RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Désordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narcisse


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 112

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Désordre   Jeu 13 Sep - 20:16

1

Wandering by 植松伸夫 on Grooveshark
Derrière chaque lumière se propage une ombre d’égale intensité.

Ce qui était vrai hier l’est toujours aujourd’hui, et se perpétuera encore demain. Mais la donne change, le pouvoir se trouve de nouveaux maîtres, et les influences se propagent à travers le monde jusqu’à le transformer peu à peu.
Extraire l’armée d’Hadès des enfers n’était sans doute pas l’idée la plus lumineuse que l’incroyable Zeus ait pu avoir au cours de son immortelle vie. Sauf si ce dernier n’avait que faire de la Terre et de ses maux. En ce cas la présence ou non des immortels Spectres ne lui faisait ni chaud ni froid et il appartenait au monde lui-même de s’autogérer face à cette menace nouvelle. Malgré cela, les Dieux ne semblaient pas vouloir laisser les humains livrés à eux seuls, face à des périls aussi grands que ceux auxquels ils pouvaient être confrontés, face aux damnés. Une ville avait alors été choisie, comme territoire neutre pour tous ceux que la guerre insupportait. Ainsi les blessés, les lassés, les gens ne croyant plus en aucuns dieux, tous pouvaient maintenant venir à Venise l’ancienne, et y résider en paix.

La paix, une idée bien relative. Car dans cette ville, certains étaient les garants de la parole des dieux. Ces juges d’un genre nouveau avaient le droit de faire respecter les lois divines ici-bas et certains ne se gêneraient aucunement pour le faire.
C’était le cas du plus puissant des fils d’Hypnos.

Mais cette partie de l’histoire était encore floue pour bien des personnes à travers le monde, et Narcisse n’était pas de ceux qui « clarifiaient » la situation. Bien au contraire, il était l’un des détracteurs de cette nouvelle ère. Au travers de ses diverses actions en Asie, il avait continué d’enflammer les âmes des Hommes tout en brisant certaines de leurs figures les plus emblématiques. Aujourd’hui les forces étaient à égalité, et le conflit était proche du point de non-retour. Seules les manigances et les faux-semblants maintenaient encore cette fameuse paix, si chère à tous les Hommes, en place. Mais la paix n’est que l’absence de guerre, et la préparation à la suivante.
L’espèce humaine n’échappera jamais à ce carcan, pas tant qu’elle sera en vie.

Si un jour la Terre venait à se consumer, elle et l’espèce humaine, alors peut-être, que cette spirale négative prendrait fin.
Mais je n’y crois guère, ricana intérieurement le Dieu du Rêve, les morts de chaque nations continueraient de se vouer une haine tenace jusque dans les enfers et Hadès s’amuserait à les voir s’entredéchirer à jamais, pour son bon plaisir.
Partant de là, la quête de Narcisse n’était-elle pas… inutile ? Voir badine et sans intérêt ?

En quelque sorte oui, elle n’avait aucune valeur, aucune importance. Mais tel Éris il prenait un malin plaisir à jouer avec la balance des pouvoirs en place. Pas pour les mêmes raisons que la déesse, mais pour satisfaire un besoin bien différent du sien : la curiosité. Et si… ? Une question en amenant une autre, Narcisse souhaitait voir de part son immortalité les choses continuer d’évoluer. Et peut-être un jour, verrait-il le monde échapper à la spirale de mort et de destruction dans laquelle il s’était enfermé. Une étincelle d’espoir dans les ténèbres, que Narcisse aiderait à faire briller, ou non, suivant les fluctuations du temps et de l’espace…

Par bien des côtés, l’incarnation d’Oneiros était trop différente d’Éris et ceci expliquait qu’il n’ait pas été choisi par elle. En même temps, aurait-elle choisi un homme ? Il ne le pense pas, la femme était elle-même symbole de traitrise et de doute. Il fallait être une femme pour comprendre pleinement cette déesse manipulatrice et perverse. Mais de toutes les ambassades divines de Venise, c’était bien celle d’Éris qui l’intriguait le plus, et le fait de ne pouvoir la localiser sans l’aide du Juge qui y résidait était une chose des plus désagréables. Narcisse s’était en effet habitué à obtenir réponses et obéissances des gens sans trop d’effort. Mais aujourd’hui dans cette vieille ville flottante, ses pouvoirs n’étaient pas les plus grands.

Bras croisés sur sa poitrine, il laissait son esprit vagabonder au-dessus du tumulte de Venise pour chercher une nouvelle fois les diverses ambassades divines que les Dieux avaient caché de-ci de-là, sans succès. La nappe fantomatique qui recouvrait la ville Italienne brouillait sa vision sur toute la longueur du territoire. Il ne restait plus au Dieu du Rêve que d’attendre. Attendre de rencontrer les autres juges choisis par chacun des Dieux et ainsi découvrir à travers eux les intérêts, les rêves et les doutes de leurs maîtres. Car la contrariété de Narcisse n’avait d’égale que son envie de satisfaire sa vibrante curiosité. Et au fond de lui, dans une concentration toujours plus méditative que concentrée, une idée naquit de la mémoire d’Oneiros. Une idée stupide quand à la situation prochaine du nouveau Juge d’Hadès à Venise : il faut penser que les autres juges seront à coup sûr des personnes que tu connais, car la force attire la force, et ceux que tu as combattus et rencontrés jusqu’ici viendront de nouveau à toi, répondant à un pseudo appel divin, mais obéissant en fait à cette règle édictée par le destin lui-même. Narcisse ignorait si, pour le coup, il pouvait vraiment faire confiance aux souvenirs de son ancien maître, car Oneiros n’avait pas été le plus infaillible des fils d’Hypnos. Mais il gardait tout de même sa théorie dans un coin de son esprit, juste pour en rire si elle venait à se réaliser…

Le jeune homme secoua la tête et sortit de sa contemplation pour se redresser faiblement et se préparer à rentrer. Son corps glissa le long du toit et atterrit avec stabilité et grâce deux étages plus bas, dans une ruelle déserte où aucun témoin ne pouvait voir ses prouesses à l’œuvre.
Et si… Un jour il venait à révéler ses pouvoirs en ce lieu, maintenant qu’il avait été choisi par les Dieux ? C’est sur cette pensée qu’il retourna à l’ambassade infernale dans sa tunique noire veinée de doré, sa longue chevelure verte flottant dans son sillage…
Revenir en haut Aller en bas
Narcisse


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 112

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Désordre   Sam 15 Sep - 11:26

2

Marchant aux abords de la ville Italienne, le Dieu du Rêve continua malgré tout de réfléchir à la suite des évènements. Sans doute parce que c’était dans sa nature de calculer les choses pour ne pas les laisser aux hasards. Ce que tu ne prévois pas, certains s’empressent de l’utiliser contre toi. Mais ne rien laisser au hasard était une prouesse impossible à réaliser, même pour un être aussi parfait que lui. Dès lors il ne restait plus à Narcisse qu’à, « imaginer » ce qui pouvait arriver et s’y préparer mentalement, tout en gardant en lui une sorte de ressors actif, prêt à bondir et à le faire bondir de manière à ne jamais être prit au dépourvu quelque soit la situation.

Pouvait-on dire que la réunion des Quaesitor le prenait au dépourvu ? Non, pas du tout. Cela faisait des jours qu’il se trouvait à Venise et il avait sans doute été l’un des premiers sur place à sentir peu à peu l’affluence Cosmique qui se dégageait à présent de ces ruelles et de ces canaux. Installé dans une gondole dont il avait payé le propriétaire d’une obole de cuivre, Narcisse se payait le luxe de faire faire au batelier le tour de la cité, pour l’admirer comme il le souhaitait sous tous ses traits les plus raffinés. Implicitement, le Dieu du Rêve cherchait de tous ses sens ceux qui allaient apparaître devant lui très prochainement. Mais rien n’y faisait, car leurs auras étaient partout, et nul-part à la fois.

Qui donc les Dieux avaient-ils choisis pour être ici ?
Lui-même s’était en quelque sorte choisi, lorsque Perséphone l’avait contacté à travers l’espace et les dimensions pour lui demander d’aller à Venise. Choisi, car il aurait pu refuser, peu importe les conséquences d’un refus fait à la « Reine » des Enfers. Titre stupide d’une monarchie incohérente. Il n’y avait qu’un seul réel chef aux Enfers, et personne ne devait l’oublier : ni lui, ni elle, ni même Hypnos son « père » dont les agissements n’avaient sans doute pas été des plus fins aux cours de ses dernières années. La situation des Spectres d’Hadès allait devoir changer, et vite, ou leur puissance affaiblie deviendrait une cible pour Athéna et Odin. Car Narcisse ne croyait pas à la paix, et il savait qu’aucun être ne résisterait à l’envie d’écraser sous son pied les suppôts du maître d’en-dessous, si l’occasion lui en était donnée. C’était pour cette raison qu’il avait accepté de venir à Venise.

Ici, il allait avoir sous la main toute une brochette de dignitaires envoyés par les autres Dieux et, le cas échéant…
D’autres Spectres allaient venir à Venise, le rejoindre à l’ambassade d’Hadès où il résiderait lui-même quand il passerait en ville. Narcisse ignorait de qui il allait s’agir mais leur présence allait être inutile : le Dieu du Rêve se suffisait à lui seul.
    Vous voulez descendre ici monseigneur ? Demanda une petite voix fluette qui le tira de ses rêveries.

    Oui mon brave, merci pour cette promenade.
Narcisse se releva gracieusement de la gondole et monta sur le ponton de la place devant laquelle le batelier l’avait laissé. Celui-ci secoua la tête, se demandant qui pouvait bien être cet homme si silencieux et rêveur, pour ainsi faire le tour de Venise sans dire un mot. Mais tout ceci ne le regardait pas et il valait mieux laisser aux gens leurs interrogations, lorsque celles-ci semblaient vous emmener si loin de l’instant présent.
La petite gondole repartit à travers les canaux de Venise, et dans le dos du batelier, l’ombre d’un homme à l’incroyable chevelure verte avait déjà disparue…
Ambassade Hadès >
Revenir en haut Aller en bas
Krauser


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 205
Armure : Manger, faire peur, manger, donner des cauchemars, manger, faire des calins nounours et... j'ai dit: manger?

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Désordre   Dim 16 Sep - 16:09

cathédrale =>



Les paroles de sa Reine résonnaient encore dans l’esprit de Krauser, alors que lui et son maître empruntaient le plus court chemin vers leur destination. Il n’était pas un fervent adepte des salamalecs, mais il savait que la déesse des enfers ne parlait jamais sans raison. Un jour, peut-être… accèderait-il à un niveau convenable.
Mais pour l’instant, la priorité était leur mission. L’Ogre porta la main au réceptacle de cosmos que lui avait confié sa Reine. Il en ressentait toute l’intensité, malgré sa petite taille.

Krauser fut tiré de ses pensées lorsque tous deux parvinrent à la sortie du passage dimensionnel, qui venait de réduire leur voyage à quelques minutes. Dissimulé dans l’ombre d’une grande bâtisse aux bordures richement décorées, le spectre s’empressa de se délester de son surplis. L’une des lois à Venise était de ne pas montrer son appartenance à l’une ou l’autre armée, ni même d’user d’un quelconque pouvoir. Cela réjouissait Krauser, car en terme de force brute, il était sans conteste supérieur à la plupart des personnalités présentes sur place. Et là où tout usage de cosmos était prohibé, ce détail avait son importance.
L’Ogre sortit de sa cachette, vêtu d’une simple tunique orangée. Simple, mais malgré tout plus distinguée que ses vêtements habituels. Il était à Venise, il ne fallait pas l’oublier.

Mais après quelques pas en direction de l’entrée de la ville, Krauser déchanta. Un écriteau précisait que l’entrée n’était possible que par les canaux de la ville, lesquels ne pouvaient être empruntés qu’en payant une obole d’une pièce de cuivre à un gondolier. Pour un spectre n’ayant jusque-là que très rarement eu besoin d’user de la monnaie des humains, la tâche était ardue. L’Ogre plongea la main dans la poche de sa tunique, et ne put en tirer que trois pièces.

Eh bien, espérons que les auberges ne soient pas très chères, ici.

Avec deux pièces, il était évident qu’il n’irait pas bien loin. Mais la question ne se posait pas, il fallait entrer. Précédant son maître, Krauser s’avança en direction des embarcadères de gondoles. Constatant que les embarcations étaient toutes relativement frêles et légères, le colosse prit soin de sélectionner la plus grande –ou plutôt, la moins fragile-, et s’approcha de son propriétaire. Avant que le spectre n’ait le temps de dire un mot, l’homme lança, d’un ton enjoué mais hypocrite :

Buongiorno, signore ! Je peux vous mener n’importe ou dans cette si belle ville, pour la modique somme de...

Une pièce de cuivre, je sais, le coupa Krauser. Tenez.

Le spectre tendit au gondolier la petite pièce de métal brun, puis se tourna vers son maître.

Seigneur, je vous laisse le soin de donner notre destination à notre guide. Je n’ai pas l’honneur d’en connaître l’emplacement.

Sur ce, Krauser monta le plus prudemment possible dans l’embarcation, laquelle s’enfonça de quelques centimètres dans l’eau trouble du canal. Puis, encore debout, il plaça sa main à mi-hauteur du quai, et bloqua les muscles épais de son bras, constituant un escabeau de fortune pour permettre à son maître d’embarquer à son tour, le plus aisément possible.

S’il vous plaît…

La mission débuterait lorsque les deux spectres auraient rejoint le seigneur Narcisse, mais déjà, Krauser était aux aguets. Sans doute croiseraient-ils de nombreux ennemis des Enfers, même sans s’en rendre compte ; mais ils seraient bien là. Et tout territoire neutre qu’était Venise, une escarmouche était plus que plausible en présence d’autant de guerriers.

Espérons que tout se passera sans encombre.

ambassade d'Hadès à Venise =>


Dernière édition par Krauser le Dim 16 Sep - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Désordre   Dim 16 Sep - 19:38

Arrow Cathédrale des Enfers

Prenant la rose blanche, le Juge s'inclina respectueusement avant de sentir un grand voile traverser ses yeux. Sans un mot, il se laissa porter par le cosmos de sa Déesse dans l'hyperdimension, le voyage fut telle une vague puissante emportant tout sur son passage. L'odeur de l'iode le sortit de sa torpeur au moment où il se posait aux côtés de l'Ogre. Son surplis s'envola alors pour respecter les lois qu'il avait lu pendant ce voyage entre les deux mondes. Recouvert d'une lourde cape vénitienne bleue nuit, il s'engouffra derrière les pas de son disciple pensivement.

Les derniers mots de sa Déesse le laissait un peu interrogatif. Protéger Narcisse ? Ce nom ne lui était pas inconnu mais il ne pouvait dire où il l'avait déjà entendu. Le dieu des Rêves ? Un homme s'était déjà joué des siens et il espérait bien que les deux noms n'en fassent pas un. car si il y a une chose que détestait le Juge, c'était bien de pénétrer son jardin secret et ses désirs les plus secrets. Enfin, pour l'instant, il fallait veiller sur ce Dieu et cela était déjà surprenant que la Déesse envoie une telle équipe pour cela. Il ne doutait pas que le jeune Krauser avait le potentiel pour tenir en cas de combat, il l'avait prouvé pendant quelques échanges peu amicaux. Cependant, le souvenir de leur dernière algarade impliquait de ne pas laisser l'Ogre partir dans une colère sans nom, comme pour lui d'ailleurs certainement.

La vue des canaux de Venise lui était familière et éveillerait très certainement l'attention de Caeron. Aiakos, en haussant les épaule, renifla les parfums cosmiques de la ville pour essayer de comprendre le pourquoi de cette réunion au sommet. Il vit alors son ami en train de compter ses pièces en perdant son sourire légendaire, une bourse de Livres d'or lui était posé sur cette main.

" Tu pourras acheter notre chambre dans une auberge devant un bon plat... Et n'hésites pas à demander la prochaine fois ! "

Si la plupart des hommes et des spectres devait faire face à sa froideur teinté de dédain. L'ogre, maudit comme lui en quelque sorte, était une personne qu'appréciait le Juge et il serait mal avisé de lui toucher un cheveu sans craindre sa colère. De plus, avec le temps, Aiakos pensait en faire un fin gourmet des meilleurs auberges de sa connaissance. La cuisine italienne était dit-on d'un grand raffinement et les plats toujours bien garnis, dans un grand sourire énigmatique, le Juge songeait déjà à une visite gastronomique de la ville dans les jours à venir. Ceci dit, l'heure était déjà à prendre cette gondole en direction du coeur de la Reine des Cités.

" Merci de me laisser choisir, mais j'avoue que je ne connais pas plus que toi cette ville. Si seulement ils avaient fait ça à Istanbul.... Enfin bon, d'après ce que je lis sur les recommandations de notre Reine, oublions nos surplis et toute activité pouvant être découverte par les hommes. On a intérêt à être discret.... Pour te répondre.... Bah j'ai là une adresse dans une Basilique appelée Santa Maria... Allons déjà là-bas pour avoir des nouvelles ! "

Le regard pensif de son collègue n'échappa pas à Aiakos. Des tas de questions se posaient sur leur présence ici mais aussi sur le fait que l'on ne savait même pas pourquoi un tel rassemblement avait été organisé. Même la Déesse n'avait pas donné plus d'indications sur ce point. Montant dans la gondole, il fit signe au Gondolier en lui disant dans un italien approximatif.

" Basilica Santa Maria ! "

Arrow Ambassade d'Hadès à Venise
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Désordre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Désordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-