RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Dim 15 Juil - 0:04

La grande guerre en Enfers terminé, Marcus n'avait songé qu'à retrouver son apprenti et rentrer au Sanctuaire sacré d'Athéna. Une fois chose faite, l'Aldébaran rentra directement à son temple, posa son armure dans sa chambre tandis que Kenshiro faisait de même de son coté et parti se délasser aux bains. Rien ne valait les bienfaits de l'eau chaude pour délivrer le corps des courbatures et l'esprits des tourments. Au sortir des bains, Violette l'une de ses suivantes l'attendait avec une serviette et des vêtements propres, les préférés de l'Aldébaran.

-Je suis ravie de vous savoir de retour Seigneur Aldébaran, puis faire autre chose pour vous ?!

-Je t'ai dit mille fois de ne pas me donner de seigneur, même si le plaisir est partagé Violette. Effectivement je vais avoir besoin de tes services, ainsi que ceux de ta soeur. Nous organisons un banquet ce soir même en mon temple, j'ai fait mander une quinzaine de garde pour vous seconder dans la préparation.

A priori aux anges d'avoir autant de pain sur la planche, la jeune femme trépignait d'impatience d'entendre la série de consigne qui elle le savait d'expérience ne tarderait pas à tomber un fois que le Chevalier d'Or eut fini d'enfiler son pantalon de toile et sa tunique blanche.

-Met à rôtir une demi douzaine de cochon de lait, fait sortir quatre fûts de bière et six amphores de vin, celles de dix sept cent quarante deux. Fait sortir les deux grandes tables de la réserve et faites moi votre décoration habituelle avec les fleurs partout.

Un sourire accompagna cette dernière demande et Marcus laissa filer la servante qui sautillait gaiement. Tandis que sa soeur Lilas la croisait et venait à la rencontre de l'Aldébaran.

-Seigneur Aldébaran, votre retour me remplit de joie, ahah quel jolie remue ménage aujourd'hui, quel est le programme ?!

-Commence par m’appeler simplement Aldébaran Lilas, ensuite tu pourra faire mander des jongleurs, des danseuses, celles de la dernière fois était très bien. Hum... j'ai oublié de demander à ta soeur des desserts, pourrai tu me faire faire quelques tartes.

Les deux soeurs au service de l'Aldébaran était si experte en organisation qu'en quelques heures les cuisines fourmillaient qui à la rôtisserie des cochons, qui à la confection des tartes. Dans la grande salle richement décoré de guirlande de fleurs aux colonnes et de pétales au sol, avait été placé deux énormes tables sur lesquelles trônaient des paniers de divers fruits mûrs. Dans un coin un groupe de musicien réglait les derniers détails de leur répertoire. Enfin, alors que le soleil descendait lentement l'ambiance commençait sérieusement à monter dans une ambiance bonne enfant. Servantes, gardes du Sanctuaire et Chevaliers partageait le même repas, la même musique et le même plaisir.

Marcus, une coupe de vin à la main était adossé à l'une des énormes colonnes de pierre de son temple regardait tout ce petit monde rire, chanter, danser et s'amuser. Il goûtait enfin à la quiétude et au bonheur d'un moment de paix et il aimait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 17 Juil - 23:13

Une nouvelle après-midi passée à réparer les armures abimées des Saints du Sanctuaire, Shion avait finalement stoppé ses travaux pour se diriger lentement vers le Temple du Taureau, les doigts endoloris mais la tête emplie de souvenirs. Chaque réparation demandait au Bélier une grande quantité d'énergie et de nombreuses heures de travail mais elles lui permettaient aussi de découvrir le passé de chaque armure, un voyage inoubliable, une sensation irremplaçable.

Mais ce soir était l'occasion d'un autre moment de plaisir, un évènement qu'il rejoignait avec joie et qui leur permettait de tourner définitivement le dos aux affres si proches de la dernière Guerre Sainte: le banquet d'Aldébaran. La nouvelle lui était parvenue dans l'après-midi, de la bouche d'une des servantes du Sanctuaire et le Premier Gardien avait ainsi stoppé plus tôt ses réparations afin de se rendre présentable pour ce rassemblement. Toilette effectuée dans des thermes de Rodorio et vêtements propres. Pour quelques heures, Shion avait accepté de retirer son Armure d'Or qui allait néanmoins l'accompagner dans sa Pandora Box au sein de la seconde maison. La responsabilité du Premier Temple était trop grande pour qu'elle puisse être oubliée totalement, même pour une soirée.

Finalement, Shion atteignit l'entrée du Temple du Taureau et s'arrêta un instant pour contempler la scène. D'ordinaire plutôt calme, la deuxième maison grouillait d'une population hétéroclite, son regard se posant tantôt sur une servante affairée à s'assurer de la bonne organisation de l'évènement, tantôt sur un garde en pleine discussion, une choppe à la main ou encore sur un groupe de Chevaliers plaisantant bruyamment à une table. Une agitation, une bonne humeur qui faisait plaisir à voir et le Bélier afficha un sourire béat en profitant de l'instant présent.

Après avoir laissé son regard se perdre quelques instants sur les danseuses en représentation, Shion aperçut finalement Aldébaran adossé à un pilier. D'un geste rapide, il fit voler sa Pandora Box dans un coin qui ne dérangerait personne avant de saisir un verre de vin et se diriger vers le Maître des lieux. Arrivé face à lui, il détacha de sa ceinture une petite bouteille, un peu plus grande qu'une fiole, et lui tendit avec amusement.

Un petit présent pour te remercier. Une liqueur directement en provenance des montagnes proches de Jamir. Savoure là quand tu en auras envie.


Puis parcourant du regard les lieux, il se retourna finalement vers le Second Gardien pour poursuivre.

Excellente idée que tu as eu là Aldébaran. Une scène qui me réjouit presque autant que de voir à quel point tu as bien récupéré depuis la dernière fois où nous nous sommes croisés. Et je vois que tu as tenu parole, les cochons de lait promis sont bien présents! Et je compte leur faire honneur!

Comme pour accompagner ses paroles, Shion avait levé son verre devant lui. La fête ne pouvait commencer sans qu'il ne trinque avec Aldébaran!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mer 18 Juil - 22:04

Elle avançait avec une certaine appréhension pour ne pas dire timidité. Elle avait beau être une femme chevalier, elle ne se sentait pas à l'aise en présence de ces pairs. Le port du masque sans doute en plus du fait de sa faiblesse mise en avant. Elle s'était réveillée après un sommeil qui avait du durer plusieurs heures. Un sommeil plus que profond. Comme si elle s'était effondrée d'un seul coup après être revenue au Sanctuaire.

Chose étrange, elle n'avait pas réellement de souvenirs de son retour. Les derniers évènements en Amérique auprès de la déesse Athéna qui s'était ensuite envolée et qu'elle avait suivie en compagnie de Dohko et Ceridwen. Elle avait ensuite du sombrer, à bout de forces suite à sa lutte contre le poison et quelqu'un l'avait sans doute ramenée en ces lieux sacrés.

Du moins, c'était ainsi que le choses avaient du se passer. Elle avait ensuite entendu les servantes et les gardes du banquet offert par le seigneur Aldébaran du Taureau.

Ainsi, la blonde Angel s'était-elle retrouvée à avancer vers le deuxième Temple. Elle était vêtue d'une longue robe aux tons bleus mettant en valeur sa blondeur ainsi que sa beauté. Sur le tout, elle avait jeté un voile léger, dissimulant ainsi la majorité des pansements qui enserraient ses innombrables plaies.

La " Souris " voulait paraître au mieux d'elle-même. Pour cela, elle s'était mise en quête d'une tenue adéquate. Elle avait juste troqué ses derniers bijoux contre des rouleaux de tissus. La jeune femme ne possédait même plus son armure dont les derniers morceaux avaient éparpillés par la tempête ou gisaient encore sur le sol de la Giudecca.

Aussi, souhaitait-elle dans un élan de fierté paraître autrement que sous l'apparence d'une mendiante. Inspirer la pitié de ses supérieurs étaient la dernière chose qu'elle souhaitait. Ainsi, à défaut de son armure disparue, elle portait une robe digne de ce nom. Une véritable robe de cour qu'elle avait cousue elle-même dès qu'elle avait choisi les tissus.

Le soir tombait lorsqu'elle arriva au pied de la route des douze temples. Les constellations brillaient dans le ciel de Grèce. La Saltimbanque s'apprêtait à gravir les marches lorsqu'elle se fit attraper par des gardes.

- Eh ! Viens boire un coup avec nous, poulette !!
- Oui, petite, viens, on a besoin de danseuses, nous aussi.
- Tu devrais d'ailleurs te mettre plus à l'aise !


Des rires gras s'ensuivirent tandis que l'un des hommes passablement émêchés passait son bras autour du coup d'Angel en une attitude plus qu'audacieuse...

Chose qui fit tourner les sangs de la blonde guerrière. Cette attitude irrespectueuse. Etait-ce parce qu'elle était femme mais ne portait pas son masque ?

En tout cas, une chose était certaine, ces rustres méritaient tous une bonne leçon. Jamais, elle ne laisserait quiconque la toucher d'aussi près e de façon aussi grossière. Un rapide flamboiement de cosmos les fit soudain tous reculer. Certains tombèrent même sur les fesses. Cela leur avait fait l'effet de la plus efficace des douches froides et si cela ne suffisait pas, elle avait d'autre arguments plus percutants comme un coup bien placé dans une certaine partie de l'anatomie masculine. Généralement, cela suffisait largement et plus aucune de ses victimes ne revenait à la charge à moins d'aimer ce genre de traitement. Quoique cela n'avait jamais été le cas.

Enfin bref, ceux encore en était de parler, s'empressèrent de lui présenter leurs excuses.

- Pardonnez-nous, chevalier, mais on a cru.
- Que j'étais une simple femme et que cela vous permettait de me manquer de respect.
- Nous...
- Hors de ma vue. C'est bon pour cette fois mais si jamais j'apprends que vous osez entreprendre d'autres femmes de cette façon, vous aurez à faire à moi.
- Bien, chevalier...
- Angel.


Et elle les laissa là. Les uns aidant les autres à se relever mais une chose était certaine cela les avait dégrisés. La blonde guerrière n'avait pas mentionné son armure. Elle ne pouvait se pardonner la destruction de son habit de bronze. Une telle faiblesse...

Elle souhaitait ne pas avoir à y repenser en cette soirée, juste passer quelques heures auprès de ses pairs et apprendre à les connaître. Elle ne les connaissait même pas en fait et espérait surtout revoir Liana la Louve, Dohko de la Balance, Shion du Bélier, Urio du Cancer et Ishiro. Le Phénix qui avait fait une grande partie de la route avec elle avant de se retrouver face à Athéna en proie au poison de la Discorde. Ils avaient été les premiers à tenter de l'aider ainsi que cette spectre si belle et exotique...

Enfin, le son de la musique lui parvint. Elle entra doucement sans un bruit avant de repérer le colosse d'Ebène. Ce n'était pas bien difficile de le distinguer au milieu de la foule des convives.

Elle avança alors vers lui avant de s'incliner devant lui et Shion du Bélier.

- Bonsoir, seigneur Aldébaran, c'est un honneur de vous rencontrer. Seigneur Shion.

Et se retournant vers le puissant chevalier.

- Permettez-moi de me présenter, je suis Angel, la Souris du Sanctuaire.

Paroles assez singulières mais une nouvelle fois, elle ne tenait pas à se rappeler les circonstances de la perte de son armure et surtout qui la lui avait arrachée. Elle souhaitait profiter de cette soirée pour nouer enfin un lien avec ses frères d'armes et ce fut avec un sourire lumineux qu'elle attendit leur réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Jeu 19 Juil - 22:40

Urio, depuis son retour sur le sanctuaire, avait délaissé Shion lorsque ce dernier lui avait montré sa demeure et il se recroquevilla sur lui même, dans son temple, préférant la solitude plutôt que la curiosité dû à son amnésie . Il était toujours amnésique, n' avait vu aucun autre chevalier, ou parler avec eux. Il était seul avec sa "marque" et ses pensées répétitives. Il ruminait sans cesse même si par certains jours c' était comme-ci un visage commencé à se formait comme dans les pièces d' un puzzle géant. C' était sa nouvelle vie.

Je trouverais qui tu es... pensait-il.

La nuit commencée à tomber, puis des gardes du sanctuaire pénétrèrent dans la demeure de cette ancienne légende. Ils ne firent que peu de bruit et se mirent à chuchoter.

- Tu crois qu' il est là, Alix ?
- Bah, oui. Pourquoi Urio, le chevalier d' or ne serait pas ici, chez lui?
- Avec tout ce qu' on entend depuis le retour de nos troupes des terres infernales, et ce qu' on dit sur lui. Il n' est plus que l' ombre de lui même. Il a perdu son pouvoir, sa puissance...il vit reclus, seul, dans son temple. Alors pourquoi venir le chercher pour se rendre chez Aldébaran, le chevalier d' or du taureau ? Franchemant....
- Justement, Ezios. Urio a beaucoup donné tout comme tout ceux qui se sont rendu là-bas. Il mérite du respect de la part de nous tous tout comme nos chevaliers mort au champ d' honneur. Je t' aurais bien vu là-bas, en Enfer. Qu'aurais-tu fais ? Première embuscade, puis tu étais mort alors que lui il s' est relevé, le premier, du guet-apens tendu par les spectres dés leurs arrivées et il s' est battu royalement pour exterminé ses chiens de spectres. Maintenant tais toi !!

Dans l' ombre du temple, Un homme assis sur l' une des colonnes centrales qui soutient ce temple millénaire avait tout entendu, non sans une certaine amertume. Il se releva tout doucement sans faire de bruit plus que de mesure et se mit à stopper les deux hommes.

- Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici, chez moi ?

Cette voix était celle du chevalier d' or. Les deux gardes regardèrent étrangement Urio avant d' osait de rependre la parole devant lui.

Ezios répondit au chevalier d' or:

-Nous sommes des gardes du sanctuaire, moi même, Alix et Ezios à côté de moi,Seigneur Urio. Aldébaran, le chevalier d' or du taureau a organisé une fête dans son temple pour célébré le retour victorieux des enfers. Tout le monde y est conviés, sans exeption, alors nous sommes venu vous cherchez.

- Je n' en ai pas envie, mais merci tout de même d' être venu me mettre au courant de cela.

Alors qu' il venait de faire demi-tour, Ezios rétorqua au gold saint qu' il devait se ressaisir. Reprendre du poil de la bête. L' amnésique le regarda simplement, puis se dit qu' après tout il ne pouvait être que bénéfique de se rendre là-bas et voir d' autres saints , comme lui.

- Très bien ! Je viendrais dans quelques minutes.

- Merci seigneur Urio. Nous vous y attendrons avec tous les autres.

Ezios et Alix s' en allèrent alors qu' Urio s' en alla se changeait dans le petit salon de son temple. Il s' habilla simplement avec un maillot en matière très légère, comme du lin presque, et mit un pantalon gris. Il sortit de son temple et contempla les étoiles quelques secondes. Son regard, ensuite, se fixa en contrebas, vers le temple d' Aldébaran. Connaissait-il Urio ? Etait-il ami tout comme l' avait prétendu Shion ?

Il descendit les premières marches avec hésitation, puis son pas se fit plus serein. En vingt minutes, il dépassa le temple des gémeaux et aperçut le temple du taureau. Il le fixa bien, respira profondemment et aperçut déjà des silhouettes aux abords du temple. Il y avait du monde, beaucoup de monde. Toutes les marches descendues, devant l' entrée du temple, Urio regarda hésitant tout ce monde avant d' y rentré. Il vit que le temple avvait était décoré tout partout, que deux grandes tables avait été dressées.

Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Sam 28 Juil - 16:29

Temple du Verseau Arrow

Marchant lentement, à moitié perdu dans mes pensées, je suivais mon chemin, descendant les marches du Sanctuaire, sans savoir exactement où j'allais. Ma rencontre avec Kappa ne s'était pas déroulé comme je l'avais souhaité et avait même pris une tournure désagréable.

Je ne parvenais pas à comprendre ce qui se passait, je ne savais pas pourquoi il avait refusé de la sorte, alors que je n'avais fait qu'une demande afin de devenir plus fort, pour protéger plus de gens, pour avoir le niveau nécessaire pour affronter n'importe quel ennemi.

Ses paroles me laissait un goût amer dans la bouche, tandis qu'une sensation désagréable parcourait mon corps. Était-ce cela la déception? Pourquoi un refus et une attitude comme la sienne me touchait ainsi? Avais-je créer l'illusion que je me sentirais mieux en devenant plus puissant?

Je retournais le problème dans tous les sens et je ne pouvais me satisfaire de sa réponse ni même de cette situation. Je n'étais pas assez fort, et ce n'était nullement une illusion. Je devais progresser encore, je pouvais progresser. Être un Chevalier et protéger Athéna était ma seule raison de vivre, je ne pouvais pas oublier ma promesse aussi facilement, je ne pouvais pas abandonner sans tout tenter avant.

J'entrais dans une Demeure, sans savoir combien j'en avais parcouru et me retrouvait nez à nez avec plusieurs personnes, devant un ... festin!

Plusieurs Chevaliers s'étaient réunis dans cette demeure pour un banquet. La surprise s'empara de moi et peu de temps après le malaise. Il y avait bien trop de monde pour que je me sente à l'aise. La solitude avait été mon amie intime ces années durant, je me voyais mal faire la fête tel un joyeux luron. Sortir d'ici me traversa l'esprit, rebrousser chemin, mais on m'avait déjà aperçu, je ne pouvais plus revenir en arrière.

J'avalais sèchement ma salive avant de balbutier quelques mots.

- Bon... Bonjour! Je...suis ravi d'être ici!


Autant donné l'impression que ma venue était volontaire, j'aurais eu l'air bien fin de dire que j'étais arrivé ici par erreur...
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Dim 29 Juil - 21:10

Arrow Ile d’Andromède

Si le maître du chevalier de Bronze avait prit le temps de se changer dans sa chambre pour commencer les préparatifs de la fête qu'il organisa à peine son armure retiré; Kenshiro lui s'était complètement écroulé sur le lit de la chambre des invités qu'une des servantes du Taureau lui indiqua: tombant alors la tête la première comme une masse sur le martela alors qu'il portait encore son armure réduit en lambeau sur le corps. Le pauvre avait besoin d'un peu de repos après cette guerre si dur pour le jeune novice qu'il était: Affronter bon nombre de spectres, tous des adversaires aussi dangereux que le précédent attentant à la fois son corps ainsi que son esprit, son âme et pour finir sa vie était des plus harassant surtout pour une jeune chevalier... L'horreur de Boston ne l'avait pas autant éprouvé malgré le fait qu'il faillit tout aussi bien perdre la vie là-bas. Le jeune Dragon avait mit sa vie en danger a deux reprises en à peine deux mission depuis qu'il avait rejoint le sanctuaire d'Athéna... Cependant: Boston n'avait plus de monstre à craindre et maintenant Zeus était libéré sans oublier que les Spectres étaient tous en déroute... Cela valait le coup souriait Kenshiro avant de sombrer dans la torpeur de sa propre fatigue, il devait se reposer...

Ce fut qu'une fois que le soleil se couchait que le jeune homme au cheveux long s'éveilla de son sommeille réparateur:ouvrant les yeux au milieux des préparation d'une grande fête où voix et odeur se mêlaient dans une ambiance des plus vivantes et festives: Ils étaient en train de fêter leurs victoire compris alors le jeune homme se redressant de sa couche jusqu’à se retrouver sur ses jambes. C'est alors qu'il vit avec surprise que son armure n'était plus sur son corps et avait été même remplacé par bon nombre de bandage sur sa peau. Quelqu'un avait du là lui retirer avant d'essayer de le soigner pensât-il en rougissant avant de voir son armure brisé sous sa forme de Totem de l'autre coté de son lit.

"Mon armure..."

Murmurât-il avant de bondir au dessus de lui, rouvrant alors une de ses blessures au passage et se mettant alors sur un genoux tandis qu'il posait ses mains en compresse sur la plaie sanglante; se traitant intérieurement d'idiot avant de soupirer avec un sourire à la vision de son armure: elle était toujours là. Elle l'avait protéger comme lui avait promis son derniers propriétaire.
Une larme coula sur l'oeuil du chevalier de bronze tout en posant son front contre le casque du dragon brisé en deux, souriant doucement en frottant son visage contre celui-ci avant de se relever tout en retenant un gémissement de douleur.

"Aoutch... Ca va mettre du temps à guérir ça, j’espère que ça va pas s'infecter... Enfin ça aurait pu être pire... Hein, maman..."

Murmura Kenshiro avant d'enfiler des vêtements cachant une partie de ses bandages tout en souriant à l'armure que portait autrefois sa mère, il avait même l'impression de la voir au dessus de l'armure pendant un moment et mis cela sur le dos de sa fatigue ajouté au fait qu'elle lui manquait comme tout mère manque à ses enfants... Le Dragon secoua sa tête pour la chasser de ses pensées: il la reverrait surement dans les prochains jours pensat-il avant de sortir de sa chambre et de se diriger vers l'attroupement de personne et d'odeur à la recherche de tête connue; ce fut le cas en la personne de Kyros du Cygne qui semblait être seul et loin de deux autres connaissance du Dragon en Shion du Bélier et Aldébaran du Taureau. La main du dragon se posa subitement sur l'épaule du Cygne de se placer prés de lui avec un grand sourire:

"Tu cherches tes amis, Kyros ?"

S'amusât-il en le saluant d'un sourire: il n'était pas en état d'étreindre qui que ce soit.

"Je suis heureux de te voir en vie mon ami, as tu eu des nouvelles des autres ?"

Termina le chevalier de bronze avec le même sourire: aujourd'hui il fallait faire la fête.






Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 31 Juil - 21:00

Cela faisait plusieurs jours qu'elle se trouvait au Sanctuaire. La Guerre sainte s'était écoulée il y a peu et elle avait suivi les traces de son ami: Dohko de la Balance. Petit à petit son poignet se remettait de la poigne d'Athéna après qu'elle eut frappé la divinité de sa lame pour faire s'écouler le poison de la Discorde de son corps. Pour la seconde fois de son existence, elle s'était rendue sur les terres sacrées placées sous la protection de la Sagesse.

Bien que les combats n'aient pas eu lieu pour la plus part ici, il avait semblé à la Guerrière Divine que les lieux étaient encore plus dévastés que lors de son précédent passage. Malgré l'insistance de son ami chinois à l'héberger, la jeune femme avait refusé, préférant rester sur les terres de Rodorio. C'était là qu'elle se trouvait lorsqu'elle reçue une invitation de la part du chevalier d'or du Taureau. Cela l'avait quelque peu surprise, elle devait le reconnaître. En effet ce dernier l'invitait au banquet fêtant la fin de cette guerre. Un banquet qui ne serait pas sans lui rappeler celui auquel elle avait participé au sein de son propre peuple quelques mois plus tôt.

La demoiselle accepta toutefois l'invitation et observa la servante de l'Aldébaran reprendre le chemin des douze Maisons, tandis qu'une autre question s'imposait à elle: que mettre et qu'apporter à celui qui serait son hôte pour la soirée? Voilà donc la raison pour laquelle elle arpenta, le reste de la journée les rues, de Rodorio.

Le soir venu, tous les habitants du village purent admirer la ravissante créature prendre le chemin du Sanctuaire sacré. Pour l'occasion, quelques femmes l'avaient aidé à revêtir la traditionnelle robe grecque à la teinte de prédilection de la Dragonne: blanche. Un simple jonc en or ornait le poignet de la demoiselle à la chevelure de feu relevé en un chignon. Lentement, elle gravit les marches, peu habituée à être vêtue de la sorte.

Elle passa la première maison, vide son propriétaire. Elle sourit en se rappelant que par le passé, elle n'avait pas été plus loin que cette demeure. Elle s'arrêta quelques instants dans les lieux avant de poursuivre sa route. Parvenue sur le parvis de la maison du Taureau, de délicieuses odeurs vinrent taquiner ses narines. Inspirant profondément, elle remit correctement les plis de sa robe avant de pénétrer à l'intérieur du Temple, au coeur duquel se trouvait déjà quelques convives. Désireuse de ne pas trop se faire remarquer et de ne pas interrompre les retrouvailles de ses alliés, Ceridwen resta en retrait, souriante, tout en gardant précieusement contre elle le présent qu'elle voulait offrir à l'Aldébaran.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Ven 3 Aoû - 3:10


Arrow Temple du Verseau

De longues minutes s’écoulèrent après le départ précipité du chevalier du cygne. Je savais que j’avais eu tort, mais je ne me sentais pas de prendre un nouveau disciple après tout ce qui m’était arrivé. Durant les heures qui suivirent, c’est dans un bon bain chaud que je tentai de faire disparaître cette amertume qui m’habitait depuis plusieurs heures. Finalement, je pris la décision de quitter le sanctuaire pour une durée indéterminée. Je ne me l’expliquais pas, mais je n’allais pas bien, et je ne me sentais plus à ma place, pas même dans mon propre temple.

Alors que je revêtais de beaux vêtements propres bleus nuit, une servante entra pour m’annoncer que l’Aldébaran donnait en ce moment même une fête pour célébrer la fin de la guerre. Il ne me traversa même pas l’esprit d’y aller, du moins, pas tout de suite. Je n’avais pas la tête à faire la fête. En revanche, boire quelque chose était davantage dans le ton. Et puis, je ne voulais pas quitter le sanctuaire sans avoir dit au revoir à notre général. Les évênements de Boston avaient fait naitre entre nous une amitié à laquelle je tenais.

Je finis donc par me décider à descendre jusqu’au second temple pour y faire une brève apparition. Je constatai avec surprise en sortant à l’air libre que le soleil avait déjà disparu à l’horizon, et déjà, la nuit envahissait le Sanctuaire d’Athéna. Tel une ombre traversant les temples du zodiaque, je descendis jusqu’au temple du Taureau, d’où s’échappait des bruits de fête accompagnés de musiques et d’éclats de voix. Discrètement, je fis mon entrée dans le temple tout en restant tapis dans l’ombre des immenses colonnes ornant la salle principale. Plusieurs chevaliers étaient déjà là : notamment le pauvre Kyros qui avait dû quitter mon temple bien abattu. Kenshiro, le disciple du Taureau, Angel, Urio du Cancer, et ce qui semblait être une Asgardienne que je ne connaissais pas. Mon regard finit par apercevoir Shion du Bélier discutant avec l’Aldébaran.

Attrapant un verre de bière situé sur une table un peu reculée, je m’adossai silencieusement à une colonne en entamant rapidement ma boisson. Fixant le maître des lieux, j’attendis de pouvoir croiser son regard afin d’avoir la chance de pouvoir lui dire au revoir silencieusement. Enfin, après plusieurs secondes, le Taureau, probablement attiré par mon regard insistant bien que toujours terré dans l’ombre, tourna ses yeux vers moi. Un long regard empli de lassitude et de fatigue répondit à celui du général des armées du sanctuaire. Probablement ne comprendrait il pas les raisons de mon départ. Mais qui sait ? Peut être lui aussi avait il connu des moments de crise et de déperdition dans sa vie. Levant mon verre doucement à son intention, je lui dis soudain par télépathie :
Au revoir, Aldébaran. Et merci…

Je finis mon verre d’une traite avant de le poser sur une table et de me faufiler hors du temple, sans un mot pour les autres chevaliers. Déjà, les bruits de fête me mettaient mal à l’aise, et le besoin de solitude se faisait ressentir… Et puis d'ailleurs, il me faudrait prendre la route très tôt le lendemain pour rejoindre la Sibérie...

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Ven 3 Aoû - 18:52




    La voûte du ciel crépusculaire laissait place aux couleurs de la nuit. Si Morphée appelait les cœurs à s'endormir, il n'avait pas d'emprise sur les jeunes guerriers victorieux, trop en liesse pour penser à fermer l’œil. La rumeur d'un chant joyeux et rythmé s'élevait de plus en plus fort à mesure qu'elle descendait les marches une par une, d'une manière hésitante et lasse à la fois. Instinctivement, Athéna se dirigeait vers l'origine de tout ce brouhaha incessant n'ayant eu de cesse de l'interpeller du haut du temple du Capricorne où la dame avait trouvé refuge. À ses côtés, toujours fidèle à tenir son rôle de gardien, le griffon aux plumes d'or faisait rouler ses muscles saillants.
    Lui aussi semblait intrigué par la musique. Notes dynamiques au son d'une voix harmonieuse et cristalline lui rappelant non sans un pincement au cœur, les mélodies de chez elle. Un temps elle resta en retrait pour observer de son promontoire, les convives s'agiter en tous sens, presque à s'envoler par ce rythme endiablé. Une main sur l'encolure de l'animal, une unique caresse et ce dernier lui donna un coup de museau pour l'obliger à s'avancer.

    La jeune femme à la chevelure carmine ne se sentait pas à sa place, elle avait même peur de gâcher la fête par sa simple présence. Oui, tous sentirait la peine que la déité pouvait ressentir, le poids de la culpabilité se faisant bien trop fort. Un soupir.
    Une aura froide et tout aussi mélancolique que la sienne lui fit arquer un sourcil interrogateur : beaucoup de chevaliers s'étaient déjà rassemblés mais Athéna fut étonnée de sentir sa présence à lui. Sans doute était-ce mieux ainsi, oublier les peines, les épancher comme on peut demeurait dans un sens, la meilleure des solutions.

    Ses yeux pers détaillèrent les mises des invités avant de se regarder : là où les couleurs vives prédominaient à l'instar d'un millier de corolles de fleurs, elle, conservait l'immaculé d'un lotus. Robe de soie longue et légère, aux manches amples s'envolant dans le vent, et mousseline piquée de perles opalines comme voile couvrant ses cheveux de feu.
    Seulement, ce fut dans l'ombre qu'elle préféra s'approcher sans bruit, ne désirant nullement arrêter les festivités en apparaissant en pleine lumière. Elle s'arrêta sous une colonne pour regarder l'hôte du Temple, son Général qui avait une fois de plus eut une idée lumineuse pour apaiser les esprits après une guerre éreintante, vaine une fois de plus....

    «Œuvrons dans l'ombre pour l'heure Niké, apportons leur une douce ivresse après les rudes épreuves...» souffla t-elle tandis que la chouette blanche s'envola pour répandre une douce énergie.

    Son gardien ailé tapis comme un prédateur dans les ténèbres, restait aux côtés de la Déesse sans ciller, lui aussi observait de ses prunelles d'encres, l'ensemble de la scène. Un signe à son intention, et Athéna suivit le Saint qu'elle n'aurait jamais pensé être de la partie. Avant que Kappa du Verseau n'atteigne les marches du Temple du Taureau, la Sagesse demanda silencieusement au griffon d'or de lui bloquer le passage. En une bourrasque soulevant tissus et cheveux, l'animal mythologique se posa sans heurt devant le jeune homme en poussant un petit cri d'avertissement. Il semblait heureux de retrouver cet ancien compagnon de Boston, et le fit savoir en touchant du bout de son aile, l'une des épaule du Saint d'or.

    «Tu t'en vas déjà, Kappa du Verseau?»

    Lentement, Athéna s'avança dans un rayon lunaire pour se révéler au chevalier. Encore ce regard, ce même regard accusateur. Il n'avait donc point encore comprit et prenait la Vierge Guerrière comme une meurtrière. Mashia du Lotus existait toujours, la preuve transparaissait dans ces prunelles azur pleines de cette douceur qu'on lui connaissait que trop bien. Bien que mêlée à celle de la déité, gardienne de l'humanité.

    «Tous sont réunis pour fêter notre victoire, pourquoi ne pas y participer ? Viens, allons tout deux oublier pour l'heure, nos déboires.»

    Alliant le geste à la parole, la Déesse de la Sagesse prit la main de Kappa pour l'entraîner à sa suite. Le griffon, ravit, averti leurs présences en battant des ailes furieusement. S'avançaient alors, Athéna un mince sourire aux lèvres, précédée du Verseau puis de la bête ocre aux plumes douces. À la vue de la Déesse, comment allait réagir les différents protagonistes ?
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Ven 3 Aoû - 21:44

Le Sanctuaire. Tant de souvenirs étaient enfermé entre ses murs antiques, sur chaque colonne brisée, sur chaque temple dressé depuis des temps immémoriaux. Tant de chose qui avait été détruit avec une déconcertante application. Pourtant, loin du travail à venir pour remettre sur pied les temples détruits durant leur absence, l’atmosphère qui se dégageait des lieux lui suffisait à apaiser une partie de ses soucies qui c’étaient fait plus vibrant. Il ne pouvait pas les ignorer avec sa nonchalance habituelle, ceux-ci se terrant au fond de son âme avec une certaine emprise mais en cette heure, l’espoir était plus que permit. Tout s’arrangerait. Que cela soit dans ses tourments propres, ceux ébranlant ses pairs ou dans la destruction d’une partie des maisons zodiacales – dont le sien propre avait réchappé de justesse au vu de l’état de ses voisins du dessous – rien n’était irréparable.

Le soleil se lèverait de nouveau pour eux tous et puis il y avait eut de bonnes nouvelles malgré cette fin de guerre on ne peut plus chaotique. Son cœur se serra à cette pensée et aux dernières heures éprouvantes qui avaient bouleversés sa vie.

Il repoussa le chaos engendré en question en reprenant sa marche autour du Sanctuaire. Il s’était sentit le besoin de se replonger dans cet univers qu’il avait à peine revu lors de son retour impromptu après le rappel des troupes de sa Déesse avant de s’enfoncer dans les enfers. Et puis c’était un bon moyen pour lui d’éviter de ressasser sa dernière entrevu avec cette fameuse déesse qui le troublait. Alors après avoir prit le temps de panser les blessures qui barraient son corps avec des bandages dissimulés par son ample tunique traditionnelle chinoise, il était allé redécouvrir les lieux, en prenant du temps pour se recentrer sur lui-même et voir de ses propres yeux les dégâts.

Un besoin aussi impérieux que nécessaire. Ruminer seul n’était pas dans ses habitudes, il était bien mieux là où la vie régnait en maître et après la traversé d’un monde nocturne et mort, celle-ci ne pouvait être que bénéfique à n’importe qui. Ce ne fut que lorsque la nuit s’installa dans les cieux que la balance se dirigea là où l’attention général c’était braquée. Là où la joie simple d’un retour parmi les vivants entrainait le monde. La nouvelle de la fête donnée par le chevalier du taureau c’était répandu comme une trainée de poudre dans le sanctuaire, et était une bonne manière de dissiper les troubles des cœurs des combattants – et des autres.

C’est avec le sourire qu’il dépassa le premier temple vide de son propriétaire. Au moins Shion ne s’était il pas perdu dans les méandres des réparations d’armures qui pouvait aussi bien happer son temps que ses forces. Les bruits de la fête battant son plein l’assaillit avec plus d’acuité dès lors qu’il passa la maison du bélier et c’est avec un plaisir certain qu’il s’y rendit, un sourire plus franc sur les lèvres. Le chevalier du taureau n’avait pas fait les choses à moitié, c’était le moins qu’il puisse dire au vu du temple de son ainé décoré dans lequel s’agitait une foule hétéroclite bien décidé à s’amuser comme ils le devaient. Tant de bonne humeur ne pouvait qu’être communicative.

Le chinois repéra avec une certaine aisance les personnes qu’ils connaissaient personnellement disséminé un peu partout mais fut un instant troublé par la blanche demoiselle qu’il reconnu comme étant Ceridwen. Et se fut vers elle qu’il se dirigea en premier, elle qui s’était mise à l’écart et qui, en tant qu’Asgardienne, ne connaissait pas forcément tout ceux présent en ces lieux.
Elle était ravissante dans cette tenue on ne peut plus grec, ne dépareillant nullement avec le décor – bien moins que lui-même - et s’attirant même des regards intéressés d’autochtones. Il la connaissait guerrière, alors la voir paraître ainsi lui était inhabituel, sachant en plus les derniers événements qu’ils avaient vécu ensemble, ce qu’elle savait, n’était pas pour l’apaiser, ni même pour lui faire oublier les derniers évenements. Pourtant se fut en prenant sur lui qu’il vint jusqu’à elle, souriant avec une décontraction qu’il n’aurait cru posséder mais il était bien heureux d’être ici et la joie simple qui se dégageait du rassemblement avait visiblement une bonne influence sur lui.

« Alors, Rodorio te plais Ceridwen ? »

Il n’était absolument pas vexé que la dragonne ait préférée le village en marge du Sanctuaire à sa propre demeure, mais il avait bien le droit de lui lancer une pique pour le simple plaisir – et par curiosité réelle également. Après tout, le village était très beau et animé, et il espérait qu’elle y trouverait ses marques.

Il signifiait par son comportement que pour ce soir le temps était à la décontraction, malgré les stigmates visibles du Sanctuaire Sacré, et des siens propres qu’il espérait beaucoup moins visible. Même les questions sans réponses, les inquiétudes secrètes…Il n’avait pas besoin de les montrer, surtout pas à ses amis.

Pourtant, il n’était pas vraiment l’heure de tout oublié - si ce temps viendrait un jour. Il fut surprit de sentir l’aura plus que reconnaissable de la divinité qu’ils protégeaient qui lui fit perdre le cours de ses pensées. Non pas que ce qu’il s’apprêtait à dire ou faire – c'est-à-dire, entrainer Ceridwen vers le groupe de Shion, Aldébaran et Angel– était d’une complexité incroyable mais il se retrouva simplement a tourner sa tête vers la Déesse entrainant à sa suite un chevalier connu de la Balance, Kappa dont la mine fermé l’inquiétait pour le coup bien plus que le comportement précédent d’Athéna. Une arrivée pour le moins spectaculaire accompagné par le griffon qui suivait la divinité comme son ombre – ce dont il lui était reconnaissant, car il veillait sur elle là où ses chevaliers ne le pouvaient pas.

La voir ici était en soit surprenant au vu de la culpabilité qu’elle entretenait vis-à-vis de la folie qui l’avait envahit, pourtant, il en était aussi heureux. Il voulait croire que la liesse générale puisse alléger le fardeau qu’elle avait elle-même placée sur ses épaules. Et puis il y avait Kappa également. Cela faisait fort longtemps qu’il ne l’avait pas vu, et son expression lui faisait penser qu’il aurait préféré se retrouver partout sauf ici. Pourtant, il ne savait quel comportement adopté aussi préféra t'il demeurer à sa place, aux cotés de Ceridwen, sans savoir quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Jeu 9 Aoû - 23:17

¤¤ Ne pas agiter le chiffon rouge ! ¤¤


" Pardonnes moi, je dois avancer ! "

D'un geste de la main, le garde tombait entre les mains de l'inconnu. Le visage caché sous une lourde capeline attachée à un manteau de voyage, il regardait l'homme désormais à ses pieds pour vérifier que son flux sanguin était encore actif. Endormi par le froid de son cosmos, il n'avait pas fallu beaucoup de temps pour se défaire de l'un des soldats de la Déesse grecque de la Sagesse et des stratégies militaires. Sans logique, il avait fait en sorte que cela ne tourne pas en foire d'empoignes, il aurait pu se présenter, donner son identité mais le silence blafard était sa seule réponse.

Dans un geste des plus gracieux, un léger tapis neigeux se répandit dans la zone avec une brume verglaçante des plus hostiles. Profitant du peu de visibilité, il avança en direction des Temples du Zodiaque où de puissants cosmos se concentraient dans un seul Temple. Dans l'ombre de la capuche, des yeux opalins réfléchirent sous la lumière de Balder, quand son cosmos se concentra sur les temples les uns après les autres. Poussière vivante dans la voie lactée, l'inconnu se demandait s'il avait raison de vouloir écrire une nouvelle page de son histoire. Pour qui ? Pourquoi ? Il avait combattu son mentor Elfique, travaillé pour le noble Héphaistos et il sentait qu'il n'avait servi à rien du tout pour l'instant. Il souffla une buée glaciale de ses lèvres avant de monter les premières marches des Douze Temples.


D'un pas sûr, il pénétrait dans le premier temple où les traces d'anciennes batailles y apparaissaient encore. Relevant sa capuche, l'inconnu libérait une belle chevelure turquoise et vit dans un coin une belle fleur en mal de soleil. S'approchant d'elle, il la caressa pour la réchauffer de son cosmos. Silencieux, il sentit dans ce lieu la turpitude des Enfers, cette odeur était tout aussi répugnante que les calamités de la dernière Guerre. Levant la main en l'air, il explosa son cosmos en chantant une vielle farandole de ses terres ancestrales. Des créatures blanches se libérèrent alors de leur sommeil pour apparaître autour de l'homme à la chevelure azuréenne, dans leur danse lente et langoureuse, des tiges de muguet naquirent dans les recoins des Piliers pour devenir des lianes entourant les piliers d'une nouvelle force réparatrice. Les piliers semblaient s'élever dans les airs avec le rappel des forces de la nature, chaque esprit de chaque pierre reprenant vie pour retrouver sa place originelle. Toute trace de corruption était comme asphyxiée par le son silencieux des clochettes albâtres.

" Ce temple sentait encore la marque de Hell, j'espère que le gardien de ce Temple ne m'en voudra pas de ce petit changement printanier ! "

Un simple murmure avait ponctué la fin de son chant. Il ajusta sa cape et vit un garde pénétrer les lieux inquiets des changements des lieux. D'un regard glaciale et prédateur, l'inconnu le fit sortir immédiatement de cet espace. De simples manants ne pouvaient pénétrer les terres sacrées des Dieux et se devaient de rester à leur place pour le bien du grand équilibre du Monde. Un sourire en coin, il pénétra plus loin dans le Temple pour vérifier que tout semblait être revenu à la normale, les racines des muguets avaient formé un ciment magique des plus complexes. Sortant du Temple, il monta calmement les marches pour approcher du Temple du Taureau. Des cosmos des plus impressionnants y résidaient et il n'était pas bon de se montrer trop malhabiles face à une telle force, un autre cosmos semblait supplanté l'ensemble avec une douceur teinté d'autorité. Athéna était donc aussi dans la place.

Si l'esprit était à la fête et à l'amusement, l'inconnu ne put s'empêcher de sourire en empoignant une broche sur sa cape. Symbole de sa dévotion à sa Déesse bien aimée, il fit le premier pas dans le Temple et salua les convives en regardant leurs yeux un peu surpris par sa présence. En effet, ses yeux et ses cheveux turquoises, son physique androgyne marqué de quelques tatouages sacrés sur le bas du cou, et aussi le port d'un lourd manteau qui recouvrait une armure bleu nuit aussi brillante que l'un des Saphirs d'Odin et une épée elfique à la garde argentée. Il salua la foule et chercha dans la foule les personnes présentes pour voir à quelques pas de lui une jeune femme en retrait des festivités. Toujours la même selon lui, rebelle en quelques sortes et timide en même temps, l'inconnu s'approcha alors d'elle dans un grand sourire.

" Tu viens à une fête et tu restes en retrait, tu n'as pas changé en trois ans.... trois mois je veux dire.... Je vois que cette satanée guerre est terminée, faisons en sorte de laver les plaies de nos coeurs ma chère Dragonne Blanche ! "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Lun 13 Aoû - 23:32

Je sentis soudainement une main de poser sur mon épaule. Je me retournais rapidement et pouvais observer qu'il s'agissait de Kensiro, le Chevalier du Dragon. La dernière fois que nous nous étions vu c'était aux Enfers, à l'Acheron. J'avais affronté le Spectre du Ver et permis à mon compagnon de poursuivre son chemin.

Sa présence ici me rassura légèrement. Je connaissais très peu de monde au Sanctuaire et me sentait mal à l'aise dans des lieux fréquentés par beaucoup de gens, surtout lorsque je n'en connaissais pas la plus grande partie.

- Je suis heureux de te voir en vie mon ami, as tu eu des nouvelles des autres ?

Je lui souriais légèrement, restant évasif malgré tout. Je n'avais pas de nouvelles des autres Saints, je ne savais pas ce qu'ils étaient devenus après notre départ forcé des Enfers. Je savais juste que Kappa désirait quitter les lieux et m'avait expulser de son Temple violemment devant mon insistance.

- Je n'ai vu encore personne. Mais je suis sûr que tout le monde va bien.

Kenshiro s'était bien habillé pour l'occasion, moi au contraire, j'avais des habits que je portais habituellement. J'étais vraiment comme un poisson hors de l'eau en ces lieux. Je m'approchais du buffet avec le Dragon, qui essayait de me mettre à l'aise. J'en profitais pour saluer le Général Aldébaran, ainsi que Shion du Bélier.

- Seigneur Aldébaran! Seigneur Shion! C'est un plaisir de vous revoir.

Il y avait beaucoup de nourriture et du vin. Nous méritions bien ce petit moment de plaisir après tant de batailles et de sacrifices. Je commençais à manger, mais restant toujours à l'écart, plus encore alors que d'autre personnes entraient. La Déesse Athéna fit son entrée, ainsi que des Guerriers Divins, nos alliés durant cette guerre. Je m'éloignais un peu d'eux, il y avait trop de monde à mon goût, je n'étais guère habitué. J'avais passé toute ma vie accompagné par la solitude, je n'arrivais pas à m'habituer au bruit des voix s’amoncelant les unes au dessus des autres.

Soudain, Kappa fit alors son entrée dans le Temple du Taureau. Que venait-il faire ici? Je comprenais vite qu'il ne faisait que dire au revoir au Chevalier du Taureau, évitant le plus possible de s'adresser aux convives. J'allais exploser de colère en le revoyant aussi vite et constatant qu'il m'avait complètement ignoré. J'étais encore frustré par son refus, me barrant ainsi la possibilité de maîtriser le Zéro Absolu et de devenir plus fort. Le Chevalier du Verseau s'en alla, malgré l'intervention d'Athéna. J'avais besoin de noyer mes frustrations et je portais un verre de vin à mes lèvres. Je n'avais encore jamais bu de vin de ma vie et le choc fut un peu brutal. Je commençais à tousser, le liquide me brûlant légèrement la gorge. Ce n'était pas une boisson que l'on pouvait considérer de très forte, mais pour quelqu'un qui buvait de l'alcool pour la première fois et le contenu d'un verre entier en une fraction de secondes, ce n'était pas une sensation agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mer 15 Aoû - 22:50

La petite fête à moitié improvisé de Marcus commençait doucement à s'égayer lorsque son voisin direct fit son entrée dans le Temple du Taureau. Shion du Bélier, sans le connaitre vraiment, Marcus avait un sentiment amical naturel envers lui sans vraiment savoir pourquoi et en même temps c'était ce sentiment qui lui faisait avoir confiance en lui, un cercle vertueux à lui seul. Son invité lui offrit une petite fiole ramené de son pays natal et levant sa coupe l'invitait à trinquer. L'Aldébaran ne se fit pas prier et débouchant le présent de Shion choqua les deux récipients et bu à la santé de son hôte.

-Puisse la Déesse nous offrir encore quelques belles années à vivre mon frère, mais en attendant j'ai tenu parole et fait sortir des cochons de lait pour toi, j'espère que tu va leur faire honneur.

Ce fut sur ses entrefaits qu'une charmante demoiselle ce présenta aux deux amis, vétu d'une longue robe bleue qui faisait ressortir la blondeur de sa chevelure. Bien qu'intrigué par la tournure de sa présentation, Marcus n'y réclama aucune explication.

-Bienvenue alors à la Souris en la demeure du Taureau et si mon ami du Bélier en accepte, j'espère pouvoir vous inviter à danser Madame. Cela serait gachis que de n'être le centre de toutes les attentions dans d'aussi beaux atours.

Attendant du regard l'accord de Shion pour lui fausser compagnie, l'Aldébaran tendit la main à Angel afin d'y receuillir la sienne et de l’entraîner au milieu des autres danseurs tandis qu'il croisa le chevalier du Cygne. Le devoir m'appelle mon ami, lui glissa t'il à l'oreille tout sourire, puis posant avec une délicatesse singulière une main au creux des reins de son invitée, l'Aldébaran la fit tourner et virevolter au gré de la musique, s'il pouvait par là apporter l'attention et la confiance à cette femme chevalier qui manquait cruelement de confiance en elle alors c'était avec un plaisir infini, car Chevalier elle l'était indubitablement et en l'absence de son masque, mieux valait pour tous ignorer laquelle. Ce soir à ce banquet et au milieu des danseurs, elle serait angel, la Souris du Sanctuaire et cela serait suffisant.

Tandis que se finissait le morceau et qu'il libérait sa cavalière, le colosse à la peau d'ébène entr'aperçu son homologue du Cancer en retrait et l'invita d'un signe de tête à se joindre pleinement aux festivités. Kappa également se montrait discret et Marcus comprit alors qu'il était sur le départ, il était encore un jeune chevalier et les horreurs de la guerre l'avait profondément touché, mais il s'en remetrait, il était un Chevalier d'Athéna. Néanmoins même un chevalier pouvait avoir besoin d'un peu de soutien et Marcus lui répondit par la pensée. N'oublie pas que des gens compte sur toi, j'en fais parti mon ami, alors ne tarde pas trop. Alors qu'il aurait voulu en faire plus pour son binome de Boston, Marcus sentit le cosmos chargé d'amour d'Athéna dans son temple et cette fois ce n'était pas pour prendre un bain. La Déesse au cheveux carmins s'approcha de Kappa et l'Aldébaran fut dès lors un peu plus confiant.

Il pouvait à présent s'occuper du petit groupe qui venait d'arriver depuis le bas du Sanctuaire. Dohko de la Balance était accompagné de deux gens venus du nord, un petit au cheveux turquoise et dont les yeux idoines scintillaient de malice et une jeune femme dont la chevelure rousse ressortait comme un joyaux sur sa robe aux couleurs locales. Marcus s'approcha d'eux en tendant d'abord son avant bras à son frère d'arme pour le saluer à la manière des chevaliers. Il devait beaucoup à cet homme quant à la victoire en Enfers, soldat courageux, humble et loyal il avait été l'une des clés de voute de la stratégie de Marcus et pour cela il avait gagné sa confiance et son respect.

-Mon frère, ne me fait pas toi aussi le timide et va donc faire honneur à ma tarte aux myrtilles et aux danseuses, la plupart n'attendait que toi pour savoir si tu es un aussi redoutable danseur. Puis tournant la tête vers le je Ase, il l'acceuillit chaleureusement. Ma maison est votre Messire, n'ayez aucunes gênes à vous restaurer, à boire ou à danser. Nos frères du Nord sont les bienvenus. Saisissant la main de la rouqine en robe grecque pour y poser un baiser, il l'invita de même. Cette robe vous sied à merveille Madame, mais elle n'est que l'écrin de votre beauté aussi je crains devoir vous invitez à danser le premier au risque créer une émeute. Je suis Aldébaran, Chevalier d'or du Taureau et Général des Armées d'Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 21 Aoû - 0:04

L'Asine s'était faite discrète dans son coin. Les festivités (surtout lorsqu'elle n'était pas chez les siens) la mettaient toujours quelque peu mal à l'aise, elle qui avait toujours été habituée à être seule, mise à l'écart de tous. Toutefois, elle savait qu'elle n'aurait que quelques instants de paix avant que les invités n'affluent dans le Temple du Taureau. D'ailleurs il semblerait qu'il y ait l'un des chevaliers d'or désireux de s'éclipser le tôt possible. Aussitôt arrivé, aussitôt reparti.

Une présence amie se fit alors ressentir à ses côtés. Instantanément, le faciès d'albâtre de la Guerrière Sacrée s'ourla d'un sourire à la vue de celui qu'elle considérait comme un être précieux à son existence. En effet, l'homme qui venait de la rejoindre n'était autre que le chevalier d'or de la Balance. Elle s'amusa quelque peu de la réaction du Saint lorsqu'il la découvrit ainsi parée. Nuls doutes qu'il était à des lieues de s'imaginer la voir ainsi vêtue.

"- Merci à toi de t'inquiéter quant à mon installation mon ami. Rodorio est parfait et les habitants y sont très accueillants. Se sont eux qui m'ont dit de me vêtir de la sorte pour la fête."

Elle lui adressa un sourire qu'elle voulait amical. Depuis leur arrivée au Sanctuaire, elle n'avait guère eut l'occasion de s'entretenir avec le Chinois. Elle pouvait comprendre qu'il ne désirait pas la voir à présent qu'elle connaissait son secret, et elle n'avait guère insisté, ne voulant pas être pour lui source de mauvais souvenirs, et encore moins une gêne. Elle l'observait avec attention lorsqu'elle vit son regard obliquer en direction de l'une des entrée du Temple.

Là apparue, accompagné du Saint qui avait prit la poudre d'escampette quelques instants auparavant, Athéna. A la vue de l'Olympienne, la jeune femme plongea dans une profonde et élégante révérence. Elle s'en voulait d'avoir dû lever son épée contre la Sagesse, et pourtant, elle ne cessait de se répéter que cela avait été pour le bien de tous. Pourtant, malgré cela son cœur était toujours autant emprunt de tristesse.

Et soudain, cette présence qui la fit se redresser tout de go. Elle aurait reconnu l'aura entre mille, même si cette dernière avait plus que changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait ressenti. Puis vint cette voix si familière qui vint taquiner son oreille. Virevoltant gracieusement sur elle-même la Guerrière d'Odin fit alors face à un jeune homme à l'air familier. Pourtant la chevelure était de teinte différente, au blond avait cédé le turquoise. Le visage qu'elle observait n'avait plus rien d'enfantin.

"- Eldir?"

Lentement, elle approcha de l'adolescent, tendant les mains en direction du faciès, presque hésitante, avant de venir effleurer celui-ci. Oui c'était bel et bien lui. Qu'il lui semblait loin l'orphelin qu'elle avait arraché des griffes d'Istanbul la Cruelle et qu'elle avait prit sous son aile. N'écoutant que son cœur plein de joie, elle se précipita dans les bras de l'adolescent, qui avait bien grandit, l'enlaçant affectueusement, ne rencontrant que la froideur de son armure

"-Je suis heureuse de te voir ici Eldir. Peux-tu me dire quel bon vent t'amènes ici? Se passe-t-il quelque chose en Asgard qui requiert ma présence au Royaume?"

Lentement, elle s'écarta de lui pour constater alors que son petit protégé avait effectivement bel et bien grandit. En effet l'armure qu'il revêtait n'était nulle autre que celle de Delta. L'élève avait dépassé le Maître, et il ne pouvait y avoir meilleure récompense que celle-ci.

"- En tant que Maître, permets moi de te féliciter pour l'obtention de ton armure, toutefois, tu devrais peut-être retirer celle-ci le temps que nous sommes chez nos Alliés."

Ajouta-t-elle avant de s'incliner respectueusement face au Guerrier d'Améthyste. Après tout, elle se trouvait face à un de supérieurs hiérarchique. Douce ironie que voila. L'arrivée du maître des lieux lui fit tourner la tête en sa direction. Elle le salua à son tour avec respect avant de se voir enlever par lui pour prendre le chemin de la piste de danse.

"- Seigneur Aldébaran, permettez-moi de vous remercier pour votre invitation. Permettez-moi à mon tour de me présenter. Je suis Ceridwen, Guerrière Sacrée du Dragon Blanc au service du Seigneur Odin."

Et tout en parlant, la Demoiselle suivait le rythme des pas de son cavalier, évoluant avec lui au milieu de la pièce avec grâce. Au passage, elle en profita pour adresser un signe de tête en guise de salut, ainsi qu'un sourire, à l'attention de Shion du Bélier, meilleur ami de Dohko et second chevalier d'or qui lui ait été donné de rencontrer.



Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 21 Aoû - 12:33

¤¤ Ne pas agiter le chiffon rouge ! ¤¤


Sans un mot, l'armure divine se détacha du corps d'Eldir pour reprendre sa position de Totem au dehors du temple. Ses lèvres frôlèrent alors le cou de son aîné pour la remercier avant qu'une ombre ne les recouvre tous les deux. Levant un sourcil, le Guerrier Divin vit devant lui un géant d'ébène qui souhaitait inviter la belle rousse à quelques pas de danse. La prenant par la main, il la laissa y aller avant de poser ses épaules contre un des piliers. A ses côtés, un chevalier à la chevelure en bataille et aux yeux d'un beau vert émeraude observaient la scène avec un sourire certainement amusé. Sans trop bouger, Eldir se décida à se présenter à l'inconnu.

" Enchanté Chevalier ! Je suis le Guerrier Divin de Delta, de l'Etoile des Megrez et gardien des esprits ancestraux de mon Peuple.... Oui, c'est pompeux, appelles moi Eldir plutôt, Dohko ! "

Un sourire sardonique apparût sur son visage pour regarder le visage un peu surpris de son interlocuteur. Il aimait jouer depuis quelques temps sur les impressions et les faux semblants. Il était plus facile de se cacher sous un Masque que de dire le fin fonds de sa pensée, et cette nouvelle manière d'agir était la nouvelle voie du jeune Guerrier. Enfin, il prit un verre et invita Dohko à le rejoindre en signe du bon vieux temps. Les Cinq Pics lui semblaient bien loin à ce moment précis, portant le verre à ses lèvres après avoir trinqué, il regarda chaque membre de cette petite fête avec intérêt. Il était plaisant de se sentir en paix pendant un bref moment.

Alors qu'il scrutait les convives, son regard s'arrêta sur une drôle de scène. Se libérant de son pilier de pierre, Eldir avait laissé ses danseurs se libérer pour aller accompagner les danseuses. Des éclats d'étincelles se marièrent à leur danse pour les accompagner dans une farandole des plus agréable et une odeur de printemps se répandait lentement dans le temple en signe de renouveau et d'espoir. C'était là un espoir bien fragile ! Le jeune Alfeson voulait à sa manière donner un peu d'air dans des têtes qui ne songeaient qu'à la perte des leurs...

" Dohko, tu peux me dire où se trouve le chevalier du Bélier ? J'ai ici de la poussière d'étoiles venant des forges de l'Olympe, c'est un présent du Seigneur Héphaistos en personne. Je pense que cela vous aidera pour réparer vos armures. "

Il sortit alors un coffret d'une rare beauté, forgé à même un roc d'orichalque pur. Dans une sacoche, de nouveaux instruments avaient été préparé pour utiliser cette poussière née dans le coeur du Volcan de l'Olympe. Eldir avait les mêmes instruments d'une certaine façon et il allait avoir la tâche de veiller sur les armures de son Peuple. Enfin, il était aussi ici pour une autre raison : ou était son frère ? Aucune trace de lui et cela lui ressemblait bien d'ailleurs ! Il avait espérer le revoir pour lui montrer ses progrès. Cependant, aucune trace de lui à des rondes autour du temple. Soufflant en souriant, il tendit le verre pour reprendre un peu de vin. Il prit quelques gorgées et sentit d'étranges effluves lui monter à la tête, il semblait comme hébété. En effet, au contraire de bien des Ases, Eldir n'avait jamais goûté une seule goutte d'alcool. Etrange sensation qui le déconcerta un peu et il souriait de ce plaisir éphémère sans s'en rendre compte.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 21 Aoû - 14:40



Une voix douce et bien connue me poussa à m’arrêter avant de me retourner : Athéna en personne. Ces cheveux, ce visage, il n’y avait rien à faire. Je ne voyais en elle que mon amie disparue.
- Je… n’ai pas la tête à faire la fête… répondis-je en baissant humblement la tête.
La déesse vierge s’avança vers moi et son regard d’une douceur infinie se posa sur moi. Cherchant à fuir ce dernier, je me tournai alors vers les étoiles.
- Je vous remercie, Athéna, mais je préfère vraiment éviter de… hé ! lâchai-je soudain alors que la belle m’attrapait la main et m’attirait parmi la foule en plein milieu de la fête.

En un instant, tout le monde sut que le Verseau venait d’entrer accompagné de la déesse du sanctuaire. Tout d’abord très gêné, je pris sur moi de faire contre bonne fortune bon cœur. M’approchant de la déesse avec un regard facétieux, je lui dis suffisamment fort pour que les chevaliers proches de nous entendent :
- Bien entendu, ma déesse. Ce sera un honneur pour moi que de danser avec vous.

Et sans lui laisser le temps de réagir, je resserrai ma main au creux de la sienne avant de l’entraîner avec douceur sur la piste de danse. Soulevant doucement sa main avec révérence, je la baisai avant de poser une main sur la hanche de la déité de la sagesse. Mes joues rosirent légèrement mais un sourire à l’intention d’Athéna vint masquer ce malaise. Non loin d’Aldébaran, nous nous mîmes lentement à danser avant que je ne souffle à ma cavalière improvisée :
- Un prêté pour un rendu, lui dis-je avec un clin d’œil.

Mon regard croisa celui du Taureau qui semblait avoir pris les choses en main, comme à son habitude. Un sourire et un regard entendu à mon frère d’armes avant que je ne me reporte vers ma déesse. Il était déstabilisant de danser avec une déesse qui avait les mêmes traits que ceux de l’amie pour qui j’éprouvais des sentiments. Véritablement transporté par la musique, je ne parvenais pas à lui dire ce pour quoi je l’avais entraînée sur la piste de danse. C’était un de ces moments étranges où l’on aimerait ralentir le temps pour qu’il dure plus longtemps. Pourtant, cela ne suffit pas à faire oublier la raison pour laquelle j’étais venu ici ce soir là. Rapprochant sensiblement mon visage de celui d’Athéna, je lui murmurai alors :
- Je suis désolé d’avoir à vous dire cela, ma déesse, mais je vais devoir quitter le sanctuaire quelques temps. J’ai…

Je voulus lui dire que la guerre m’avait affecté beaucoup plus que je ne l’aurais cru, que tout ce que j'avais vu m'avait plongé dans un profond doute, que de nombreuses questions étaient restées sans réponse, que j'étais perdu... Mais je ne pus dévoiler ainsi une telle faiblesse. C’était au-delà de mes forces.
- J’ai besoin de prendre mes distances pendant quelques mois… J’espère que vous comprendrez…

Le regard fuyant et honteux, j’attendis les dernières notes de la douce mélodie sur laquelle nous dansions avant de séparer l’étreinte improbable avec la déesse vierge. Reculant de quelques pas, je lui souris timidement avant de tourner la tête vers le Taureau et de lui faire un signe de la main discret pour lui dire au revoir. Mon regard croisa celui de la cavalière de l’Aldébaran : si ses yeux me disaient quelque chose, elle ne me disait rien du tout.
- Pardonnez moi ma déesse, l'Aldébaran m'attend, dis-je à Athéna avec révérence.
M’approchant du couple, je dis à mon frère d’armes :
- Tu as bon goût en matière de femmes, Aldébaran.
Puis, je pris délicatement la main de la mystérieuse danseuse avant de la baiser. Il n’y avait décidément qu’avec le Général des armées que je me sentais bien, mais le moment était venu pour moi de m’éclipser, à présent.
- Veuillez m’excuser, mais je ne faisais que passer ce soir. Un long voyage m’attend. A bientôt, mon ami, lui dis-je avec une accolade. Mademoiselle, ajoutai-je avec une révérence polie à l'intention de la cavalière de l'Aldébaran.

Je fis demi tour avant de m’immobiliser à un mètre, et de tourner la tête vers le Taureau :
- Et ne t’en fais pas, j’ai bien reçu ton message, ajoutai-je avec une lueur de mystère dans le regard.

J’entrepris ensuite de me diriger vers la sortie lorsque je vis le cygne dans la salle. Kyros… je lui devais bien quelques mots. Alors même que je passais non loin de lui, je lui soufflai :
- N’abandonnes pas ta quête, Kyros du Cygne… Athéna a besoin de chevaliers tels que toi…
Après quoi, je repris le chemin de la sortie du second temple du Zodiaque avec un sourire satisfait sur le visage. La soirée avait pris un tour imprévu, mais grâce à Athéna, j'avais pu faire mes adieux à mes amis comme je le souhaitais. Etait ce fait exprès... ?

Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mar 21 Aoû - 21:12

L'ambiance commençait à s'échauffer entre les murs du deuxième temple. Des chants et des danses entrecoupées de rires. A cela s'ajoutaient l'odeur délicieuse des plats et les verres qui s'entrechoquaient. Une véritable explosion de joie après toute cette fureur et les horreurs de la Guerre. De quoi effacer la douleur, les doutes et redonner de la force aux chevaliers qui se retrouvaient ou se découvraient.

Angel était comme en terrain connue avec tant de monde. La Saltimbanque était heureuse dans une telle liesse. Cela lui rappelait son maître, le défunt chevalier de la Lyre. Minos lui avait au moins offert cela en lui prenant la vie. La certitude quant au sort de celui qu'elle avait aimé comme un père.

La Souris avait échoué mais la femme elle venait de remporter une de ses plus belles victoires même si cela ne prendrait toute sa signifcation et qu'une ombre poupre planait sur elle, au plus profond de son inconscient, deux serpents faisaient leurs oeuvres.

Soif de Meurtre...

Quelques mots dans sa tête étouffés par la joie ambiante. Nul soupçon quant à l'horreur qui commençait insidieusement à la ronger.

Le poids de son geste pour sauver sa déesse, elle le découvrirait bien plus tard sous un bien triste soleil de France mais pour l'instant tout semblait lui sourire.

Belle et radieuse, elle redécouvrait la joie d'être elle-même tout simplement. Surtout lorsque sous le regard de Shion, Aldébaran l'invita à danser. La jeune femme était à la fois ravie et intimidée. Le chevalier était un véritable colosse d'ébène. Il la dépassait de plus d'une tête. Tout en lui était en grandeur et en muscles. Auprès de lui, entre ses bras, elle se sentait protégée.

La musique les entraînaient alors qu'à sa grandeur surprise, elle découvrait que cet homme d'aspect si rude et carré était un danseur hors-pair. Elle se laissait conduire, enchantée d'avoir un tel cavalier.

Puis, elle croisa au hasard de leur évolution, les visages d'autres chevaliers, Dohko, Urio et d'autres qu'elles ne connaissaient pas où n'avaient fait que croiser comme la jeune guerrière d'Asgard.

Puis, ce fut Kappa que le couple de danseurs croisa. Le Verseau d'or vint saluer le Taureau tout en le complimentant sur son goût en matière de femme. Son regard troubla la jeune femme avant qu'il ne la salue en lui faisant un baise-main auquel elle répondit d'un geste timide.

- Enchantée, seigneur du Verseau, je suis Angel, la Souris du Sanctuaire et chevalier de Bérénice. C'est un honneur de vous rencontrer, j'espère qu'on pourra se recroiser et merci pour le complim...

Et ce fut à cet instant qu'elle réalisa qu'elle était sans son masque, femme chevalier face à plus d'une dizaine d'hommes. La loi des femmes chevaliers lui revint soudain en mémoire et la Souris remercia le maître des lieux avant de s'esquiver en ces mots.

- Merci pour cette danse, seigneur Aldébaran, c'était une grande joie de vous avoir comme cavalier. Peu d'hommes sont aussi doués .

Un compliment sincère de la Saltimbanque se produisant sur les scènes auprès de son frère Brutus et des nombreuses autres artistes, danseuses et actrices...

Un dernier mot et elle se faufila en vitesse, se choisissant un endroit isolé pour recréer son masque d'homme. Ainsi, reparut Angel, le chevalier de la Chevelure de Bérénice ayant traversé les Enfers avec pour seule protection la cape que lui avait offerte le chevalier de la Balance.

Dohko, je devrais lui en offrir une autre. Vu que la sienne n'est plus qu'une sorte de tapisserie... Mais ?

Un flashe soudain tandis qu'elle revoyait des formes sanglantes sur la dite cape. Rien de bien étonnant quand on avait traversé les Enfers mais les silhouettes, elles, détonaient. Cela fut si soudain que le jeune chevalier s'immobilisa.

Où l'ai-je perdue ?

Elle se rappela soudain l'Amérique, prise d'un vertige soudain. Ce qui l'empêcha de voir trois des danseuses se rapprocher du beau jeune blond qu'elle était devenue sous son masque invisible.

Ennuyée mais nullement gênée par leurs propositions, elle commença à reculer sans se douter qu'elle se rapprocher de sa déesse. Un jeu de comédien un peu trop poussé et elle se recula si vite à grand jeu de salut qui commençait à faire glousser les danseuses qu'elle rentra littéralement dans celle qu'elle avait juré de protéger.

- Déesse, non !!!

Rouge de confusion, enfin, juste quelques secondes et elle s'empressa de la serrer dans ses bras, la relevant et l'aidant à remettre sa tenue en ordre avant de se reculer et de s'incliner devant elle et mimant une de ses scènes où elle jouait les jeunes mousquetaires, elle prit un chapeau immaginaire avant de faire un salut aussi élégant que professionnel devant sa déesse.

- Acceptez les humbles excuses de votre serviteur tout en lui accordant cette danse.

Une voix masculine parfaitement maîtrisée avant d'ajouter par télépathie.

" Et sauvez-moi, déesse, je suis sensée être masquée et là, je ne sais combien de chevaliers m'ont vue sans lui. Je vais quand même pas tous les aimer...

Libérez-moi de la loi, de grâce. "


Bon, elle avait largement le choix entre quelques-uns des plus beaux mâles qu'elle avait pu voir mais de là à s'en faire un harem...
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mer 22 Aoû - 20:09

Si une ambiance assez calme régnait au Temple du Taureau lorsqu'il y avait pénétré, celui-ci semblait se remplir davantage au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient. Situation qui n'était pas pour déplaire au Bélier qui voyait en cet instant l'occasion de revoir de vieilles connaissances ou de prendre le temps de discuter avec ceux qu'il ne croisait malheureusement que peu hors du champ de bataille ou hors de ses réparations d'armures. En bref, l'opportunité de croiser les autres membres du Sanctuaire au fil d'une vie dite normale.

Aldébaran, tout d'abord. Leurs seules rencontres se résumaient à des coups de vents durant lesquels ils n'avaient pu échanger que quelques mots, ou une poignée de mains rapide, avant de devoir s'en retourner vers des devoirs plus urgents. Au Temple des Gémeaux, dans son propre Temple ou au sein des Enfers. Ainsi, ce fut sans se faire prier que le Premier Gardien trinqua avec l'organisateur de l'évènement et afficha un sourire quant à l'évocation des cochons de lait et de l'honneur qui devait leur être fait.

Je ne doute pas que nous ayons encore de longues années devant nous. Et je trinque à notre hôte qui nous offre une occasion inattendue de nous détendre et de passer un bon moment ce soir. Et qui tient remarquablement bien ses promesses! Puissent ces festivités être plus nombreuses à l'avenir. Je vais d'ailleurs de ce pas goûter les cochons de lait, je meurs de faim!

Et tandis que Shion se servait une copieuse tranche de cochonnaille, il put observer d'un oeil attentif l'arrivée des invités suivants. Son regard se stoppa tout d'abord sur une magnifique femme à la longue chevelure blonde qui pénétra les lieux. La suivant du regard, s'interrogeant sur l'identité de cette nouvelle arrivée, le Bélier resta un instant stupéfait lorsque celle-ci s'approcha d'eux pour déclamer son identité. Angel? Le Chevalier qu'il avait croisé au Champ de Fleurs des Enfers? Reprenant rapidement sa contenance, Shion ne put retenir un léger rire, amusé par la situation avant de rendre son salut à la jeune femme, effleurant sa main de ses lèvres.

C'est un plaisir de vous revoir ainsi Angel. J'espère que vous profitez bien de la soirée.


Mais la "discussion" ne pouvait réellement avoir lieu puisqu'Aldébaran ne perdit pas une seconde pour emmener la jeune femme danser, demandant l'autorisation de s'éclipser par pure politesse. Autorisation qui lui fut accordée sur un sourire plus qu'amusé. Et tandis que les deux danseurs s'éloignaient, Shion aperçut au loin le Chevalier d'Or du Cancer et lui adressa un signe de la main, l'encourageant à se joindre aux festivités. Après tout, peut-être que côtoyer des gens qu'il avait connus, lors de cette soirée, l'aiderait à retrouver quelques souvenirs. Qui sait.

Prenant une bouchée de cochon de lait, le Bélier reposa son regard face à lui pour apercevoir deux Chevaliers de Bronze en pleine discussion. L'un d'eux lui était plutôt inconnu. Il se souvenait l'avoir aperçu au Sanctuaire et savait qu'il avait grandement aidé à la traversée du Fleuve Achéron. Un élément de choix pour le Sanctuaire. Quant à l'autre. Kenshiro du Dragon. Un Chevalier plein de fougue, plein de potentiel, croisé à la fois au Sanctuaire lorsqu'il recherchait Aldébaran mais aussi en Enfers lorsqu'il l'avait aidé à se tenir debout. Son repas à la main, Shion les rejoignit avec joie pour les saluer et placer une tape amicale sur l'épaule du Dragon.

Bonsoir à vous deux. N'hésitez pas à goûter le cochon de lait, il est excellent. Et il parait que l'Aldébaran nous châtiera s'il n'est pas terminé avant la fin de la soirée! Une rumeur! Content de voir que tu vas mieux Kenshiro.

Et là encore, son discours fut stoppé par l'entrée d'une nouvelle magnifique créature à la chevelure plus enflammée que jamais, contrastant avec la blancheur de sa robe. Bien que peu habitué à la voir dans une telle tenue, Shion reconnut instantanément Ceridwen du Dragon Blanc, celle qu'il avait revue au sein des Enfers avant que la foudre de Zeus ne les éloigne tous. A ses côtés, Dohko, son fidèle ami et compagnon d'armes. Un tableau bien sympathique qui motiva rapidement le Bélier à abandonner les deux Chevaliers de Bronze pour les rejoindre. Mais c'était sans compter sur la rapidité du Maître des lieux qui, avant même qu'il ne parvienne à les atteindre, avait déjà enlevé Ceridwen pour lui voler une nouvelle danse. Offrant une accolade à son ami Dohko, Shion soupira avec amusement, ne pouvant qu'adresser un sourire amical à Ceridwen qui s'éloignait pour danser.

Décidément, je crois que le Taureau a décidé de s'accaparer toutes les dames de cette soirée! Voilà pourquoi il m'a dit d'aller faire honneur au cochon de lait, je comprends mieux maintenant!

Un éclat de rire du Bélier avant qu'il ne reprenne.

Cela fait du bien de se croiser dans un endroit plus agréable! J'espère que tu n'es pas venu juste grignoter quelques morceaux avant de repartir en vadrouille. Maintenant que le calme est revenu, je compte sur toi pour me rendre visite à mon Temple. Et pas seulement pour des réparations, mon ami!

Attendant la réponse de son ami, Shion balaya la salle instinctivement en ressentant la chaleur d'un Cosmos qui lui était plus que familier, avant de tomber sur une scène bien insolite: Athéna dansant avec le Chevalier du Verseau. D'abord inquiet quant à l'état de sa Déesse suite aux étranges évènements du Giudecca, le Bélier laissa retomber la pression naissante en contemplant cet instant peu commun, et la beauté de sa Déesse, glissant un clin d'oeil à Kappa lorsque son regard croisa le sien.

L'instant aurait pu durer plusieurs longues minutes si une voix ne l'avait pas tiré de ses pensées demandant à parler au Chevalier du Bélier. Tout en se retournant vers celui qui avait prononcé ces mots, Shion répondit chaleureusement:

Un présent du divin Héphaïstos? Je suis Shion du Bélier. Soyez le bienvenu en ces lieux. Je serai ravi d'entendre ce que vous avez à me dire!

Quelque peu surpris par les propos qu'il venait d'entendre, Shion le fut davantage encore en apercevant une silhouette qu'il connaissait déjà. Celsius? Non. Impossible. Les traits étaient les mêmes mais pourtant, le Cosmos était différent. Etrange. Silencieux, Shion observa l'homme, attendant quelques explications quant à la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Jeu 23 Aoû - 17:59

La fête battait son plein, joyeusement, le temple du taureau se remplissant et s’agitant au rythme de la musique et des éclats de rires et de joie. Comme il était bon de se retrouver au milieu de toute cette vie après avoir passé tant de temps au milieu de mort ! Comme il était doux de revoir les êtres qui comptaient tant pour lui, ses alliés, cette famille unis sous la même bannière. Des amis de tout horizon comme le prouvait son amitié avec la guerrière de Scatha qui lui répondait au même instant.

« Ils sont de bon conseil alors, c’est bon à savoir ! »


Un sourire léger accompagna ses paroles pourtant quelque chose clochait dans leur comportement. Chacun semblait sur la réserve, surement pour des raisons différentes mais qui trouvait leur origine au même point. Il sentait ce malaise sans en comprendre tout les tenants et les aboutissants, sans vraiment avoir conscience que tout était issus de sa propre conduite. Mais l’instant n’était pas à ce genre de questionnement stérile, ni même à diverses confidences dont ils auraient put parler. Non, surtout pas en la présence de celle qui était la source de ces maux. Ce n’était même pas de sa faute.

L’arrivé d’un nouvel invité fut de bonne augure pour le chevalier qui trouva là une bonne distraction à ce qu’avait éveillé la venue de la sagesse.
La surprise fut la première à apparaître sur son faciès alors qu’il lui semblait détailler un chevalier connu. Celsius, le chevalier d’or des poissons. Pourtant, si la ressemblance était frappante physiquement, il demeurait de léger détail qui lui rappelait une autre personne, tout aussi connue mais pourtant bien différente de cet adolescent paré de son armure nordique. Se fut le souffle de la belle du nord qui lui fit comprendre d’où venait cette impression étrange, cette familiarité pourtant incongru.

Eldir ! La dernière fois qu’il l’avait vu, cela ne remontait pourtant pas à se longtemps et pourtant, il semblait avoir prit en peu de temps, bien des années. Quel était donc ce phénomène ? Les retrouvailles entre les deux Asgardiens se mêlèrent à la joie générale, puis se fut au tour du Taureau de se mêler au petit groupe qu’ils venaient de former. Le chinois lui rendit son salut de manière tout aussi humble alors que les paroles du général résonnaient avec force dans son cœur. Son sourire se fit plus franc alors qu’un éclat de rire amusé perçait ses lèvres.

« Je ferai honneur à ta tarte Aldébaran, mais je crains être un trop grand fléau pour ses dames pour me permettre de danser avec elles. Mais c'est une fête réussie à laquelle je suis ravi de participer. Merci à toi pour cet très bonne initiative, notre général à visiblement toujours de bonne idée pour ses troupes. »

Si il pouvait être un redoutable combattant sur les champs de bataille, la danse lui était par contre totalement inconnu. Il n’avait jamais prit la peine de s’exercer à cette pratique y préférant l’entrainement guerrier. Aldébaran avait quant à lui, apprit les deux, ce qui lui permit d’entrainer Ceridwen sur la piste de danse sans sa propre réserve. Il les vit disparaitre avec un sourire avant qu’il ne se détourne sur le jeune guerrier divin en prenant également un verre pour faire honneur à cette fête et participer à la liesse. Doucement, lentement, il se laissait détendre par celle-ci, laissant de coté ses troubles pour ne compter que sur l’instant du bonheur simple et fugace d’être tous ensemble, de partager. Un fugace moment, il aperçut la crinière carmine de la divinité se mêler au turquoise de la glace avant qu'il ne revienne sur Eldir après avoir but une gorgée de la douce boisson qu'il avait récupéré. L'alcool ne lui était pas inconnu et comparativement à celui de son pays, bien plus fort, il était bien doux à son palais.

« Je suis ravi de te revoir Eldir, même si j’ai eut du mal à te reconnaître, je dois l’avouer, tu as beaucoup changé… D’ailleurs, tu as une troublante ressemblance avec notre chevalier d’or des poissons, Celsius … »


Et en parlant de Shion…Il observa le coffret offert par la divinité, curieux avant de chercher du regard son ami de toujours qui par un amusant hasard se retrouva à leur coté. Les lèvres de la balance s’ourlèrent d’un sourire plus franc alors qu’il rendait son accolade au Bélier. Il se sentait bien à cet instant, entouré de ses êtres d’exceptions qui étaient ses amis, sa famille.

« Il ne les accaparera pas toute la soirée, tu auras toutes tes chances après lui mon ami. Après tout, en tant qu’instigateur de cette fête, il mérite bien quelques avantages ! »


Un éclat de rire secoua ses épaules avant qu’il ne secoue la tête, amusé. Il était vrai qu’il passait le plus clair de son temps en dehors du Sanctuaire de sa déesse, mais cette fois, il n’était pas désireux de reprendre la route. On avait besoin de lui ici, et il y resterait le temps qu’il faudrait. Il n’avait que trop été absent.

« Ne t’inquiète pas Shion, je ne compte pas partir en vadrouille tout de suite, alors tu auras encore le plaisir de supporter ma présence un certain temps. Peut être qu’à la fin, tu ne désireras qu’une chose, que je retourne à ma mission de vadrouille, comme tu dis ! »


Il reprit avec un peu plus de sérieux, mais son regard de jade pétillait de sa malice coutumière.

« Et puis si je n’étais pas là, qui viendrai te distraire de tes réparations pour que tu ne finisses pas vidé de ton sang à force de vouloir trop en faire !? Sans oublié que je compte bien t’aider dans la mesure de mes moyens. »


Ce n’était pas grand-chose, il ne pouvait guère que donner de son sang pour nourrir les armures blessées, mais c’était le seul moyen qu’il avait d’alléger le fardeau de son ami. Il n’avait pas le don de réparer les armures, et il se souvenait parfaitement que c’était ce don qui en premier, l’avait tant fasciné chez celui qui allait devenir son meilleur ami.
Un don qu’il partageait aujourd’hui avec le jeune élève de la dragonne blanche qu’il avait visiblement apprit d’un grand maître forgeron.

« Shion, je te présente Eldir, le jeune élève de Ceridwen. Même si il n'est plus aussi jeune que lorsque je l'ai rencontré... »


Dohko haussa par ailleurs un sourcil à l'intention du plus si jeune garçon, curieux de savoir d'où venait cet étrange phénomène.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Jeu 23 Aoû - 18:59

¤¤ Ne pas agiter le chiffon rouge ! ¤¤


" Troublante ressemblance... "

D'une personne à l'autre, Eldir observa les deux individus qui lui faisaient face. Un peu gêné, il ne se tût pour laisser le nouvel arrivant s'adresser à Dohko. Les écoutant, il savait que sa place n'était pas ici, certaines choses étaient ainsi et le Gardien du Saphir de Delta avait cette solitude dans l'âme qui le tenaillait subitement. Se contentant de sourire sardoniquement, tel un masque que l'on se met parfois pour ne pas avoir la sensation d'être en dehors du cercle, ses mains serrèrent la boîte d'orichalque.

" Seigneur Dohko, pour te répondre, je suis le frère cadet de Celsius. "

Sa voix avait été légèrement éraillée de parler ainsi de lui. Là d'où il venait, il n'était pas de bon ton de se dévoiler ainsi. Il n'était qu'un nom qui s'effacerait lentement dans une danse emportant sa vie. Ses yeux opalins regardèrent un peu le vide entre les deux hommes pour souffler un peu. Puis, attendant d'être présenté par son ancien compagnon d'infortune contre les Megrez, sa tête s'inclina légèrement pour saluer le chevalier d'or du Bélier. Rien ne devait être négligé et un doute assaillit le Guerrier Divin, était-ce le bon moment pour lui remettre ce présent ? Car ce genre de présent avait ce double tranchant qui pouvait mettre mal à l'aise les gens.

Sourire, toujours sourire pour être à la hauteur de son rang, il s'approcha du chevalier du Bélier en observant son cosmos tapi dans le creux de son âme. Il semblait calme et noble, ainsi donc, c'était lui que le Dieu Héphaistos avait souhaité récompenser pour aider tous les Saints d'Athéna. Détournant la tête, il vit sa noble amie en train de danser sans se soucier du futur, tellement souvent déçu par le comportement de ceux que l'on appelait ami, Eldir avait perdu sa Foi dans cette chose que l'on appelait la fraternité d'arme ou plus communément l'amitié. Au milieu des regards, il n'en laissa rien paraître, juste un sentiment de lassitude. Depuis trois ans, quelques mois à peine sur Terre, il avait compris que croire en tout cela était un idéal magnifique, mais seulement un idéal...

" Chevalier du Bélier, Seigneur Shion, je vous amène ici ce présent du Seigneur Héphaistos, si vos armures vivent, ces instruments et cette poussière d'étoiles née dans le ventre de l'Olympe vous permettront de redonner un nouveau lustre aux armures aujourd'hui fatiguées. Si des armures sont mortes, comme j'en ai le pouvoir, je réveillerai leurs âmes en remerciement de l'aide de votre Déesse et de ses chevaliers envers Asgard. Votre sang vous sera inutile pour cette fois. Dernier point, votre temple a été réparé et éveillé par mes bons soins, j'ai senti des flammes noires et infernales qui y résidaient encore dans la haine la plus pure, je me suis donc permis de purifier votre maison. "

Froide et simple, son expression avait perdue de cette joie enfantine qui l'avait caractérisé pendant de nombreuses années. Il ne fit rien d'autre que sauver les apparences. Il tendit le coffret sacré et laissa le chevalier le prendre entre ses mains. Puis, sentant qu'il dérangeait les deux chevaliers lors de leurs retrouvailles, il s'écarta pour les laisser ensemble dans le plus grand silence. Prenant un verre sur un plateau, il se décida à prendre l'air quelques instants. Arrivé sur le parvis du Temple du Taureau, il s'asseyait en prenant une gorgée de vin en humant les parfums du vent. Cette terre sentait bien plus agréablement que les terres qu'il avait connu en Olympe ou aux Enfers. Il comprenait pourquoi les chevaliers d'Athéna et leur Déesse se battaient finalement.

Sans un mot, il ferma les yeux pour tenter de retrouver le cosmos de son frère. Mais rien.... Tout était vide dans les environs, ou, peut-être, c'était lui qui se sentait comme vidé de retrouver des personnes après des années de solitude. Il n'avait pas penser que l'impact serait si lourd à son retour. Un danseur vint alors sur son épaule pour lui tirer l'oreille, il était clair que ce dernier n'aimait pas son attitude, Eldir le caressa alors en lui disant de ne pas s'inquiéter.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Urio


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 10764
Armure : Cancer

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Lun 27 Aoû - 21:49

La fête avait été magistralement bien faite. De la musique, une ambiance joyeuse ou tous buvaient en s' entrechoquant les chopes ou autres. Des rires et des cris dans tous les sens. Au plus on avancé dans l' horloge, au plus la seconde maison se remplissait. L' amnésique n' était pas à sa place, il observait, encore et encore, mais aucun de ces visages ne lui revenait. Non aucun. D' ailleurs, comme-ci, il était lui même dans l' ombre du temple, personne ne le repéra. Et ce n' était pas plus mal. De quoi il aurait bien pu parlé ? De la guerre ? De la victoire ? Cela n' aurait servi à rien.

Le seul qui paressait être triste à cette soirée était Urio, alors quand à la seule fois ou on lui proposa à boire, il accepta. Il mit le verre à ses lèvres en humidifiant d' abord ses lèvres. Ce goût lui plaisait bien et en deux bonnes gorgées il en bu la totalité. Les rires ne cessaient toujours pas et, maintenant sur la piste, la danse s' invité à l' honneur. Urio regarda que quelques secondes cela avant de se décider à partir car de toute façon il n' était pas à sa place.

D' un pas hésitant, il essaya de se faire très discret parmi la foule de héros. Il baissait la tête et les yeux comme ci la honte planait au dessus de lui alors qu' il ne devrait pas. Son état actuelle, il le devait à quelqu' un d' autre mais même ça il l' avait oublié. Quand il retrouverait la mémoire en voudra t' il encore à sa déesse de l' avoir sonner de la foudre ? Allez savoir...

Il avait réussi à s' extirpé de la moitié du temple et il se retrouvait enfin devant l' entrée. La nuit était belle et chaude. Le ciel était et la lune était bien harmoinieuse tous les deux. Il ne s' attarda donc pas plus, et après être restait une petite demi-heure, il reprit la route pour sa chambre, dans son temple, afin de se reposer. Il se mit donc à remonter les marches vers sa demeure et faire en sorte d' oublier cette mauvaise passe.

Arrow ???
Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Sam 1 Sep - 15:03




La Dragonne évoluait sur la piste de danse au bras d'un homme à la stature de géant. La timidité avait vite laissé place à l'amusement. Le visage de nacre s'était teinté d'une légère rougeur lorsque l'Aldébaran l'avait entrainé au milieu de la piste, l'offrant à la vue de tous. Toutefois, après quelques pas d'effectués, la timidité de l'Ase fondit comme neige au soleil.

Oui, et ce peut-être pour la première fois de sa vie, Ceridwen s'amusait en compagnie du Maître des lieux. Il fallait le reconnaître le chevalier d'or du Taureau l'avait tout de suite mise en confiance avec son air jovial. Tout en dansant, les deux guerriers s'entretenaient. Non pas de la guerre non, autant laisser celle-ci loin d'eux au cours de ce banquet, mais plutôt de choses plus banales, et autant dire que cela faisait du bien.

"- J'espère que ma présence au Sanctuaire ne dérange personne. J'ai d'ailleurs pris mes quartiers à Rodorio. Un bien joli village que celui-ci d'ailleurs, avec des habitants fort aimables."

Ils n'étaient pas seuls sur la piste de danse, non, se trouvaient là également Athéna qui dansait avec l'homme qui avait voulu déserter un peu plus tôt dans la soirée le temple. Le regard ambré de l'Asine glissa en direction du duo qu'elle avait quitté quelques instants plutôt.

A l'air ébahi de Dohko, elle comprit que celui-ci avait reconnu Eldir, et elle ne put s'empêcher de laisser échapper un petit éclat rire franc face à l'expression incrédule de son visage. Shion avait d'ailleurs rejoint son ami. Elle ne put entendre ce que le chevalier de la Balance lança à son comparse, toujours est-il qu'elle n'avait pas vu un sourire aussi franc sur le visage du Gardien de la Septième maison Zodiacale depuis bien longtemps, et cela la ravie. Il lui faudra remercier le Bélier pour cela.

Lorsque la musique cessa, elle plongea dans une révérence destinée à remercier son cavalier, avant de s'éloigner, les joues délicieusement colorées, pour rejoindre Eldir, Shion et Dohko. Sur son passage, une servante lui tendit un verre qu'elle accepta, remerciant cette dernière d'un sourire avec l'intention de réintégrer le petit groupe lorsqu'elle vit son protégé faire demi-tour et prendre le chemin de l'Entrée du Temple. Son regard glissa des deux chevaliers d'or vers le guerrier divin. Un instant de réflexion et elle prit la direction des deux Golds en souriant, esquissant une courbette à l'attention du Jamirien.

"-Shion, c'est un plaisir que de vous revoir d'autant plus que pour une fois, c'est dans un moment de paix que nous nous retrouvons. Profitons donc pleinement de ces quelques heures placées sous le signe de la Fête. A présent si vous vous bien m'excuser tous les deux je m'en vais voir ce qui tracasse mon protégé."


Ce dernier était à présent assis sur la première marche de la demeure de l'Aldébaran, les yeux clos. Elle connaissait cet air sur son visage et savait ce qu'il signifiait. Aussi fut-elle ravie de voir l'un des petits danseurs du guerrier faire son apparition sur l'épaule de ce dernier pour le taquiner. Lentement, elle vint prendre place à ses côtés, tendant sa main vers la petite créature pour la caresser à son tour.

"- Il est normal qu'il s'inquiète, je le suis également. Pourquoi cet air si triste, alors que ton coeur devrait être à la fête afin de te permettre d'évacuer tout ce que tu as pu vivre? Mais je pense deviner ce qui te ronge. tu n'es pas simplement venu ici pour remettre le présent d'Héphaïstos à Shion n'est-ce pas? Pas plus que tu n'es venu pour moi. Ce que tu espérais en venant ici c'était revoir Celsius n'est-ce pas?"

Se relevant, elle vint se placer face à lui, posant une main tendre sur la joue du guerrier pour la caresser avec douceur.

"- Où est donc passé ce regard espiègle de l'enfant que j'ai connu? Ne peux-tu, l'espace de quelques heures, le laisser ressurgir? A présent viens, tu seras mon cavalier pour la prochaine danse. Et non, ne t'avises pas de refuser, tu ne voudrais pas peiner ton mentor n'est-ce pas?"

Conclut-elle à l'aide d'un clin d'oeil malicieux, avant d'attraper la main de cet enfant qui avait grandi trop vite, pour l'aider à se relever avant de le conduire à l'intérieur et sur la piste en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Lun 3 Sep - 15:41



    Voir tant de monde réunit lui donnait le tournis. Beaucoup faisait leur entrée, désireux d'oublier un temps, le poids des blessures récentes. Athéna était quand même ravie d'un tel rassemblement, surtout quand elle vit que deux Asgardiens se mêlaient à sa chevalerie. Si elle venait de faire une entrée remarquée dans le Temple du Taureau, celle du second guerrier du Royaume d'Asgard l'était tout autant. Ses yeux pers étudièrent l'armure dont il était recouvert. Gentiment, elle s'apprêta à le rabrouer quand, quelque peu taquin, le Chevalier du Verseau réagit enfin à sa provocation. Par une autre, bien évidemment. Cela ne manqua pas de déstabiliser la Déesse vierge qui eut sur le coup, un froncement de sourcils désapprobateur. Mais finalement, elle se laissa emporter par le rythme enjoué de la musique, tournoyer comme une fleur ballotée par la main de Zéphyr. Si certains pouvaient s'étonner de ce geste, Athéna, elle prit cela plutôt bien, se prêtant au jeu. Son humeur sombre s'était éclipsée pour laisser place à un visage rayonnant, tout sourire. Elle se permit même de rire à gorge déployée quand la valse fut achevée. Athéna applaudit avant de tourner son visage éclatant vers le froid jeune homme à la chevelure turquoise.

    Ce qu'il lui apprit fit naître sur sa figure, une ombre de déception si saisissante, que même le griffon perçut ce brusque changement. D'un geste imperceptible, la déité arrêta l'animal qui s'apprêtait à fondre à travers la foule pour l'aider. Partir? Lui aussi? L'inquiétude fit place à la déception. Athéna aurait voulut pouvoir parler plus longuement avec lui, mais celui-ci semblait bien décidé à partir sur le champ. Elle hocha doucement la tête sans dire un mot et attendit sans bouger qu'il s'en aille de lui-même, se confondant en excuses. La jeune femme le regarda s'éloigner vers le Chevalier du Taureau apparemment bien occupé. La Sagesse s'apprêta à rejoindre son gardien ailé quand quelqu'un la percuta. Elle ne vacilla que quelques instants avant de se sentir soutenue par des mains fines et délicates. Rouge de confusion, la Déesse leva son regard désormais un peu plus sévère vers l'individu maladroit. Quand Athéna découvrit l'identité de la dite personne, elle ne put s'empêcher de sourire. Le Saltimbanque du Sanctuaire. Celle-ci déguisée en homme, l'aida à remettre de l'ordre dans sa mise, puis, s'excusa platement de sa maladresse. Comme une mère, elle posa une main se voulant rassurante sur sa frêle épaule.

    «Ne te tourmente pas de la sorte petite souris, je vais bien, je n'ai rien de cassé et puisqu'une fois n'est pas coutume, alors dansons.. -puis elle perçut les pensées d'Angel, tourmentées-«Il est peut-être temps en effet de lever un vieil édit...»

    Ajouta t-elle en se laissant entraîner par son partenaire aux manières forts théâtrales ! Amusée par cette nouvelle danse, Athéna tout en tourbillonnant gracieusement, laissa germer une idée dans son esprit. Elle-même, quand elle était encore la Sainte du Lotus, trouvait le port du masque un peu... déplacé.

    «Je pourrais aisément remédier à ton problème Angel, Laisse moi juste un peu de temps encore, pour y penser sérieusement puis... j'aimerais que la chose soit officielle pour toutes les Saintes, or il nous manque la Louve...»

    Ce constat la laissa perplexe. Tandis qu'elle continuait à évoluer parmi les convives méthodiquement apprêtés la Déesse étendit son esprit jusqu'à essayer d'effleurer celui de Liana. En échos, lui répondit une détresse infinie marquée par l'odeur du sang. Athéna se figea telle une statue de marbre.

    «Je te prie de m'excuser...» murmura t-elle à l'intention d'Angel avant de partir se fondre dans la masse. «Liana...»

    Perplexe, la jeune femme s'efforça de s'extraire de cette vague mouvante qui commençait à l'oppresser. Un peu haletante, Athéna sortie du Temple suivie de très près par le Griffon qui, inquiet, jetait des regards à droite et à gauche.
    Il lui fallait s'isoler pour réfléchir...




Dernière édition par Athéna le Mer 5 Sep - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Lun 3 Sep - 17:48

Il resta un long moment à l'entrée du temple à contempler tout ce beau monde sans pouvoir se résoudre à entrer. Comme ils avaient l'air enjoués tous autant qu'ils étaient. Qu'était-ce donc que cette manifestation déjà? Ah oui... C'était festif. Un grand banquet pour célébrer leur victoire. Mais Dormin pouvait-il vraiment y prendre part. Cette victoire n'était pas vraiment la sienne, il n'avait pas assez mis du sien dans cette bataille pour le revendiquer, il n'en avait pas eu le temps... De plus si la vue des armures de ses compagnons portées par d'autres lui brisaient le coeur, il était certains que se montrer aurait le même effet sur les convives qui se rappelleraient au bon souvenir du précédent Capricorne tombé il y a peu. Se montrer maintenant ne ferait que remuer le couteau dans la plaie de tous... n'est-ce pas? Il les observait depuis l'extérieur du temple, les bonnes odeurs de nourriture faisant chatouiller ses sens et réveiller en lui la sensation de faim. Son ventre se mit à gargouiller malgré lui. Il n'avait rien avalé depuis son éveil. Maintenant qu'il y pensait, il était mort de faim et ses placards étaient vides.

Le feu lui monta aux joues alors que ses entrailles se tordaient, criant famine. Il fit un timide pas en avant, s’accoudant à une colonne dans l'ombre. Il posa son regard émeraude sur chacun, les observant à tour de rôle pour apprendre les traits des visages de chacun, se forçant à les regarder. Il devrait face face à cette nouvelle réalité, ses anciens camarades n'étaient plus... Il devrait s'intégrer s'il ne voulait pas finir seul et être un électron libre malgré lui. Chose qu'il redoutait déjà à son époque, ayant vu les dommages que pareils chevaliers occasionnaient. Il observa Athéna au milieu des saints qui s'en alla après les avoir salués. Il avait senti la peine qu'il lui avait causé lorsqu'il était apparu dans son temple. Il regrettait déjà cette entrevue avec le poisson et de s'être laissé vaguement emporté, moins à l'aise que d'habitude. Pourquoi s'était-il conduit ainsi... ça ne lui ressemblait tellement pas.

Il avait été injuste avec les Poissons, à vouloir le chasser pour un désir égoïste. Mais c'était bien la preuve qu'il restait humain malgré l'armure d'or. Un être imparfait qui fait des erreurs. Mais même s'il présentait des excuses au jeune Celcius, il se demandait si le jeune garçon serait prêt à les accepter ou même à le laisser les formuler. Cela ressemblait à une relation tuée dans l'oeuf. Dommage, vraiment dommage. Mais ce qui était fait n'était plus à faire, on ne revient pas dans le passé. S'ils ne s'appréciaient pas, ils auraient mieux fait de s'éviter à partir de là. Son regard se posa sur le temple des poissons plus haut, le coeur serré en songeant que désormais il ne lui serait plus permis de passer du temps là bas. Ce temps était révolu. Et il venait de laisser passer sa chance de nouer de bonnes relations avec l'actuel locataire.

    "Pardon Adrix, il semblerait que je ne puisse plus entretenir ce beau jardin qui fut le tiens désormais."


Murmura-t-il tout bas comme une prière à son ami. Ami dont il devrait bientôt se détacher afin de ne pas vivre dans le passé. Les oublier? Il ne le pouvait mais il ne pouvait vivre dans la culpabilité de rejeter ses nouveaux compagnons pour des raisons égoïstes. Hypocrite? Pas tant... Il aurait été stupide de se couper du monde juste pour assumer une situation négative, un instant de faiblesse. Il avait mal réagit, c'était vrai. Ou bien prenait-il encore trop sur lui? Rah! C'était compliqué et il n'était pas certains de vouloir se prendre la tête plus longtemps, de plus, il avait faim et cela l'empêchait de penser correctement.

Se tournant vers les chaudes lumières venant du banquet, il entra timidement dans le temple, peu à l'aise, se faisant tout petit. Il aurait presque honte d'être là, il n'aurait peut-être pas dû descendre se joindre à eux, mais c'était fait, il s'était jeté à l'eau. Longeant presque les murs, il vint s'assoir dans un coin, n'osant toucher à rien pour le moment malgré la faim lui tordant le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Asmita


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 817

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
210/210  (210/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   Mer 5 Sep - 18:02


    La nouvelle était parvenue aux oreilles de tous les résidents du Sanctuaire avant même que les invitations ne fussent envoyée. Le Général des Armées avait organisé un festin pour fêter leur victoire sur les Enfers et rendre hommage à leurs camarades tombés au combat. Malgré la douleur qui lancinait encore les cœurs et les chairs, une ambiance d'excitation et de joie s'était répandue sur tout le Sanctuaire.

    Après une journée passée à la reconstruction des temples détruits, Asmita décida d’honorer la tablée du Général plus par politesse que par réel envie de festoyer.
    Les fêtes avaient souvent le don de cacher pendant quelques instants la douleur et la dure réalité.

    Lorsqu'il se présenta à la maison du Taureau Asmita resta un instant dans la pénombre du pronaos à observer la grande salle les sourires qui s'étiraient sur les lèvres, les yeux qui pétillaient sous l'effet du l'alcool, les regards qui se croisaient et les corps qui valsaient souplement.
    Rires et les éclats de voix joyeux résonnaient avec force entre les colonnades du temple et se mêlaient aux chants et mélodies jouées par quelques musiciens.
    Les douces senteurs florales de myrte de rose et de jasmin venaient adoucir les fragrances capiteuses du vin et les fumets alléchants des diverses viandes qui cuisaient doucement dans leur graisse. Cochons de lait au miel, vin grec et italien aux épices, cervoises d'Armorique, céréales, légumes, fruits et tartes diverses emplissaient les longues tables en bois avec ostentation dans une vaisselle somptueuse et finement ouvragée. Opulence semblait être le maître mot de la soirée organisée avec minutie par le maître des lieux.

    L’insouciance.

    Durant un bref moment, le Chevalier de la Vierge se sentit....vieux. Très vieux. Combien d'existences avait il vécues ? A combien de batailles et de festins avait il participé ? Et combien de temps durerait cet bonheur éphémère avant que le fracas des armes et du désespoir ne retentisse à nouveau ?
    Il se surprit presque à envier un instant ses camarades. Tous étaient bien jeunes et ne connaissaient qu'une infime partie de la triste réalité. Ce bonheur qu'ils vivaient en cette douce soirée d'été, ils n'avaient pas encore conscience que cela ne durerait pas.
    Les forces des ténèbres revenaient toujours et encore, inlassablement et eux, Chevaliers de l'Espoir, devraient toujours se dresser sur leur chemin en sacrifiant leur propre vie. C'était ce qu'il faisait lui-même depuis des siècles et des siècles à travers les cycles de réincarnation. Mais lui avait conservé ses souvenirs depuis lors. Il se souvenait de chaque victoire, de chaque instant de bonheur qui ne tardait jamais à être balayé avec violence quelques instants plus tard. Encore et encore, toujours le même schéma et un à un, à chaque génération, ces jeunes gens donnaient leur vie. Si Asmita avait été émotionnellement aussi fragile qu'un humain normal, il aurait pu sentir un lourd fardeau peser sur ses épaules. Le fardeau de la mémoire.
    Mais pourtant, ces instants de bonheur là valaient tout l'or du monde.

    Avec un sourire mélancolique sur les lèvres, le chevalier de la Vierge entra d'un pas gracieux et souple.
    Ses cheveux étaient relevés sur sa nuque en un élégant catogan et il avait troqué son armure tout juste réparée pour une fine tunique en lin à col ouvert d'un bleu cobalt léger assortie à ses iris turquoises et brodée de fils d'argent soyeux.
    La fête battait son plein et Asmita remarqua la présence d'invités qu'il ne connaissait pas ainsi que de celle de la Déesse en personne qui allait de convive en convive avec une grâce aérienne qu'elle avait emprunté à son hôte, son ancienne disciple, Mashia du Lotus. Au milieu de la salle, l'Aldebaran qui bavardait joyeusement avec plusieurs chevaliers. Cependant, malgré allégresse qui régnait, Asmita perçu un être à la mine sombre. Mais un être qui n'était pas supposé être là. Un être qui appartenait à une autre époque, révolue depuis longtemps.

    La première pensée qui lui traversa l'esprit en voyant ce fantôme du passé fût qu'il avait été victime d'une illusion. Pour un maître de l'esprit comme lui, la probabilité d'être abusé de la sorte était infinitésimale, ce qui n'arrangea en rien son incrédulité.
    Malgré sa sérénité habituelle, son visage s'était crispé de façon presque imperceptible. Seule une légère ride entre ses sourcils venait troubler les traits harmonieux de son visage séraphique.
    Quelques secondes à sonder les flux cosmiques lui suffirent pour se rendre compte qu'il n'était pas victime d'une quelconque illusion.
    Là, dans la pénombre d'un recoin de la grande salle, se tenait un chevalier des temps de jadis. Un temps où le Sombre Empereur avait déchaîné sur le Sanctuaire la furie du dieu de la Guerre, un temps ou il avait lui même perdu la vie contre les légions assoiffées de sang du Furieux.
    Dormin, chevalier de bronze d'Andromède au cœur pur était là, assis dans un coin, avec cette même expression de timidité qui empourprait ses traits fin il y avait maintenant des siècles de cela.

    Le regard rivé sur le jeune homme, Asmita se surprit à sourire en se dirigeant vers le chevalier. Ainsi n'était il pas seul à porter le fardeau de la mémoire en cette soirée.

    Décidément, la soirée était bien prompte à la réminiscence...

    «On dit parfois qu'une réminiscence n'est pas un souvenir mais un écho du passé que l'on ramène dans le présent grâce à notre esprit, murmura Asmita d'une voix douce en plongeant son regard pers dans celui de Dormin, mais je crois être en dehors de la cause de ce miracle. Cela fait....bien longtemps que je n'ai pas revu ton visage, Dormin d'Andromède, acheva le Saint dans un sourire chaleureux. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1748] Banquet de fin d'aventure (ouvert aux Saints)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-