RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Sam 27 Oct - 20:13

Arrow Entrée du Sanctuaire



Le chaos. Le monde n’était que chaos. La lumière du soleil ne traversait plus la lourde couche de nuages noirs, d’où émergeaient à présent des dizaines d’éclairs par seconde, comme répondant aux deux énergies si spéciales, si inhabituelles, si puissantes, qui étaient sur le point de s’entrechoquer. En ces terres arides, dévastées par la guerre et par des combats titanesques, seul le gigantesque brasier dévorant les décombres et les cadavres permettaient d’illuminer correctement les deux adversaires. Les flammes se reflétaient dans leurs armures, l’une noire comme la mort, l’autre scintillante comme une étoile. Pourtant, bien que la lumière fasse face aux ténèbres, il n’y avait pas réellement de Bien ou de Mal. Chacun obéissait à sa destinée. L’une était d’assoir son pouvoir perdu. L’autre, était de protéger le joyau de l’humanité, le feu de son cœur, une chaleur omniprésente et éternelle.

Oui, l’homme aux couleurs dorées se battait pour Athéna, et pour elle seule.

L’énergie des deux s’entrechoquait, créant des crevasses et électrisant les cieux, alors que le combat n’avait même pas encore débuté. Et dans cet enfer de lumière et d’obscurité, de flammes et d’éclairs, une comète de pureté fit son entrée.

La Chouette de la Déesse. Elle vint se poser sur l’épaule du Chevalier d’Or, qui osa détourner son attention de son adversaire pour la regarder une brève seconde. Un regard empli d’amour, un regard résolu et déterminé. Le regard qu’un homme portait à la femme de son cœur, alors qu’il savait pertinnement qu’il ne la reverrait jamais. Certes, ce n’était qu’une Chouette. Mais elle était le symbole emblématique d’Athéna… Et c’était pour cet homme, qui marchait vers la mort, une ultime vision de bonté et d’amour en ce monde.

La raison pour laquelle il se battait… Et allait donner sa vie.

Il sourit lorsque le message de sa Déesse résonna dans son esprit. Il caressa le cou de l’animal, lui transmettant également ses dernières pensées, avant qu’elle ne s’envole vers Athéna, protégée du cosmos doré de l’homme durant tout son envol. Ces mots là ne devaient pas se perdre. Sous aucun prétexte.

Regardant à nouveau le Titan qui lui faisait face, le Lion fit un sourire de prédateur.

« Mes excuses. Je serai tout à vous désormais. Mais vous vous trompez… Je ne me crois pas supérieur au Dieu. Je suis juste réaliste. La Foudre est l’unique moyen de tuer les Dieux. Je ne vous laisserai jamais approcher de ma Déesse… Plus ce combat durera, plus Athéna aura le temps de battre en retraite, et de préparer une véritable défense. Avant de mourir, je jure que je vous toucherai au moins une fois. Mais avec une telle brutalité que je vous forcerai à quitter ce Sanctuaire !!!! »

Le Saint ferma les poings. Il en émana alors immédiatement de véritables volutes d’éclairs dorés, qui allèrent lécher le sol brûlé des alentours, se mélangeant aux gigantesques flammes qui entouraient les deux hommes dans ce cocon infernal.

«Je ne vis que pour le combat. Que pour dépasser mes limites, et réussir les challenges que je me donne… Votre venue est une occasion rêvée pour un homme tel que moi !!! De plus, cela me permettra de répondre à la question que je me pose sur le passé des Lions… Je vais enfin savoir si oui ou non, j’ai hérité de votre Keraunos !!!! »


Spoiler:
 



Spoiler:
 


Dernière édition par Corell le Sam 27 Oct - 20:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Sam 27 Oct - 20:14

Le membre 'Corell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Mar 30 Oct - 18:50

" ... hérité de votre Keraunos ? "

D'un sourire froid, le Titan avait laissé échapper la fin de l'exclamation du Lion dans un soupir. Le Lion semblait si sûr de lui au point de s'estimer être un sauf conduit pour la sécurité de sa Déesse, chaque rugissement de sa part semblant être en même temps un défi aussi rustre qu'innocent. D'un geste rapide comme la Foudre, il disparaissait de la vue du chevalier d'or pour apparaitre dans son dos à quelques mètres de là. Une série poinçon électrique venait de frapper l'armure du Lion pour lui redonner un peu de puissance pour ce combat, même le plus simple des humains méritait de combattre à cent pour cent de son potentiel !

Il enveloppa alors sa foudre dorée de la sienne aussi noire que l'ébène pour l'asphyxier totalement. Sans un seul mot, il était parvenu à le mettre à terre avec une facilité déconcertante, cette foudre dorée dont il était si fière n'était qu'artificiel après tout car né de la volonté d'un humain. Dans un dernier souffle, il envoya voler le chevalier d'or vers la falaise adjacente.

" Tu te crois donc capable de maîtriser la foudre divine, celle que Zeus m'a volé, celle qui peut tuer les Dieux ?!!! Tu ne manques pas de culot ou de folie toujours est-il ! Si tu penses pouvoir me prouver que tu mérites un centième de cette force, vas falloir que tu prouves tes dires et tes promesses ! "

Dans une position particulière, le Titan sortit une immense rapière noire de son armure, comme si elle vivait de la tempête qui allait s'annoncer dans les minutes à venir. Dans le ciel, une sphère noire se formait au même moment en annonçant que le seigneur de la foudre n'allait pas tenter d'amoindrir chacun de ses coups à venir. Si le lion voulait avoir une moindre chance de survivre, une infime chance même, ses explications sur sa volonté de sa battre contre lui allaient devoir dépasser le simple fait de prétendre défendre sa Déesse ; car sur l'instant, Coeos était persuadé qu'il était là pour lui même et son égo et pas pour défendre son Sanctuaire, la disparition de l'aurore boréale dans le ciel et surtout de son créateur en était le témoin le plus frappant.

Il fit alors un petit geste au lion pour se préparer à se battre dans les minutes à venir...

Citation :
HRP : Défi accepté, tu peux y aller !
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Ven 2 Nov - 20:01

Il avait… Disparut. Tout bonnement. Pas uniquement son corps, mais également son cosmos. Coeos avait réussi à supprimer totalement son existence même, le rendant absolument impossible à détecter. Mais de toute évidence, il n’avait pas fait ce superbe tour de passe-passe pour impressionner le Lion, non… C’était juste sa manière normale de combattre, car il ne laissa pas au Chevalier d’Or le temps d’admirer sa puissance. Immédiatement, Corell le sentit réapparaitre derrière lui. Avant même qu’il n’ait eu le temps de cligner des yeux, le Chevalier sentit une énergie puissance prendre vie en lui, régénérant le cosmos qu’il avait dépensé durant son bref combat contre les Chevaliers Noirs, et guérissant instantanément ses plaies, et les parties brisées de son armure. Incapable de comprendre ce qui se passait, il ne réagit pas lorsque la souffrance vint. Les éclairs de Coeos l’entourèrent, atomisant son cosmos en une seconde, faisant ployer sa lumière avec une facilité déconcertante. Le Saint tomba à genoux, incapable de contenir cette puissance démoniaque, cette obscurité illimitée et surpuissance qui brisait son existence. Et avant qu’il n’ait eu le temps de trouver une échappatoire, le monde explosa. Il fut catapulté contre un bloc de roche brûlante, brisant ce dernier tellement l’attaque du Titan était puissante.

Mais ce choc n’était qu’une caresse par rapport au cosmos de Coeos.

Pour la première fois dans la vie du Lion, si fier et si droit, il cracha du sang avant même d’avoir pu esquisser le moindre mouvement, d’avoir amorcé le moindre début d’attaque. Son corps était brisé, alors qu’il n’avait pas utilisé un millième de son énergie.

Il sourit.

Alors qu’il se relevait lentement, ce sourire ne quittait pas ses lèvres. D’un geste, il arracha sa longue cape noire, qui commençait à brûler, et la laissa se consumer dans le brasier qui les entourait. Il devait être concentré. Plus concentré que jamais. Il releva la tête, regardant son adversaire en face, et notamment l’énorme rapière qui était apparue entre ses mains. A la seule vision de l’arme, de l’énorme lame de la taille d’un homme, plus d’un aurait filé.

Mais la fuite n’était pas une éventualité. Autrefois, Corell avait trahi sa Déesse. Jamais il ne referait cette erreur. Jamais.

Un coup… Un seul. Je le jure sur mon armure… J’arriverai à le frapper au moins une fois !!!!

Le Saint perdit son sourire. L’heure était venue de combattre. Et il mettrait tout son cosmos, tout son cœur, toute son âme à l’ouvrage. Fermant les yeux, le Saint d’Or en appella à son cosmos. L’énergie du Lion se réveilla, vibrante de férocité, démesurément puissante. Il poussa son aura à son paroxysme, au point qu’elle brilla comme une étoile, tellement concentrée qu’arracha des blocs de pierre du sol pour les envoyer vers les cieux. Les plus petites roches n’y arrivaient pas, anihilées par le simple impact de cette énergie qui faisait trembler le Sanctuaire. Alors, au summum de sa puissance, le Saint rouvrit les yeux.

Ses pupilles avaient changé. Elles n’étaient plus humaines. Deux fentes noires sur un iris doré, qui regarda Coeos totalement différemment. Ces yeux semblaient voir au-delà du réel. L’alliance parfaite entre l’homme et l’animal, devenant plus puissante que les deux réunis.

Corell mit ses mains devant lui, ses paumes tournées l’une vers l’autre à une vingtaine de centimètres de distance. Entre ses mains naquit une étoile de cosmos pur, qui s’émancipa rapidement, l’énergie se concentrant petit à petit pour former une véritable boule de lumière dorée à l’aura tournoyante. Une énergie tellement concentrée qu’elle semblait attirer le monde vers elle, comme un aimant scintillant.

Petit à petit, des rayons de cosmos lumineux sortirent de la boule d’énergie, s’envolant pour tournoyer autour du Saint. Toujours plus nombreux, les rayons passèrent des dizaines aux centaines, tournant tous autour de Corell, dans le même sens, et de plus en plus vite, jusqu’à atteindre une vitesse folle. Enfin, la boule de cosmos disparut, son maître ayant dépensé toute son énergie.

« When the stars fall down. »

Lorsque la direction du cercle les orientaient vers Coeos, les rayons de lumière furent catapultés dizaine par dizaine vers le Titan. C’est une pluie d’étoiles qui s’abattit sur le Dieu avec une férocité sans égale, chaque rayon atteignant la vitesse de la lumière et faisant trembler la terre au contact de sa victime. Coeos était véritablement mitraillé de cosmos en continu, ne lui offrant pas la moindre chance de riposte, alors que la terre se soulevait sous les impacts gigantesque de la technique du Chevalier d’Or qui avait poussé son cosmos jusqu’à son paroxysme.

Lorsque tous les rayons de cosmos eurent quitté le Lion, ce dernier n’attendit pas un instant. Il tendit son bras droit vers l’avant, paume ouverte en direction du Titan. Il saisit son coude avec sa main gauche. Geste nécessaire, car le jeune homme allait dépenser une telle quantité d’énergie qu’il ne pouvait lancer sa technique favorite de manière habituelle. Il lui fallait un contrôle parfait.

« Pour Athéna!!!! »

Son cosmos explosa. Ses cheveux s’envolèrent vers les cieux, alors qu’il émettait un cri proche du rugissement.

LIGHTNING BOLT !!!!!


Le cosmos fut absolument gigantesque. Une véritable vague de lumière, d’énergie pure et destructrice se propagea depuis la main du Lion vers le Titan. Le Sanctuaire tout entier fut illuminé par l’attaque, alors que la colonne d’énergie atteignait plus d’une dizaine de mètres de diamètre. Roches et décombres furent totalement soufflés par ce feu doré, que rien ne pouvait arrêter. Le Lion maintint la pression durant une bonne dizaine de secondes avant de stopper. Abaissant son bras, il avait la respiration difficile. Totalement épuisé, il regarda en direction de son adversaire sans trop connaître le résultat de son attaque, à la vue de ce décor apocalyptique ou l’obscurité régnait, où le feu se mêlait à la cendre, et où chaque respiration de fumée était un véritable martyr.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Dim 4 Nov - 16:04

Poussières... La nuée de foudres dorées l'avait atteint dans sa chaire divine et il en ressentait chaque effet avec un plaisir non dissimulé. Cependant, aucune goutte de sang ne perlait de sa peau, il semblait imperturbable et il fit bouger les quelques restes de la Foudre du Lion pour s'en amuser un instant. Il se retourna alors vers lui en se demandant bien pourquoi il n'avait pas été plus loin dans son attaque, profité de son avantage pendant ce bref de victoire illusoire. Il concentra alors son Dunamis entre ses doigts pour faire voler la cendre et les éclats de pierres qui lévitaient autour de lui.

Ses prunelles se levèrent vers le chevalier d'or et il sentait quelque chose dans l'air, ce cosmos qu'il avait recherché avait autrefois foulé cette terre et il venait d'avoir l'assurance qu'il était ici il y a peu encore. Il retrouva alors sa concentration pour faire face au saint qui lui faisait face à ce moment là.

" Tu penses que cela suffira honnêtement ? Ta foudre est belle mais sans conviction, je pourrais la briser d'un simple geste mais je ne le souhaite pas encore, la planète que vous vous voulez protéger à tout prix n'est pas encore sur la bonne voie... Pour Athéna dis tu ? Juste une question, laquelle ? "

En effet, depuis quelques secondes, un puissant cosmos venait de se libérer dans le temple de la Sagesse à son grand étonnement. Sans vraiment comprendre la raison d'une telle chose, le Titan ne souhaitait pas vraiment avoir de répondre sur les affres humaines et cela l'agaçait un peu de se retrouver au centre de salamalecs de cette sorte. Balayant son cosmos, il créa une onde de choc électrique pour se débarrasser lentement des petites rivières filantes venant du ciel.

" Ce n'est pas en perdant toute ta raison humaine afin de devenir cette bête sans foi ni loi que tu parviendras à te transcender... Tu cherches cette force dis tu ? Mais pourquoi au fait ? Tuer des Dieux ? C'est une tâche qui ne peut appartenir à un homme qui ne contrôle pas ses sentiments non ? En effet, tu te bats pour Athéna mais je te repose la question : quelle est la Athéna que tu protèges ? "

D'un simple doigt il aurait pu brisé la grenouille qui se croyait plus forte que le boeuf, il en avait le pouvoir s'il en avait eut la volonté en fait. Cependant, la curiosité était au rendez-vous en ce moment même et il ne comptait pas rester longtemps en retrait avant de démontrer au Lion de Némée que ses volontés, ses désirs, ses envies tout simplement humaines étaient un frein à son évolution dans le monde actuel. Dans un soupir, la rapière d'ébène apparaissait entre ses doigts de nouveau pour se préparer à la réponse à venir...


Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Mar 6 Nov - 0:52



Le monde n’était que brume épaisse et désolation. Le protecteur de la justice avait la respiration rapide. Il semblait exténué. Pourtant, aucune blessure ne justifiait un tel état. Certes, le Titan lui avait asséné un premier coup, mais l’homme en avait vu bien d’autres par le passé… Non, son état se justifiait simplement à la quantité de cosmos phénoménale qu’il avait utilisée en un seul et unique coup.

La tentative s’était soldée par un échec cuisant.

D’une simple onde de choc, le Dieu de l’Eclair Noir réapparut. Il n’avait pas bougé. Pas d’un centimètre. L’être paraissait comme ennuyé, alors qu’il détruisait les derniers vestiges de la Foudre du Lion entre ses doigts. Corell venait sûrement de déchaîner la plus puissante attaque de toute sa vie… Et le Titan n’en semblait pas incommodé le moins du monde. Le pire, dans tout cela, c’est que Coeos n’avait toujours pas attaqué. Alors que le Dieu lui faisait face de toute sa hauteur, Corell se demandait pourquoi il ne passait pas à l’offensive. Il semblait attendre… Mais quoi au juste ? Attendait-il quelque chose du Lion ? Ou un événement extérieur ? Le Saint était perdu. Décidément, les intentions du Dieu étaient impénétrables.

Mais il était le Lion. Sa détermination était sans failles. Il irait jusqu’au bout, car il savait sa cause juste. Pour la simple raison que cette cause était la survie d’Athéna.

Et Athéna était tout pour lui.

-----------------------

L’aventure.
L’agitation.

Autrefois les maîtres mots de mon existence. J’avais tant rêvé de champs de bataille, de victoires du Bien contre le Mal. J’avais le cœur d’un héros. Toute ma vie, j’avais rêvé de futurs glorieux et de guerres où je libérais des innocents, où je défendais les faibles et les opprimés… Mon imagination était sans limite. Les seuls freins à cette vie exaltante que je m’imaginais étaient mon jeune âge… Et mon manque flagrant de puissance. Mais au final, même l’âge pouvait être transcendé. Le plus jeune des enfants pouvait vaincre n’importe qui, si sa puissance était assez développée. Aussi, je m’attelais à m’entraîner, jour après jour. Je n’avais pas une seconde de répit. Lorsque je ne m’exerçais pas à améliorer mes talents physiques et mes sensations dans le cosmos, je dormais, et rêvais. Comment en vouloir à un gamin de huit ans ?

Mais mon Maître voyait les choses différemment. Sa décision fut aussi subite qu’incompréhensible. Chaque soir, il m’obligea à admirer le coucher de soleil avec lui, en restant inactif durant de longues minutes à contempler encore et toujours le même tableau orangé. Je pestais dans mon coin. Ce temps perdu aurait été tellement utile !!! Alors que les couleurs orangées baignaient mon visage et celui de mon Maître, mon esprit n’avait en tête que le planning de mes futurs entraînements : trouver de nouveaux exercices, améliorer mes points faibles, rechercher de nouveaux moyens d’appréhender l’énergie qui m’entourait.

Chaque soir, mon Maître faisait face à mes plaintes. Chaque soir, il les ignorait, préférant rester silencieux face au soleil qui se couchait à l’horizon de la vallée.

Je ne comprenais pas.

Puis, au bout de longues semaines, je cédais enfin aux attentes du vieil homme. Je décidais de jouer le jeu. Peut être que si une fois je restais calme et j’obéissais, alors il reviendrait sur sa décision et emploierait ce temps à améliorer mes compétences. Aussi, à contrecœur, je vidais mon esprit. J’ouvrais pleinement mes sens à ce qui m’entourait, alors que les rayons orangés de l’astre perçaient légèrement à travers mes paupières closes.

Une ombre. Une brève sensation.

Si la recherche de la justice était l’une de mes qualités, la curiosité l’était également. Intrigué par l’étrange impression qui était née au fond de mon âme un bref instant, je décidais de pousser plus loin ma concentration. Je me relaxais totalement, laissant mon corps loin derrière moi, pour m’ancrer plus profondément dans le cosmos. Oubliant totalement mon être matériel, je m’ouvrais totalement à l’énergie, à la recherche de cet écho lointain. Alors, peu à peu, un nouveau monde s’ouvrit à moi. Un monde de lumière et de chaleur. A mesure que mon esprit se diluait dans l’immensité du cosmos, je percevais tout, je voyais tout, j’entendais tout. La goutte d’eau qui tombait dans la flaque était pour moi comme une explosion de lumière, et son et de sensations. Les battements de cœur de l’aigle, le frottement de ses plumes tranchant les cieux. Le couinement des bébés renard qui venaient à peine de naître, leur énergie, fraîchement éclose, qui brillait comme autant d’étoiles de vie et de découverte. Leur peur face à ce nouveau monde, opposée à ce doux réconfort que représentait leur mère qui les couvait de son regard aimant. Tout n’était qu’énergie, que lumière. Une lumière omniprésente, infinie et chaude, si chaude… Et lui, au milieu de cet océan de vie, de pensées, et sentiments et de sensations si différentes et variées… Il n’était qu’un point dans l’immensité du cosmos, un grain de sable dans l’univers qu’était la nature.

« Tu la sens enfin, n’est-ce pas… La Terre… »

La voix du vieil homme sonnait comme s’il se situait à des années lumière de moi. Pourtant, je sentais sa présence à mes côtés. Une présence énorme. Une supernova d’amour, d’ardeur, de tempérance et de sincérité. Il semblait être le centre de tout, comme si cet océan de lumière tournait autour de lui, le regardait avec des millions d’yeux, lui souriant tous en même temps. Alors, je vis mon Maître. Je le vis tel qu’il était vraiment. Un homme impartial. Un homme honnête. Un homme droit. Un homme équitable. Un Roi du Cosmos.

« Oui, Maître… Je la vois… Je vois tout… »

« Bien. Maintenant, ouvre les yeux. »

J’obéissais avec regret. Ouvrir les yeux revenait à se reconnecter à son enveloppe corporelle, et je n’en avais pas envie… Du moins pas encore. Je voulais profiter encore quelques instants de cet océan de chaleur. Mais à mon grand étonnement, revenir à la réalité ne brisa pas ma vision. Certes, la lumière omniprésente avait disparu… Mais la Terre avait changé. C’était comme si j’ouvrais enfin les yeux sur le monde. Les couleurs n’avaient pas changé… Mais l’écho qu’elles avaient pour moi avait été multiplié par mille. L’orangé du soleil couchant se mélangeait au jaune des nuages gorgés de lumière, enflammant la forêt de la vallée qui s’offrait à moi, réchauffant une dernière fois les eaux doucement bleutées d’un lac, avant de teinter la pierre des cités de son agréable pigment de vitalité.

Je n’avais plus devant moi un simple coucher de soleil. J’avais un chef d’œuvre. Tout en simplicité, mais pourtant, si magnifique qu’une larme coula le long de ma joue. Elle fut récoltée par le doigt de mon Maître, qui me souriait.

« Je suis heureux. Bien peu de personnes prêtent encore attention à notre mère la Terre. C’est pour des instants comme ceux-ci que nous nous battons, nous les Saints d’Athéna, dit-il en englobant le paysage d’un large mouvement de la main. Mais également pour toute cette lumière que tu as aperçue. La Nature. La Vie. L’Amour. L’Espoir. »

« Est-ce elle, Athéna ? La lumière que j’ai vue ? »

L’homme sourit.

« Non. Athéna et la seule Divinité qui, de tout temps, a protégé ce trésor. Nombreux furent ceux qui tentèrent de détruire cette lumière par le passé. Nombreux seront ceux qui réitéreront l'expérience dans le futur. Elle seule en est la gardienne. C’est pour cette raison que nous nous devons de la protéger, et ce, quoi qu’il advienne. »

-----------------------

La chaleur des flammes asséchait son corps. Le souffre le faisait suffoquer. La Mort lui faisait face. Pourtant, le Chevalier d’Or sourit. Il se redressa. L’Amour enflamme le Cœur. Le Cœur donne de l’Espoir à l’Esprit. L’Espoir fait renaître le Cosmos.

Le Lion gronda. Son cri fut long et féroce.

« Notre monde n’est pas parfait, Titan… Car aucun monde ne peut l’être. Là où naît la Vie, apparaît aussi la Mort. L’Amour ne peut se passer de la Haine… Sinon, il ne pourrait exister. A mes yeux, c’est cette imperfection qui le rend la Terre si belle, et si unique. Elle est tout ce que je désire sauver. Et Athéna est la seule à pouvoir la défendre face à des démons comme vous. »

Le Saint aux Crocs de Justice se redressa. Ses yeux se rouvrirent. Des yeux de félin. Des yeux similaires à ceux de l’énorme image cosmique qui se dressait au dessus de lui, un fauve à l’aura dévorante de férocité, brillant de hardiesse. Son cosmos s’éveilla, aura de lumière dorée vrillées d’éclairs gigantesques qui lacérèrent le ciel, s’envolant comme s’ils cherchaient à détruire des étoiles.

« Peut être que l’Athéna que je défends aujourd’hui n’est pas la bonne… Vous me posez une question à laquelle je ne peux répondre. Pourtant, elle défend la Terre et l’Humanité, comme elle l’a toujours fait. Aussi, pour le moment, je lui resterai fidèle, de toute mon âme. Cessez de me torturer avec des questions sans réponses !!! »


Le Saint serra les poings. Son aura grandit, se transformant peu à peu en une tornade de lumière qui souffla en partie le brasier qui entourait les deux adversaires. Les éclairs qui en sortaient se dirigeaient dans toutes les directions, y compris vers le Titan, se fracassant contre l’Armure Noire de ce dernier, leur lumière agressant l’ombre qui le caractérisait. Le regard fauve brillant de cosmos du Chevalier d’Or ne quittait pas le Titan. Certes, les propos de Coeos étaient choquants… Mais Corell ne pouvait laisser le doute s’insinuer dans son cœur. Pas ici. Pas maintenant. Car le doute affaiblissait les hommes.

Et il ne permettrait pas à ses Crocs de s’émousser.

« Je ne cherche pas le pouvoir pour tuer les Dieux. Je suis le Lion d’Or. Le bras armé d’Athéna. Mes Crocs son porteurs de la Justice et de l’Espoir de ma Déesse… Mes Crocs sont nés pour défendre… »

Le poing droit du Chevalier d’Or devint tel un soleil lorsque ce dernier le serra. Il ramena son bras vers l’arrière, pour mieux frapper vers l’avant. Un coup porté avec toute son âme.

« LA VIE !!!!! »

LIGHTNING… PLASMA !!!!!!


Un bref éclair. Une seconde de répit. L’univers s’effondra.

Durant un battement de cil, le Sanctuaire ne fut plus. Il n’y avait plus de cendres, ni de brasier, encore moins d’Athéna ou de Terre. Il n’y avait que les étoiles et les galaxies, et ces deux êtres, l’un d’Or et l’autre d’Obscurité, illuminés tout deux par l’infini. La galaxie explosa, lorsque des milliards de jets lumineux, plus tranchants les uns que les autres, le strièrent de leur aura féroce. Ils frappèrent le Titan avec une précision ultime, aucun ne ratant sa cible, chacun frappant une partie différente de sa victime pour ne laisser qu’une explosion de lumière divine vibrante d’éclairs dorés. Une tombe de lumière digne d’un Dieu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Ven 9 Nov - 16:46

La vie ? Il voulait protéger la vie mais qui n'aurait pas voulu le contraire ? Alors que la foudre frappait autour du Titan, il leva la main pour voir des estafilades se former sur son armure légendaire. Au fond de lui même, il retrouvait chez le Lion cette fougue des anciens temps qui l'avait caractérisé, mais, il manquait une chose à ce jeune homme : la Sagesse justement ! Venir ici l'affronter au lieu de secourir les siens, venir ici en pensant qu'il ferait un massacre si on ne l'arrêtait pas, ce singulier manque d'empathie exaspéra Coeos qui leva alors la main pour balayer les restes de foudre dans toutes les directions.

Soudain, il sentit quelque chose, aussi légère qu'une piqûre mais douloureuse pour témoigner de sa présence. Oui, sa main saignait légèrement, quelques gouttes azuréennes sans plus mais cela était déjà admirable d'être arrivé à un tel contrôle de son cosmos. Ses yeux se relevèrent alors vers le Lion avec un léger sourire en coin. Enfin ! Enfin il se décidait à se battre pour ses convictions et cela attirait un peu son attention. Levant sa rapière, il la laissa tomber sur le sol pour déchirer les restes de foudres de lumières qui se dirigeaient encore vers lui. Les pierres volaient dans tous les sens et elles devenaient cendres en même temps que la foudre noire neutralisait toute puissance pour l'amener vers l'éther cosmique.

Ce qui lui plaisait dans cet homme, c'était qu'il obéissait plus à un idéal qu'à Athéna. Si celle-ci avait été une statue de sel, il n'aurait certainement pas changé de convictions. Cependant, dans un moment de concentration, il comprit que les choses au Sanctuaire était en train de se précipiter, le cosmos de Poséidon et celui d'Hephaistos se faisaient face maintenant et le ton de la discussion devait être orageuse pour qu'il ressente cela de si prés. Tournant légèrement la tête pour ne pas perdre de vue son adversaire autoproclamé, il se rendit en même temps compte que le Grand Pope, seigneur de toute la chevalerie au nom de la Déesse de la Sagesse, venait de tomber à son tour. Ses yeux se plissèrent alors de colère car il venait de comprendre ce qui se jouait ici et il n'avait plus le temps de s'amuser avec le Lion. S'il ne faisait rien dans les heures à venir, le Monde que les Titans avaient érigé, le Monde que les Olympiens avaient repris à leur compte... Tout cela ne serait plus que cendres dans quelques heures. Le Grand Pope avait allumé les flammes des douze maisons afin de prévenir l'univers de cet étrange décompte, en effet, les heures qui s'écoulaient n'étaient pas des heures humaines mais des heures divines !

" Chevalier ! Tu as fait couler de mon sang et peu ont eut cette prétention. Tes convictions commencent enfin à porter et tes crocs n'en sont que plus incisifs. Cependant, votre Pope est mort en activant des heures particulières, celles que Chronos a mis en place pour les Titans et les Dieux ! Ce pouvoir certainement lié à Apollon s'est activé alors que l'on ne s'y attendait pas, même pas moi... "

Il ne termina pas sa phrase. Un déchirement dans le ciel lui fit lever la tête subitement, le ciel brillait à un endroit d'une étincelle pourpre et ce signe de plus n'était pas pour lui donner tort sur sa vision des choses. Les Dieux et les hommes ne pouvaient voir cette étoile rouge dans le ciel, elle était le signe que les Titans s'envoyaient lors des moments difficiles. Une estafilade sur la joue marqua la fin de l'attaque du Lion, il venait de percer un bref instant ses propres défenses ! Se retournant brutalement, le cosmos du Titan prit une ampleur nouvelle, il n'allait plus retenir ses coups et il n'avait plus de temps à rester ici de toute façon. Il devait agir avant que la catastrophe arrive, Poséidon, Athéna, et tant d'autres étaient devenues des marionnettes entre ses mains.

" Non, je ne te laisserai pas faire... Tu n'auras pas le pouvoir dans ce monde, maudit marchand ! Tu ne tueras pas les Olympiens aussi facilement ! Regardes ce jeune chevalier, il est plus méritant que toi qui te cache dans l'ombre... "

ll pivota alors ses pieds sur le sol pour prendre de solides appuis dans la technique qui allait bientôt naître de son cosmos, faisant face au Lion, il ne voulait pas le tuer et il avait du respect pour son idéal. Toutefois, le temps des questions avaient cessé !

"Chevalier d'or du Lion, ta Foi m'impressionne mais je n'ai guère le temps de continuer notre petite joute, je pense que l'on se reverra un jour... ou non ! Tu m'as montré ta foudre, laisses moi maintenant te montrer la mienne et si tu es encore debout après cela, je te permettrai de passer l'ordalie du jugement de Cronos ! "

Concentrant son cosmos dans sa rapière, toute la foudre se combinait avec l'obscurité pour former un étrange fourreau d'électricité brute et froide. Puis, il fendit l'air dans un coup d'estoc à une vitesse prodigieuse, autour de la lame, le temps, les animaux et toutes formes de création se déchiraient pour retourner vers le néant. Oui, le pouvoir de la Foudre noire, celle qui avait donné naissance au Keraunos de Zeus, entrait en action et elle démontrait une fois de plus son pouvoir dévastateur. Brutalement, la lame transperça le torse du lion encore surpris de cette attaque, il n'entendit qu'un écho quelques instants plus tard. Comme si la voix du Titan s'était perdu au moment de l'attaque.

" Ebony Rapier "

Lorsque ce son parvint aux tympans de Corell, la foudre noire se déversa dans tout son corps. Celui-ci se contracta un moment avant de laisser l'énergie exploser par tous les pores de sa peau, des arcs électriques le firent voler dans tous les sens avant qu'il ne retombe lourdement dans un immense cratère créé par le souffle de l'impact. Coeos attendit un instant si le Lion se relèverait, sinon, le temps était venu pour lui de partir vers les Enfers pour prévenir son Frère Japet de ses découvertes !



Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Lun 19 Nov - 1:40



Le monde n’existait plus. Tout n’était que lumières et ténèbres, dans cette tempête de cosmos qui les entourait. La mer de flammes se mélangeait avec un torrent de neige, alors que les cieux obscurs étaient balayés d’éclairs. Les Griffes du Lion étaient partout, formant une toile d’énergie omniprésente, brisant la terre et l’air, l’eau et le feu, afin de ne se concentrer que sur une seule entité, cette immense silhouette noire qu’était le Titan Coeos. Dans cet ouragan de brutalité, le Lion commençait à avoir la foi. Ses Crocs, lancé au summum de leur puissance, parvenaient à atteindre le Dieu ? Il le sentait… Et le voyait, grâce à ses pupilles d’une précision extrême. Sa Foudre balayait tout sur son passage, et pour le moment, elle parvenait à contenir l’énorme puissance du Titan qui semblait hésiter, ou était incapable de riposter.

Oui, Corell voyait une étincelle d’espoir se pointer à l’horizon de sa destinée. Oui, il pouvait toucher Coeos. Oui, il pourrait repousser le Titan… Et ainsi protéger Athéna.

C’est à l’instant où le Chevalier d’Or commença à croire, à la seconde même où il osa espérer, allant ainsi contre et envers toute logique, que son monde s’écroula.

Ses Crocs se brisèrent.

La faiblesse d’Athéna le frappa au cœur, brisant sa concentration et son espérance. La détresse subite de la Déesse atteignit son âme, sans qu’il puisse comprendre la raison de ce sentiment si urgent.

La neige disparut à l’instant même où la mort du Grand Pope se faisait ressentir dans le tissu même du Cosmos. Bien qu’il ne lai peu connu, Fawn avait été un dirigeant des plus avisés, et sa puissance était légendaire. La fin de sa vie fut telle une déchirure dans l’énergie du Sanctuaire, dont la lumière baissait de plus en plus au profit d’une obscurité et d’un froid grandissants.

Alors que Coeos dans son dos semblait se réveiller et brisait les dernières foudres du Lion d’Or, ce dernier s’était déjà retourné vers le Sanctuaire, tournant le dos à son adversaire. Son souffle était saccadé. Ses mains étaient tremblantes. Son pouls était rapide.

Par tous les Dieux, mais que se passait-il donc au Sanctuaire ???

Alors, le Saint ressenti la nouvelle aura. La voix et le cosmos de la femme se déversa sur le Domaine Sacré, l’atteignant de plein fouet, résonnant dans son esprit. Le Saint d’Or, le plus valeureux et le plus noble des Douze, tomba lamentablement à genoux. Ses lèvres bougeaient, sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche.

Une seconde Athéna.

Coeos l’avait prévenu à maintes reprises. Le Saint, sans aucune preuve, n’avait pas réellement pris ces avertissements au sérieux. Tout se passait trop vite. Bien trop vite. En quelques heures à peine, le Domaine Sacré, premier bastion de l’Humanité, était passé d’un état de paix, de restructuration et de sécurité, à une scène de combats acharnés. Corell avait tout fait pour protéger sa Déesse. Il s’était lancé corps et âme dans le combat, avec comme seule idée en tête la protection d’Athéna, au péril de sa vie. Il n’avait pas pris le temps de réfléchir… Mais avait-il seulement eu le temps pour ça ? Les ennemis s’amassaient aux portes, et quelqu’un devait bien les arrêter…

Mais avaient-ils seulement été des ennemis ?

Pourtant, le Lion ne pouvait se résoudre à voir Coeos et ses Chevaliers Noirs comme des personnes de bien. Il était le Saint du Lion. Il protégeait l’Humanité, la Paix, et la Vie avant tout. Il ne pouvait pardonner à ces gens d’attaquer ainsi un Sanctuaire gardien de la Terre.

Non, il ne regretterait pas ses actes. Le passé était le passé. Mais en cet instant, c’était le futur qui lui faisait peur.

Sous ses yeux, il vit l’Armure d’Or s’éveiller. Il vit le Lion d’Or pulser de puissance, briller de mille lueurs, en écho au cosmos de la Déesse qui venait d’apparaître au sommet du Domaine. Son regard s’attarda vers la Statue d’Athéna, visible à travers le brasier qui les entourait. Il pouvait distinguer cette minuscule étoile qui brillait à sa base, cette femme qui venait de naître, ce cosmos si noble, si chaud, si puissant.

Athéna. La seule personne au monde capable de faire réagir ainsi les Armures d’Or.

Mais au même instant, des images défilèrent dans son esprit. Des images de sa Déesse. Lui, manquant de peu de la tuer au Cinq Pics de Rozan. Elle, offrant son sans pour régénérer l’Armure du Lion, alors qu’il ne méritait que la mort après sa trahison. Elle, emprise du poison d’Eris, le disgraciant à vie… Et lui, donnant sa vie pour la sauver…

Et enfin, Athéna, pleurant pour lui à son retour.

Corell, les genoux dans la terre asséchée et brisée des combats, le visage seulement illuminé par les flammes qui l’entouraient, se mit à pleurer. Ses larmes coulèrent le long de ses joues avaient de tomber sur son armure continuant de scintiller de mille feux, comme si elle retrouvait enfin la véritable Athéna.

« Athéna… Oh, Athéna… »

Les paroles du Titan brisèrent le silence mélancolique du Chevalier d’Or. Sa voix rude et grave agressa le cœur tourmenté du Saint. Pourtant, Corell n’en rata pas une miette. Réagissant avec lenteur aux mots de Coeos, il tourna la tête vers l’Horloge du Sanctuaire… Et découvrit en effet que celle-ci avait été allumée. La flamme du Bélier était déjà éteinte, mais ce qui était le plus étonnant, c’était leur couleur. Habituellement bleues, les flammes allumées par Fawn étaient vertes.

Deux Athéna, et Fawn qui allumait l’Horloge d’une si étrange façon… Les mystères s’accumulaient, sans qu’il ne puisse rien y faire.

D’ailleurs, que pouvait-il bien faire en cet instant ? A qui devait-il obéir ? Il se rendit compte à quel point l’instant était grave. Deux Athéna. Deux allégeances. En cet instant une simple escarmouche était devenue une Nouvelle Guerre. Mais une Guerre bien différente des précédentes. Si lui hésitait, alors le reste des Saints devaient se trouver dans la même position. Le cœur du Lion balançait entre ses souvenirs avec l’ancienne Athéna, et la capacité de la nouvelle à illuminer ainsi son armure.

Alors, tout s’imbriqua dans l’esprit du Lion.

Non, ce n’est pas une Guerre Sainte… C’est une Guerre Civile.

L’horreur de cette constatation glaça les sangs du Lion. C’était la pire des éventualités. Deux Athéna. Deux allégeances. Deux armées.

Parfois, le cosmos pouvait apporter avec lui des Visions du Futur. Ces faits étaient très rares, réservés seulement aux plus puissants manipulateurs du Cosmos. Même le Chevalier de la Vierge, l’homme le plus proche de Dieu, ne pouvait que partiellement les atteindre. En cet instant, Corell n’eut pas une vision, mais plutôt un sentiment bien étrange, une impression certaine qui remonta le long de sa colonne vertébrale. Un sentiment d’une telle exactitude, d’une telle véracité, d’une telle certitude qu’il était aussi puissant qu’une vision.

Il ressentit ce qu’allait devenir le monde. La Guerre Civile allait devenir réalité. Les Saints combattraient entre eux. La bonne Athéna comme la mauvaise allaient se faire la Guerre. Et quelle que soit la Déesse victorieuse, la bonne ou la mauvaise, l’Armée de la Lumière serait décimée. La Terre serait sans défenseurs, mûre pour être cueillie. Il la vit, cette marée de ténèbres, qui apparut, se répandant petit à petit sur le magnifique bleuté de sa planète natale, tuant et détruisant tout sur son passage, alors que les Gardiens de la Terre n’étaient plus.

Cette ultime vision fut comme un électrochoc. Le Saint se releva, et se tourna vers Coeos.

Trop tard.

Il ne la vit même pas arriver. Elle était tellement rapide qu’elle n’existait pas. Invisible, même à travers le cosmos. La lame pénétra le torse du Lion dans le plus grand des silences. Le Saint bougea à peine. Pourtant il sentit l’impact très distinctement. Il sentit la Lame de Foudre Noire briser son armure, pourtant renforcée par le l’Egide d’Aphoriste et par le Sang d’Athéna. Il la sentit couper sa peau, cisailler ses côtes, faire exploser son poumon droit, avait de finir sa course en faisant exploser son omoplate. Il n’y avait pas de douleur. Une fine ligne de sang tomba du coin de sa bouche, alors qu’il souriait pour la dernière fois.

« Le Keraunos… La Foudre tueuse de Divinités… Quelle ironie. Moi qui ai si longtemps pensé la posséder, c’est elle qui a eu raison de moi. En un seul coup. »

Le sourire aux lèvres, le Saint ferma les yeux et s’effondra. Il resta ainsi, face contre terre, sans faire le moindre mouvement, alors que son sang se répandait autour de lui en une nappe rouge où se reflétaient les flammes de l’enfer.

Alors, la Terre se mit à pleurer. La pluie tomba, devenant une véritable averse en seulement quelques secondes. Les flammes du brasier moururent, pour ne laisser derrière elles qu’un sol gris, aride, sans vie. Un territoire où régnait seul Coeos. Au bout d’une longue minute, sans signe de vie du Chevalier brisé, le Titan décida de poursuivre son chemin.

Il ne fit que quelques mètres avant que la voix du Lion ne résonne. Une voix d’une si grande faiblesse qu’elle n’était qu’un murmure. Une voix rauque, brisée par la mort qui se refusait à terminer son existence.

« Photon Invoke… »

A peine le Dieu s’était-il retourné que son visage et sa Kamui furent illuminés par des centaines d’étoiles, qui naissaient dans les airs autour de lui. Vibrantes de cosmos, elles distillaient autour d’elle une lueur dorée caractéristique du cosmos des Chevaliers d’Or.

« Cosmos Open… »

Les étoiles grossirent, à mesure que le cosmos qui les constituait s’auto alimentait, augmentant leur puissance de manière exponentielle seconde après seconde, dépassant de loin les attaques précédentes du Chevalier d’Or. Ce dernier, toujours allongés face contre terre, avait réussit à tourner la tête vers le Dieux. Les yeux à demi-fermés, ses pupilles étaient redevenues normales. Il leva un bras tremblant en direction de Coeos, formant un mouvement précis de la main. Un mouvement simple mais parfaitement exécuté, en contradiction avec sa faiblesse apparente.

Le Lion était aux portes de la mort. Mais ses Crocs n’avaient pas encore totalement disparu. Mais tant qu’un soupçon de vie continuerait à brûler en lui.

« Photon Drive… »

Réagissant à leur maître, la centaine d’étoiles qui avaient chacune à présent atteint une puissance démesurée se dirigea vers le Titan. Tels des photos, ne craignant aucune matière dans l’univers, elles pénétrèrent le corps du Dieu sans lui faire le moindre mal.

« Coeos… J’avoue ma défaite. Mais je ne peux pas mourir… Pas tout de suite. Cette technique peut tuer des Dieux. Je ne sais pas si tu es mon ennemi… Mais une chose est sûre, je ne peux te permettre de toucher à Athéna. Pas tant que je ne saurai pas laquelle est la vraie. »

Chaque mot était un supplice. Chaque respiration risquait de le tuer. Le Lion ferma les yeux un court instant, comme si ces quelques phrases l’avaient exténué. Puis il les rouvrit à moitié.

« Avant que la mort m’emporte… Dis moi… Dis moi seulement ce qui se passe… Dis moi… Quelles sont tes intentions… »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Lun 26 Nov - 1:46



" J'écoutais sa question d'un air dubitatif, en quoi avais-je annoncé que je voulais la vie de la Déesse de la Sagesse ? Il était complètement perdu dans son esprit et mon dernier coup avait été plus brutal que je ne l'avais imaginé. "

Dans un sourire sardonique, il prit sa tête pour le renvoyer contre la falaise, il n'était plus qu'une loque implorant sa pitié, décidément, il était bien déçu par un tel comportement. La foudre noire sortit alors du ciel pour foudroyer son armure, la pulvériser dans certaines parties de son corps encore saignant de son attaque précédente. Dans un sens, il mit un temps pour bien appréhender les mots du Lion et se retourna vers le sommet du sanctuaire pour sentir la présence de la Déesse de la Guerre en train de sonner le rassemblement. Il ne comprenait pas mais une chose était sûr, l'instinct était la meilleure des choses que les Dieux avaient donné aux hommes dans les pires moments de leurs existences : survie, faim, plaisir, gout,... Tout cela formait leur existence même !

" Je ne veux pas la tête de ta Déesse et encore moins d'un Olympien, j'étais sur la piste de quelqu'un d'autre qui est déjà venu sur votre terre récemment. Il est certainement la cause de ce chaos et il s'est allié en plus avec des créatures du nord que les Hommes appellent Dieu ou Ase ! Ton arrogance, ta fatuité sont actuellement tes pires ennemis ! Au lieu de protéger la vraie Athéna, tu as choisi de me faire face sans réfléchir mais quel imbécile tu fais de venir maintenant me quémander des choses... "

Oui, en quoi pouvait'il quémander au seuil de la mort ? Il n'était plus qu'un amas de viandes bouffi d'orgueil et cela ne pouvait être tolérer par le Titan. Le regard cuivré de l'auguste ne cessait d'observer le corps du Lion en train de se consumer sous l'effet de sa propre foudre, il se demandait bien si c'était le même Lion qui avait combattu autrefois le grand Thanatos. Il était là, devant lui, implorant une réponse qui était pourtant évidente quand à la réponse ! Soufflant entre ses bronches, il leva sa rapière pour laisser la foudre la frapper de part en part, un dôme de foudre se forma autour du Lion de Némée.

" Jacen, serviteur de la Lumière et de la Justice, Vainqueur de la Mort, tu as voulu te brûler les ailes en t'approchant du soleil.... Goutes une dernière fois à ma foudre noire et reviens vers moi avec le courage qui t'anime ! Ne pleures plus ! Regardes la vie que mon cousin Prométhée t'a offert, fais brûler ton âme telle une étincelle pour celle que tu aimes et que tu chéris... "

Il abaissa alors sa lame vers le jeune homme et la foudre noire le percuta pour l'enfoncer dans la roche, la puissance était telle que l'armure d'or vola en éclat pour reprendre sa forme totémique dans les abords du combat. Il ne restait plus qu'un tas de cendres et le Titan prit un peu de la cendre encore chaude pour la faire voler dans le ciel en direction de Venise. Il devait aller là-bas pour faire ses preuves et revenir un jour avec la force de l'humilité et de la tempérance, la nature était un cycle et chaque chose était utile à l'équilibre de ce monde.

" Chevalier, entends moi, ton âme va aller vers cette cité que le grand Zeus a forgé... Si le coeur t'en dit encore, va chercher cette flamme aiguisée que doit devenir ton âme ! La foudre ne se commande pas, elle ne se maîtrise pas, elle s'accepte simplement... Je te dis Adieu et m'en vais pour d'autres combats, on ne verra certainement plus mais ton destin est en marche, une partie de mon cosmos sera scellée dans ton armure que je restaure aujourd'hui avec mon cosmos ! A toi de réveiller cette force et de garder ton esprit de chevalerie, un homme ne quémande pas, il reste debout ! "

Le Titan pointa alors l'armure du Lion et lui redonna son apparence originelle. Telle un instrument du destin, de la foudre noire rayonna quelques instants avant de s'enfermer dans les griffes du Lion de Némée. Se retournant, il regarda vers une certaine grotte vers les profondeurs du Sanctuaire, un sourire doux amer aux coins des lèvres, il comprit le malheur qui venait de frapper le sanctuaire terrestre et se retirait des affaires des Hommes à l'appel de son Frère. Cela n'était plus de son ressort...

" Chevalier du Lion, n'oublies pas que la première impression est toujours la bonne... "

Sa dernière pensée achevée, il disparut dans une pluie d'éclairs noirs...

Arrow Entrée des Enfers


Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Lun 3 Déc - 1:16

Nulle explosion. Nulle finalité. Nulle Mort d’un Dieu.

Le Photon Burst, la technique ultime du Chevalier d’Or du Lion, certainement la plus puissante de toute la Chevalerie, dont la légende disait qu’elle était capable de tuer des Dieux, fut totalement absorbée par le Titan. Coeos n’eut nulle égratignure.

Alors que la Foudre Noire brisait son corps, Corell, fier Lion d’Athéna, ne ressentait plus la moindre douleur. A l’aurore de son existence, le jeune homme aurait préféré être en paix, conscient d’avoir éliminé les ennemis d’Athéna et d’avoir apporté la paix et la prospérité à la Terre, afin que l’Humanité puisse perdurer. Afin que sa tendre Jaina survive dans un monde à l’avenir florissant.

Son vœu ne put être accompli.

Alors que la vie le quittait, le Lion ne ressentait que le doute. Le doute sur la base de toute sa connaissance : celle que lui avait apportée son Maître. Dès son plus jeune âge, Corell avait été trompé. Le Lion ne possédait pas le Keraunos. Il ne possédait pas non plus un pouvoir Déicide. Par ces deux découvertes, toute son existence était remise en question. Nulle colère envers son Maître ; jamais il n’incriminerait un homme qui avait sûrement lui-même été abusé par une telle supercherie. Seulement une remise en question… Qui n’aurait jamais lieu. Car il n’y avait ni réflexion, ni compréhension dans la mort.

Mais son doute le plus pressant provenait d’Athéna. Encore maintenant, alors que ses liens avec le Cosmos s’effritaient aussi rapidement que la vie quittait son corps, Corell sentait la double présence de la Déesse. Sa vision revint à son esprit. Une armée de la lumière brisée en deux. Des Saints combattant des Saints. Et la Terre, engloutie par l’obscurité. Tel était le destin qui allait s’accomplir. Et lui, le Lion, le bras droit d’Athéna, le Croc de Justice, ne pourrait rien faire pour l’empêcher.

"Adieu Jaina, mon Amour... Adieu Athéna, ma Déesse... Adieu."

Alors que son armure le quittait… Alors que la rapière s’abaissait pour prendre sa vie d’un coup sec, brisant en une seconde la longue existence d’un homme qui avait connu l’amour, la douleur, la haine et l’espoir, Corell réussit, en un ultime effort, à lever un bras. De sa paume s’envolèrent trois étoiles de cosmos. L’explosion qui s’ensuivi, preuve indéniable de la mort du Chevalier d’Or, fut le catalyseur qui catapulta ces trois ultimes fragments de vie vers leur destinataires.

L’une partit vers l’entrée du Sanctuaire.
L’autre partit vers la Statue d’Athéna.
La dernière s’envola à l’horizon.

A présent seule sous les larmes de la Terre, l’Armure du Lion sembla regarder les derniers fragments d’existence de son maître dans un grondement de tristesse. Résolue, elle retourna dans l’Antre du Lion, Cinquième Maison du Zodiaque, pleurer la disparition de son élu.

Corell du Lion n’était plus.



Spoiler:
 

Arrow Colisée de Venise


Dernière édition par Corell le Jeu 6 Déc - 1:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   Lun 3 Déc - 1:16

Victoire de Coeos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Combat] Leo no Corell vs Coeos: dans un brasier de Foudres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-