai... ?


Un autre sourire avant qu'elle ne se torde soudain de douleur.

- L'Eté, je suis la Gardienne de l'Eté au service de la reine mais j'ai été atteinte en plein coeur par un des éclairs de Zeus... L'orbe, je dois reprendre le contrôle de l'orbe. C'est lui qui me consume de l'intérieur...

Mais cela ne m'empêchera pas de tenter de l'apaiser dans la chaleur écarlate du sang.

Je n'abandonnerai pas ma déesse ni mes frères, chevalier...

Tu as raison...


Un autre sourire et elle acheva.

Nous nous ressemblons en étant si différents.

Pour la dernière fois que la danse de l'Etoile illumine l'ombre et le ciel...

Danse de l'Etoile, danse des lames et danse du sang...

que tout s'embrase et s'enivre...

Avant de s'achever sur un dernier baiser.



[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Lun 11 Juin - 0:19

Pour la seconde fois, elle avait subi l’ultime férocité des Griffes du Lion. Et pour la seconde fois, elle y avait survécu. Rares étaient les hommes et femmes à en être capables… Mais le corps et l’armure de la jeune femme en resteraient marqués à jamais. Malgré le sang qu’elle lui prenait, elle ne pourrait continuer ainsi. Ses forces la quittaient, sa souffrance augmentait de secondes en secondes, et cela, Corell le captait sans la moindre difficulté au travers du cosmos. Il avait lui-même mal pour elle. Il la respectait. Mais il ne pouvait retenir ses coups. Le devoir passait avant le cœur. Il l’avait juré par le passé… Et il n’était pas homme à briser sa parole.

« Je sais que ce monde est déchiré par les guerres. Je sais que l’homme prend plus plaisir à détruire ce qu’il construit, à tuer plutôt qu’à respecter. Telle est la voie de la facilité. Mais cette humanité, aussi imparfaite soit-elle, a fait naître l’amour. Je me bats pour cette émotion, qui, je le pense, est le seul antidote à la destruction. Si Athéna n’était pas en guerre perpétuelle pour protéger la Terre, crois bien que je parcourrais le monde pour le rendre meilleur… Mais Hadès m’a privé de cette ambition. »

A peine la jeune femme s’était relevée que le poing du Lion recommença à s’imbiber d’énergie farouche et aveuglante. Des gerbes d’éclairs émanaient de l’orbe doré pour aller se perdre dans les airs ou dans la terre. Déjà, le Saint était prêt à frapper à nouveau, avec sa rage habituelle. Mais étonnamment, ses yeux étaient fermés, sa tête tournée sur le côté et légèrement abaissée, comme s’il tentait de fuir la réalité.

« Je te respecte. Je ne te veux pas le moindre mal. Mais j’ai juré. J’ai promis à Athéna que je défendrai la Terre de tous ses ennemis… Et tant que Hadès n’aura pas stoppé ses désirs de conquêtes, nous ne pourrons coexister. »

A chaque mot prononcé, le cosmos du Saint grandissait. Bien que son poing resta vibrant comme un soleil, l’aura dorée avait peu à peu englobée tout son corps. Comme si l’énergie avait sa propre conscience, la lumière semblait pousser un grondement sourd et bestial, rappelant un fauve à l’affût de sa proie. Mais si d’habitude l’aura du jeune homme était décidée, entièrement axée sur la destruction de son ennemi, elle était en cet instant nimbée d’une mélancolie bien inhabituelle pour un Chevalier tel que lui. Il inspira à fond, comme se forçant à prononcer ces mots. Rouvrant les yeux, il observa la jeune femme. Mais si ses traits étaient durs, son regard, lui, ne l’était pas.

« Ce lieu est sous la juridiction de la Déesse Athéna. En tant que Chevalier d’Or du Signe du Lion, je te le demande une dernière fois : retournes en Enfer, ou je serai dans l’obligation de te tuer. »

Grimaçant d’amertume, le Saint frappa le sol de son poing. Le basalte noir de l’Etna devint soudain lumineux alors que le cosmos du Lion d’Or le parcourait, pour ressortir dans une zone de plusieurs mètres de diamètre sous les pieds de la jeune femme.


LIGHTNING FANG



Le sol explosa, révélant des dizaines de colonnes d’énergie destructrice crépitantes de Foudre qui vinrent frapper Lydia, la catapultant dans les cieux en un instant. Lorsque l’attaque arriva à son zénith, le Lion sauta, se portant auprès de Lydia qui se faisait frapper par les ultimes salves des Crocs du Lion. Se collant à elle, il posa sa main sur son ventre tout en portant ses lèvres à son oreille pour un ultime murmure avant de lui porter ce qui serait sûrement le coup de grâce.

« Tu aurais fait une si magnifique Sainte du Scorpion… Je t’en prie… Ne me juge pas trop sévèrement… »

Son corps s’éveilla dans sa main. Une boule d’énergie lui ravagea le ventre, alors que la Foudre du Lion lui brûlait les entrailles tel un acide. Le corps parcouru d’éclairs dorés, La Vampire fut catapultée au loin par l’onde de choc. Le Saint se laissa retomber au sol. Mais ce qui aurait dû être un rétablissement avec son habituelle souplesse fut un rude atterrissage lorsque ses jambes refusèrent soudain de le porter. Tombant à quatre pattes, le jeune homme mit une longue seconde à comprendre pourquoi son corps lui faisait soudain défaut.

Le sang… Je n’ai presque plus de sang…

Il ressentait enfin le contrecoup des attaques de Lydia. La fatigue lui tomba soudain dessus. Ses muscles tremblaient, sa vue se brouilla… Le Saint en appella à son cosmos, seule énergie capable de le maintenir éveillé. Heureusement pour lui, lorsque Lydia stoppait sa technique, son sang ne continuait pas de couler. Il lui en restait assez pour garder l’esprit clair et pouvoir se déplacer , grâce au cosmos. Il espérait seulement qu’elle ne revienne pas. Il ne voulait pas la tuer… Et il n’avait pas envie qu’elle le tue. Le Lion souhaitait une mort glorieuse, de la part d’un véritable ennemi. Pas d’une jeune femme au grand cœur et à l’âme bienveillante, dont la destinée avait été mal décidée par les Dieux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mar 12 Juin - 16:50

C'est impossible, je ne le puis. En cet instant, je ne peux même plus déployer mes ailes...

Elle porta la main à sa poitrine déchirée et en partie dévoilée au regard du jeune homme. Que lui importait qu'il découvre ses formes, meurtrie comme elle l'était, Lydia ne pouvait de toute façon guère être gênée. Ce qu'il restait de sa robe était collé contre elle. Elle ressentait la chaleur de son sang imbibant l'étoffe déchirée. La chaleur de l'orichalque sous les rayons du soleil.

De longues mèches rousses s'étaient également collées à son front et contre sa peau. La spectre avait tout d'une sainte martyre mise en danger par d'horribles bourreaux. Les choses en étaient donc là. La splendide Etoile se tenait assise comme elle le pouvait devant le chevalier d'or.

Pourtant nulle jubilation en lui. Est-ce qu'au final, ils avaient fini par se comprendre. Le destin les avait dressé les uns contre les autres sans leur donner d'autre choix que de s'entretuer.

Lydia finit par écarter quelques-unes de ses mèches d'un seul geste, encore très gracieux en dehors des souffrances qui agitaient son corps.

Une profonde inspiration et elle reprit.

- Je ne peux partir, Corell. J'en suis dans l'incapacité. Je n'en ai plus la force. Je ne peux partir tout simplement.

Tu auras beau me reposer la question, la réponse restera la même car il n'en existe aucune autre.

Aucune autre...

Tout comme ta mission restera la même...


Sur ce, elle ferma les yeux, éloignant ses compagnes pour qu'elles ne soient point prises dans la tourmente. Pourquoi les faire périr avec elle ? Même des chauves-souris avaient le droit de vivre.

L'attaque vient du sol. Ainsi, tu n'oses plus me regarder en face...

Ta conscience te dictes que je ne suis pas le monstre que tu pensais et maintenant tu ressens tristesse et remords.


- Corell...

Au fond, tu as bien plus de coeur que tu ne voulais bien me le montrer.

Le destin, sans doute, est-ce lui que je dois maudire. Le destin qui se joue de nous et de nos sentiments...

Je vais sans doute mourir une troisième fois...

Mais si je ne peux aller aux Enfers, où pourrai-je aller ?


Puis sa voix se brisa nette tandis qu'elle se tordait sous la douleur. Les coups lui déchiraient les entrailles et elle ne put que s'écraser sur le sol. La cendre vola en un nuage épais et si désagréable en comparaison de sa brume.

Pourtant, elle vivait toujours. Aussi singulier que cela pouvait paraître, la Non-Vie semblait ne pas vouloir la laisser. Elle ne sentait même plus la douleur tant ses forces déclinaient. L'Etoile des Ténèbres était sur le point de s'éteindre alors que l'orbe de feu lui prenait en puissance.

Les flammes la dévoreraient sans le moindre doute.

Au fond, si elle devait en mourir, Lydia aurait préféré que ce soit sous les coups du Lion plutôt que sous l'effet de l'Orbe de l'Eté que Zeus avait frappé sans le savoir.

La malchance s'était acharnée sur elle et la Vampire sentait son propre coeur vaciller.

Les lames brillaient contre elle mais Corell n'aurait plus rien à craindre, les poignets de Lydia étaient déchirés et elle ne souhaitait de toute façon plus en user.

Des sons à ses tempes, des coups marqués...

Les battements de mon coeur, je les sens ralentir. Encore et encore...

Une ombre passa, celle d'un nuage que cracha le volcan. En ces mêmes lieux, les flammes la feraient de nouveau périr ou la foudre.

- En ces lieux, Héphaïstos m'a forcée à tuer Rochel...

Cela m'a déchirée l'âme. Je suis spectre et porter la main sur un des juges était l'une des pires choses à faire. Et pourtant... Pourtant, il m'a accordée sa confiance et je porte sa marque...

Ainsi, je sais qu'il est en vie. Le sang est un lien...


Le sang est un lien, le dernier acte...

Souffla-t-elle avant de perdre pratiquement connaissance. De son corps se répandait un sang sombre dans lequel jaillit quelques roses à l'éclat unique. Le cadeau que lui avait laissé sa reine. Elles leur tiendraient compagnie, à la Vampire, ses petites compagnes et Lucky.

Lentement, le cosmos de Lydia s'éleva, doux et rougeoyant. D'innombrables liens aussi fins que ses cheveux se nouèrent autour de Corell. Les liens, était-ce d'eux que Lydia avait parlé ?

Cela, le Lion ne le saurait peut-être jamais...


[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Mer 13 Juin - 23:00

Liens du Sang l’enserrèrent, agressant son corps et son âme. Pourtant, le Lion parvint à rester debout. Il ne pouvait tomber. Pas ici. Pas maintenant. Ses éclairs naquirent, pourfendant l'obscurité, terrassant les fils de sang qui enserraient son corps brisé. Il ne lui en voulait pas. Elle n’était pas son ennemie. Elle n’était qu’une victime de plus. Une victime de la fatalité. Un ange vêtu de noir. Elle qui lui avait semblé si vile et manipulatrice au début de leur combat… Il se rendait compte à présent. Il l’avait mal jugée. Elle était elle-même. Derrière ce surplis obscur et cette aura démoniaque battait un cœur en or, une chaleur rare et précieuse, qu’aucun autre Spectre ne convoitait. Une lumière au milieu des ténèbres, que seul un homme avisé pouvait distinguer.

Il avait cette chance.

Parvenant à peine à tenir sur ses jambes, le Lion d’Or s’approcha de son adversaire. Epuisé, le corps douloureux après cette guerre éclair et ce combat éreintant, le Chevalier se laissa tomber à genoux juste en face de Lydia. Elle était là, à genoux elle aussi. Sa tête était tombée en avant. Elle était inconsciente. Il aurait pu la toucher. Il aurait pu lui redonner la force dont elle avait besoin. Il en avait envie.

Mais il ne pouvait faire cela. Aider une Spectre revenait à briser son serment.

Les yeux emplis de tristesse, il prit le temps de la regarder. Il la voyait sous un regard nouveau. La jeune femme avait brisé ses aprioris. Elle avait renversé ses convictions. Hadès était le mal incarné. La plupart de ses sbires l’étaient également… Mais pas tous. Pas elle.

Mais malgré cette découverte, il ferait son devoir. Sans la quitter des yeux, leurs deux visages s’illuminèrent lorsque le Poing du Lion redevint lumière. Une dernière fois. Il avait tenté de la repousser. De l’éloigner. Mais elle ne le pouvait pas. Partir signifiait la mort. Rester signifiait la mort. Le Saint eut un faible sourire.

Et tout comme moi, elle préfère mourir de la main d’un ennemi de valeur plutôt que de mourir seule.

Il détourna le regard, incapable de voir ce qui allait suivre. Soit. Il lui donnerait la mort. Sans aucun plaisir. Sans aucune conviction. Juste parce qu’il le devait. Pour ses camarades morts. Pour l’avenir de l’Humanité. Pour la paix et la justice sur Terre. Pour Athéna. Pour la première fois de sa vie, le Croc du Lion, cette technique si redoutée et si dévastatrice, ne fut que murmurée.

« Lightning Bolt. »

Un bref éclair. Le poing devint lumière. La lumière devint énergie. L’énergie explosa, transcendant l’espace et illuminant une ultime fois Lydia dans un torrent d’éclairs destructeurs qui allèrent se perdre une centaine de mètres plus loin, détruisant tout sur son passage.

Une brève explosion de cosmos. Une ultime salutation. Puis tout redevint calme. Le chant des oiseaux revint. Le vent souffla une brève rafale, emportant la longue chevelure de la Vampire qui n’avait pas bougé. Le Lion serrait le poing à s’en faire mal. Il n’avait pas pu. Il avait dévié sa Boule de Feu au dernier instant, incapable de tuer la jeune femme. La colonne d’énergie n’avait fait que l’effleurer, brisant un peu plus encore son surplis, sans lui causer de dommages. De toute façon, il n’avait pas à la tuer. Elle était à deux doigts de la mort. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi. Il sentait que ce n’étaient pas seulement ses attaques qui avaient eu raison d’elle, mais autre chose. La réponse restait inconnue. Mais une chose était sûre : il n’avait qu’à attendre, là devant elle, pour la voir mourir. Son énergie vitale tombait de seconde en seconde.

Il osa regarder la jeune femme. Si belle. Si calme. En cet instant, son surplis brisé, ses vêtements en lambeaux, elle ne ressemblait en rien à une Spectre. Elle n’était qu’une jeune femme apaisée au visage angélique. Elle était une victime de la fatalité. Une victime de la folie d’Hadès.

Et Corell avait juré qu’il ferait tout pour sauver les victimes d’Hadès.

Le Lion faillit à son devoir. Il brisa son jugement. Mais il savait que son acte était juste… Et justifié. Elle était différente. Elle n’avait pas encore joué son rôle. Une lumière parmi les ténèbres… Un don des Dieux.

Il passa une main derrière le dos de la jeune femme et l’attira à lui avec facilité. Posant une main derrière sa nuque, il l’embrassa, mettant tout son cosmos dans ce baiser. Il l’avait vue faire. Seul cet acte pourrait la sauver. Il ne pouvait pas la laisser mourir. Il lui donnerait son énergie, car il sentait que l’avenir de la jeune femme valait la peine d’être vécu. Elle accomplirait de grandes choses. Il le sentait. Et il déciderait de s’accrocher à cette vision du futur.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Jeu 14 Juin - 15:19

L'odeur de la cendre s'était tarie. La chaleur était toujours là emplissant son être. Une flamme semblait la consumer de l'intérieur avant de commencer à vaciller tandis qu'elle sombrait dans les méandres d'un sommeil dont elle espérait pouvoir émerger...

Mais rien n'était moins sûr. Pas face au Lion.

Entre son devoir, ses convictions et ses sentiments personnels, Corell lui avait paru si tiraillé.

Mais sa fidélité envers Athéna passerait sans doute avant tout et la belle Vampire aurait au moins la joie de succomber sous les coups d'un homme d'honneur, le plus puissant des chevaliers d'or...

Le vent souffla, soulevant une dernière fois ses cheveux avant qu'elle ne sente le cosmos du Lion d'or s'embraser. Lointain si lointain qu'elle doutait de son existence...

Un éblouissement sembla soudain déchirer la nuit dans laquelle elle s'enfonçait avant de replonger encore davantage.

Puis, ce fut le silence...

Celui d'un coeur qui venait de s'arrêter...


[Merci pour ce magnifique combat, acharné jusque au bout. ]

Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   Jeu 14 Juin - 15:32

Combat fini: je déclare Corell Vainqueur et je vous invite a faire vos post de récup pour avoir le full stat de fin de GS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Combat GS] Les Ailes de la Nuit contre les Crocs de la Foudre [Lydia Vs Corell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Autres Lieux :: Etna-