RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1750] On ne peut regretter ce qui nous est inconnu... [Adrix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Adrix


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
95/150  (95/150)
CS:
68/190  (68/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1750] On ne peut regretter ce qui nous est inconnu... [Adrix]   Jeu 6 Sep - 0:59

Le blondinet se sentait réellement plus... léger. Cette petite scène, quand même elle était ô combien anodine aux yeux de n'importe quelle personne censée, avait eut pour lui un effet libérateur comme il n'en avait connu autrefois. Il parvenait enfin, tant bien que mal, à accepter ce qu'il était devenu, en acceptant les bons et les mauvais côtés de cet étrange état qui était le sien. Retirer enfin cette pesante perspective du futur, qui pendait au dessus de lui comme une épée de Damoclès, de ses inquiétudes premières, lui avait ôté un grand poids des épaules. Bon, tout n'était pas rose et il avait parfaitement consciences que ses inquiétudes étaient toujours fondées, que les problèmes étaient toujours là, inchangés, mais au moins pourrait-il en détourner le regard le temps de profiter du présent. Ne pas réfléchir plus que nécessaire n'avait jamais été son fort, mais il avait suffisamment de compagnons à ses côtés pour apaiser ses neurones... L'avantage d'être à trois dans le même corps c'est que le vacarme constant au sein de son âme ne lui laisserait pas tant de place que ça pour se morfondre sur sa petite personne.
Il pouvait de nouveau partager des moments de bonheur simple avec son ami rouquin, des instants de camaraderies perdus depuis l'antiquité. Ils avaient 1300 ans de séparations à combler, et même si ni l'un ni l'autre n'avaient sentit le poids des siècles s'écoulant, ca en faisait des choses à rattraper... Fonder une famille, même involontairement, était une bonne solution "exceptionnelle" pour leur situation qui l'était tout autant. Combien de chevaliers pouvaient se vanter de venir d'une autre époque ? Même dans les rangs des spectres, c'était plutôt rare ! Mieux encore, le dieu qui avait élu domicile dans sa tête était plu âgé encore que les olympiens, son essence existant depuis la création de la raison dont il était le dément opposé ! En matière de longue périodes de temps, ils avaient des experts sous la main. D'ailleurs, l'ex Poisson se demandait s'il deviendrait comme Phantasos après des millénaires de... non ! Il devait chasser ces sinistres préoccupations. D'autant que la frimousse gênée du Capricorne était un spectacle dont il ne voulait pas louper une miette.
S'il faisait de son mieux pour cacher ses propres hontes et les couleurs qui teintaient ses joues, il n'en prenait pas moins de plaisir à contempler celles d'autrui. En l'occurrence, voir Dormin s'empourprer était une activité des plus rafraichissantes, son petit côté sadique sans doute. Il devrait essayer de provoquer ce genre de réactions plus régulièrement à l'avenir... provoquer toute une palette d'émotions chez l'être humain et en savourer les conséquences était un loisir partagé par tout son trio interne.

"Des... des noms? Euh oui! Bien sûr! Cela va de soit! ... Woah... par contre je dois un peu réfléchir, c'est un peu soudain. Après tout, ce matin encore je ne me doutais même pas que... j'allais être papa... Haha... et maintenant me voilà en train de chercher des noms."


C'est vrai que ça faisait beaucoup de nouvelles à digérer en même temps pour le rouquin. Non content d'apprendre le retour de son ami, il se voyait affublé de deux futurs nourrissons dont il ne pouvait même pas se remémorer clairement la conception. Cruelle ironie, certes, mais pour être franc, Adrix avait déjà subit trop de surprises du genre pour vraiment compatir à sa stupeur. Ce n'était pas tellement pire que de se réveiller, d'entendre parler de sa mort et de ses découvrir une déité dans le crâne... Ou que d'apprendre qu'on porte la vie alors qu'on se croyait homme, et à fortiori décédé... Ou de se faire casser les oreilles par un type bizarre en armure doré t'expliquant que la Déesse de la Sagesse t'a choisi pour défendre des roses et... mais sérieusement sa biographie était trop foireuse pour être crédible, c'était si absurde qu'il en rierait presque.

"Teh... Je ne sais même pas si se sont des garçons ou des filles... Mais... "

Euh tiens c'est vrai ça, il ne le lui avait pas dit. Après qu'Hélios lui ait annoncé qu'il allait devoir porter des jumeaux, l'Irréel n'avait pas pu s'empêcher de creuser un peu la question. Farfouiller dans les mystères de ses propres entrailles était un jeu d'enfant pour celui qui sait sonder les âmes des autres. Une chance donnée à bien peu de parents de nos jours... peut être dans le futur il sera possible à tous de le deviner... Naaaaaan, pas envisageable.
En tout cas, Adrix ne se lassait pas de ce visage aux traits efféminés qui prenait les mêmes teintes que sa chevelure flamboyante, on aurait dit un caméléon cherchant à disparaitre dans sa propre tignasse. Bon, lui même ne devait pas avoir plus fier allure, s'il en jugeait par la chaleur qui tiraillait ses oreilles et la boule au creux de son estomac, mais au moins ses cheveux ne faisaient-ils pas camouflage quand il rougissait.


"...Mais j'aimerais des noms en rapport avec la lumière et les ténèbres. Peut-être le jour et la nuit ou... La lune et le soleil. Haha! Je sais c'est un peu stupide mais c'est un peu histoire d'illustrer leurs origines comme ils vont être l'union d'un saint et d'un... spectre?"

Le blondinet tiqua malgré lui au mot spectre. Il en était plus conscient que quiconque, et n'en avait à vrai dire plus grand chose à faire, mais ça lui faisait toujours un drôle d'effet qu'on lui rappelle son trépas. Ce n'était plus de la colère, pas même de la honte juste... quelque chose. Le regard de l'androgyne suivit celui du Capricorne jusqu'à l'astre nocturne. La Lune... Oui, il l'avait toujours bien aimé cette bouboule blanche flamboyant au milieu des étoiles. Il lui trouvait une mélancolie et une poésie étrangère à son homologue du jour. Et pourtant, ce dernier avait aussi ses attraits, donneur de vie, de chaleur à tous. Ils étaient comme deux frères ennemis, que tout séparait tant en allure quand caractéristique, le porteur de lumière et celui des ténèbres en fait, mais qui pourtant continuaient inlassablement de se courir après sans jamais pouvoir se toucher. Etre nommé en l'honneur de ces deux "amants" était le genre d'héritage héroïque qui conviendrait parfaitement à des enfants nés d'une union si improbable.
Timidement, avec toutes les précautions de l'univers et priant tous les di... oui non, en priant personne en fait, que l'obscurité cache son faciès écarlate, Adrix saisit doucement le poignet de Dormin pour poser sa main sur cette bedaine rondouillarde qui était devenue la sienne. Le contact lui arracha un frisson alors qu'une peur instinctive recommençait à grogner dans un recoin de son crâne, mais il s'abstint de la manifester. C'était son privilège de père que d'effleurer sa progéniture avant de la nommer. Il n'avait beau pas être très tradition, c'était le genre de chose que l'ex Poisson respectait assez pour y tenir. Il regardait obstinément ailleurs, utilisant sa contemplation de la Lune comme excuse pour ne pas le regarder directement dans les yeux. Ses doigts s'agitaient nerveusement sur les draps alors qu'il cherchait un nom... qui lui fut assez ironiquement susurré par le pire conseiller du monde.

*Eh tu penses quoi de [...]*

-Hélios ?


Il chercha soudain une justification, les phrases se formaient un peu aléatoirement dans sa bouche, laissant entrevoir l'embarras qu'il ne parvenait pas à cacher. C'était son côté Eléonor.

-C'est.. c'est un nom lié au.. au soleil je crois. Ah et. euh... C'est des.. des faux jumeaux. Un garçon et une fille je crois. Comme ma soeur et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1750] On ne peut regretter ce qui nous est inconnu... [Adrix]   Jeu 13 Sep - 19:41

Un frisson parcouru l'intégralité de son corps, remontant de la paume de sa main jusqu'à son poignet. Une impulsion cosmique aurait eu moins d'effet que cette sensation qui horripilait tout son être... Mais pour autant ce n'était pas désagréable... bien au contraire. Un sursaut lui fit baisser la tête tandis que les muscles de son dos et de son bras se contractaient au contact du ventre rond du blondinet sous sa main. Impossible de bouger, il restait simplement interdit, le coeur serré. Son regard émeraude figé dans le néant, fixant un point imaginaire, le capricorne ne pouvait plus penser. Timide devant l'éternité disait-on de lui... C'était certainement vrai et cette hypothèse se vérifiait dans le cas présent. En même temps, le poids de ses nouvelles responsabilités et des nouvelles les accompagnant lui tombaient dessus comme la foudre. Il y avait de quoi être un peu sonné.

Mais ce qui pétrifiait le chevalier d'or était d'une toute autre nature. Là, sous sa main, palpitaient deux petits coeur. Sous sa paume prenait coeur sa chaire et son sang. Le contact physique ne venait que confirmait au rouquin la réalité de tout ceci. Chaque pas qu'il faisait vers cette nouvelle famille qui s'imposait à lui était comme un violent coup de poing dans l'abdomen. C'était... Éprouvant autant qu'étrange. Une situation née de l'improbable et de l’irréel... teh... oui il était de base un être improbable avec son genre mixte.

    "Oui... Et... pourquoi pas Sélénée pour sa soeur? J'aime beaucoup ces deux prénoms..."


Il se sentait mal... Quelque chose n'allait pas. Il sentait une chaleur intense l'envahir, naitre d'abord au creux de sa poitrine pour s'étendre à tout son buste, puis s'échapper de lui comme son cosmos l'aurait fait. Mais rien à voir encore une fois... puis sa gorge se noua, le forçant à déglutir et ses yeux devenir humides.

    "Je... je les trouve très jolis."


Il porta sa main libre à ses yeux et les essuya d'un geste un peu mou et se tourna en souriant vers Adrix, le visage carmin, mais souriant.

    "Ils seront parfaits pour ces enfants issus de la lumière et des ténèbres. Ouah.... des faux jumeaux..."


En disant ça il sentit son coeur se serrer un peu. Eux, autant que leurs enfants seraient victimes de ces origines peu communes voir interdites entre un saint et un spectre. Les choses ne seraient pas simples à l'avenir et il imaginait bien qu'ils devraient cacher cette petite famille aux yeux de tous ou d'une grande majorité pour se protéger entre eux.

Il hésita et bougea les doigts timidement pour caresser le ventre rebondi de son ami, détournant à nouveau le regard, plus gêné que jamais. Il sentant ses pieds et son bras se crisper et luttait contre l'envie de reprendre sa main pour fuir se réfugier de son côté du lit... Ou dans une autre pièce. Quand soudain, il eut un sursaut. Là, sous sa main, il venait de sentir quelque chose frapper sa main de l'intérieur qui lui arracha un frisson plus vigoureux et il manqua un battement de coeur.

Dormin ne connaissait pas tout concernant les secrets d'une grossesse et ce genre de fait lui était parfaitement étranger. Il n'avait aucun souvenir de sa propre mère... Il n'avait jamais reçu l'éducation nécessaire à le préparer à ce genre de moment. Et maintenant qu'il y était confronté, il se trouvait bien démuni... Il sentit sa main trembler un peu, comme lorsque la carafe d'eau lui avait échappé des mains plus tôt dans la soirée.

Lentement, sa tête se tourne à nouveau vers le blondinet dans l'obscurité et avec une infinie précaution, il s'approche. La curiosité et un sentiment fort le poussant à venir à la rencontre de sa progéniture étouffant la peur et l'angoisse qui grondaient dans sa poitrine. Doucement il se penche sur Adrix et vient poser son front contre son ventre avec toute la délicatesse du monde en fermant les yeux, appréciant la sensation venant lui saisir la nuque à ce contact lorsqu'à nouveau il sent un petit coup le heurter.

Il reste là, interdit, sans oser bouger, appréciant simplement ce contact, se posant sur les genoux de son ami et finit par sombrer dans les bras de Morphée, épuisé par trop d'émotions d'un coup en une Journée. Il s'endort la tête sur les genoux d'Adrix, le front et la main gauche contre son ventre rebondi pleins de vie. Son sommeil est bien moins agité, il semble serein, soulagé d'un poids comparé à tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
 

[1750] On ne peut regretter ce qui nous est inconnu... [Adrix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-