RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Une messagère chez les saints [Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Mar 4 Sep - 21:28

 Post Ellipse





Cela faisait donc 6 ans que Mélisandre avait obtenue le titre de messagère parmi les Marinas de Poséidon, mais c’est aujourd’hui que ce rôle prenait tout son sens. Alors que la marina ressentait beaucoup de mouvement au niveau des différent cosmos divin, elle avait été envoyée par Amphitrite pour discuter avec les Saints d’Athéna.

La maîtresse aux papillons n’avait jamais vraiment rencontré de saint, toutes ses rencontres avaient été très brèves et elle ne pouvait donc pas se faire une idée sur le peuple guerrière de la fille de Zeus. Et d’ailleurs il faudrait mettre de coté tout préjugé et même querelles qu’elle aurait pu avoir dans le passé avec les saints, tels étaient ses ordres…

D’un naturel plutôt colérique ce n’était là pas le meilleur point de Mélisandre que de se tenir et se taire a tout affront mais elle était avant tout une messagère en mission et les ordres passaient avant tout le reste. Aujourd’hui, elle serait Mélisandre Fitz-Empress, messagère au service de Dame Amphitrite, le papillon dormirait.

Réajustant un peu son masque d’or, la jeune femme arriva au sanctuaire, ici l’architecture était facilement reconnaissable a l’aide de toutes ces colonnades. Ce lieux avait vraiment l’air hors du temps tellement l’architecture était vieille mais les bâtiments n’était pour le moins abimé et la route était vraiment propre. Oui, Mélisandre avait l’impression d’être revenue bien des siècles plus tôt.

Voyant tout le sanctuaire s’étendre devant ses yeux, la dame aux papillons ne se voyait vraiment pas gravir tout les escaliers se présentant face a elle et elle se mit a esperer qu’Athéna se trouvait bien ici, il ne manquerait plus qu’elle ne soit pas présente au sanctuaire alors que Mélisandre aurait gravi la totalité des marches…

Avec la cape bordé d’hermine sur les épaules, Mélisandre avait tout les atouts d’une messagère et ne voyant pas de gens aux alentours elle propagea son cosmos au plus loin qu’elle pu pour montrer qu’elle était présente. Dans ce cosmos, aucune trace de méchanceté, non, c’était un peu comme ci elle avait brandi un drapeau blanc… Mais a l’aide du cosmos !

Se mettant en marche, elle ésperait pouvoir rencontrer un saint ou même Athéna qui sait car elle avait un message pour le peuple au douze chevalier d’or. Et d’ailleurs, Mélisandre ésperait profiter de ce passage dans ce lieu pour faire de nouvelle connaissance et pourquoi ne pas trouver un contact parmi les saints !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Sam 8 Sep - 20:22


:: Entrée en Matière :: Enchantée, Bienvenue et au plaisir. :.
.: Grèce, Sanctuaire d'Athena :: Première arrivée ::


La lumière était à la foi pâle et vive, digne déjà de celles d’Automne malgré la saison. En ce jour, la demoiselle du corbeau, Mauvais -cet ancien Saint du corbeau jadis nommé Dorian Swann, bannit dans un corps a l'effigie de son ancienne armure- sur l’épaule, s’avançait au devant de la montagne sainte sans une once d’hésitation. Pourtant, tout s’y serait prêté : elle portait sur son dos une armure qui avait disparue depuis plus d’un an, et marchait pour la première fois dans cette direction avec l’intention d’intégrer bel et bien les rangs de Pallas. Mais rien n’y faisait, c’était dans son caractère. Et puis, ca n’était pas la première fois qu’elle voyait ces lieux; s’ils lui avaient fait peur un jour peut être, ca n’était plus le cas à présent. Bien qu'elle n'ait vu ces temples que de loin, ils lui inspiraient déjà confiance.
Pourtant, dans cette lumière un peu spectrale qui ne laissait pas de place a l’heure, les édifices lui parurent bien plus grand et imposants qu’ils ne lui avaient jamais étés donnés à voir. L’occasion jouait elle finalement un peu, ou y avait il là quelques explications scientifiques ? Qu'importe, à vrai dire.

Deux sourires étaient nés petits a petits, bien que l'un fut peu reconnaissable par le commun des mortels. D’une part, il y avait la joie et la nostalgie de retrouver ces lieux dont il avait été banni des siècles au par avant, de l’autre, il y avait l’exaltation de faire face a ce qui était ni plus ni moins qu’une nouvelle vie. Dans tout les cas, les deux étaient plus qu’excités à l’idée des évènements qui allaient suivre, et ne pouvaient plus attendre.


Les lieux parurent dans un premier temps étrangement désert, alors même que peu de temps avant la jeune femme et son compagnon avaient pu sentir la présence de nombreux cosmos s’émouvoir. Désormais, il ne restait plus qu’un calme plat et… ho, une surprise. Mauvais et Elanore tournèrent la tête de concert, alors qu’une silhouette fine s’avançait avec solennité de l’entrée du sanctuaire et de ses innombrables marches.

La jeune femme n’était pas encore habituée aux auras de ses pairs et aux différentes saveurs du cosmos. Elle maitrisait assez parfaitement le sien, mais ne s’était jamais véritablement frottée à d’autres. Quand à celui du volatile sur son épaule, il était plus scellé qu'autre chose… Aussi n’identifiait elle pas bien les subtilités liées au différents Dieux Maitres, mais un vague pressentiment lui disait qu’il se dégageait de cette apparition quelque chose de différent de ce qu’elle avait pu ressentir dernièrement en demeurant dans les environs. Enfin. Cela changeait il grand-chose ?
Être prudente, ca n’était pas là son fort. Pleine d’assurance, Luxea réduisit la distance qui la séparait encore de son avenir. De toute façon, elle ne ressentait aucune animosité provenant de l’inconnue, alors à quoi bon se cacher ? Elle ne déploya pas son cosmos pour autant, et se contenta de rester entre deux, comme elle le faisait déjà par sa tenue : l’armure du corbeau était encore largement visible, mais partiellement dissimulée par les étoffes légères d’une robe d’un gris pâle comme le ciel. Son buste, ses seins et sa taille étaient ostensiblement enserrés par les pièces métalliques, et fières, ses ailes sombres pendaient a ses bras, mais ses jambes fines, et le bas de son corps, ainsi que la peau habituellement presque révélée par l’armure étaient dissimulés aux regards, prêtant a la jeune femme une apparence bien plus sage et innocente que d’usure. Son regard pourtant, bien que seulement profond et insondable aux yeux de qui ne savaient y lire, ne mentait pas.
La regardant droit dans les yeux, Luxea mit fin a son avancée lorsqu’elle ne fut plus qu’à quelques pas de l’inconnue.



Soudain, Mauvais pris son envol, pour se poser non loin de là sur l’une des hautes colonnes marquant l’entrée des lieux. Une aura bien plus puissante que celle de la femme masquée avait fait son entrée, et l’oiseau n’aurait pour rien au monde raté cet accueil.
    - Je me languissais de nos retrouvailles, Oh Reine Sage. Vous me voyez enchanté…

Et comme l’oiseau, simple corbeau d’apparence –si ce n’est qu’il souriait intérieurement de toutes ses dents, mais ça quiconque n’avait pas l’habitude ne le « voyait » pas- proférait ses paroles sur le plus mielleux des tons, il tandis son aile gauche en arrière pour désigner la jeune femme a l’armure Sainte qu’il avait choisit pour héritière.
Non, Dorian Swann ne haïssait pas la Déesse à laquelle il avait jadis fait allégeance, et qui par la suite maudit. Il avait eu le temps de se remettre de cela, dirons-nous. Mais quelque part, il demeurait un peu amer, et outre son inflexion naturelle pour « être insupportable » il avait opté pour une sorte de vengeance doucereuse, reposant sur le plaisir de voir sa petite Luxea réussir. Cette dernière s’inclina avec élégance, l’air innocent, les yeux clairs et le sourire pur.



Dernière édition par Luxea le Ven 21 Sep - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Lun 17 Sep - 11:28


=> Entrée du Sanctuaire [ Retour de l'enfant prodige]



    Le gardien, haut dans ce ciel dénué de nuages, passa devant le flamboyant soleil. Une ombre immense, ailée, une forme incongrue sur le sol en pierre se mouvant avec une grâce sans pareille aux pieds des deux jeunes femmes. L'une aux senteurs de la Mer, l'autre, une toute autre fragrance ô combien paradoxale. Intrigantes toutes deux. Non, en réalité il y avait une autre aura, invisible, amère, mais désireuse de la revoir. Mais avant qu'elle n'apparaisse à leur regard, le griffon d'or se posa avec majesté, prenant grand soin de replier ses superbes ailes avec une lenteur calculée, comme pour parader et démontrer qu'il était bien plus beau que cet oiseau au plumage sombre. D'ailleurs, il ne manqua pas d'essayer de le faire décoller de son perchoir avec force de coups de bec. Non, décidément, le volatile faisait pâle figure à côté de l'oiseau d'or. L'animal mythologique s'ébroua entre les deux personnages. Ces deux femmes au regard clair. Avant que sa tête d'aigle ne se tourne vers l'arcade qui symbolisait l'entrée du Sanctuaire d'Athéna.

    Toute auréolée d'or, l'apparition n'était résumée qu'à une fine silhouette élancée au port altier, et à la très longue chevelure carmine se découpant dans cette saisissante clarté. La divine Sagesse aux yeux pers apparaissait doucement, tout sourire. Ses lèvres vermeilles s'étirèrent davantage quand elle posa une main douce sur la tête de la bête d'Apollon. Son visage angélique, empreint d'une bienveillance sans retenue, était comme un masque de marbre : indéchiffrable, mais beau incontestablement. Athéna par trois fois, frappa le sol de son sceptre en guise de salutation. Le griffon s'allongea à ses pieds, et, avant toute chose, quand elle repéra le corbeau, la jeune femme l'invita à se percher sur sa main droite. Un échange de regard entendu et la Déité guerrière se tourna vers celle qui semblait être la nouvelle élue de l'armure des Corbeaux. Carcan maudit qui rappela de douloureux souvenirs à la Déesse Sage.

    « Bienvenues à vous deux jeunes femmes, Messagère d'Amphitrite, Sainte des Corbeaux...» -Athéna laissa sciemment sa phrase en suspend avant de reprendre- « Six années. Six longues années se sont écoulées depuis la dernière Guerre Sainte. Aujourd'hui que nous nous sommes totalement relevés, je suis heureuse de constater que d'autres viennent se mêler à notre liesse. Dame au Masque d'or, quelles nouvelles m'apportes-tu de tes pairs ? Je sens que le divin Poséidon ne va pas tarder à se réveiller ... »

    Cette fois-ci, ses mots moururent dans sa gorge. À peine eusse t-elle prononcé ces paroles qu'une altération dans le cours des choses et du cosmos fit vaciller toute la Trame. Sourcils froncés, Athéna chercha à savoir ce qu'il venait de se produire dans la conscience de son ancien ami Astre. Leurs esprits étroitement liés par un fils du Destin, venait d'être coupé par la main des Parques. Sur son faciès où elle avait placé un masque de stoïcisme, une lueur grave traversa ses prunelles légèrement arrondies par le choc de cette nouvelle. Cela ne dura que l'espace d'un instant mais clairement, elle avait senti se briser la vie. Apprendre ainsi le trépas du Prêtre de Poséidon, normalement nouveau réceptacle de l'ébranleur de la terre, l'avait figé, rendue absente. Ses yeux se posèrent sur Mélisandre. Avait-elle ressentie cela ? Alors qu'Astre rendait son dernier soupir à Jamir, loin de son royaume ? Une vague détresse put se lire, ombre fugace. Athéna resserra sa poigne sur son sceptre pour ne pas vaciller.

    « L'appel des Océans jeune Messagère. Le cours des choses a été altéré, votre Grand Prêtre est mort à l'instant où je vous parle. Tout se passe trop vite mais... je le sens, oui, mon Oncle se réveille.» -déclara t-elle dans un souffle tandis que ses yeux se perdaient dans le vague. Harukei, oui, elle ressentait cette vive émotion qu'il lui transmettait avec une force inouïe qu'elle encaissa sans broncher.

    « Des heures funestes vous attendent chère Messagère. Délivrez votre message sans plus tarder et répondez à la supplique des Mers. J'entends les vagues gémir la perte de leur Maîtresse... mais je ne distingue rien d'autre, tout est flou !»

    Athéna était préoccupée. Ne pas pouvoir projeter sa conscience plus loin encore l'inquiétait : c'était comme si elle se heurtait contre une barrière invisible érigée par les Trois Sœurs désireuses de lui voilé la sombre vérité. Cela en fin de compte, ne faisait que retarder l'échéance. Car d'un moment ou un autre, elle finirait par percer ce voile diaphane, pareil à un linceul.
    Résolue à en savoir davantage, Athéna était prête à se rendre sur les lieux. Elle tourna sa tête vers la nouvelle Sainte.

    « Il semblerait que l'ironie du sort nous ait fait nous rencontrer à un tel moment. Ainsi, soit, je te laisse libre de racheter les fautes de tes semblables. Et je parle de regagner l'honneur perdu des Corbeaux. Armure maudite, mais je descelle en toi, autre chose. Prouve moi que je ne me trompe pas jeune fille, tu remplaceras Asmita de la Vierge à son poste de Gardien des remparts. Tu veilleras à ce que personne n'entre dans le Sanctuaire. Je compte sur ton œil vif et clair. Ne me déçois pas.»


Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Mar 18 Sep - 18:01





A peine commençait-elle a gravir les marche que Mélisandre rencontra un premier saint, bien qu’une multitude de cosmos se laissait ressentir dans les environs, il n’y en avait qu’un qui arrivait dans sa direction. Quand elle aperçue la jeune femme brune, la marina se mit a ralentir le pas pour prendre le temps de juger cette personne qui avait décidé de l’accueillir.

Même si aucune émotions ne pouvait transpercer se masque d’or, Mélisandre se senti sourire en voyant la jeune femme se rapprocher d’elle. Brune aux yeux bleus, elle lui fit penser à elle dans sa jeunesse, bien qu’un peu dissimulé, la messagère pouvait apercevoir l’armure noire dont été parée la sainte. A ses coté voletait un corbeau, ce qui permis à Mélisandre de supposer quelle été la nature de l’armure.

Si se trouvait face a elle la sainte du corbeau, la marina savait qu’il faudrait faire attention et même si les corbeaux n’était pas les plus mal vu parmi les grecques, une certaine superstition demeurait chez la demoiselle. Mais une idée vint à Mélisandre, il était connu que le corbeau était une de ces créature infidèles et charognard, un peu comme elle dans sa jeunesse… Bref, dompter l’un de ces oiseaux était un joli défi en perspective.

Soudain, alors que les deux femmes commençaient à se dévisager, l’oiseau noir prit son envol pour se poser sur un pilier. Très vite, il fut rejoins par une créature bien plus majestueuse qui se posa au pied des deux femmes. Le griffon, car telle était cette créature, d’une magnifique couleur d’or se posa sur le sol de pierre avec toute l’élégance possible. Mais même si on trouvait une prestance digne des plus grand chez cet animal, elle n’en restait pas moins un car il partit s’amuser a chasser le corbeau de son perchoir.

Alors que le griffon s’amusait, le corbeau se mit à parler. Il accueillit la personne que Mélisandre était venue voir… Athéna. Plus rien ne choquait la marina, entendre un oiseau parler n’avait rien de vraiment extraordinaire lorsqu’on savait ce que le monde cachait. Athéna n’avait point changée depuis qu’elle l’avait vu pour la première fois dans les enfers, et même si le décor n’avait pas été le mieux choisi, la dame aux papillons en gardait un bon souvenir.

Sa tenue était parfaite, digne des plus grandes reines, Mélisandre avait eu de la chance de côtoyer des femmes de haut rang mais cette dernière était au dessus du lot ! Aucune émotion ne se trahissait sur ce masque invisible que se donnait la déesse et lorsqu’elle se mit à frapper sur le sol à l’aide son sceptre, la marina ne pu s’empêcher de poser genou a terre en signe de respect. Ce ne fut que lorsque son nom, tout du moins, son rang fut prononcée que la dame aux papillons se releva.

C’est alors qu’Athéna pris paroles, il ne s’agissait là qu’une bienvenue au sanctuaire et même si elle demandait ce que faiait la marina ici, Mélisandre était pratiquement sur que celle-ci était déjà au courant du sujet de sa visite. Sa dernière phrase quant à elle, fit repenser a la marina ce qu’elle avait ressenti en arrivant ici, il n’était plus question de tarder, non, Poséidon était présent elle en avait la certitude.

Mais alors que la déesse s’était tut, la messagère laissa voleter son cosmos au plus profond d’elle pour ressentir ce lien qui la liait a ses pairs, certain apparaissaient et d’autres… Disparaissaient… Alors que la dame aux papillons apportait sa première missive au nom de sa Dame, voila qu’elle disparaissait… Mais disparaitre ne voulait pas dire inexistant non, quelque chose régnait mais elle n’arrivait pas à mettre la main dessus, il lui faudrait donc rentrer pour comprendre ce qu’il se passait.

Enfin Athéna repris, elle annonça des choses que la dame aux papillons savait mais peut être la déesse avait-elle le besoin de dire ces paroles pour croire aux surprises du destin. Mélisandre acceptait ce qu’il se passait et ressentait qu’un rassemblement avait lieu, si tel était le cas alors elle n’avait rien à craindre le temps qu’elle ressentait leur présence et même si le Masque avait du se réveiller, une attaque si rapide ne pouvait être envisageable.

Mélisandre écouta tout de même Athéna jusqu’au bout qui lui parla toujours de son peuple et même si son visage restait impassible, on ressentait tout de même de l’inquiétude dans ses paroles mais la demoiselle ne pouvait se permettre de partir si vite du sanctuaire, sa mission était de la plus haute importance. Laissant la déesse parler maintenant à la sainte du corbeau, Mélisandre sortie une lettre de sous sa cape, puis quand elle eut fini, la marina prit parole.

    « Dame Athéna, Madame, mon nom est Mélisandre Fitz-Empress, lieutenant du Monarque des mers et comme vous l’avez annoncée, je suis la messagère des flots aujourd’hui aux ordre de ma Dame Athéna. »

Après cette petite présentation, Mélisandre tendis la lettre à Athéna, celle-ci était fermé a l’aide d’un cachet couleur argent où l’ont pouvait reconnaitre un trident. Ceci était signe que la lettre venait d’Amphitrite. Laissant le loisir à la Déesse de lire ce qu’il y été écrit, la marina repris paroles.

    « Comme vous l’avez annoncée, les temps change parmi le peuple marin mais je vous pris de ne point vous inquiéter. J’ai toute confiance en mon peuple et je le sens aujourd’hui plus fort que jamais et la perte de l’un des notre ne doit pas nous rendre plus faible mais bien plus puissant. Et même si le corps de ma Dame n’est plus aujourd’hui je sais très bien que son esprit veille sur nous. »

Athéna n’avait pas a s’inquiéter, tout du moins c’était ce que pensait Mélisandre. La déesse devait avoir d’autres choses a penser. Laissant un petit temps sans rien dire, la marina repris.

    « Maintenant que vous avez pris connaissance de cette lettre, j’aimerais vous faire part de mon envie de rester ici quelques temps, il ne m’a jamais été permis de venir dans ce sanctuaire et la beauté des lieux ne me donne qu’envie de le visiter. Bien entendu j’aimerais aussi faire connaissance avec votre peuple, d’ailleurs je souhaiterais aussi, si vous me le permettez, m’entretenir avec Shion du Belier, ma Dame Amphitrite m’en a beaucoup parlé et il ce trouve que ce dernier aurait connaissance d’un sujet qui me fait quelque peu defaut. »



Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Ven 21 Sep - 0:37


:: À l'Aube d'un Nouveau Temps. :.
.: Grèce, Sanctuaire d'Athena :: Première arrivée ::


Dès les premiers instants en ces lieux, Luxea pu constater qu’ici, les choses étaient différentes… spéciales. Ou tout du moins, la créature splendide qui venait de faire son apparition l’était. Pour la première fois depuis sa petite enfance, et bien qu’elle se soit permis de croire à de nombreuse reprise déjà, la jeune femme voyait le mythe faire irruption dans la réalité, et la frontière entre le fantastique et le vrai se confondre. Mauvais lui avait parlé de bien des choses, certes, mais avoir un griffon devant soit, cela avait un impact assez profondément différent que n’importe quels dires.
Après, qu’est ce qui était plus spectaculaire, un griffon, ou une déesse ? Mauvais aurait très certainement dit sans hésiter une déesse, très mécontent que la « bestiole » vienne l’embêter, mais Ea n’était pas aussi certaine de sa propre réponse a la question. Ce qu’elle voyait, c’était certes une femme noble, dégageant une puissance et une aura extraordinaire, bel et fière… Mais elle ne pouvait s’empêcher de voir une femme.
Le corbeau de plumes se posât sur le bras de la sagesse, tandis que celui de métal s’inclinais a nouveau, plus profondément encore. Femme ou non, elle savait qu’elle lui devait respect et soumission, et elle ne comptait pas décevoir son maître.


Quand à la suite … ? C’était un peu plus confus, surtout pour la corvidée encore humaine. Dorian avait eu la satisfaction de ne pas être rejeté par Pallas, et l’avantage de comprendre un peu de quoi on parlait, de ce qu’il se passait… Pour la Sainte Naissante, les choses étaient tout autre. Elle ignorait tout de cette « messagère d’Amphitrite », et ignorait jusqu’au nom de la Déesse des Océans… Quand au reste, autant dire que pour elle tout cela manquait cruellement de sens. Malgré tout, elle s’efforça de tout écouter avec l’attention la plus vive, afin de n’en perdre pas une seule miette. Si elle ne comprenait pas aujourd’hui, elle saisissait bien assez à son goût l’importance des évènements, et se doutait que chaque information était bonne a prendre, à ranger, et à sceller dans les archives de sa mémoire… En temps voulu, les mots ressurgirais encore neufs et vifs, avec l’aide en plus de l’oiseau à la mémoire si brillante.
Ainsi écoutant, elle demeura longuement, observant la femme à la chevelure sombre remettre a la divinité une missive écrite, et cette dernière la lire avec attention. Chose qu’elle ne pouvait faire elle-même cependant, et c’était bien dommage. Mais Dorian sur l’épaule de la Sainte personne peut etre … ? Elle lui demanderai plus tard, car en cet instant –


Non seulement on lui avait confié dès son arrivée une mission, et ce de la volonté d’Athena elle-même, mais en plus un frisson parcouru son échine. Un de ceux qu’elle n’avait encore jamais ressentis au par avant, long et glacé…

Mauvais tourna la tête vers le village en contrebas, pressentant l’arrivée d’évènement funestes, et surtout de cosmos, au loin, qui n’avaient rien de Saints… La Déesse devait ressentir cela avec bien plus de force encore. Mais elle ne se prononçât pas, du moins, pas tout de suite. Le regard de l’oiseau et de son élève se croisèrent, et comme a leur habitude, leurs esprits, si étroitement liés, entrèrent en contact. « Quelque chose arrive Ea, tu ferais mieux d’aller endosser le rôle qu’on t’a confié. Je ne m’inquiète pas pour toi, je demeure un peu en retrait et je te tiens au courant si besoin est. » La jeune femme hochât la tête, pour sa part incapable de transmettre ainsi ses pensées à l’homme à l’enveloppe animale. Elle savait que suivre ses conseils était de loin la meilleure chose qu’elle avait à faire, et avait confiance en ses décisions. Sans tarder, elle porta sa main à son cœur pour s’adresser une première et ultime fois –pour l’heure- à Pallas.
    - Je saurais honorer la confiance que vous placez en moi, Dame Athena.



Ainsi, elle n’avait pas même eu besoin de prêter allégeance… Cela paraissait bien facile. Mais tout n’était pas encore fait, et la déesse n’était pas dupe. Si Luxea en son cœur se considérait toujours comme fidèle a Aphrodite, elle n’en comptait pas moins honorer la déesse, et la servir avec honneur. Car elle avait beau être oisive, elle ne manquait pas d’honneur… Et à compter de ce jour, elle faisait partie des rangs de la Déesse Guerrière.

Le corbeau posât son regard pétillant d'intelligence sur celui de la Déesse Sage. Elle avait des sens bien plus développés encore que les siens, il n'en doutait pas. Mais il restait un vieux corbeau qui parcourait le monde depuis un ptit bout d'Éternité lui aussi, désormais. Il se permit donc la remarque sans aucune retenue.
    - Douce Déesse, si vous souhaitez encore vous entretenir avec cette envoyée de Poseidon... il serait sans doute préférable de le faire plus au chaud, et en sécurité, en haut de ce grand perchoir jonché d'escaliers qu'est le Sanctuaire...

La pause ainsi que l’intonation prononcée avaient étés totalement voulus, évidement. Elle n'avait très certainement pas besoin qu'on lui dise ce genre de chose... Mais derrière cette déesse semblait tout de même se cacher une femme téméraire, qui ne souhaitait pas forcement aller se cacher dans son nid au moindre piaillement suspect. Et le corbeau se faisait un tel plaisir avec cette simple audace ! Enfin... Quelque part, elle savait qu'elle n'avait pas trop le choix : on se battait et mourrait pour elle, elle leur devait bien un peu de lâcheté pour donner plus d'éclat à leurs prouesses, n'est ce pas ? ~
~ Garde du Sanctuaire ::
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Lun 24 Sep - 19:35



    «Soit, jeune dame, tu pourras demeurer ici en tant qu'ambassadrice des Mers. Si les chevaliers d'or te laissent l'occasion de gravir leurs marches, soit assurée que tu trouveras peut-être en eux, une compagnie agréable. Ils sont tous sages et avisés à leur manière, aussi apprendras-tu sans doute des choses.»

    Méditative sur ses propres paroles, la Sagesse laissa sa main se perdre dans les plumes soyeuses du Griffons sommeillant à ses pieds. Athéna jugea les deux jeunes femmes sans ajouter quelque chose à son discours. Un simple signe de tête pour toute réponse aux dires du Corbeau et de Mauvais, et les voici partit pour leur destination. La main de la déité guerrière se crispa, son pressentiment venait de se confirmer. Aussi, dans un froncement de sourcils, étendit-elle sa conscience à l'arbre sacré qu'elle avait planté il y a peu, représentation de sa plénitude nouvelle. Acquise durement, à force de recherche, de travail sur soi et remises en causes. Un voyage long, soldé par la satisfaction d'avoir accomplit quelque chose pour tous.

    Athéna ne pensait pas que la barrière cosmique étendue partout autour de son Sanctuaire et au delà, aurait vacillé pour lui signifier l'intrusion d'êtres indésirables. Visiblement troublée par cette nouvelle, la jeune femme aux yeux pers se tourna vers la Messagère.

    « Il serait fort avisé pour toi de suivre les recommandations de cet oiseau, j'entends aussi le Grand Pope me rappeler à lui. Puisque tu es Porteuse des Messages un peu comme mon frère Hermès, je te demanderais de bien transmettre ceci au Pope : je resterais auprès de mes chevaliers pour combattre.» -une pause- «À moins que tu préfères lever les armes pour nous et représenter le peuple marinas par tes actions ? Jeune Mélisandre, je ne t'obligerais à rien, je ne voudrais surtout pas qu'il t’arrive du tord, mais si tu désires rester dans mon Sanctuaire, tu seras soumise aux mêmes lois, et dangers... Le choix t'appartiens, rester à mes côtés, ou t'en aller rejoindre le Grand Pope ? »

    Son choix à elle était déjà tout décidé. Aussi, dans un éclat de lumière pur, Athéna se para de son armure divine, de sa lance. Tout scintilla autour d'elle quand Hélios put l'illuminer de ses chauds rayons. Ses ailes se tendirent vers les cieux en guise de salutation. Le Griffon, à l'affût, s'était déjà redressé dans l'espoir de regagner les cieux. Des heures sombres les attendaient ! À peine eussent-ils reconstruit, qu'il fallait qu'un nouveau chaos ne s'abattent sur eux.

    « Ils sont déjà nombreux aux abords de Rodorio... Quelques uns sont mêmes à nos portes ! Ils vont être bien reçus ! Je sens que le Lion à déjà montré les crocs ! D'autres aussi s'interposent ! Courage chevaliers ! Je vais moi aussi porter les armes et protéger mon Sanctuaire ! Non, cette fois-ci je ne resterais pas les bras ballants !»

    Le cri, son cri résonna de longues minutes couvrant la clameur naissante des prochaines batailles. Celui d'une Déesse animée par le désir infaillible de protéger tous ceux qui croyaient en ses préceptes !

Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Mer 26 Sep - 23:20

Arrow Temple du Bélier

D'un pas assuré et pressé, Shion avait dévalé les escaliers menant à son Temple afin de rejoindre l'entrée du Sanctuaire d'Athéna. La situation ne lui inspirait guère confiance et il réfléchissait aux raisons qui avaient mené ces multiples Cosmos sombres à envahir les lieux et aux futures ennuis qui approchaient en ce moment même. Une nouvelle Guerre Sainte en perspective? Se pouvait-il que les Spectres aient profité de ces six dernières années pour élaborer un nouveau plan qu'ils mettaient maintenant en oeuvre? Seule sa descente à l'entrée lui permettrait peut-être d'en savoir plus sur les évènements actuels.

Plus le Premier Gardien approchait, et plus le Cosmos chaleureux d'Athéna se faisait plus présent, atténuant les plus profondes inquiétudes qui hantaient son esprit...et en en créant de nouvelles d'ailleurs. Que pouvait bien faire la Déesse de la Sagesse à l'entrée de son Sanctuaire alors qu'une invasion était peut-être sur le point de commencer? L'un des rôles des Chevaliers d'Or était la protection de leur Déesse mais comment pouvaient-ils s'en acquitter si celle-ci se retrouvait en première ligne des conflits? En même temps, qui pouvait se vanter d'être capable de faire renoncer Athéna? Fawn, le Grand Pope, semblait penser que Shion en était capable. Et si ce dernier doutait du résultat de cette initiative, il ne pouvait que féliciter l'Ancien Verseau pour avoir pris la décision d'écarter Athéna des combats. Quelle qu'en puisse être la raison d'ailleurs.

Arrivé sur les lieux, le Bélier s'arrêta quelques instants pour observer les forces en présence. A quelques dizaines de mètres de là, Shion reconnut rapidement un ancien compagnon qu'il n'avait plus croisé depuis quelques temps déjà. Corell, Chevalier d'Or du Lion. Leur dernière rencontre devait remonter à leur passage aux Enfers lors de la dernière Guerre Sainte. Et depuis, plus rien. Il ne savait même pas que le Lion était revenu au Sanctuaire. Peut-être irait-il lui rendre visite une fois ces intrus repoussés. Ce qui ne devrait pas prendre beaucoup de temps au vu de la rouste que les deux Chevaliers Noirs s'apprêtaient à recevoir d'un instant à l'autre. La scène décrocha un sourire au Bélier lorsqu'il aperçut un autre Saint non loin de là, le Chevalier de Bronze du Lionnet prêt à en découvre avec d'autres ombres. Le Lion et le lionnet sur la même scène? Quelle coïncidence amusante!

Mais trêve de contemplations. Le véritable objectif de sa venue se situait non loin, en pleine discussion avec une autre femme. Une femme qu'il se souvenait avoir déjà croisé aux Enfers, quelques années plus tôt. Comme quoi, le hasard savait vous surprendre, tant de la meilleure que de la pire façon. Et il fallait savoir se montrer reconnaissant lorsque la première se présentait. Rejoignant sa Déesse et posant genou à terre, Shion prit finalement la parole.

Ma Déesse, je ne sais pas ce qu'il se passe en ces lieux mais je suis envoyé par notre Grand Pope afin que vous m'accompagniez à ses côtés. Je sais que vous souhaitez rester ici, avec vos Chevaliers, afin de repousser l'envahisseur qui s'attaque à Rodorio. Mais le Pope Fawn ne prend que rarement la parole et il semblait avoir besoin de vous voir, vous et la Dame qui vous accompagne. Le Sagittaire garde mon Temple pour le moment, afin de me permettre de vous y accompagner. Acceptez de venir l'écouter, Déesse Athéna. Nous pourrons venir épauler ensuite mes compagnons d'armes, une fois la discussion terminée. Croyez que je ne souhaite pas, moi non plus, rester en retrait alors qu'ils se battent.

Tournant son regard vers Mélisandre, Shion espérait que celle-ci accepterait de l'accompagner jusqu'au Pope. Il avait déjà suffisamment à faire pour convaincre Athéna, mieux valait éviter d'avoir une seconde personne réticente face à lui.

Arrow Entrée du Sanctuaire: La promesse du sang et du fer


Dernière édition par Shion le Mer 10 Oct - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Mar 2 Oct - 18:17





Mélisandre fut heureuse d’apprendre que la maitresse des lieux acceptait sa présence dans ces lieux et qu’elle pourrait y rester en tant qu’ambassadrice. Il était resté chez elle un leger stress, si jamais elle n’avait pas acceptée qu’une marina rester au sanctuaire, même si une entente avait été faite il y a quelques temps maintenant, il fallait quand même voir toutes les possibilités.

Après les quelques dires de la déesse pour lui dire que les saints, si jamais ils étaient de bonne humeur, pourraient toujours lui permettre d’en apprendre un peu plus sur les lieux, chose que la marina n’hésiterais pas a faire des qu’elle en aurait l’occasion. Puis alors la jeune femme présente avec eux jusqu’ici décida de partir pour garder l’entrée des lieux. Dommage pour Mélisandre qui avait espérée en connaitre un peu plus sur cette… Luxea.

Se mettant à observer Athéna pensive, la marina savait que quelque chose se tramait. Se concentrant quelque peu pour permettre a son cosmos de s’étendre au maximum, elle comprit. Etrange saveur qu’était ce cosmos qu’elle ressentait, subtil mélange entre celui des saints et quelque chose de plus… Noir. Cette dernière saveur, Mélisandre avait du mal à y mettre un nom mais cela n’avait pas l’air bon, plutôt un concentré de méchanceté. Bien entendue, elle pensa directement aux spectres qu’elle avait pu croisée mais… Non, c’était tout à fait différent, les spectres n’avait surement rien à voir avec ces gens.

Puis Athéna repris parole, ce qui eu pour effet de valider ses pensées, les gens arrivés n’étaient pas la pour une simple visite mais bien pour détruire le temple. La déesse de la sagesse commença ensuite à la comparer a Hermès, dieu messager, et lui donna une mission qu’elle accepta promptement. Il lui était demandé de dire au grand pope qu’Athéna avait décidé de rester au combat.

Bien entendu, après cette déclaration, la question dont Mélisandre avait peur arriva. La déesse lui proposa de prendre les armes pour représenter le peuple des mers par ses fait d’armes, une chose qui pourrait avoir son importance car la marina savait que cela ne pourrait que renforcer les liens entre saints et marinas mais elle n’avait aucune envie de combattre, son combat n’était pas celui du front, tout du moins, ce n’était pas sa spécialité. Aussi fallait-il qu’elle réussisse a rejeter la proposition sans pour autant froisser la déesse. Et même si la déesse lui disait qu’elle ne l’obligeait pas, Mélisande savait ce qu’apportait un refus, quoi qu’il soit dit.

Mélisandre eu alors droit a l’un des plus beaux spectacles, dans un magnifique éclat de lumière Athéna revêtit son armure et de s’équiper de sa lance, puis vint de grande ailes de lumières se former dans son dos. Tout autour d’elle se réchauffait et la marina pu ressentir la chaleur bénéfique de la lumière. Un sentiment de bien être noya la Messagère et elle se demanda même un instant si elle ne devait vraiment pas suivre la déesse.

Puis les paroles de la Sagesse firent sortir Mélisandre de sa torpeur, elle annonça que les combats avaient déjà commencés avec le Lion et que les autres commençaient aussi a se mettre en travers de cette invasion. Cette fois ci, elle voulait rejoindre son armée pour vaincre l’envahisseur mais était-ce le bon choix ? Même si ses soldats y voyait du courage, ne se mettait-elle pas trop a découvert ? Aurait-elle le temps de repartir en haut du sanctuaire si un assaut d’une plus grande ampleur avait lieu ? Peut être pas. Pour Mélisandre, la déesse prenait surement trop de risque.

C’est alors qu’un nouvel individu fit son apparition, une personne qu’elle avait déjà croisée… Oui, c’était en enfer, Mélisandre n’avait pas eu l’occasion de lui parlait car il se battait mais elle avait réussi a le reconnaitre, d’ailleurs la marina avait l’impression de bien connaitre ce visage, comme ci elle l’avait déjà rencontré mais bien plus tôt… Puis tout lui revint, oui, il était un descendant des peuples des mers, elle en était sure. Mais alors était-ce là le fameux Shion ? Elle en fut convaincu quand elle reconnu l’armure d’or que le jeune homme portait. Il s’agissait bel et bien de Shion du Belier.

Ce dernier vint avec un message qui fit plut a Mélisandre car elle n’aurait pas a essayer de raisonner la déesse puisque ce dernier essayait de le faire. Il était donc la pour venir la chercher ainsi qu’Athéna pour rejoindre le grand pope, mais d’ailleurs, pourquoi le grand pope souhaitait la voir ? Surement une question de formalité, mais alors les choses se passait vraiment vite ici, ce grand pope savait déjà qui elle était et pourquoi elle était là… Quelque peu étrange, il faudrait faire un pu attention, la prudence était un de maitre mot de Mélisandre.

    « Ma Dame, si je puis me permettre, je… »

Alors que Mélisandre s’apprêtait à parler, une sensation l’envahi. Ils étaient ici et s’apprêtaient a repousser l’assaut de ces gens. Lui aussi était là, mais pourquoi ? Comment avait-il pu savoir pour l’invasion ? Ou alors venait-il juste saluer les saints après sa renaissance ?

    « Déesse Athéna, mon maître vient d’arriver, devrions nous l’attendre avant de monter ? Sachez que mon peuple l’accompagne et que nous ferons tout pour vous aider à repousser l’envahisseur alors n’allez pas vous salir les mains, nous ferons tout pour vous aider. Se tournant vers le bélier. Messire du Bélier si je ne me trompe, je serais ravi de rencontrer votre grand pope. »




=> La Promesse du Fer et du Sang [PV : Shion, Mary, Mélisandre, Athéna, Poséidon]


Dernière édition par Mélisandre le Mer 10 Oct - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   Dim 7 Oct - 19:26





    Non, pas cette fois-ci. Les événements de l'ancienne Guerre Sainte ne se réitéreraient pas : qu'importe les craintes de son Chevalier du Bélier, du Grand-Pope ou des autres, rien ne pourrait se mettre en travers de son chemin. Ce serait à elle de découvrir le pot au rose sur cette sordide affaire. L'horloge créée par son frère venait de s'allumer, rappelant à tous, le caractère urgent de la situation. En effet, des ennemis venaient de déclarer la guerre au Sanctuaire ! Et déjà beaucoup de combats faisaient rage. Non, pas cette fois-ci. Athéna serait actrice, pas spectatrice de cette pantalonnade. Son cri avait alerté l'ensemble de sa Chevalerie, ainsi que ses ennemis. Eux aussi avait put ressentir la rage de la Déesse Sage. L'olivier d'ailleurs, suite à cet hurlement du cœur, avait étendu ses ramures sur l'ensemble du domaine, présence pourtant encore invisible aux yeux de tous. Tous sauf pour les yeux pers de la Déesse qui contemplèrent les branches de l'arbre sacré recouvrir le domaine comme le ferait un manteau, dans un entrelacs compliqué : aussi, il serait beaucoup plus difficile pour les noirs chevaliers, de fuir et d'évoluer à leur guise. Maintenant elle avait des yeux partout !
    Un mince sourire pour toute réponse aux paroles de Mélisandre et de Shion, et la déité se tourna vers le port. Quelque part, son Oncle venait de faire une apparition distinguée. Elle ressentait son puissant cosmos et sa senteur si particulière. Secrètement, elle espéra que le Dieu des Océans mette de côté sa divine colère et saurait s'abstenir de tout écarts : ils n'avaient pas besoin d'un nouveau conflit. Or, Athéna sentait quelque part, une once de sérénité dont il savait très bien se parer aussi quand la situation s'y prêtait : non, il n'y avait pas de doute sur sa présence ! Il était là pour parachever l’œuvre de sa femme.

    « Je crains que l'apparition inopinée de mon Oncle ne change la donne Shion du Bélier. Je ne peux me permettre de tourner le dos à un autre Dieu, et surtout pas Poséidon. Je sais qu'il est là pour des raisons qui nous seront bénéfique. Je ne peux ignorer sa présence, comme je ne peux ignorer aussi la détresse de Fawn. » – ses yeux se perdirent quelque part dans le lointain._« Il est actuellement dans le Temple de Dormin, là bas, il sera encore en sécurité. Nous devons nous dépêcher, je sens que les choses s'accélèrent, et ton peuple, Dame Messagère, ne serait pas de trop pour contrecarrer les plans de l'envahisseur. Mais d'un autre côté, je ne saurais vous demander de prendre des risques pour nous. Pour l'instant, contentons-nous de rejoindre ton Maître.»

    Ses doutes étaient bien-fondés. La Déesse guerrière ne voulait pas s'empêtrer dans des discours interminables ponctué par le Protocole. Non, cette fois-ci elle ne ferait pas dans la dentelle et irait droit au but. Pourquoi s'encombrer de belles phrases pompeuses quand on pouvait aisément clarifier la situation ? Une divinité telle que son Oncle serait d'autant plus réceptif à ce genre de comportement et de discours ! D'un geste, elle exhorta son Chevalier d'Or à se redresser, lui rappelant d'un coup d’œil sévère, qu'elle n'appréciait toujours pas ce genre de fioritures. Tout cela accompagné d'un sourire, bien sûr !

    « L'ombre de l'Olivier nous protège, nos ennemis ne le savent pas encore, mais ils seront bientôt piégés. Dame Mélisandre, vous devez savoir que la graine que j'ai donné en Enfer, est jumelle de celle que j'ai planté à mon retour, ici. Ces deux arbres sont liés, d'une façon ou d'une autre. »

    Sur ces mots, Athéna commença à accélérer l'allure pour rejoindre le port. Le vent chargé d'iode soufflait dans sa longue chevelure rouge, et le parfum de la Mer et des Océans eut un effet apaisant sur elle. Quelque peu apaisée par la présence d'un autre Dieu, la Déesse Vierge s'envolait vers lui, tandis que dans son sillage, une aura dorée l'enveloppait, grandissante.

    Non, cette fois-ci, elle combattrait.



=> Poste de Garde


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une messagère chez les saints [Ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une messagère chez les saints [Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-