RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mar 9 Oct - 21:39





    => Entrée du Sanctuaire/Post de Garde

    Puis, un orage éclata. D'une violence rare, ses éclairs zébrèrent la figure du ciel qu'ils teintèrent de pourpre. Des formes noires, inquiétantes prenaient forme en même temps que des flashs lumineux illuminaient les nuages. Le son roula, comme le grognement d'une bête, tandis qu'une statue de pierre, fendit les nues, bravant ce prélude de tempête. Ô que se passait-il donc une fois encore ? Quel démiurge dardait sur son Sanctuaire, son regard plein d'une colère palpable, une folie presque communicative. Les habitants restaient cloîtrés chez eux, espérant secrètement que les cieux ne leur tombent pas sur la tête. Certains d'entre eux priaient la Déesse de leur venir en aide. Ce qu'ils ignoraient, c'était que son soutien était déjà en place, invisible, une barrière faite d'entrelacs de branches d'Olivier protégeait le domaine. Athéna ressentait son œuvre faire face à ce chaos d'énergie obscure avec une force inouïe. Non, l'arbre sacré n'était pas prêt de ployer sous le joug de la personne à l'origine de ce désastre. Mais qui tirait les ficelles ? La jeune femme avait de sérieux soupçons dont elle aurait voulut faire part à son Oncle, mais dans ce tumulte, ses pensées se tournèrent un moment vers l'aura négative, ces éclairs ayant eu le but premier de frapper son Lion. Cela aussi, la Déesse de la Sagesse l'avait ressenti. Sur son visage de porcelaine, à moitié dissimulé dans l'ombre de son casque doré, un onde d'inquiétude la fit froncer des sourcils, crisper la mâchoire et les poings. Ses yeux luisirent de mécontentement. Il leur fallait agir au plus vite. Seulement, il fallait se mettre à l'abri pour établir un plan de bataille. Elle continua d'avancer parmi les décombres, le cœur lourd de voir des corps entassés les uns sur les ordres dans des positions incongrues. D'un geste de la main, un voile diaphane les recouvrit comme un linceul, lavant toutes traces évidente d'une mort épouvantable, effaçant jusqu'aux rictus les plus affreux. Elle s'arrêta, net, quand un gémissement parvint à ses oreilles.

    Elle tourna frénétiquement la tête à droite et à gauche, tâchant de trouver l'endroit d'où provenait ces râles d'agonies. Il était là, coincé sous une colonnade renversée. Pantoise, la Déesse approcha du bloc de pierre pour le soulever à l'aide de son simple cosmos chargé de toute la douceur dont elle était capable en ces heures sombres. Un petit enfant tourna ses yeux implorants vers sa Déesse, l'intimant à le sauver. Dans un ultime effort, le garçon tendit les bras vers la lumière pour murmurer le nom de la déité guerrière. Avant que ses petits poings ne retombent mollement, la Sagesse s'était en un éclair portée à ses côtés pour les soutenir à la hauteur de son visage. D'un geste doux tandis que l'enfant rendait son dernier souffle, la Déesse l'étreignit dans ses bras, sa Lance se muant en une chouette immaculée. Celle-ci hulula plaintivement pour ensuite se poser sur l'épaule de Shion du Bélier. Quelques coups de bec dans cette chevelure tirant sur le vert, et la Déesse de la Victoire tourna sa petite tête blanche vers Poséidon pour le saluer en secouant ses ailes.

    Silencieuse, la Déesse Sage s'assura de bien refermer les paupières du petit homme et le reposer sur le sol. Quand tout ceci serait terminé, il y aurait de nouveau, des morts à enterrer, des funérailles à préparer. Un pressentiment enserra sa gorge, et ses yeux pers se tournèrent vers les Douze Temples. Sans un mot, elle se redressa pour guider la troupe improvisée vers un renfoncement dans la roche, une alcôve naturelle dans les falaises, où ils seraient momentanément en sécurité.

    « Vous savez tout comme moi qui est derrière tout ceci mon Oncle. Nous ne pouvons lui permettre d'aller plus avant dans ses plans. Mais une chose me taraude, serait-il vraiment celui qui tirerait les fils de ces pantins noirs ?»

    D'un signe de la main, elle invita tout ce monde à se réfugier dans la grotte improvisée et ainsi se protéger de la pluie. Le froid mordait l'ensemble du paysage qui se teintait de blanc. Partout le givre s'amoncelait. Et l'orage qui ne cessait de tourner au dessus de leur tête.

    « Je vous remercie de votre aide Seigneur des Mers, ainsi, il est temps pour nous de signer la paix par le Fer et le Sang. Shion ? Pourrait-tu t'avancer je te prie ? Je voudrais que tu sois le témoin de cette unification.»

    Fusse là une ironie du Destin ? Peut-être, toujours est-il que Shion du Bélier était celui qui avait toujours été présent pour ce genre de scène, lui qui fut témoin du balbutiement de cette paix en devenir. Le Sanctuaire Sous-Marin et le Sanctuaire Saint pour la première fois alliés. Comme quoi, il ne fallait jamais dire jamais. Un mince sourire illumina ses traits à cette pensées fugace. Silencieusement, elle demanda à Niké de reprendre l'apparence de sa Lance divine. Vivement, elle entailla la peau de sa paume : l'écarlate, aussitôt commença à colorer le blanc.

    Puis, elle tendit la main vers son Oncle ses yeux turquoises plongeant dans ceux du Dieu des Flots.

    « La Promesse du Fer et du Sang.»


Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 10 Oct - 0:11

Arrow Une messagère chez les Saints

Destructions et désolations. Six années de paix réduites en cendres en quelques instants. Mais qui aurait pu prévoir une telle attaque après tant de temps passé loin des combats, loin de l'agitation de la dernière Guerre Sainte et de tous les maux qu'elle avait engendrés. Shion se souvenait encore de feu Tsurugi, le Chevalier d'Or du Capricorne, qui avait succombé sous ses yeux face à la puissance du Dieu de la Mort, Thanatos. Et, certaines nuits, il repassait encore en revue les différents paysages morbides qu'il avait eu le malheur de traverser lors de sa visite aux Enfers. Six ans de cela et voilà que la tranquillité était à nouveau troublée. Par un ennemi inconnu mais dévastateur, au vu de tous les cadavres qui jonchaient maintenant le sol.

Sans un mot, Shion avait écouté les paroles de sa Déesse et acquiescé à ses propos. Que pouvait bien venir faire le Dieu des Océans au Sanctuaire d'Athéna en ces instants? Etait-ce lui le responsable des problèmes qu'ils rencontraient actuellement? Non, probablement pas. Sans quoi Athéna n'aurait probablement pas eu le même ton pour évoquer son arrivée. Ainsi, après avoir jeté un regard en retrait en direction des douze Temples, le Bélier s'était relevé - prenant note du regard d'Athéna mais sachant déjà qu'il reproduirait le même comportement la prochaine fois - et avait suivi cette dernière, non sans murmurer à celle qui accompagnait sa Déesse.

Je crains que notre visite au Grand Pope ne soit retardée. Je me dois de protéger Athéna en priorité.

Sans se faire prier, Shion s'était laissé guider par Athéna auprès de Poséidon afin d'en apprendre plus sur les origines de sa visite. Poséidon, celui pour qui Astre avait juré de consacrer sa vie, autrefois. Il y a des années de cela. Et pour quel retour... Impassible, le Premier Gardien tentait d'évacuer ces pensées négatives, écoutant en silence les échanges entre les deux divinités. De temps à autres, il laissait son regard se perdre sur les autres protagonistes présents dans ce tableau bien inhabituel. Des membres de l'armée Marina, bien entendu, venus accompagner leur Dieu. Comme lui le faisait avec Athéna. Mais aussi deux silhouettes inconnues. Ou pas tant que ça, et il fallut plusieurs minutes à Shion pour replacer Serafim dans le tumulte de ses pensées. L'ancien Chevalier d'Argent qui avait choisi de quitter l'ordre des Saints durant la dernière Guerre Sainte. Ainsi, il avait poursuivi son chemin, aux côtés des Marinas. Dans d'autres circonstances, Shion aurait aimé prendre le temps de discuter avec ce Guerrier pour en savoir plus sur son devenir, mais l'heure n'était point à ce genre de choses et le Bélier se contenta de lui jeter un regard, presque amusé.

Une alliance de fer et de sang, les mots étaient tombés. S'allier aux Marinas, un idéal déjà défendu par le passé et qui n'avait mené à rien de bon. Il ne restait à espérer que les temps avaient changé. Mais après tout, n'étaient-ils pas surnommés les Saint de l'Espoir? D'autant que Poséidon semblait partager les propos d'Athéna, acceptant de l'accompagner plus loin pour discuter des détails de leurs accords. Non pas sans avoir donner plusieurs ordres à ses troupes afin de renforcer les défenses du Sanctuaire, ordres qui relâchèrent quelque peu la pression grandissante sur les épaules du Bélier, partagé entre le devoir d'être aux côtés de sa Déesse et la volonté de rejoindre ses compagnons d'armes au combat. Ainsi que son disciple dans son Temple. Une tension apaisée pour quelques instants, jusqu'à ce qu'un nom ne résonne à ses oreilles alors que le Dieu des Océans passait à côté de lui.

Astre...

Shion n'avait pu faire mieux que de répéter ce nom, jetant un regard confus à Poséidon. Mélancolie, colère, incompréhension. Tous les sentiments passèrent en quelques secondes dans les yeux du Bélier avant que celui ne serre les poings pour retrouver son self-control et accompagner sans un mot les deux Divinités. Que pouvait-il dire de plus? Demander des comptes à Poséidon pour la mort de son ami? Lui faire des reproches? Non seulement il ne pouvait se permettre un tel comportement à l'égard d'un Dieu, mais encore moins alors que sa Déesse tentait de construire quelque chose de solide dans ce début de trouble.

Le regard plein de compassion, Shion avait observé la scène qui se déroulait sous ses yeux alors qu'un jeune enfant s'éteignait dans les bras de sa Déesse. Et s'ils avaient été seuls, peut-être aurait-il rompu toute étiquette pour se porter à ses côtés et lui apporter son soutien. Mais à la place, il devrait se contenter d'observer et de rester fort, tel un pilier du Sanctuaire. Et même lorsque Niké vint se poser sur son épaule, le surprenant de quelques coups de becs, le Bélier tenta de camoufler sa surprise pour ne pas troubler le recueil d'Athéna. Jusqu'à ce que l'heure du rituel soit venu.

A la demande de la Sagesse, Shion s'était avancé de quelques pas.

Je serai témoin de cette unification, Déesse Athéna. Qu'elle soit durable et apporte la paix sur ce monde, ainsi que la Victoire face à cette période de trouble.

Un sourire adressé à Athéna, suivi d'un regard plus neutre dirigé vers le Dieu des Océans. Une alliance durable, il fallait l'espérer. Espérer que les Marinas tiendraient leurs promesses et les aideraient à repousser cette invasion.
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 10 Oct - 0:27

~~ Concilium sanguinit ~~


Arrow Entrée du Sanctuaire

Poséidon suivait sa Nièce sans dire un mot, les monticules de gravats se mélangeant à des corps dans une litanie affreuse. Il avait connu tant de batailles que son expression restait figé dans un marbre un peu hautain, mais, quelque part en lui ,une douleur pour le respect de la vie le rendait de plus en plus agacé. Comme une légère musique montant dans son esprit, la colère montait et son cosmos aussi calme que la mer par beau temps auparavant commençait à se couvrir lentement d'un voile plus venteux. C'est au moment où de légers gémissements se firent entendre qu'il sortit de sa torpeur, il regarda sa Nièce en train de lever des débris avec son cosmos dans un espoir si vain.

Elle prit entre ses mains plusieurs étoffes qui entouraient le corps meurtri d'un jeune enfant. Il s'approcha alors de la Déesse en entendant le son de sa protectrice, cette chouette, celle qui avait conseillé aux Athéniens de prendre le fruit de leur richesse. Mais l'heure n'était plus au passé douloureux, il s'approcha alors de l'enfant posé sur le sol et posant la main sur sol, il se craquela au son de tambours venant des profondeurs de la terre. Comme une cavalcade furieuse, le sol s'ouvrit sous lui pour lui donner une sépulture inviolable, les murs virevoltèrent pour former une dalle de marbre sans nom. Au contraire de son aîné, il respectait la vie sous toutes ses formes et tenait à ce que chaque homme meurt dans la dignité.

" Athéna, cet enfant est le symbole de ce qui ne doit plus se produire. Votre terre a perdu aujourd'hui un petit être sans nom, on ne peut laisser nos Fils et nos Amis mourir... Nous ne pourrons le tolérer une nouvelle fois ! "

Peine, colère, le ton redescendit aussi vite qu'il était monté. Le Dieu des Océans ne comprenait pas encore le pourquoi du comment. Il avait tant de questions. Subitement, un éclair noir frappa à proximité et il était temps de se mettre à l'abri le plus rapidement possible. Il savait que si cette foudre les touchait, même les Dieux ne pourraient rien pour éviter le drame. Ils disparaîtraient à leur tour. La Déesse lui adressa alors sa question sans ambage, il connaissait évidemment la réponse. Autrefois, il avait combattu ce "nuage noir" dans le ciel et il avait fallu tous les soins d'Amphitrite et d'Océanos pour se remettre de ses blessures. Il ne répondit pas et se tourna pour regarder le ciel qui créait une étrange voûte crépusculaire dans le ciel.

" Ces pantins noirs se relèvent à cause de l'effet secondaire du Dunamis des Titans. Tu as bien entendu, cela dépasse notre Ichor divin et sans nos Frères, nous ne pouvons seul repousser une telle puissance. Saches que cette foudre noire, que l'on appelle encore Keraunos, est l'arme dont votre père use pour faire respecter son pouvoir sur l'Olympe. Hors il n'a pas été toujours son apanage et voilà que le véritable détenteur de cette force vient devant nous et... Laisses moi te présenter Coeos Polos ~ L'arc du ciel, celui qui foudroie la nuit ~ ! "

Le ton était grave, la situation exigeait de mettre les choses en avant et de ne pas se mettre à agir sans considération. Cependant, une chose ne cessait de tourner dans sa tête dans une danse désagréable : Pourquoi un Titan de cet envergure se serait abaissé à prendre les pires représentants de l'Humanité ? Il ne comprenait pas, Coeos était le symbole même de la droiture et de la finesse dans un monde en proie pourtant à la Titanomachie. Même pendant ces instants si graves, il n'avait pas varié d'un iota sa ligne de conduite. Il gardait cela pour lui en attendant et il se retourna alors pour fixer les prunelles de sa Nièce. Un sourire sur son visage lui fit comprendre que ses questions étaient aussi les siennes, tout le monde connaissait la légende sur le Titan et ses habitudes aux temps anciens.

A sa réponse satisfaite en partie, elle demanda alors au chevalier d'or du Bélier de bien vouloir avancer à leurs côtés. Un frisson enveloppa légèrement le cosmos du Dieu des Océans alors qu'il portait la main au bracelet d'orichalque qui était autour de son cou. Le sang taché sur le bracelet était le sien et celui d'Astre, la fusion de leurs esprits à un moment de déchirement entre eux. Il avait voulu le sauver mais... Quelqu'un avait empêcher sa renaissance et il promettait de se venger implacablement de cet affront. Il ne voulait pas non plus mentir au meilleur ami de son plus dévoué serviteur et ami pendant ces dernières années.

" Par le Fer et le Sang... Cette alliance n'a pas été renouvelée depuis la Bataille de Troie ! En mémoire d'une personne qui nous est chère, en mémoire des nôtres qui combattent chaque jour pour restaurer la paix sur nos terres, en mémoire de celle qui a souhaité cette paix, en mémoire de tout ceux qui ont forgé notre rapprochement, sachez que le Dieu des Océans vous donnera son Trident et son Sang. "

Arrachant le bracelet du petit collier d'argent qui le retenait à son cou, le Dieu concentra son cosmos pour faire revivre le sang d'Astre et le sien fusionné dans un même chemin. Des goûtelettes de sang aux odeurs diffuses de l'iode et du métal s'envolèrent vers le poitrail du chevalier d'or du Bélier. Le sang divin fusionna alors sur son armure pour lui donner une puissance nouvelle. Dans le cosmos du bracelet, un jeune homme à la chevelure rousse approcha de son ami avec ce sourire angélique et aimable que tout le monde lui connaissait, l'esprit d'Astre disparut alors dans les restes de l'orichalque qui devinrent aussi brûlant qu'une braise du fin fonds des abysses. Ils gravèrent alors dans la roche son dernier message dans la langue des Dieux.

Aux enfants, il faut laisser un bel héritage de conscience plutôt que d'or.
Enfin, le Fer et le Sang allaient essayer de sauver ce monde... et faire taire un temps les anciennes divisions, au moins en sa mémoire !
Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Jeu 11 Oct - 13:49

=> Une messagère chez les saints





Les choses ne se passaient malheureusement pas comme Mélisandre le souhaitais mais il fallait malheureusement faire avec ! De toute façon, lorsque l’ont côtoyait des Dieux il fallait être sur que tout partirais de travers a un moment ou un autre car il n’existait plus têtu qu’un dieu et si ce dernier avait décidé de faire autre chose que ce qui lui était demandé vous pouviez être sur qu’il s’en occuperait avant tout autre chose.

C’est donc résignée que la marina écouta la déesse de sagesse… Un bien grand mot pour l’occasion ! Elle voulait partir accueillir Poséidon qui était arrivé il y a peu de temps, d’ailleurs Mélisandre se demandait ce que son dieu faisait ici, elle n’avait pas été prévenue. Peut être avait-il ressenti la présence des envahisseurs ? Quoi qu’il en soit, il était désormais là et ceci changeait toute la donne !

Le grand pope devrait attendre et la Dame aux papillons était impatiente de le rencontrer au moins pour savoir ce que l’homme lui voulait. Ecoutant a moitié ce qu’Athéna disait, répétant juste des choses que la femme savait, elle chercha du regard parmi les marinas qui venaient d’arriver pour voir qui était venu. Parmi eux, deux enfants que Mélisandre n’avait jamais vus, et bien, Poséidon finirait par les prendre au berceau si cela continuait et rien ne servirait de cacher les enfants du peuple de la mer. Il y avait aussi une autre femme, plus vieille quand à elle, il s’agissait là de Scylla, son armure était facilement reconnaissable.

Après avoir fait le tour de tout le monde, Mélisandre réécouta la déesse qui eu des paroles plus qu’intéressante. Ainsi la graine qu’Amphitrite avait absorbé était liée a cet arbre, maintenant il ne restait plus qu’à connaitre et comprendre ce lien, peut être aurait il son utilité par le futur ! Mais le moment n’était pas aux questions et suivant Athéna, la marina partie rejoindre son peuple pour saluer tout le monde d’un signe de tête, le temps n’était pas aux paroles mais a l’écoute !

Quand Poséidon pris parole, ce fut pour donner les ordres et Mélisandre fut contente d’apprendre qu’elle avait pour mission de rester près de lui pour écouter les paroles de la déesse Athéna. Toujours munie de son casque d’or, cela cachait très bien ses émotions qu’il n’était possible de lire. Erin, Seren et Jian était donc les noms de ses nouveaux comparses, très bien, les notant quelques part dans son esprits au moins elle saurait quoi dire lorsqu’elle les reverrait.

Partant en suivant le dieu des Océans, la Dame aux papillons se permis une petite liberté en laissant s’échapper un petit papillon d’or de son armure. Ce dernier, battant des vigoureusement des ailes se dirigea dans un magnifique ballet sur l’épaule de la jeune enfant qui avait accompagnée Poséidon. Même si Mélisandre croyait en la puissance des marinas, elle préférait garder un œil sur ces deux enfants par pur prudence. Elle ne fit de même avec Erin, plus âgée elle aurait pu croire que la messagère la prenait elle aussi pour une enfant et puis elle serait moins loin que les deux autres.

Mélisandre fut surprise lorsqu’elle remarqua le couple qui était au coté de Poséidon, pourquoi étaient-il là ? En tout cas, elle n’eut aucun mal à reconnaitre la jeune femme qu’elle avait déjà croisée auparavant. Un sourire se forma sur son visage même si celui-ci était caché par le masque d’or. La Dame aux papillons avait toujours eu envie de la revoir mais malheureusement tout s’était passé trop vite et elle n’avait jamais pu la retrouver. Malheureusement ce n’était pas le moment de parler de tout ça, saluant le couple d’un signe de tête, Mélisandre repartie en suivant Poséidon qui rejoignait Athéna dans un endroit plus calme.

Maintenant, il fallait qu’il pleuve, et bien ils étaient servis ! Mélisandre, même si elle faisait parti du peuple marin, n’aimait pas se faire tremper par la pluie, déployant un minimum son cosmos elle créa une sorte de petite parapluie composée de deux ailes de papillon d’or. Certaines personnes pouvaient voir cela comme étant complètement absurde dans ce moment de détresse mais la Dame aux papillons faisait parti de ces gens qui pensaient à leur bien être avant toute chose et elle avait d’ailleurs besoin de toute sa concentration pour prendre en note tout ce qui était dit.

La déesse de la sagesse s’arrêta pour s’occuper d’un enfant qui se trouvait bloqué sous une colonne, ce dernier était déjà au bout de sa vie. Mélisandre détourna le regard, tout ceci ne la regardait pas, il y avait tout de même plus important que la fin de la vie d’un enfant ! Et voila maintenant qu’une chouette était apparue pour commencer un cri plaintif pour le pauvre enfant mort, et bien même si leur cosmos était facilement repérable par leur puissance, il fallait croire que les dieux en avaient perdue toute notion de discrétion !

Enfin ils reprirent la route pour se mettre à l’abri dans une grotte naturelle sur le flan de la montagne, il n’était pas trop tôt. Et enfin les choses intéressantes allaient reprendre ! Ainsi donc les deux entités divines ici connaissaient la personne qui avait créé le chaos présent… La question taraudée Mélisandre mais ce n’était pas le moment de poser les questions, non, elle resta concentrée pour écouter tout ce qui était à dire.

Et voila qu’une chose des plus intéressante était énoncée, une alliance par le fer et le sang signé avec les saints ? Etrange était le choix des termes, cela pouvait toujours faire penser a une volonté de créer la paix par la violence, ironie quand tu nous tiens ! Dans le fond, Mélisandre était heureuse de voir cette guerre arriver car c’est elle qui la faisait travailler et elle se sentait bien mieux dans son rôle lors des guerres, pouvoir être au contact des guerrier, tout cela avait quelque chose… d’excitant !

Même Poséidon lui apprenait des choses, c’était la première fois qu’elle le voyait et elle n’avait même pas encore eu le temps de se présenter même si il paraissait bien plus la connaitre qu’elle ne le connaissait. Etait donc arrivée en jeu un nouveau dieu, encore. Enfin, un dieu… Un titan ! Ce dernier défiait toute personne présente… Et bien, Mélisandre détourna très vite la tête, elle n’avait que faire d’un titan qui faisait des enfantillages, il y aurait bien quelqu’un pour s’occuper de lui.

Toujours à l’écoute, la Dame aux papillons était soulagée que l’alliance fût acceptée. Etait elle pour ? Moyennement, mais les saints pourraient toujours leur servir pour bien des choses ne serait ce que pour libérer le sanctuaire sous marin. Mais bon, Mélisandre trouvait Poséidon bien trop différent d’Amphitrite, était ce du fait qu’elle ne le connaissait pas encore assez ? Dans tout les cas, elle se permit de l’analyser comme elle aimait le faire avec toutes personnes.

Tout ce petit cérémonial se finit par une apparition que Poséidon créa, il s’agissait là d’Astre, l’ancien prêtre des marinas que Mélisandre avait que peu côtoyée, d’ailleurs elle ne l’avait jamais véritablement apprécié puisque ce dernier avait demandé sa mort, même si il est vrai qu’elle l’avait un peu cherché… Il semblerait donc que le chevalier du bélier connaissait celui-ci, intéressant… Utile ? Peut être !

Jusqu'à maintenant, Mélisandre s’était faite ombre, tel un papillon que l’ont ne remarque pas, ou juste pour contempler sa beauté sans trop y faire attention. C’était bien la son rôle, être et ne pas être, écouter et retenir, analyser et transcrire…



Spoiler:
 


Dernière édition par Mélisandre le Jeu 11 Oct - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Jeu 11 Oct - 19:29





    => Entrée du Sanctuaire, poste de garde.

    Merde, j'étais à la bourre !
    Pressant le pas, le vent et le rythme de mes pas firent claquer les pans de ma cape blanche accrochée sur l'épaule par un fibule doré. Ouais, le détail qui tue ! Mais après tout, la première impression compte toujours, quoique les gens pouvaient dire. C'était ça, la grande magie du cerveau. Aussi, je tâchais de faire une entrée à la fois remarquée et détachée sans en oublier l'étiquette : les épaules droites, solennelle j'adoptais presque un air sombre et triste, surtout quand mes yeux effleurèrent un bref instant, le corps d'un enfant mort depuis quelques minutes et dont notre Empereur avait donné une sépulture plus que descente. Cette vision me fis souffrir bien plus que je ne le montrais, en effet, adopter un masque de stoïcisme était devenu pour moi, un exercice plus facile alors ce que les autres pouvaient prendre pour du « je m'enfoutisme », était en réalité une protection. Une barrière qui ne tenait hélas qu'à un fil. La pluie redoubla d'intensité quelques mètres à peine apercevais-je le petit groupe un peu plus loin. Fait chier ! Forçant encore l'allure, je parvint finalement aux côtés de notre Seigneur sans être essoufflée, mais trempée jusqu'aux os ! J'eus un léger frisson et le bout de mon nez me grattait : signe pas très rassurant. Aussitôt je fis brûler légèrement mon cosmos pour que celui-ci fasse son office, c'est à dire me sécher. D'une mimique, je replaçais une mèche de cheveux rouge qui me barrait la vue en la plaçant derrière mon oreille. Bon, ça y est, j'avais finis de faire mon petit numéro.

    Un bref soupir passa la barrière de mes lèvres au nom du Titan. Celui-là, je ne manquerais pas de lui toucher deux mots si l'occasion se présentait. De plus, j'avais très envie de me dégourdir les jambes et de lui mettre une raclée maison. Bon, très bien, seule c'était de la folie, mais quand on avait plus rien à perdre ? Qu'est-ce qu'on s'en branle ? Non, je ne devais pas penser ainsi, ce serait pur égoïsme et pour ma sœur, et pour mes enfants encore vivants. Je leur laisserais un pauvre souvenir pathétique de moi. Ok, héroïque, mais pathétique. Un sacrifice, c'était très beau sur le papier, encore faut-il que ce soit utile. Là, ce n'était pas le cas, et j'avais une mission : celle de protéger mon Dieu. Celui-ci échangea quelques instants avec la Sagesse, avant que ne débute une drôle de cérémonie. Ma bouche se tordit en une moue dubitative quand Athéna se coupa légèrement la paume avec sa lance, le liquide suscita chez moi un intérêt grandissant. On disait que le sang des Dieux avait des propriétés extraordinaires... Les yeux grands ouverts, je suivis la scène avec un mélange d'admiration et d'incompréhension. Puis Shion du Bélier s'avança pour être le témoin de l'alliance. Je l'observais avec insistance sans trop m'en rendre compte, puis, soudain, un phénomène fit bondir mon cœur dans ma poitrine.

    « Astre !»

    Lâchais-je en ayant un geste vers lui. Mon regard instantanément embué de larme, j'avais par instinct, levé une main vers lui pour le toucher tout faisant un pas. Mes doigts ne rencontrèrent que du vide, et je sentis de nouveau quelque chose se briser en moi. Hébétée, je sentis la force me manquer et mes jambes se dérobèrent sous moi. Sans vraiment m'en rendre compte sur le coup, je venais de tomber à genoux dans un cliquetis sourd. Extrêmement pâle je baissais la tête pour que personne ne puisse constater que des larmes, glissaient, silencieuses...

    « Astre ?»

    Rien. Mais ce sourire ! Il resterait à jamais gravé dans ma mémoire. Astre ! En cet instant, je n'avais qu'une seule envie, me relever et partir, partir très loin sous cette pluie pour hurler très fort. Jusqu'à m'époumoner s'il le fallait. Or, à l'inverse, je ne bougeais pas. Ma chevelure cascada tout autour de moi en des boucles soyeuses, rideau dissimulant mon visage, mes yeux saphirins. Puis peu à peu, ma conscience s'éveilla. Je repris de la contenance non sans ravaler un sanglot. Fâchée contre moi-même pour cette preuve évidente de faiblesse, je serrais les poings tout en essayant de me redresser avec maladresse.

    « Je vous prie de m'excuser, cela n'aurait pas dû se produire...»

    Un coup d’œil vers Mélisandre, un bref signe de tête pour la saluer malgré cet entracte très honteux pour moi, et je fermais les yeux pour me donner la force de me relever tout à fait.

    Fais chier putain de merde !

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mar 16 Oct - 20:13



    Athéna ne put qu’acquiescer légèrement suite aux paroles prononcées par Poséidon. Son Oncle disait vrai, et au final, il fallait dénouer les fils de ce canevas compliqué avant que l'ombre gigantesque au dessus d'eux ne les happe tous. Ces sombres machinations paraissaient bien plus complexes qu'en apparence. La présence de Coeos en témoignait et l'inquiétait outre mesure. La Déesse de la Sagesse eut le mauvais pressentiment que quelque chose allait se produire, sans que personne ne puisse aller à l'encontre de cela : un destin inéluctable. Oui, quelqu'un allait périr sous le joug de cette tempête. Il y avait déjà trop de sang versé sur son Sanctuaire.
    Un sourire se dessina sur son visage crispé par une inquiétude évidente, pour Shion, qui accepta sans hésiter à être le témoin de ce Pacte de Sang. Malgré toutes ces accalmies, Athéna était heureuse de renouer avec le peuple des Mers et ainsi perpétuer la volonté d'une divine épouse... ainsi que du Grand Prêtre de Poséidon. Au souvenir de ce dernier, comme pour répondre à cette pensée, sa silhouette naquit du néant devant l'assemblée. Ces cheveux roux, ces yeux... ce sourire ! Oui, cela ne faisait aucuns doutes ! C'était lui, c'était Astre ! L'expression de son visage se fit plus douce encore, plus nostalgique. Ô, jamais elle ne pourrait l'oublier, ce jeune homme vaillant au cœur pur ! Mais, un tantinet maladroit. La Déesse aux yeux pers contempla l'apparition avec un mélange de respect et d'affection avant de saluer son départ. Cela fut bref, très douloureux pour cette Dame aux cheveux carmins. La tristesse de Mary fut quelque peu communicative, la voir ainsi s'effondrer lui fit grande peine.

    « Ne t'excuses pas Lady Mary, les peines du cœur sont les plus lentes à guérir. Mais saches que Astre vivra éternellement tant que nous nous souviendrons de lui. Nous honorerons sa mémoire comme il se doit.» Puis, se tournant vers son Oncle : « Après tout, cette alliance par le Fer et le Sang n'aurait point été possible sans lui, ou sans Amphitrite.»

    Pour les enfants, pour un futur plus radieux. Quoiqu'il en soit, les liens venaient d'êtres définitivement scellés entre les deux divinités. Aussitôt, la plaie sanguinolente de la jeune femme se referma d'elle-même, ne laissant qu'une peau fine et blanche. Athéna eut comme un frisson d'effroi, un froid glacial l'envahie, faisant vaciller son cosmos d'or. Au loin, elle ressentit la présence du Lion d'or s'opposer au Titan. Le fou ! Son esprit vagabonda un temps, pour finir par confirmer sa pire crainte ! Corell allait le combattre seul.

    « Corell du Lion vient de relever le défi de Coeos, seul ! Je ne peux tolérer cela sans ciller mon Oncle, je ne comprends pas un tel sacrifice. Cet acte irréfléchi, or je sais qu'il n'est pas un imbécile...»

    Cependant, elle ne comprenais pas ce geste. Sifflant entre ses dents son mécontentement, la Sagesse demanda d'un simple coup d’œil, à la Chouette Immaculée, de délivrer un message à ce Chevalier un peu trop zélé. La Victoire s'envola de son perchoir, soit l'épaulière du Bélier, pour disparaître peu à peu dans la trame noire du ciel. Un coup de tonnerre succéda aux bruits des battements de ses ailes...

    … La tête de la Déesse guerrière de tourna ensuite vers les Douze Temples.

    Fawn ?
    L'engrenage de cette extraordinaire machine qu'est la Fatalité était en branle !

    « Le Temple du Bélier est en péril... je sens que quelque chose d'autre est à l’œuvre ! Shion, d'autres protègent ton Temple, mais pour combien de temps encore ?»



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 17 Oct - 0:25

Cinq témoins pour un évènement tellement inattendu. Un évènement qui aurait pu faire pâlir le banquet de n'importe lequel des Dieux de l'Olympe et pourtant, il se déroulait face à un comité si restreint aujourd'hui. Et dans des circonstances si étranges. Par le passé, ils avaient tenté de créer des fondations solides dans l'espoir que cet instant se produirait un jour. Basées sur son amitié avec le Prêtre de Poséidon. Mais les Guerres, les conflits entre peuple avaient eu raison de toutes leurs tentatives, ne pouvant éviter l'éternel recommencement du conflit entre le Sanctuaire d'Athéna et celui de Poséidon. Et l'insouciance de son ami avait mis fin à cet espoir né avant même qu'il ne puisse prendre réellement forme. Une fin définitive. En apparence. Jusqu'à aujourd'hui.

Faisant ainsi renaître l'espoir perdu, Athéna s'était entaillée la main. Le sang, première partie du pacte en devenir. Mais il s'agissait maintenant du tour de Poséidon. Etrangement, ce dernier ne semblait pas le quitter du regard depuis que le Bélier s'était avancé. Qu'avait-il en tête? Une question dont la réponse devait bien vite apparaître lorsque les yeux de Shion se perdirent sur l'objet que le Dieu des Océans venait de saisir.

Astre...

Un instant hésitant, Shion n'avait pu contenir un murmure en apercevant le bracelet d'orichalque. Des runes proches de celles de Jamir, un Cosmos iodé significatif, la même sensation qu'il avait ressentie lorsque feu Astre était venu lui rendre visite au sein de son Temple. Alors même que ses yeux ne pouvaient plus voir, et à l'aube de cette promesse qui lui avait été faite. Une promesse qui avait été tenue puisque le Bélier pouvait contempler avec nostalgie ce bijou. Et si l'émotion étreignait déjà son coeur, Shion dut serrer les poings pour se contenir lorsque Poséidon fit référence à son vieil ami en commentant l'alliance qui était entrain de naître. S'il avait tant de respect à l'égard de son Prêtre, où était-il lorsque celui-ci s'était retrouvé terrassé par Héphaïstos?

Si Shion avait un instant envisagé de prendre la parole, toute volonté lui fut coupée lorsque Poséidon effectua son mouvement suivant. Un mélange de Cosmos et de sang s'échappa du bracelet et vint se poser sur son armure, une étrange sensation de puissance l'envahissant soudain. Le regard du Bélier croisa celui du Dieu des Océans avant de finalement s'écarquiller en apercevant la silhouette de son vieil ami qui se dessinait. Astre. Le regard brillant, Shion prit une inspiration profonde alors qu'il pouvait à nouveau apercevoir, surement pour la dernière fois, celui avec qui il avait passé tant de temps à Jamir. Et pourtant, il ne semblait pas être le seul à souffrir de cet instant. Sans crier gare, la Générale Marina présente sur les lieux venait de tomber à genoux, terrassée par l'émotion. Et il lui fallut quelques longues secondes, où le Bélier l'observait avec un mélange de surprise et compassion, avant que la Générale ne reprenne ses esprits et se relève, en s'excusant pour cet oubli.

Astre. Mon meilleur ami. Il me manque à moi-aussi...

Il avait chuchoté ces propos à la Marina, espérant qu'en partageant cette peine, ils la diminueraient chacun. Mais c'était sans compter sur la légendaire compassion de sa Déesse qui n'aurait jamais laissé une telle détresse se produire devant ses yeux, sans réagir. Pourtant, un nom fit réagir le Bélier. Amphitrite. Une pensée pour la Déesse des Océans qui avait participé, aux côtés d'Astre, au retour de sa vue. Où était-elle en ces instants? Aurait-elle, tout comme Poséidon, accepté de valider cette alliance avec les Saints, mélangé son sang avec celui d'Athéna? Tant de questions qui trônaient dans la tête du Bélier alors qu'un nouvel évènement étrange venait perturber sa concentration. Trois pétales, venus de nulle part, se posant dans sa main. Un instant interdit devant cette coïncidence, Shion s'apprêta à les souffler lorsqu'il aperçut une inscription. En lettres de sang, imbibé de Cosmos. Celui de Corell, le lion. Trois inscriptions, pas une de plus, pour lui transmettre un message. Un message qui laissait perplexe le Bélier, incapable de comprendre exactement ce que voulait dire son compagnon d'armes.

Le regard perdu en réfléchissant au sens de ce message, Shion ne s'était point rendu compte qu'il fixait maintenant sa déesse. Et seulement lorsqu'Athéna prit la parole à l'égard des actes fous du Lion, parvint-il à retrouver le fil de ses pensées pour suivre la discussion. Corell! Quelle idée stupide que d'affronter un Titan seul! Au lieu de cela, n'aurais-tu pas pu venir expliquer ton message directement? Observant à nouveau sa Déesse, Shion se tourna soudain en direction du Sanctuaire, levant les yeux vers le sommet. La statue d'Athéna. Pourquoi... Mais peu de temps lui était offert pour interpréter ces messages que déjà, Athéna s'adressait à lui.

Vous avez raison, Athéna. Je crains moi-aussi pour mon Temple, et pour tous ceux qui le protègent actuellement. Quelque chose d'étrange se produit en ce moment et cela ne m'inspire rien de bon. Mais ma place est aussi à vos côtés. Je ne me le pardonnerais pas s'il vous arrivait quelque chose.

Se retenant de poser genou à terre:

Permettriez-vous, ma Déesse, Dieu des Océans, que nous poursuivions ces discussions au sein de mon Temple. Au même endroit où elles avaient commencé, il y a de cela quelques années. Ainsi, nous pourrions tous poursuivre le coeur plus léger.
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 17 Oct - 19:30

~~ Concilium sanguinit ~~


La réaction de son Général était prévisible et le Dieu des Océans laissa sa nièce lui donner l'accolade et réconfort. Il s'écarta alors de quelques pas pour regarder en dehors de la grotte, il ne pouvait changer les lois des Parques et rappeler son jeune prêtre, le cycle de la vie était un chemin parfois bien tortueux pour les Hommes et il en était de même pour les Dieux. Son cosmos se répandit alors dans les travées du sanctuaire terrestre quand il vit Coeos en train de se rapprocher du chevalier d'or du Lion. Fermant les yeux, il sentit les courants marins frémir à l'approche de cette joute entre le pot de terre et le pot de fer.

Sans un mot, ses yeux opalins se posèrent ensuite sur l'assemblée et il les fixa avec une sévérité qu'on ne lui connaissait pas. Il savait que bien des choses lui échappaient depuis son retour et, malgré l'immensité de son cosmos, il n'avait pas le don pour lire le passé. Il regarda alors Mélisandre et lui fit signe d'approcher, il lui chuchota quelques mots lui intimant de partir de suite pour le temple du Bélier. En effet, quelque chose, un sentiment sûrement, lui commandait de se montrer prudent à la question du chevalier d'or qui avait pris une mine plus que circonspecte à l'arrivée de quelques pétales des saules pleureurs du temple de la Vierge. Suivant son regard, il se rendit compte qu'il avait observé un instant la statue de sa Déesse en fronçant les sourcils de manière interrogative.

Le doute ! Oui, le doute marquait peu à peu le coeur de la chevalerie du Sanctuaire. Chaque méandre des cosmos semblait en proie à une incertitude qu'il ne connaissait pas habituellement dans ces terres où la Foi et l'Espoir étaient les plus grandes armes des Hommes qui servaient Athéna. C'est pourquoi il avait pris une décision au moment où le chevalier du premier temple proposait d'aller dans son temple. Dans ses yeux améthyste, on pouvait y lire facilement des problèmes de conscience et cela confirma cette sensation de doute qui parsemait les chevaliers tel un vent nauséabond. Il s'approcha alors de sa nièce pour lui poser la main sur son épaulière avec un certain paternalisme peu courant avec elle.

" Shion de Jamir, Mary Red... Partez avec Mélisandre au temple du Bélier, nous resterons auprès d'Athéna pour la protéger ! Sachez que le doute s'installe dans le coeur de la chevalerie pour une raison étrange, comme si un poison s'instillait dans le coeur des Dieux et des Hommes. Nous même, nous commençons à le ressentir dans notre propre cosmos et nous ne savons encore le pourquoi ni le comment... Chère Nièce, comme vous avez déjà connu le poison d'Eris, vous nous permettrez de ne pas vous autoriser à quitter cet endroit sans notre Consentement ! Il en va de votre sécurité et aussi d'une chose que nous tenons à vérifier ! Mary, Mélisandre, escortez le chevalier d'or du Bélier jusqu'à son temple et revenez au plus vite pour nous faire votre rapport de la situation ! "

Relâchant l'épaule de sa Nièce, le Dieu des Océans laissa son cosmos le nimber d'une aura de plus en plus chaude et impétueuse. Son regard paternaliste était devenu froid et glacial comme les mers du nord et il ne comptait pas se faire manipuler d'une manière ou d'une autre, la seule qui avait ce droit n'était autre que son épouse et elle était une créatrice exemplaire en la matière. Quelques pas plus tard, il passa à côté du Bélier en faisant signe à ses soldats de s'éloigner quelques instants pour ne pas entendre ses propos. Le son des vagues se brisant sur les récifs frappa alors l'esprit du chevalier qui était à ses côtés pendant qu'il lui remettait une chose créée dans le creux de sa main.

" Shion du Bélier, prenez cet anneau des coraux d'Atlantis, il est celui que portait Astre et il permet d'ouvrir bien des portes dans le monde marin, un peu de votre sang et l'anneau vous répondra. Sachez que si le doute s'emparait de vous aussi, que si vous ne savez plus la vérité du mensonge, pensez à notre ami commun et à son message par delà la mort... L'or du Monde ne vaut pas notre conscience ! Et enfin, dernière chose, faîtes confiance au jugement qu'Astre nous portait, il n'était pas tronqué ! "

Il continua alors son chemin comme si rien ne venait de se passer. D'un geste aimable et paternel, ses doigts relevèrent les mentons de ses deux suivantes pour leur faire garder tête haute. Athéna était là sous sa protection, ses sens ne pouvaient être trompés, sauf si... Ce doute était affreux pour lui aussi. Cependant, regardant le message d'Astre sur le mur de cette grotte devenue désormais le symbole d'une paix retrouvée, il fit confiance à son instinct et se promettait de protéger cette jeune femme au cosmos doux et martial en même temps. Soudain, ses sourcils se froncèrent quand il sentit le sol trembler un bref instant. Cela était imperturbable vu la situation mais le Dieu des Océans venait de comprendre ce qui venait de se passer dans son propre royaume...

" Le Pilier de l'Arctique... "

Un troisième pilier venait de tomber sur sa terre et ses hommes reculaient sous les assauts du Masque. Sachant que le temps était désormais compté, il concentra son cosmos dans toutes les directions pour soutenir ses Marinas, son ennemi avait commencé à bouger après six années de sommeil... Le temps pressait et il fit signe à Mary et Mélisandre d'accompagner Shion du Bélier dans son temple. Il éleva alors la voix en langue atlante pour être compris des trois soldats, même si l'un d'entre eux était un chevalier d'or, il avait reçu l'enseignement de Jamir et cette langue devait être pour lui comme une seconde nature, comme celle qui parle aux armures.

" Prenez garde à vous, je serai là pour la protéger et nul ne la touchera, Foi de Poséidon ! "

Sortant de nul part, un trident d'or fit son apparition dans sa main droite et il frappa le sol trois fois pour déchaîner les tempêtes dans la région, une pluie salvatrice balaya les flammes des villages. Le Roi LLyr, le Chevaucheur des Tempêtes, l'Ebranleur des Sols se réveillait...

Revenir en haut Aller en bas
Aurore


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 285

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Ven 19 Oct - 19:02





Tout ces apitoiements énervaient Mélisandre, tout ceci n’avait aucun sens, pourquoi se lamenter du passé alors que l’avenir était en route, s’ils continuaient comme ça ils finiraient juste comme Astre, mort… La dame aux papillons préféraient rester en retrait et de les laisser faire, elle n’attendait que les ordres de Poséidon pour pouvoir partir et enfin agir !

Pendant ce temps, elle prit des nouvelles auprès de son papillon qui se trouvait aux cotés des deux jeunes Marinas qui étaient arrivés avec Poséidon. Ils avaient l’air de s’en sortir, tout du moins, ils n’étaient pas encore morts et cela était déjà un bon point ! Comme elle s’y attendait, Mélisandre pu sentir la tristesse chez ces deux petits personnages, il y avait surement du avoir des pleurs, enfin, là n’était pas le souci ! C’est lorsqu’ils commencèrent un combat contre deux autres personnes que la marina du « couper » le lien avec son agent, comme elle aimait les surnommer.

Ici, les choses devenaient intéressantes, la déesse Athéna venait d’annoncer que l’un de ses chevaliers d’or avait défié Coeos, ce jeune homme avait il confondu courage et stupidité ? Enfin, Mélisandre eu un léger sourire a cette annonce, voila qu’ils venaient de signer une alliance avec les saints et maintenant, ils commençaient à se suicider, voila une alliance qui partait dans la bonne direction !

Alors que Shion était en train de parler au sujet de son temple, Poséidon avait choisi ce moment pour parler à la marina. Ses paroles furent simple et elle devait maintenant partir pour le temple du bélier, pour toute réponse a son dieu, Mélisandre fit un signe de tête comme quoi elle avait compris ce qu’elle avait désormais à faire. Puis réécoutant un peu les dires du Bélier, ce dernier voulait reprendre la discussion dans son temple, mais pourquoi vouloir faire bouger les deux dieux ici présent qui n’avaient pas l’air d’attirer les blacks saints ? Il y avait l’air d’avoir du monde dans le temple, le mieux était qu’il reste ici au moins pour le moment.

Pour finir, Poseidon lui offrit ce dont elle avait besoin, une couverture. Mélisandre partirait donc au temple du Bélier accompagnée de Mary et de Shion, au moins son départ n’aurait pas l’air suspect. Alors que son dieu continuait de parler pour dire qu’il ne laisserait partir Athéna, les dires qui lui avaient chuchoté la firent réfléchir. Certaines questions pouvaient trouver des réponses mais aucunes personnes ici n’en était capable, il lui faudrait se rapprocher de Shion pour essayer de comprendre, mais pas ici, pas en présence de tout le monde.

Après cela, le dieu des océans se dirigea vers Shion, faisant signes a signes aux deux marinas de s’éloigner pour qu’il puisse s’entretenir seul avec le chevalier d’or. Parfois, on pouvait se demander si Shion n’était pas un marina plutôt qu’un saint tellement la relation entre ce chevalier et le peuple marin était étroite. Le genre dont il fallait se méfier malgré tout, un retournement de veste pouvait être si soudain, on ne pouvait être dans deux camps et entièrement équilibré, non. Il y aurait bien un moment ou il devrait choisir son véritable camps, et ce jour là, il pourrait livré des informations a l’un des parti qui pourrait être dangereux pour lui, c’est pourquoi la Dame aux papillons essayerai d’en dire le moins possible a cet homme.

L’esprit pensif et calculateur de la marina fut arrêté au moment où Poseidon vint pour lui relever la tête. Oui elle serait forte, comme a chaque fois, car tel était sa vie, toujours au plus proche des limites sans jamais les franchir ! Il n’y avait qu’une fois où Mélisandre avait franchi la limite de la vie mais heureusement pour elle Amphitrite avait été la pour lui rendre la vie. Elle s’était toujours dis que s’il lui été permis de retrouver son agresseur, elle ferait tout pour le tuer. Bref, le temps n’était pas à cela car son dieu venait d’annoncer quelque chose d’important… Un des piliers était tombé…

Bien, c’était maintenant qu’il fallait partir, il ne servait a rien de rester ici, faisant un léger signe de tête aux deux personnes qui allait l’accompagner, Mélisandre commença à se retourner pour partir. C’est alors que Poséidon parla dans la langue des atlantes pour leur dire de faire attention. L’endroit n’avait pas l’air vraiment sûr et la marina ferait très attention que ce soit pour elle, comme pour les deux qui l’accompagnait.

    « Seigneur, l’heure n’est plus aux lamentations mais à l’action, n’ayez crainte, nous reviendrons vous annoncer de bonne nouvelles. »



=> Temple du Belier
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Ven 19 Oct - 20:30





    Je devais dire adieu à mon passé, lui tourner le dos définitivement. Comment le pourrais-je seulement ? Moi qui le symbolisait par un oiseau vif, vigoureux s'élançant dans la trame bleu, sans nuages, du ciel ? Cette pensée me fis encore tituber quelque peu avant que je ne me raccroche à la première chose qui me tomba sous la main : l'une des cornes constituant l'épaulière du Chevalier du Bélier. Je m'excusais d'un simple coup d’œil gêné avant de capter ses paroles chuchotées pour moi.
    Je le savais, évidemment que ce fameux Shion était le meilleur ami de mon défunt époux. Lui par contre, ignorait tout de notre relation. Et notamment... sur sa descendance. J'aurais peut-être l'occasion de lui en toucher deux mots si d'aventure, une accalmie se présentait à nous. Hé, l'espoir fait vivre, non ? Puis penser à mes enfants me faisais un peu de bien. Mes yeux de jades attirés par le scintillement de l'or, je n'eus pas conscience sur le coup de ces paroles prononcées à voix haute alors que ce n'étaient là, que des pensées. Silencieuses. Hm...

    « Vraiment, ce serait con d'éternuer...»

    Je toussotais pour camoufler mon malaise. C'était plus fort que moi d'essayer de plaisanter, un moyen pour moi de me montrer plus détachée que je ne l'étais en réalité. Or, sur ce sujet, j'avais encore du mal à en rire. Mes vaines tentatives restaient ridicules. Pathétique, je l'étais. Et la Déesse de la Sagesse, malgré toute sa douceur et sa prévenance, ne m'aida pas réellement. Mon ego en avait déjà prit un sérieux coup, alors l'entendre débiter cette réalité sonnant comme une moral, me rendit plus agressive. Clairement, j'étais sur la défensive, comme un animal que l'on acculait. Dos au mur, au lieu de présenter les griffes et les crocs, je fronçais les sourcils ruminant mes paroles. Les bras croisés, je sentis les effluves du cosmos de l'ébranleur de la Terre. Et cela excita ma colère. Je me reculais du gardien de la première maison, de peur de craquer totalement. Un autre pilier venait de tomber !
    Peu à peu, je réussis à contrôler ma frustration, ma rage. J'espérais quand même ne pas exploser. Ou si c'était le cas, faudrait que ça tomber sur la gueule d'un de ces connards là bas ! Oh ! Comme si Poséidon avait entendu mes pensées, celui-ci nous ordonna d'accompagner Shion à son Temple. Soit ! Très bien même, ça commençait à devenir intéressant. Dommage juste qu'un crétin sans cervelle ait piqué ma proie. Tant pis pour sa trogne, à vouloir rugir comme un Lion, il ne faisait que miauler comme un chaton. Pfeuh, des amateurs ! Je pensais que les Saints étaient sages et réfléchis, à l'instar de leur Déesse quoi ! Grossière erreur. Pourtant, je comprenais les craintes d'Athéna. Ils étaient tous, un peu, comme ses enfants, et elle, une mère aimante et attentive.

    « Si ils doutent, c'est qu'ils ne sont pas dignes de vous Déesse...» chuchotais-je pour moi-même avant de suivre Mélisandre des yeux, qui, jusque là n'avait pas décroché un mot. « Ne sois pas si pressée, tu connais le chemin mieux que Monseigneur du Bélier ?»

    Lui lançais-je d'un air taquin dénué de méchanceté. Avant de lui emboîté le pas, je remerciais notre Seigneur qui, quelques instants plus tôt, m'avais redressé le menton. Tête haute, je me sentais galvanisée par un souffle nouveau. L'espérance renaissait. Je lui offris alors mon plus beau sourire.

    « Merci Seigneur des Flots, grâce à vous, je voudrais de nouveau chanter. Ce chant sera donc dédié à mon Amour Perdu, à cette Promesse Nouvelle entre nos deux peuples. Pour Astre, pour l'espoir qu'il nous insuffle. Pour le Sanctuaire sous-Marin.» répondis-je en atlante, ce qui m'étonna moi-même. « Ricordando il Passato»

    Alors, prenant une forte inspiration, je laissais la première note s'envoler hors de ma gorge, mélodieuse. Mains posées contre mon cœur, mon armure sembla réagir à l'unisson, et la présence qui résidait en son sein se manifesta pour la seconde fois depuis notre rencontre : la forme d'une petite fille aux longs cheveux apparut devant moi, quémandant l'une de mes mains. Je la lui offris tout en continuant de chanter. Elle m'entraîna, peu à peu au dehors tandis que la pluie redoubla d'intensité.

    «Le cocon des rêves blancs - Souviens-toi du passé

    Ô âme éphémère
    Dissimulée dans les profondeurs de l'illusion,
    Pourquoi continues-tu à attendre dans la forêt déserte ?

    Privé d'une aile,
    Le petit oiseau ferma ses yeux en silence.
    Le chagrin a disparu au lointain :
    Il n'y a désormais plus aucune raison de pleurer.

    Une douce brume argentée (bis)
    Enveloppe tout doucement.

    Repose, repose en paix.

    Dans l'histoire que j'écris, tu peux voler librement,
    Afin que jamais ton éclat ne se ternisse.

    J'utiliserai mon ultime sortilège
    Pour que ce splendide rêve doré ne puisse être souillé par la souffrance qu'amène la vérité.

    La forêt du péché qui rongea le petit oiseau
    Se flétrit en silence.
    Les pétales de fleur dispersés par le vent engloutissent une douce joue devenue pâle.

    Si j'avais pu éclairer les nombreux mystères t'entourant ce jour-là
    Aurais-je été capable de te sauver ?

    Repose, repose en paix

    Dans l'illusion que tu couvais
    Et où j'ai pu connaître l'amour.

    Je ne cesserai de prononcer ton nom
    Pour toujours redonner vie à ton souhait.
    De cette façon, tu ne me seras jamais arraché par les ténèbres de l'oubli.

    Repose, repose en paix,
    Mon bien-aimé ... En paix. »



=> Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Dim 21 Oct - 12:56

Fidèle à l'Espoir qu'il représentait, Shion attendait, silencieux, la réponse de sa Déesse à la requête qu'il venait de formuler. Une requête importante pour celui qui, même en des instants aussi troublés que ceux-ci, même lorsque les problèmes se présentaient tous en même temps, souhaitait poursuivre l'accomplissement des nombreux devoirs qui lui incombaient, sans en délaisser un seul. Protéger Athéna était son devoir, s'assurer de sa sécurité, mais il avait aussi la tâche de défendre le Premier Temple de son Sanctuaire. Et à l'heure actuelle, d'autres étaient obligés d'assumer ses obligations pendant que lui se trouvait en ces lieux. D'ailleurs, Athéna elle-même venait de l'encourager à y retourner, afin de protéger les lieux et d'en apprendre plus sur les évènements. Avait-il donc le choix?

Un silence pesant sur l'inquiétude du Bélier qui ne souhaitait point faire ce choix difficile qui était sien, et préférait le laisser à d'autres personnes plus à même. Ainsi, lorsque Mary tenta de détendre l'atmosphère avec une pointe d'humour qu'il ne comprit pas - un jeu de mots en rapport avec un éternuement - pas même un sourire ne parvint à être esquissé par le Chevalier d'Or. Finalement, le silence fut rompu par le Dieu des Océans, mais pas forcément de la manière dont il l'avait espéré, malheureusement. Celui-ci s'engageait à rester aux côtés d'Athéna pendant que le Bélier, accompagné des deux Marinas ici-présents, se dirigeraient vers le Premier Temple. Pouvait-il s'agir d'un piège?

Le doute. Il s'immisçait effectivement dans tous les coeurs en ces instants. Et même le sien ne parvenait à se montrer totalement opaque face à ce sentiment. Le doute suite au message de Corell, le doute face à Poséidon. Et lorsque Shion entendit Mary, non loin de lui, murmurer quelques propos à l'égard de leurs doute, il se contenta de murmurer à son tour:

Et si c'est d'eux-mêmes que les Chevaliers doutaient actuellement...

Jetant un regard à celle qui s'était faite discrète jusqu'à maintenant, Mélisandre, et qui déjà prenait la direction de son Temple, Shion parvint à se détendre quelque peu à la remarque de Mary quant à son empressement. Mais soudain, sans qu'il ne s'y attende, une sensation étrangement familière frappa l'esprit du Bélier alors que Poséidon s'approchait de lui pour échanger quelques mots. Alors Elle l'avait bien entendu et lui répondait. Etait-ce le signe qu'il lui fallait faire confiance pour cette fois? Les propos de Poséidon ne vinrent que confirmer cette impression et, lorsque Shion plaça à son doigt l'anneau qui venait de lui être offert, sa décision était déjà prise. Plongeant son regard dans celui de Poséidon, il répondit finalement:

Astre vous a fait confiance. Athéna vous fait confiance. Je vous ferai confiance, Dieu des Océans. Protégez ma Déesse pendant que je m'absente Poséidon, je vous le demande. Et je vous promets que son Premier Gardien demeurera la pierre stable de l'édifice que nous sommes entrain de construire en nos deux peuples.

Prenant une inspiration, Shion s'écarta pour prendre la direction de son Temple pour se stopper soudainement alors qu'un léger bruit venait d'attirer son attention autour de son cou. Lentement, le Chevalier d'Or posa la main sur le Rosaire de Scipion, qui n'avait point quitté ses épaules depuis qu'Urio le lui avait apporté. Un symbole qu'il avait manqué d'oublier, pendant quelques secondes, et qui venait de se rappeler à lui. Jamais il ne devait douter, jamais. Une leçon que Scipion lui avait apprise et qu'il s'était promis de faire respecter jusqu'à sa mort. Et même au delà. Se tournant vers Athéna, une main placée sur le Rosaire, Shion annonça à haute voix:

Quelles que soient les épreuves, quels que soient les évènements, jamais notre Foi envers vous ne faiblira Athéna. La mienne, celle de Scipion, et celle de tous les autres. J'étais avec vous en Asgard, en Enfers, partout. Et je ne vous abandonne pas. Je reviens au plus vite ma Déesse.

Puis, tandis que le doux champ de Mary résonnait dans les lieux, Shion prit la direction de son Temple, ses doutes dissipés, sa foi renouvelée.

Arrow Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mar 23 Oct - 0:33



    Le geste un rien paternel de son Oncle effaça l'espace de quelques instants, la noirceur galopant dans son esprit. S'enfermer dans un mutisme ne l'aiderait en rien, mais, forcée de constater cette sombre vérité, la Déesse Sage avait eu le malheur de se plonger dans ses songes jusqu'à occulter tout le reste. Le doute. Ce nouveau poison effrayait Athéna, car il se révélait être plus dangereux encore que les autres. S'il venait à être transmit à l'ensemble de sa Chevalerie, tous, finiraient par perdre l'espoir, la foi. Pis que tout, ils se pourraient qu'ils finissent par se détourner d'elle ! Effrayée par cette perspective, la Déesse aux yeux pers finit pourtant par entendre le discours de son Premier Gardien. Une lueur de gratitude dansa dans son beau regard. Un mince sourire éclaira ses traits, tandis qu'un froid cinglant entoura le Maître des Océans. Que se passait-il ?

    Oui, eux aussi connaissaient des heures sombres. Cela faisait trop longtemps que le Masque avait la main mise sur le Sanctuaire Sous-Marin. Un nouveau Pilier venait de tomber... Cependant, ils devaient garder confiance. Et l'armée de Poséidon paraissait parfaitement assurée. Cette main, finalement, se retira, un bref instant, elle crut lire une once de doute chez son Oncle. Se pourrait-il qu'il ne la reconnaisse pas ? Car oui, ce cosmos ! Oui cette vague d'énergie ayant secoué les fondations de son Sanctuaire...

    … ébranlée par ce flot d'informations, la Déité guerrière vacilla. Elle s'appuya contre son sceptre au moment où Shion du Bélier s'en allait. Ici, Athéna serait en sûreté, et elle connaissait assez Poséidon pour lui faire confiance quand il donnait sa parole. Il était un Dieu colérique, d'humeur changeante, mais jamais, ô grand jamais, il ne bafouait sa parole. Le chant de la Sirène s'estompa peu à peu jusqu'à devenir qu'un souvenir. À présent, ils étaient seuls dans cette grotte. Occupé à faire pleuvoir une averse sur les toits en feu, le Dompteur des Vagues laissait transparaître son humeur préoccupée. Elle, s'en voulait de rester une fois encore inactive. Mais elle avait fait une promesse.

    « Votre impétuosité semble être communicative mon Oncle. Elle anime vos troupes de la meilleure des façons. Aussi, je ne doute pas de votre victoire sur le Masque.» -La Déesse marqua une pause, faisant quelques pas pour se mettre à la hauteur de Poséidon- « Sachez pourtant que si les circonstances me le permettent, je serais pour vous un soutiens dans ce combat si vous en avez besoin.»

    Une pointe d'inquiétude put se lire dans ses prunelles : il y avait une chose qui lui échappait. Son cœur manqua un battement, et une vive douleur l'étreignit. Elle sentit presque poindre la colère que le poison de la Discorde lui insufflait avant de le rejeter tout d'un bloc. Non, c'était impossible. Et pourtant.

    La première flamme s'éteignit. Une heure, déjà, venait de s'écouler. Peu à peu, elle se calma, retrouvant un calme tout relatif. Le clapotis de l'eau la berçait quelque peu alors qu'elle entrait en communion avec l'Olivier Sacré. Sa barrière était toujours en place, mais quelque chose amoindrissait ses pouvoirs.

    « Ce n'est que le début... les choses vont s'enchaîner très vite et je ne sais quoi faire ! En fin de compte, je sens arriver l'heure d'une grande plaidoirie. Un déchirement s'annonce sans que je ne puisse rien faire.»

Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Jeu 25 Oct - 2:12

~~ Doutes ~~


Alors que leurs serviteurs partaient en direction du temple du Bélier, le Dieu des Océans sentit encore une fois cette faiblesse dans le cosmos de sa Nièce. Baissant légèrement la tête pour regarder celle-ci du coin des yeux, il vit de l'abattement dans ses yeux pers et se retourna alors pour lui faire face. Depuis des éons, surtout depuis le début de ce siècle, ils s'étaient affrontés à plusieurs reprises sans compter les coups et les pertes humaines. Ils n'avaient jamais failli dans leur Foi envers un monde meilleur et pour les humains qui y résidaient avec la grâce des Dieux. Là, il lisait de la peur et de l'appréhension, cela était si loin de la Déesse de la Guerre qui était venue le saluer quelques minutes avant.

Dans l'air, un sentiment étrange tenaillait tous les êtres présents sur cette terre et la fragilité psychologique de sa Nièce allait conduire ses propres guerriers à des erreurs mortelles. En outre, son cosmos perdait lentement son éclat à cause de ses doutes et ses craintes, son regard semblait se perdre dans les méandres de son esprit, dans ce labyrinthe qui conduisait aux pires défaites. Il avait connu le remous des défaites pour en comprendre les prémisses et en l'honneur de son ancien Prêtre et de son Epouse bien aimée, il n'allait pas la laisser faillir devant l'obstacle de la Force d'Ame.

" Athéna ! Réveilles toi ! Si tu es bien la fille de Zeus, relèves la tête et penses aux tiens qui se battent pour toi sur toute cette terre. Un de tes guerriers a même décidé d'affronter un Titan pour te prouver sa valeur, j'espère un jour connaître l'homme capable d'une telle cavalcade sur les récifs... Saches que... Qu'est ce que ? "

Silence. Après ce tutoiement peu habituel entre ses lèvres, il se tût. Ses yeux se tournèrent alors vers le sommet du Sanctuaire terrestre, une aura fragile et douce était en train de se réveiller. Il la connaissait, il l'avait tant de fois apprécié dans ses rêves les plus fous, mais alors ? Fermant les yeux, il laissa son cosmos le guider en direction de la statue d'Athéna quand une barrière cosmique prodigieuse s'opposa à lui. Ses yeux s'ouvrirent subitement et il comprit qu'une force s'éveillait là-bas. Comment expliquer que le cosmos de sa Nièce faiblissait ici alors que son propre cosmos grandissait dans son propre temple ? Soucieux, Poséidon se demandait bien dans quel traquenard il était tombé, ses sens lui disaient tout et son contraire. Toutefois, il avait une chose que peu de dieux possédaient dans toute l'Olympe, il écouta cette fois encore en posant la main sur sa poitrine. Fixant sa Nièce froidement, il ne disait rien du fin fonds de ses pensées et garda cela pour un moment plus propice.

C'est alors qu'il ressentit au loin un cosmos qui se libérait de sa chrysalide, l'Ecaille de la Néréide venait de lui envoyer un subtil message qu'il était le seul à même de comprendre en l'absence de son épouse. Donc elle était revenue de son sommeil éternel, un sourire aux lèvres, il leva son trident pour laisser un filet de cosmos la rejoindre en Italie. Ces quelques gouttes de cosmos iodé traversèrent les mondes et les continents pour s'insinuer dans celui de la jeune guerrière. Alors que le contact mental se dessinait tel le trait d'un pinceau sur une toile, un vent léger venant de l'est parcourut le visage du Dieu et ce dernier concentra ses pensées vers l'ïle de Circé. Enfin ! Ses deux plus puissants guerriers étaient de retour et cela tombait au meilleur moment pour les batailles qui s'annonçaient.

" Muirgen... C'est le nom que vous portez aujourd'hui et le Roi Llyr est bien heureux de ce symbole. Entendez mon appel et rejoignez les Seigneurs Haiken et Tristan sur l'ïle de Circé. Il est temps ! Nous vous attendrons ici même ! Suivez ce papillon de notre Monarque des Mers... Se tournant alors vers l'île de Circé. Généraux, vous êtes enfin de retour et nous sommes fier de vous, une noble dame va venir à vous pour vous guider à nous, ne craignez rien, les choses ne font que commencer ! Il est temps de refaire sonner la Conque de notre Fils par delà les Océans ! "

Touchant le papillon de Mélisandre, il l'envoya dans le monde pour guider la jeune femme. Son armée se rassemblait par devers le monde et cela était grâce au travail de son ancien prêtre. Un sourire mélancolique aux lèvres, il se tourna une nouvelle fois vers sa Nièce pour observer cette appréhension dans son cosmos doré. Il tendit alors son trident vers elle et envoya une décharge d'énergie qui percuta un rocher à côté d'elle. Une colère sourde se levait dans le cosmos du Dieu des Océans, une colère semblable à une chevauchée au petit trot, cela était à l'orée d'une poursuite encore plus importante.

" ATHENA !!! Vous avez connu notre Prêtre, il avait Foi en vous ! Ne nous faîtes pas regretter cela et aidez nous... Coeos, Héphaistos et ses chevaliers noirs ravagent votre domaine. Et vous pleurez sur votre triste sort, par toutes les sept mers, la Vraie Athéna aurait relevé la tête ! "

Citation :
HRP : Un papillon des mers est envoyé à Muirgen pour ramener Tristan et Haiken sain et sauf jusqu'à Poséidon / Le cosmos de Poséidon envoie un message à Tristan et Haiken.
Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Ven 26 Oct - 9:09

ArrowRodorio: massacre-a-rodorio-hill
HRP: Suivez ce lien: Thème Musical [Nous sommes les Saints de l'Espoir, non?^^]

"Et elle la relèvera! J'en serais le garant!"

Une voix s'éleva et résonna en guise de réponse. Accompagnant cette dernière, sous les gouttes de pluies qui recouvraient les toits enflammés, un corps apparut irradiant comme jamais. Le sang versé d'Asmita sur l'Armure de Bronze de l'Hydre, lui avait redonné tout son éclat d'antan et bien plus encore. Une fois à l’abri, et maintenant à proximité, les deux divinités pouvaient aisément reconnaître le jeune Portugais, celui que l'on nommait Henriques ou que l'on appelait aussi l'Enfant Prodige.

Ses longs cheveux bruns trempés retombaient élégamment sur ses épaules, recouvrant une partie de son armure. Sa peau couleur crème contrastait avec l'obscurité récemment tombée sur le Sanctuaire. Henriques posa un genou à terre devant le monarque des mers, signe que le jeune Saint avait oublié la Guerre Sainte à laquelle il avait participé.

"Seigneur Poséidon! Je suis Henriques, Chevalier de Bronze de l'Hydre. En passant par Rodorio, j'ai pu voir deux Marinas aux âmes courageuses, embrasser notre cause et combattre auprès des défenseurs du Sanctuaire. En cela, vous avez toute ma gratitude."

Henriques était sincère. Près à pardonner, il ne cherchait même pas à comprendre les véritables raisons de sa venue ici. Son inquiétude allait vers le Sanctuaire et pour ceux qui y versait une fois encore le sang. Le jeune Saint se releva et se tourna cette fois vers sa déesse bien-aimée.

"Douce Athéna! Il lui tendit le Rosaire confié par Asmita Par ce geste, vous le devinez, je suis de retour de ce facétieux Tournoi. Mon victorieux adversaire m'a chargé de vous remettre ceci. J'ignore pourquoi, et j'avoue être en pleine confusion. En ce moment même, des hommes portant des armures sacrées noires affrontent vos valeureux Chevaliers. Il se passe ici des choses qui dépassent mon entendement. Et il se peut qu'il y ait un lien avec ce Tournoi auquel participent plusieurs Saints."

Le Saint de l'Hydre se tourna cette fois vers l'Horloge. Il versa une larme et balbutia quelques mots.

"Et cela? Pourquoi as-t'on rallumé ces flammes?"



Dernière édition par Henriques le Ven 26 Oct - 9:15, édité 2 fois (Raison : Oups! j'ai oublié ma flèche)
Revenir en haut Aller en bas
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mar 30 Oct - 16:20

    Arrow Rp de récupération

    J'avais senti les puissances de deux Dieux dans les environs. Je m'étais alors dirigé vers elles. Je ne fus qu'à moitié surpris en découvrant que le chevalier Henriques de l'Hydre que j'avais rencontré plus tôt était aussi présent. Il venait visiblement de rentrer au Sanctuaire, aussi fut-il choqué de le voir en pareil état. Les Black Saints avait déferlés sur le Domaine d'Athéna, et tous les chevaliers s'étaient précipité pour le défendre. Le problème était que certains grosses forces de nos troupes étaient parties pour ce tournoi. Était-ce aussi organisé dans le but de nous affaiblir ? Est-ce que le vieil homme que j'avais rencontré plus tôt avait un quelconque rapport avec ça ? Je décidais de prendre la parole, pour faire état de ce qui m'était arrivé.

    - Tout d'abord, bienvenue au Sanctuaire Terrestre Seigneur Poséidon, je suis le chevalier Yavin du Lionnet. S'il y a quelque chose que je puisse faire pour vous, n'hésitez pas à m'en faire part. Dame Athéna, je suis ravi de vous revoir malgré ce qui ce nous arrive, mais nous devons rester forts. Henriques, content de pouvoir compter une nouvelle force dans nos rangs, en espérant que tu ne sois pas trop amoché par ce qu'il s'est passé au tournoi. Je viens ici vous faire à tous mon rapport quand à l'attaque des Black Saints. Il me semble avoir été le premier chevalier à avoir été attaqué. C'était un groupe de trois dirigé par le Lionnet Noir, que j'ai défait. Cependant, c'est la où une chose m'intrigue. Un vieil homme est apparu alors, de nulle part, et à dis qu'il m'avait trouvé intéressant et qu'il ajoutait mon nom à son... Agenda. Déesse Athéna, Seigneur Poséidon, cela vous-dirait-il quelque chose ? Autrement, j'ai remarqué que le dôme de froid créé par le Grand Pope à disparu. Je crains qu'il ne lui sois malheureusement arrivé quelque chose. Je pense aussi qu'il n'est pas bon rester ici. Les combats font encore rage à Rodorio et bien que je ne doute pas de votre force à vous défendre, il est de notre devoir de vous protéger. J'aurai aussi une requête à faire au Seigneur des Mers... Puis-je ?

    C'est enfin la que mon plan pourrait démarrer. Athéna n'avait cependant pas l'air d'être en grande forme, et notre ami Poséidon assez énervé. Nous verrons bien ce que cela donne, peut-être était-ce seulement son expression naturelle. A ce que j'avais pu comprendre d'Henriques, il était complètement fou d'Athéna, et ne la lâcherait sûrement pas, quitte à en payer de sa vie. Mais ce n'était pas un problème, au contraire nous serions plus forts à deux pou protéger les divinités, malgré qu'une bien précise m'était plus importante que l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Héphaïstos


Divinité Majeure
Divinité Majeure
avatar

Messages : 38

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Ven 2 Nov - 14:22

Citation :
→ Entrée du Sanctuaire.

« Éloignez-vous d'elle. »

Le Dieu des Forges était apparu dans une gerbe de flammes. Mais malgré le crépitement de ses braises, le message qu'il venait de délivrer était on ne peut plus clair. Qui savait ce dont elle était capable, maintenant que son secret n'en était plus un. Ses traits étaient marqués par une nette contrariété, née du dégoût d'avoir été ainsi dupé toutes ces années. Même les Saints n'y avaient vu que du feu – avait-elle été si distante au cours de ces six années pour que nul ne s'en aperçoive ? À moins que la copie et l'originale n'aient été interverties qu'à posteriori de la dernière Guerre Sainte. Tant de questions sans réponses, et chacune d'elles ne faisait qu'ajouter à son mécontentement.

C'est préparé au combat qu'il se présentait à eux. Armé de son terrible marteau, il aurait pu faire déferler la fureur des éléments au gré de ses envies. Mais il était encore trop tôt pour faire parler les poings plutôt que les mots. La manière forte ne serait de rigueur qu'une fois qu'aurait éclaté la vérité. Car quand bien même ce Cri éveillait en lui tant de souvenir issus des temps mythologiques, une contrefaçon était encore possible. Il n'était pas envisageable qu'en l'espace de six ans, nul n'ait pu s'en douter à moins que l'imitation soit absolument parfaite. Son corps avait en tout cas été reproduit à l'identique, jusque dans ses plus petites imperfections.

L'aura de douceur qui émanait d'elle était restée inchangée.

Le mystère était entier, et ne faisait que s'épaissir de minute en minute. Héphaïstos lui-même ne savait plus où donner de la tête tant cette comédie lui mettait les nerfs à rude épreuve. Que ne s'était-il tenu à l'écart du Sanctuaire comme de tout autre domaine sacré ! Maudite soit l'affection qu'il portait à Athéna – allant même au-delà des liens familiaux, si on en croyait les murmures incertains de l'Histoire. Sa patience arrivait à expiration, aussi n'avait-il d'autre choix que de percer ces sombres secrets tant qu'il lui restait encore une once de sang-froid.

« Athéna ! Est-ce que tu aurais des explications à nous donner ? Si tu es bien celle que tu prétends être... Tu dois pouvoir nous le prouver. »

Le simple fait qu'il lui accorde le bénéfice du doute alors qu'il aurait dû être le premier à se fier à sa Voix les inciterait à ne pas porter de jugement hâtif. Ce n'était point le moment de céder à la panique et la précipitation. Tous autant qu'ils sont, ils avaient été victimes d'un complot. Son regard s'était paré de la couleur e l'or en fusion et Poséidon fut le premier à pouvoir le constater puisque c'est sur lui qu'il le posa ensuite. Son oncle aurait assurément un rôle à jouer dans cette affaire sordide, mais serait-il de son côté ? Rien n'était moins sûr. Nombreuses sont les formes que l'eau peut adopter, et il en va de même de celui qui règne sur les flots. En ces temps exécrables où même le panthéon nordique semblait vouloir s'en prendre à eux, il n'y avait que peu de choses en quoi il pouvait croire.

Mais parmi elle, il y avait son expérience. Oui, il avait traversé les siècles et enrichi son savoir à bien des égards. Assez pour garder à l'esprit que si l'imposture était bien réelle, elle n'était pas forcément celle que l'on pourrait croire. En outre, tant d'activité du côté de cette statue l'inquiétait au plus haut point. Il savait l'arme de Cronos scellée dans les tréfonds du Sanctuaire, sous cet exact emplacement. Étant donné la présence de Coeos et son apparente implication dans le malheur qui s'était abattu sur eux, Megas Drepanon pouvait bien être son objectif. Auquel cas ce qu'ils venaient d'essuyer ne serait que la partie visible de l'iceberg. Fébrile, il dut serrer les dents quand l'effigie d'Athéna disparut du sommet de son domaine sacré – sans doute pour permettre à son alter ego d'endosser sa God Cloth.

« Le Grand Pope vient de trouver la mort dans la maison du Bélier. » déclara-t-il d'un ton ferme pour tenir informés les Saints en présence – non sans déplorer qu'ils n'aient pas eu l'idée de quitter les lieux dans l'instant à cette annonce. « Vous devriez aller voir ce qu'il en est. Poséidon et moi-même allons tirer cette histoire au clair. » Il était fort probable que ce dernier n'apprécie pas d'être ainsi mêlé au coeur du problème, mais il devrait pouvoir se montrer compréhensif. Deux têtes valent mieux qu'une, en particulier quand le mensonge est de mise.

Avant de reprendre la parole, il désigna la place désormais vacante derrière le Temple du Pope d'un signe de tête.

« Dis-moi, si c'est bien ton armure que tu as sur le dos, je suppose que tu peux me dire par quel miracle la statue était encore là ? Tiens, je me souvenais pas qu'elle était en argent, d'ailleurs... Bah, c'est sans importance. Raconte-moi ta version des faits, et je jugerai de sa valeur. Une fois que ce sera fait, je suppose que tu ne verras pas d'inconvénient à ce que j'y regarde de plus près pour vérifier si la cloth que tu portes est authentique. Je suis peut-être pas très doué pour comprendre les gens, mais personne ne comprend les armures mieux que moi, et je suis curieux d'entendre ce que celle-là a à me raconter. Tu es d'accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Lun 5 Nov - 18:47



    Les engrenages de la machine appelée Fatalité étaient en branle. Malgré les diverses interventions, la Déesse de la Sagesse perdait pied d'une façon inéluctable : sur son visage de porcelaine, passaient diverses expressions contradictoires. Une colère sourde tout d'abord née des paroles de Poséidon alliée à celle de l'autre qui se proclamait être, elle. Suite à cette frustration nullement dissimulée, prête à répondre à ce Cri par le sien, Athéna ouvrit la bouche pour leur prouver à tous qu'ils avaient tord, que c'était elle, la Sagesse. Sauf que sa voix mourut, ne parvenant pas à passer la barrière de ses lèvres qui se déformèrent en une moue de surprise. Les mains contre sa gorge, elle regardait les yeux écarquillés, son Oncle lui aussi, comme tous les autres, en proie au doute.
    Quelqu'un se jouait d'elle, assurément. Ensuite, il y eut une vague de tristesse : plus vive qu'une danse d'un millier de chevaux galopant. Comment leur prouver à tous qu'elle disait la vérité ? Sa mémoire vacilla en même temps que la force lui manqua : ses jambes se dérobèrent sous elle, et ce fut dans un cliquetis métallique qu'elle tomba à genoux, à demie accrochée à son sceptre ayant réapparut quelques instants plus tôt après avoir obtenu la réponse de Corell.

    Un sacrifice était vain, pourquoi s'obstiner ? Or la volonté du Lion était plus grande, son courage plus encore. La protéger. Ces simples mots eurent raison une fois de plus de sa fragile condition. Son état paraissait s'aggraver à mesure que les minutes s'écoulaient, petits grains de sable filant dans le sablier écarlate. Le sang d'ailleurs, emplit ses yeux pers, comme la commissure de ses lèvres. Des larmes glissèrent sur ses joues pâles, un filet de sang s'échappa de sa bouche alors qu'elle cherchait de l'aide d'un regard inquiet. Resserrant la prise sur son sceptre, Athéna avec lenteur se redressa, faisant travailler ses muscles à l'extrême. La douleur succédait à tout le reste. Sa tête bien haute, elle resta là sans rien dire, immobile quand le Dieu des Forges l'exhorta à prouver son identité. Chose notable, la Divinité guerrière, mis à part le fait qu'elle tremblait comme une feuille, se voyait presque totalement dépourvue du halo de lumière qui d’ordinaire la paraît. La chaleur la quittait peu à peu, comme si une chose ou quelqu'un lui subtilisait son énergie.

    Que se passait-il à la fin ? Et quel était ce déchaînement de puissance ? Car oui ! Là haut, au Temple du Bélier venait d'exploser un cosmos bien plus écrasant que ceux des Dieux. L'annonce de la Mort de son Grand Pope qu'elle avait bien entendu ressentie jusqu'aux tréfonds de son âme, la fit réagir enfin. Faisant un pas chancelant en avant, elle fit exploser son cosmos libérant une étrange fragrance dans l'air. Les cheveux ballottés par cette main invisible, dansa autour d'elle tandis que dans un dernier éclat, son cosmos se volatilisa. Dans un bris cristallin rappelant le verre chutant sur un sol dur et froid.

      « Je n'ai rien à prouver, ni à cacher... rien... à dissimuler. La vérité... »


    Elle ne parvint pas à achever sa phrase, manquant de souffle. Enter en conflit avec deux dieux n'étaient pas une bonne chose. Très peu opportun. Ils avaient tous les éléments sous les yeux, et Athéna ne paraissait pas vouloir prendre la fuite. Non, elle gardait la tête haute, malgré les douleurs irradiant dans tout son corps d'emprunt. Son regard voyait au delà de toutes choses, perdus dans le lointain. Ainsi de nouveau immobile, la Sagesse ruminait les précédentes paroles de... l'autre Athéna.

      «... Je suis la fille de... Zeus... Je suis Mashia... Héphaïstos... toi mieux que quiconque peut me... reconnaître sans que... je prononce une parole.»
      parvint t-elle à dire d'une manière entrecoupée, puis se tournant vers Henriques et Yavin
      «... croyez-moi.»


    Sur ces paroles, ses yeux turquoises se révulsèrent l'espace de quelques instant. Manquant de défaillir de nouveau, Athéna se ressaisit pour lutter encore contre ce Mal. Mais le rouge de son sang finit par virer au noir. Prise d'une quinte de toux, la Divinité lâcha par mégarde son sceptre d'or qui commença à chuter... tandis qu'elle se sentait comme souillée par ce liquide chaud et noirâtre.

    Elle était en danger.
    Tous l'étaient tout autant.

      « S'il le faut vraiment... j'irai. »


    Une ultime fois, Athéna venait de redresser le visage vers son Oncle. Lui seul pouvait désormais décider de son Destin. À moins que... quelques uns ne l'entendent de cette oreille.

Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Lun 5 Nov - 20:04

~~ Foi en son instinct ~~


Ue phrase sortit du néant pour lui répondre. Apparaissant devant lui, un des chevaliers d'Athéna venait de répondre de façon péremptoire à son souhait de voir Athéna se draper des vertus de la dignité. Sans se retourner, il comprit qui avait eut une telle outrecuidance et cela le fit sourire de revoir l'Hydre femelle de nouveau derrière lui. Depuis les évènements sur l'Etna, bien des choses avaient changé et le sourire sardonique aux lèvres du Dieu indiqua qu'il avait pris une décision. Soudain, un nouveau chevalier arriva en se présentant comme Le Lionnet. Dans un léger frémissement de tissu, le Dieu se retourna pour les observer un instant de plus prêt. Quelque chose l'intriguait dans le ton et le regard de l'un d'entre eux, son instinct ne pouvait le tromper, il répondrait à sa question ultérieurement car un imprévu montrait le bout de son nez. Son visage se ferma alors quand le cosmos de feu et de flammes ardentes du Dieu des Forges pénétra les lieux en compagnie d'un autre chevalier d'Athéna, Luxea du Corbeau. La scène était donc prête à être jouée mais avant cela...

Frappant le sol de la grotte, Poséidon s'approcha de son neveu la mine sévère. Il n'avait pas oublié un fait dans son esprit et le temps d'un rappel à l'ordre s'imposait pour le futur et pour le bien de tous. Jamais, non jamais, il ne permettrait que l'on touchasse aux siens sans le payer de sa vie, fusse-t-il un Dieu de l'Olympe. Son cosmos iodé et tempétueux explosa alors dans ce petit périmètre afin de faire danser la pluie autour d'eux, dans un tourbillon d'eau et de geysers se libérant de leur gangue terrestre. Les deux chevaliers de Bronze et le chevalier d'argent furent entourés d'une sphère de cosmos pour les dissuader d'intervenir d'une quelconque manière et afin aussi de les protéger de ce qui allait suivre.

" Héphaïstos ! Vous allez déjà baisser de quelques octaves ici même ! Par les Sept Mers et avant d'aller plus loin, nous tenons à vous préciser un point qui ne sera pas négociable. S'approchant du Dieu des Forges qui était devenu un âtre bercé par un torrent d'eau, des fumerolles se formèrent alors au contact des deux Dieux pour devenir un sauna où toute vie semblait mourir. La prochaine fois que vous touchez à l'un des nôtres, vous connaîtrez vous aussi le poids de l'enfermement, j'en fais le serment devant mon Frère qui se trouve sur l'Olympe. Une fois, une seule fois encore, et il vous faudra plus que votre marteau pour venir me frapper le crâne ; car tout un Peuple se dressera cette fois devant vous ! En la mémoire d'Astre, nous vous en faisons le serment ici même ! "

Astre. Oui, il n'avait pas oublié l'affront et remettait les pendules à l'heure de façon claire et nette. Brusquement, tout s'interrompit et une vague de fraîcheur balaya la zone des exhalaisons toxiques nées des cosmos divins. Le trident fermement tenu à la main, le Dieu des Océans regarda sa nièce avant de porter ses sens vers le temple de la Sagesse. Deux cosmos identiques, deux armures certainement de la même nature, deux façons de s'exprimer sans aucune altérité qui ne permettaient de dénouer le vrai du faux, mais... Cet instinct qui était le sien ne le quittait pas, il ne pouvait s'être trompé aussi facilement et tel un requin sentant le sang, il prit le bras d'Athéna pour la relever.

" Relevez vous ! Nous n'avons pas besoin de lire le métal pour croire en vous et nous ne laisserons personne vous approcher ! Oui, Dieu des Forges, votre idée était bonne mais si celui qui se joue de nous le fait avec une telle minutie, est ce que vos propres sens ne seront pas non plus trompés par le pouvoir qui se répands ici même ? C'est un doute que l'on peut avoir.... Mais.... Nous avons fait notre choix et nous croirons en notre instinct, Athéna, Dame Mashia... Nous allons immédiatement sur nos terres, si vos chevaliers vous sont fidèles, ils vous suivront et si nous nous sommes trompé, nous ferons en sorte de vous faire connaître les joies de notre Pilier central ! Marinas ! Vous avez ordre de sécuriser toute l'entrée du Sanctuaire terrestre, désormais, nous protégerons celle en qui nous avons confiance et si les Parques nous sont favorable, le Seigneur Astre sera fier de vous tous ! "

Une vague d'énergie partit en direction de tous les Atlantes sur Terre. L'heure était de sonner le rassemblement et c'est le bruit sourd de la guerre qui se manifestait dans l'esprit des Mers, afin de préserver cet instinct dans lequel il croyait. D'un geste de la main, le trident fit face à Héphaistos et le Dieu des Océans ne comptait pas revenir sur sa décision. Soit le Forgeron Divin avait Foi en lui et en ses choix, soit il restait ici séance tenante et sans négociation. Dans une vague identique au bruit des vagues s'abattant sur les récifs, un cheval légendaire et aqueux sortit de la brume ambiante pour se positionner auprès de son maître. Morvac'h, le cheval du Dieu Llyr, celui qui ébranlait la terre usa de son cosmos pour lever Athéna et la poser sur le dos de son cheval.

Les trois chevaliers furent alors libérés de leur prison d'eau. Ils avaient un choix à faire dans les secondes à venir : suivre ou non Poséidon dans sa façon de voir les choses ! Si le Dieu des Océans se trompait, ils allaient aussi en subir les conséquences, notamment avec celle qui régnait sur le toit du Sanctuaire Terrestre et les chevaliers qui allaient la rejoindre. Le temps des choix était venu !

Revenir en haut Aller en bas
Henriques


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 8726
Armure : Ophiuchus

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Lun 5 Nov - 20:46

Thème Musical: Suivez ce Lien!

Les évènements et les apparitions s'enchaînèrent alors. Ce fut d'abords Yavin, Saint du Lionnet. Un Chevalier de Bronze tout aussi impétueux qu'Henriques son aîné. Mais quand vint le tour suivant, le courage d'Henriques fût ébranlé. Un autre dieu fit son apparition: Héphaïstos!

(Diantre! Le dieu des forges. Mais que peut-il donc faire ici?...J'espère qu'il n'est pas le sinistre instigateur de cette attaque du Sanctuaire, auquel cas...il répondra de son sang. J'en fais le serment)

Le dieu des Forgerons lança un défi à Athéna. Il voulait qu'elle puisse prouver son identité. Henriques muet devant la scène, assista à sa déesse bien-aimée lutter contre un mal dont tous ceux qui étaient présents ignoraient la source. Henriques pour avoir partager un moment d'intimité avec la déesse juste avant son départ au Tournoi, savait qu'elle avait souffert du Poison d'Eris et qu'elle luttait encore contre celui-ci. Les souffrances donc de sa déesse devant Poseidon et Héphaïstos le chagrinèrent, bien évidemment, mais ne jetèrent en aucun cas le trouble dans son esprit. Une nouvelle aura se fit sentir, celle d'un Saint dont Henriques ignorait l'identité.

Alors que, brûlant de désir de mettre son corps en avant en guise de rempart entre Athéna et le dieu des Forges, Henriques fût stoppé net par la puissance du cosmos de Poseidon. Ce dernier le devança. Visiblement, il apprécia très moyennement la venue du "boiteux", tout comme le Saint de l'Hydre.

L'Enfant Prodige observa alors la scène se jouant entre ces deux personnages. Il aurait voulut y prendre part, mais se retint. Après quoi, le dieu des Océans se proposa d'emmener avec lui la déesse de la sagesse, jurant de l'immoler dans son Pilier Central si elle avait usurpé son identité. Les yeux d'Henriques s'ouvrirent alors.

(Qu'est-ce donc? Voilà qui pourrait arranger ses affaires, s'il avait ourdi un complot visant notre Sanctuaire...Je ne sais que penser...Il engage ses propres troupes pour nous servir, il se peut que comme je le pense, il tienne à aider Athéna!...)

La sphère de Cosmos s'estompa libérant ainsi Henriques, et le laissant libre de suivre ou non le dieu des Océans et Athéna. Henriques jeta un regard aussi froid que le Poison qui coule dans les Crocs de l'Armure de l'Hydre à Héphaïstos.

"Je ne sais quel tour vous nous jouez là! Mais je vous préviens...Quiconque ose toucher à Athéna ou au Sanctuaire, me verra tôt ou tard inévitablement sur sa route. [Puis se tournant vers le dieu des Océans et le char qu'il fit venir, Henriques termina par ses mots] Si nous nous connaissons si bien vous et moi, ...vous devinez que j'accompagnerais Athéna jusqu'au bout du voyage...avec votre permission." Le Chevalier de Bronze de l'Hydre offrit ensuite un sourire au Monarque et ajouta: "Mais...Même sans elle, je suivrai Athéna!"

Henriques avait fait son choix. Il regarda ensuite Yavin du Lionnet, pour mesurer la hauteur de son courage et de sa fidélité. Le suivrait-il aussi? Et cet autre Saint, qu'il avait ressenti aux abords, les accompagnerait-il à son tour?

Dans sa douleur, Athéna n'avait pu prendre le Rosaire d'Asmita, offert par le Saint de l'Hydre. Henriques le dissimula alors dans son armure, se portant garant du bijou.

Spoiler:
 


Dernière édition par Henriques le Lun 5 Nov - 20:53, édité 2 fois (Raison : Ajout du Thème)
Revenir en haut Aller en bas
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Lun 5 Nov - 21:08

    J'attendais impatiemment la réponse du Seigneur des Mers, mais un autre Dieu décida que cette discussion serait remise à plus tard. En effet, Héphaïstos, le Dieu des Forges, apparut face à nous. Je n'appréciais guère le discourt qu'il nous tint. Il arriva et sans même un mot, commença à agresser la Déesse.

    Quand il eut remarqué notre présence, à moi et Henriques, il nous confia la première tâche qui lui tomba sous la main pour se débarrasser de nous. Il nous prenait vraiment pour des êtres inférieurs... Parfois, je maudissais les Dieux. S'il croyait que j'allais laisser Athéna entre les mains d'un forgeron, il se mettait le doigt dans l'œil, et jusqu'au coude ! Il se remit alors à gueuler après Athéna, lui demandant de lui prouver que c'était bien elle. Je sentis qu'Henriques voulu intervenir, mais je n'ai pas eu le temps de le retenir que Poséidon répliqua.

    Il remit le Dieu Boiteux à sa place, pendant qu'Athéna peinait à prononcer quelques mots. Ensuite, il se décida à dire que celle présente parmi nous était la vraie Athéna. C'est donc celle-ci que je protégerais, au péril de ma vie. Le Maître du Sanctuaire Sous-Marin avait en revanche prévenu que si cette Athéna n'était pas la bonne, il n'hésiterait pas à la juger lui-même. Il fit alors un discours à tous les marinas.

    Sa voix était puissante, tellement que je pus l'entendre presque en double, comme s'il m'avait aussi été destiné. Mais c'était surement mon combat contre la Black Saint qui avait bouleversé mes sens... Poséidon fit venir un cheval aqueux, et y déposa Athéna. Le choix semblait évident. Le suivre, ou pas. Henriques fit vite son choix. On voyait dans son regard qu'il était sincère. Il était aussi sur de son choix. Mon tour était venu, mais j'avais quelque chose à faire avant cela. Je me tournais vers le Forgeron des Dieux.

    - C'en est presque pitoyable. Vous, un Dieu, incapable de reconnaître l'un des siens. C'est un comble n'est-ce pas ? Voyez comme mon ami Henriques n'a pas eu l'ombre d'une hésitation à choisir ? Voyez comme Poséidon, l'Oncle d'Athéna, a rapidement fait son choix ? Et ce, sans rien demander ! Vous, vous arrivez, bousculez tout et demandez des réponses, des preuves ! Ne savez-vous donc pas écouter votre coeur !! Ne sauriez-vous donc pas reconnaître la femme que vous aimez ?!!! Sur ce, faites ce qu'il vous plaira, mais moi aussi, j'ai fais mon choix. Seigneur Poséidon, je me ferais une joie de me rallier à vous. A croire que l'on peut de moins en moins faire confiance aux Dieux en ce moment, je suis bien content de vous trouver à nos cotés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 7 Nov - 20:20

==> Temple du Bélier

Le chemin du retour se passa sans encombre. A croire que les éléments leur offraient un ultime répit avant la nouvelle tempête qui promettait de se déchaîner. Elle espérait juste être là à temps. Être là pour lui, son seigneur. En attendant, c'était un bien étrange spectacle que celui de la Nymphe des Eaux marchant entre deux étonnants cavaliers. De loin, on aurait pu croire que les deux hommes juchés l'un sur un cheval et l'autre sur une ourse encerclaient une captive pourtant il n'en était rien. En effet, si tous les trois portaient bien les blessures de leurs luttes, la Générale ouvrait bien la route à sa façon. Et puis, à y regarder encore de plus près, on s'apercevait que l'un des deux hommes était inconscient.

Quelques derniers instants et la Fée des Eaux, Scylla, reparut devant son seigneur. Près de lui se tenait la déesse de la Guerre, un autre dieu et deux chevaliers qui lui étaient totalement inconnus. Son regard quasi-impassible se posa sur les deux hommes en armure avant de faire signe à Juan du Cocher de patienter derrière elle. Elle s'avança ensuite devant le noble Poséidon avant de s'agenouiller devant lui sans pour autant en oublier l'assistance qu'elle avait saluée avec le plus grand respect. Une nouvelle fois, l'image de Lady Anna l'avait traversée et elle s'était jurée de se montrer digne de son seigneur en s'inspirant de son surprenant modèle.

" Seigneur Poséidon, moi, Erin de Scylla, vous amène un homme dont la bonté d'âme a été mise en avant par la plus terrifiantes des épreuves, celle de l'Ordalie. Ce qui a mis en avant sa foi en sa mission et la certitude qu'il a de lutter pour la déesse de la Sagesse. " Puis, étendant le bras, elle continua. " Cet homme se nomme Juan du Cocher et je me suis engagée à l'amener devant vous pour qu'il vous donne sa vision des faits. "

Puis, s'adressant par la pensée au seul seigneur des Flots, elle enchaîna.

" A vous, mon seigneur, je confie aussi la vie de l'autre homme, le dénommé Tokuza. C'est lui, le chef du Quartet ou au moins un des chefs. La loyauté de Juan à son égard n'a pas de limite. Lui aussi est convaincu de lutter pour Athéna. Juan est quelqu'un de bien et un guerrier plus que courageux, je m'en remets à votre jugement, seigneur. L'erreur plane entre nous mais sur la tête de qui ? Vous seul, mon divin maître, pouvez prendre une décision. J'ai pris celle de vous mener cet homme pour qu'il plaide sa cause mais en même temps, cela nous offre l'occasion de voir sa réaction face à celle qu'il accuse d'être un imposteur mais cela, dépendra de vous...

Vous seul pouvez décider. "


Elle rompit ensuite le contact, laissant à Juan la possibilité de prendre la parole devant l'Ebranleur du Sol.
Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Mer 7 Nov - 22:26


:: Quête de Savoir :.
.: Grèce, Garde du Sanctuaire d'Athena :: A la suite du Dieu des Forges ::


Fièrement, l’oiseau d’Ébène se tenait derrière le Dieu des forges. Si elle avait porté allégeance a Athena, elle l’avait fait au petit matin a peine et n’était même pas encore sure de l’avoir fait auprès de la bonne personne. Personne qui, qui plus es, lui avait confié la protection et la sécurité du sanctuaire, à elle, à peine arrivée et héritière d’une lignée de traitre. Y avait-il la une mise en péril voulue ? Ea ne trancherait pas sans avoir assez d’informations en main pour que sa confiance fût acquise. A ce stade, elle s’accordait le droit de douter de la déesse et de ne pas jouer la fidélité aveugle pour une personne qu’elle n’avait presque encore jamais vu de sa vie. Son armure la mettait au service de Pallas, et uniquement de Pallas. Elle n’honorerait personne tant qu’il pouvait s’agir d’un leurre. Les autres chevaliers la comprendraient ils ? Si ca n’était pas le cas, alors ils manquaient d’objectivité. Car sa position, au vu de ses raisons, était tout a fait compréhensible. Puis elle ne doutait pas de la couverture que représentait le maitre des Volcans…

Silencieuse, Luxea demeura et observa. La situation était tendue, le perspective d’un combat entre Dieu possible. Mais si elle devait trembler, ce serait plutôt d’une excitation teintée de curiosité que de peur pour sa vie.
A ce moment la, la jeune femme avait été plus encline a croire en l’autre Athena, et par la même en ce que lui avait dit Augustus avec conviction. S’il avait été manipulé ou non… Elle l’ignorait. Mais bien des évènements récents tendaient à donner a cette version des faits des allures de vérité. Le Mystère demeurait épais, et le malaise de la femme a la chevelure flamboyante eut le mérite de semer le doute.


Par le choix de Poseidon, la situation avait sensiblement changé, laissant les deux divinités face l’une à l’autre, et les Saints en présence à un choix difficile. Deux Athena, dont elle ne savait rien et qui toutes deux se faisaient passer pour vrai, et il fallait choisir … ? Si les deux autres bronzes n’hésitaient pas un instant, la jeune femme elle ne serait certainement pas aussi hâtive. La sainte d’Ébène s’avançât au devant des trois divinités. Le Corbeau sur son épaule s’inclina, et elle en fit de même avant de s’adresser à Poseidon. Si elle devait se justifier, elle ne le ferait pas autrement.
    - En ce jour, je suis devenue officiellement une Sainte au service de Pallas, et d’elle seule. Et bien que cela soit neuf, je lui consacre mon honneur, mon estime, et ma fidélité sans borne. A Pallas seule…

Laissant ces mots en suspens, la jeune femme laissait bien sentir que deux personnes se disant être la déesse sage en ce jour, elle ne pouvait accorder ses vœux a une seule d’entre elle. Et elle ne le dit pas, mais seulement en celle qui prouverait qu’elle était la seule, l’unique. Mauvais, ou Dorian Swann, ancien saint maudit, se tenait fièrement sur son épaule, la tête haute. Ils avaient parlé brièvement alors qu’elle suivait Hephaistos jusqu’à ces lieux, et tout deux n’avait pas besoin de plus pour se comprendre et s’entendre sur la démarche a suivre. Leurs regards se croisèrent, et il ne fallut pas même un hochement de tête de la demoiselle pour qu’il prenne son envol.
    - Les dernières paroles du Pope, en proie a un étrange poison certes, mais semblant justement vivre ses ultimes instants de lucidité étaient « L'étoile du matin, quand elle rencontrera l'étoile du soir, se libérera de son poison pour apporter la paix universelle. ». Ces paroles, message laissé par les astres, ne méritent elles pas d’être considérées ? Si ces étoiles ne sont autres que ces deux Déesse qui défendent toutes deux leur authenticité. N’y aurait il pas la clef de ce qui permettra la guérison de Pallas ? Quand bien même cela représenterais un danger pour vous, dame Athena, nous serions tous là pour vous protéger… N’est ce pas ?

Ces ultimes paroles furent appuyées d’un regard pour Poseidon, qui ostensiblement maitrisait la situation et se plaçait comme doyen de l’assemblée. L’instinct d’Elanore lui disait que les paroles du Pope ne devaient être ignorées, et elle c’était sentie le devoir de les invoquer. De plus, si elle avait bien compris Mauvais, la femme qui venait de faire son entrée pourrait témoigner de la véracité de l’information… Et deux Dieux et trois chevaliers, c’était certainement suffisant pour protéger une déesse, même affaiblie, en cas de besoin…
Ne voulant pas paraitre trop effrontée, la jeune femme abaissa les yeux, mais termina néanmoins le discours qu’elle avait entamé. Elle se le permettait, et espérait qu'on ne lui en tiendrais pas rigueur. A peine connue encore de l'assemblée et du sanctuaire, elle n'était pas la personne qui attirerait le plus aisément la confiance, elle en était bien consciente. D'autant plus depuis qu'elle était apparu se tenant auprès d'un Dieu qui ici semblait se tenir seul contre tous.
    - Mauvais en ce moment même c’est rendu auprès de la femme dont le cri a résonné tout a l’heure. Si je lui en fais signe, il lui dira de venir par elle-même vous faire face, et témoigner devant nous tous de ses desseins et de son identité. Ainsi seulement nous pourrons être fixés.

Et si Mauvais ne devait pas revenir sain et sauf auprès de son héritière, alors l’imposture se serait trahie. Adoptant a nouveau le silence, elle laissait aux Dieu le loisir du choix, et ne s'imposerait pas d'avantage. Un simple mot d'eux, et elle signifierait a mauvais par une effluve de cosmos qu'il pouvait agir et délivrer le message.


Mauvais s'en va vers la ou se trouve l'Autre Athena, porteur d'un message qu'il délivreras si on lui en fait signe.

Revenir en haut Aller en bas
Héphaïstos


Divinité Majeure
Divinité Majeure
avatar

Messages : 38

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Sam 10 Nov - 22:19

Athéna se mit à pâlir sous ses yeux, de telle sorte qu'il ne lui fallut pas longtemps pour avoir à regretter son geste. Jamais il n'avait levé la main sur elle et il n'avait pas l'intention de le faire à moins d'y être contraint. Cependant, il était vrai que ses propos avaient pu paraître blessant, à plus forte raison qu'il n'était pas connu pour les ménager. En fin de compte, il n'avait réussi qu'à l'accabler, sans pouvoir rien faire d'autre que clamer son innocence. Mais quelle preuve en avait-il ? Il ne demandait qu'à la croire, qu'à connaître le fin mot de toute cette histoire. Mais ce n'était pas en la faisant défaillir qu'il obtiendrait quoi que ce soit d'elle. Par égard envers elle et leur étroite relation, il ne pouvait se permettre de la presser de lui donner les réponses qu'il attendait. Il le regretterait amèrement s'il s'avérait qu'il faisait fausse route, mais la harceler de questions ne ferait que l'acculer.

En rajouter ne ferait que la mettre au pied du mur. Si, tout du moins, ce n'était pas déjà fait. Un long soupir lui échappa pendant qu'il faisait le nécessaire pour recouvrer son calme. Cet aspect tout feu tout flammes n'était pas le plus indiqué pour la mettre en confiance et la rassurer. Même s'il devait se tromper sur son compte, elle ne devait pas perdre la face devant ses hommes. Cela n'aurait fait qu'accélérer la chute de son domaine sacré qui, déjà, semblait au bord de l'effondrement. Comment leur en vouloir ? Ils avaient juré fidélité à Athéna, mais à laquelle devait aller leur serment d'allégeance ? Et ce n'étaient certainement pas les Chevaliers Noirs en armures au rabais qui allaient les aider à prendre une décision.

« Excuse-moi, Athéna. Je me suis laissé emporter. » déclara-t-il, paupières closes.

Une mer déchaînée vint s'écraser sur son bouclier ardent, éparpillant un nuage de vapeur aux alentours. Pour se targuer d'une telle puissance alors qu'elles avaient été invoquées avec tant de négligence, l'auteur ne pouvait être que le Dieu des Océans en personne. Le Divin Forgeron se contenta d'intensifier sa cosmo-énergie pour mettre un terme à cette fantaisie aquatique et attendit des explications qui ne sauraient tarder. Il avait connu des salutations plus courtoises, et ne se serait pas privé de le précéder de la même manière s'il s'était attendu à un tel accueil.

« Ton prêtre m'avait manqué de respect. Tu es bien placé pour savoir que je ne suis pas connu pour être le plus à cheval sur la politesse, c'est dire s'il l'avait mérité. Et à ce que je sache, tu l'as récupéré par après en un seul morceau. Quelles raisons te reste-t-il encore de venir me le reprocher ? »

Poséidon aurait-il oublié qu'il pouvait également faire appel à la lave ? Auquel cas ce serait tout le Sanctuaire qui en ferait les frais. Néanmoins, Héphaïstos n'était pas venu chercher querelle et s'abstint donc de riposter. Ce qui ne l'empêcha pas de lui décocher un regard noir : il aurait tout de même pu mieux choisir son moment. L'heure n'était pas aux chamailleries, même si à l'évidence les Saints ne l'avaient eux non plus pas encore compris. Des réactions si puériles et naïves qu'il n'en éprouva qu'une profonde lassitude. Voilà précisément la raison pour laquelle il se serait bien passé de les rencontrer si les circonstances n'avaient pas été ce qu'elles sont.

La raison pour laquelle les mortels ne présentaient plus à ses yeux que peu d'intérêt étaient qu'ils ne comprenaient rien à rien. Il aurait fallu tout leur expliquer, or il n'en avait guère le temps et l'envie encore moins. Par chance, le Créateur se sentait d'humeur pédagogue. Il prit un ton plus neutre pour répondre à Henriques qu'il toisait de haut, le sourcil relevé. Son corps humain n'était pas aussi gigantesque que sa véritable apparence, mais bénéficiait d'une taille bien suffisante pour les dominer d'une poignée de centimètres. Le manche du célèbre marteau qui avait façonné tant de mythes et légendes tournoya entre ses doigts comme s'il ne tenait là qu'un simple fétu de paille.

« Si j'avais voulu lui faire du mal, ce serait déjà fait ! Ce n'est pas un freluquet dans ton genre qui va me faire peur. Ceci, mon garçon, est mon outil de travail, et il peut détruire autant que construire. Je vais te donner un petit conseil qui pourra te servir à l'avenir, si tu comptes barrer la route à un Dieu, assure-toi de le faire pour une bonne raison : rien n'est plus stupide que de mourir sur un malentendu. »

Il aurait suffi à l'Hydre de se montrer un rien plus agressif et c'en était fini de lui. Il avait pour réputation d'avoir l'âme chevillée au corps, mais sa renommée ne lui serait d'aucune utilité s'il encourrait la fureur divine. Il n'y avait dans sa voix aucune menace. Il ne voulait que le mettre en garde contre son propre empressement à se dresser comme bouclier-lige de la Déesse de la Guerre. Une louable vocation, mais elle serait sa perte s'il ne faisait pas preuve d'un peu plus de discernement. Aussi serait-il bien avisé de corriger son attitude, car nombre de ses frères et soeurs ne seraient que trop heureux d'y voir un prétexte pour le stigmatiser. Ce fut ensuite au tour de Yavin d'avoir son attention, quand bien même c'était celui dont le discours l'avait le plus atterré.

Plus emporté encore que son confrère, il s'était également montré plus discourtois – ce qu'il aurait volontiers reproché à Athéna si elle n'avait pas été si mal en point. En plus de mépriser l'étiquette, ses chevaliers manquaient cruellement de bon sens, à en juger par l'exemple que donnaient ces deux spécimens. Contre toute attente, il ne souleva pas son marteau et préféra l'épauler pour tendre vers lui sa main libre. Bien que celle-ci soit désarmée, l'immense pression qui s'en dégageait n'était pas sans rappeler celle qu'aurait fait ressentir sa réelle apparence. Le Bronze Saint eut ainsi un aperçu de sa force herculéenne, l'ombre gigantesque de sa paume divine se superposant à celle, de chair et d'os, dont émanait une puissance par laquelle il serait écrasé d'une seconde à l'autre.

De quoi lui faire regretter ses paroles, sans l'ombre d'un doute. Sa paume ne fit pourtant qu'atterrir au sommet de son crâne d'un air paternaliste. Il s'en était fallu de peu qu'il ne subisse le même sort qu'Astre des années auparavant. Or, depuis cette époque, il avait vécu en compagnie d'Eldir et d'Aukoti qu'il côtoyait chaque jour au coeur même de sa forge. Cela l'avait rendu un peu plus tolérant à l'égard des humains. Juste assez pour leur pardonner l'innocence dont il leur arrivait de faire preuve parfois. Car, de toute évidence, le Lionnet avait encore bien des choses à apprendre. Et broyer chacun des os de son corps d'un coup de marteau n'était probablement pas la meilleure leçon qu'on puisse lui donner.

« En voilà une grande gueule ! Petit, si je devais te donner un conseil à toi aussi, ce serait de ne pas parler de ce que tu ne connais pas. C'est plus compliqué qu'il n'y parait, tu sais. Nous les Dieux, on a notre propre manière de régler nos problèmes et notre vie comme nos sentiments ne regardent que nous. Nous avons toute l'éternité devant nous pour les vivre. Te mêle pas de ça. »

Sa tirade comportait aussi des mots justes, mais cela, il n'avait pas besoin de le savoir. Il posa sur Athéna un regard chargé d'émotions qu'elle serait seule à pouvoir voir – et encore, compte tenu de son état. Elle était mal en point et ce n'était pas le moment de ramener sur le tapis de si vieilles histoires. Quand bien même cet amour serait une réalité, il n'en serait pas moins une liaison impossible. Il ne figurait parmi les Dieux de l'Olympe qu'en vertu de ses bons et loyaux services, mais n'en était pas moins étranger aux yeux de bons nombres de ses pairs. Il était le banni de l'Olympe. Aussi contrefait que son talent était grand, pour le déplaisir de bon nombre de ses proches parents. Qui plus est, sa neutralité ne serait plus qu'un vain mot s'il devait être question d'une telle association. Non, cela ne se pouvait.

Il ignora le léger pincement au coeur que suscitait chez lui ce raisonnement pour ne prêter à Luxea qu'une oreille distraire. Le Corbeau ne faisait qu'étayer les informations qu'il avait fourni lui-même une poignée de minutes auparavant, de telle sorte qu'il préféra se consacrer à une toute autre activité. Mais cela, nul ne pouvait en avoir conscience, si ce n'est Poséidon qui dut ressentir une légère tension dans l'air. Celle de la télépathie. Établir un contact mental n'était pas ce que le Dieu des Forges faisait de mieux, aussi lui fallut-il plusieurs secondes pour être sûr et certain de ne pas affoler le cosmos du destinataire de ce message.Celui-ci n'était autre que son envoyé à Venise, bien qu'il prit soin d'inclure également un autre destinataire.

Il était question du Guerrier Divin dont il avait senti le cosmos glacé malgré la lutte acharnée qui avait fait rage aux alentours. Rien ne l'obligeait à prendre contact avec lui, mais il estimait le devoir à l'ancien God Warrior d'Alpha qui avait trahi les siens pour entrer à son service. Et il se voulait homme de parole. Il n'eut cependant pas la délicatesse de la prévenir au préalable avant de délivrer son message : il n'avait aucune envie de s'embarrasser de fioritures et était certain qu'elle comprendrait. Et si ce n'était pas le cas, et bien... Au moins se serait-il efforcé de lui donner les moyens de prévenir les siens. La suite ne dépendrait que d'elle.
Je suis actuellement au Sanctuaire. Les Chevaliers Noirs lui sont tombés dessus comme la misère sur le monde. Ils s'en sont également pris à Rodorio et ses villageois. Le Grand Pope n'a pas survécu. Je ne sais pas d'où ils sortent mais ce ne sont que des mercenaires, quelqu'un doit tirer les ficelles dans l'ombre. On a retrouvé des runes nordiques à plusieurs endroits, vous avez sans doute plus de chances que moi d'en comprendre le sens. Je ne sais pas qui est le coupable mais ce qui est sûr, c'est que c'est pas n'importe qui : on a deux Athéna sur les bras. Et c'est rien de dire qu'il a bien choisi son moment, puisque le Titan Coeos est ici, en train de se battre avec le Chevalier d'Or du Lion. En tout cas, une chose est sûre : ce qui se passe ici ne me plait pas. Poséidon et moi allons tenter de comprendre ce qui se passe, je vous tiens au courant si j'ai du nouveau.
Dresser par lui-même ce récapitulatif lui fit voir à quel point la situation était invraisemblable. Comment tout cela avait-il pu se produire en un si court laps de temps ? Les bases du complot devaient avoir été posées il y a des mois, si ce n'est des années. Sans cela, il n'aurait pas été possible que tout se déclenche simultanément et précipite le Sanctuaire dans l'une des ères les plus noires qu'il ait dû traverser. Il rompit la communication sur ces dernières paroles et se mit à attendre une réponse. En vain. Il avait l'impression de n'avoir fait que parler dans le vide. Du moins s'agissant d'Aukoti, n'ayant pas jugé utile d'attendre une réponse de la part de celle qui se trouvait être le nouveau Guerrier Divin d'Alpha.

Il ignorait les événements qui se déroulaient au même moment à Venise, mais quelque chose ou quelqu'un voulait l'empêcher d'entrer en contact avec son représentant. Un malheur n'arrive jamais seul, même s'il pensait avoir déjà eu son lot de mauvaises surprises pour la journée. Après avoir mûrement songé à ce qui aurait pu causer ces interférences, il releva la tête pour lorgner sur Poséidon. En toute logique, il avait lui aussi un émissaire déjà sur place et pourrait donc vérifier s'il était dans le même cas. L'idée lui parut judicieuse, car même s'il devait y avoir plus urgent, s'assurer de l'état de santé de ses hommes devait être pour lui une priorité – il n'avait pas manqué de le lui faire savoir en le prenant à parti.

« Dis-moi, tu as déjà essayé de contacter ton Quaesitor ? » demanda-t-il d'un ton qui en disait long.

Ce n'est qu'après avoir posé cette question qu'il se rendit compte qu'une personne de plus les avait rejoint. Trois en vérité, puisque deux prisonniers l'accompagnaient. Et quelle ne fut pas sa surprise d'apprendre que l'un comme l'autre comptaient parmi les têtes pensantes de la Confrérie Noire. Il caressa son marteau d'une main fébrile, ne sachant pas ce qui le retenait de le faire passer du statut de captif à celui de pulpe sanglante après les ravages qu'ils avaient commis. Pour lui qui fatiguait de toutes ces guerres incessantes, des hommes qui, comme les Chevaliers Noirs, n'entraient en guerre que pour leur bon plaisir était une vermine qu'il fallait éliminer quel qu'en soit le prix. Toutefois, s'il avait bel et bien l'importance qu'il semblait vouloir se donner, il était susceptible de leur apporter des éléments de réponse plus que bienvenus - après quoi il serait toujours temps de lui faire regretter sa forfaiture.

« Tiens donc, qu'avons-nous là ? Puisque tu es là pour parler, je t'en prie, parle. Et je te souhaite d'être convaincant si tu ne veux pas voir ce marteau de plus près. Tu sais ce que c'est de vivre au pied d'un volcan mais je suis sûr que tu n'as aucune envie d'en visiter l'intérieur. »
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Jeu 15 Nov - 0:09

Île de Circé Arrow

C'était la première fois de sa vie que Haiken foulait le pied du Sanctuaire Sacré d'Athéna. Malgré le respect qu'il vouait aux idéaux de la Déesse de la Sagesse et de ses Chevaliers, il n'avait jamais eu l'opportunité de venir ici en personne.

Malheureusement pour lui, il ne venait au meilleur moment. Le message de Poséidon semblait être alarmant et le Général du Dragon des Mers se rendait compte que la situation le justifiait. Des combats éclataient de toutes part, un capta principalement son attention. Un Chevalier d'Or qui se battait seul face à un être bien plus puissant que lui.

D'autres combats avaient lieu un peu plus loin et dans le village en cendres qu'il avait pu apercevoir en arrivant. Et devant lui, étaient présent Poséidon, accompagné d'une des ses Générales. La Déesse Athéna était également présente, ainsi que plusieurs de ses Chevaliers. Enfin, un autre homme était en leur compagnie. Haiken ne le reconnaissait pas, mais son Cosmos ne pouvait lui laisser le moindre doute, c'était une divinité.

Le Dragon des Mers se sentait mal à l'aise, au milieu de tous ces Dieux, il détestait être dans ce genre de situations. Mais il n'avait plus le choix à présent. Il ne pouvait pas tout simplement faire marche arrière et s'en aller sans rien dire.

- Seigneur Poséidon! Nous voici! Nous avons répondu à votre message.

Il se tourna vers la Déesse Athéna et ses Chevaliers, afin de les saluer également. Après tout, il était sur leur territoire, il ne pouvait manquer de respect en ces lieux.

- Déesse Athéna, Chevaliers!

Il se courba légèrement en signe de respect. Ann avait eu le temps de lui enseigner quelques bonnes manières, même si pour lui cela ne signifiait rien. Puis il se tourna vers Héphaïstos, dont il ignorait encore l'identité et se s'inclina légèrement également. Puis, se tournant une nouvelle fois vers le Seigneur des Océans, il lui demanda alors quels étaient ses ordres.

- Quels sont vos ordres Seigneur Poséidon!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   Jeu 15 Nov - 19:42

==> Entre l'Ange et le Scorpion, confession d'une princesse déchue

Quelques marches de marbre et un chemin encombré de cadavres, c'était si court et aussi si long d'une certaine façon. Le fait de savoir sa déesse en danger était sans doute la plus grande source d'angoisse chez la jeune femme. Ce que Julia lui avait appris ne faisait que confirmer ses pires craintes. Ils n'avaient encore rien vu et le pire n'était encore qu'à venir. Son coeur battait de plus en plus à mesure que les marches diminuaient, laissant la place à un chemin puis un lieu dégagé où se trouvait déjà tant de monde.

C'était si extraordinaire à contempler. Autant de puissance concentrée en un seul endroit, cela ne faisait qu'accroître la sensation que le sort du monde était peut-être en train de se jouer en même temps que celui de la déesse Athéna. La blonde Souris stoppa soudain, prenant le temps de sonder les lieux et de voir au moins combien de monde s'y trouvaient. Pas moins de trois divinités dont sa vénérée Athéna, trois chevaliers, deux marinas et deux autres blacks saints visiblement encore plus puissants que Julia.

Angel se tourna alors vers Bardamu avant de s'approcher de ses frères de Bronze. Parmi eux, elle avait repéré Henriques de l'Hydre Femelle. Elle se plaça à sa hauteur, se sentant davantage rassurée entre lui et le saint du Scorpion. Bardamu la protégerait s'il le fallait. L'Ange du Sanctuaire n'en doutait nullement. Puis se tournant vers Julia, elle lui dit.

- Julia d'Andromède noire, toi qui affirmes que notre déesse n'est pas la véritable Athéna et que Eris n'a rien à voir dans toute cette histoire, j'aimerais que tu lèves les yeux vers elle et oses la traiter de traîtresse. Athéna, ma déesse, si les Blacks saints pensent sincèrement agir pour vous, pour vous libérer, qu'ils le répètent devant vous, ma déesse. Qu'ils contemplent celle qu'ils osent accabler de leur paroles après avoir mis Rodorio à feu et à sang. Comment un tel acte pourrait-il plaire à Athéna ?

Elle n'avait pas éprouvé le besoin de se présenter devant celle qu'elle avait côtoyé de si prêt comme tant de ses frères et sous le regard de Bardamu, elle allait reprendre la parole en ses termes.

- Moi, sainte protégée par la reine Bérénice, vous salue seigneur Poséidon, veillez m'excuser pour mon impolitesse mais j'ignore tout de votre nom, dieu de l'Olympe.

Angel ignorait tout de cette divinité et suite à sa visite des Enfers, elle ne faisait guère confiance aux divinités, exceptés sa déesse et le roi de son coeur. Enfin, elle était aussi encline à faire une exception pour la déesse du Grand Nord qui avait combattu à leurs côtés. Elle se souvenait aussi de l'aide que lui avait apportée les guerriers d'Asgard. Cela était étrange de penser à eux en ce moment alors qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'aller en ce magnifique pays isolé dans le Septentrion.

Un regard et elle se tourna vers l'Hydre Femelle avant qu'elle ne lui murmure.

- Ravie de te revoir, chevalier Henriques.

En tout cas, si Julia a dit la vérité et que Eris n'a aucun lien avec cette histoire, alors...

Ainsi tournaient ses pensées en attendant que la déesse ou ses frères ne lui répondent.

[Hrp : j'ai pris en compte le fait qu'Angel ne connaît pratiquement aucun des guerriers présents. Julia est avec elle]


Dernière édition par Angel le Ven 23 Nov - 0:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~ La Promesse du Fer et du Sang [Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-