RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1748] Retour à la Cathédrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Lun 30 Juil - 18:11



Stupéfiant ! Pendant que Krauser s’était préparé à affronter les nouveaux vaillants un par un, Raïmi les avait enserrés les uns avec les autres de ses tentacules valides, et oeuvrait maintenant à les faire exploser par la pression.

Le Ver lui avait élégamment proposé de profiter de sa prise personnelle, mais Krauser ne partageait pas son goût pour la luxure… malgré son aversion pour le genre humain, il avait gardé de sa vie passée un caractère que les habitants d’outre-manche qualifiaient de « gentleman ». Ou en d’autres termes, la politesse et les égards pour les dames, quelle qu’elles soient.
Cela dit, s’il ne perdrait pas de temps à « s’amuser » avec la demoiselle, il n’en était pas moins un spectre… fidèle à ses dieux, et solidaire avec ses camarades. Aussi, quand la victime du bossu, libérée de ses liens, tenta de s’enfuir, c’est un Krauser dubitatif qui la saisit par le poignet ; le plus délicatement du monde, bien entendu.

Allons, mademoiselle, ne nous quittez donc pas si précipitamment… Veuillez pardonner les manières de mon ami. Ses pulsions sont parfois très primitives. Croyez bien que je suis désolé du traitement qu’il vous fait subir, mais il en va de sa santé mentale.

Raïmi ! Je sais que le vice est ta raison de vivre, mais je n’apprécie pas la violence que l’on peut porter sur une femme ! Alors dépêche-toi d’en finir avec nos amis et reviens t’occuper de ta prise, avant qu’une pulsion humanitaire ne me prenne !


A ces mots, il se saisit d’une pique à broche jetée au sol dans la confusion, la tordit, et s’en servit pour lier les poignets de la malheureuse à un pied de table.

Veuillez m’excuser, j’ai quelques affaires urgentes à régler…

L’ogre se dirigea vers la cuisine, en piétinant ceux qui semblaient encore pouvoir se relever ; et arrivé à destination, il vida un à un tous les celliers, les tonneaux et les caisses qui y résidaient. Il en avala une bonne partie, et engouffra ce qui en restait dans un sac de toile, qu’il se fixa à la taille en le coinçant dans une jointure de ses jambières. Puis il ressortir de la pièce, et se dirigea vers son comparse.

Dépêche-toi d’en terminer avec ton fagot et ta gazelle. Nous allons bientôt changer de secteur…

A ces mots, il s’empara de l’un des individus prisonnier des tentacules du spectre, et le tira de son piège. Puis, -cruauté gratuite ?- lui brisa les vertèbres d’un vif mouvement du poignet. Puis il se dirigea vers la porte, se tourna vers Raïmi, et lui lança, d’un air aussi mauvais que calme :

Besoin de me défouler un petit peu… Ca fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de m’amuser comme ça !!!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Mar 31 Juil - 16:48

Les appendices de la Soumission continuaient d'enserrer toute la prise d'otages. Les pauvres prisonniers, condamnés à s'incruster violemment dans leurs voisins, n'arrivaient même plus à s'excuser. Soit parce que leurs visages se retrouvaient compressés dans une tignasse, soit leurs poumons étaient complètement bloqués.
Les premiers craquements allaient alors lancer la première partie du spectacle, lorsque tout à coup, Krauser dévoila son grand coeur pour les mortels. Après tout, une femme, c'est quoi ? Un homme avec des seins ! Alors pourquoi devait-il se sentir aussi galant devant sa victime, au point même d'en être désolé.
Raïmi, d'abord étonné, serra les dents tout en fronçant les sourcils. Décidément, même en ayant les yeux plus gros que le ventre, l'Ogre ne se sentait pas assez gavé du bide.

_ Tu ne te serais pas ramolli, par hasard ? Avait alors plaisanté le Ver, avec une pointe d'ironie tout de même.

Ou peut-être que toute cette nourriture avait justement quelque peu calmé les ardeurs de son acolyte. Vous savez ? Parfois, après un bon repas, on avait besoin de la fameuse sieste de l'après-midi. Preuve encore lorsque ce dernier demanda au bossu de se dépêcher. Avant comme après un énième engloutissement de vivres dans la réserve de l'auberge, de surcroît.

Raïmi n'appréciait pas ce comportement. C'eut été un grand manitou infernal, passe encore, mais si entre potes de même rang, on ne pouvait même plus savourer un chouilla de ses massacres, dans quel monde vivait-on, pensa le Spectre. Chez les Saints, à ce compte-là ?
Bref, tandis que Krauser s'était donc regarni l'estomac, il se permit de briser en deux un des détenus logé entre les serpents noirs constricteurs. Il y eut alors comme une sorte d'espace vide, pendant une brève seconde... ce qui eut pour effet d'attirer et d'écraser un peu plus le contenu de la prison pourtant rapetissante.
Raïmi, qui prenait un malin plaisir à broyer toujours plus fort son emprise, explosa par conséquent quelques carcasses imprévues au départ.

_ Espèce de gros malin ! Grogna-t-il tout simplement.

Enfin bon. C'était juste le retour des choses, comme on disait. Raïmi offre une fille. Krauser refuse. Raïmi pique alors les jouets de son compère. Krauser les pète en guise de vengeance.

Sur ce, tandis que l'Ogre quitta les lieux car le rayon alimentation avait atteint la rupture de stock, l'obsédé s'empressa du coup de conclure la séance de torture via une plus vive et ferme compression. Quand on est vexé, on n'a plus envie de jouer !
Puis, alors que les cadavres retapissèrent les murs et les tables en rouge, Raïmi n'avait plus qu'à rejoindre sa compagne d'un jour. La pauvre femme inconsolable remit une couche de larmes, au vu de la scène horrible à laquelle elle avait assistée, impuissante.

_ Rho allez ! Arrête de chialer. Ce n'était que des vauriens, de toute manière. Regarde-toi... si je t'ai épargné, c'est bien parce que tu étais l'exception, tu ne crois pas ? J'ai de grands projets pour toi.

Pour des raisons de censure, on n'entendit ensuite que des cris, un rire de hyène, des cris, un rire de hyène... et ainsi de suite, dans la rue qui longeait l'établissement. Attirant ou non les badauds à l'ouïe fine, Krauser n'aurait probablement plus qu'à les réceptionner désormais.


/hrp: bon ayé ! Moi aussi j'me suis doucement rassasié, lol. Mon perso va pouvoir passer à l'étape suivante. ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Ven 3 Aoû - 13:14


Incorrigible !!! On ne sortirait pas le Ver d’ici aussi facilement…
Krauser prit alors sur lui de l’attendre dans la rue, ne tenant pas à assister à ce spectacle déroutant. Les bruits émanant d’ailleurs de l’auberge montraient la sauvagerie de ce qui s’y passait… Et ne manquèrent pas d’attirer d’autres citadins.
Sortant de leurs maisons, les villageois, dont l’air dubitatif était justifié, se firent tout d’abord sermonner par Krauser.

Rentrez chez vous ! Je ne le répèterai pas deux fois !

Mais les curieux, intrigués, n’obtempérèrent pas. Krauser, lassé de devoir donner des leçons, se saisit du premier venu et le décapita en usant sa propre porte comme guillotine.

J’ai dit !!!

Mais les badauds ne bougèrent pas plus; cette fois plus à cause de la terreur que de l’intrigue.
L’ogre en cueillit deux au hasard, et fit se percuter leurs crânes aussi violemment que possible. Puis une fois qu’ils ne furent plus assez vivants pour pouvoir bouger, il se dirigea vers une quatrième victime. Il saisit l’homme au col, le laissant arborer une magnifique expression terrorisée. Mais alors qu’il allait frapper, l’homme tourna les yeux, et parut encore plus effrayé, tout autant que surpris.
Krauser tourna la tête, et vit l’homme qu’il avait décapité peu avant se relever, ramasser sa tête et se diriger vers lui d’un pas mal assuré.

Qu’est-ce que…?

Un coup d’oeil alentours, et ce fut au tour des deux autres, le visage en charpie, de se relever non sans mal, et marcher (ou plutôt boiter) vers Krauser en gémissant.

Mais qu’est-ce qui se passe, ici ?

L’ogre se précipita vers l’auberge, et ouvrit la porte en criant à son comparse :

Raïmi ! On a un problème! Viens voir ce qui se passe, dehors ! Je crois que….

Mais de toute évidence, le Ver s’en était déjà rendu compte. Tous les villageois massacrés par les spectres dans l’auberge s’étaient redressés –ou du moins ceux à qui il restait des jambes- et encerclaient Raïmi.
Krauser sentit alors un mouvement dans son dos. Il tourna la tête, et vit le décapité tenter de le frapper de ses bras sans vie, et pourtant en mouvement.
L’ogre lui décocha un direct qui le déchira littéralement en deux, laissant le tronc d’un côté et les jambes de l’autre. Mais même découpé en trois, le cadavre continuait de bouger !

Bon sang… je crois qu’on est encore tombés là ou il ne fallait pas!

La question ne se posait pas : pour se débarrasser de ces carcasses ambulantes, il fallait littéralement les réduire en miettes.


(HRP: comme je suis un peu bêbête, je te laisse expliquer ce phénomène, je connais pas encore bien les principes des enfers ^^ en attendant, on va pouvoir passer à la partie intéressante °° )
Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Sam 4 Aoû - 17:57

Comme toutes les bonnes choses avaient une fin, Raïmi n'allait pas tarder à devoir mettre un point final à sa coquine besogne. Mais autant savait-il jauger le moment opportun pour ce faire, autant cette fois-là un concours de circonstances s'en mêla pour lui. Et tandis que ses vigoureuses tentacules continuaient de s'abreuver du sang, mais surtout de la souffrance de sa victime, des ombres enquiquineuses se manifestèrent assez soudainement.
Le Spectre de l'Ogre, qui jactait déjà dans la rue, déboula à l'entrée de l'auberge pour constater qu'il n'avait pas la berlue, et effectivement, voilà que les deux lurons infernaux se retrouvaient encerclés par plusieurs suppôts... des Enfers eux aussi, en quelque sorte.

_ Ohé ? Vous permettez que j'finisse ce que j'ai commencé ! Se fâcha le Ver, avant de se raviser sur la situation critique de l'instant.

Des bras bringuebalants s'agitaient dans son dos et tentaient de choper les divers appendices, tel le pompon de ducasse.

Le bossu consulta alors du regard son compagnon, interrogatif, en tentant de lui faire cracher le morceau sur cet étrange phénomène, car pour lui, il était clair que si la faute ne venait pas de l'un, elle venait forcément de l'autre. Mais en vain, Krauser semblait tout aussi à l'Ouest que l'autre étoile terrestre.
Bref, après cette intrigue irrésolue, Raïmi abandonna donc totalement sa proie d'origine, à propos ensanglantée de part en part, et pivota vers les drôles de zombies.

_ Mais vous étiez pas morts, vous ?! Reprit-il quand même, toujours à la ramasse.

Puis, ne voulant pas saloper ses belles chaînes de torture, récemment émoustillées par une paire de miches, le Ver décida plutôt de creuser une sorte de large puits. Au bout de quelques vrilles aériennes, le bossu s'enfonça donc dans le sol, et grâce à son cosmos, fit exploser les tréfonds alentour afin d'étendre son gouffre improvisé.
Résultat, les junkies pâlots, n'ayant que pour unique raison d'errer sans but, avancèrent et tombèrent bêtement au fond.

_ Rha ! La journée avait si bien commencé, dit-il à l'Ogre avec une touche d'ironie, en ressortant via un autre trou, à l'extérieur. Mais qu'est-ce que tout cela signifie ?

Pendant ce temps, d'autres sales tronches de cake s'amenaient... doucement. Très doucement. D'où pouvaient-ils venir ? D'un cimetière ? À moins d'être tout simplement le palmarès de victimes de Krauser, durant le fouettage intensif de l'obsédé ? Ou encore, des morts contaminants des vivants ?
Un gros boxon, en somme. Et du coup, les deux Spectres n'étaient plus les bienvenus en ce bas monde.

_ Nos Maîtres auraient-ils été trop généreux avec cette faible Humanité ? Ou la barrière de Son Altesse Thanatos se serait développée jusque ici entre temps ?

Raïmi se tritura le menton, face à Krauser, les yeux dans les yeux. À vrai dire, il avait encore un peu de temps devant lui, puisque les autres bouffons marchaient comme des Suisses.
Mais après quelques minutes, il fallait enfin penser à changer de tactique. Alors ni une, ni deux, il ne demanda pas explicitement l'avis de son acolyte, si ce n'est pour lui annoncer son plan en live.

_ Bon ! Je suppose qu'on n'a plus rien à faire ici, maintenant. Je te propose donc d'agir tout d'abord avec une percée.

Aussitôt après, les tentacules de la Soumission s'enroulèrent affectueusement autour des membres et de la taille de Krauser. L'objectif consistait tout bonnement à l'envoyer paître à l'autre bout de la ville. De plus, une fois la charge monstrueuse exécutée, le poids et la force de l'Ogre se résulteraient par l'attirance inconditionnelle du Ver dans cette nouvelle direction désignée.
Pour faire court, l'effet yo-yo, quoi !

En avant toute ! Raïmi propulsa donc le colosse dans le tas de morts-vivants et compagnie, pareil à un boulet du Cerbère. Et lorsque la mêlée cadavérique vola en éclats et en bouillie, les deux guerriers en Surplis disparurent ensuite de la scène.


/hrp: vala, donc comme vu par mp, je manipule un chouilla ton perso pour le lancer au loin. ^^ et le reste de l'explication viendra à la suite. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Dim 5 Aoû - 22:59



Qu’est-ce que… ?

WHRAAAAAH !!!!

Expédié dans les airs comme un fétu de paille… encore une fois. Décidément, pour un fouisseur, le ver jouait beaucoup sur les actions aériennes. Mais cette fois, Krauser comprit bien vite qu’il s’agissait d’une ruse de son comparse pour se sortir de la masse grouillante de morts vivants qui les entourait.
L’ogre traversa une bonne partie de la ville, non sans percuter au passage quelques individus, qu’ils soient morts ou non ; pour ensuite terminer sa course en plein dans une petite masure en bordure de ville. Du moins, « dans » une masure n’était pas le terme exact. La vitesse d’atterrissage, liée au poids respectable de Krauser, fit que la maison n’était plus qu’un amas de poutres brisées et de gravats lorsque Raïmi l’eut rejoint.
L’ogre secoua la tête pour se remettre les idées en place.

Voilà que j’entends des cloches, à présent…

Un vif coup de doigt dans l’oreille, et voici l’évidence : des cloches sonnaient bel et bien ! Un couvent se situait non loin d’ici. Krauser prêtait allégeance à de toutes autres divinités que celle vénérée dans ce genre d’endroits, mais peut-être qu’une présence divine aurait éloigné un tant soit peu ce maléfice. A quoi était-il du, d’ailleurs ?

C’est étrange, tout de même, ces morts revenus en vie. Je ne te cache pas une certaine anxiété.

Lança l’Ogre à son comparse, espérant que son ancienneté lui permettrait de l’éclairer un peu plus. A tout hasard, il émit une hypothèse.


Tu as dit toi-même que l’accès aux Enfers était impossible. Peut-être est-ce dû à cela… Si même les seigneurs du monde des morts ne peuvent s’y rendre, de simples âmes humaines n’auraient aucun moyen d’y accéder.

Cette idée semblait plausible, et pourtant tellement étrange. Le temps que les Enfers soient à nouveau accessibles, le monde serait envahi de cadavres ambulants ? Voilà une situation bien cocasse…
Le temps de se diriger vers le lieu de culte tout proche, Krauser ouvrait le chemin en se débarassant des carcasses importunes. Tantôt expédiés dans les airs, tantôt enfoncés dans le sol ; l’Ogre s’arrangeait pour que ces créatures n’aient physiquement plus de quoi se relever, si la volonté y était.
Une pensée sordide traversa alors l’esprit de l’Ogre. Lui qui pouvait se vanter d’avaler absolument tout, jusqu’aux matériaux les plus solides… Qu’en était-il de la chair humaine ? Après tout, les contes ne mentaient pas…
Alors qu’un énième mort-vivant les assaillait, Krauser lui décocha un direct qui le projeta en arrière ; mais non sans en avoir au préalable saisi le bras d’une forte poigne. Le membre lui resta dans la main, et avec hésitation et appréhension, Krauser approcha sa langue de la chair à vif. A peine en eut-il effleuré la surface, qu’un frisson lui parcourut le corps, ainsi qu’un goût atroce qui lui emplit la bouche. Il cracha, et jeta le bras au loin.

Pouah!!! Je sais ce que tu vas dire, Raïmi. Et maintenant le fait que j’aie mâché ton armure ne doit plus te sembler si incroyable. Mais j’avais à vérifier une certaine légende à mon sujet… Et le verdict n’est pas en faveur des conteurs antiques. Les humains ont vraiment mauvais goût !!!

Et à bien y repenser, manger ce qui le composait lui-même… Même pour un spectre, accoutumé aux us des Enfers, cette idée était aussi répugnante qu’immorale.
Quoi qu’il en soit, les deux spectres approchaient maintenant à grands pas de leur destination. Krauser en profita pour se nettoyer la langue de ce goût infect en récoltant quelques baies bordant la route, et en les enfournant par poignées.
Une fois la désagréable sensation évacuée, l’Ogre se tourna vers son comparse.

J’ai remarqué que ton armure s’était un peu régénérée depuis notre arrive dans ce village… Comment as-tu fait ? Je croyais qu’il fallait le sang de son porteur pour qu’une armure revive, ou quelques chose comme ça…

Ou avait-il entendu ça, déjà ? Surement des rumeurs circulant durant la dernière guerre sainte… en tous cas la régénération soudaine du surplis du Ver lui semblait étonnante.
Erreur ! Encore une occasion pour le bossu pervers d’exposer ses connaissances sordides !!!


Revenir en haut Aller en bas
Raïmi


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 6235
Armure : mater des c*ls. :P

Feuille de Personnage :
HP:
50/156  (50/156)
CS:
74/160  (74/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   Mar 7 Aoû - 16:16

À l'autre bout de la ville, le sprint aérien de Krauser arriva en fin de course dans des décombres. Du moins, après que sa carure eut d'abord tout défoncé le pauvre édifice tout kéni qui campait là. Peut-être une sorte de World Trade Center de l'époque, quoi. Et lorsque l'effet ressort fit, lui aussi, son effet, ce fut au tour de l'autre étoile terrestre qui déboula au milieu des gravats, tel l'inspecteur des travaux finis... mouais, les travaux de démolition, bien entendu. D'ailleurs, un morceau du premier étage toujours suspendu, dirait-on, se décrocha comme de par hasard à ce moment-là, et vint se suicider sur le casque du bossu.

Avec un peu plus de grâce alors, Raïmi s'était donc plus vite remis de son petit tour de Space Mountain. Son poing tapota le haut de son crâne tout de même, jusqu'à ce que des cloches au loin se mettent à tonner. On aurait pu penser que le Spectre avait la tête creuse, mais le rythme entre ses va-et-vient et les coups de gong n'étaient pas assez synchronisés, de toute manière.

_ Hmmm ? S'étonna-t-il, en tournant la tête vers le bruit. Des cloches dans les environs ?

Il tira un fin sourire très limé, juste assez pour que l'une de ses dents scintille soudainement de mille feux. Une idée venait déjà d'avoir germé.
Mais retour à la réalité aussitôt, Krauser souligna quelque chose de non moins intéressant, au vu des récents événements.

_ Des morts dans le Monde des Vivants, ma foi..., essaya de plaisanter Raïmi, avant de pousser son cerveau dans une réflexion plus sérieuse.

Surtout lorsque l'Ogre émit l'hypothèse des Enfers toujours autant bloqués de l'intérieur comme dans l'autre sens, apparemment. En tout cas, jusqu'à preuve du contraire. Mais peut-être aussi qu'anguille sous roche il se tramait dans leur bon Royaume des Ténèbres.
Quoiqu'il en soit, il fallut bien admettre que Krauser ne passait pas que son temps à endurcir ses biceps.

_ En voilà une étrange énigme que tu soulèves, mon ami, reprit-il. Et quand on y pense, elle ne semble pas du tout mauvaise à envisager. Qui sait ? Si ça tombe, ce maudit Zeus, soi-disant tout-puissant, aurait très bien pu dérégler le bon fonctionnement du Mekaï, avec sa dernière colère noire !

Raïmi serra le poing de nouveau, en s'imaginant déjà le pire. Des Enfers interdits, leur divinité qui foutait le camp, et maintenant ça !? L'huile sur le feu commençait vraiment à jazzer au fond de la poële, là.

_ Si ça s'avère exact, continua-t-il après un soupir, alors ça voudrait dire que les damnés ne tomberaient plus inexorablement dans le Puits (bouché) ? Et du coup, ils redeviennent libres, en quelque sorte ?

Raïmi s'apprêtait à paniquer, mais en même temps, ça ne lui déplaisait pas tant que ça. Car si les défunts renaissaient et proliféraient sur Terre, à quoi bon s'en plaindre, quand on faisait partie du camp des méchants, hein ?

Mais pour l'heure, le scénario catastrophe paraissait n'avoir lieu que dans cet alentour. Durant cet échange d'idées et d'explications, les deux guerriers d'Hadès s'étaient mis en tête de rejoindre un autre lieu sacré, où des gens s'habillaient tous en robe noire pour prier et porter la parole de Dieu. Vous savez ? Le mec qui ne ressuscite jamais à intervalle de deux siècles.
Krauser, fidèle à lui-même, en profita sur le chemin pour se remplir encore l'estomac, et même pratiquer une nouvelle expérience.

_ Oh non ! S'était plaint Raïmi, grimace prête à vomir sur le visage. Je t'ai pourtant proposé de la cuisse bien tendre et chaude tout à l'heure, et tu as osé refuser...

En fait, c'est Krauser qui se vida.

_ N'empêche, si ça avait été délicieux, ta gorge aurait pu servir de Yomotsu, pour la peine, héhéhé !

Puis, pour clore ce chapitre et ce petit marathon vers le ranch des brebis religieuses égarées, le Spectre de l'Ogre déduisit une autre perle en chemin, qui faisait tout le charme du fouetteur fou. La régénération de son Surplis de la Soumission.
Spoiler:
 
Arrivés à la fin de leur cross, l'obsédé stoppa net devant le fameux bâtiment à cloches. Un couvent ? Miam, troisième et ultime pulsion.


/hrp: bon, post über dialogué pour tenter d'expliquer les différents trucs, désolé. J'ai donc raccourci la fin, via spoiler. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t2548-raimi-spectre-du-ver-etoi
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1748] Retour à la Cathédrale   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1748] Retour à la Cathédrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-