RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Mer 1 Aoû - 20:31

Près de trois ans, déjà… trois ans que le spectre de l’Ogre avait trouvé un hôte en la personne de Krauser.
Satisfait ? Oui, il l’était. La puissance dont il disposait maintenant était phénoménale, et son adhésion aux enfers lui avait enfin redonné une raison de vivre…
Mais comme toujours en ce bas monde, il y avait un revers à la médaille. L’ogre était puissant, cela va sans dire ; mais le problème… était qu’il portait bien son nom. Que Krauser se risque à jeûner pendant plus d’une journée, et… c’est la mort assurée !
Ce fait s’explique par un cours de biologie élémentaire : le fait est que la physiologie de Krauser s’était nettement accélérée avec son assimilation du spectre… les échanges se faisaient plus vite, assurant à son organisme un fonctionnement optimal. Mais les nutriments étaient consommés trente à quarante fois plus vite!

Une fois ce principe assimilé, inutile de préciser que le spectre de l’Ogre devait se nourrir en permanence. Mais cela posait problème ; il est impensable pour un guerrier de combattre et mener ses missions, chargé de sacs de vivres.
Depuis trois ans, Krauser avait surpassé ce désagrément. Il s’arrangeait constamment pour rester à proximité d’un village, chassait, voire dans le pire des cas, supportait durant quelques heures les méfaits du sevrage. Mais cette situation ne pouvait durer éternellement. Les temps étaient calmes ; mais à la prochaine guerre sainte, il n’en serait pas de même…

En clair, il fallait trouver une solution à ce problème. Mais quoi ? Hors de question d’embaucher un valet, et encore moins de se mettre à l’agriculture. Krauser ne savait plus comment faire… Jusqu’au jour ou, intrigué, il avait demandé au tenancier d’une auberge ce que signifiait le nom de son établissement. Il lui avait alors parlé d’une vieille légende, dans laquelle Zeus avait cassé la corne d’une chèvre, qui lui avait donné son enfant pour se faire pardonner et… enfin, une bien belle légende. Le nom de l’auberge était : « La Corne d’Abondance ».
Le cœur rempli d’espoir à l’idée qu’un tel artefact puisse exister, Krauser effectua quelques recherches plus approfondies. Il apprit que l’objet existait bel et bien, mais qu’il avait été perdu depuis plusieurs siècles. Un vieil alchimiste des bas-fonds de Paris lui raconta que c’est Jules César en personne qui, le dernier, avait eu la corne en main de façon officielle. Puis l’objet avait été laissé aux mains des barbares lors de la chute de l’empire romain, et les derniers parchemins relatant son existence racontent que les Normands, également appelés Vikings, s’en étaient emparés.

Les normands… cette civilisation guerrière, éteinte depuis longtemps… Si un objet aussi fantastique que la Corne d’Abondance avait été entre leurs mains, des documents antiques en relateraient forcément la présence.

Chargé d’espoirs et d’informations, Krauser se rendit aussitôt en Scandinavie. Aussitôt car, comme chacun le sait, les spectres se déplacent à une vitesse quasi-cosmique… Pour preuve : il avait traversé l’océan indien avec un de ses camarades sur le dos, en seulement quelques brasses. Il en avait d’ailleurs profité pour goûter au gibier marin de la région, mais ça, c’est une autre histoire….

En un clin d’œil, l’Ogre fut donc sur les côtes de Norvège, dans un petit village au Nord d’Oslo. Là, il fut en proie à un dilemme. Une part de son esprit, réfléchissant sur le long terme (car oui, Krauser est un peu brutal, mais n’en est pas moins doué de bon sens !!!), lui disait de partir le plus vite possible en quête de l’objet ; mais l’autre part, davantage guidée par son corps, le suppliait de se rassasier avant toute chose. Finalement cette idée le séduit, et son esprit s’y rangea… son estomac n’eut d’ailleurs pas à beaucoup insister.

Ne vendons pas la peau de l’ours avant de décorner les bœufs ! Pensa-t-il. Je ne suis pas sur de trouver la corne ; et de toutes façons, je n’irai pas loin le ventre vide.

Il lui sembla alors que son estomac lui avait répondu, mais cela était sans doute dû aux bruits d’hippopotame constipé qui en émanaient (Bien qu’à l’époque, les hippopotames étaient encore peu connus… c’est dire s’il faisait du bruit !).

Le spectre de l’Ogre se débarrassa alors de son surplis, et se mit en quête d’une auberge pour se rassasier, et se préparer pour son épopée. Il n’eut pas à chercher longtemps : une douce odeur de cuisine ressortait nettement sur l’atmosphère stérile et froide qui régnait dans ce pays nordique. Krauser n’eut qu’à suivre son nez qui, contrairement à son système digestif, ne lui faisait jamais défaut.
Il se trouva devant une petite échoppe aux vitres embrumées de condensation. Il faisait chaud, là-dedans… et même si Krauser était un grand adepte des basses températures, un peu de régularité ne lui ferait pas de mal. Il passa la porte, non sans mal du haut de ses deux mètres trente et épais de ses deux cent cinquante kilos de muscles. Il s’installa à une table, posa son sac et commanda une demi-douzaine de canards rôtis, deux jambons et un tonnelet d’alcool local. L’aubergiste le fixa un instant, interloqué, puis s’engouffra dans sa cuisine.
En attendant, l’Ogre potassa un vieux document qu’il avait…heu… emprunté à la bibliothèque de Paris. Il s’agissait d’une reproduction conforme d’un antique parchemin nordique, sur lequel il était question d’un objet fantastique qui avait stoppé la famine dans le royaume d’Odin. Les quelques illustrations montraient un objet conique, duquel sortaient fruits et fleurs à l’infini.
Il s’agissait pour Krauser de comprendre le reste du texte, qui était plus qu’étrange… Il semblait indiquer ou se trouvait la corne, mais sous forme d’énigme. Et ça, c’est précisément ce qui faisait défaut au spectre. Non qu’il soit bête, mais disons… qu’il aurait préféré que le texte soit plus clair.

« Par-delà les terres gelées,
Se dressent des arbres de givre.
Si à leurs lames vous échappez,
Votre quête pourrez poursuivre.

A la gueule du monstre des neiges,
Des crocs tombants éviterez.
Si vos souffrances il n’abrège,
Dans sa gorge pourrez entrer.

Quelques vampires, affronterez
Ou prendre la corne vous ne pourrez.
Sur un autel d’argent plaqué,
Un beau trésor vous trouverez.

Mais si ce texte, ne comprenez,
Vous égarerez dès le début.
Des terres gelées, ne reviendrez,
Et pourrez dire : je l’ai dans le c@$ »

Oui, la dernière strophe, même Krauser n’eut pas de mal à la comprendre. Mais restait les trois autres… sans conteste les plus importantes.

Qu’est-ce que c’est que cette manie de tout écrire en poème ? Ils n’auraient pas pu mettre des dessins, comme tout le monde ?

L’ogre reposa le document, et se laissa aller sur son siège. Il aurait bien besoin d’un coup de main…

Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Jeu 2 Aoû - 0:21

C'est fou comme les vieilles habitudes vous rattrapent. Le soleil n'était pas encore levé que déjà Dormin s'éveillait. Ses paupières étaient encore lourdes et il dû se forcer pour émerger pleinement. Les draps encore chauds autour de son corps l'invitaient à prolonger son repos dans ce grand lit double. Il restait soigneusement le plus près du bord possible afin de ne pas empiéter sur le territoire de son colocataire. Dans son dos, la joli tête blonde de l'ex-poisson était encore assoupie. Dormin faisait bien attention à ne pas établir de contact gênant entre eux, mais le partage de la même chambre était apparu comme une nécessité. Il fallait éviter d'ébruiter l'affaire et Dormin pouvait donc rester à l'entière disposition d'Adrix si il avait besoin de la moindre chose. Il mettait un point d'honneur à remplir son devoir paternel et ce par ses propres moyens. Le gold saint voulait éviter de mêler trop de monde à cette histoire. Il avait d'ailleurs vu les besoins d'Adrix grandir avec le temps qui passait... Il se souvenait une terrible fringale nocturne à son temple où le blondinet avait vidé l'équivalent d'une semaine de courses en un encas! Les effets de son état improbable commençait à prendre des proportions dramatiques. Et demander de choisir entre le bien de son ... peuple? Et celui de sa... femme? Etait atroce. Il devait faire quelque chose!

Il s'était habitué à se caler au bord du lit pour laisser presque tout le lit au jeune homme prisonnier de son corps de femme enceinte. Ses bras crispés sur le matelas en début de nuit. Il ne bougeait pas dans son sommeil, chose fort pratique. Doucement, il se leva presqu'à contrecoeur de la couche, tirant à peine les draps avec lui. Il s'assit au bord du lit et se frotta le visage pour se donner du courage. Il faisait encore nuit dehors et c'est un pâle rayon de lune qui éclairait la pièce. Il regarda par dessus son épaule. Pas de signe de réveil. Le rouquin se leva lentement, tâchant de ne pas faire bouger le matelas et se dirigea vers un endroit où il avait préparé ses affaires du lendemain. Il fit un brin de toilette et s'habilla. Il tira ensuite un imposant sac de voyage et enfila sa cape et ses chaussures. Ce matin il partait pour une balade au nord. Il n'avait prévenu personne, ce ne serait pas long... Pas besoin d'embêter ses proches, surtout que c'était pour préparer une belle surprise. Il n'avait que donner ses directives quant au bien être d'Adrix à quelques personnes de confiance qui prendraient soin de lui durant son absence.

Il était anxieux, il espérait que tout irait bien. Allons allons, il faisait juste l’aller retour. Il serait sans doute revenu pour le dîner. L'avantage d'être un gold saint parait-il. Il soupira pourtant en posant son regard sur le dieu de l’irréel assoupi. Alors qu'il allait quitter la pièce, il s'approcha à nouveau du lit et se pencha sur son ami, l'observant dormir un instant avant de venir déposer un baiser sur son front.

    "Dors bien, je ne serai pas long. Portez vous bien, tous les trois."


Il se redressa en souriant d'un air bienveillant et passa la porte , refermant derrière lui pour ne pas laisser la lumière éclairer la pièce trop longtemps et ne pas troubler les rares instants de repos de son camarade. C'est ainsi que Dormin quitta son chateau pour suivre les indications donnée par ses proches. Aujourd'hui il partait en quête de la corne d'abondance...

Le chemin fut long... Mais pas tant pour un chevalier d'or se déplaçant à la vitesse de la lumière. De plus il n'avait pas pris sa gold cloth cette fois, voyant incognito pour une fois. C'était la première fois qu'il quittait son protégé depuis son arrivée au sanctuaire. Peut-être 3 semaines à présent? Il avait cependant besoin d'une pause... Continuer en vitesse lumière si près du territoire des Ases n'était pas conseillé. Il repéra une auberge au nom cocasse puisqu'il s'agissait de celui de la relique convoité par notre rouquin. Tiens tiens! C'était une sacrée coïncidence! Peut-être y trouverait-il quelques informations. Il entra dans l'établissement et se commanda une bolée de cidre. Le patron le regarda bizarrement et Dormin ne releva pas. Oui il buvait comme une femme! Et alors? Il embarqua son pichet et son verre et chercha où s'assoir. C'est alors qu'il le vit. Un véritable colosse aux cheveux bleus était assis seul. Toutes les autres tables étaient bondées, son aspect devait effrayer d'éventuels gêneurs. Qu'à cela ne tienne, ça ne faisait pas peur à Dormin qui vint s'installer face au géant. Ce dernier ne sembla même pas le capter. Le rouquin se surprit à sourire. Ce grand garçon ressemblait à un enfant aux prises avec un rébus, concentré au point de ne plus faire attention au reste. Il nota pourtant ses paroles alors que lui même lisait le texte à l'envers se fichant de la pudeur pour une fois.

    "S'ils avaient illustré ce texte, cela aurait brimé notre imagination. Pour ce qui est des vers, j'en connais un rayon à force qu'un de mes amis nous casse les oreilles avec chaque jour que les dieux faisaient."


Répondit-il du tac au tac. Il leva la main et pointa de son index les différents paragraphe à mesure qu'il en expliquait le sens.

    "C'est pourtant clair! Regarde, ça dit qu'il faut passer une forêt gelée, traverser une caverne infestée de bestioles assoiffées de sang et de s'emparer du trésor. C'est simple comme bonjour, non? Bon c'est sûr c'est plus joli sur le papier que dans les faits. Oh pardon, j'ai oublié de me présenter, je m'appelle Dormin, et toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Jeu 2 Aoû - 12:27

Qu’est-ce que ?

Etait-ce parce que son esprit était occupé, ou à cause de l’infinie discrétion du nouvel arrivant ? En tous cas, quelqu’un venait de s’installer en face de Krauser sans qu’il ne le remarque. Il semblait vouloir l’aider.
L’ogre le dévisagea pendant qu’il traduisait son parchemin. Un jeune homme souriant de bonne stature, aux cheveux roux, presque vermillon, et aux yeux d’un vert émeraude qui aurait fait pâlir les plus vertes prairies.

Allons donc ! Voilà que je me mets à la poésie, maintenant…

Krauser eut un sourire en coin. D’ordinaire, il n’aimait pas le compagnie des Hommes… mais celui-ci semblait différent, très à l’aise et, surtout, étonnamment sympathique.

Tu as l’air d’en connaître un rayon sur ce genre d’antiquités, dis-moi. Je m’appelle Krauser. Je suis à la recherche de la … hem… de ce trésor pour une raison… une raison vitale. Je vois que tu as l’air de t’y intéresser, toi aussi…

Krauser ne voulait ni révéler de quel « trésor » il s’agissait, ni risquer de le perdre en en laissant l’accès à un autre. Mais si ce Dormin avait quelque chose d’utile à lui apprendre, il ne voulait pas passer à côté. Et puis s’il venait à convoiter la corne, le spectre n’aurait aucun mal à régler ce problème....

D’ordinaire, je voyage en solitaire. Mais si la chasse au trésor t’intéresse, je ne serai pas contre un petit coup de main.

Ce que Krauser n’osait pas admettre, c’est que la force brute ne serait certainement pas la clé du succès pour cette quête. Il aurait bien besoin de quelqu’un d’un peu plus réfléchi pour se charger des détails théoriques… car il semblerait que les nordiques aient un certain goût pour les énigmes.

Tandis qu’il parlait, l’aubergiste avait apporté à leur table ce que Krauser avait commandé. Voyant qu’il n’était plus seul, il demanda s’il devait ajouter quelque chose ; ce à quoi l’Ogre répondit qu’il y en aurait bien assez pour deux.

Sers-toi, c’est moi qui régale.

Comme d’habitude, les yeux de Krauser furent plus gros que son ventre. Il s’empara immédiatement du jambon, laissant la volaille à son invité… et aussi pour plus tard.

Spoiler:
 

Il mordit à pleines dents dans la pièce de viande, une fois, deux fois, trois fois…

AÏE !!!

Mais pas quatre. Les scandinaves n’étant visiblement pas des professionnels de la chasse, un plomb de fusil avait été oublié dans la jambe du pauvre cochon, qui était manifestement un sanglier. Sans quoi il aurait été égorgé… et difficile d’oublier un couteau dans une carcasse !
Mais quelle que soit l’espèce de l’animal, le petit bout de métal dur et traître venait de surprendre la mâchoire de l’Ogre qui, pour la première fois, venait de lui faire défaut.
Un rapide coup de doigt dans sa bouche, et l’Ogre se rendit compte avec douleur et désespoir que l’une de ses molaires avait été brisée en deux.

Fou de rage, il recracha le plomb avec une telle force, qu’il partit éclater l’assiette devant lui, et s’enfonça dans l’épaisse table de sapin.

La priorité du moment n’était plus la corne. Krauser s’avança à grands pas vers l’aubergiste, qu’il souleva du sol aussi facilement qu’une poupée de chiffon.

Qu’est-ce que c’est que ce travail? Vous croyez que c’est comme ça que l’on prépare la viande ? Escroc ! Assassin ! Je vais vous montrer ce qu’il en coûte de me casser une dent !

Le pauvre homme ne savait plus quoi penser. A vrai dire, au vu de son expression terrorisée, il ne devait pas penser à grand-chose.
L’ogre leva le poing, et s’apprêta à frapper.


(HRP: et un easter egg, un!!! ^^ je te laisse le soin de m'empêcher de commettre un homicide, ainsi que de soigner mes ratounes. Tu peux y aller: à ce stade, je ne suis pas encore capable de ressentir parfaitement le cosmos... tant que ce n'est pas un galactic explosion, bien entendu xp )
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Jeu 2 Aoû - 16:27

Ah! Visiblement il avait mis ce curieux monsieur à l'aise. C'était une bonne chose. Comme quoi même un colosse effrayant pouvait être sympathique. Bizarrement... ou pas, Dormin s'était toujours senti à l'aise à côté des grands hommes. Peut-être son côté féminin qui parlait en l’occurrence. Mais il prenait soin de faire taire cette petite voix en lui. S'ils avaient été deux comme dans l'esprit de son meilleur ami, le Dormin au masculin aurait totalement étouffé sa soeur qui aurait été gardé cachée dans un coin de son esprit. Toujours est-il que l'hermaphrodite se sentait à l'aise à son tour. Il lui rendit son sourire avant de lui répondre.

    "Enchanté, Krauser. Oh je ne sais pas si je suis un spécialiste, mais j'ai eu l'avantage de viv... voir certaines de ces merveilles de mon vivant. Mais tu as raison sur un point..."


Il but une gorgée de son cidre doux, portant son verre à ses lèvres et reposant ensuite ce dernier sur le bois de la table recouverte de poussière. Dormin se lècha les lèvres du bout de la langue d'un geste naturel. Cela faisait trop longtemps qu'il ne s'était accordé un petit plaisir pour en gaspiller une goutte. Il reposa son regard émeraude sur le géant avec un sourire plus franc.

    "Je suis en effet à la recherche de cet artefact ci... Et j'en ai besoin de toute urgence pour les mois à venir. Un trimestre environ. Par contre après, elle ne me sera plus d'aucune utilité... Mais si je repars sans... "


Son visage s'assombrit soudain alors qu'il détournait le regard. Il doutait d'être humainement capable de combler tous les besoins grandissant du dieu de l'iréel. Que se passerait-il s'il ne lui fournissait pas de quoi se nourrir assez? Mourrait-il de faim? Ou les petits n'arrivaient-ils pas à terme? Il se pinça la lèvre, inquiet. Il se sentait pris au piège, la corde au cou comme un vulgaire rat.

    "Je ne préfère pas y songer... "


Il rebut une seconde gorgée, plus grosse cette fois et déglutit avec un peu moins de retenue. Le patron arriva ensuite avec des plats si copieux que Dormin en fut choqué. Le gant attendait-il des convives?! Mais au vue de son attitude, il semblait que non. Il l'invita même à petit déjeuner. Car oui, rappelons le, nous étions encore tôt le matin! Quoi que pas dans cette partie du monde, il y avait un décalage. Dormin haussa les épaules. Il commanda un plat qu'il ne connaissait pas et qui était indiqué sur la carte, une choucroute. Il aurait besoin d'un copieux repas pour attaquer le froid au dehors. En face de lui, son camarade avalait avec un appétit d'ogre tout ce qui lui tombait sous la patte, c'est à se demander s'il n'allait pas manger les meubles ensuite. Dormin eut un petit rire nerveux.

    "C'est marrant, on s'croirait à la maison, tiens."


Il attendit que son propre plat n'arrive et découvrit un assortiment de charcuterie, des saucisses, du lard fumé, du jambonneau et une saucisse de morteau accompagnés de pommes de terre vapeur et de choux blanc. Très bien, goutons ça! C'est avec grande surprise que Dormin découvrir les saveurs diverses de ce repas et qu'il apprécia. C'était un véritable régal. Il termina vite son assiette qui était moins copieuse que le banquet que s'offrait son partenaire. Il appréciait le chaud dans son ventre et somnolait légèrement, se reposant durant ce début de digestion après avoir traversé une partie du globe en moins de temps qu'il n'en faut, jusqu'à ce que...

AIE!!

Le cri fit sursauter le rouquin qui manqua de passer par dessus son banc et de se retrouver à terre. Il se rattrapa de justesse et lança un regard surpris à ce grand gaillard gesticulant de douleur en face de lui. Ce dernier enfourna son doigt dans bouche. Un léger filet de sang s'accrocha à l'index lorsqu'il le retira. Dormin s'écarta d'un bond alors que le colosse se levait pour se jeter sur le patron et le menacer. Il le souleva de terre avec une facilité déconcertante! Remarque pour un homme de sa carrure... Il leva le poing, il fallait faire quelque chose. Cet humain ne survivrait pas à cette opération chirurgicale d'une rare violencce et le résultat ne serait pas beau à voir.

Prenant le pauvre aubergiste en pitié, Dormin se leva avec la vivacité qui lui était propre et se retrouva en un clin d'oeil aux côtés de l'ogre, posant sa main avec douceur sur son point. Il libéra une infime partie de son cosmos... Apaisant, doux et chaud... Comme une aprés midi d'été par temps orageux. Cet instant avant que la tempête n'éclate, excitant, l'air chargé d’électricité et les premières gouttes de pluie heurtant le sol chaud, faisant remonter toutes sortes d'odeurs agréable aux sinus. Plus loin l'air iodé de la mer et celle de l'herbe fraichement coupée... Avec ceci, cette sensation de bien être, un peu lorsqu'une mère enlace son enfant... Le cosmos de Dormin faisait remonter les bons sentiments des gens à la surface, il avait un effet d'aromathérapie. Il laissa glisser sa main le long des doigts de l'ogre avec autant de délicatesse et d'agilité que possible, tendant le bras pour venir à sa hauteur.

    "Allons allons. Ce pauvre homme n'y est pour rien, se sont les chasseurs qui sont à blâmer, ou mieux, ce fichu plombs de mauvaise facture. Refaire le portrait de cet homme ne changera rien à votre état mon ami. Et je suis certains qu'après cet incident, ce charmant monsieur sera heureux de nous offrir le gite et le couvert aussi longtemps qu'il nous plaira. De plus, il fera attention ce coup ci de bien retirer les impureté de ses plats, n'est-ce pas?"


L'aubergiste secoua frénétiquement la tête, signifiant qu'il était d'accord. Ce mortel était livré à une panique sans nom! Nulle doute qu'il n'avait grandement hésité sur sa réponse.

    "Merveilleux, il est d'accord! Maintenant, si nous laissions ce pauvre bougre nous mitonner des petits plats et nous réserver ses meilleures chambres? Hein? Pour ce qui vous concerne, il y a plus urgent, à savoir soigner cette pauvre dent. Allons à l'extérieur chercher un peu de frais, il aidera à anesthésier cette vilaine douleur. Je vais voir ce que je peux faire. J'ai longtemps été guérisseur, là où j’œuvrais dans ma jeunesse."


Et sur ces mots, il tira l'ogre avec une force insoupçonnée en arrière pour l'entrainer vers la sortie, jetant un regard empli de malice à l'aubergiste, l'invitant à s’exécuter au plus vite. Voilà qui ressemblait d'avantage à Dormin lorsqu'il œuvrait en freelance, ce qu'il était autrefois étant enfant. Il n'agissait cependant plus comme ça qu'en cas de réelle nécessité. Il poussa la porte, entrainant l'ogre derrière lui et l'invita à s'assoir sur un banc dehors. Il leva le bras et décrocha une stalactite qui pendait à un arbre, délaissant celles du toit sûrement impures.

    "Ici nous serons à l'abri du vent et au frais. Ouvre la bouche, s'il te plait que je jette un oeil."
Revenir en haut Aller en bas
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Jeu 2 Aoû - 17:36

Oh ?

Décidément cet homme avait le chic pour apparaître subreptice… suprebitc…. Surbeptic… Discrètement. Sans que Krauser ne perçoive aucun mouvement, il s’était placé à son côté, et avait doucement placé ses doigts sur son poing. La différence de taille entre les mains du jeune homme et les siennes, frappa d’ailleurs Krauser. Il était certes disproportionné physiologiquement, mais à ce point… Sa façon de se comporter, elle aussi, était étrange. Ses gestes tout en douceur, sa façon plus que raffinée de boire, sa voix… apaisante… Ou alors, Krauser n’avait jusque-là connu que des rustres.

Toujours est-il qu’à cet instant, une sensation de calme et d’apaisement l’avait gagné. S’il avait été un peu moins tôt, il se serait sans doute endormi sur place. Il lâcha l’aubergiste, et reprit ses esprits, la colère en moins.
Dormin ayant négocié sa survie contre quelques services de sa part, l’Ogre ajouta :

Je veux, qu’il nous hébergera à l’œil ! Il n’espérait tout de même pas me faire payer ce plat ?

Mais, avant d’avoir pu ajouter quelques politesses à son égard, Krauser se sentit tiré en arrière. Par Dormin ! Qui aurait cru qu’il aurait assez de force pour surprendre le géant, finaud comme il l’était ? Il était décidément surprenant.

Guérisseur ? Hélà! Pas de fantaisie! Je ne suis pas adepte de ce genre de… AÏE!!!

De toute évidence, il valait mieux qu’il évite de parler… Et de toutes façons, au point ou il en était, il ne risquait pas grand-chose à le laisser examiner sa dent.
Il sortit derrière Dormin, le froid extérieur le piquant un instant. Mais bien vite, il s’accoutuma à la température, ayant pour particularité de préférer cent fois un bon gel à un soleil de plomb.

Plomb… Raaaaaaaah !!!

D’accord, il y a des mots qui n’ont pas leur place en certaines circonstances. Mais comme l’avait prédit Dormin, le froid fit nettement s’atténuer la douleur ; ce qui n’était pas pour déplaire à l’Ogre.
Une fois installé sur un banc, il vit le jeune infirmier tendre le bras vers les branches gelées d’un arbre. Sceptique, il s’enquit :

Tu as des instruments, j’espère ?

Visiblement… non. Son docteur s’empara d’une pointe de glace pendant de l’arbre, puis il s’approcha, demandant à Krauser d’ouvrir la bouche.

Wow ! Wow! Qu’est-ce que tu vas faire de çaAAAAAAAARGH !!!!!!

Et le voilà avec une stalactite entre les molaires. Krauser ne savait pas ou Dormin avait eu son diplôme, certainement pas dans un établissement régulier… Mais maintenant que l’opération était commencée, il ne pouvait plus qu’aller jusqu’au bout !

Gnnnn… J’appréCHie ton geCHte, mais AÏE !!!... mais tu ne crois pas qu’il vaudrait mieux OUILLE !!! … il vaudrait mieux utiliJer des uCHtenCHiles appropriés ?

Plus que la douleur qui le tenaillait, c’est une certaine peur qui emplissait maintenant Krauser. Il pouvait encaisser quasiment tous les coups physiques, pouvait briser des rochers à mains nues, sans user de cosmos, et ne craignait rien d’autre que ses supérieurs… Mais sa mâchoire était son outil de travail, et constituait manifestement son seul point faible.
Revenir en haut Aller en bas
Dormin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 237
Armure : Jardinage, natation, cuisine, peinture, se faire des relations dans chaque camp, passer du temps en famille.

Feuille de Personnage :
HP:
120/150  (120/150)
CS:
160/170  (160/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Ven 3 Aoû - 19:19

    "Ssshhhh... Ne bouge pas..."


Dormin plongea son regard dans celui de l'ogre, à la fois déterminé et se voulant rassurant. S'il voulait que l'opération se déroule sans accroc, il allait devoir croire en lui et en ses capacités. Ce n'était pas la première fois que Dormin soignait quelqu'un, cependant, la dentition était une grande première.

    "Tu vas devoir me faire confiance Krauser. C'est soit je te soigne cette dent félée, soit elle va se mettre à pourrir et infecter ta bouche. L'infection pourrait s'étendre à d'autres organe, même jusqu'à ton coeur et ça te serait fatal, sans parler des désagréments et de la douleur qui te tenailleraient."


Il était conscient que son discours n'avait rien de rassurant, mais Krauser n'était pas un petit garçon, il devait comprendre que ce qui ne semblait pas être une blessure grave pouvait dégénérer et qu'il avait tout intérêt à le laisser opérer.

    "La glace que j'ai placé dans ta bouche est là pour anesthésier la douleur et écarter lèvres et gencive. Je vais te demander de pencher la tête sur le côté afin que tu ne t'étouffe pas avec le sang et ta salive. Quoi qu'il arrive ne me mords pas."


Il posa une main sur la tête de l'ogre, l'aidant à trouver un angle idéal pour ne pas perturber la vision du rouquin lorsqu'il s'improviserait dentiste. Il était nerveux mais l'hermaphrodite avait foi en ses propres capacités. Il pouvait le faire, il lui suffisait de trouver le moyen de maîtriser cette angoisse montante. Certains chantaient, d'autres comptaient, ou racontaient des histoires. Dormin, lui mettait simplement tout son coeur à l'ouvrage.

    "Ça va faire mal un instant, très court instant. Mais ce n'est qu'un mauvais moment à passer, tout ira bien."


Dormin laissa sa main diffuser un peu de son aura à même le crâne de l'ogre afin de l'anesthésier d'avantage que la glace et de l'aider à rester serein. Puis, il délaissa ce contact pour venir passer ses doux dans la bouche du géant. Il s'y était déjà entrainé, Dormin concentra l'énergie d'Excalibur dans son index qui allait l'aider à procéder à cette opération. Comme aider son comparse à se concentrer, le rouquin se mit à fredonner une petite balade, lui signifiant que tout se passait bien. Il était concentré, la dent était bien fêlée, aucune chance de guérison, le nerf à vif et à la merci du moindre coup ou attaque de bactérie. Il fallait faire vite.

    "Dans la montagne au couché du soleil...~"


Dormin observa les dents d'à côté et l'état de la gencive pour voir comment il pouvait retirer la dent sans abimer celles d'à côté. Il avait tout intérêt à enfoncer sa lame sur le flanc droit de la dent, vers l'extérieur.

    "... Les feuilles d'érable deviennent toutes vermeilles...~"


De toute façon, vue l'état de cette dent, il n'y avait plus grand chose à faire pour la réparer... pire il allait falloir songer à remplacer pour ne pas laisser la dentition incomplète. Les mâchoires de cet homme étaient impressionnantes. Dormin se surprit à se demander ce par quoi ce curieux personnage avait pu passer.

    "... zzzzzzZIIIIIH!...~"


Soudain, il enfonça ses doigts pour pincer la dent sans la casser d'avantage dans la gencive et tira d'un coup sec et vif pour ne pas faire souffrir l'ogre d'avantage. Avec une vitesse insoupçonnée, il appliqué un linge froid et humide dans le creux laissé par la dent avant que l'ogre n'ait refermé les mâchoires. Voilà qui devrait contenir hémorragie un temps et lui permettre de mordre dans quelque chose pour se défouler à cause du choc. Mais encore une fois, Dormin laissa son aura toucher l'ogre sans se dévoiler pleinement pour atténuer l'horrible douleur.

    "Garde le linge bien pressé dans le trou... Quand ça ira mieux, je t'invite à garder un peu d'alcool en bouche pour désinfecter et nettoyer la plaie. Je suis désolé de t'avoir fait mal."


Il posa la pauvre dent dans un mouchoir et se lava les mains dans la neige dont une certaine partie était à présent tâchée de sang. Sans plus pour autant.

    "Tu as une dentition impressionnante! A l'image du colosse que tu es! Il va falloir te falloir du repos ce soir, pas question d'aller te promener dans cet état. Il faudra aussi trouver de quoi remplacer cette dent."
Revenir en haut Aller en bas
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   Dim 5 Aoû - 22:06




Infection ? Fatal ? Douleur ?

Voilà un registre qui n’était pas pour rassurer Krauser… il leva un sourcil, les yeux écarquillés, sentant toujours le morceau de glace lui piquer la gencive.

Te mordre ? Je CHerais bien mal plaCHé… de toutes faCHons, la chair humaine a très mauvais goût.

Son médecin improvisé le prévint alors d’une possible douleur… et se mit à chanter. Intrigué, Krauser tenta d’apercevoir les étapes de l’opération, mais vit juste son comparse penché sur lui, semblant chercher quelque chose avec son doigt, dans la bouche de l’ogre.

Mais ? Ou CHOnt tes Joutils ? Tu ne… WAAAAAAH !!!!

Sans raison aucune, le jeune homme venait de produire un son strident, pareil à un essaim de guêpes enragées. Ce bruit vif et désagréable surprit Krauser autant qu’il l’effraya.

Voilà un bruit qui pourrait terroriser bien des générations…

Qu’est-CHe qui te prend? Je ne CHuis pas… WHRAAAAAAAAAAAAAH!!!!! !!!!

Cette fois plus que justifié, le hurlement de Krauser était du à une douleur inhumainement intense au plus profond de sa mâchoire. De toute évidence, l’opération était menée… Aussitôt, Dormin plaça un linge dans sa bouche, palpa légèrement la gencive, et la douleur s’estompa. Krauser attendit que le médecin improvisé ait retiré sa main, puis il s’empressa de fermer la mâchoire pour mordre le plus fort possible dans le linge. Il lui fallait passer sa douleur sur quelque chose, et autant que ça soit sur le défouloir prévu à cet effet.
Une fois sa tension dissipée, il se rendit compte que, mis à part le picotement dû à l’absence de sa dent, la terrible douleur qui le tenaillait peu avant avait disparu.

Je… non, merci à toi. Je ne sais pas comment j’aurais fait sans… sans tes talents.

Etrange ! La dernière fois qu’il s’était pris à apprécier un humain de cette façon, c’était lors de sa rencontre avec Kenshiro, qui s’était avéré être chevalier d’Athéna. Et si… ?
Non, il ne pouvait tout de même pas être poursuivi par le hasard au point que tous ceux qui seraient un jour ses ennemis croisent sa route, pour les meilleures des relations… Il préféra chasser cette idée de son esprit, et reprit son attitude désinvolte qui lui seyait si bien.
Dormin essuya dans la neige le sang qu’il avait sur les mains, et fit ses dernières recommandations à l’Ogre.

Du repos? Avec plaisir! Après ça, je n’ai ni l’envie ni l’intention de prendre la route avant un bon repas et une toute aussi bonne nuit de sommeil.

Sans plus attendre, l’Ogre se leva, s’étira un instant, et se dirigea à grands pas vers l’entrée de l’auberge. Il poussa la porte d’un coup sec, et lança :

Hé, l’aubergiste!!! J’espère que tu as prepare la suite, je n’ai pas pris mon dessert et les évènements m’ont mis en appétit!!!
Le tenancier, loin d’être à son aise, s’engouffra dans sa cuisine en lançant des promesses de faire au plus vite. Krauser se rassit à sa place, invitant Dormin à le rejoindre. Il palpa un instant sa joue gonflée par l’opération et le linge qui s’y trouvait, replaça celui-ci avec sa langue, et articula, non sans postilloner un tantinet :

Nous avons encore un moment avant la nuit… Profitons-en pour éclaircir quelques points sur la Corne, d’accord ? Tout ce que j’en sais est sur ce parchemin… Ah, si. J’ai entendu parler d’une forêt d’arbres de glace, pas loin au Nord d’ici. Si tu… euh… si on ne s’est pas trompés, ça sera notre prochaine destination. Mais est-ce que, pour ta part, tu connaîtrais quelque chose d’autre ?

Etrangement, Krauser ne ressentait plus la nécessité de cacher quoi que ce soit à Dormin. Il se sentait même prêt à partager la corne avec lui… enfin si cela avait été possible.
Mais comme il disait, ne remets pas à demain ce que le vent emportera, et… enfin bref, qui sait quelle tournure prendront les évènements d’ici là !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1750] Le retour de la Corne!!! [Krauser/Dormin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-