RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Dim 1 Juil - 23:18

Arrow Cocyte

Dans un pays loin de la bouche des Enfers rugissant le cri de colère des titans libérés du Tartare et de la cathédrale d’Hadès où reposait alors le corps du sombre monarque suite à l'intervention caché du dieu du Sommeil, se levait un soleil nouveau sur le continent qu'il baignait de ses rayons les terres épargné par la fureur des Dieux de l'Olympe. Pays hors du regard des armées se battant pour le contrôle de ce monde où la vie des hommes étaient simple et en harmonie avec la nature qui les nourrissait de ses richesse: lieu où personne ne penserais un jour trouver la mort personnifié par l'ange des ténèbres aux ailes d'Argent. La course de Thanatos à travers l'Hyperdimension le mena alors dans une région encore vierge de l'homme, des dieux et du conflit millénaire du bien contre le mal; c'était un endroit que l'ancien juge et spectre affectionnait par le passé avant de devenir le réceptacle puis la nouvelle incarnation de l’ennemie de toute vie dans l'univers: dans le lieu que l'on nommera "Yellowstone" dans un future proche. L'endroit même où l'ancien spectre se retira par le passé et où il entraina plus d'un guerrier du temps qu'il était encore Bénou ainsi que Griffon. Cette endroit représentait quelque chose dans l'être qu'était Rochel: c'est ici même qu'il avait été entrainé a redevenir qui il était il y'a plus de Deux Cents ans, et c'est ici même qu'il revint pour marquer un changement dans son existence divine. La réalité se brisa alors au dessus d'un paysage donnant sur une cascade en pleine montagne.
Spoiler:
 

La fragile barrière entre le monde des Hommes et le passage des Dieux s'éventra alors pour laisser s'échapper une étoile sombre de ses ténèbres infinie: un être possédant le pouvoir divin ainsi que le plus précieux des trésors entre ses bras... C'est ainsi que Thanatos apparut alors devant la cascade où jadis il commença rituellement l'entrainement de ses apprentis comme lui même auparavant; Sven Nebraska du Loup Garou fut le dernier spectre que Rochel fit chuter de cette immense et violente coulé d'eau que des millénaires de passage avaient taillé a même la roche éternelle de la montagne. Il était temps de lui rendre grâçe pensât alors le dieu de la mort en levant l'une de ses mains en direction de la chute tout en gardant d'un bras restant blotti contre celle qu'il avait arraché de l'enfer glacé du Cocyte: laissant à présent parler la force démentielle qui l'animait. Entre ses doigts se formait alors un pentacle de Dunamis identique a celui qu'il arborait sur son casque ailé, celui-ci se gorgea du pouvoir de Thanatos avant de grandir de façon exponentiel devant lui: devenant alors aussi grand que la cascade faisant face à la Déité avant de fondre en elle, s'inscrivant alors dans la roche jusqu’à former un immense pentacle a cinq branche.

"Regarde, Fille des Ases... Cette endroit est un vestige de mon passé, du temps où j'étaie encore un jeune homme impétueux et ardent... Je n'aurais jamais pensé a revenir ici dans mon état actuel, y serais tu pour quelque chose ?"

Demanda la mort a celle qu'il tenait entre ses bras malgré le fait qu'il connaissait déjà la réponse: L'avoir avec lui avait permit au dieu de retrouver une minuscule part d'humanité, la même humanité qui l'avait ressuscité et qui maintenant lui ordonnait de la protéger de tous les moyens possible quitte a échanger une part de son passé en un toit sous lequel elle pourrait se cacher... Elle avait prit beaucoup trop d'importance pour lui à présent. Un tremblement de terre vint interrompre ses pensées alors que dans un immense nuage de fumée provenait de la cascade face a la déité: des centaines et des centaines de tonnes de roche et d'eau s’arrachèrent du paysage. Le tout se fit englober dans une titanesque sphére de Dunamis crée par le dieu d'Argent qui, posa un dernier regard nostalgique a ce lieu avant que lui et la sphére ne s’envolèrent vivement en direction des nuages. Laissant alors le paysage métamorphosé par le dernier passage de Thanatos.

Spoiler:
 

Quelque instant passèrent avant que le dieu ne traverse les nuages, suivi de prés par l'immense sphére remplis de la matière première qu'il déroba avant de s'arrêter lentement au dessus des plus haut nuages: observant alors le monde a ses pieds avec un sourire amusé. Derrière lui l'orbe ténébreuse se mit a briller lentement: transformant ce qui se trouvait a l'intérieur par la puissance supréme du Dunamis.

"Que le monde peut paraitre bas et petit vue du ciel... Quand on a trouvé ce qu'on a toujours recherché... Dis moi toi qui n'es qu'humaine, que vois tu à présent ? Quelque chose te rattacherait-il en bas ? "

Termina celui qui se prénomma Rochel en s'adressant a l'asgardienne, attendant alors une réponse sur le monde auquel elle appartenait et au ciel vide des divinités qui jadis avaient juré de protégé le monde. Était-ce pour lui montrer que rien n'était au dessus de lui ou pour tout simplement réaliser une promesse de jadis ? La jeune femme pouvait facilement deviner où voulait en venir le dieu d'argent... Soudainement une explosion de lumiére dispersa les nuages autour d'eux: à la place de l'orbe monstrueuse se tenait une titanesque batisse creusé à même le morceau de montage que Thanatos arracha auparavant. Une face ressemblant a un temple aux armoiries de la mort, une autre ressemblant a un château trônant dans le ciel: le nouveau temple de la mort régnant sur la terre depuis les cieux.
Spoiler:
 

Le dieu de la mort s'approcha alors du bâtiment fantastique et se posa sur une terrasse appartenant au château derrière la façade du temple de la déité faucheuse de vie. Laissant alors la belle quitter ses bras et essayer de se reprendre malgré tous ce qu'elle a pu voir: elle qui était morte il y'a peu devait être déboussoler pensait Thanatos en faisant apparaitre alors un Fairy dans sa main avec une expression de tristesse sur le visage... Murmurant une certaine crainte intérieur qu'il n'aurait jamais du avoir si elle ne l'avait pas appelé depuis l'au delà. Soupirant doucement: il se rapprocha de l'ancienne rose des neiges avec lenteur et douceur dans le regard.

"Rose des glaces... Toi que j'ai ramené a mes cotés, toi que j'ai porté jusqu'a ma demeure... Toi qui m'a changé je veux savoir: Toi qui maintenant appartient a la mort... Souhaiterais tu combattre au cotés des Enfers ? Tes alliés et dieux t'ont laissé dans le froid hors ceux que je sers t'ont tendu la main. L'accepteras tu ? Je t'offre l'étoile qui m'a appelé a tes cotés si tu souhaites me rejoindre et je te libérerais si tu le désire...Christa."


Demanda alors Thanatos en tendant sa main vers elle: lui laissant alors le choix de devenir un spectre de l'armée infernal et secrètement réster avec lui pour l'éternité.


Dernière édition par Thanatos le Sam 16 Fév - 18:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1649
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Lun 9 Juil - 18:26

Le voyage à travers les dimensions ne dura pas plus qu'un battement de cil. Lorsque Rochel s'arrêta et que le calme revint, les yeux de Christa, qui était encore engourdie dans les bras du Dieu de la Mort, clignèrent dans la lumière éblouissante du soleil. Ses pupilles se tournèrent du bleu éclatant du ciel sur le cours vertigineux d'une cascade. Prise d'étourdissement, elle aspira une grande bouffée d'air, un air vivifiant au parfum boisé. Sa main crispée sur l'avant-bras en armure du jeune homme finit par se détendre alors qu'elle se redressait pour découvrir l'endroit où il l'avait amenée.

Elle fut frappée par la grandeur, et aussi les couleurs qui irisaient le paysage, la terre brune, les fourrés émeraude, la roche jaune comme le feu ... Tout était si différent de ce qu'elle avait pû voir jusqu'alors, Asgard blanc, les noirs Enfers. Tout était si calme autour, on ne sentait aucune présence humaine à la ronde, et pourtant, l'âpreté des lieux n'avait rien d'hostile. Elle se demanda où elle était, pourquoi Rochel l'avait amenée ici. Elle replongea ses yeux bleus dans le regard de son protecteur, interrogatif.

Pour toute réponse, celui-ci leva la paume de sa main en direction de l'immense chute ondoyante, et elle admira le pouvoir de Thanatos à l'oeuvre dans cette étoile lumineuse exerçant un pouvoir quasi hypnotique pour elle. Elle se sentait désormais liée à ce pouvoir, car il coulait dans son sang, il lui avait rendu la vie. Dans la pierre se grava l'insigne du dieu, et elle l'écouta sans mot dire lui parler de son attachement à cet endroit où résonnaient pour lui encore tant de souvenirs. Elle ne doutait pas que tout était lié. Il ne pouvait pas y avoir de hasard.

#Alors, pourquoi veux-tu détruire cet endroit, Rochel … ? #

La roche craqua sous la décharge de dunamis qu'elle avait reçu, et bientôt la cascade partit en brume et en poussière, se détachant inexorablement de la montagne. Comme elle voyait les blocs de granite léviter vers le ciel, la jeune femme resserra son emprise sur le plastron de l'ange sombre qui vira avec la grâce d'un aigle dans le ciel à la suite des ruines de son souvenir qui se recomposa en quelques instants. La voix du dieu s'éleva, et bien qu'il parlait avec supériorité de cette immensité qu'ils surplombaient tous deux, sa voix grave avait quelque chose de paisible et de réconfortant. Christa considéra quelques instants le sol qu'ils avaient quitté.

« Je vois un désert de roches et d'eau envahi par la fragilité de la vie. Une terre d'accueil pour les mortels, à la fois lieu de liberté et d'errance. Longuement j'y ai cherché mon chemin, sans jamais le trouver. Je suis si fatiguée ... »

Sa voix s'éteignit faiblement, et la guerrière ferma les yeux, posant sa tempe contre le cœur de celui qui avait été l'ennemi des siens jusqu'à la fin. Cette réponse hésitante ne convenait ni à ce qu'il était en train de faire pour elle ni aux sentiments qu'elle éprouvait dans ses bras. Car en cet instant, elle ne regrettait rien de ce qu'il y avait en bas. La main de la fleur des neiges caressait avec douceur celle de l'ange de la mort. Sa tête se renversa en arrière, et elle contempla le bleu du ciel.

« Le ciel est le seul havre que je souhaitais atteindre. Comment pourrais-je renier la terre dont je suis née ? Et pourtant, c'est parmi les étoiles que je voulais exister. Tous les liens qui me retiennent, je les trancherai, un à un ... »

Le vacarme épouvantable de la création retentit entre les horizons blancs qui les cernaient dans l'espace, et elle contempla l'oeuvre de Thanatos tandis qu'ils s'en approchaient. Encore faible, elle prit pied sur les dalles d'un jaune doré, s'appuyant sur le bras du dieu. Elle observa furtivement le palais flottant pour trouver ses repères. Il avait quelque chose de si cérémonieux, de si immense, presque autant que le palais du Valhalla, mais il était vide de guerriers et brûlait sous les rayons de l'astre diurne.

C'était un havre de paix et d'harmonie. Qui l'aurait cru, de la part du dieu faucheur de vies. Mais Christa n'était pas au bout de ses surprises, car désormais, Thanatos lui offrait le pouvoir de rester à jamais à ses côtés. La jeune femme observa pensivement le papillon des Enfers voltiger au-dessus de la paume ouverte du dieu. Sa légèreté était telle qu'il semblait un simple éclat de lumière. Avec douceur, Christa repoussa la main de Thanatos.

« Rochel, toi qui est venu me chercher jusque dans les ténèbres du Cocyte, toi qui m'offre le ciel, si seulement je pouvais te dire à quel point je souhaiterai lier mon âme à la tienne à jamais. Pourtant, je ne peux accepter ce pacte … Pas encore. »

Et la jeune femme prit cette main si puissante entre ses doigts de neige, lui adressant un regard aussi doux qu'implorant. Il était encore trop tôt pour elle, et jamais elle ne pourrait jurer fidélité à un dieu qu'elle avait combattu simplement pour parvenir à ses fins, cela, son cœur s'y refusait.

« Je te demande encore plus que ce que tu m'offres, et le ciel sait si c'est beaucoup. Donne-moi encore un peu de temps ... »

Citation :
Edit de Freyja : Evolution validée
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Sam 28 Juil - 1:42

La sombre divinité observa la jeune asgardienne avec une douceur absolue dans le regard, une lueur si tendre qu'on aurai crue que le dieu de la mort était... Heureux et visiblement comblé de la vision que lui offrait son ancienne adversaire maintenant présente face à lui non en tant que combattante, mais en tant "qu'invité" dans la seconde vie que le dieu Infernal lui offrit lors de son sauvetage du sombre Royaume. Le dieu de la mort avait réellement compris ce qui le liait à cette jeune femme, il savait que c'était réciproque et qu'elle était sujet au même mal qui l'affectait encore maintenant: qu'elle ressentait, qu'elle avait toujours ressentit ce qui poignarda l'ancien Griffon en plein cœur à chaque pensée qu'il avait pour elle, à chaque fois que son regard d'argent se posait sur elle. Thanatos l'observait tandis qu'elle s'avançait vers lui avec lenteur, un sourire naissant alors qu'elle approcha la paume de sa main couleur neige de la sienne afin d'atteindre la vie qu'il désirait lui offrir: la possibilité d'être libéré de son destin et de la contrée mortelle d'Asgard, une seconde vie loin du monde qui l'a laissé mourir seul et dans le froid, la garanti de sa protection et de son affection même si pour cela elle devrait porter l'un des noirs surplis des Enfers, Thanatos lui offrait la chance de rester à ses cotés pour l'éternité. Le vœux le plus cher et le plus secret de la divinité mortelle dont l'humanité ravivé à la seul présence de l'ancienne rose d'Asgard...

C'est avec la plus grand surprise que le dieu de la mort vit la jeune femme refermer les doigts de la paumes tenant le papillon de cosmos sur eux même, enfermant alors la création divine dans sa main avant de venir la saisir doucement de ses doigts fins pour lui demander quelque chose que le dieu ne lui avait proposé et malheureusement pour lui, ne pouvait lui refuser: l'ancienne prêtresse des dieux d'Asgard lui demanda du temps; du temps il en avait beaucoup trop et désirait le voir défiler avec elle à ses cotés. Son sourire s'estompa doucement alors que la déité retira doucement sa main fermé, longeant ses doigts de son poing terrible qui vit tant de vie engloutit par sa force, tant d'os brisé et tant de souffrance provoqué. Il était amusant pour lui de voir comment cette main si terrible pouvait avoir l'air si douce et si tendre au contact de celle de la rose des glaces malgré la noirceur qui la caractérisait.
Thanatos soupira alors longuement en levant ses yeux d'argent vers l’immensité ténébreuse de l'océan d'étoile que le soleil n'éclairait pas encore, cherchant alors du regard quelque chose du regard tandis que ses yeux d'argent se mirent à briller soudainement avec l'apparition du pentacle à cinq branche qui le caractérisait. Ses yeux semblait se perdre dans l'infini, traversant le voile du temps par la prescience de celui qui était la fin de tout, a la recherche d'une réponse qui pourrait l'aider a faire se décider la porteuse de l'armure d'Eta... Mais a quoi bon ? Se demanda alors le dieu de la mort décidant de laisser l'avenir où il était; venant alors glisser la paume de son autre main le long de la joue de l'asgardienne qu'il caressa avec douceur, retrouvant lentement son sourire avant d'écarter sa main touchant la chute doré des cheveux de la guerrière afin de la positionner au dessus de la main qui libéra soudainement l'apparition du Papillon des Enfers: l'emprisonnant alors sous un dôme de Cristal brillant de son cosmos sombre. Thanatos avait prit sa décision.

"Si tel est ton désir, Christa de la rose des glaces... Je t'offrirais le temps que tu désires. Je le jure sur le Styx. Je ne presserais pas ton choix ni ne te forcerait a choisir: Tu es libre de partir où bon te semble, tu n'es pas ma prisonnière..''


Avec ses paroles emplis de tristesse, le dieu pointa son monde natale d'une main ouverte, lui donnant par la même le choix d'une nouvelle décision avec ses prochains mots.

"Cependant... Je n'ai pas la force de te laisser partir de ma propre volonté. C'est pourquoi que je te demande aujourd'hui de rester en ma compagnie en tant que mon invité d'honneur, Christa. Je ne peux pas... Je ne veux pas que tu retournes là-bas. Je souhaite que tu restes avec moi jusqu’à ce que tu décides de ta destiné, je désire être en ta compagnie... "

On aurait cru que le dieu infernal était en train de redevenir l'homme qu'il était par le passé: l'homme qui mourut dans les bras de l'asgardienne le cœur arrêté, celui qui péri foudroyé par les crocs du lion en revoyant l'image du bourreau qu'il chérissait tant à ce moment, l'homme devenu dieu qui arracha l'âme de la personne qui avait ravivé la sienne des mains d'une autre divinité mortelle... Rochel posa alors la cage de cristal du papillon en faisant doucement luire son cosmos ténébreux jusqu'au se que tout son surplis ne se recouvre de sa lueur avant d'exploser alors en un millier de plume de couleur noir aux reflet d'argent: offrant la vue du dieu dans toute son humanité à l'ancienne prêtresse tandis que le soleil se retira de leurs cieux, laissant alors la place de témoin à la lune céleste qui, fit doucement briller la longue chevelure d'argent du dieu s'approchant suffisamment de sa protégé pour tenir son visage à quelque centimètre du sien;noyant dés lors son regard dans le sien tandis que sa bouche murmurante s'avança avec une extrême lenteur de la sienne.

"Je te le demande, Douce fleur... Reste avec moi... S'il te plait ... Sois le papillon... De mon renouveau... avec... Toi..."

Terminât-il sur les lèvres de l'ancienne prêtresse d'Asgard pour la troisième fois de son existence: ses yeux se fermèrent alors doucement sur la surprise de la femme qu'il étreignit avec douceur, glissant l'un de ses bras derrière sa nuque et sa taille pour blottir son corps tendre contre le sien dans ce baiser qu'il voulut éternel.


Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1649
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Mer 15 Aoû - 23:38

En voyant le sourire qui illuminait le visage du dieu de la mort s'effacer pour une triste mélancolie, Christa sut qu'elle venait de payer le prix de sa requête. Elle aurait tant souhaité que cette quiétude détende à nouveau ces traits, mais elle ne pouvait la lui offrir. Pas pour le moment.

La jeune femme goûtait au regret de ses paroles, tandis qu'il tournait ses yeux argentés vers le ciel. Et la chaleur envahit son cœur à ses tendresses. Malgré tout, il lui faisait ce cadeau, et il lui offrait davantage encore. Elle s'approcha du dôme transparent pour observer le papillon prisonnier, et le caressa du bout des doigts. Sa voix s'éleva en un souffle léger.

« Merci … »

En vérité, l'asyne était profondément touchée par le serment du dieu, et les mots lui manquaient, tant les émotions la submergeaient.Le cœur de glace, apprivoisé par tant de douceur fondait lentement, inexorablement au fur et à mesure que coulait le flot de ses paroles. Retourner à Asgard aurait relevé de son devoir. Mais elle n'en avait désormais plus envie. Tout avait été une suite logique de dépouillement, de retrait par rapport à l'armée d'Asgard.

Elle se rendait davantage compte de la réalité : elle avait tout quitté pour lui. Prise d'un léger vertige, elle chercha son soutient. Il l'attendait, au milieu d'un soyeux nuage de plumes noires, flottant dans les rayons d'un soleil déclinant. Il lui présentait ce beau visage qu'elle n'avait cessé de caresser dans ses souvenirs, ce regard si envoûtant. Et alors qu'elle posait ses mains sur son cœur mis à nu, elle lui répondit, alors qu'il s'approchait de ses lèvres, d'une voix perdue :

« Je ne partirais pas, Rochel. Si quelqu'un m'attend à Asgard, il le fera en vain, car je t'ai enfin retrouvé. Et je ne veux plus te quitter. »

Ce baiser-là fut pour Christa l'expérience la plus merveilleuse qu'elle eût faite jusque là de toute son existence. Il dura longtemps, jusqu'à ce que le froid de la nuit ne les contraigne à la retraite, dans les murs de la forteresse nées des caprices de Thanatos. Christa ne s'habitua pas tout de suite au luxe de la demeure, bien qu'elle eût connu le palais d'Asgard, du temps qu'elle était prêtresse. Mais tout cela n'était rien au regard de ce qu'elle vivait avec Rochel.

Un matin, elle se leva aux côtés de celui qui lui avait appris avec patience et tendresse le goût des choses. Elle se dit qu'elle n'avait jamais été aussi sereine, aussi bien. Leurs journées se déroulaient souvent de la même manière, mais elle ne se lassait jamais de cette vie qui s'écoulait comme un long fleuve tranquille et rafraîchissant. Il y avait dans les murs du palais tout ce que l'on peut souhaiter. La jeune femme était particulièrement fascinée par la serre qui abritait plus de fleurs qu'il est possible de découvrir en toute une vie. Ils s'y prélassaient avec son bien-aimé, au milieu des chants d'oiseaux et des animaux qui animaient les lieux.

Elle l'embrassa pour se lever la première, et s'habilla d'une tunique grecque fine et transparente, qui convenait parfaitement aux lieux, toujours ensoleillés au-dessus du niveau des nuages. Il y en avait rarement au-dessus du site de Yellow Stone et lorsqu'elle approcha du bord de la terrasse aérienne, Christa pût admirer à souhait son paysage accidenté et si sauvage. Rochel la rejoignit bientôt, et elle se blottit dans ses bras.

« J'ai l'impression de veiller sur une terre sans guerre, sans drames … Quel silence. »

La jeune fleur ferma les yeux et inspira profondément. Autrefois, elle avait tant souhaité dans cette autre vie monter aux étoiles pour veiller sur ses frères et sœurs. Ce peuple qui lui avait donné la vie était bien loin à présent. Elle le lui avait rendu. Etait-il en paix désormais ? Sa tête reposait sur le cœur de Rochel, un cœur dont le rythme l'apaisait. Ils se rapprochaient un peu plus de jour en jour, et pourtant, quelque chose les séparait encore.

De manière confuse, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un sentiment d'injustice. Même sous la protection de Freyja, les Ases continueraient de souffrir pour les autres hommes. Elle le savait car elle était prêtresse. L'équilibre de la Terre dépendait de l'hiver qui naissait à Asgard. Ils souffraient pour des gens qui avaient persécuté Aurora, pour une déesse alliée qui avait laissé ravager leurs terres et bafouer leur honneur. Et Rochel. Il lui avait rendu cette vie qu'elle avait sacrifiée, sans pouvoir être réellement avec elle.

« Serre-moi dans tes bras. »

Ils se quittaient rarement du regard. Rochel la couvrait de cadeaux, elle l'entourait de tendresse.Une ou deux fois, cependant, Rochel s'absenta. Dans la solitude du château céleste, Christa se surprit à passer d'une pièce à l'autre comme une âme en peine. Elle se rendait compte que sans Rochel, ce Paradis flottant n'avait aucun sens, et devenait un Enfer. Lorsqu'il reparut enfin, elle accourut à lui.

« Où étais-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Mer 26 Déc - 20:12

Ce fut sur les lèvres de la douce asgardienne que naquit la nouvelle vie du commandeur de la mort et de celle qu'il appela sa compagne: une vie saluée par le soleil et la lune à chaque instant de leur nouvelle existence alors conjointe par le souhait du dieu aux larges ailes d'argent et réalisé par la douceur de celle qu'il avait juré de protéger jalousement à l'abri de ses ailes. Ce simple baiser provoqua en l'âme de celui qui avait dépassé les hommes pour se hisser au niveau des dieux, un revirement soudain: a ses lèvres, Thanatos s’occultait doucement pour répondre au nom que la jeune fleur revenue à la vie aimait invoquer en sa présence... Laissant alors renaitre l'homme qu'il était pour la couvrir de son affection et sa chaleur lors de la nuit qui précéda la prise de décision de la rose des glaces qui, se laissa alors teinter de la noirceur brulante de l'homme qui l'avait retrouvé après tant de souffrance et de combat: Rochel...

La nouvelle vie qui s'offrait alors au couple fut des plus enchanteresses pour le dieu de la mort qui, au contact de son amour redevenait lentement humain: redécouvrant les plaisirs de l'existence auprès de celle qu'il adorait plus que tout dans l'immense château dont il ne cessa d’agrandir la structure au gré de ses désirs naissants et ceux de sa rose qu'il réalisa sans attendre. Plus gâté que ne pouvais l'être n'importe quelle princesse: l'ancienne prêtresse d'Asgard vit apparaitre au coeur de leurs palais d'Onix une immense structure de verre et d'argent où se mêlait une végétation disparue dont la beauté pouvait faire pâlir d'envie tout l'Elysion ainsi qu'une faune des vivaces de créatures de l'ancien temps à présent éteinte. Créant alors un écrin de paix où le dieu et sa compagne pouvaient s'étendre en paix sans inquiétude d'aucune sorte: conversant alors du monde et de ses mystères, s'informant de la vie sur Terre ou même s’exerçant à l'art de la harpe, art dont Rochel fut instruit par le meilleur professeur qu'il n'aurait pu espérer.

Jour et nuit s’enchainèrent sous l'étreinte des deux âmes unies par le même sentiment qu'ils se partagèrent sans relâche, vivement pleinement chaque jour qui se levait sur eux afin de profiter de chaque instant à sentir leurs conjoints blottit contre eux: observant leurs traits se réveillaient à l'agréable douceur du regard de l'être tant adoré sur soi avant d'y répondre d'un sourire qui illuminera la journée de l'autre jusqu'au couché et cela, chaque jour sans interruption. Cependant, ce cycle sans fin fut interrompu par la disparition du dieu de la mort pendant la plus longue journée que due endurer le dieu de la mort qui, rencontra alors la déesse des morts du pays d'Asgard: celui-ci croyant que la déesse voulait lui reprendre celle qu'il avait sauvé des glaces du Cocyte, était prêt à commettre un déicide si celle-ci avait eu pour projet de lui ravir son coeur. Mais cela ne fut pas le cas et après un temps passé dans l’entre-mondes souterrains, le dieu de la mort quitta la reine des valkyries avec un accord secret passé avec celle-ci, ainsi qu'une promesse pour l'avenir... Ce soir-là, le dieu aux six ailes d'argent regagna sa demeure et tomba sur une fleur au visage rongé par le chagrin et le désespoir: lui demandant des réponses, réponses qu'il lui offrit en séchant ses larmes avec douceur.

"Pardonne-moi mon adorée... J'aurais dû te prévenir pour ne pas t'inquiéter mais la présence d'une divinité sur mon territoire m'a alarmé: une divinité du panthéon Asgardien. Puisses-tu comprendre ma détresse quand j'ai senti la présence de la déesse des morts alors que celle-ci invoqua mon nom..."

Dit-il avec une voix qui se voulait réconfortante tandis qu'il posa ses deux mains contre les joues rosées de celle qu'il aimait tant: éclaircissant doucement son visage en glissant ses cheveux sur le côté.

"Au prix de mon aide pour découvrir qui elle était: à savoir si elle était une déesse ou un mortel, celle qui se nommait Freyja m'a accordé une faveur mon aimé. Encore pardon de t'avoir causé tant de chagrin, ce que j'ai pu faire en ce jour: je l'ai fait pour toi. Rien ne m'apporte plus que ton bonheur..''

Finis alors le dieu de la mort en l'étreignant de ses bras et de ses ailes à nouveau déployé, embrassant chaleureusement son front alors que l'une de ses mains se glissa le long de sa nuque pour la caresser avec douceur: laissant sa seconde main glisser sur la hanche de la rose avant de venir remonter son buste pour atteindre son coeur battant pour finir sa course sur le ventre de l'être tant aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1649
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Mar 15 Jan - 22:20

La fille des Ases laissa le bonheur de retrouver celui après qui elle soupirait l'envahir, et bientôt, le poids des soucis s'envola. Ce ne fut que d'une oreille à demi distraite qu'elle écouta les motifs de cette interminable absence, apaisée de pouvoir enfin le serrer dans ses bras, lui qu'elle ne quittait jamais, dont l'aura se trouvait près d'elle à chaque minute du jour ou de la nuit. Une autre divinité avait cherché à contacter Thanatos, bien, c'était une affaire d'immortels.

Cependant, elle haussa un sourcil à l'évocation de sa patrie et d'un nom familier … Tout cela était si loin, semblait appartenir aux souvenirs confus d'une autre vie. Ainsi, la déesse des Ases avait perdu sa sérénité au point de chercher son ancien ennemi pour percer le secret de l'identité troublée par le biais de la possession. Elle avait sans doute erré sur terre pour trouver des réponses à ses questions.

Une vague culpabilité ombra le visage de la rose blanche qui se détourna. Pourquoi Rochel ne voulait-il rien dire de cette faveur qui lui avait été accordée ? Qu'avait-il offert en échange ?

« Je sais que tu souhaites mon bonheur, mais je crains toujours que ce désir puisse te mettre en danger. Ce que je crains le plus au monde est d'être séparée de toi. »

Lui confia t-elle à voix basse, en contemplant mélancoliquement le soir tombant sur la Terre. Et comme elle faisait cet aveu, l'habitude du devoir de servir les ases et les vanes s'estompa, car désormais c'était à ses côtés qu'était sa place. Pourtant, l'asyne ne pouvait encore se résoudre à s'approcher de la sphère noire qui hantait ses pensées. Elle était là, au cœur du palais, dévorante dans sa puissance insondable, ultime tentation pour être liée à jamais à celui qu'elle aimait.

Pourtant, ne risquait-elle pas de perdre à jamais celui qui prêtait son existence à l'antique divinité de la mort pour mieux servir ses maîtres si elle lui offrait ce qu'il voulait ? Vœu sincère et prudent de son amant ou piège d'un dieu rusé avide de retrouver sa place au panthéon grec ? Le nœud était là, entre l'amour et la mort. Et le seul moyen qu'avait trouvé Christa de préserver Rochel était de le tirer à la vie, de toute la force de sa volonté.

« Qu'as-tu pû lui demander, Rochel ? Ne sommes-nous pas heureux ici ? Ce séjour est si calme, loin de la fureur des batailles, loin de la haine et de l'ambition qui les dévore tous ... »

Elle avait quitté le nid chaleureux des caresses du dieu pour le tourment de toutes ces questions, de cette amère anxiété. Mais elle avait besoin d'entendre la vérité de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Dim 17 Fév - 19:54

L'observant alors se torturer de ses questions dues à son absence, le dieu de la mort serra doucement les poings en imaginant la détresse qui l'avait frappé, et la meurtrissait encore tandis qu'elle avait été touché par d'anciens noms et mots qu'elle aurait surement voulu oublier... Celle-ci avait quitté le confort de ses bras pour lui présenter son dos et sa souffrance tel un couteau lancé en pleine poitrine dans le cœur du dieu d'argent: accusant Thanatos de ne pas tout lui dire, préservant son jugement une fois que la vérité sera révélée de sa parole d'argent.

Gardant un instant le silence sur ce qui l'avait poussé à agir de la sorte, le dieu de la mort poussa un long soupiré avant de s'approcher de l'une des fenêtres de leur demeure: restant sans un mot pour observer les nuages se briser doucement contre leur château, la cour fleurie de leur demeure et le ciel étoilé qui chaque soir venait illuminer ce lieu de sa lueur stellaire. Que demandait de plus pensait le dieu depuis plusieurs semaines d'une vie douce et chaleureuse que celle qu'il vivait avec lui et faisait battre son cœur ?

"Je... Je lui ai demandé de m'aider a t'offrir ce dont je suis incapable."

Le dieu de la mort recula de la fenêtre pour la voir avant de tendre ses mains vers elle: ouvrant ses paumes tout en dégageant son cosmos sombre de ses doigts: faisant apparaitre une multitude de forme fantomatique venant du passé, rallumant toutes les bougies du château tandis que le ciel autour d'eux se dégagea pour laisser passer la lueur de la lune a travers le palais de la mort.

"Je peux changer le monde selon mes désirs: je peux tuer, je peux ramener des créatures à la vie dont l'homme a complètement oublié l'existence... Je pourrais briser cet astre entre mes doigts !"

Fit le dieu en récréant le soleil d'Hélios entre ses mains ainsi que les étoiles et les planètes l'entourant: reproduisant alors l'immensité du cosmos entre ses doigts sous la forme d'un univers grandissant jusqu’à emplir totalement la pièce jusqu’à ce que les lueurs ne s'éteignent sous son cosmos. Soulignant alors l'immense pouvoir dont il était détenteur avant de faire disparaitre ses matérialisations sous la forme de nuage sombre qu'un coup de vent dissipa tout en éteignant les bougies présentes dans la pièce: ne laissant comme seule lueur l'étoile que Rochel portait sur son front ainsi qu'une lueur dorée naissant entre ses doigts sous la forme d'une femme aux longs cheveux de lumière.

"Pourtant: je suis incapable de tout donner à celle que j'aime... J'aimerais tant que ton bonheur a mes côtés soit complet mon amour mais il existe une chose dont je suis incapable: c'est de créer la vie... Je suis le dieu de la mort, il m'est impossible de concevoir l'étincelle de vie."

Terminât-il en changeant l'apparition entre ses mains par une nouvelle forme humanoïde où la femme qu'il avait fait apparaitre plus tôt était en train de tenir une nouvelle lumière entre ses bras.

"Je t'aime, douce fleur... Et j'aimerais que ta présence ait mes côtés soit la plus heureuse possibles... En échange de la vie de la déesse Asgardienne de l'amour, j'ai demandé la possibilité de créer la vie... Avec toi."



Revenir en haut Aller en bas
Eirik


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1649
Armure : a poil

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    Ven 22 Fév - 17:32

Le silence regna pendant un moment qui dura beaucoup trop longtemps au goût de la fleur des neiges, chagrinée par ce non-dit qui la séparait douloureusement de l'ange noir. Elle n'avait plus envie d'entendre parler d'Asgard, et pourtant, ce serait nécessaire. Ce petit paradis flottant entre ciel et terre, cette légère bulle de tendresse créée par l'un des dieux les plus terrifiants de la création, lui avait fait oublier pendant trop longtemps le monde extérieur.

Soigneusement, l'asyne évitait le regard de son compagnon, ne souhaitant pas qu'il la voie dans son état. Elle le sentit s'éloigner. Si elle n'avait été murée dans son obstination et son incompréhension, elle se serait jetée dans ses bras pour le retenir. Alors, il reprit la parole et lui avoua le motif de cette entrevue. La belle sentit son sang se figer en entendant le son de sa voix, les émotions qu'elle pouvait y déceler. La fierté mise de côté, comme il lui semblait tourmenté. Les yeux bleu-argent de la belle se tournèrent vivement vers son bien-aimé.

# Je ne veux pas … Je ne veux pas devoir encore quelque chose à Freyja. Je suis allée jusqu'au dernier sacrifice pour les ases, nous sommes quittes. La page devrait être tournée. Il ne doit plus exister que Rochel, et moi au monde. #

Pourtant, lorsqu'il lui tendit la main, elle ne put se détourner à nouveau de lui. Il y avait tant d'espérance dans ses yeux, il y avait quelque chose de ténu et de fragile, un rêve qu'elle n'aurait pas le cœur de briser. Alors elle l'écouta en s'approchant de lui à pas feutrés, au fur et à mesure que ce rêve déployait ses ombres et ses lumières intangibles autour d'eux. Le monde apparut, si risible et éphémère, flammes tremblottantes entre les mains de la Mort en personne.

Tout disparut dans la tristesse du dieu de la destruction, dont la mine sombre exprimait la lassitude de tuer. Tout disparut, sauf elle, simple mortelle parmis les mortelles, et pourtant magnifiée dans cette silhouette dorée que Rochel avait façonnée de ses mains en un portrait bouleversant d'amour, ni complètement défini, ni uniforme dans sa couleur, avec ses zones de flou, ses contradictions, un être libre comme l'air. Mais il n'y avait pas que cela. Il y avait aussi cette petite flamme naissante qui fascina le regard de la belle. Saisie, Christa baissa la garde, attirée par cette nouvelle lumière dont elle s'approcha, le souffle coupé comme pour éviter à tout prix de l'éteindre d'un simple soupir.

Elle s'était toujours interdit d'y penser. Avant, l'asyne était rose des glaces, chaste et consacrée entièrement à son pays et à ses combats. La douceur de l'amour semblait bannie à jamais de son existence. Puis elle avait terminé cette quête. Elle était morte sur le champ de bataille, en protectrice du Royaume d'Odin. La guerrière n'avait pas réussi à atteindre ce vieil idéal qu'elle avait tant désiré autrefois, mais il avait été remplacé par autre chose qui lui avait semblé davantage précieux. Le visage de Rochel, gravé dans son cœur.

Ce bonheur placé au-dessus de toutlui avait été donné en même temps qu'une nouvelle chance, une nouvelle vie. Leur existence au château de la Mort s'était écoulée paisiblement. Le désir de se lier à Rochel davantage, le souhait de créer quelque chose avec lui était présent depuis longtemps. Lors de leurs repas en tête à tête, si paisibles et si calmes, elle se disait dans un sourire qu'il leur manquait d'autres présences autour d'eux. Mais elle n'en disait mot. Cela lui paraissait absurde, contre la nature de Thanatos. Comment aurait-il voulu une telle chose qui n'était même pas en son pouvoir. Elle s'était dit que leur affection mutuelle suffisait. Et pourtant Rochel l'avait prise de court au moment même où elle se faisait à ce deuil, il avait exprimé son souhait.

« Est-ce bien vrai ? »

Ainsi la rose murmura son incrédulité. Pourtant, il n'y avait pas à douter. Les mots de Thanatos respiraient la vérité. La fleur des neiges ferma les yeux doucement et son visage se laissa baigner de la lumière et de la chaleur de ces deux flammes. Elle y apporta une nouvelle chaleur : son amour pour lui, la troisième flamme qui manquait au tableau.

« Ce serait si beau ... »

Sa voix trahissait l'émotion contenue. Elle le voulait, elle le souhaitait ardament. Christa rouvrit les yeux, le regard redevenant sérieux. Ils avaient besoin de l'aide de Freyja pour cela. Rochel avait échangé cette faveur contre un service. Pourtant, c'était le pouvoir de la déesse qui le couvrait d'une bénédiction. Comment aurait-elle pû ne pas se sentir reconnaissante envers la Vane. Comment les choses pouvaient-elles être à la fois si simples et si compliquées.

« Que t'a t-elle dit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)    

Revenir en haut Aller en bas
 

[1748/1754] Renaissance (Evolution de Christa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-