RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Sam 28 Juil - 15:47

Haiken tournait en rond depuis quelques temps déjà. Il inspectait les frontières de "son" territoire. Une trêve était peut être intervenu pour une période de six ans, il avait du mal à croire que les choses resteraient calmes à attendre sagement que Poséidon et son ennemi soient prêts pour le combat final.

De plus, sa confrontation avec la jeune Marina de la Sirène des récifs venait de se terminer, et sa conclusion était tout ce qu'il y avait de plus inattendu. Haiken était encore perplexe quant aux évènements qui venaient de se produire. D'un côte, il était satisfait de voir qu'il ne s'était pas trompé sur le caractère de la jeune fille et qu'ils étaient bien plus semblables qu'il ne l'aurait imaginer au départ.

Mais il hésitait. Serait-ce un signe de faiblesse de sa part? Commettait-il une erreur? Le Général, au prix d'être considéré borné, était avant tout un homme qui n'abandonnait pas ses objectifs. Il savait que tôt ou tard, son poste de Général serait mis en doute et qu'il se retournerait probablement contre Poséidon si ce dernier s'opposait à son départ, alors que se passerait-il à ce moment?

Un léger sourire se dessina sur son visage. Il passait légèrement sa main sur sa joue, se remémorant le doux toucher de ses lèvres sur sa peau. Une sensation qu'il n'avait plus eu l'opportunité de goûter depuis si longtemps.

"Je ne peux pas me laisser aller! D'abord il faut que je retrouve mon oncle, puis j'en finirais avec mon père, et je chercherais mon frère par la suite et un moyen de redevenir libre!"

C'était ce qui lui importait le plus, tentant délibérément d'ignorer ses sentiments, mais à quel prix? Seul le futur pourrait répondre à cette question.

Il continuait sa ronde lorsqu'il sentit un présence non loin de lui. Elle ne lui paraissait pas hostile, et pour cause, elle lui était légèrement familière, comme s'il l'avait déjà ressenti par le passé. Il préférait en avoir le cœur net. Il se dirigea vers cette présence et arriva finalement aux frontières du territoire de l'Atlantique Nord avec le territoire de l'Arctique, jadis protégé par Caeron de Fragance.

En arrivant, Haiken aperçu plusieurs pierres tombales et un homme agenouillé devant l'une d'entre elle. Il semblait prier, du moins c'est l'impression qu'il donnait. Le Dragon des Mers s'approcha lentement de l'inconnu, sans tenter une seule seconde de cacher sa présence. Arrivé à quelques mètres de l'homme se recueillant, il croisa les bras et l'interpella.

- Puis-je savoir à qui ai-je l'honneur et ce que tu fais ici?

Cette cosmos-énergie ne lui était pas inconnu et il avait déjà aperçu cette silhouette. Mais Haiken avait du mal à se rappeler des gens auxquels il n'avait jamais donné beaucoup d'importance. Serait-ce une personne de son passé? Il était sur le point de le découvrir!
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Sam 28 Juil - 16:34

Confiné dans l'antre de la mère porteuse de Chrysaor, et ce, depuis l'ordre intimé par le très grand Prêtre des Océans, je n'avais que rarement posé le pied en dehors de ce sanctuaire secret. Englouti dans le temps tout comme je l'étais. J'avais la sensation d'être plongé dans le sommeil, à l'instar de mon Empereur. Bien que cherchant à recouvrer mes forces, il me fut très difficile, dans les premières années, de ne pas me lancer emporter par un flot constants de pensées.
La situation plus que tendue dans laquelle notre Empire se trouvait, les fluctuations notables qui s'opéraient dans le monde de la surface, sans oublier les démons qui profitaient de chaque instant pour jaillir de mon cœur, menaçant de dévorer mon esprit pour m'entraver dans les ténèbres.

Oui en ces heures perdues je luttais. Je n'ai que peu de fierté à vous conter ce passage de ma vie, et je n'ai que peu d'excuses. La jeunesse, le manque d'expérience, le manque de maturité indéniable dont j'ai fait preuve à la suite de ces événements laisser peser encore aujourd'hui un lourd sentiment de honte sur mes épaules.
Quels que purent être mes efforts, j'étais incapable alors de trouver le repos de l'âme. Sans cesse l'image des jeunes Capitaines qui périrent, mais aussi la voix de cet homme ennemi de Poséidon, tout revenait à moi dans un maelström de haine et de violence. Je menaçais de succomber à la colère qui habitait secrètement mon propre cœur. La vérité était là.

J'avais toujours pensé être en mesure de surmonter de tels événements, des sentiments si puérils n'auraient jamais du m'atteindre. Mais mes cauchemars travaillaient dès que possible que l'anéantissement de mes barrières. Le Masque était au centre de toutes mes pensées. La colère de Shiva montait dans mon sang jusqu'à le faire bouillir. Je tentais vainement d'empêcher ma tête d'exploser, et plus je puisais dans mes ressources pour combattre ce mal, plus il s'emparait de moi.
Jusqu'à ce que, dans un éclair de violence, je ne fasse retentir un hurlement sauvage qui fit raisonner les écailles présentes.
C'est leurs lumières et leurs chaleurs qui focalisèrent l'attention de mon esprit. Je sentais comme une autre présence qui m’apaisait doucement, mais je me trouvais dans un tel état qu'il m'était impossible de réfléchir...

Relevant lentement les yeux, j'avais de nouveau reprit le contrôle. Je fixais un long moment ces écailles vides. Celle du Djinn Marin trônait sur un autel d'algues. En bien meilleur état que celle de Sobek, ou du Léviathan. Une fois encore, l'image de ce combat me revint en tête. La créature s'était avéré d'une puissance extraordinaire, mais il était difficile à croire qu'elle puisse à elle seule résister à une telle explosion de Cosmos. Je venais seulement de réaliser l'erreur que nous avions commit. L'adversaire n'était pas le Léviathan mais cet inconnu qui se tapissait dans son ombre. Nous n'avions rien vu et c'est ce qui nous coûta à tous une grande défaite. Serrant le poing, je me sentais de nouveau responsable de tout ça.

Que ce fut une illumination ou l'impulsion d'une colère d'enfant, je décidais de me rendre sur les lieux. Ici ne restaient que des écailles, mais peut-être leurs dépouille se trouvaient-elles sur les lieux de l'affrontement. Une sueur perla sur joue et l'affront que j'avais fait à mes frères me sembla évidente. Je n'avais pas encore remit les pieds sur la scène de notre désespoir, et jamais je n'avais vérifié la présence d'une potentielle dépouille. Et comme pour répondre à mon inquiétude silencieuse, l'écaille du Djinn s'embrassa d'une flemme verte, venant recouvrir mes membres.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J'avais fait une entorse à l'ordre que l'on m'avait donné. Mais à bien y réfléchir, l'on m'avait ordonné de prendre du repos, et non pas de rester enfermer comme un reclus dans une grotte. Enfin, je n'essayerai pas de vous expliquer qu'à l'époque, j'avais un comportement plus que psycho-rigide. Dont j'eus moi-même à payer les frais. Toujours est-il que j'avançais dans le territoire du Kraken. D'après certaines informations, l'ancien Général de Poséidon avait rejoint les rangs du Seigneur Sombre. Il est vrai que quelques années avant cela, nous étions en pour-parler avec les Spectres, mais cela aurait-il pu être un des points secrets d'une alliance toute aussi silencieuse ? Je n'en savais rien. Mais cela me soulageais quelque part de ne pas devoir recroiser un homme qui m'aurait, à n'en pas douter, reconnu. J'arrivais finalement en bordure de ses Mers. Mais devant moi, toute inquiétude disparue. Je n'avais pas encore bien réalisé par quel miracle j'avais pu survivre à cela. En face de moi, plus rien. Le corail, les récifs sous marins, tout avait détruit depuis tant d'années par le Léviathan, sans espoir de renaître. Il en était de même pour les Corps disparus des trois guerriers qui se sacrifièrent pour moi.

Je ne pu empêcher une larme de couler de mes yeux. Je restais un instant pensif, à leurs courages, leurs forces, et leurs déterminations. J'aurai souhaité qu'ils puissent m'accompagner pendant encore longtemps. Mais ce n'avait pas été possible. A défaut d'un enterrement décent, j'avais finalement prit l'initiative d'ériger trois sépultures. Finalement, je priais pour que leurs voyages aux enfers leurs permettent d'accéder enfin à la paix. Mais de ce que j'en savais, il y avait peu de chances. Posant un genoux au sol, je priais simplement pour que le maître des ténèbres allège leurs souffrances.
C'est alors que je sentis une pré
sence s'approcher tranquillement. Une hostilité certaine se dégageait de l'individu, mais je relâchais ma poigne en découvrant la présence d' Haiken. Tournant la tête pour ne pas lui faire face, je replaçais mon heaume. Toujours embêté à l'idée d'être reconnu.
Ne pouvant simplement esquiver sa demande, je me levais lentement pour lui faire face, les yeux cachés sous l'obscurité de mon casque.

- Pardonnez-mon Intrusion Général du Dragon des Mers. Je me pensais aux limites du grand nord. Je suis... Krishna. Du Djinn Marin.

Je détournais les yeux, très mauvais menteur que j'avais toujours été. Je ne pouvais que reprendre rapidement pour ne pas laisser ce mensonge apparaître comme une évidence.


- Quant à la raison de ma présence ici, dis-je en fixant les trois tombes, trois de mes camarades ont ici étés tués face au terrible Léviathan. Leurs mort à permis ma survie, mais aussi d'obtenir une information quand au fait qu'un homme semblait en avoir le contrôle.

Je regardais de nouveau Haiken sans montrer de sentiments quelconques. Je n'étais ici qu'un soldat effectuant un rapport auprès d'un supérieur.

- Il semble pourtant que cet homme ai pu être le masque.

J'attendais à sa réponse, et brièvement, je jetais machinalement un regard aux sépultures marines. Lorsque je réalisais que j'avais laissé une inscription sur les tridents de Corail. Chaque nom et et chaque rang. Essayer de ne pas écarquiller les yeux face à ma bétise, j'espérais qu' Haiken ne remarquerai rien...
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Lun 30 Juil - 21:08

Un léger mouvement de la tête, empêchant Haiken de voir son visage, tandis que l'inconnu se relevait en enfilait son heaume. Il se tourna finalement vers le Général et se présenta.

- Pardonnez-mon Intrusion Général du Dragon des Mers. Je me pensais aux limites du grand nord. Je suis... Krishna. Du Djinn Marin.

Haiken se souvenait maintenant de sa présence, lors de la réunion avec Poséidon. Emmené par sa colère, le Dragon des Mers avait à peine remarqué sa présence, mais sa silhouette lui était familière, probablement pour l'avoir aperçu sur l'île de Circé. Mais était-ce vraiment pour cette raison?

Son sixième sens lui disait qu'autre chose le liait à cet homme. Il n'avait pas eu le temps de voir ses yeux et se voyait mal lui ordonner d'enlever son casque, après tout, chacun était libre de se présentait comme il le souhaitait, d'ailleurs, Haiken enlevait rarement son casque pour des raisons similaires.

Cependant, sa voix ne lui était pas complètement inconnu, du moins, c'est une impression qu'il avait au fond de lui et qui ne cessait de remuer en son for intérieur.

- Quant à la raison de ma présence ici, trois de mes camarades ont ici étés tués face au terrible Léviathan. Leurs mort à permis ma survie, mais aussi d'obtenir une information quand au fait qu'un homme semblait en avoir le contrôle.

Krishna, tel était le nom qu'il avait donné à Haiken, reprit alors, expliquant les raisons de sa venue. Cela permit au Dragon des Mers de sortir de sa torpeur. Réellement, cette voix résonnait dans sa mémoire, ne parvenant pas néanmoins à lui attribuer un visage. Peut-être était-ce juste une impression et rien de plus, quelqu'un ayant une voix fort ressemblante à une personne appartenant à son passé.

- Ne t'en fais pas. Je ne suis pas là pour te reprocher quoique ce soit. J'ai juste senti ta présence et je suis venu confirmer que rien de grave ne se propageait. Notre ennemi est peut-être prisonnier pour six années, mais le danger nous guêtra toujours malgré tout!

Il s'approcha des pierres tombales. Elles étaient au nombre de trois. Tant de vies perdues pou obtenir une seule petite information. Le destin pouvait parfois être cruel.

- As-tu au moins réussi à obtenir une information utile?

Krishna lui répondit aussitôt.

- Il semble pourtant que cet homme ai pu être le masque.


Haiken laissa échapper un petit cri de dédain.

- Évidemment! Cet homme semble avoir pris le contrôle sur tout ce qui nous entoure! Nous vengerons toutes les personnes qui ont péri à cause de lui.


Haiken pensait bien évidemment à sa mère, victime des méfaits du Masque et de son père. Il était curieux de savoir a quoi pouvait ressembler un homme qui s'en prenait à sa femme et attentait à la vie de ses enfants. Le Dragon des Mers semblait observer les pierres tombales, pourtant son regard était vide, bercer par les atrocités qu'il avait dû encourir jusqu'ici à cause de son père, imaginant comment sa mère aurait péri sur le bateau. Serait-elle morte pour le protéger? Serait-elle encore vivante s'il n'avait pas été un fardeau pour elle? Il se réveilla, averti par un mouvement du Capitaine du Djinn Marin.

- Dis moi, quels étaient leurs noms et leurs grades Marina? Je veux pouvoir leur rendre hommage lorsque nous aurons tué ce Masque et ses Généraux!
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Mar 31 Juil - 11:14

- C'est en réalité par hasard que nous avons découvert ceci. Nous étions en chasse de la créature qui ravageait nos frontières. La vérité, c'est que nous avions découvert une information qui n'a plus d'utilité à l'heure actuelle. Si nous pas tous été vaincu si facilement.


La colère grondait au fond e mon être, et je me détournait vers les sépultures pour apaiser cet esprit vengeur. Haiken avait toujours été Haiken, et il n'avait pas eut tord. Bien que j'ai pu découvrir la présence d'une éminence grise, cela était arrivé bien longtemps avant que la guerre civile ne commence et que sa présence ne nous soit révélé.
Si j'avais été en mesure de retrouver mes forces plus tôt, ou si nous avions été préparé, nul doute que toute cette sombre histoire aurai connu une tournure différente. Mais je n'allais rien dire à ce sujet. Ce genre de complainte n'avait pas sa place dans notre royaume.
Pourtant j'avais menti, je souhaitais ardemment voiler la vérité de mon échec et de ma défection. Je choisissais alors de répondre en dévoilant certaines informations. Mais cela me peinait, car Haiken, malgré ses défauts, n'avait jamais fait montre de sournoiserie en face de moi. Certes, il cachait quelque chose, et ce, depuis bien avant notre première rencontre, mais j'espérais qu'il aurait la délicatesse de ne pas chercher là ou je m'arrêtais. Si je respectais son intimité, peut-être en ferait-il autant.


Les capitaines de Sobek et du Léviathan ont tout simplement disparu sous l'effet des coups du Serpent. Repris-je soudain pour répondre à mon interlocuteur. Je n'ai pu survivre que grâce à la protection de mes camarades et de l'écaille de Chrysaor.

Plus je parlais, plus je réalisais qu'il m'était impossible de mentir. Tôt ou tard, j'aurai à révéler mon identité. Mais j'espérais ne pas avoir à le faire. C'était vain. Accepter ce voile de mensonge reviendrait à entrer dans les ténèbres. Certes un petit pas, mais après tout, on ne se jette que rarement à l'eau sans y avoir posé un pied auparavant...
J'inspirais profondément. En y repensant, mon Prêtre lu-même avait révélé mon identité, peut-être était-ce stupide de ne pas faire de même...
Je regardais Haiken, hésitant. Je préférais tout de même qu'il découvre lui-même ce que je cachais. Aussi pensais-je soigneusement mes mots avant de reprendre.

- Le Général Arjuna lui-même a succombé à ces assauts. Il attend d'avoir retrouvé ses pleines capacités avant de revenir... s'il en est capable. Je baissais la tête en revenant vers Haiken. Il a été profondément meurtri, tant par sa défaite, que la perte de ses camarades. On m'a demandé d'assurer la protection de son pilier jusqu'à ce qu'il soit en mesure de reprendre son arme. L'écaille du Général a dit-on été complètement détruite...


Je ne pouvais en dire davantage pour l'instant. Et je décidais d'essayer de faire tourner le sujet.

- Avez-vous trouver de nouvelles informations sur vos propres recherches ?


C'était brutal et peu discret, mais pour l'heure je ne voulais plus avoir à répondre de mon passé. Je savais pourtant que s'il m'en donnait l'ordre, son rang lui permettait de demander accès aux secrets de mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Sam 4 Aoû - 16:51

Krishna répondit lentement et difficilement à ma question. Il parla néanmoins de deux de ses compagnons. Le Marina de Sobek et et du Léviathan. Quelle ironie du sort pour le dernier de succomber face à la bête que son Écaille représentait. Puis il continua, parlant d'un homme que j'avais déjà rencontré, Arjuna du Chrysaor.

J'avais trouvé étrange que cet homme disparaisse sans laisser de traces, je comprenais maintenant pourquoi. Ainsi, lui et ses hommes avaient dû affronter le Léviathan et avaient subi une cuisante défaite.

Haiken n'avait pas eu le temps, ni la disposition en étant un minimum honnête, de connaitre un peu mieux le Général du Chrysaor, mais il se souvenait que leur rencontre mis à nue leurs différences, principalement en terme de sens de loyauté et de bonne éducation. Arjuna était du genre guerrier parfait, tandis que Haiken était exactement l'inverse.

Même s'il ne le connaissait pas bien, le Dragon des Mers savait que, et si comme le disait le Djinn, il était encore vivant, Arjuna serait probablement honteux de sa défaite. Haiken soupçonnait même qu'il aurait déjà récupéré ses forces mais ne se présentait pas devant les Dieux des Mers par simple honte.

Naturellement, Haiken poussait à son extrême son sadisme en imaginant tel scénario, mais dans un sens, cela l'aiderait à fomenter son idée quant à son comportement et à ce que devait être un guerrier, un homme puissant qui ne perdait pas son temps avec des politesses et autres attitudes du genre qui ne lui servirait de toute façon à rien sur le champ de bataille.

- On m'a demandé d'assurer la protection de son pilier jusqu'à ce qu'il soit en mesure de reprendre son arme. L'écaille du Général a dit-on été complètement détruite...

Krishna semblait avoir terminé, et Haiken ne pouvait laisser de penser que sa manière de parler ressemblait énormément à celle de son Général, d'où le fait qu'il ait déjà entendu cette voix. Du moins, cela l'empêcha de réfléchir plus amplement à cette question.

- Avez-vous trouver de nouvelles informations sur vos propres recherches ?

- Rien de plus que ce que tu n'as déjà entendu. Moi et le Général de L’hippocampe n'avons pas pu terminer nos recherches.

C'est alors que Haiken remarqua qu'il y avait bien trois pierres tombales et pourtant, Krishna n'en avait parlé que de deux morts. Lui et Arjuna auraient survécu, alors à qui appartenait donc cette dernière pierre? Cherchant à s'approcher des pierres mais sans éveiller les soupçons, Haiken commença à marcher autour de son interlocuteur, ayant toujours ses bras croisés, tentant d'apercevoir la moindre information utile sur les pierres.

- Nous étions partis pour Carthage, mais l'appel de Poséidon nous a obligé à abandonner pour l'instant. Je pense que nous devrons y retourner tôt ou tard, mais je ne sais quel genre d'information nous pourrons en tirer.

Il avait fait un tour complet, et restait pensif à présent. La dernière pierre portait le nom d'un homme et son rang ainsi que le nom de son Écaille, le Djinn Marin. Haiken regardait alors le jeune marina, tentant de le dévisager. Qui était-il? Si le Djinn Marin était mort, comment pouvait-il se trouver ici-même à discuter avec lui? Ce serait un quatrième Marina qui aurait pris l'Écaille par la suite? Cet homme serait-il un homme du masque tentant de s’infiltrer dans leur camp, utilisant cet Écaille?

Le Dragon des Mers avait du mal à croire que cela puisse échapper à Astre ou même à Amphitrite. Cette hypothèse avait de faibles chances d'être véridiques, mais alors qui diable pouvait-il être?

- Tu ne saurais pas par hasard où se trouve le Général Arjuna?

Il était temps de tenter de percer ce mystère à jour. Connaitre la réelle identité de cet homme sans pour autant l'acculer et le menacer. Pourtant, Haiken n'avait même pas penser à une hypothèse, qui serait plus probable que les autres, que cet homme soit tout simplement Arjuna. Il ne pouvait croire qu'une telle situation puisse être vraie, que un Général accepte la honte d'être rétrograder à cause d'un échec.
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Lun 6 Aoû - 20:57

La question était finalement posée. Haiken avait beau être impulsif, je n'ai jamais ignoré ses capacités intellectuelles. Il n'y avait que peu de chances qu'il tombe dans un mensonge si grossier. Pourtant, je fus surpris de voir la " stratégie " qu'il adopta. Contrairement à ce que j'avais pu imaginer ce jour, il ne m'agressa pas de questions, mais préféra me tendre une main amicale et conciliante au travers de petites informations.

Plus il parlait, plus je sentais qu'il avait plus qu'une idée de la vérité. La honte me traquait, et je restais plus longtemps encore dans le silence, plongé dans les yeux de mon camarade. Mais le calme reprit rapidement le dessus.
Le fait qu'il souhaite connaître la vérité ne signifie pas qu'il compatis ou se soucie de moi, nous sommes d'accord, et c'est aussi ce que je me suis dit alors. Mais quelles que furent ses raisons réelles, cela n'enlevait rien à sa question, et il me fallait y répondre...

Tournant la tête, je gardais maladroitement le silence tandis qu'à mon tour, je m'approchais des tombes encore présentes. Je me remémorais cette bataille une dernière fois, et soudain, la vérité me parut comme une brûlure intense qui menaçait d'incendier mon âme si je ne la libérais pas. J'inspirais profondément, puis baissais les yeux en direction de la sépulture du véritable Djinn.


- Cet homme était né pour être meneur. Il avait les capacités devenir un jour, le gardien du Pilier de l'Océan Indien. Sa bravoure et son sens du devoir étaient à nul autre pareil. C'est part cette volonté inébranlable que j'ai pu survivre à ce combat.

Je commençais de marcher autour de mes Capitaines, apercevant des corps éthéré que savait création de mon esprit. Mais ils me tenaient compagnie, et cela semblait grandement délier ma langue.

- Tous étaient de brillants guerriers, et ils font ma fierté. Pourtant, j'ai échoué, je n'ai pas pu les protéger, et je n'ai fait que vaguement blesser ce monstre... eux... y ont tous perdu la vie... et... pourtant... même dans la mort ils ont continués de me protéger et à me redonner espoirs et forces.

De nouveau je plongeais mon regard dans celui d' Haiken, profond et sévère, je me jugeais moi-même, et je n'étais pas fier de l'attitude que j'avais eut. Mon rang et mes honneurs n'étaient rien comparé au sacrifice de mes Capitaines... Comment avais-je pu être à ce point stupide et si longtemps. Grâce à Haiken.

- Mon écaille est depuis dans un piteux état, et il m'était impossible de reprendre mes fonctions. Pourtant, convaincu par la volonté de l'Océan Indien et celle de ses écailles protectrices, Sa Majesté Amphitrite m'a permise de rejoindre de nouveau nos rangs, à l'aide de la seule écaille ayant survécu.

Lentement, mes mains remontaient le long de mon corps, pour se poser délicatement sur mon heaume. Sans hésiter, je le retirais paisiblement, laissant tomber mes cheveux blonds en cascade voilant pour quelques secondes encore mon visage et mon identité. Et m'ébrouant comme un loup de mer, je laisser enfin la vérité jaillir de moi comme un rayon de soleil bienfaiteur.

- Arjuna aurai du mourir ce jour. Mais si tu le cherches, tu as trouvé son ombre.

La cicatrice sur mon visage parlait pour moi. J'avais écopé de malheureuses blessures qui avaient peut-être altéré l'ensemble de mes capacités pour toujours. Sans sourciller, j'attendais maintenant sa réaction. Allait-il me juger, se moquer, en tout cas j'avais peu de doutes sur l’intonation de son doigt accusateur...
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Sam 11 Aoû - 15:56

Il semblait que le Djinn Marin est enfin compris que son mensonge avait été percé à jour et que Haiken commençait à voir de sérieux doutes sur son identité. Il ne répondit pas directement à la question du Général, mais ses gestes et son ton de voix ne laissait aucun doutes quant à la suite des évènements. Haiken apprendrait la vérité bien plus vite qu'il ne l'aurait pensé.

S'approchant des sépultures, puis baissant les yeux sur celles portant le nom du Marina du Djinn Marin, Krishna commença alors à parler.

- Cet homme était né pour être meneur. Il avait les capacités devenir un jour, le gardien du Pilier de l'Océan Indien. Sa bravoure et son sens du devoir étaient à nul autre pareil. C'est part cette volonté inébranlable que j'ai pu survivre à ce combat.

La souffrance était palpable dans ses paroles. Cela laissa de côtés les doutes que Haiken avait quant à la possibilité d'être devant l'un des sbires du Masque. Et c'est à ce moment que la possibilité que ce soit Arjuna qui se trouvait devant lui, lui vint à l'esprit comme étant bien réelle.

- Tous étaient de brillants guerriers, et ils font ma fierté. Pourtant, j'ai échoué, je n'ai pas pu les protéger, et je n'ai fait que vaguement blesser ce monstre... eux... y ont tous perdu la vie... et... pourtant... même dans la mort ils ont continués de me protéger et à me redonner espoirs et forces.

Leurs regards se croisaient alors. Les deux hommes se fixaient tandis que le Djinn Marin semblait avoir pris une décision, celle de raconter la vérité au Dragon des Mers, de se montrer au grand jour et d'en terminer avec cette farce.

- Mon écaille est depuis dans un piteux état, et il m'était impossible de reprendre mes fonctions. Pourtant, convaincu par la volonté de l'Océan Indien et celle de ses écailles protectrices, Sa Majesté Amphitrite m'a permise de rejoindre de nouveau nos rangs, à l'aide de la seule écaille ayant survécu. Arjuna aurai du mourir ce jour. Mais si tu le cherches, tu as trouvé son ombre.


Il enleva son heaume laissant alors son visage apparaitre au grand jour. Une énorme cicatrice traversait son visage, laissant une marque indélébile de son terrible combat face au Léviathan. Haiken n'en revenait pas. Depuis tout ce temps, Arjuna était revenu après avoir été déclaré comme disparu, dissimulé sous un autre nom et un rang inférieur.

Le Dragon des Mers n'en revenait pas qu'il ait accepté cette rétrogradation. Souhaitait-il se rapprocher de ses hommes morts au combat? Haiken pouvait sentir la culpabilité qu'il ressentait, mais était-ce la seule raison?

Lors de leur première rencontre, Haiken et Arjuna s'étaient légèrement accrochés, de part la manière peu cordiale du Dragon des Mers de se comporter, allant à l'encontre de la manière éduquée et respectueuse avec laquelle le Chrysaor agissait, n'ayant pas aimé les remarques que le jeune anglais avait fait sur Poséidon à l'époque. Il avait été le premier, mais pas le dernier et même si on ne pouvait pas dire que le Dragon des Mers n'était pas vraiment admirateur du Chrysaor, il ne pouvait s'empêcher de sentir de la tristesse et un peu de peine pour lui.

Mais ce n'était certainement pas la manière dont un Général devait se comporter. Haiken allait lui faire comprendre. Il ne savait pas pourquoi il se sentait pousser à faire quelque chose pour lui, mais il le ferait, à sa manière, ce qui pouvait être dangereux, mais il ferait quelque chose. Il s'approcha d'Arjuna pour mieux l'observer, avant de commencer à parler.

- Une ombre c'est le moins que l'on puisse dire!

Il croisa les bras et continua à parler.

- Alors tu as survécu, qui aurait pu le deviner. Et pourquoi t'être caché sous l'identité d'un autre? Honte? Remords? Qu'est ce que tu cherchais avec un tel acte? Revenir dans les rangs de Poséidon, en te rabaissant de la sorte? Je te croyais pas si pathétique!

Il avait été dur, mais il le devait pour le moment. Il voulait voir quelles étaient vraiment ses intentions, si c'était le remord de ne pas avoir pu protéger ses hommes qui le rongeait, si c'était sa dévotion à Poséidon qu'il l'avait poussé à ça ou bien simplement l'envie de se cacher par honte, n'ayant pas le courage d'admettre ses propres échecs. À partir de ces informations, Haiken saurait comment agir, afin que cet homme puisse refaire surface.
Revenir en haut Aller en bas
Khayr Ab'In


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 435
Armure : Nager

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Sam 11 Aoû - 18:40

Ainsi était Haiken du Dragon des Mers. A l'image du Roi des Serpents aquatique, il imposait plus qu'il ne suscitait le respect. Son tempérament hargneux et colérique en faisait un allié chaotique sur lequel on pouvait compter, mais sans réellement savoir de quelle manière.
Ce jour là encore, il ne fit pas mine de prendre des gants, il n'enroba pas ses mots de douces formules apaisantes. Pourtant, je cru lire dans ses yeux une forme de ce que je pense être de la compassion. Oui il est assez difficile d'imaginer un tel homme puisse en faire preuve, mais essayez de faire croire à mes disciples que Jadis je pouvais trembler de doute... Mais je m'éloigne.

Je faisais donc toujours face à celui qui fut, et qui le redevint par la suite, mon égal. Je ne prêta nulle attention à ses propos railleurs, mais ses questions ne permettaient aucune esquive. Qu'importe, j'avais déjà dans l'intention d'éclaircir mon cas. J'avais toujours fait montre de suspicion à l'égard de certains de mes frères d'arme, naturellement, j'ai toujours eut du mal à accorder trop aisément ma fratrie. Et quelque part, Haiken partageait avec moi ce trait de caractère.
Pourtant nos opinions, quoi que nous en ayons pensés, ne comptaient pas, et nous aurions à combattre ensemble plus tôt encore que je ne l'eus pensé. Il était donc de mon devoir de tendre une main pour les combats à venir. Peut-être ne s'en est-il jamais rendu compte, mais je n'avais plus honte. La confusion avait quitté mon esprit et mes pensées s'éclaircissaient d'elles-mêmes. Et c'est d'un ton calme et apaisé que je pris la parole.


- En vérité, Dragon, mes blessures ne se sont remises que peu de temps avant notre dernière rencontre.

L'image du Kraken et du corps d'emprunt de Poséidon gisant sur le sol de l'île de Circé me revint en mémoire, et étrangement, je revoyais mon Impératrice, prenant l'écaille de Chrysaor pour la laisser se reposer.


- Comme tu l'as entendu, l'écaille de Chrysaor est détruite. Difficile de revenir combattre après cela, mais il me fut accordé le droit de porter une autre écaille, et c'est de part sa volonté que l'écaille du Djinn Marin a logiquement été choisie.

Je marquais une courte pause, suffisante pour reprendre mon souffle et commencer de marcher, fixant un point invisible vers le lointain.


- Ma nouvelle mission est de veiller sur le Pilier Indien, ainsi que de donner un bras à l'épée d'Or. J'ai utilisé un autre nom c'est vrai, car ce jour là Arjuna est mort pour voir naître Krishna. Le Capitaine du Djinn Marin. Je tournais à nouveau le regard en direction du Général. Mon devoir passe en premier, quel que soit mon nom, ou mon rang. Et en toute franchise, j'admets qu'il ne m'est pas indifférent de savoir que mon devoir me menera à celui qui responsable de leurs morts.

Mon doigt ne pointait aucune direction, pourtant il restait aisé pour tout un chacun ou se dirigeait mon attention. Mais Haiken devait se faire une opinion, bonne ou mauvaise, cela faisait peut-être partie d'un entrainement quand j'y pense, ou seulement les rouages du destins s'activaient avec passion. Mais cette simple discutions me transforma. Pas en quelqu'un d'autre, non, au contraire, je pu redevenir celui que j'avais été. L'espace d'une seconde, la pensé me traversa, et une partie de mon essence menaça d'exploser en moi, puis, plus rien, de nouveau Haiken et son regard Inquisitoire.
Allait-il encore une fois se moquer ou tenter de me rabaisser ? Je n'en avais cure, je n'étais qu'un soldat au Service de Poséidon, un exécuteur de la volonté divine et les mots de mes seigneurs n'étaient jamais moins que des ordres, tout comme aujourd'hui d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   Lun 27 Aoû - 11:50

L'Écaille de Chrysaor était donc détruite et c'est pour cela que Arjuna portait dorénavant une Écaille d'un niveau inférieur. Haiken aurait préféré entendre une excuse plus forte et viable. Mais soit, il ne ferait pas de commentaires sur cette décision, il savait seulement que si une chose pareille lui arrivait, il aurait refuser dans la seconde.

Ce n'était pas vraiment la question du grade qui le préoccupait. Après tout il avait été désigné Général en Chef des Armées de Poséidon mais ne prêtait que très peu d'importance à ce titre qui lui était complètement indifférent. Néanmoins, il ne pourrait accepter de se voir rétrograder ainsi de la sorte, comme un vulgaire pion qui ne sert plus à rien. Peut-être que les conditions dans laquelle Arjuna s'était retrouvé avec l'Écaille du Djinn Marin avait été différente, mais même ainsi, rien n'expliquait la honte que le jeune homme ressentait d'être revenu sans son titre de Général. Sinon, pourquoi ce serait-il donner autant de mal pour cacher son identité à Haiken, alors que l'évidence sautait aux yeux.

- On t'a accordé une nouvelle Écaille, mais dépossédé de ton titre! Tu m'excuseras mais je n'aurais jamais accepté cela. Mais soit, je vais mettre ça sur le compte de ton envie de venger tes hommes et comme tu l'as dit, nous retrouverons le responsable dans quelques années.

Il marqua un temps d'arrêt, puis reprit.

- Cependant, tâches de retrouver ton Écaille au plus vite. Je n'ai pas confiance en Krishna du Djinn Marin, par contre pour ce qui est de la loyauté de Arjuna du Chrysaor envers Poséidon, il n'y a aucun doute à avoir. Alors répare cette Écaille et reprend ton rôle de Général.

Il lui tourna le dos, faisant mine de partir. Pour lui la conversation était terminé. Il laisserait Arjuna se recueillir un peu plus longtemps sur la tombe de ses hommes. Néanmoins, il laissa encore quelques paroles à son compagnon d'armes.

- Néanmoins, t'y arriveras jamais avec toute la culpabilité que tu portes sur ton dos. Dis-toi bien que chaque Marina sait très bien que le jour d'aujourd'hui peut être son dernier. Tu n'es pas responsable de leurs morts et si tu veux vraiment respecter leurs sacrifices alors tu dois te battre pour honorer leurs mémoires. Je suis sûr que c'est ce qu'ils voudraient. Voir leur chef sombrer ainsi dans le désespoir et la culpabilité doit les faire souffrir plus que tout dans l'au-delà. Et quand je parle de souffrance je sais de quoi je parle.

Il parti finalement, faisant un geste de salue de la main, non sans avant envoyer une dernière provocation à Arjuna. Haiken était comme il est, rien n'y personne ne pourrait le changer. Enfin peut-être qu'une personne pourrait y arriver, qui sait, les miracles se produisent parfois.

- Si t'as pas ton Écaille de Chrysaor au moment de l'assaut je te laisse même pas participer au combat. Pas besoin d'un boulet qui est même pas capable de redevenir Général. Et je plaisante pas, mes ordres sont ceux de Poséidon, à ce qui parait!

Il éclata de rire puis partit, laissant Arjuna seul. Haiken espérait qu'il comprenne qu'il n'était pas responsable de la mort de ses hommes. Il est impossible de vaincre un adversaire en tentant de protéger son entourage. Ses hommes étaient morts car leur adversaire était trop puissant. Tout ce qu'il pouvait faire c'était redevenir qui il était auparavant et se battre pour eux, vaincre pour eux et surtout, vivre pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1748] Aux Frontières de l'Atlantique Nord [Arjuna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-