RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 1754 - Le Sentier de la Terre Sacrée [Epona]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azul


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 34

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: 1754 - Le Sentier de la Terre Sacrée [Epona]   Mar 6 Nov - 16:49

La Fin n'est que le Commencement (Livre I)
Chapitre : Le Sentier de la Terre Sacrée (Page 1)
Je n’en peux plus. Même la mort me semble préférable à un pas de plus à travers cette tempête. Mais au-delà de cette souffrance, il y a un désir. Une volonté égoïste : survivre. C’est étrange comme cette volonté a emplit toute ma vie, devenant un but, sans être une fin. Parce qu’au final, je ne veux pas qu’il y ait de fin : je veux accomplir ce qu’Ivan aurait voulu. Cette idée, conséquence de son désir de survie, le maintien en vie plus surement que n’importe quel feu de cheminée. Comme si de lui-même, un brasier en pleine expansion rugissait à la face du monde qu’il ne se laisserait pas éteindre sans combattre. Un combat, contre le destin, dans lequel ses limites devaient être repoussées et même abattues. Et ce, alors même que l’âge l’avait privé de la vue.

Il savait pourtant où il se rendait, aussi clairement que si ses yeux avaient été grands ouverts. Il ne l’expliquait pas, ne pouvait peut-être même plus le comprendre tant le fil de sa vie, tendu à l’extrême, était prêt à céder. Mais il avançait, à travers les plaines gelées, soutenant sur son épaule le poids de sa croix personnelle : la Harpe Divine de Bragi.
Il avait dépensé jusqu’au dernier rouble pour venir jusqu’ici, mais n’avait pas pu se payer une carriole jusqu’au village d’Idavoll. Il en avait fait les frais, en perdant finalement ses derniers soupçons de vue au cours du voyage, paniquant comme un enfant en croyant se perdre et perdre la raison, privé de ce sens si primordial chez l’Homme.

Mais était-ce alors une illusion ? En pratiquant les exercices de Janov, l’improbable s’était alors produit. Une intuition dans la nuit, lui était venue. Et lentement, le vieil homme s’était remit à bouger, investit d’une force dont il ignorait la réelle provenance mais qui, pour lui, ne devait être que la manifestation du Cosmos lui-même.
C’est ainsi qu’au terme d’un mois de voyage dans le grand Nord, Azul Romanov avait fini par atteindre son objectif.

Tel un fantôme, il sortit un beau matin de la brume qui entourait le village niché dans la vallée. Il ressemblait plus à un fantôme qu’à un homme, avec ses cheveux blancs au vent et ses yeux aveugle. Mais le vieil homme portait toujours des vêtements chauds en bonne fourrure, ce qui avait sans aucun doute contribué à sa survie. Et surtout, l’objet qu’il portait sur son épaule, bien emballé et retenu par des cordages, avait quelque chose d’intriguant.
Azul les sentait autour de lui, en train de l’observer. Mieux valait qu’il fasse une pause avant de continuer son chemin : il devait leur expliquer pourquoi il était ici pour avoir leur autorisation de continuer sa route vers la Terre Sacrée, pour peu… qu’elle soit bien ici. Car tout reposait sur des rumeurs et des suppositions de sa part. Et il se savait faillible. Tout était donc affaire d’un simple lancé de dé… Quelqu’un s’interposa finalement sur sa route, mais il décida de prendre la parole, de son air éternellement las en plongeant ses yeux blancs comme neige dans ceux de cette personne, quelle qu’elle soit.

● Pardonnez cette intrusion sur vos terres, mais, suis-je bien au village d’Idavoll… face au sentier d’Asgard ?

Sa voix était à peine audible et il avait eu le plus grand mal à articuler ces mots. Cela faisait des jours et des jours qu’il n’avait plus ouvert la bouche alors autant dire que cette phrase était pour lui des plus difficiles à prononcer…
J’espère ne pas m’être trompé. Mais si j’ai pu arriver jusqu’ici, c’est que le destin est avec moi : cela ne peut-être que la fameuse Terre Sacrée, j’en suis sûr, certain… et prêt à mourir si je me suis mépris…
Revenir en haut Aller en bas
 

1754 - Le Sentier de la Terre Sacrée [Epona]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-