RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]   Sam 15 Sep - 20:45

Arrow Ellipse

Un nouveau jour se levait sur la Terre des hommes, l'astre solaire autour duquel gravitait la déesse mère brillait d'une lueur dorée pour celle tournait lentement sur elle même afin de faire profiter sa peau de pierre ainsi que de ceux qui vivaient sur son être puisse profiter de la tendresse de la lumière et la chaleur d'Hélios. Il arrivait parfois que celui-ci vienne illuminer l'étrange domaine qui s'était élevé au plus haut de l'Ether voila maintenant plus de six longues années, un immense lieu formée a partir d'une montagne à deux face sur un titanesque bloc de pierre: singulier endroit où l'une des faces ressemble a celle d'un grand château aux muraille paré de noir et d'argent tandis que l'autre face affichait le visage d'une sorte de Sanctuaire où Griffon et oiseau de grande taille aux larges ailes déployés se sont fait statue d'obsidienne sous la volonté de son créateur; deux ambiance bien différente semblerait-il pour ceux qui avaient eu la chance d'apercevoir la haute demeure de celui qui depuis le ciel gardait un oeuil sur le monde... Nul ne pouvait échapper au regard du dieu de la mort.

L'être portant ce titre se trouvait du coté château de la demeure de pierre, au niveau d'un immense balcon au relief rappelant ceux de l'Elysion la terre de Repos de la personne qui était le maitre de ce lieu. Celui-ci était habillé d'un long habit semblable une longue robe de prêtre de couleur indigo mais portant les caractéristiques d'un kimono, tombant jusqu’à ses pieds tout en recouvrant intégralement son corps de ses reliures dorées: Le tout étant tenue a sa taille par une ceinture de soie violette. Ses longs cheveux d'argent au vent, le dieu de la mort observait le monde et l'agitation qui venait de prendre une ile depuis l'apparition d'un étrange personnage: Quelque chose des plus curieux était en train de se passer du coté de l'océan indien, sur l'une des plus grandes iles de ce monde pour être exact observa le dieu d'argent tout en portant à sa bouche une décoction brune qu'il prit lentement d'une petite table sombre où se tenait à ses cotés une fleur pareille a nulle autre dans ce monde, observant avec le dieu une image naissant d'un globe de cristal noir au centre de la table et qui projetait une apparition pour les deux êtres l'observant.

"Étrange que tout cela, mon Adorée... Un être dont j'ignore tout s'est introduit au seuil de chaque sanctuaire terrestre comme marin et y a lancé un défi à tout ceux l'ayant écouté. De chaque faction, des représentants de chaque dieu se sont mit en tête de le relever et se sont réunie sur une grande ile de l'Océan indien... Même mon frère s'est prêté au jeu. "

Thanatos observait le monde depuis sa demeure en compagnie de la fleur qu'il avait arraché de la froideur du Cocyte et qui réchauffait son existence de dieu voila maintenant Six longue années de bonheur a ses cotés... Des années que l'incarnation de la mort n'aurait jamais pu espérer six ans auparavant... Terminant son verre le jeune dieu à la longue chevelure d'argent observa comment bon nombre de prétendant au défi de l'énigmatique personnage essayèrent de résoudre l'énigme qui faisait disparaitre hors de la terre et de sa vision ceux qui la réussissait. Les transportant au delà de ses sens divins, indiquant par la même que l'auteur de ce défi n'était pas un mortel... La main du dieu posa doucement le verre aux éclats sombre qu'il avait prit et porta doucement celle-ci en direction de la main libre de la jeune personne aux cheveux d'or prés de lui: attrapant doucement ses doigts sous les siens pour venir étreindre sa paume de la sienne tandis que le jeune dieu s'approcha du corps de celle a qui il avait offert la vie, ses dons et son coeur brulant afin de la prendre contre lui dans une douce étreinte au niveau de la taille de son bras restant.

"Cela ne nous concerne nullement, ma tendre rose... Nous n'avons pas a nous interroger d'avantage sur ce qui a manigancé le départ de certain des nôtres hors de la protection de Gaïa. "

Dit-il avec douceur tout en posant son front contre le sien, faisant dés lors briller la marque qui était la sienne sur son front comme le sien avant d'approcher délicatement sa bouche de la sienne: fermant doucement les yeux pour venir boire le délicat nectar de ses lèvres bien plus délicieux et addictif que la plus douce des Ambroisies.

Contact des plus suaves et des plus brulant que celui-ci aux sens de la divinité tendre qui commençait alors a refermer ses bras autour de la taille de sa moitié avant qu'une voix ne viennent rompre ce tendre moment de paix.

*Mes chers Spectres. Aujourd'hui est un grand jour pour nous tous. En effet, votre bien aimé Empereur est de retour parmi nous. Aussi vous demanderai-je à tous de bien vouloir revenir, séance tenante, à la Cathédrale. Il est temps pour nous, oui plus que temps, de reprendre ce qui nous revient de droit et qui nous a été arraché il y a six ans de cela!*

Thanatos écarquilla les yeux à l'entente de ses mots, relâchant alors à contre cœur les lèvres de sa belle pour concentrer ses sens jusqu'au point d'émission de ce message télépathique qu'on dut entendre chaque spectre encore vivant en ce monde. Tristement, celui qui avait autorisé une seul personne l’appeler Rochel dû rompre le doux échange avec sa rose si cher à ses yeux avant de se redresser tout en gardant l'une de ses mains dans la sienne; laissant glisser ses doigts contre les siens jusqu'a ce que la pointe de ses phalanges ne quittent la main de Christa avec tristesse.

"Pardonne moi ma douce mais il me faut à présent briser notre Retraite... Ceux a qui j'ai juré allégeance m'appelle: je me dois de répondre en tant que Dieu de la mort..."

Rochel observa sa rose et vint avec un regain de douceur s'exprimant dans un sourire, caresser l'une de ses joues de sa main avant de se retourner pour se diriger vers l'une des salles les plus enfoncé dans le cœur du domaine de la mort: Thanatos partait à la recherche de son armure tout en ressentant qu'il allait en avoir besoin. Quelque chose venait de gronder en Enfer et accéléra son pas...



Dernière édition par Thanatos le Mer 3 Oct - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1622
Armure : robe divine de la rose des glaces

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]   Dim 16 Sep - 0:56

Devant la délicieuse collation du matin apparue, comme toutes les choses merveilleuses dans ce palais enchanté, de la volonté du dieu de la mort, Christa s'apprêtait à vivre une autre de ces journées qui coulaient comme un fleuve tranquille dans les cieux de l'Amérique. La terre promise inattendue. Ici nul combat, sinon celui, infini, des ruisseaux sur les rochers tout en contrebas, le souffle des vents dans les airs. La mort et l'amour régnaient en maître, sous leur jour le plus doux.

Mort de la souffrance. Amour de l'existence. Tout cela était bien différent de ce que la jeune femme avait vécu dans une vie antérieure. C'était comme si … comme si elle s'était réincarnée sans perdre pour autant ses souvenirs. Elle avait autrefois vécu dans le noir et dans le froid, désirant la lumière avec une passion presque désespérée. Désormais, elle vivait une existence dans la lumière et la chaleur. Elle ne désirait rien de plus, sinon celui avec lequel elle partageait ces jours. Rochel pourvoyait toujours à ses besoins, au-delà de ses espérances.

Le monde, elle l'avait oublié. Elle ne pouvait pas réellement le voir avec autant d'acuité que le dieu. Avec la distance, il ne lui semblait plus qu'une vallée de larmes tragiquement vaines. Seuls les souvenirs amers ressurgissaient de ce passé exsangue à l'épreuve de la comparaison de son radieux bonheur présent, et le pourquoi de son ancienne vie lui avait échappé avec le fil des jours. Lorsque ce jour-là, son bien-aimé lui parla de ce qui se produisait sur terre, elle lui répondit d'un sourire. Elle ne comprenait pas la portée de ce qu'il lui rapportait, pas plus que les formes apparaissant dans le globe trônant au milieu de la table. Ce qui importait, c'était qu'il la prenait dans ses bras, ici et maintenant.

« Cette journée sera magnifique, mon amour. Que nous importe ce qui se passe en dehors de la sphère de Gaïa, tant que cela ne vient pas assombrir notre bonheur. N'allons pas chercher ces mésaventures, ne risquons pas de perdre ce soleil qui n'a pas fini de réchauffer mon cœur. »

La jeune femme tenta d'ignorer les visages connus qu'elle vit défiler sur l'orbe sombre. Des saints en particulier, qu'elle avait pû côtoyer. Kenshiro … Henriques … Urio … Comment ces fous pouvaient-ils encore être en vie … Non, son attention n'était dédiée qu'à son amant. Elle buvait chaque goutte de son amour avec adoration et bonheur, et elle n'avait pas l'intention d'en gaspiller une seule. Elle se glissa dans sa chaude étreinte, plongeant ses yeux languides dans les siens, et lui offrit ses lèvres.

Soudain, elle le sentit tressaillir. Son cœur se serra lorsque leurs lèvres se séparèrent. Avant même qu'il ne parle, elle sut que le soleil s'était éclipsé de leur ciel. Il était obligé de partir, lié par ses serments. Christa ferma ses yeux douloureux. Ces serments dont elle avait elle-même été libérée. Il retombait en esclavage, auprès de de ses maîtres. Il caressait doucement son visage. Elle détourna le sien, amère. Leur idylle ne pouvait durer qu'un temps avant que les dieux grecs ne révèlent à nouveau leur insatiable soif de sang.

« Je ne peux te blâmer de tenir ta parole, Rochel. Je ne puis que t'attendre, et espérer que tu me reviennes ... »

Et tandis qu'il partait en direction de la salle d'armes, la belle regardait une dernière fois ce ciel bleu, cruellement bleu au-dessus de sa tête, incapable de retenir ses larmes. Pourquoi ne pouvait-il pas rester ici. Pourquoi ne pouvaient-ils pas fuir, tous les deux, dans un lieu ignoré des autres dieux et des hommes? Pourtant, elle ne pouvait se mentir bien longtemps. Un tel endroit n'existait pas. Où qu'ils soient, on finirait par les retrouver un jour pour leur demander des comptes. Les poings de la guerrière se crispèrent.

* Rochel … Je ne peux t'empêcher de partir. Mais je te suivrais, quelques soient les sacrifices que je devrais consentir. Et je saurais nous préserver de ces nouveaux périls. Je t'arracherai aux Enfers, malgré toi !*

Disparaissant à son tour derrière les murailles noires du palais de la mort, Christa laissa ses pas la guider jusqu'à l'orbe qu'elle avait autrefois refusé. L'esprit du papillon était toujours là, battant frénétiquement de ses ailes couleur de soir dans cette cage de cosmos. Elle l'effleura du bout des doigts, et son influence lui parvint en un funeste message. Cela brillait, cela avait une malsaine chaleur, comme une étoile.

* Je ne te laisserai pas partir sans moi, Rochel. J'accepte une fois de plus de boire cette coupe de sang, puisse t-elle me donner ce que je désire.*

Sa peur vaincue dans cette muette imprécation, la jeune femme plongea sa main dans la noirceur de la sphère où dansaient de petites lumières. La réalité fut comme dévorée par une encre qui se répandait irrémédiablement de toutes parts. Christa eut un réflexe de protection de ses bras, avant de choir au sol, dévorée par l'essaim obscur.

Lorsqu'elle réapparut, la fleur avait changé en apparence et en pouvoir. Elle se releva, tout en surplis. Elle n'avait plus l'air humaine : son visage était devenu blafard, ses oreilles s'étaient éffilées. La teinte pourpre de ses yeux n'avait plus rien de commun avec le bleu pâle qui est la caractéristique des gens du nord. Elle contempla l'armure de métal qui la recouvrait, d'une forme étrange et terrifiante, d'articulations noueuses et de nervures d'une finesse incomparable. Sa perception des choses était différente. Et autour d'elle flottait un intangible nuage de papillons de lumière.

#Rochel !#

Désormais, elle ne parlait plus. Elle communiquait par la pensée. Elle ne courrait plus sur le marbre, mais elle glissait dans les airs comme une ombre, portée par des ailes aériennes.

#Rochel ! Attends-moi. Je viens avec toi. #
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]   Dim 16 Sep - 3:03


Une larme invisible coula le long de la joue du personnage à la peau d’ivoire s'enfonçant lentement dans les ténèbres de l'immense demeure divine. Cette perle de rosé que nul ne voyait venait de naitre de son regard d'argent lorsque que les mots de sa compagne l'atteignirent une fois le seuil du balcon dépassé: Il ressentit dans ses paroles une certaine déchirure s'en prenant directement à son cœur comme si le songe si doux dans lequel il se trouvait depuis tant de temps venait d'être arraché sous la férocité de la dure réalité... Fermant les yeux un court instant, le dieu d'argent soupira alors en se rappelant chaque moment, chaque instant, chaque seconde, Chaque souffle de ses douces journées passaient avec en sa présence et sa compagnie si douce à sa vie: Bien que se complaisant dans le bonheur le plus incroyable pour le sinistre dieu qu'il était, Thanatos savait qu'un beau jour viendrait où son devoir aller passer a l'encontre de ce qu'il voulait, de ce qu'il désirait contre ce qu'il devait. Pourtant malgré cette pensée le dieu de la mort n'attendait pas ce jour funeste où il aurait été obligé de rompre la paix pour laquelle il s'était battue: Pour la souffrance et la douleur qu'il avait infligé afin de venir trouver un rayon de soleil maintenant obscurci par le noir nuage de son devoir !

Ce confort... Cette joie... Ce bonheur et cette paix était ce a quoi inspiraient les vrais guerriers pensait Thanatos en pensant a ce qu'il allait laissait derrière lui en répondant à l'appel de sa reine: l'idée de laisser sa rose si fragile et si douce ici lui déchirer la poitrine d'une douleur innommable, cependant cela était un moindre mal que celui de la savoir dans l'insécurité qu'offrait le monde des hommes. La savoir loin de lui allait surement le rendre malade mais il saurait qu'elle était à l’abri de tout en ce temple céleste accessible seulement par lui; en ce lieu il ne pouvait rien lui arriver pensa le dieu de la mort en s'approchant de deux immense portes d'obsidienne portant sur chacune d'elle un visage ailé dont le regard portait sur l'autre: Une copie du mur des lamentations donnant sur l'Hyperdimension... Une fois face à l'immense rempart taillé dans la roche volcanique de Yellowstone, le dieu de la mort fit doucement briller son cosmos divin jusqu’à ce que le couloir sombre qu'il avait traversé ne se voit illuminer de deux longues lignes de torche bleuté alors que le portail fermé devant lui ne fasse apparaitre le sceau de Thanatos: dessinant un pentacle a cinq branche avant de s'ouvrir lentement face à lui.

Elle était là. Elle l'attendait. Les bras levés, les ailes écartés et le masque de sa forme de totem sous son heaume: le surplis du commandeur de la mort se mit a briller d'une lueur maléfique à l'instant même où le dieu d'argent avait ouvert les portes lui interdisant l’accès au monde qu'il avait jalousement gardé pour sa rose et lui même... Cachant a sa belle une partie de l'être qu'il était réellement et dont il voulait que le cœur ne puisse se rappeler, sachant qu'à l'instant où il investira cette colossale armure: la paix de celle dont il désirait le bonheur sera brisé par le commandeur de la mort.

Spoiler:
 
Prenant lentement le casque ailé entre ses mains, Rochel referma ses yeux avec lenteur tout en murmurant au visage du totem face à lui, voyant celui de celle qui occupait ses pensées à la place du visage froid et sinistre de la mort:

"Pardonne moi, mon amour... Si je veux garder ton bonheur intacte: Je dois me présenter aux Enfers... Je te reviendrais vite, je te le promet."

Terminât Thanatos avec force avant d'ouvrir les yeux dans une explosion de lumière: libérant alors toute sa puissance divine dans la demeure céleste qui s'en trouvait fortement secoué pour chaque battement de cœur que prenait l'armure divine de Thanatos pour quitter son socle d’onyx afin de venir couvrir une partie du corps du dieu de la mort. S'installer d'abord a sa ceinture avant de déployer une myriade de traits d'argent couvrant ses jambes dés lors protégés par son armure, ses brassards éclatèrent de leurs support avant de se reformer autour des bras du dieu portant lentement son casque au dessus de son visage alors que de loures épaulettes se soulevèrent de son totem pour se poser avec force sur les épaules du dieu de la mort qui, mit alors en place son heaume au dessus de ses cheveux alors que de multiples ailes d'argent naquirent dans son dos en trois paires distinctes avant de se retrouver couverte de métal pour adopter la forme sinistre des ailes de la mort... Deux autres ailes firent leurs apparitions mais cette fois-ci sur la tête du jeune dieu qui ressemblait alors à un ange tombant en pleine déchéance lorsque que sa blancheur se laissait recouvrir par ses propres ténèbres.

"Pour notre paix, mon amour... Il me faut de nouveau boire dans ce calice... A présent, j'abandonne ma neutralité pour toi mon cœur battant, puisses tu trouver la force de me pardonner !"

Termina le dieu de la mort en posant la dernière pièce de son armure sur sa tête dans un rugissement: laissant éclater une nouvelle fois sa force dans tous le château sous la forme d'une vague de pouvoir titanesque. Thanatos avait revêtue son surplis, prêt à répondre à l'appel du combat...

Une forme se matérialisa au plus haut sommet du domaine du dieu de la mort, dans un dôme de cristal où se trouvait incrustait dans la brillance du matériaux: une gigantesque carte du ciel représentant l'univers dans lequel le dieu et sa dulcinée se trouvait ainsi qu'un télescope née des mains d'une âme que le dieu avait rappelé des morts pour ses caprices et ceux de sa rose... C'était en ce lieu précis que le dieu décida de se matérialiser avant de fissurer la réalité d'un seul regard: ouvrant une déchirure béante dans le réel afin d'atteindre l'Hyperdimension, ce qu'il ressentait ne lui laissait pas le loisir de se téléporter ou de voler jusqu'à la cathédrale des Enfers, il n'en avait pas le temps pensait-il intérieurement avant d'entendre une pensée voler vers lui... Un frisson se fit sentir à la base de sa nuque alors que son corps se détourna lentement de la fissure pour voir approcher de lui une créature qu'il n'aurait crue voir en ce lieu.

Cette personne avait le teint blafard, des oreilles des plus pointues comparé aux mortels, une sinistre lueur pourpre dans le regard... Ce qui approchait du dieu de la mort n'avait hélas plus rien d'Humain... Une larme bien réelle naissait dans son regard alors qu'il tendit lentement l'une de ses mains gantés de son surplis en direction de celle qu'il avait instantanément reconnue comme sa moitié: Prenant doucement le visage de celle-ci dans sa main le dieu de la mort ne put retenir la larme qui se laissait couler le long de l'une de ses joues et prit celle qu'il aimait le plus en ce monde entre ses bras. Nul besoin de parole ni de prescience entre eux: Il avait parfaitement compris ce qu'il venait de se passer et même si cette vision lui avait déchiré le cœur à la pensée qu'il pouvait arriver malheur à sa rose, son papillon venait de briser sa chrysalide qui semblait avoir été bien plus dure qu'elle n'aurait pu penser...

"Christa... Oh Christa... Tu as finalement pris ta décision, ma douce... Tu as choisie ton chemin."


Terminât le dieu en posant son front contre le sien comme lors d'une communion silencieuse: laissant briller l'étoile sous son casque tout en imprégnant sa rose d'une énergie nouvelle, laissant alors se déverser une portion de son pouvoir en elle... Lui offrant le don de la mort.

*J'aurais tant espérer qu'aucun mal ne te sera jamais fait, mon amour... Mais je sens ton désir et je ne peux m'y opposer: je peux seulement t'offrir un pouvoir qui je l’espère te sera le plus utile, Christa... Je t'offre une partie de moi.*

Fini la pensée du dieu avant de l'éteindre de tout son être jusqu’à même refermer ses immenses ailes de jais et d'argent autour d'elle: posant ses lèvres sur les siennes à l’abri de ce cocon d'airain seulement illuminer par la lumière de leurs yeux brillant l'un pour l'autre... Lui offrant alors un baiser des plus longs et des plus savoureux avant de lentement reculer en direction de la porte de l'Hyperdimension où il se laissa tomber avec elle dans cette étreinte qu'il voulait éternelle.

Christa avait décidé de le rejoindre... Elle était maintenant pleinement a ses cotés pour toujours et à jamais .

Arrow Cathédrale d'Hadés avec Christa

Revenir en haut Aller en bas
Christa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1622
Armure : robe divine de la rose des glaces

Feuille de Personnage :
HP:
157/157  (157/157)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]   Dim 16 Sep - 10:55

Les portes d'obsidienne passées, le papillon nouveau-né se dirigea à tire d'ailes et d'un trait scintillant à travers le chemin de feux follets tracé par Thanatos, attiré par la lumière surnaturelle du sceau de la mort. Le même sceau qui sur son front empêchait son âme de se séparer de son corps. Elle aperçut la silhouette de l'ange ennemi des hommes : avec ses nouveaux yeux, elle pouvait à peine percevoir les couleurs. De loin, il avait l'apparence d'un monstrueux rapace hybride. Mais elle pouvait toujours sentir sa chaleur, son odeur, et cela suffisait à le reconnaître et l'aimer tel qu'il était.

Au-dessus de leurs têtes, le ciel de cristal au-dessus de leurs têtes vibrait du silence effrayant de l'Hyperdimension. Il y eut un instant de flottement : les deux amants du palais flottant s'observaient mutuellement, heurtés par la stupeur de se découvrir l'un l'autre sous ce jour si sombre et inhabituel. Pourtant, ils n'avaient pas tant changé depuis six ans, deux guerriers portant toujours cette part de mort dans leurs âmes. Lorsqu'il l'appela d'un geste, elle se laissa porter par ses ailes fragiles comme du papier de soie, et se posa à ses côtés pour caresser de ses mains apaisantes le cœur en lamentations du dieu.

# Je ne pourrais supporter de te savoir loin de moi. Ainsi, je serais toujours à tes côtés. Je servirais Thanatos comme il se doit, guidant les âmes mortes loin de la Terre, et je veillerais sur toi. #

Son regard quitta le sien pour une communion plus totale, par le biais des sceaux de la mort sur leurs fronts. Serrant ses mains dans les siennes, elle tressaillit à ce baiser qui lui conférait la puissance délétère de Thanatos, qui porta la touche finale à sa transformation. La lumière de l'étoile celeste de la féérie changea de nuance, intégrant le pouvoir corrupteur de la mort. Seul toucher encore possible sans destruction, elle savoura l'étreinte et le baiser de son amant, dernier bonheur volé au destin qui les conduisait au-devant de la guerre.

Thanatos s'engouffra dans l'hyperdimension, se guidant aux étoiles et aux galaxies étrangères qu'il connaissait depuis qu'il était un dieu, et elle le suivit sur ses traces, sans le quitter d'une semelle, entraînant à sa suite un cortège d'honneur d'insectes d'or voltigeant derrière celle qui leur montrerait le chemin vers leur dernière demeure.

>> Cathedrale d'Hades
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le sanctuaire de la mort [Au dessus de tout: Thanatos PV Christa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Amérique-