RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Asmita


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 817

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
210/210  (210/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 11 Sep - 20:36

==>Post Ellipse

    Cela ne faisait que quelques jours qu'Asmita était revenu de sa retraite à Jamir.
    Contrairement à l'habitude, il avait effectué le voyage de retour à pied depuis l'Himalaya, voyageant comme un simple vagabond solitaire à travers les sentiers les plus escarpés et les forêts les plus denses. Le périple, bien qu'éprouvant et incroyablement long, avait été bénéfique pour son corps et son esprit.
    La rudesse d'une telle entreprise permettait à l'esprit d'être clair et concentré.

    Des vallées enneigées du Népal aux contrées arides de l'Orient il avait entreprit de mettre son corps à l'épreuve en le soumettant au plus terribles épreuves que pouvaient lui imposer la nature.

    Lorsqu'il se présenta au terme de son voyage aux portes du Sanctuaire, ses vêtements étaient alors en haillons et maculés à tel point d'ailleurs que les gardes ne le reconnurent pas de prime abord avant que son visage ne fut visible. Malgré l'épuisement et son accoutrement, son visage demeurait éclatant et d'une pureté nivéenne, irradiant de sérénité.

    De retour en sa demeure reconstruite quelques temps après la fin de la guerre, le chevalier de la Vierge n'eut guère le loisir de se reposer, s'attelant à la nouvelle tâche qui lui avait été confiée par le Général des Armées.

    Le précédent conflit avait mit la défense du Sanctuaire à rude épreuve, à tel point que les fortifications et les mesures de protections avaient été considérablement renforcées.
    D'épaisses murailles avaient été taillées dans le grès et les patrouilles de gardes assuraient leurs rondes constamment y comprit au sein même du petit village de Rodorio afin que la populace soit protégée au mieux.
    Signe de la détermination de la Déesse à renforcer sa position, la fille de Zeus elle même avait plantée un olivier sacré, bénit par son cosmos, qui fournissait au Sanctuaire une barrière défensive très puissante.

    La bataille précédente n'avait été qu'un prélude à une guerre encore plus meurtrière. Asmita le voyait. Les lourds nuages se profilaient de nouveau à l'horizon et cette fois ci ils étaient chargés de tempêtes et l’éclair dévastateurs.


    Marchant le long du rempart établit sur la porte massive du Sanctuaire, Asmita assurait la protection du domaine de ce poste, coordonnant les rondes tout en veillant sur l'entrée.
    À chaque heure, un responsable de patrouille venait lui soumettre son rapport avant de recevoir ses ordres.
    Bien évidemment, aucun incident n'avait été à déclaré en cette période d'accalmie cependant le vent était en train de tourné.

    Plus tôt dans la journée, une curieuse rumeur s'était répandue comme une traîné de poudre dans tout le Sanctuaire depuis le petit village de Rodorio : un vieil homme étrange aurait été porteur d'un curieux message qui avait attisé la curiosité du Chevalier d'Or.
    Un tournoi mystérieux avait été organisé par d'anciennes divinités et tous les braves avait été invités à y participer.
    Ce n'était pas par esprit de compétition que le Saint avait décidé de participer à ce tournoi mais bien pour élucider le mystère qui se cachait derrière.
    Qui avait organisé cette compétition entre les êtres les plus forts de la planète et dans quel but ? Était ce là une ruse du Sombre Monarque ? OU bien n'était ce que le caprice d'une divinité frivole qui s'ennuyait cruellement ? Dans les deux cas la danger était bel et bien réel. Une divinité ennuyée pouvait faire autant de ravage parmi les hommes qu'une divinité belliqueuse.

    Perdu dans ses pensées, il ne prêta qu'un intérêt modéré au petit rassemblement qui s'activait sous les portes du Sanctuaire. Les Saints rentraient petit à petit et assureraient sa protection. Athéna elle même veillait sur son domaine.

    Jetant un regard furtif en contrebas, le Gold Saint aperçu la chevelure flamboyante de son ancienne disciple qui se tenait bien droite, sceptre en main, une aura encore plus pure qu'une étoile flottant autours d'elle.
    Sa présence suffisait à apporter réconfort et courage à tous les chevaliers présents pourtant, le chevalier restait réticent à s'éloigner du Sanctuaire....après tout ce tournoi pouvait également n'être qu'une diversion pour les attirer loin de leur Déesse.

    Soudain, le chevalier aperçu la silhouette élancée d'un homme qui avait disparu depuis des années. Bon nombres de chevaliers avaient cru en sa mort mais Asmita avait toujours sentit que le porteur de l'armure du Lion était toujours là, quelque part, attendant l'heure où sa force devrait de nouveau servir la Justice.
    Corell, le chevalier d'Or du Lion, venait de rentrer dans son pays.
    A présent Asmita pouvait quitter le Sanctuaire sereinement. Bien que la démarche de son ami semblait plus...humble, le chevalier sentait en lui toute l'intensité de son pouvoir tourbillonner furieusement dans ses veines.
    Ses crocs n'avaient rien perdus de leur tranchant.

    D'un signe de la main, Asmita convoqua son subordonné avant de lui remettre un ordre de mission. Il devait trouver un chevalier pour le remplacer dans sa tâche de surveillance le temps de son absence et prévenir Athéna de son départ.

    La Vierge aurait bien entendue aimée descendre et accueillir son ami lui même cependant son devoir restait prioritaire.

    Avec un sourire au brave soldat, le chevalier disparu dans un éclat d'Or.


==> Canyon du Sianok
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3944
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Lun 17 Sep - 18:26

Arrow Entrée du Sanctuaire


Corell était heureux. Son cosmos renouvelé, plus furieux que jamais. Sa mémoire totalement récupérée. Et l’Armure d’Or du Lion, vibrant d’énergie et de plaisir, qui recouvrait à nouveau son corps… Oui, rien n’était plus beau qu’à cet instant. Il pouvait sentir la puissance de l’Armure, étincelante de vie, après six années de sommeil dans la Maison du Lion. Tout en marchant, il serra le poing. Il pouvait sentir son énergie, plus démesurée que jamais, prête à sortir à son ordre. Etonnamment, il se sentait plus fort qu’auparavant, comme si ces six années passées loin de tout n’avaient pas diminué ses ressources cosmiques… Par contre son corps, lui, était moins puissant qu’autrefois. Il lui faudrait reprendre l’entrainement, et vite.

Son esprit divagua, alors qu’il repensait à sa récente rencontre avec Athéna. Un instant précieux, qu’il garderait en mémoire toute sa vie. Plus que jamais, il aimait sa Déesse. De toute son âme. Sentir son cosmos à quelques centaines de mètres derrière lui était comme une balise de sécurité, une flamme d’espoir que jamais rien ne ferait vaciller.

Du moins, pas tant qu’il porterait l’Armure du Lion.

Là. Il était arrivé au poste d’observation situé à l’entrée du Sanctuaire. De ce point, il avait une vue plongeante sur la plaine de roches qui menaient à la mer méditerranée, ainsi que le village de Rodorio, à l’est. Plusieurs Gardes patrouillaient le secteur. Le Lion leur fit un signe entendu, indiquant clairement qu’il prenait la charge de cette activité en l’absence d’Asmita de la Vierge. Ce ne serait que temporaire, le temps que la Sainte du Corbeau ne le rejoigne. Ce n’était pas son heure pour assurer la défense du Domaine Sacré… Mais il fallait que quelqu’un soit là, veilleur et protecteur de la Déesse, surtout quand Athéna se situait aux pieds des Maisons du Zodiaque.

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Jeu 20 Sep - 23:28

Arrow Death Queen Island

Les trois soldats avaient quitté leur île avec comme rôle la tête de pont. Ils savaient que ce ne serait pas si évident contre les anciens frères d'entrainement mais ils s'en foutaient, on leur avait promis de nouvelles armures pour l'ordre nouveau qui allait naître avec leur aide. leur Maître était resté un peu en arrière avec le quartet d'attaques. Sans un mot, ils atterrirent près des abords du sanctuaire et ils tuèrent quelques gardes par mégarde. Il est vrai que leur trio avaient l'habitude de travailler ensemble depuis des années et le nécrophage en première ligne ne décevait jamais pour ses spectacles de sang et de chaire...

" Salut toi ! "

A peine le garde relevait la tête pour voir l'inconnu qu'il sentit une main perforer son poumon droit. La main se retira et dans un gargouillis de râle, il tomba sur les premières marches du Sanctuaire de la Déesse de la Guerre. Il regarda à droite et à gauche et fit signe aux autres de le suivre sans plus discuter, le temps de voir des gardes descendre en hurlant lamentablement. Il prit alors une drôle de position et cria :

" Dark Shockwaves ! "

Frappant le sol, le chevalier noir de la Baleine venait de créer une baleine de pierre qui fonça sur son ennemi pour les avaler pour les recracher par morceaux sur les bas côtés du sanctuaire. La pluie de sang et d'os mélangée à de la chaire, c'était vraiment une chose superbe ! Il fit un tour sur lui même pour prendre un morceau de chaire qu'il porta à ses lèvres.

Puis, ils partirent pour monter vers le lieu ou la Déesse de la Sagesse semblait avoir pris campement. Décidément, c'était trop facile !



Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 21 Sep - 0:33

==> death queen island

Pendant trop longtemps ils avaient été sous estimés. Pendant trop longtemps leur honneur avait été bafoué. Aujourd'hui, enfin ils pourraient se faire connaître des chevaliers d'Athéna, enfin ils pourraient prendre leur revanche.
Et cela commencerait par la destruction de ce petit village pathétique qui était sous la protection du Sanctuaire depuis des années.

Eux, les parias, les exclus, les rebuts de l'ordre de la Chevalerie sortaient enfin des ténèbres de la terrible Death Queen Island pour déferler telle une vague de mort sur le royaume d'Athéna.
Très bientôt les flammes de l'horreur embraseraient Rodorio avant de se propager aux douze maisons du Zodiaques. C'est là qu'était sa destination.

Comme un spectre, il se déplaçait parmi les ombres avec l'agilité de la panthère et la célérité du jaguar. Simple silhouette drapée de noir, on ne pouvait distinguer que quelques reflets métalliques épars sous sa cape. Des reflets encore plus sombres et inquiétant que la nuit.
Au loin, ils vit quelques corps inertes. Ses camarades avaient déjà commencés à nettoyer les alentours.

*Bien, très bien, la mort n'attends pas, pensa le chevalier Noir alors qu'un sourire mauvais s'étirait sur son visage caché par les ombres. *

A quelques mètres devant lui, deux chevaliers d'Athéna aux armures flamboyantes transpirant d'arrogance dans leur carcan de métal précieux. Un chevalier d'Or et, des grouillots.
La nuit commençait bien.

Toujours dissimulé sous sa longue cape, le chevalier noir ralentit la cadence et dégaina son épée à la lame noire tandis que son sourire s'étirait de plus en plus sur son visage.

«Minou, minou! Viens voir papa que je te coupe les ponpons! Héhéhéhé, appela le chevalier noir d'une voix nasillarde.......Bon ça suffit, mènes nous à Athéna où crêves comme le chien que tu es»
Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 21 Sep - 1:16


:: Baignade surprise... :.
.: Grèce, Garde du Sanctuaire d'Athena :: -> Une Messagère chez les Saints ::


Si la jeune femme avait présagée qu’elle vivrait dorénavant une vie plus mouvementée que celle qui avait été la sienne ces vingt dernières années, elle ne s’était pas attendue à ce que cela arrive… aussi vite. L’espace d’un instant, une grimace déforma son joli visage. Cette Baleine avait fait un... flamboyant feu d'Artifice. On venait de faire perler du sang sur sa robe vierge. Soit. Encore suffisamment éloignée pour n’avoir été repérée, la jeune femme avait pris soin en coupant par les roches de dissimuler la présence de son cosmos. De toute manière, personne ne la connaissait, en ces lieux. Et si elle était une arrivante tombée de la dernière plus [même pas cela] elle n’en était pas moins une sainte qui maitrisait avec habileté son cosmos, et qui a défaut de reconnaitre aisément ceux des autres maniait sans mal le sien, et la présence de celui-ci. Elle ne permettrais pas que le cours des évènement ne la prenne a revers.

D’ailleurs, c’était plutôt l’inverse. S’étant séparé d’un geste vif des étoffes blanches qui rendaient sa tenue décente, la demoiselle d’argent, désormais simplement vêtue de son armure aussi souple que légère fendait les cieux à intervalles réguliers, prenant garde à ne pas être trop voyante ou attirer l’attention sur elle. Elle avait apprit au cour de l’année précédente a transformer son énergie en vent et en air ascendant, et à se laisser porter par celui-ci… Les ailes qui coulaient de ses bras fins ne servaient qu’à planer sur ses déplacements d’airs créés par ses soins. Leurs utilités premières étaient tout autre… Peut être en découvrirait on d’avantage dans les heures, ou même les minutes à venir ?

Une hésitation. Signaler sa présence auprès de l’homme à la parure d’or qui semblait avoir endossé le rôle qu’on lui avait confié, ou demeurer discrète pour ne pas être repérée de l’ennemi ? Elle hésitait un peu. Ce dont elle était certaine en tout cas, c’est qu’elle n’avait jamais combattu. Elle c’était entrainée, son corps était paré aux éventualités, son cosmos maniable, mais ses techniques étaient plus destinées à séduire les hommes qu’à les envoyer six pieds sous terre. Enfin, « il faut un début à tout. », songeât elle. Même si elle n’était pas tant désireuse de prendre la vie… Peut être pourrait elle s’en passer ?
En tout cas, eux ne s’en privaient pas. Eux ? Aucune idée de qui il pouvait bien s’agir, a dire vrai. Mais ils tuaient sans vergognes, et en avaient très ostensiblement après Athena et ses Saints. Et Luxea faisait partie de ceux-ci, désormais… Même si elle ne s’était pas encore tout à fait faite à l’idée. Il en allait donc de son devoir de protéger le sanctuaire, sa déesse, et par la même racheter l’honneur de son armure et de son maître. Maître qui ne lui donnait pas de nouvelles… Mais elle savait qu’elle n’avait pas à s’inquiéter pour le corbeau : il est increvable. Après tout, l’on disait bien que c’étaient les bestioles les plus « chiantes » qui étaient les plus robustes… Cela devait valoir pour elle aussi, songeât elle avec un sourire.


Le corbeau, discret par sa silhouette fine malgré son armure sombre et les deux ailes a ses bras, trônait en haut d’une colonne, non loin du lieu ou se tenait celui qui avait endossé son rôle. [rôle fraichement acquis, certes, mais le sien malgré tout.] Elle ne connaissait aucune des personnes en présence, mais distinguait sans mal « le gentil », des « méchants ». Ironiquement, elle était plus assimilable a cette dernière catégorie, par la couleur de l’armure en tout cas… Mais qu’importe. S’avancer d’emblée ? Elle n’osait pas tout à fait. Elle ne s’ignorait pas non plus, une novice au combat demeurait une novice au combat. Mais d’ici, elle pouvait en un rapide vol plané rejoindre les réjouissances, et aussi, déjà… faire agir ses pouvoirs.


Une discrète plume noire se posât aux pieds du Lion, portée par une brise a l’odeur revigorante. Un simple signe, discret, mais sans doute suffisant pour quiconque avait assez de perspicacité.

Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3944
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Dim 23 Sep - 19:18

La peur. La souffrance. La mort. Il les sentait pénétrer le cosmos du Sanctuaire comme des millions de poignards, qui se répercutaient par vagues dans l’âme de l’ensemble des Saints. Certains réagissaient avec calme. Ce n’était pas le cas du Lion. Son sang était en ébullition. Mais le Chevalier savait contrôler sa colère, la canaliser, la transformer en force. Aussi, il resta stoïque face au chaos, gardant sa place de Protecteur du Domaine Sacré.

Il espérait tant que les responsables de ce carnage viennent à lui. Ainsi, il pourrait leur faire payer, sans trahir son poste, et son engagement envers Athéna.

Ses prières furent exaucées.

A la seconde où il vit leurs armures, il comprit. Des Chevaliers Noirs. Rebus de la Chevalerie, traîtres à l’Humanité. Engeance de la Fourberie à l’état pure, ils n’étaient que des mercenaires sans âmes, sans honneur. Pire que les Spectres. Les Spectres, eux, naissaient et vivaient pour leur destinée : obéir à Hadès. C’était dans leur sang. Leur vie était toute tracée. Les Chevaliers Noirs, eux, avaient sciemment choisi le Mal. Et ca, le Chevalier d’Or le plus droit de l’ordre ne pourrait pas leur pardonner. Opposer ces rebus à lui, le Lion, homme d’honneur, sentinelle de la justice, gardien du respect, était un véritable cadeau des Dieux.

Il prendrait plaisir à les annihiler.

Le Lion d’Or se tourna vers les Gardes du Sanctuaire, qui crissaient les dents de rage, alors que la mort de leurs camarades postés en aval faisaient vibrer le cosmos. D’une poussée d’énergie chargée d’éclairs, le Saint attira leur attention.

« Gardes, vous ne faites pas le poids face à ces hommes. Je vous ordonne la retraite. Prévenez Athéna et l’ensemble des Chevaliers que le Sanctuaire est attaqué, et que nous devons nous y préparer. Je m’occupe de défendre l’entrée du Domaine. Allez !!! »

Le groupe de valeureux Gardes partit sans discuter. Ils avaient été bien entrainés. La colère ne devait jamais laisser place au devoir. Ils l’avaient compris. Le Lion les laissa partir, se tournant vers la plaine, l’inévitable combat qui se profilait.

Quatre Chevaliers Noirs vinrent à sa rencontre. Trois se pavanaient dans leur armure d’ébènes, le sang coulant encore de leurs mains. Un quatrième portait une bure noire, dissimulant ses traits et son armure, hormis cette épée à la lame noire, qui sortait d’un repli du vêtement. Celui-ci semblait plus puissant. Mais à la vue de son cosmos, il était indéniable qu’il appartenait lui aussi à cette caste maudite de la Chevalerie. Et même puissant, un cafard resterait à jamais un cafard.

Comble de tout, ce dernier ennemi osa défier le Lion. Il semblait avoir confiance. Corell se contenta de sourire, heureux de voir que ses ennemis étaient assez fous pour imaginer pouvoir le vaincre. Mais il ne répondit pas. Il les ignora totalement. Avec un dédain exagéré, pour bien leur indiquer à quel point leur présence le désintéressait, il se tourna légèrement et leva la tête vers la silhouette qui siégeait avec grâce au sommet d’un pilier. Fine et svelte, la jeune femme aux sombres cheveux gris portait une armure noire, légère et élégante, parée d’ailes sur le casque, las bras et les jambes. Son identité ne faisait aucun doute. Et si Athéna lui faisait confiance alors qu’elle venait à peine d’endosser l’Armure d’Argent du Corbeau, alors Corell savait qu’il pouvait compter sur elle. La loi du port du masque ayant été abolie durant son absence, il ne fut pas étonné de voir le visage de la jeune femme. Il fut néanmoins saisi par la beauté de ses traits.

« Bienvenue, Chevalier du Corbeau. Luxea, n’est-ce pas ? Je suis Corell, Chevalier d’Or du Lion. Je te prie de m’excuser. Il n’est pas dans mes habitudes de m’attribuer le poste des autres, mais tu m’avais l’air bien occupée en compagnie d’Athéna. »

D’un geste désintéressé, il désigna les Chevaliers Noirs, debout derrière lui. Il sourit.

« Je te rends ta place de protectrice du Sanctuaire. Je vais m’occuper de ces quatre gêneurs, cela ne devrait pas durer bien longtemps. »

Se retournant, le Lion fit enfin face à ses adversaires, confiant et fier. Il avança lentement vers eux, sa longue cape noire claquant lorsque vent se leva. Puis, arrivé à leur hauteur, il leva une main, paume tournée vers l’individu portant la bure noire.

« Il semble que tu n’aies pas compris une vérité toute simple. Que vous soyez quatre ou des centaines, cela ne changerait rien. Des fourmis ne pourront jamais vaincre un Lion. Montre-moi ton vrai visage, que je sache qui je vais tuer ! »

Une étincelle. Signe annonciateur du chaos. Une tornade de cosmos jaillit de la paume du Chevalier d’Or, qui se transforma en une colonne de lumière d’une dizaine de mètre de diamètre. La silhouette du Chevalier à la cape disparut dans le torrent d’énergie, alors que le tissu était déchiqueté par l’attaque-éclair du Saint.

Citation :
Corell défie les 4 Chevaliers Noirs



Revenir en haut Aller en bas
Black saint [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 25 Sep - 16:55

La Baleine noire leva un sourcil en voyant une colonne de lumière balayé les alentours, il perdit de vue ses alliés et se retrouva à côté de son pote à la robe de bure noire. Déglutissant, il se demandait bien si le destin s'était montré clément en l'amenant à lui ainsi. Pour sûr, c'était pas le collègue qu'il aimait le plus en y réfléchissant, mais face à un chevalier d'or, il fallait bien s'entraider d'une manière ou d'une autre. Il se releva alors pour frapper le sol et créer des parois de pierre qui mettait en place une sorte d'arène de combat entre eux et le Lion de Némée.

En y pensant, il se disait qu'il avait pas de bol de tomber sur le fossoyeur de la Mort en personne. De tous les chevaliers d'Athéna, il fallait tomber sur le plus redoutable mais aussi le moins porté sur la discussion et le compromis. Soufflant, il vit que des armes noires sortaient déjà des longues manches de son ami. L'Adamantine noire n'allait pas plaisanter et personne ne connaissait réellement les techniques de ce dernier. Et voilà qu'un lourdaud comme lui se retrouvait avec un chevalier d'or face à lui et un type bizarre comme allié.

" Chevalier du Lion, tu me fais pas peur ! On te vaincra sans trop de problèmes car nous avons avec nous les plus puissants des Chevaliers noirs et le Quartet de l'ïle de la Reine Morte sera te faire entendre raison ! En garde..... Chaton ! ET je m'occuperai de déplumer ta copine après ! M'a l'air succulente elle avec des haricots verts... "

Frappant le sol de son pieds, il créa une série de trouées dans le sol où des gaz d'échappement affaibliraient sûrement son ennemi au poil un peu roux. Il savait que cela ne faisait que commencer et il regarda un instant l'Adamantine qui allait sur l'autre flanc pour le frapper des deux côtés. Ensembles, s'ils battaient cet orgueilleux chevalier d'or, il seraient récompensés de la meilleure façon qui soit. La Baleine espérait bien gagné une véritable armure d'argent, non pas qu'il déteste la sienne, mais il adorait la couleur plus jolie de l'argent, pas sa faute après tout...

Tandis que la Baleine restait sur ses gardes, l'Admantine prit la décision d'attaquer en libérant un bouclier d'une noirceur inégalée. Il tournait sur lui même en fonçant sur le chevalier d'or, le combat venait de débuté !

Citation :
HRP : Baleine Noire et Adamantine Noire acceptent le Défi de Corell. Il peut lancer le combat et lancer son dé d'initiative !

Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mer 26 Sep - 21:26


:: Veille enneigée. :.
.: Grèce, Garde du Sanctuaire d'Athena :: Du haut d'un perchoir antique ::


Prudence et surprise furent bien vite mises hors d’état de nuire, contrairement aux attentes de la demoiselle. Mais le chevalier dont elle faisait la découverte en cet instant paraissait bien sur de lui, au point de ne pas même avoir besoin de son aide.

La jeune femme en tout cas fis un sourire à l’homme vêtu d’Or qui répondait au nom de Corell, un peu surprise par la vitesse a laquelle les nouvelles filtraient… Comment diable avait il pu savoir son nom ? Mais l’heure n’était pas trop à ce genre de questions, le corbeau en était bien consciente. Cela ne l’empêchait pas pour autant de demeurer fidèle à elle-même dans ses réactions et ses discours.
    - Les nouvelles vont vite dis donc ! Enchantée Corell, et sans rancune. Et puis cela semble te tenir tellement à coeur, je t'en prie fais donc ! Je ne te dérangerai pas


« Mais je demeure. » pensât elle… Et il l’aurait certainement compris sans que les paroles fussent formulées. De toute façon, Luxea était bien consciente que ses facultés demeuraient sans doute bien loin de celles du Lion. En plus de ne revêtir qu’une armure d’argent, elle n’avait aucune expérience du combat. Ce qui ne semblait pas être le cas de l’homme à la parure féline, loin de là… Il lui restait bien du chemin à faire, si elle voulait un jour se faire passer pour aussi puissante qu'un Gold, elle n'en doutait pas. Et distraitement, elle se demandât si elle n'aurait pas mieux fait de rester auprès d'Athena...

Lumière.

La demoiselle sentit grandir en elle une certaine satisfaction. La salve de cosmos avait réveillé ses sens plus que nécessaire, et excité sa curiosité ; un plaisir voyeur naissait alors qu’elle s’enchantait à l’idée d’assister à un tel combat du haut de son perchoir. Là, elle était assez loin pour rester hors du combat, tout en observant attentivement tout ce qui se déroulait de ses yeux d’aigle. Et il était certain que l’expérience serait bonne à prendre : elle allait pouvoir assister à un combat de haut niveau, et ne manquerait rien de cette occasion de s’améliorer. Après tout, Ea était très doué avec l’apprentissage en général… Observer, assimiler, elle l’avait fait tout au long de son éducation, et avec brio. A l’aube de la deuxième décennie de sa vie, elle entamait un nouveau chapitre, avec son lot d’enseignement nouveau.
Et elle ne décevrait pas ses professeurs. Bien que maudite peut être, peu fiable certainement, elle avait la ferme attention de ne rien laisser au hasard, et de remplir son rôle avec brio. Elanore avait toujours pris soin de répondre aux espérances que l’on plaçait en elle, et c’était certainement pour cela que tout lui réussissait si bien. Alors… elle en était capable.

Deux forts messages résonnèrent dans l’air à l’attention des Saints. La dame du corbeau reconnut sans mal la voix d’Athena - qui d'ailleurs ne semblait pas décidée à se mettre à l'abri, trop fière certainement ? C'était Là son choix, après tout... - , mais identifia bien plus difficilement… ce qui devait être celle du Pope. En tout cas, cette dernière amenait avec elle un ornement charmant. Détournant brièvement son attention sur l’affrontement qui débutait en contre bas, la jeune femme tendit délicatement la main pour y faire mourir l’enveloppe tendre d’un flocon de neige.
Son cosmos se diffusa doucement dans l’air, prêt à accueillir quiconque voudrais profiter de ce que le lion était « occupé » pour intervenir… On lui avait confié un rôle, après tout.


Revenir en haut Aller en bas
Chronos


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 1949
Armure : Cloth de l'horloge

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Sam 29 Sep - 14:24

Arrow Ellipse

Le voyage depuis l'Angleterre jusqu'ici à prit bien plus de temps que je ne l'aurais cru. J'ai pu voir que malgré la réputation que nous avons au sujet des bateaux et de la navigation il subsiste encore quelques problèmes de rapidité. Mais il n'est pas vraiment temps de songer à cela, je verrais un moyen pour ceci plus tard, pour l'heure je souhaite profiter de mon arrivée au Sanctuaire. Je jetais des regards par-ci par-là et quasiment rien n'avait changé, hormis peut-être de nouvelles demeures que j'ai pu voir tout à l'heure à Rodorio ou encore des réparations sur les temples du zodiaque. Pourtant, malgré la joie que me procure de revenir au Sanctuaire après six années d'absence je ne peux m'empêcher de penser à ma petit famille.

*Après tout c'est pour les protéger que je suis revenu ici.*

Toutefois il n'y avait pas que ma famille qui occupait mes pensées, cette étrange rumeur au sujet d'un tournoi organisé par les divinités... j’avoue que cela m'aurait intéressais par le passé, mais là je n'avais pas l'envie de m'y rendre et de prouver quoique se soit aux Dieux de l'Olympe. Tout en repensant à cette rumeur je continue ma route vers l'entrée du Sanctuaire quand tout à coup je vis un spectacle tout à fait macabre. Au sol gisait des soldats chargés de la patrouille, ainsi que plusieurs morceaux de chair et d'os éparpillés dans la zone. Plus loin des cosmos pouvaient se faire sentir, des individus sombres, mais pas suffisamment pour être des spectres étaient dans le sanctuaire et en leurs compagnie je pouvais également sentir deux autres personnes.

Le chevalier d'or du Lion... et un autre chevalier d'argent font face à eux. Je dois y aller.

Sortant de l'urne mon armure vint se poser sur les différentes partie de mon corps. Autrefois chevalier des gémeaux, la dorure a laissé place à la couleur argenté. Je ne suis certes plus un chevalier d'or, mais ma puissante n'en a pas pour autant diminué en reprenant ma bonne vieille armure.

*Chronos, le chevalier de l'horloge est de retour.*

Je me suis dirigé aussitôt auprès des combattants, mais une puissante lumière me donna un léger frisson. En un instant deux cosmos s'était comme... évaporés... je savais Corell était doté d'une puissance impressionnante, mais je vois qu'il est devenu encore plus fort que la dernière fois. Il mérite bien son armure d'or.

Des chevaliers noirs ? Qu'est-ce qu'ils font ici ? Me dis-je en assistant à ce qui me semble va bientôt ressembler à un combat.

La dépouille des deux chevaliers noirs se tenaient non loin de ma position et les deux derniers faisaient face à Corell. Je ne cache pas la surprise quand je vis que le chevalier dégageant le plus de puissance était la copie conforme de Mattheus. J'ai à peine eu le temps de les voir qu'une espère de mur s'est formé autour d'eux et ce par l'intervention du chevalier noir de la baleine. C'est dommage, j'aurais bien voulu faire un petit combat pour me remettre un peu en forme. Tant pis, je suis sûr que Corell n'en fera qu'une bouchée de toute façon.

Hmmm ? Qui est-ce ? Me dis-je en jetant un coup d’œil un peu plus haut.

Une chevalière assistait au combat d'un peu plus haut sans vouloir intervenir, probablement à cause de la demande de Corell car ce serait bien son style. Et bien qui qu'elle soit elle porte une armure d'argent qui m'est bien familière, celle du corbeau.
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 2 Oct - 14:21

~~ Tempus fugit, Sapientia audit. ~~

Arrow Ile de Circé ~ Partie Monde

Citation :
HRP : nous sommes encore aux abords du Sanctuaire, on devrait se rapprocher des marches sous peu... Pour ça que les précédents posts ne sont pas pris en compte mais le cosmos de Poséidon est évidemment détectable !

Quatre chevaliers noirs étaient sur la jetée pour garder le petit port sous leur joug. Assiah en était la commandante selon la volonté du Quartet. Elle se faisait un plaisir de torturer les marins pour savoir où ils avaient planqué leurs familles. S'ennuyant, elle fit volé un vieil homme au teint buriné sur les récifs. Admirative, elle regardait ce corps qui allait exploser en plusieurs morceaux, cela suffirait à calmer toute rébellion. Mais le vieil homme ne tomba jamais et était désormais sur un rocher face à un homme en toge bleue, une écharpe sur son épaule tenue par une fibule dorée. Elle ouvrit alors les ailes de son armure noire pour aller dans la direction de cet inconnu et s'amuser un peu avec lui, elle s'en léchait déjà les babines... quand elle s'arrêta subitement en vol, comme si ses muscles tressaillaient de peur et d'angoisse. Elle se posa alors sur un récif où les vagues frappaient la falaise qui menait vers le Cap Sounion.

Un bruit attira alors son attention au large de la jetée. Un gigantesque navire toutes voiles dehors venait d'apparaître sous ses yeux et les bannières la firent déglutir. Sur la bannière du grand mât, un trident d'or avait été tissé sur un bleu marine royal. Les vagues commençaient même à frapper de plus en plus dangereusement le petit ponton où était amarré le bateau avec les vivres des habitants du Port. Elle aurait voulu crier à ses frères qu'un danger les menaçait, mais le regard de l'homme en toge blanche la pétrifiait. Ce dernier la fixait depuis quelques secondes avec un sourire légèrement narquois. Assiah se décida alors à fuir mais son corps fut figé en un instant, elle n'avait plus la force de se défendre ou d'attaquer, elle était comme au coeur d'un cyclone de cosmos. A part elle, aucun autre chevalier noir n'avait détecté la présence de l'inconnu qui aidait le vieil homme à monter sur un étrange cheval sorti de nulle part.

La jeune femme retrouva alors son calme et s'envola vers les autres Chevaliers noirs. Elle voulait crier mais l'homme était déjà en train de marcher devant elle vers l'auberge de ses compagnons. Comment il fait pour être si rapide ? Cette pensée la tenaillait car il ne portait ni armure d'Athéna et n'avait aucun cosmos. Les trois autres chevaliers noirs sortirent subitement de l'auberge avec un pêcheur ensanglanté entre leurs mains. Ils se retournèrent pour voir l'homme en question qui s'approchait d'eux avec ce sourire, qui commençait à le quitter pour devenir froid. Les trois autres virent alors leur chef derrière lui qui approchait à grande vitesse, rigolant entre eux, ils laissèrent tomber le cadavre du pêcheur et se ruèrent sur l'inconnu. Le premier frappa alors dans l'abdomen en laissant son cosmos exploser. Mais il sentit que son poing n'avait même pas approché son ennemi, en fait, il venait de frapper son ami à côté de lui sans s'en rendre compte. Le craquement des os de l'un des chevaliers noirs qui volait contre l'une des maisons fit son petit effet. Dans un silence, leur commandant se posa derrière l'inconnu pour le frapper dans le dos mais, dans un mouvement circulaire, ce dernier avait pris son bras pour la projeter au loin. La douleur était vive en sortant des décombres...

" Qui es-tu Chevalier ? On ne te laissera pas passé comme ça, vous deux, faites gaffe, ce salaud est d'un niveau bien plus redoutable qu'il n'y parait... "

- Salaud ? Quel manque de savoir vivre et pour vous répondre jeune demoiselle au regard de chatte apeurée, nous ne sommes pas un serviteur de la Déesse que vous avez renié... Notre propre armée approche et elle va se faire une joie de se débarrasser des gens de votre espèce....

- Mais qui es-tu ? La jeune femme sentit un froid dans son échine, le genre de froid que l'on n'aime pas sentir avant un combat car annonciateur de mauvaises nouvelles.

- Nous vous aurions laissé tranquille si vous n'aviez pas osé toucher aux nôtres. L'inconnu s'approcha alors du Cadavre du Pêcheur et s'agenouilla à côté de lui, il posa la main sur sa poitrine et libéra une puissance cosmique qui redonna vie à l'homme en le soignant de toutes les tortures qu'il avait subi."


Assiah siffla alors entre ses lèvres pour appeler les autres membres de la bande aux alentours. En quelques secondes, une dizaine de chevaliers noirs arrivèrent à ses côtés en sortant des maisons dans le coin. Les lieux étaient sous sa garde mais au loin, d'un regard, elle vit une vague énorme approchée sous la forme de chevaux en furie, des hommes et des femmes aux armures étincelantes et bigarrées étaient même en selle sur ces créatures venues du fin fond des Mers. Elle se retourna alors lentement en sentant que le cosmos de l'inconnu dépassait de plus en plus le simple niveau d'un chevalier d'or ou même pire, ses hommes étaient tout aussi pétrifiés qu'elle et la peur se lisait sur chacun de leur visage. Un d'entre eux, peut-être plus intelligent que la moyenne, se décida enfin à parler.

" Non.... Vous êtes...

- Vous avez enfin compris qui nous sommes, cependant, c'est un peu tard ! Notre Frère se fera une joie de vous apprendre les bonnes manières aux Enfers ! "


Le cosmos de Poséidon se répandait alors dans toute la crique qui permettait d'accéder au Sanctuaire de sa Nièce. Ce lieu lui rappela de bons souvenirs et des moins bons, il sentit que des combats avaient lieues un peu partout à son grand étonnement. Des chevaliers noirs ? Pourquoi de telles engeances avaient eut le courage de quitter leur prison pour venir assiéger sa Nièce en pleine possession de ses moyens, ce tournoi en même temps que l'appel de Venise, il y avait de quoi réfléchir et il devait s'en entretenir avec elle dans les plus brefs délais. Alors qu'un chevalier noir s'apprêtait à le frapper, une ombre surgit du néant pour le prendre à la gorge et le poser "délicatement" sur le sol. Poséidon souriait de la vivacité de son soldat et ses yeux se posèrent avec paternalisme sur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 2 Oct - 22:02

=> Île de Circé

Voiles d'écumes sur sa chevelure au sombre éclat d'onyx. Vagues aussi bleues que ses yeux, vagues sur lesquelles elle se laissait porter. Doublement, son corps reposant sur l'échine surpuissante d'un étalon des eaux. Fier, racé, il fendait les vagues sans la moindre difficulté. Nulle trace de fatigue ou d'effort alors que sa crinière battait contre sa scale. Elle avait un tel lien avec les autres êtres qu'il lui avait suffi d'un geste pour apprivoiser sa monture. Ainsi, Scylla filait auprès de ses compagnons d'armes et dans l'ombre de son seigneur. La volonté de la belle s'était affermie au cours de toutes ces années. Elle n'avait plus rien de l'enfant qui avait découvert son destin entre les murs d'une petite chapelle.

Poséidon... Mon seigneur, depuis ce jour, je n'ai eu de cesse de vous rechercher et maintenant, je sens que jamais je ne vous ai réellement perdu..

Sous ses écailles, les monstres s'agitaient tandis qu'ils approchaient des cotes de Grèce. D'ici peu, le Domaine Sacré de la déesse de la Guerre accueillerait la plus fabuleuse des marées. La Nymphe s'y était préparée. Elle ferait honneur à son dieu. L'image de Lady Anna repassa en elle, encore et encore. Elle était son modèle et la jeune femme avait mis autant d'énergie à devenir une femme aussi envoûtante qu'elle qu'une guerrière redoutable. La féminité et la brutalité la plus extrême se fondaient en elle. Scylla, la Nymphe, mettrait toutes ses armes au service de Poséidon. Un seul verbe, un seul geste et elle réagirait. Un autre mouvement contre elle et ses traits se crispèrent un instant avant qu'elle ne lance son pygargue droit vers les terres. L'immense aigle vola d'une traite avant de revenir. Un éclair, un flashe et ce qu'elle vit lui déplut.

" Poséidon, mon maître, vous savez ce qu'il se passe là-bas. Je n'en ai pas le moindre doute. Ordonnez. Un seul geste de vous, mon seigneur. Un seul et il sera fait selon votre désir mais qu'un seul vienne à oser vous menacer et cet acte sera son dernier. Nul ne menace mon dieu devant moi... "

Une réponse et Scylla se prépara à agir au premier geste. Souffles contre elle et sens aux aguets.

" Chut du calme. "Flatta-t-elle les animaux. Une accélération soudaine et elle caressera l'encolure de monture avant que ses cuisses ne se resserrent sur les muscles d'acier. Elle était une cavalière émérite. Une amazone des mers. " Toi aussi, tu sens l'odeur de la guerre, l'odeur de la mort. Toi aussi cela te grise. "

Un cri désespéré et un corps qui traverse les airs. Par Poséidon !!! Elle allait réagir mais un geste du fils de Cronos lui fit comprendre qu'il prenait personnelllement les choses en main. Tout se passa ensuite très vite. Une confrontation aussi brutale que grossière. Ces hommes alliaient la cruauté gratuite à l'ignorance la plus crasse. Ne pas reconnaître d'office un être d'essence divine ne pardonnait jamais sur un champ de bataille. Face à ce spectale écoeurant, elle se remémora les paroles du vieux Gontran et son respect incroyable envers des forces qu'il ne pouvait même pas entrapercevoir. Être à ses côtés ainsi qu'à ceux de son père, le chevalier de Belmont, avait dû être une épreuve en soi. L'exploit sans gloire d'un homme remarquable. Comme vous l'êtes, pêcheurs de Rodorio, vous qui luttez avec la force de ceux défendant leur familles.

De sa "retraite", Scylla assista sans un mot à toute cette scène avant que, enfin, l'ordre tant attendu ne vienne. Impassible en apparence, le Général du pacifique Sud n'attendait qu'un mouvement un seul, savourant en cet instant le contact de l'immense cosmos de son dieu. Une vague qui submergea la crique, elle demeura les yeux fermés jusquà qu'une ombre de poisson n'ose se jeter sur son seigneur, le tenant en traître. Son sang ne fit qu'un tour.

" Seba, capture ce poisson noir et broie autant son armure que son corps entre tes anneaux "

Surpris en pleine attaque surprise par une attaque plus que foudroyante, le charognard en habit noir se fit capturer par un immense serpent qui l'enserra avec une puissance telle que son armure craqua en un bruit sordide avant que l'énorme ophidien ne resserre son étreinte et que Scylla lui ordonne de le clouer sur le sol, servi comme sur un plateau à l'Ebranleur du Sol. Le serpent restait en attente de la sentence de Poséidon. Que l'homme se libère ne ferait que prolonger son agonie. De sa monture Erin se tenait prête à agir avant de sentir le regard de son dieu sur elle.

" A vous seigneur, de décider de son sort. Scylla au coeur d'eau n'attend qu'un geste de vous. "

Revenir en haut Aller en bas
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 5 Oct - 13:10

    ••• Île de Circé

    C'était la première fois de sa vie que Jian mettait les pieds sur un bateau. Si on lui avait prédit naguère que son baptême en la matière se ferait par la voie des airs, non celle des mers, jamais il ne l'aurait cru. Ce n'était pourtant pas un rêve. La chaleur de la main de Seren dans la sienne le lui démontrait à chaque seconde. L'embarquement avait été inopiné, si bien qu'il ne savait s'il devait privilégier l'effroi ou l'extase. Ce qu'il ne savait que trop bien, en revanche, c'est qu'il n'avait aucune hâte d'arriver à destination. Le Sanctuaire cristallisait tant la rancune que la peur pour les deux enfants, et il lui faudrait déployer des trésors de retenue pour ne pas perdre patience. La sapience était l'une de ses plus grandes qualités, mais il doutait de pouvoir garder son calme face aux meurtriers de ses parents. Il n'était pas assez fou pour s'enivrer du vin de la vengeance en leur présence, mais n'aurait pu deviner par avance quelle conduite elle lui inspirerait.

    Les yeux fermés, il s'efforçait d'atteindre la plénitude, sans jamais avoir l'espoir d'y accéder. Il serait naïf de croire qu'il pouvait s'y rendre sans que cela n'affecte son comportement. Quelle que soit l'ampleur de ses efforts, faire abstraction de ce différend sans avoir obtenu réparation était inconcevable. Les chaînes de la tristesse et du deuil étaient encore profondément ancrées dans son coeur, et rien n'aurait pu lui faire oublier qu'ils en étaient seuls coupables. Il n'avait pas fallu bien longtemps pour que sa main restée vacante adopte la forme d'un poing, qu'il n'avait point cessé de serrer depuis au point d'en blanchir ses jointures. Il s'en serait fallu de peu que la pression ne lui fasse verser de sang. Son Écaille semblait n'avoir pas vocation à refréner ses pulsions, vibrant au rythme de son souffle irrégulier. Il était le sang du dragon, le feu fait chair. Et le feu est pouvoir.

    La traversée ne s'éternisa guère avant que soient en vue les hauteurs du Sanctuaire. Le sang se glaça dans ses veines et une rage frémissante s'empara de lui. Chaque seconde lui semblait durer des siècles tandis que ce paysage familier éveillait en lui une foule de souvenirs, de sons et d'images qui a jamais appartiendraient au passé. Désormais, il n'en restait plus que cendres . Et ce sang, c'étaient eux qui l'avaient sur les mains. Ceux qui vivaient sur cette terre sainte qui l'avait vu naître. Ceux qui avaient osé s'appeler leurs amis avant de les poignarder dans le dos. Son visage se ferma, et il fut dans l'obligation de lâcher les doigts de son amie pour ne pas lui faire mal. Au fond de ses pupilles dardait un éclat digne des flammes de l'enfer. En fait le reflet de celles qu'il avait vu danser cette nuit-là et dont l'image macabre était gravée au plus profond de sa mémoire.

    Le seul point de dissonance avec l'image qu'il gardait de ce lieu sacré était l'agitation. Le calme qu'il aurait cru y trouver était parti en fumée pour laisser place au chaos. De la sérénité qu'il lui connaissait, nulle trace. Ne subsistaient au milieu de cette effervescence que la fièvre et le sang, l'angoisse et la peur, la poussière et les larmes. Une confusion qui sut raviver les braises douloureuses de son propre désarroi. La plaie était encore fraîche, et même voir son nouveau Dieu n'avoir aucune pitié pour les envahisseurs n'aurait pas suffi à l'en soulager. Bien que dans un état second, il était encore assez alerte pour s'apercevoir que l'un d'eux guettait l'occasion de l'attaquer en traître. Son sang ne fit qu'un tour et un halo de jade enveloppa chaque bribe de son être.

    - Attention !

    Puis surgit telle une ombre l'inconnue qui, au temps de la réunion, dardait sur son amie un regard menaçant. La riposte avait été immédiate et le malheureux gisait au sol, assistant à sa propre agonie. S'il n'avait pas encore succombé à ses blessures ce n'était que le temps que le Dieu des Mers décide de la meilleure manière de mettre fin à ses jours. L'aura qui s'était formée autour de lui s'évanouit instantanément. Avait-il réellement pensé une seule seconde pouvoir défendre Seren contre ces monstres ? Nul doute qu'il l'aurait fait quoi qu'il lui en coûte, mais force était de constater qu'il y aurait laissé la vie. Songer au sort qui aurait été le sien s'il s'était dressé contre elle – quelle qu'en soit la raison – lui fit l'effet d'une douche glacée. Cela eut au moins le mérite de lui rendre toute sa lucidité. Néanmoins, n'avoir été capable que de les avertir et ce bien trop tard le laissa quelque peu honteux.

    - Je... Désolé...

    Dans les flots émeraudes de son cosmos, les écailles du dragon s'étaient formées. Il s'en était fallu de peu que sa gueule béante n'y paraisse à son tour et le fasse fondre sur l'ennemi. Sans doute serait-ce lui qui aurait bondi, s'il n'avait pas été devancé. Mais sa proie était à présent clouée au sol et il put retrouver toute la normalité d'un enfant de son âge face à ce sinistre spectacle. La peur. Un frisson courut le long de son échine et il regretta bien vite d'avoir lâché la main de Seren pour si peu. La soudaineté avec laquelle la générale de Scylla s'était lancée à l'assaut avait certes de quoi surprendre, c'est un fait. Mais la réelle source de son malaise était son propre emportement. Cette force, il ne l'avait ressentie qu'une fois dans toute sa vie. Elle était intimement liée au souvenir macabre de ce jour où ils avaient tout perdu, aussi l'avait-il reconnue en un instant. Cette frénésie bestiale n'était pas la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Black saint [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 5 Oct - 20:17

Arrow Death Queen Island.

Dans un moment de flottement, le chevalier noir partit en courant. Il quittait le port pour aller prévenir les siens que les forces de Poséidon arrivaient en grand nombre et cela ne faisait pas partie des plans prévus dans les derniers rapports. Cette visite "surprise" devait être bloqué dans les défilés qui menait au temple du Bélier. Il savait que cet annemi serait moins docile que les Saints, des lettres avaient été échangé avec leur protecteur selon le Quartet. Il courrait à perdre haleine en redoutant des attaques des ennemis tout autour d'eux. Il vit alors que des chevaliers affrontaient les leurs et il en profita pour continuer son chemin en direction du premier temple.

Il savait que la chute de ce temple était le signe de leur victoire, s'il tombait, le sanctuaire sentirait alors la puissance des anciens de Death Queen Island. Un volcan était en train de naître et attendait d'exploser sous les pas des chevaliers d'Athéna. Il sentit d'ailleurs l'aura de la Déesse à proximité mais il continua son chemin, il n'avait qu'un seul objectif et ne comptait pas s'arrêter là.

Soudain, quelques plumes noires tombèrent autour de lui et il leva les yeux vers la demoiselle en train de l'observer de ses yeux brillant dans le reflet de ses pupilles. Il se mit en garde et libérant son manteau, il laissait voir un bouclier d'obsidienne de toute beauté. Il était prêt à se battre pour faire son rapport.

" Sors de là Demoiselle, je suis Augustus du Dragon Noir ! "

Il frappa alors le mur d'un seul doigt. Un torrent d'eau noir se libéra alors de la roche pour devenir un dragon noir qui sortit de la terre pour frapper son adversaire au si beau regard...

Citation :
HRP : Augustus défie Luxea.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 5 Oct - 20:48

=> Île de Circée





    «Hey mon gars, me dit pas que tu vas gerber ?»

    Fis-je en frappant dans l'épaule de l'homme tout vêtu de noir que j'avais aperçu tout à l'heure dans le Palais de Poséidon. Sous mon grand chapeau et mon châle qui me cachaient presque toute la totalité de mon visage, mes yeux de jade luisirent de malice après avoir rudoyé l'homme aux millier de corbeaux. C'était là ma façon de témoigner ma sympathie, car tous ceux foulant le pont de mon navire, se devait être mes camardes. Enfin, c'était quand même un bien grand mot, car les marins d'eau douce, je n'en voulais pas ! Et les connards sous mon commandement n'étaient pas des amis, mais des toutous bien dressés. D'ailleurs, je me sentais galvanisée par ce nouveau statut fraîchement attribué par notre Seigneur. Je lui étais reconnaissante, vraiment : cette attention me touchait, quoique la douleur demeurerait sans nul doute, indélébile. Reportant mon attention sur l'homme au teint ivoire quoiqu'un rien olivâtre, j'abaissais mon chapeau rouge pour le saluer et pris congé non sans en faire de même en saluant la belle dame blonde entourée de sa progéniture. Un pincement au cœur, un nouveau, me prit quand mon regard plongea dans celui de la petiote. Qu'est-ce que j'avais avec les mômes moi ? Ouais, m'est avis que les miens me manquait, de rejetons. La petite Eilaine d'ailleurs, loin d'être une timide comme ma Seren, s'approcha de moi au moment où je m'assis sur la balustrade, mes pieds se balançant dans le vide.

    «Je peux faire quelque chose pour toi ma petite ?» l'interrogeais-je en lui tendant instinctivement une main gantée pour l'aider à se hisser à mes côtés. Je fis bien attention à elle, car je sentais les regards inquiets de ses parents, détailler la scène. Ils avaient raison d'être angoissés, mais pour sûr ! Ils ne l'étaient pas autant que moi. Moi qui me sentait un peu bizarre à côté de l'enfant. « Le soleil... il te fais du mal ?»

    Ah ! Je n'aimais pas ce genre de discussion. Une question, pour une autre question. Tout en tapotant la tête blonde de la fillette, j’acquiesçais d'un signe affirmatif de la tête. Cette réponse sembla la satisfaire, mais l'autre enfant ne tarda pas à nous rejoindre, manifestement pas tranquille que je sois si proche d'elle. En même temps, j'étais une parfaite inconnue, mais … c'était elle qui avait commencé ! Lui ne se laissa pas approcher quand je lui tendis la main pour l'inviter à observer la mer. Une telle splendeur pourtant se devait être appréciée de la meilleure des façons qui soient ! Sur un navire. Le Hollandais-Volant...

    Il fendait les flots comme un oiseau perdu dans l'immensité du ciel. Je me perdis en divagations, racontant maintes aventures épiques, pillages de navires et autres récits tout aussi héroïques. Je finis par héler Seren, l'exhortant à rejoindre cette belle petite troupe de joyeux lurons !

    «Viens donc là ma petite étoile, c'est pas tout les jours que l'on peut apprécier une si belle traversée ! Chevaucher un cheval d'eau, c'est bien sympathique, mais avoues quand même que ça... c'est autre chose ! Les Hollandais-Volant.... merde, si Ann me voyait ! »

    Le garçon me jeta un regard noir quand je me pris à jurer d'une manière tout à fait naturelle. Je fis mine d'être gênée avant d'éclater de rire quand Eilaine répéta le dit-mot. Elle me plaisait bien la petite.

    «Allez ! Au boulot !»

    Sur ces mots, je me redressais avec la petite dans les bras, marcha sur la poutre dans un équilibre parfait avant de sauter devant les parents des gosses. Je leur rendis leur précieux mais ô combien étrange enfant, et fis volte-face en gueulant d'une manière magistrale, mes ordres. Tous s'exécutèrent dans un ballet parfait. Heureuse comme un paon, je filais comme une tornade à droite et à gauche pour maintenir le cap, aider aux manœuvres tout en distribuant mes ordres d'une manière si naturelle que je ne voyais plus mes congénères. J'étais tout à ma tâche que j'en avais presque oublié la présence de notre Dieu.

    On finit par signaler en haut du mât, que la terre était en vue. Nous y sommes donc ! Je pourrais enfin continuer l'enquête qu'Amphitrite m'avait chargé. Très bien, j'avais au moins la satisfaction de servir à quelque chose dans ce voyage diplomatique. Car c'était un peu de ça qu'il s'agissait non ?

    En réalité, j'étais loin de me douter qu'une guerre avait bel et bien éclaté au sein du Sanctuaire.

    ~°~ °~ °~


    « C'est quoi ce bordel ? »

    Je venais à peine de poser pied à terre, suivant de près notre Divinité, qu'une grognasse en noir, surgit pour lui faire face. Si elle avait pas encore capter notre présence, cette conne, c'était parce que Poséidon en personne la faisait plier sous son joug. D'autres apparurent suite à ses manœuvres. Rapide comme le vent, je le suivais comme son ombre, tourbillon rouge dans le tumulte des ténèbres.

    «Ils ont de grandes gueules, mais pas beaucoup de couilles.» fis-je en me postant aux côtés de Erin. La Dame aux monstres me surpris encore quand l'un de ses familiers, un serpent de surcroît, tomba littéralement sur le coin du museau de l'ennemi en noir.

    «C'est ta proie chère Erin, et je ne sais pas si ton ami... apprécierait de ne pas faire un bon repas. À moins que vous ayez d'autres projets Seigneur ? Je vous avouerais que je m'occuperais bien de un ou deux de ces... amusantes petites choses. Histoire de me mettre en bouche et passer ma frustration.»

    Mais c'était évident que je n'aurais pas ce plaisir. Ni le loisir de me divertir en les torturant. Boarf, après tout j'avais un certain Shion du Bélier à rencontrer !
Revenir en haut Aller en bas
Black saint [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Ven 5 Oct - 21:16

Arrow Death Queen Island

Sortant de l'ombre de son allié, un oiseau de feu noir prenait position aux côtés de son ami. Il balaya un mur de flammes noir vers le chevalier d'argent de l'Horloge. Il le mettait ainsi à l'écart du Dragon noir et du corbeau. Bondissant dans les cieux, il battit l'air pour créer un tourbillon de flammes qui balayèrent toute tentative d'attaques. Un peu à l'écart, il attendit un peu avant de juger de son ennemi, son style ne lui était pas inconnu et son visage lui disait clairement quelque chose, enfin qu'importe il était là pour neutraliser toute la rébellion des troupes d'Athéna.

Il regarda la montre sur pattes de manière carnassière. Il lui envoya une série de coups dans l'abdomen et termina son algarade par un coup de pieds circulaire dans les côtes. Puis, il créa un souffle faire voler la caillasse dans sa gueule.

" Bah alors l'horloger, pas à l'heure pour se battre ? Tu veux que je te remette les pendules à l'heure ? "

Dans un rire débile, il savait qu'il pouvait avoir confiance avec un ennemi de ce niveau....

Citation :
HRP : Octavio défie Chronos

Aucune réponse, le PNJ avance au bout de 72 heures !

Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Sam 6 Oct - 13:35


:: Le feu s'allume dans l'âtre... :.
.: Grèce, Garde du Sanctuaire d'Athena :: Perchoir détruit ? ::


A la neige succéda l’arrivée d’un nouveau saint. Ne connaissant personne –ou presque- au sanctuaire, la jeune femme ne pouvait que supposer. Mais la nature même de son armure, et son cosmos doux additionné a sa mine soucieuse et son attitude qui était de se placer en défenseur du sanctuaire étaient tant d’indices qui laissaient comprendre qu’il ne faisait pas partie des envahisseurs. Elle n’allait pas lui faire aveuglément confiance pour autant, mais l’adversité pousserait certainement à un peu d’esprit d’équipe. De son coté, le Lion faisait vibrer les flocons dans l’air et provoquait de véritables explosions de cosmos au-delà de ses murs… Mais cela ne suffirait pas à cacher l’aura de ce qui arrivait.

Non pas de chevaliers noirs – bien que novice en la matière, la demoiselle distinguait au plus profond de son être qu’il y avait une différence entre ses gens violents et idiots vêtus de noir et… ca.

Un horrible et saisissant frisson parcouru tout le corps de la jeune femme lorsque la puissante aura envahit l’atmosphère. La première chose a laquelle elle lui fit penser fut le cosmos d’Athena… Mais il y avait une nette différence. Une puissance brute, une vague qui déferles, une fermeté toute masculine qui différait de la déesse sage. Il ne lui fallut pas longtemps pour identifier la… le cosmos d’un Dieu ? On vint bien assez tôt mettre fin à ses doutes.

Mauvais avait fini par se séparer de Pallas et de son escorte suite aux paroles de Mélisandre. Le corbeau considérant en avoir appris assez avait finalement jugé bon de rejoindre son apprentie, afin de la prévenir de la nature « amicale » de l’arrivée des troupes de Poseidon, et bien sur de lui prêter main forte. Son vol était rapide, la distance courte. Sentant soudain le cosmos du dieu des mers ébranler l’air, le maudit fit un léger détour pour voir ce qu’il se passait : et le spectacle n’était pas banal ! Il n’était pas venu seul… Bien que même seul, il n’aurait sans doute pas été moins imposant. Prenant le temps de juger brièvement les nouveaux arrivants, le corbeau sentit une pointe de confiance percer… Il savait bien qu’on ne devait pas trop vite faire confiance, mais la situation ne lui paraissait pas si dangereuse, quelque part… Un bon pressentiment. Peut être erroné, mais tant pis. Il abaissa de plusieurs mètres son niveau de vol, et, sans arrêter sa course, lança un fort "Soyez les bienvenus au sanctuaire d'Athena, Marinas, Dieu des Mers !" -rieur, une pointe d'ironie dans sa voix cependant, vu la tournure des évènements... L'oiseau eut vite disparu, poursuivant son vol, sans même sans doute qu'on ne se soit rendu compte que la voix venait de l'animal. Ainsi, en l’affaire de quelques minutes seulement l’oiseau rejoignit la demoiselle en haut de son pilier, se posant sur son épaule.
Avant même de ne l’avoir atteinte, Mauvais avait sentit que Luxea était tendue. Elle avait déjà rependu ses vapeurs autour d’elle, et tout dans son attitude aux yeux de celui qui la connaissait mieux que quiconque trahissait une touche d’anxiété. Ses mains étaient légèrement crispées, son dos légèrement cambré en arrière. Les pupilles brillante, elle était alerte, et ne bougeait pas d’un poil. Lorsque ses serres fermement se posèrent sur elle, elle scilla à peine. Sans même ouvrir le bec, son ami le plus fidèle glissa sa voix en son esprit pour chasser ses craintes.
    - Ne t’en fais pas ‘Ea, ils ne viennent pas en ennemis.
Elle tourna les yeux vers lui, légèrement la tête. Ses épaules s’étaient imperceptiblement décrispée, mais elle n’était pas encore totalement détendue. Non pas qu’elle ne lui faisait pas confiance, mais elle manquait d’informations. Aussi –
    - Qui est-ce ?
    - Poseidon.


Il n’y eut pas le temps d’en dire d’avantage. Le cosmos de la jeune femme se rétracta puis se décontracta en une pulsion : un indésirable l’avait pénétré. L’attention d’Elanore fut immédiatement focalisée sur le nouvel arrivant. Celui-ci en tout cas ne semblait très certainement pas être un allié. Les pupilles argentées ne lâchèrent plus l’homme qui avait fait son apparition…
Et un sourire se glissa sur ses lèvres. « L’homme ». La vue de cet adversaire suffit étonnamment à faire taire un tant soit peu les questions qui se bousculaient dans l’esprit de la demoiselle pour laisser place a tout autre chose. Enfin, elle avait son adversaire. Pour la première fois elle allait pouvoir tester ses pouvoirs en situation de combat, et être véritablement une chevalier au service d’Athena. C’était un grand jour ~

Le corbeau traversa les airs d’une courbe élégante, évitant sans mal le monstre aqueux jeté contre elle. Par contre, il ne restait plus grand-chose de son perchoir… tant pis. Luxea demeura suspendue dans les airs, dardant du regard son adversaire livré sur un plateau d’Obsidienne. Il ne semblait pas commode, et c’était sa première fois, mais elle ne se sentait pas trop inquiète. Le cosmos de l’inconnu, et la connaissance de ses facultés lui laissait assez de confiance en elle pour aborder les choses la tête haute. Et puis… Elle faisait face à un homme. Bien qu’elle faisait son petit effet a quiconque quelque soit la nature de la victime, celle-ci demeurait sa spécialité !


Luxea relève le défi ~



Dernière édition par Luxea le Sam 6 Oct - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Sam 6 Oct - 14:33

=> Île de Circée




    «Eilaine ? Eiwan ? Mais que faites-vous ici ?»

    Avait-elle lâché en découvrant les enfants que la curiosité avait poussé à sortir de leur cachette. Les poings sur les hanches, la mère s'apprêtait à les réprimander quand une tornade rousse surgit devant son champ de vision, donnant une grande claque dans l'épaule de son époux. Assez déconcertée par ce geste familier, la Dame de l'Aube finit par en rire plus qu'à en être choquée : la demoiselle pirate au regard aussi vert que son père Antiokus, transpirait une assurance feinte, où elle tentait de cacher derrière un masque, une souffrance récente. Rien ne pouvait échapper à la Grande Prêtresse d'Avalon, et encore moins à sa fille qui, touchée par la grâce de Dana, avait le don de pressentir mieux que quiconque, les maux d'autrui. Cela l'affectait beaucoup d'ailleurs, car en plus de pouvoir presque les palper, Eilaine entrevoyait l'avenir des êtres proches de l'abysse. Aalanna ne fit rien pour empêcher les enfants d'aller à la rencontre de cette drôle d'amazone, étant encore trop abasourdie par le fait qu'ils aient pu échapper à la vigilance du Passeur.

    La druidesse de l'aurore s'approcha de la balustrade où était accoudé le seigneur des freux. D'un geste tendre, elle noua ses doigts entre les siens, tâchant de conserver un calme tout relatif dans cette étreinte. Leurs mains ne se dénoueraient pas. Songeuse quant à leur futur, la demoiselle n'y tenant plus, partagea ses craintes avec son bien-aimé :
    « Serafim, j'ai peur pour toi, pour nous et nos enfants. Je ressens quelque chose de néfaste, quelque chose de grave va se produire. Nous avons encore le temps de nous raviser.»

    C'était son âme de mère qui prenait le pas sur le reste. Son côté guerrier sommeillait encore, tapi dans l'ombre, prêt à surgir tel un fauve quand le moment serait propice. Or pour l'heure, la belle n'avait d'yeux que pour leur sécurité. Ses paroles dépassaient ses pensées, et quand quelques secondes passèrent, elle fut quelque peu honteuse d'un tel discours. Sa poigne se resserra et la jeune femme prit son mari par les épaules, plongeant un regard azur empreint d'une vive inquiétude dans ceux de Serafim.

    « Je ne peux me résoudre à t'abandonner, ni à te perdre, alors s'il te plaît, promet moi d'être prudent ! Je combattrais pour notre avenir, pas pour le Sanctuaire de la Sagesse. Tout comme toi tu dois te battre pour tes convictions seules. Le Dieu Llyr à raison, peut-être que c'est là ton destin.»

    Perdue, elle chercha dans ce regard, une once de réponse. Un signe où elle pourrait se raccrocher. Non, les retours en arrières n'étaient plus possible. Comme le doute devrait être balayé. Résolue, Aalanna se blotti contre le disciple des corbeaux. Ses yeux se perdirent dans le vague, et elle frissonna légèrement.

    « J'ai vu... une horloge s'allumer. Douze flammes. Des chevaliers noirs. La foudre. La chute des étoiles.»

    Aalanna papillonna des yeux, comme si elle sortait d'un songe. Sourcils froncés, la prêtresse se recula pour observer Serafim.

    « Qu'est-ce que cela signifie ?»

    Eiwan et Eilaine finirent par revenir de leur discussion avec la Capitaine. La petite, les yeux pleins d'étoiles, regardait, fascinée la dame rouge se mouvoir avec une telle légèreté qu'elle la prit pour un oiseau. Son frère toujours silencieux, la poussa jusqu'à leurs parents, apparemment un peu inquiets. Mais pas pour les raisons qu'il croyait. La jeune femme s'agenouilla devant eux, caressant du bout des doigts, leurs doux visages.

    « Le pays des Brumes vous protège, comme nous le seront sous l'étendard du Roi Llyr. N'ayez aucunes craintes, nous vous promettons que votre père et moi, serons très vite rentrés. C'est une promesse plus forte que la Promesse Diaphane.»

    Ces mots semblaient les rassurer. Mais les enfants étaient têtus, surtout la petite qui imita sa mère en mettant ses poings sur ses hanches en signe de désapprobation. Un trait de caractère qu'assurément, Aalanna avait transmit à sa fille. Être têtue à ce point relevait de l'union du Soleil et de la Lune, sans doute ! La Grande Prêtresse d'Avalon ne sut contenir son hilarité, et, après un coup d’œil à Serafim, les exhortèrent à obéir.

    « Le jour viendra où vous pourrez arpenter les Chemins seuls. Mais pour l'heure il est trop tôt. Et c'est trop dangereux pour des enfants. Transmettez plutôt à Dame Morgane, que tout se passe bien, mieux que prévu même. Eilaine tu continueras à apprendre auprès de ta Grand-Mère, Eiwan, toi, auprès de ton Grand-Père. Vous devez continuer d'apprendre mes enfants.»

    Car un jour, ils leurs succéderont.

    « Dites au revoir à votre père, et rejoignez Avalon sans plus tarder.»

    Dit-elle quand une voix forte indiqua que la terre était en vue. Sans attendre bien qu'en traînant des pieds, le frère et la sœur s’exécutèrent prestement avant d'attendre que le portail canalisé par Aalanna ne s'ouvre de nouveau pour leur ouvrir la Voie. Ils disparurent dans une forte lumière diffuse.

    « Ils ne cesseront jamais de me surprendre...» souffla t-elle une fois la Porte des Brumes refermées derrière eux. Son pendentif à son cou, sorte de pierre taillée grossièrement de couleur verte, se prit à luire légèrement. Une voix d'homme résonna dans sa tête. Antiokus avait récupéré les enfants. Aalanna soupira, un peu plus détendue malgré le fait que le navire s'approche si vite de la terre ferme.

    « L'heure de revêtir nos armures approche.... Nous allons devoir nous révéler aux yeux du Monde Serafim... et j’appréhende ce moment.»

    Finalement, poser pied à terre n'eut pas d'incidence sur Aalanna et son inquiétude. Les ombres s'amoncelant, il y avait beaucoup d'autres choses à penser et la situation présente ne lui laissait pas le loisir de se questionner davantage. Sa corneille émit un petit piaillement quand elle entama sa descente. Perchée sur son épaule, elle lui apprit la présence d'un autre corvidé pourvu d'une drôle d'âme. Cette information suscita chez elle, un trouble grandissant. Sans savoir vraiment pourquoi. La présence toute proche de l'ancienne armure de son aimé, peut-être ?

    Elle avait l'impression qu'elle l'appelait...

    Mais pour l'heure, Aalanna préférait rester en retrait de cette scène, demeurant dans l'ombre du Roi Llyr.

Revenir en haut Aller en bas
Lily


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Sam 6 Oct - 21:24

    ~> L’ile de Circé

    Les étoiles se taisaient, petit à petit, langoureusement, leurs voix se faisaient plus lointaine, plus difficile à déchiffrer pour la demoiselle à la chevelure d’or qui observait les cieux dans un silence angoissant. Un requiem. Un glas. Une mélopée fragile qui s’éteignait avec angoisse pour son cœur. La mer qui se dévoilait devant elle, paysage enchanteur et magique à ses sens ne parvenait à faire taire l’horreur de la situation à ses yeux. Tout s’enchainait si rapidement, sans qu’il ne puisse rien y faire d’autre que d’en subir les conséquences. Ils se dirigeaient vers le Sanctuaire d’Athéna. La cause de tous leur maux et de tant d’autre chose pour la petite étoile subissant le contrecoup d’un silence se faisant de plus en plus prégnant.

    Pourtant, on ne la laissa pas se perdre dans ce vide qui la happait, remplissant l’instant d’éclat de voix qui suffirent à la distraire et même à faire apparaître sur ses lèvres, un sourire sincère. La capitaine semblait si épanouit sur ce navire, fendant la bise sans hésitation aucune, forte et directive, lançant ses ordres auxquels les marins répondant sans tergiverser. Cela la rassurait de la voir ainsi, plus proche de la femme qu’elle avait connue, même si il demeurait en elle une part d’ombre dont elle savait peu de chose mais qu’elle sentait pourtant. Et puis il y avait ces enfants également de l’homme en noir et de la dame d’or qui apportait un brin de légèreté tout en lui rappelant pourtant, une terrible douleur.
    La brise marine faisait danser sa chevelure, caressant son visage comme autant de main réconfortante apaisant un trouble ne pouvant disparaitre totalement. Car ils voguaient jusqu’au Sanctuaire, et ça, elle ne pouvait l’oublier. Dès qu’elle se retournait sur son ami, elle ne pouvait pas l’ignorer car dans son regard s’était tapit un éclat douloureux à ses yeux, celui d’une rage et d’une rancœur né dans le chant du feu et du sang.

    L’élue de Notos partageait avec lui cette rancœur mais plus posée, moins brutale, comme si la mélopée des étoiles avaient altérée ses propres sentiments. Elle en voulait aux saints qui avaient détruit leurs vies, anéantit leur havre de paix pourtant, elle se sentait coupable également. Coupable d’une trahison pesant lourdement sur ses épaules dans un monde qui n’acceptait aucune désertion. Coupable de ne pas avoir sut comprendre leur chant pour éviter cette tragédie... Et de sa culpabilité et de sa rancœur, elle ne savait guère laquelle hantait le plus son âme. Elle était si troublée. Dès lors que dame Mary s’occupa de son navire, la demoiselle s’en retourna auprès de son ami. Elle ne devait pas être seule. Dans un geste coutumier, leurs mains se lièrent dans le silence marin alors que l’améthyste se perdait à l’horizon.

    Plus de retour en arrière.

    Le Sanctuaire…

    Un souffle. Avant que la main de son ami ne se détache de la sienne, la surprenant dans ses propres tourments. Elle observa le profil de son ami, perdu dans la contemplation de ce lieu abritant ceux qui leur avait prit leur famille, troublée et désolée.

    Jian ?

    Son ami n’éprouvait pas la même ambivalence qu’elle à la vue de ce lieu maudit. La demoiselle s’en voulut pour cela. Encore un peu plus, maltraitant son propre cœur davantage encore. Elle avait si peur. Et alors que la mélopée des astres résonnait dans une grinçante complainte s’étiolant, cella ci aperçut avec horreur les changements opérés dans ce domaine sacré.

    Lorsqu’elle suivit les autres – et surtout leur divinité – qui les mena jusqu’à la terre ferme sur les créatures chevalines, la petite étoile eut tout le temps de constater l’horreur de la situation sans avoir la possibilité de faire marche arrière. Fuir n’était plus une option, depuis lors qu’ils avaient revêtu ces écailles, ils n’en avaient plus le droit.

    L’écarlate dansait devant ses pupilles ramenant à son esprit une foule de souvenir qu’elle aurait préférée éteint. Mais tout était encore trop neuf pour qu’elle ne parvint à en oublier la teneur alors que les chevaliers noirs se faisaient dès lors semblable à ces assassins qui les avaient attaqué dans leur village, anéantissant leur vie sans état d’âme…Un clignement de paupières, et la scène redevint telle qu’elle était réellement, Poséidon leur faisant face dans toute sa noblesse, baignant la crique de son cosmos divin. Si impressionnant, puissant, semblant aussi inaltérable que le court du temps lui-même, l’onde ondoyait sous ses ordres, tapit comme un animal prêt à défendre son précieux maître. Protecteur des marins.

    Il ne fallut qu’un instant pour que la situation maitrisée diffère. Un simple instant prenant l’apparence d’un chevalier noir s’attaquant au dieu dans toute sa stupidité. Un cri de son ami puis une créature longiligne l’enserra dans ses anneaux puissants. Le bruit répugnant qu’elle parvint à entendre malgré son éloignement lui retourna le cœur, elle ne parvint pas à observer la victime et ne put que détourner le regard face à ce spectacle horrible. Elle avait vue des horreurs, cette petite étoile, avait vue des morts s’entasser, du sang couler pour bien moins que cette attaque stupide d’un être méritant le sort qu’il avait lui-même donner à d’autre. Elle le savait. Mais la mort ne la rendait pas froide, ramenant à elle des souvenirs trop récents qui la laissaient plus pétrifiée encore.

    Pourtant, elle ne devait pas s’abandonner à cette frayeur. Ne désirait-elle pas être plus forte ? Les mots de l’élu de Léviathan la troublèrent davantage que cette exécution sommaire à laquelle elle n’avait aucun désir d’assister. Hésitante, elle finit par seulement effleurer la main de son ami sans avoir le courage de la prendre. Ils devaient être fort, même si c’était dur, même si ils ne savaient pas jusqu’où ils pourraient aller. Seul sa mine inquiète se tourna vers le jeune garçon pour essayer de le soutenir, comprendre le pourquoi de son excuse.
    Mais Notos l’assurait de sa protection. Le vent se fit brusque rafale pour la pousser en avant, pour qu’elle se rapproche de son dieu et ne le défende de ses chevaliers noirs qui les entouraient, les ébranlant de ses rafales cinglantes.

    Pourquoi sont ils ici…

    Une question soufflée au vent qui fut muet, mais qui apporta sur son passage les sons d’un chant de bataille tout proche. Ils arrivaient en pleine guerre. Mais cette guerre était elle la leur ? Allaient ils devoir se battre ?
    Cette perspective l’effrayait plus que l’affrontement inévitable avec son souvenir d’enfance. Torturée. Scindée. Elle observait sans oser s’approcher les guerriers tout comme les lieux aimé puis honni .

    Pourtant…Il y avait autre chose ici qui l’appelait. L’apaisait ?
    Malgré le chuchotement des étoiles…Un battement régulier, familier...Quelque chose qui attisa son intérêt, réfrénant en partie sa peur et la poussant en avant pour s'approcher du dieu et de leurs confrères, le regard tourné vers les hauteurs. Le Sanctuaire. Un frisson.

    Elle avait un mauvais présentement, pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Dim 7 Oct - 13:21

Arrow Death Queen Island

A une longue distance du port, un homme observait agenouillé la situation. L'arrivée de Poséidon n'était pas de bon augure et Damon et Lucia avançaient déjà aux avant postes. Silencieux, l'homme se releva en se grattant sa lourde tignasse rousse de circonspection. Il se retourna alors et partit en direction aussi du premier temple du Zodiaque, ils avaient une lourde tâche et le Grand Maître des Chevaliers Noirs s'approchait rapidement. Ce qui l'inquiétait, c'était ces nuages sombres dans le ciel. Il sentait une présence maligne et se demandait bien qui pouvait en être l'auteur...

Puis, il enfourcha son cheval et partit au galop. Deux soldats tentèrent de s'opposer à sa volonté et le torse de la monture les fit voler dans les airs dans un craquement sinistre. Le Cocher Noir avait veillé à ne pas les tuer, il s'en foutait de tuer mais pas des types faibles, chaque personne faible était potentiellement forte si on lui en laissait le temps. Il avait juste bousculer un peu le chemin.

" Poussez vous soldats, ce n'est pas votre guerre, c'est celle du ciel contre la Terre ! le Jugement approche et nous sommes les messagers ! "

Son cri se fit entendre au loin et les soldats reculèrent en voyant un géant en train de passer devant eux à une vitesse redoutable avec un sourire amical aux lèvres. Alors qu'une petite fille passait par là, il bondissait au dessus d'elle pour ne pas lui faire de mal, il croyait sincèrement que le combat qui était le sien était vital pour l'Humanité. On lui avait promis la rédemption de la Déesse Athéna après ce jour dramatique, il ne devait pas faillir...

Il sentit au loin le doux parfum de sa Déesse, mais il ne devait pas s'arrêter, il le souhaitait pourtant pour s'agenouiller à ses pieds et lui demander son pardon. Mais était-ce trop tard ? Il ne savait pas ou plus depuis que le chevalier d'or du Lion avait été absous de ses pêchés et quand l'hallali fut venu, la bise fut pour lui une catastrophe. Il n'avait plus le choix et devait s'assurer que les choses se passent comme prévus. Il vit alors une fleur sur la roche, il la prit entre ses dents en chevauchant vers le temple du Bélier, son cri de rage permettait d'ouvrir le passage et il en était fier : pas un mort en quinze minutes !

Arrow Aucun défi en 48 Heures, il avance donc au Bélier !



Dernière édition par Juan du Cocher Noir le Mar 9 Oct - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ceridwen


Indépendant
avatar

Messages : 428

Feuille de Personnage :
HP:
112/150  (112/150)
CS:
114/170  (114/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Dim 7 Oct - 20:22


~> Ellipse



Une ombre majestueuse et draconique vint se poser sur les ruines d'un toit. Au milieu de ce décor chaotique, parsemé d'un feu dévastateur, la silhouette se redressait tandis que la resplendissante chevelure n'était que mieux mise en valeur par l'intensité des flammes. Deux iris ambrées se portaient aux alentours, cherchant à reconnaître ce village dans lequel l'inconnue avait passé les six dernières années de sa vie. Au fur et mesure qu'il prenait toute l'ampleur du désastre, une colère sourde s'empara du nouvel arrivant.

Comme pour souligner cette rage latente, un souffle d'air glacial s'engouffra, tandis que des particules de glaces vinrent envelopper les flammes pour les emprisonner, avant que d'un claquement de doigt, tout ne se désintègre pour devenir poussière de diamant. D'un bond, l'ombre gagna la terre ferme, avant de s'avancer à travers l'artère principale, sans que le froid ne cesse de se répandre autour d'elle et que son sillage ne se recouvre d'une fine pellicule neigeuse. Sur le faciès d’albâtre glissaient des perles lacrymales à la vue du chaos environnant, et surtout des cadavres qui jonchaient le sol.

*Tout cela n’est que pure barbarie.*


Songeait-elle en s’accroupissant face aux corps sans vie d’une mère qui avait tenté, vainement, de protéger son enfant. Avec douceur, les doigts de la jeune femme refermèrent les paupières restées ouvertes. Il lui fallait agir, protéger ce qui pouvait encore l’être, aider la population à fuir loin de cette folie.

Résolue, l’Asgardienne prit son envol, allant de toit en toit, lorsqu’un cri de pure terreur la fit se stopper. Là en contre bas, se déroulait une scène qu’elle ne pouvait permettre. Un homme revêtu d’une armure noire venait de saisir le cou d’un enfant, le serrant entre ses mains, un sourire sadique éclairant son visage buriné à la vue des yeux du bambin qui se révulsaient. La rage qui tenaillait les entrailles de la Dragonne éclata.

Sans plus attendre, elle se laissa tomber du toit, son cosmos blanc nervuré de ténèbres l’enveloppant entièrement. Toute expression cynique avait quitté le visage de ce chevalier noir qui lâcha l’enfant sans plus accorder le moindre regard à ce dernier et un éclair de terreur passa dans son regard, avant qu’il ne se détourne pour détaler. L’Alpha arqua un sourcil interrogateur, avant de se précipiter vers l’enfant qu’elle souleva avec douceur entre ses bras. Elle le reconnut immédiatement. Il s’agissait de celui-là même, qui quelques années plus tôt, s’était trouvé sur le même bateau qu’elle, alors qu’elle partait pour son entrainement en compagnie d’Eldir et Shion et qu’elle avait eu l’occasion de revoir à maintes reprises depuis.

« - Je savais que vous viendriez Dame Ceridwen. J’ai essayé de le repousser, mais il était beaucoup trop fort. »

« - Tu as été très courageux, beaucoup auraient fui à ta place. A présent viens, je veux connaître la raison du brusque départ de ton agresseur. »


Elle ressentait une puissance tutoyant le divin, et s’interrogeait de cette présence ici. Cela n’avait rien à voir avec le cosmos d’Athéna, aussi se demandait-elle qui était donc ce dieu qui venait d’apparaître. Tenant l’enfant dans ses bras, elle eut tout le loisir d’observer la scène qui se passait en dessous. Un navire avait jailli des flots, et immédiatement, elle reconnut l’emblème ornant la voile du mat principal. Il s’agissait là des armoiries de l’Atlantide. Ainsi donc Poséidon et ses marinas avaient débarqué.

Elle déposa l’enfant auprès des habitants qui s’apprêtaient à prendre la mer pour fuir le carnage des lieux.

« -Tu restes ici, avec eux. » lui intima-t-elle, accroupie face à lui. Elle s’apprêtait à aller à la rencontre de l’Ebranleur des terres et de ses hommes, quand la main du garçon se referma sur la sienne.

« -Soyez prudente dame Ceridwen, je vous en prie. » Un sourire bienveillant, afin de rassurer l’enfant, et la voilà partie.

De ce qu’elle avait pu voir, les Marinas et leur Dieu n’étaient nullement là pour prêter main forte aux chevaliers noirs. Au contraire, elle comprenait mieux à présent d’où provenait l’éclat de la peur qui avait traversé les yeux de l’homme qu’elle s’était apprêtée à abattre quelques instants plus tôt. Elle se stoppa au coin d’une rue s’adossa à un mur pour observer ce qui se passait, quand elle le vit.

C’était la première fois qu’elle voyait l’Empereur des mers et des océans, et elle tira satisfaction à le voir stopper les pauvres esprits délurés qui s’en étaient pris aux habitants de Rodorio. Pourtant elle ne pouvait oublier ce que l’épouse de ce dernier avait voulu envahir les terres d’Asgard lors de la précédente Guerre Sainte. Les iris de la Dragonne se rivèrent sur la divinité des eaux et elle décida d’abandonner sa posture nonchalante pour avancer en direction de dernier, avant de se stopper net.

D’autres cosmos sombres prenaient le chemin des maisons zodiacales. Instantanément son regard se porta sur la première maison. Elle pouvait sentir l’aura du Bélier non loin de là, en compagnie d’Athéna, elle pouvait les sentir. Qui était donc actuellement présent dans la demeure du premier gardien ? Mü ? Seul et sans armure, l’apprenti de Shion ne pourrait rien faire face aux forces qui montaient à l’assaut. La Guerrière divine jeta un nouveau regard en direction de Poséidon et de ses troupes avant se détourner pour gagner les cieux bien décidée à aller protéger ce Temple sur lequel elle avait veillé il avait des années de ça.


~> Entrée du Sanctuaire: retour du fils prodigue





Dernière édition par Ceridwen le Dim 7 Oct - 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Dim 7 Oct - 22:28

=> Entrée du Sanctuaire, Une messagère chez les Saints





    Un vent nouveau soufflait sur le Sanctuaire Terrestre d'Athéna : une bise inquiétante apportant dans son sillage, de lourds nuages noirs annonciateurs de tempêtes. Mais il y avait la présence de l'Ebranleur de la Terre, aura lumineuse dans tout ce noir accumulé. Les ténèbres ne pouvaient totalement envelopper les lieux, pas tant que la Déesse aux yeux pers serait présente. Son apparition eut l'effet d'un phare transperçant les brumes sombres : un glaive d'or envoyé en plein cœur d'une bête obnubilée par une soif insatiable. Le sang serait de nouveau versé sur le lieu Saint, pas en vain. Athéna surgit du néant toute auréolée de sa divine lumière, de son armure, de sa lance prête à pourfendre. Elle se posa avec délicatesse à une distance respectueuse des troupes et de son Oncle, jugeant un bref instant, la scène qui s'offrait à son regard sévère. Déjà des victimes, des corps tordus, et une personne captive sous le joug d'un énorme serpent qui appartenait sans nul doute, à l'un de ces fiers guerriers. Athéna laissa le silence s'installer après les paroles criées d'un des chevaliers noirs dont elle ne prêta pas attention, il serait d'ailleurs très vite arrêté, de cela, elle en était sûre. Non, elle laissa traîner ce moment encore un peu. De plus, son attention fut portée sur une ombre se mouvant avec grâce dans les nues. Ceridwen. La belle et fière guerrière qui avait trouvé refuge dont son Sanctuaire. Elle veillait tel un rapace, un dragon plutôt. Pire, une Dragonne ! Ô et Athéna savait que la demoiselle était protectrice et aimante envers son peuple. Cela, la Sagesse ne pouvait que l'apprécier davantage.

    Intérieurement, elle se promis d'aller la trouver, plus tard, quand tout ceci serait terminé. La paix devait subsister, il ne devait plus y avoir de guerre. En tout cas, pas d'aussi absurdes. Une promesse faite au Pandémonium et qu'elle comptait bien appliquer à la lettre.
    Dans l'air, une odeur âcre dansait. Athéna prit conscience de l'ampleur des dégâts quand se reflétèrent dans ses prunelles, les flammes immenses léchant les toits. Et la pluie vint. En guise de salutation, la divinité de la guerre et de la sagesse inclina la tête vers son Oncle, laissant sa chevelure flamboyante virevolter dans ce léger mouvement. Le feu illuminant le carmin.
    Dans l'ombre du Dieu des Flots, deux présences étranges retint l'intention de la Déesse un bref moment. Sans mal, elle reconnu l'ancien porteur de l'armure des corbeaux. Et à ses côtés, une femme, blonde qu'elle ne sut reconnaître, bien sûr. Mais déjà le doute s'insinuait en elle, et si il se pouvait que ? Non, ce n'était pas l'heure aux divagations.

    D'une voix forte, impétueuse, la divinité salua les troupes de Poséidon : « Peuple de la Mer, je vous salue. Mon Oncle, je ne m'attendais pas à une telle visite, pas maintenant tout du moins. Mais je suis tout de même agréablement surprise de vous voir séant. Hélas, je crains que ce ne soit le bon moment pour nous de vous accueillir comme il se doit. Comme vous pouvez le constater, nous sommes attaqués par ces chevaliers noirs.»

    Ses sourcils se froncèrent de mécontentement en constatant que la proie du serpent était toujours en vie. À moins que ce ne soit la vue du serpent en lui-même qui la gêna une fraction de seconde ? Son sang, en tout cas, bouillonnait dans ses veines. Son visage se radoucit pourtant à la seconde suivant ce trouble.

    « Mon Oncle, vous êtes ici pour des raisons que je comprends et approuves, c'est là, la volonté de votre épouse Amphitrite. Aussi, je ne peux que vous proposer une alliance de Fer et de Sang, comme autrefois dans les temps antiques, celles qui demeurent encore et toujours.» Elle laissa sa phrase en suspend, comme pour prouver que cela était lourd de sens avant de reprendre plus fort encore, déterminée : « Je vous invite à poursuivre cette conversation un peu plus loin, je laisse la possibilité à vos fiers guerriers de décider si oui ou non, ils veulent se joindre à cette bataille et brandir votre étendard à côté du notre, sauf si vous n'êtes nullement désireux, vous-même bien sûr, de prendre part à toute cette mascarade ? Auquel cas, je devrais rejoindre les miens dans cette lutte grotesque.»

    La messe était dite. Elle laissait le choix à son Oncle de sceller tout à fait les liens entre leur deux patries, comme on le faisait autrefois par le tribut du Rouge et du Métal. Elle laissa son regard peser un moment sur le jeune homme à la chevelure noire et se détourna tout à fait tandis que la pluie redoublait. Il n'y avait plus de neige...


    => Un peu plus loin, sujet PV [Athéna/Poséidon/Shion/Mary/Mélisandre]

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 9 Oct - 19:00

~~ Tempus fugit, Sapientia audit. ~~



Regardant le ciel, il entendit la voix d'un corbeau le saluer, un sourire énigmatique fendit ses lèvres alors que le serpent de Scylla avait fait prisonnier son "agresseur". Baissant les yeux vers l'hérétique, ses yeux saphirins regardèrent l'homme sans aucune once de pitié, juste une certaine amertume traversa un bref instant son regard pour cet être perdu dans l'obscurité. Il fit signe à Scylla de le libérer d'un signe de la main alors que tout le monde s'était regroupé autour de lui dans une assemblée des plus hétéroclite. Il regarda en premier la jeune Scylla, fière et ombrageuse malgré sa malédiction ; il en était responsable ; ensuite, ses yeux se tournèrent vers la belle Mary qui rayonnait de bonheur en apparence mais elle était telle la lune qui brillait de mélancolie ; il en était responsable ; il aurait aimé leur dire toute sa colère contre lui même mais un Dieu ne pouvait pas paraître si "Humain".

Alors qu'il allait ouvrir les lèvres, son esprit fut détourné par quelques flocons de neige qui attirèrent son attention. Il comprenait que ce vent polaire n'était pas le fruit d'Athéna mais du Pope que l'on disait ancien Chevalier d'or du Verseau. Cette époque lointaine où il avait été dupé par l'un des siens le laissa de marbre mais il sentit un picotement de colère dans son dos. C'est alors que ses yeux virent une femme sortie du ventre même de la reine Maab. Il la fixa un bref instant avec un sourire indolent et reconnut cette armure divine et cela le fit sourire de voir que sa Nièce savait toujours veiller sur ses intérêts politiques et diplomatiques. Il en prit bonne note et s'avança de quelques pas vers les derniers chevaliers noirs...

Son regard se fit plus dur alors que des âmes quittaient leurs corps dans toute la région. L'Humanité s'abaissait donc à ce point pour devenir des créatures si avides d'un pouvoir que les Dieux avaient consenti à leur apprendre, que le preux Prométhée leur avait donné dans un excès de bonté. Cette flamme intérieure, permettant de se transcender quand il le fallait, était utilisée avec une telle fatuité que le Maître des Océans laissa une léger désappointement se lire dans ses yeux. Subitement, il sentit une explosion aussi ténue que pernicieuse dans le ciel, les nuages s'accumulait ainsi pour former une sphère de lumière noire teintée de foudres toutes aussi ténébreuses. Il était là... Lui ! Le Seigneur des Océans revenait là des Eons en arrière, à l'époque où l'Humanité n'était qu'à ses balbutiements, à l'époque où Athéna elle même n'était qu'une jeune Déesse née de la tête de son Frère. Oui, un tel retour en arrière ne devait pas être permis. C'est alors que dans les ténèbres, la gardienne du Sanctuaire apparut devant tous nimbée de sa lumière douce et aveuglante, il lui fit alors une légère révérence en tant que simple invité.

" Ma chère Nièce, une vieille connaissance va bientôt arrivé et vu notre état, nous ne pouvons encore l'affronter... "

Deux éclairs noirs frappèrent les avant-postes des Chevaliers d'Athéna et Poséidon avait reconnu parmi eux le cosmos du chevalier d'or du Lion. Une trouée dans le dôme de lumière indiqua brusquement que la Némésis des Olympiens avait choisi une proie bien humaine pour commencer son sacerdoce. Sans une once de précipitation, le cosmos du Dieu des Océans se concentra alors subitement au point où les vagues se mêlèrent à son cosmos, sortant des flots, une tornade se libéra pour laisser apparaître une statue de géant de pierre, recouverte de limons et d'algues encore frémissantes, qui avait autrefois le but de protéger depuis longtemps les portes de Sounion face aux chevaliers d'Athéna.

" Tu ne passeras pas ainsi le Sanctuaire de ma Nièce, cette terre a été autrefois le jeu de bien des combats, mais je ne peux te laisser passer. Athéna ! Nous vous suivons, vous seule connaissez le chemin pour nous mettre en sécurité, le colosse de Sounion sera nous protégé un certain temps de la colère de l'un de nos lointains grands oncles... Général de la Sirène, Capitaine du Monarque des Mers ! Vous restez à nos côtés ! Erin, vous avez ordre d'aller en direction du Temple du Bélier pour le protéger quoiqu'il arrive ! Seren, Jian, allez à Rodorio et protégez ce village ! ... On ne vit pas dans son passé, on construit son avenir en le prenant en compte, désormais, nous devrons arrêter ce flot de sang pour qu'aucun autre village de pêcheurs ne brûle... "

Une phrase énigmatique pour chaque membre de la communauté termina les ordres de Poséidon. Cependant, si deux personnes pouvaient comprendre ce message, c'était bien les deux jeunes capitaines angoissés simplement à l'idée d'être là devant la représentante de leur malheur. Mais le temps des questions n'était pas venu, la vengeance non plus, le temps était venu de se battre pour sauvegarder les Hommes de ce qu'eux mêmes avaient subi assez lourdement dans la haine et le désespoir. Il posa alors ses mains sur les épaules droite et gauche des jeunes capitaines pour leur donner courage. Une explosion de foudre noire frappa alors le Colosse de Sounion mais il tenait encore debout. Le temps pressait et Poséidon ne pensait qu'à mettre en sécurité sa nièce en levant un cosmos protecteur autour d'eux.

" Aalanna, Serafim, nous ne pouvons vous donner d'ordres par respect pour notre promesse, vous êtes les seuls juges de vos actes et de vos choix... Dame Aalanna, il n'y a pas de traître ici à une vieille cause, il y a juste des choix que nous assumons pour vivre tout simplement un petit peu de bonheur... "

Le dos tourné au couple d'Avalon, le Dieu les laissait libre de choisir leur destin : sa cacher ou enfin restaurer la grandeur d'Avalon aux yeux du Monde ! Chaque choix, chaque déplacement dans l'Histoire était parfois synonyme de défaite mais aussi de miracle, de prestige ou de honte, tout cela était tellement difficile à juger que même les Dieux se trompaient bien souvent dans leur manière de voir les choses. Alors que Poséidon avançait, ses épaules se nimbèrent d'une foudre bleutée qui partit vers les chevaliers noirs pour les pulvériser sans plus de sommation. La réponse fut cette foudre noire qui frappa une maison explosant dans un vent ténébreux.... Fronçant les sourcils pour la première fois, le Dieu savait qu'Athéna et lui devaient définir une stratégie car une chose l'inquiétait. En effet, son Frère était devenu indétectable et cela ne le rassurait pas des masses.

Puis, il ne s'en était pas rendu compte sur l'instant, mais son hôte humain avait eu un léger haut le coeur en regardant le chevalier d'or qui accompagnait sa Nièce. Ses prunelles se tournèrent alors vers lui et la forme de son armure ne fit pas de doute sur l'identité de cet homme, la froideur de ses pensées faiblit un moment en laissant poindre un seul mot. Il passa à côté de lui sans un mot de plus mais la souffrance était encore là, présente et même à vif dans son coeur de Dieu. Il ne pouvait admettre d'avoir été le responsable de la perte de l'un des siens. Il se dirigea alors vers le chemin qu'Athéna venait de lui indiquer...

" Astre... "

Arrow Topic PV (Athéna, Poséidon, Shion, Mary et Mélisandre)
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 9 Oct - 22:14

:: Black Rebellion :.
→ Canyon de Sianok.
Sa gorge se noua quand un nuage de fumée vint obscurcir son champ de vision. Qu'avait-il pu se passer durant son absence ? Il n'avait pas l'impression d'avoir quitté les lieux si longtemps, et pourtant... Face à ce spectacle de désolation, il ne put que serrer les dents et se fustiger de n'avoir pas été là. Cette débauche de violence n'aurait peut-être pas eu lieu s'il avait été présent pour y faire obstacle. Maudit soit son orgueil, qui l'avait éloigné de ce Sanctuaire qu'il avait juré de protéger. Celsius était désemparé. Était-il déjà trop tard ? Non. Ses camarades n'avaient pas encore renoncé à se battre. Les rangs des Chevaliers étaient clairsemés par ce satané tournoi, mais ceux qui avaient répondu à l'appel luttaient avec une férocité redoublée pour combler ces lacunes. Le Roi des Ronces eut une pensée confuse pour ses frères d'armes, encore prisonnier de cette étrange planète. Leur terre sacrée était défigurée et il n'existait aucun moyen de le leur faire savoir.

Pour lui, il était encore temps. Tous n'auraient pas cette chance. En leur nom, il se devait de faire quelque chose. Même s'il devait perdre la vie, il ne saurait permettre que leur foyer soit mis à mal à leur insu. Armé de cette résolution, il posa un oeil scrutateur sur les environs. De bronze, d'or ou d'argent, tous étaient aux prises avec les envahisseurs, caractérisés par la noirceur de leur étendard. Bien qu'elles aient viré au noir, l'apparence de leurs armures lui était trop familière pour qu'il se méprenne longtemps sur leur nature exacte. Une colère froide se peignit sur son visage tandis qu'il serrait les poings à s'en faire blanchir les phalanges. Ce n'étaient là que des traîtres. Ce sol qu'ils avaient pillé et saccagé était à présent souillé et ne pourrait être purifié que dans le sang. Et c'était en s'abreuvant du leur qu'il pourrait refermer ses plaies.

Les siennes n'avaient d'ailleurs pas fini de cicatriser, mais il n'en avait cure. Cette douleur lancinante ne faisait que galvaniser le feu de la rage qui avait élu domicile dans ses entrailles. Chacun de ses pas laissait dans son sillage une nuée de rose rouge, une incessante floraison. Le parfum du poison se répandait déjà en l'air, oblitérant les sens et brisant les corps. Ceux qui auraient le malheur de survivre n'en seraient récompensés que par une longue agonie. Sans le savoir, ceux qui vivaient au Sanctuaire s'y étaient habitués à petite dose, la fragrance s'étant diffusée dans l'air depuis les hauteurs. Aussi y seraient-ils immunisés tant qu'elles n'étaient présentes qu'en petite quantité. Les renégats n'auraient pas cette chance.

Une rapide analyse lui fit savoir que quatre personnes sortaient du lot de cette noire légion. L'une d'entre elles était déjà arrivée jusqu'au Temple du Bélier. Vif comme l'éclair, le gardien de la douzième maison enflamma son cosmos pour attirer l'attention sur son retour et fusa vers la même destination pour l'arrêter avant qu'il n'aille plus loin. Il ne le laisserait pas faire cette traversée sans l'avoir passé au fil de l'épée au préalable. S'il ne pouvait l'arrêter, il serait au moins capable de le ralentir – et pourquoi pas de l'empoisonner pour qu'il périsse à mi-chemin. Quelles que soient leurs motivations, il n'était nullement question de les laisser investir la place sans réagir. Ils avaient allumé les feux de la révolution mais allaient apprendre qu'ils pouvaient s'y brûler les ailes. Oui, cette rébellion allait se payer au prix fort. Celui de leurs âmes.
→ Maison du Bélier.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Serafim


Indépendant
avatar

Messages : 322

Feuille de Personnage :
HP:
81/150  (81/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mar 9 Oct - 22:17

Arrow Ile de Circé


Mais que se passait-il donc ici ?

Les éléments semblaient se déchainer un après l'autre, la neige, la pluie, la foudre...Mais le plus proéminent était la violence. L'air en était saturé à tel point que le dresseur de corbeaux en avait des sueurs froides, c'était même une chance que ses enfants, furtifs garnements, avaient pu regagner en paix les rivages paisibles et paradisiaques d'Avalon, ici l'enfer semblait s'installer pernicieusement comme la rouille le ferait sur une orfèvrerie, détruisant à jamais sa beauté séculaire. De sombres puissances étaient en action dans ce village paisible et l'odeur si caractéristique du sang transporté par le vent irritait ses narines et celle de ses amis charognards qui avaient du mal a conserver leur calme devant la perspective d'un banquet royal. Etait-ce une guerre ou simplement un massacre ? Pour le moment s'était difficile à dire, mais les sens du jeune gardien d'Avalon lui disaient qu'il n'allait pas tarder à le savoir.

Le premier indice fut l'apparition d'Athéna, celle dont il s'était détourné, il y a de cela six années pour enfin vivre. Vivre et aimer ! Ces six années de bonheur semblaient bien loin maintenant que la guerre se présentait à lui. L'ironie voulait que l'ennemi soit le triste ordre des chevaliers noirs, des chevaliers déchus et bannis du sanctuaire pour avoir fait passer leur aspiration devant les préceptes d'Athéna, des hommes qui lui ressemblaient tellement.

Aura-t-il la volonté de participer à cette rixe ? Son cœur était partagé par l'envie de rentrer tout simplement à Avalon. Une fois là-bas il grondera ses enfants pour avoir désobéi, ensuite il profitera de la beauté d'Alaanna et de la douceur de ses bras. Mais quelque chose d'autre l'incitait à rester sur place, de l'orgueil, de la fierté, de l'ambition ou alors il ne s'agissait que de curiosité, mais l'ancien Saint voulait voir de ses yeux aux pupilles sombres, l'épilogue de tous ces événements. Observer et qui sait....peut-être plus !

Il était évident que le choix aurait été plus facile s'il savait Aalanna loin de ce danger qui plainait comme un nuage malfaisant au-dessus du sanctuaire, prêt à fondre tel un rapace affamé sur sa proie à n'importe quel moment, un peu comme cette foudre surnaturelle qui déchirait le ciel.

« Aalanna mon destin n'est pas de mourir ici, mais de vivre avec toi et nos enfants. Nous sortirons vivants de cette nouvelle épreuve comme nous l'avons toujours fait avant. »

Serafim évoquait de douloureux souvenir et pour atténuer l'amertume de ces pensées, il attrapa tendrement la main de son épouse et esquissa un sourire qui se voulait rassurant. Puis prenant un air plus grave il fit face au serviteur d'Avalon et déclara avec un ton ferme et déterminé.

« Moi Serafim, Protecteur d'Avalon et disciple des corbeaux, je me joins à vous. »

Dans sa vie de Saint, il n'avait jamais eu l'occasion de défendre le sanctuaire contre une invasion. Pour être honnête il aurait tout fait pour éviter de participer à la bataille. Pourtant maintenant qu'il s'était dédouané de ses obligations envers le sanctuaire, le seigneur des freux éprouvait le besoin de protéger ce lieu qu'il avait si souvent maudit. Ce besoin ne pouvait pas s'expliquer uniquement que par une simple intuition s'était plus viscéral. A croire que comme Aalanna, il avait eu une vision, celle du monde et donc d'Avalon en feu et en cendre arrosé d'une pluie de sang coagulé sous les râles des innocents agonisant mutilés et exsangues, si le sanctuaire tombait aujourd'hui.

Oui c'était donc ce genre de sensation qui le forçait à rester sur le sol Athénien alors que Poséidon lui avait donné le choix de ses actions et Athéna bien qu'ayant remarquée sa présence n'avait pas exprimé de mécontentement.

« Je compte donc me rendre à la maison du Belier avec vous, sauf si vous avez des objections Dame Erin. »

Pendant tout ce temps, le maitre des corvidés n'avait pas lâché la main de sa douce épouse. La chaleur de sa peau était le comburant de sa volonté combative, il ne comptait pas la lâcher, il ne comptait pas se séparer d'Aalanna.

Le moment de se révéler au monde était proche....

Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   Mer 10 Oct - 1:19

Arrow Cathédrale des Enfers

Curieux de revoir le Monde, le Titan était venu jusqu'ici en sentant au loin les explosions de cosmos. Il ne fut pas déçu par tout ce qu'il voyait et observa sans intervenir les réactions des serviteurs des Olympiens avec une moue dubitative. Subitement, une voix au loin attira son attention, il la connaissait, il l'avait entendu lors de son enfermement dans le Tartare. Il avait songé longtemps à un rêve de son geôlier, mais non, il l'entendait à nouveau. C'était pendant un combat dans les Enfers, un homme prétendait détenir la puissance du Keraunos et cela l'avait fatigué. Il concentra alors son Dunamis sur le Sanctuaire d'Athéna et un étrange dôme de lumière naissant d'un olivier l'empêchait de réellement approcher. Il n'aimait pas trop ce type de défense mais après tout c'était comme si on mettait des rats dans un même endroit.

Soudain, il ressentit la présence de l'un de ses Geôliers, Poséidon était donc venu lui aussi. Il se rappelait de leur grand combat et était heureux de le revoir mais quelque chose l'embêtait, ces rats noirs aussi puants qu'un volcan en éruption se répandaient dans toutes les cursives du sanctuaire pour se faufiler dans le dos des défenseurs. Pitoyable ! Il était prêt à les foudroyer quand il se rendit compte qu'un autre cosmos était en fait en activité dans la région, il était là et pas là, il ne savait pas quoi penser mais son intuition ne pouvait le tromper aussi facilement. Silencieux, il entendit de nouveau les cris de ce Lion si arrogant, il le vit lancer des éclairs de lumière et toute la mémoire lui revint. Il remercia Mnémosyne de ne pas l'avoir abandonner à ce moment là et il savait ce qu'il lui restait à faire.

Il avait bien envie de défier à nouveau Poséidon ou sa Nièce, fière guerrière elle aussi selon les rumeurs, il n'avait jamais eut à l'affronter mais cela le fit saliver d'avance. Mais il fallait quelque chose pour les attirer à lui, il lança alors quelques éclairs pour tenter de briser le dôme de la protectrice des Humains et il s'ébrécha pour ne laisser qu'une infime partie de son Dunamis aller dans le corps des scélérats qui avaient été tué. Réveillant les corps meurtris, il se décidait à descendre de son royaume céleste en appelant à lui sa Sôma, une rapière noire d'un métal magnifique se distordit alors pour le protéger intégralement.

Frappant de sa rapière, il créa une immense trouée dans le dôme de lumière pour atterrir à quelques mètres du Chevalier qui avait été l'arrogance même lors de son combat contre Thanatos. Fier, ombrageux et le regard de la justice dans chacune de ses prunelles, il observait la fin du combat avec un air si grave que les quelques renégats qui passèrent à côté de lui éclatèrent dans des gerbes de sang et de foudre noire. Fermant les yeux, il apprit une nouvelle venant des Enfers, ainsi donc le Sombre Monarque avait bougé et sa prison de foudre n'était plus. Mais avant d'aller botter les fesses à l'aîné des Olympiens, il voulait un peu tester celui qui se prétendait son égal parmi les chevaliers de la Déesse Athéna. Il n'allait pas lui faire l'honneur de le laisser en vie, surtout qu'il ressentait en lui le prix de la vilénie et de la trahison, un peu surpris par cette nouvelle révélation. Il tourna la tête vers là où Poséidon et Athéna avaient trouvé refuge. Le temps allait lui manquer mais testé un peu les défenses de ce sanctuaire l'amusait fortement, il allait mettre le paquet pour voir où leur soit disant honneur les conduirait !

" Chevaliers, Marinas ! Et vous les suppôts du Volcan ! Je suis Coeos Polos et je vous défie tous ! Si un seul parvient à me mettre genou à terre, je me retirerai pour les Enfers ! Je vous en fais le serment ! Athéna et Poséidon, restez en dehors de cela, sinon, ce serait manqué à l'honneur de vos serviteurs ! "

Son cri traversa le ciel et la terre pour se faire entendre de tous. Il commença alors sa marche vers le premier temple d'un pas mesuré et lent pour laisser chacun de ses adversaires potentiels se présenter devant lui. Il s'arrêta soudain devant le Lion de Némée et le regarda d'un air de défi !

Citation :
HRP : 96 Heures pour le temps de passage de Coeos Polos / Pas de défi lancé à Corell mais il y pense Razz

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Garde des Chevaliers d'Or: PASSAGE OBLIGATOIRE POUR RENTRER DANS LE SANCTUAIRE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-