RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Ven 19 Oct - 22:12

==> Une décision difficile

C'était à regrets qu'elle s'était détachée des bras de son cher Jason. Sa famille et son foyer se trouvaient à Londres, entre les murs de White Rose. Ce qu'ils lui manquaient déjà. Sa nouvelle vie avait pris une telle ampleur depuis leur installation en cette capitale insulaire. Elle espérait de toutes ses forces que cela n'était pas un adieu. Que cela ne sonnait pas le glas d'une oeuvre qu'elle avait tant de coeur à construire. Elle avait reçu cette mission du fils de Nyx en personne après la chute des Enfers. Tout pourrait bien sûr continuer sans elle mais une partie d'elle-même s'était enracinée en ces lieux.

Le visage des siens repassa dans son esprit tandis qu'elle bifurquait vers le sud-est, se laissant simplement portée par les courants. Elle avait veillé à rester discrète mais il lui fallait aussi rejoindre au plus tôt le Griffon nouvellement éclos. C'était sa mission en tant que Gardienne de la Toloméa et Gardienne de l'Eté. Sauf qu'en dehors de la nouvelle enveloppe de l'Etoile Céleste de la Noblesse, elle n'avait encore rien à garder. Le Royaume Souterrain était fermé, scellé. Leur reine avait purement et simplement disparu. Des dieux jumeaux, elle ne percevait que certaines fluctuations cosmiques, si rares mais bien présentes. Ses frères, les autres spectres ? La tendre Vampire ne les avait plus jamais revus ou si peu. La plupart devant sans doute comme Jason et elle se fondre dans la masse pour échapper aux représailles des chevaliers et autres. Vulnérables, ils étaient si vulnérables sans le soutien de leurs seigneurs. Ce qui ne les empêchait pas de poursuivre leurs missions. le dévouement de l'armée des Enfers était parmi les plus impressionnant. Si méprisés, si incompris et méconnus.

Lydia ferma les yeux avant de soupirer.

Jason, ce que tu me manques déjà...

Cela faisait si longtemps qu'ils agissaient de concert, en un duo parfait. Ils formaient un couple solide et épanoui. Lydia vit apparaître au loin les tours et les toits d'une ville.

Elle allait se détourner lorsque soudain, elle sentit une énergie approchait à vive allure d'elle. Une énergie divine qui lui causa une sensation de malaise. La chasseresse n'ignorait rien de ce qu'il avait subi et l'état de démence qui était le sien. Sans y penser, elle se massa le bras, l'aiguille du professeur Harcher l'avait si souvent transpercée.

Si seulement... Pourvu qu'ils aient réussi.

Ne pouvant l'éviter, elle se dit qu'au moins, ainsi, elle serait fixée. Et apercevant du haut des nuages le sommet qu'une vieille église au milieu d'un hameau abandonné, elle s'en approcha avant de se poser avec sa grâce habituelle sur le toit.

Déployant ses ailes en une magnifique parure d'ambre, elle laissa apparaître les voiles blancs dont elle s'entourait lors de ses voyages et de ses plus belles apparitions. D'un mouvement, elle demanda à Lucky de la parer du diadème que lui avait autrefois offert celui qui venait vers elle.

Droite sans le vent, elle se tenait devant le sommet de l'Eglise, en une image d'ange mêlant l'ambre sombre et le blanc. Chevelure de Feu et teint d'albâtre nacré, la plus belle des vampires se tenait simplement debout, dans l'attente de l'un de ses maîtres.

Elle le regarda approcher, droite et sereine. Elle était sa servante et savait parfaitement qu'elle n'avait cessé de l'être et lorsqu'il approcha de son champ de vision, elle s'inclina comme elle l'avait toujours fait.

Puissiez-vous être de nouveau vous-même... Seigneur Hypnos...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Sam 20 Oct - 0:25

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que nous agissions de concert la reine de mon cœur et moi-même pour reconstruire ce qui avait été brisée par ma faute, un nouveau jour était arrivé sur notre relation, un nouveau jour s’annonçant des plus radieux. Au final mon sacrifice s’était avéré être une bénédiction, j’avais tout au long de ces six années perdu tant de choses à toujours devoir me retenir face à elle, tant de contrôle et de précaution m’avait étouffé sans que je m’en rende compte, aveuglé par l’amour sans borne qu’elle m’inspirait.

Mais à présent j’étais libre, par le biais d’une simple petite chose. D’une si petite chose…

Je contemplais de nouveau l’anneau d’or pendant au bout d’une chaînette d’argent que j’avais autour du cou. Un artefact apparemment anodin qui portait en lui la promesse d’une vie faite de bonheur, un bonheur partagé auprès de ma lune et mes étoiles.

Un bonheur que nous avons grâce à l’aide de ceux qui nous sont proches.

En effet notre avenir été devenu possible avec la victoire sur Bloody-Hypnos, une victoire que je n’aurai jamais obtenu seul. Une victoire que je devais à Marie-Ange bien sûr, mais aussi à une autre femme, une femme que j’avais déjà rencontré il y a bien longtemps. Un spectre et un vampire, voilà comment les mortels ignorants et stupides l’auraient appelée, mais moi je savais que son cœur été resté pur, pur malgré sa condition et son allégeance.

L’ange des ténèbres Lydia.

Depuis notre victoire sur Bloody, j’avais épié à distance les mouvements de l’étoile des ténèbres, sans vouloir trop m’approcher. Bien sur le désir de la remercier était brûlant, comme l’était celui de voir comment elle avait passé ces années. Je savais qu’elle n’avait pas été seule, son ombre l’avait accompagnée fidèlement, ses amis chiroptères et Lucky avaient étés également avec elle durant son séjour sur Terre.

Au final elle a dû parfaitement s’en sortir.

C’est sur cette simple pensée que chaque jour je repoussais au lendemain ma visite auprès d’elle, à cause de cette pensé mais aussi à cause de son compagnon et de l’intimité qu’il semblait partager. J’aurai châtier moi-même la première âme ayant eut la malchance d'interrompre un de nos têtes à tête à Marie-Ange et moi, et j’imaginais qu’il en était de même pour tous les couples.

Un couple... Le sont-ils réellement ?

J’aurais pu facilement m’en assurer en allant fouiller les rêves de l’un d’eux. Mais cela n’aurait vraiment pas été convenable. Certaines choses gagnaient à être apprises par les moyens conventionnels.

Et après tout cela peut attendre.

Mais un jour, alors qu’un évènement des plus improbables était survenu à la cathédrale du sombre empire, l’ange des ténèbres était partie, quittant son foyer et son compagnon pour s’élancer en solitaire vers un endroit connus d’elle seule. Et chose plus étonnante encore, son compagnon ne semblait pas vouloir la suivre, restant en arrière.

Voilà une belle opportunité à saisir.

La suivre était un jeu d’enfant, le diadème que je lui avais donné me la signalait où qu’elle se trouve, et son cosmos si particulier était également chose facile à repérer si tant est qu’il n’était pas masqué par sa volonté. Ceci entraînant cela, je quittais donc la dimension onirique pour le monde physique, sous la forme d’un nuage de poussière d’or j'apparus comme dans un rêve et fila en direction de l’ange des ténèbres.

A mon approche elle s’arrêta, visiblement elle aussi souhaitait me rencontrer, sans doute les mêmes raisons que moi l’avait poussé à retarder l’échéance.

C’est vrai, elle sait pour mon ange et moi…

A cette pensée je ressentis pour la première fois depuis bien longtemps la peur, la simple crainte de perdre quelque chose que malgré tous mes pouvoirs je ne pourrais remplacer. Je ne pouvais le nier, avec cette information en sa possession, Lydia détenait sur moi un pouvoir terrible la rendant dangereuse. Je n’étais pas seul dans cette histoire, et si je pouvais me défendre contre tous ennemis, il n’en était hélas pas de même de la reine de mon cœur encore si humaine.

Ma lune et mes étoiles, ton don peut parfois s’avérer être une telle malédiction. Pourquoi y a-t-il eut jadis cet immonde partage ? Pourquoi dois-tu être et demeurer humaine alors que ton existence m’est si précieuse ?

Un jour je devrais lui poser ces questions, un jour je devrais lui parler du choix qui l’attendait.

Un jour oui, mais pas aujourd’hui.

Ce fut au final sur le toit d’une vielle église en ruine que l’ange des ténèbres me donna rendez-vous. Se tenant là immobile, droite et radieuse, fière et noble, parée comme elle seule savait le faire, avec tant de grâce et de beauté.

A mon approche se mirent à fleurir mon premier présent à sa sublime personne, deux par-terre de rose blanche l'encadrèrent bientôt de leur pale lumière se reflétant à la lumière de Sélène.

Spoiler:
 

Prenant alors corps devant elle alors que le nuage devenait forme humaine cuirassée d’une armure dorée provenant de mon trésor personnel. Je plongeais mon regard dans celui de ma bienfaitrice alors que les tissus écarlates me couvrant retombaient doucement.

Spoiler:
 

Quelques seconde passèrent, il n’en fallut pas plus pour que toute une éternité se lise dans le regard que nous nous échangeâmes sans émettre le moindre son. L’un comme l’autre pouvions plonger jusqu'à l’âme même d'un être simplement grâce à ses yeux. Dans son regard je trouva toute mes réponses comme elle devait avoir dans le mien trouvé les siennes.

Spoiler:
 

Finalement je fus celui qui brisa cet échange muet en m’inclinant respectueusement devant elle dans un cliquetis métallique.

« Lydia du vampire, ange des ténèbres, j’ai envers toi une dette éternelle et je ne souhaite que pouvoir un jour l’honorer. Sache que je sais pour tes actes, comme tu sais à mon sujet. Sache aussi que comme tu dois t’en douter, nous avons vaincus, grâce à toi. Tu m’as sauvé toi aussi, et de cela je me souviendrais jusqu’à la fin des temps. J’aurai aimé te dire cela dès le jour où j’ai appris ton geste, mais je ne souhaitais pas troublé ta retraite. »

Me redressant, je savais avoir rassuré l’ange des ténèbres quand à ma situation bien avant que mes mots ne confirment ce que son cœur lui avait appris à notre échange de regard, mais entendre ma voix lui rappellerait surement celui qu’elle avait rencontré il y a six ans, celui qui jamais ne reviendrait, celui qui avait disparut avec sa face obscure.

« Si il y a bien une chose que j’ai appris durant mon existence c’est que rien ne se passe jamais comme on le voudrait. Je suis navré que ça ait du arrivé, navré de ne pas pouvoir être là en ce moment tel que tu te souviens de moi, mais le destin en a voulus autrement. »

Je ressentais moi-même de la peine pour ma situation, cette journée avait tant détruit, tant modifié. Mais l’amour lui avait tant crée, tant reconstruit, tant épanouis.

« Mais puisque la seule façon de tester un choix c’est d’être à nouveau confronté à ce choix tout en sachant ce qu’il pourrait coûter, je ne pense pas avoir était si misérable dans mon sort. Après tout je suis encore là, et je regarde l’avenir avec espoir. L'espoir et... L'amour. »

Un sourire illumina mon visage maintenant si fermé, un sourire à la fois amusé et confiant.

Qu’importent les épreuves, qu’importe le courroux, qu’importe la ruine. Tant que notre amour durera nous nous relèverons et accompliront tous les miracles.

« Oh mais assez parlé de moi Lydia. Dis-moi à présent, comment c’est passé ton séjour sur Terre avec ton compagnon ? Ai-je bien fait de croire que vous ne souhaitiez pas être interrompu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Mar 23 Oct - 21:29

Son regard s'illumina tandis qu'une lueur apparaissait devant elle comme en réponse à l'écho de ses pensées. Elle inclina juste la tête, songeuse. Seul son coeur trahissait le trouble qui la saisissait en contemplant l'approche du fils de Nyx. Une crainte quant à son état lorsqu'elle commença à s'apaiser à la vue des sublimes rangées de roses. Un parfum délicieux en montait par vagues fugitives, si agréable qu'elle ne put que sourire en les contemplant sous la lumière de la lune. Puis, c'était une délicate attention. Hypnos aurait pu faire jaillir ses fleurs fétiches. Or ce n'était pas les pavots mais bien des roses que le fils de Nyx avait fait éclore sous son regard. Fleurs que Lydia avait fini par aimer. Quelques secondes s'écoulèrent ensuite tandis qu'au rythme des battements de son coeur avançait le maître du Sommeil. Tout comme la Belle vampire, il affichait une expression sereine sur son visage. Une simple expression qui balaya tous les doutes de la jeune femme. Lent si lent avant que, enfin, parvenue devant elle, le dieu ne plonge son regard dans celui de la Belle.

L'éclat de l'or et le rubis rougeoyant, s'apprivoisant...

Une bien splendide image pour illustrer cela. Un instant s'écoula encore sous les tendres rayons de Séléné avant que la voix du Fils de la Nuit ne se lève. Une séduisante rougeur peignit ses joues tandis que le dieu, incliné face à elle, lui présentait ses remerciements tout comme sa reconnaissance envers elle.

Me remercier ? Une dette éternelle...

La surprise brilla dans les magnifiques pupilles avant qu'elle ne se rende compte de sa sincérité. Lui en habit d'or devant elle revêtue d'ambre. Qui face à eux, les aurait pris pour des habitants des Enfers. Ils étaient si singuliers, détonnant chacun à sa façon. Puis, enfin, le dieu se releva et ce fut cet instant que choisit Lydia pour la saluer d'une magnifique révérence, accompagnant ses gestes de ses ailes, jouant autant de leur beauté que de la fluidité de ses voiles. Elle connaissait le goût du dieu pour la beauté et cela serait un bel hommage de sa part.

D'un geste, elle avait saisi sa main avant d'y poser ses lèvres comme le ferait tout fidèle des Enfers. Puis, enfin, elle prit à son tour la parole. Sa voix n'était qu'harmonie et douceur tout en contraste avec les monstres et les brutes peuplant le sombre Royaume.

- Ce fut un honneur de vous aider, seigneur Hypnos, et je suis heureuse d'apprendre de votre bouche que vous êtes totalement délivré. Tous ensemble, nous avons unis nos forces pour vous aider à vaincre le poison qui vous dévorait l'âme et le corps. Tel fut mon destin et mon rôle dans cette histoire, je garderai comme le plus précieux des trésors le don que vous me faites en cet instant. Telle est votre parole et tout comme votre frère, vous la tiendrez même si je ne vous demande rien avant une éternité. Le temps de ma vie s'est arrêté avant mes vingt ans avant que je ne plonge dans la Non-Vie pour vous servir ainsi que mes divins maîtres et votre frère.

Elle se releva ensuite avec grâce glissant sur les ardoises sans en faire bouger une seule. Légère comme la vampire ailée qu'elle était, elle laissa passer un instant, si doux avant de reprendre.

- Merci à vous. J'ignore si je suis digne d'un tel honneur et de tant d'égards. Vous êtes le premier à autant tenir compte de mes sentiments et de mes souhaits pour ne pas surgir au milieu de moments plus qu'importants pour moi et celui que j'aime. Et ce même si autrefois, je vous avais dit que vous seriez toujours accueilli avec tous les honneurs quelque soit le lieu que vous choisiriez. Mes demeures seraient toujours prêtes à vous accueillir comme lors de votre première visite.

Elle sourit de nouveau tout en contemplant son visage et le changement opéré en lui. Il n'était peut-être plus celui qu'elle avait autrefois connu après avoir sauvé sa tendre Lucille mais l'amour, plus encore que ses épreuves, lui avait aussi ouvert de nouveaux horizons. L'entendre parler d'amour et d'espoir était si étonnant qu'elle ne put cacher l'émotion qui la gagnait. .

- Non, tel que je vous vois, vous n'êtes pas misérable, vous ne l'avez jamais réellement été mais peut-être n'étiez vous simplement pas conscient de la chance que vous aviez, du bonheur que vous possédiez malgré les épreuves te cet horrible poison, vous avez pu vous relever et reconstruire...

Elle posa juste un doigt sur ses lèvres avec un sourire. le silence, par ce geste, elle lui signifiait qu'elle garderait le silence tout comme son tendre Jason. Elle demanderait à son amour de ne rien dire de ceux qui avaient un soir débarqué dans leurs vies.

Puis, soudain, il se tourna vers elle, la prenant au dépourvu. Sur un de ses gestes, Lucky mais aussi ses petites compagnes vinrent l'entourer.

- Parler de moi et d'Inferno, mon compagnon, mon amour...

Son expression se fit plus que tendre et elle dit.

- Oui, nous sommes heureux et formons un couple plus qu'uni. Il m'a sauvée malgré moi avant de me ramener à la vie. Bien des épreuves ont jalonné ces années mais elles n'ont fait que renforcé l'amour qui nous unis... J'ai été pleinement heureuse et le suis encore plus à chaque jour qui passe. Mais peut-être...

Elle se tut soudain, songeant à ce qu'elle était sur le point de révéler.

Non, pas ici, où bien des indiscrets pourraient nous entendre. Puis, elle se tut, attendant que le dieu ne lui demande d'autres nouvelles des siens. Peut-être se souvenait-il encore de Lucille ou de Jonathan Harcher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Mar 23 Oct - 23:30

Toute de grâce, de beauté et de volupté. L’ange des ténèbres était à sa manière bien semblable à la reine de mon cœur, chacun de ses gestes, chacun de ses traits suffisait à émouvoir le néophyte autant que l’esthète, toute sa perfection rayonnait ce soir sous l’astre lunaire alors que je l’avais, comme un bijou, sertie d’un écrin de roses opaline.

Ce fut bien plus simple que je ne l’aurait crus aux premiers abords, malgré les années, nous partagions quelque chose qui nous lierait désormais au-delà du temps, un lien que seul les immortels pourrait appréhender.

Oui, notre lien se renforcera, chacun de nos fait et geste doit aller dans ce sens, car ne sommes-nous pas parmi les rares êtres à influer ceux qui nous entoure par notre seule présence ?

En effet, elle possédait elle aussi ce pouvoir, celui de transformer ceux qu’elle côtoyait, que ce soit par ses pouvoirs ou par son âme, elle était une singularité oh combien précieuse pour le sombre empire, seul un fou ou un sot aurait prétendu le contraire.

Quelle fierté doit éprouver celui qui dans sa chance partage ton existence, une existence sans fin…

Encore une fois je songeais à la précarité de l’existence humaine, encore une fois je ne pus m’empêcher de faire un parallèle oh combien stupide. Je devais chasser ces affreuses pensées de mon esprit, elles me hantaient déjà jusque dans mes moments de joie les plus intimes. Je devais y apporter une solution, ou bien je ne pourrais plus que craindre pour l’avenir, cet avenir auquel j’aspirais d’ordinaire avec enthousiasme et sans la moindre crainte…

A présent l’avenir me fait peur pour elle.

Je n’avais aucune honte à m’avouer ce sentiment si humain, mais je ne devais pas le laisser ainsi, je devais en faire un moteur, une puissance créatrice et mobilisatrice qui guiderait et pousserait mes pas vers la résolution de mon problème. Je devais grandir moi aussi pour que je ne puisse plus la perdre.

Plus jamais, plus jamais. Que ce soit par ma main ou par celle d’autrui, plus rien ne t’arrachera à moi.

J’avais déjà quelques possibilités, et encore d’autre étaient envisageables. En fin de compte restait le problème de l’annoncer à ma lune et mes étoiles. Cela devrait se faire, oui, il le faudrait, mais comment réagirait-elle ? Je n’avais pour ma part jamais connus que l’immortalité, mais j’avais aussi rencontré des humains la refusant catégoriquement comme s’il s’agissait pour eux de la plus terrible des malédictions.

En cela résultait ma première difficulté, je ne parvenais pas même à concevoir l’idée que l’éternité fut un mal. Selon moi seule la mort représentait l’ultime malédiction du genre humain, cette fin certaine rendant toutes choses si éphémères et superficielles.

Je compris qu’il me faudrait d’abord comprendre cette idée probablement erronée avant de parler d’éternité à la reine de mon cœur, et peut être l’ange des ténèbres saurait-il m’aider encore une fois à ce propos.

J’avais répondu avec un sourire amical au baisemain ainsi qu’à la révérence, écouté avec attention les dires du spectre du vampire, et souris à nouveau devant le message implicite de l’ange des ténèbres. Mon secret n’avait apparemment rien à craindre.

Lydia poursuivit en me narrant quelques évènements passés auprès de son compagnon.

Ainsi ils sont bien un couple. Le scorpion est à présent loin derrière toi, ange des ténèbres. Cela est pour le mieux.

Cependant quelque chose semblait retenir son désir de parler, quelque chose qui ne semblait pas être en rapport avec moi.

Je vois... J’aurai du y remédier en arrivant.

Sans faire le moindre geste, les bras le long du corps et la main droite en appuie sur mon flanc, la poussière d’or s’éleva dans les airs alors que se transformait le monde autour de nous dans un maelstrom de lumière et de couleur.

« Laisse-moi nous conduire en un lieu ou ne nous craindrons aucune oreille ni aucun œil. »

Ma pensée avait été matérialisée, nous étions à présent auprès d’une table en marbre blanc qu’encadraient deux larges trônes d’or. La salle qui nous accueillait, circulaire, était pourvut sur la gauche d’un escalier d’une dizaines de marche amenant à une cours située un peu plus bas où se trouvait de part et d’autre deux parvis de rose blanches, les mêmes que j’avais matérialisé plus tôt sur le toit de l’église en ruine. Entouré par de haute colonnes soutenant le plafond où pouvait se lire une carte du ciel au étoiles étincelantes, le parfum des roses se mêlait aux senteurs de vélin et de cuir émanant des bibliothèques recouvrant les murs du premier étage. D’un geste de la main, les imposantes tentures pourpres qui ornaient le mur nous faisant face s’écartèrent pour laisser apparaître un balcon semblant donner sur une mer sans fin aux eaux sombres. Le doux parfum de l’iode et le bruit des vagues vinrent parachever ce tableau sans que je n’eus dit le moindre mot.

Prenant finalement place, j’invitais Lydia à en faire de même.

« Nous nous trouvons dans une de mes folies, un lieu où j’aime me retrouver lorsque j’ai besoin de solitude et de paix. Elle se trouve bien au-delà de la portée de mes paires, dans un lieu où je demeure seul maître et seul gardien des clés. Ici nous serons en paix pour poursuivre notre conversation. »

D’un claquement de doigt apparut au-dessus de ma main une flaque d’or fondue d’où émergea deux coupes dorées finement ouvragées ainsi qu’un vase du même métal précieux qui déversa son précieux contenu dans chacune d’elle avant que d’un ordre mental, je ne fasse prendre la direction de Lydia à la première tandis que la seconde me revenait.

« Au moins en cela je suis resté le même, ange des ténèbres. Je bois à ton avenir, et à l’amour, puisse ses bienfaits nous abreuver jusqu’à la fin des temps. »

Portant la coupe à mes lèvres, je savourais cette fois avec les fragments de sens qu’il me restait, la boisson des dieux.

Le processus sera bientôt achevé, bientôt même le nectar n’aura plus aucun gout.

J’eus une bouffée de nostalgie à cette pensée, mais elle fut vite chassée par les raisons de ma résolution.

Je dois grandir, devenir encore plus grand, pour moi et surtout pour elle…

Reposant la coupe sur la nappe écarlate qui ornait notre table, je porta mon regard sur le mouvement perpétuel des eaux que j’avais choisie comme seule compagne dans cette folie. Un élément qui m’avait toujours fasciné.

« Ne trouve-tu pas qu’il y a dans le vide de l’océan comme un certain confort ? Pas de passé, pas d’avenir, une toile vierge aux infinies possibilités à perte de vue… J’aime cette vision, elle m’apaise l’esprit. Mais je ne t’ai pas fait venir ici pour que nous nous y relaxions, ton temps comme le mien doivent être mieux employé. »

Je portais alors toute mon attention sur elle, la fixant de mes yeux écarlate dont les pupilles se réduisirent à deux traits fin et noir dans une mer de sang.

« J’ai tant de question, et si peu de temps, voilà pourquoi cet endroit est tout indiqué, le temps ne s’y écoule pas selon les normes terrienne, ici nous avons tout le temps dont nous aurons besoin. Au final pour le monde, nous n’aurons été absent que le temps d’un battement de cil. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerai si tu le veux bien que tu me conte ton histoire ainsi que celle de ceux que tu as su faire devenir tes compagnons, cette douce Lucille, ce brave Jonathan et même la fée Lucky. Raconte-moi ce que devient ton œuvre sur Terre et comment les années d’absence des maîtres du sombre empire se sont dérouler pour vous tous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Jeu 1 Nov - 19:08

Le ciel inondait de sa lumière diaphane la rencontre qui se déroulait au sommet de la vieille église. En cette toiture haute, si haute et lointaine qui semblait être devenue le lieu de rendez-vous des anges pour qui aurait eu la chance de contempler pareil tableau. La grâce et la sensualité de l'Ange de la Somptueuse Lune d'Eté et le flamboyant fils de la Nuit aussi resplendissant que sa mère était ténébreuse.

White Rose... La rose de la Dame de la Nuit, la Rose de la reine des Enfers mais aussi la merveilleuse déesse des saisons...

Roses blanches qui ne cesseraient jamais de fleurir pour l'honneur des maîtres du monde souterrain et des roses qui s'y épanouissaient, aussi belles qu'ensorcelantes, tendres et mortelle.

Lydia avait souri à ce cadeau, cette attention du dieu du Sommeil et cette image qui ne s'effacerait jamais. La Gardienne de l'Eté s'était alors inclinée devant le dieu avant de répondre à ces demandes jusqu'à ce que le flot de ses paroles ne se suspendent, offrant un instant de quiétude gênée et pourtant si bref...

Un magnifique sourire sur ses lèvres roses délicatement rehaussée d'un éclat de grenat, Lydia s'était inclinée en signe de remerciement. Dès qu'elle avait compris le nouveau souhait auquel Hypnos venait d'accéder. Un honneur que la jeune femme savourait à sa juste valeur. Les divinités étaient souvent si inaccessibles et elle avait été si longtemps privée de sa merveilleuse reine. De celle qu'elle avait juré de servir et défendre au péril de sa vie. Elle avait tant été privée de la lumière de sa reine qui s'était comme éclipsée sans laisser la moindre trace si ce n'était le message que lui avait remis le dieu du Sommeil. La seule chose qui avait pu rassurer la tendre Vampire quant au sort de la déesse des Enfers.

Des saisons s'étaient ainsi écoulées sans qu'elle ne la revoit ou ne ressente son cosmos mais cela toucherait sans nul doute à sa fin. Elle ne savait quand exactement mais cela arriverait bientôt. Enfin, pour l'instant ne comptait que l'instant présent et le tête-à-tête que lui offrait Hypnos. Un nouveau décor avait pris place autour du lieu où la somptueuse Etoile se trouvait en compagnie du fils de la Nuit. Un nom aussi poétique et raffiné que le salon les accueillant. Deux trônes d'or, sans le moindre doute, le métal favori du dieu du Sommeil, de part et d'autre d'une table. De son regard de rubis, la belle avait embrassé les lieux. Un plafond splendide reproduisant le plus beau des ciels nocturnes. La beauté du crépuscule et la senteur merveilleuse des roses s'épanouissant en une sublime marée de soie blanche aux pieds des marches partant de la gauche. Les colonnes sculptées étaient aussi riches en histoires et en mystères que les ouvrages reposant sur les rayons des bibliothèques. Elle écouta avec attention les paroles de son divin hôte puis, enfin, elle prit place sur l'un des hauts sièges.

- Merci à vous de me faire découvrir ce lieu secret de m'y avoir emmenée pour préserver des oreilles indiscrètes ce qui doit l'être.

D'un geste, le dieu avait fait apparaître des coupes ainsi qu'un vase d'or. Objets que la jeune Vampire caressa des yeux, en appréciant la finesse et la beauté avant d'en recevoir un dans les mains. Elle inclina doucement la tête, elle se rappelait. Leur première rencontre lorsqu'elle avait sauvé Lucille de ces fous qui voulaient l'immoler. Le nectar, elle reconnut aussitôt le parfum si particulier du nectar.

- A l'amour et à vous seigneur Hypnos. Oui, puissent ses bienfaits nous baigner... Puis, écoutant la suite de ses paroles. La mer est calme et infinie, elle peut mener en tant de lieu mais elle peut autant nous porter vers un monde de félicité que nous noyer. La mer apaise mais est si belle et attirante que l'on peut s'y prendre à jamais...

Pensez à ceux que vous aimez, seigneur Hypnos... Ne vous égarez pas. Pour vous que ne connaissez point la mortalité et la brièveté de l'existence humaine, le temps peut être le plus implacable de tous les ennemis. Le temps et la quiétude liée aux vagues.

La belle n'avait osé exprimer cela, elle ne savait comme le dieu le prendrait même délivré de son venin, il restait un dieu et tout sujet devait être présenté avec tact et humilité. Elle n'était qu'une spectre et lui un des dieux infernaux dévoués à ses sombres maîtres.

Soudain, elle remarqua ses yeux de sang si différents des yeux dorés qu'elle avait autrefois connus de quoi effrayer la spectre tandis que les mots d'Hypnos reflétaient davantage ses pensées que son regard. C'était réellement quelque chose d'aussi effrayant que fascinant.

Ce regard, est-ce une séquelle de son empoisonnement ?

Elle préféra ne pas le dévisager davantage avant d'entrer dans le vif du sujet.

- Ma vie... Il y a si peu de chose à raconter. Autrefois j'étais humaine et une grande partie de moi l'est restée demeurant aussi pure qu'à cette époque si lointaine, révolue depuis ma dernière mort et résurrection. J'ai eu quelques instants heureux dans cette existence mortelle aussi brève que la flamme d'une bougie entre les mains de ma déesse mais la majeure partie n'a été que souffrances et épreuves ayant abouti à la naissance de la spectre de la Vampire mais cette part humaine vivra toujours en moi, pure et inaltérable tout comme la Bête sommeille en moi.

Pour le reste, ma vie aux Enfers vous est connue comme elle l'est de votre frère qui m'a aussi de sa confiance et ce bien avant son éveil...

Les épreuves et les combats se sont ensuite enchaînés et au terme de cette dernière guerre, je me suis retrouvée seule sur les pentes de l'Etna où Inferno du Démon est venu me secourir et m'emmener, lui qui avait été la cause de mon plus grand malheur et m'avait autant brisé l'âme que le coeur.


Elle baissa soudain la tête se remémorant ces temps lointains et ô combien douloureux. La blessure n'était plus aussi vive qu'avant. Plus depuis qu'elle avait revu Bardamu du Scorpion et que tous deux avaient repris leurs destinées. La blessure s'était lentement cicatrisée avant que le coeur de la Belle ne reprenne vie à la chaleur d'un nouvel amour. A l'éclat de l'Hiver qui pourtant l'avait réchauffée de son amour comme personne auparavant.

Jason, mon amour...

Une expression incroyablement tendre passa sur ses traits magnifiques et elle reprit.

- Oui, lui qui m'avait fait tant de mal, avait pris des risques insensés pour me retrouver. Le Lion d'Or, Corell, le Lion d'Or m'avait agressée et Lucky...

Elle baissa les yeux. Lucky m'a dit qu'il m'avait embrassée de force alors que je gisais inconsciente et brisée entre ses bras juste avant qu'il ne m'abandonne dans le cendre et que Inferno ne me sauve. Il m'a sauvée et offert une nouvelle vie à Londres et un amour que je pensais ne jamais plus connaître. Je l'aime de toute mon âme et de tout mon coeur.

Oui, nous avons vécu à Londres en compagnie de Lucille qui ne cesse de prendre soin de moi et qui m'est toujours aussi dévouée. Elle se porte à merveille et est aussi très heureuse d'oeuvrer en surface pour la gloire des Enfers. Jonathan ne cesse de poursuivre ses travaux et de soigner la moindre de mes blessures. Lui aussi se porte à merveille et je vous demande humblement de lui pardonner le geste qu'il a eu envers vous. C'était la colère et la peur pour moi, les miens mais aussi Angel qui en sont les principales responsables.


Puis, déposant la coupe qu'elle avait fini par vider avec lenteur et élégance, elle acheva.

- Tout va au mieux pour les différentes troupes que je forme pour servir nos maîtres. Mon projet avance avec succès sans éveiller la méfiance des humains. Les terres entourant nos différents domaines sont même devenues plus sûres à mesure que je me nourris du sang des criminels.

Elle se tut ensuite, attendant la réponse d'Hypnos.


Dernière édition par Lydia le Lun 5 Nov - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Ven 2 Nov - 0:24

Tout en savourant la douceur incomparable du nectar divin, j'écoutais avec attention les dires de l’ange des ténèbres. Sans m’en rendre compte je la comparais à ma lune et mes étoiles, deux femmes si pures et si fascinantes, chacune avait su préserver son identité et son âme intacte dans la machine infernale qu’était la guerre perpétuelle qui semblait être notre lot commun.

Croisant sans le vouloir le regard soucieux de l’ange des ténèbres, j’y devina la méfiance ainsi qu’une certaine crainte. Ses yeux fixaient les miens alors que je comprenais immédiatement la raison de son état. Un sourire amusé et innocent illumina mon visage alors que l’ange des ténèbres achevait son récit.

« Je vois, au final ton existence est très semblable à la mienne, nombre d’épreuves, de combats et de déceptions que seul l’amour a permis d’atténuer. Je te remercie pour ta franchise Ange des ténèbres, ta pureté t’honore bien plus que tous les joyaux que les dieux pourraient t’offrir. Un tel diamant d’innocence dans les rangs du sombre empire relève de la plus improbable forme d’alchimie qui soit. Pour moi qui peux à loisir matérialiser mes rêves et mes pensées dans la réalité, recréer ton existence reviendrait à savoir choisir et distiller parmi les innombrables possibilités t’ayant construite, que de cette existence infernale sorte une forme d’âme si particulière... C'est en quelque sorte identique au moyen de faire de l’or avec de l’oxygène, un miracle. »

Une admiration et une fierté non feinte m'envahissait au fur et à mesure que ma pensée se libérait enfin de son carcan de silence et d'analyse.

« Tu transmettras à tous tes proches mes salutations, ainsi que mon absolution au professeur. Son geste ne fut en rien répréhensible, et grâce à lui j’ai réussis à me rapprocher encore d’avantage de celle qui désormais est toute ma vie.

Tu m’as parlé avec innocence et honnêteté ange des ténèbres, aussi je ferais de même en commençant par te rassurer sur ma situation. L’enveloppe corporelle que tu as devant toi n’en est qu’une parmi tant d’autre, un visage et un nom venus du passé que je compte incarner lors de cet étrange tournoi annoncé par un individu dont les pouvoir me semblent même trop grand pour être réel.
»


Le souvenir du vieillard traversant sans encombre nos trois barrières divines me laissa comme à chaque fois une impression de profonde duperie.

« Je dois en savoir plus aussi je compte y participer personnellement sous une forme diminué, personne ne me reconnaîtra car je ne serais plus le dieu Hypnos, je ne serais plus que le roi-héro de la cité antique d’Uruk, le premier monarque de l’humanité revenu d’entre les morts pour reprendre ce qui autrefois fut sien, Gilgamesh. »

Voyant la coupe désormais vide de Lydia, le vase se dirigea vers celle-ci afin de la remplir immédiatement.

« N’ai donc aucune crainte douce Lydia, tout ceci n’est qu’apparences et illusions, un subterfuge nécessaire pour que mes yeux uniques ne me trahissent point. Dès mon enquête achevée je reprendrais un visage qui je suis sur te sera familier. J’espère avoir apaisé tes craintes. Maintenant permet moi de parler à mon tour de ma propre existence.
Comme tu le sais j’existe depuis des temps immémoriaux, avec mon frère j’ai vu naître le monde et les dieux qui s’y sont affrontés inlassablement, j’ai contemplé avec émerveillement l’émergence de la vie dans l’océan silencieux de l’univers et j’ai tremblé à mainte reprise alors qu’elle risquait d’être perdue pour toujours. J’ai marché à la surface du soleil et j’ai été témoin d’évènements si infimes et si instantanés que parfois j’en viens moi-même à douter de leurs existences.
Tous ces évènements, toutes ces expériences incroyables, je les ai vécu mainte et mainte fois. Mais au lieu de me réjouir de ma destinée, avec le temps la lumière devint terne, les couleurs s’estompèrent, les sensations se sont amoindrie, je perdais irrémédiablement pied dans l’ennuie qui menaçait de m’assécher totalement sans que je parvienne à faire quoi que ce soit pour l’empêcher.
Je crus que tout espoir était perdu jusqu’à cette nuit où après ma dernière incarnation, je constatais avec stupeur que j’éprouvais et ressentais intensément à nouveau.
Je crus naïvement à l’action d’une force divine, mais à présent je sais à quoi je le dois. Déjà à cet instant mes pensées m’attiraient vers elle sans que je ne m’avoue pourquoi. Déjà à cette époque j’étais sauvé par une force transcendant toutes formes de manipulation du cosmos lui-même.
J’imagine que tu dois savoir toute l’histoire alors je ne te la conterais pas d’avantage.
J’aime à la folie depuis presque six ans maintenant l’humaine, non, l’ange porteur de l’armure d’argent de la Lyre nommée Angel. Nulle femme au monde ne saurait mieux porter ce nom. Elle est la souveraine de mon cœur et pour elle je pourrais renoncer à tout. Et c’est bien là ma plus grande peine, mon amour pour elle m’inflige quotidiennement l’insupportable souffrance que cause la peur de la perdre pour toujours. Je n’ose même pas imaginer ce que deviendrait mon existence si jamais elle venait à me quitter, je crois que je deviendrais fou. J’ai peur pour elle comprends-tu ? Pour moi que la mort n’a cessé de côtoyer depuis l’aube des temps c’est la première fois que j’en viens à craindre sa venue pour un être en particulier. A tel point que je serais prêt à violer toute les lois de l’univers pour empêcher ce destin funeste de s’accomplir.
Dit moi maintenant ange des ténèbres, toi qui fus autrefois humaine et qui désormais goûte au fruit de l’immortalité. Penses-tu que je sois en droit de lui demande cela, d’abandonner sa mortalité pour me rejoindre au travers des âges de ce monde ?
»


J’avais enfin crevé l'abcès, étrangement devant Lydia je sentais que je pouvais ouvrir mon cœur et mon âme sans craindre de représailles ou de jugement hâtif. Sur mon visage pouvait se lire l’inquiétude qui trahissait mes pensées, non quant à la réaction de l’ange des ténèbres, mais bien quand à l’hypothèse inacceptable que j’avais exprimée.

« Réponds-moi je t’en prie Lydia, parle sans détour, oublions un instant nos statuts, nos rangs et toute ces choses au fond sans importance, parlons très simplement, comme le ferez deux amis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Sam 10 Nov - 0:01

A sa grande surprise, le glorieux fils de Nyx se mit à rire de bon coeur comme à une simple plaisanterie dénuée de toute malice. De quoi rassurer la tendre Vampire sur son sort et son état mental depuis l'empoisonnement par Eris. Grâce aux efforts conjugués de personnes pourtant si différentes et éloignées, autant que pouvait l'être le Roi d'Avalon que l'Assassin de l'Ombre, la folie meurtrière avait quitté le blond Hypnos. A le contempler et l'entendre parler, Lydia se sentait de nouveau face à celui qu'elle avait autrefois rencontré et ce devant une coupe de nectar.

La voix divine rompit alors le nouveau silence qui s'était installé. Sans heurts ni haussement superflu, juste le ton parfait pour deux amis qui se retrouvaient au terme d'une longue séparation. Gênée par ces compliments, la rousse vampire répondit de sa voix si mélodieuse.

- Merci pour ces mots, seigneur Hypnos, venant de vous c'est un magnifique compliment. J'ignore ce qui fait que je suis une Etoile pure évoluant parmi les spectres tout comme celles qui m'ont précédée. C'est étrange mais Jonathan m'a parlé de cela, de la sensation de retrouver l'Etoile des Ténèbres à la fois si sombre et tellement brillante, la pureté au sein de la noirceur et de la dureté des Enfers. Une Etoile capable de briller et de sortir des Enfers sans se faire agressive pour apporter à sa reine ce qu'elle aime retrouver à la surface, ce qui ne s'épanouit que sous la caresse du brillant Hélios. Ce qui ne vit qu'au soleil de l'Eté, la saison où la divine Coré illumine la surface de sa beauté avant que l'Automne ne nous la ramène.

Les Vampires sont tous dotés d'une beauté immense mais tous ne sont pas forcément purs et doués de sentiments aussi puissants que les miens et ceux que je porte à mon amour...

J'espère juste que je ne suis pas la dernière de mon clan. Que d'autres pourront poursuivre si jamais... Mon âme ne doit pas s'éteindre et mon sang doit continuer à couler et se mêler à celui de ma lignée. On ne fait pas si facilement de Vampires à l'âme pure, je n'en ai jamais croisé qu'un seul et il a disparu...

Qui pleure sur le sort des monstres comme moi si ce n'est ceux qui nous aiment.


Un silence pesant aurait pu s'installer si la belle n'avait pas d'office enchaîner, s'éloignant de cette image de par trop pessimiste. Elle s'empressa de saisir la perche que lui avait tendue Hypnos en évoquant ses proches.

- Bien, je le leur dirai. Cela les surprendra d'avoir attiré votre attention et ils en seront sans doute heureux. Rares sont les instants où ils ont pu croiser un dieu ou juste l'entrapercevoir. Même nous, spectres, sommes parfois si loin de ceux qui sont nos vrais soleils.

L'aura si brillante de Perséphone lui avait tant manquée, la Vampire devait reconnaître qu'elle s'était souvent sentie abandonnée. Privée de sa reine, elle n'avait que l'orbe pour la réconforter sans comprendre à quoi il lui servait. Jamais, elle ne l'avait invoqué, juste laisser se fondre en elle et en son surplis, la changeant en cet Ange que le maître du Sommeil avait retrouvé perché sur le toit d'une église. Une image bien réelle de ce qu'était devenue la chasseresse des Enfers durant tout ce temps. Elle n'avait eu de cesse de construire dans tous les sens du terme. Elle avait trouvé le bonheur auprès de Jason et tous deux vivaient heureux au sein de leur famille que ce soit à Londres ou au manoir des Carminia lorsque Lydia lui demandait de l'y emmener. Un sourire épanoui, elle avait en effet été si heureuse.

- Oui, nous sommes les enfants de l'obscurité. Et se rappelant les actes de Jonathan Harcher, elle reprit. Bien, j'annoncerai aussi à Jonathan votre décision. Cela me remplit de joie de savoir que vous lui pardonnez. Il n'a fait qu'agir selon sa conscience et ses idéaux mais jamais cela ne remettra en cause son dévouement à notre égard ainsi qu'envers Hadès et Perséphone.

Je suis heureuse pour vous, seigneur, cette jeune femme, j'avais pu lire la sincérité de son coeur lorsqu'elle est venue me voir. Vous l'aimez, cela s'entend dans votre voix, elle est si chaude quand vous parlez d'elle et votre regard même déguisé s'adoucit.


La voix de la spectre au teint d'albâtre se faisait si douce. Elle avait gardé un côté sensible d'une incroyable puissance. Puis, entendant ses explications sur son apparence, elle reprit.

- Je vois, c'est donc pour cette raison que vous êtes si différent. Je prie nos sombres monarques pour que tout se passe au mieux. Bonne chance, seigneur Hypnos.

Un autre geste, elle reprit doucement la coupe de nouveau pleine, pensive. Rassurée, elle l'était mais ce tournoi n'annonçait-il pas la fin d'une période de paix et le retour de nouveaux combats ou de menaces sur les Enfers, elle aussi devrait en avoir le coeur net et essayer d'en apprendre davantage si l'occasion s'en présentait. Elle qui avait déjà été entraînée dans un tournoi savait que les participants étaient appelés et que c'était tout sauf le fruit du hasard.

Pensive, elle dégusta quelques autres gorgées, sentant les effets du divin nectar en son corps avant de tendre l'oreille avec le plus grand respect aux propos d'Hypnos. Il lui parlait d'Angel, révélant un secret qui devait être bien lourd à porter. Lui qui était si fier devait être frustré de devoir sans cesse cacher l'existence de sa reine alors qu'il souhaiterait sans doute s'afficher librement avec elle, faire éclater au grand jour le bonheur qui était le sien. Son bonheur et sa souffrance, celle de craindre que sa reine ne s'éteigne qu'elle ne succombe un jour. La jeune femme était un chevalier de la déesse avec tous les risques que cela comportait.

Une esclave de la déesse Athéna... Le fait de repenser à elle lui rappela ses premiers élans. Athéna, elle n'a rien fait pour sauver Bardamu, elle n'a rien fait pour l'épargner, elle ne lui a même pas rendu la vie, chose qu'elle a pourtant accompli pour d'autres. Comme je peux comprendre cette terreur, celle de perdre à jamais l'être aimé. Bardamu... J'ai sombré dans la pire des folies à ta mort. Je suis redevenue une Bête que seul Jason soutenu par ma merveilleuse reine a pu ramener à la raison. Oh oui, je comprends, cette déesse de la Guerre n'a aucun coeur. Contrairement à ses chevaliers qui sont si vivants, elle, elle n'a aucun coeur. Que lui importera la vie d'une petite silver. Etait-elle seulement là quand Angel a tant eu besoin d'elle ? Elle qui est venue se poser au seuil de White Rose ?

Elle écouta avec autant d'attentions la fin des confidences d'Hypnos avant de fermer un instant les yeux, rassemblant ses idées. Puis, après quelques instants, elle les rouvrit plongeant son regard de rubis dans celui du Fils de Nyx.

- Je comprends votre demande et ce qui vous déchire le coeur, seigneur. J'ai beau n'être qu'une simple spectre, j'ai très souvent tremblé à l'idée de prendre la vie de celui que j'aimais d'un seul de mes baisers. Je suis un monstre capable de se nourrir sans même blesser mon ennemi. C'est terrible de craindre d'être la source du trépas de celui auquel on tient le plus au monde.

Je ne le sais que trop.


Une larme sanglante glissa le long de la joue si pâle de Lydia. Elle avait tant pleuré pour son fol amour de Scorpion avant de renaître entre les bras d'un Démon. Jamais, elle n'aurait cru retrouver le bonheur et jamais elle n'avait autant trembler lorsqu'elle avait réalisé la danger de sa propre nature...

- Oui, je ne le sais que trop. Que souhaitez-vous savoir ? Si cela est une demande qui pourrait la choquer ou l'effrayer ? Si bien qu'étant de nature divine, vous en avez le droit ? Est-ce cela ?

Elle attendit avant de reprendre.

- Moi qui suis née mortelle et vécu en humaine au coeur pur ait connu les pires épreuves de mon vivant, sans que cela ne me corrompe. J'ai terriblement souffert mais j'ai aussi eu des moments de bonheur et même l'espoir de pouvoir vivre comme tout autre jeune fille. Le jour où un saint a voulu me sauver sans savoir qui j'étais et ce à quoi j'étais destinée. C'est lui qui m'a montré que l'espoir pouvait donner tant de forces. Sans le savoir, il a contribué à mon éveil en me sauvant. Je suis devenue Vampire de mon vivant...

Cela remontait à si loin. Cruelle ironie, le savait-il ? Supporterait-il de la revoir ? Lydia ne le savait et de tout coeur, elle espérait que les destins ne se recroiseraient pas sur un champ de bataille. Ironie, si cruelle ironie. Le destin était cruel mais il y avait toujours de l'espoir et elle reprit.

- Vampire, je suis devenue, soumise aux affres de la Soif de Sang et à la Bête dormant en moi. Pourtant, cela, j'ai appris à le supporter et à vaincre les angoisses liées à ma propre nature dans toute son horreur. Pure était mon âme et pure elle l'est restée. Je sens qu'en moi, une part humaine vit et vivra à jamais car c'est ma nature qui est comme cela.

Vous devez lui en parler car elle aussi doit y penser. Elle doit penser qu'un jour, elle vieillira, qu'un jour sa beauté se flétrira jusqu'à ce qu'elle s'éteigne et ne soit plus qu'une âme désespérée. Vivre auprès de vous signifie que l'un de vous doit changer...

J'ai la chance d'être auprès d'un spectre protégé des outrages du temps mais cela n'est pas le cas d'Angel. Votre reine doit aussi être effrayée. Effrayée de vous perdre, effrayée de se perdre. Si je puis vous donner un conseil, écoutez votre coeur et ce qu'il vous dicte. Votre raison vous pousse à envisagez l'avenir lisant dans celui-ci, l'inexorable fuite du temps et son effet sur celle que vous aimez. Il vous montre votre avenir le jour où cela se réalisera...

Si vous la perdez, vous vous perdrez tous les deux. Parlez-lui. Si je peux vous aider, j'en serai enchantée. Si elle craint de perdre à jamais son humanité, je serai sans doute la mieux placée pour la rassurer. J'ignore totalement comment une telle chose sera possible car je ne suis et ne reste qu'une simple spectre. Enfin, je sais que vous avez déjà une solution ou un début de solution pour ne pas détruire tout ce qui lui tient aussi à coeur... Je ne cache pas que cela m'effraie mais un tel bonheur, faites tout ce qui est en votre pouvoir pour le conserver, seigneur Hypnos.

Je vous y aiderai...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Sam 10 Nov - 19:29

Tout en ouvrant mon cœur à l’ange des ténèbres, je sentais comme un poids indicible disparaître en moi, et c’est là que je réalisais que c’était bien la première fois que je parlais librement de ma relation avec l’ange du sanctuaire à qui que ce soit. Pourquoi à Lydia et à aucun autre, pas même ma famille ? Parce qu’elle était la mieux placée pour me comprendre, elle qui avait connus les deux états de l’existence, sa nature lui permettait de comprendre la peur que l’on ressent lorsque chaque instants passés auprès de l’etre aimé est pour soi une attention de tous les instants. Elle était également à sa façon si semblable à la reine de mon cœur, comme deux faces d’une même pièce, comme un reflet, à la fois identique et différente. Avec elle je savais que mon secret ne risquait rien.

Elle m’écouta avec attention alors que je lui narrais ma crainte la plus atroce, celle dans laquelle mon frère, le grand vainqueur de l’humanité, devait jouer un rôle. Celle du trépas de mon plus précieux trésor.

Marie-Ange, cela n’arrivera pas. Je te sauverai même si je dois affronter l’univers tout entier.

Face à cette peur irrépressible, je n’avais eu de cesse d’envisager mille et mille solutions sans jamais oser en parler à la reine de mon cœur. Etait-ce par peur de son refus ? Non, j’avais une confiance absolue en elle et la suivrait les yeux fermés jusque dans les mâchoires de Cerbère lui-même.

Je pense plutôt qu’en sa présence, je voulais à tout prix chasser ces affreuses pensées de mon esprit. En vérité je n’avais pas le courage de troubler notre bonheur avec mes craintes. Pardonne-moi mon amour, j’ai été faible. Mais cela doit changer.

Ecoutant avec soin la réponse de l’ange des ténèbres, je ne fus ni surpris par son contenu ni par l’honnêteté de Lydia qui parlait elle aussi avec son cœur. Un sourire de gratitude illumina mon visage alors qu’elle achevait de me répondre.

« Je t’entend et je te remercie ange des ténèbres Lydia. Parler avec toi m’allège d’un poids épuisant que je n’avais même pas remarqué dans la masse de mes soucis. Tes dires sont justes et motivés par ton cœur ainsi que ta propre expérience, voilà pourquoi je t’ai choisi toi et aucun autre pour cette entrevue et surtout pour confidente. J’ai confiance en ta pureté et ton humanité si chérie, ce joyaux d’innocence à la valeur sans bornes. Aussi je ferais également confiance à tes mots et suivrais tes conseils. Cette discussion que je craignais doit avoir lieu, trop longtemps je l’ai remise au lendemain par lâcheté et je devrais sans doute déjà être plus que reconnaissant au destin d’avoir encore la chance d’avoir ma reine à mes côtés après toutes ces années. Je me rends compte aujourd’hui que sans doute elle aussi à dut y penser ainsi que tu le suggères, et si elle l’a aussi bien dissimulé que je ne l’ai fait, alors nous aurions pu passer des années encore sans même aborder le sujet. C’est idiot n’est-ce pas ? »

Tout en disant cela je songeais avec tendresse à Marie-Ange et à son sourire, elle qui auprès de moi semblait si heureuse. Jamais je n’avais lu dans son esprit pour y découvrir ses craintes et ses doutes.

Cela aurait été comme un viol.

« Mais grâce à toi j’ai à présent la certitude que je dois lui en parler à notre prochaine rencontre, je dois prendre les choses en main car personne d’autre ne le fera pour moi. Le sombre empereur ou Athéna ne me seront d’aucuns secours en ce cas précis, ils ne doivent même jamais savoir à notre propos. Je te suis reconnaissant également pour l’aide que tu me proposes et j’imagine ce qu’il doit te coûter de la proposer. Pardonne-moi si j’interprète mal ta réponse, mais j’espère qu’il ne sera pas nécessaire de te demander cela. Cependant je veux que tu saches que pour seulement l’avoir proposé je te remercie infiniment. Sois sur que j’évoquerai ta proposition à ma reine lors de notre prochaine rencontre. »

Oh oui, la retrouver, partir immédiatement la rejoindre sans penser à rien d’autre qu’à elle…

Hélas en ce moment elle devait se trouver au sanctuaire entourée des autres chevaliers d’Athéna. Les endormir tous aurait été une bonne solution à mon problème mais Marie-Ange n’apprécierait sans doute pas. D’autant plus qu’une certaine affaire devait être réglée au plus vite.

« Maudit soit ce vieillard pour m'éloigner ainsi des bras aimants de la reine de mon cœur… J’imagine que je ne t’apprends rien en te disant que très récemment un être est venu à la cathédrale annoncer un tournoi tout en se moquant des trois barrières que le sombre empereur, mon frère et moi avions érigés autour d’elle. Un tel pouvoir est par trop impressionnant pour ne pas être un subterfuge, et j’avoue que je n’étais pas présent sur place au moment où se sont déroulé ces évènements. Cela pourrait bien être une illusion ou une projection, mais je veux en avoir le cœur net, je crains qu’une divinité soit derrière tout cela et si tel est bien le cas, alors je saurais la faire parler. Elle paiera pour avoir dans son arrogance retardée ma conversation avec la reine de mon cœur. »

La colère faisait son chemin en moi, une colère bien différente de celle qui avait été la mienne lorsque Bloody sévissait encore en moi. Cette fois c’était une colère froide et maîtrisée qui transformait ma volonté en une force implacable. Une colère qui n’altérait en rien mes capacités mentales, une colère qui sous son filtre m’affranchissait de l’inutile.

« Mais dit moi, et toi dans tout cela, que fais-tu si loin de l’élu de ton cœur ? Toi qui passa six années à son bras sans jamais t’éloigner de lui ? Quelle raison, quel but dirige tes pas loin de celui que tu aimes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Mar 13 Nov - 20:53

Tout n'était qu'harmonie en ces instants privilégiés. Même la mer se mettait de la partie, apportant un parfait écho aux paroles de la Vampire. Comme si de son chant, elle soutenait celui de la splendide Etoile Céleste. Ainsi avait-elle parlé en toute sincérité, ne cherchant nullement à dissimuler des pensées parfois si intimes jusqu'à ce qu'elle arrive au terme de son discours. Un court silence et le visage du divin fils de Nyx s'illumina. Elle lui avait offert un tel réconfort qu'il se sentait comme allégé d'un poids invisible mais si lourd. Une masse étouffant son coeur, l'obligeant à se taire, l'enveloppant d'angoisse jusqu'à l'étrangler. Tel le lierre s'accrochant aux troncs des arbres mais avec une force si grande que l'image s'arrêtait là.

Ce que vous deviez vous sentir mal, seigneur Hypnos. Cette terreur de perdre à jamais celui qu'on aime est si horrible. Moi qui ne la connaît que trop bien, je ne peux que vous comprendre. Même si cela semble présomptueux d'avoir de telles pensées.

Un sourire si doux était apparu sur ses lèvres. C'était donc aussi cela son don, celui de la Chasseresse des Enfers au coeur pur, écouter et rassurer les autres, elle qui avait même tenu la divine Perséphone entre ses bras. Même le terrifiant seigneur de la Mort lui avait accordé sa confiance, lui donnant les clés de la Toloméa du temps ou il se nommait encore Rochel avant de placer sa marque sur son front, le pentacle de la Grande Faucheuse en personne. La mort devant qui tous pliaient un jour ou l'autre. La confidente...

C'était une situation bien étrange que celle de la Chasseresse à la Chevelure de feu. En même temps, elle se sentait si heureuse de pouvoir réconforter le seigneur du Sommeil même si parler de ce genre de chose la ramenait face à sa propre peur. Celle d'être la cause de la perte de celui qu'elle aimait plus que tout au monde. De par sa seule nature de Vampire, elle savait être un danger au moindre de ses baisers. Cela avait pesé si lourd dans les débuts de sa relation avec Jason.

Si lourd... Si tu savais à quel point, j'ai pu être terrifiée, mon amour...

Elle prit alors la parole, gardant la même expression tendre et rassurante.

- Merci pour cet honneur, seigneur Hypnos. Je suis honorée d'être votre confidente. Mes paroles, mes conseils sont dictés par mon coeur et la lumière qui vibre en moi est celle de l'Etoile des Ténèbres dans tout son éclat. Tout ce qu'elle a de plus beau, de plus pur et de plus mystérieux. Le monde souterrain n'est pas que noirceur mais il est aussi beauté et pureté pour vous servir...

Une telle sincérité dans sa voix avant qu'Hypnos ne reprenne. Il se confiait en effet sans la moindre retenue sachant que l'Ange des Ténèbres était digne de confiance. Tout ce qu'il lui raconterait resterait enfoui au plus profond de son âme. Le temps passa ainsi avant qu'il ne prenne sa décision, repoussant l'aide qu'elle lui avait proposée. Ce qui loin d'outrer la Chasseresse la fit répondre sur un ton doux.

- Comme vous le souhaitez, seigneur. Je demeure à votre service autant qu'à celui de votre frère, le seigneur Thanatos, et aux sombres monarques. Ma loyauté aux Enfers ne déclinera jamais...

Et reprenant sa coupe, l'air pensive, elle acheva.

- Si votre reine a de nouveau besoin de moi, je serais là. Je ne lui prendrai jamais de sang, soyez-en assuré. Je sais à quel point vous tenez à elle et si elle vous rend heureux, cela suffit à la rendre sacrée. Je garderai le secret tant que vous le souhaiterez. Elle est votre point faible, seigneur Hypnos. Vous le savez et cela ne doit pas s'ébruiter. Pour vous comme pour elle.

La suite ne fit que confirmer la Vampire dans sa certitude et en même temps, elle en apprenait davantage sur les évènements en cours ou sur le point d'arriver. Elle venait de se rendre compte que ses six années de répit arrivaient à leur terme. De quoi lui faire de la peine tout en refaisant naître l'espoir de retrouver les siens et de libérer les Enfers. Rejoindre les siens pour assurer aussi son avenir avec celui qu'elle aimait de toutes ses forces, de toute sa Non-vie.

Jason... La roue du destin s'est remise en route pour nous. La Non-vie va reprendre son cours et nos dieux nous rappeler tôt ou tard. Le temps de la léthargie des sombres monarques s'efface et nos chemins vont recroiser ceux du sombre séjour. A nous de demeurer à la frontière des mondes. Tout concilier est possible si nous y jetons toutes nos forces et tous nos sentiments.

Notre amour l'un envers l'autre nous soutiendra, Jason, mon tendre Démon. Jamais, je ne supporterai de te perdre...


Et comme en écho à ses pensées et ses espoirs si secrets, la Somptueuse rousse entendit la dernière demande d'Hypnos. A ces mots, Lydia fit tourner lentement sa coupe entre ses mains. Elle semblait si triste soudain.

- Oui, je suis si loin de mon amour. Depuis près de six ans, c'est la première fois que nos routes se séparent.

Sa voix se fit plus vibrante.

- Le cosmos... J'ai senti le cosmos du Griffon se réveiller et j'ai promis de veiller sur lui et de l'aider lorsqu'il reviendrait. Nous sommes les deux gardiens de la Tolomea. Ma route va vers lui et la Cathédrale. Je suis celle vivant au plus près de lui.

Elle resta un instant immobile avant de reprendre sans se rendre compte qu'elle parlait à voix presque inintelligible. Nul doute, en la contemplant ainsi penchée qu'elle ne comptait pas se confier et encore moins demander. Etait-ce ce lieu qui avait provoqué cette requête involontaire.

- Et vous seigneur, est-ce qu'un jour vous me sauverez ?

Sans s'en rendre compte, elle baissa la tête soudain effrayée.

- Les âmes... Le passé semble me poursuivre...

Un instant qui passa sans qu'elle ne réalise qu'elle s'était exprimée avant de se reprendre. Le temps de la séparation approchait mais cela seul, le fils de Nyx pouvait le décider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Mar 13 Nov - 22:30

Le griffon… ainsi c’est pour cette âme noble que tu te sépares des bras aimants de ton élu. Quelle loyauté admirable.

Ainsi le juge des enfers s’était éveillé, un nouvel hôte, une nouvelle existence, mais cette fois les trois fragments avaient été réunis, cette fois le véritable Minos pouvait revenir parmi nous.

« Ta loyauté t’honore, ange des ténèbres, et je sais combien chaque secondes passées loin de ton cœur t’es insupportable, aussi je ne te retiendrais pas plus longtemps. »

Tout en me levant, je vidais ma coupe d’un trait alors que j’entendis soudain un murmure, un murmure venant de l’étoile des ténèbres.

« Lydia ? Ai-je bien entendu ? Tu requiers mon aide ? »

D’un geste je fis disparaître ma coupe dans un nuage de poussière d’or avant de me rapprocher de l’ange des ténèbres, elle semblait si triste, si effrayée.

Je lui pris alors tendrement la main avant de la serrer entre les miennes. Plongeant mes yeux dans les siens tout en lui faisant comprendre par la pensée ce que mes mots ne tarderaient pas à confirmer.

« Ange des ténèbres Lydia, j’ai envers toi une dette éternelle mais ce n’est pas au nom de cela que je te viendrais en aide, je le fais car ce sera pour moi un plaisir et un honneur. Si ma longue existence peut apporter un soutien à la tienne, alors c’est avec joie que je t’aiderais. »

Dans un sourire le monde se transforma de nouveau alors que la poussière d’or s’élevait dans les airs. Les murs, les bibliothèques, l’océan, tout devint flou pour finalement disparaître dans un chaos de couleur et de lumière. Lorsque ce tableau enchanteur reprit forme nous étions de nouveau sur le toit de cette église qui nous avez vu nous retrouver après toutes ces années. Lâchant alors la main de l’ange des ténèbres, j’allais lui rendre sa liberté, mais auparavant il me restait une dernière chose à dire.

« Nous y voilà Lydia, à nouveau nos chemins se séparent, qui sait pour combien de temps encore. Je ne pourrais pas veiller sur toi comme je le souhaiterais, aussi je te demande d’être prudente. Des forces anciennes s’éveillent à présent de par le monde, des forces ne souhaitant que le chaos. Je ne les cernes pas encore, mais je suis sûr d’une chose, quoi qu’elles aient préparées c’est à présent en marche et bien trop avancé pour pouvoir être stoppé. Bientôt le sombre empire aura à jouer son rôle et alors il faudra que nous soyons prêts. »

Approchant mon visage du sien, mes lèvres frôlèrent sa joue de nacre avant que je ne poursuive vers son oreille afin d’y murmurer.

« Soyez prêt toi et les tiens, la tempête approche. »

Ainsi tout était dit et je disparaissais alors dans un nuage de poussière d’or tout en adressant un dernier sourire confiant à l’ange des ténèbres.

J’ai confiance en toi, quel que soit l’obstacle tu parviendras à le surmonter, car tu n’es pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   Mer 14 Nov - 21:10

La splendide Chasseresse sursauta presque lorsque le dieu se retourna sur elle. Sous le regard divin, la tendre Vampire sentit presque le rouge lui monter aux joues, lui donnant un instant l'apparence qui autrefois était la sienne, vulnérable et si fragile. Celle de la jeune Lydia, humaine fuyant sur les chemins boueux de la Principauté de Liège, par une froide nuit à nulle autre pareille. Cela remontait à si loin...

Son regard ne se déroba point lorsque Hypnos s'approcha et prit sa main dans la sienne. Elle n'avait pas osé lui demander quoi que ce soit. C'était trop personnel, enfermé au plus profond de son âme mais évoquer ces six dernières années et l'apparition de troubles nouveaux semblaient avoir fait tomber quelques-unes de ses défenses. Des ennemis, des monstres, d'anciens tortionnaires et d'autres plus récents dont elle avait ignoré jusqu'au nom. Tous ceux qui s'étaient dressés contre elle et son amour, son merveilleux Jason.

Jason...

Savoir que ceux auxquels elle tenait le plus s'étaient retrouvés pris dans cet engrenage de par sa seule existence voire juste sa nature vampirique lui avait tant fait de mal, provoquant en elle un terrible sentiment de culpabilité. Elle qui n'espérait que mener une existence heureuse auprès de ses proches tout en continuant de servir ses maîtres une fois les Enfers reconquis avait été plus que marquée par certaines rencontres au cours de ces fameuses six dernières années.

Lucille, Jonathan, mes amis, mes protégés et même Lucky... Lucky qui n'a pas la chance de jouir de la même protection que mes petites compagnes.

Elle en avait presque tremblé avant que le dieu du Sommeil ne la réconforte. Savoir que les divinités des Enfers étaient si différentes de l'image que les naïfs humains avaient d'elles ne cessait de l'étonner. Sa reine, Thanatos et maintenant Hypnos, tous lui avaient offert leur confiance tout en la soutenant quand elle les avait priés ou simplement évoqués. Par deux fois, la divine Coré l'avait ramenée à la vie, par deux fois le sang de Thanatos avait coulé dans sa gorge tout en la renforçant. Lui qui était allé à sa rencontre lorsque, rongée par le remord de l'avoir étreint à mort, elle avait appelé au secours. Il lui avait rendu l'espoir et rappelé que c'était son désir, à lui, et sa volonté de lui offrir son sang pour servir la reine des Enfers et elle lui avait simplement obéi. Aussi cruel que cela lui avait semblé.

Etrangement, ce fut le Scorpion qui lui revint en mémoire. " Ils chouchoutent mieux leurs guerriers " A l'époque, elle en aurait presque ri mais, maintenant, cela lui semblait si vrai. Les divinités infernales portaient bien plus d'attention sur leurs troupes que d'autres. Jamais, la magnifique rousse n'avait oublié la façon dont elle avait perdu son premier amour et du rôle qu'y avait joué la déesse Athéna ou plus exactement son absence de rôle...

Enfin, cela était loin maintenant et elle devait bien reconnaître qu'elle était plus que reconnaissante envers ses divinités. Les mots d'Hypnos l'avaient d'ailleurs particulièrement touchée et elle lui répondit d'un voix très douce et rassérénée.

- Merci, seigneur Hypnos. Cela ne devrait pas entrer en ligne de compte mais il n'y a pas que moi. Ceux que j'aime... Elle ne put poursuivre davantage tandis qu'autour d'eux la réalité se mit de nouveau à vaciller, tout juste put-elle ajouter. Merci pour votre attention, j'en suis plus que touchée, seigneur Hypnos...

Et le toit de l'église apparut de nouveau dans sa sérénité si trompeuse alors que le moment de la séparation était si vite arrivé. Les derniers mots d'Hypnos sonnèrent comme une mise en garde mais aussi un espoir. leur monde renaissait et même si cela s'avérait plus que rude, les Enfers reprendraient la place qui leur était due. Et elle... ? Et bien, elle mettrait tout en oeuvre pour que sa vie poursuive son cours, à la frontière entre les mondes.

Quelques derniers mots lui échappèrent avant qu'elle ne le salue d'une révérence emplie de grâce.

- Merci seigneur, vos conseils me seront plus que précieux. Je mettrai tout en oeuvre pour poursuivre ma route et protéger ce que j'ai de plus cher. Les enfers sont ma demeure mais j'en ai aussi une plus que précieuse où je cache mon coeur.

Un tendre sourire avant que le dieu ne lui murmure à l'oreille.

- Merci... Oui, jamais plus, je ne serai seule. Tout, je ferai tout pour lui... Tout pour ceux que j'aime...

Un dernier sourire et elle le vit disparaître en une pluie d'or dont les dernières poussières vinrent s'éteindre au creux de sa paume.

Un instant s'écoula encore, ultime moment de quiétude, avant qu'elle ne se retourne vers la Cathédrale. Et alors que ses ailes se déployaient, elle eut cette ultime pensée.

Jason, Attend-moi mon amour. Dès que j'aurais guidé le Griffon vers son destin, je te rejoindrais.

Nul, ne pourra m'empêcher de te retrouver, mon tendre Démon.


==> Cathédrale
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-